Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Syrie d’aujourd’hui

 | 
André Raymond

I - La personnalité géographique de la Syrie

Paul Sanlaville

Texte intégral

1Avec 185 180 km2 et environ 7 millions d’habitants la Syrie apparaît comme un pays relativement peu peuplé, surtout lorsqu’on le compare à l’Égypte ou au Liban. Le désert et la steppe couvrent en effet la plus grande partie du territoire qui souffre gravement de l’aridité. Mais la Syrie n’en recèle pas moins de vastes possibilités, aussi bien grâce à ses ressources propres que par sa position sur la marge méditerranéenne du Proche-Orient, et sa population connaît aujourd’hui une très rapide croissance.

1. Situation et ressources

2Outre l’aridité, qui constitue une des données géographiques de base, la Syrie souffre d’un certain nombre de handicaps. D’abord, issues de la période coloniale, ses frontières apparaissent très artificielles. Celle du Nord coupe d’Ouest en Est le riche avant-pays du Taurus et du Kurdistan turcs. A l’Est et au Sud-Est, rectiligne et tracée en plein désert, la frontière sectionne abruptement les terrains de parcours des nomades. Enfin, la perte du Hatay, au Nord-Ouest, en 1939, a enlevé à la Syrie la région d’Antioche et d’Alexandrette qui était le débouché naturel et traditionnel d’Alep et de la vallée de l’Euphrate. Ce n’est qu’à l’Ouest, avec la dépression du Jourdain, puis la ligne de crête de l’Hermon et de l’Anti- Liban, que les limites de l’État syrien ont une signification géographique.

3La Syrie est gênée aussi par la médiocrité de son ouverture sur la mer, car elle ne dispose que d’une étroite fenêtre de 173 km, au Nord-Ouest, sur la Méditerranée. Encore l’accès en est-il entravé par le double obstacle montagneux des reliefs levantins. La topographie d’ensemble s’abaisse vers l’Est et la plupart des grandes villes se trouvent à l’intérieur du pays : la Syrie est donc un domaine essentiellement continental, davantage tourné vers l’Euphrate que vers la Méditerranée.

Carte 1 - Géographie physique de la Syrie.

4On peut être frappé également par la relative hétérogénéité de ce pays, formé de régions très dissemblables et dépourvu d’un noyau attractif. La Syrie manque d’un cœur, d’une région-pilote autour de laquelle se serait constituée progressivement l’unité du pays. Le croissant céréalier, qui est la zone la plus active et la plus typiquement syrienne, s’étire sur de vastes distances du Sud-Ouest au Nord-Est et ne constitue d’ailleurs pas lui-même, tant s’en faut, un ensemble homogène. C’est sans doute la raison pour laquelle il y a eu très rarement dans l’histoire - sauf le Mitanni et à l’époque omayyade – de construction politique axée sur la Syrie telle qu’elle est aujourd’hui fixée dans ses frontières. La différence est frappante avec la Mésopotamie et surtout la vallée du Nil. Damas, la capitale, coïncée entre les montagnes et le désert, occupe une position fort excentrique, le centre de gravité démographique et économique se déplaçant de plus en plus vers le Nord du pays. Alep bénéficie d’une situation bien meilleure que celle de Damas, mais elle est gênée par la proximité de la frontière septentrionale. C’est Homs qui paraît de loin la mieux placée des villes de l’intérieur : à équidistance de Damas et d’Alep, elle commande le principal passage vers la mer. C’est par elle que transite notamment tout le trafic du port de Tartous.

5Le bilan est cependant loin d’être négatif car par ses ressources comme par sa situation la Syrie dispose d’atouts sérieux. D’abord l’obstacle montagneux est plus modeste qu’au Liban où route et voie ferrée doivent, pour traverser le Mont-Liban, escalader un col perché à 1 550 m. Aux deux extrémités de la montagne alaouite s’ouvrent en effet deux seuils bas, aisément franchissables. La voie septentrionale qui, par la vallée du Nahr al-Kabîr al-Chamâlî et le Nord du Ghâb conduit droit à Alep et à la vallée de l’Euphrate, a été utilisée dès l’âge du Bronze (Ugarit). Au Sud, on passe sans grande difficulté (seuil à 600 m) de la plaine du Akkâr à celle de Homs, véritable plaque tournante du pays. Les ports de Lattaquié et de Tartous sont installés au débouché de chacune de ces deux voies.

6L’axe Euphrate-Djézireh est capital et a joué, dès l’Antiquité, un grand rôle dans la vie de relations. Il assure un lien indispensable entre le golfe arabo-persique et la Méditerranée, entre l’Asie et l’Europe. Un bon nombre de villes commerçantes ont commandé le trafic de l’Euphrate aux différentes époques du passé et la grande densité de tells archéologiques prouve que la Djézireh septentrionale était autrefois une zone extrêmement active et très peuplée. Après une longue période d’assoupissement, la région de l’Euphrate est en train de retrouver son importance d’antan, moins sans doute pour les échanges internationaux – freinés par sa relative excentricité et l’imperméabilité actuelle des frontières – que pour les activités de production : irrigation, énergie électrique, hydrocarbures, intensification agricole et croissance urbaine font aujourd’hui de la Djézireh et de la vallée de l’Euphrate une des régions les plus riches et les plus dynamiques de Syrie.

7Le désert syro-arabique était autrefois un rude obstacle que les routes commerciales devaient contourner par le Nord en empruntant la vallée de l’Euphrate, ou que traversaient timidement les pistes caravanières passant par les oasis de Sukhné et de Palmyre. De grandes routes asphaltées permettent aujourd’hui de franchir aisément le désert et conduisent directement en Iraq et au Golfe : la Syrie commande ces routes, notamment celle du Sud, par Mafraq et la Jordanie, que parcourt une véritable noria de gros camions reliant les ports levantins aux villes du Golfe ou de Mésopotamie.

