Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Scènes et coulisses de l’élection au Maroc

 | 
Mounia Bennani-Chraïbi
, 
Myriam Catusse
, 
Jean-Claude Santucci

Chapitre 1. Retour sur l’expérience électorale fondatrice : 1960-1963

Rémy Leveau

Texte intégral

1Depuis les élections législatives algériennes de décembre 1991 qui auraient pu amener les islamistes au pouvoir et qui entraînèrent un coup d’État militaire, les élites politiques du monde arabe s’interrogent sur la validité de processus électoraux allant au-delà du simulacre. La soumission des masses à des leaders populistes et démagogues constitue un argument courant pour ne pas remettre réellement le choix des gouvernants entre les mains du suffrage populaire. Le débat réapparaît au moment où les États-Unis veulent imposer une démocratisation forcée à des régimes autoritaires qu’ils ont longtemps encouragés comme tels pour assurer le contrôle de la rente pétrolière et la sécurité d’Israël. On aurait certes pu trouver des arguments de défiance comparables à l’égard du peuple souverain chez les bourgeois européens du xixe siècle. Au Maroc, le problème se pose notamment au lendemain de l’Indépendance et du retour de la monarchie. Il pouvait se résumer dans une sorte d’interaction entre le principe de consensus, qui maintenait unis les divers acteurs du système politique face au pouvoir colonial encore présent, et une certaine capacité de réaction militaire, tant que duraient le conflit algérien et le principe de légitimité. Dans la dialectique politique, ce dernier devait fonctionner pour consolider le pouvoir de l’un des acteurs au détriment des autres. Partant de l’idée que la légitimité découlait du suffrage populaire, le Mouvement national incarné par le Parti de l’Istiqlal semblait destiné à en recueillir le soutien sans conteste avec le temps. La monarchie incarnait certes une autre forme de légitimité à la fois traditionnelle et moderne du fait de l’exil de Mohammed V, qui ne semblait pas au départ transmissible automatiquement au prince héritier Moulay Hassan.

2Or c’était oublier le fait que, dans le cas marocain, la monarchie pouvait miser sur le consensus tout en restant maîtresse de l’agenda politique, usant ses partenaires tout en jouant sur leurs divisions de façon à confisquer le moment venu la légitimité politique en instrumentalisant le suffrage universel à son profit. La monarchie se montre alors plus experte avec rapidité et sens de l’agenda politique de la captation du suffrage et donc de la légitimité. Mais elle le fait au détriment du consensus qui fondait le système politique au lendemain de l’Indépendance. Suivant la formule de Hassan II en 1964, la monarchie ne saurait être mise en équation, ce qui excluait toute forme de dépendance réelle du pouvoir monarchique à l’égard du suffrage populaire, une fois obtenue la légitimation première.

3Un dilemme comparable au risque de victoire des islamistes que l’on allait rencontrer dans une phase ultérieure allait alors se poser. Si la légitimation populaire aboutissait à mettre fin au consensus établi au lendemain de l’Indépendance, le recours à la violence de la part des partis écartés du pouvoir ou de jeunes officiers qui voulaient l’exercer sur le modèle nassérien semblait le seul recours possible. L’on verra ainsi un nouveau consensus se rétablir au lendemain des complots avec cette fois le recours à des pratiques électorales qui ne risquaient pas de remettre en cause la légitimité du système. Un bref retour sur les conditions originales de la mise en place du système électoral marocain au lendemain de l’Indépendance permettra de mieux cerner les enjeux et de fixer les modalités de fonctionnement d’institutions qui constituent encore le cadre de référence juridique du régime actuel.

4Le Maroc d’aujourd’hui a tendance à oublier le sens des premières expériences électorales du lendemain de l’Indépendance (1960-1963), ou à les réinterpréter en fonction des rapports de force, des truquages et des manipulations qui ont accompagné la reconstruction du système politique après les complots militaires de 1971 et 1972. Or la perspective politique, les acteurs et les champs de force étaient fondamentalement différents. Entre le retour sur le trône de Mohammed V en novembre 1955 et le renvoi du Parlement en juillet 1965, le rôle – et peut-être la nature – de la monarchie va changer. Le suffrage universel va jouer un rôle dans cette évolution qui n’est pas sans comparaison possible avec son introduction dans la France rurale de 1848 pour rééquilibrer les tendances révolutionnaires des villes et de la classe moyenne, puis à partir de l’élection du Prince président et du coup d’État du 2 décembre 1851 dans l’installation d’un système de « coup d’État permanent ».

