Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’huile d’olive en Méditerranée

L’huile d’olive dans la communauté économique européenne

J. de Régis

Texte intégral

I – DESCRIPTION DE L’ORGANISATION DES MARCHÉS DANS LE SECTEUR DE L’HUILE D’OLIVE

1En date du 23 décembre 1963, le Conseil des Communautés Européennes a adopté une résolution dans laquelle il fixe les principes de base d’une organisation commune des marchés dans le secteur des matières grasses et des huiles. Cette résolution a trouvé sa conclusion le 22 septembre 1966 dans le règlement 136/66 « portant établissement d’une organisation commune des marchés dans le secteur des matières grasses ».

2Le régime adopté était basé sur des constatations, des objectifs et des principes pouvant être ainsi définis :

Constatations

  • Faiblesse de la production communautaire en matières grasses d’origine végétale qui représentait un taux d’auto-approvisionnement de 10 % pour les huiles et graisses végétales et de 80 % pour l’huile d’olive.

  • Les olives sont produites dans certaines des régions les plus défavorisées de la Communauté, d’où leur importance sur le plan économique et également social. En effet étaient dénombrés un million d’oléiculteurs en Italie et quarante mille en France.

Objectifs

3Il était donc indispensable d’une part d’assurer l’approvisionnement en huiles végétales du marché communautaire et, d’autre part, de garantir aux producteurs oléicoles une juste rémunération et stimuler la demande afin que celle-soit soit suffisante pour absorber les tonnages produits.

Principes retenus

A — Huiles végétales (autres que l’huile d’olive)

4Elles devraient bénéficier d’une politique commerciale non restrictive afin que l’industrie soit approvisionnée au meilleur coût en même temps que protégée contre des importations de produits traités. Donc : droits nuls sur les graisses oléagineuses et faibles sur les huiles brutes (10 % en moyenne mais 0 % pour celles en provenance des pays adhérents à la Convention de Lomé).

B – L’huile d’olive

5Il devait être garanti aux oléiculteurs un revenu minimum et la consommation protégée car l’huile d’olive était très concurrencée.

6Or le prix de revient dans la C.E.E. était supérieur à celui des huiles en provenance des producteurs extra C.E.E.

7Deux possibilités étaient donc envisageables :

  • ou laisser entrer librement l’huile d’olive dans la C.E.E. et verser aux producteurs communautaires la différence entre leur prix et le prix mondial,

  • ou établir un mécanisme tenant compte à la fois des prix communautaires et mondiaux.

8La solution adoptée a été le mélange de ces techniques, soit :

  • établissement d’un mécanisme de prix destiné à assurer aux producteurs communautaires un niveau correct de leur revenu par le biais d’aides,

  • création d’un prélèvement à l’importation variable destiné à éviter l’envahissement du marché communautaire par les huiles d’olive en provenance des Pays Tiers.

9Mécanismes (tableau N° 1)

A – Prix

10Les prix sont fixés chaque année, pour la Campagne commençant le 1er novembre, de la façon suivante :

  1. Prix indicatif à la production : est fixé à un niveau équitable pour les producteurs, compte tenu de la nécessité de maintenir le volume de production nécessaire dans la C.E.E.

  2. Prix indicatif de marché : (a été remplacé par le prix représentatif de marché le 1er avril 1979) est fixé à un niveau permettant l’écoulement normal de la production d’huile d’olive compte tenu des produits concurrents et notamment des perspectives de leur évolution.

  3. Prix d’intervention : est égal au prix indicatif à la production diminué de l’aide à la production (voir infra), ainsi que d’un montant qui tient compte des variations du marché et des frais d’acheminement de l’huile d’olive des zones de production vers les zones de consommation.

  4. Prix de seuil : est fixé de telle façon que le prix de vente du produit importé se situe, pour un lieu de passage en frontière de la communauté, au niveau du prix représentatif de marché.

B – Aides (Elles sont fixées chaque année le 1er novembre)

11Le prix indicatif à la production est beaucoup plus élevé que le prix représentatif de marché et l’écart entre les deux est comblé par les aides à la production et à la consommation.

  1. Aide à la production : elle représente un soutien financier direct aux producteurs oléicoles. Son taux est fixe. Elle s’applique à la production d’huile d’olive extraite d’oliviers plantés avant le 31 octobre 1978 (1er janvier 1981 pour la Grèce).