8La Syrie est ainsi excellemment placée pour exercer un rôle régional dans le trafic de transit et l’on est étonné qu’elle n’ait pas mieux tiré parti de sa situation exceptionnelle. C’est qu’elle n’a pas la tradition libérale et commerçante de Beyrouth et du Liban, que ses infrastructures sont encore insuffisantes et que ses frontières demeurent trop imperméables : les pipes venant d’Arabie Saoudite et d’Iraq ont cessé de fonctionner depuis plusieurs années et il est paradoxal que le flux pétrolier irakien ait préféré à la Syrie une trajectoire turque sensiblement plus longue. La Syrie s’est donné des ports et un aéroport modernes, a construit un beau réseau routier et s’est constitué un réseau ferroviaire assurant directement la desserte de la Djézireh par ses propres ports de Lattaquié et de Tartous : il lui manque encore l’incitation gouvernementale, la législation et l’esprit d’initiative qui pourraient lui permettre de concurrencer sérieusement son petit voisin occidental.

9Malgré son hétérogénéité apparente et le caractère artificiel de ses frontières, la Syrie contemporaine se présente comme un ensemble relativement cohérent, car pour être très différentes les unes des autres ses régions n’en sont pas moins complémentaires. Entre la zone accidentée de l’Ouest, caractérisée par ses fortes densités et ses cultures méditerranéennes – l’olivier notamment – et le désert, terrain de parcours des bédouins nomades, la steppe céréalière apparaît comme une région charnière, vouée aux contacts et aux échanges. Ce n’est pas la région la plus peuplée, mais c’est celle qui concentre la plupart des villes et qui connaît aujourd’hui l’évolution et le développement les plus rapides.

10La Syrie dispose aussi de matières premières relativement abondantes. La plupart proviennent de l’agriculture, qui fournit un assez grand nombre de productions destinées à l’industrie, au premier rang desquelles vient le coton. Divers minerais ont été exploités dès la plus haute Antiquité, le fer ou le cuivre par exemple. Pendant longtemps aucun effort notable de prospection n’a été tenté, mais les recherches effectuées depuis l’indépendance et surtout depuis une vingtaine d’années ont permis à la Syrie de mieux connaître ses possibilités et de devenir un producteur non négligeable de matières premières. Si les réserves d’hydrocarbures n’ont rien de comparable à celles des pays du Golfe, la Syrie peut aujourd’hui, grâce aux champs pétroliers de l’extrême Nord-Est, assurer sa consommation propre tout en dégageant un surplus notable pour les exportations, qui se font grâce à un grand oléoduc traversant tout le pays et aboutissant à Tartous. Trois gisements de phosphates sont exploités, dans la région de Palmyre surtout, mais également à Haffé, près de Lattaquié. La Syrie recèle aussi en abondance dans les pays de l’Euphrate du gypse et du sel et plusieurs gisements de fer sont exploitables dans les régions montagneuses de l’Ouest, à Masiyâf et à Zabadânî surtout.

11Une autre grande richesse – à peu près négligée jusqu’ici – est constituée par le capital touristique. Les ressources archéologiques sont innombrables, depuis les premiers villages de l’époque néolithique jusqu’aux monuments arabo-islamiques. Rares sont les pays qui possèdent une telle densité de sites archéologiques, appartenant à des périodes extrêmement variées : toutes les civilisations qui se sont succédé au Proche-Orient y ont laissé leurs empreintes. Mais on n’aurait garde aussi d’oublier la beauté des paysages, sur la côte, en montagne ou dans le désert. L’infrastructure touristique, hôtelière notamment, est encore rudimentaire, mais le tourisme pourrait devenir une des principales sources de devises, créant de nombreux postes de travail et permettant, entre autres, le redémarrage de l’artisanat.

2. Le climat et l’eau

12Plus favorisée que la plupart des pays arabes du Proche-Orient mais moins arrosée que le Liban ou la Turquie, la Syrie appartient à la grande diagonale aride qui s’étend de la Mauritanie à l’Asie Centrale. Elle connaît un climat de type méditerranéen à précipitations d’hiver et sécheresse estivale, dont la continentalité et l’aridité sont renforcées par la présence du double bourrelet montagneux qui isole l’intérieur des influences maritimes. Située à une centaine de kilomètres à vol d’oiseau de la mer, Damas, avec 200 mm de pluies contre 890 à Beyrouth, se trouve déjà dans la zone désertique et la Syrie tout entière vit sous le signe de l’aridité : 58°% du pays reçoivent moins de 250 mm de précipitations ; près des 2/3 sont impropres aux cultures sèches et le désert et la steppe couvrent la plus grande partie du territoire.

13Les précipitations tombent durant la saison froide, avec un maximum en janvier-février. Quantités et régularité inter-annuelle diminuent vers l’Est par continentalité et vers le Sud avec la latitude, et trois domaines pluviométriques s’individualisent : la région élevée et accidentée du Nord-Ouest, bien arrosée ; la zone steppique intérieure en forme de croissant, recevant de 250 à 500 mm de pluies ; et enfin le désert, qui occupe tout le Sud-Est du pays. Les pluies les plus irrégulières sont les premières (automne) et les dernières (printemps) : or, ce sont aussi les plus importantes pour l’agriculture puisqu’elles conditionnent labours et semailles d’une part, épiaison d’autre part. La sécheresse estivale, très stricte, dure d’avril à la fin septembre.

14Les étés sont chauds, avec des maximums parfois très élevés (maximum absolu de 43°2 à Damas), et les coups de chaleur sont fréquents au printemps (en avril-mai surtout) par temps de khamsîn, accompagné souvent de vents de sable ou de poussière en provenance du désert. En revanche, les nuits demeurent relativement fraîches, surtout dans les régions les plus élevées. Sauf sur la côte, les hivers sont rudes et la neige n’est pas rare ; aussi les cultures d’agrumes se limitent-elles à la plaine littorale et les palmiers-dattiers n’apparaissent que timidement, dans le Sud-Est, à Abou-Kemal et à Palmyre ; mais la chaleur estivale convient très bien, partout, au coton, à la betterave à sucre et aux cultures maraîchères, lorsque l’irrigation est possible.

15L’aridité climatique est encore renforcée par la lithologie : basaltes et surtout calcaires couvrent de très vastes étendues ; dans ces roches perméables les eaux s’enfouissent rapidement en profondeur. De même, dans l’Est du pays, les gypses, impropres à l’agriculture, affleurent largement.

