Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Syrie d’aujourd’hui

 | 
André Raymond

III - La Syrie, du Royaume arabe à l’indépendance (1914-1946)

André Raymond

Texte intégral

1Rien ne laissait présager que la guerre qui commençait en Europe en août 1914 dût affecter le Proche-Orient. En quelques mois cependant le conflit s’étendit à la Méditerranée orientale, et le Levant fut impliqué dans le démembrement de l’Empire ottoman qui avait été le cadre à l’intérieur duquel la Syrie avait vécu pendant plus de quatre siècles. Née dans l’enthousiasme de la libération du joug turc, la Syrie allait cependant attendre plus d’un quart de siècle avant d’atteindre l’indépendance qui paraissait à portée de la main en novembre 1918. Bien que brève, la période de la guerre et de l’immédiat après-guerre fut plus qu’une péripétie car elle détermina, d’une manière durable, l’avenir de la Syrie : dans une certaine mesure, le Proche-Orient arabe, et en premier lieu la Syrie, n’ont pas fini encore de subir les effets des décisions que les grandes puissances prirent à leur sujet de 1916 à 1920.

I. LA SYRIE ET LE PROCHE-ORIENT DANS LA GUERRE (1914-1918)

2L’entrée en guerre de la Turquie eut pour conséquence presque immédiate l’ouverture d’un front dans le Levant, les Germano-Turcs s’efforçant, sans trop de succès, de mener à bien des offensives sur le canal de Suez, cependant que les Britanniques, les seuls alliés à être présents sur place, s’attachaient, après une phase purement défensive, à développer, à partir du Proche-Orient, une stratégie offensive visant à hâter l’effondrement de la Turquie. La guerre eut donc inévitablement des effets directs sur les pays arabes du Proche-Orient. Mais ces pays furent plus profondément encore affectés par les ambitions qu’entretenaient les puissances européennes (Grande-Bretagne, France, Russie, Italie et Allemagne) dans cette région du monde.

Les éléments du problème

  • 1 Voir D. CHEVALLIER, « Lyon et la Syrie en 1919 », Revue historique, 1960.

3Avant même que la guerre n’ait commencé, et que, en s’étendant à la Turquie, elle n’ait mis en cause le statut des provinces arabes de l’Empire ottoman, les grandes puissances avaient indiqué avec assez de précision les zones dans lesquelles elles entendaient faire prévaloir leurs intérêts. En dehors de l’Allemagne à qui sa défaite finale interdit de participer à un règlement en vue duquel sa vigoureuse expansion économique (voir l’affaire du chemin de fer de Baghdad), ou les tapageuses évocations de la mission que s’attribuait Guillaume II dans cette région, constituaient autant de jalons, deux Puissances avaient des intérêts affirmés, et anciens, au Moyen-Orient. Ceux de la France s’appuyaient sur une tradition séculaire de protection des communautés chrétiennes qui avait été rajeunie au xixe siècle par un effort tenace pour développer des missions religieuses et des institutions d’enseignement, en particulier au Liban. Une politique non moins vigoureusement orientée des investissements financiers et économiques (en particulier dans le domaine des chemins de fer et des installations portuaires) avait donné une forte assise matérielle à ces liens culturels : l’expansion des intérêts français dans la sériciculture syrienne, à laquelle les hommes d’affaires lyonnais fournissaient les graines et prenaient la soie, constitue un exemple particulièrement frappant de cette pénétration1. Enfin la France, qui venait de compléter son emprise sur l’Afrique du Nord (par le protectorat du Maroc) était désireuse de consolider sa position de « puissance musulmane » en Méditerranée. La zone que ce réseau d’intérêts dessinait couvrait le Levant (Palestine, Liban, Syrie) jusqu’au nord de l’Iraq actuel (région de Mossoul) et couvrait la zone sud-est de l’Anatolie. Pour la Grande-Bretagne, déjà installée en Egypte, et sur la périphérie de l’Arabie, et soucieuse de consolider la route impériale des Indes et de protéger les approches du canal de Suez, les objectifs étaient également assez clairement définis : contrôle éventuel de la rive est du canal, maîtrise du port de Haïfa, intérêts sur l’intérieur de l’Arabie, intérêts dans l’Iraq méridional (que venait de renforcer la découverte de pétrole dans cette région). La Russie, tout en gardant un œil sur les Lieux-Saints, était néanmoins plus directement intéressée par les terres turques (Détroits et Anatolie orientale). Les prétentions italiennes étaient plus récentes, mais l’occupation des îles du Dodecanèse indiquait la zone dans laquelle elles pouvaient éventuellement se déployer. Parallèlement à ces ambitions, mais susceptible de les utiliser comme support, se développait, dès avant 1914, l’activité des milieux sionistes dont l’objectif avoué était d’installer une forte communauté en Palestine où la présence juive se limitait, en 1914, à des communautés urbaines noyées dans la population arabe (musulmane et chrétienne) du pays.

  • 2 Voir E. DAWN, « The rise of arabism in Syria », Middle East Journal. XVI. 1962.

4Cette marée montante des impérialismes européens se produisait au moment précisément où des aspirations nationales arabes commençaient à prendre forme au sein de l’Empire ottoman. Au mouvement de renaissance culturelle (Nahda) dans lequel la Syrie avait joué un rôle non négligeable, succédait, juste avant 1914, en réaction partielle contre l’affirmation du nationalisme turc, une prise de conscience d’un nationalisme arabe : les objectifs (autonomie à l’intérieur de l’Empire, ou même indépendance) et les modalités d’action (sociétés secrètes) restaient assez flous ; mais le mouvement commençait à déborder sur l’extérieur (Congrès arabe de 1913, à Paris) et il s’enracinait fortement en Syrie : la société al-Fatât, fondée en 1911 à Paris, s’était ensuite transportée à Beyrouth puis Damas ; sur les 126 éléments actifs du nationalisme arabe d’avant 1914 que l’on a pu identifier, 51 étaient syriens et les Palestiniens, les Libanais et les Iraqiens (une vingtaine pour chaque nationalité) ne venaient que bien après eux2.

5Avant même le déclenchement de la guerre (février 1914) des contacts avaient eu lieu au Caire entre Kitchener, représentant anglais en Egypte, et ‘Abdallah, fils de Husaïn, Chérif de la Mekke, et à ce titre une des principales autorités religieuses dans le monde musulman ; ils avaient éclairé les Britanniques sur l’état d’esprit des Arabes et sur la possibilité d’une révolte du Hedjaz contre les Turcs. Le début du conflit en Europe amena Kitchener à effectuer un sondage auprès du Chérif sur son attitude dans l’éventualité où la Turquie entrerait en guerre contre les Alliés. Il obtint une réponse prudente. Lorsque la guerre fut effectivement déclarée à la Turquie (novembre 1914), les Britanniques furent amenés à faire entrer les pays arabes de l’Empire ottoman dans leur stratégie. Maîtres de territoires peuplés de musulmans, les Alliés pouvaient craindre que l’appel à la guerre sainte (jihâd), proclamé d’une manière assez formelle à Istanbul, ne prenne une réalité plus redoutable s’il était lancé par le Chérif de la Mekke. L’entrée en guerre de la Turquie menaçait directement le Canal de Suez en direction duquel deux offensives furent effectivement menées, en janvier 1915 et août 1916, mais sans succès. Enfin, les territoires arabes de l’Empire (Arabie, Palestine, Syrie, Iraq) constituaient la voie d’accès logique pour une action militaire directe contre la Turquie, surtout lorsque la tentative effectuée pour la frapper au cœur eut échoué à Gallipoli (janvier 1916).

Les engagements de la guerre

  • 3 Elie KEDOURIE (In the Anglo-Arab Labyrinth, 112-130) suggère que McMahon agit parfois en marge des (...)

6Le sort du Proche-Orient arabe et de la Syrie fut scellé au cours de trois séries de négociations menées parallèlement par la Grande-Bretagne et parfaitement contradictoires. Dans les négociations menées par Henry McMahon (représentant anglais en Egypte) avec les Chérifiens (Husaïn et ses fils Faïsal et ‘Abdallah), l’objectif des Britanniques était d’entraîner les Arabes dans la guerre contre les Turcs, sans rien céder ouvertement qui fût en contradiction avec les ambitions avouées de la France dans le Levant. De leur côté, les Arabes s’efforçaient d’obtenir le maximum de garanties anglaises concernant la création d’un état arabe indépendant après la guerre, en cédant le moins possible aux appétits des Puissances. Du flou volontaire de la correspondance Husaïn – McMahon (juillet 1915-janvier 1916), il paraît ressortir que la Grande-Bretagne s’engagea à reconnaître l’indépendance des Arabes dans les limites demandées par le Chérif de la Mekke (Péninsule arabe, Iraq et Syrie), à l’exception des districts de Mersin et d’Alexandrette (dans le sud de la Turquie actuelle) et des zones situées « à l’ouest des districts de Damas, Homs, Hama et Alep », mention étant dûment faite des « intérêts » de la France (lettre du 24 octobre 1915). Cette formulation, volontairement ambiguë, n’excluait pas de l’Etat arabe indépendant envisagé la Syrie intérieure : par son silence sur ce point, la Grande-Bretagne paraissait admettre que la Palestine y était incluse sans réserve3. De toute manière, Husaïn refusa de reconnaître les prétentions de la France et de quelle que puissance que ce fût à toute étendue de terre arabe, mais accepta que la question fût rediscutée ultérieurement (lettre du 1er janvier 1916). C’est sur ces bases que fut déclenchée la révolte arabe au Hedjaz.

7A ce moment même, une série de négociations secrètes permettait aux Alliés (Grande-Bretagne, France, Russie et Italie) de s’entendre sur les conditions du partage éventuel de l’Empire ottoman. L’accord conclu entre la Grande-Bretagne et la France (accord « Sykes-Picot » du 16 mai 1916) est, du point de vue qui nous intéresse, le plus important, puisqu’il scella le sort de la Syrie et du Liban. Cet accord définissait : – deux zones dans lesquelles les deux puissances se reconnaissaient le droit d’établir un contrôle direct, pour la France la Syrie côtière et la Cilicie ; pour la Grande-Bretagne la région de Basrah et de Bagdad ; – une zone internationale couvrant la Palestine (Haïfa et Acre étant cependant contrôlés par les Britanniques) ; – dans l’Etat arabe indépendant (ou la confédération d’Etats arabes) qui serait établi ailleurs, la France se voyait reconnaître la priorité (pour d’éventuelles entreprises, pour l’envoi de conseillers) dans la zone nord (Syrie actuelle, plus Mossoul), la Grande-Bretagne dans la zone sud (Jordanie actuelle, et reste de l’Iraq). Cet accord était en contradiction évidente avec la teneur des engagements pris par les Anglais vis-à-vis du Chérif Husaïn qui n’en fut pas informé et n’en eut connaissance qu’à la fin de 1917, après que les Russes l’eurent publié.

8Le dispositif des engagements britanniques fut complété (et compliqué), le 2 novembre 1917, par la Déclaration Balfour par laquelle le gouvernement anglais annonçait son intention de faciliter l’établissement en Palestine d’un Foyer national pour le peuple juif, sous la condition que rien ne soit fait qui porte préjudice « aux droits civils et religieux des communautés non-juives existantes » (c’est-à-dire des Arabes musulmans et chrétiens qui constituaient 90 % de la population de la Palestine). En dehors de sa sympathie pour la cause des juifs, et de son désir de s’assurer, à un moment difficile de la guerre, l’appui de la puissante communauté juive des Etats-Unis, le gouvernement anglais voyait sans doute dans ce projet une raison de justifier la position qu’il comptait s’assurer durablement en Palestine. Sous cet angle, la Déclaration Balfour était en contradiction à la fois avec les assurances données aux Arabes et avec les accords Sykes-Picot.

La guerre avec les Arabes et la libération de la Syrie

9La Syrie subit durement les effets de la guerre que Turco-Allemands d’une part, et Anglais d’autre part, menèrent pour le contrôle du Proche-Orient. S’ajoutant aux effets du blocus anglais, la conscription établie par les Turcs, assortie du travail forcé sur les routes et les chemins de fer, les réquisitions de produits agricoles et de bétail pour l’armée, les destructions d’arbres, désorganisèrent l’économie et installèrent la pénurie, la hausse des prix et la famine : il y aurait eu en Syrie, entre 1914 et 1918, 300 000 victimes de la faim et de la malnutrition.

10D’autre part, les Turcs suspectaient le loyalisme des Arabes, non sans raison : dès les premiers mois de la guerre, des contacts avaient eu lieu entre les sociétés secrètes, al-Fatât et al-‘Ahd, et le Chérif de la Mekke (janvier 1915) ; Faïsal vint effectivement, à deux reprises, à Damas, pour s’informer sur l’activité des nationalistes, et il put constater qu’ils étaient prêts à se rallier à un accord avec les Anglais pour l’indépendance des Arabes. Les autorités turques sévirent avec vigueur contre les nationalistes arabes, dont un grand nombre furent internés ou même exécutés (11 en août 1915 ; 22 au printemps de 1916). La répression exercée par Jamâl Pacha ne fit cependant que renforcer les liens entre les nationalistes syriens et le mouvement arabe dont la révolte qui partit du Hedjaz montra l’importance.