5Au départ, le retour de Mohammed V exigé par le Mouvement national, n’en laisse pas moins se développer un discours de monarchie constitutionnelle sans Parlement où le monarque ne gouverne pas directement, sans perdre pour autant le contrôle des secteurs clés (Intérieur, Armée) qui pourraient empêcher sa mise à l’écart. L’ambiguïté du système vient du fait que les partenaires/concurrents de la monarchie n’exercent ce pouvoir que par une délégation consentie du souverain et évitent en retour de contester son rôle et d’imposer des limitations irréversibles. Placé bientôt en situation de concurrence (le dahir d’avril 1958 sur les libertés publiques permettant la création de nouveaux partis politiques par simple déclaration), chacun espère obtenir de la faveur royale les moyens de consolider sa position dominante. Dans cette perspective, la lutte feutrée entre les différents courants du Mouvement national l’emporte sur la tentation éphémère de constituer une coalition contre la monarchie. Pour la plupart des acteurs politiques marocains fascinés par la lutte des mouvements de libération, du Viêt-nam à Cuba, l’issue de la rivalité avec le souverain apparaît comme une affaire de temps, avec un souci certain de ne pas brusquer les choses avec un souverain qu’ils apprécient et dont ils connaissent la popularité. Pour beaucoup, l’affaire peut attendre un changement de règne.

6À l’inverse Mohammed V et encore plus le prince héritier Moulay Hassan se montrent soucieux d’institutionnaliser sous la forme d’un courant de légitimité moderne la mobilisation des masses qui a accompagné la lutte pour le retour d’exil du souverain. Or dans les premières années de l’Indépendance, ni la monarchie ni les différents courants du Mouvement national ne cherchent à sortir de l’ambiguïté, chacun ayant l’espoir de canaliser à son profit l’unanimisme du sentiment populaire.

Mise en place du système

  • 1 Les élites politiques marocaines, à commencer par le prince héritier Moulay Hassan, partagent une (...)

7L’adoption des procédures formelles de la démocratie bourgeoise, en particulier du système électoral, fait partie de la première phase de changement politique suivant l’Indépendance du Maroc. Mais bientôt cette tentative d’appropriation du rituel politique de l’ancienne puissance coloniale révèle sa dénaturation. Si les études électorales restent influencées par les débats classiques1 sur la délégation et le mandat et prennent comme point de départ le citoyen, la mise en œuvre du processus électoral procède à la base d’une décision prise par les élites politiques marocaines qui en attendent un bénéfice là où les structures collectives à caractère communautaire comptent plus que l’individu.