16Autrefois l’eau était utilisée essentiellement pour abreuver le bétail et assurer l’irrigation de certains secteurs privilégiés. L’homme recourait à des techniques ingénieuses : dérivation de rivières, creusement de galeries souterraines à puits multiples (qanawât) ou construction de norias, immenses roues à aubes mues par le courant de l’Oronte. L’augmentation de la population, l’amélioration générale du niveau de vie et surtout le développement urbain et industriel entraînent aujourd’hui une demande considérable et croissante, tandis que l’intensification agricole passe nécessairement par l’irrigation. Aussi la maîtrise de l’eau est-elle un des problèmes majeurs du pays : dans la Ghouta de Damas, par exemple, on assiste à une âpre concurrence entre les besoins en eau d’irrigation et la consommation urbaine et industrielle.

17Les ressources en eau de la Syrie sont pourtant loin d’être négligeables. Coulant dans une vallée, large de deux à une dizaine de kilomètres, encaissée dans les plateaux crayeux ou gypseux de Djézireh, l’Euphrate parcourt 602 km en Syrie sur une longueur totale de 2 330 km. Assez bien alimenté par les pluies et la fonte des neiges des montagnes d’Anatolie orientale, il connaît de hautes eaux au début du printemps (avril-mai) et un étiage accentué d’automne (minimum en octobre). Ses crues peuvent être redoutables, balayant la plaine alluviale, rongeant ses rives, noyant les cultures et détruisant les réseaux d’irrigation. Ses hautes eaux sont à la fois plus précoces – donc moins intéressantes pour l’agriculture – et plus irrégulières que celles du Nil. A la différence de l’Égypte et de la Mésopotamie, la vallée de l’Euphrate syrien n’a, semble-t-il, jamais connu, dans l’Antiquité, de grands aménagements hydrauliques et les villages, d’ailleurs assez peu nombreux, se localisaient en bordure de la vallée, sur des terrasses insubmersibles. L’édification du barrage de Tabqa a entraîné la disparition des grandes crues et doit permettre une mise en valeur systématique de la plaine et des plateaux avoisinants. Totalement dépourvu d’affluent de rive droite, l’Euphrate reçoit sur sa gauche le Balîkh et le Khâbûr, nés sur la frontière turque de grosses résurgences dont l’étiage est soutenu et qui se prêtent fort bien à une exploitation rationnelle.

18La Syrie possède d’autres rivières, modestes en général, mais d’aménagement plus aisé. Ainsi l’Oronte – le Nahr al-’Âsî –, né au Liban d’importantes sources karstiques. Avant de rejoindre la mer sur la côte turque, il coule du Sud au Nord, dans la plaine de Homs d’abord, puis enfoncé dans les plateaux de Hama, avant de traverser le fossé d’effondrement du Ghâb, réplique des grands accidents de Mer Rouge et du Jourdain. Les pittoresques norias cessent de fonctionner les unes après les autres, remplacées par des motopompes, tandis que les plaines marécageuses et insalubres d’Acharneh et du Ghâb ont été drainées, assainies, irriguées rationnellement et gagnées à la grande culture moderne.

19Descendu de l’Anti-Liban, après avoir franchi l’étroite et profonde gorge du Qassioun, le Barada irrigue depuis des millénaires l’oasis de la Ghouta. On peut citer encore le Kouaïk, rivière d’Alep, ou, dans le Sud-Ouest, le Yarmouk, affluent du Jourdain, ou encore, sur la côte, les deux Nahr al-Kabîr. A cela s’ajoute l’exploitation de sources karstiques relativement abondantes et régulières : celle du Nahr al-Sinn, sur le littoral, a permis l’irrigation des plaines de Jablé et de Bânyâs, tandis que celle de Figé, en bordure du Barada, alimente Damas en eau potable. De plus en plus on utilise des nappes profondes, que l’on atteint par des forages, sans cesse plus nombreux, et qui risquent de s’épuiser. Ainsi dans le Merj, à l’Est de la Ghouta de Damas, ou dans la région de Salamiyyé. De grands espoirs sont placés aussi dans les nappes du bassin du Khâbûr et de ses affluents, en Djézireh du Nord-Est.

20Beaucoup de rivières ou de sources vont se perdre en bordure du désert, dans des cuvettes fermées. Des lacs s’y forment à la fin de l’hiver mais les eaux s’évaporent en été, laissant place aux vastes étendues blanchâtres et salées des sebkhas. Ces dépressions palustres ont pu être mieux alimentées et plus accueillantes autrefois, comme semblent le montrer les nombreux tells qui parsèment la plaine de Jabboul ou celle d’Ataïbé.

21Si les conditions sont finalement assez favorables, les aménagements deviennent de plus en plus difficiles et coûteux et une véritable politique de l’eau s’impose, à présent, qui éviterait les gaspillages et se traduirait par un recyclage systématique de l’eau, en particulier dans la région de Damas. A la différence de l’Égypte où le développement de l’irrigation moderne s’est calqué sur les zones d’irrigation traditionnelles, on assiste en Syrie à un remodelage progressif des régions agricoles : les secteurs non irrigables vont probablement connaître un déclin accéléré par l’exode rural, tandis que l’agriculture irriguée intensive s’étend à la fois dans des régions consacrées jusqu’ici à la culture sèche traditionnelle (pays de l’Oronte, Djézireh), mais aussi dans la zone aride elle-même, vide jusqu’à présent, par exemple sur les plateaux de l’Euphrate et du bas-Khâbûr.

22La végétation est fragile et médiocre, non seulement à cause du climat mais encore en raison de la trop forte densité des troupeaux et de l’intervention destructrice de l’homme (bois de chauffage, charbon de bois, fours à chaux). Dans le désert, la végétation se cantonne aux lits d’oueds, souvent très larges d’ailleurs. Dans la steppe céréalière l’arbre est devenu exceptionnel, sauf autour des villages, et l’on est frappé par l’extrême nudité et la grande monotonie du paysage. L’Anti-Liban, le Qalamûn et, à plus forte raison, les montagnes de la Palmyrène sont à peu près chauves. Le Djebel Alaouite n’a que de médiocres boisements de pins et de chênes, que relaient en altitude les genévriers. Seuls le Baër et le Bassit, dans l’extrême Nord-Ouest du pays, à proximité de la frontière turque, fortement arrosés il est vrai, bénéficient d’un magnifique couvert forestier de pins avec un dense sous-bois d’espèces calcifuges.

23Les régions géographiques sont calquées sur la carte des précipitations, avec trois domaines différents, mais, on l’a vu, largement complémentaires. Le domaine fondamental est celui de la steppe, recevant entre 250 et 500 mm de pluies et apte à la céréaliculture sèche. C’est là qu’est apparue pour la première fois au huitième millénaire l’agriculture sédentaire, avec la domestication des céréales et du bétail, et que s’est très tôt développé un complexe réseau urbain lié au commerce, à la vie de relations et aux nécessités du maintien de la sécurité. Une limite capitale sépare le monde paysan des sédentaires de celui des bédouins nomades : la limite théorique suit l’isohyète de 250 mm et passe un peu au Nord du grand coude de l’Euphrate en s’éloignant progressivement du fleuve lorsqu’on va vers l’Est. Il y a toujours eu entre nomades et sédentaires des relations d’échange et de complémentarité, mais aussi des rapports conflictuels, et le front de colonisation agricole a beaucoup varié dans le temps, en fonction de la force respective des bédouins et des agriculteurs, mais probablement aussi des changements climatiques séculaires. Durant la période romano-byzantine, les nomades étaient strictement maintenus dans le désert, en deçà de l’isohyète de 250 mm et cette situation a prévalu à peu près jusqu’à la fin de l’époque abbasside. Mais ensuite, à partir du xe siècle surtout, le rapport de forces s’est inversé et le front a beaucoup reculé, les sédentaires disparaissant pratiquement de la Djézireh par exemple, au profit des nomades. Depuis la deuxième moitié du xixe siècle, l’évolution a joué aux dépens des bédouins, par suite de la pression démographique, du déclin du commerce caravanier, des efforts du gouvernement central et de l’ouverture de la production agricole aux marchés internationaux. Le Djebel Druze et la région située entre Hama et Salamiyyé ont été reconquis précocement par les sédentaires ; la Djézireh ne l’a été qu’à partir de ce siècle et surtout depuis la Deuxième guerre mondiale. Aujourd’hui, par suite de la forte poussée démographique et des données socio- économiques – par exemple le système de prêt de semences aux agriculteurs – les céréales ont gagné des zones à très faible pluviométrie, dans la partie méridionale de la Djézireh et même au Sud de l’Euphrate, mais c’est une agriculture dangereuse, aux rendements aléatoires et presque toujours dérisoires, qui accélère gravement l’érosion des sols. L’évolution jouera bientôt en sens inverse.

3. L’espace géographique syrien

24Le relief et les conditions climatiques se conjuguent pour faire apparaître en Syrie trois domaines géographiques, de surface et d’importance économique très inégales.

La région méditerranéenne

25Grâce à sa position littorale et à son relief montagneux, la partie Nord-Ouest, située entre le Liban et la Turquie, est typiquement méditerranéenne dans son climat, ses paysages et ses cultures.

26La plaine littorale est étroite et ne s’élargit qu’aux deux extrémités : au Nord, dans la plaine de Jablé, au Sud dans celle du Akkâr. La côte est médiocre, basse et fortement battue par la houle. On n’y trouve aucune rade sûre, mais seulement, comme au Liban, de minuscules criques utilisées par la navigation antique ; ainsi à Ugarit, Laodicée (Lattaquié) ou Rouad, seule île côtière habitée de tout le littoral oriental de la Méditerranée. Les hivers sont doux mais la forte humidité atmosphérique rend la chaleur estivale relativement pénible. Les cultures traditionnelles - olivier, tabac et même céréales - dominent encore, malgré les progrès récents des cultures irriguées (agrumes, arachide, cultures maraîchères), dans la plaine de Jablé surtout. La vie de relations et les activités urbaines se développent rapidement autour des ports de Lattaquié, Bânyâs et Tartous.

27En arrière se dresse le Jabal Nusaïriyyé ou montagne alaouite. Prolongeant le Mont Liban, mais à une altitude beaucoup plus faible, ce massif culmine dans le Nord, à 1 562 m, au Jabal Slenfé. Anticlinal calcaire dont le flanc oriental est faille, ses pentes occidentales sont assez douces tandis que la retombée sur le fossé du Ghâb, à l’Est, est très brutale. Le massif est profondément disséqué par des vallées qui ne laissent entre elles que d’étroites crêtes sur lesquelles se localisent routes et villages. La roche affleure souvent à nu et les sources sont modestes. Aussi l’habitat ne monte-t-il pas au-dessus de 1 000 mètres et l’économie est-elle restée archaïque : vigne, tabac et céréales, qu’accompagnent un peu d’élevage et quelques plantations, assez récentes, de pommiers. Pourtant la population est dense, surtout dans le Sud, où elle se répartit en une multitude de petits villages. Il s’agit de minorités religieuses réfugiées ici au Moyen-Age : Alaouites installés aux xe et xie s, Ismaïliens au xiie, chrétiens, que la médiocrité des ressources locales pousse à l’exode vers les plaines voisines et surtout vers les villes.

28Prolongement du fossé de la Mer Morte, le grand accident méridien qui affecte toute la zone levantine depuis le golfe de ‘Aqaba jusqu’à la plaine de l’Amouk, en Turquie, en passant par la dépression du Jourdain et la haute plaine de la Bekaa, au Liban, se retrouve en Syrie dans le fossé du Ghâb, que domine abruptement le Djebel Alaouite et que parcourt l’Oronte. Cette plaine basse, plate, marécageuse et presque déserte, a été totalement transformée par les travaux récents de bonification pour devenir une des plus riches régions agricoles de la Syrie.

29A l’Est du Ghâb se dessine une deuxième ligne de relief, constituée de plateaux ne dépassant pas 1 000 m d’altitude : Jabal Zâwiyé au Sud, Jabal Sim’ân au Nord. La roche calcaire, la sensible diminution des précipitations et de plus grands écarts thermiques en font une zone de transition entre la région méditerranéenne et les plaines céréalières. Les oliveraies sont encore vastes dans la région d’Idlib mais disparaissent très vite vers l’Est. Des « villes mortes » et de nombreuses et belles églises byzantines en ruine prouvent l’intense occupation de cette région dans l’Antiquité.

Le domaine steppique

30La région géographique la plus importante et la plus caractéristique de Syrie se présente sous la forme d’un vaste croissant qui s’étend du Djebel Druze au Sud jusqu’aux rives du Tigre au Nord-Est. Représentant environ le tiers du pays et atteignant près de 160 km dans sa plus grande largeur, ce croissant se rétrécit à quelques dizaines de kilomètres, entre Damas et Homs, où l’écran des montagnes libanaises entraîne une forte diminution des précipitations.

31Le climat est, en effet, le principal facteur d’unité et cette région est assez exactement délimitée par les deux isohyètes de 500 et 250 mm de pluies par an : c’est la zone où la culture céréalière sèche est possible. Mais la sécheresse estivale dure plus de 5 mois et la grande irrégularité interannuelle des précipitations explique les énormes variations des rendements et des récoltes d’une année à l’autre, surtout lorsqu’on se rapproche du désert. La température moyenne de janvier est de 7°8 à Damas mais la ville compte en moyenne 16 jours de gelée par an et on y a enregistré un minimum absolu de – 8°3. Le froid hivernal interdit donc dans le croissant syrien les cultures arbustives subtropicales comme les orangers et les palmiers. La longue sécheresse et la faiblesse des précipitations entraînent la rareté de l’arbre en dehors des périmètres irrigués. Le paysage naturel est celui d’une steppe, la vocation agricole étant essentiellement céréalière : blé sur les bonnes terres, orge ailleurs. Encore une jachère biennale est-elle nécessaire et les rendements sont-ils médiocres et très irréguliers.

32En dehors des contreforts de l’Anti-Liban et des chaînons du Qalamûn et de la Palmyrène au centre-Ouest, du Djebel Druze au Sud et du Jabal ‘Abd-al-’Azîz au Nord, cette région se présente sous l’aspect de plaines ou de bas-plateaux s’abaissant doucement et régulièrement vers l’Est en direction de la Mésopotamie. Mais à l’intérieur de ce vaste ensemble des régions s’individualisent.

33Dans le Sud, aux confins de la Jordanie, s’élève le lourd massif volcanique du Djebel Druze, culminant à 1 800 m et formé d’un complexe de cônes et de coulées dont les plus récentes ont une surface chaotique et désolée. Au contraire, à l’Ouest, le basalte décomposé donne les fertiles terres à blé du Haurân et du Golân, réputées depuis l’époque romaine pour leurs belles récoltes. Aux céréales et aux légumineuses s’ajoutent, dans les parties les plus élevées, vigne et arbres fruitiers. La population habite de pittoresques villages dont les maisons, aux murs de pierres basaltiques, se confondent avec la roche.

34Le domaine cultivé se restreint ensuite au piémont de l’Anti-Liban et des chaînons qui en divergent. Entre Damas et Homs, la route se glisse par des cols élevés de dépression en dépression (Nabak est à 1 350 m). Les villages sont souvent accrochés à des sites défensifs et joignent à la culture des céréales dans les parties basses, celle de la vigne et des arbres fruitiers sur les coteaux et l’élevage sur les hauteurs.

35De Homs à Alep et jusqu’à la frontière turque s’étend une des plus vastes régions agricoles de la Syrie, particulièrement large au droit de Salamiyyé, car le seuil qui s’ouvre dans le Akkâr entre le Mont Liban et le Djebel Alaouite permet aux vents humides de l’Ouest de pénétrer assez loin à l’intérieur des terres. C’est un paysage de plaines, de bas plateaux et de collines que parcourt l’Oronte, dans sa partie Sud-Ouest. C’est, comme le Haurân et la Djézireh, une grande zone céréalière, mais des barrages édifiés sur l’Oronte, à Homs et à Rastan, ont entraîné la multiplication des champs de coton et de betterave à sucre. La vigne occupe également une grande place, associée parfois aux oliviers et surtout aux pistachiers qui, bien adaptés au climat, sont particulièrement nombreux autour d’Alep. Enfin, sur les terres incultes ou sur les chaumes, l’élevage du petit bétail, chèvres et surtout moutons, assure un précieux revenu d’appoint. En raison du caractère extensif de l’agriculture, les terroirs sont très vastes ; les villages, aux maisons strictement groupées, sont entourés de la modeste tache verdoyante des jardins et des vergers. Au-delà commencent les champs nus, où alternent céréales et jachère sur des sols bruns ou brun-rouges.

36On appelle Djézireh la région située entre le Tigre et l’Euphrate. Les précipitations diminuent rapidement vers le Sud où l’on passe progressivement au désert. La partie septentrionale, en revanche, est suffisamment arrosée et ses sols rouges sont assez fertiles pour que l’on puisse y pratiquer dans de bonnes conditions des cultures sèches. Bien cultivée dans l’Antiquité, cette région était retournée jusqu’aux premières décennies de ce siècle à l’élevage nomade extensif. Elle a été progressivement regagnée à l’agriculture pour devenir la principale région céréalière de Syrie. Les larges plaines alluviales du Balîkh et du Khâbûr sont même relativement bien irriguées et grâce au barrage de Tabqa et – dans un avenir plus ou moins proche – à l’aménagement du Khâbûr, les cultures vont s’étendre et se diversifier. La découverte de pétrole dans le Nord-Est et l’établissement de voies de communications modernes – la voie ferrée surtout – qui la relient maintenant aux villes de l’Ouest et aux ports méditerranéens doivent faire de la Djézireh une des régions les plus actives et les plus riches du pays.

Le désert

37Le domaine subdésertique et désertique recevant moins de 250 mm de pluies couvre 58 % du pays et forme un vaste triangle dont la base correspond à la frontière syro-irakienne. On comprend ainsi pourquoi les surfaces cultivées ne représentent qu’une faible partie de la superficie totale de la Syrie. Comme on l’a vu, le passage du domaine agricole au désert se fait progressivement : il y a toute une zone de transition que la pression démographique et la sédentarisation des nomades ont poussé à occuper et à cultiver malgré l’extrême incertitude des récoltes et le danger d’érosion des sols. Pour une bonne récolte les mauvaises années sont fort nombreuses, et les villages installés sur les marges arides sont bien misérables.

38Le désert est encore parcouru par des bédouins, nomades moutonniers – plus rarement chameliers – restés fidèles aux mouvements saisonniers qui les conduisent au Sud-Est jusqu’en Iraq ou même en Arabie, pendant l’hiver et les ramènent, à la fin du printemps, en bordure de la zone céréalière où les troupeaux peuvent pâturer les chaumes tandis que les gens louent leurs bras pour les travaux de la terre. Mais l’évolution économique comme les sollicitations gouvernementales à la sédentarisation réduisent chaque année le nombre des nomades.