11A partir de la prise de la Mekke par les Chérifiens (juin 1916), les Arabes participèrent à la guerre que menaient les Britanniques contre les Turcs, d’abord en libérant le Hedjaz de l’occupation turque, puis en appuyant, avec des contingents commandés par l’émir Faïsal, l’offensive menée par Allenby en Palestine d’abord (occupation de Jérusalem en décembre 1917), puis en Syrie, où les troupes anglo-arabes pénétrèrent en septembre 1918. Le 1er octobre 1918, les contingents arabes, commandés par Nûrî al-Sa’îd, entrèrent à Damas, suivis le lendemain par l’armée britannique. A la fin du mois, toute la Syrie était libérée de l’occupation turque dans l’enthousiasme général.

II. LE ROYAUME ARABE A DAMAS (OCTOBRE 1918-JUILLET 1920)

  • 4 Sur toute cette période, voir l’article de A.L. TIBAWI, « Syria from the Peace Conference to the f (...)

12Une ère nouvelle paraissait s’ouvrir pour le monde arabe. Malgré les appréhensions que pouvaient valablement susciter chez Husaïn et Faïsal la Déclaration Balfour et l’accord Sykes-Picot, les Chérifiens continuèrent à mettre beaucoup d’espoirs dans l’appui de la Grande-Bretagne dont le gouvernement s’était efforcé, jusqu’au bout, de minimiser l’incidence de ces deux accords sur les engagements pris en 1915-1916 vis-à-vis des Arabes. Officiellement ralliés aux principes de Wilson (qui prévoyaient en particulier l’autodétermination pour les peuples libérés), les Français et les Anglais firent, le 17 novembre 1918, une déclaration assez rassurante : le but des Alliés était la libération complète des peuples opprimés par les Turcs et l’établissement de gouvernements et d’administrations nationaux tirant leur autorité du libre choix des populations. La France et la Grande-Bretagne étaient d’accord pour aider à établir des gouvernements indigènes en Syrie et en Mésopotamie : elles ne souhaitaient pas imposer un système aux populations de ces régions, « mais leur donner l’aide qui assurerait le bon fonctionnement de gouvernements élus librement par les populations ».4

13Les espérances des Arabes furent cependant rapidement déçues. La politique de la France fut orientée avec ténacité vers la réalisation des objectifs conformes aux intérêts qu’elle pensait avoir dans la région, dans la zone géographique qu’elle estimait réservée à son influence, et dont les accords de 1916 avaient précisé l’extension. Quant à la Grande-Bretagne, bien que consciente des obligations qu’elle avait contractées envers les Arabes, elle allait s’efforcer, en priorité, de s’assurer les zones d’action qu’elle s’était réservées. Par ailleurs, lorsque, inévitablement, le conflit éclata entre les ambitions de la France et les aspirations des Arabes, elle laissa les mains libres à son alliée, d’autant plus qu’elle savait que c’était le prix qu’elle avait à payer pour permettre la réalisation de ses propres visées sur la Palestine.

L’installation du gouvernement arabe

14Dès leur entrée à Damas, les Chérifiens s’efforcèrent d’y organiser un gouvernement arabe : ‘Alî Ridhâ Pacha al-Rikâbî, général de l’armée turque rallié aux Chérifiens, prit en main l’autorité à Damas où la prière fut dite à la Grande Mosquée au nom de Husaïn et de Faïsal, considéré comme son député en Syrie. Allenby, dont le « principal conseiller politique » était Picot, organisa, dans les zones libérées, trois administrations militaires : bien qu’en principe, il ne préjugeât en rien de l’avenir de ces territoires, leur découpage était remarquablement conforme à l’esprit des accords Sykes-Picot, modifiés par la Déclaration Balfour : la zone sud (correspondant à la Palestine) était administrée par un officier anglais ; la zone nord (Mont-Liban et littoral) par un officier français ; la zone est (Syrie intérieure) par Rikâbî Pacha (auprès duquel était placé un officier de liaison français). Ce règlement représentait bien l’ébauche d’un partage de la Syrie avec sa zone anglaise et ses deux zones promises au « contrôle direct » et à l’« influence » de la France.

15La situation était assez préoccupante pour qu’il parût utile que Faïsal se rendît rapidement en Europe, afin d’y défendre la thèse d’un état arabe unifié. A Londres, Faïsal fut reçu par Balfour (en décembre 1918) qui s’efforça de le rassurer sur les intentions de la France, avec d’autant moins de sincérité qu’une semaine auparavant Clemenceau et Lloyd George avaient conclu un accord par lequel la France « renonçait » à Mossoul et à la Palestine, en échange de la reconnaissance par la Grande-Bretagne « de l’influence exclusive de la France sur le reste de la Syrie » : avant même d’avoir commencé, la mission de Faïsal était donc sans objet. Les Anglais s’efforçaient cependant de persuader Faïsal qu’en lâchant du lest sur la Palestine, promise par eux aux Sionistes, il pouvait sauver la Syrie, grâce à l’appui britannique (c’était la thèse de Lawrence qui l’accompagnait).

16En France, Faïsal reçut un accueil courtois (un « vin d’honneur » fut offert à Lyon au fils du Chérif de la Mekke et la Croix de guerre lui fut attribuée), mais la position de la France, en ce qui concernait ses « droits » sur la Syrie, était d’une intransigeance qui ne permettait guère de manœuvre. Conscient de cette situation, Faïsal tenta d’intéresser aux problèmes et aux revendications arabes les Américains et la Conférence de la Paix : avec un succès mitigé. Le seul élément positif qu’il put récolter fut la décision d’envoyer dans le Proche-Orient une Commission alliée pour enquêter sur les vœux des populations (25 mars 1919). Comme la France ne désirait évidemment pas l’envoi d’une telle commission, que l’Angleterre ne souhaitait pas s’opposer à elle en Syrie, et était d’ailleurs soucieuse de s’assurer la liberté d’action en Palestine (« in the case of Palestine, écrivait Balfour à Lloyd George, le 19 février 1919, we deliberately and rightly decline to accept the principle of self-determination ») et que l’Italie s’abstint, la Commission se réduisit finalement à sa seule composante américaine.

Le Congrès arabe et la Commission King-Crane (juin-juillet 1919)

17De retour dans le Levant (avril 1919), Faïsal reçut un accueil enthousiaste. Mais il put constater que la situation avait évolué durant son absence. L’opinion, déçue par les atermoiements des Alliés, inquiète des rumeurs qui couraient sur l’éventualité d’une occupation militaire française et sur les projets anglo-sionistes concernant la Palestine, s’orientait vers des positions plus radicales. Lorsque les élections furent organisées pour former une assemblée, elles aboutirent à la désignation d’un Congrès arabe que dominaient les éléments nationaliste. Réuni à Damas, il prit, le 2 juillet suivant, une série de résolutions significatives : rejetant les accords Sykes-Picot et la Déclaration Balfour, le Congrès se prononça pour la création d’un état indépendant couvrant la Palestine et la Syrie, avec l’émir Faïsal comme souverain constitutionnel, et il refusa toute forme de contrôle étranger, acceptant à la rigueur une assistance limitée américaine, à défaut anglaise (mais en aucun cas française).

18Ces positions furent entièrement confirmées par la Commission King-Crane (du nom des deux enquêteurs américains qui la dirigèrent). L’enquête menée en Palestine, puis en Syrie, en juin et juillet, avec un soin réel (la Commission visita 36 villes, recontra des représentants de 1 500 villages, reçut 1 863 pétitions) aboutit à un rapport qui fut remis le 28 août. En ce qui concerne la Palestine, King et Crane recommandaient de réduire le programme sioniste, jugé inacceptable par la population de la Palestine. La Syrie devait constituer un état unifié (comprenant la Palestine), sous le règne constitutionnel de Faïsal, avec les Etats-Unis ou la Grande-Bretagne comme mandataire ; toute tentative pour imposer un mandat français provoquerait de grandes difficultés ; un mandat pourrait être confié à la France sur le Liban (qui ne serait pas agrandi). Les conclusions étaient sages, et sans doute conformes à l’état de l’opinion arabe ; la justesse des analyses faites fut d’ailleurs confirmée par l’histoire ultérieure du Proche-Orient. Mais le rapport de la Commission resta lettre morte, puisque la délégation américaine se retira peu après de la Conférence de la Paix.

Faïsal, la France et les nationalistes

19Durant l’été de 1919, Faïsal décida de se rendre à nouveau en Europe. Il arriva à Londres le 18 septembre, le jour même où était publié l’accord franco-britannique du 15 septembre, aux termes duquel la Grande-Bretagne décidait d’évacuer ses garnisons de Syrie et de Cilicie à partir du 1er novembre 1919 : elles devraient être remplacées par des troupes françaises dans la zone ouest et par des troupes arabes dans la zone est (Syrie intérieure). Une seconde fois tout était résolu avant toute discussion avec Faïsal qui n’eut que la ressource de protester contre une décision qui signifiait que les Anglais abandonnaient les Arabes à leur sort et laissaient à la France toute liberté d’agir en Syrie. Les Anglais conseillèrent à Faïsal de s’entendre avec la France.

20Le 27 novembre, Faïsal conclut effectivement un accord avec Clemenceau : la France occuperait le Liban et la Syrie côtière, mais non la Bekaa, qui serait considérée comme une zone neutre ; Faïsal serait roi de Syrie ; l’état arabe demanderait à la France l’assistance qui lui serait nécessaire. Il ne s’agissait que d’un projet sur lequel Faïsal devrait consulter les Syriens ; de toute manière, rien ne devait être définitif avant le règlement final par la Conférence de la Paix. C’était sans doute le maximum de ce que les Arabes pouvaient obtenir du gouvernement français. Faïsal avait compris que, privés de l’appui anglais, les Arabes ne pouvaient pas courir le risque d’un conflit avec la France. Il fallait donc composer. Il aurait cependant fallu beaucoup de modération de part et d’autre pour que le choc puisse être évité.

  • 5 Voir D. CHEVALLIER, « Lyon et la Syrie », 308-312.

21En France, une partie de l’opinion pressait le gouvernement d’asseoir solidement son influence en Syrie continentale : « Damas, l’une des villes saintes de l’Islam, ne peut être soustraite à l’autorité morale de la France », avait déclaré le Conseil de l’Université de Lyon dès la fin de 1918. A son retour du Levant (en septembre 1919), une mission envoyée conjointement par les Chambres de Commerce de Lyon et de Marseille, avec l’appui des Affaires Etrangères, stigmatisait l’action de la Grande-Bretagne en Syrie et attirait l’attention du gouvernement sur les dangers du « mouvement panarabe » qui semblait devoir s’établir à Damas. Clemenceau put rassurer les Lyonnais et les Marseillais en leur annonçant, le 4 octobre, la nomination du général Gouraud comme Haut-Commissaire en Syrie et chef de l’armée du Levant5. La position militaire de la France au Levant se renforçait et s’étendait graduellement ; le but avoué était de faciliter les opérations menées en Cilicie : mais l’objectif évident était de préparer le contrôle français sur la Syrie.

22A Damas on n’était prêt à accepter ni le démembrement de la Syrie, ni l’imposition d’aucune tutelle étrangère. Lorsque le départ des Anglais fut annoncé, la pression populaire s’exerça pour la mobilisation : la conscription d’une force de 12 000 hommes fut décidée ce qui amena Allenby à interner Yâsîn Pacha al-Hâchimî, commandant de l’armée, et à suspendre les subsides anglais qui avaient aidé le gouvernement arabe à s’organiser. A son retour en Syrie (janvier 1920), Faïsal trouva une opinion peu préparée à la patience qui lui était demandée. Il dut accepter des vues extrêmes qu’il savait peu réalistes, afin de sauvegarder son autorité. Le 7 mars 1920, le Congrès national prit une résolution historique qui fut promulguée le 8, dans l’enthousiasme général : il proclama l’indépendance de la Syrie « dans ses limites naturelles » (y compris donc la Palestine et le Liban, auquel était laissée une possibilité d’autonomie), élut Faïsal comme roi constitutionnel et rejeta le projet de Foyer national pour les juifs en Palestine. Un gouvernement national syrien fut formé, sous la présidence de ‘Ali Ridhâ al-Rikâbî, et, peu après, une constitution à caractère démocratique fut adoptée.

