Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Scènes et coulisses de l’élection au Maroc

 | 
Mounia Bennani-Chraïbi
, 
Myriam Catusse
, 
Jean-Claude Santucci

Avant-propos. Élections législatives 2002. De l’analyse d’un scrutin aux contours d’un champ de recherche

Mounia Bennani-Chraïbi, Myriam Catusse et Jean-Claude Santucci

Texte intégral

  • 1 Après des travaux pourtant novateurs, voir Rémy Leveau (sous les signatures d’Octave Marais, Henri (...)

1Cet ouvrage collectif, consacré à l’analyse des élections législatives marocaines tenues le 27 septembre 2002, témoigne de plusieurs ambitions combinées – la sociologie électorale ayant été quelque peu marginalisée dans le pays ces dernières décennies1. Nous nous engagerons d’abord dans une réflexion sur les conditions de l’analyse d’un scrutin dans un contexte où la dimension compétitive de l’élection est soumise à caution tant de la part des analystes que de celle des protagonistes de la campagne. Quand bien même a-t-on pu entendre, lire, penser que le « rendez-vous » de 2002 fut plus « transparent », plus « compétitif », plus « réel » que les précédents, il n’en demeure pas moins que la question de sa « véracité » semble rester centrale, du point de vue de ses principaux protagonistes. Loin de nous l’idée de trancher sur la question, encore moins de nous inscrire sur cette échelle d’évaluation. En revanche, parce que les élections (pré)occupent à différents titres élus et électeurs, analystes et leaders politiques, nous considérons qu’elles peuvent constituer un analyseur de ce qui se joue actuellement au Maroc tant au niveau social que politique.

2Longtemps, la sociologie électorale des États nouvellement indépendants a développé par référence au modèle européen ou anglo-saxon, une lecture de type culturaliste ou normative. Les élections y étaient qualifiées de non concurrentielles, « sans risques » ou « semi-compétitives », voire truquées, ethnicisées et sans aucun effet sur le moindre changement politique, encore moins sur une possible alternance. L’accent était mis sur les dysfonctionnements, les imperfections et les inadaptations auxquels se heurtait le déroulement du jeu électoral : d’abord dans des sociétés minées par l’analphabétisme et caractérisées par la prégnance de liens primordiaux de reconnaissance et d’allégeance ; ensuite dans des systèmes étatiques généralement associés à des formules politiques de type « bonapartiste » dans lesquels la personnalisation du pouvoir exclurait toute remise en cause de la nature du régime incarné par le chef suprême, ou encore à des situations autoritaires bien établies pouvant s’accommoder d’un certain libéralisme institutionnel et juridique (Hermet et al., 1978 ; Lavroff et al., 1978 ; Camau et al., 1981).

3Plus récemment, de nombreux travaux ont réinvesti et renouvelé l’analyse des processus électoraux en Afrique (Otayek, 1998 ; Quantin, 2004a) et dans le monde arabe (Gamblin, 1997 ; Bras, 2000; Legrain, 1999; Favier, 2001), témoignant ainsi l’intérêt du point de vue heuristique et comparatiste d’une sociologie électorale qui se refuse à plaquer sur des terrains « exotiques » des grilles d’analyse venues d’ailleurs et à maintenir toute barrière épistémologique étanche entre l’objet « élections » – objet d’élection ? – dans ces pays et les études de la discipline appliquées à d’autres terrains (Quantin, 2004b). À l’inverse de se focaliser sur les sens de ces processus les plus communément retenus et centrés autour des questions du « qui a gagné » et « sont-elles des élections libres et honnêtes », ces travaux ont mis l’accent sur le « comment analyser » pour redonner du sens à des élections dans des systèmes non démocratiques, malgré les « anomalies » constatées (fraudes, violence, achat de voix, etc.) et les difficultés d’interprétation des résultats induites par l’absence de transparence, les ingérences et manipulations orchestrées par l’appareil d’Etat. Cette littérature a renouvelé le regard, l’approche et le questionnement des chercheurs à travers des études qui ont notamment relativisé les rapports à ces « anomalies » dans la perspective d’une banalisation des élections dans ces terroirs, et réinterprété les « perversions » des fondements de l’échange électoral ou des modes de passage au politique, attribuées généralement aux relations clientélistes ou aux votes de caractère communautaire.

