Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Scènes et coulisses de l’élection au Maroc

 | 
Mounia Bennani-Chraïbi
, 
Myriam Catusse
, 
Jean-Claude Santucci

Chapitre 5. Deux candidats en campagne : formes de propagande et répertoires de légitimation politique au bidonville

Lamia Zaki

Texte intégral

1Les élections législatives marocaines du 27 septembre 2002 ont été présentées par la très grande majorité des protagonistes de la scène politique comme les premières élections libres du pays. La réforme électorale engagée pour lutter contre la corruption, mais aussi pour tenter d’instiller une culture partisane au sein d’un électorat habitué à arbitrer entre des individus en fonction de leurs qualités personnelles, a été largement saluée. Or de nombreux observateurs ont aussi exprimé leurs craintes de voir ces nouvelles garanties démocratiques mal employées par certaines catégories d’électeurs, et en particulier par ceux issus des couches les plus défavorisées de la population. Les espaces de pauvreté (dont les bidonvilles apparaissent comme une figure emblématique) avaient jusqu’alors traditionnellement été appréhendés comme autant de « fonds de commerce électoraux » ou de « réservoirs de voix » à la disposition des autorités. La popularité croissante du parti islamiste a cependant participé à la production d’une nouvelle perception du vote des déshérités.

2L’influence grandissante du Parti de la justice et du développement (PJD) a en effet été d’autant plus observée et analysée qu’elle opérait dans un contexte international marqué par la lutte américaine contre le terrorisme et par une défiance particulière à l’égard de l’islam politique depuis les attentats du 11 septembre. À la dénonciation des risques de manipulation par les autorités de l’électorat pauvre s’est substituée la crainte de sa récupération par le PJD, conformément à l’exégèse classique relayée par les médias – et encore plus prégnante depuis les attentats du 16 mai 2003 – qui insiste sur la capacité des islamistes à utiliser le mécontentement et la frustration des plus démunis. D’abord stigmatisés en raison de leur incapacité alléguée à s’affranchir de la coupole du pouvoir, les électeurs bidonvillois ont durant la période précédant les législatives 2002 été mis à l’index en raison cette fois du caractère prétendument incontrôlable de leur suffrage et de leur volonté présumée de voir s’opérer un changement politique radical dans le pays.

3À travers l’analyse du déroulement de la campagne électorale dans deux bidonvilles de Casablanca (Douar S. et L.), nous nous efforcerons de montrer que le discours islamiste ne mobilise pas systématiquement, et que l’arbitrage en faveur du PJD est loin de constituer une réponse automatique à la frustration des votants. Nous verrons en outre que l’argument de la dépossession politique des citoyens les plus socialement défavorisés (Gaxie, 1978) ne s’applique pas toujours, et que ces derniers sont capables d’orienter et de motiver leur choix en fonction de critères rationnels, même si leurs représentations et leurs comportements se construisent à partir de répertoires pluriels et parfois contradictoires (Neyrat, Restier-Melleray, 1997). Observer l’inscription de la campagne à l’échelle d’un territoire spécifique nous permettra de comprendre que cette séquence extraordinaire du temps politique n’est pas complètement déconnectée du temps et de l’espace quotidiens : par la dramatisation des rapports de forces qu’elle implique, elle fonctionne au contraire comme un « révélateur sociologique » et contribue à décoder, à révéler les configurations de la politique locale (Menthong, 1998, p. 41), mais aussi celles relevant de registres sociaux plus larges (Gamblin, 1997, p. 314), tout comme elle contribue à la construction de la réalité politique (Gerstlé, 1989).

  • 1 Il était évidemment impossible de suivre la vingtaine de formations politiques concurrentes dans c (...)
  • 2 Pour reprendre l’expression de Chafik Laabi, « Leçon d’un scrutin », La Vie Économique, n° 4183, 2 (...)
  • 3 Par exemple : Jacques Bertoin, « Chronique d’une démocratie annoncée », Jeune Afrique/L'Intelligen (...)
  • 4 Notons que M. E. G. a été élu à la direction du parti lors du 6e congrès de l’USFP, au cours duque (...)

4Nous avons choisi de voir comment la campagne électorale était menée dans chaque bidonville par une liste spécifique, dont les caractéristiques semblaient pertinentes à analyser au regard de l’organisation du champ politique local1. Nous nous sommes d’abord intéressés à la campagne de l’Union socialiste des forces populaires (USFP) dans un bidonville situé à la limite du périmètre urbain. La structure du parti et son poids sur la scène politique nationale le désignaient comme seul parti de masse du pays : « locomotive du Gouvernement d’alternance »2, l’USFP revendiquait à la veille des élections 100 000 militants, disposait de 50 secrétariats provinciaux, de 680 sections locales et de plus de trente secteurs et commissions spécialisées. La personnalité atypique de la tête de liste était également intéressante : désigné tardivement par le bureau politique comme candidat, M. E. G., membre de la commission administrative nationale du parti, était surtout connu pour sa fonction de direction dans l’organe de presse officiel de l’USFP en langue française. Son accréditation a suscité des commentaires globalement positifs dans les journaux nationaux et même étrangers3. Elle a été particulièrement bien accueillie par les membres de la Chabiba ittihadiyya (Jeunesse socialiste)4. Déterminer les ressorts de la popularité du candidat auprès de ces militants devait constituer une orientation de travail pertinente, dans la mesure où elle permettait d’engager une réflexion sur la construction et les logiques de la légitimité politique.

  • 5 Youssef Fikri, surnommé « l’émir du sang » par la presse nationale, a été arrêté le 12 juillet 200 (...)

5La structure sociale de la circonscription a également constitué un facteur de sélection déterminant : rassemblant plus de 150 000 électeurs (dont près de la moitié de bidonvillois), située à la limite nord-est de Casablanca, elle est faiblement dotée en infrastructures. Elle était considérée par certains observateurs du champ politique comme peu favorable (voire même hostile) à la gauche gouvernementale, et plus encline à voter pour le parti islamiste. C’est en effet de cette région de l’agglomération que plusieurs salafistes jihadistes – arrêtés dans les quelques mois précédant les élections et accusés de nombreux crimes5 – étaient originaires (ou là qu’ils s’étaient réfugiés). C’est encore de cette zone que provenaient les kamikazes du 16 mai 2003. Au sein même du bidonville, Douar S., le rapport de forces semblait très défavorable à l’USFP, en raison de la grande popularité du président de commune istiqlalien (issu du bidonville), dont l’engagement dans la campagne en faveur de la liste de son parti s’est révélé décisif. Nous verrons comment la structure partisane locale, essentiellement constituée de jeunes de la Chabiba, a permis à l’USFP d’engranger un nombre de votes relativement important au bidonville, dans un champ politique pourtant particulièrement hostile.

  • 6 Ahmed Osman est une personnalité incontournable de la scène politique nationale, beau-frère du roi (...)
  • 7 Chafik Laabi, « RNI : très large prédominance des hommes d’affaires dans le bureau exécutif », La (...)

6Dans le bidonville de L., appartenant à une circonscription centrale de la ville (près de 300 000 électeurs inscrits), nous avons suivi la campagne du Rassemblent national des indépendants (RNI). Le parti est né du regroupement des « Indépendants » (Ahrar) après les élections législatives de 1977 où ils avaient obtenu la majorité absolue au Parlement. La formation est très nettement marquée par la personnalité d’Ahmed Osman, son fondateur, qui la préside toujours aujourd’hui6. Elle affiche un credo libéral, mais se réclame aussi de la démocratie sociale, bien que certains commentateurs semblent sceptiques quant à la portée de ce deuxième point (La Vie économique, 13/09/2002). Le RNI est très souvent perçu et présenté comme un parti bourgeois : un article de La Vie économique allant dans ce sens rappelle ainsi que 15 membres du bureau exécutif sur 25 sont des hommes d’affaires7. Parti de notables, le RNI désigne ses candidats en fonction des réseaux qu’ils sont capables de mobiliser dans leur circonscription.

7La tête de liste des Indépendants, O. A., occupe le poste de président d’une commune de la circonscription législative, à laquelle est rattaché le bidonville qui nous intéresse pour les élections locales. Sa campagne illustre la façon dont un candidat peut conforter son pouvoir localement en exploitant des relais efficaces, et comment l’intermédiation politique peut renforcer l’autorité. Elle illustre également les fortes intrications existant entre politique nationale et politique locale : le candidat a pu transformer l’autorité issue de son action de président de commune (capitalisée à travers la mise en œuvre d’un clientélisme concurrentiel) en légitimité politique pour une élection à caractère national.

  • 8 Au bidonville, la discrétion de la propagande PJD a constitué un fort argument de légitimation aux (...)

8Analyser le déroulement de la propagande électorale sous l’angle de sa mise en scène permet de voir comment la campagne est à la fois orchestrée par ses organisateurs et appréhendée par les électeurs comme un véritable spectacle : les candidats à la représentation politique s’affrontent aussi sur le registre de la représentation théâtrale. Cette forme particulière de communication génère des rôles codifiés et impose une trame de base (on pourrait presque dire une intrigue), auxquels se conforme l’ensemble des partis, à l’exception du PJD : celui-ci n’a pas semblé baser (du moins au bidonville) l’efficacité de sa publicité sur l’investissement dramatisé de l’espace public8. L’aptitude à convaincre les votants et à emporter leur adhésion repose ainsi non seulement sur l’argumentation rationnelle et le raisonnement (idéo)logique, mais aussi sur une mise en forme des propos et des comportements qui doit surtout faire appel à l’affect des bidonvillois : en ce sens, la société marocaine « s’expose » plus qu’elle ne « s’exprime » pendant le « sociodrame » de la campagne (Balandier, 1985, p. 99). À travers une politique du sentiment, ce sont les sensations, les impressions des électeurs qui sont sollicitées. Certes, l’issue de la campagne ne dépend pas uniquement du talent des acteurs sélectionnés par les candidats pour mieux capter les émotions de l’électorat. Leur prestation doit cependant rester conforme à certaines exigences scéniques pour être prise en compte par les votants.

9Le travail de communication réalisé par les partis politiques concurrents au bidonville se déploie du public vers l’intime, de la scène vers les coulisses. Les « sorties-spectacle » (ou campagnes), auxquelles nous nous intéresserons ici, sont animées par les jeunes supporters des candidats dans le but d’obtenir un maximum d’audience et de visibilité : il s’agit de montrer son importance dans le champ politique à travers une appropriation ostentatoire et bruyante de la rue. L’efficacité de cette forme de propagande dépend ainsi de sa grande publicité, et se distingue des « rassemblements d’initiés » qui permettent de regrouper chez des particuliers, selon le principe de la séparation des sexes, entre une quinzaine et une cinquantaine d’électeurs auxquels s’adressent les candidats. À travers la description circonstanciée de deux sorties-spectacle, nous nous attacherons à mettre en évidence les stratégies de présentation de soi déployées par les deux candidats, ainsi que l’organisation et le fonctionnement de leur réseau de propagande. Nous nous intéresserons aussi à la réception de la publicité politique par les électeurs, pour déterminer les arguments de la légitimation qui font sens et autorité pour les bidonvillois. Le détour par l’analyse quasi anthropologique de certaines séquences de campagne nous permettra également d’insister sur la dimension affective du vote, de même que sur l’épaisseur rituelle du temps électoral.

La campagne d’un candidat socialiste à Douar S. : la légitimation par l’engagement, la compétence et la proximité

La territorialisation du politique au bidonville

10La topographie du territoire bidonvillois en fait un champ d’action à la fois propice et risqué pour les expéditions comme les sorties-spectacle. L’étroitesse des rues, leur caractère sinueux et irrégulier transforment un attroupement même modeste en foule effervescente et accentuent l’exaltation et la frénésie recherchées dans ce type de manifestation. La configuration spatiale des bidonvilles permet ainsi d’obtenir un effet de masse remarquable avec peu de participants, de galvaniser supporters et militants et de susciter à moindre coût l’enthousiasme des électeurs. D’un autre côté, elle rend moins prévisibles et moins maîtrisables les débordements et les éventuels affrontements avec les groupes partisans d’un candidat rival. Une autre donnée de l’organisation socio-spatiale du bidonville doit encore être prise en compte : plus on s’éloigne de ses limites extérieures (où sont en général rassemblés les principaux commerces) et que l’on progresse vers l’intérieur du territoire, plus l’espace public de la rue est investi et approprié par les habitants, et plus l’étranger (le barrani, littéralement « celui qui vient du dehors ») sera identifié et désigné comme intrus. S’ils ne sont pas accompagnés par des bidonvillois disposant eux-mêmes de ressources sociales suffisantes (crédibilité auprès des autres habitants, capital de sympathie…), les candidats ne peuvent mener campagne au bidonville. Cette distinction insider/outsider vaut en outre pour les habitants du bidonville eux-mêmes, à l’échelle du quartier (derb) et même parfois de la rue, l’espace jouant plus qu’ailleurs dans la ville un rôle de cristallisateur d’identité. C’est la raison pour laquelle parfois certaines campagnes ne sont organisées que dans les sections du bidonville où le candidat bénéficie de soutiens, mais ne peuvent l’être sur son ensemble. La territorialisation du politique et l’existence de fiefs constituent une donnée essentielle des campagnes électorales au bidonville.

Des allégeances politiques de quartier

  • 9 Le recensement des bidonvilles de 1992 a dénombré 2 628 baraques abritant une population d’environ (...)

11Douar S. a été divisé en six blocs par les autorités locales pendant les années quatre-vingt, auxquels est venu s’ajouter un septième bloc au début des années quatre-vingt-dix. La numérotation des quartiers correspond dans l’ensemble au développement historique du bidonville : les blocs 1 et 2 se sont cristallisés dès les années soixante-dix, même s’ils ont continué à se densifier par la suite, en particulier dans les années quatre-vingt-dix où la croissance de la population s’est intensifiée significativement9.

  • 10 Le Parti de l’Istiqlal est le plus ancien parti marocain. Né en 1936 sous le nom de Comité d’actio (...)
  • 11 D’après les militants socialistes interviewés, le président de la commune aurait ambitionné une de (...)
  • 12 Maître d’école coranique.

12« Lhaj Abbas », comme le surnomment les habitants, est le président istiqlalien10 de la commune à laquelle est rattaché le bidonville depuis 1992. Il est issu du bloc 1, où il n’habite plus depuis plusieurs années, mais où résident encore nombre de ses proches. S’il ne se présente pas aux élections législatives, l’un de ses fidèles est troisième sur la liste de la circonscription, et « représente » le bidonville11. C’est le président de la commune qui anime la campagne de son parti au niveau de sa commune, et surtout à Douar S., où se concentrent la majorité de ses supporters. Il y jouit en effet d’une grande popularité, en raison de sa légitimité et de son expérience d’insider, censées lui conférer une compétence politique adaptée aux besoins des bidonvillois : « Lhaj est comme nous, ce n’est pas un étranger, il sait. (Lhaj bhalna, machi barrani, kay ‘raf) ». Son passé de fqih12, titre par lequel il est encore souvent désigné, constitue un autre registre essentiel d’autorité, qui marque les esprits et les imaginaires : le capital religieux du président, largement reconnu et respecté, est à la base de son ascendant social, mais aussi de sa légitimité politique.

  • 13 Les résultats pour la préfecture sont tirés des chiffres publiés par la REMALD (2003). Pour les ré (...)
  • 14 La concordance du score PJD à l’échelle de la commune avec celui réalisé à l’échelle de la préfect (...)

13D’après les témoignages, il apparaît clairement que le vote istiqlalien est associé à un vote en faveur du président de la commune, bien que son nom ne figure pas sur la liste des candidats de son parti. Les bidonvillois désireux de voter pour le PI expliquent ainsi qu’ils vont « voter pour Abbas », ou « voter pour le président ». Au vu des résultats collectés après les élections du 27 septembre, l’emprise politique de ce dernier sur Douar S. de même que sa capacité à y capitaliser des voix dans un scrutin d’enjeu national (alors même qu’il n’est pas candidat) ne font pas de doute. Sur l’ensemble de la préfecture, l’Istiqlal arrive en troisième position avec 11 % des suffrages (près de 7 700 voix), derrière le PJD (un peu moins de 25 % des voix, deux parlementaires élus), le Front des forces démocratiques ou FFD, (près de 14 % des voix) et l’USFP (12,3 % des voix) : le parti ne remporte donc aucun siège dans cette circonscription. Il est pourtant loin en tête dans la circonscription communale à laquelle est rattachée le bidonville : il totalise 40,4 % des suffrages, avec 4 220 voix13. Plus de la moitié des électeurs istiqlaliens (55 %) de la circonscription se concentrent ainsi dans cette commune, alors qu’elle ne représente que 15 % des suffrages exprimés à l’échelle de la circonscription législative. Le PJD et l’USFP, respectivement deuxième et troisième dans la circonscription communale à laquelle appartient Douar S., y obtiennent 21,7 % et 12,3 % des voix (23,9 % et 12,4 % sur toute la préfecture)14.

