Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’huile d’olive en Méditerranée

Les juifs, l’olivier et l’huile d’olive en Provence médiévale, d’après les registres notariés aixois de la fin du xve siècle

Danièle Iancu-Agou

Texte intégral

  • 1 Cf. en particulier H. Morestin, « Une lampe juive antique à Orgon », Revue des Etudes Juives (R.E. (...)

1Il n’est pas superflu de noter que le premier témoignage que nous ayons d’une présence juive sur le sol provençal est un témoignage archéologique qui consiste en une lampe à huile trouvée sur un oppidum près d’Orgon. Cette lampe juive antique, portant la représentation d’un double chandelier juif à sept branches (ou menorah) avec six globules figurant l’image des olives dont l’huile vierge alimentait la flamme perpétuelle du candélabre, a été datée par les spécialistes de la seconde moitié du premier siècle avant J.-C.1.

2Elle nous permet de souligner d’entrée combien le symbole de la lumière est prééminent dans le judaïsme ; nous aurons l’occasion d’y revenir en fin d’article à propos des libéralités testamentaires des Juifs provençaux qui comptent de nombreux legs en huile destinés aux multiples luminaires des synagogues de leur cité.

3Pour le moment nous développerons notre propos selon le plan ci-après :

  • l’olivier,
  • le commerce de l’huile,
  • les moulins à huile,
  • les legs testamentaires,
  • les intérieurs juifs.

L’OLIVIER

4Le dépouillement des Archives notariales aixoises de la fin du xve siècle corrobore ce que les chercheurs travaillant sur la Provence médiévale ont déjà reconnu : à savoir que l’olivier apparaît encore assez peu dans les textes, et qu’évidemment il est loin d’occuper la place des céréales et des vignes, même s’il commence à connaître un lent démarrage.

5Même constation pour les documents concernant les Juifs : si ces derniers sont fort actifs dans le commerce des céréales et si on leur a concédé tout au long du Moyen Age le droit de posséder des vignes – pour des besoins évidents de vinification rituelle – par contre ils ne possèdent guère d’oliviers.

  • 2 J’avais regroupé dans un tableau les ventes de vignes juives qui s’opéraient dans les deux décenni (...)
  • 3 Arch. dép. des B.-du-Rh. (Aix), Fonds Lombard, 309 E 413, fol. 727.

6J’avais trouvé un seul cas d’oliviers complantés dans des vignes2, et ceci au terme de l’examen d’une vingtaine de registres (de 1480 à 1500) : le 4 décembre 14893, Davin Bonenfant alias Fanton, juif d’Aix, vendait à Jean Thomacii, chaussetier, deux carterées de vignes complantées d’oliviers : arboribus olivarum plantatam pour la somme de 42 florins. Ces parcelles, soumises au cens d’une émine de blé par an payable à la Saint-Julien, se trouvaient au lieu-dit « a santa lebre » confrontant des vignes chrétiennes, celles d’André Bonge et de Jean Audebert.

7Rien par conséquent de bien substantiel en ce qui concerne l’olivier et les Juifs. Un seul cas, isolé et furtif, qui n’a rien de représentatif. Mon dépouillement des archives notariales aixoises s’est certes élargi depuis, mais étant remontée dès lors aux années 1470, je n’ai guère trouvé davantage.

8Par contre, en ce qui concerne le commerce de l’huile, les Juifs semblent avoir eu une part nettement plus active.

LE COMMERCE DE L’HUILE

  • 4 Fr. Menkès, « Une communauté juive en Provence au xive siècle », Le Moyen Age, 1971, t. 26, p. 435 (...)
  • 5 Dans sa belle thèse à paraître (Espace et relations d’une capitale, Aix-en-Provence).

9Aux appréciations de Fred Menkès qui notait pour Trets4 une certaine participation juive au commerce d’une huile venant de la région toulonnaise (participation qui ne dépassait guère quelques florins), aux remarques de Noël Coulet5 relevant que les Juifs d’Aix au début du xve siècle s’étaient fait une spécialité de l’huile de cade (de génevriers) qu’ils se procuraient dans la région d’Evenos, il est permis d’ajouter quelques données supplémentaires :

  • 6 D. Iancu, op. cit., p. 92, tableau 8.

10tout d’abord celles que j’avais regroupées dans Les Juifs en Provence6 :

  • où l’on voit par exemple, en février 1482, un médecin juif d’Hyères, maître Davin Léon Bonsenhor, vendre à un juif aixois trois quintaux d’huile (tria quintalium olei) ;
  • en janvier 1482, c’est un notaire d’Aix, Jacques Gréasque, qui cède pour 42 florins huit métrètes d’huile7 à Gardet Asser, juif aixois assez influent dans la communauté et surtout actif – pour les choses commerciales – en transactions de laines ;
  • on a pu constater en outre la part relativement active de Bonsenhor Profach et de son épouse dans ces échanges d’huiles : Mossone en acquiert une métrète pour 6 florins en octobre 1482 d’un laboureur de Roquevaire ; en 1485, on la retrouve avec son mari et son gendre Vital de Lunel pour prêter ensemble au même laboureur 47 florins et une métrète d’huile bonne ; et enfin en 1489, l’époux B. Profach achète à un prêtre de Cucuron neuf brocs d’huile à la mesure de Cucuron.
  • Dans les trois autres exemples de ce tableau, intervient deux fois Cregut Bonafos d’Istres, juif aixois, pour obtenir le même jour (22 juin 1491) deux tonneaux et demi d’huile (à la mesure de Miramas) d’un laboureur de Miramas, Bernard Imbert, et les céder aussitôt à titre d’insolutum datio à un juif de Salon, Ysac Abraham Jacob de Salon.
  • En 1492, c’est Salomon de Rodez de Trets qui vend sept scandalhi8 d’huile (pour 11 florins) à un laboureur de Roquevaire.
  • 9 Arch. dép. des B.-du-Rh. Aix, Fonds Lombard, 309 E 241, fols. 3 y. - 8 v., 30 décembre 1469. Cf. i (...)

11A ces quelques exemples déjà réunis dans mon ouvrage, il est permis d’en ajouter deux autres, dont l’un, pour l’année 1470, est très révélateur : il s’agit d’un document assez nourri sur les activités monétaires et commerciales de deux médecins juifs de Saint-Maximin, les frères Astrug Abram et Mosse Abram, décédés au moment où est enregistrée la transaction. Cette transaction, du 30 décembre 1469, passée chez le notaire Bertrand Borrilli, est réalisée entre Urbain Chaussegros, notaire, archivaire royal, commissaire député par la Grande Cour royale, et diverses personnes du Château de la Valette (dans le diocèse de Toulon)9.