L’occupation française

23La France et la Grande-Bretagne considérèrent comme nulles les décisions prises à Damas, qui ne pouvaient d’ailleurs avoir aucun effet pratique : les armées françaises occupaient les zones côtières, les armées anglaises la Palestine et l’Iraq. Elles décidèrent de réunir le Conseil suprême et invitèrent Faïsal à venir en Europe. Mais leur refus d’accepter de prendre en considération la proclamation du 8 mars interdisait à Faïsal d’obtenir un mandat du Congrès syrien. C’est donc en l’absence de tout représentant arabe que le sort de la Syrie fut scellé à San Remo, le 25 avril 1920 : le Conseil suprême allié décida d’offrir à la France le mandat sur la Syrie et le Liban ; à la Grande-Bretagne le mandat sur l’Iraq et la Palestine.

24Ces décisions qui violaient les principes proclamés en 1918, les promesses faites aux Arabes et qui allaient contre les vœux des intéressés, provoquèrent un sentiment d’horreur à Damas. Peut-être le gouvernement français était-il encore disposé à reconnaître Faïsal comme roi de Syrie, à condition qu’il accepte le mandat. Mais Faïsal ne pouvait plus compter sur l’appui des Arabes les plus modérés qui avaient souhaité une coopération avec la France et la Grande-Bretagne mais que la proclamation du partage de la Syrie et des mandats réduisait au mutisme ; l’autorité à Damas passait aux nationalistes les plus extrêmes, ce qui ne pouvait que tendre davantage encore les relations avec la France. Le Congrès national demanda, le 8 mai, l’indépendance complète pour une Syrie unie à la Palestine et rejeta toute tutelle étrangère. Faïsal refusa de déclarer la guerre à la France, comme certains de ses partisans le demandaient, mais il remplaça Rikâbî, jugé trop modéré, par Hâchim al-Atâsî, et il dut fermer les yeux sur les attaques lancées par certains officiers arabes contre les forces françaises, au risque de hâter l’intervention militaire de la France.

25Face au général Gouraud, qui était impatient de mettre en action le mandat confié à la France, d’autant plus que l’armistice du 30 mai 1920 avec les Turcs lui donnait maintenant toute liberté d’agir, Faïsal hésitait et temporisait. Le 9 juillet, il manifesta l’intention de se rendre en Europe pour défendre la cause des Arabes à la Conférence de la Paix. A Nûrî al-Sa’id, qui s’était rendu à Beyrouth pour préparer ce voyage, Gouraud donna connaissance de la teneur d’un ultimatum qui fut communiqué officiellement le 14 juillet au gouvernement syrien ; après avoir assuré que le mandat n’était pas inconciliable avec une autonomie syrienne et que la Syrie avait intérêt à accepter les conseils et l’assistance que lui offrait la France pour réaliser son indépendance, Gouraud relevait les actes hostiles commis contre la France et présentait cinq demandes qui devaient être acceptées dans les quatre jours ; acceptation du mandat français – abolition de la conscription et réduction de l’armée syrienne à son niveau de 1919 – droit, pour les forces françaises, d’utiliser la voie ferrée Rayaq-Alep, et d’occuper Alep – introduction du papier-monnaie « syrien » (émis par la Banque de Syrie et du Grand-Liban, contrôlée par la France) – punition des coupables des actes hostiles à la France.

  • 6 D’après les Français, ce retard fut causé soit par l’obstruction des nationalistes syriens de Dama (...)

26Dès que ces demandes furent connues à Damas, elles provoquèrent une vive indignation qui éclata dans des manifestations de rue aux cris de « guerre et victoire ». Le Congrès syrien adopta une position intransigeante et accusa le roi et le gouvernement de couardise. Le rapport des forces était évidemment défavorable aux Syriens qui ne disposaient que de 5 000 hommes, mal équipés, pour faire face aux 80 000 soldats français, appuyés par des chars, de l’artillerie, de l’aviation et maintenant solidement installés dans la Bekaa. Après une période d’hésitation, le gouvernement syrien, unanime, à la seule exception de Yûsuf al-‘Azma, qui était partisan de la résistance, conseilla à Faïsal d’accepter l’ultimatum de Gouraud. Allenby, consulté par Faïsal, lui donna le même avis. Sâti’ al-Husrî, qui occupait alors les fonctions de ministre de l’éducation, évoque, dans The days of Maysalûn, la détresse qui s’empara de lui lorsque le chef d’état-major, Yâsîn al-Hâchimî, lui avoua que les troupes syriennes ne pouvaient pas tenir plus de deux heures, faute de munitions. De nouvelles communications eurent lieu avec Gouraud, qui accorda un délai supplémentaire jusqu’au 21, afin que le gouvernement puisse donner une acceptation officielle et commencer à exécuter les demandes françaises. Le 20, les ministres acceptèrent les conditions posées ; contre l’émeute qui se déchaîna à Damas l’armée intervint, causant 200 morts. Pour des raisons obscures, le télégramme d’acceptation ne parvint pas à Gouraud6. Les troupes françaises reprirent leur avance. De nouvelles négociations menées à ‘Alay par al-Husrî, aboutirent à un nouveau délai, assorti de nouvelles exigences (dont l’installation à Damas d’une mission française pour superviser l’exécution de l’ultimatum et préparer la mise en place du mandat).

27Al-Husrî revint à Damas persuadé que, de toute manière, les Français étaient décidés à occuper le pays. Faïsal, qui avait montré sa bonne volonté en suspendant le Congrès syrien, était prêt à exécuter l’ultimatum primitif, mais il était conscient qu’en allant plus loin il provoquerait une guerre civile, et il en informa Gouraud le 23. De fait, quand on annonça que Faïsal faisait démobiliser les unités nouvelles et retirer les troupes, alors que les Français continuaient à progresser sur Damas, une véritable émeute éclata dans la capitale. Les troupes françaises étaient arrivées à Khân Maïsalûn (à trente kilomètres de Damas), lieu où campait l’armée syrienne, qu’avaient rejointe les volontaires venus en hâte de Damas : au total, 600 réguliers et 2 400 irréguliers. Le combat final se produisit là, dans la matinée du 24 juillet 1920. En quelques heures, l’armée syrienne fut dispersée (Yûsuf al-‘Azma fut tué au cours du combat). Le 25, les troupes françaises entrèrent à Damas. Faïsal s’était retiré à Kiswa, mais il continuait à envisager de collaborer avec les Français : avant de quitter Damas, il avait formé un cabinet, dirigé par Alâ al-Dîn al-Durubî, personnalité qui paraissait pouvoir être acceptée par les Français. Mais le 27 juillet, il fut informé que la France lui demandait de quitter le territoire syrien : le 28, il gagna Dar’â, puis Haïfa et l’Europe.

Conclusions

28Le « royaume arabe » se terminait donc par un désastre. On ne peut néanmoins traiter comme une simple parenthèse cette période de moins de deux ans.

  • 7 Voir Khaïriyya QÂSIMIYYA : al-Hukûma al-‘arabiyya fi Dimachq.

29Tout d’abord, parce que le bilan de cette expérience était loin d’être négatif. La Syrie, sous le règne de Faïsal, avait fait l’expérience d’une unité arabe qui renouait avec un passé vieux de quatre siècles. L’enthousiasme inspiré par cette unité dans le cœur vivant du monde arabe ne devait pas être oublié de longtemps. Sous le règne de Faïsal, les Syriens avaient expérimenté, pour la première fois dans leur histoire, un régime politique représentatif (quelles que fussent les lacunes du Congrès syrien) et d’un gouvernement moderne comportant des départements ministériels organisés : Intérieur, Affaires Etrangères, Justice, Finances, Education, Travaux Publics, Guerre. Quelques hommes d’état de grand avenir y firent leurs premières armes, tels Hâchim al-Atâsî, ‘Abdarrahman al-Chahbandar, Fâris al-Khûrî, Sati’ al-Husrî. Une administration avait été mise en place, non sans difficultés d’ailleurs, compte-tenu du manque de cadres compétents disponibles, compte-tenu aussi du caractère un peu chaotique de cette période. La création d’un Journal Officiel (février 1919), pour la publication des lois, allait dans le même sens de l’organisation d’une administration moderne. Une armée fut progressivement constituée, amalgamant les compagnons de la révolte arabe, les anciens officiers arabes de l’armée turque, les Syriens ralliés après l’occupation de Damas. Une vie politique se développa dans la fièvre de la lutte pour l’unité et l’indépendance, autour du Congrès syrien et de partis qui prirent la suite des sociétés secrètes (al-Istiqlâl al-‘arab, al-Ittihâd al-Sûrî), de clubs (Club arabe), de journaux, sur un ton généralement véhément dans son nationalisme et son hostilité à la politique française. Dans le domaine de la culture, le Royaume arabe eut le temps de concrétiser son intérêt pour la langue arabe (redevenue langue officielle) et pour le patrimoine national arabe : le gouvernement de Faïsal créa l’Académie de Langue Arabe, placée sous la présidence du lettré Muhammad Kurd ‘Ali (8 juin 1919) ; il organisa la Bibliothèque arabe (20 mars 1919), le Musée des Antiquités arabes (avec un début de législation pour la protection des antiquités). Dans le domaine de l’enseignement, le gouvernement n’eut guère le temps que de faire des projets : mais une faculté de médecine fut ouverte à Damas en septembre 1919 dans le bâtiment de l’Hôpital National, l’enseignement étant donné en langue arabe. Rien de tout cela n’était négligeable, surtout si l’on tient compte des conditions difficiles que traversa la Syrie en 1919 et 19207.

30Mais on doit aussi faire remonter à l’époque du Royaume arabe, les traumatismes qui devaient affecter durablement la Syrie au point que leurs effets sont encore sensibles dans la vie politique actuelle du pays. De ces traumatismes, la France et la Grande-Bretagne étaient largement responsables. Sans doute, face aux exigences inlassablement présentées par la France, la classe politique manqua-t-elle du réalisme et du sens du compromis dont Faïsal fut un des seuls à faire preuve. Ces lacunes s’expliquent par le caractère même de cette classe politique, recrutée parmi des notables (propriétaires terriens, fonctionnaires pour la plupart), connaissant mal le monde extérieur et prompts à prendre leurs désirs pour des réalités, surtout lorsqu’il s’agissait de problèmes nationaux sur lesquels ils n’admettaient aucun compromis. Mais il reste à savoir si, en transigeant, la Syrie nationaliste aurait pu obtenir des gouvernants français qu’ils acceptent sincèrement l’idée d’un mandat temporaire et limité, destiné à conduire un peuple à son indépendance, conception qui était contraire à toutes les traditions coloniales de la France, fût-ce même dans les protectorats d’Afrique du Nord. Sur ce point, l’intransigeance des Arabes répondait parfaitement à l’impatience des Français d’imposer leur domination sur un pays qu’ils estimaient voué à tomber sous leur influence.

31Quoi qu’il en soit, le Royaume arabe s’achevait sur une catastrophe, d’autant plus grande que les espoirs des Arabes avaient été élevés en 1918. La Syrie « historique » était démembrée ; séparée de la Palestine qui était promise à la colonisation sioniste, malgré les protestations passionnées de ses habitants, elle fut aussi privée d’une partie de sa façade maritime par la sécession du Liban que la France, pour des raisons de haute politique, allait accroître de territoires indiscutablement musulmans (Bekaa, districts de Tyr et de Tripoli), de manière à constituer le « Grand Liban » qui fut proclamé par Gouraud dès le 1er septembre 1920, une création artificielle dont les inconvénients, inlassablement dénoncés par les nationalistes arabes, expliquent en partie la tragédie libanaise de ces dernières années. La Syrie où résidaient les communautés arabes les plus évoluées du Proche-Orient, celles qui étaient les plus susceptibles d’aboutir rapidement à l’autonomie politique, était placée sous un contrôle étranger difficile à distinguer d’un gouvernement colonial, et attribuée à l’influence française qui était la seule qui eût été totalement rejetée par l’opinion nationaliste. L’irréalisme et l’amertume qui marquèrent ensuite le mouvement national puisent là leur origine. Faïsal « n’a jamais été oublié à Damas. Trop court pour arriver à des réalisations positives, son règne avait soulevé l’enthousiasme et le loyalisme à travers le pays. Son gouvernement avait eu dans l’assentiment populaire des fondations plus solides peut-être qu’aucun autre depuis l’époque omayyade : s’il avait été aidé, il aurait pu durer. La génération qui se souvint de Faïsal ne put jamais pardonner aux Français, ni donner à leur autorité plus qu’un assentiment forcé... » (A. H. Hourani, Syria and Lebanon, p. 54).

III. LE MANDAT FRANÇAIS D’UNE GUERRE A L’AUTRE (1920-1939)

32L’histoire du Mandat français en Syrie est celle d’un affrontement entre les nationalismes arabes et les « intérêts français » tels que les conçurent les gouvernements français successifs.

