Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Scènes et coulisses de l’élection au Maroc

 | 
Mounia Bennani-Chraïbi
, 
Myriam Catusse
, 
Jean-Claude Santucci

Chapitre 6. Le « pourquoi » d’une mobilisation « exceptionnelle » : Dakhla

Victoria Veguilla

Texte intégral

1Les élections législatives marocaines de septembre 2002 ont été précédées d’un ensemble de réformes affectant le système juridique électoral. Elles avaient pour objectif – selon les déclarations publiques des acteurs politiques – la transformation de pratiques sociales électorales considérées comme « non démocratiques » : « marchandisation des voix », clientélisme structurant les rapports politiques, poids des notables locaux au détriment de celui des partis politiques, ou encore marginalisation des femmes dans le jeu politique. Il s’agissait, toujours selon les discours officiels, d’introduire certains éléments de changement dans les « usages du vote » des électeurs marocains et, partant, dans les représentations sociales qui les conditionnent.

  • 1 « Si toutes les recherches récentes au Maroc s’accordent pour affirmer la part croissante des petit (...)

2Le présent travail propose une analyse de l’impact de ces réformes sur les pratiques qu’elles essaient de modifier, en cherchant à appréhender les dynamiques de transformation (et de continuité) qu’elles portent (ou non). Cette étude se veut surtout empirique, et se trouve circonscrite dans un espace urbain : la ville de Dakhla. Loin de considérer notre terrain comme « trop spécifique » et difficile à insérer dans des études plus générales sur la « périphérie » marocaine, nous appuyons la thèse soutenue par Aziz El Maoula El Iraki (2003) selon laquelle cette « périphérie » se caractérise par une hétérogénéité dont il faut rendre compte1. En ce sens, les particularités des « espaces périphériques » seraient induites par les spécificités historiques et culturelles propres, ainsi que par les relations entretenues avec le ou les centres politiques. Une étude circonscrite à la ville de Dakhla et insérée dans cette perspective impliquerait que le conflit de souveraineté fasse partie des variables à prendre en compte autant dans les analyses des spécificités historiques et culturelles (le processus de décolonisation du Sahara ou le processus de construction de l’identité sahraouie), que dans celles des relations qui s’établissent avec les centres (les processus de cooptation des élites ou les politiques de gestion des minorités planifiées par l’État marocain concernant un groupe, celui des Sahraouis, ou en relation avec un territoire, les provinces du Sud).

  • 2 « L’exceptionnalité », qui distingue Dakhla sans l’isoler pour autant, tient essentiellement à la f (...)

3D’après nos observations sur place, nous avons trouvé intéressant de prendre la mobilisation comme axe d’articulation de ce travail, et ce au regard du contraste entre la forte implication des acteurs observée à Dakhla et le désintéressement (pourrions-nous parler d’un phénomène d’absentéisme ou de désaffection ?) qui a caractérisé cet événement dans le reste du pays, comme l’ont rapporté les médias et les chercheurs situés ailleurs. Cette mobilisation « exceptionnelle »2 à Dakhla a été observée lors de la campagne électorale, le jour même du scrutin mais également après la connaissance des résultats. Le taux de participation a dépassé la moyenne nationale de presque 22 points. Nous pouvons nous interroger sur les facteurs à l’origine d’un tel contraste (importance – réelle ou ressentie – des élections, leurs fonctions et les caractéristiques du système politique marocain), et ce dans l’optique, plus ambitieuse, d’apporter des éléments d’analyse à une étude des « usages sociaux du vote » et des représentations sociales du politique au Maroc.

4Un tel objectif nous impose de nous placer à différents niveaux d’analyse, dans un « va-et-vient », du « général » (national) au « local » : analyse juridique mais également discursive, des pratiques sociales électorales et des représentations sociales, concernant ce que « voter » ou « être élu » veut dire, le rôle des représentants ou encore comment faire usage du droit de vote. Pour cela, nous proposons les hypothèses suivantes : 1°) la périphérie marocaine doit être pensée dans son caractère hétérogène, celui-ci étant le produit de parcours historico-culturels particuliers et de relations politiques spécifiques entretenues avec le centre ; 2°) l’étude du comportement électoral à Dakhla (les pratiques sociales et les croyances dont il relève) à un moment donné exige de prendre en compte la structure sociale (communautaire et « tribale ») observée et certaines des caractéristiques du système politique (politiques du centre concernant cet espace local voire régional, système institutionnel, système de partis, enjeux des élections) ; 3°) il semblerait qu’on puisse observer un processus d’appropriation des techniques électorales et un processus de substitution des enjeux. Les élections constituent un moment de restructuration des pouvoirs locaux en termes « communautaires » : d’une part, les candidats mobilisent leurs ressources de pouvoir (économiques, sociales ou identitaires) afin d’arriver aux postes de pouvoir ; d’autre part, les électeurs investissent leur capital politique (le vote), à court terme (échange par l’argent) et/ou à long terme (accès aux réseaux de clientèle formés, à Dakhla, selon des critères communautaires).

5La connaissance préalable du terrain, grâce à notre séjour sur place depuis le commencement de la campagne électorale, en septembre 2002, dans une ville où la réalisation de travaux en sciences sociales demeure difficile, nous a permis d’avoir accès à certains candidats ou à certains de leurs proches. En ce sens, cette étude s’appuie sur des données recueillies lors d’entretiens semi-directifs et non directifs menés avec ces derniers et des électeurs d’origines diverses, sur l’observation des scènes de rue lors de la période de mobilisation et enfin sur l’analyse de la documentation recueillie au cours de nos séjours au Maroc, entre mai 2001 et octobre 2002.

6Dans un premier temps, nous analyserons la structure sociale observée car elle nous est apparue comme l’une des variables structurantes des rapports politiques dans cet espace. Pour cela, nous aurons recours à trois catégories de personnes, construites à partir des discours identitaires des acteurs. Puis nous analyserons les réformes électorales, telles qu’elles se sont manifestées dans un espace local, ainsi que leurs conséquences sur l’espace analysé. En ce sens, nous considérons qu’il s’est produit une concentration « du fait électoral » qui aurait induit une intensification des rapports politiques. Ceci entre en contradiction avec les objectifs avancés par les discours du législateur au moment de l’annonce des réformes. Nous étudierons ensuite la mobilisation politique à Dakhla autour du scrutin, en vertu de quoi nous discuterons de « l’exceptionnalité » de la situation. Enfin, nous nous pencherons sur l’analyse des stratégies mises en place par les candidats. Dans cette partie, nous soulignerons le recours à la variable identitaire dans les stratégies discursives de ces candidats tout en constatant l’intérêt de mettre en avant l’idée d’un « répertoire » dont les candidats font usage en fonction des interlocuteurs. Pour finir, nous poserons la question des raisons qui ont amené les électeurs de Dakhla à se mobiliser, en interrogeant les enjeux d’un tel événement.

La structure sociale dans un moment de mobilisation politique

  • 3 Ces particularités dérivent d’une « histoire propre » définie notamment par l’espace de parcours tr (...)

7Étant donné les particularités du terrain choisi3 et la nécessité de les connaître pour bien suivre le cheminement proposé, il semble pertinent de donner une vision générale de la structure sociale observée à Dakhla. Cette ville située au sud du Maroc se trouve au centre d’un conflit de souveraineté du point de vue du droit international et se caractérise par une forte division communautaire. Celle-ci ne répondrait, tout compte fait, ni à une logique binaire (eux/nous), ni à un caractère permanent. Les groupes se recomposent et se restructurent en fonction de chaque contexte particulier, ce qui rejoint les observations faites par Jean-François Bayart, pour qui « l’identification qu’effectue un acteur social est toujours contextuelle, multiple et relative » (1996, p. 98). Ainsi, nous aurons recours, pour l’analyse de cette structure, à trois catégories incluant chacune trois groupes d’individus : Norteños, Sahraouis et faux Sahraouis.

  • 4 Dans la première partie de ce travail, nous analysons plusieurs des normes sociales qui réguleraien (...)

8Sans entrer dans les détails et si nous prenons comme référence temporaire la période de mobilisation électorale, nous trouvons à Dakhla une communauté numériquement majoritaire composée de personnes originaires du nord du pays, les Norteños, et une communauté minoritaire originaire d’une des tribus qui nomadisaient ce territoire et dont le comportement quotidien s’adapte aux normes sociales marquées par la tradition bédouine (vêtements, code d’honneur, etc.), les Sahraouis (Veguilla, 2001)4.

  • 5 Nous reprenons le terme utilisé par les acteurs sahraouis lors des entretiens car il nous permet de (...)

9Cette division pose cependant problème. S’il est vrai qu’une telle distinction apparaît de fait à l’observateur et qu’elle peut se déduire du discours des acteurs, une observation plus attentive révèle que les frontières entre communautés sont beaucoup plus diffuses. Nous sommes face à une des questions essentielles pour la compréhension des stratégies identitaires des élites locales – mais décisive, aussi, au-delà du niveau local et régional, du fait des arguments utilisés par les parties en litige (le Maroc et le Front Polisario) – au moment d’établir qui est sahraoui et qui ne l’est pas. Cette question clé domine dans le processus de résolution du conflit par référendum parce qu’elle oppose deux conceptions de la définition du « Sahraoui » (censé faire partie du corps électoral) en cas de tenue de la consultation. Ainsi, nous sommes confrontés à des personnes considérées, par les autres et par elles-mêmes, comme des Sahraouis, norteños ou « faux Sahraouis » en fonction du contexte (les acteurs présents ou le sujet traité). Sans prétendre épuiser le sujet, la catégorie « faux Sahraouis »5 serait constituée par ceux qui appartiennent aux tribus Aït Baharam, Ait Mousa ou Azwafi, originaires de la région de Sidi Ifni, ex-colonie espagnole. Leur migration vers les villes sahariennes pendant la période coloniale aurait impliqué leur inclusion dans le recensement fait par les Espagnols en 1974, sous le nom générique de tribus du Nord. Ce facteur, joint au fait que certaines études établissent des liens entre ces tribus et la Confédération Tekna composée de tribus sahraouies (Naïmi, 1991), pose des problèmes au moment d’établir leur origine. Pourtant, leur comportement ne correspondrait pas à celui observé auprès des Sahraouis selon les termes établis plus haut, même si certaines familles habitent à Dakhla depuis l’époque coloniale espagnole et que leurs membres ont intériorisé quelques normes qui réguleraient, selon nos observations, la vie des individus inclus dans la catégorie « sahraouie ».

