Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’huile d’olive en Méditerranée

II. Le rôle du service régional de l’oléiculture en France et dans le pourtour méditerranéen

Texte intégral

Historique de la création du service régional de l’oléiculture

1Parmi les dix vœux émis par la Commission de l’Oléiculture instituée par arrêté du 16 mai 1906 pour proposer au Ministère de l’Agriculture des solutions destinées à résoudre la crise oléicole qui sévissait déjà au début du siècle, le quatrième suggérait la création d’un service spécialisé.

2Ce vœu était ainsi libellé : « considérant que la prompte régénération de nos plantations et l’amélioration sensible de la quantité et de la qualité de leurs produits sont de nature à contribuer puissamment au relèvement de l’oléiculture, prie instamment Monsieur le Ministre de l’Agriculture de vouloir bien créer un service spécial oléicole qui aurait pour mission d’orienter, par tous les moyens utiles, nos populations agricoles dans la voie des transformations culturales et industrielles les plus recommandables ».

3C’est ainsi que, par décision du Ministère de l’Agriculture, fut créé le 11 février 1907 le Service Régional de l’Oléiculture avec siège à Marseille.

4Sous l’autorité d’un professeur régional d’oléiculture assisté d’un professeur d’agriculture délégué, ce service spécialisé devait développer ses actions sur les douze départements où se cultivaient environ 110 000 hectares d’oliviers et où fonctionnaient à la saison des récoltes près de 1°200 moulins.

Missions et rôles du Service Régional de l’Oléiculture : leurs évolutions.

5L’évolution de l’oléiculture en France est depuis toujours liée surtout aux événements climatiques en raison de sa position à l’extrême limite septentrionale de l’aire de culture de l’olivier, mais aussi aux fluctuations imposées par l’homme, notamment à travers les guerres, les crises économiques et parfois les décisions gouvernementales.

6Les missions du Service Régional de l’Oléiculture (S.R.O.) ont évolué au gré des événements pendant ses 77 ans d’existence ; c’est pourquoi, nous tiendrons compte et distinguerons pour son rôle national les périodes suivantes :

  • de sa création à 1938,
  • de 1939 à 1955,
  • de 1956 à 1967,
  • de 1968 à 1972,
  • de 1973 à nos jours.

7Nous évoquerons ensuite son rôle international sur le pourtour méditerranéen.

A – Au plan national

Période de la création à 1939

8A l’origine, la mission du S.R.O. a été définie comme suit par le ministère qui le chargea :

  1. d’organiser, diriger, contrôler des oliveraies expérimentales dans tous les départements intéressés,
  2. de faciliter, encourager la création et l’organisation de coopératives oléicoles et de moulins à huile modernes (surtout à partir de 1923),
  3. de diffuser par tous les moyens utiles, les meilleurs méthodes de culture et de lutte contre les parasites,
  4. de faire connaître les meilleurs procédés de fabrication de l’huile,
  5. d’étudier les questions économiques intéressant l’industrie oléicole et notamment la recherche de débouchés nouveaux,
  6. de faire connaître et apprécier, tant en France qu’à l’étranger, la valeur des produits oléicoles par l’organisation d’expositions collectives des dits produits,
  7. enfin, de rechercher et de concentrer tous les renseignements pouvant intéresser tant l’administration de l’Agriculture que les producteurs eux-mêmes.
    A partir de 1932, à ces missions initiales vinrent s’ajouter les charges suivantes :
  8. création de pépinières d’oliviers de l’État en vue de la distribution de plants et propagation des meilleures variétés d’oliviers par distribution de greffons,
  9. contrôle des déclarations de primes à la culture ou à la reconstitution des oliveraies en application de la loi du 7 avril 1932 accordant aux agriculteurs des encouragements à la culture et à la rénovation de l’olivier suite aux conséquences du gel de l’hiver de 1929, à laquelle succéda la loi du 22 mai 1941 ayant le même objectif d’aide,
  10. enquêtes sur les demandes d’arrachage, soutien à l’oléiculture,
  11. participation à l’orientation de la plupart des organismes professionnels ou interprofessionnels intéressant la production oléicole.