12U. Chaussegros, chargé par Jean Cosse, lieutenant pour le roi, d’exiger le montant des dettes contractées envers feu maître Astrug Abram et feu maître Mosse Abram, est en fait le procureur des deux belles-sœurs, Tholsane (veuve d’Astrug) et Clarete (veuve de Mosse) ; tandis que les débiteurs (qui prétendent avoir remboursé la plus grosse partie de leurs dettes) sont représentés par noble Antoine Thomas de Toulon, fils de Jean Thomas, archivaire royal.

13L’issue de la longue transaction débouche sur l’accord suivant : A. Thomas, procureur des débiteurs, sera tenu de payer 300 florins à U. Chaussegros qui les tiendra quittes de toutes les dettes en numéraires et en marchandises et qui devra canceller ce remboursement et le faire ratifier par les dites veuves.

14Quels sont ces débiteurs ? et surtout quelle est la substance de leurs dettes ? D’entrée, le préambule du document (livré en pièce justificative) les situe, et nous les avons retenus parce que les marchandises dues concernent des quantités non négligeables en huiles :

  • Ce sont Pierre Serratoris, redevable de 40 florins, selon un acte public enregistré chez le notaire Jean Arbaud de Saint-Maximin, le 2 mai 1457 ;
  • Barthélemy Foulques, de 40 florins, 8 métrètes d’huile, et une certaine quantité d’avoine (acte public passé chez Elzéar Silvi, notaire de Saint-Maximin le 25 novembre 1453) ;
  • Jean Enguerran, prêtre, et Monet Enguerran, son frère, pour 114 florins selon plusieurs actes enregistrés par divers notaires aux années et jours y contenus ;
  • De même Honorat Marini et Bertrand Anguerran, pour 233 florins et 7 métrètes d’huile, selon un acte public passé chez Jean Arbaud, notaire, le 9 octobre 1452 ;
  • De même Jean Audebert alias Girardi pour 120 florins et 6 métrètes d’huile, (acte passé chez Jean Pequi de Saint-Maximin, le 8 mars 1461) ;
  • De même Antoine Gabert, pour 60 florins et 3 métrètes et demie d’huile (Jean Pequi, notaire, le 5 mars 1461) ;
  • Bertrand Audebert, pour 36 florins et 2 métrètes et demie d’huile reçus des mains de Jean Arbaud, notaire public, le 21 mars 1465 ;
  • Pierre de Menna, 22 florins et 4 métrètes d’huile (acte passé chez Bermond Cauderie de Puget, notaire public, l’année et le jour y contenus) ;
  • De même et enfin Guillerm Cordelhi et son fils pour 150 florins et 32 métrètes d’huile selon divers actes passés chez plusieurs notaires, les années et jours y contenus.

15Tels sont ces débiteurs cités (car selon le document « plusieurs autres personnes de La Valette redevables envers maître Astrug Abram et maître Mosse Abram pour plusieurs et diverses quantités tant numéraires que d’huile, blé, avoine, et autres choses enregistrées dans plusieurs et divers actes » ne sont pas nommément désignées), avec le montant de leurs dettes : au total la somme de 815 florins et la quantité de 63 métrètes d’huile que nos deux médecins auraient avancées de 1457 à 1463.

  • 10 D. Iancu-Agou, « Une strate mince et influente : les médecins juifs aixois à la fin du xve siècle (...)

16Il est bien connu chez les chercheurs travaillant sur les Juifs au Moyen Age, que les médecins dans leurs travaux ne se limitaient pas à leur art médicinal mais cumulaient très souvent – sinon la plupart du temps – leurs activités avec, des pratiques commerciales. J’ai d’ailleurs décrit dans une étude les démarches extramédicales et dispositions économiques de cette couche mince et influente des médecins juifs aixois ; mes appréciations rejoignaient les constatations de Philippe Wolff qui démontraient comment les médecins non-juifs à Toulouse trafiquaient également diverses marchandises, prêtaient de l’argent et du blé10.

  • 11 Ils sont les fils du médecin Abraham Salomon de Saint-Maximin, et les beaux-frères de l’opulent mé (...)
  • 12 Sur maître Massip Atar, cf. D. Iancu-Agou, « Une strate mince et influente... » op. cit., p. 114 e (...)

17Il n’est donc pas étonnant de voir ces deux praticiens juifs de Saint-Maximin – lesquels, conformément à ce qui a été observé au sein des juiveries provençales au Moyen Age, appartiennent à une véritable dynastie médicale de la région –11 engagés dans de telles transactions ; on a pu voir d’ailleurs plus haut un médecin juif hyérois vendant de l’huile, tandis que Salomon de Rodez de Trets appartient à une famille importante de la société médicale de Saint-Maximin : il est le petit-fils de Massip Atar, praticien juif bien connu12.

  • 13 E. Baratier et F. Reynaud, Histoire du commerce de Marseille, Paris, 1951, t. II, p. 690.

18De même à Marseille trouve-t-on des médecins largement actifs dans le commerce de l’huile : par exemple Bonjues Orgier, chirurgien, qui exploitait une boutique de draperie, important des affaires considérables de coton, d’huiles d’olives, d’alun et de sucre13.

  • 14 N. Coulet, « Documents aixois (Première moitié du xve siècle) » p. 124 dans Razo, Les Cahiers d’Et (...)
  • 15 A l’instar de ce qui se passait chez les Juifs de Marseille : cf. Histoire du Commerce de Marseill (...)

19On pourrait bien entendu se demander si cette huile monnayée par nos médecins n’intervenait pas dans la préparation des remèdes : il a été en effet permis d’observer, grâce à la série de précieux documents sur les médecins aixois du début du xve siècle livrés par Noël Coulet14, que l’huile d’olive (et parfois l’huile de noyaux de pêches !) entrait dans la composition d’excellents remèdes contre les hémorroïdes. En fait ces transactions en huile s’exerçaient bien plutôt au niveau d’un commerce de détail, d’achats de consommation aussi, l’huile venant toujours après le commerce du blé, des étoffes, des vêtements de confection, du cuir ou des chaussures15.

  • 16 Cf. supra, p. 3. Bonsenhor Profach fut baylon dans la juiverie d’Aix en 1493 ; « maïor » de sa com (...)

20Hormis les médecins, habiles comme on l’a souligné à manier des denrées diversifiées, hormis les autres notables (bayions ou gros prêteurs) fort actifs dans le monde du négoce et du prêt (comme par exemple Bonsenhor Profach entrevu plus haut)16, il y a les néophytes qui s’exercent aussi au petit commerce de l’huile, poursuivant naturellement les activités commerciales pratiquées dans leur passé juif.

  • 17 Ibid.. Les Juifs en Provence, p. 180 et suivantes et « Juifs et néophytes... », p. 61 - 62 et p. 6 (...)
  • 18 Arch. dép. des B.-du-Rh. (Aix), 308 E 830 (Fonds Muraire), fol. 35 v., 4 juin 1524. L’acte est pas (...)