  • 6 Castañeda C. Barona (1998) a étudié, en se basant sur les thèses de Benedict Anderson (1996), la ge (...)

10De plus, la communauté sahraouie est composée de personnes appartenant à des groupes primaires de référence (tribus) différents et divisés, à leur tour, en fractions et sous-fractions. La tribu Ouled Dlim est majoritaire à Dakhla, mais des membres d’autres tribus autochtones de ce territoire ou venant de Mauritanie s’y sont également installés depuis longtemps. Cette domination apparaît dans de multiples sphères. Pour ce qui nous concerne, elle se manifeste par le fait que plus de la moitié des têtes de liste étaient des Ouled Dlim (18 sur 35), et que trois sièges sur quatre ont été attribués à des candidats appartenant à ce groupe6.

La spécificité des réformes à Dakhla

  • 7 Le pays était découpé en 325 circonscriptions en 1997, 91 en 2002.
  • 8 Le nombre de candidats aurait augmenté suite à l’introduction du système de listes. Quant à l’augme (...)
  • 9 L’ensemble de la population inscrite dans cette région habite à Dakhla, où se trouvent les différen (...)
  • 10 Il remplace le système majoritaire à un tour, soupçonné de favoriser le poids des notables traditio (...)
  • 11 Voir tableau en annexe.
  • 12 Décret n° 2-02-598 du 7 août 2002. Elle remplace la formule des bulletins multiples qui permettait (...)
  • 13 Dahir n° 1-02-213 du 1er août 2002.

11Notre enquête à Dakhla montre comment les réformes électorales proposées ne répondent pas toujours aux mêmes principes et n’ont pas les mêmes effets, au-delà des objectifs généraux annoncés. D’abord, nous analyserons les transformations introduites dans le découpage administratif puis électoral de la région d’Oued Eddahab. Une telle étude nous permettra de voir si ces transformations ont un lien avec les objectifs de restructuration des circonscriptions électorales7 annoncés par les acteurs politiques : l’augmentation de la taille des circonscriptions, et par là même, de la distance établie entre les candidats et l’électorat, afin d’introduire des éléments de changement dans la structuration des allégeances politiques des Marocains. En ce sens, nous verrons que les réformes adoptées, au-delà des discours publics, ne favorisent pas cette augmentation ; bien au contraire, les changements introduits ont suscité une réduction de la distance établie entre les acteurs, motivée par l’attribution de nouveaux sièges et par la multiplication des candidats et des candidatures8. Si nous tenons compte du fait que le découpage, dans cette région, ne sert qu’en « termes administratifs »9, il serait intéressant de nous interroger sur les motivations/objectifs des législateurs. Les circonstances historiques (sécheresse, processus de sédentarisation et d’urbanisation, guerre entre le Maroc et le Front Polisario jusqu’à la fin des années quatre-vingt, utilisation de mines à l’intérieur du Sahara) font que la totalité de l’électorat habite dans la ville de Dakhla – à l’exception des militaires et de certains groupes de pêcheurs, dans les zones côtières, dont le séjour est conditionné par les périodes autorisées de pêche. Ensuite, et au vu de cette spécificité, nous examinerons à partir de notre terrain les effets de l’introduction du scrutin de liste à la proportionnelle10, de l’apparition de dix nouveaux partis politiques11, l’introduction d’une nouvelle formule de vote12 – celle du bulletin unique où sont inscrits les noms de tous les partis et leurs symboles et l’autorisation strictement restreinte de présenter des candidatures sans-appartenance politique (SAP)13. Enfin, pour finir, nous analyserons les conséquences des réformes dans le sens d’une intensification des rapports politiques.

  • 14 Pour la première fois, l’électeur marocain doit marquer le bulletin de vote d’une croix.

12De telles réformes ont introduit des changements importants dans la façon de voter des Marocains, entraînant une attitude active au regard des élections : « Dans quelle circonscription suis-je inscrit ? Quels partis politiques y ont présenté leur candidature ? Quels sont leurs symboles ? Comment dois-je voter ? »14

Les réformes électorales dans un espace local

  • 15 Ainsi, l’analyse du processus électoral à Dakhla implique l’étude des deux circonscriptions.
  • 16 Ce paragraphe attire l’attention sur le fait que, dans un espace relativement réduit, tant en terme (...)
  • 17 Lors des élections législatives de 1997, la circonscription d’Oued Eddahab disposait d’un siège pou (...)
  • 18 Rabat-Océan : 50 976 électeurs par siège, 9 268,36 par candidature et 4 634,18 par candidat ; Rabat (...)
  • 19 Meknès-El Menzeh 55 404,33 par siège, 6 392,81 par candidature et 3 196,4 par candidat ; Agadir Ida (...)
  • 20 Une « spécificité » étant donné que la distribution, en deux circonscriptions, des électeurs habita (...)

13À Dakhla, les réformes ont eu un impact majeur. Le découpage électoral a été modifié ainsi que le nombre de sièges à pourvoir. Pour les élections législatives de 1997, la région d’Oued Eddahab avait été découpée en deux circonscriptions ayant chacune un siège attribué (l’une comprenait la municipalité de Dakhla et l’autre celle de Lagouira). En 2002, la région a été divisée en deux provinces (Oued Eddahab et Aousserd-Lagouira) avec deux sièges à pourvoir pour chacune d’elles. La nouveauté réside donc dans l’augmentation du nombre de sièges attribués et dans l’institutionnalisation d’une nouvelle province, en vertu du décret n° 2-98-952 du 31 décembre 1998 relatif à la division administrative du Royaume. Cependant, ce découpage ne se traduit pas en termes démographiques. Lagouira demeure une ville « fantôme », la population rurale y est pratiquement inexistante, tout le corps électoral habite la ville de Dakhla où le processus électoral se déploie à différents endroits (campagne, bureaux de vote, bâtiments publics des deux circonscriptions, etc.)15. Ce découpage ne répond pas non plus au désir d’homogénéiser, du point de vue ethnique, les circonscriptions, car chaque corps électoral est constitué de personnes appartenant aux différentes communautés et groupes primaires de référence (voir les remarques faites en introduction). Si bien que la proportion des électeurs sahraouis par rapport au total des inscrits semble plus forte dans la circonscription d’Aousserd-Lagouira que dans celle d’Oued Eddahab. Ainsi, et comme cela s’est produit en 1997, le corps électoral des deux circonscriptions est resté concentré dans la ville de Dakhla. Il en résulte que 35 listes (18 dans la circonscription d’Oued Eddahab et 17 dans celle d’Aousserd) donc 70 candidats se sont affrontés dans un « espace électoral » de 23 858 électeurs (18 466 inscrits à Oued Eddahab et 5 392 à Aousserd)16. Dakhla compte une proportion de 5 964,5 électeurs par siège à pourvoir (9 233 à Oued Eddahab et 2 696 à Aousserd), 681,66 électeurs par candidature présentée (1 025,89 à Oued Eddahab et 317,18 à Aousserd) et 340,83 électeurs par candidat (512,94 à Oued Eddahab17 et 158,59 à Aousserd), ce qui représente un contraste notable avec les circonscriptions des grandes villes18 et des villes moyennes19. La circonscription d’Assa-Zag ressemble à celle de Dakhla. Située dans le Maroc méridional, près de Goulemine, elle compte 11 747 électeurs et deux sièges à pourvoir. Huit candidats s’y sont présentés (5 873,5 électeurs par candidat, 1 468,38 par candidature et 734,19 par candidat). Dans ce cas, la différence s’établit par la non-coïncidence spatiale (superposition) de deux circonscriptions, ce qui constitue une spécificité20.

  • 21 La région d’Oued Eddahab participe pour la première fois aux processus électoraux marocains en mai (...)

14Dans de telles circonstances, il ne semble pas pertinent de parler de réformes visant la déstructuration des rapports politiques traditionnels, puisqu’elles ne modifient pas la distance établie entre les candidats et les électeurs. Elles augmenteraient plutôt la proportion des premiers par rapport aux seconds, dans un même espace, intensifiant ainsi le degré de concentration du « fait électoral ». En outre, elles révèlent une volonté d’augmenter le poids relatif de cette population dans la Chambre des représentants et de la sorte appuient et renforcent la tendance à surreprésenter les régions sahariennes21.

  • 22 Le Parti socialiste démocratique naît d’une scission de l’OADP ; et le Mouvement démocratique socia (...)
  • 23 Afin de mieux suivre cette analyse, voir les tableaux en annexe où nous donnons le détail des parti (...)

15Quant aux candidatures en lice dans les deux circonscriptions objets de notre analyse, elles ont toutes choisi de se présenter sous les sigles de partis politiques, ce qui signifie que les candidatures des sans-appartenance politique (SAP) n’ont pas été utilisées dans cette région, bien qu’elles soient autorisées. Neuf des dix nouveaux partis politiques ont présenté une liste, et seulement 6 partis sur 26 ne se sont pas présentés dans les deux circonscriptions. Plus de 50 % des candidatures appartiennent aux partis créés à partir de 1996. Dans la circonscription d’Oued Eddahab, huit candidatures appartiennent aux partis récemment créés et deux aux partis nés en 1996, le Parti socialiste démocratique et le Mouvement démocratique social (MDS)22 qui avaient remporté les législatives de 1997. Dans la circonscription d’Aousserd, 9 partis sur 17 sont nés après 1996 et 8 d’entre eux ont fait leur apparition entre 2001 et 2002. Celui du PSD, créé en 1996, a remporté les élections législatives de 1997 et 200223.

16Deux anciens députés se sont présentés pour le même parti, celui du PSD renouvelant son mandat. Les autres députés élus proviennent de l’Istiqlal, des partis Forces citoyennes et Alliance des libertés, créés respectivement en novembre 2001 et en mars 2002. Ainsi, deux élus sur quatre appartiennent aux partis récemment créés et un troisième renouvelle son mandat pour un parti créé en 1996.

