Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Syrie d’aujourd’hui

 | 
André Raymond

II - La Syrie à l’époque ottomane (le xixe Siècle)

Jean-Paul Pascual

Texte intégral

Introduction

« En sortant de l’Egypte par l’isthme qui sépare l’Afrique de l’Asie, si l’on suit le rivage de la Méditerranée, l’on entre dans une seconde province des Turks, connue parmi nous sous le nom de Syrie... Les habitans actuels... le remplacent par celui de Barr-el-Châm... et par là ils désignent tout l’espace compris entre deux lignes tirées, l’une d’Alexandrette à l’Euphrate, l’autre de Gaze dans le désert d’Arabie, ayant pour bornes à l’est ce même désert, et à l’ouest la Méditerranée. »
VOLNEY, Voyages en Egypte et en Syrie, Paris, 1959, p. 159.

1Avant le xxe siècle, le terme Syrie, ou plus précisément « Bilâd al-Châm » ou « Barr-al-Châm » comme l’indique aussi Volney, désigne l’aire géographique comprise entre le Mont Taurus au nord, la Péninsule du Sinaï au sud, la Méditerranée à l’ouest et le désert (bâdiya) syrien à l’est. « Province des Turks », elle fait partie depuis 1516 de l’Empire ottoman, vaste formation politique qui englobe, à son apogée, des territoires d’Europe centrale, les Balkans, l’Asie Mineure, la Mésopotamie et une partie de la Péninsule arabique et de l’Afrique du Nord.

2L’histoire de la Syrie au xixe siècle s’inscrit dans un contexte marqué par le déclin de l’Empire ottoman, amorcé au xviie, accéléré aux xviiie et xixe siècles, et d’autre part par l’expansionnisme, aux dimensions nouvelles, des pays occidentaux. Cet expansionnisme se manifeste sous de multiples formes (commerciales, financières, d’investissement), mais aussi par des interventions diplomatiques puis militaires, afin de s’assurer la prédominance dans les provinces de l’Empire, voire leur contrôle aux dépens de la Sublime Porte et de leurs rivaux européens. Avant d’examiner les modalités et les résultats de cette double influence, nous esquisserons un tableau de la Syrie au début du xixe siècle, en mettant l’accent sur les aspects démographiques, économiques et sociaux.

1. La Syrie en 1800

3La Syrie dans ses frontières actuelles n’a jamais constitué une entité politique. A l’aube du xixe siècle, le Bilâd al-Châm est, dans le cadre de l’Empire ottoman, partagé en quatre provinces (pachaliks) centrées sur les grandes villes. La province de Damas, de loin la plus étendue, couvre la Palestine intérieure, le Haurân, la plaine de la Bekaa et toute la Syrie moyenne, la région de Hama comprise ; le Jabal Ariha forme la limite avec le pachalik d’Alep qui s’étend sur toute la région septentrionale jusqu’à l’Amanus et Alexandrette. La province de Tripoli s’étend sur la côte de Lattaquié à Byblos, celle de Sidon-Acre de Byblos à Gazza.

4Dans la capitale de chaque province siège le gouverneur général (wâlî) nommé et rappelé par firman impérial, comme le sont aussi le daftardâr, chargé des finances, et le grand juge hanéfite, rite officiel de l’Empire. Ces trois grands dignitaires de l’État, d’origine turque, sont assistés, dans l’administration de la province, de fonctionnaires nommés par eux, agréés par Istanbul et souvent d’origine locale. Le wâlî, grâce à une force armée, est chargé de maintenir l’ordre dans les villes et les campagnes, la sécurité des voies de communications et notamment la route du Pèlerinage, de collecter les impôts et de les acheminer vers Istanbul.

5A la fin du gouvernement de Jazzâr Pacha (1775-1804), qui avait regroupé sous son autorité tyrannique la majeure partie de la Syrie, l’administration ottomane ne fonctionne effectivement que dans les grandes villes de la côte et de l’intérieur. Luttes de factions et révoltes contre les gouverneurs ne cessent cependant de désoler les cités ; divers groupes, constitués ou pas, se disputent le pouvoir et le contrôle des richesses urbaines : les milices, janissaires d’Istanbul ou auxiliaires locaux, s’affrontent ou s’opposent aux Ulamas et autres riches notables locaux, soutenus par les organisations de quartiers et les corporations de métiers. Dans les campagnes, la dégradation du pouvoir central permet aux particularismes locaux, tribaux ou religieux, de s’exprimer et de jouer librement. De vastes régions sont ainsi dominées par des notables, dont certains se maintiennent au pouvoir en raison de leur origine ou grâce à leur habileté politique ; ils collectent les impôts, en reversent une partie au gouvernement central, sans cependant assurer les obligations militaires qui leur incombent.

***

6Démographiquement, l’absence d’Etat civil et de recensement général avant la fin du xixe siècle ne permet pas de connaître avec quelque sûreté la population de la Syrie. Pourtant il y avait eu, dès le xvie siècle, dans tout l’Empire, des comptages d’hommes à des fins purement fiscales. Mais aucune remise à jour ne fut effectuée aux siècles suivants. Aussi, à côté des estimations des voyageurs, rares au xviiie, plus nombreuses au xixe siècle, mais toujours dépourvues de fondement statistique, la première évaluation qui paraît devoir être retenue est celle du consul anglais Werry vers 1835 : pour avoir eu accès aux registres d’impôts établis par les Egyptiens, il propose le chiffre de 1 500 000 sédentaires pour toute la région syro-palestinienne. Une grande inconnue : le nombre des nomades, pour lesquels des chercheurs contemporains avancent le chiffre de 500 000.

7Comment se répartit cette population entre villes et campagnes, entre nomades et sédentaires ? Notons tout d’abord que dans cette région traditionellement urbanisée, la population des villes, selon les auteurs contemporains, représente au xixe siècle 1/5 à 1/4 de la population totale. Les plus grosses agglomérations se trouvent à l’intérieur : Damas avec 100 000 à 110 000 habitants vers 1830 et Alep qui en compte 80 000 (chiffre sans doute trop bas) après le tremblement de terre de 1822 qui détruit une grande partie de la ville. Les autres villes, nettement plus petites, ont rarement au-dessus de 10 000 âmes (Hama et Homs), tandis que sur la côte Tripoli renferme 10 000 à 15 000 personnes vers 1830, Beyrouth déjà 10 000, et Saïda entre 6 et 8 000, les autres agglomérations n’étant que bourgs ou villages.

8Nombreux sont cependant dans le plat-pays les villages désertés, car depuis le xviie siècle les sédentaires se sont repliés progressivement vers l’ouest sous la pression des nomades. En effet, depuis cette date, le Bilâd al-Châm connaît un important mouvement migratoire de tribus, moutonnières et chamelières, correspondant peut-être à une surpopulation de la péninsule arabique et à la sécheresse sévissant alors dans cette région. Aux Mawâlî, fortement installés dans la steppe syrienne au xvie siècle, se substituent les Sardiyya au xviie ; au siècle suivant de nouvelles vagues de nomades se succèdent, le mouvement s’accentuant, dans la seconde moitié du xviiie sous la pression wahhabite : de puissantes tribus, les Chammar et les ‘Anaza, apparaissent en Syrie. Les premières s’installent dans la Djézireh, les secondes dominent toute la Syrie centrale, repoussant les plus faibles tribus vers l’ouest, quelquefois même à l’intérieur des terres cultivées.

9La limite de l’aire cultivée a donc reculé jusqu’à une ligne Alep-Damas-Mzerib, les sédentaires recherchant la proximité des montagnes, des villes ou des gros bourgs où leur sécurité est relativement mieux assurée. C’est dans les montagnes que l’on trouve alors les plus fortes densités démographiques : le cas le plus net est celui du Mont-Liban, qui, pour une superficie représentant le cinquantième de l’ensemble syro-palestinien, contient un septième de la population sédentaire totale. Du point de vue confessionnel et mis à part le Mont-Liban que se partagent Chrétiens et Druzes, les Musulmans sont partout majoritaires, sur la côte comme dans les pachaliks d’Alep et de Damas, à l’est de l’anti-Liban. Les Chrétiens, composés essentiellement de Grecs catholiques et de Grecs orthodoxes, forment environ 13 % de la population de l’hinterland, et les juifs, tous citadins, à peine 1 %. Les minorités musulmanes enfin, Nusaïrî ou Druzes, installées plus particulièrement dans les montagnes, le Djebel Alaouite pour les premiers, le Haurân pour les seconds, n’atteignent pas, avec les Chiites des villes, 10 %.

***

10Comme dans l’ensemble du monde musulman, la terre constitue en Syrie, vers 1800, la principale source de richesse. Les campagnes sont pourtant fort mal connues et n’ont fait l’objet, contrairement aux villes et en raison d’une documentation réduite, d’aucune étude approfondie. Aussi le tableau doit-il en être brossé à partir des récits de voyageurs occidentaux ou des rapports de consuls, sources souvent rapides, superficielles et mal informées.

11Un premier fait, qui n’est point particulier à la Syrie, mais fondamental dans le monde musulman, est le contraste que l’on relève entre des zones semi-arides – avec une variante plus humide dans le nord-ouest – et des oasis d’étendue et de richesse variables. Il convient de faire entrer aussi en ligne de compte le relief et la nature des sols pour comprendre la spécialisation agricole de certaines régions : le massif calcaire à l’ouest d’Alep par exemple porte des oliviers, tandis que les collines au sud de cette même ville sont plantées de pistachiers. Quant à la forêt, elle n’existe plus guère, bien dégradée, que dans les montagnes du nord ; le bois – la coupe est effectuée par les populations sédentaires locales – fait l’objet d’un petit commerce en direction d’Alep contrôlé par des tribus turcomanes qui le transportent.

12Ces particularités régionales mises à part, les contraintes du climat et l’abondance des terres non-cultivables ont abouti, dans l’ensemble de la Syrie, à une formule combinant des formes d’économie agricole et pastorale. Vers 1800, celle-ci a gagné des zones où l’emportait autrefois l’agriculture, entraînant un exode rural, un phénomène favorisé par la surimposition des campagnes et la carence du pouvoir central, incapable de contenir l’avance des nomades.

13La préoccupation majeure des campagnes demeure l’eau dont l’abondance dépend exclusivement des précipitations. Aussi avait-on aménagé, depuis des temps très anciens, les sources et cours d’eau pérennes de manière à en rationaliser l’utilisation. Ainsi la Ghouta de Damas avec son système complexe de dérivations et de canaux permet l’irrigation à partir du Barada. Les jardins d’Alep sont irrigués, quant à eux, à partir du Kouaïk et de l’aqueduc desservant la ville ; à Hama, des machines élévatoires, les norias, remplissent aussi la même fonction. Ces systèmes variés font l’objet d’un entretien constant de la part d’une administration vigilante dépendant des collectivités locales d’utilisateurs. La répartition de l’eau est fixée par une réglementation précise, souvent non écrite, les différends relevant des tribunaux religieux.

14A la base de l’alimentation se trouvent essentiellement les céréales et les légumineuses, que l’on cultive partout, tant pour l’usage des hommes que pour celui des animaux. Le blé et l’orge, celui-ci réservé généralement au bétail, l’emportent dans le plat-pays non-irrigué, associés souvent aux pois et aux lentilles. Dans les régions les plus pauvres, le sorgho remplace le blé, et le pain est plus souvent fait d’orge que de froment. La gamme des plantes industrielles est relativement étroite ; le tabac, d’introduction récente dans la région de Lattaquié, fournit un tabac à fumer fort réputé. Le coton, dans les régions d’Alep et Lattaquié, alimente à la fois l’artisanat local et un commerce d’exportation vers l’Europe. Le chanvre, dans la région de Damas, est réservé à l’artisanat de corderie de la ville. L’existence de plantations de mûriers, pour l’élevage du ver à soie, est aussi attestée à la fin du xviiie siècle, hors du Mont-Liban, dans les montagnes à l’ouest d’Alep.

15Dans les jardins, la variété des plantes cultivées est bien plus grande : légumes de toutes sortes, fèves, pois, haricots, salades et cucurbitacées procurent au citadin une alimentation plus diversifiée. Mais une telle variété n’aurait pu être obtenue sans un développement de l’irrigation, celle-ci permettant l’étagement des cultures : arbres fruitiers, légumes et, à la périphérie, céréales, comme dans les champs clos de murs de briques d’argile crue de la Ghouta de Damas. La vigne est présente à peu près partout. Outre le raisin destiné à la consommation intérieure, elle fournit les raisins secs pour l’exportation et alimente une petite industrie de distillation de l’arak tenue par les Chrétiens. L’olivier, qui procure olives et huile, joue évidemment aussi un rôle alimentaire important. Il occupe de vastes surfaces dans les régions d’Alep, de Naplouse en Palestine et, dans une moindre mesure, de Damas.

16L’élevage, source de revenus importants pour l’Etat ou ses représentants, n’est pas pratiqué par les seuls nomades. Ceux-ci possèdent sans doute les plus grands troupeaux d’ovins pour la laine et la viande, de caprins aussi pour le lait et de chameaux. Mais, chez les sédentaires, chaque unité domestique possède souvent ses quelques moutons et chèvres, élève de la volaille, surtout pour les œufs, cette « nourriture des humbles », et des bovins utilisés pour le travail des champs. L’âne sert aussi aux champs chez les paysans les plus pauvres, mais partout aux transports à courte distance qui ne se font pas à dos d’homme. Pour les longs trajets, l’on a recours aux chameaux.

17L’outillage agricole demeure archaïque. L’araire, qui ne fait qu’égratigner la terre sans la retourner, est utilisé partout, exception faite des cultures maraîchères pour lesquelles on recourt à la bêche. Le reste des travaux agricoles est exécuté à la main. Dans les jardins, et sur les meilleurs terroirs du plat-pays, ce n’est que grâce à l’irrigation et à la culture des plantes hâtives que plusieurs récoltes sont obtenues dans l’année. Car la fumure manque ; on lâche certes les troupeaux sur les champs récemment moissonnés, mais le bois étant rare, c’est comme combustible que l’on utilise avant tout les excréments. De là le recours traditionnel à la jachère et à la rotation des cultures dans le plat-pays, sans ordre impératif, cependant, dans leur succession.

18Sur les rendements les informations manquent également. Les voyageurs avancent pour le blé, que l’on sème large et à la volée, des rendements de 20 pour 1, sur les bonnes terres du Haurân et de 10 pour 1, dans la région de Hama, grenier du nord. Mais il s’agit de rendements exceptionnels obtenus dans des années où les précipitations sont abondantes et bien réparties. Les rendements moyens sont évidemment plus bas ; ils sont dans tous les cas très variables d’une année sur l’autre, la production dépendant étroitement des aléas naturels : irrégularités des précipitations, invasions de criquets, destructions commises par les souris.

19Après le dépiquage et le vannage, exécutés sur l’aire à battre villageoise (baïdar), le grain est moulu avant d’être entreposé dans les silos-réserves ; ceci nous ramène au problème de l’utilisation de l’eau, cette fois comme source d’énergie. Les rivières pérennes étant fort peu nombreuses, la concentration des moulins à eau est particulièrement forte, notamment dans les villes ou à leur périphérie : Damas compte par exemple 57 moulins au milieu du xixe siècle. Mais il n’est pas de ruisseau, si mince soit-il, qui ne fasse tourner une roue l’hiver.

20Ailleurs, où manque la force hydraulique, on recourt, à côté de la meule manuelle que l’on trouve dans toutes les maisons, à la traction animale pour moudre le grain.

21Du point de vue juridique, la terre relève de plusieurs statuts ; la distinction fondamentale oppose les terres mulk, terres détenues en pleine propriété par des particuliers, peu nombreuses, et les terres mîrî, propriété éminente de l’Etat, l’exploitant ne possédant que le droit d’usufruit. D’une troisième catégorie de terres relèvent les waqf : biens de main-morte, leurs revenus sont consacrés à l’entretien de fondations pieuses, mosquées et hospices principalement, ou servent des rentes aux familles des fondateurs ; tel est le cas, par exemple, pour les terroirs des villages situés autour d’Idlib et Jisr al-Chughûr près d’Alep, dont les revenus sont affectés en partie aux Villes Saintes, tandis que le reste revient à la famille du fondateur.

22La caractéristique principale du système agraire ottoman, à l’apogée de l’Empire, était le contrôle direct de l’État sur le sol et le paysan, l’administration centrale fixant autoritairement l’usage auquel la terre était destinée. Ce système s’était développé pour parer aux besoins militaires et financiers de l’État, dont le souci premier était d’assurer les revenus des timar, concessions de terre mîrî données aux sipâhî (armée montée et principale force de l’Empire). Cette organisation éclata dès la fin du xvie siècle, et les titulaires de timar cherchèrent de plus en plus souvent à échapper aux obligations militaires attachées à l’octroi de la concession et à la transformer en propriété privée. Pour lutter contre cette tendance, l’autorité centrale encouragea une autre forme de concession l’iltizâm ou muqâta‘a, l’affermage des impôts.

23C’est ce système, où l’iltizâm est parfois converti en malikâne (ferme à vie) qui régit la majeure partie de la Syrie à la fin du xviiie siècle. En principe le Multazim, le gouverneur, ses agents ou des notables locaux, doivent prélever une somme fixe, correspondant à la dîme sur les récoltes (‘uchr) ou aux droits sur les troupeaux (aghnâm), les deux principaux impôts. En réalité l’arbitraire règne, et le multazim, véritable propriétaire terrien, exploite lourdement le paysan, devenu simple locataire ou métayer sur « ses » terres : aux impôts légaux, souvent excessifs, qui lui sont extorqués, s’ajoutent partout des charges parafiscales, droits de garnisaires et avanies diverses, ou, sur les marges du monde sédentaire, le droit de protection (khûwa) imposé par les nomades.