  2. Aide à la consommation : elle a été créée le 1er avril 1979. Lorsque le prix indicatif à la production diminué de l’aide à la production est supérieur au prix représentatif de marché, une aide à la consommation est accordée pour l’huile produite dans la C.E.E. et commercialisée. Le montant de cette aide est fixé chaque année le 1er novembre en tenant compte du rapport de prix probable entre l’huile d’olive et les huiles végétales concurrentes, mais il peut être modifié durant l’année.

C – Prélèvement à l’importation

12Dans les échanges avec les Pays Tiers un système de prélèvement mobile est prévu afin de mettre au même niveau les prix communautaires avec ceux de l’huile d’olive en provenance de ces dits pays.

13Généralement le prix C.E.E. est plus élevé que le prix dans les Pays Tiers de sorte qu’un prélèvement est prévu lors de l’importation dans la C.E.E. Il représente la différence entre le prix mondial et un prix de seuil fixé annuellement le 1er novembre (ce prix est celui du prix représentatif de marché diminué des frais d’approche représentant le coût de l’acheminement du produit depuis la frontière C.E.E. jusqu’à l’usine de l’importateur).

14En date du 1er novembre 1976 ce calcul arithmétique a été remplacé par un système dénommé « prélèvement à l’importation ». Ce dernier est fixé par la Commission Européenne hebdomadairement en fonction des cours internationaux, des stocks communautaires et des demandes de certificats d’importations.

II – PROBLÈMES DÉCOULANT DE L’APPLICATION DE LA RÉGLEMENTATION

15Les principaux problèmes se situent au niveau de l’aide à la production, de l’intervention, de l’aide à la consommation et du prélèvement à l’exportation.

A – Aide à la production (tableau N° 2)

16Depuis le 1er avril 1979 l’aide à la production n’est plus égale à la différence entre le prix indicatif à la production et le prix représentatif de marché mais elle est fixée par la Commission sur des bases arbitraires. Elle est accordée, en fonction des quantités réellement produites, aux producteurs membres d’un groupement de producteurs et, sur la base d’un rendement moyen, aux producteurs indépendants.

17Le secteur de la production d’huile d’olive est caractérisé par l’existence d’une multiplicité de petits producteurs cultivant chacun en moyenne 5 hectares dont un hectare planté d’oliviers. Il s’ensuit qu’il est presque impossible de contrôler de manière satisfaisante les quantités réellement produites et, dès 1972, la Commission Européenne avait manifesté son souci sur ce point. Elle a donc décidé en 1975 d’établir un cadastre oléicole dont les indications devraient permettre un meilleur contrôle, mais il n’est pas encore terminé.

18Certains États membres ont émis de nombreuses critiques, telles le risque de verser des aides injustifiées et l’augmentation correspondante des charges financières de la C.E.E., le caractère inégalitaire de l’aide car elle est identique pour toutes les qualités, et son inadaptation par la possibilité qu’elle offre de production d’excédents de certaines huiles peu demandées par les consommateurs.

19D’autre part, l’attribution d’une aide proportionnelle à la production mélange deux notions :

  • protection du revenu pour les zones défavorisées,

  • rationalité économique, car assurer un revenu aux petites exploitations donne une rente aux exploitations rentables, d’où un coût budgétaire élevé d’une part, et d’autre part abaisser les coûts budgétaires aurait pour conséquence de ne plus assurer le revenu de l’exploitation marginale.

20A ces critiques ont été jointes des propositions ainsi synthétisées :

  1. suppression de l’aide à la production et son remplacement par un montant représentant l’addition du prix d’intervention et de l’aide à la production, dont découleraient certains avantages tels :

  • seule l’huile effectivement livrée bénéficierait de ce montant,

  • le contrôle serait sensiblement allégé,

  • des économies administratives seraient enregistrées.

  1. l’aide devrait être forfaitaire, c’est-à-dire basée sur le nombre d’oliviers mentionnés dans le casier oléicole.

21Ainsi : réduction de la fraude – contrôle plus facile – stabilité du revenu des producteurs.

22Ces propositions sont jugées inacceptables par la Commission Européenne mais cette dernière pourrait étudier une modification du régime de l’aide à la production si les contrôles effectués, après l’établissement définitif du cadastre oléicole, ne lui donnaient pas satisfaction.

23D’autre part, la co-responsabilité devient une notion à l’ordre du jour dans la Communauté et la Commission Européenne a déclaré qu’il était intolérable que les producteurs continuent à produire sans tenir compte des débouchés réels et qu’il fallait d’une manière ou d’une autre les rendre co-responsables pour les quantités produites par eux. La méthode de co-responsabilité consiste à fixer pour une campagne oléicole donnée une production maximum (seuil de production) et, pour les quantités produites en plus, le prix garanti baissera au cours de la campagne qui suit. La production oléicole étant basée sur un cycle bisannuel, des mesures pourraient être prises sous la forme d’aides directes aux revenus destinées aux producteurs les plus pauvres qui seraient susceptibles de subir une perte de revenu trop importante.

B – Aide à la consommation (tableaux N° 2 et N° 3)

24En la créant en date du 1er avril 1979 la Commission Européenne manifestait son désir de relancer la consommation d’huile d’olive en abaissant le rapport de prix de cette dernière avec celui des huiles végétales concurrentes. Cette aide est accordée aux ventes d’huile communautaire, en emballages d’une contenance inférieure ou égale à 5 litres, effectuées dans les territoires de la C.E.E.

25Depuis sa mise en application son montant a pratiquement doublé. Il est donc important d’examiner si cette aide a atteint son but et par conséquent si la consommation est fonction du rapport de prix d’une part et d’autre part si les dépenses budgétaires sont réellement justifiées.

26La Commission émettait l’hypothèse qu’il existait une corrélation directe entre la consommation d’huile d’olive et le rapport entre les prix de l’huile d’olive et celui des huiles végétales concurrentes.

27Les études économiques et statistiques récemment effectuées démontrent que le rapport de prix est autonome et évolue indépendamment des aides accordées. En effet le montant de l’aide est fixé au début de la campagne oléicole et reste immuable pendant son déroulement. Il faudrait que son niveau soit adapté aux variations des prix des huiles végétales, c’est-à-dire que, si ces dernières baissent, il serait indispensable que celui de l’huile d’olive diminue dans les mêmes proportions.

28Ces études indiquent que les variations dans les rapports de prix n’avaient pratiquement pas eu d’effet sur la consommation qui variait de façon aléatoire. Les habitudes d’utilisation des différentes huiles végétales, dont l’huile d’olive, et le fait que l’acceptation d’un rapport de prix par les consommateurs n’est pas identique chez tous les membres de la C.E.E. en étaient les principales causes.

29La Commission Européenne estime que le rapport 2/1 doit être recherché, mais on peut être sceptique sur son impact, même s’il est atteint, ce qui n’est pas le cas depuis l’établissement de l’aide. On doit examiner si, en dehors du prix, d’autres facteurs n’ont pas une incidence importante sur l’écoulement de l’huile d’olive. Ne faudrait-il pas centrer les efforts sur la différence de prix plutôt que sur le rapport de prix ?

30Compte tenu de ces conditions et du doublement de la dépense budgétaire depuis le 1er avril 1979 il ne semble pas réaliste de fonder une nouvelle politique entièrement sur des rapports de prix.

C – Intervention

31Au lieu de commercialiser son huile d’olive, l’oléiculteur peut choisir de vendre son huile à un organisme stockeur d’intervention. Dans ce cas, il reçoit le prix d’intervention fixé annuellement, majoré du montant de l’aide à la production. Ce total garantit à l’oléiculteur un revenu qui se rapproche du prix représentatif de marché.

32L’intervention devait donc être considérée comme un instrument de protection des producteurs mais, au fil des ans, elle est devenue un instrument d’achat et il peut être affirmé que les conditions actuelles de l’intervention sont en grande partie responsables du malaise que l’on constate aujourd’hui sur le marché de l’huile d’olive dans la C.E.E.

33En effet on remarque que les stocks sont en permanence élevés alors que la C.E.E. est importatrice ; la raison de cette situation peut être trouvée dans un prix d’intervention trop élevé par rapport au prix représentatif de marché, notamment en ce qui concerne la qualité vierge extra, ce qui incite le producteur à s’adresser à l’intervention plutôt que d’affronter le marché, et également dans un contrôle trop laxiste sur le plan qualitatif des tonnages apportés.

34Ces tonnages importants obtenus par l’intervention aboutissent à une charge financière énorme pour la C.E.E. du fait de leur stockage pendant plusieurs années, charge aggravée en outre par la perte découlant du déclassement des huiles dont la qualité se dégrade au fil des mois.

35D’autre part la Commission Européenne, désirant logiquement écouler les stocks détenus par l’intervention, augmente le taux du prélèvement à l’importation, de crainte d’afflux de tonnages supplémentaires, d’où une hausse du prix communautaire qui s’aligne sur le prix d’importation.

36Le marché se trouve donc faussé.

37Il faut donc prendre les mesures nécessaires afin que l’organisme d’intervention joue le rôle de « filet de protection » et non d’acheteur.

D – Prélèvement à l’importation

38a) Pour éviter l’invasion du Marché Communautaire par des huiles d’olive de Pays Tiers au cours mondial un « prélèvement mobile » est appliqué. Il est égal à la différence entre le cours mondial le plus favorable et un prix appelé « prix de seuil » qui est fixé de telle sorte que les huiles importées sont placées à un niveau de prix égal au prix représentatif de marché. En fait le prix de seuil est très légèrement inférieur au prix représentatif de marché, ce qui met les huiles importées au même niveau, compte tenu des frais d’approche.

39En application de ce principe, le prélèvement était calculé hebdomadairement et l’importateur avait la possibilité d’en préfixer le montant en mentionnant sur le certificat d’importation le taux en vigueur le jour de la demande.

40En conséquence l’importateur, par la préfixation, était assuré de la délivrance du certificat d’importation, donc de la sécurité de son approvisionnement ainsi que de son prix de revient pour la période nécessaire à l’écoulement du tonnage préfixé.

41b) Estimant que les offres sur le marché mondial ne permettaient pas de déterminer la tendance réelle de ce marché et qu’un manque de « transparence » en découlait, le principe de l’adjudication du prélèvement fut mis en application le 1er novembre 1976. La technique en était la fixation d’un taux de prélèvement minimal calculé sur la base d’une part d’informations en possession de la Commission et d’autre part des taux de prélèvement indiqués par les importateurs lors de la demande de certificats d’importation. La procédure de préfixation était annulée. Les lots inférieurs à 20 tonnes pouvaient être importés avec le prélèvement minimum.

42En application, le prélèvement demeurait fixé hebdomadairement et tout importateur ayant indiqué un taux de prélèvement égal ou supérieur au taux minimal était déclaré adjudicataire et obligé d’importer le tonnage au taux indiqué sur le certificat. Tout certificat mentionnant un taux inférieur était refusé.

43En conséquence, incertitude permanente pour l’importateur quant à l’approvisionnement et risque de rupture de stock quantitatif et qualitatif. Également, impossibilité de fixation d’un prix de revient stable et par conséquent d’une politique commerciale valable même à très court terme.

44Bien que la production communautaire soit déficitaire il semblerait que la Commission ait voulu décourager les importations, ayant abandonné le calcul arithmétique du prélèvement qui, de ce fait, s’est trouvé être supérieur à l’écart entre le prix de seuil et celui des huiles des Pays Tiers. De ce fait le prix de revient de l’huile d’olive importée a été en permanence plus élevé que le prix représentatif de marché. En conséquence, hausse des prix intérieurs et répercussion au niveau de la consommation.

45En conclusion, il parait indispensable de modifier le processus d’adjudication du prélèvement en tenant compte des exigences suivantes :

  • sauvegarde de la liberté des importations garantie par le traité de Rome (article 39) et le réglement de base N° 136/66 (article 42).

  • possibilité de disposer d’un moyen indiscutable permettant la « transparence » du marché,

  • nécessité pour les importateurs de programmer leurs approvisionnements et de stabiliser leur prix de revient pour une période donnée, ceci par le rétablissement de la préfixation.

46Il faudrait que la Commission ne se serve plus du prélèvement comme d’un instrument de politique économique et sociale au seul profit du producteur mais davantage comme un moyen de régularisation et de correction des prix à la production, ceci dans l’intérêt du consommateur en particulier et de l’huile d’olive en général.

III – ENTRÉE DE L’ESPAGNE ET DU PORTUGAL DANS LA COMMUNAUTÉ (Tableaux N° 5-6-7-8-9)

47En Espagne et au Portugal, comme précédemment en Grèce, le contrôle des importations d’huiles végétales permettait de maintenir une consommation d’huile d’olive correspondante à la production. La suppression progressive des contrôles créera un excédent annuel de 230 000 tonnes environ qui devra être écoulé.

48La Communauté Economique Européenne et les deux pays postulants exportent un tonnage global de 80 000 tonnes et par conséquent il est difficile d’envisager une augmentation sensible du dit tonnage. En effet une offre plus importante sur les marchés étrangers de consommation pourrait être la cause d’une baisse inopportune des prix d’une part et d’autre part elle poserait des difficultés d’écoulement et par conséquent des problèmes économiques et sociaux aux Pays Tiers tels la Tunisie et la Turquie.

49Il faut donc consommer cet excédent dans la C.E.E. et le raisonnement de la Commission est ainsi défini :

  • cet excédent est dû à une baisse de la consommation et non à une baisse de production,

  • l’instauration d’un rapport de prix, dans la C.E.E. à 12, de 2/1 devrait maintenir la consommation à son niveau actuel,

  • la réalisation de ce rapport peut s’effectuer, soit par l’augmentation des prix des huiles végétales, mais elle parait difficile car ces prix se forment sur un marché international, soit par la baisse du coût de l’huile d’olive, ce que permet la réglementation communautaire par le biais de l’aide à la consommation.

  • Compte tenu des rapports de prix existant en Espagne (1,4/1 pour l’huile de tournesol et 1,7/1 pour l’huile de soja), on estime que la réalisation du rapport 2/1 représenterait une dépense de 1,5 milliard d’Écus inhérente au relèvement considérable du montant de l’aide à la consommation. En effet le prix représentatif de marché serait fixé non pas sur les prix effectivement constatés sur le marché de l’huile d’olive mais en fonction des prix les plus bas des huiles végétales concurrentes.

50Le but étant atteint, d’une part la production oléicole communautaire serait écoulée à l’intérieur de la C.E.E. et les perturbations sur le marché mondial évitées ; et d’autre part la consommation d’huile d’olive étant maintenue à son niveau actuel les fournisseurs d’huiles végétales ne seraient pas lésés.

51Le financement de cette dépense serait assuré par l’application éventuelle d’une taxe non discriminatoire sur les corps gras produits et importés dans la C.E.E. (à l’exception du beurre), qui rééquilibrerait le secteur communautaire des matières grasses.

IV – TAXE SUR LES MATIÈRES GRASSES

52L’évolution du marché des matières grasses, animales et végétales dans la C.E.E. entraine des déséquilibres de plus en plus graves. L’arrivée de produits importés en exemption de droits (graisses oléagineuses) et à droits réduits (huiles brutes) accentue le déséquilibre du marché entre l’huile d’olive et les huiles végétales d’une part et le beurre et les autres matières grasses d’autre part. Cette situation a deux conséquences sur le plan de la politique agricole commune :

  • baisse de la consommation du beurre et de l’huile d’olive,

  • dépenses budgétaires très élevées pour défendre ces deux produits. Afin de pallier à ce déséquilibre la Commission a appliqué certaines mesures telles :

  • prélèvement de co-responsabilité pour le lait,

  • limitation de l’aide à la production pour l’huile d’olive aux arbres plantés dans la C.E.E. à 9 avant le 1er novembre 1978 et pour la Grèce le 1er janvier 1981.

53Et elle renforce son action par des mesures propres à contrôler la production du beurre. Elle doit donc la compléter par un rééquilibrage du marché, c’est-à-dire par une taxe interne non discriminatoire appliquée aux matières grasses autres que le beurre, produites ou importées dans la C.E.E.

54La Commission estime que cette taxe n’est pas contraire aux engagements de la C.E.E. vis-à-vis du G.A.T.T (General Agreement on Tariffs and Trade) car l’article III autorise une taxation à la condition que son montant n’entraine aucune discrimination entre produit national et produit importé et que tous les produits « similaires » soient assujettis. Mais elle est limitée par l’article XVI qui précise que « les subventions ne doivent pas avoir pour effet de réduire les importations ni accroître les exportations ». Ainsi la charge de la preuve est transférée aux Pays Tiers.

  • L’application éventuelle de cette taxe soulève de nombreuses critiques :

  • il est illogique de résoudre les difficultés d’un secteur aux dépens d’un autre,

  • la taxe ne résoudrait pas « ipso facto » le problème des surplus,

  • le renchérissement du prix du produit au niveau du consommateur,

  • la taxe irait à rencontre des obligations de la C.E.E. vis-à-vis des pays du Tiers Monde,

  • la C.E.E. est déficitaire en oléagineux. Ne faudrait-il pas mieux aider le développement des productions déficitaires plutôt que de financer des excédents ?

  • seules des mesures d’ordre structurel peuvent résoudre à terme le problème des excédents communautaires.

55La décision définitive appartient au Conseil des Ministres de la Communauté.

V – CONCLUSION

56Les États membres sont principalement soucieux de leurs intérêts immédiats qui sont différents les uns des autres et la rivalité Pays du Nord / Pays du Sud rend très difficile la solution des problèmes qui se posent à la C.E.E. Cette dernière devra donc porter ses efforts sur l’harmonisation des relations entre les Etats membres d’une part et d’autre part négocier avec les Pays Tiers l’adhésion de l’Espagne et du Portugal. Elle aura à améliorer le fonctionnement du système communautaire afin de réaliser des économies indispensables.

57

STATISTIQUES GÉNÉRALES

STATISTIQUES GÉNÉRALES

OLÉICULTEURS : 40 000 familles en France
300 000 familles en Grèce
1 000 000 familles en Italie
1 500 000 familles en Espagne

HUILE D’OLIVE. I – AIDE AU PRODUCTEUR ET AIDE AU CONSOMMATEUR (écu/tonne)

HUILE D’OLIVE. I – AIDE AU PRODUCTEUR ET AIDE AU CONSOMMATEUR (écu/tonne)

II – TOTAL DES AIDES PAR RAPPORT AU PRIX INDICATIF À LA PRODUCTION (écu/tonne)

II – TOTAL DES AIDES PAR RAPPORT AU PRIX INDICATIF À LA PRODUCTION (écu/tonne)

COMMUNAUTÉ ÉCONOMIQUE EUROPÉENNE. ÉVOLUTION DES DIFFÉRENTS PRIX COMMUNAUTAIRES DE LA CAMPAGNE 1966/67 À 1983/84 EN FRANCS FRANÇAIS – AUX 100 KILOS

COMMUNAUTÉ ÉCONOMIQUE EUROPÉENNE. ÉVOLUTION DES DIFFÉRENTS PRIX COMMUNAUTAIRES DE LA CAMPAGNE 1966/67 À 1983/84 EN FRANCS FRANÇAIS – AUX 100 KILOS

CONSOMMATION MOYENNE DE CORPS GRAS ACTUELLE (1977/80) DANS LA COMMUNAUTÉ À NEUF, EN GRÈCE, EN ESPAGNE ET AU PORTUGAL

CONSOMMATION MOYENNE DE CORPS GRAS ACTUELLE (1977/80) DANS LA COMMUNAUTÉ À NEUF, EN GRÈCE, EN ESPAGNE ET AU PORTUGAL

Source : Conseil Oléicole International

58Notons qu’il n’est pas possible d’apprécier de façon précise le niveau de consommation des graisses dites invisibles résultant de la consommation de viandes diverses. On peut penser cependant que l’évolution des modes de consommation et l’accroissement de la consommation de viandes rend le consommateur plus sensible à la consommation directe d’autres matières grasses.

ÉTAT COMPARATIF DU RAPPORT DE PRIX ENTRE L’HUILE D’OLIVE ET L’HUILE PROVENANT D’AUTRES OLÉAGINEUX AVEC LA CONSOMMATION PAR HABITANT DANS LA C.E.E. D’HUILES ET GRAISSE VÉGÉTALES ET D’HUILE D’OLIVE

ÉTAT COMPARATIF DU RAPPORT DE PRIX ENTRE L’HUILE D’OLIVE ET L’HUILE PROVENANT D’AUTRES OLÉAGINEUX AVEC LA CONSOMMATION PAR HABITANT DANS LA C.E.E. D’HUILES ET GRAISSE VÉGÉTALES ET D’HUILE D’OLIVE
  • 1 Après déduction de l’aide à la consommation.

Source : Produktschap MVO. La Haye
Note *1

CONSOMMATION D’HUILE D’OLIVE en milliers de tonnes

CONSOMMATION D’HUILE D’OLIVE en milliers de tonnes

SURPLUS ANNUELS D’HUILE D’OLIVE DE LA C.E.E. À “ 12 ” en milliers de tonnes

SURPLUS ANNUELS D’HUILE D’OLIVE DE LA C.E.E. À “ 12 ” en milliers de tonnes

Source : Revue Française des Corps Gras.

BILAN D’APPROVISIONNEMENT POUR L’HUILE D’OLIVE en milliers de tonnes

BILAN D’APPROVISIONNEMENT POUR L’HUILE D’OLIVE en milliers de tonnes

Source : Conseil Oléicole International.

ÉVALUATION FINANCIÈRE sans modification du régime en vigueur

ÉVALUATION FINANCIÈRE sans modification du régime en vigueur

Source : Conseil Oléicole International

  • 1 Sur la base des montants valables pour la campagne 1981/82.
  • 2 Chiffre prévu pour la campagne 1981/82 dans le budget 1982.
  • 3 Dans l’hypothèse que 70 % de la consommation en Espagne + Portugal soit effectuée en petits emballa (...)
  • 4 Les exportations en petits emballages bénéficient de l’aide à la consommation et en conséquence d’u (...)
  • 5 Cette restitution ramène le prix de l’huile utilisée dans les conserves au prix du marché mondial.
  • 6 Il est à prévoir que l’exportation par la C.E.E. de 233 000 tonnes d’huile d’olive par an aura un e (...)
  • 7 Il est à prévoir qu’un excédent de 230 000 tonnes accroîtra les recours à l’intervention d’une quan (...)
  • * II est rappelé que l’autoconsommation et les ventes directes ne bénéficient pas de l’aide à la cons (...)

Note (1)1
Note (2)2
Note (3)3
Note (4)4
Note (5)5
Note (6)6
Note (7)7
Note (*)*

ÉVALUATION FINANCIÈRE avec introduction d’un rapport de prix huile d’olive/huile de graines de 2/1

ÉVALUATION FINANCIÈRE avec introduction d’un rapport de prix huile d’olive/huile de graines de 2/1

Source : Conseil Oléicole International

  • 8 Sur la base des montants valables pour la campagne 1981/82.
  • 9 Sur la base des prix du marché mondial des huiles de graines considérés pour la fixation du prix re (...)
  • 10 En cas d’augmentation de l’aide à la consommation, les quantités qui bénéficieront de l’aide sont é (...)
  • 11 Dans l’hypothèse que 70 % de la consommation en Espagne + Portugal soit effectuée en petits emballa (...)
  • 12 Les exportations en petits emballages bénéficient de l’aide à la consommation et en conséquence d’u (...)
  • 13 La consommation communautaire d’huile d’olive restant globalement inchangée par rapport à la consom (...)

Note (1)8
Note (2)9
Note (3)10
Note (4)11
Note (5)12
Note (6)13

DÉPENSES DE LA C.E.E. POUR L’HUILE D’OLIVE en milliers d’Écus

DÉPENSES DE LA C.E.E. POUR L’HUILE D’OLIVE en milliers d’Écus

Récolte en Provence – (C. Ο. P. E.X. O.)

Notes

1 Sur la base des montants valables pour la campagne 1981/82.

2 Chiffre prévu pour la campagne 1981/82 dans le budget 1982.

3 Dans l’hypothèse que 70 % de la consommation en Espagne + Portugal soit effectuée en petits emballages.

4 Les exportations en petits emballages bénéficient de l’aide à la consommation et en conséquence d’une restitution qui tient compte de cette aide.

5 Cette restitution ramène le prix de l’huile utilisée dans les conserves au prix du marché mondial.

6 Il est à prévoir que l’exportation par la C.E.E. de 233 000 tonnes d’huile d’olive par an aura un effet négatif sur le prix du marché mondial de cette huile ; en conséquence ¡1 a été estimé que l’huile d’olive devra être vendue au prix de l’huile de soya + 20 %.

7 Il est à prévoir qu’un excédent de 230 000 tonnes accroîtra les recours à l’intervention d’une quantité d’environ 100 000 tonnes par an. Le montant de 39,7 comprend les frais d’entrée, sortie, stockage et financement à la charge du FEOGA à ce jour.

8 Sur la base des montants valables pour la campagne 1981/82.

9 Sur la base des prix du marché mondial des huiles de graines considérés pour la fixation du prix représentatif du marché de l’huile d’olive pour la campagne 1981/82 – 63 ECU/ 100 kg.

10 En cas d’augmentation de l’aide à la consommation, les quantités qui bénéficieront de l’aide sont évaluées à 65 % de la consommation.

11 Dans l’hypothèse que 70 % de la consommation en Espagne + Portugal soit effectuée en petits emballages.

12 Les exportations en petits emballages bénéficient de l’aide à la consommation et en conséquence d’une restitution qui tient compte de cette aide.

13 La consommation communautaire d’huile d’olive restant globalement inchangée par rapport à la consommation actuelle à 12, il n’est pas à prévoir, tout autre chose restant égale, une modification importante des prix du marché mondial de l’huile d’olive.
Toutefois, dans l’incertitude, les restitutions conserves et à l’exportation ont été maintenues à un niveau comparable à celui actuellement pratiqué.

Notes de fin

* II est rappelé que l’autoconsommation et les ventes directes ne bénéficient pas de l’aide à la consommation.

1 Après déduction de l’aide à la consommation.

Table des illustrations

Titre STATISTIQUES GÉNÉRALES
Légende OLÉICULTEURS : 40 000 familles en France300 000 familles en Grèce1 000 000 familles en Italie1 500 000 familles en Espagne
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/700/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre HUILE D’OLIVE. I – AIDE AU PRODUCTEUR ET AIDE AU CONSOMMATEUR (écu/tonne)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/700/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre II – TOTAL DES AIDES PAR RAPPORT AU PRIX INDICATIF À LA PRODUCTION (écu/tonne)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/700/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre COMMUNAUTÉ ÉCONOMIQUE EUROPÉENNE. ÉVOLUTION DES DIFFÉRENTS PRIX COMMUNAUTAIRES DE LA CAMPAGNE 1966/67 À 1983/84 EN FRANCS FRANÇAIS – AUX 100 KILOS
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/700/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre CONSOMMATION MOYENNE DE CORPS GRAS ACTUELLE (1977/80) DANS LA COMMUNAUTÉ À NEUF, EN GRÈCE, EN ESPAGNE ET AU PORTUGAL
Légende Source : Conseil Oléicole International
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/700/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre ÉTAT COMPARATIF DU RAPPORT DE PRIX ENTRE L’HUILE D’OLIVE ET L’HUILE PROVENANT D’AUTRES OLÉAGINEUX AVEC LA CONSOMMATION PAR HABITANT DANS LA C.E.E. D’HUILES ET GRAISSE VÉGÉTALES ET D’HUILE D’OLIVE
Légende Source : Produktschap MVO. La HayeNote *1
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/700/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre CONSOMMATION D’HUILE D’OLIVE en milliers de tonnes
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/700/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre SURPLUS ANNUELS D’HUILE D’OLIVE DE LA C.E.E. À “ 12 ” en milliers de tonnes
Légende Source : Revue Française des Corps Gras.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/700/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre BILAN D’APPROVISIONNEMENT POUR L’HUILE D’OLIVE en milliers de tonnes
Légende Source : Conseil Oléicole International.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/700/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre ÉVALUATION FINANCIÈRE sans modification du régime en vigueur
Légende Source : Conseil Oléicole International
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/700/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre ÉVALUATION FINANCIÈRE avec introduction d’un rapport de prix huile d’olive/huile de graines de 2/1
Légende Source : Conseil Oléicole International
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/700/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre DÉPENSES DE LA C.E.E. POUR L’HUILE D’OLIVE en milliers d’Écus
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/700/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Récolte en Provence – (C. Ο. P. E.X. O.)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/700/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 770k

Auteur

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540