Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Science et pouvoir dans la Tunisie contemporaine

 | 
François Siino

Bibliographie

Texte intégral

Ben Salem Lilia (1969), « Démocratisation de l’enseignement en Tunisie. Essai d’analyse du milieu d’origine des étudiants tunisiens », Revue Tunisienne des Sciences Sociales, n° 16, mars 1969 : 81-135.

Ben Slimane Moncef (1997), « Discours et parcours des réformes universitaires tunisiennes », in : Réformes universitaires et mutations socioculturelles, M. Ben Slimane et N. Dhahri (dir.), Tunis, Imp. Eigraph.

Bendana Kmar (1998), « Aux origines de l’Université tunisienne : l’ITHET 1945-1952 », Revue d’Histoire Maghrébine, n° 89-90, Zaghouan, FTERSI : 97-106.

Bonneuil Christophe (1991), Des savants pour l’Empire. La structuration des recherches scientifiques coloniales au temps de la « mise en valeur des colonies françaises » 1917-1945, Éditions de l’ORSTOM, coll. Études et Thèses : 125 p.

Bouguerra Mohamed Larbi (1991), « L’Université : une quadruple crise », in : Camille et Yves Lacoste (dir.) L’État du Maghreb, Paris, Éditions la Découverte : 402-403.

Bouguerra Mohamed Larbi (1993), La recherche contre leTtiers-Monde, Paris, Presses universitaires de France : 293 p.

Bourdieu Pierre (1975), « La spécificité du champ scientifique et les conditions sociales du progrès de la raison », Sociologie et Sociétés, Vol. 7, n° l,mai 1975 :91-117.

Bourdieu Pierre (1984), Homo academicus, Paris, Éditions de Minuit : 317 p.

CallOn Michel (dir.) (1989), La Science et ses réseaux, Paris, Éditions La Découverte : 214 p.

Camau Michel (dir.) (1987), Tunisie au présent. Une modernité au-dessus de tout soupçon ?, Paris, Éditions du CNRS : 420 p.

Camau Michel, Zaïem Hédi, Bahri Hajer (1990), État de Santé. Besoin médical et enjeux politiques en Tunisie, Paris, Éditions du CNRS : 290 p.

Chatelin Yvon (1986), « La science et le développement. L’histoire peut-elle recommencer ? », Revue Tiers-Monde, t. XXVII, n° 105, janv-mars 1986 : 5-24.

Chelbi Afif (1994), « Transfert et maîtrise de technologie liés au développement industriel en Tunisie », in : H.C. Moore (dir.), Maghreb et maîtrise technologique, Actes du colloque de juin 1990, Tunis, CERP/CEMAT : 61-81.

Djeflat Abdelkader, Zghal Riadh (dir.) (1995), Science, technologie et croissance au Magheb, Sfax : Maison d’édition Biruni (Actes de la 1 ère conférence Maghtech, décembre 1994) : 278 p.

Duran Patrice (1990), « Le savant et la politique : pour une approche raisonnée de l’analyse des politiques publiques », L’Année sociologique, 3e série, vol. 40 : 227-259.

El Kenz Ali, Bourenane Nacer, Liares Djilali (1992), « Impérialisme scientifique et libertés académiques. Genèse, fondements et enjeux », Les Cahiers du CREAD, n° 29, 1er trimestre 1992 : 89-107.

Gaillard Jacques (1989), Les chercheurs des pays en développement – Origines, formations, pratique de la recherche et production scientifique, Paris, Editions de l’ORSTOM (coll. Études et thèses) : 220 p.

Gaillard Jacques (1994), « La naissance difficile des communautés scientifiques », in : Jean-Jacques Salomon, Franci Sagesti, Céline Sachs-Jeantet (dir.) La Quête incertaine, Paris, Economica/The United Nations University : 213-249.

Gaudin Jean-Pierre (1995), « Politiques urbaines et négociations territoriales. Quelle légitimité pour les réseaux de politiques publiques ? », Revue française de sciences politiques, vol. 40, n° 1 : 31-56.

Geisser Vincent (dir.) (2000), Diplômés maghrébins d’ici et d’ailleurs. Trajectoires sociales et itinéraires migratoires, Paris, CNRS Éditions : 332 p.

Glasman Dominique, Kremer Jean (1978), Essai sur l’Université et les cadres en Algérie, Coll.Cahiers du CRESM, Éd. du CNRS : 252 p.

Goudineau Yves (1990), « Être excellent sans être pur, potentiel technologique et pouvoir technocratique à Singapour », Cahier des sciences humaines de l’ORSTOM, 26 (4), Paris : 379-405.

Guiter Laurent (1997), « L’Université tunisienne : histoire d’une normalisation », Les Cahiers de l’Orient, n° 46.

Habermas Jurgens (1973), La technique et la science comme « idéologie », Paris, Gallimard, (édition originale, 1968, Frankfurt am Main : Surhkamp Verlag) : 211 p.

Henni Ahmed (1987), La mise en œuvre de l’option scientifique et technique en Algérie. Le système d’enseignement et de formation, Alger, CREAD : 168 p.

Henry Jean-Robert (1982), « Science, technologie, développement : questions sur un discours », in : Politiques scientifiques et technologiques au Maghreb et au Proche-Orient, Éditions du CNRS (collection des Cahiers du CRESM, n° 14) : 42-54.

Jobert Bruno (1990), « Mode de médiation sociale et politiques publiques : le cas des politiques sociales », L’Année sociologique, 3e série, vol. 40 : 155-178.

Jobert Bruno, Muller Pierre (1987), L’État en action, Politiques publiques et corporatismes, Paris, Presses universitaires de France : 242 p.

Kerrou Mohamed (1991), « Être sociologue dans le monde arabe ou comment le savant épouse le politique », Peuples méditerranéens, n° 54-55 (Sciences sociales, Sociétés arabes), janvier-juin 1991 : 247-268 p.

Khayr Ed-Din, Essai sur les réformes nécessaires aux États musulmans, version française présentée et annotée par Magali Morsy, Aix-en-Provence, Edisud, 1987 (coll. « Archives maghrébines ») : 155 p.

L’Université et les transformations sociales, Université de Tunis, Cahiers du CERES : série Sciences de l’Education, n° 3, Tunis, 1992.

Laberge Paule (1987), « Les Instituts Pasteur du Maghreb : la recherche scientifique médicale dans le cadre de la politique coloniale », Revue Française d’Histoire d’Outre-mer : 27-42.

Laberge Paule (1987), Politiques scientifiques au Maghreb : l’implantation du système scientifique dans les sociétés maghrébines de 1830 à 1980, Université de Montréal, Institut d’histoire et de socio-politique des sciences (2 tomes) : 398 p.

Labidi Djamel (1993), Science et pouvoir en Algérie, Alger, Office des publications universitaires, (2 volumes) : 366 et 457 p.

Larif-Beatrix Asma (1988), Edification étatique et environnement culturel. Le personnel politico-administratif dans la Tunisie contemporaine, Paris, Publisud :319 p.

Le Gales Patrick et Thatcher Mark (dir.) (1995), Les réseaux de politique publique. Débat autour des policy networks, Paris, L’Harmattan (logiques politiques) : 274 p.

Le savant et le politique aujourd’hui. Un débat sur la responsabilité et la décision, Actes du Colloque de La Villette (7 juin 1996), Paris : Albin Michel/Cité des Sciences et de l’Industrie, 1996 : 209 p.

Lelong Michel (1969), « La réforme de l’Enseignement supérieur en Tunisie », IBLA, n° 123 : 171-176.

Les indicateurs de science pour les pays en développement, Actes de la conférence internationale, ORSTOM/CNRS, Paris, Unesco, 15-19 octobre 1990, Textes réunis, édités et présentés par Rigas Arvanitis et Jacques Gaillard, Paris, Éditions de l’ORSTOM, 1992 : 655 p.

Levy-Leblond Jean-Marc (1996), La pierre de touche. La science à l’épreuve…, Paris, Gallimard : 365 p.

Longuenesse Elisabeth (dir.) (1991), Bâtisseurs et bureaucrates : ingénieurs et société au Maghreb et au Moyen-Orient, Lyon, Publications de la Maison de l’Orient (Études sur le Monde Arabe) : 436 p.

Michel Hubert (dir.) (1978), technologie et développement au Maghreb, Paris, Éditions du CNRS (Série Études de l’Annuaire d’Afrique du Nord) : 251 p.

Moore Clement Henry (dir.) (1994), Maghreb et maîtrise technologique, Actes du colloque de juin 1990, Tunis, CERP/CEMAT.

Moulin Anne-Marie (1995), « Les instituts Pasteur de la Méditerranée arabe. Une religion scientifique en pays d’islam », in : Elisabeth Longuenesse (dir.) Santé, médecine et société dans le monde arabe, Lyon/Paris, Maison de l’Orient Méditerranéen/L’Harmattan : 129-164.

Muller Pierre (1985), « Un schéma d’analyse des politiques sectorielles », Revue française de science politique, vol. 35, n° 2, avril 1985 : 165-188.

Najar Ridha (1979), « Recherche, un monopole pour universitaires ? », Dialogue, n° 245 du 14-5-79.

Ouahes R. (1988), La science et la technologie dans les États arabes à l’horizon 2000, UNESCO : 107 p.

Petitjean Patrick et al. (1992), Science and Empires, Dordrecht, Kluwer Academic Press.

Picard Jean-François (1990), La République des savants, La recherche française et le CNRS, Paris, Flammarion : 339 p.

Polanco Xavier (dir.) (1989), Naissance et développement de la science-monde, Production et reproduction des communautés scientifiques en Europe et en Amérique latine, Paris, Éditions La Découverte, Conseil de l’Europe, Unesco : 237 p.

Politiques scientifiques et technologiques au Maghreb et au Proche-Orient, ouvrage collectif dans la collection des Cahiers du CRESM, n° 14, 1982, Éditions du CNRS : 359 p.

Politiques scientifiques et technologiques nationales dans les États arabes, Études et documents de politique scientifique, n° 38, presses de l’UNESCO, 1976 : 214 p.

Rist Gilbert (1996), Le développement. Histoire d’une croyance occidentale, Paris, Presses de la Fondation Nationale de Sciences Politiques (Références inédites) : 427 p.

Rouban Luc (1987), L’État et la science, Paris, Éd. du CNRS : 248 p.

Roussillon Alain, Clerc-Girard Christian (1984), « Structures et enjeux de la recherche scientifique arabe », Monde arabe Maghreb-Machrek, n° 105, juill-sept. 1984 : 7-47.

Safar Hayssam (1987), Travailleurs et cerveaux arabes immigrés en Europe, Paris, Maisonneuve et Larose : 374 p.

Salomon Jean-Jacques, Sagesti Francisco, Sachs-Jeantet Céline (dir.) (1994), La Quête incertaine, Paris, Economica/The United Nations University : 578 p.

Sardar Ziauddin (1981), Science and Technology in Islam and the West : a Synthesis, IFIAS, Stockholm.

Science et technologie dans le développement, Cahiers du CREAD, n° 29, 1er trimestre 1992, Alger, Centre de Recherches en Économie Appliquée pour le développement :131p.

Siino François (1997), « La science tunisienne : au cœur du discours, aux marges de la société ? », Monde Arabe Maghreb Machrek, n° 157, juillet-septembre 1997.

Siino François (2000), « La construction du système universitaire tunisien. Flux croisés et importation de pratiques scientifiques », in : V. Geisser (dir.), Diplômés maghrébins d’ici et d’ailleurs. Trajectoires sociales et itinéraires migratoires, Paris, CNRS Éditions : 76-91.

Sraïeb Noureddine (1974), Colonisation-décolonisation et enseignement. L’exemple tunisien, Tunis, Institut National des Sciences de l’Éducation : 355 p

Strategy for the développement of science and technology in the arab world, ALECSO, General Conference, Tunis, 19-25 December 1987.

Taamallah Khemaïes (1987), « Enseignement supérieur en Tunisie : inégalité et reproduction sociale », Revue Tunisienne des Sciences Sociales, n° 88-91 : 303-326.

Thebaud Schiller (1976), « Les systèmes de recherche scientifique et technique des pays en voie de développement », Revue Tiers-Monde, n° 65, janvier-mars 1976 : 125-41.

Thoenig Jean-Claude (1985), « L’analyse des politiques publiques », in :Madeleine Grawitz, Jean Leca (dir.), Traité de science politique, vol.IV. Paris, PUF : 1-60.

Treutenaere Michel (1983), « La coopération culturelle, scientifique et technique entre la Tunisie et la France », Annuaire de l’Afrique du Nord 1981, Paris, Éd. du CNRS : 489-507.

Waast Roland (dir.) (1996), Les sciences hors d’Occident au xxe siècle, Paris, ORSTOM Éditions (7 volumes).

Weber Max, Le savant et le politique, (Librairie Pion, Paris, 1959 pour la première édition), nouvelle édition Collection 10/18, Christian Bourgois, Paris 1979 : 185 p.

Zahlan Antoine (1980), Science and Science Policy in the Arab World, London, Croom Helm (New-York. St Martin’s Press) : 205 p.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540