24Une forte solidarité unit les membres de la communauté rurale ; celle-ci constitue le cadre élémentaire où se regroupent une ou plusieurs familles élargies selon la taille du village avec un chaïkh à sa tête. Celui-ci, reconnu par le pouvoir et choisi dans une famille riche, est investi de pouvoirs économiques, politiques voire quelquefois religieux (chez les Druzes par exemple), en vertu d’une ascendance véritable ou supposée remontant à la famille du Prophète. La communauté domine directement son territoire cultivé selon le système muchâ‘, avec redistribution périodique des parcelles, et constitue une unité fiscale, le chaïkh procédant à la répartition de l’impôt en fonction de la superficie de terre cultivée par chaque famille. Mais du fait des obligations qui lui sont reconnues (les réceptions d’hôtes étrangers sont à sa charge), la part d’impôt de ce dernier est répartie sur toute la communauté.

25L’artisanat domestique a une grande importance pour la satisfaction des besoins des villageois ; en Syrie, écrit Volney à la fin du xviiie siècle :

« dans les villages, les habitans, bornés au plus étroit nécessaire, n’ont que les arts des premiers besoins ; chacun tâche de se suffire... Chaque famille fabrique la grosse toile de coton dont elle s’habille. Chaque maison a son moulin portatif avec lequel la femme broie l’orge ou le doura (sorgho) qui doivent nourrir... J’ai déjà dit combien les instrumens étaient simples et peu coûteux... la charrue n’est souvent qu’une branche d’arbre coupée sous une bifurcation et conduite sans roues... Quant à la poudre, le besoin fréquent de s’en servir, a donné à la plupart des paysans l’industrie de la faire... »

26Cette production domestique importante, dont il est impossible de mesurer le volume, est principalement tournée vers l’autoconsommation ; cependant, l’économie rurale n’est pas totalement autarcique comme peut le laisser croire Volney ; elle fournit, dans certains cas, à la ville ou à une autre région, certains produits fabriqués : les meules de basalte du Haurân sont expédiées jusqu’à Alep, et les villages autour de cette dernière ville tissent des « toiles grossières » qui, selon Volney, sont envoyées à Alep puis exportées.

27La lenteur et les difficultés des communications, le paiement de divers droits, taxes et péages, entravent d’une manière générale le commerce des produits agricoles. Ce sont les céréales et certaines plantes industrielles qui sont envoyées le plus loin, vers les grands marchés urbains ou la côte, pour être exportées. Les autres produits agricoles sont vendus sur les marchés locaux, ou donnent lieu à des échanges entre nomades et sédentaires, lors de rencontres saisonnières ou de marchés ruraux temporaires. Les paysans du Haurân, par exemple, s’approvisionnent, au début du xixe siècle, en légumes et cucurbitacées chez ceux de la vallée du Yarmouk ou du Jabal Haurân, mais ils achètent le sucre à des colporteurs venus de Damas. Une partie donc du troc et du commerce des campagnes, même s’ils dépendent d’ensembles politiques et économiques plus vastes, comme c’est le cas pour le Haurân, arrière-pays de Damas, échappe au contrôle des villes.

***

28Les villes sont des centres de production et d’échange. Les produits de l’artisanat sont destinés en premier lieu à la satisfaction des besoins du citadin ; certains métiers, cependant, situés à la périphérie des souks ou dans les faubourgs, sont spécialisés dans la fabrication de produits destinés aux ruraux. C’est notamment le cas de forgerons ou de cordonniers fabriquant, à Damas, des chaussures paysannes que les fellahs de la Ghouta ou du Haurân viennent acquérir avec le produit de la vente de leur production. A Hama, par contre, la plus grande partie de la production de l’artisanat de la ville est destinée aux nomades qui viennent s’approvisionner dans ses souks.

29La principale branche de l’industrie urbaine demeure celle du textile. La division du travail y est extrême : le maître, souvent un riche négociant, fournit les matières premières et récupère le produit fini après qu’il est passé par une longue chaîne de métiers et d’ateliers spécialisés, bobineuses, « tordeurs de fils », ourdisseurs, teinturiers, tisserands, batteurs d’étoffes. Des chiffres approximatifs et évidemment invérifiables, suggèrent l’importance de cette branche d’industrie dans les deux grands centres urbains de la Syrie intérieure : au début du xixe siècle, Alep aurait compté 10 000 à 15 000 métiers à tisser en activité, et Damas, 30 000 personnes employées dans l’artisanat du textile. Toutes sortes d’étoffes de qualité, de soie, de soie et coton, de coton, sont produites, avec des techniques traditionnelles, pour le marché intérieur mais aussi exportées, pour une partie d’entre elles, vers Istanbul, Le Caire et jusqu’au Hedjaz.

30Au commerce alimenté par les produits de l’artisanat urbain, s’ajoute le commerce de transit. Les villes d’Alep et de Damas, malgré le détournement par les Compagnies européennes d’une partie du commerce oriental par la voie maritime, ne cessent d’être un maillon important dans les relations commerciales terrestres entre le monde méditerranéen et l’Asie. Selon des sources consulaires du début du xixe siècle, les capitaux investis dans les entreprises de type familial (les « maisons », disent les sources occidentales) engagées dans le grand commerce avec l’Europe, les provinces de l’Empire ou l’Iran, sont souvent considérables. Les grands négociants, tant à Alep qu’à Damas, comptent parmi les plus grosses fortunes de ces villes, attestant la prééminence des marchands sur la société urbaine.

31La richesse d’Alep et de Damas, et de leurs marchands, continue donc de provenir en partie de l’utilisation des routes transdésertiques, malgré l’insécurité qu’entretiennent les nomades sur leur parcours. Les routes les plus importantes demeurent, à la fin du xviiie siècle, celles par lesquelles les caravanes acheminent les produits de la Perse, à travers les monts de Kurdistan et du Dyarbakir vers Alep, et les produits de l’Orient, du Golfe persique vers Bagdad, Alep ou Damas et les ports méditerranéens ; d’Alep, carrefour toujours important, la Syrie est reliée par deux routes continentales à Istanbul et Smyrne ; la vieille route qui, de Damas par Naplouse et Gazza, mène à l’Egypte est aussi bien fréquentée. Il faut enfin mentionner la route du Pélerinage vers les Villes Saintes, grâce à laquelle, comme le souligne Volney

« ...Damas est le centre d’une circulation très-étendue... En effet, c’est à Damas que se rassemblent tous les pélerins du nord de l’Asie... Chaque année le nombre s’en élève depuis 30 jusqu’à 50 000 ; plusieurs s’y rendent quatre à cinq mois d’avance ; la plupart n’arrivent qu’à la fin du ramadan. Alors Damas ressemble à une foire immense : l’on ne voit qu’étrangers de toutes les parties de la Turquie, et même de la Perse ; tout est plein de chameaux, de chevaux, de mulets et de marchandises ».

32La majorité des activités artisanales et commerciales sont regroupées dans un seul espace, les souks. Couverts en pierre comme à Alep, ou de charpentes de bois comme à Damas, bien entretenus, ils sont divisés en autant d’espaces spécialisés que d’activités, chacune occupant une même rue, portion de rue ou khân. Echoppes et boutiques, exiguës, accolées les unes aux autres, sont précédées d’une banquette de pierre, la mastaba, qui empiète sur la voie publique. Les grands khâns, regroupés au centre des souks, sont souvent les lieux du commerce des produits de luxe, où siègent les négociants importants.

33D’autres activités sont dispersées dans la ville : ce sont tout d’abord les métiers de service (bouchers, épiciers, fourniers) qui satisfont aux besoins quotidiens du citadin ; ceux du textile qui, comptant un nombre important d’artisans ne peuvent être réunis dans un même espace : seuls les divers marchands d’étoffes, de draps, de cotonnades sont regroupés dans leurs propres souks. D’autres métiers enfin sont rejetés à la périphérie des villes : les tanneries pour leur nuisance, les marchés aux bestiaux et les entrepôts de céréales, qui nécessitent de grands espaces. A Damas, les premières trouvent leur place au nord des remparts de la ville, sur le Barada, et bloquent son développement vers l’est jusqu’au xxe siècle, tandis que les derniers sont concentrés dans le faubourg du Mîdân qui s’allonge vers le sud, vers le Haurân, grenier à blé de la Syrie méridionale.

34Les sociétés urbaines sont hérissées de barrières, chaque individu appartenant à des groupes dans la configuration desquels interfèrent solidarités horizontales et verticales. Un premier facteur de cloisonnement social réside dans l’existence de communautés religieuses (millet), autres que la communauté musulmane, regroupées dans des quartiers bien distincts, et auxquelles le pouvoir ottoman permet une relative autonomie administrative interne. A quoi il convient d’ajouter les liens du voisinage, créateurs ailleurs de cellules sociales plus ou moins larges, et qui resserrent ici des liens souvent déjà très forts : la ville est une juxtaposition de « quartiers » (hâra) regroupant des familles, au sens large, avec leur clientèle et pouvant occuper un ou plusieurs pâtés de maisons fermés par une porte gardée la nuit et dont l’accès est réservé aux seuls riverains.