Période de 1939 à 1955

9Cette période débute avec cinq années de guerre et de privations ; l’olivier connaît alors son heure de gloire et toutes les personnes disponibles retournent piocher et cultiver leurs arbres abandonnés jusque là. Pour la cueillette, la main-d’œuvre ne manque pas et les oliveraies se métamorphosent en « dernier salon où l’on cause ». Il y avait du beau monde pour les olivades.

10Pour suivre la production et éviter les fuites, le directeur du S.R.O. est alors investi d’une mission de coordination afin de superviser les organismes créés pour contrôler les moulins et retenir la part de la production d’huile destinée au Service du ravitaillement général avec lequel le S.R.O. va collaborer pendant six ans.

11C’est également à cette période que s’exerce avec toute la rigueur nécessaire le contrôle des arrachages des oliviers en application de l’arrêté du 26 octobre 1942 interdisant cette pratique sans autorisation de la Préfecture.

Période de 1956 à 1967

12Dans la nuit fatidique du 2 au 3 février 1956, alors qu’elle s’est maintenue depuis tout l’hiver à une moyenne anormalement élevée, au point de faire fleurir les cerisiers, la température chute brutalement de 20 à – 25°c. en une nuit. On enregistre un peu partout dans la zone oléicole des – 17°c. à – 20°c. et ce froid va persister durant toute la lunaison. Au dégel, force est de constater l’ampleur du désastre.

13Si les canalisations d’eau et les radiateurs d’automobile n’ont pu résister, les canaux de sève de l’olivier ont également éclaté. Les écorces se détachent des troncs noueux ; les feuilles se ternissent puis tombent en masse : les parties extérieures des oliviers sont détruites et les 4/5e des olivaies françaises sont ainsi endommagées.

14Un moment attérés, les milieux oléicoles réagissent sous l’impulsion du directeur du Service de l’Oléiculture de l’époque, Monsieur Pierre Bonnet, qui multipliera les visites de commissions parlementaires et alertera le ministère.

15Il faut faire vite pour éviter la destruction définitive par un mouvement de découragement. Pas le temps de faire voter une nouvelle loi et le décret N° 56 – 1103 sortira le 2 novembre 1956. Les arrêtés subséquents des 2 et 15 novembre chargent le Service de l’Oléiculture d’organiser et de contrôler l’attribution de primes à la reconstitution des oliviers. Compte tenu du marasme dans lequel stagne la production de l’huile d’olive, les textes instituent une prime attractive pour orienter l’oléiculture française vers la production d’olives de table (ou de confiserie).

16Des primes seront accordées sur demandes renouvelables annuellement en mairie aux oléiculteurs effectuant dans les quatre ans après le gel (jusqu’en 1960) la reconstitution de leur oliveraie en régénérant par recépage au ras du sol ou en réalisant des plantations nouvelles. Les bases annuelles de prime étaient les suivantes :

  • Primes de régénération, attribuées pendant dix ans.
  • 1,25 F par olivier de variété à huile,
  • 2,00 F par olivier de variété de table.
  • Primes de plantation, attribuées pendant 15 ans.
  • 2,50 F par olivier de variété à huile,
  • 4,00 F par olivier de variété de table.

17Pour les oléiculteurs sinistrés, une majoration spéciale de 2,00 F par arbre dite « prime initiale » sera accordée en même temps que la première annuité de prime.

18Pour donner une certaine pérennité à l’efficacité de ces aides, un article du décret N° 56 – 1°103 prévoit un délai de conservation en bon état cultural des oliviers pendant vingt-cinq ans à compter de la première demande de prime. Un arrachage anticipé ou abandon de culture entraîne un remboursement du montant des sommes perçues. Actuellement, un million d’oliviers sont encore protégés par cet article du décret.