21On peut citer le cas d’Andrinete de Roquebrune, veuve de Josse de Lunel (ce baylon considéré comme un « maïor » de la collectivité juive aixoise devenu au début du xvie siècle le nouveau chrétien Guillaume de Roquebrune)17 ; en juin 1524, on la repère dans sa boutique de draperie où elle fait enregistrer par le notaire Jean Mandoni une reconnaissance de dette : Louis de la Roche de Cucuron lui doit 10 florins et 6 gros en même temps que trois brocs d’huile (« trium brocorum oley ») et deux cannes de drap blanc grossier, à charge pour lui de rembourser argent et huile à la Chandeleur (2 février) et le drap à la fête de la Sainte-Marie-Madeleine18.

  • 19 Cf. D. Iancu-Agou, « Autour du testament d’une juive marseillaise (1480) », Revue Marseille, 1983, (...)
  • 20 Histoire du Commerce de Marseille, op. cit., t. II, p. 850 - 851.

22On peut citer aussi le cas de Pierre de Ribiers, néophyte marseillais dont l’ascension sociale dans le monde des chrétiens a été remarquable. Frère de la juive Boniaqua Salamias de Marseille dont on a analysé le testament en 1480 lorsqu’elle est veuve du baylon Bonias Salamias19, Pierre de Ribiers évolue dans l’entourage du roi René : il en est le courtier et lui livre tour à tour peaux, velours, corail, huiles, en s’engageant sur des galéasses marseillaises20.

LES MOULINS À HUILE

23On imagine bien qu’ils ne sont pas propriété des Juifs, mais on peut citer un cas intéressant où des Juifs aixois en achètent par contre la production : on a en effet un faisceau de trois documents où interviennent un marchand de Draguignan et deux médecins juifs aixois :

  • dans le premier texte en janvier 148321, il apparaît au travers d’un compte final (« finale computum »)22, que Barthélemy Raphaël, chaussetier et marchand dracennois, est redevable de 240 florins à Salomon de la Garde et Durand Gardi, médecins d’Aix très souvent repérés dans notre documentation23
  • le jour même où cette dette est réglée (le 11 février 1485)24, lorsque Salomon et Durand perçoivent les 240 florins, c’est le marchand de Draguignan qui leur vend, leur concède la production (« videlicet usufructus, gausitas et proventus ») pour quatre années complètes (à partir du Carême) de ses moulins, deux à blé et deux à huile (« duo molendina bladi et duo molendina olivarum »), avec tous leurs droits, pour la somme de 200 florins d’or qu’il reçoit sous forme de ducats, d’écus, de florins d’or d’Allemagne, et autre monnaie.
  • 25 Cf. Fr. Mireur, Les rues des Draguignan et leurs maisons historiques, Draguignan, 1921 -1932, tome (...)

24Où étaient situés ces deux moulins ? En ville, à Draguignan même (« in burgata dicte ville Draguiniani »), dans une maison, dans le bourg , au lieu dit « du Cros » (« domus in qua sunt duo molendina bladi et duo molendina olivarum »), confrontant « d’une part la demeure de Jean Maseti, commissaire, d’autre part la demeure de feu Etienne Fabre, commerçant, derrière avec la traverse, et devant avec la rue publique dite du Cros »25.

  • 26 Au cours d’une concession à rentes : c’est Mitre de la Roque, marchand de peaux, qui concède à ren (...)

25Cette localisation urbaine peut surprendre ; notons qu’à Aix également a pu être repéré en 1470 un moulin à huile situé dans la rue dite « dels trebals » ou Rue dés Trébaux (actuelle Rue du Bon-Pasteur)26.

  • 27 Ibid, 309 E 410, fol. 464, 4 juillet 1485, notaire Imbert Borrilli ; cf. Infra, pièce justificativ (...)
  • 28 Sur René Matheron et toute sa famille, cf. N. Coulet dans le volume collectif Histoire d’Aix. op. (...)

26– Enfin dans un troisième acte, nous voyons quelques mois après (le 4 juillet 1485)27, les deux médecins aixois donner procuration à René Matheron d’Aix28, pour qu’il récupère du marchand dracennois le loyer de ladite maison, puisqu’ils en avaient acheté les revenus.

  • 29 P.-A. Février, « Quelques aspects de la vie agricole en Basse-Provence à la fin du Moyen Age », Bu (...)
  • 30 L. Stouff, op. cit., p. 101-103.
  • 31 Aix, 1979, p. 81.

27Les deux dossiers présentés (l’un sur les ventes d’huile effectuées par des médecins juifs de Saint-Maximin à des chrétiens de La Valette, et l’autre sur des moulins à huile situés à Draguignan dont les médecins juifs aixois acquièrent temporairement la jouissance) corroborent parfaitement ce qui a été écrit par Paul-Albert Février dans son enquête comtale de 147129 sur la géographie de l’olivier et les courants du commerce de l’huile ; par Louis Stouff dans sa belle Histoire de l’Alimentation en Provence30, par Marie-Claire Amouretti et Georges Comet dans L’olivier en Provence31, à savoir que nous avons là une des zones où l’olivier est plus particulièrement cultivé : la région de Toulon et le pays de Solliès, la région de Draguignan (les autres régions oléicoles étant le Comtat avec les collines proches de Pernes – l’huile de Pernes étant acheminée vers Avignon –, et la région de Salon, de la Durance à l’étang de Berre – qui envoie de l’huile à Arles – tandis qu’effectivement Aix passe au péage l’huile de Solliès).

28C’est ainsi que les Juifs dans ces régions participent à l’écoulement des productions, tels ces notables (médecins) de Saint-Maximin, tels ces autres médecins d’Aix s’approvisionnant à Draguignan grâce à leurs vastes relations commerciales (tout comme les Juifs de Trets se ravitaillant à Toulon ou à la Cadière).

LES LEGS TESTAMENTAIRES

  • 32 Ils sont décrits et explicités dans D. Iancu-Agou, « Topographie des quartiers en Provence médiéva (...)
  • 33 Ibid, p. 28 (Aix), 75 (St-Rémy) 82 (Tarascon), 91 (Trets). Citons ici les legs faits en huile : à (...)

29Les multiples luminaires de la synagogue (« ner tamid » ou « bougie perpétuelle » qui symbolise la lumière éternelle et signifie la perpétuité de la Loi ; lampe de shabbat ; lumière de fin de shabbat ou de « havdalah » ; lampe de Hanukhah qui consiste en un candélabre à neuf branches allumé pour la « Fête des Lumières » par excellence, etc.)32 bénéficient en général des libéralités testamentaires des Juifs provençaux. J’avais pu relever d’après les sources de seconde main un échantillonnage de ces legs pieux collectés dans quelques testaments33.

  • 34 « Item lego ego predictus Bonetus Comprati de Rocamartina testator, amore Dei et pro salute, ut di (...)

30Ici, on pourra donner l’exemple inédit de Bonet Comprat de Roquemartine, juif aixois, qui dans son testament du 21 mars 1483, lègue « pour l’amour de Dieu et le salut de son âme, pour le rachat de ses péchés et à la gloire du Dieu tout puissant qui a donné la Loi à Moïse sur le Mont Sinaï » un florin à payer six mois après son décès ; ce florin servira à « mettre de l’huile destinée au Luminaire de ladite synagogue »34. On notera au passage combien les testaments juifs présentent de similitudes avec les testaments chrétiens (legs aux luminaires, legs pour le rachat des péchés, etc.) ; similitude qu’on ne saurait imputer au formalisme des notaires et qui est bien plutôt un témoignage de pratiques religieuse et sociale très proches.

  • 35 Dans la série de testaments arlésiens à paraître dans mon étude « Une vente de livres hébraïques à (...)
  • 36 ner tamid ou « bougie perpétuelle » qui peut rappeler aussi le candélabre du Temple de Jérusalem.
  • 37 Cf. Gérard Nahon, « Pour une approche des attitudes devant la mort au xviiie siècle : sermonnaires (...)

31Ces prélèvements pieux se font ainsi soit en numéraires (le plus souvent), soit carrément en huile ; pour ceux faits en argent, il s’agit en général de menues sommes n’excédant pas quelques florins35. Rien de comparable avec ce que l’on voit beaucoup plus tard, il est vrai, chez les testateurs juifs portugais à Bayonne au xviiie siècle : dans le testament exemplaire que rédige Moïse Guédes le 10 septembre 1756, une rente sur un capital de 1 000 livres est prévue pour « une demi-livre d’huile par semaine qui sera donnée pour le tamit36 de sa congrega, et six livres pour la cire annuelle de Kipur »37.

EQUIPEMENT DOMESTIQUE DES MAISONS JUIVES

32Quelle fut la place de l’huile dans les maisons juives ?

Les réservoirs à huile, les jarres :

  • 38 L. Stouff, Ravitaillement..., op. cit.. p. 101, note 5. Venguessone Natane possède aussi dix autre (...)
  • 39 D. Iancu-Agou, « L’inventaire de la bibliothèque et du mobilier d’un médecin juif d’Aix-en-Provenc (...)
  • 40 Arch. dép. Aix, 308 E 360, fols. 274 - 277 ; je m’attèle au déchiffrement de cet inventaire qui es (...)

33Venguessone Natane d’Arles possède en 1436 dans sa demeure des réservoirs où l’huile est conservée : ce sont des piles ou réservoirs taillés dans la pierre (« 2 pilas lapidis parvas »)38. Chez le médecin Astruc de Sestiers d’Aix, lorsque son fils Josse également médecin fait enregistrer chez notaire l’inventaire des biens après décès, on peut relever en 1439 cinq tonneaux (terme vaysel ou botarel), deux quartauts dont l’un contient du vinaigre (terme carratel signifiant une petite pièce de vin qui tient le quart d’un tonneau ordinaire) et plus explicitement « une jarre qui a environ une millerole d’huile » : « una garra en que ha environ de una milheirola d’oly »39. On a pu noter aussi dans un autre inventaire après décès, celui de Benvengut Jacob d’Aix (27 février 1465)40 les récipients suivants : dans le cellier (penus), « une jarre d’une métrète pour conserver l’huile ». (« Item unam jarram ad tenendum oleum capacitatum unius metrete olei ») ; on y trouve également des quartauts (une dizaine) ; dans la chambre située devant le jardin « unam jarram modicis valoris unius metrete vel circa » dont la destination n’est pas définie, et enfin divers brocs.

Les lampes à huile :

  • 41 Fr. Ferracci, op. cit, p. 135.
  • 42 D. Iancu-Agou, « L’inventaire... », op. cit., p. 65 et 67.

34Les lampes à huile portent les noms de crucibolum, calelh ou lampade. Le matériau peut être de la terre, du métal, du fer, du laiton ou du cuivre. On en trouve trois chez Jacob Salomon d’Arles et six chez Venguessone Natane. Les appareils d’éclairage de Venguessone Nathane sont, semble-t-il, d’après Fr. Ferracci41, plus grands que les autres et comportent 16, 12 ou 8 compartiments : « lampade de lotono cum sexdecim borsonis » ; ils pouvaient sans doute servir de lustres. Chez Astruc de Sestiers42, on relève deux lampes de laiton, l’une de huit becs, l’autre de six (« doas lampes de leton, una de VIII brossons, l’autra de VI brossons »).

  • 43 Arch. dép. Aix, 309 E 235, fols 272-272 v.

35Il est permis de se demander s’il y a eu recul de la lampe à huile devant la chandelle et les chandeliers, avec l’exemple suivant plus tardif : au cours d’une promesse faite le 31 août 1463 d’écrire un livre de médecine en langue hébraïque pour Salomon de la Garde (futur médecin), ce dernier s’engage à livrer au copiste Isaac Maurel alias Passeron les fournitures et six livres de chandelle43.

36En conclusion, il est autorisé d’affirmer que si les Juifs en Provence ne possèdent guère d’oliviers ou de moulins à huile, ils participent par contre au commerce de l’huile, tout comme ils font grand négoce de grains sans posséder de champs (tandis qu’à l’inverse ils possèdent des vignes mais ne font pas commerce de vin).

37Par ailleurs, si l’on a pu trouver quelques matériaux, c’est que notre champ documentaire se situe à la fin du xve siècle, période où l’olivier commence à bien se développer en Provence.

38Enfin le rôle fondamental de la lumière dans le judaïsme explique aussi la nécessité d’acquérir de l’huile, autant pour alimenter les nombreux luminaires des lieux de culte, que ceux domestiques (dans le foyer, il convient d’allumer aussi les lumières pour l’arrivée du Shabbat, sa sortie, pour la célébration de la fête de Hannoukah, pour le temps du Kippour, etc.), et hormis ces temps festifs, à l’occasion des veillées mortuaires, pour évoquer par la suite l’âme des morts familiers, etc.

ANNEXES

PIÈCES JUSTIFICATIVES

3930 décembre 1469 Transacio inhita inter nobilem virum magistrum Urbanum Chaussagrossi notarium de Aquis, archivariumque regium et commissarium deputatum per magnam regiam curiam ad exhigendum debita que condam fuerunt magistrorum Astru-gii et Mosse Abram condam fratrum judeorum de Sancto Maximino et diversas personas castri de Valleta Tholonensis diocesis.