  • 24 Au plan national et selon les données publiées par le ministère de l’Intérieur. Nous n’avons pas de (...)

17À Dakhla, les changements introduits ont provoqué la multiplication des partis politiques concurrents et celle du nombre de candidats en même temps qu’ils ont doublé le nombre de sièges attribués. Par ailleurs, le nombre d’analphabètes, qui représentent près de 62 % de l’électorat24, le nombre élevé de candidats et de partis politiques en lice, ainsi que l’ampleur des modifications des règles du jeu impliquant une attitude active des électeurs laissaient prévoir une augmentation des votes nuls et probablement une baisse du taux de participation. Or, le pourcentage de votes nuls à Dakhla, même s’il est élevé (8,9 % à Oued Eddahab et 4,7 % à Aousserd), est significativement inférieur à la moyenne nationale, qui atteint 15,5 %. Le niveau de participation, tout au long du processus électoral, y reste fortement supérieur à celui du reste du pays : les taux de participation dans les deux circonscriptions du Sahara étudiées sont de 62,4 % et 83,7 %, ce qui dépasse largement la moyenne nationale établie à 51,6 %.

Conséquences des réformes dans un espace local : l’intensification des rapports politiques

18Il est établi que les techniques électorales font partie des instruments politiques aux mains du pouvoir central afin de modeler les relations de domination et de les perpétuer. Nous voudrions maintenant préciser comment certaines décisions centrales ont pu avoir une influence sur la manière de vivre les élections à Dakhla. La taille des circonscriptions, l’augmentation des sièges à pourvoir et la substitution de candidatures uninominales par des candidatures de listes ont intensifié les rapports sociaux. D’une part, le contrôle est plus fort car la proximité des acteurs impliqués est étroite et, d’autre part, la relation sièges/électorat est réduite, ce qui augmente la valeur relative d’un vote.

19Ce qui distingue Dakhla des autres villes du Royaume, c’est la taille de la circonscription et la distance établie entre les candidats et l’électorat. Les réformes adoptées n’y ont pas éloigné les candidats des électeurs, au contraire, elles ont multiplié le nombre de ces derniers (l’augmentation du nombre de sièges attribués, l’introduction du système de liste et l’acceptation de dix nouveaux partis). De plus, toutes les candidatures ont toujours une assise locale, ce qui renforce des rapports étroits. Les effets furent visibles dans une ville où tous ou presque se connaissent, surtout à l’intérieur des communautés : candidats et électeurs sont en interaction permanente, ils sont amis, membres de la même famille, clients, employés ou employeurs ; ils se croisent dans la rue, au café ou chez quelqu’un. Le contrôle social est fort : les fidélités, les trahisons ou allégeances présumées sont très visibles. En outre, une telle proximité a permis aux fonctionnaires de faire du porte-à-porte afin de distribuer un grand nombre de cartes d’électeurs.

  • 25 Nous avons observé une forte tendance des électeurs sahraouis et « faux sahraouis » à voter pour le (...)
  • 26 Ce groupe serait constitué davantage par les Norteños dont les origines se trouvent très loin de Da (...)

20En fonction du volume du corps électoral, chaque vote à Dakhla a une valeur relative supérieure aux autres circonscriptions comme le montre le nombre des voix obtenues par les candidats vainqueurs (1 567 et 839 à Aousserd, 1 396 et 3 102 à Oued Eddahab). En ce sens, le fait de compter sur les votes des membres d’une famille ou de quelqu’un capable d’influencer le choix d’un groupe (d’amis, de collègues ou de personnes de la famille) prend dans ce contexte une signification majeure. Si nous prenons en compte le fait que certains secteurs de la population ont des allégeances politiques assez bien identifiables et fixées25, ceux qui sont hors des « réseaux déjà constitués »26 deviennent une cible privilégiée pour les candidats leur permettant d’augmenter leur électorat potentiel. La façon de capter ces voix change selon les acteurs présents, il peut s’agir de stratégies discursives (ce que je ferai pour la ville, pour la communauté, pour toi) et/ou « frauduleuses » (achat de vote ou de cartes d’électeurs, toutes sortes de cadeaux ou d’offres de repas). Comme s’il s’agissait d’un marché, les lois de l’offre et de la demande ont pris place dans la ville. Avec une offre si élevée et une demande si limitée, le prix des votes atteint les 1 000 à 1 500 dirhams. Qui pourrait résister à de pareilles sommes d’argent ?

  • 27 Nous entrevoyons l’idée, à démontrer, qu’un des facteurs qui permettrait d’expliquer la réussite du (...)

21Inversement, l’augmentation de la distance entre candidats et électeurs dans d’autres circonscriptions, produit de réformes dans le découpage électoral du pays, aurait diminué l’intensité des rapports politiques directs et aurait moins favorisé le changement dans les allégeances politiques des Marocains (qui continuent à « localiser » les enjeux électoraux) qu’une indifférence vis-à-vis des élections27.

Une mobilisation « exceptionnelle » à Dakhla

  • 28 Jeune Afrique/L’Intelligent du 23-29/09/2002 s’interrogeait sur cette désaffection : « d’où peut pr (...)
  • 29 Observation faite par les chercheurs qui ont suivi le déroulement des élections à Rabat.

22La campagne électorale au Maroc s’est déroulée dans l’apathie générale des candidats et le désintéressement de l’électorat. Ce déficit de mobilisation a été remarqué par les médias et constaté dans différentes villes28 : à Casablanca, Agadir et Rabat, des meetings politiques ont été annulés et d’autres se sont tenus dans des salles très réduites vu le petit nombre de participants29. À Dakhla, au contraire, l’activité a été importante pendant toute la campagne électorale, puisque nous avons pu observer une forte implication des acteurs directement concernés (les candidats et les personnes participant à leur campagne), mais aussi des votants qui ont vécu cette période de mobilisation politique comme un événement-fête, lui attribuant un degré d’importance variable en fonction, semble-t-il, des possibilités d’accès et donc de leur proximité aux candidats favoris. C’est en ce sens que Dakhla peut faire figure d’« exception » d’autant qu’à des taux de participation plus importants qu’ailleurs s’ajoute un degré d’investissement qui a attiré notre attention. Nous décrirons, dans le passage qui suit, le déroulement de la campagne électorale, le jour du scrutin ainsi que la manière dont les acteurs ont réagi une fois les résultats divulgués.

La campagne électorale à Dakhla

23À Dakhla, nous avons été surpris par la très forte mobilisation. Les activités de campagne des candidats se sont multipliées et ont pris des formes originales adaptées aux caractères locaux. Environ quinze khoyma-s, de taille variable en fonction des ressources économiques des candidats, ont été montées afin d’accueillir les curieux, les votants, les gens de la famille et leurs amis. Ces tentes, liées au passé nomade des sociétés dites « traditionnelles », sont utilisées aujourd’hui par les habitants (surtout les Sahraouis), à l’occasion des mariages ou d’autres célébrations, par exemple, lors du règlement d’un conflit entre familles, une des parties offre un repas et accueille l’autre dans une khayma. Lors de la campagne électorale, elles restent pratiquement vides (à l’exception de quelques femmes et enfants qui y prennent leur repas ou le thé pendant la journée) jusqu’à la tombée de la nuit. C’est à ce moment précis que l’activité commence. Les rues sont pleines et la majorité des manifestations de campagne ont lieu, essentiellement, à l’intérieur des khayma-s. Certains candidats ont engagé des chanteurs venus d’ailleurs (de Mauritanie ou du nord du pays), attirant par là l’attention des passants vers leur khayma décorée d’affiches des candidats. Dans leur mise en scène, les chanteurs combinent messages vantant les qualités des candidats et chansons connues du public qui se compose d’un pourcentage important de femmes vêtues de vêtements traditionnels très colorés et maquillées pour l’occasion (les femmes sahraouies portent la melfast, les non-sahraouies la chil’ba). Quand le candidat arrive à la khayma, les gens applaudissent et crient son nom. Il semble que le reste du temps, ces candidats négocient l’appui d’autres groupes sociaux. Le 26 septembre, cette activité diminue progressivement jusqu’à minuit. Le lendemain les khayma-s disparaissent.

  • 30 L’une des personnes interrogées sur ce sujet a réagi en ces termes : « Ce n’est pas bizarre ! Ce so (...)

24Le collage d’affiches a été largement utilisé, quand bien même cette technique ne s’est pas révélée efficace à 100%. Dans les rues les plus empruntées, les affiches étaient très visibles mais soumises aux « jeux » des enfants qui arrachaient très souvent celles de la concurrence. D’autres étaient collées sur les voitures et la distribution de tracts a été abondante. Un fait singulier a été noté : certains agents électoraux « collaient » pour deux candidats de listes différentes30. Sur les affiches figuraient les vêtements traditionnels sahraouis, tels que la melfast, ainsi que le symbole des partis ou la photographie des candidats têtes de listes. En outre, des caravanes de voitures klaxonnaient et le gouverneur a dû intervenir au nom de la sécurité routière pour empêcher plus de deux voitures de circuler de front.

25Les femmes directement concernées par ces élections, en fonction des liens de parenté, d’amitié ou de travail, ont joué un rôle très actif. Elles ont participé à toutes les étapes de la mobilisation, étaient responsables des contacts directs avec les votants potentiels. Elles étaient partout, sauf dans les réunions privées des hommes, là où les stratégies à suivre se discutaient.

Le jour du scrutin et ses lendemains

  • 31 La fixation du prix du vote nous est apparue similaire à celle qui se produit dans n’importe quel m (...)

26La mobilisation ne s’est pas arrêtée le jour du scrutin. Le 27 septembre, les bureaux de vote recevaient une foule considérable affluant de manière constante mais non massive : des files courtes se formaient. Ailleurs, l’activité était intense et les lois de l’offre et de la demande prenaient place31. A l’heure de la fermeture des bureaux, la population est sortie dans les rues pour attendre l’annonce des résultats près des maisons des candidats (là où les khayma-s étaient montées), autour des bureaux où le dépouillement des votes devait avoir lieu ou des sièges des partis. La tension était sensible ; un nombre accru de membres du corps de la Sécurité nationale circulaient dans les rues et intervenait lors des bagarres entre supporters. Devant le dernier bureau à dépouiller les votes, il y eut un rassemblement tel que la police est intervenue pour disperser la foule et en finir ainsi avec la tension ambiante.

  • 32 Le siège du wali qui est le représentant de l’État dans la région. Sa prééminence dans la gestion d (...)

27Les résultats ont été connus à Dakhla au fur et à mesure du dépouillement des votes et de la fermeture des bureaux. L’information émanant des membres de chaque parti présent fut transmise aux candidats et à leurs supporters. Ces résultats partiels se répandirent alors sous forme de rumeurs. Parallèlement, quelques supporters des candidats en tête formèrent des caravanes de voitures à travers la ville, passant devant ceux qui se tenaient sur le pas de leur porte. Vers minuit, les résultats définitifs furent connus et les réactions des gagnants et des perdants se structurèrent. Le lendemain et les jours suivants, la mobilisation s’est poursuivie. Un document de contestation des élections fut signé par la majorité des candidats et présenté au gouverneur. Chez les supporters, le mécontentement règne. Ainsi, ceux du candidat sahraoui ayant perdu son siège et donc sa condition de parlementaire (MDS), montent plusieurs khayma-s devant la wilaya32 et la municipalité d’Aousserd-Lagouira, et un sit-in a lieu jusqu’au mercredi 2 octobre, cinq jours après la date du scrutin. Dans la circonscription d’Aousserd, les protestataires dénoncent l’utilisation de moyens frauduleux d’obtention des votes et dans la circonscription d’Oued Eddahab, l’élection d’un « faux Sahraoui » (ADL).

Le recours à la variable identitaire : les stratégies des candidats

28L’analyse des candidatures présentées lors de ces élections nous permet de comprendre les stratégies mises en place par les candidats. Elle porterait ici davantage sur les origines des têtes de liste, tout en sachant qu’une étude plus approfondie de leurs catégories socioprofessionnelles, de leur carrière politique et électorale serait, elle aussi, pertinente. Quant aux partis politiques, notre enquête de terrain nous montre que leur poids reste réduit dans la structuration des préférences politiques individuelles, tant du côté des votants que des candidats pour choisir sous quelles couleurs politiques ils veulent se présenter.

29En septembre 2002, 18 candidats à Oued Eddahab et 17 à Aousserd sont en compétition. Sur ces 35 candidatures, 18 des têtes de liste appartiennent à la tribu Ouled Dlim, soit 51 % des candidatures (50 % dans la circonscription d’Oued Eddahab et 52,94 dans celle d’Aousserd). Sur les 4 élus, 3 appartiennent à cette tribu, originaire de la région. La tribu Ouled Dlim, sahraouie, a nomadisé l’espace de parcours nommé par les Espagnols « Rio de Oro » (Oued Eddahab) à tel point que Dakhla est considérée comme la ville des Ouled Dlim. La quasi-totalité de leurs membres habitent à Dakhla, même s’ils sont également nombreux en Mauritanie. Les membres d’autres tribus, originaires d’autres villes du Sahara habitent aussi à Dakhla. Lors des élections, la tribu qui se place après les Ouled Dlim en terme de nombre de candidatures est celle des Aït Lahcen (appartenant à la Confédération Tekna, les plus nombreux à Laâyoune), avec 4 candidats sur 35, soit 11,42% du total.

  • 33 Certaines études établissent des liens entre ces tribus et la conféderation Tekna formée par des tr (...)

30Pour les divisions communautaires déjà mentionnées, 31 des 35 têtes de liste sont sahraouies, soit 16 sur les 18 candidatures d’Oued Eddahab et 15 sur les 17 d’Aousserd. Sur les 4 candidats restants, 3 appartiennent aux tribus du Nord, et nous pourrions les inclure dans notre catégorie de « faux Sahraouis », selon les termes établis dans l’introduction. Ils sont nés au Sahara, mais ils sont originaires de la région méridionale du Maroc ; ils n’appartiennent donc pas aux tribus traditionnelles de cette région, ne sont pas dialogiquement inclus dans la catégorie de « vrai Sahraoui »33. Le quatrième candidat vient du Nord, il est membre du syndicat des pêcheurs et est arrivé dans les années quatre-vingt-dix, à la suite de l’épanouissement des activités économiques liées à la production de céphalopodes, ce qui a pu mobiliser les voix des votants, par un mécanisme d’identification lié à un groupe corporatiste. Ce candidat a remporté 314 votes, soit près de 7 % des voix exprimées, et a obtenu la sixième place dans la circonscription d’Aousserd-Lagouira. Il s’est présenté sous le sigle du Congrès national ittihadi (CNI) créé en 2001. Les candidats ayant remporté davantage de voix que ce candidat appartiennent tous à la tribu Ouled Dlim. En outre, il n’est pas fortuné donc il n’a pas pu investir de grosses sommes d’argent dans les élections. Ces remarques nous permettent d’analyser le nombre de votes obtenus par le candidat norteño comme le résultat de la mise en place de mécanismes d’identification communautaire et corporatiste, ainsi que de sa proximité avec les électeurs-pêcheurs nombreux à Dakhla et qui appartiennent pour la plupart à sa communauté. Il s’agit d’une activité traditionnellement non valorisée par la population sahraouie parce que les tribus de pêcheurs étaient placées en bas de la hiérarchie sociale des tribus nomades qui peuplaient ce territoire. Cela a de fortes conséquences dans les circonstances actuelles et aurait, par exemple, impliqué la migration économique d’un nombre important de pêcheurs norteños qui voulaient couvrir la demande de main-d’œuvre qualifiée et est venu bousculer, en termes communautaires, la structure de la société d’accueil préexistante aux années quatre-vingt-dix, moment de l’eclosion des activités liées à la production de céphalopodes.

31Étant donné que la majorité de la population qui habite aujourd’hui à Dakhla est originaire du nord du pays, pourquoi plus de 50 % de candidatures émanent-elles des Ouled Dlim, et seulement 4 candidats sur 35 (2 par circonscription) sont-ils originaires des villes situées au nord du Sahara ?

  • 34 Certains candidats cumulent postes administratifs et activités dans le secteur privé, et l’on sent (...)

32Étudier les catégories socioprofessionnelles des candidats demeure difficile34. Le fait que le secteur de la pêche constitue l’activité économique la plus dynamique à Dakhla (capable d’intégrer un pourcentage important de main-d’œuvre) et que les quatre candidats élus soient propriétaires d’unités de congélation de poisson a attiré notre attention sur les liens éventuels entre l’élite politique et ce secteur d’activité. Près de 40 % des candidatures ont un rapport avec le secteur de la pêche, entre autres celles des quatre élus. Il faudrait ouvrir l’étude sur une analyse plus large des familles des candidats, même si le candidat lui-même n’a pas d’intérêts directs dans ce secteur, il arrive qu’un membre de sa famille proche en ait un. De plus, l’étude des processus décisionnels réglant l’activité liée à la production de céphalopodes nous paraît également révélatrice. En ce sens, nous avons observé la formation de délégations, composées par des membres des municipalités de Dakhla et de Lagouira, des députés, des membres des chambres professionnelles et par des opérateurs économiques du secteur, censées négocier avec les autorités centrales chargées des décisions à prendre. La participation du personnel politique aux négociations nous renseigne sur la manière de concevoir la fonction de représentation, comme défense des intérêts économiques de la région (ou plutôt ceux de la ville, étant donné la concentration démographique déjà citée). Et ceci, du fait qu’il existe une forte dépendance de l’économie locale par rapport à la production des céphalopodes, ce qui favoriserait la coïncidence des intérêts économiques de la ville et des intérêts individuels et corporatistes des opérateurs du secteur.

Les discours politiques

  • 35 Ce phénomène n’est pas nouveau. Lors des élections législatives de 1993 la remarque a été faite par (...)

33Le contenu de la campagne électorale, idées, propositions et messages des candidats, n’a pas réussi, de façon générale, à refléter les préoccupations et le mécontentement de la population marocaine. Les programmes ont été décrits comme peu diversifiés et sans originalité, et impuissants face au scepticisme de l’électorat35.

  • 36 Une étude plus approfondie serait nécessaire afin d’établir la nature des liens entre candidats et (...)

34À Dakhla, le contenu relève davantage des caractéristiques de celui qui parle et des personnes auxquelles les messages sont adressés. En ce sens, nous pouvons parler de « répertoire discursif », étant donné que les candidats ont utilisé différents registres au moment de solliciter le vote. En outre, ce contenu n’a aucune correspondance avec une logique nationale ou même régionale liée aux particularités de l’événement électoral (il ne faut pas oublier qu’il s’agit d’élections législatives). Ce contenu relève plutôt d’une logique du local. Il s’articule autour de deux axes principaux : les problèmes de la ville (le fonctionnement des services publics ou la création de certaines infrastructures) et la façon de concevoir comment le pouvoir doit y être distribué. Que reste-t-il des programmes des partis politiques ou des grandes problématiques qui se posent à l’échelle du pays36 ?

  • 37 Ray Lawson (1994) distingue les partis politiques par rapport aux groupes d’intérêt, en soulignant (...)

35Les programmes sont toujours considérés par une grande partie de la population comme trop éloignés des préoccupations locales, les partis politiques sont perçus comme de simples véhicules capables de faciliter leur présence dans la compétition électorale. Même si les listes des sans-appartenance politique (SAP) sont maintenant autorisées dans les élections législatives, elles obligent les candidats à franchir nombre d’obstacles administratifs et à renoncer aux facilités offertes par les infrastructures des partis déjà créés37. La population ne prend pas en compte le parti politique des candidats et ne connaît pas, en majorité, les détails des lois ni leurs réformes.

36Reste néanmoins une exception : les candidats du Parti de la justice et du développement reproduisent le discours des dirigeants nationaux (y compris dans ses différents courants). Ils font des propositions globales hors des problèmes particuliers de la ville et parlent aux votants de leur programme national. Des phénomènes semblables ont été observés dans la zone de Tanger-Tétouan par un journaliste du quotidien Le Matin du Sahara qui remarque que :

  • 38 Le Matin du Sahara, 18/09/2002.

« La majorité des électeurs interrogés estiment que la personne pour laquelle ils vont voter les intéresse beaucoup plus que les programmes proposés par les différents partis en lice. Ainsi, à l’exception de Abbas El-Fassi qui se présente à Larache, la quasi-totalité des candidats dans la zone sont de la région et l’audience dont ils se prévalent, demeure, régionale ou locale […] on veut que le député ne soit pas uniquement un législateur, mais comme une sorte de médiateur dont la qualité et les contacts qu’il a au niveau central ou local se mettent au service de la collectivité qu’il représente. La candidat du PJD a un autre avis : […] nous proposons un programme national qui a pour ambition de rendre le Maroc meilleur. Donc, ce qui est valable au niveau national l’est également au niveau local. »38

37À Dakhla, le candidat du PJD est d’origine sahraouie, il appartient à la tribu Aït Lahcen et occupe un poste de conseiller à la municipalité. Il a refusé de payer une quelconque somme d’argent en échange de votes. Il en résulte que les caractéristiques du candidat comme la stratégie suivie par le parti au niveau de la cité sont en accord avec celles planifiées au plan national et analysées par Mohamed Tozy (1999a).

38Dans ce contexte, les candidats ont mis en place des stratégies de natures diverses, déployées dans chaque cas en fonction des interlocuteurs. Il faut souligner le recours aux « stratégies identitaires » (Bayart, 1996), dans un sens large, du fait que les candidats ont fait appel aux différents niveaux d’identification, de la fraction à la communauté. Les discours des candidats ont comporté une forte composante communautaire. Considérant que « la compétition politique […] servait aussi à renforcer les identités collectives » (Rosanvallon, 1998, p. 420), à réactiver les solidarités, les identifications (Garrigou, 1992, p. 67), ou que les élections donnaient lieu à la « manipulation de symboles d’identité à des fins de mobilisation politique » (Jaffrelot, 1992, p. 617), nous avons interrogé, dans le cas de Dakhla, les facteurs explicatifs de cette « retribalisation » et « ré-ethnisation » (Salamé, 1996). Ces facteurs seraient autant « structurels » (qui caractérisent ou conditionnent la société étudiée en dehors du moment électoral) que « conjoncturels » (liés au moment électoral analysé). Sans prétendre épuiser le sujet, les premiers comprendraient, par exemple, les mécanismes qui s’inscrivent dans le processus de construction de l’identité sahraouie ; le sentiment de peur et l’instinct de survie du groupe, en tant que tel, qui découlent de son caractère minoritaire ; la situation d’instabilité qui dérive de la non-résolution du conflit de souveraineté et qu’impliquerait une certaine incertitude au sujet des structures de pouvoir existantes ; ou les valeurs et les croyances qui fondent les différents registres sur lesquels s’appuie la représentation légitime (le rapport au groupe, le rapport au lieu, le nombre de voix recueillies, les capacités à développer un réseau de clientèle, etc.).

39Les facteurs « conjoncturels » nécessitent l’existence d’« intermédiaires politiques » qui mettent en place « des stratégies conçues en vue du pouvoir » et « des sentiments diffus partagés par une partie aussi vaste que possible de la population » (Martin, 1992, p. 586). Ainsi, y a-t-il eu un candidat dans la circonscription d’Oued Eddahab considéré par la communauté sahraouie, lors des élections, comme un « faux Sahraoui » et par les originaires du Nord comme plus proche de leurs problèmes. Cela s’ajoute aux caractéristiques sociales et économiques de ce dernier : il est membre d’une famille connue et économiquement puissante au Sahara, depuis l’époque coloniale espagnole et davantage au moment de la décolonisation. De telles qualités placent le candidat en position privilégiée dans la compétition électorale et effectivement, il a occupé l’un des deux sièges disputés dans sa circonscription, Oued Eddahab, sous les couleurs d’ADL, créé en 2002.

  • 39 En ce sens, un interviewé venant d’Agadir nous confiait : « Au début je ne savais pas pour qui vote (...)

40Dans ce contexte, les candidats originaires des régions du nord du Sahara, les Norteños et les « faux Sahraouis », réclamaient le vote des électeurs non autochtones, plus nombreux et sans accès aux réseaux de clientèle des Sahraouis39. Les candidats appartenant à la catégorie des « vrais Sahraouis » ont déployé leurs stratégies en faisant appel aux allégeances tribales : ils se sont adressés à leur groupe ethnique d’appartenance ainsi qu’aux membres de leur communauté ne présentant aucun candidat pour éviter qu’un « non-Sahraoui » ne sorte gagnant dans une ville du Sahara. Pour les candidats appartenant à la tribu Ouled Dlim, la lutte restait ardue : d’un côté, ils appelaient à la mobilisation de leurs cousins pour qu’un Ouled Dlim devienne le représentant de Dakhla au Parlement et, de l’autre, ils rivalisaient avec d’autres membres de ce groupe pour l’acquisition des voix.

  • 40 Il s’agit d’un acte marchand qui engage les personnes concernées à remplir uniquement leur partie d (...)
  • 41 Selon Denis-Constant Martin, « le potentiel de mobilisation de l’affirmation identitaire repose sur (...)

41Cependant, vu le caractère minoritaire des Sahraouis à Dakhla, les candidats originaires de la région ont été obligés de s’adresser aux électeurs hors de leurs groupes d’appartenance. Dans ce cas, ils privilégiaient, semble-il, un discours portant sur leurs qualités personnelles et sur leurs propositions pour améliorer les conditions de vie (usant par là de différents registres discursifs), ou bien ils proposaient tout simplement un échange mercantile40. En ce sens, et « jusqu’à un certain point, la corruption de la lutte électorale reflète paradoxalement la sincérité de la compétition », elle doit être envisagée comme étant constitutive du « marché électoral » (Quantin, 1998, p. 19). L’hétérogénéité et la complexité de la société étudiée de même que le caractère minoritaire des Sahraouis ne nous permettent cependant pas d’analyser les facteurs explicatifs de la mobilisation observée en termes exclusifs d’affirmation identitaire41. Nous parcourrons, dans les lignes qui suivent, les politiques mises en place par le centre et susceptibles d’aider à la compréhension du phénomène qui nous préoccupe ici.

Dakhla davantage intéressée par la politique nationale ?

42Pourquoi les habitants de Dakhla se sont-ils fortement mobilisés lors des élections législatives ? Sont-ils particulièrement intéressés par la politique nationale ? Quelle signification donnent-ils au processus électoral qui vient d’avoir lieu ? Quelles représentations sociales se cachent derrière l’acte du vote ? Quels critères privilégient-ils dans leur choix ? Nous voulons, en dernier ressort, essayer de comprendre pourquoi les habitants de Dakhla ont vécu ces élections plus intensément que les habitants d’autres villes du Maroc, en dehors du fait, analysé plus haut, que l’intensité de l’activité électorale peut s’expliquer dans cet espace local par l’introduction des réformes. Pour cela, nous analyserons les enjeux de ce processus (ou leur absence).

Les enjeux électoraux

43Les élections avaient pour but le renouvellement des élites qui devront faire partie de la Chambre des représentants, un des organes chargés constitutionnellement de la fonction législative et de la représentation des Marocains. Ces tâches sont néanmoins partagées par la Chambre des conseillers et soumises aux prérogatives du Roi, qui est placé, dans le système politique marocain, au-dessus du Premier ministre (qu’il nomme) et du Parlement (à qui il impose les lignes directrices de travail, et qu’il peut dissoudre discrétionnairement, comme le stipule la Constitution). Le rôle de cette institution est donc diminué par rapport aux régimes parlementaires (définis par la primauté du Parlement dans le système institutionnel), et en ce sens, ces élections législatives ne président pas réellement au choix des futurs gouvernants ou décideurs. De plus, la diversification réduite des programmes politiques des partis ne permet pas, en fonction des suffrages obtenus, d’en déduire les préoccupations majeures des Marocains. Par ailleurs, on constate, dans l’histoire électorale de ce pays, toutes sortes d’interventions de l’Administration, de même que son rôle dans la fabrication des résultats. Dès lors, il est nécessaire de poser la question des enjeux, pour l’électeur, d’un tel événement.

  • 42 Selon Myriam Catusse, les élections « ne sont nullement le lieu essentiel des luttes pour le contrô (...)
  • 43 Et en ce sens, le vote peut être conçu comme un capital (politique).

44Nous sommes face à l’un des problèmes que se posent les politologues qui travaillent sur le Maroc : que pouvons-nous apprendre des processus électoraux s’ils se limitent à renouveler le personnel politique et s’ils se rapprochent davantage du mécanisme de la désignation que de celui des élections42 ? Si l’on s’en tient aux théories du choix rationnel, les individus réagissent en accord avec leur propre rationalité – ils ne sont pas totalement dupes. Partant de là, nous nous sommes interrogés sur les fonctions que les acteurs sociaux attribuent aux élections afin d’en comprendre les « vrais » enjeux. Nous pouvons remarquer le fait, déjà observé lors d’autres consultations électorales nationales, qu’il existe, dans les représentations mentales des acteurs, un processus de substitution des enjeux nationaux par des enjeux locaux. L’électorat tend à demander aux candidats quelles sont leurs propositions pour améliorer l’environnement immédiat, que ce soit la ville ou le village ; les candidats, à leur tour, font des propositions qui ne correspondent pas aux fonctions attribuées dans la législation aux parlementaires (et qui parfois dépassent même les fonctions du personnel politique municipal). L’électorat cherche à se repositionner dans les rapports de domination et à en acquérir le maximum de profit43 ; les candidats mettent leurs qualités personnelles et leurs moyens économiques au service de citadins. Ce processus de substitution des enjeux permet aux acteurs de donner du sens à un événement qui remplit plus une fonction de légitimation que de représentation ou de choix de qui gouverne.

  • 44 Le discours officiel met en avant, afin de justifier ce traitement politique particulier, les spéci (...)

45Ce constat s’est intensifié dans le cas de notre terrain et cela pour des raisons diverses. Rappelons que le Sahara est soumis à un régime spécial au Maroc, en vertu du rôle de légitimation qu’il remplit et du fait qu’il continue à faire l’objet d’un conflit de souveraineté44. Ceci impliquerait que les grandes politiques publiques mises en place dans ces provinces soient planifiées et négociées par les autorités politiques hautement placées, sous les directives du Roi ou des institutions proches de lui, et qu’elles aient une application restreinte à ce territoire. Et ce parce qu’elles font partie des stratégies déployées par le centre afin de contrôler et d’intégrer le territoire et la population, et afin d’incorporer définitivement (du point de vue du droit international) le Sahara occidental au Maroc. Par ailleurs, il n’existe pas de débat national sur les politiques à suivre au Sahara, ce qui rend difficile toute implication des acteurs locaux dans le jeu politique. D’une part, le Parlement, en tant que chambre qui participe à la production des politiques publiques, ne fait pas sens à Dakhla et, d’autre part, les élections, en tant que moment privilégié de discussions sur le politique, n’y présentent pas d’enjeu, car ce débat n’incorpore pas les problématiques susceptibles d’intéresser les habitants de cette ville. Nous ne prétendons pas dire que le statut de parlementaire n’a pas d’implications dans notre terrain ou de significations pour ses habitants, mais plutôt que celles-ci sont autres par rapport à l’ensemble du territoire. L’institution parlementaire en soi parle peu : ce sont plutôt les possibilités qu’ont les élus pour l’accès aux recours limités et les possibilités de participer aux négociations, hors Parlement, des politiques qui seraient appliquées dans cette ville, ce qui constitue un enjeu intéressant pour les candidats. À son tour, l’électorat investit son capital politique afin d’en profiter. Cet investissement ne se fait pas de façon aléatoire. La variable ethnique permet aux acteurs d’identifier leur groupe d’appartenance, et c’est à partir des groupes ainsi constitués que les réseaux de clientèles vont se développer.

46Alors, face au degré de mobilisation observé, quels étaient les enjeux d’un tel événement électoral pour les habitants de Dakhla ? Selon nos observations, ils relèvent aussi d’une logique du local mais, surtout, ils sont liés aux rapports de domination et aux structures de pouvoir inscrits dans cet espace. Il y a eu une utilisation (appropriation) du processus afin d’établir (rétablir) la position statutaire des individus, des groupes et des communautés dans la hiérarchie sociale. Parce qu’à Dakhla la promotion individuelle passe nécessairement par la promotion du groupe social d’appartenance, ces élections ont été vécues comme une compétition entre communautés et entre tribus. Les solidarités tribales continuent à véhiculer les allégeances politiques et la variable communautaire fait plus de sens que la variable partisane. Nous sommes face à une situation qui pourrait être décrite comme un clivage entre l’ordre politique national marocain (avec un système de partis, de sujets à débattre, d’institutions qui participent plus ou moins au Gouvernement, etc.) et le politique à Dakhla.

47Nous avons déjà décrit comment la société se structure dans cette ville, selon des dynamiques internes (organisations statutaires des sociétés bédouines) mais aussi de logiques externes, qui se sont manifestées dès la période coloniale espagnole jusqu’à l’intégration de ce territoire au Royaume, et dont le concept de « politiques du centre » rend compte. L’économie du travail présent ne nous permet pas de nous étendre sur l’ensemble des politiques auxquelles nous faisons référence ; il semble cependant pertinent d’analyser celles qui semblent avoir une incidence sur la façon dont les élections ont été vécues à Dakhla, en marge des réformes électorales adoptées et déjà étudiées.

48Par exemple, le centre favorise le fait que les postes qui relèvent de l’Administration décentralisée soient occupés par des fonctionnaires venant du Nord, et que les postes liés à la fonction de représentation, « l’Administration consultative » (Mohsen-Finan,1997), soient occupés par des Sahraouis en majorité de la tribu Ouled Dlim. Ces derniers permettant à leurs titulaires de déployer un réseau de clientèle, la communauté des Norteños à Dakhla est sous-représentée et éloignée par là même des privilèges liés à l’appartenance à de tels réseaux. La politique consisterait donc à favoriser le fait que les représentants issus des provinces du Sud soient effectivement des Sahraouis. Pour cela, les candidatures non sahraouies ont été traditionnellement limitées en nombre et dans le résultat définitif. Surtout, lors des élections législatives, les Sahraouis (de la tribu Ouled Dlim dans le cas de Dakhla) ont obtenu les sièges à pourvoir.

49Cette fois-ci, quatre candidatures « non sahraouies » ont été retenues : à Aousserd, la candidature du Congrès national ittihadi (CNI) et celle du Parti national démocratique (PND) ; à Oued Eddahab, celle d’Alliances des libertés (ADL) et celle du Parti de la réforme et du développement (PRD).

  • 45 Ce qui varie sensiblement par rapport au sondage réalisé par Maroc 2020 et publié partiellement dan (...)

50L’étude des stratégies mises en place par les candidats, lors de la campagne électorale et de leurs réactions une fois les résultats connus, amène à formuler les réflexions suivantes : il y a eu lors des élections : 1°) une communautarisation des enjeux des élections ainsi que leur localisation ; 2°) une stratégie qui viserait à poursuivre la politique de « discrimination positive » en faveur d’une partie de la population habitant cette ville en raison de facteurs externes à cette dernière, voire au niveau national ; 3°) une manière de comprendre le rôle des parlementaires élus à Dakhla, envisagés plus comme des représentants de la ville (ou plutôt des différentes communautés) que comme des représentants de la Nation issus d’un parti politique, dont la fonction consisterait à véhiculer les allégeances politiques. Ces constats se renforcent au moment où les acteurs énumèrent les critères qui les déterminent à choisir le bon candidat : l’appartenance ethnique (la tribu pour les Sahraouis ou la communauté pour les Norteños), les qualités personnelles du candidat (par exemple, sa prédisposition à la pratique sociale et religieuse de la redistribution ou son attachement « affectif » à la ville) et ses possibilités de développer un réseau de clientèle susceptible de les inclure à court ou moyen terme45.

Conclusion

51Nous voulions, par ce travail, contribuer aux études qui montrent que la périphérie marocaine ne peut être considérée comme un tout immuable dans le temps et dans l’espace. Elle doit être davantage définie par son caractère hétérogène, afin de pouvoir bien saisir, lors d’un travail comparatif, les éléments de continuité partagés. Cette hétérogénéité révèle des histoires et des cultures particulières autant que des relations spécifiques établies avec le centre politique, au cours du temps. Ainsi le centre ne formule-t-il pas des stratégies uniformes dans le processus de pénétration, de contrôle et d’intégration de ses périphéries. Il développe plutôt des stratégies à la mesure des espaces socioculturels et en fonction des objectifs à atteindre. Ces stratégies seraient entre autres, mouvantes dans le temps.

52Dans notre cas d’étude, les réformes entreprises, le fait que le centre privilégie les candidatures sahraouies et que la quasi-totalité des postes issus du rôle de représentation, directe ou indirecte, soit occupée par des Sahraouis, pourrait être analysé sous le prisme d’une politique de gestion des minorités qui assurerait, pour ceux issus de cette communauté, la représentation de la ville de Dakhla, malgré leur caractère minoritaire. A leur tour, les élites sahraouies, lors de leur réaction vis-à-vis de l’élu « pas vraiment sahraoui », développent des stratégies de défense d’acquis, cherchent à maintenir leur présence dans les postes de gestion des affaires de la ville.

53Des pistes de recherche se dégagent en termes d’analyse des système de représentation : 1°) un mouvement descendant : sur les critères de l’investiture à Dakhla (quelles qualités caractériseraient les candidats adéquats ou privilégiés pour l’accès au champ électoral ? Quelles sont les normes d’accès au champ politique, à Dakhla ?) ; 2°) un mouvement ascendant : sur les fondements de la représentation légitime (quelles seraient les qualités requises pour qu’un candidat soit, aux yeux des électeurs, adéquat ou convenable pour devenir le représentant légitime ?). La première des pistes soulignées tient compte des critères du centre au moment de sélectionner les bons candidats et de ce fait, elle comprend les politiques, formelles ou informelles, mises en place afin de favoriser la présentation de certaines candidatures ou d’influencer l’élection de certains candidats par rapport à d’autres. En ce sens, comme nous l’avons signalé tout au long de ce travail, le centre favorise les candidats qui ont un lien avec la population autochtone, appartenant plutôt à la tribu Ouled Dlim (représentation liée à l’appartenance à un groupe défini en termes ethnico-culturels). Nous avons néanmoins remarqué un changement dont il faut prudemment tenir compte. Nous évoquons le fait qu’un « faux Sahraoui » a obtenu l’un des sièges à pourvoir dans la circonscription d’Oued Eddahab, ce qui permet d’entrevoir une transformation possible (ou l’élargissement) des critères de la cooptation (dans le sens des ressources-qualités privilégiées par le centre). Il s’agirait d’une représentation fondée sur le rapport au lieu, en concurrence avec d’autres critères : l’appartenance à certains groupes, le fait d’avoir une assise locale, ou d’avoir une certaine réputation sociale, économique ou fondée sur une carrière politique, ainsi que le fait de partager les thèses marocaines concernant le territoire.

54Quant aux fondements de la représentation légitime du côté des électeurs, ces critères pourraient changer si l’on parle des personnes appartenant aux différentes communautés. Les représentations sociales qui se cachent derrière l’acte du vote, en tant que mécanisme que produit la représentation, semblent répondre à une pluralité de registres. Il ne s’agit pas ici d’avancer une thèse déterministe sur le vote communautaire à Dakhla. Cependant, nous avons observé une forte tendance des électeurs sahraouis à voter pour les membres de leur groupe premier de référence ou, le cas échéant, à voter pour le candidat le plus proche de ce groupe. Les « faux Sahraouis », eux, auraient tendance à voter pour le candidat appartenant à cette même catégorie (ils ont ainsi eux aussi privilégié le critère des origines), et les Norteños, qui ont des origines très éloignées de Dakhla, semblent avoir choisi tant les candidats appartenant à la catégorie des « faux Sahraouis » que d’autres qu’ils ont remarqué pour leurs qualités personnelles et leurs propositions, ces deux catégories de candidats étant retenues alors eu égard à des exigences de redistribution. En ce sens, le fait que la parenté véhicule les réseaux de clientèle, de même que les caractéristiques du processus de construction de l’identité sahraouie (une identité qui se construit à travers des mécanismes de différenciation et d’exclusion), placent l’électeur non sahraoui dans une situation de marginalité dont l’analyse ne peut être séparée de l’étude de son comportement lors des élections. Ces électeurs auraient, de ce fait, une tendance à voter pour les candidats capables de leur offrir, à différents niveaux, une amélioration de leur situation, soit à travers l’échange du vote contre de l’argent, l’offre d’un poste de travail ou bien encore la promesse d’une aide en cas de besoin, etc.

55L’analyse de la structure sociale à Dakhla s’érige ainsi comme un facteur nécessaire à la compréhension des processus électoraux dans cet espace. Les particularités culturelles et identitaires s’avèrent être très puissantes. Pour les Sahraouis, elles constituent une réponse au sentiment de menace, donc de survie du groupe ; dans le cas des non-Sahraouis, elles constituent une réponse à la situation de marginalité et une réaction vis-à-vis des mécanismes de différenciation que mettent en place les Sahraouis. Ils confrontent leur manière de concevoir leur identité et celle des Sahraouis à travers des mécanismes d’inclusion tels que « on est tous des Marocains ». De ce point de vue, il ressort que les allégeances politiques restent véhiculées, en majorité, par les appartenances primaires, communautaires ou tribales, que le rôle de député est conçu autrement que comme représentant de la nation (il serait plutôt vu comme le représentant de la ville ou des différentes communautés), et que les stratégies identitaires mises en places par les élites font sens pour la population. Du côté des Sahraouis, il existe ce sentiment diffus qui peut être mobilisé par les élites dans un processus d’affirmation identitaire ; et du côté des non-Sahraouis, et par réaction, il y a ce refus de voter pour des candidats sahraouis si ces derniers ne sont pas à même de leur proposer une amélioration de leur situation.

56Ainsi, les élections deviennent un moment de restructuration des pouvoirs locaux ; le vote, un capital politique important (surtout en vertu de l’intérêt qu’il suscite) à investir. Cet investissement peut donc se faire à court terme, par l’échange d’argent, d’autres biens ou des services ponctuels, et/ou à long terme, par l’accès aux réseaux de clientèle formés, à Dakhla, selon des critères communautaires.

Annexes : données recueillies lors des élections législatives de septembre 2002 (Dakhla)

Tableau 1 : Circonscription de Oued Eddahab

Tableau 1 : Circonscription de Oued Eddahab

Source : Tableau réalisé sur la base des données fournies par le ministère de l’Intérieur.

Tableau 2 : Les élections législatives dans les provinces d’Oued Eddahab et d’Aousserd-Lagouira

Tableau 2 : Les élections législatives dans les provinces d’Oued Eddahab et d’Aousserd-Lagouira

Source : Tableau réalisé sur la base des données fournies par le ministère de l’Intérieur.

Tableau 3 : Circonscription de Aousserd-Lagouira

Tableau 3 : Circonscription de Aousserd-Lagouira

Source : Tableau réalisé sur la base des données fournies par le ministère de l’Intérieur.

Notes

1 « Si toutes les recherches récentes au Maroc s’accordent pour affirmer la part croissante des petites et moyennes villes dans l’urbanisation du pays, elles montrent aussi leur grande hétérogénéité, liant davantage leur croissance à leur localisation dans une région donnée. Une caractéristique qui fait intervenir la place de l’histoire car l’ensemble des sous-espaces hérités d’un passé récent connaissent des mutations très différenciées suivant la date et le degré de leur intégration au marché d’une part et leur spécialisation d’autre part […] ; à ces critères s’ajoute celui de la continuité historique […], et enfin, celui du statut foncier. […] Par ailleurs, l’interaction entre le local et le centre est une constante à interroger dans toute sa profondeur historique […] pendant la période précoloniale jusqu’aux grandes décisions nationales actuelles intégrant les différents espaces dans une place et un rôle déterminé (relais de l’Etat, contournement, cooptation – intégration nationale). » (El Maoula El Iraki, 2003, p. 22.)

2 « L’exceptionnalité », qui distingue Dakhla sans l’isoler pour autant, tient essentiellement à la forte implication des acteurs (candidats et électeurs) observée qui s’inscrit en faux par rapport aux analyses qui mettent en évidence l’indifférence des électeurs marocains lors du processus électoral.

3 Ces particularités dérivent d’une « histoire propre » définie notamment par l’espace de parcours traditionnel de la tribu Ouled Dlim, la colonisation espagnole jusqu’à 1975, puis mauritanienne jusqu’à 1979, la guerre contre le Polisario jusqu’à la fin des années quatre-vingt, le statut international de la région traité par l’ONU, ou encore l’importance croissante du secteur de la pêche artisanale depuis 1995 et la large migration des marins-pêcheurs venus du nord du pays.

4 Dans la première partie de ce travail, nous analysons plusieurs des normes sociales qui réguleraient la vie des Sahraouis à Dakhla, ce qui pourrait constituer, selon les termes utilisés par Denis-Constant Martin (1992) les « noyaux de l’identité » de la communauté sahraouie.

5 Nous reprenons le terme utilisé par les acteurs sahraouis lors des entretiens car il nous permet de décrire ceux qui se trouveraient, en termes identitaires, à cheval entre les deux autres catégories.

6 Castañeda C. Barona (1998) a étudié, en se basant sur les thèses de Benedict Anderson (1996), la genèse et le processus de construction de la « nation sahraouie » comme une communauté imaginée. En reconnaissant l’intérêt de ce travail, nous utiliserons pourtant la définition de « groupe ethnique » développée par P. Williams (Bonté, Izard, 1991, p. 244-245), ainsi que le type idéal de « communauté ethnique » (Weber, 1995, p. 130), parce que ces auteurs privilégient la dimension relationnelle, objective et subjective, des processus d’identification, nous focalisant moins sur la genèse d’une idéologie nationaliste. Sur ce point, voir aussi Denis-Constant Martin pour qui « la construction et la qualification de l’identité résultent donc d’un mécanisme dialogique : la définition de Soi par rapport à l’Autre est indissociable de la définition de Soi par les Autres, étant bien entendu que endo-définitions et exo-définitions sont mouvantes et qu’il peut exister différentes exo-définitions d’un même groupe » (1992, p. 587). Ainsi, la communauté sahraouie apparaît dans notre étude comme un des niveaux possibles de l’identification des acteurs sociaux. Quant à la notion de « tribu », nous l’utilisons dans les termes analysés par Olivier Roy, c’est-à-dire, comme « le niveau premier de l’identification », « l’appartenance à un groupe identitaire infra-ethnique » (1991, p. 20).

7 Le pays était découpé en 325 circonscriptions en 1997, 91 en 2002.

8 Le nombre de candidats aurait augmenté suite à l’introduction du système de listes. Quant à l’augmentation du nombre des candidatures, elle serait l’effet de l’élargissement du champ partisan au Maroc, comme en témoigne l’autorisation de dix nouveaux partis politiques. Ceci impliquerait d’élargir davantage les possibilités offertes aux candidats éventuels dans une ville du Sahara où les résultats des nouveaux partis politiques dépendraient plus des candidats choisis que de leur condition de débutants. Ainsi, Alliance des libertés, né en 2002, a obtenu quatre sièges dont un a été choisi dans la circonscription d’Oued Eddahab, tandis que le parti Forces citoyennes, créé en 2001, en a obtenu deux, l’un dans la circonscription d’Aousserd-Lagouira, l’autre dans celle de Tantan.

9 L’ensemble de la population inscrite dans cette région habite à Dakhla, où se trouvent les différents services administratifs de la région à la commune ; par exemple, la municipalité de Lagouira et les bureaux des communes rurales de la région d’Oued Eddahab-Lagouira.

10 Il remplace le système majoritaire à un tour, soupçonné de favoriser le poids des notables traditionnels ou d’autres notables cooptés par le pouvoir central et capables de créer un réseau de clientèle, ainsi que d’empêcher une représentation équitable des électeurs et des partis politiques (Bendourou, 2000 ; Sehimi, 2001).

11 Voir tableau en annexe.

12 Décret n° 2-02-598 du 7 août 2002. Elle remplace la formule des bulletins multiples qui permettait aux candidats, en cas d’achat des votes, de contrôler si l’électeur avait effectivement accompli sa partie de l’accord en vérifiant les bulletins qui restaient.

13 Dahir n° 1-02-213 du 1er août 2002.

14 Pour la première fois, l’électeur marocain doit marquer le bulletin de vote d’une croix.

15 Ainsi, l’analyse du processus électoral à Dakhla implique l’étude des deux circonscriptions.

16 Ce paragraphe attire l’attention sur le fait que, dans un espace relativement réduit, tant en termes physiques que démographiques, et par des causes étrangères au fait électoral tout en étant liées à celui-ci par le biais des réformes introduites, le nombre de partis et de candidats présents est surdimensionné. Cela nous renseigne sur le niveau de concentration du « fait électoral » en même temps que cela nous apporte des données objectives sur un sujet que nous analyserons plus loin : l’intensité des rapports politiques.

17 Lors des élections législatives de 1997, la circonscription d’Oued Eddahab disposait d’un siège pour 15 068 électeurs et neuf candidats en lice (7 534 électeurs par siège et 674,22 électeurs par candidature et candidat, du fait qu’il s’agissait de candidatures uninominales). En termes comparatifs, les différences sont constituées par l’attribution d’un nouveau siège, la multiplication des candidatures (de 9 à 18) et la proportion établie entre le nombre de candidats et le nombre d’électeurs. Pour la circonscription d’Aousserd-Lagouira, nous ne disposons pas de données partielles.

18 Rabat-Océan : 50 976 électeurs par siège, 9 268,36 par candidature et 4 634,18 par candidat ; Rabat-Chellah : 50 313,67 électeurs par siège, 6 562,65 par candidature et 3 281,33 par candidat ; Casablanca-Anfa : 58 584,4 électeurs par siège, 11 266,23 par candidature et 5 633,12 par candidat.

19 Meknès-El Menzeh 55 404,33 par siège, 6 392,81 par candidature et 3 196,4 par candidat ; Agadir Ida Outanane 53 790,5, 12 656,59 et 6 337,12, respectivement.

20 Une « spécificité » étant donné que la distribution, en deux circonscriptions, des électeurs habitant à Dakhla relève des caractéristiques « hors fait électoral » de la région, déjà citées dans le corps de notre travail. Cette distribution n’est pas justifiée par le nombre d’électeurs.

21 La région d’Oued Eddahab participe pour la première fois aux processus électoraux marocains en mai 1981, à l’occasion des élections communales et des législatives partielles. A l’époque, et selon les chiffres avancés par Barnabé Lopez Garcia, Dakhla et Lagouira se sont vu attribuer un siège chacune, pour 788 électeurs (2000, p. 76). Cette surrépresentation des habitants des villes du Sahara est également remarquée par les chercheurs lors des élections suivantes : 14 septembre 1984 (Lopez Garcia, 2000, p. 121-122), 25 juin 1993 (2 sièges attribués, 19 380 électeurs, dans la région d’Oued Eddahab, Lopez Garcia, 2000, p. 196-197) et juin 1997 (15 068 électeurs dans la circonscription d’Oued Eddahab, un siège attribué).

22 Le Parti socialiste démocratique naît d’une scission de l’OADP ; et le Mouvement démocratique social naît du Mouvement national populaire. Leur caractère nouveau doit donc être analysé à la lumière de leur genèse à l’intérieur des organisations mères.

23 Afin de mieux suivre cette analyse, voir les tableaux en annexe où nous donnons le détail des partis politiques présents lors des élections ainsi que leur date de création.

24 Au plan national et selon les données publiées par le ministère de l’Intérieur. Nous n’avons pas de chiffre pour Dakhla mais le nombre de personnes sans aucune formation doit se rapprocher de la moyenne nationale. Dans cette ville, les femmes sont les plus affectées par l’analphabétisme.

25 Nous avons observé une forte tendance des électeurs sahraouis et « faux sahraouis » à voter pour les membres de leur premier groupe de référence ou, le cas échéant, à voter pour le candidat le plus proche de ce groupe. Les allégeances politiques continuent à être véhiculées par l’appartenance à ces groupes primaires. Par exemple, le candidat sahraoui compte d’avance sur les votes des membres de sa famille.

26 Ce groupe serait constitué davantage par les Norteños dont les origines se trouvent très loin de Dakhla et par tous ceux qui n’ont personne de proche qui se présente ou qui appuie une candidature.

27 Nous entrevoyons l’idée, à démontrer, qu’un des facteurs qui permettrait d’expliquer la réussite du PJD dans les grandes villes est constitué par le fait qu’il développe une stratégie nationale lors des élections (donc la distance établie l’affecte moins) et une stratégie de proximité en dehors des périodes électorales, à travers son réseau associatif.

28 Jeune Afrique/L’Intelligent du 23-29/09/2002 s’interrogeait sur cette désaffection : « d’où peut provenir cette indifférence généralisée vis-à-vis de la campagne électorale ? […] Doit-on incriminer la complexité du nouveau mode de scrutin de liste à la proportionnelle, conçu pour privilégier les programmes au détriment des clientèles, qui déconcerterait les électeurs? […] Quelle peut donc être la source de cette étrange langueur qui laisse les cœurs froids, contre toute raison ? » (p. 40).

29 Observation faite par les chercheurs qui ont suivi le déroulement des élections à Rabat.

30 L’une des personnes interrogées sur ce sujet a réagi en ces termes : « Ce n’est pas bizarre ! Ce sont tous les deux des proches : un ami et un membre de la famille. » Notes prises au cours des entretiens réalisés à Dakhla en septembre-octobre 2002.

31 La fixation du prix du vote nous est apparue similaire à celle qui se produit dans n’importe quel marché : le nombre élevé des candidats disposés à payer et le nombre relativement réduit des électeurs-vendeurs en sont des variables. Les rumeurs circulant sur la somme offerte par l’un des candidats pouvait faire varier ce prix, ce qui a entraîné une grande activité des intermédiaires tout au long de la campagne et davantage le jour même du scrutin.

32 Le siège du wali qui est le représentant de l’État dans la région. Sa prééminence dans la gestion des villes a été consacrée par lettre royale du 9 janvier 2002.

33 Certaines études établissent des liens entre ces tribus et la conféderation Tekna formée par des tribus sahraouies. De fait, les catégories utilisées sont une construction des acteurs faite à travers des « mécanismes dialogiques » de la définition de Soi et de l’Autre (Martin, 1992, p. 587).

34 Certains candidats cumulent postes administratifs et activités dans le secteur privé, et l’on sent une réticence à donner ce genre de renseignements. Cependant, nous insistons sur la nouveauté des recherches en sciences sociales circonscrites dans ces espaces sahariens et les difficultés d’accès à certaines données.

35 Ce phénomène n’est pas nouveau. Lors des élections législatives de 1993 la remarque a été faite par Ma Angustias Parejo F. : « La pauvreté, le manque de clarté et de concret des programmes présentés par les partis, sont extrêmes en ce qu’ils coïncident assez bien avec les auteurs et les personnages politiques. Ils n’ont pas réussi à rompre avec cette indifférence et cet apolitisme régnant, ils n’ont pas su leurrer les Marocains. Ils n’ont pas réussi à montrer clairement leurs choix politiques » (2003, p. 13).

36 Une étude plus approfondie serait nécessaire afin d’établir la nature des liens entre candidats et partis politiques et l’articulation des rapports partisans avec les autres registres du politique, cependant plus visibles. En ce sens, nous voulons rapporter l’observation faite par Cédric Parizot à propos des bédouins de Néguev : « Car si d’un côté, les candidats et les militants mobilisent leur voix sur la base de réseaux de solidarités restreints, fondés sur la parenté et le clientélisme, constituant autant de lignes de médiation, de l’autre, ils utilisent ces réseaux pour transmettre une pédagogie politique favorisant le développement d’une culture idéologique et partisane au sein de l’électorat » (2001, p. 21).

37 Ray Lawson (1994) distingue les partis politiques par rapport aux groupes d’intérêt, en soulignant les avantages que retirent les candidats qui décident de se présenter aux élections sous l’étiquette partisane. Ceux-ci découlent du fait d’appartenir à une organisation expérimentée et d’avoir accès à une identité plus large qu’à celle d’un groupe d’intérêt.

38 Le Matin du Sahara, 18/09/2002.

39 En ce sens, un interviewé venant d’Agadir nous confiait : « Au début je ne savais pas pour qui voter… tous les candidats étaient sahraouis! Quand j’ai appris que D. se présentait, j’étais content car, au moins, il a du pouvoir et j’ai quelqu’un sur qui compter si ma petite tombe malade. » Notes prises au cours d’entretiens réalisés à Dakhla en septembre-octobre 2002.

40 Il s’agit d’un acte marchand qui engage les personnes concernées à remplir uniquement leur partie du contrat. Il a été utilisé par les candidats sahraouis qui se sont adressés aux votants extérieurs à leur groupe de référence (ce qui implique qu’ils ont parfois été obligés de payer les votes des membres de leur communauté afin de concourir avec les autres candidats également sahraouis), ainsi que par la quasi-totalité des autres candidats. L’introduction du bulletin unique n’a donc pas empêché cette pratique, faute de mécanismes de contrôle utilisés jusqu’à présent. Nous avons pu observer l’apparition d’autres moyens de contrôle, comme le recours au Coran ou « le vote en chaîne » à partir des bulletins circulant hors des bureaux électoraux, ce qui nous permet de parler d’un phénomène de substitution plus que de disparition.

41 Selon Denis-Constant Martin, « le potentiel de mobilisation de l’affirmation identitaire repose sur le renfort apporté par l’affectivité aux stratégies politiques » (1992, p. 586).

42 Selon Myriam Catusse, les élections « ne sont nullement le lieu essentiel des luttes pour le contrôle du Gouvernement. Elles sont cependant significatives […] des transformations des représentations du politique […] représentations mentales, espaces de sens, qui rendent cohérente (ou non) la vie en société et qui participent de la légitimation des dominants. […] Ainsi, regarder le déroulement de ces consultations (au niveau, il est vrai, de la scène politique officielle) […] permet d’avancer quelques interprétations quant aux recompositions du paysage politique marocain, en particulier des modes de régulation de la circulation et du renouvellement des élites » (2000, p. 53).

43 Et en ce sens, le vote peut être conçu comme un capital (politique).

44 Le discours officiel met en avant, afin de justifier ce traitement politique particulier, les spécificités géographiques (le caractère essentiellement désertique du territoire saharien, la distance qui le sépare des grandes villes) et historiques (son retard en fonction du prolongement du colonialisme espagnol) (Bijaad, 1984).

45 Ce qui varie sensiblement par rapport au sondage réalisé par Maroc 2020 et publié partiellement dans L’Economiste. Cette enquête établit que les critères qui déterminent le vote des Marocains sont : 1°) la popularité de la tête de liste locale ; 2°) la « générosité » des candidats ; 3°) la popularité du chef de parti et, en dernier position, la qualité du programme. L’Économiste, « Spécial élections », 01/10/2002.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Circonscription de Oued Eddahab
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/654/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Source : Tableau réalisé sur la base des données fournies par le ministère de l’Intérieur.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/654/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Tableau 2 : Les élections législatives dans les provinces d’Oued Eddahab et d’Aousserd-Lagouira
Légende Source : Tableau réalisé sur la base des données fournies par le ministère de l’Intérieur.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/654/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Tableau 3 : Circonscription de Aousserd-Lagouira
Légende Source : Tableau réalisé sur la base des données fournies par le ministère de l’Intérieur.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/654/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 176k

Auteur

Victoria Veguilla, doctorante à l’Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence et à l’Université de Grenade

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540