8L’expérience électorale marocaine constitue donc un cas particulier. Ce pays a participé de mai 1960 à avril 1963 à trois scrutins au suffrage universel, où des partis ont pu faire campagne avec un certain succès sur des thèmes différents et opposés à ceux du Gouvernement. Des opposants au régime ont été élus et des ministres en exercice battus. Pour comprendre la signification politique de ces phénomènes, il serait utile de comparer brièvement la mise en place du système électoral marocain, avec le processus historique similaire en Europe. Si les méthodes diffèrent, on pourrait néanmoins faire, au niveau des intentions des dirigeants, certaines hypothèses, qui nous rapprocheraient des schémas classiques européens, notamment sur le rôle des élections dans un système monarchique en transition. L’intensité de la participation populaire dans la lutte pour le retour d’exil de Mohammed V peut alors se comparer à celle des révolutions européennes du xixe siècle. À côté de cela, la décision royale instituant, le 1er septembre 1959, l’élection au suffrage universel direct sans limitation aucune, n’arrivait pas comme une conquête populaire mais plutôt comme la suite d’un débat politique au sein de la classe dirigeante. Les demandes du Parti de l’Istiqlal n’étaient pas excessivement pressantes, et la résistance du Roi provenait plus de considérations ayant trait au contexte politique ou au calendrier, qu’à une opposition de principe à la démocratie. Au même moment, des problèmes aussi différents que la solidarité avec le nationalisme algérien, l’évacuation des bases militaires françaises et américaines, la récupération des terres de colonisation, l’extension et l’arabisation de l’enseignement, la création d’un parti unique ou d’organisations multiples avaient un pouvoir mobilisateur nettement plus grand que la conquête du droit de suffrage. On est loin des revendications bourgeoises et ouvrières concernant l’élargissement du droit de suffrage dans l’Europe du xixe siècle. Le seul élément qui pourrait rappeler les conditions politiques du xixe siècle est justement le choix du souverain comparable à celui de Disraeli ou de Bismarck en faveur d’un suffrage universel direct, alors que certains nationalistes se seraient contentés d’un droit de vote accordé dans un premier temps aux citoyens alphabétisés ou de procédures de suffrage indirect.

9Les élites rurales étaient plus attentives aux procédures qui leur permettaient à nouveau d’être associées aux décisions de l’administration locale. À cet égard, le retour aux anciennes pratiques de recrutement des auxiliaires de l’administration d’autorité les intéressait plus qu’un processus électoral qui ne présentait d’intérêt que par la faculté nouvelle de négociation avec le pouvoir qu’il leur procurait. Les diverses tendances du mouvement nationaliste, les syndicats ouvriers et professionnels préféraient une formule d’Assemblée consultative désignée, comme le prouvaient aussi bien l’expérience du Grand Conseil du Protectorat, que celle de l’Assemblée nationale consultative des premières années de l’Indépendance. Accessoirement, chacun des partis issus du Mouvement national estimait avoir une vocation à une représentation globale et unitaire du système politique. Admettre de mesurer leur influence respective dans un système pluraliste les obligeait à renoncer à leur aspiration fondamentale, et les rendait vulnérables à l’influence monarchique. À l’opposé, le principe des conseils consultatifs ne portait pas atteinte à leurs espoirs tout en leur ménageant des moyens de pression considérables sur le Palais et sur le Gouvernement.

10En dépit de ces réserves et de ces réticences, le système électoral marocain a néanmoins fonctionné de 1960 à 1963 avec un taux de participation largement supérieur, aussi bien à celui que l’on rencontre habituellement dans les pays du Tiers-Monde, qu’à ceux observés dans la période de mise en place du suffrage universel dans les pays européens. S’il participe alors à un processus de mobilisation politique des masses, il est encore loin de constituer un moyen exclusif par lequel les citoyens influencent les décisions de la collectivité. Il peut certes être encore largement manipulé par le Gouvernement, et plus directement par le pouvoir royal. Il reste dépendant en milieu rural des réseaux traditionnels d’influence, agissant le plus souvent dans le même sens. Par contre, en milieu urbain, traditionnel ou moderne, les organisations politiques, telles que les partis, les syndicats ou même certaines associations (de commerçants, artisans ou anciens combattants) prennent en main le processus électoral, comme toute autre forme d’action collective.

Essai de classification des facteurs de mobilisation

  • 2 Entretien, en 1963.

11Traditionnellement, les spécialistes d’études électorales répartissent les facteurs explicatifs en deux classes : les facteurs politiques et les facteurs socio-économiques. Cette vision dichotomique de la réalité apparaît de peu d’intérêt pour la présente analyse. Si l’aspect mobilisation est le trait saillant des consultations marocaines, l’autre élément important est la volonté d’action ou de manipulation des oligarchies au pouvoir. Cette orientation offre l’avantage de mieux s’accorder avec le concept de mobilisation, de prendre en considération des facteurs dont on fait peu de cas dans les études électorales, d’intégrer selon une nouvelle perspective facteurs politiques et économiques ; enfin, pour citer un souhait de Raymond Aron2, de s’interroger sur les conséquences du jeu électoral pour le système politique tout entier.

12Un ensemble de facteurs apparaissent d’emblée à la discrétion des oligarchies au pouvoir, notamment les données juridiques et politiques des consultations. Il ne s’agit pas tant d’en faire ici un inventaire que de voir, au niveau des stratégies, comment toutes ces mesures peuvent justifier (car elles n’y réussissent pas toujours) la domination politique d’une oligarchie. Quelles conceptions se font les dirigeants du recours au suffrage ? Ou plus précisément de quelles idéologies justificatrices usent-ils ? S’agit-il de croyances « libérales » ou « totalitaires » ? Dans un premier cas, on montre le souci de dégager ou de clarifier les divers courants d’opinion ou d’exprimer les pluralismes politiques et sociaux. À l’opposé, le recours au suffrage universel vise à cacher les divergences en empêchant une concurrence effective des forces sociales et politiques dans le choix des gouvernants, faisant de la situation marocaine un cas typique.

13On sait comment Mohammed V a été ramené d’exil au pouvoir en 1955 par un mouvement de protestation nationale intense débouchant sur une lutte armée combinant le terrorisme urbain et la résistance rurale. En plus de son prestige de chef religieux, le Roi jouissait donc à son retour sur le trône d’un prestige de leader nationaliste moderne, que les partis et les syndicats avaient largement contribué à créer en en faisant le symbole de leur lutte contre le Protectorat.

14Mais lors de l’Indépendance, les dirigeants des partis et des syndicats ne souhaitaient pas que le souverain monopolise à son profit ce qu’ils estimaient être un acquis collectif de l’Indépendance. À l’opposé, Mohammed V n’entendait pas voir les organisations nationalistes utiliser contre lui la tactique d’usure et d’épreuves de force qui avait réussi contre le Protectorat.

15Dans ces conditions, le recours au suffrage universel lui apparaît sous un double aspect. Il tient absolument à éviter que le contrôle du recours au suffrage universel ne tombe entre les mains des dirigeants d’un parti unique qui seraient ainsi en mesure d’opposer une légitimité démocratique à la légitimité traditionnelle de la monarchie. En second lieu, Mohammed V, et surtout Hassan II, pressentent qu’ils peuvent, en jouant sur les différentes tendances du mouvement nationaliste, canaliser à leur profit la légitimité démocratique montante. Mohammed V fait sienne la référence au système idéologique « libéral ». Dans son discours du trône du 18 novembre 1955, prononcé deux jours après son retour sur le sol marocain, le Roi proclame son désir de voir se constituer « un Gouvernement marocain responsable et représentatif », chargé « de la création d’institutions démocratiques issues d’élections libres, fondées sur le principe de la séparation des pouvoirs dans le cadre d’une monarchie constitutionnelle ». Or ce stade ne peut être atteint qu’au terme d’un cheminement : le peuple marocain fera d’abord son apprentissage au sein des assemblées locales avant de passer au stade du Parlement national -d’où la décision d’organiser des élections locales en 1960. La légitimité démocratique ne s’applique pas, dans un premier temps, aux instances politiques suprêmes.

16À son arrivée au pouvoir en mars 1961, le Roi Hassan II partage le choix idéologique de son père, mais il est conduit à « manipuler » la légitimité démocratique montante. Les revendications des principales forces politiques, la pression indirecte de l’Indépendance algérienne (1962) mettent de plus en plus à l’ordre du jour l’élection d’une Constituante. Cette procédure comporte le risque d’un conflit entre la légitimité traditionnelle et la légitimité démocratique nouvelle. Aussi le Roi a-t-il recours à la procédure référendaire, qui permet à la monarchie d’asseoir son pouvoir sur des bases nouvelles en utilisant le principe de légitimité démocratique de ses adversaires. En canalisant par le biais du suffrage universel l’adhésion populaire quasi-unanime envers le Chef de la communauté musulmane, le Roi s’institue le représentant privilégié du peuple sans pour autant avoir à compromettre le principe monarchique comme cela aurait pu se faire s’il avait apporté son soutien direct à un parti pour l’élection d’une Constituante. Cette stratégie « manipule » la légitimité démocratique car les électeurs sont réduits à approuver une situation de fait (la prise du pouvoir est déjà réalisée). Théoriquement, les électeurs peuvent voter « non » – en cela le référendum a une allure démocratique. Or le « non » a de fortes chances de ne pas être autre chose qu’une protestation symbolique. Tout ce qui touche aux fondements du pouvoir temporel s’imprègne d’un très fort contenu religieux. Il est donc inévitable qu’une consultation populaire sur la Constitution se déroule dans une atmosphère particulière où l’aspect mystique du pouvoir monarchique apparaît plus important que les techniques modernes de choix des gouvernants et de prise des décisions collectives qu’elle entend instituer. Cette sacralisation du pouvoir royal place l’électorat sous un effet de « contrainte divine ». L’habileté du procédé référendaire consiste à satisfaire l’aspiration unanimiste de la société traditionnelle en la convertissant en idéologie démocratique, en appelant à voter « oui » au Roi, Chef de la communauté. Mais la manipulation de l’idéologie démocratique par Hassan II n’est pas totale car l’élection de la Chambre des représentants prévue par le projet de Constitution, ratifiée par le Peuple, respecte les principes du système concurrentiel.

17Le droit de suffrage est accordé à tous les citoyens sans condition spéciale et les femmes ont le droit de participer au vote. Toutes les dispositions concernant l’électorat et l’éligibilité sont inspirées du droit français. Elles s’accordent avec le caractère libéral revendiqué. Le trait distinctif est leur introduction d’emblée dans le jeu politique alors qu’en Europe occidentale ces mesures ne furent adoptées que progressivement. Comme dans d’autres domaines, le processus d’apprentissage caractéristique des vieux pays est absent. On n’en néglige pas pour autant l’importance des mesures administratives indispensables pour donner une existence concrète à ces décisions légales (incitation à l’inscription sur les listes électorales, conditions matérielles du secret du vote, etc.). Une véritable campagne d’inscription s’organise : l’Administration, au niveau national et local, est mobilisée pour préparer la mise en place de 15 000 bureaux de vote ; des crédits spéciaux sont délégués, les bureaux d’inscription (plusieurs par commune) sont multipliés. Des équipes volantes chargées de recevoir les inscriptions les jours de souk sont constituées. Des facilités administratives sont accordées pour tenir compte des traditions. L’inscription des femmes s’effectue par l’intermédiaire de leurs maris tant pour les élections communales de 1960 que lors du référendum de décembre 1962.

  • 3 Cheikh, pluriel chioukh : littéralement, ancien ; dans le langage administratif, chef de fraction (...)

18L’action des autorités administratives est soutenue par une propagande intense. Les moyens modernes d’information sont utilisés sur une grande échelle : nombreuses émissions, distribution gratuite de postes de radio aux chioukh3 pour organiser des séances d’écoute collective, et 1 000 postes de télévision sont installés gratuitement par l’Administration dans les lieux publics et les cafés des villes. Des affiches et des banderoles sont posées par les soins des autorités. Des sermons préparés par le ministère des Affaires islamiques sont lus dans toutes les mosquées à la prière du vendredi. Les moyens de publicité traditionnelle comme les crieurs publics sont également utilisés à la campagne les jours de souk. En ville, des voitures radio rendent les mêmes services. Cette action de propagande donne un avantage aux pouvoirs publics. Les partis d’opposition, même s’ils ne disposent pas de moyens comparables, ont cependant la possibilité de se faire entendre, notamment pour susciter des candidatures face à ceux qui se prévalent du soutien du pouvoir.