39Les chaînons de la Palmyrène se poursuivent par le massif du Bichrî jusqu’aux rives de l’Euphrate, près de Deïr-ez-Zor. Quelques sources, plus ou moins sulfureuses, ont fait apparaître au pied de ces montagnes de petits périmètres irrigués (al-Qom par exemple) et les médiocres oasis de Palmyre (Tadmor) et de Sukhné. On peut y voir quelques palmiers-dattiers, mais ceux-ci, situés à leur limite septentrionale extrême, fructifient mal et l’arbre qui domine à Palmyre est en réalité l’olivier, qu’accompagnent figuiers et abricotiers, sous lesquels poussent légumes et céréales.

40Beaucoup plus belle et plus vaste est la Ghouta de Damas, oasis méditerranéenne, sans palmiers. Peu éloignée de la mer mais abritée des vents d’Ouest par les deux hautes chaînes libanaises, la région de Damas ne reçoit guère que 200 mm de pluies par an mais les eaux du Barada, soigneusement captées, irriguent de riches cultures où l’arbre est fréquent, sur un sol créé et entretenu par des générations de Damascains. Cependant, l’anarchique croissance de l’agglomération de Damas a profondément bouleversé l’organisation traditionnelle de la Ghouta.

4. Population

41Avec une population totale de 6 305 000 habitants au recensement de 1970 (7 845 000 d’après les estimations de 1977), la Syrie n’a qu’une densité moyenne faible : 34 habitants au kilomètre carré. Mais ces chiffres cachent mal de profondes disparités régionales dues aux vicissitudes historiques aussi bien qu’aux conditions géographiques. La montagne alaouite et la plaine littorale abritent des densités supérieures à 75 et même à 100, surtout dans la partie méridionale et les régions basses de la montagne. Les conditions naturelles ne sont pourtant guère favorables : raideur des pentes, prédominance des calcaires perméables, minceur et discontinuité des sols constituent un environnement relativement répulsif ; mais l’altitude, la forte dissection et le cloisonnement du relief ont contribué à faire de cette montagne, à l’exemple du Mont Liban, une zone-refuge, réservoir de population. Dans la partie occidentale du Croissant Fertile, entre les frontières turque et jordanienne, les densités oscillent de 30 à 80. En revanche, les 4/5 du pays, à l’Est d’une ligne Alep-Salamiyyé-Suwaïda, comptent moins de 2 habitants au km2, sauf dans les plaines alluviales de l’Euphrate et de ses deux affluents, le Balîkh et le Khâbûr, qui, grâce à la présence de l’eau et des sols alluviaux, regroupent l’essentiel des villes et des villages de la steppe aride syrienne. Malgré une pluviométrie favorable, les densités restent encore relativement faibles dans le Nord-Est de la Djézireh où, après une longue emprise nomade, la colonisation n’a repris que tardivement. Certes, la plus grande partie du pays est occupée par le désert ou la steppe désertique, et certaines régions souffrent même d’un surpeuplement relatif, par exemple là où les marges du désert ont été gagnées récemment et imprudemment à la sédentarisation et à la céréaliculture sèche ; mais si l’on tient compte des ressources globales du pays et notamment des possibilités, la Syrie demeure encore largement sous-peuplée.

42Mais du moins la population augmente-t-elle rapidement aujourd’hui. Le taux de mortalité a, en effet, baissé sensiblement depuis quelques décennies, à cause des progrès sanitaires, de l’élévation du niveau de vie et du rajeunissement de la population ; ce taux est passé, par exemple, de 20 à 15 ‰ entre 1960 et 1970. Il est plus faible dans les villes, où la vie moyenne est de 8 ans plus longue qu’à la campagne ; de même, le taux de mortalité infantile est de 92 ‰ à Damas, pour les garçons, alors qu’il est encore de 142 ‰ dans les campagnes. En revanche, le taux de natalité reste très élevé, avoisinant 47 ‰ ; le taux de reproduction brute atteint 3,75 % et l’on dénombre 8 enfants en moyenne par femme mariée. Ces chiffres sont pratiquement aussi élevés encore dans les villes que dans les campagnes, sauf pour certaines couches sociales, ce qui prouve que la citadinisation n’a pas encore modifié sensiblement les traditions et les mentalités concernant la famille.

43Entre 1960 et 1970, l’accroissement naturel de la population représente un taux moyen, fort élevé, de 3,30 %, en net accroissement par rapport aux périodes antérieures : il n’était par exemple que de 2,50 % entre 1947 et 1960. La population double à peu près en 21 ans et se caractérise par un très fort pourcentage de jeunes, puisque 49,3 % de la population ont moins de 15 ans, tandis que 6,4 % seulement comptent plus de 60 ans. Cette structure de la population n’est pas sans créer de graves problèmes : coût élevé de l’éducation, besoins considérables en équipements, nécessité de créer rapidement des postes de travail, etc.

44Il est certain que l’homme s’est installé très précocement en Syrie : il vivait de cueillette, de chasse et de pêche sur les rives du Nahr al-Kabîr et de l’Oronte à l’Acheuléen inférieur, il y a près d’un million d’années. Les sites habités se sont multipliés à l’Acheuléen et au Paléolithique moyen, pénétrant assez largement dans ce qui est aujourd’hui le désert syrien. Mais c’est surtout à partir du Natoufien et du Néolithique que le Croissant Fertile et les marges du désert se peuplent, notamment dans la région d’Alep et en Djézireh, où naissent les premiers villages. Vers la fin du VIIIe millénaire, Mureybet, au coude de l’Euphrate, voit apparaître progressivement les premières cultures et la domestication des animaux. Villes et villages se multiplient alors en Djézireh ; outillage et céramiques témoignent de civilisations déjà très avancées et prouvent que d’actifs échanges s’effectuaient. Les densités continuent à s’accroître tandis qu’à l’âge du Bronze un véritable réseau urbain se met en place. A partir de ce moment-là, suivant les périodes, en fonction de l’efficacité du pouvoir central, les densités paysannes sont plus ou moins fortes et le front de colonisation agricole pénètre plus ou moins loin sur les marges de la steppe désertique, avec une extension maximale probable à l’époque romaine. Après les périodes omayyade et abbasside, en revanche, beaucoup de régions rurales connaissent un net déclin, en particulier le Haurân, la Djézireh et les régions de Salamiyyé et d’Alep, où les voyageurs relèvent un grand nombre de villages abandonnés. La situation ne s’inversera, on l’a vu, qu’au milieu du xixe siècle et surtout au cours du xxe. Le mouvement a été particulièrement tardif en Djézireh où la surface cultivée est passée de 243 000 hectares en 1946 à 1 400 000 en 1960. Depuis la deuxième moitié du xixe siècle jusqu’à nos jours, le domaine cultivé n’a cessé de s’étendre tandis que le nombre des bédouins nomades régressait rapidement : ceux-ci ne seraient guère que 80 000 à présent, parce que les cultures céréalières ont pris leurs meilleurs terrains de parcours et que tout pousse aujourd’hui à la sédentarisation. Beaucoup de villages sont donc très récents, notamment à l’Est de la grande route qui relie Damas à Alep et plus encore sur l’Euphrate et en Djézireh. Ce sont en général de gros villages aux ruelles étroites et aux maisons strictement groupées autour de la mosquée. Ce n’est que depuis peu que l’on a vu apparaître dans les régions irriguées des exemples d’habitat dispersé.

45Mais si la population rurale continue à augmenter en chiffres absolus, passant de 2 880 000 personnes en 1960 à 3 563 000 en 1970, elle diminue fortement depuis quelques décennies en chiffres relatifs (63 % de la population totale en 1960, mais 56,5 % en 1970 et 53,8 % en 1975) et il est incontestable que la part des activités non agricoles s’accroît aussi sensiblement chez les ruraux.

46Ces changements profonds et parfois rapides dans les densités rurales et les limites de l’espace habité se sont accompagnés de mouvements de population plus ou moins importants. Pour ne s’en tenir qu’aux périodes les plus récentes, il faut rappeler l’arrivée, dès le xie siècle, mais surtout dans le premier quart du xxe, de populations kurdes qui se sont établies dans le Nord de la Djézireh et qui représenteraient aujourd’hui environ 200 000 personnes. De même, de nombreux Arméniens fuyant la Turquie à la fin du xixe siècle et plus encore durant la seconde guerre mondiale ont trouvé refuge en Syrie. Si bon nombre d’entre eux ont ensuite quitté ce pays au moment des nationalisations, dans les années soixante, on compte encore en Syrie plus de 130 000 Arméniens, installés pour la plupart dans les villes, et surtout à Alep. Outre la communauté turkmène, peu nombreuse, de Damas, on peut également signaler la présence de populations turques en bordure de la frontière du Nord-Ouest, par exemple dans le Baër et le Bassit. Les guerres arabo-israéliennes et le conflit frontalier à propos du Golân ont entraîné un déracinement des populations du Sud-Ouest du pays, tandis qu’un grand nombre de Palestiniens (plus de 220 000 en 1977) trouvaient refuge en Syrie, dans la région de Damas pour la plupart.

47Mais la Syrie a également connu l’émigration : comme les Libanais, les Syriens sont partis en grand nombre à la fin du xixe siècle et entre les deux guerres mondiales vers l’Afrique Noire ou l’Amérique. Dans les années 60 surtout, de nombreux ruraux sans terre ou sans travail s’en allaient plus ou moins légalement au Liban pour travailler dans l’agriculture, le bâtiment ou les travaux publics : ils étaient près de 300 000 lorsque la guerre civile libanaise les a chassés. Aujourd’hui, le boom pétrolier a fait du golfe arabo-persique une région avide de bras et de cerveaux. Les départs pour des périodes plus ou moins longues d’ouvriers non qualifiés comme de techniciens ou de diplômés se chiffrent sans doute par dizaines de milliers – mais les statistiques font cruellement défaut - et cette émigration vers le Golfe procure à la Syrie d’importantes rentrées de devises.

48Les migrations intérieures sont encore plus difficiles à comptabiliser. Les régions rurales surchargées, comme le Djebel Druze ou le Djebel Alaouite, ont fourni des agriculteurs aux plaines voisines, par exemple aux régions de Homs, de Hama ou de Salamiyyé. De même, nomades et semi-nomades se sont progressivement sédentarisés sur la marge externe de leurs terrains de parcours ou sont attirés par les régions en cours de bonification (Ghâb, vallée de l’Euphrate). Comme on l’a déjà dit, c’est surtout la vallée de l’Euphrate et la plaine de la Djézireh qui continuent à drainer la main-d’œuvre rurale, tandis que le reste du Croissant Fertile a plutôt un solde migratoire de ruraux négatif.

49Mais l’une des plus puissantes migrations de population est constituée par l’exode rural : celui-ci pousse aujourd’hui vers les villes de forts contingents d’hommes et de femmes et, en s’ajoutant au fort croît naturel de la population urbaine, permet de comprendre la part croissante des citadins en Syrie.

50La vie urbaine est intense depuis la plus haute Antiquité, en raison de la juxtaposition de régions économiquement complémentaires et de la proximité du désert et de la Méditerranée. Le Croissant céréalier a vu naître, très tôt, des villes commerçantes, situées au croisement de la grande voie méridienne qui va d’Alep à la Mer Rouge et des routes transversales – la vallée de l’Euphrate notamment – qui relient le désert à la Méditerranée. Les villes les plus importantes sont celles qui commandent les grands passages naturels conduisant à la côte : Damas, au pied des cols qui franchissent la montagne libanaise ; Alep, sur la route joignant la vallée de l’Euphrate à la dépression d’Antioche et à la vallée du Nahr al-Kabîr ; Homs, aujourd’hui, grâce à sa position entre les deux grandes métropoles du pays et sur la voie d’accès la plus commode à la mer et donc prédisposée à devenir un grand carrefour routier et ferroviaire.

51Les grands sites urbains de l’Antiquité se comptent par dizaines. Ces villes avaient surtout un rôle régional et commercial et constituaient un réseau relativement dense. Beaucoup étaient des villes caravanières comme Palmyre, Damas ou Alep. La plupart des sites antiques ont été progressivement et plus ou moins précocement abandonnés : ainsi Résâfé, Halabiyyé, Mari, Doura Europos, Ras Chamra et bien d’autres encore. Les premiers siècles de l’Islam demeurent une période de grande prospérité urbaine mais à l’époque ottomane on assiste au déclin des villes comme à celui des campagnes, et à la fin xixe siècle, la population urbaine de la Syrie est fort réduite, Damas et Alep elles-mêmes n’étant que des villes d’importance médiocre. Le mouvement d’urbanisation reprend dans la seconde moitié du xixe siècle, lentement d’abord, pour s’accélérer à la fin de la deuxième guerre mondiale et atteindre son maximum à partir des années 60. Les villes s’accroissent aujourd’hui au rythme de 4,3 % par an. Un réseau urbain relativement cohérent et hiérarchisé s’est mis en place.