35A la tête de chaque hâra se trouve un chaïkh, riche notable souvent, le représentant auprès des autorités et devant lequel les habitants portent leurs différends. Plusieurs hâra forment un quartier où se mêlent riches et pauvres, artisans et notables ; certes il existe des quartiers, généralement peuplés d’immigrants ruraux, qui se distinguent par leur caractère populaire marqué et par leur turbulence : à Damas le « faubourg révolutionnaire » du Mîdân et le quartier d’Oqeibé, et à Alep ceux de Bâb Naïrab et de Bânqûsâ ; mais l’habitat demeure, d’une manière générale, peu différencié et relativement homogène. Chaque quartier possède ses propres traditions, à Damas au moins ; des manifestations populaires entretiennent les relations de solidarité entre ses habitants, solidarité renforcée par les tensions existant, voire entretenues, avec d’autres quartiers. Caractéristique essentielle au xixe mais aussi au xxe siècle, le quartier fonctionne comme une entité politique.

36Un autre type de solidarité, horizontal celui-là, provient de l’activité professionnelle et est institutionnalisé dans le cadre des corporations (tâ’ifa). A la fin du xviie siècle à Alep, d’après une source européenne, les métiers étaient divisés en « 72 corps qui avaient chacun leur chef » ; et à Damas, au début du xviiie, plus de 60 corporations sont relevées dans les registres des Tribunaux religieux. Tout individu actif est membre d’un corps de métier, les prostituées et les mendiants eux-mêmes constituant deux corporations dont l’existence est attestée au milieu du xixe siècle. Seules exceptions : les membres de la haute bureaucratie, les lettrés (‘Ulama) et les militaires, bien que ces derniers se soient infiltrés progressivement dans les corps de métiers, plus particulièrement ceux liés à l’approvisionnement de la ville, plus lucratifs (meuniers et bouchers) et les contrôlent en partie au xviiie siècle.

37La structure des corporations est relativement bien connue. Trait commun à toutes, un rituel d’initiation (le chadd) marque, à Damas comme ailleurs dans le monde ottoman, l’accès d’un individu dans le corps de métier, puis sa promotion aux différents niveaux de la hiérarchie (apprenti, ouvrier, maître). Chaque corporation a à sa tête un chaïkh, assisté d’un chaouich, élus par les membres, et l’ensemble des corporations est coiffé par un chaïkh des chaïkh ; à Damas au xviiie siècle, les chaïkh sont confirmés dans leurs fonctions par le Grand Cadi hanéfite ; devant ce dernier sont portées les disputes internes aux corporations ou les différends entre divers corps de métiers, et c’est lui qui prononce les condamnations pour faute professionnelle.

38Sur les fonctions des corporations, les informations, contrairement à l’Egypte, font grandement défaut. Certains corps de métiers assurent, en l’absence d’une administration urbaine, des fonctions ailleurs dévolues à cette dernière (notamment l’approvisionnement en eau de la ville et l’entretien des canalisations). En l’absence aussi d’une bureaucratie suffisante, c’est par la corporation, et à travers le chaïkh, que se fait la liaison entre l’Etat et les sujets, que les règlements sont exécutés et les doléances transmises. Les corporations exercent un véritable monopole sur le marché : les conditions requises pour pratiquer un métier sont fort restrictives, la qualité des produits soumise à un contrôle, comme le sont aussi, vraisemblablement, les prix et les salaires, bien que la Police des marchés (contrôle des poids et mesures) relève d’un fonctionnaire dépendant du gouverneur.

39La fonction sociale des corporations n’est pas moins importante : elles sont l’un des lieux, avec le quartier, où le citadin peut définir son identité et l’un des moyens par lesquels il s’intègre à la société globale. Certes, une certaine coïncidence entre l’activité professionnelle et l’appartenance religieuse peut parfois être notée : à Damas, maçons et tailleurs de pierre sont chrétiens, les teinturiers en soie sont juifs, comme le sont aussi à Alep les ouvriers des abattoirs. Mais la mixité au sein des corps de métiers demeure la règle générale et la religion de chacun est respectée, gommant en partie les clivages confessionnels. Enfin l’affiliation à des ordres religieux renforce la discipline au sein des corporations, et, en assurant des bases morales et religieuses, balaie les différences de conditions sociales entre ses membres.

2. L’ouverture à l’Europe

40Tout au long du xixe siècle se sont produits, en Syrie, des changements provenant d’une double origine. Il s’agit d’une part des conséquences de l’occupation égyptienne et du train de réformes mises en route par le pouvoir ottoman quand celle-ci eut pris fin, et d’autre part, et surtout, des effets de la pénétration européenne dans la région.

L’occupation égyptienne

41Depuis longtemps, Muhammad ‘Alî, gouverneur de l’Egypte et vassal nominal du Sultan, caresse l’espoir d’adjoindre la Syrie à ses possessions. Il va conquérir par la force ce qu’il n’a pu obtenir par la diplomatie, en contre-partie des derniers services rendus à l’Empire, en Crète et en Morée. La conjoncture méditerranéenne est favorable : l’armée ottomane est inexistante depuis la défaite de Navarin (1827) et la guerre russo-turque ; des troubles agitent la Roumélie ; l’Europe connaît aussi des problèmes internes après les soulèvements de 1830.

42Lancée par mer et sur terre à la fin de 1831, l’offensive égyptienne conduite par Ibrâhîm Pacha, fils de Muhammad ‘Alî, est arrêtée durant six mois par la résistance d’Acre, puis Damas se soumet sans combat en 1832. La défaite de l’armée ottomane près de Homs ouvre la voie d’Alep, et une seconde victoire égyptienne au col du Bailan fait tomber entre les mains d’Ibrâhîm Pacha toute la région septentrionale jusqu’au pied du Taurus. L’intervention des Puissances européennes arrête l’offensive égyptienne alors que la route d’Istanbul est ouverte ; le traité de Kutahya (1833) reconnaît au maître de l’Egypte, en contrepartie de l’évacuation de l’Anatolie, le gouvernement de l’Egypte et de la Crète, mais aussi celui des quatre provinces syriennes contre le paiement d’un tribut.

43Pour la première fois depuis des siècles, un gouvernement fort règne sur toute la contrée. Avant même la fin de la guerre, la Syrie est réorganisée et une administration très centralisée est installée. Ibrâhîm Pacha, gouverneur général de la Syrie tout entière, s’attache à rétablir l’ordre et la sécurité dans les campagnes. L’agriculture est encouragée – les cultures commerciales, comme le tabac en particulier – et de nouvelles terres reconquises sur le domaine bédouin : un rapport consulaire précise que, dans la seule région d’Alep, 74 villages ou hameaux sont réoccupés entre 1836 et 1838, et leur terroir mis sous culture ; une extension semblable de l’aire cultivée est notée dans la région de Damas. L’armée est mise à contribution en assurant la protection des zones agricoles, mais aussi en luttant contre les invasions de criquets. Le système de l’iltizâm n’est pas aboli, mais l’on veille à ce qu’aucune somme ne soit extorquée en sus de l’impôt.

44Un système fiscal régulier, quoique lourd, est mis en place aussi dans les villes ; de nouveaux impôts, peu populaires, sont introduits et rigoureusement levés en raison surtout des besoins de l’armée : la ferdéh, impôt personnel payable par tout adulte mâle suivant sa richesse, et le saliân, taxe sur les boutiques et magasins. Les waqfs, biens de main-morte, sont assujettis, comme en Egypte, au paiement de l’impôt. Les avis des historiens contemporains diffèrent sur l’influence immédiate et directe que ces mesures fiscales nouvelles et leur application rigoureuse auraient eu dans la montée du mécontentement populaire. Quelle que soit leur impopularité, notons qu’elles sont aggravées par des innovations moins populaires encore. Le système des monopoles est établi pour les principales productions de la région ; la soie, le coton, la laine sont acquis par le gouvernement aux prix fixés par lui ; la corvée est introduite dans les mines de charbon et de fer, mais aussi dans les travaux publics, et les bêtes font l’objet de réquisitions.

45Mais de toutes les nouvelles mesures, les plus impopulaires sont sans conteste le désarmement de la population et la conscription appliqués dès 1834. Deux années plus tard, les consuls estiment de 25 000 à 35 000 le nombre de conscrits syriens, mais notent aussi l’importance, difficilement chiffrable, des hommes en fuite. Subi ou refusé, le service militaire est préjudiciable à l’économie ; en enlevant un nombre important de bras à l’artisanat et à l’agriculture en particulier, il contribue à annuler les progrès accomplis au début de l’occupation égyptienne. Le refus s’exprime aussi dans des révoltes armées de paysans en Palestine, de communautés montagnardes, les Nusaïrîs, durement réprimées, et culmine dans le soulèvement druze du Haurân en 1837-38.