40Anno a Nativitate Domini M° IIIIc septuagesimo, indictione tercia et die sabbati penultima mensis decembris, pontificatus etc. Notum sit etc. quod cum persone infrascripte castri de Valleta Tholonensis diocesis tenerentur et essent efficaciter obligate tam magistro Astrugio Abram quam magistro Mosse Abram fratribus condam judeis medicis fisicis ville de Sancto Maximino Aquensis diocesis scilicet in quantitatibus inferius particulariter designatis et que sequntur. (f° 4).

  • Et primo Petrus Serratoris in florenis quadraginta causa contenta et lacius declarata in quadam nota publica sumpta ut ponitur et recepta manu magistri Johannis Arbaudi dicte ville de Sancto Maximino publici notarii sub anno Domini M° IIIIc quinquagesimo septimo et die secunda mensis maii.
  • Item Barthelemeus Fulconis in florenis quadraginta et metretis * oley octo ac certa quantitate cinate causa contenta et lacius declarata in quadam nota publica sumpta ut ponitur et recepta manu magistri Elziarii Silvi dicte ville de Sancto Maximino publici notarli sub anno Domini M° IIIIc LXmo tercio et die vicesima quinta mensis novembris.
  • Item venerabilis vir Dominus Johannes Enguerrani presbiter et Monnetus Enguerrani fratres in florenis centum et quatuor decim causis contentis et lacius declaratis in pluribus et diversis notis perpetua ut dicitur factis sumptis ut asseritur et receptis per diversos notarios sub annis et diebus in eisdem contentis.
  • Item Honoratus Marini et Bertrandus Anguerrani in florenis ducentis et triginta tribus et septem metretis oley causa contenta et lacius declarata in quadam nota publica sumpta ut ponitur et recepta manu prenominati magistri Johannis Arbaudi notarii sub anno Domini M° IIIIC sexagesimo secundo et die vicesima nona mensis octobris.
  • Item Johannes Audeberti alias Girardi in florenis centum et viginti et sex metretis oley causa contenta et lacius declarata in quadam nota publica sumpta ut ponitur et recepta manu magistri Johannis Pequi diete ville de Sancto Maximino publici notarli sub anno Domini M°IIIIC sexagesimo primo et die octava mensis marcii. (f° 4 v0.).
  • Item Anthonius Giberti in florenis sexaginta et metretis oley tribus cum dimi-dia causa contenta et lacius declarata in quadam nota publica sumpta ut ponitur et recepta manu dicti magistri Johannis Pequi notarii sub anno Domini M°IIIIc sexa-gesimo primo et die quinta mensis marcii.
  • Item Leonardus Audeberti in florenis triginta sex et duabus metretis cum dimi-dia oley causa contenta et lacius declarata in quadam nota publica sumpta ut ponitur et recepta manu prenominati magistri Johannis Arbaudi publici notarii sub an-no Domini M° IIIIC sexagesimo quinto et die vicesima prima mensis marcii.
  • Item Petrus de Menia in florenis viginti duobus et quator metretis oley causa contenta et lacius declarata in quadam nota publica sumpta ut ponitur et recepta manu magistri Bermundi Cauderie castri de Pugeto publici notarii sub anno et die in eodem contentis.
  • Item Guillermus Cordelhi et eius filii in florenis centum quinquaginta et triginta duabus metretis oley causis contentis et lacius declaratis in pluribus et diversis notis perpetua ut dicitur factis sumptis ut ponitur et receptis per diversos notarios sub annis et diebus in eisdem contentis.

41Et cum plures alie et diverse persone dicti castri de Valleta que in presenti contractu non sunt nominate etiam tenerentur et essent efficaciter obligate dictis magistris Astrugio et Mosse Abram condam judeis fratribus in pluribus et diversis quantitatibus tam pecuniarum, oley, bladorum, cinate et aliarum rerum causis et racionibus contentis et lacius declaratis in pluribus et diversis notis perpetua ut asseritur factum [...]

42Source

43Archives départementales des Bouches-du-Rhône (dépôt d’Aix), 309 E 241 (Fonds Lombard), Protocole de Bertrand Borrillï, fos. 3 v. - 8 v.

44(Cette transaction étant fort longue, seul le préambule faisant état des quantités d’huile dues est donné).

45M. N. Coulet vient de me livrer ce renseignement (lettre du 16.IX.1984) :

46* « Quatuor metretas sive milhayrolas vini boni et puri » (extraits d’un bail à facherie conclu par les Hospitaliers d’Aix en 1425, Arch. Dép. d’Aix, 308 F 262, fol. 51 v.), grâce auquel il est permis d’avancer que la métrète d’Aix équivalait à la millerole (57, 744 1 ; cf. supra, note 39).

4711 février 1485 Emptio usufructuum pro magistris Salamone de la Garda et Durando Gardi, Judeis medicis phisicis de Aquis.

48Anno a Nativitate Domini M° IIIIc LXXX quinto, indictione tercia et die veneris undecima mensis febroarii, pontificatus etc. Domini Innocenti octavi anno primo, notum sit etc. quod honorabilis vir magister Bartholomeus Raphaelis, caligarius et mercator ville regie Draguiniani, Foroiuliensis diocesis, bona fide etc. non coactus nec deceptus etc. per se et suos vendidit et titulo pure, firme, perfecte et irrevocabilis vendicionis tradidit seu quasi tradidit et concessit per tempus subscriptum magistris Salomoni de la Garda et Durando Gardi judeis medicis phisicis huius civi-tatis Aquensis presentibus, ementibus, etc. videlicet usufructus, gausitas et proven-tus cuiusdam ipsius magistri Bartholomei domus in qua sunt duo molendina bladi et duo molendina olivarum totius de alto in bassum et de basso in altum juriumque et pertinentium suorum quorumcumque site in burgata dicte ville Draguiniani loco vulgariter dicto « al cros » confrontate ab uno latere cum quadam domo Johannis Maseti comissarii et ab alio latere cum quadam domo heredum Stephani Fabri senioris condam mercatoris et retro cum quadam traversia et ante cum carreria pu-blica dieta del cros et aliis etc. ad tempus videlicet et pro tempore quatuor annorum continuorum et complendorum et a die Carnisprivii proxime ventura inanthea computando precio et precii nomine ducentorum florenorum de Rege currentium, quos vero ducentos florenos pro precio supradicto dictus venditor ab eisdem judeis emp-toribus confessus fuit habuisse et recepisse illosque habuit manualiter et [f° 124] re-cepit in ducatis, scutis, florenis auri Alamanie et moneta exhibitis ibidem in uno cumulo ubi dictus venditor tantam dixit et asseruit fore quantitatem et quos pro numeratis habuit, sicut dixit in presencia mei notarii et testium subscriptorum, de quibus ipsos quitiavit cum pacte de ulterius non petendo.

49Renuncians, etc.

50Si vero etc.

51Dans, cedens etc

52Ita videlicet etc.

53Costituens, [sic] etc.

54Costituensque, [sic] etc.

55De qua ingredienda etc.

56Et animo transferendi etc.

57Et de omni evictione etc.

58Et si quod evictum etc.

59In pacte etc.

60Cum omnibus etc.

61De quibus etc.

62Remictens, etc.

63Has autem, etc.

64Asserens, etc.

65Obligans se et eius bona omnia presencia et futura realiter et personaliter curie camere rationum Aquensis etc.

66Renuncians, etc.

67Jurans, etc.

68De quibus, etc.

69Actum Aquis in aula domus habitacionis honorabilis viri Johannis Girardi mercatoris.

70Testes ipse Johannes Girardi, magister Jacobus Jugneti liquifaber, et Petrus Gay, fornerius, cives et habitatores Aquensis.

71Et ego Imbertus Borrilli, publicus apostolica et regia auctoritatibus, notarius etc.

72Anno a Nativitate Domini M° IIIIC LXXX nono, indictione (f° 124 v°). septima et die veneris XXIX maii fuit precedens nota cancellata de voluntate dictorum judeo-rum emptorum ibidem presentium, volentium et consenciencium ac ita fieri juben-tium tamquam contentorum a dicto magistro Bartholomeo Raphaelis emptore, presente etc. de omnibus et singulis in precedenti nota contentis. De quibus etc.

73Actum Aquis in apoteca scriptorii domus habitacionis honorabilis viri magistri Bertrandi Borrilli notarli reverendi genitoris mei dicti et infrascripti notarli, presentibus domino Petro Bartholomei presbitero et magistro Petro Bruni caligario, civi-bus et habitatoribus Aquensis, testibus ad hec vocatis Et me qui supra notarius, etc.

74Source

75Archives départementales des Bouches-du-Rhône (dépôt d’Aix), 309 E 410 (Fonds Lombard), fols. 123 v. - 124 v.

***

764 juillet 1985 Procura pro magistris Salomone de la Garda, Durando Gardi, judeis medicis phisicis de Aquis.

77Anno a Nativitate Domini M°IIIIC LXXX quinto, indictione tercia et die lune quarta mensis jullii, pontificatus etc. Domini Innocencii octavi, anno primo, notum sit etc. quod cum honorabilis vir magister Bartholomeus Raphaelis, caligarius et mercator ville regie Draguiniani, Foroiuliensis diocesis, vendiderit et titulo pure, firme, perfecte et irrevocabilis vendicionis tradiderit seu quasi et concesserit per tem-pus subscriptum magistris Salamoni de la Garda et Durando Gardi judeis medicis phisicis huius civitatis Aquensis, videlicet usufructus, gausitas et proventus cuius-dam ipsius magistri Bartholomei domus in qua sunt duo molendina bladi et duo molendina olivarum totius de alto in bassum et de basso in altum juriumque et pertinentium suorum quorumcumque site in burgata dicte ville Draguiniani loco vulgariter dicto al cros confrontate ab uno latere cum quadam domo Johannis Mase-ti comissarii et ab alio latere cum quadam domo heredum Stephani Fabri senioris condam mercatoris et retro cum quadam traversia et ante cum dicta carreria publica dicta « al cros » et aliis, si qui sint verioribus, finibus suis ad tempus videlicet et pro tempore quatuor annorum continuorum et complendorum et a die [f° 464 v°] Carnisprivii proxime preterita inanthea computandum precio et precii nomine ducentorum florenorum de rege currentis costante lacius de ipsa venditione quadam nota publica sumpta et recepta manu mei notarii infrascripti sub anno presenti et die veneris undecima mensis febroari. Hinc igitur fuit et est quod prenominati magistri Salomon de la Garda et Durandus Gardi judei emptores bona fide et ambo simul concorditer, citra tamen revocationem etc. fecerunt, costituerunt, nominave-runt et solemniter ordinaverunt eorum et utriusque ipsorum certum verum, legicti-mum et indubitatem procuratorem, actorem, factorem et negociorum suorum infrascriptorum gestorem ac nuncium specialem et generalem, ita tamen quod spe-cialitas etc. videlicet nobilem virum Renatum Mataroni dicte civitatis Aquensis condominum castri de Podionerio, licet absentem tamquam presentem, scilicet spe-cialiter et expresse ad petendum, exhigendum, recuperandum et recipiendum ipsorum judeorum costituentium nomine et pro eis a supranominato magistro Bartholo-meo Raphaelis venditore videlicet loquerium domus premisse et pariter confrontate per ipsum magistrum Bartholomeum tente a die predicta Carnisprivii usque nunc et quam ad huc nunc tenet pro toto tempore quo ipsam domum tenuit et de habitis, receptis et recuperatis per eum premissorum pretextu confessionem et confessio-nes, quitancias et alia quecumque probacionum instrumenta faciendum et fieri concedendum sub debitis stipulationibus ipsorum costituentium bonorum obliga-cionibus, jurium renunciationibus, juramento et aliis viribus, clausulis et cautelis in talibus neccessariis et etiam opportunis necnon domum predictam et pariter confrontatati! ipsorum costituentium nomine et pro eis dicto magistro Bartholomeo Raphaelis seu alteri cuicumque seu aliis quibuscumque persone seu personis arren-dandum et ad rendam seu firmam ac pensionem annuam totam cum omnibus juri-bus et pertinentiis suis dandum et concedendum precio et tempore quo poterit melius concordari ad maiorem utilitatem et comodum costituentium eorumdem cum clausulis et promissionibus in talibus neccessariis et apponi consuetis et perpetua omnia bona et jura quecumque dictorum costituentium obligandum omnium-que jurium et facti renunciationi renunciandum et quodlibet juramentum ad id necessarium prestandum et faciendum promissionesque de rato et rati habicione et facere [f° 465] ratificari et alias quascumque promissiones per dictos costituentes actendendas faciendum item et pro premissis et quolibet premissorum si neccesse fuerit componendum etc.

78Libellum libellos ac necnon unum vel plures procuratores loco sui ad lites et causas dumtaxat semel et pluries substituendum etc. et demum generaliter etc.

79Dans et concedens etc.

80Promictens, etc.

81Relevans, etc.

82Fideiubens etc.

83Obligans etc.

84Renuncians etc.

85Jurans, etc.

86De quibus etc.

87Actum Aquis in apotheca scriptorii domus habitacionis honorabilis viri magistri Bertrandi Bordili notarli reverendi genitoris mei notarli infrascripti.

88Testes, magister Johannes de Mari lapiscidarius et habitator Aquensis, et nobilis Baptista de lo Nigro, ville Arearum, Tholonensis diocesis.

89Et ego Imbertus Borrilli, publicus apostolica et regia auctoritatibus notarius, etc.

90Source

91Archives départementales des Bouches-du-Rhône (dépôt d’Aix), 309 E 410, (Fonds Lombard), fol. 464.

***

Service régional de l’oléiculture

Notes

1 Cf. en particulier H. Morestin, « Une lampe juive antique à Orgon », Revue des Etudes Juives (R.E.J.), 134 (3 - 4), 1975, p. 119-124.
Cette lampe justifierait une vieille légende juive médiévale selon laquelle après la destruction du Temple de Jérusalem et la disparition de l’Etat juif en 70 après J.-C, des bateaux chargés de captifs juifs palestiniens auraient abordé des ports méditerranéens.
L’original se trouve au Musée judéo-comtadin de Cavaillon qui jouxte la petite synagogue.

2 J’avais regroupé dans un tableau les ventes de vignes juives qui s’opéraient dans les deux décennies précédant le bannissement de 1500, et c’est dans ce mouvement de dépossession de biens viticoles que j’avais inscrit cette vente. Cf. D. Iancu, Les Juifs en Provence (1475-1501). De l’insertion à l’expulsion, Marseille, 1981, Tableau numéro 11, p. 98.

3 Arch. dép. des B.-du-Rh. (Aix), Fonds Lombard, 309 E 413, fol. 727.

4 Fr. Menkès, « Une communauté juive en Provence au xive siècle », Le Moyen Age, 1971, t. 26, p. 435, note 108.

5 Dans sa belle thèse à paraître (Espace et relations d’une capitale, Aix-en-Provence).

6 D. Iancu, op. cit., p. 92, tableau 8.

7 Unité de capacité utilisée pour le vin dont l’équivalence est quelque peu difficile à trouver ; selon le Littré (Dictionnaire de la langue française, Paris, 1873, p. 543), elle valait 27 litres ; évaluation quelque peu arbitraire vu la variabilité selon les lieux. Sur les problèmes que pose l’équivalence des unités de mesure médiévales, cf. l’annexe numéro 26 de l’ouvrage de L. Stouff, Ravitaillement et alimentation en Provence aux XIVe et XVe siècles, Paris, 1970, p. 334 - 338, qui fait l’état des livres et brochures concernant les « Mesures anciennes de quelques localités provençales ». Nous avons consulté aussi Nicolas, Tableau comparatif des Poids et Mesures anciennes du département des Bouches-du-Rhône avec les poids et mesures républicains, Aix, an X.

8 Le scandai servant pour l’huile (à Aix, Peyrolles et Eguilles) valait 11,732 litres. Cf. Nicolas, op. cit., p. 134.

9 Arch. dép. des B.-du-Rh. Aix, Fonds Lombard, 309 E 241, fols. 3 y. - 8 v., 30 décembre 1469. Cf. infra Pièce Justificative numéro 1.
Sur les Chaussegros, famille marchande venue de Digne au début du xve siècle, cf. N. Coulet, « Le xve siècle : Aix, ville royale » dans l’ouvrage collectif Histoire d’Aix-en-Provence, Aix, 1977, p. 105.

10 D. Iancu-Agou, « Une strate mince et influente : les médecins juifs aixois à la fin du xve siècle (1480 - 1500). Activités économiques et état social ». Minorités, Techniques et Métiers, Aix (I.R.M.), 1978, p. 105 - 126.
« ... nous aurions tort de négliger ces aspects annexes de la vie des médecins, et d’attribuer à la seule activité médicale ce qu’ils pouvaient avoir comme fortune » dans Ph. Wolff, « Les médecins juifs à Toulouse aux xive et xve siècles », p. 134 (Regards sur le Midi médiéval, Toulouse, 1978).

11 Ils sont les fils du médecin Abraham Salomon de Saint-Maximin, et les beaux-frères de l’opulent médecin de Draguignan Massip Abram (cf. Arch. dep. des B. -du-Rh., Aix, 309 E 241, fol. 506) ; sur ce dernier, nous avons présenté une étude au Colloque de Pau (Minorités et Marginaux au Moyen Age dans le Midi de la France et la Péninsule ibérique) ; à paraître. En outre, maître Astrug Habram et Tholsane ont un fils Jacob Astrug Abram qui est le gendre d’un médecin de Pertuis, Astrug Nathan, dont le fils Jacob Nathan deviendra le néophyte Michaël Arnaud (Arch. dép. Aix, 308 E 898, fol. 125).

12 Sur maître Massip Atar, cf. D. Iancu-Agou, « Une strate mince et influente... » op. cit., p. 114 et 122, notes 63 -64, et D. Iancu, Les Juifs en Provence..., op. cit., p. 189.

13 E. Baratier et F. Reynaud, Histoire du commerce de Marseille, Paris, 1951, t. II, p. 690.

14 N. Coulet, « Documents aixois (Première moitié du xve siècle) » p. 124 dans Razo, Les Cahiers d’Etudes médiévales de Nice, Nice, 1984, portant sur le thème Le Corps souffrant : maladies et médications.

15 A l’instar de ce qui se passait chez les Juifs de Marseille : cf. Histoire du Commerce de Marseille, t. III, p. 30-31.

16 Cf. supra, p. 3. Bonsenhor Profach fut baylon dans la juiverie d’Aix en 1493 ; « maïor » de sa communauté, très actif dans les affaires économiques de son groupe, il devint pourtant chrétien en 1503, après le bannissement. C’est le « neophytus et mercator » Jacques Honoré. Cf. D. Iancu, Les Juifs en Provence..., op. cit., p. 181 et suivantes. Cf. aussi D. Iancu-Agou, « Juifs et néophytes au tournant du xve siècle », Proceedings of the Eighth World Congress of Jewish Studies, Jerusalem, 1982, p. 61 -68.

17 Ibid.. Les Juifs en Provence, p. 180 et suivantes et « Juifs et néophytes... », p. 61 - 62 et p. 68, notes 3 - 4.

18 Arch. dép. des B.-du-Rh. (Aix), 308 E 830 (Fonds Muraire), fol. 35 v., 4 juin 1524. L’acte est passé dans sa boutique (« Actum Aquis in apotheca dicte Done de Rocabruna.. ») ; on sait que c’est une boutique de draperie par un autre document (où elle fait un prêt également): 308 E 938, fols. 190 v. - 191 v. (« actum Aquis in retro apoteca draparie domus habiti dicti creditrice »). Cf. aussi « Juifs et néophytes... », p. 62 et 68, note 5.

19 Cf. D. Iancu-Agou, « Autour du testament d’une juive marseillaise (1480) », Revue Marseille, 1983, numéros 132 - 133, p. 30 - 35.