19Dans une société où le mécanisme électoral est une toute nouvelle institution et malgré les dispositions légales peu restrictives, les gouvernants ont dû songer un moment à ajourner les élections municipales de 1960, faute d’un nombre suffisant de candidats. Cette situation explique par la suite l’intervention du pouvoir politique pour susciter des candidatures. Les électeurs ne voyaient pas toujours l’intérêt du rituel électoral. De nombreuses circonscriptions homogènes sur le plan ethnique ne comptaient qu’un seul candidat désigné par ses pairs pour participer à cette forme nouvelle de dialogue avec les gouvernants. Si au contraire la circonscription se composait de villages séparés par des rivalités traditionnelles, chaque groupe présentait son propre candidat et la lutte pouvait être vive, allant jusqu’à entraîner des taux exceptionnels de participation féminine au vote. En ville et dans les zones rurales modernes, les partis rationalisaient la présentation des candidatures, mais les comportements traditionnels persistaient parfois lors du vote.

20Le découpage inégal des circonscriptions a joué un rôle relativement mineur. On constate certes des inégalités de représentation dues essentiellement au choix du scrutin uninominal majoritaire à un tour aussi bien pour les élections municipales que pour les élections législatives. Les zones rurales qui sont a priori plus favorables à la monarchie que les grandes villes modernes sont avantagées. Les frontières ethniques et administratives sont plutôt respectées laissant à ces facteurs un poids non négligeable dans les élections législatives. Or on ne trouve guère alors de découpages artificiels réunissant des quartiers urbains à de vastes zones rurales. Si le découpage électoral n’a fait l’objet en 1960 et 1963 que de manipulations marginales, il n’en reste pas moins un facteur disponible entre les mains des gouvernants.

21Le choix de la date des consultations a été largement utilisé par le monarque. Mohammed V en fit d’abord un usage négatif, refusant de laisser les élections se dérouler tant qu’il n’était pas certain de désamorcer ce qu’il soupçonnait être une manœuvre de l’Istiqlal contre la légitimité de son pouvoir. Il lui importait donc avant de laisser les élections locales se dérouler de s’assurer qu’aucun pouvoir concurrent ne risquait d’en sortir en incarnant massivement la légitimité démocratique en face de la légitimité monarchique. Il lui fallait donc veiller à ce que l’on organise les conditions juridiques et politiques nécessaires à l’épanouissement d’un certain pluralisme pour que le monarque reste le symbole de l’unité nationale.

22Lorsqu’il accepte de s’engager de façon définitive dans le processus conduisant aux élections locales, le Roi refuse d’en faire des élections politiques, craignant encore d’en voir émerger un pouvoir rival. Lorsque après bien des hésitations les élections ont lieu le 29 mai 1960, Mohammed V renvoie une semaine auparavant le Gouvernement Abdallah Ibrahim, dominé par l’opposition de gauche, pour charger le Prince héritier Moulay Hassan des fonctions de Premier ministre.

  • 4 L’UNFP est créée en 1959 à la suite d’une scission de la gauche de l’Istiqlal autour de Mehdi Ben (...)
  • 5 L’UMT : principal syndicat proche de l’UNFP.

23Par la suite, Hassan II jouera systématiquement de l’effet de surprise en fixant aussi bien la date du référendum que celle des élections législatives. En 1962, l’opposition s’attend à rouvrir le débat constitutionnel début 1963. L’échéance de la promesse de Mohammed V en 1960, l’exemple algérien, justifieront alors son action. L’Union nationale des forces populaires (UNFP)4 prépare un congrès en janvier 1963 et espère avoir d’ici là réussi à resserrer ses liens avec l’Union marocaine du travail (UMT)5. En publiant en novembre 1962 sa décision de tenir un référendum constitutionnel en décembre 1962, le Roi brouille les cartes, raffermit à ses côtés l’Istiqlal qui commençait à donner des signes d’impatience, et accule l’UNFP à décider le boycott, tactique très difficile à suivre en milieu rural où l’abstentionniste se désigne aux yeux de tous comme l’adversaire de la monarchie.

24Début 1963, le souverain décide de commencer la série de consultations électorales prévues par la Constitution par les élections législatives, alors que les textes laissaient croire qu’il choisirait de débuter les consultations prévues par les élections communales. Or son calcul est moins efficace dans la mesure où il ne parvient pas à organiser en temps utile un parti monarchiste qui exploite le succès du référendum, faute surtout d’une discipline des candidatures et du vote et d’une maîtrise du contrôle des élites politiques qui se réclament de la monarchie. La multiplication des candidatures de ces élites crée une situation désastreuse face à une opposition qui resserre ses rangs et contrôle plutôt bien les candidatures.

25La date du scrutin est sans aucun doute un facteur manipulable d’importance majeure, qui ne joue pas cependant de façon absolue en faveur du pouvoir. D’autres facteurs, moins contrôlables par les gouvernants, tels que les facteurs économiques et sociaux interviennent. Le fait que 1962 ait été considéré comme une bonne année agricole a renforcé la décision de procéder à un référendum sans attendre que les paysans aient épuisé leurs réserves. Le succès du référendum ayant semble-t-il favorisé une certaine reprise économique (relance de la construction), la décision d’organiser en premier les élections législatives visait à exploiter cette conjoncture favorable mais, en avril 1963, les facteurs politiques l’emportent.

26L’hétérogénéité ethnique (berbères et arabes) pourrait a priori figurer parmi les facteurs utilisés par la monarchie pour créer les bases d’un pluralisme politique, lui évitant la confrontation avec une autre force incarnant une légitimité démocratique unitaire. Mais les groupes d’opposition ont aussi profité de réseaux s’appuyant sur le rôle dominant joué par la bourgeoisie de Fès au sein de l’Istiqlal. Les résultats électoraux, comme l’observation politique courante, prouvent que le bloc berbère a bien servi de base dans le Rif et le Moyen-Atlas à la constitution d’un parti monarchiste dont il reste la force dominante. Dans le sud du pays, les Berbères ont été plus influencés par l’évolution politique des villes du littoral atlantique où leurs émigrés se trouvaient en rivalité commerciale avec les Fassis et votaient alors plutôt pour l’UNFP.

27On constate une évolution comparable pour les juifs marocains qui forment encore de 1960 à 1963 un groupe relativement important de l’électorat urbain. En 1960, la plupart des conseillers municipaux Israélites appartenaient à l’UNFP à Casablanca, Rabat et Meknès. Les dirigeants de ce parti, en particulier Mehdi Ben Barka, s’étaient montrés accueillants aux jeunes Israélites nationalistes. L’orientation socialiste de la doctrine de l’UNFP jointe à une référence moindre aux facteurs religieux et à l’arabisme comme fondements de l’appartenance nationale leur assuraient de meilleures perspectives d’intégration et leur permettaient de condamner le sionisme. Plus tard, la majorité de la communauté juive se ralliera au courant monarchiste lors du référendum de 1962 et des élections de 1963. Les termes de l’accord tacite résident plutôt dans la liberté d’émigrer garantie à ceux qui le souhaitent, tout en accordant une protection monarchique de style traditionnel à ceux qui restent.

Conclusion

28Les facteurs examinés plus haut ont été utilisés à des degrés divers par les dirigeants marocains pour obtenir des résultats favorables lors des consultations qui ont eu lieu de 1960 à 1963. La pression engendrée n’a pas été assez forte pour dissuader les partis d’opposition et les électeurs de participer au jeu électoral. À cet égard le système reste donc relativement démocratique et favorise l’intégration de tous les participants à un système politique en transition. Or dans la mesure où la monarchie s’efforce d’utiliser la mobilisation électorale pour consolider un système politique de type traditionnel, des contradictions naissent. On aboutit à une mobilisation apparemment plus forte des groupes, essentiellement ruraux, qui souhaitent au même titre que la monarchie le maintien des structures en place. Par contre les milieux urbains, plus engagés dans le processus de modernisation politique, sont davantage réticents et n’acceptent de participer à cette mobilisation politique que dans la mesure où elle transite par leurs organisations. On aboutirait ainsi en schématisant grossièrement à un système politique hybride où les éléments traditionnels constituant le cadre dominant de la vie politique ne verraient leur influence limitée que par le poids d’organisations politiques ou syndicales, pour lesquelles le processus électoral ne revêtirait qu’un aspect secondaire.

29Dans une certaine mesure, la sensibilisation aux modèles politiques étrangers, favorisée par une exposition aux influences culturelles extérieures, en particulier à l’influence française, constitue un facteur non négligeable de mobilisation pour les couches sociales familières avec ces modèles. D’un autre côté, l’existence de ces modèles politiques empêche la soumission intégrale aux effets de la propagande gouvernementale, ou assure l’accès à des sources d’information (presse ou radio) moins facilement contrôlables. Il faut aussi compter avec les effets d’un processus d’apprentissage : les électeurs prennent de 1960 à 1963 l’habitude de voter et les consultations ne sont pas indépendantes les unes des autres. Il faudrait combiner ce facteur avec la compréhension de la consultation par les intéressés. Les élections communales de 1960 pouvaient se rapprocher de la démocratie locale traditionnelle, qui n’était pas encore trop lointaine dans l’inconscient collectif. Un référendum devient une nouvelle forme de bay’a (procédure d’allégeance). Quant aux élections législatives, la perception la plus courante en faisait en milieu rural une procédure destinée à désigner des conseillers chargés de faire connaître au souverain, et de défendre auprès de lui, les intérêts d’une circonscription très souvent perçue par rapport au système tribal.

30Divers enseignements peuvent être tirés de ces premières expériences électorales marocaines. En premier lieu, elles n’ont pu se dérouler qu’à la suite d’un concours de circonstances mêlant l’interne et l’externe. La proximité de l’Indépendance algérienne créait une situation de concurrence politique pour la prééminence au sein d’une nouvelle entité maghrébine. Les courants politiques héritiers du Mouvement national hésitent entre l’opposition et l’alignement. Par instinct de survie, la monarchie choisit l’affrontement interne et externe. Elle rompt le consensus en position de force et veut renouveler sa légitimité par le suffrage populaire à la fois pour procéder à des réformes sous son contrôle et gérer sa rivalité avec le nouveau pouvoir algérien.

31Les élections remplissent en partie leur objectif. L’Administration et le pouvoir monarchique font la preuve de leur capacité à mobiliser le suffrage universel en leur faveur. Or cette opération qui consolide l’alliance de la royauté avec le monde rural bloque toute politique de réforme conservatrice qui aurait peut-être scellé le destin de la monarchie marocaine comme elle a entraîné la chute du Shah d’Iran. Mohammed V comme Hassan II ont aussi acquis le sentiment de dangerosité du processus électoral qu’il convient de maîtriser, si l’on veut limiter son rôle à une simple légitimation sans influence sur le choix des gouvernants tant que la monarchie assume ce rôle sans vouloir vraiment le partager.

32La configuration de pouvoir issue de l’expérience électorale enterre donc l’idée de réformes qui auraient peut-être mis en péril la monarchie. Son pari international la consolide et permet pour un temps assez long de fonder sa légitimité sur le nationalisme en recréant progressivement à partir de là un consensus politique avec les courants majoritaires du Mouvement national. Cette évolution a sans doute retardé l’exercice d’une véritable souveraineté populaire portant notamment sur le choix des gouvernants et le rôle de la monarchie.

Notes

1 Les élites politiques marocaines, à commencer par le prince héritier Moulay Hassan, partagent une culture juridique d’héritage français qui fait de l’élu le représentant de la Nation. Ils se méfient pour la plupart d’entre eux des liens qui pourraient subsister entre les élus ruraux et les milieux tribaux.

2 Entretien, en 1963.

3 Cheikh, pluriel chioukh : littéralement, ancien ; dans le langage administratif, chef de fraction nommé par le gouverneur, qui sert aussi d’agent de renseignement. Avant sa fonctionnarisation, il est recruté au sein de la population et rémunéré en fonction des services qu’il rend.

4 L’UNFP est créée en 1959 à la suite d’une scission de la gauche de l’Istiqlal autour de Mehdi Ben Barka et d’Abderrahim Bouabid.

5 L’UMT : principal syndicat proche de l’UNFP.

Auteur

Rémy Leveau, professeur émérite à l’Institut d’études politiques de Paris et conseiller scientifique à l’Institut français des relations internationales

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540