33Le nationalisme arabe était, en 1920, une notion encore toute récente, dont on peut résumer les assomptions de base de la manière suivante : existence d’une « nation arabe » dont les traits distinctifs étaient une langue, une civilisation et une histoire communes – aspiration de cette nation à une unité politique indépendante. Le « syrianisme » était alors à peu près inexistant : les éléments minoritaires, fort nombreux et divers en Syrie (chrétiens, druzes, alouites), avaient conscience d’appartenir à leurs communautés plus qu’à une nation « syrienne ». La conscience de l’unité arabe devait permettre d’annuler les effets des divisions internes et de l’esprit séparatiste. « Il n’y a pas de nation syrienne. Il y a une nation arabe, produit de cet agglomérat de peuples qui, jadis, forma l’Empire arabe. Elle constitue une unité vivante, solidaire dans ses parties les plus divergentes, similaire dans ses fractions les plus éloignées » (E. Rabbath, Unité syrienne et Devenir arabe, p. 33). Le nationalisme arabe n’était exempt ni d’obscurité ni de contradictions, mais ainsi que A. H. Hourani l’écrivait en 1945 : « Bien que le nationalisme arabe soit encore largement inarticulé et informe, il ne jaillit pas seulement de la passion et du préjugé, et il n’est pas non plus confiné à la seule élite cultivée qui en est le porte-parole. C’est un mouvement avec des bases et des objectifs rationnels, qui, bien qu’ils ne soient pas encore devenus pleinement explicites, existent implicitement comme des forces motivantes aussi bien dans l’esprit des paysans... que de l’habitant instruit des villes... et que de l’homme politique » (Syria and Lebanon, p. 102).

34Un compromis aurait sans doute pu être trouvé entre ce nationalisme et les intérêts fondamentaux de la France dans le Levant sur le plan culturel, économique, ou stratégique. Mais la politique française fut, durant toute cette période, dominée par un immobilisme qui avait peut-être ses racines principales dans la crainte que toute politique évolutive au Levant n’ait des conséquences sur les possessions et protectorats d’Afrique du Nord. D’autre part, la France, qui avait fait de la défense des minorités un des objectifs principaux de son action au Levant, en partie pour s’assurer des appuis et diviser l’opposition qu’elle rencontrait, fut sans doute enfermée dans une politique qui lui aliénait durablement l’opinion nationaliste. Il est vrai qu’un des traits constants de la politique française et de l’action de ses exécutants fut une sous-estimation de l’importance du nationalisme et de la profondeur de son enracinement dans la population indigène : l’activité des nationalistes était souvent jugée comme un prurit urbain provoqué par des intellectuels formés en Occident et qui n’avaient aucune prise réelle sur les masses profondes du pays (rurales ou bédouines). Enfin, l’anglophobie ambiante des milieux dirigeants du Mandat devait conduire les responsables à voir invariablement des intrigues britanniques dans les mouvements qui agitèrent en profondeur la Syrie après la chute de Faïsal.

L’installation du Mandat (1920-1925)

35La conception du mandat était née des principes wilsoniens dont l’écho apparaît encore dans l’article 22 de la Société des Nations qui l’organisa : certaines communautés qui appartenaient jadis à l’Empire ottoman avaient atteint un stade de développement qui leur permettait d’aspirer à une complète autonomie, après une phase provisoire pendant laquelle elles seraient placées sous la tutelle des nations plus avancées qui leur donneraient avis et aide. Les vœux de ces communautés devaient être pris en considération pour le choix des mandataires. Le texte de la charte prévoyait, dans le détail, les droits et obligations du mandataire : la France devrait, dans les trois ans, mettre au point une loi organique pour la Syrie et le Liban et assurer leur développement progressif vers l’indépendance ; elle aurait la responsabilité de la défense et des relations extérieures des deux pays : elle devrait veiller à ce qu’aucune part des territoires de la Syrie et du Liban ne soit aliénée ou placée sous le contrôle d’une puissance étrangère ; elle devrait s’assurer que des garanties soient accordées pour le statut personnel, et le droit religieux des individus. Un rapport annuel devrait être envoyé à la commission ad hoc de la S.D.N. Mission par essence temporaire, le mandat aurait dû exclure l’intervention directe du mandataire dans les affaires intérieures des pays concerné.

  • 8 Voir sur ce point les remarques de E. BURKE, « A comparative view of French native policy in Moroc (...)

36La pratique mandataire de la France ne répondit qu’imparfaitement à ces principes. La volonté de garder un large pouvoir de contrôle, et le poids des traditions d’administration directe au Maghreb8, amenèrent la France à établir un système qui, du haut en bas de l’échelle, soumettait le pays sous mandat à une tutelle lourde qui ressemblait plus à un régime colonial (du type des protectorats tunisien et marocain) qu’au système prévu par les textes de la S.D.N. A Beyrouth, un Haut-Commissaire, assisté d’un Secrétaire-général, avec des services qui équivalaient à un gouvernement ; des délégués contrôlant les gouvernements indigènes, des « conseillers » dans les départements ministériels ; des officiers des affaires indigènes ; le contrôle de l’armée française naturellement, mais aussi des « troupes spéciales » recrutées localement ; la main-mise sur les « Intérêts communs » (au Liban et à la Syrie), essentiellement les concessions (dont la gestion concernait en particulier les intérêts économiques français) et les douanes (qui fournissaient une partie importante des ressources financières des deux pays). Cette organisation peu conforme à la théorie du mandat, fut une des principales causes de mécontentement des Syriens, d’autant plus que le personnel employé au Levant (au mieux des officiers formés par la pratique du protectorat au Maroc – au pire des fonctionnaires venus de France, parfois incompétents et souvent ignorants des conditions locales) ne fut pas au-dessus de toute critique.

  • 9 E. Rabbath exprime une vue sans doute extrême, mais très représentative de l’idée que se faisaient (...)

37Deuxième grief des nationalistes, aussi fondamental que le précédent. Sous couleur de protéger les minorités religieuses et ethniques, et de tenir compte des différents niveaux de développement des populations syriennes9, la France divisa la Syrie en unités politiques distinctes : en septembre 1920 furent créés un État d’Alep (avec un régime spécial pour le Sandjaq d’Alexandrette) et un État de Damas, un Territoire des Alaouites (qui deviendra Etat en 1922), et, en mars 1921, le Djebel Druze. La Syrie, qui venait d’être séparée de la Palestine et du Grand Liban, était ainsi divisée en quatre entités distinctes. Cet émiettement avait un caractère si exagéré que, en 1922, sur la suggestion de Catroux, délégué du Haut Commissaire à Damas, une Fédération Syrienne regroupera Damas, Alep et les Alouites, mais pour peu de temps, car, dès 1924, l’Etat des Alaouites sera à nouveau séparé de l’Etat de Syrie.

38Il restait à la France à réduire les résistances qui s’étaient manifestées localement au Mandat. Dans l’est de la Syrie, la pacification s’acheva, en juin 1921, avec l’occupation de Deïr ez-Zor ; peu après, les Bédouins Uqaydat se soumirent. L’institution de compagnies de méharistes permit ensuite de maintenir l’ordre dans les régions de steppe. Dans la région d’Alep, un leader nationaliste, Ibrahim Bey Hanânû, dirigea une résistance énergique durant les derniers mois de 1920 et le début de 1921 ; Hanânû se réfugia ensuite en Transjordanie, fut livré par les Anglais, jugé et finalement libéré. Dans la montagne alaouite, la résistance, dirigée par le chaïkh Sâlih al-‘Alî, ne prit fin qu’en octobre 1921. Vers cette date, les troupes françaises avaient occupé le Djebel Druze et réprimé les troubles qu’avait connus le Haurân, puis une brève révolte menée par le chef druze Sultan al-Atrach (juillet 1922). Le calme était rétabli dans le Mandat. En 1925, à la veille de la révolte druze, la France n’avait plus que 15 000 hommes au Levant.

La révolte druze (1925-1926)

39Imposé à la Syrie par la force, le Mandat se heurta, dès les premières années, à une résistance politique dont les thèmes essentiels étaient l’union de la Syrie et l’autonomie, en attendant l’indépendance. Au début de 1925, l’opposition nationaliste prit une forme cohérente avec la formation du Parti du Peuple qui regroupait, autour du Dr ‘Abdarrahman Chahbandar, la plupart des leaders politiques, dans une opposition vigoureuse au gouvernement installé par les Français. Toutefois, ce n’est pas de ce côté que sortirent, en 1925, les graves difficultés que connut la France, mais d’un de ces états constitués autour de minorités dont la France espérait ainsi se concilier l’appui.

  • 10 Carbillet trace ainsi le bilan de son proconsulat : 600 km de piste ouverts ; 300 km de canalisati (...)

40Le Djebel Druze, dont l’indépendance avait été proclamée en 1922, avait d’abord été placé sous l’autorité de Salîm al-Atrach, un des chefs de la famille dominante. A sa mort, en 1923, des rivalités éclatèrent à l’intérieur de cette famille, et une opposition se fit jour entre les petits notables et les grands clans féodaux : ces difficultés amenèrent les notables à élire comme gouverneur le capitaine français Carbillet. Ce bouillant officier mena, avec une énergie parfois exagérée (recours au travail forcé, taxes excessives), une politique de réformes administratives, économiques et sociales, inspirées par un paternalisme efficace, et candide : « Il suffit ici d’être le chef pour obtenir du rendement de ce peuple très courageux et très travailleur... Un si beau peuple... une fière race... Djebel, je continue à t’aimer à la fois comme un père et comme un fils » (Au Djebel Druze, pp. 12, 21, 223). Cette activité débordante10 bousculait les traditions des populations ; elle mécontenta les notables locaux dont elle menaçait la prépondérance. A la faveur d’une absence de Carbillet, plusieurs chefs druzes tentèrent de faire entendre leurs protestations au nouveau Haut-Commissaire, le général Sarrail : on refusa de les entendre ; plusieurs furent arrêtés.

41Sultan al-Atrach pensa alors le moment favorable pour passer à l’action. Après plusieurs escarmouches, en juillet 1925, l’armée française subit un grave revers : une colonne de 3 000 hommes, commandée par le Général Michaud, fut mise en déroute le 3 août. Le mouvement, d’abord confiné au Djebel Druze, s’étendit progressivement et il prit un caractère national lorsque Chahbandar le rejoignit et contribua à lui donner ses objectifs : unité syrienne, traité franco-syrien, indépendance et démocratie, avec le drapeau de Faïsal ; formation d’un gouvernement national, avec pour président al-Atrach. En octobre, les révoltés parvinrent à proximité de Damas ; le mouvement gagna le nord (armée de Ihsân al-Jâbirî) et le centre (un des chefs des bandes rebelles était Fawzî al-Qâwuqjî qui luttera plus tard en Palestine). Pendant plusieurs mois, la Ghouta fut au pouvoir des insurgés et Damas fut, à deux reprises, bombardée par l’armée française (octobre 1925 et mai 1926), subissant de graves dommages. Pour mettre un terme au mouvement, le gouvernement français envoya un nouveau Haut-Commissaire, Henri de Jouvenel, un homme libéral qui était chargé de trouver une issue politique ; en même temps, il fit un vigoureux effort militaire et l’armée reprit progressivement la situation en mains (opérations dans le sud en avril 1926 ; nettoyage de la Ghouta par 8 500 hommes appuyés par des chars et de l’artillerie, en juillet). Vers la fin de 1926, la révolte était terminée (en décembre, Chahbandar partit pour l’Iraq). Elle avait duré un an et demi ; elle avait causé des pertes considérables au cours des combats militaires et des opérations de répression.

  • 11 Voir J.L. MILLER. « The Syrian revolt of 1925 », I.J.M.E.S., 1977.

42Dans le mouvement druze s’était manifesté un conflit local entre les grandes familles féodales et les petits notables ; il avait aussi exprimé le particularisme local druze, blessé par des réformes trop hâtives et imposées de l’extérieur ; mais il avait ensuite pris un caractère nationaliste évident : revendiqué comme tel par les principaux leaders et interprètes du nationalisme syrien, il permit d’en exprimer les revendications essentielles11. Deux conclusions auraient pu être tirées de cet épisode : la première, qu’une rébellion armée contre la France était tout aussi impensable en 1925 qu’en 1920, et qu’il faudrait donc s’accommoder du Mandat ; la seconde, que le calme relatif qui avait suivi 1920 n’était pas le signe d’une apathie durable et qu’une solution politique restait à trouver aux questions posées par les Nationalistes.