4C’est donc d’abord en rupture avec une vision étriquée du processus électoral et dans le sillage de ces nouvelles orientations de recherche que les contributions de cet ouvrage tiennent à s’inscrire, en apportant des éléments d’explication aux transformations du paysage politique marocain, de ses acteurs, des rapports de pouvoir qui les nouent comme de ses modes de régulation.

  • 2 Parmi les plus récents, défendant des optiques sensiblement différentes : Vermeren (2001), Prologu (...)
  • 3 La réforme électorale soigneusement élaborée sous l’égide du ministère de l’Intérieur a finalement (...)

5En effet, dans un contexte où la thèse du changement de régime, qu’on l’appelle « transition (démocratique) »2 ou « réforme » (Roussillon, 2001b), paraît monopoliser les problématiques légitimes de la sociologie politique sur le Maroc, le moment électoral nous a paru particulièrement révélateur, en creux ou en plein, des logiques institutionnelles, des formes que prennent les rapports de pouvoir à différentes échelles, des coalitions d’intérêts qui se font ou se défont, des ressorts de la représentation, des mécanismes de mobilisation matériels ou symboliques qui animent l’arène politique, etc. Convoquant tant des dimensions procédurales que substantielles de l’articulation entre modalités d’accès au pouvoir ou de conservation de ce dernier et forme de gouvernement, l’élection constitue de fait un remarquable poste d’observation des métamorphoses, ou des récurrences du régime politique – entendu dans un sens large et à des fins comparatistes. Organisées de façon régulière par rapport au calendrier électoral, selon un mode de scrutin innovant3 et dans une configuration interne originale – voire « originelle » qui semblerait signifier l’annonce d’une « ère nouvelle », puisqu’il s’agit du premier scrutin organisé sous le règne de Mohammed VI et sans la tutelle du puissant ministre de l’Intérieur, Driss Basri, expert en « ingénierie électorale », ces élections furent sans aucun doute un moment symbolique de la mise en « récit » par le régime de sa transformation. Reste à examiner en quoi le moment électoral met en jeu un processus politique, transforme une formule pluraliste, la reconnaissance et la représentation d’intérêts ou encore les organisations régulant le champ politique. Reste à observer également comment se conjuguent une pluralité de formes de mobilisation, plus ou moins localisées, et des logiques de représentation, plus ou moins concurrentielles.

  • 4 Cette démarche s’inscrit en continuité avec celle qui a présidé la publication de l’ouvrage Résist (...)

6Ajoutons que notre démarche, où se pose de façon centrale la question des conditions de la comparaison, vise à questionner la domination exercée par certains paradigmes ou certains objets (ainsi en est-il des critiques adressées au paradigme de 1’« islamisme » ou de la « transition démocratique »), pour laisser davantage de place à la multiplication de « nouveaux » objets. « Nouveaux objets » d’attention de la sociologie politique, plus que « nouveaux objets politiques ». Ils traduisent une volonté de plaider pour une science politique comparatiste assumée4. Comparaison non pas d’une périphérie à un centre, celui-ci produisant les objets d’études les plus « dignes », mais de nos objets de discussion, et sur la base de travaux empiriques fouillés. Il s’agit alors de considérer non seulement la complexité de la (trans)formation d’une société politique, mais également la constitution de catégories communes et de systèmes de classification à la croisée de données objectives et de représentations subjectives. Le « comparatiste se situe alors du côté de la question et non de la réponse » comme le soulignait Jean Leca (1977).

  • 5 Cf. Jean-Claude Vatin, « Objets dignes et indignes dans l’étude du monde arabe et musulman », inte (...)
  • 6 Non pas au sens de mystification, mais au sens de Balandier (1980).

7Ceci étant posé, plutôt que de considérer les législatives 2002 comme un objet « indigne », au regard des standards normatifs5 ou un « nouvel objet politique » au Maroc (Martin, 1989, 2002), nous avons choisi de décrire, comprendre et interpréter l’acte électoral in situ, afin de mettre à jour des logiques de mobilisation, la force de répertoires d’actions, mais également certains éléments de l’aspect « magique » des élections6. Nous interrogeant sur l’intérêt de travailler sur les élections dans un régime monarchique où elles ne constituent pas la seule source de désignation des gouvernants, et où la compétition électorale connaît a priori des limites déterminantes sur leur issue, nous plaidons pour une discussion disciplinaire et comparatiste ayant pour objectif de montrer en quoi les « aires culturelles » permettent de mettre à jour des processus sociaux laissés dans l’ombre par les analyses sur la formation des démocraties représentatives occidentales. Si ces dernières peuvent constituer un point de fuite, pour l’analyste comme pour les différents protagonistes engagés dans l’élection, les travaux s’y rattachant sont loin d’épuiser la réflexion sur les logiques de recrutement, de renouvellement ou de circulation des élites politiques par l’urne.

  • 7 Clin d’oeil à André Siegfried (1980).

8Ce qui nous a amenés à faire varier les échelles (Revel, 1996) et les approches du moment électoral. Pour comprendre ce qui se passe au moment du vote, nous avons choisi d’examiner ensemble les logiques de mobilisation, les registres de représentation, et les transformations de dispositifs politiques. Au croisement d’entrées localisées et de questionnements sur les systèmes de la régulation politique, la thèse principale de cet ouvrage repose sur l’idée que les élections, observées à plusieurs échelles, traduisent une transformation des logiques de représentation et des formes de mobilisation. Dévoilant la fausse contradiction entre l’idée de dynamiques participatives et démocratisantes par en bas, et de logiques coercitives et encadrantes par en haut, nous avons voulu montrer des points de rupture ou au contraire de conjonction, des combinaisons complexes prenant en compte la pluralité des acteurs (Administration, candidats, partis, intermédiaires, électeurs, etc.), en croisant dimension contextuelle, stratégies et représentations. Nous avons donc observé et comparé les manières de mener campagne, « d’aller au peuple »7 ou de mobiliser les ressources les plus efficaces pour faire partie des élus, leurs variations dans le temps, dans l’espace.

9Il faut souligner enfin que cette ambition s’est appuyée sur la constitution d’un groupe de travail qui a mobilisé plusieurs générations d’observateurs attentifs de la vie politique marocaine et qui a mis en synergie leurs spécialités disciplinaires et thématiques. Ces chercheurs et enseignants-chercheurs en sciences sociales, relevant d’institutions d’origines diverses – Suisse, France, États-Unis, Maroc – ont confronté leurs approches, leurs travaux et leurs réflexions au cours de deux ateliers de recherche qui se sont tenus à un an d’intervalle à Lausanne en mars 2002, et à Aix-en-Provence en juillet 2003. Ces rencontres ont marqué la collaboration entre l’Institut d’études politiques et internationales (IEPI) de l’Université de Lausanne et l’Iremam, qui ont initié le projet scientifique et mené à bien sa réalisation éditoriale. Au total, cet ouvrage ne restitue pas pour autant toute la production de ces deux ateliers, n’en rassemblant qu’une large partie. Il se présente ainsi comme un des éléments d’une réflexion plus large, appelée à se poursuivre.

10Trois grands axes de questions ont en effet finalement été privilégiés, comme le souligne Mounia Bennani-Chraïbi dans son introduction à la problématique et à la démarche qui sous-tendent notre approche croisée des interactions entre représentations et mobilisations électorales. Dans un premier temps, nous nous sommes penchés sur les logiques de représentation mises à l’épreuve au cours du moment électoral. Les contributions de Rémy Leveau, attribuant un caractère « fondateur » aux premières élections des années soixante, et s’interrogeant sur leur caractère paradigmatique pour la sociologie politique du Royaume, puis de Myriam Catusse, s’attachant aux ambivalences et prophéties « auto-réalisatrices » contenues dans la thèse de la « crise de la représentation », interrogent ainsi l’articulation entre les transformations d’une ingénierie électorale, les processus concurrents ou conjugués de légitimation et les définitions situées « d’excellence politique ». Dans un second temps, ce sont les ressources et les répertoires de la mobilisation électorale qui sont examinés, dans un souci assumé du « détail » : détails locaux comme détails sociologiques qui conduisent à saisir le mode de représentation dans ses dynamiques complexes, ambivalentes et plurielles. En ce sens, les textes de Mounia Bennani-Chraïbi, comparant les répertoires d’actions et les profils différenciés de candidats dans deux quartiers de Casablanca, de Lamia Zaki s’attachant à l’examen de la mobilisation de différents registres de légitimation dans deux bidonvilles de Casablanca, et de Victoria Veguilla s’interrogeant sur les spécificités apparentes du vote et la remarquable participation dans la ville de Dakhla mettent en avant les formes locales du champ politique. Ils soulignent la combinaison des ressources politiques matérielles mais aussi des symboliques mobilisées pour être élu, la construction des répertoires identitaires et les enjeux localisés des scrutins nationaux. Enfin, dans un troisième temps, il nous est apparu intéressant d’interroger actes de vote et abstentions comme autant d’expressions et de témoins du rapport au politique, construit dans des processus de socialisation, à l’échelle locale comme à l’échelle nationale, et dans des interprétations différenciées de ce que représente l’urne. Les contributions de Hsain Ilahiane se penchant sur les usages du vote par les Haratine, afin de se défendre et se promouvoir en tant que groupe ethnique dans la vallée du Ziz, et de Mounia Bennani-Chraïbi sur les perceptions qui sous-tendent les actes de vote et d’abstention dans des quartiers casablancais, contribuent finalement à prendre en considération les dimensions territoriales, identitaires, les « tissus sociaux », qui éclairent alors l’acte électoral, individuellement et collectivement.

Notes

1 Après des travaux pourtant novateurs, voir Rémy Leveau (sous les signatures d’Octave Marais, Henri Breton, Paul Chambergeat, Jules et Jim Aubin), puis John Waterbury (1975) et Jean-Claude Santucci (1979, 1985, 1991).

2 Parmi les plus récents, défendant des optiques sensiblement différentes : Vermeren (2001), Prologues (2001), Saaf (2001), Roussillon (1999).

3 La réforme électorale soigneusement élaborée sous l’égide du ministère de l’Intérieur a finalement retenu le principe du scrutin proportionnel au plus fort reste en remplacement du scrutin majoritaire uninominal à un tour. Deux types de listes ont été adoptés : les listes locales pour l’élection de 295 représentants des 91 circonscriptions et des listes nationales pour 30 représentants restants que les partis en compétition se sont engagés à réserver à la représentation des femmes. Cf. loi organique n° 06-02 du 3 juillet 2002 portant révision de la loi relative à la Chambre des représentants.

4 Cette démarche s’inscrit en continuité avec celle qui a présidé la publication de l’ouvrage Résistances et protestations dans les sociétés musulmanes, sous la direction de Mounia Bennani-Chraïbi et d’Olivier Fillieule (2003).

5 Cf. Jean-Claude Vatin, « Objets dignes et indignes dans l’étude du monde arabe et musulman », intervention dans le cadre du Wocmes, Mayence, le 11 septembre 2002.

6 Non pas au sens de mystification, mais au sens de Balandier (1980).

7 Clin d’oeil à André Siegfried (1980).

Auteurs

Mounia Bennani-Chraïbi, professeur en sciences politiques à l’Institut d’études politiques et internationales de l’Université de Lausanne

Myriam Catusse, chercheur au CNRS en sciences politiques à l’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman d’Aix-en-Provence

Jean-Claude Santucci, chercheur au CNRS en sciences politiques, directeur-adjoint de l’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman d’Aix-en-Provence

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540