52Malgré sa position quelque peu excentrique, Damas (838 668 habitants, en 1970) continue sa progression grâce à son rôle de capitale et à la centralisation administrative très forte du pays. Alep (639 428 hab.), pourtant mieux située, évolue plus lentement mais apparaît comme le principal centre artisanal et industriel du pays (40 % des actifs travaillent dans le secteur artisanal et industriel). Derrière ces deux métropoles viennent un certain nombre de villes dont beaucoup dépassent maintenant 50 000 habitants. Sur la côte, ce sont les deux ports de Lattaquié (125 716 hab.) et de Tartous (30 000 hab.). Le premier traite surtout les marchandises générales et la ville s’étend considérablement (développement industriel, présence d’une jeune et dynamique Université) ; le second, de création récente, est surtout exportateur de phosphates et de pétrole. Sur l’axe Alep-Damas, les deux villes de Hama (137 421 hab.) et de Homs (215 423 hab.) sont elles aussi très dynamiques, les activités industrielles épaulant de plus en plus les fonctions commerciales et artisanales traditionnelles. Dans le Nord-Est du pays, le développement de l’irrigation, la récente colonisation agricole, l’exploitation pétrolière et la modernisation du réseau de communications ont entraîné l’étoffement rapide de bourgades très modestes jusque là, telles Hassaké (32 746 hab.), Qâmichlî (47 714 hab.) et surtout Deïr-ez-Zor (66 164 hab.) et Raqqa (37 151 hab.), cette dernière connaissant actuellement le taux de croissance urbaine le plus fort du pays.

53La Syrie recèle d’assez vastes richesses : les ressources naturelles d’abord, agricoles ou minérales ; la qualité de ses paysages et de son patrimoine archéologique ensuite, qui la prédispose aux activités touristiques. De même, grâce à l’excellence de sa situation, entre la Méditerranée et les pays du Moyen-Orient, la Syrie doit pouvoir développer une politique de transit et d’échanges, à condition de s’en donner les moyens, qui sont moins techniques – l’infrastructure des voies de communications a considérablement progressé – que politiques. La Syrie possède un riche capital humain, avec une population jeune, démographiquement dynamique, et mobile.

54La Syrie vit sous le signe de l’aridité et c’est un lourd handicap. L’économie repose largement sur l’agriculture, qui occupe encore près de la moitié de la population active, d’où les grandes difficultés que traverse le pays lorsque se succèdent des séries d’années sèches : les troupeaux fondent, les surfaces cultivées rétrécissent, l’exode rural s’accélère. Certes les possibilités sont assez vastes mais il faut être très prudent, éviter les gaspillages, pratiquer une politique de l’eau réaliste et rigoureuse en arbitrant entre les diverses utilisations, entre l’agriculture et les autres consommateurs, entre la salle de bains et la production alimentaire. Là encore les risques sont beaucoup moins techniques et financiers qu’humains et politiques, comme le montrent les exemples de la Ghouta de Damas ou de la plaine du Ghâb.

55On assiste aujourd’hui, commencé vers le milieu du xixe siècle mais accéléré depuis quelques décennies, à un véritable réaménagement plus ou moins spontané de l’espace syrien. Les densités de population restent encore très inégales et loin d’être proportionnelles aux ressources et aux possibilités : la montagne alaouite est surchargée, le Nord de la Djézireh encore insuffisamment peuplé. La colonisation agricole s’est effectuée d’abord au profit de la céréaliculture sèche ou avec un développement anarchique des pompages, et des zones ont été gagnées à la culture et peuplées qui n’auraient pas dû l’être parce que la pluviométrie est trop faible et trop incertaine. Un mouvement en sens inverse doit se produire bientôt et l’on assistera en fait à un contraste croissant entre les secteurs irrigables et ceux où les cultures sèches seules sont possibles. Des zones entières connaîtront alors une intense hémorragie d’hommes. L’évolution générale accentuera le déplacement du centre de gravité démographique et économique vers le Nord du pays en raison du poids sans cesse plus grand de la région de l’Euphrate et de la Djézireh dans la production agricole comme dans les activités générales du pays. La situation de la capitale, Damas, apparaîtra alors de plus en plus excentrique. Mais le Croissant steppique demeurera la région fondamentale de la Syrie, sans changements fondamentaux, sans doute, par rapport à l’Antiquité.

56Au total, si les conditions physiques semblent très contraignantes, la comparaison entre l’âge du Bronze, l’époque romaine ou la période des Omayyades d’une part, les xviie-xviiie siècles d’autre part, montre bien que le rôle de l’homme reste capital dans les destinées de ce pays.

Bibliographie

ORIENTATION BIBLIOGRAPHIQUE

BEAUMONT P., BLAKE G.H. et WAGSTAFF J.M., The Middle East. A Geographical Study, John Wiley and Sons, London, 1976.

BIANQUIS A. M., « Le problème de l’eau à Damas et dans sa Ghouta », Rev. Géogr. Lyon, 1977, 1, p. 35-53.

BIROT P. et DRESCH J., La Méditerranée et le Moyen-Orient, t. II, P.U.F., Orbis, 1955.

DAVID J.C., « L’urbanisation en Syrie », Maghreb-Machreq, 81, 1978, p. 40-49.

FISCHER W.B., The Middle East, a physical, social and regional geography, Methuen and Co Ltd., London, 1975.

PLANHOL X. de, Les fondements géographiques de l’histoire de l’Islam, Flammarion, 1968.

RONDOT Ph., La Syrie, Que sais-je, P.U.F., 1978.

SAMMAN M., « La situation démographique de la Syrie », Population, 6, 1976, p. 1253-1287.

SAMMAN M., « Aperçu sur les mouvements migratoires récents de la population en Syrie », Rev. Géogr. Lyon, 1978, 3, p. 211-228.

WIRTH E., Syrien, eine geographische landeskunde, ed. Wissenschaftliche, Darmstadt, 1971.

Table des illustrations

Légende Carte 1 - Géographie physique de la Syrie.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/726/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 127k

Auteur

Maître de recherche au Centre National de la Recherche Scientifique.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable