Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Science et pouvoir dans la Tunisie contemporaine

 | 
François Siino

Conclusion

Texte intégral

  • 1 Extrait du roman Les cendres de Carthage de Abdelaziz Belkhodja, Éditions Apollonia, Carthage, 199 (...)

« C’étaient ces phénomènes de sous-développement que les autorités tunisiennes voulaient briser ; cependant ce petit pays ne pouvait se permettre de projeter une stratégie de recherche scientifique efficiente car les investissements en la matière étaient trop lourds. Les cerveaux existaient, certes, mais ils étaient éparpillés en Occident. Or, de nos jours, les distances étaient révolues. Les moyens de communication sont si évolués que l’efficacité n’est plus tributaire de la proximité. Ainsi, pour parer au brain-drain, petit à petit, un réseau discret avait été mis en place […] Toutes les données transmises par les universitaires, chercheurs et techniciens tunisiens d’Occident étaient gérées puis mises en œuvre selon les possibilités du pays. En entretenant des intelligences au sein des centres de recherche étrangers, l’État palliait ce manque de moyens handicapant. »1

1En janvier 1996 et mai 1997, une loi d’orientation suivie de décrets d’application est venue offrir, pour la première fois, un cadre législatif à la recherche scientifique tunisienne. Il aura donc fallu attendre quarante ans après l’Indépendance du pays pour que cette étape, depuis longtemps considérée comme indispensable, soit atteinte. Le fait que les autorités qui ont travaillé à cette élaboration juridique – en particulier le Secrétariat d’État à la Recherche et à la technologie – se plaisent à en souligner le caractère sans précédent, pourrait laisser penser qu’il s’agit là du point de départ de la politique scientifique tunisienne. De même que la consultation quelque peu déprimante des seules statistiques officielles – que nous évoquions en introduction – est susceptible de décourager le chercheur de s’intéresser à un domaine quantitativement négligeable, la lecture superficielle des textes juridiques pourrait laisser croire que les rapports entre science et pouvoir politique en Tunisie étaient – à la fin des années 1990 – au stade de balbutiements. La réalité est tout autre, comme cette étude s’est attachée à le montrer.

  • 2 Selon l’expression du géographe Michel Lussault.

2Pour autant, la nature du lien que l’on peut établir entre les manifestations de politique scientifique et la sphère politique en général n’est pas facile à préciser. À l’évidence, il s’agit d’un lien complexe au sein duquel il est malaisé de repérer des rapports de causalité significatifs. Ainsi, de ce premier point de vue – celui de la mise en œuvre de politiques scientifiques –, le paramètre de l’autoritarisme politique qui caractérise les régimes successifs (Bourguiba entre 1956-1987, Ben Ali depuis 1987) ne semble pas déterminant. Ce que l’on peut, en revanche constater, c’est que, dans ce qui touche à la science (au sens large), on voit se manifester des acteurs animés par de fortes « logiques idéelles »2, par des représentations non seulement contradictoires entre elles, mais aussi décalées par rapport à une réalité sur laquelle, de fait, elles ne peuvent avoir de prise. Quelles sont ces logiques ?

3Du côté de l’État tunisien (incarné par une fraction variable de la sphère politico-administrative à laquelle s’adjoint souvent un groupe minoritaire de scientifiques), il s’agit d’une logique que l’on peut qualifier de développementaliste. Celle-ci est fortement teintée d’étatisme dans un premier temps : la recherche scientifique doit alors soutenir le développement à travers les entreprises et offices publics et contribuer à l’augmentation globale de la richesse de la collectivité nationale ; plus tard, au début des années 1990, cette logique revêt une apparence plus conforme à l’orthodoxie du libéralisme économique : la science est alors censée favoriser la compétitivité des entreprises privées afin que celles-ci puissent soutenir le choc de la libéralisation des échanges et l’insertion dans une économie mondialisée. Dans les deux cas, cette logique développementaliste entend promouvoir une science « finalisée », une recherche scientifique dont la valeur peut et doit se mesurer à l’aune de sa contribution à la richesse du pays.

4Mais cette image d’une recherche scientifique avant tout « utilisable », focalisée sur des enjeux économiques nationaux, ne correspond pas à celle que s’en font ceux qui doivent en être les exécutants, à savoir les scientifiques. Ceux-ci, en raison des conditions particulières qui ont présidé à leur socialisation professionnelle – notamment la fréquentation du système universitaire français – ont été imprégnés d’une sorte d’universalisme scientifique caractérisé par le sentiment d’appartenance à une communauté scientifique mondiale, la défense du libre choix des sujets de recherche, la prééminence de la recherche fondamentale et des filières théoriques sur les applications et la technologie, etc. Ces deux logiques divergentes sont, autant l’une que l’autre, déconnectées de la réalité du tissu économique tunisien, héritier d’une politique basée, quant à elle, sur une logique de marché et sur l’insertion à court terme dans la division internationale du travail. Cette option, jamais démentie depuis les années 1970 a cantonné la Tunisie dans un rôle de sous-traitant à l’échelle internationale (notamment dans les secteurs du textile, de l’industrie mécanique et électronique) en contrepartie de quoi la demande sociale de recherche scientifique est aujourd’hui quasiment inexistante.

5Cet ensemble de contradictions contribue à expliquer l’effet de confinement qui s’exerce sur la politique scientifique tunisienne, jusqu’ici cantonnée à l’intérieur de l’appareil d’État (ou plus précisément à l’intérieur d’un « espace scientifique » intégré à l’appareil d’État), et son incapacité à diffuser au-delà, notamment auprès des scientifiques.

6Ce confinement est l’une des conséquences majeures de l’incapacité des différentes logiques évoquées plus haut à se rencontrer. Mais il a aussi une autre source, à savoir l’existence d’un rapport ambigu du pouvoir politique tunisien à la science, et peut-être plus encore, aux « savants ». De ce second point de vue, on distingue mieux comment la variable de l’autoritarisme politique peut intervenir.

  • 3 C’est à la lumière de cette ambiguïté que doivent être également (re)considérées les créations ins (...)

7Cette ambiguïté se traduit par le fait que, tout en continuant à donner à la science une place centrale dans le discours officiel et à utiliser la puissance du mythe scientifique comme réservoir de légitimité, le pouvoir politique semble, plus ou moins consciemment, faire en sorte d’entraver une véritable institutionnalisation de la communauté scientifique tunisienne, et par là, une relative autonomisation du champ scientifique vis-à-vis de la sphère politico-administrative3. Les scientifiques tunisiens se trouvent ainsi dans l’incapacité de contribuer à la définition d’un statut social pour les porteurs et les producteurs de savoir scientifique, à la conquête d’une légitimité sociale, elle-même condition décisive d’une (re)valorisation de l’activité scientifique dans la société. Au contraire, l’activité scientifique professionnelle se trouve soit poussée à la marge de la société, soit étroitement agrégée à l’appareil d’État sous prétexte d’efficacité et, dans un cas comme dans l’autre, dans l’impossibilité d’agir sur les orientations de son action.

  • 4 Au sens d’une société sans communauté scientifique organisée, et prioritairement tournée vers les (...)

8Tout se passe donc comme si l’État souhaitait retirer les dividendes matériels et symboliques de l’acquisition d’un potentiel technologique tout en préférant que la société tunisienne reste une « société sans savants »4.

9Plusieurs raisons peuvent contribuer à expliquer cette méfiance inavouée, mais pourtant souvent interprétée par les scientifiques eux-mêmes comme l’une des causes de leur paupérisation, du déclassement relatif des Facultés par rapport aux institutions de formation technique, de leur très faible marge d’auto-organisation, voire de leur mise sous surveillance (par exemple, comme lorsque en 1997, les colloques universitaires ont été soumis, sur instruction du premier ministère, à la loi sur les réunions publiques et à l’obligation du dépôt légal prévue par le Code de la presse).

10La première raison est que l’Université a constitué dès le départ l’unique lieu d’éclosion de la pratique scientifique. Or, passées quelques années « d’état de grâce », cette même Université est devenue, pour les pouvoirs politiques successifs, le symbole de la contestation politique la plus virulente : celle de la gauche d’inspiration marxiste dans les années 1970, relayée à partir des années 1980 par la montée en puissance de la mouvance islamiste.

11A cette mauvaise image sont venues s’ajouter, à partir des années 1970, des interrogations sur la « rentabilité » de l’Université et des universitaires. L’histoire de la mise en place du système scientifique tunisien – on l’a vu – est celle de l’importation d’un modèle, le modèle scientifique français, dans sa composante la plus académique, vers un contexte socio-économique radicalement différent de celui du modèle d’origine. De ce décalage, est né peu à peu chez les pouvoirs publics l’image d’une Université close dans sa « tour d’ivoire », sourde aux besoins les plus urgents du pays et incapable de s’impliquer dans son développement.

  • 5 Selon le titre de l’ouvrage de Picard j-F, La République des savants, La recherche française et le (...)

12Enfin, plus généralement, la méfiance du pouvoir politique envers les scientifiques pourrait également traduire une certaine forme de crainte : crainte qu’un processus d’autonomisation des scientifiques n’entraîne l’ouverture d’un espace de débat critique normalement associé au mode de fonctionnement de la science ; crainte que cet espace, doté à la fois d’une forte légitimité en tant que moteur du progrès et d’une capacité d’expertise distincte de celle de l’administration de l’État, ne vienne constituer une menace pour la légitimité de celui-ci ; crainte enfin que les valeurs démocratiques traditionnellement associées à la pratique scientifique (esprit critique, impartialité, aspiration à la vérité, absence de préjugés…) ne viennent conférer à cette « république des savants »5 un statut de modèle dangereux pour un pouvoir qui ne souhaite pas encore voir ces valeurs se généraliser à la société tout entière.

13Simple coïncidence ou contrepartie de cette méfiance envers les scientifiques « nationaux », on peut noter depuis le milieu des années 1990 un engouement non dissimulé pour les scientifiques tunisiens exerçant à l’étranger (en France et en Amérique du Nord principalement). Ceux-ci sont couramment désignés par des appellations comme « notre communauté scientifique à l’étranger », ou « nos compétences à l’étranger », et ils semblent soudain devenus un support privilégié sur lequel se focalise en partie l’espoir d’un redressement scientifique et technologique du pays. On n’attend plus d’eux un retour définitif au pays (dont on estime qu’il est non seulement illusoire, mais de plus peu souhaitable), mais plutôt des interventions ponctuelles dans des domaines considérés comme « priorités nationales ».

  • 6 Art. 19 de la loi du 31/01/1996 et art. 5 et 6 du décret 97-942 du 19/05/1997.

14Leurs mérites sont régulièrement rapportés dans la presse, ainsi que des propos tendant à prouver leur attachement au pays d’origine. On se félicite de la constitution d’associations de scientifiques tunisiens à l’étranger, et on les encourage en les invitant régulièrement à tenir réunions et colloques sur le territoire tunisien. On envisage de dresser des annuaires de ces compétences afin de faciliter leur identification et leur mobilisation éventuelle. Enfin, plusieurs dispositions du cadre législatif mis en place en 1996-97 leur sont explicitement consacrées6, prévoyant notamment des « avantages » en matière de rémunération.

15Certes, ce mouvement n’est pas propre à la Tunisie (au Maghreb, l’idée est apparue tout d’abord au Maroc en 1993, soutenue par le programme Tokten du PNUD), et il n’est pas illégitime d’y voir une heureuse initiative visant à inverser de façon positive la question de l’exode des cerveaux, jusque là posée en des termes à la fois dramatiques et fatalistes.

16On ne peut cependant pas manquer de remarquer, à travers les discours et les articles de presse consacrés à ce sujet, combien la figure du scientifique – ou de « l’expert » – tunisien de l’étranger contraste avec l’image, par ailleurs peu valorisée, du scientifique « local ». En forçant un peu le trait, on pourrait dire que le premier incarne une haute compétence et une efficacité mobilisables à la demande, qui ne coûte que durant le temps de son utilisation et ne s’intéresse en rien aux conditions sociopolitiques d’exercice de son activité (qui cesse également à la demande) ; tandis qu’au second s’attacherait plutôt l’image de l’universitaire « syndicaliste », demandant sans cesse des crédits supplémentaires pour des résultats improbables, et baignant dans un milieu revendicatif, l’un des moins enclins au consensus social tant prisé par les autorités. Ce fantasme d’une science en partie « externalisée », qui est le corrolaire de la « société sans savants » – mais ouverte à une irrigation scientifique extérieure – apparaît comme l’une des composantes (certes mineure) de l’orientation dominante du régime tunisien : concilier la libéralisation du système économique avec le maintien d’un ordre politique centralisé et autoritaire.

17Cette option – si tant est que cela puisse en constituer une – ne paraît guère réaliste, ne serait-ce que du fait de l’existence d’un potentiel scientifique tunisien (matériel et humain, que l’on a essayé de caractériser dans ces pages), construit pendant plus de trente ans d’édification du système universitaire tunisien, et que des liens sans cesse accrus avec la communauté scientifique internationale ont contribué à renforcer. Mais il paraît clair que la réintégration des scientifiques tunisiens au centre d’une politique publique de la science passe par une réflexion – qui ne semble pas encore avoir eu lieu – sur les enjeux réels et la place de la science dans la société. La question fondamentale « Quelles technologies pour quel développement ? » posée lors des séminaires à Tunis du Groupe de Rencontres sur le Développement et la technologie au début des années 1980 ne semble pas avoir reçu depuis lors de réponse, ni même suscité de véritable débat, comme si les effets du « paradigme imitatif » (de l’Occident) dénoncés à l’époque, continuaient à effacer la possibilité même de toute réflexion. Or, seule une telle réflexion stratégique à long terme pourrait permettre d’assurer une reconnaissance et une participation de la communauté scientifique tunisienne à l’élaboration du devenir collectif.

Notes

1 Extrait du roman Les cendres de Carthage de Abdelaziz Belkhodja, Éditions Apollonia, Carthage, 1993.

2 Selon l’expression du géographe Michel Lussault.

3 C’est à la lumière de cette ambiguïté que doivent être également (re)considérées les créations institutionnelles des années 1990 : plutôt que d’une véritable institutionnalisation de la communauté scientifique – que visiblement le pouvoir ne souhaite pas favoriser – il s’agit d’un processus qui vise des retombées symboliques positives en même temps que le contrôle des chercheurs.

4 Au sens d’une société sans communauté scientifique organisée, et prioritairement tournée vers les formations. Le terme est emprunté à Yves Goudineau, auteur en 1990 d’une étude sur Singapour qui offre des parallèles très intéressants avec le cas tunisien (Goudineau Y, « Être excellent sans être pur, potentiel technologique et pouvoir technocratique à Singapour », Cahier des sciences humaines de l’ORSTOM, 26 (4), Paris, 1990).

5 Selon le titre de l’ouvrage de Picard j-F, La République des savants, La recherche française et le CNRS, Flammarion, Paris, 1990.

6 Art. 19 de la loi du 31/01/1996 et art. 5 et 6 du décret 97-942 du 19/05/1997.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540