46La détérioration de la position intérieure des Egyptiens, dans une période de tensions internationales, encourage le gouvernement ottoman à lancer une offensive militaire pour récupérer les territoires perdus. La défaite de l’armée ottomane à Nezib (1839) entraîne l’intervention directe des Grandes Puissances, de la Grande-Bretagne en particulier, intervention politique puis militaire, pour imposer l’évacuation de la Syrie. Ainsi, affrontant à l’intérieur des soulèvements encouragés par les Puissances et l’Empire ottoman, sans soutien extérieur excepté celui de la France, l’Egypte se retire du Bilâd al-Châm en 1841.

L’ère des réformes

47Au cours du xixe siècle, l’Empire ottoman, dont la position internationale et la situation intérieure n’avaient cessé de se dégrader, s’engage dans un processus d’unification au moyen de réformes, pour une large part d’inspiration européenne. Le concept de modernisation signifie avant tout, dans l’esprit des réformateurs ottomans, que le contrôle de l’administration doit s’étendre dans tous les domaines, domaine politique, certes, mais aussi économique et social. Avant l’occupation égyptienne, des mesures avaient été prises occasionnellement en Syrie par le gouvernement pour éliminer certains abus administratifs, mais surtout pour tenter de réduire les oppositions locales dans les villes et les campagnes. C’est cependant Ibrâhîm Pacha qui, en imposant l’ordre et la stabilité grâce à une forte armée, prépare en quelque sorte la voie aux réformes ottomanes ultérieures. Néanmoins, le gouvernement ottoman, qui a fortement encouragé les forces locales à se révolter contre les Egyptiens, est forcé de commencer son programme de réformes dans une Syrie où le « désordre » ancien s’est à nouveau installé.

48Les Réformes dans les provinces syriennes ont essentiellement trois objectifs : il s’agit de faire passer sous le contrôle direct d’une administration centrale, modernisée et uniforme, les gouvernants locaux « semi-autonomes et virtuellement indépendants » ; d’améliorer les conditions économiques et sociales des sujets ottomans ; et enfin de promouvoir l’égalité entre tous les sujets, en brisant les vieilles barrières qui divisent la société en groupes confessionnels, intention affirmée par l’Edit de 1839 et reprise avec plus de force en 1856, sous la pression des Puissances.

49La mise en application des Réformes demeure la tâche du gouverneur-général (wâlî) de chaque province ; les pouvoirs qui lui sont octroyés dans tous les domaines sont tour à tour étendus ou réduits par le gouvernement central, dans les quarante années qui suivent le retrait égyptien. La loi sur les provinces de 1864 concentre le maximum d’autorité dans les mains du gouverneur, tandis qu’une liberté importante de décision et d’action lui est concédée dans le traitement des affaires locales. Cependant, dans les années 1870, le gouvernement central, alarmé par les tendances centrifuges croissantes dans les provinces, entreprend de limiter graduellement les pouvoirs du wâlî ; sous le sultan Abdul-Hamid après 1880, le gouverneur-général n’est plus qu’un simple haut-fonctionnaire sans liberté de décision et sans véritable autorité sur l’administration civile et militaire. Celle-là, de plus, ne cesse de souffrir d’un manque de personnel et en particulier de personnel compétent, et de la corruption de ses fonctionnaires, leurs maigres salaires étant généralement payés avec un retard considérable.

50Plus encore, les pouvoirs du gouverneur sont limités, dès le début du retour ottoman en Syrie, par la mise en place d’instances dont les attributions interfèrent avec les siennes. Les conseils provinciaux (majlis) en particulier, créés dans un souci de représentativité pour assister le wâlî dans l’administration, sont des obstacles plus qu’ils ne participent à la modernisation des provinces. Les notables musulmans qui contrôlent ces majlis les utilisent pour consolider leur pouvoir politique et économique ; ils s’opposent, souvent avec l’accord tacite de gouverneurs conservateurs ou passifs, à l’application des Réformes, notamment celles concernant le principe d’égalité de statut entre tous les sujets de l’Empire.

51Le gouvernement de l’Empire avait toujours pu maintenir, plus ou moins fermement, son autorité sur les villes, et il la consolide sous les Réformes. Il en va tout autrement dans les campagnes, dans les régions montagneuses ou les steppes, où chefs locaux et tribus bédouines sont virtuellement indépendants du pouvoir central. Avec la création d’une « nouvelle armée », équipée et entraînée à l’européenne sous le sultan Mahmûd II (1809-1839), il devient possible aux gouverneurs provinciaux d’entreprendre progressivement de réduire les autonomies locales ; en Syrie cependant, les effectifs à la disposition des wâlî demeurent trop faibles pour juguler rapidement et efficacement les pouvoirs locaux en procédant à l’application de l’abolition de la ferme des impôts, leur base économique. Néanmoins, les autorités provinciales réussissent, en encourageant les tensions internes des groupes, en jouant les divisions tribales, et par une série d’opérations militaires, à réduire certaines autonomies : celle des Alaouites autour de Lattaquié et celles des tribus kurdes et turcomanes dans le nord.

52Sans succès par contre sont les expéditions menées en 1876, 1896 et 1911 contre les Druzes de la Montagne du Haurân. Renforcée par l’immigration, dès 1860, de 6 à 7 000 familles du Mont-Liban, la communauté demeure virtuellement indépendante jusqu’à la Grande Guerre. Dans le Mont-Liban, la politique de centralisation, appliquée dès la retraite égyptienne, échoue totalement. Les troubles sociaux qui éclatent dans cette région à la situation démographique complexe, et dégénèrent en affrontements confessionnels Maronites-Druzes, en s’étendant jusqu’à Damas (1860), entraînent l’intervention des Grandes Puissances ; le « Règlement organique » promulgué en 1861, ratifié en 1864 sous leur égide, va régir l’autonomie du Mont-Liban jusqu’au démantèlement de l’Empire.

53C’est somme toute sur les marges du monde sédentaire que les autorités ottomanes remportent leurs meilleurs succès. Elles réussissent progressivement à contenir puis à contrôler la pression bédouine en adoptant, à partir des années 1850, des mesures à long terme : utilisation constante de la force armée, mais surtout construction d’une chaîne de fortins, commandant généralement les points d’eau dans la steppe, et encouragements prodigués à la sédentarisation des petites tribus. Cette politique, renforcée après les années 1870 par l’implantation de colonies tcherkesses dans des zones « stratégiques », permet une certaine réhabilitation de l’agriculture et une extension vers l’est des terres cultivées.

54Cette lente reconquête des terres est aussi facilitée par les mesures d’encouragement prises par le gouvernement, notamment les dégrèvements d’impôts accordés à ceux qui mettent des terres vierges sous culture permanente. Tel, exemple bien connu, ce groupe d’Ismaïliens venu de la Montagne alaouite qui dès 1845 fonde, dans une région vide, le village de Salamiyyé, cultive la terre et crée, à partir de la « colonie-mère », deux autres villages dans les années 1860, puis sept dans la décennie suivante. D’autres facteurs, non moins importants, viennent stimuler cette occupation plus intensive du sol : d’une part l’augmentation de la demande intérieure due aux progrès démographiques que la Syrie connaît dans la seconde moitié du xixe siècle, d’autre part et surtout les demandes croissantes d’une Europe en pleine expansion.

L’influence croissante de l’Europe

55La présence européenne dans le Bilâd al-Châm remonte aux Grandes Découvertes ; ce n’est cependant qu’après la défaite ottomane de Lepante (1571) que les Européens, obtenant la quasi-maîtrise de la Mer Méditerranée, peuvent développer leurs activités commerciales avec le Levant. Grâce aux Capitulations qui octroient aux sujets étrangers à l’Empire des privilèges commerciaux, mais aussi politiques, importants, les firmes européennes installent leurs agents en Syrie.

56Parallèlement, les Européens ne restent pas inactifs dans le domaine culturel. Les missions religieuses, Capucins et Pères de Terre Sainte dès le xvie siècle, puis les Jésuites au xviie, s’installent dans le Bilâd al-Châm, ouvrant des écoles, répandant la culture européenne et tentant d’attirer les Chrétiens locaux dans le giron de l’Eglise catholique.

57Au xixe siècle, les Puissances européennes vont intervenir plus activement, diplomatiquement puis militairement dans la vie interne d’un empire qui ne cesse de décliner. Elles s’affrontent, dans ce qu’il est convenu d’appeler la « Question d’Orient », pour s’assurer une influence prédominante dans les provinces, voire acquérir des territoires aux dépens de la Sublime Porte. En Syrie, leurs efforts portent avant tout sur la protection des minorités : Maronites et autres Chrétiens catholiques par la France, Orthodoxes par la Russie, tandis que l’Angleterre cultive fortement l’amitié des Druzes. Les premières interventions militaires européennes en Syrie, celle des Russes en 1772, et la campagne avortée de Bonaparte en 1799, montrent l’intérêt nouveau que l’Europe porte à cette région.

58C’est à partir de l’occupation égyptienne que l’Europe va intervenir plus directement en Syrie. L’Angleterre, soucieuse de préserver ses voies d’accès continentales vers les Indes, et lésée dans ses intérêts économiques par les monopoles instaurés par Muhammad ‘Alî, encourage les soulèvements contre les Egyptiens. Fournissant des armes aux insurgés, puis débarquant des troupes sur la côte libanaise, elle impose l’évacuation de la Syrie. La région a cependant été ouverte aux missions et négociants étrangers, et le reste du siècle voit l’influence politique, économique et culturelle de l’Europe s’intensifier.

59Mettant à profit les difficultés intérieures et extérieures auxquelles fait face le gouvernement ottoman, les Puissances lui dictent une série de mesures : le décret de Gülhane (1839) garantit la sécurité des biens de tous les sujets, une fiscalité équitable et l’égalité des droits des membres des différentes communautés religieuses. En 1856, après la guerre de Crimée, les Puissances imposent la promulgation d’un nouveau décret – Hatti Humayun – qui réaffirme, en les précisant, les mêmes principes, dont l’application se heurte à de fortes oppositions intérieures.

60Dans le dernier quart du siècle, l’Empire ottoman continue d’être l’objet des intérêts et des rivalités européennes. En Palestine, la lutte entre la France et la Russie pour la protection des Lieux Saints, cause de la guerre de Crimée, se poursuit. De nouvelles ambitions aussi apparaissent : l’Italie dispute à la France la protection des Catholiques et des Lieux Saints ; sous Abdul-Hamid, l’influence allemande se substitue graduellement à celle qu’avait excercée l’Angleterre sur le gouvernement ottoman : le voyage qu’effectue l’empereur Guillaume II dans le Bilâd al-Châm en 1898 et le discours qu’il prononce à Damas sur le tombeau de Saladin ont un grand retentissement, tant à l’intérieur de l’Empire qu’à l’extérieur, et le chemin de fer de Bagdad, construit par l’Allemagne, vient longer le nord de la Syrie en 1914.

61L’Europe joue donc un rôle important dans la vie politique de l’Empire et dans celle du Bilâd al-Châm ; dans le long terme, les conséquences de la pénétration européenne sont de beaucoup plus grande portée, et les changements qui surviennent affectent non seulement l’économie, mais aussi les structures sociales.

3. Pénétration économique et changements

62Le Levant avait toujours entretenu des relations commerciales avec l’Europe. Les négociants européens, installés particulièrement dans les ports au xviiie siècle, achetaient plus de matières premières – coton et noix de galle – que de produits finis ; en retour, ils importaient des produits manufacturés – draps et quincaillerie – et, à partir du xviiie siècle, du sucre et du café de leurs empires coloniaux. La balance commerciale demeurait cependant bénéficiaire pour le Bilâd al-Châm.

63Si une augmentation du commerce est déjà notée au xviiie siècle, le xixe est marqué par une forte intensification des échanges qui se fait au profit de l’Europe. L’intégration du Bilâd al-Châm au système capitaliste se lit ainsi dans la croissance importante du commerce extérieur : Beyrouth, petit port, voit son commerce, entre 1825 et 1855, multiplié par huit, les négociants européens s’attachant vers le milieu du siècle à drainer les métaux précieux ; dans le long terme, le commerce maritime de la Syrie, 1,5 millions de livres sterling vers 1830, atteint 10 millions en 1911. La balance du commerce est désormais défavorable, et, excepté la Palestine qui bénéficie de la vente de cultures commerciales, les importations dépassent en valeur les exportations. Cette ouverture de la Syrie suit en fait, avec un décalage dans le temps pour sa partie continentale, le mouvement général que connaît l’Empire ottoman, et le Liban connecté plus tôt à l’Europe.

64L’instrument premier de la pénétration en Syrie demeure, tout au long du xixe siècle, la convention commerciale de 1838 signée entre l’Empire ottoman et l’Angleterre. Etendue par la suite à tous les autres pays européens elle confirme les privilèges assurés par les Capitulations, supprime les monopoles et autorise tout marchand à acheter tous les produits sur toute l’étendue de l’Empire. Elle fixe les droits de douane à 5  % pour les importations, 12  % pour les exportations et 3  % sur le transit. Quand le besoin d’augmenter les ressources de l’Etat se fait sentir, pour faire face aux dépenses qu’entraîne le financement des Réformes, la Porte, malgré les résistances occidentales, élève les droits d’entrée à 8  % en 1861-62, puis 11  % en 1907 et réduit les droits de sortie. Ces révisions interviennent cependant trop tard, les métiers urbains ayant été largement touchés par la concurrence étrangère.

65Un autre moyen de la pénétration occidentale est le développement des divers moyens de communication et des transports. Avant le xixe siècle, la marine marchande européenne s’était assuré le quasi monopole des transports maritimes en Méditerranée, le cabotage côtier entre les ports de l’Empire compris. La navigation à vapeur va consolider cette hégémonie des Anglais et des Français avant tout, malgré les efforts de l’Egypte pour se constituer une flotte qui comporte quelque 555 bâtiments sous le Khedive Ismaïl. Dès 1835, les Anglais, précédant Français et Autrichiens, établissent des lignes régulières en Méditerranée orientale. Si l’Egypte demeure le pays avec lequel les liaisons sont les plus nombreuses, les navires à vapeur touchent régulièrement et en nombre croissant Beyrouth ; ce port, aménagé et agrandi entre 1890 et 1895, devient le débouché de la Syrie. La navigation à vapeur va réduire les temps de transport, mais aussi, avec les développements techniques du milieu du siècle et l’accroissement du tonnage des bâtiments, le coût du fret. Cela permet d’intensifier les échanges mais surtout les importations de produits européens.

66Le développement des voies de communication intérieures va dans le même sens, tout en étant une manifestation de la pénétration occidentale : entre 1859 et 1863 une compagnie française construit la route Beyrouth-Damas, doublée par la mise en service en 1895 d’une ligne de chemin de fer ; elle est prolongée jusqu’au Haurân, région productrice de blé, que les Anglais atteignent par la Palestine. D’autres lignes sont aussi conçues au début du xxe siècle vers Hama-Alep, et une ligne relie Tripoli à Homs. En 1914, la Syrie possède ainsi quelque 789 km de voies ferrées, compte non tenu du chemin de fer du Hedjaz (1465 km) ; ces travaux d’infrastructure sont conçus, comme dans tout l’Empire ottoman, sans plan d’ensemble et leur tracé est marqué par les rivalités entre les puissances européennes. Ils répondent aux intérêts de celles-ci et non pas aux besoins des populations locales.

67Nouvelles routes et chemins de fer, y compris celui du Hedjaz, ne rétablissent cependant pas la Syrie comme centre important de ce commerce de transit qui avait pu faire une partie de sa richesse aux siècles précédents. Damas et Alep, qui avaient fonctionné comme des carrefours essentiels entre l’Europe et l’Asie, voient, avec la désaffection des routes continentales, surtout après l’ouverture du canal de Suez, leur importance diminuer ; ce sont les ports – et Beyrouth (10 000 habitants en 1830, près de 100 000 en 1900) est un cas exemplaire – qui, dans le nouveau réseau de communications, se développent aux dépens des villes de l’intérieur.

68Ce développement des voies de communication contribue donc à rattacher la Syrie au marché mondial. Elle ne connaît cependant pas de spécialisation agricole exemplaire à l’image de l’Egypte avec le coton, du Liban avec la culture du mûrier et l’élevage du ver à soie, et dans une moindre mesure de la Palestine avec les oranges de Jaffa. Certes dans la région de Lattaquié on constate, à la suite de la Guerre civile américaine, une certaine extension de la culture du tabac, mais elle régresse fortement à la fin des années 80 lors de la création de la Régie, consortium européen. La Syrie demeure avant tout une région productrice de céréales, dont les surplus, sans cesse croissants, de blé et d’orge sont exportés vers l’Europe. Les consuls européens installés à Damas suivent avec attention la situation politique dans le Haurân pour défendre les intérêts de leurs ressortissants et protégés engagés dans le commerce des grains ; ces derniers surveillent surtout l’abondance des récoltes et les cours des blés sur le marché de Londres.

69Comme nous l’avons dit plus haut, conditions politiques et raisons économiques concourent à faire progresser la colonisation intérieure. L’utilisation plus intensive des sols n’est cependant pas suivie de changements importants dans les techniques agricoles et les méthodes culturales qui demeurent dictées par la tradition ; seule introduction notable au début du xxe siècle : les pompes à vapeur qui se multiplient dans le Haurân et la région d’Alep.

70Ce développement est par contre accompagné d’une modification importante du régime foncier. L’abolition de l’iltizâm et la promulgation du code de la terre en 1858 participent de la même volonté du gouvernement et visent à restaurer les droits de l’Etat. Les nombreuses tentatives de substituer à l’iltizâm la collecte directe des impôts se révèlent inefficaces et coûteuses dans la mesure où les impôts ne rentrent pas dans le Trésor ; aboli une première fois en 1839, puis « définitivement » en 1856, l’iltizâm demeure, en fait, la pratique première de la collecte des impôts jusqu’à la fin du siècle dans bien des régions de la Syrie. Prévu lui aussi pour assurer au Trésor des revenus réguliers en supprimant tout intermédiaire entre les paysans et l’Etat dans la perception des impôts, le Code foncier s’avère un échec total. Son application, au contraire, permet la constitution ou la consolidation de la grande propriété.

71Le système d’enregistrement qui prévoit, en effet, un recensement général des terres et l’octroi de titres reconnaissant les droits d’usufruit sur les terres mîrî effraie les paysans. Croyant la loi foncière destinée à faciliter l’imposition, déjà lourde, et la conscription, ils ignorent les bénéfices potentiels qu’ils peuvent en attendre. Des notables ruraux ou citadins, promettant aux fellahs leur protection contre l’Etat ou profitant de leur endettement, acquièrent des droits légaux sur d’importantes étendues de terres. C’est le cas de puissantes familles damascènes qui se constituent des propriétés dans la proximité immédiate de la ville, dans la Ghouta, mais ne peuvent ou ne veulent – la question mériterait une étude – s’installer, sauf quelques rares exceptions, dans le riche Haurân où la petite propriété subsiste. En Syrie centrale et septentrionale, le processus est bien plus développé, comme le rapporte un recensement, sans doute rapide et incomplet, effectué en 1920 ; à côté des vastes domaines que s’est constitué le Sultan Abdul-Hamid, des familles, peu nombreuses, se sont appropriées les droits d’usufruit de larges territoires :

(cité par A. HANNA, al-Qadiyya az-Zirâ’iyya..., p. 103)

72L’inexistence de chiffres concernant la petite propriété ne signifie pas qu’elle a totalement disparu au profit de la grande ; ainsi, une autre source de la même époque précise que 80  % de 124 villages de la région de Hama sont possédés par cinq grandes familles, le reste par des moyens et petits fellahs. Ceci confirme donc la tendance générale à la mobilisation de la terre ; la petite propriété, si elle existe, demeure très minoritaire.

73Le code foncier vise aussi à briser les formes collectives de disposition de la terre ; il tente de transformer en droit individuel fondé sur l’octroi d’un titre enregistré, la participation au muchâ, forme de propriété collective de la terre, avec allotissement périodique entre les membres du groupe. Dans la pratique, la résistance paysanne et la force des habitudes communautaires freinent l’application de ces dispositions et le système muchâ continuera de subsister, dans certaines régions, encore au xxe siècle.

74Le code de 1858, renforcé par les lois sur la terre promulguées par le gouvernement Jeune Turc en 1911-1912 qui visent à simplifier la législation, est avantageux pour les notables citadins et les chefs tribaux : ils profitent des innovations législatives, et ces derniers des encouragements à la sédentarisation prodigués par les autorités, pour constituer ou consolider leur propriété privée aux dépens de l’Etat, mais aussi des paysans, membres des collectivités. Ceux-ci, d’occupants permanents, deviennent de simples locataires ou des métayers sans droits, dont les relations avec le propriétaire sont régies par des contrats oraux qui diffèrent selon les régions. Le type de contrat le plus courant est celui au quart, (murâba‘a) : le propriétaire verse l’impôt à l’Etat, fournit les semences, l’attelage, assure le logement contre les 3/4 de la récolte ; le 1/4 restant rétribue le travail du paysan et de sa famille.

***

75Du point de vue social, ce sont les villes qui sont le plus affectées par les changements en cours. Leurs fonctions et leurs activités se modifient.

76Une catégorie sociale, constituée par les bénéficiaires et agents de la pénétration européenne, apparaît ; elle recrute ses membres en partie dans la bourgeoisie musulmane, mais surtout dans les minorités non-musulmanes qui depuis longtemps fournissent les intermédiaires, interprètes et commis, entre les négociants européens et les marchands locaux. Les Chrétiens de Syrie connaissent ainsi une ascension importante depuis l’occupation égyptienne, ascension que renforce la procédure de « protection » qui soustrait ces sujets de l’Empire à l’autorité du Sultan ; la protection des consuls, qui couvre tout d’abord les personnes au service du consulat, va s’étendre au cours du xixe siècle à leurs familles, à leurs associés, et devient même héréditaire.

77Cette nouvelle couche, bien que ses membres soient engagés dans des activités similaires ou complémentaires, ne constitue cependant pas une classe homogène, et les clivages confessionnels demeurent, s’amplifient même. L’invasion des produits européens, la fuite des métaux précieux, la hausse importante des prix et la politique de réforme du gouvernement ottoman ébranlent fortement les structures économiques et sociales de la Syrie. Les réactions de la société sont alors violentes et le Bilâd al-Châm connaît entre 1850 et 1860 des troubles graves : dans le Mont-Liban, Maronites et Druzes s’opposent, mais aussi à Alep en 1850 et à Damas en 1860, plus violemment, les habitants musulmans attaquent et pillent les quartiers chrétiens, visant plus particulièrement les maisons des riches marchands.

78Cette crise secoue brutalement les élites traditionnelles. Des familles de notables qui refusent de se convertir au nouvel ordre qui s’instaure déclinent ou disparaissent, à Damas par exemple après la répression qui suit les événements de 1860. D’autres par contre s’adaptent ou apparaissent : elles font entrer leurs fils dans l’administration ou l’armée ottomanes, investissent dans la terre, utilisant à leur profit les dispositions de la loi foncière ottomane. Une autre catégorie sociale, constituée par les ‘Ulamas, voit aussi son influence sensiblement réduite du fait du développement des écoles gouvernementales, et dans une moindre mesure par les influences exercées par la culture occidentale.

79Les métiers urbains sont plus durement frappés par la forte concurrence qu’ils subissent : l’exportation des matières premières fait monter leurs prix sur le marché intérieur, tandis que les articles européens coûtent moins cher que les produits locaux. Premier touché, l’artisanat du textile : nombreux sont les métiers à tisser qui disparaissent, dénotant le rapide déclin de l’artisanat local. A Alep, selon des sources consulaires, le nombre des métiers à tisser passe de 10 000 à 4 000 dans les années 1850 ; à Damas, on estime – mais les chiffres sont aussi invérifiables – que le nombre des personnes engagées dans l’artisanat tombe de 30 000 au début des années 1850 à 15 000 en 1880 et 8 000 en 1889 !

80Ce processus n’est cependant pas général, et des phénomènes de résistance sont observés. La croissance démographique, le développement des voies de communication et l’intégration progressive des campagnes à l’économie monétaire augmentent la clientèle de l’artisanat urbain et permettent à ses produits de se substituer à ceux de l’artisanat rural, voire de concurrencer les produits importés. Certains métiers urbains profitent de ces changements : à Alep, cas le mieux étudié, 4 000 métiers, au milieu du siècle, produisent des étoffes de soie et coton, des cotonnades et des mousselines. A la veille de la Grande Guerre, 10 000 métiers sont en activité, desservant le marché syrien, mais exportant aussi vers l’Egypte, l’Anatolie, Istanbul.

81L’artisanat à Damas connaît des progrès moins exceptionnels, mais un historien local note les efforts, dès les années 1860, de certains « entrepreneurs » en textile ; souvent en association, ils développent la fabrication d’étoffes de coton imitant celles de l’Europe ; d’un prix moins élevé, répondant aux besoins des populations, s’adaptant à leurs goûts même nouveaux, elles obtiennent un certain succès. Enfin l’artisanat de la maille – appelé « tricot » localement – venu d’Europe, connaît un début de fortune : en 1911, 5 à 6 000 machines à tricoter de fabrication allemande à Alep, 1 500 à 2 000 à Damas, sont en activité et produisent pour ce marché intérieur qui s’organise.

82Les métiers du textile, et plus particulièrement ceux fabricant des cotonnades, ont donc résisté et se sont même développé surtout dans le dernier quart du xixe siècle. Quant à l’industrie, malgré les mesures d’encouragement prises par le gouvernement ottoman pendant la période des Réformes, elle ne s’implante pas en Syrie. La création de filatures de soie modernes dès le milieu du siècle au Liban est exceptionnelle et demeure « financièrement et techniquement tributaire » de l’Europe. En 1919, un observateur allemand note qu’à peine 12 manufactures employant chacune une centaine d’ouvriers existent dans toute la Syrie ; il précise que la majorité de ces « usines » sont entre les mains d’Européens et sont installées au Liban et en Palestine. Une seule exception : les ateliers du chemin de fer du Hedjaz, entreprise ottomane, qui, à Damas, emploient plus 300 ouvriers.

***

83Dans le domaine culturel, la pénétration européenne se manifeste par le moyen de l’enseignement dispensé par les écoles que fondent les missions étrangères. Les établissements des Jésuites et autres congrégations catholiques, qui existaient depuis le xviie siècle, se multiplient et deviennent plus influents à partir de 1830, concurrencés par ceux établis par les missions protestantes. Les grandes institutions – le Syrian Protestant College, en 1866, qui deviendra plus tard l’Université américaine, et l’Université Saint Joseph en 1875 – sont fondées à Beyrouth où l’influence européenne est prépondérante.

84C’est donc à Beyrouth, autour de ces institutions, et de la première en particulier, que se constitue un groupe d’intellectuels ; en majorité chrétiens, ils prennent une part importante dans le développement de la presse, au Liban puis en Egypte, dans le renouveau de la littérature arabe, en introduisant des formes littéraires nouvelles, mais aussi en diffusant certaines idées et valeurs du monde moderne. Dans le même temps en Egypte, un autre mouvement, réformiste musulman, se développe ; confronté aux progrès matériels et techniques que l’Europe accumule, il appelle à des réformes profondes des mœurs et des institutions, à retrouver un Islam authentique débarrassé de toutes les manifestations jugées décadentes de la vie religieuse, grâce à un retour à la tradition religieuse des « pieux ancêtres ».

85Ces deux mouvements demeurent en fait périphériques à la Syrie intérieure. Certes, le courant réformiste y a des représentants, mais les plus radicaux d’entre eux font entendre leur voix de leur exil au Caire ; et les influences culturelles étrangères pénètrent difficilement l’arrière-pays à majorité musulmane. Au-delà de l’Anti-Liban, les écoles des missions sont peu nombreuses : Damas par exemple n’en compte que quatre en 1880 ; les fils de notables musulmans ne commenceront à les fréquenter qu’au tournant du siècle, poursuivant plutôt leurs études dans les écoles gouvernementales (secondaires ou militaires) créées à Damas dans les années 1860, ou à Istanbul.

86Il convient donc de ne pas exagérer l’influence culturelle de l’Europe dans l’arrière-pays. L’Islam traditionaliste connaît par contre un essor nouveau – renforcé par le développement des activités, mal connues, des confréries religieuses – en réaction contre la corruption des mœurs, l’européanisation des goûts (tafarnuj) dénoncée par certains religieux dès les années 1870. Et bien que la création d’établissements modernes gouvernementaux enlève le monopole de l’enseignement aux ‘Ulamas, la multiplication des écoles de type traditionnel (primaire surtout) dans les villes et les campagnes vers la fin du siècle est largement due à leur initiative. La production littéraire est marquée, dans sa grande majorité, du sceau du traditionalisme, et la presse locale ne publie guère que des vues favorables au gouvernement.

87La loyauté de la majorité des Syriens continue donc d’être acquise à Istanbul pour des raisons surtout religieuses. Le panislamisme prôné par le sultan Abdul Hamid, dans la dernière décennie du siècle, lui attire la sympathie et le soutien de ceux qui croient que la force de la monarchie (Califat) et la domination de l’élément musulman préservent à la fois l’unité de l’Empire et l’indépendance de l’Islam, entamée par l’expansion coloniale européenne (occupation de la Tunisie par la France en 1881, de l’Egypte par la Grande-Bretagne en 1882). La présence de deux Syriens parmi les plus proches conseillers du Sultan montre l’intérêt qu’il porte aux provinces syriennes ; celles-ci en retirent des bénéfices matériels substantiels : expansion de l’enseignement, modernisation des villes (introduction de l’éclairage au gaz, travaux d’adduction d’eau), mais aussi travaux de prestige (le chemin de fer du Hedjaz).

88Au sein de cette société, dans son ensemble favorable au régime ottoman, s’esquisse cependant un mouvement de mécontentement né de la mauvaise administration ottomane, du despotisme du sultan et de la prédominance turque ; ce mécontentement ne débouche sur l’idée d’un Etat arabe que chez quelques jeunes Chrétiens dès les années 1880, et, sans équivoque, dans les écrits plus tardifs d’un réformiste syrien, al-Kawâkibî, exilé en Egypte ; dans son ouvrage, Umm al-Qurâ (« La mère des cités », c’est-à-dire la Mekke), publié en 1902 au Caire et diffusé secrètement en Syrie, il exalte la supériorité des Arabes sur les Turcs, et appelle à la regénération de l’Islam sous l’autorité spirituelle d’un califat arabe installé à la Mekke.

89Mais d’une manière plus générale, le mécontentement s’exprime et se fond dans le mouvement d’opposition à Abdul-Hamid qui s’organise au sein du « Comité d’Union et Progrès », plus communément appelé Mouvement Jeune Turc, héritier des réformateurs ottomans. Dans ce Comité, dont les objectifs sont la limitation des pouvoirs du sultan et la restauration de la constitution de 1876, les participants arabes militent plus en faveur de l’octroi d’une autonomie administrative que d’une totale indépendance.

90L’autonomie demeure encore la revendication principale dans les provinces arabes après l’arrivée des Jeunes Turcs au pouvoir (1908). La révolution jeune-turque, instaurant un régime constitutionnel, avec un parlement constitué de députés de toutes les provinces, permet à tous de s’exprimer et de s’organiser. Dans un même temps, les Jeunes-Turcs renforcent leur politique de centralisation et de turquisation, accroissant le mécontentement dans les provinces et accentuant l’opposition entre Arabes et Turcs. Des sociétés se fondent : la Fraternité Arabo-Ottomane et le Cercle Littéraire à Constantinople, le Parti ottoman de la Décentralisation administrative au Caire en 1912 mais qui ouvre des branches dans les provinces arabes ; ces organisations revendiquent avant tout l’égalité des droits des Arabes au sein de l’Empire, des assemblées locales, l’emploi de l’arabe dans les régions de langue arabe pour l’administration, l’éducation. Ce sont ces revendications modérées qui sont émises lors du Congrès arabe tenu en 1913 à Paris avec des délégués, chrétiens et musulmans, en majorité syriens et libanais.

91Des sociétés secrètes plus radicales se constituent cependant qui réclament l’indépendance totale des provinces arabes. Les plus importantes sont al-Fatât, fondée à Paris en 1911 par un groupe d’étudiants et qui établit son quartier- général en Syrie deux années plus tard ; et al-‘Ahd, créée en 1914 par des militaires en majorité irakiens. A l’entrée en guerre de l’Empire ottoman en novembre 1914, les nationalistes sont largement divisés dans leurs options et objectifs politiques : nombreux sont ceux qui regardent vers le Chérif de la Mekke, ou vers le pouvoir wahhabite, et certains sont en contact avec la France ou la Grande-Bretagne. Le démantèlement total de l’Empire, retardé en raison des rivalités européennes, n’intervient qu’au lendemain de la Grande Guerre : la domination politique du Bilâd al-Châm complète la mainmise économique de l’Europe.

Bibliographie

ORIENTATION BIBLIOGRAPHIQUE

BODMAN H.L. Jr., Political factions in Aleppo, 1760-1820, The University of Carolina Press, 1963.

BOWRING J., Report of the commercial statistics of Syria, Londres, 1840.

BURCKHARDT J.L., Travels in Syria and the Holy Land, Londres, 1822.

CHEVALLIER D., La société du Mont Liban à l’époque de la révolution industrielle en Europe, Paris, 1971.

GIBB H.A.R., et BOWEN H., Islamic society and the West, vol. I en 2 parties, Londres 1951, 1957.

HAJJAR J., L’Europe et les destinées du Proche-Orient, 1815-1848, Bruxelles, 1970.

HANNA A.A., Al-Qadiyya az-zirâ’iyya wal-haraka l-fallâhiyya fî Sûriya wa Lubnân, 1820-1922, tome I, Beyrouth, 1975.

HOLT P.M., Egypt and the Fertile Crescent, 1516-1922, Londres, 1966.

HOURANI A., Syria and Lebanon, a political essay, Londres, 1966.

HOURANI A., Arabic thought in the liberal Age, Londres, 1962.

ISSAWI Ch., ed., The economic history of the Middle East, 1800-1914, a book of readings, Chicago-Londres, 1966.

KURD ALI M., Khitat ash-Sham, 6 vol., Beyrouth, 1970.

LAMMENS H., La Syrie, précis historique, 2 vol., Beyrouth, 1921.

LEWIS B., The emergence of Modem Turkey, Londres, 1961.

POLK W. et CHAMBERS R. éd., Beginnings of modernization in the Middle East, Chicago, 1968.

RAFIQ A.K., Al-‘Arab wal-‘Uthmâniyyûn, 1516-1916, Damas, 1974.

TIBAWI A.L., A modern history of Syria, including Lebanon and Palestine, Londres 1969.

VOLNEY, Voyage en Egypte et en Syrie, publié avec une introduction et des notes par Jean Gaulmier, Paris, 1959.

WIRTH E., Syrien, eine geographische Landeskunde, Darmstadt, 1971.

Table des illustrations

Légende (cité par A. HANNA, al-Qadiyya az-Zirâ’iyya..., p. 103)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/728/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 57k

Auteur

Secrétaire scientifique de l’Institut Français d’Études Arabes de Damas.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540