14Les trois premiers blocs du bidonville sont considérés comme le fief incontestable du président de la commune. Ceux-ci apparaissent en effet à travers les représentations et les comportements des habitants comme un ensemble largement cohérent et solidaire. Bien qu’une étude chiffrée de la population soit nécessaire pour confirmer la thèse soutenue par de nombreux interlocuteurs, il semble que les trois quartiers (et en particulier les blocs 1 et 2) soient sensiblement homogènes quant à l’origine géographique de leurs occupants : la majorité d’entre eux seraient Mzabis (de la région du Mzab). Leur identité originaire commune constituerait la base de leur cohésion sociale et de leur vote communautaire. Une majorité des électeurs des trois blocs semblent considérer « Lhaj » (qui est, rappelons-le, originaire du bloc 1), comme un des leurs. Les quelques résultats détaillés obtenus semblent confirmer l’hypothèse de ce lien privilégié entre le président de la commune et les habitants : dans les bureaux de vote 233, 238, 241 où se sont exprimés des électeurs des deux premiers blocs, l’Istiqlal a obtenu respectivement 63,2 %, 50,3 % et 68 % des suffrages, contre 1,4 %, 2,8 % et 7 % pour l’USFP. Les résultats dont on dispose pour les blocs 3 et 4 sont un peu moins explicites, même si la liste istiqlalienne y arrive nettement en tête : les scores du parti oscillent entre 39,2 % et 42,1 % des voix pour le bloc 3 (bureau 258 et bureau 260).

  • 15 Voir à cet égard l’interview de M. E. G. dans As-Sahara du 16/09/2002 : le candidat y dénonce le « (...)

15D’après les témoignages des militants socialistes, l’influence de Lhaj était également forte au bloc 7, bien que le lieu soit géographiquement éloigné du centre historique du bidonville. Le quartier abritant une forte concentration de nouveaux venus, que les habitants des autres blocs désignent par le terme péjoratif de « nouveaux » (jdad), il est en effet stigmatisé par les bidonvillois plus « anciens » (qdam). Ces derniers dénoncent la prétendue attitude de « blédard » (‘rubi) de leurs voisins, qui les pousserait à se soumettre sans résistance au pouvoir en place et à reconduire spontanément sa tutelle. On peut en effet supposer que la fragilité de l’insertion dans l’espace urbain des nouveaux migrants – dont le maintien sur place dépend de la bonne volonté des autorités, mais aussi du pouvoir électif – représente une forte incitation au vote pour la liste istiqlalienne, perçu comme marque de soumission au président de la commune. Celui-ci dispose d’un pouvoir de pression non négligeable sur les nouveaux arrivants15 (par exemple à travers l’octroi d’autorisations – toujours tacites, pour construire « en dur », ou édifier un nouvel étage, une nouvelle extension, etc.) Les populations plus anciennement installées, qui auraient déjà capitalisé dans le temps certains avantages, seraient moins sensibles à l’autorité de l’élu local que les nouveaux venus dont l’ancrage au bidonville resterait précaire. Le président aurait ainsi tout intérêt selon ses détracteurs à favoriser (d’aucuns disent à « orchestrer », en n’hésitant pas à utiliser le terme de « mafia ») l’installation de populations allogènes, en particulier durant une phase pré-électorale dont l’origine temporelle indéterminée – elle est non seulement difficilement repérable et identifiable, mais dépend aussi des circonstances et de la conjoncture dans lesquelles s’inscrit le scrutin – est évidemment à situer bien avant le début légal de la campagne formelle. Ainsi appréhendé, le temps de la propagande électorale (où l’issue d’un scrutin constitue la motivation directe des actions d’un futur candidat) apparaît plus souple et plus large que celui défini de façon normative par le législateur (Restier-Melleray, 2002). Certains militants socialistes dénonçaient surtout l’étroite association du président avec les pouvoirs déconcentrés, en expliquant que les bidonvillois qui ne faisaient pas suffisamment la preuve de leur fidélité à l’autorité élective pouvaient se voir refuser par le pouvoir makhzénien une attestation de logement (chahadat as-sukna), ou d’autres documents administratifs.

16Les résultats du scrutin contredisent cependant l’analyse du « vote bloc 7 » développée par les jeunes socialistes : les électeurs se sont en effet avérés finalement nettement moins enclins que ne le prédisaient les militants à voter en faveur de la liste istiqlalienne Les résultats du scrutin dont nous disposons pour ce quartier semblent assez hétérogènes : 45,2% de votes istiqlaliens pour le bureau 275 contre 10,2% pour le bureau 276 (on peut noter qu’il s’agit de la plus mauvaise performance du parti collectée au bidonville, il est vrai aussi que nos informations ne sont pas complètes). Mais nous allons voir que c’est au bloc 6 que se cristallise l’hostilité au président de la commune et à la liste de son parti.

Les challengers socialistes du bloc 6

17Le bloc 6 est considéré par les socialistes comme le berceau du parti au douar. Le quartier est connu pour concentrer nombre de jeunes militants les plus actifs et les plus populaires de Douar S., bien que le bidonville dans son ensemble soit fidèle au Parti de l’Istiqlal. Au vu de l’histoire spécifique du lieu et des logiques habitantes qui l’animent, le quartier apparaît comme l’un des rares blocs du douar où une contestation du monopole istiqlalien de l’offre politique était susceptible de se développer. Les interviewés qui soutiennent l’USFP au bloc 6 lient presque systématiquement leur choix politique à leur rejet de la domination exercée par le président de la commune sur le bidonville. Alors que son origine bidonvilloise joue habituellement en sa faveur à Douar S. et lui assure un capital de sympathie né d’un sentiment commun d’appartenance à un même territoire, elle semble au contraire le handicaper au bloc 6, où les militants socialistes mettent en avant une identité collective plus restreinte que celle du douar pour disqualifier leur adversaire : l’acculturation du quartier. Les interviewés avancent en effet souvent leur identité spécifique d’habitants du bloc 6 pour justifier leur hostilité à la liste istiqlalienne, considérée comme acquise aux intérêts de bidonvillois extérieurs au derb :

  • 16 Yasser, sympathisant socialiste, réparateur de cycles, 55 ans.

« Nous au bloc 6, on n’aime pas la balance [symbole du Parti de l’Istiqlal], parce qu’ils n’ont jamais rien fait pour nous. Ils travaillent toujours pour les autres, et jamais pour nous. Mais les gens du bloc 6 sont civilisés et ils savent chercher leur intérêt. »16

  • 17 Mohamed, militant socialiste du bloc 6, 28 ans.

« Il croit qu’il peut nous tenir comme il tient ses voisins ou comme il fait avec des ‘rubiyya qui ont peur de lui au bloc 7 et lui baiseraient les pieds. Nous, on a nos opinions, qu’on se forge par notre esprit et non par intérêt ou par ignorance. Le bloc 6, il est un peu spécial, même si on n’est pas les seuls au douar à rejeter la facilité. »17

  • 18 Douar S. a par la suite été intégré dans le projet d’électrification officielle des bidonvilles de (...)

18Le président de la commune est accusé de favoriser « les siens » (dyalu), mais aussi les bidonvillois acceptant de lui témoigner les marques d’une soumission jugée dégradante par ses contradicteurs. Les autres quartiers disposeraient ainsi de plus de bornes-fontaines, le bloc 6 aurait été le dernier à être « autorisé » à pirater l’électricité, puis à être raccordé formellement au réseau de la ville18. La fréquence des témoignages restituant des expériences de vexation et d’humiliation dit l’importance que peuvent revêtir les liens personnels et les interactions quotidiennes dans la formation des choix politiques lors du vote. Les élections rendent ainsi plus lisibles les enjeux locaux qui marquent quotidiennement l’espace public, en actualisant la somme des frustrations et des attentes diffuses, de même que des insatisfactions quotidiennes : elles constituent à cet égard un « moment privilégié d’observation des dynamiques politiques et sociales » (Gamblin, 1997, p. 314). Les configurations locales posent ainsi des jalons familiers permettant de baliser des enjeux plus globaux et de leur donner du sens (Goirand, 1998, p. 142 ; Sawicki, 1992, p. 12) :

  • 19 Mustapha, militant socialiste du bloc 6, 24 ans.

« Pourquoi on vient tous du bloc 6 ? Je ne sais pas, ça s’est fait comme ça, c’est notre identité (l-hawiyya diyalna). Parce que tu sais, au bloc 6, on ne se laisse pas faire, c’est nous les jeunes parce qu’on sait des choses, on veut bouger, on veut pas se laisser faire par ce fqih du bloc 1 qui croit qu’il peut faire la loi en disant « bismillah » au début de chaque phrase. »19

19Même si les logiques socio-spatiales décrites ne suffisent pas à expliquer pourquoi un noyau de militants socialistes s’est cristallisé au bloc 6, elles montrent cependant que le quartier réunissait des conditions plus propices (ou moins défavorables) que dans le reste du douar à l’émergence de challengers cherchant à contester la tutelle du président de la commune. L’emprise de ce dernier reste importante, puisque l’Istiqlal n’obtient pas moins de 35 % (bureau 261) et jusqu’à 54,2 % des voix (bureau 262) ; le meilleur score de l’USFP au bloc 6 ne dépasse pas quant à lui les 21 % (bureau 262) et tombe à 12,8 % pour le bureau 263. Bien qu’il soit impossible de faire la part du hasard et de la détermination sociale dans la formation d’une territorialité politique, on peut cependant dégager rapidement les principaux aspects d’une corrélation entre espace et pratiques politiques : les fidélités électorales qui se développent au bidonville ont souvent une dimension communautaire ; les allégeances politiques sont aussi fréquemment dictées par les rapports de forces et les logiques sociales à l’œuvre entre les différents quartiers.

20Ainsi les antagonismes politiques se cristallisent dans le territoire du bidonville ; ils contribuent à modeler les interactions quotidiennes tout en en étant tributaires. En temps ordinaire, les rapports de forces politiques ne saturent cependant pas toutes les relations sociales. Mais en période de campagne, ils semblent informer de manière plus urgente les configurations sociales, comme le montrera l’examen d’une procession électorale.

De l’importance de l’affect et des sentiments collectifs dans la mobilisation politique

Le choix d’un local : entre nécessité et stratégie

  • 20 L’âge légal du vote au Maroc jusqu’aux élections communales de 2003, où il a été abaissé à 18 ans.

21La sortie-spectacle analysée ici se déroule dans l’après-midi du deuxième samedi de campagne (les week-ends sont envisagés comme des moments stratégiques décisifs, puisqu’un nombre maximum d’électeurs potentiels est susceptible de se trouver au bidonville et d’être donc directement accessible à la propagande). La campagne est conduite par la petite poignée de militants issus du bidonville qui appartiennent à la Chabiba (Jeunesse) du parti socialiste. Ils ont réuni une vingtaine de personnes – tous des jeunes hommes, dont un bon quart n’a sans doute pas atteint 21 ans20 – dans le local provisoire que l’USFP a loué à un commerçant au bloc 6. Il s’agit d’une baraque très sommaire, construite uniquement en tôle, sans fenêtre, d’une vingtaine de mètres carrés, qui fait habituellement office de salle de jeux. Ce choix, sans doute en partie dicté par la contrainte du manque d’espace construit disponible, s’avère cependant stratégique. Il permet en effet de lier le politique au ludique, et d’attirer des individus qui tendent ainsi à associer la campagne à une forme distrayante d’animation sociale : le local (maqarr) est d’autant plus facilement considéré comme lieu de rencontre et espace de socialisation qu’il remplit ordinairement cette fonction. Le billard a simplement été remisé dans un coin de la pièce, de façon à ne pas encombrer le passage, mais deux baby-foot restent accessibles. Au fond de la salle, une table et quelques chaises de fortune sont investies par les organisateurs de la publicité politique à l’échelle du douar. Il avait initialement été prévu d’occuper un deuxième local dans un autre quartier, au bloc 2, et les socialistes avaient, semble-t-il, convenu d’un arrangement avec un bidonvillois avant le lancement de la campagne. Les jeunes militants affirment que si par la suite ce dernier a refusé de leur louer sa baraque, c’est parce qu’il avait subi les pressions de son entourage (famille et voisins, globalement hostiles à la propagande USFP), ainsi que de certains membres istiqlaliens du conseil communal.

La dramatisation politique du territoire

22Après une brève séance de salutations dans le local du parti au bloc 6, où M. E. G. prend soin de serrer la main des supporters qui l’attendent et de s’adresser personnellement à chacun d’entre eux, le groupe entonne des chants du parti sous l’initiative des jeunes militants. La « sortie-spectacle », pour atteindre son but, le spectaculaire, doit réunir le plus grand nombre possible de participants. Sous la direction des militants du bloc 6, le cortège évolue d’abord dans les chemins étroits du quartier pour faire le plein d’acteurs, et défile dans chaque ruelle en décrivant un parcours fait de sinuosités et de circonvolutions. Au bloc 6, les militants socialistes peuvent se permettre de sillonner tous les passages exigus. Durant cette première étape de la sortie, les jeunes militants « autochtones » se chargent de présenter leur candidat aux commerçants du quartier. Ils marquent l’arrêt devant les épiceries les plus importantes pour laisser à la tête de liste le temps d’échanger quelques mots avec les boutiquiers. Ces stations, mêmes brèves, constituent une marque d’estime pour le détaillant présenté au candidat. Cette forme de considération s’explique par l’influence potentielle qu’exercent les commerçants sur un nombre relativement large de bidonvillois, grâce à la relation quasi-quotidienne qu’ils entretiennent avec leur clientèle. Au cours des discussions informelles, il leur sera simple de se prononcer « pour la rose » (le symbole du parti socialiste) et de vanter les mérites du candidat socialiste. Les organisateurs de la propagande s’efforcent ainsi de s’appuyer sur les configurations du bidonville pour relayer leur message et le rendre plus crédible et plus attractif aux yeux de la population, même si les commerçants se montrent la plupart du temps soucieux de ne pas trop s’investir dans la campagne pour ne pas heurter les convictions des consommateurs. En tout état de cause, obtenir la sympathie des boutiquiers constitue un moyen potentiel de diversifier le canal de transmission et de circulation de la propagande socialiste au bidonville, essentiellement basé sur le travail des jeunes militants.

23La première phase de la sortie-spectacle, qui se déroule au bloc 6, consiste aussi pour les socialistes à puiser « chez eux » la réserve de partisans nécessaire pour donner à voir leur capacité d’attraction dans d’autres quartiers où la popularité du parti est moins assurée. Il s’agit de solliciter voisins et connaissances, de les convaincre de prendre part à la campagne, et de motiver les indécis en les intégrant d’autorité dans le flot du défilé. Les organisateurs empoignent ainsi de manière à la fois brusque mais ostensiblement amicale les jeunes hommes de leur connaissance qui assistent au spectacle sur le pas d’une porte : ils tirent sans précaution sur le col d’un tee-shirt, agrippent fermement une main ou un avant-bras, et invoquent le registre de l’obligation morale (« c’est vraiment pas bien – hchuma’lik – de nous laisser seuls, allez, viens, on a besoin de toi ! ») ou celui de l’amitié (« allez viens, mon ami ! – sahbi ») pour rallier de nouveaux participants au cortège. Souvent, ceux-ci entrent dans la procession parce que ceux qui l’organisent sont « des leurs » (huma dyalna, « ils sont des nôtres ») : il s’agit de montrer son adhésion et son appartenance à un parti associé au quartier dans les imaginaires (même si cette interprétation n’épuise pas toutes les significations données au défilé). Marcher, en marquant l’espace de sa présence, en l’investissant de son importance numérique, en l’imprégnant d’une agitation exceptionnelle, peut donc revêtir une forte signification symbolique. En transformant le temps d’un défilé le territoire familier des votants, les sorties-spectacle ont vocation à dramatiser « une conception [spécifique] du lien social et politique » (Restier-Melleray, 2002, p. 200).

24Il s’agit aussi de solliciter l’adhésion en suscitant l’émotion. Le spectacle dispensé n’a pas uniquement vocation à être regardé : il appelle la participation, sollicite le concours. Il s’agit d’enrôler l’observateur dans la procession en lui permettant non seulement de voir et d’entendre, mais aussi de participer et d’être vu ; de donner de la voix avec les autres et au même titre que les autres ; de devenir lui-même émetteur du message qu’il est censé consommer, et par là même de se l’approprier. Appropriation qui dans le bouillonnement du moment doit faciliter l’identification politique. « Mimer l’affect [constitue en effet] une voie privilégiée pour le ressentir réellement », de même que « l’exhibition du sentiment par le corps est, pour les assistants, une source de processus identificatoire » (Ansart, 1983, p. 84). Les militants tendent ainsi des piles de tracts à certains bidonvillois pour leur signifier qu’ils les jugent dignes de confiance, et leur confier la responsabilité de la distribution d’un certain nombre de prospectus. D’autres jeunes prendront pour leur part spontanément la tête du défilé avec les militants et entonneront eux-mêmes les slogans qui seront repris à pleins poumons par l’ensemble du cortège, prenant ainsi le relais des organisateurs principaux, membres de la Jeunesse socialiste, pour ranimer l’enthousiasme des choristes. D’autres encore chercheront à rappeler à l’ordre les troupes d’enfants turbulents venus grossir en nombre les rangs de la procession.

25À mesure dé la progression des militants au bloc 6, la foule se densifie sensiblement, et l’avancée se fait à un rythme plus lent et surtout plus heurté. Les obstacles naturels qu’il s’agit d’éviter (inondations couvrant un côté de la ruelle, tranchées sans doute creusées pour faire passer des canalisations mais laissées béantes faute de moyens, monticules de terre, étendages où le linge mouillé sèche sur presque toute la largeur de la rue, etc.) créent souvent des goulots d’étranglement où les bidonvillois piétinent et s’impatientent. Le rassemblement militant prend alors des allures de multitude incontrôlable. Dans ces moments de tension, on ne sait plus très bien si l’ambiance est à la fête ou si au contraire elle ne s’apparente pas plutôt au registre guerrier. La tête de liste est encadrée des militants socialistes « locaux », qui protègent le candidat des turbulences de la campagne et l’entourent à la manière de véritables gardes du corps. Après une demi-heure de marche, le candidat, joint par portable par le ministre de l’Economie (d’après le compte rendu d’un militant), excuse par une obligation imprévue son départ prématuré. Il quitte alors discrètement le cortège qui continue sa progression : la proximité manifestée à l’égard des jeunes bidonvillois a ses limites…

26La deuxième partie de la campagne se déroule donc en l’absence du héros, et en dehors du bloc 6. Les organisateurs choisissent cette fois des axes plus importants pour faciliter le passage de la procession dans des quartiers qui ne leur sont pas acquis. Même si aucun incident n’est venu ponctuer la progression du cortège (l’enthousiasme des participants est au contraire retombé après le départ de M. E. G., les voix trop intensément sollicitées résonnent avec moins d’ardeur sur la fin du parcours, les participants évoluent en ordre dispersé, les prospectus se font rares), les organisateurs se montrent soulagés à leur retour au local du bloc 6. Notons ici que la présence, même brève, de la tête de liste transforme la dimension d’une sortie-spectacle : elle galvanise les militants ; elle est aussi et surtout interprétée comme une marque de reconnaissance, et ce d’autant plus que le bidonville constitue un espace stigmatisé dans l’agglomération : on mesure ainsi mieux l’importance du « lieu social » où est émis le message politique (Ansart, 1983, p. 69). L’apparition du candidat pendant la campagne constitue en tout cas un passage obligé. Elle est perçue comme « la moindre des politesses » dont doit faire preuve une tête de liste pour signifier son respect et son estime envers ses électeurs potentiels, mais aussi faire la démonstration de sa bonne volonté, montrer l’authenticité de son engagement.

Une pluralité de significations et d’interprétations

27Le défilé en lui-même, dans sa mise en scène, dans son organisation (et même dans sa désorganisation, souvent synonyme d’un tumulte et d’un désordre exaltants), est directement producteur d’une pluralité de « messages émouvants » (Ansart, 1983). La sortie socialiste de ce deuxième samedi de campagne ne se décline pas seulement sur le mode du défi à une autorité locale contestée ; elle s’appréhende aussi sous le prisme du festif et du joyeux, du divertissement et de la réjouissance partagée, qui stimulent l’adhésion et constituent des incitations fortes à la participation (Auyero, 2001, p. 161-162). Elle prend ainsi des significations différentes (pas forcément exclusives les unes des autres) en fonction des participants : certains rejoignent le cortège pour le plaisir de chanter et de s’amuser avec leurs camarades, de réinventer le territoire quotidien sur le mode de la fête et de la bousculade ; il y a de la curiosité dans l’air, et la joie de partager un moment en rupture avec l’ordre ordinaire des choses. Pour les organisateurs, l’épreuve de la campagne-spectacle représente une forme « d’objectivation politique » (Auyero, 2001, p. 11) importante, et ce d’autant plus que la tête de liste est présente : il s’agit de faire la preuve du nombre. Pour les jeunes militants, il s’agit aussi d’une question d’honneur. Le succès de la manifestation est perçu à certains égards par plusieurs d’entre eux plus comme la marque de leur popularité personnelle, de la confiance spontanément placée en eux par des voisins, des parents, des amis ou des connaissances, que comme signe de ralliement à une organisation idéologique. Dans cette optique, les soutiens et les suffrages se portent sur la personne du candidat, mais aussi sur le collectif dont il est considéré comme le mandataire (les jeunes militants socialistes « autochtones » dans le cas de Douar S.) et qui donne sens à sa candidature. La participation à la campagne-spectacle n’est ainsi pas réductible à un signe de participation politique, puisqu’elle peut aussi prendre sens dans un registre de socialisation extra-politique, registre qui peut donc contribuer à la formation du choix électoral.

Les axes de légitimation du candidat socialiste

La jeunesse comme argument de proximité politique

  • 21 Il est vrai que par rapport à l’ensemble des candidats ayant accédé au statut de parlementaire apr (...)

28Tout dans l’habillement du candidat lors de la sortie-spectacle au bidonville contribue à renforcer la figure du postulant jeune21, dynamique, moderne et proche de son électorat sur laquelle joue M. E. G. pour se démarquer de ses concurrents et mettre en scène les « signes du lien » (Briquet, 1994, p. 20) qui le rattachent à l’électorat bidonvillois. Il porte jean et blouson court, et a une casquette vissée sur la tête à l’instar de nombre de ses supporters. Il garde les mains dans les poches dans une attitude décontractée qui contraste avec l’excitation des partisans, mais y contribue sans doute aussi. Se dessine automatiquement en creux le portrait du candidat classique, vêtu de manière plus cérémonieuse et parfois moqué ou critiqué pour son allure guindée traduisant son extériorité par rapport au champ du bidonville. Ainsi par exemple, dans les quartiers informels du Caire, les hommes politiques sont-ils raillés comme « ceux aux chaussures brillantes » tandis que les habitants désignent eux-mêmes leur quartier comme « monde de la poussière » (Haenni, 2001, p. 302). M. E. G. semble davantage chercher à s’adapter à la nature du lieu où il mène campagne : il s’est équipé à cet effet de mocassins dont la couleur marron n’est pas altérée par la poussière du bidonville. Le style de la tête de liste, même s’il est perçu de manière différente par la jeunesse du bidonville et par les générations plus anciennes, suscite globalement des réactions positives qui s’expliquent à la fois par une identification des jeunes et aux jeunes :

  • 22 Un jeune de 19 ans assistant à la campagne-spectacle.

« M., c’est un jeune comme nous, le pauvre il n’est pas riche, mais c’est pour ça qu’il n’est pas comme les autres. Il nous comprend, et nous aussi on le comprend. Et on pourra voter pour lui. »222

  • 23 Une bidonvilloise d’une soixantaine d’années, assistant sur le seuil de sa porte au défilé sociali (...)

« Qui c’est, votre candidat ? Quoi, le petit avec la casquette ? C’est un candidat, ça ? Mais il va se faire dévorer [sous-entendu par ses concurrents] ! Le pauvre [dit sur un ton de sympathie et de compassion] ! Bon, tu dis que c’est la rose ? [symbole du parti]. D’accord, je penserai à vous le jour du vote. »23

  • 24 Pour mieux mesurer l’importance et la force des symboles en politique, on peut comparer la tenue d (...)
  • 25 Selon les chiffres du ministère de l’Intérieur, 26,4% des inscrits à l’échelle de la préfecture, 2 (...)

29En tant que « mode euphémisé d’autolégitimation », la tenue vestimentaire et le style de la tête de liste constituent donc des « arguments d’autorité » dans le débat politique (Le Bart, 1998, p. 106)24. Il s’agit pour le candidat d’instaurer et de mettre en valeur un « contexte psychologique d’égalité » (Braud, 1973, p. 107), non seulement entre lui et ses militants, mais aussi avec le plus grand nombre possible de votants. Parce que la campagne est essentiellement animée au bidonville par des membres de la Chabiba socialiste, auxquels s’est agrégé un noyau de jeunes sympathisants sans liens antérieurs avec le parti, et parce que le candidat se donne lui-même à voir comme jeune, le vote « pour la rose » est associé dans les représentations à un acte de soutien à une catégorie sociale en souffrance. L’appropriation du thème de la jeunesse, sa revendication dans un contexte socio-économique particulièrement défavorable pour les nouvelles générations (chômage qualifié, absence de perspectives), de même que son importance démographique25, en font un enjeu politique et un argument fondamental de légitimation.

30Mais la jeunesse marocaine se détermine moins en fonction de limites d’âge fixes, qu’en référence à des préoccupations, à des arts de faire et de vivre, et même à une conception du monde (au sens large) communs (Bennani-Chraïbi, 1994). Ce sont les inquiétudes partagées qui caractérisent ce groupe social, qui se définit et est aussi perçu comme « plus spolié » que les autres. En effet, bien que le capital de souffrance accumulé par les aînés ne soit pas contesté, il semble être considéré comme moins insupportable que celui des jeunes, des « enfants » (drari). A travers les témoignages suivants, on voit bien que « les comportements requis [des hommes politiques] résultent de l’état des rapports sociaux, et pas seulement des logiques propres de la compétition politique » (Lagroye, 1994, p. 7) :

  • 26 Un jeune de 26 ans participant à la sortie-spectacle.

« Pour nous les jeunes, c’est très dur. On n’a rien, pas de famille [l’interviewé désigne ici son statut de célibataire, et l’absence d’un foyer propre ; il vit chez ses parents et cette cohabitation est vécue comme forcée et non naturelle], pas de maison, pas de travail, pas de tranquillité (raha) : on souffre tu sais. Il faut que ça change. »26

  • 27 Mina, 37 ans, voisine d’un des militants du bloc 6.

« Les jeunes, ils souffrent, les pauvres. Tous ces efforts, cette instruction, pour rien. Il faut du travail, il faut que l’État comprenne au moins. Pour nous, avant, tout était plus facile, on se mariait, on se logeait, et puis on n’était pas "conscients" (ma kunnach wa’yin). »27

  • 28 Fatna, 57 ans, une voisine du bloc 6.

« Pour nous, c’est fini (hna mchina – littéralement « on est parti »), ça y est. On est vieux, le temps est passé [elle rit]. Mais au moins ce qu’on veut c’est du travail pour les enfants (drari), qui souffrent, les pauvres, et c’est pour ça qu’on votera pour leur parti. On votera pour eux, à cause des enfants des voisins (wlad jiranna). »28

31L’expression utilisée par Mina dans le deuxième témoignage permet de saisir une distinction essentielle entre les jeunes urbains et les autres : la séparation tracée par la « conscience » (wa’y), cette forme de lucidité génératrice de frustration et d’insatisfaction existentielle, souvent présentée comme étrangère aux générations précédentes (le degré de conscience est en général associé au niveau d’instruction, mais la corrélation n’est pas automatique) :

  • 29 Un jeune sympathisant socialiste.

« Mon père, que Dieu le bénisse, était quelqu’un de simple : il a beaucoup travaillé, mais un verre de thé, un morceau de pain, un endroit pour se coucher et il était content. Aujourd’hui c’est plus pareil, on a beaucoup de problèmes, beaucoup de choses auxquelles penser, la vie est dure, le soleil ne suffit plus (daba ach-chamch ma kafich). Lui, il ne savait pas. »29

  • 30 Philippe Braud (1973, p. 108) oppose la connaissance du « personnage » politique du candidat (dont (...)

32D’autres liens que celui de la jeunesse sont soulignés par les bidonvillois eux-mêmes pour marquer leur proximité à M. E. G. Plus que la tête de liste, ce sont ses partisans qui déclinent avec le plus de satisfaction apparente les thèmes de l’association et de l’analogie quand ils évoquent les qualités de leur candidat. Les militants insistent alors souvent sur la faiblesse de son capital économique et sur sa fragilité physique supposée30, qui expliqueraient et justifieraient la rareté de ses déplacements sur le terrain. Les supporters n’évoquent donc pas seulement des mobiles de rapprochement avec la tête de liste, mais déterminent aussi volontiers des motifs d’attendrissement et de compassion. Ceux-ci contrastent certes avec les attributs de grandeur et de puissance généralement concédés aux hommes politiques, mais permettent aux bidonvillois d’évacuer la figure d’électeur corrompu qui leur est attachée. Voter pour un prétendant à la législature qui ne correspond pas aux canons conventionnels du candidat vainqueur, et qui fait de plus de la lutte contre l’achat de voix un des thèmes de sa campagne, c’est en effet une manière de proclamer son libre-arbitre politique. Plus que cela, en dramatisant la vulnérabilité de la tête de liste, on finit par apparaître comme son protecteur, par une inversion frappante des rôles que les interviewés sont prompts à effectuer. Ses qualités seront alors d’autant plus soulignées, reconnues et mises en avant par les supporters qu’elles sembleront inopérantes et inconsistantes dans le contexte spécifique d’une propagande au bidonville :

  • 31 Mustapha, 24 ans, militant membre de la Chabiba.

« M. E. G., c’est quelqu’un de très connu. C’est un intellectuel, qui peut tuer quelqu’un avec un stylo (c’est-à-dire avec sa plume, en rédigeant un texte), et qui a beaucoup fait pour aider les faibles avec son journal. Par contre ici au douar, c’est nous qui devons le protéger. Pour le terrain, et surtout ici au bidonville, avec les sauvages et les « apaches » qu’on a chez nous, il faut qu’on soit là. Tu vois comment il est en plus, tout mince (rqiwwuq). Tu ne peux pas le laisser cinq minutes sans nous [il rit]. »31

33L’inversion des fragilités – Philippe Braud (1980, p. 24), parle d’« inversion du rapport habituel d’humiliation » – constitue ainsi une dimension essentielle des campagnes. Le discrédit associé au bidonville prend soudain un sens nouveau en temps électoral. Non que la charge symbolique négative définissant habituellement ce territoire et ses habitants s’édulcore : le stigmate ne disparaît pas, mais son caractère disqualifiant devient momentanément (et uniquement dans le contexte des interactions avec les différents candidats) presque valorisant. L’expérience du bidonville, de ses codes, des logiques à l’œuvre dans les relations interpersonnelles au sein de chaque quartier sont autant de ressources et s’appréhendent comme autant de compétences sollicitées par les concurrents à la députation. La reconnaissance de l’importance du rôle des militants socialistes bidonvillois dans la campagne fonctionne comme une forme non négligeable de rétribution symbolique de leur activité, comme l’indiquent les marques de fierté et d’orgueil revenant de manière récurrente dans leurs témoignages. Le renversement temporaire de l’ordre participe donc en définitive à son renforcement (Balandier, 1980, p. 95), puisqu’il contribue à stimuler la mobilisation politique.

34Pour le candidat, marquer sa proximité aux électeurs afin qu’ils puissent s’identifier à lui et afin d’être reconnu par les membres du collectif comme apte à les représenter constitue donc une condition indispensable à l’obtention du statut d’« éligible ». Nous allons voir qu’il est cependant tout aussi nécessaire pour la tête de liste d’imposer une distance symbolique face au groupe. Il s’agit cette fois de faire la preuve d’une aptitude, dont aucun autre ne peut se prévaloir, à représenter le groupe (Abélès, 1989) : c’est du balancement entre ces deux pôles que naît le crédit politique des aspirants aux postes électifs.

La distanciation par la compétence et l’engagement idéologique

  • 32 Voir par exemple l’article à la gloire du député fraîchement élu intitulé « La victoire de la foi  (...)
  • 33 Ibidem.
  • 34 Ibidem.

35Les attributs de la distanciation de la tête de liste socialiste s’articulent autour de deux axes : celui de la compétence et de l’engagement idéologique, d’une part, celui de la dénonciation (plus ou moins implicite) de l’action des autres élus de la circonscription, d’autre part. La mise en récit de son investiture illustre bien ce double répertoire de légitimation32. Le discours de propagande insiste sur le fait que le candidat n’a pas proposé sa candidature au parti : il a au contraire été spontanément désigné par les instances dirigeantes (dont il est membre depuis 2001) comme tête de liste. Sans avoir recherché la compétition pour la législature, et alors même que les postes sont comptés pour les « jeunes cadres » socialistes33, un consensus autour de son nom émerge. M. E. G. est sollicité pour mener campagne dans une circonscription que l’USFP et la presse partisane s’attachent à présenter comme imprenable. On sait que « le climat de compétition qui accompagne une élection ou lui fait défaut ne dépend pas seulement des données objectives de la situation » : présenter une candidature comme « désespérée », « dont personne ne veut »34 permet de dramatiser l’acuité de la bataille, de mettre en scène la « glorieuse incertitude » de l’élection, de mobiliser les troupes de supporters, et d’inciter les citoyens au vote : plus l’issue du scrutin apparaît incertaine et plus chaque votant « [aura] le sentiment qu’il dispose en partie du pouvoir de décider » et sera incité à participer (Lancelot, 1968, p. 127 et 122). Car s’il est vrai que la taille de la circonscription rendait la propagande ardue, on peut aussi bien objecter à cet argument le fait qu’aucun « poids lourd » politique ne s’y présentait. Le mythe de l’investiture unanime, vivement dénoncé par exemple par François Patriat (1992, p. 25), qui met en scène l’homme providentiel, le candidat-sauveur, missionnaire, sorti de l’ombre presque malgré lui et venu braver sur demande de l’appareil partisan une situation critique, permet donc de mieux faire accepter le parachutage de la tête de liste dans la circonscription. Sa candidature apparaît en effet comme empreinte d’innocence et étrangère au calcul personnel, « comme si le fait de briguer spontanément une responsabilité politique comportait une part d’incongruité, voire d’indécence » (Abélès, 1989, p. 29-30).

  • 35 Ibidem.

36D’un autre côté, il s’agit de bien montrer que si le candidat n’a pas souhaité de lui-même solliciter une responsabilité au niveau national, ce n’est pas en raison d’une quelconque incompétence politique ou faiblesse de caractère. La propagande insiste ainsi sur la très grande notoriété du journaliste et de l’intellectuel engagé et compétent. Dans une brochure distribuée par les militants socialistes dans la circonscription qui retrace le parcours de M. E. G., éditée au format d’un journal et datée du 23 au 26 septembre 2002, celui-ci apparaît comme un « bosseur infatigable […] [qui] ne mangerait pas de la journée si le devoir le dictait ». Son « épopée » à la tête de Libération (il a naturellement accepté de quitter la France et de rentrer au Maroc pour sauver l’organe de presse francophone du parti socialiste) est présentée comme trop notoire, trop largement connue pour être plus qu’évoquée. Se dégage l’image d’un héros à même de remporter tous les défis, puisqu’il a déjà rencontré et surmonté l’épreuve, et de partir à l’assaut d’une circonscription « dont personne ne veut »35. Son long passé militant (débuté à l’âge de 14 ans) constitue une autre preuve de la profondeur de ses convictions, et est souvent évoqué par les jeunes socialistes du bidonville comme marque de sa légitimité. Eux-mêmes diffusent l’image d’un candidat « de qualité », (‘andu jawda), « zélé » (majhud), mais aussi redoutable :

  • 36 Younès, 29 ans, militant membre de la Chabiba.

« M. E. G., il est très fort (wa’er). Il est très fort dans le parti, maintenant il est à la direction générale, tu le savais ? Et c’est un vrai militant, il est avec la Chabiba, et il a commencé comme nous. Mais il est terrible [il utilise toujours l’adjectif wa’er], avec ses idées, et il parle bien, c’est un vrai danger (khatar), il est bien chargé [il emploie le terme mchargi, déformation du mot français « chargé », à comprendre dans le sens de « chargé comme une arme à feu »]. »36

37Paradoxalement, ce sont ses défauts qui semblent constituer les meilleures preuves de sa loyauté et de son honnêteté : sa réputation de personnage nerveux, impulsif, parfois fougueux et ombrageux est en effet interprétée comme gage de vérité politique (tout comme elle fournit un nouveau motif de rapprochement avec un candidat auquel on s’identifie d’autant plus qu’on partage parfois ses réactions).

38On a vu toutes les contraintes qu’un statut de challenger pouvait imposer à un candidat en campagne au bidonville. Il s’agissait pour la tête de liste socialiste de déployer des registres de légitimation distincts de ceux adoptés par son » concurrent » (indirect) déjà bien établi. La stratégie de propagande du candidat USFP visait ainsi à dramatiser sa proximité culturelle aux jeunes bidonvillois, et à refléter une image moderne et dynamique contrastant avec l’image plus traditionnelle mise en œuvre par la liste istiqlalienne.

39La position du candidat du Rassemblement national des indépendants (RNI) à L. est radicalement différente : en sa qualité de président de la commune, à laquelle est rattaché administrativement le bidonville, la tête de liste dispose déjà d’un réseau efficace d’intermédiaires locaux et a su depuis son entrée en fonction en 1999 gagner la sympathie des habitants. Il s’agit donc cette fois de voir comment se déroule une campagne en terrain conquis.

La légitimation d’un « candidat-patron » par l’action locale

Une mise en pratique efficace de la « politique du faire »37

Les réalisations d’un président de commune

  • 38 826 ménages ont été dénombrés au bidonville lors du recensement de 1992 et 880 (soit près de 5 000 (...)
  • 39 D’après les résultats fournis par la tête de liste RNI.
  • 40 La préfecture était divisée pour les législatives de 1997 en 6 circonscriptions (la commune à laqu (...)

40La tête de liste « Indépendants » s’appuie en particulier sur deux des trois élus communaux du bidonville38, qui appartiennent à son parti et constituent ses relais directs dans leur circonscription respective. Ils ont en effet été chargés d’y préparer et d’y organiser la campagne. Ce sont ces premiers intermédiaires qui déploient ensuite grâce à leur expérience quotidienne du territoire leur propre réseau en faveur du « grand candidat ». Cette organisation de la propagande permettra au candidat-président d’arriver largement en tête dans sa commune, et d’y collecter 7 448 voix39, soit plus de 58 % du total des votes exprimés en sa faveur sur l’ensemble de la préfecture (et plus de 76 % de ceux exprimés en faveur de la candidate istiqlalienne ayant arraché le cinquième siège de la circonscription). Ainsi, même si la réforme du mode de scrutin et le nouveau découpage territorial tendent à réduire le poids des notabilités locales sur l’issue du scrutin40, celui-ci reste parfois déterminant et contribue toujours à façonner la politique nationale.

41C’est au regard du bilan qu’ils font de son action en tant que président de leur commune que les bidonvillois semblent motiver leur choix de voter pour le candidat RNI aux législatives. Le vote pour le candidat-patron exprime ainsi plus le pragmatisme des habitants qu’il ne doit être entendu comme signe d’intériorisation des rangs sociaux : il ne tient pas en ce sens du « vote déférentiel » défini par Philippe Braud (1973, p. 219). Les témoignages des électeurs disent la centralité de deux répertoires complémentaires pour juger l’élu local : celui de l’accessibilité, d’une part, celui de l’efficience, d’autre part. Pour être crédible, l’homme politique doit d’abord pouvoir être vu et entendu (Auyero, p. 135-136) : la disponibilité constitue un acte politique à part entière. Son importance symbolique est d’ailleurs d’autant plus valorisée qu’elle contraste avec le comportement de fuite attribué aux élus ordinaires qui « disparaissent » (kay ghabru) au lendemain du scrutin, ou dont la porte est « toujours fermée » (babhum dima masdud). La capacité à écouter, à manifester des marques d’intérêt et de considération à ses interlocuteurs quel que soit leur statut social prouve, d’après les témoignages, l’authenticité de l’engagement politique. Au point parfois de donner l’impression que l’issue de la rencontre avec l’élu est moins importante que son occurrence : plusieurs personnes m’ont ainsi spécifié le nombre d’entrevues qu’elles avaient pu obtenir avec le président de la commune sans rien dire de leurs éventuelles conséquences. En réalité, ce silence sur les résultats suggère qu’ils vont de soi : il dit la croyance en la toute-puissance du politique. Pour les bidonvillois, quand un élu veut, il peut ; ses choix s’exercent en toute liberté.

42Les réalisations concrètes du président à L. constituent des arguments de légitimation déterminants. L’évaluation d’un homme politique s’effectue en effet d’après les témoignages à l’aune de sa capacité présumée ou avérée à « faire » (Goirand, 1998, p. 112), à « donner ». Il est vrai que les questions d’aménagement de l’espace revêtent au bidonville beaucoup plus qu’ailleurs dans l’agglomération un caractère polémique et politique : elles dépendent largement des rapports de forces à l’œuvre entre la population, les élus et les autorités locales. Toute initiative locale d’amélioration des conditions de vie se charge d’une forte « densité politique » (Leca, 1973, p. 12) alors qu’elle peut être considérée sans réel enjeu politique dans la ville légale. Or si les « gens de la politique » (an-nass dyal as-siyassa) sont habituellement dénoncés comme dispensateurs de « mots et de promesses vides », le candidat RNI est au contraire reconnu comme un « homme de parole » (‘andu l-kalma), qui « aide », et qui « fait » (« tout ce qu’il a fait, tout ce qu’il a réalisé pour nous ! » : chhal dar lina, w chhal saweb lina !). Deux formules disent l’efficacité de l’élu-candidat : « il travaille pour – littéralement « avec » – nous » (kay-khdem m’and) et « il nous soutient, il nous aide » (kay-wegef m’ana – littéralement « il se tient debout avec nous », du verbe « waqafa »).

43Ce sont les services collectifs mis en place sous la présidence de l’élu RNI qui le rendent digne aux yeux des bidonvillois d’être élu à un poste à responsabilité nationale. L’introduction d’un réseau d’évacuation des eaux usées est considéré comme son accomplissement le plus important : il a été en partie financé par la commune, qui a fourni les canalisations aux habitants (eux-mêmes ont payé en moyenne 400 dirhams de main-d’œuvre par foyer). Cette initiative a constitué un acte politique d’autant plus « lourd » qu’officiellement, les infrastructures collectives susceptibles de conforter l’installation sur place des bidonvillois sont interdites (le bidonville n’étant théoriquement toléré par les autorités qu’en raison de son caractère provisoire). Acte simple et facilement lisible par tous, il a été « entendu, enregistré et mémorisé » et résonne encore dans l’opinion au moment des législatives (Parodi, 1989, p. 224). Il n’aurait évidemment pas eu une telle portée dans un quartier régulier : « le clientélisme se greffe [ici] sur les insuffisances ou l’absence des services publics, auxquelles est substituée l’intervention personnalisée d[u] candidat » (Goirand, 1998, p. 120). L’installation d’une benne à ordures dans le terrain vague mitoyen, la mise en place d’un service de ramassage des détritus plus régulier, la construction de plusieurs nouvelles bornes-fontaines, constituent aussi des initiatives fortement appréciées des interviewés. D’autres actions, apparemment plus anecdotiques, ont cependant eu un impact fort sur les habitants (plantation de graines par les enfants du bidonville pour créer un jardin, fourniture de deux cages de football sans filet…) Même si aucune de ces réalisations n’aurait pu être menée à bien sans la supervision des deux conseillers RNI du bidonville (souvent à l’origine des initiatives), le discours d’imputation adopté par le candidat-patron et relayé par ses intermédiaires permet d’attribuer à la tête de liste seule la responsabilité et le mérite de l’action d’aménagement (Le Bart, 1992).

Les auxiliaires de l’efficacité politique au quotidien

44L’efficacité de l’action du patron est largement subordonnée à l’action de ses intermédiaires permanents au bidonville, les deux conseillers locaux Indépendants (qui sont aussi ses premier et deuxième adjoints à la commune). En nous intéressant à la trajectoire de l’un d’eux, on montrera le rôle essentiel de ce type de relais dans le succès politique de la tête de liste RNI. Jafar a 30 ans ; il a été élu conseiller communal en 1997, après avoir été recruté comme candidat du parti en fonction d’un principe d’homologie qui s’est, semble-t-il, révélé efficace (Gaxie, 1980, p. 42).

  • 41 Le terme inclut une dimension affective importante : l’enfant du quartier, c’est aussi le copain, (...)

« Il y a quelqu’un [du parti] qui connaissait quelqu’un qui connaissait mon père, qui est venu au bidonville avant les élections. Il cherchait un enfant du quartier (weld ad-derb)41, un jeune sérieux et un peu cultivé, un peu conscient au moins. Quelqu’un de bonne famille (weld an-nass). On a un peu discuté, il m’a demandé si je voulais me présenter, alors j’ai dit d’accord. »

45Jafar appartient à une famille appréciée et reconnue, installée depuis trois générations à L. Le statut de juge du frère aîné contribue sans doute à la réputation familiale. L’interconnaissance et les liens affectifs expliquent pour beaucoup la victoire du jeune bidonvillois. La figure d’insider de Jafar constitue en effet un argument essentiel de sa légitimité politique. Le vote en sa faveur apparaît à la fois comme l’expression d’un vote de cœur et d’un vote de raison :

« Jafar, ça a toujours été un bon garçon, tout le monde l’aime bien, ses parents sont bien aussi » ; « On a voté pour lui parce qu’il sait combien on souffre, parce qu’il souffre comme nous » ; « Il est né et a grandi ici, et il vit ici, alors on sait où le trouver, il ne peut pas s’échapper » ; « S’il ne travaille pas bien pour moi, je peux toujours aller le dire à sa mère ! »

46Jafar a quitté le lycée en seconde et n’avait jusqu’à son élection pas exercé de travail stable ; il n’avait jamais non plus pensé faire de la politique avant d’être directement sollicité par le prospecteur RNI. D’après lui, la « responsabilité politique » a ses bons et ses mauvais côtés. S’il aime rendre service à ses administrés, il estime (comme pour s’en plaindre) que son rôle au bidonville dépasse largement les obligations et les responsabilités normalement attribuées à un conseiller communal :

« Dès qu’ils [les bidonvillois de sa circonscription] ont un problème, ils viennent me voir. Pour aller à l’hôpital à trois heures du matin, pour appeler la Lydec [l’entreprise qui gère le réseau de distribution d’eau de Casablanca] à deux heures du matin quand il y a une inondation à cause d’un tuyau bouché, pour leur apporter tel ou tel papier de la commune. Parce que les gens ont peur ici, ils ne savent pas parler, et s’ils vont seuls on peut les mettre dehors sans raison. Il suffit que je sois là des fois et même sans rien dire pour que le problème soit résolu. Et ils me demandent aussi d’appeler l’ambulance s’il y a un mort, ou d’aller chercher la tente [fournie par la commune] pour les invités après l’enterrement. Alors que tout ça, n’importe quel citoyen normal peut le faire, ce n’est pas le rôle de l’élu. Mais les gens ne savent pas, c’est des analphabètes, tu sais ici c’est le bidonville. Alors c’est beaucoup de travail, mais du travail bénévole, parce qu’on ne gagne pas d’argent à la commune. »

47Jafar insiste sur l’absence de rémunération attachée à la fonction de conseiller local pour souligner le désintéressement à la base de son engagement politique. Il passe par contre sous silence le fait qu’il dispose désormais (et grâce à son engagement politique) d’un emploi de fonctionnaire au service des plans d’une autre commune, où il ne se rend pour l’instant qu’occasionnellement : il ne commencera vraiment à y travailler que lorsqu’il n’exercera plus de responsabilité élective. Il semble aussi ignorer le prestige et l’ascendant social que lui confère son statut d’élu, de même que les récompenses symboliques qui lui sont associées (il dispose d’un bureau à la commune, peut demander les services d’une secrétaire, etc.). Ainsi, plus l’on se rapproche du centre du pouvoir dans l’organisation du réseau clientéliste, plus les acteurs ont tendance à dissimuler la rémunération de leur engagement (Auyero, 2001).

48D’après le témoignage, les bidonvillois réinventent et retracent eux-mêmes les limites du rôle de leur élu communal. En refusant de répondre à des requêtes qu’il jugerait sans pertinence par rapport à sa fonction théorique, celui-ci court le risque de perdre très vite son capital de légitimité, et d’être discrédité comme mauvais élu. Comme le souligne Jean-Louis Briquet (1998, p. 36), la persistance de pratiques clientélistes ne constitue donc pas automatiquement la preuve d’un archaïsme politique : la politique clientélaire reflète moins « une dénaturation des finalités de la modernisation politique » qu’elle n’apparaît comme « le résultat de l’appropriation par certains groupes sociaux de [certaines] institutions ». Mais le fait que les interventions de Jafar s’étendent au-delà de ses obligations de conseiller lui permet aussi de conforter son influence et son autorité sur sa circonscription. En jouant un rôle de courtier « bénévole » entre les habitants et les divers services administratifs auxquels ces derniers peuvent être confrontés, l’élu accumule des crédits d’obligations qui transforment les bidonvillois en clients redevables. Même si (ou justement parce que) les services rendus ne se situent pas dans la sphère de ses impératifs politiques – on pourrait parler à ce titre de « médiation institutionnelle personnalisée », par analogie avec le concept de « médiation politique personnalisée » développé par Javier Auyero (2001, p. 26) –, ils engagent les habitants vis-à-vis de lui. Le remboursement de la dette s’effectue à travers un soutien dramatisé en temps électoral.

49Le vote en faveur du président de la commune est ainsi très fortement associé dans les représentations à une marque de soutien à l’égard de l’élu local : au point parfois de donner l’impression que la légitimité de la tête de liste repose uniquement sur celle de son relais : « On va tous voter pour O. à cause de Jafar ! C’est comme ça, c’est les petits qui font monter les grands ! (as-sghar kay tall’u l-kbar) ». Reste que la confiance accordée aux élus est toujours révocable et dépend de leurs réalisations, de la qualité de leur « travail » (khedma).

50Contrairement au cas brésilien décrit par Camille Goirand (2001, p. 315), où « à chaque élection, la négociation vote-service repart à zéro », la présence d’un relais-élu à l’intérieur même du bidonville favorise le développement d’une forme d’économie morale (et affective) du clientélisme. Une habitante de Derb C, le quartier de Jafar, où se concentrent ses clients les plus fidèles, a ainsi été fortement critiquée et considérée comme éminemment déloyale pour avoir osé se rendre à une réunion où un candidat concurrent offrait à chaque participant un sandwich et une boisson gazeuse. Même si la cliente inconstante a par la suite réaffirmé devant ses voisins sa volonté de voter pour le candidat RNI, elle n’est pas parvenue à adoucir les attaques de bidonvillois ulcérés. La violence des réactions ainsi que la nature du champ lexical utilisé, expriment le déshonneur ressenti : « c’est honteux » (hchuma), « ce n’est pas bien » (machi mezian), « c’est vraiment mal de sa part » (hram ‘liha). Elles disent la dimension éthique de l’affiliation, et dévoilent son caractère collectif (Burgwal, 1995). Le geste est symboliquement sanctionné par le groupe d’appartenance parce qu’il est appréhendé comme « une infraction », ou un « manquement aux règles de conduite localement valorisées » (Briquet, 1999, p. 12 ; 1990, p. 37).

Le réseau des mercenaires intermittents de la politique

Les encadrants-relais, coursiers des coulisses

51D’autres intermédiaires sont sélectionnés par les relais permanents et recrutés de manière conjoncturelle lors de la campagne pour renforcer la diffusion de la propagande. On distingue deux types de courtiers et deux niveaux de responsabilité : les chabab supporters, d’une part, chargés de dramatiser leur affiliation à la tête de liste et, d’autre part, leurs encadrants. Même si durant les processions ces derniers se montrent peu visibles, leur rôle dans les coulisses en fait des acteurs essentiels de la publicité RNI. C’est d’abord la popularité d’un individu qui le qualifie pour l’intermédiation politique intermittente : il assurera en effet d’autant plus efficacement cette fonction que son réseau de connaissances sera étendu, et qu’il sera susceptible d’exercer une influence sur les choix de ses membres. Les formes de notoriété susceptibles d’être converties en ressources de la persuasion électorale s’organisent autour des critères d’altruisme et d’abnégation.

52Un relais-encadrant est considéré, et se présente lui-même, comme naturellement dévoué à la cause d’autrui. Parce que le « métier politique » est « irréductible à un corps formalisé de savoirs et de connaissances que n’importe qui pourrait assimiler » (Lagroye, 1994, p. 11), il réclame la détention de qualités et d’attributs intrinsèques, et les relais-encadrants sont souvent supposés être venus au monde avec les qualifications idéales (Auyero, 2001, p. 128). C’est ainsi leur « vocation sociale » qui entraîne, par un glissement presque évident, leur implication électorale. Celle-ci apparaît comme une nécessité irrésistible, elle s’appréhende sous le prisme d’un appel aussi irrépressible qu’inexplicable :

  • 42 Leila, 40 ans, femme au foyer.

« Honnêtement, je vais te dire : je ne sais pas pourquoi, mais il faut que je participe dès qu’il y a une élection, il faut que je fasse quelque chose, il faut que je bouge, il faut que je parle et que je crie. Il faut que je conseille. Il faut que je rentre dans la bataille (ma’raka) et que j’aide un candidat. Il me vient un grand enthousiasme (kay jini hamas kbir) et je ne peux pas m’en empêcher. »42

  • 43 Khadija, 45 ans, femme de ménage.

« J’ai d’abord été une femme sociale (mra jtima ‘iyya) avant d’être une femme politique (mra siyassiyya). Depuis toute petite, je voulais aider les gens. Je voulais aider ma mère à la cuisine, et tout le monde. Aujourd’hui je n’aide pas les gens financièrement, puisque je n’ai pas d’argent. Par contre, je peux dire que je les aide beaucoup moralement (ma’nawiyyan). Je suis là pour les mariages, et pour les enterrements, je suis toujours là. Et aussi avec les autres problèmes. Et je règle les disputes. Je suis comme ça. Les gens m’aiment beaucoup (an-nass kay-t’atfu m’aya bzzaf), et ils m’écoutent. »43

  • 44 Les tontines consistent en une association informelle d’individus qui versent régulièrement (en gé (...)

53En réalité, les activités qui habilitent en tant qu’homme ou femme « social(e) » sont aussi nombreuses que variées : l’une sera appréciée pour son organisation de tontines44, l’autre pour les produits bon marché ramenés en contrebande du Nord et vendus à domicile ; un troisième sera connu pour les tests de diabète gratuits dont il fait bénéficier certains bidonvillois grâce à son travail de concierge dans un laboratoire d’analyses… Mais pour se concrétiser en ascendant politique, la philanthropie doit s’armer de témérité et de raison (‘aql). Il ne s’agit pas en effet simplement de faire la preuve de sa bonne volonté et de son dévouement dans les interactions quotidiennes ; il faut aussi et surtout être capable d’assurer l’interface entre bidonvillois et agents institutionnels, et de retraduire les attentes ou les exigences des uns et des autres en termes intelligibles pour chaque partie. Les encadrants-relais assurent donc le même type de médiation institutionnelle que l’élu local, même s’ils exercent leur entremise de manière plus épisodique. Ils disposent, sinon d’une culture politique basée sur des catégories cognitives abstraites, du moins d’une expérience concrète des rapports de pouvoir. Ils possèdent en général un capital scolaire supérieur à celui des autres bidonvillois. Hamid, 55 ans, engagé comme relais RNI, dispose par exemple d’un niveau bac ; il parle en outre un français qui bien que rudimentaire, constitue une ressource linguistique rare au bidonville et renforce son statut d’instruit. Sa femme Khadija (citée dans le témoignage précédent et également recrutée dans le réseau de propagande), n’a quant à elle pas fait d’études. Elle explique cependant que son métier de femme de ménage à la commune du 2-Mars lui a permis d’acquérir (par une acculturation aux usages, aux pratiques et au langage de la politique, perçus comme spécifiques) une connaissance pratique des codes et des normes implicites régulant ce monde à part. Elle a développé grâce à cet apprentissage une assurance et un savoir-faire utiles en cas de confrontation avec n’importe quelle forme d’autorité :

« Même si je suis analphabète et que je ne travaille pas dans un bureau, je sais beaucoup de choses. Avec ma serpillière on formait une équipe, on a vu et on a entendu [elle rit]. Comme par exemple maintenant je sais comment il faut parler pour qu’on t’écoute, et à qui, ce qu’il faut dire, et même qui il faut payer, qui tu peux ignorer (t-qdar t-miyyek), et à qui tu dois dire bonjour. Je sais tout sur la commune. Moi maintenant je n’ai pas peur, et je parle bien (‘andi l-hadra). Je suis sensée (‘andi l-’qal) et je sais (kan-’raf). Je peux aider pour inscrire à l’école s’il y a un problème, pour l’hôpital, pour les papiers, pour tout. Et tout le monde vient me chercher quand les élections arrivent. »

54Les relais-encadrants sont en outre considérés comme d’autant plus compétents qu’ils auront déjà accumulé une expérience de relais électoral. Peu importe quel(s) parti(s) ou quel(s) candidat(s) ils ont pu soutenir précédemment : ce n’est pas l’engagement idéologique, mais le « métier », au sens qu’en donne Jean-Louis Briquet (1994, p. 18), qui est ici valorisé. Il semble que chaque relais négocie individuellement sa rémunération pour la campagne ; celle-ci est fonction de son investissement dans la propagande et du nombre de voix qu’il est susceptible de rassembler. La rémunération peut prendre plusieurs formes : elle n’est pas obligatoirement monétaire, et peut par exemple consister en l’attribution d’un travail, pour le relais lui-même ou pour l’un de ses proches. Il est cependant difficile d’obtenir des précisions sur les termes de l’échange, les intermédiaires ayant tendance à affirmer le caractère désintéressé de leur démarche.

  • 45 Qui doit en principe avoir été autorisée au préalable par le gouverneur.

55Les relais-encadrants officient lors des sorties-spectacle : ils guident discrètement la procession, décident de sa trajectoire, présentent le candidat aux bidonvillois-spectateurs, organisent la répartition des tracts que devront distribuer les chabab militants, s’appliquent à canaliser l’énergie de ces derniers en désamorçant d’éventuelles empoignades, ou à raviver au contraire leur allant lorsque l’enthousiasme fait défaut. Ils s’emploient aussi à convaincre « dans l’ombre », au sein de l’espace privé des baraques. Ils organisent surtout les « rassemblements d’initiés » (évoqués en introduction), auxquels sont conviés les bidonvillois (réunions masculines) ou les bidonvilloises (réunions féminines) qu’ils auront préalablement eux-mêmes sélectionnés. Le caractère (relativement) confidentiel de la rencontre45, de même que l’intimité mise en scène, visent à susciter la confiance et l’adhésion de l’assistance au candidat : celle-ci sera par la suite encline (c’est du moins le but stratégique de ces réunions) à participer à la diffusion de la publicité électorale en faveur de la tête de liste.

Chabab supporters et mercenaires de la politique électorale

  • 46 Les partis à même de s’appuyer sur une base locale militante pour animer leur campagne sont peu no (...)

56Quelques rares formations politiques mises à part46, les partis marocains ne disposent pas d’une base militante cohérente et permanente. Celle-ci est recomposée, « improvisée » à chaque scrutin, et dépend de la capacité des candidats à mobiliser pendant la campagne électorale des relais de propagande efficaces. L’importance de ces supporters d’occasion n’en est pas moins déterminante : de leur rôle d’animation dans les sorties-spectacle, de leur capacité à investir efficacement l’espace public et à capter l’attention et la sympathie du public-électeur dépend en effet en partie la qualité de la campagne. Quatre traits distinctifs caractérisent la quasi-totalité des « partisans circonstanciels » : leur appartenance (ou leur assimilation possible) à la catégorie des « jeunes » (chabab) ; leur statut économique précaire (étudiants, chômeurs, « bricoleurs » en tous genres) ; leur absence de réelle culture politique ; enfin, la qualité de leur insertion sociale dans leur zone de résidence. Les supporters sont des « enfants du quartier » (wlad ad-derb) dont la notoriété, au moins à l’échelle des circonscriptions municipales, doit permettre de garantir un minimum de voix en faveur du candidat. Les « sympathisants » (lli kay t’atfu m’ana), comme les appelle Jafar, doivent être considérés par leurs aînés comme des individus sérieux, dont l’inactivité ne reflète pas l’absence de dynamisme mais est au contraire envisagée comme signe du mauvais fonctionnement de la société. Ils doivent aussi être admis par leurs pairs comme appartenant au groupe, et savoir se faire accepter et respecter. L’élu local insiste bien sur l’importance du critère de moralité dans le recrutement des « auxiliaires du combat électoral » (Braud, 1980, p. 222) : ils doivent être « propres » (nqiyyin), avoir une bonne réputation (sum’a meziana). Jafar avoue cependant avoir eu du mal à choisir les intermittents de la publicité électorale (une quinzaine de personnes pour sa circonscription) tant tous les jeunes du quartier sont « raisonnables » et réfléchis. La définition donnée à la « bonne réputation » n’est donc pas la même que celle déterminée pour les relais-encadrants : les exigences sont moindres, et il suffit en général de ne pas être catalogué comme voyou ou mauvais garçon pour être éligible au poste de supporter intermittent.

57La participation des jeunes supporters à la campagne ne se déploie pas sur le registre du bénévolat. L’activité de propagande n’est en effet pas motivée par la (seule) volonté de voir triompher des opinions, des principes, un candidat (en l’occurrence ici la tête de liste RNI), ou encore un parti. Elle est aussi et avant tout envisagée comme une fonction appelée à rétribution, comme un « travail » (khedma) méritant salaire. Les « “mercenaires” politiques » (Gaxie, 1977, p. 124-125) sont moins motivés par des mobiles idéologiques que par la rémunération financière de leur engagement conjoncturel. Il s’agit de tirer profit au maximum d’un moment privilégié où s’inversent les liens habituels de dépendance, avant que le champ politique ne redevienne imperméable aux sollicitations des non-initiés et ne s’érige à nouveau en univers impénétrable. Les compétences requises sont d’ordre pratique : il faut savoir faire preuve d’un minimum de talent scénique et être à même de dramatiser son enthousiasme vis-à-vis du candidat. Beaucoup de jeunes intermittents de la publicité électorale interrogés affirment (et assument) leur désintérêt pour la politique en dehors des périodes de scrutin. Les proclamations de loyauté pour le candidat-employeur deviennent réellement ambiguës lorsque les supporters conjoncturels éprouvent le besoin de réaffirmer leur non-implication politique en temps froid, ou lorsqu’ils confient même parfois leur intention de s’abstenir le jour du scrutin, ou de voter pour un autre candidat, ce qui peut arriver lorsqu’ils sont au service d’une tête de liste mal vue dans le quartier. Il s’agit de bien montrer alors qu’on fait son travail à contrecœur, par nécessité purement matérielle, comme pour détourner de soi l’hostilité. Par contre, quand le candidat est populaire, comme dans le cas de la tête de liste RNI à L., il devient bien entendu valorisant de souligner sa relation privilégiée avec lui :

  • 47 Un jeune mercenaire de la propagande RNI.

« O. et Jafar sont des gens bien, sincèrement. C’est pour ça que je conseille à tout le monde de voter pour eux, et que je travaille avec eux. Je les aime bien (t’ataft m’ahum). Vraiment, j’ai couru partout, j’ai souffert, j’ai transpiré. Grâce à Dieu, je suis sûr qu’ils vont gagner, et ils le méritent. »47

  • 48 L’interviewé fait allusion aux signes adoptés par les 26 partis politiques en lice pour les électi (...)
  • 49 Jeune supporter œuvrant pour un candidat concurrent de O. A., tête de liste RNI.

« Je ne connaissais pas ce parti avant que mon ami ne m’en parle. Moi j’ai surtout besoin de me remplir un peu les poches, et j’aurais pu aussi bien distribuer des bateaux ou des lions ou des abeilles ou du blé ou n’importe quoi d’autre. Je t’assure que je n’aurais même pas hésité à distribuer des ânes48 ! Tu sais on me paye pour distribuer des tracts, pas pour dire des mensonges. Tu sais la politique, moi, ce que j’en pense ! Maintenant, le candidat, je ne dis pas que je l’approuve, et il y a des gens qui ne l’aiment pas. Mais il me paye, et je fais mon travail. »49

58La contre-publicité que les supporters conjoncturels d’un employeur impopulaire sont susceptibles de lui faire n’est pas toujours perçue par les bidonvillois comme signe d’une déloyauté condamnable. Elle peut être au contraire comprise comme marque d’une courageuse intégrité. On peut citer pour mieux s’en convaincre l’exemple de ce jeune supporter-mercenaire à la solde d’un adversaire du candidat RNI. Il avait convaincu certains de ses voisins de prétendre face au fils de son embaucheur (qui s’apprêtait à effectuer une sorte de « visite-sondage » à L.) que grâce au travail de propagande politique effectué dans le quartier, ils étaient prêts à voter en faveur de son père. Les familles concernées étaient pourtant favorables à la tête de liste RNI ; elles ont accepté de jouer le jeu (la comédie) non seulement dans le but de venir en aide à un jeune sympathique, mais aussi pour le plaisir de sentir le « rapport de duperie » s’inverser à leur profit. La campagne permet aux bidonvillois de prendre leur revanche sur des hommes politiques considérés comme des « menteurs » et des « manipulateurs » :

  • 50 Latifa, 29 ans, L.

« Il y a ce garçon Hicham, le pauvre qui habite l-teht [nom d’un des quartiers de L.]. Je connais sa mère. Il est venu nous dire de dire au fils du candidat qui allait venir nous voir le lendemain qu’on voterait pour lui, que tout le quartier suivrait Hicham parce que c’est un weld ad-derb. Il m’a dit qu’il avait besoin de cet argent pour s’habiller, que j’allais voter pour qui je voulais, mais que je devais juste l’aider pour qu’il garde sa place et gagne un peu d’argent. Il a dit qu’il savait ce qu’on pensait de X, et que c’était vrai qu’il le méprisait beaucoup. Mais le pauvre, c’est vrai on l’a aidé parce qu’on le connaît et qu’il est gentil. On a dit au fils quand il est venu qu’il soit tranquille, que oui on allait voter pour son père, alors que bien sûr moi je voterai pour notre O. [rires]. Je n’ai pas l’habitude de mentir, mais quand c’est pour quelqu’un comme lui, le pauvre, il est encore étudiant, il est gentil, sa mère est bien, on le connaît, il fallait l’aider. »50

59Le salaire d’un auxiliaire électoral de base oscille selon l’employeur et le quartier entre 50 et 100 dirhams, voire 150 dirhams par jour (on m’a a contrario cité le cas de supporters rémunérés seulement 20 dirhams la journée dans la circonscription de Aïn Sebaa-Hay Mohammedi) : la générosité ou la parcimonie dont font preuve les têtes de liste deviennent aux yeux des interviewés signes d’une aptitude ou au contraire d’une incapacité à la députation. Le contraste avec le discours des militants socialistes de Douar S., qui semblent retirer une certaine fierté de la non-rémunération de leur engagement politique, est ainsi saisissant. Les mercenaires de la campagne électorale font l’objet d’une rémunération de groupe, le candidat concédant en principe un salaire uniforme à ses jeunes supporters. Il arrive assez fréquemment que ces derniers ne soient rémunérés que pour certaines journées, lorsque des sorties-spectacle ou des distributions de tracts ont été prévues dans leur zone résidentielle. Seuls les candidats les plus fortunés peuvent en effet se permettre de payer des militants sur l’ensemble du territoire de leur circonscription durant toute la campagne. Le salaire se présente alors sous la forme d’un « forfait », certes moins lucratif si l’on effectue le décompte que la rémunération d’un jour de travail par d’autres employeurs, mais avantageux sur l’ensemble de la durée de campagne. Le nomadisme du courtage partisan est presque courant d’une campagne à l’autre ; il arrive aussi quelquefois que des courtiers insatisfaits de leur traitement changent de candidat en cours de campagne :

  • 51 Deux jeunes de L.

« Nous, on a d’abord travaillé pour le lion, pendant cinq jours. Et ensuite quand on a vu que c’était n’importe quoi (siba), et qu’on a été payés que deux jours parce que pendant les trois autres jours on n’a rien fait parce qu’on ne nous avait pas donné d’instructions, et qu’on ne savait pas… Alors, comme on a vu qu’ils faisaient ce qu’ils voulaient, et qu’ils n’étaient pas bien, on a changé et on est allé avec celui de la colombe, lui il est bien, on travaille bien avec lui. Dommage que ça ne soit que pour les trois derniers jours. »51

60Les candidats ont quant à eux tout intérêt à faire appel à des jeunes pour animer leur campagne : le faible taux d’activité de ces derniers en fait une catégorie sociale facilement mobilisable, qui dispose d’un capital de sympathie important auprès des électeurs. Leur bonne forme physique constitue aussi atout : les chabab-supporters peuvent parcourir des distances importantes pour distribuer des tracts, et scander d’une voix tonitruante des slogans pendant parfois plusieurs heures (il n’est d’ailleurs pas rare que les jeunes recrutés ne soient pas encore en âge de voter). Il s’agit d’engager des acteurs capables de mener une campagne énergique, « branchée ». Le capital culturel des jeunes (tous les jeunes supporters de la liste RNI interviewés ont une expérience scolaire : ils savent au moins lire et écrire, et quelques-uns ont même atteint un niveau universitaire) leur permet d’exercer un ascendant non négligeable sur des électeurs souvent analphabètes pour qui la compétence scripturale est synonyme de dispositions morales particulières. Enfin, parce que les chabab s’identifient en tant que groupe social spécifique et que des liens affectifs les unissent fréquemment les uns aux autres au sein du quartier, ils constituent un groupe cohérent et solidaire (malgré des différences d’âge et de parcours parfois importantes) : leur mobilisation s’avère sans doute plus efficace que si le recrutement se faisait sur une base sociologique moins homogène.

61On a vu que la tête de liste RNI basait sa légitimité de candidat à la législature sur l’efficacité de son action locale, et confortait son autorité au bidonville grâce à la mobilisation d’un réseau à même de relayer la propagande de manière efficace. L’analyse de certaines séquences d’une campagne-spectacle permettra cette fois de mieux mettre en évidence la logique des rapports souvent ambivalents unissant l’élu local à son électorat.

Entre négation et dramatisation de la distance sociale

Une campagne-spectacle en terrain conquis

62La scénographie de la procession à laquelle on a assisté au bidonville de L. diffère quelque peu de celle observée à Douar S. : le bidonville ne constitue qu’une étape d’un parcours plus long, où sont traversés deux autres quartiers populaires à forte densité de population. La tête de liste et ses supporters ne sillonneront pas les ruelles du bidonville : les intermédiaires se sont chargés de prévenir la population et de réunir les participants au cortège, qui attendent le candidat dans le local du parti sur l’avenue de Bourgogne (loué pour le temps de la campagne et situé à une centaine de mètres du bidonville). Un groupe de quatre jeunes musiciens (trois joueurs de tambourins, les daqqa marakchiyya, et un joueur de neffara, une sorte de trompette traditionnelle) qui se produisent généralement dans les mariages ont été engagés pour la circonstance. Les nombreuses femmes présentes, engagées comme supporters d’occasion, rajoutent au rythme des percussions des youyous stridents, et invoquent le prophète en signe de joie à l’arrivée du candidat. Elles portent presque toutes la jellaba et le foulard traditionnels, foulard au-dessus duquel elles ont vissé une casquette qui marque leur affiliation politique. Les grosses voix d’une trentaine de jeunes supporters portant des tee-shirts à l’effigie de la colombe RNI rajoutent encore au tumulte. Le cortège tient ainsi en un sens de la parade de carnaval, quand de simples maillots (« tuni », déformation du terme français « tenue ») et couvre-chefs permettent de transformer des bidonvillois anonymes en supporters officiels.

63La procession s’ébranle, les badauds accourent, attirés par la musique retentissante et les clameurs festives. La dramaturgie de la sortie-spectacle des Indépendants s’appuie ainsi sur des répertoires traditionnels et folkloriques dont on a vu que les socialistes de Douar S. cherchaient au contraire à se démarquer. Mais les règles du jeu de la propagande restent les mêmes : faire des participants au défilé des producteurs de messages, et saturer autant que possible la manifestation d’affect et d’émotion. Le candidat évolue au milieu de la foule bigarrée de ses supporters. Des bidonvillois viennent à sa rencontre, certains (et certaines) d’entre eux esquissent quelques mouvements de danse. Le fait que L. soit considéré comme un fief RNI donne à la procession une allure moins belliqueuse et revendicative que celle organisée par les socialistes de Douar S. Le cortège se déplace en terrain conquis, dans les rues principales ; l’agitation est bon enfant, même si certains contradicteurs tentent occasionnellement et sans grand succès de se faire entendre. Les commentaires collectés après la manifestation s’inscrivent clairement dans le champ lexical de la fête et de la réjouissance (« hayyahna », « derna l-hiha », « derna l-hafla » : « on a fait la fête »).

La mise en scène de la proximité affective

64Par certains aspects, la sortie-spectacle donne à voir la disjonction entre proclamations de loyauté et octroi de faveurs. Les réalisations du patron et celles de ses relais permanents constituent bien la source de sa légitimité, mais ne suffisent pas entièrement à asseoir son autorité. Les liens affectifs privilégiés unissant l’homme politique à sa base électorale constituent un aspect essentiel de son emprise sur le bidonville. La dramatisation des sentiments pendant la campagne de même que leur mise en récit donnent ainsi foi à la dénégation du calcul. Le candidat s’emploie à démentir symboliquement la relation de pouvoir qui le lie aux bidonvillois (Auyero, 2001, p. 150; Briquet, 1990, p. 37-40 et 1999, p. 14). Il serre toutes les mains qui se tendent, manifeste ostensiblement son plaisir à la vue de certains bidonvillois, à qui il donnera l’accolade et avec lesquels il échangera quelques mots en aparté. Il multiplie les marques de familiarité et d’amitié, les signes d’interconnaissance avec les habitants, et s’applique à donner la preuve de l’existence de cette relation authentique qui l’attache à ses électeurs. Le rituel de la procession doit ainsi « rendre visible, matérialiser la permanence d’une appartenance commune entre l’élu et la collectivité » (Abélès, 1989, p. 356). Mais les gestes du candidat restent toujours mesurés ; ils semblent plus bienveillants qu’affectueux, et emprunts d’une tempérance qui marque son statut de patron.

65De leur côté, si certains bidonvillois se sentent obligés de participer à la sortie-spectacle pour manifester le soutien qu’il portent à la tête de liste, ils ne considèrent pas explicitement leur présence comme une contrepartie à l’action de l’élu-candidat : ils l’envisagent moins sous le prisme de l’obligation ou du devoir que sous celle de la collaboration. Les interviewés utilisent ainsi plus le registre de l’assistance, de la coopération, du concours spontanés, « on va l’aider » (ghadi n-sa’duh), « on va travailler avec (pour) lui (ghadi n-khedmu m’ah), que celui du devoir et de la contrainte (Auyero, p. 158-161). Ils (elles surtout) multiplient non seulement les motifs d’attendrissement, mais aussi de manière plus frappante les motifs de compassion et d’apitoiement vis-à-vis de leur protecteur : « il est tellement gentil, le pauvre, on va voter pour lui » (driyef, meskin, ghan-sawtu ‘lih), « le pauvre, le pauvre, il est timide » (meskin, meskin, kay hchem). La satisfaction éprouvée par des électeurs conscients du poids de leur voix (et donc de leur pouvoir de pression sur le candidat) est tangible (« Dis-lui de ne pas s’inquiéter, qu’on va voter pour lui ! ») : ainsi, l’acte du vote représente un moyen pour les plus pauvres de réactiver cette estime de soi indispensable au sentiment d’appartenance politique. « Dans le contexte du vote libre et secret, l’électeur se trouve en possession d’un bien de valeur, le droit de vote, qui lui donne la possibilité d’accepter ou de refuser l’échange, de le conditionner, ou même de le détourner. Le vote, sollicité avec tant d’empressement, de moyens et d’emphase, confère à l’électeur courtisé un grand pouvoir symbolique. » (Goirand, 2000, p. 316-317.) L’inversion temporaire du rapport de domination fonctionne alors comme un « moyen de politisation ».

66Les qualités morales de la tête de liste semblent constituer une donnée déterminante dans le choix du vote. Les slogans réaffirment ainsi en rythme et en chanson que le « candidat est un homme bien » (rajel mezian, allah y’ammarha dar) et qu’il a « un cœur pur » (qalb sadiq). L’excellence du caractère devient un argument politique décisif. En utilisant des « critères personnalisés d’appréciation », les bidonvillois peuvent « appliquer aux situations électorales le « chiffre » qui leur permet d’appréhender les événements de la vie quotidienne », et « retradui[re] les données du choix en recourant aux critères […] éthiques qu’ils utilisent couramment dans les relations interpersonnelles. » (Gaxie, 1978, p. 235). Que « ces qualités et attributs soient réels, présumés ou largement fictifs importe peu en définitive », non pas tant parce que « les apparences comptent plus que la “réalité” » (Garraud, 1989, p. 15), mais plutôt parce qu’elles viennent rationaliser un choix qui se fonde aussi, et surtout, sur d’autres facteurs (accessibilité, efficacité, etc.).

La distance sociale dramatisée

67La campagne-spectacle, si elle donne à voir la proximité du candidat à ses électeurs et constitue l’occasion d’enchanter la relation de clientèle, permet aussi paradoxalement, par la co-présence, par la proximité des corps, de mettre en scène l’homme politique comme éminemment distinct et distant. La procession dramatise en effet la figure de notable de la tête de liste. Alors qu’on distinguait mal dans la campagne USFP le candidat des membres de la Jeunesse socialiste avec lesquels il cherchait à se confondre, les attributs vestimentaires du candidat RNI tendent au contraire à l’isoler de la foule : son costume bleu marine bien coupé, sa cravate, sa chemise blanche amidonnée et ses chaussures vernies contrastent singulièrement avec l’habillement coloré et disparate des habitants du bidonville.

68Les marques de la notabilité de la tête de liste sont aussi renforcées par l’attitude des électeurs, qui peuvent se montrer enclins à exagérer leur lien d’allégeance au candidat. L’extériorité de ce dernier au bidonville est en effet souvent soulignée, parce que considérée comme gage d’efficacité. Son capital économique et culturel est d’autant plus commenté et valorisé qu’il procure les moyens matériels, mais aussi l’autorité sociale nécessaires pour défendre au mieux les intérêts des électeurs : il devient alors une qualité politique. Deux épisodes retracés ici montrent comment (et dans quelle mesure) la distance au candidat-patron peut être mise en gestes par les bidonvillois eux-mêmes. Le premier incident, auquel je n’ai pas assisté, se déroule lors d’une précédente visite du candidat à L. La scène a lieu dans « le quartier du bas » (l-teht) et a suscité de nombreux commentaires. Plusieurs personnes habitant le derb se sont élancées à la vue du candidat pour lui baiser la main. Ce mouvement du corps, qui redit l’attachement physique, mais aussi moral, constitue un signe de soumission d’autant plus fort qu’il est de moins en moins pratiqué au Maroc ; sur la scène politique nationale, seul le baisemain au Roi subsiste dans les cérémonies officielles et apparaît désormais comme marque de distinction à usage exclusif. Je n’ai recueilli concernant cet épisode que des jugements fortement désapprobateurs, surtout de la part des générations les plus jeunes, qui condamnent un acte inutilement « servile » et dégradant. Les auteurs de la maladresse sont en effet désignés comme de « vieux inconscients » (nass kbar u ma wa’yinch), dont le grand âge explique et excuse dans une certaine mesure le geste, perçu avant tout comme anachronique :

  • 52 Karim, 25 ans, porteur au marché de L.

« Aujourd’hui nous ne sommes plus des animaux, on n’est pas des esclaves, mais ils ne savent pas, tu sais avant les choses étaient différentes dans leur temps, c’était normal de se courber et d’avoir peur, mais depuis les choses ont changé. Comme ils sont vieux, qu’ils n’ont pas étudié, ils ne peuvent pas savoir et il faut leur pardonner, on doit laisser la « conscience » (al-wa’y) aux nouvelles générations. »52

69Ainsi, si le but des « campagnes-spectacle » est bien de mettre en scène les signes de ralliement au « candidat-patron », il existe cependant des limites dramaturgiques à ne pas dépasser dans la symbolique de l’affiliation et de l’adhésion. Il serait d’ailleurs faux de penser que la représentation de l’allégeance relève du simple fait des bidonvillois : le goût pour la théâtralisation des rapports sociaux en période électorale est partagé par les habitants d’autres segments de la ville. Il semble même qu’une certaine compétition se développe entre les supporters des différents quartiers qui rivalisent pour produire le meilleur scénario de mise en valeur d’un candidat commun. Ainsi par exemple, lors de la même sortie-spectacle, des habitants d’une zone de villas proche du bidonville ont-ils accueilli la tête de liste RNI sur le seuil de leur maison avec des dattes et du lait, en signe de bienvenue. Ces aliments ont dans la tradition arabo-musulmane une fonction symbolique forte, et même si la coutume s’est un peu perdue, elle est toujours signe d’hospitalité. Mais la dramatisation du geste donne à voir un ethos de la solennité et de l’ostentation qui transcende l’épisode a priori banal. Il s’agit pour les électeurs d’orchestrer eux-mêmes la singularité de leur candidat, et par là même, de donner à voir leur pouvoir. L’autorité du leader est renforcée par une mise en scène produite par ses partisans : « les “petits” œuvrent aussi à l’innovation politique et leur apport n’est pas en contradiction nécessaire avec celui des “grands” » (Bayart, 1989, p. 304).

  • 53 C’est le prénom du candidat qui est scandé par les électeurs.
  • 54 Mbarka, 63 ans, femme de ménage à la retraite.

« Alors voilà, que je t’explique bien comment ça s’est passé. Ils ont fait quelque chose plus que pour un mariage, ils lui ont fait un cadeau comme un roi, avec les dattes et le lait, et lui il a souri et il s’est caché le visage dans les mains, comme ça [elle mime], parce qu’il avait honte, le pauvre, il est gentil (driyef). Et puis il y avait des youyous, les femmes invoquaient le prophète (l-’yalat kanu kay salliwu ‘la n-nbi), et les tambours, et tout le monde criait son nom53 ! Alors il a pris une datte [elle mime encore, en adoptant une attitude un peu pincée censée traduire la délicatesse du geste du candidat]. Et il souriait, je crois qu’il était content, il est vraiment gentil, le pauvre. Et puis il a bu [elle mime toujours]. Et il a remercié, parce qu’il est timide, et les gens chantaient, et la musique ! Et tout le temps, c’est resté civilisé. »54

70Ce témoignage est d’autant plus révélateur que mon interlocutrice n’a pas assisté à la scène, mais la décrit en en reproduisant chaque détail à mon intention, et en prenant apparemment un grand plaisir à cette évocation. Si cet épisode a fortement marqué les esprits au bidonville, c’est sans doute parce qu’il constitue un acte de reconnaissance mutuelle entre le candidat et ses partisans. Les témoignages tendent ainsi à recréer un instant fondateur, les supporters consacrant et honorant leur candidat par une offrande qui engage en retour le candidat à honorer ses électeurs en travaillant une fois élu à défendre leurs intérêts. La mise en spectacle du candidat-héros apparaît donc comme une constante de la campagne électorale, l’intérêt primordial accordé à la gestuelle éclipsant souvent le verbe dans ce type de campagne où la politique est d’abord affaire de symboles, et « ne relève pas de l’énonciation, mais de la démonstration par le drame » (Balandier, 1980, p. 11). On peut ajouter que lorsque la même scène est rapportée par des interlocuteurs moins âgés, les témoignages se font moins ouvertement enthousiastes et satisfaits : ils traduisent l’ambivalence et l’ambiguïté d’appréciation dont font preuve les plus jeunes à l’égard de l’épisode. Il s’agit à la fois de le minimiser, tout en en soulignant l’importance symbolique. S’ils expriment une certaine fierté à avoir vu leur candidat se soumettre à une « cérémonie » dont l’organisation lui échappait, les jeunes interviewés se montrent plus réservés et même ironiques quant à l’aspect folklorique de l’événement. Le public participe ainsi à la co-production de la campagne non seulement par ses initiatives pendant les sorties-spectacle, mais aussi « par ses comportements d’information et pratiques de communication interpersonnelle, entre autres, [qui] assur[ent] l’invention, l’interprétation, la diffusion, le rejet d’arguments, d’évaluations, de récits, de mythes, de représentations » (Gerstlé, 1989, p. 10).

  • 55 Hicham, 24 ans, étudiant, supporter de la tête de liste RNI.

« Oui, je crois que tout le monde était content, et surtout O. Mais tu sais, il faut dire que ça n’a pas duré longtemps, c’était un peu un jeu. Et les youyous et les tambours, c’est sûr que c’est pas moderne, c’est traditionnel, mais c’est pour faire la fête, et ça fait plaisir aux gens. Alors pourquoi ils ne le feraient pas ? »55

71L’épisode traduit en définitive la double dimension fondamentale des processions électorales : celles-ci sont d’abord l’occasion pour les électeurs de prouver leur attachement à un candidat. Mais la campagne n’engage pas seulement les électeurs qui y participent : elle oblige également la tête de liste, qui accomplit en se déplaçant au bidonville un acte de reconnaissance essentiel. Il s’agit de donner à voir la complémentarité, la « coopération certes inégale » mais réelle, « qui implique la réciprocité » (Banégas, 1998b, p. 99).

72Nous avons vu que le candidat était au centre de la mise en scène des sorties-spectacle, et nous avons jusqu’à présent peu parlé du parti. Celui-ci n’est cependant pas absent de la rhétorique et de la symbolique des parades électorales, même s’il s’agit d’en analyser les aspects avant de pouvoir se prononcer sur les représentations développées par les bidonvillois à l’égard des organisations politiques.

Les symboles à l’aide de l’expression de la compétence des électeurs

De l’analyse des symboles à l’exégèse politique

  • 56 Les symboles ont été introduits pour permettre le vote à bulletin unique, destiné à empêcher toute (...)

73Les symboles choisis par les partis pour le scrutin du 27 septembre 2002 ont servi de base à une très grande partie des analyses élaborées par les bidonvillois au sujet de la scène politique lors de la campagne. Alors même qu’ils étaient utilisés pour la première fois56, ils se sont faits omniprésents dans le champ discursif. À première vue, le recours aux emblèmes, imaginé dans le but de permettre une identification plus aisée, en particulier pour les électeurs analphabètes, des 26 partis en compétition, va à l’encontre de la politisation des votants. L’exégèse des symboles semble en effet accréditer la parole profane et encourager la réinvention du monde opaque de la politique en effaçant les inhibitions. L’interprétation des signes semble pouvoir justifier à elle seule la défiance à l’égard d’un candidat, ou légitimer au contraire la confiance et la sympathie portées à un autre. Il est vrai que les interviewés ne manquent pas d’inspiration ni de poésie pour développer leur rhétorique, les femmes se montrant d’ailleurs plus inventives que les hommes, et étant plus enclines à la production du discours imagé :

  • 57 Il existe au Maroc une marque de boîte d’allumettes sur laquelle figure un lion.
  • 58 Latifa, 29 ans, L.

« La couleur de la colombe, c’est le bleu, et moi j’ai toujours aimé le bleu, c’est ma couleur favorite, depuis que je suis toute petite. C’est la couleur du ciel, c’est la mer, c’est beau, ça me donne de l’enthousiasme, ça correspond à mes goûts en tout cas. Par contre les lions, ceux-là, ça se voit tout de suite que c’est des grands hchaychi [fumeurs de haschich] : ils sont capables seulement de se rappeler le signe qu’ils voient sur les boîtes d’allumettes dont ils se servent toute la nuit57. Dès qu’on voit le lion, on a compris que c’est des alcooliques et des drogués. Tfu ! [Onomatopée qui désigne en dialecte l’action de cracher]. Ils croient qu’ils vont tromper qui avec ça ? Personne ne votera pour eux ! »58

  • 59 Hakima, 44 ans, L.

« La colombe c’est la plus forte, parce qu’elle peut voler. Le lion ne peut pas, il regarde et il grogne et il ne peut rien faire. »59

  • 60 Fatima, 44 ans, L.

« Nous on aime bien la colombe parce qu’elle est petite. Les lions, ils sont seulement au zoo, sinon ils font peur. La colombe on peut l’avoir sur l’épaule tranquillement, on peut la prendre dans la paume de sa main, on peut la caresser. »60

  • 61 Dans les jeux de cartes marocains (40 cartes) d’origine espagnole, un des signes représente une so (...)
  • 62 Bouchra, 28 ans, L.

« Mais qu’est-ce que c’est que ce couteau ? C’est une chbada ? Il croit qu’il joue aux cartes ou quoi lui ? Il veut jouer à Ronda61 ? Il fait de la politique ou il fait n’importe quoi (kay dir as-siyassa wella ghir kay tfalla) ? »62

  • 63 Mbarka, 63 ans, ex-femme de ménage, L.

« Ah non ! Celui-là on ne l’aime pas, et pourquoi il a choisi la dague ? Moi je le sais ! Pour prendre nos voix et ensuite, nous égorger, nous tuer [elle rit] ! Mais on n’est pas aussi stupide. Et le lion, qu’est-ce qu’il fait normalement dans la forêt ? Il tue tous les autres animaux ! Moi je ne le laisserai pas me manger, moi je ne veux pas mourir [elle rit encore] ! Et qu’est-ce que c’est ce palmier, là [elle feuillette la pile de tracts collectés à mon intention, en en faisant le compte rendu] ? Moi je ne vis pas dans le désert, je n’ai pas besoin de dattes, ça doit être un parti pour les paysans (‘rubiyya) ça encore. Et là, encore un chameau, il est fou celui-là, qu’est-ce qu’il veut que je fasse, moi, de son chameau ? Non, vraiment, la colombe, c’est la seule que je veux, elle est jolie et propre, c’est pour ça qu’il faut voter pour elle. »63

  • 64 Mina, 35 ans, L.

« Moi je n’ai pas peur que la colombe s’envole trop loin, parce que son nid c’est la commune, et qu’elle vole pour notre liberté à nous. »64

74Ce n’est pourtant pas un hasard si tous les témoignages mettant en scène une colombe garante de sérénité et de sécurité ont été collectés dans le bidonville de L. Ainsi à Douar S., nous n’avons recueilli aucun commentaire sur ce volatile : il ne stimulait pas le lyrisme des bidonvillois, tout simplement parce que le vote RNI ne constituait pas pour eux une alternative politique crédible (le parti n’a réuni que 127 voix – soit 1,22% des suffrages exprimés – à l’échelle de la commune à laquelle se rattache Douar S.). L’inspiration des bidonvillois ne s’exerce donc pas de manière tout à fait déconnectée des configurations politiques à l’œuvre. On glose essentiellement sur les symboles (et donc sur les partis et les têtes de liste) qui font sens à l’échelle du quartier, parfois de la commune. Par une rationalisation a posteriori, l’analyse du signe s’adapte à la représentation que les électeurs se font du parti.

L’analyse du signe : une rationalisation a posteriori

  • 65 Même si la couleur du RNI lors des élections communales de 1997 était le turquoise (chibi), et que (...)

75Il n’est pas inutile de reprendre certains des témoignages cités pour mieux mesurer à travers une rapide explication de texte leur dimension politique et la manière dont les configurations locales informent les improvisations autour des symboles. Dans le premier extrait, Latifa motive le choix qu’elle fait d’un parti, le RNI, par son penchant pour une couleur particulière. Signalons d’abord que la colombe n’a pas le monopole du bleu65, et que celui-ci peut être associé à d’autres partis qui l’utilisent également pour illustrer leur symbole (il en va ainsi du Parti du progrès et du socialisme, PPS, qui a opté pour un livre bleu, du parti du Congrès national ittihadi, CNI, qui a choisi un bateau bleu, de la Gauche socialiste unifiée, GSU, représentée par des bougies bleues, ou d’Alliance des libertés, ADL, figurée par un réveil bleu…) Il est de plus intéressant de noter qu’aux élections communales de 2003, alors même que la colombe était devenue noire (et que ses détracteurs ne manquaient pas de s’esclaffer sur la transformation de l’oiseau de paix en « corbeau », volatile de malheur), Latifa a encore une fois voté pour le RNI – et ce même si le président de la commune ne s’est pas présenté à ces élections (il a cependant activement parrainé la nouvelle tête de liste lors de la campagne). Le penchant pour une certaine couleur, s’il constitue aux yeux de Latifa un mode d’identification politique recevable (puisqu’elle le reprend à son compte), n’est pourtant pas le ressort premier de son vote, qui prend sens dans une logique de fidélité à l’élu du quartier et à son patron (bien plus qu’à sa formation politique il est vrai).

76Réinterpréter son adhésion au « candidat du quartier » en la donnant à voir à travers le prisme de la préférence personnelle, du penchant individuel, c’est en quelque sorte se réapproprier son vote, alors qu’il s’inscrit dans une logique communautaire de soutien d’un quartier à un candidat. Faire ici référence à un goût subjectif (et assumé comme tel) plutôt qu’à un cadre explicatif rationalisant pour motiver son vote, c’est en effet revendiquer un libre arbitre, une autonomie de jugement politique. C’est se démarquer des autres partisans de la tête de liste RNI en faisant preuve d’inventivité, de non-conformisme, mais aussi de sincérité et de désintéressement dans le ralliement. En exprimant sa sensibilité esthétique au symbole du parti, Latifa cherche à faire preuve d’une conscience politique plus authentique. Le symbole permet ainsi de dire son attachement autrement, de se reconnaître dans un candidat de façon personnalisée : il a dans ce sens une réelle fonction de médiation identificatoire. Il permet de verbaliser une préférence d’autant plus difficile à expliciter que le niveau culturel des individus est bas et qu’ils sont moins habitués à rendre compte de leur expérience politique (Gaxie, 2002, p. 156).

77L’interprétation du lion (symbole du Parti libéral marocain, PLM) comme animal politiquement incapable et même dangereux doit également être prise en compte en fonction de l’expérience politique des interviewés. Si le roi des animaux est tourné en ridicule, et que loin d’évoquer le courage et la force, il incarne l’arrogance et la menace, c’est en raison de la représentation qu’ont les bidonvillois de la tête de liste du parti, élue à la présidence de leur commune suite aux élections communales de 1997. L’élu avait démissionné en 1999 suite à une affaire de corruption qui avait conduit à la mise en examen de trois responsables de la commune – son premier vice-président, son rapporteur, ainsi que la responsable du service de comptabilité générale – pour trafic de biens publics. Il avait alors été remplacé par l’actuel président, dont les réalisations avaient été d’autant plus appréciées et remarquées qu’elles intervenaient après un contexte de crise. L’acharnement sur le lion perçu comme menaçant ne relève donc pas de l’arbitraire, mais se base au contraire sur une mémoire du champ politique local. Si le manque d’expérience des bidonvillois face à l’argumentation politique ne leur permet pas toujours de hiérarchiser dans leur discours les raisons de leur choix, et les incite à utiliser des métaphores et des images appartenant à des registres avec lesquels ils se sentent plus à l’aise, les préférences qu’ils expriment sont basées sur un savoir empirique, sur une expérience vécue. Ils déchiffrent les différences politiques à partir de repères concrets et bricolent une « compétence pratique politique » (Favre, Offerlé, 2002, p. 204). On n’a pas affaire à des citoyens moins compétents, mais plutôt à des citoyens dotés d’un « type de compétence » différent (Joignant, 2002, p. 248). A travers le discrédit porté à un symbole et à un parti, les bidonvillois entendent avant tout disqualifier une tête de liste, jugée éminemment peu fiable.

  • 66 Ainsi pouvait-on lire au bas des tracts distribués dans la circonscription : « Par le choix de cet (...)

78Dans l’esprit des leaders du Mouvement populaire (MP), le choix de la dague comme signe du parti renvoyait au registre de « l’authenticité marocaine »66. L’allégorie du poignard a cependant été entièrement réinterprétée par les bidonvillois de L. La dague est devenue signe d’un folklore sans consistance ni pertinence politiques (témoignage de Bouchra) ; elle a aussi été rejetée en raison de son association au registre de l’intimidation et de la violence (témoignage de Mbarka).

79Encore une fois, les commentaires ne relèvent pas d’imaginaires totalement séparés ou indépendants des configurations politiques. La tête de liste du MP était en effet connue des interviewés, puisqu’il s’agissait du député sortant de la circonscription. Or nombre de bidonvillois lui reprochaient son absence, sa « disparition » de la circonscription après son élection en 1997. Ainsi, lorsque Mbarka affirme qu’une fois le scrutin passé, la dague « nous tuera », elle évoque d’une manière imagée la trahison ressentie après les précédentes législatives : le symbole permet de dramatiser les espoirs déçus, mais aussi la défiance ressentie à l’égard d’un candidat, en apportant la preuve tangible de sa perfidie.

80La présentation de la colombe comme oiseau apprivoisé, que sa petite taille donne envie de caresser (témoignage de Fatima) et qu’on n’a pas peur de voir s’envoler loin de son nid (la commune, témoignage de Mina) est assez explicite : les habitants de L. manifestent à travers l’énumération des qualités du volatile la confiance placée plus dans leur candidat que dans son parti. Le champ lexical de la proximité, de l’amitié, de l’espoir, traduit les liens privilégiés qui unissent la tête de liste RNI à sa base électorale bidonvilloise. Si l’interprétation des symboles permet aux interviewés de s’adonner au « plaisir de la figure » (Reboul, 1991, p. 122), les appréciations exprimées sur les hiérarchies animales (ou végétales) sont adaptées à la « faune » (flore) politique locale et largement tributaires des perceptions qu’en ont les personnes interrogées. C’est en fonction d’un contexte spécifique (celui du bidonville de L. en septembre 2002) que la colombe devient emblème de sérénité et de sécurité et le lion de cruauté et d’incompétence. Dans un autre contexte, avec d’autres candidats, la colombe aurait pu être stigmatisée et disqualifiée pour sa trop grande vulnérabilité et le lion vanté pour son courage et sa force. Alors qu’à Douar S. la rose est considérée par les supporters de l’USFP comme « une belle fleur, et c’est important parce qu’on manque de fleurs ici », ou encore comme « le symbole des jeunes mariés », elle constitue un signe dont il faut se méfier à L., « parce que les épines piquent ».

81La fonction de médiation identificatoire assurée par les emblèmes politiques fonctionne donc moins pour associer symboles et partis que pour associer symboles et candidats en fonction d’un contexte local spécifique. Il reste que l’emploi répété des symboles lors de scrutins ultérieurs pourrait participer, comme dans le cas indien analysé par Christophe Jaffrelot (1993), à une institutionnalisation des partis politiques et à une acculturation plus profonde des électeurs aux différentes formations.

Conclusion

82Nous avons donc vu que les deux candidats déploient des registres différents de légitimation, en fonction des ressources à leur disposition et de la configuration politique locale dans laquelle s’inscrit leur campagne. Mais chaque candidat s’appuie aussi sur des répertoires de propagande diversifiés (voire hétérogènes), et l’on retrouve dans la présentation de soi des deux têtes de liste cette oscillation entre une proximité affichée aux électeurs et la démonstration d’une distance qui les distingue absolument. L’étude de certains épisodes de campagne montre que c’est la logique spécifique de chaque interaction qui incite à l’utilisation d’un registre plus que d’un autre (proximité ou distance), et « le fait concrètement exister » (Lagroye, 1994, p. 14). Si le candidat s’efforce constamment de s’adapter aux « situations de communication » auxquelles il se trouve confronté, il doit aussi faire en sorte de se conformer à des « impératifs de cohérence » pour rester crédible auprès des bidonvillois. En tant que mise en scène publique, l’une des fonctions de la sortie-spectacle consiste à « réactiver symboliquement », par la production et la dramatisation des affects qu’elle génère en une même unité de temps et de lieu, « la cohérence des divers traits de son rôle, tel que [la tête de liste] les a forgés lors de sa carrière passée » (Briquet, 1994, p. 20).

83À Douar S., la proximité de la tête de liste socialiste aux votants se décline sous le prisme de l’intimité psychologique, du partage d’un même état d’esprit. Elle se base sur le principe d’une convergence de pensées et d’aspirations qui ne requiert pas la démonstration dramatisée d’une familiarité affective – à laquelle ne pourrait d’ailleurs prétendre le candidat en raison de sa position d’outsider. Le statut de la tête de liste RNI, candidat-élu local, lui permet au contraire d’user du registre de l’interconnaissance avec ses électeurs, et de mettre en gestes pendant la campagne les liens privilégiés qui l’unissent à eux. Dans le premier cas, il s’agit de jouer sur l’affirmation d’une proximité sociale et d’une compatibilité mentale avec les jeunes bidonvillois de Douar S. Dans le second, la proximité est sentimentale et se conjugue avec le thème de l’accessibilité sans pour autant que le cœur et la bonne volonté n’effacent la distance sociale. Cette dernière garantit en effet en partie l’efficacité de l’action locale par laquelle se distingue le candidat-patron, alors que la publicité socialiste vise plutôt à mettre en avant la figure d’intellectuel et de journaliste engagé du candidat, tout en insistant sur sa carrière militante et son importance au sein de l’appareil partisan. Tandis que O. A. se distingue par ses compétences et ses réalisations concrètes, c’est par l’authenticité et la portée de son engagement idéologique que se caractérise M. E. G. L’analyse de la campagne fait également ressortir les « pesanteurs du local » (Abélès, 1989, p. 313). Elle met en évidence les rapports de forces qui trament et informent les interactions et le territoire quotidiens, ce d’autant plus qu’au bidonville, toute initiative d’aménagement de l’espace revêt une forte charge politique en raison de la pénurie d’infrastructures et de la réticence étatique face aux actions susceptibles de conforter l’installation des habitants et de leur donner un caractère permanent. Les représentations et les comportements politiques dépendent donc largement des logiques spatiales, qu’elles contribuent à façonner en retour. Parce que les stratégies d’affiliation se construisent d’abord en fonction des configurations locales, la dimension de vote sanction du suffrage PJD (souvent analysé comme une réaction à l’égard de la politique d’alternance jugée décevante par une majorité de Marocains) ne joue pas (ou en tout cas pas systématiquement) au bidonville. On sanctionnera d’abord un député sortant en fonction de son engagement local, et la sanction aboutira à un vote en faveur d’un candidat jugé plus apte à agir concrètement en faveur du bidonville.

84Si les modes d’intellection et d’appréhension du politique développés par les bidonvillois ne relèvent en général pas de la maîtrise de catégories abstraites, le faible degré de conceptualisation qui les caractérise « ne doit pas être entendu comme de l’incohérence ou être uniquement interprété comme une réaction à des formes imposées sans logique ou intelligibilité internes » (Haegel, Rey, 1997). Le vote résulte en effet d’un arbitrage qui n’est pas exempt de toute rationalité : la décision se fonde sur une expérience et un savoir pratiques. Le pragmatisme du choix limite encore l’influence du PJD au bidonville : la rémunération du vote fait soit l’objet d’une transaction monétaire ponctuelle (qui ne pourra être conclue avec un candidat PJD, le parti ayant basé sa crédibilité dans une très large mesure sur le refus de la corruption), soit – et c’est de plus en plus souvent le cas – d’une fourniture de services collectifs.

85On peut dire pour conclure que le vote obéit ici à deux logiques : il est éminemment personnel, dans le sens où les bidonvillois expriment leur préférence pour un candidat plus que pour un parti. Il est aussi éminemment communautaire, dans le sens cette fois où les allégeances prennent très souvent une dimension collective : c’est avec la rue, le quartier, ou même avec tout le bidonville qu’on vote pour telle ou telle tête de liste, dans l’espoir d’obtenir des gains collectifs (en général des équipements de base). Et c’est principalement pour cette raison que le bidonville ne constitue pas ce « réservoir naturel » du vote islamiste que redoutait et dénonçait la presse à la veille des élections.

Notes

1 Il était évidemment impossible de suivre la vingtaine de formations politiques concurrentes dans chacune des trois circonscriptions. Il s’avérait également délicat de mettre en avant des impératifs d’objectivité scientifique pour solliciter l’accès à plusieurs réseaux partisans concurrents sur une même circonscription, les antagonismes entre les différentes listes suscitant méfiance et suspicion.

2 Pour reprendre l’expression de Chafik Laabi, « Leçon d’un scrutin », La Vie Économique, n° 4183, 27/09-03/10/2002. L’USFP comptait avant les élections législatives neuf ministres, ministres délégués et secrétaires d’État (le Premier ministre Abderrahmane Youssoufi étant considéré comme une des figures fondatrices du parti) et constituait le premier groupe parlementaire.

3 Par exemple : Jacques Bertoin, « Chronique d’une démocratie annoncée », Jeune Afrique/L'Intelligent, 07/10/2002 ou « Le socialisme est-il soluble dans les bidonvilles ? », Jeune Afrique/l’intelligent, 30/09/2002.

4 Notons que M. E. G. a été élu à la direction du parti lors du 6e congrès de l’USFP, au cours duquel une frange des militants de la Jeunesse socialiste (avec à leur tête le leader de la Chabiba, Mohamed Hafid) ont quitté le parti en dénonçant l’absence de base démocratique du congrès.

5 Youssef Fikri, surnommé « l’émir du sang » par la presse nationale, a été arrêté le 12 juillet 2002 à Tanger et accusé d’avoir commis ou poussé à commettre une vingtaine de crimes en cinq ans. Il avait séjourné à plusieurs reprises à Douar S. Zakaria Miloudi, émir du mouvement as-Sirat al-mustaqim, est soupçonné d’avoir ordonné par fatwa le crime par lapidation d’un jeune dealer à Douar S. en juillet 2002. Pour une analyse plus détaillée, voir le mémoire de DEA d’Abdellah Tourabi (2003).

6 Ahmed Osman est une personnalité incontournable de la scène politique nationale, beau-frère du roi Hassan II, il a été ambassadeur à Rome puis à Washington, directeur du Cabinet Royal, Premier ministre à plusieurs reprises et président du Parlement. Il est député depuis 1977.

7 Chafik Laabi, « RNI : très large prédominance des hommes d’affaires dans le bureau exécutif », La Vie Économique, 30/11/2001 et « Le RNI est-il toujours le porte-parole du centre politique au Maroc », La Vie Économique, « Guide élections 2002 : tout sur le scrutin », septembre 2002.

8 Au bidonville, la discrétion de la propagande PJD a constitué un fort argument de légitimation aux yeux de ceux qui ont voté pour le parti. Cette « retenue » a ainsi été décrite par certains sympathisants comme signe d’un engagement authentique, le refus du spectaculaire et des « effets spéciaux » (pour reprendre l’expression d’un jeune bidonvillois de Douar S.) étant perçu comme marque d’intégrité. Les contradicteurs du PJD dénonçaient quant à eux une stratégie « hypocrite » (munafiqa) et insistaient sur le fait que la propagande était réelle bien que non apparente : elle avait lieu « cinq fois par jours dans les mosquées ».

9 Le recensement des bidonvilles de 1992 a dénombré 2 628 baraques abritant une population d’environ 18 600 personnes. Le caïd en charge de l’arrondissement estimait en octobre 2002 à 6 000 le nombre de baraques et à plus de 40 000 le nombre d’habitants.

10 Le Parti de l’Istiqlal est le plus ancien parti marocain. Né en 1936 sous le nom de Comité d’action national, il prend son nom actuel le jour de la présentation du Manifeste de l’Indépendance le 11 janvier 1944. Le parti est attaché dans les représentations à la lutte contre le Protectorat. Il possède un puissant appareil organisationnel, et revendique 140 000 militants en septembre 2002.

11 D’après les militants socialistes interviewés, le président de la commune aurait ambitionné une deuxième position sur la liste de son parti dans la circonscription. Il aurait refusé la troisième place qui lui était proposée, mais y aurait tout de même positionné un de ses proches, tout en acceptant de conduire la propagande à l’échelle de sa circonscription communale.

12 Maître d’école coranique.

13 Les résultats pour la préfecture sont tirés des chiffres publiés par la REMALD (2003). Pour les résultats au niveau du douar et des bureaux de vote, ils ont été recueillis auprès d’un responsable de la campagne socialiste dans la circonscription.

14 La concordance du score PJD à l’échelle de la commune avec celui réalisé à l’échelle de la préfecture montre en outre que si les bidonvillois votent aussi pour les islamistes, ils ne votent pas plus pour eux que les autres électeurs. La logique du vote clientéliste communautaire au bidonville (sur lequel nous reviendrons) rend même souvent les bidonvillois moins susceptibles de voter en faveur des islamistes que les électeurs des autres quartiers. Ainsi par exemple, dans un bureau central de la circonscription où plus de 90% des électeurs sont bidonvillois, le PJD n’obtient que 7% des voix (41 % des suffrages sont allés au candidat FFD).

15 Voir à cet égard l’interview de M. E. G. dans As-Sahara du 16/09/2002 : le candidat y dénonce le « trafic » et le « racket » organisés par les élus et les pouvoirs locaux dans la circonscription, en particulier au moment des élections. En jouant sur l’« hétéro-imputation négative », c’est-à-dire en imputant la responsabilité d’une situation négativement définie à un autre acteur (Le Bart, 1992, p. 39), le candidat discrédite des individus dont les responsabilités électives ne se situent pas au même niveau que celui auquel il prétend. Il fait ainsi l’économie d’un bilan délicat de l’alternance, en évitant par exemple de s’interroger sur les résultats de la politique de résorption de l’habitat insalubre menée par le Gouvernement (majoritairement socialiste) au niveau national.

16 Yasser, sympathisant socialiste, réparateur de cycles, 55 ans.

17 Mohamed, militant socialiste du bloc 6, 28 ans.

18 Douar S. a par la suite été intégré dans le projet d’électrification officielle des bidonvilles de Casablanca. L’électrification du bidonville a été entreprise au début de l’année 2003 (soit, d’après le témoignage d’un jeune socialiste, « juste un peu après des élections et juste un peu avant d’autres élections »). Elle a d’abord concerné les blocs 1 et 7. Le bloc 6 a été le dernier quartier à être électrifié.

19 Mustapha, militant socialiste du bloc 6, 24 ans.

20 L’âge légal du vote au Maroc jusqu’aux élections communales de 2003, où il a été abaissé à 18 ans.

21 Il est vrai que par rapport à l’ensemble des candidats ayant accédé au statut de parlementaire après le résultat des urnes, la tête de liste socialiste de la préfecture de cette circonscription est relativement jeune. À 38 ans, il fait partie des 13 % d’élus (43 au total) de moins de 40 ans dans le nouveau Parlement.

22 Un jeune de 19 ans assistant à la campagne-spectacle.

23 Une bidonvilloise d’une soixantaine d’années, assistant sur le seuil de sa porte au défilé socialiste.

24 Pour mieux mesurer l’importance et la force des symboles en politique, on peut comparer la tenue du candidat socialiste avec celle adoptée par le président de commune istiqlalien en campagne pour la liste de son parti à Douar S. Alors que le premier mise sur un look moderne et dynamique (qui suggère le changement et le renouvellement), Lhaj Abbas opte quant à lui pour un genre plus traditionnel et puise dans le répertoire national pour donner à voir l’authenticité de son engagement : lors des sorties spectacle qu’il organisait, il défilait en effet en tête de cortège, au milieu de ses supporters, vêtu d’une jellaba immaculée.

25 Selon les chiffres du ministère de l’Intérieur, 26,4% des inscrits à l’échelle de la préfecture, 25 % à l’échelle nationale a entre 20 et 30 ans, et 29,3 % (27 % pour la moyenne du pays) sont âgés de 31 à 40 ans.

26 Un jeune de 26 ans participant à la sortie-spectacle.

27 Mina, 37 ans, voisine d’un des militants du bloc 6.

28 Fatna, 57 ans, une voisine du bloc 6.

29 Un jeune sympathisant socialiste.

30 Philippe Braud (1973, p. 108) oppose la connaissance du « personnage » politique du candidat (dont les caractéristiques ou les qualités sont celles que la propagande électorale suggère aux électeurs) à celle de la « personne réelle ». À moins que nous ne le précisions expressément, il va de soi que c’est toujours aux « personnages » politiques des compétiteurs que nous nous intéressons, à leur image telle qu’ils la donnent à voir et surtout telle qu’elle est perçue par les bidonvillois.

31 Mustapha, 24 ans, militant membre de la Chabiba.

32 Voir par exemple l’article à la gloire du député fraîchement élu intitulé « La victoire de la foi » et paru dans l’hebdomadaire La Vérité (n° 87, 4-10/09/2002), dont le rédacteur en chef Jamal Berraoui avait dirigé la campagne de M. E. G.

33 Ibidem.

34 Ibidem.

35 Ibidem.

36 Younès, 29 ans, militant membre de la Chabiba.

37 Cette expression est empruntée à Camille Goirand (1998).

38 826 ménages ont été dénombrés au bidonville lors du recensement de 1992 et 880 (soit près de 5 000 habitants) lors du recensement de 2001.

39 D’après les résultats fournis par la tête de liste RNI.

40 La préfecture était divisée pour les législatives de 1997 en 6 circonscriptions (la commune à laquelle était rattaché le bidonville de L. constituait une de ces circonscriptions) ; en 2002, seuls 5 sièges étaient à pourvoir.

41 Le terme inclut une dimension affective importante : l’enfant du quartier, c’est aussi le copain, l’ami pour ses pairs, le fils des voisins qu’on a vu grandir pour ses aînés.

42 Leila, 40 ans, femme au foyer.

43 Khadija, 45 ans, femme de ménage.

44 Les tontines consistent en une association informelle d’individus qui versent régulièrement (en général chaque semaine, parfois chaque mois) de l’argent à une caisse commune dont le montant est reversé à chacun des membres à tour de rôle. L’ordre dans lequel l’argent est distribué aux différents participants est la plupart du temps tiré au sort (d’où le terme « qur’a » utilisé en dialecte, qui signifie « tirage au sort ») : les premiers à recevoir l’argent bénéficient en quelque sorte d’un prêt sans intérêt ; les derniers récupèrent simplement l’épargne qu’ils ont accumulée. Le (plus souvent la) chef de tontine doit rassembler des volontaires, sélectionner les candidats les plus « sérieux », et avoir assez d’autorité pour veiller à ce que chaque associé verse sa cotisation jusqu’à la fin de la tontine. Les organisateurs (organisatrices) de tontine en gèrent parfois plusieurs conjointement. Ils (elles) ne sont pas rémunéré(e)s, mais ont souvent le privilège de récupérer dans les premiers le produit des tontines.

45 Qui doit en principe avoir été autorisée au préalable par le gouverneur.

46 Les partis à même de s’appuyer sur une base locale militante pour animer leur campagne sont peu nombreux : il en va ainsi des « partis d’idéologie » de gauche qui rassemblent d’authentiques (sinon nombreux) soutiens. Le PJD est sans doute celui qui se base avec le plus de succès sur le volontariat de ses membres pour assurer le bon déroulement de sa campagne. On a vu que l’USFP s’appuyait sur sa Jeunesse ; le Parti de l’Istiqlal revendique également une assise militante importante.

47 Un jeune mercenaire de la propagande RNI.

48 L’interviewé fait allusion aux signes adoptés par les 26 partis politiques en lice pour les élections : le parti du Congrès national ittihadi (CNI) a choisi pour représenter sa formation un bateau à voiles bleu ; le Parti marocain libéral (PML) a opté pour un lion ; le Parti du centre social (PCS) pour une abeille ; le Mouvement national populaire (MNP) pour un épi de blé ; enfin, l’Union constitutionnelle (l’UC) pour un cheval. Ce dernier parti avait d’abord choisi de camper l’animal sur ses quatre sabots, mais a ensuite décidé de faire se cabrer l’animal pour obtenir une posture jugée plus noble et plus majestueuse : le cheval initial avait en effet été comparé à l’âne du parti démocrate américain et l’UC avait essuyé de nombreuses moqueries.

49 Jeune supporter œuvrant pour un candidat concurrent de O. A., tête de liste RNI.

50 Latifa, 29 ans, L.

51 Deux jeunes de L.

52 Karim, 25 ans, porteur au marché de L.

53 C’est le prénom du candidat qui est scandé par les électeurs.

54 Mbarka, 63 ans, femme de ménage à la retraite.

55 Hicham, 24 ans, étudiant, supporter de la tête de liste RNI.

56 Les symboles ont été introduits pour permettre le vote à bulletin unique, destiné à empêcher toute possibilité de contrôle a posteriori du suffrage par d’éventuels corrupteurs. L’ancienne formule électorale prévoyait un bulletin de couleur par candidat, avec une couleur par parti. Le système étant très largement critiqué et rendu responsable des dérives électorales antérieures, alors même qu’il avait participé à ses débuts à la politisation des élections (Chambergeat, 1961, p. 115). Voici comment le ministère de l’Intérieur en dénonçait les failles dans un de ses films informatifs présenté par Abdelkader Mouta’ : « Les gens qui ont voté aux précédentes élections savent qu’il y avait beaucoup de bulletins, avec des couleurs, qu’ils en choisissaient un dans l’isoloir et qu’ils sortaient en emportant les autres bulletins. Ce sont ces bulletins qu’utilisaient les manipulateurs (l-mutala’ibin) et les falsificateurs (l-muzawwirin) comme preuve demandée aux gens qui leur vendaient leur voix. Aujourd’hui, il n’y a qu’un seul bulletin sur lequel vous trouverez les noms et les signes de toutes les listes qui se présentent, quel que soit leur nombre. Et plus personne ne vous demandera de lui montrer pour qui vous aurez voté, parce que le bulletin, vous l’aurez mis dans l’urne, et que vous serez sortis les mains vides. » Il est vrai que les électeurs pouvaient être facilement contrôlés grâce au système électoral précédent, et de nombreuses histoires circulent sur la nature de la contrepartie qui était accordée en échange d’une voix. Au bidonville, on pouvait par exemple recevoir en sortant de l’urne la deuxième moitié d’un billet de 50 ou 100 dirhams dont la première partie avait été déchirée et donnée à l’électeur contre son engagement de voter en faveur du corrupteur avant le scrutin, ou bien encore la deuxième savate permettant de compléter une paire de babouches ; ou tout simplement un foulard, un tee-shirt, une casquette, etc.

57 Il existe au Maroc une marque de boîte d’allumettes sur laquelle figure un lion.

58 Latifa, 29 ans, L.

59 Hakima, 44 ans, L.

60 Fatima, 44 ans, L.

61 Dans les jeux de cartes marocains (40 cartes) d’origine espagnole, un des signes représente une sorte d’épée appelée chbada. Les trois autres signes sont : le bol (gabbass), le tronc (khel) et les pièces d’or (dhab). « Ronda » est un jeu très populaire qui se joue avec les cartes précitées.

62 Bouchra, 28 ans, L.

63 Mbarka, 63 ans, ex-femme de ménage, L.

64 Mina, 35 ans, L.

65 Même si la couleur du RNI lors des élections communales de 1997 était le turquoise (chibi), et que les bidonvillois se souviennent d’avoir voté pour Jafar, l’enfant du quartier (weld ad-derb), en « jetant la feuille turquoise », selon leur expression (lehma ‘l-warqa ach-chibiyya). Comme on l’a vu précédemment, le vote en faveur de la tête de liste RNI est aussi (et parfois avant tout) considéré comme un vote pour l’élu communal de la circonscription à laquelle appartiennent les bidonvillois. Insister sur le bleu de la colombe, c’est donc peut-être aussi implicitement souligner la cohérence dans laquelle s’inscrit le vote de 2002 par rapport à celui de 1997, (Latifa n’utilise cependant pas expressément le terme chibi).

66 Ainsi pouvait-on lire au bas des tracts distribués dans la circonscription : « Par le choix de cette élite candidate du MP, et par votre vote pour son symbole (la dague), qui exprime l’authenticité marocaine, vous aurez accompli le nécessaire » (Bi-khtiyarikum li-hadihi an-nukhba al-murachchaha bi-ismi al-haraka ach-cha’biyya. Wa taswitikum ‘ala ramziha (el-khanjar) al-mu ‘abbir ‘ala al-asala al-maghribiyya satakunu qad additum al-wajib).

Auteur

Lamia Zaki, doctorante à l’Institut d’études politiques de Paris.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540