L’impasse politique en Syrie (1926-1935)

43Pendant les dix années qui suivirent la révolte druze, la vie politique en Syrie tourna, pour l’essentiel, autour de deux problèmes : celui des institutions qui devaient assurer le passage graduel à l’autonomie syrienne – celui d’un traité franco-syrien qui devait permettre de préciser le caractère et le terme de la présence française en Syrie. Les Nationalistes étaient organisés dans le Bloc National, fondé par Ibrâhîm Hanânû et regroupant les représentants des principales familles terriennes (Jamîl Mardam Bey, de Damas ; Sa‘dullah al-Jâbirî, d’Alep ; Hâchim al-Atâsî) et des individualités (Fâris al-Khûrî) ; le Bloc recevait l’appui d’autres groupes comme l’« Istiqlâl », qui dérivait d’une des sociétés secrètes d’avant 1914, et dont Chukrî al-Quwatlî était l’animateur. Face à la revendication nationaliste du principe de l’indépendance, la France voulait faire accepter à la fois le Mandat et un traité perpétuant sa présence et lui assurant le contrôle du pays pour une durée indéterminée. Par ailleurs, la France entendait maintenir le morcellement politique de la Syrie : en 1926, un gouverneur français, assisté d’un Conseil consultatif nommé, fut installé dans le Djebel Druze. Entre ces deux positions aucun compromis n’était possible.

44La tentative de Jouvenel pour rétablir une vie politique normale, après l’écrasement de la révolte druze, échoua : après des élections faites dans une partie du pays, une tentative de gouvernement avec participation des nationalistes montra que la plate-forme minimale d’accord comportait l’unification de la Syrie, la conclusion d’un traité franco-syrien, l’entrée à la S.D.N., l’évacuation des troupes. H. de Jouvenel démissionna en juillet 1926 après avoir annoncé que la France souhaitait négocier un traité franco-syrien sur le modèle du traité anglo-irakien de 1922. Son successeur, Henri Ponsot, un diplomate expérimenté, s’efforça de favoriser un retour à la normale : les libertés furent rétablies, une large amnistie décrétée. Un ministère modéré fut formé sous la présidence du chaïkh Tâj al-Dîn (février 1928), et des élections tenues (en avril) qui furent favorables aux nationalistes dans les villes, aux modérés dans les campagnes. A l’assemblée, présidée par Hâchim al-Atâsî, les nationalistes étaient minoritaires ; mais fortement unis autour du Bloc National, et autour d’un programme clairement défini, ils entraînèrent la majorité avec eux. La commission chargée de l’élaboration de la Constitution et animée par Ibrâhîm Hanânû parvint au terme de ses travaux dans un délai de deux mois : le texte prévoyait une Chambre élue pour quatre ans, au suffrage universel (avec représentation des minorités), un président (musulman), un ministère responsable ; il assurait l’égalité entre les citoyens, la liberté religieuse. Toutes ces stipulations étaient parfaitement acceptables pour la France. Toutefois, le projet ignorait le Mandat ; il définissait une Syrie indivisible, comprenant la Palestine, la Transjordanie et le Liban (article 2) ; d’autre part, il confiait au gouvernement le soin d’organiser l’armée (article 110), au Parlement celui de signer les traités et de nommer les représentants à l’étranger. Le Haut-Commissaire demanda la disjonction des cinq articles litigieux : l’assemblée refusa et fut ajournée. Aucun compromis n’ayant abouti, l’assemblée fut dissoute (14 mai 1930). H. Ponsot promulga (sans fixer de délai pour son application) une constitution qui était celle même de 1928, sauf sur deux points : la Syrie était définie comme formant « une unité politique indivisible » ; un article 116 supplémentaire faisait référence à la position de la puissance mandataire. En 1930 également, des lois organiques furent promulguées par décret pour les gouvernements de Lattaquié et du Djebel Druze.

45Après plus de trois ans de suppression de toute vie politique normale, marqués par des démonstrations en 1929 et 1930 (en partie causées par les événements de Palestine), la France décida, en 1931, de procéder à des élections, avec pour objectif la conclusion d’un traité : la signature en 1930 du traité anglo-irakien constituait un précédent qu’on ne pouvait se permettre de négliger totalement en Syrie. Les élections, tenues en décembre 1931, donnèrent l’habituelle majorité de modérés ; mais, comme en 1928, les 17 députés nationalistes (sur 70) entraînèrent le reste de l’assemblée. Un nouveau gouvernement fut formé comprenant deux ministres nationalistes. L’attente des propositions de la France pour le traité se fit dans une atmosphère tendue par les premières déclarations de Ponsot (qui quitta son poste à la fin de 1933), et par les répercussions des événements que connaissait alors la Palestine. Enfin le comte Damien de Martel put mettre au point avec le gouvernement un projet de traité qui fut présenté à la Chambre le 21 novembre 1933. Il était assez semblable au traité anglo-irakien : il prévoyait une « étroite alliance » ; sa durée était de 25 ans après l’entrée de la Syrie à la S.D.N. ; le transfert de l’autorité à la Syrie devait se faire en 4 ans ; il prévoyait la présence de forces françaises en Syrie (sans localisation précise comme en Iraq pour les Anglais). Mais il maintenait la séparation des états druze et alaouite et il n’avait donc aucune chance d’être accepté par les Nationalistes. L’agitation dans la rue et l’opposition au Parlement furent si fortes que le Haut-Commissaire suspendit l’assemblée et retira le projet (décembre 1933). Il ne restait plus qu’à rappeler Tâj al-Dîn pour former un ministère de gestion (mars 1934), et à suspendre sine die la Chambre (novembre 1934). Le calme régnait, provisoirement, à Damas ; comme dans les territoires des Alaouites et du Djebel Druze qui étaient placés sous l’autorité de gouverneurs français, assistés par des conseils consultatifs et où un esprit particulariste se consolidait avec l’appui de la France. En près de dix ans aucun progrès n’avait été réalisé ni dans le domaine des institutions, ni dans celui du traité. On en était revenu à la situation de 1926, dans un contexte politique que les effets de la crise économique qui frappait alors la Syrie, et les troubles qui continuaient à agiter la Palestine, contribuaient à aggraver.

Le traité de 1936 et le gouvernement nationaliste (1936-1939)

46La France ne pouvait cependant pas s’installer dans l’impasse. La montée des périls en Europe, l’expansion impérialiste de l’Italie, lui imposaient de renforcer ses positions stratégiques ; la préparation du traité anglo-égyptien (signé en juillet 1936), venant après le traité avec l’Iraq, accusait le caractère paradoxal de la situation des Mandats français. A la fin de 1935, et au début de 1936, l’activité nationaliste reprit avec énergie : les obsèques d’Ibrâhîm Hanânû à Alep, en novembre 1935, donnèrent lieu à des manifestations nationalistes vigoureuses ; au début de 1936, il y eut une grève générale à Damas, puis en Syrie. Le militantisme des nationalistes était renforcé par l’apparition de partis dirigés vers la jeunesse des villes à laquelle ils donnaient un encadrement paramilitaire. Mais la force essentielle du mouvement restait le Bloc National qui proposa un « Pacte National » avec pour objectifs : l’indépendance, l’unité nationale, l’égalité des droits pour les communautés, la coopération avec les mouvements nationalistes arabes, l’abandon en Palestine de la politique Balfour, une politique d’élévation du niveau économique, social et culturel de la population. Aux actions des Nationalistes, le Haut-Commissaire répondit d’abord par des mesures de répression. Mais de Martel comprit que, pour sortir de l’impasse, une négociation avec les Nationalistes était inévitable. Le chaïkh Tâj al-Dîn céda la place, en février 1936, à un ministère comprenant deux nationalistes. Un projet de traité fut préparé à Beyrouth avec les ministres et des leaders du Bloc et, le 21 mars, une délégation de six membres partit pour Paris afin de négocier avec le gouvernement français. Le départ avait été enthousiaste ; l’attente fut anxieuse. A vrai dire, la négociation commença laborieusement et elle se serait peut-être terminée sur un échec, en raison des difficultés rencontrées sur les problèmes habituels (insertion du Djebel Druze et du territoire des Alaouites ; importance du contrôle conservé par la France) si un événement survenu en cours de négociation n’en avait assuré le succès rapide, la victoire aux élections du Front Populaire, et la formation du gouvernement Blum, avec Y. Delbos comme ministre des Affaires étrangères, et surtout P. Viénot comme sous-secrétaire d’Etat, un partisan convaincu d’une interprétation libérale du Mandat. Le 9 septembre 1936, le traité fut signé.

47Le traité franco-syrien de 1936 représentait un effort pour concilier les aspirations druzes et alaouites à une certaine autonomie avec le nationalisme syrien ; pour concilier le désir syrien d’indépendance avec le souci de la France d’obtenir des garanties. Il s’inspirait du traité anglo-irakien et aurait certainement pu être signé dix ans plus tôt. La Syrie était reconnue comme un état indépendant et souverain, qui entrerait à la S.D.N. dans un délai de trois ans à partir de la ratification. La France et la Syrie se liaient par un traité d’alliance (impliquant des consultations en matière de politique étrangère) d’une durée de 25 ans ; la France maintiendrait en Syrie deux bases aériennes et des troupes pendant une durée de cinq ans, dans des zones limitées ; la Syrie mettrait sur pied une armée nationale (avec l’aide de la France) ; les territoires druze et alaouite seraient annexés à l’Etat de Syrie, mais conserveraient un régime administratif spécial, et des troupes françaises y seraient maintenues durant cinq ans. Accueilli avec une grande satisfaction en Syrie, le traité reçut un accueil mitigé en France où les milieux modérés le critiquèrent comme une manifestation de faiblesse, qui risquait d’affecter la position de la France dans une conjoncture internationale menaçante.

48Dans l’immédiat, la France décida que, sans attendre la ratification par le Parlement, la période transitoire commencerait le 1er janvier 1937 : dès décembre 1936, des statuts organiques furent passés concernant le Djebel Druze et le Territoire alaouite. Déjà des élections avaient eu lieu en novembre qui, dans la joie qui avait accompagné la conclusion du Traité, avaient assuré un succès triomphal pour le Bloc National : Hâchim al-Atâsî devint président de la République, Fârîs al-Khûrî président de la Chambre, Jamîl Mardam Bey chef du gouvernement (qui comprenait, entre autres, Chukrî al-Quwatlî et Sa’dullah al-Jâbirî). Le Bloc National allait maintenant subir l’épreuve du pouvoir.

49Dans l’échec de cette expérience, la responsabilité principale revient au gouvernement français dont les atermoiements, puis le refus de ratifier le traité, privèrent le gouvernement syrien de la base sur laquelle reposait sa politique. Cette évolution progressive de la politique française était liée à l’aggravation de la situation internationale qui paraissait imposer de renforcer la position française au Levant, au renforcement graduel des réticences des milieux politiques français modérés qui prirent plus de poids avec le glissement vers la droite des gouvernements qui succédèrent à celui de Léon Blum, et enfin aux difficultés auxquelles le gouvernement nationaliste se heurta dans sa politique envers les régions de minorités, difficultés qui confirmaient les vues pessimistes de certains observateurs. Pour surmonter ces difficultés, le gouvernement français fut amené à demander aux Syriens des concessions supplémentaires (accords de décembre 1937 et de novembre 1938, sur le respect des droits des minorités, et en particulier des chrétiens, et sur l’assistance technique de la France), qui placèrent le gouvernement syrien dans une situation fausse vis-à-vis de l’opinion nationaliste, de plus en plus impatiente de ces retards et de ces aggravations des termes du traité accepté en 1936.

  • 12 D’après le recensement de 1933, il y avait dans le Sandjaq, 89 500 Arabes, 70 800 Turcs, 23 500 Ar (...)

50Le second obstacle rencontré par le gouvernement nationaliste concerne la question du Sandjaq d’Alexandrette dont le statut particulier (compte-tenu de l’existence d’une forte minorité turque) avait été fixé par des accords internationaux dans lesquels la Turquie était partie prenante. Après la conclusion du traité franco-syrien, sous couleur de protéger la population turque du Sandjaq qu’ils prétendaient majoritaire, les Turcs demandèrent qu’un traitement spécial soit accordé au Sandjaq12. Le gouvernement français, qui était soucieux d’arriver à un accord politique et militaire avec la Turquie, était particulièrement réceptif à ses revendications. Un statut fut donc élaboré en mai 1937, avec l’accord de la S.D.N. aux termes duquel le Sandjaq restait lié à la Syrie, mais recevait une large autonomie. La Chambre syrienne refusa de reconnaître ce statut. Tandis que les Turcs du Sandjaq s’agitaient et que des mouvements menaçants de troupes étaient effectués en Turquie, la préparation des élections commença dans le Sandjaq. Malgré les pressions vigoureuses exercées par les Turcs, et tolérées par la France et ses représentants, l’enregistrement des électeurs n’aboutissait pas à la majorité qu’ils souhaitaient. L’enregistrement fut plusieurs fois suspendu jusqu’à ce que, le 5 juillet 1938, les troupes turques pénètrent dans le Sandjaq avec l’accord de la France : l’enregistrement donna 63 % de Turcs. Le gouvernement français, ayant ainsi donné un territoire qui ne lui appartenait pas, put, comme il le souhaitait, conclure un traité d’amitié avec la Turquie (4 juillet 1938) : le Sandjaq fut progressivement intégré dans la Turquie (en juin 1939, sous le nom de province de Hatay). 14 000 Arméniens et de nombreux Arabes quittèrent le Sandjaq. Il s’agissait, de la part de la France, d’un acte flagrant d’immoralité politique, qui était en contradiction avec les vœux de la majorité de la population et avec les obligations qu’elle assumait vis-à-vis de la Syrie en tant que puissance mandataire. Il provoqua en Syrie une émotion profonde et il fut naturellement porté au débit du gouvernement qui fut accusé de n’avoir pas su défendre les droits de la Syrie avec assez d’énergie.

51Si le gouvernement nationaliste n’eut que peu de prise sur les péripéties des affaires du Traité ou du Sandjaq, les difficultés qu’il rencontra dans l’administration des régions de minorités furent partiellement dues à un certain manque de clairvoyance et de prudence de la part des politiciens de Damas et de leurs représentants : trop convaincus que les séparatismes n’étaient que le résultat factice de la politique de la puissance mandataire, et des intrigues de ses fonctionnaires locaux, ils furent enclins à poursuivre une politique d’assimilation imprudente et parfois brutale. Le Djebel Druze et le territoire des Alaouites, réunis à la Syrie, avaient reçu un régime spécial avec des gouvernements nommés par le Président de la République et des conseils administratifs. Dans le Djebel Druze, dès le début de 1937, des protestations se firent entendre contre la nomination d’un gouverneur et de fonctionnaires syriens. Au terme de deux années agitées, les séparatistes expulsèrent les fonctionnaires syriens et proclamèrent l’indépendance du Djebel (1939). Des difficultés du même genre se produisirent dans le territoire de Lattaquié : les autonomistes réagirent contre une politique centralisatrice peut-être trop hâtive ; les gouverneurs éprouvèrent des difficultés pour exercer leur contrôle au-delà des villes côtières, et une révolte éclata au début de 1939. Dans la province de Djézireh, dont le peuplement s’était développé avec des éléments réfugiés souvent minoritaires (chrétiens, kurdes, installés par les autorités françaises), la revendication de l’autonomie, et l’hostilité aux fonctionnaires venus de l’extérieur, allèrent parfois jusqu’à la révolte ouverte. Il était évident qu’après près de quinze années de politique mandataire poussant au séparatisme, le retour des zones de minorités « compactes » dans un état unitaire ne pouvait s’effectuer dans de bonnes conditions que si le pouvoir central et ses représentants montraient beaucoup de patience et de tact, ce qui ne fut pas toujours le cas.

  • 13 Un mois, jour pour jour, après avoir signé, avec Jamîl Mardam Bey une déclaration annonçant que le (...)

52Tous ces éléments, intérieurs et extérieurs, affaiblirent progressivement la position du gouvernement nationaliste. La politique du Bloc était de plus en plus contestée par un certain nombre d’éléments nationalistes qui s’étaient tus en 1936 mais à qui les arguments ne manquaient pas, désormais, pour critiquer la gestion du gouvernement. C’est autour de ‘Abdarrahman Chahbandar, revenu d’exil en mai 1937, que cette opposition se cristallisa. Au début de 1938 le Manifeste du Front National Libre énuméra un certain nombre de refus qui étaient autant de critiques de la politique du ministère : refus de toute intervention dans les affaires de la Syrie pour la défense des minorités – refus de toute amputation de territoire – refus de tout retard pour le transfert du contrôle de l’armée... En juillet 1938, Chahbandar fut mis en résidence forcée dans sa maison et plusieurs de ses partisans furent arrêtés. Dès mars 1938, Chukrî al-Quwatlî avait démissionné du gouvernement et était devenu un des centres de l’opposition. Lorsque, constatant l’opposition de plus en plus ouverte des Chambres au Traité, G. Bonnet, ministre des Affaires Etrangères, annonça, le 14 décembre 193813, que le gouvernement renonçait, pour le moment, à demander sa ratification, la crise politique devint inévitable. Le 31 décembre, la Chambre syrienne réclama l’application du traité de 1936 sans les modifications ultérieures et demanda une répression rapide des actes de rébellion dans le Djebel Druze, le territoire de Lattaquié et la Djézireh. La crise ne fut retardée que par l’arrivée d’un nouveau Haut-Commissaire, Gabriel Puaux, qui remplaça de Martel en janvier 1939.

53G. Puaux arrivait au Levant avec pour objectif essentiel d’y « maintenir la présence de la France et l’ordre public », un « devoir impérial », qui interdisait « tout abandon et tout fléchissement » (Deux années au Levant, pp. 8, 16). Il reçut à Damas un accueil « d’une froideur habilement mise en scène ». Le 18 février 1939, Jamîl Mardam Bey démissionna. La formation d’un ministère, représentatif ou non, s’avéra si laborieuse, les manifestations et les désordres furent si violents à Damas et à Alep en mars et avril (nécessitant l’intervention de l’armée et la reprise du contrôle de la police urbaine par le Haut-Commissaire) que G. Puaux n’eut que la ressource de suspendre la constitution syrienne, de dissoudre la Chambre et d’installer un conseil de directeurs généraux gouvernant par décrets (juillet 1939). Des administrations séparées (avec des gouverneurs et des conseils de territoire) furent établies dans le Djebel Druze, le territoire de Lattaquié et même la Djézireh. L’approche de la guerre (l’arrivée du général Weygand, le 30 août, comme commandant en chef du théâtre du Proche-Orient, en était un signe évident) fit que la population et les hommes politiques acceptèrent avec résignation le double naufrage de leurs aspirations nationales (dont la perte du Sandjaq et le retour au morcellement étaient les symboles) et politiques (échec de la politique du traité). On en était à nouveau revenu à 1926.

IV - LA GUERRE ET L’INDÉPENDANCE (1939-1946)

54Dans le Levant, la guerre (3 septembre 1939) eut comme premier effet de calmer l’opposition, cependant que la France trouvait dans les nécessités de sa stratégie une justification pour le gel de sa politique. Cette situation fut profondément modifiée par la défaite et l’occupation de la France : l’affaiblissement de la France et le désarroi des Français du Levant ne pouvaient qu’inciter les Nationalistes à reprendre leur activité, d’autant plus que la sortie de la France de la S.D.N. (le 18 avril 1941) paraissait enlever au Mandat toute base juridique ; par ailleurs l’armistice changeait le caractère des relations avec les Britanniques qui étaient soucieux de ne pas voir la Syrie devenir une base d’opération des forces de l’Axe, et tenaient donc les Etats du Levant sous surveillance ; les difficultés que connaissait la population, disette (aggravée par le blocus anglais) et cherté, étaient susceptibles de faire naître une agitation économique qui ne pouvait qu’encourager la protestation politique. Après l’assassinat du docteur A. Chahbandar (7 juillet 1940) Chukrî al-Quwatlî était devenu le leader incontesté du mouvement national dont un manifeste, publié en mars 1941, rappela la revendication la plus immédiate, la formation d’un gouvernement national. Le Haut-Commissaire Henri Dentz, un vichyste consciencieux qui avait succédé à G. Puaux, pensa qu’il était politique de faire quelques concessions : tout en indiquant que les circonstances ne permettaient pas à la France d’envisager un règlement définitif du problème syrien, il annonça, le 4 avril 1941, la formation d’un gouvernement doté de larges pouvoirs (il fut placé sous la direction de Khâlid al-‘Azm, un homme d’affaires appartenant à une des principales familles de Damas), la réunion d’une assemblée consultative (comprenant des Druzes et des Alaouites) et la réalisation d’un programme social et économique. Ces mesures n’étaient pas de nature à donner satisfaction aux revendications des Nationalistes, mais, dans les quelques semaines qui suivirent, la situation du Levant fut transformée et les données du problème syrien complètement bouleversées.

L’intervention de la Grande-Bretagne et de la France Libre (1941)

  • 14 Des avions allemands, en route pour l’Iraq, utilisèrent, avec l’accord de Vichy, les aéroports de (...)

55Pour la Grande-Bretagne qui avait à faire face en Iraq à la guerre déclenchée le 2 mai par les généraux et les nationalistes, le danger de voir la Syrie utilisée par les Allemands pour porter secours aux Iraqiens, était trop grand et trop immédiat14 pour qu’une intervention ne parût pas nécessaire : d’autant plus que, après les campagnes désastreuses de Grèce et de Crète (totalement occupée le 1er juin), et après la contre-offensive des Germano-Italiens jusqu’à Marsa Matruh (mars-avril), les puissances de l’Axe étaient à proximité immédiate du Levant. Face aux 35 000 hommes des forces de Syrie, les Britanniques ne disposaient que de moyens limités : aussi acceptèrent-ils l’appoint des Forces Françaises Libres, malgré les problèmes politiques que cette participation risquait de poser, en particulier du côté des Français du Levant dont l’hostilité à de Gaulle était plus vigoureuse encore que leur traditionnelle anglophobie. Pour s’assurer la neutralité favorable des populations le général Catroux proclama, au nom de la France Libre, le jour même de l’entrée des troupes en Syrie (8 juin), que les peuples libanais et syrien seraient désormais « des peuples souverains et indépendants » et pourraient « soit [se] constituer en Etats séparés, soit [s’]unir en un seul Etat » ; dans les deux cas leur indépendance et leur statut souverain seraient garantis par un traité négocié avec la France. Par une déclaration faite simultanément, la Grande- Bretagne s’associa à cette promesse d’indépendance. La guerre du Levant fut plus longue et plus dure que prévu, en raison de l’énergique résistance des troupes vichystes. L’armistice, conclu à Acre le 14 juillet, prévoyait que la Syrie serait occupée par les Anglais et les Français Libres : laissés libres de choisir leur sort, les fonctionnaires et surtout les militaires français préférèrent souvent demander leur rapatriement (seuls un cinquième des militaires et deux tiers des civils restèrent sur place).

  • 15 Winston Churchill réaffirma, le 9 septembre 1941 aux Communes, que la Grande-Bretagne n’avait pas (...)

56Tout paraissait maintenant prêt pour que se déroule l’ultime phase du Mandat par un retrait négocié de la France. Il n’en fut cependant rien et le départ de la France s’opéra au terme de cinq années de débats pénibles et dans une atmosphère de drame. De cet ultime échec du Mandat la politique française fut largement responsable. Après avoir promis aux Syriens leur indépendance sans condition, les porte-paroles de la France Libre s’efforcèrent de limiter l’étendue des concessions faites. Cette évolution apparaît déjà dans la lettre où de Gaulle fixait les termes de la mission qu’il confiait à Catroux, nommé Délégué général au Levant (24 juin 1941) : Catroux devrait négocier avec les Syriens et les Libanais « des traités instituant l’indépendance et la souveraineté des Etats du Levant, ainsi que l’alliance de ces Etats avec la France, et sauvegardant les droits et intérêts de la France » ; il prendrait comme point de départ de la négociation les traités de 1936 ; en attendant, Catroux assumerait « tous les pouvoirs » du Haut-Commissaire de la France ; « le Mandat confié à la France au Levant par la S.D.N.... doit être conduit à son terme ». Les mobiles de cette remise en cause partielle des engagements du 8 juin sont multiples : en dehors même de la conception personnelle que se faisait de Gaulle des intérêts de la France au Levant (et des justifications que l’état de guerre fournissait pour le maintien provisoire du statu quo), il considérait que la France Libre, assurant la continuité de la présence française, ne pouvait pas consentir d’abandons inconsidérés et renoncer au Mandat avant que la S.D.N. (ou l’organisation qui la remplacerait) n’en décide. Il devait enfin tenir compte de l’impression fâcheuse qu’aurait produite sur l’opinion française, qu’il s’efforçait de rallier à la France Libre, un abandon qui aurait justifié les accusations de Vichy. Mais la capacité de manœuvre de la France Libre au Levant était étroitement limitée par la présence de la Grande-Bretagne qui s’était associée aux promesses faites et était soucieuse d’éviter des difficultés avec les populations locales. A la limite, une telle attitude pouvait être décrite, dans le cadre du vieil antagonisme franco-britannique dans le Levant, comme un effet du désir de la Grande-Bretagne d’éliminer la France de Syrie et du Liban en encourageant les nationalismes locaux. Les assurances répétées données par les responsables britanniques qu’il n’en était rien15 ne convainquirent jamais tout à fait les Français, dont les agissements de certains officiels anglais sur le terrain (et en particulier du général Edward Spears, Ministre plénipotentiaire au Levant) confirmaient le scepticisme. La France se heurtait enfin à la position claire et logique des Nationalistes syriens. Ceux-ci considéraient que le mandat, qui leur avait été imposé, avait cessé d’avoir un fondement juridique dès avril 1941, et qu’il avait pris fin de facto avec la défaite de la France de Vichy et la déclaration de la France Libre ; l’indépendance de la Syrie ayant été proclamée, il ne restait plus qu’à lui transférer les pouvoirs qui en découlaient, cette opération ne pouvant être liée (et encore moins soumise) à la conclusion d’un traité avec la France, dont la Syrie, état souverain, serait libre de définir les termes si et quand elle le souhaiterait. Mais il était désormais clair que les Syriens étaient peu enclins à conclure un traité (fût-ce celui de 1936), parce que, instruits par les expériences amères des vingt années précédentes, ils ne faisaient plus confiance à la France pour l’exécuter dans un esprit convenable. Craignant que, après la guerre, la France, restaurée dans sa puissance, ne tente de revenir en arrière, ils voulaient se placer dans une position les mettant à l’abri de toute pression.

57Cette incompréhension fondamentale explique les difficultés que le général Catroux rencontra immédiatement en Syrie. Le 28 septembre 1941, Catroux proclama l’indépendance de la Syrie : « l’ère est ouverte où la Syrie, indépendante et souveraine, régira elle-même ses destinées... L’Etat syrien jouit dès maintenant des droits et prérogatives attachés à la qualité d’Etat indépendant et souverain... L’Etat de Syrie constitue politiquement et territorialement une unité indivisible ». La Syrie pouvait désigner des représentants diplomatiques, constituer des forces militaires nationales. Les seules limitations reconnues étaient celles qu’imposaient l’état de guerre et la restriction finale : à cette solution temporaire, un règlement définitif devrait être substitué au plus tôt « sous la forme du traité franco-syrien qui consacrera définitivement l’indépendance du pays ». Catroux souhaitait former un gouvernement représentatif qui négocierait un traité mettant fin au Mandat, mais les Nationalistes restèrent sur la réserve, attendant la réalisation des promesses faites : ils désapprouvèrent la nomination du chaïkh Tâj al-Dîn à qui Catroux dut recourir, et ils critiquèrent la lenteur avec laquelle se faisaient le rétablissement de la vie constitutionnelle et le transfert des pouvoirs. Ils constataient que le Délégué général continuait à avoir le pouvoir de légiférer par décrets, conservait le contrôle des Intérêts Communs, des Troupes Spéciales, de la Sûreté Générale, et exerçait, par l’action des conseillers auprès des ministres, et des Services Spéciaux, une autorité qui réduisait singulièrement l’indépendance et la souveraineté promises. Ce n’est qu’à la fin de 1942 que Catroux convainquit le Comité National d’Alger de restaurer la constitution et de procéder à des élections ; la mort du chaïkh Tâj al-Dîn, en janvier 1943, permit de mettre en place une administration chargée de préparer les élections. Tenues en juillet, elles donnèrent une large majorité au Bloc National. Chukrî al-Quwatlî fut élu président de la République, Fâris al-Khûrî, président de la Chambre ; Sa’dullah al-Jâbirî forma un gouvernement où se retrouvaient nombre de leaders nationalistes connus (entre autres Jamîl Mardam Bey ; Khâlid al-‘Azm). Au Liban les élections avaient porté à la présidence Bichâra al-Khûrî, Riyâdh al-Sulh devenant président du Conseil.

Les ultimes soubresauts du Mandat

58Les deux gouvernements souhaitaient s’acheminer vers l’indépendance qui leur avait été promise en 1941. A la fin d’octobre 1943, ils demandèrent, dans des termes identiques, à Jean Helleu (qui était devenu Délégué général depuis que Catroux avait été appelé à Alger) que les réserves concernant la puissance mandataire soient éliminées des constitutions, que le transfert des pouvoirs législatifs et de l’autorité administrative soit réalisé, que la Délégation générale soit transformée en Ambassade. Le Comité d’Alger, consulté par Helleu, posa comme préalable au transfert la conclusion d’un traité. La Chambre libanaise passa outre et procéda à l’amendement de la constitution (8 novembre). Helleu répondit, le 11, par un coup de force (arrestation des deux présidents, de plusieurs ministres, suspension de la constitution, dissolution de la Chambre) qui provoqua des manifestations violentes à Beyrouth et à Damas et une intervention pressante des Britanniques, avec menace d’action directe. Catroux, qui avait vivement désapprouvé l’action de Helleu (il la jugeait juridiquement indéfendable, politiquement maladroite et moralement inacceptable), fut envoyé à Beyrouth pour tenter de rétablir la situation : les emprisonnés furent libérés et les décisions de Helleu furent annulées dans l’enthousiasme général, Helleu étant lui-même rappelé (23 novembre). Cette fois le Mandat semblait bien avoir pris fin : « La crise était close, note le général Catroux ; elle se soldait pour nous par l’abandon de ce qui nous restait des pouvoirs mandataires, et par la reconnaissance implicite de l’indépendance complète de la Syrie et du Liban » (Dans la bataille de Méditerranée, p. 427).

59En fait, il fallut encore beaucoup d’âpres discussions, et une crise très grave, pour en arriver là. Après la crise Helleu les Français levèrent leur opposition aux changements constitutionnels souhaités par les deux gouvernements. Le 1er décembre, le Premier Ministre syrien déclara que le Mandat était achevé et que les pouvoirs de gouvernement étaient transférés sans traité. La constitution fut amendée dans ce sens, et l’article 116 supprimé. Le transfert effectif des pouvoirs commença à partir du 1er janvier 1944 et se poursuivit jusqu’en 1945. En septembre 1944 le Djebel Druze fut incorporé dans l’Etat syrien. La Syrie qui avait déjà été reconnue comme état indépendant par la Grande-Bretagne (en 1942) et par l’Egypte et l’Arabie, fut reconnue par l’URSS (juillet 1944) et les Etats-Unis (septembre 1944), et elle participa, en septembre 1944, à la conférence préparatoire pour la constitution de la Ligue Arabe. Toutefois la France continuait à refuser de transférer les Troupes Spéciales, conservant visiblement ce dernier atout comme moyen de pression pour obtenir la conclusion d’un traité favorable. Mais sur le projet de traité les négociations n’avançaient pas davantage, le gouvernement syrien, comme le gouvernement libanais, refusant de se lier à la France et de consentir des limitations à son indépendance. Cette insistance de la France provoquait une nervosité d’autant plus grande en Syrie que l’arrivée de renforts dans le Levant faisait peser des doutes sérieux sur ses intentions réelles. Des manifestations de rue eurent lieu à Damas, en janvier 1945. Enfin le 8 mai 1945 le général Beynet, Délégué général, révéla les termes des traités proposés : maintien des Troupes Spéciales sous commandement français jusqu’à une date non précisée ; conclusion de conventions culturelle, militaire, économique et diplomatique, après quoi les Troupes Spéciales seraient transférées, et les troupes évacuées. Les deux gouvernements refusèrent de négocier sur ces bases ; des grèves et des démonstrations éclatèrent dans tout le pays. Les manifestations furent particulièrement violentes à Damas et le général Oliva-Roget, délégué en Syrie, fit bombarder la ville les 29 et 30 mai 1945, faisant plusieurs centaines de morts. Le 1er juin les autorités militaires britanniques ordonnèrent aux forces françaises de cesser le feu et de se retirer dans leurs casernes. Le gouvernement français, qui avait été soumis à une vigoureuse pression de la part de la Grande-Bretagne, avait également ordonné un cessez-le-feu. Dans les jours qui suivirent les deux gouvernements annoncèrent leur refus d’accorder une position spéciale à une puissance européenne, prirent le contrôle des Troupes Spéciales et demandèrent le retrait des troupes françaises. Il ne restait plus à la France qu’à négocier la fin de l’occupation militaire à laquelle la fin de la guerre retirait d’ailleurs toute raison d’être. Ce fut l’occasion de dernières difficultés et d’ultimes retards. Le 7 avril 1946 l’évacuation de la Syrie était achevée.

CONCLUSIONS

  • 16 Voir les remarques pertinentes faites, peu de temps après les indépendances libanaise et syrienne, (...)

60Jusque dans ses ultimes soubresauts, l’histoire du Mandat français en Syrie fut donc celle d’un échec. On peut assigner à cet échec deux causes principales16. Tout d’abord, la conception même du Mandat que la France s’efforça d’imposer était fautive dans la mesure où le principe du Mandat était celui d’une tutelle légère destinée à acheminer la Syrie et le Liban vers leur indépendance ; elle était injuste dans la mesure où la France avait comme partenaires les populations les plus évoluées du Proche-Orient arabe, et donc, à ce titre, les moins disposées à accepter le régime d’administration directe qu’on voulait leur imposer. Cette erreur de perspective avait ses racines dans la pesanteur des conceptions françaises dans le domaine colonial : le système que l’on voulut imposer aux Syriens et aux Libanais était celui-là même qui régnait au Maghreb. Mais les Syriens, qui avaient refusé le Mandat avant même qu’il ne leur fût imposé, n’étaient pas prêts à se résigner à subir un régime qui, en 1920, était déjà anachronique. A la base de cette orientation, il y avait une totale erreur d’appréciation sur l’importance du nationalisme comme force politique et sur son influence sur la population. G. Puaux, qui fut pourtant un des Hauts-Commissaires les plus avisés que la France ait envoyés au Levant, acceptait bien de considérer « l’arabisme » comme une « puissante réalité psychologique », exerçant « sa séduction » sur la jeunesse orientale. Mais il rejetait toute prétention du nationalisme à jouer un rôle politique, et évoquait, à ce sujet, le caractère « d’exclusivité raciale » et de « totalitarisme » qu’il risquait de revêtir (Deux années au Levant, p. 16).

  • 17 Ce sont les conclusions mêmes du général Catroux (Deux missions en Moyen-Orient, 122).

61A condition d’en reconnaître la vigueur et l’influence, il aurait sans doute été possible de trouver un compromis avec ce nationalisme arabe, en affirmant avec clarté que le but de la présence française au Levant était l’indépendance à terme, et en proposant un calendrier précis pour l’atteindre17. La politique de la Troisième République finissante consista à louvoyer médiocrement et à s’entêter dans un impossible conservatisme, par peur du changement et des conséquences qu’il aurait ici et ailleurs. Sur ce point, la description faite par Georges Antonius, en 1934, des idiosyncrasies des Français responsables de ce temps paraît tout à fait pertinente : « J’ai constaté que même ceux qui sont sincères dans leur désir de conclure un traité avec la Syrie dans une perspective libérale, lorsqu’ils en arrivent au point de donner une expression légale... à leur intention, n’y parviennent pas parce qu’ils semblent incapables d’abandonner l’ombre afin de conserver la substance du pouvoir » (« Syria and the French Mandate », International Affairs, 1934, p. 535). Il eût fallu précisément que les gouvernants français eussent une vision claire des intérêts fondamentaux qu’il importait de préserver à tout prix, en renonçant à l’accessoire : en 25 ans, il n’y eut sans doute, à des postes de haute responsabilité, que deux hommes qui surent avoir une vue imaginative des problèmes et qui surent ne pas sous-estimer la puissance du nationalisme arabe et son pouvoir mobilisateur, Viénot et Catroux.

62En dépit des erreurs durables et de l’échec final de la politique mandataire, les vingt-cinq années de présence française en Syrie n’avaient cependant pas été stériles. Sous l’égide de la France, la Syrie et le Liban connurent un régime de transition qui les fit passer de l’état de vilayets ottomans à celui d’états modernes. La France fit régner dans le Levant une sécurité telle qu’il n’en avait pas connu depuis des siècles, un bienfait qui compensait la lourdeur de la répression qui s’abattit parfois sur la Syrie. En installant une administration efficace, surtout si on la comparait à celle des Ottomans, la France avait préparé le passage de la Syrie dans le monde contemporain : ce progrès eût été mieux accepté si la France avait fait une plus large place aux autochtones dans la gestion de leurs affaires, au lieu de les soumettre à une bureaucratie française lourde et parfois peu qualifiée. Du moins une gestion efficace des affaires de l’Etat permit-elle, par exemple, la remise en ordre des finances (avec l’extinction de la dette publique), la modernisation du système judiciaire, la réorganisation des waqfs.

63La période du Mandat favorisa le développement en Syrie d’une économie moderne : l’amélioration des communications (construction d’un réseau de routes dont le kilométrage passa de 700 à 2 900 km) constituait de ce point de vue un progrès sérieux. Dans le domaine agricole, le développement de l’enregistrement et du cadastre, la division des terres « mucha », étaient de nature à favoriser la naissance d’une paysannerie de petits propriétaires qui pouvait être un élément d’équilibre dans la vie sociale et politique du pays ; mais, de ce point de vue, l’évolution fut lente et resta incomplète : l’autorité et l’influence demeurèrent, en Syrie, aux mains des notables. Si l’irrigation ne se développa que fort peu (les grands projets qui furent esquissés à cette époque ne furent réalisés que plus tard), du moins la sécurité permit-elle un recul du nomadisme au profit de la culture sédentaire, ce qui entraîna un développement sensible des zones cultivées, particulièrement dans la région de la Djézireh, où toute une région nouvelle fut ainsi ouverte à l’expansion agricole. Quelques progrès furent réalisés dans le domaine industriel (en particulier durant la guerre), insuffisants cependant pour pallier les effets économiques et sociaux du déclin de l’artisanat traditionnel sous l’effet de la concurrence européenne.

  • 18 Pour donner une idée de l’œuvre réalisée, il suffit de citer, entre autres, les noms de Henri Seyr (...)

64Des résultats positifs furent enregistrés dans le domaine de la santé publique, dans celui de l’enseignement et dans celui de la culture. L’effort fait pour développer l’enseignement donna des résultats non négligeables : dans les deux pays (Syrie et Liban), le nombre des écoles passa de 670 en 1919 à 2 800 en 1939, et le nombre des élèves de 50 000 à 271 000. Dans la seule Syrie, il y avait, en 1938, 121 971 élèves dans l’enseignement élémentaire, 8 041 dans le secondaire (mais 356 seulement dans le supérieur). Il convient cependant de noter que cette scolarisation touchait encore peu les filles. D’autre part, elle avait un caractère confessionnel marqué. La proportion des chrétiens dans ce total (32 %) était très supérieure à celle de la population chrétienne par rapport à la population totale (12 %) ; une partie importante de ces élèves fréquentaient des écoles de communautés religieuses ou étrangères (surtout françaises), ce qui pouvait renforcer les clivages de minorités et l’influence de cultures non-arabes. A. H. Hourani remarque que, en dépit des efforts du gouvernement français, « il est probable que vingt ans d’autorité française firent du tort à la position de la culture française, plutôt qu’ils ne l’aidèrent... En 1939, il y avait plus de gens qui parlaient français qu’il n’y en avait en 1918, mais peut-être moins qui aimaient la France et croyaient en elle » (Syria and Lebanon, p. 153). Offrant peu de prise à la contestation, par contre, fut l’effort poursuivi avec compétence et désintéressement pour découvrir et mettre en valeur l’admirable patrimoine artistique et historique syrien18.

65Parmi les aspects négatifs qui ne manquaient pas et que les Nationalistes ne se firent pas faute de relever, il nous semble qu’il importe de mettre l’accent surtout sur ceux dont les effets continuèrent à se faire sentir après que la Syrie eut réalisé son indépendance. Vingt-cinq années de tutelle française laissaient le pays avec une structure politique encore inachevée. Au lieu d’entraîner progressivement les hommes politiques syriens à l’exercice des responsabilités du pouvoir, la politique française les maintint dans une opposition stérile, sauf pendant de très brèves périodes. En 1943, après plus de vingt ans d’activité politique, les Nationalistes luttaient encore pour obtenir l’autonomie. Dans une certaine mesure, le manque de maturité, le manque de sens des responsabilités dont les Français faisaient volontiers grief aux leaders nationalistes étaient les fruits amers de cette politique d’exclusion. C’est en partie aussi parce que les revendications politiques les avaient à peu près totalement accaparés que les Nationalistes étaient peu ouverts aux problèmes économiques et sociaux, qu’ils jugeaient de nature à diviser les rangs du mouvement nationaliste, alors que la revendication prioritaire à l’indépendance n’avait pas été satisfaite. Beaucoup des difficultés que la classe politique éprouva après 1946 pour faire fonctionner la démocratie syrienne trouvent là leur origine.

66A l’extérieur, la Grande-Bretagne et la France avaient délibérément coupé la Syrie du reste du monde arabe : la création d’une Palestine et d’un Liban séparés constituait un traumatisme qui fut aggravé, vers la fin du Mandat, par la cession du Sandjaq à laquelle les Syriens ne se résignèrent jamais. La consolidation d’une structure nationale proprement syrienne restait, dans ces conditions, le seul objectif réalisable pour les Nationalistes : elle fut beaucoup retardée par la politique qu’adopta la France à l’égard des minorités. Les problèmes posés par les particularismes religieux ou ethniques qui auraient pu se résoudre dans le cadre d’un état arabe étaient plus sensibles dans le cadre étroit d’un état syrien, d’autant plus que la France avait largement contribué à les renforcer, allant même parfois jusqu’à les créer de toutes pièces, comme en Djézireh, où une politique systématique d’implantation de minoritaires chrétiens ou kurdes fut à l’origine de graves difficultés dès 1936. La suspicion mutuelle qu’avait contribué à développer la politique du Mandat entre les nationalistes arabes (qui estimaient que les particularismes étaient en grande partie le résultat de la politique de la France) et les minoritaires (qui avaient tendance à considérer le nationalisme comme un mouvement d’hégémonie sunnite et à regarder vers l’Ouest comme vers un monde auquel ils appartenaient) devait rendre difficile leur cohabitation après le départ des Français et compromettre l’émergence d’un état syrien cohérent.

67Le naufrage du Mandat constituait un échec grave pour la France et pour ses relations avec la Syrie indépendante. Mais on doit considérer comme plus grave encore que, après vingt-cinq années d’un gouvernement qui avait eu des mérites, et au terme de ce qu’elle avait considéré comme une mission, la France laissât derrière elle un pays nationalement et socialement inachevé, mal préparé à une vie politique stable et équilibrée.

Bibliographie

ORIENTATION BIBLIOGRAPHIQUE

ANTONIUS G., The Arab Awakening, Londres, 1938.

BALDISSERA E., « La composizione dei Governi Siriani dal 1918 al 1965 », Oriente Moderno, 1972.

GONTAUT-BIRON R. de, Comment la France s’est installée en Syrie, Paris, 1923.

HOURANI A. H., Minorities in the Arab World, Londres, 1947.

HOURANI A. H., Syria and Lebanon, Oxford, 1954.

KEDOURIE E., In the Anglo-Arab Labyrinth, Cambridge, 1976.

KIRK G., The Middle East in the War, Londres, 1952.

LONGRIGG S. H., Syria and Lebanon under French Mandate, Londres, 1958.

QASIMIYYA Kh., al-Hukûma al-‘arabiyya fî Dimachq, Le Caire, 1971.

RABBATH E., Unité syrienne et Devenir arabe, Paris, 1937.

RONDOT P., « L’expérience du Mandat Français en Syrie et au Liban (1918-1945) », dans Revue Générale de Droit International Public, 1948.

TIBAWI A.L., A modem history of Syria, Edinburgh, 1969.

WARRINER D., Land and poverty in the Middle East, Londres, 1948.

ZEINE Zeine N., The Struggle for Arab Independence, Beyrouth, 1960.

Notes

1 Voir D. CHEVALLIER, « Lyon et la Syrie en 1919 », Revue historique, 1960.

2 Voir E. DAWN, « The rise of arabism in Syria », Middle East Journal. XVI. 1962.

3 Elie KEDOURIE (In the Anglo-Arab Labyrinth, 112-130) suggère que McMahon agit parfois en marge des instructions du Foreign Office, dont les responsables entérinèrent après coup les engagements pris au Caire. Sur les accords du temps de guerre voir les articles de A.L. TIBAWI, « Syria in the McMahon correspondance » (Middle East Forum, 1966), et « Syria in Wartime agreements » (Islamic Quaterly, 1968).

4 Sur toute cette période, voir l’article de A.L. TIBAWI, « Syria from the Peace Conference to the fall of Damascus », Islamic Quaterly, 1967.

5 Voir D. CHEVALLIER, « Lyon et la Syrie », 308-312.

6 D’après les Français, ce retard fut causé soit par l’obstruction des nationalistes syriens de Damas, soit par les destructions des poteaux télégraphiques entre Damas et la Bekaa par les Arabes (BALDISSERA, « Gli ultimi giorni del regno siriano di Faisal », Oriente Moderno, 1969).

7 Voir Khaïriyya QÂSIMIYYA : al-Hukûma al-‘arabiyya fi Dimachq.

8 Voir sur ce point les remarques de E. BURKE, « A comparative view of French native policy in Morocco and Syria », M.E.S., 1973.

9 E. Rabbath exprime une vue sans doute extrême, mais très représentative de l’idée que se faisaient les Nationalistes de la politique mandataire sur ce point : « Les... séparatismes syriens sont tirés du néant. Ni le Djebel Druze, fraction du Hauran, ni la montagne des Nossaïriés, agrégat informe de tribus attardées, ni le Sandjak d’Alexandrette, où la présence d’une minorité turque ne nécessitait guère la distension des liens politiques avec l’intérieur, ne découlent de cette série consciente d’épisodes et d’efforts, qui imposent des libertés régionales » (Unité syrienne, p. 201). Et il note ailleurs qu’« à considérer l’architecture [de la Syrie sous le Mandat] l’on ne pouvait s’empêcher de sentir, derrière cette façade, l’existence d’une volonté calculée qui recherchait des buts plus tangibles que la satisfaction d’aspirations locales, pour le moins factices » (ibid, p. 17).

10 Carbillet trace ainsi le bilan de son proconsulat : 600 km de piste ouverts ; 300 km de canalisations d’eau creusés ; 3 000 enfants scolarisés en français ; des fouilles faites dans trois villes romaines ; 7 musées ouverts ; un million de pieds de vigne plantés ; 28 000 napoléons-or épargnés. Et il conclut : Le peuple druze « comprenait déjà ! Personne ne s’était occupé de lui auparavant... Il allait trop vite ! Les chefs n’ont pas aimé cela !... Je défendais 60 000 Druzes contre 20 chefs. Les chefs aiment-ils ceux qui leur interdisent d’abuser du pouvoir ? ». (Au Djebel Druze, Paris, 1929, pp. 11-12, 22-23).

11 Voir J.L. MILLER. « The Syrian revolt of 1925 », I.J.M.E.S., 1977.

12 D’après le recensement de 1933, il y avait dans le Sandjaq, 89 500 Arabes, 70 800 Turcs, 23 500 Arméniens, soit, pour un total de 186 800 habitants, 47,9 % d’Arabes et 37,9 % de Turcs.

13 Un mois, jour pour jour, après avoir signé, avec Jamîl Mardam Bey une déclaration annonçant que le Parlement français serait saisi de la proposition de ratification avant le 10 décembre, pour qu’elle soit autorisée avant le 31 janvier 1939 (14 novembre 1938).

14 Des avions allemands, en route pour l’Iraq, utilisèrent, avec l’accord de Vichy, les aéroports de Syrie, et des munitions, prises sur les stocks de l’armée du Levant, furent effectivement acheminées vers l’Iraq.

15 Winston Churchill réaffirma, le 9 septembre 1941 aux Communes, que la Grande-Bretagne n’avait pas d’ambitions en Syrie, et ne souhaitait pas y supplanter la France ; toutefois, tout en reconnaissant la position « prééminente » de la France dans ce pays, il indiquait qu’il n’était pas question que le processus de création d’un gouvernement syrien indépendant pût attendre la fin de la guerre : « The independence of Syria », concluait-il, « is a prime feature in our policy ». La position de la Grande- Bretagne vis-à-vis de la France est bien résumée par A.H. Hourani, qui écrivait en 1943 : « La Grande-bretagne a l’obligation de ne pas empiéter sur la position de la France ou de ne pas se servir de la faiblesse de la France à son profit. Cela ne signifie pas, cependant, qu’elle peut ou doit ignorer totalement ce que la France fait avec sa position » (Syria and Lebanon, p. 261). Et Catroux commentait, de son côté : « La Grande-Bretagne faisait sa politique. C’était son droit, encore que les moyens dont elle usait à l’égard d’un allié fussent contestables. Mais puisque nous en connaissions les buts et les ressorts, pourquoi nous être rendus vulnérables et pourquoi lui avoir apporté, de nos propres mains, les armes qu’elle recherchait ? » (Dans la bataille de Méditerranée, p. 428).

16 Voir les remarques pertinentes faites, peu de temps après les indépendances libanaise et syrienne, par Pierre RONDOT, qui, dans « L’expérience du Mandat français en Syrie et au Liban » (Revue générale de Droit International, 1948), rejoignait les analyses pénétrantes de A. H. HOURANI sur le nationalisme arabe.

17 Ce sont les conclusions mêmes du général Catroux (Deux missions en Moyen-Orient, 122).

18 Pour donner une idée de l’œuvre réalisée, il suffit de citer, entre autres, les noms de Henri Seyrig (Directeur des Antiquités et animateur des fouilles de Palmyre), de Maurice Dunand (inventaire archéologique de la Syrie du sud, fouilles d’Amrit), de Claude Schaeffer (fouilles de Ras Chamra), d’André Parrot (fouilles de Mari), de Daniel Schlumberger (fouilles de Qasr al-Khaïr), de J. Sauvaget (histoire et archéologie musulmanes) ; et de mentionner des institutions (Service des Antiquités, Musées archéologiques, Institut Français d’Etudes arabes de Damas).

Auteur

Professeur à l’Université de Provence.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540