20 Histoire du Commerce de Marseille, op. cit., t. II, p. 850 - 851.

21 Arch. dép. Aix, 309 E 408, fol. 54. Finale computum pro magistris Durando Gardi et Salomone de la Garda, judeis medicis phisicis de Aquis, 24 janvier 1483. Dernière cancellation, lorsque les 240 florins sont réglés: le 11 février 1485.

22 Cette formule indique que des sommes dues sont ajoutées : par exemple, lorsque le débiteur retourne demander des espèces avant d’avoir remboursé sa (ou ses) précédentes dettes.

23 Cf. D. Iancu, « Une strate mince et influente... » et Les Juifs en Provence..., op. cit., p. 82 - 86.

24 Arch. dep. Aix, 309 E 410, fols. 123 v. - 124 v. Cancellation : 1489, vendredi 29 mai. Cf. infra, pièce justificative numéro 2.

25 Cf. Fr. Mireur, Les rues des Draguignan et leurs maisons historiques, Draguignan, 1921 -1932, tome V, p. 209.

26 Au cours d’une concession à rentes : c’est Mitre de la Roque, marchand de peaux, qui concède à rente son moulin à huile à partir du jour de l’enregistrement de l’acte, et « pour autant qu’il y aura des olives à moudre » (« tantum quantum olive ad molendendum durabunt et non ultra ») 309 E 241, fol. 869 v., 7 décembre 1470.

27 Ibid, 309 E 410, fol. 464, 4 juillet 1485, notaire Imbert Borrilli ; cf. Infra, pièce justificative numéro 3.

28 Sur René Matheron et toute sa famille, cf. N. Coulet dans le volume collectif Histoire d’Aix. op. cit., p. 104 - 105.

29 P.-A. Février, « Quelques aspects de la vie agricole en Basse-Provence à la fin du Moyen Age », Bulletin Philologique et Historique, 1968, p. 299 - 317.

30 L. Stouff, op. cit., p. 101-103.

31 Aix, 1979, p. 81.

32 Ils sont décrits et explicités dans D. Iancu-Agou, « Topographie des quartiers en Provence médiévale », R.E.J., 1974, p. 18-19.

33 Ibid, p. 28 (Aix), 75 (St-Rémy) 82 (Tarascon), 91 (Trets). Citons ici les legs faits en huile : à Marseille, le juif Bonias Salamias en 1471 lègue une mesure d’huile (« unum escandaleum olei ») qui doit être distribuée tous les ans la veille du jeûne de Kippour à l’Aumône des Juifs appelée Ma Or (signifiant lumière) (p. 67). A Salon, en 1434, Salves Caracausse lègue au luminaire de la synagogue 5 cartales d’huile par an payables la veille de Kippour (p. 79). Le scandal d’huile à Marseille = 16,096 litres, et la mesure d’huile à Salon = 10,189 litres (Nicolas, op. cit., p. 134).

34 « Item lego ego predictus Bonetus Comprati de Rocamartina testator, amore Dei et pro salute, ut dictum est, anime mee ac meorum redemptione peccaminum ad laudemque, ut predictum est, et gloriam ac honorem omnipotentis Dei qui legem dedit Moysi in summitate Montissinay scole judeorum dicte civitat pro lumine tenendo seu tenet et teneri consuetum est juxta ritum, morem et consuetudinem judeorum ante legem Moysi, pro oleo ponendo et convertendo dicte lumine, ut supra in dieta scola, videlicet florenum unum semel tantum solvendum infra sex menses post obitum meum ». (Arch. dép. Aix, 309 E 404, fol. 148) ; cf. le tableau généalogique de ce testateur dans D. Iancu, Les Juifs en Provence..., op. cit., tableau numéro 13, p. 108.
Formulation en tous points semblable pour ces legs aux dispositions testamentaires de Vitalis de la Garde (1455) ou d’Astruge de Latis, veuve de médecin (1472). Cf. Duranti La Calade, « Notes sur les Rues d’Aix », Annales de Provence, 1924, p. 24 -26.

35 Dans la série de testaments arlésiens à paraître dans mon étude « Une vente de livres hébraïques à Arles en 1431. Tableau de l’élite juive arlésienne », les legs pieux destinés à Γ « elemosine luminarie » tournent autour d’un florin (Bondion de Saint-Paul, 1422), de deux florins (Venguessone Natane, propriétaire juive opulente, 1436), cinq florins et la moitié d’un siège construit dans la synagogue au dessus du candélabre appelé menorah (le médecin Bendich Borrian, 1441) et deux florins (son épouse Mossone Borrian en 1441).

36 ner tamid ou « bougie perpétuelle » qui peut rappeler aussi le candélabre du Temple de Jérusalem.

37 Cf. Gérard Nahon, « Pour une approche des attitudes devant la mort au xviiie siècle : sermonnaires et testateurs juifs portugais à Bayonne », R.E.J., CXXXVI (1 - 2) 1977, p. 49, note 218.
Un autre exemple significatif peut être puisé dans ce beau travail : en 1739, un testateur ordonne de remettre « le montant de l’argent nécessaire pour l’achat de 100 livres d’huille pour servir au luminaire de la maison de sieur Izacq Henriques Julian en considération de ce que le testateur a coutume d’y faire et dire ses prières ».

38 L. Stouff, Ravitaillement..., op. cit.. p. 101, note 5. Venguessone Natane possède aussi dix autres jarres, mais pour conserver de l’eau du Rhône (« decem jarre terre in quibus tenetur aqua Rodani » : cf. le mémoire de Françoise Ferracci sur Ameublement et cadre de la vie familiale à Arles au xve siècle, Université d’Aix, 1976 (dactylographié).

39 D. Iancu-Agou, « L’inventaire de la bibliothèque et du mobilier d’un médecin juif d’Aix-en-Provence au milieu du XVe siècle », R.E.J., CXXXIV (1 - 2), 1975, p. 64 - 66. La millerole d’huile à Aix = 57,744 litres. (Cf. Nicolas, op. cit., p. 121). Les mesures utilisées pour les jarres sont aussi le barrai, le broc, la bota, et la canne qui vaut environ un décalitre.

40 Arch. dép. Aix, 308 E 360, fols. 274 - 277 ; je m’attèle au déchiffrement de cet inventaire qui est très nourri : entre autres biens comme vêtements, bijoux, meubles, literie, il y est fait mention de livres que j’ai cités dans « La circulation d’ouvrages hébraïques dans la première moitié du xve siècle : du Dauphiné (Chabeuil, 1416) à la Provence (Aix, 1429 -1449) », à paraître dans les Actes du 108e Congrès National des Sociétés Savantes (Grenoble, 1983).

41 Fr. Ferracci, op. cit, p. 135.

42 D. Iancu-Agou, « L’inventaire... », op. cit., p. 65 et 67.

43 Arch. dép. Aix, 309 E 235, fols 272-272 v.

Table des illustrations

Légende Service régional de l’oléiculture
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/694/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 542k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540