19La gestion, le contrôle et l’attribution de ces aides sont confiées au Service de l’Oléiculture qui s’étoffe de huit contrôleurs-techniciens et d’un secrétariat pour réaliser et suivre le fichier. 30 000 déclarations transitant par les mairies parviennent annuellement au service jusqu’en 1968. Par équipe de deux, les contrôleurs sillonneront les départements oléicoles neuf mois de l’année pour vérifier sur le terrain l’exactitude des déclarations et l’état cultural des oliviers. Grâce à leur action qui se double de conseils techniques, 15 à 20 % des demandes seront chaque année suspendues, refusées ou parfois supprimées avec proposition de reversement des sommes perçues. Une section prime est créée et équipée pour établir toutes les pièces comptables destinées aux trésoriers payeurs généraux qui, après examen par les Commissions départementales, seront chargés de régler les primes aux intéressés ou de faire exécuter les ordres de reversement.

20Ces encouragements permirent de reconstituer 3 millions et demi d’oliviers. Au total, de 1957 à 1976, le montant des primes payées représenta environ 85 millions de nouveaux francs et celui des sommes reversées près de 5 millions.

21Parallèlement, pour faire face aux besoins de la reconstitution, une vaste opération de prélèvement de greffons de variété française fut conduite par un valeureux ingénieur pour approvisionner les pépiniéristes italiens de la région de Pistoia, seuls capables par expérience et parce qu’épargnés par le gel, de fabriquer les plants dont avaient un besoin urgent les oléiculteurs. En trois ans, sur une courte période de cinq semaines au printemps, près d’un million de baguettes prélevées sur les oliviers renaissants, furent ainsi expédiées à raison de 20 000 par jour en direction de Florence. Les plants réussis furent récupérés par un organisme de distribution sous le contrôle du S.R.O.

22Plus de 100 vergers de comportement variétal et de démonstrations culturales furent créés et conduits par les ingénieurs de la section technique chargés de divulguer les bonnes techniques oléicoles au cours de nombreuses réunions publiques en salle ou sur le terrain et à travers l’édition de tracts et brochures largement diffusés.

23Dès la réapparition des récoltes vers 1960, la section technique entreprit de réaliser, sur cinq des principaux cultivars français d’olives de table, un programme de sélection végétale « in campo » basée sur la productivité et la qualité organoleptique des olives produites. Après dix années d’observations et de contrôles de la production des oliviers repérés, ce travail aboutit à une première sélection de pieds-mères.

24En ce qui concerne l’oléotechnie, un ingénieur fut spécialement chargé de suivre l’évolution du matériel en testant la valeur technologique des nouveaux systèmes d’extraction pour en conseiller l’utilisation ; en matière de confiserie d’olives, des études fondamentales furent réalisées pour sortir ce secteur de transformation de l’empirisme où il stagnait depuis longtemps.

Période de 1968 à 1972

25Au début de cette période, le S.R.O. va connaître un certain bouleversement et une évolution qui vont aboutir à son démantèlement.

26En application des lois d’orientation agricoles, les tâches de vulgarisation et de démonstration lui sont retirées, comme à tous les services extérieurs du Ministère de l’Agriculture, pour être confiées désormais à des organismes professionnels tels que chambres d’agriculture, instituts et comités techniques spécialisés. La section « prime » reste à Marseille, mais la section « technique » est déplacée au C.E.R.A.F.E.R. du Tholonet, où elle s’équipera d’une serre de multiplication, d’un laboratoire et d’un atelier pilote de confiserie. Déchargés de la vulgarisation, les ingénieurs de la section technique vont, grâce au matériel dont ils disposent, réaliser des études technologiques sur la confiserie des olives vertes et mettre au point la méthode de propagation de l’olivier par bouturage herbacé sous nébulisation à laquelle ils auront recours pour assurer une descendance aux différents clones issus de la sélection massale.

27Fin 1968, M. Pierre Bonnet prend sa retraite après avoir dirigé et soutenu avec dynamisme et passion le S.R.O. pendant plus de vingt ans. Il crée alors le Comité Technique de l’Olivier rattaché au C.T.I.F.L., pour assumer les tâches de vulgarisation et défendre l’olivier au sein des organismes professionnels.

28En 1973, la section technique est dissoute, ses ingénieurs sont intégrés au C.E.R.A.F.E.R. qui devient alors le C.T.G.R.E.F.. La section prime, dont l’activité est ralentie par l’approche de l’échéance des primes de 1975, quitte la rue de la République pour être rattachée à l’Inspection générale de l’Agriculture, l’Ingénieur général de la région P.A.C.A. devenant chargé de mission pour l’oléiculture en France.

Période contemporaine de 1973 à nos jours.

29Les tâches actuelles du S.R.O. peuvent être regroupées en quatre grandes catégories :

Tâches réglementaires

30Poursuite des contrôles d’oliviers primés avec pour objectif de veiller à l’application de la clause conservatoire du décret du 2 novembre 1956 afin de préserver le potentiel oléicole si chèrement reconstitué.

31Apporter son appui dans la réalisation et à la tenue du casier oléicole, qui doit être constitué au terme des règlements communautaires sur l’aide à l’huile d’olive, et à ce titre collaborer avec d’autres organismes au contrôle sur le terrain des déclarations d’oliviers entretenus servant de base à l’attribution de cette aide.

Tâches techniques

32Le S.R.O., en tant que service spécialisé, est à la fois le correspondant des différents services du ministère de l’Agriculture pour tous les problèmes concernant le secteur oléicole et le service d’appui technique des services régionaux et départementaux (4 régions, 13 départements). Il n’est pas de réunion ou de commission relatives à la production oléicole où le S.R.O. ne soit représenté.

33Au plan de la recherche, après avoir installé dix vergers où se trouve réunie la descendance des meilleurs clônes issus de la sélection massale entreprise dès 1960, le S.R.O. poursuit le contrôle quantitatif et qualitatif des productions individualisées qui portent actuellement sur plus de 1°500 arbres dont le S.R.O. surveille aussi la conduite culturale.

34Par convention, le S.R.O. intervient au niveau de certaines pépinières agréées pour assurer la fourniture de plants de qualité avec une garantie d’authenticité variétale.

Tâches économiques

35Elles consistent en l’établissement des statistiques annuelles de production à fournir au ministère de l’Agriculture et à l’étude permanente des coûts de production avec la collaboration du C.E.M.A.G.R.E.F. et d’un certain nombre d’exploitants volontaires auprès desquels sont collectés tous les renseignements nécessaires.

Tâches de coordination

36Tant au plan national entre les divers organismes de recherches (I.N.R.A., C.N.E.E.M.A., etc.) et de vulgarisation (syndicats, groupements de développement, S.U.A.D., etc.) qu’au plan international qui sera évoqué au chapitre suivant.

B – Au plan international

37L’influence de la France à travers l’activité du Service Régional de l’Oléiculture au plan international est intimement liée à la personnalité exceptionnelle d’un de ses directeurs (1°942 – 1°968), Monsieur Pierre Bonnet qui, par son action, a su en toutes circonstances dynamiser les milieux oléicoles même au-delà de nos frontières.

38Membre fondateur de la Fédération Internationale de l’Oléiculture (F.I.O.) dont il fut plusieurs fois président et pendant longtemps sous-directeur à la production, M. Bonnet parcourut tous les pays oléicoles du pourtour méditerranéen avides de ses conseils de technicien et d’organisateur.

39Il fut le principal instigateur des conférences internationales des techniciens oléicoles qui se déroulèrent successivement à Tanger du 21 au 27 mai 1957, à Nice du 7 au 11 octobre 1°963 (entièrement organisée par le S.R.O.) et du 14 au 19 juin 1971 à Torremolinos. Au cours de ces réunions, des centaines de compte-rendus de travaux sur l’agronomie, la technologie, la chimie et l’économie oléicoles, furent communiqués aux nombreux représentants de 15 à 20 pays dont le Japon, l’Argentine et l’Australie.

40Au titre de consultant F.A.O., Monsieur P. Bonnet accomplit de nombreuses missions aboutissant à la constitution d’un véritable lien international qui lui a survécu aujourd’hui. À partir de 1956, il entraîna dans son sillage ses principaux collaborateurs auxquels il avait su inculquer les qualités de véritables experts.

41En 1960, M. Bonnet laissa momentanément la barre à ses adjoints pour séjourner à Madrid où il avait été désigné par les plus hautes instances de l’O.N.U. pour créer de toutes pièces le Conseil Oléicole international, organisme intergouvernemental chargé de gérer les futurs accords internationaux sur l’huile d’olive.

42À partir de 1975, la F.A.O. ayant décidé la création de réseaux de recherche oléicole, le S.R.O. s’est vu confier le rôle de coordinateur pour la France entre les sous-réseaux scientifiques en matière de bioclimatologie, d’utilisation de l’eau en oléiculture, de lutte intégrée et d’amélioration de la production oléicole dans le bassin méditerranéen qui fait largement appel à la compétence pédagogique des spécialistes français travaillant à l’I.N.R.A. en facultés et à la S.O.M.I.V.A.C. pour couvrir les sessions de formation de haut niveau organisées à Tunis et Alger.

43En effet, il convient de remarquer que, malgré son rang modeste occupé dans la hiérarchie des pays producteurs, la France peut s’enorgueillir de posséder des chercheurs qui, par les remarquables résultats de leurs travaux et études, ont accédé à une renommée internationale qui leur vaut d’être extrêmement sollicités par les pays oléicoles en voie de développement.

Conclusion

44Ces deux exposés sur l’olivier démontrent que l’évolution de sa culture est très fluctuante tant dans son ensemble qu’au niveau des petites régions agricoles.

45À la veille du gel de 1956, la production d’huile traversait une telle crise qu’on la considérait comme un sous-produit de l’olive de table.

46Après une période euphorique, les olives de table connaissent à leur tour des difficultés d’écoulement dues à la concurrence sévère des produits d’importation. En effet l’écart dans les coûts de main-d’œuvre devient, comme pour beaucoup de spéculations agricoles, un handicap difficile à surmonter en l’absence de barrières douanières aux frontières impossibles à dresser sans dénoncer des accords de commerce internationaux.

47Puis, profitant des retombées de bonnes campagnes de propagande menées et financées par les importateurs-conditionneurs français avec l’aide du Conseil Oléicole International, basée sur la valeur diététique de l’huile d’olive médicalement prouvée par expériences contrôlées, l’huile de pays connaît depuis quelques années un regain d’intérêt de la part de consommateurs avertis.

48Reste que pour alimenter régulièrement le courant commercial, il faut assurer une production régulière et une constance dans la qualité du produit. C’est du reste l’objectif que s’est fixé le S.R.O. dans le Plan de modernisation des moulins qu’il réalise avec l’aide de l’État.

49Évidemment, ce n’est pas le pactole et la porte entrouverte sur un meilleur avenir, se refermera rapidement si d’ici deux ans n’a pas été solutionné le problème de la mécanisation de la récolte adapté au matériel végétal et aux structures des olivaies françaises.

50L’irrigation localisée, dont l’installation est préconisée et localement aidée, est un facteur de régulation des productions devenu indispensable pour assurer une bonne assise à des réseaux commerciaux organisés.

51L’évolution de toutes ces composantes de l’avenir de l’oléiculture demeure une préoccupation constante du Service Régional de l’Oléiculture qui assure de son appui les organismes professionnels ou paraétatiques pour œuvrer à la sauvegarde de l’olivier qui, malgré un rapport économique relativement faible, doit être maintenu dans le cadre et les traditions de notre Provence.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable