Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Science et pouvoir dans la Tunisie contemporaine

 | 
François Siino

Quatrième partie. Science et pouvoir entre marginalisation et fusion avec l'appareil d'état (1987-1996)

11. La Science, l’Université et les « valeurs du 7 novembre »

Texte intégral

1Dans les pages qui composent ce dernier chapitre, on a essayé d’examiner, sur la base de données disponibles dans le courant de l’année 1996, les conséquences repérables de « l’offre politique » faite depuis 1991 par le gouvernement tunisien en matière de recherche scientifique. Mais on a voulu également y introduire des éléments d’interprétation quant au sens que l’État tunisien semble vouloir donner à cette intervention et aux gains qu’il en espère, que ceux-ci soient d’ordre socio-économique, ou peut-être surtout d’ordre symbolique.

L’INTROUVABLE DEMANDE SOCIALE DE RECHERCHE SCIENTIFIQUE

  • 1 Ainsi à la suite du Symposium national sur la recherche et la technologie, les journalistes présent (...)

2La politique scientifique volontariste engagée par le gouvernement tunisien à partir de 1991 est avant tout, on l’a vu, le résultat d’une impulsion venue du plus haut niveau de l’État, c’est-à-dire de son chef, le président Ben Ali, et ce, en l’absence d’une demande identifiable de la part de la société tunisienne au sens large. Or, c’est justement l’un des buts que se donne explicitement cette politique que de susciter une telle demande1. En ce sens, on pourrait dire que sous « l’offre » de l’État, on peut lire clairement une demande politique de demande sociale. Cette demande sociale, on l’a dit aussi, est presque totalement assimilée aux entreprises du secteur privé, dont on attend qu’elles soient les premières concernées. Si les pouvoirs publics ne se font guère d’illusions sur le fait que les entreprises deviennent elle-mêmes des acteurs de la recherche, ce dont elles sont loin d’avoir les moyens, du moins attend-on qu’elles profitent de l’investissement de l’État dans les institutions publiques de recherche tout en y apportant également leur contribution financière (sous forme de contrats avec les centres de recherche ou les Universités par exemple).

L’engagement de l’État tunisien

  • 2 En dehors de mention particulière, les données utilisées dans ce chapitre émanent du secrétariat d’ (...)

3Si l’on examine les données dont on disposait cinq ans après la création du SERST, l’effort financier global de l’État envers la recherche scientifique se révèle indéniable2.

  • 1 en millions de dinars (1 DT = 1 USD)

Tableau 8 : L’effort global de l’État envers la recherche : structure et évolution de la participation de l’État à la recherche-développement (1992-1995)1

Tableau 8 : L’effort global de l’État envers la recherche : structure et évolution de la participation de l’État à la recherche-développement (1992-1995)1

Source : Secrétariat d’État à la Recherche scientifique et à la technologie. Tunis.

4Si la participation de l’État en pourcentage par rapport au PIB est relativisée par une hausse soutenue de ce dernier (de 13,7 milliards de DT en 1992 à 17,9 en 1995), la progression en valeur absolue est néanmoins notable. L’enveloppe budgétaire publique de recherche passe de 38 millions de dinars à 55,3, soit un accroissement annuel moyen de 13,3 %, ce qui est supérieur à l’accroissement moyen du budget de l’État pour la même période (11,3 %).

  • 3 La notion d’un budget public de recherche n’existe pas dans le budget de l’État tunisien, et comme (...)
  • 4 On verra qu’au moins dans ce deuxième cas, on aboutit sans doute à une très nette surestimation.

5Précisons cependant que les chiffres ci-dessus doivent être considérés avec beaucoup de précautions. Ainsi le budget des institutions de recherche prend-il en compte « l’ensemble des budgets des établissements publics ayant une activité de recherche », alors que, bien entendu, ils sont loin d’être consacrés en totalité à des activités de recherche. Il en va de même pour les charges de personnel et la recherche dans l’Enseignement supérieur. En effet, ces chiffres ne correspondent pas à un budget établi et voté a priori3, mais à une reconstruction établie a posteriori, ce qui oblige à des estimations hasardeuses. L’incertitude majeure vient de l’impossibilité de connaître les charges de personnel et les crédits de recherche dans l’Enseignement supérieur. Le SERST a donc choisi d’estimer les premières à 10 % des charges totales en personnel et les secondes à 10 % du budget des institutions d’enseignement supérieur4.

6En revanche, les crédits consacrés à des programmes de recherche sont plus facilement identifiables puisque individualisés, entièrement consacrés à des activités scientifiques, et de ce fait, ce sont également ceux dont les fluctuations sont les plus directement perceptibles d’une année à l’autre par les enseignants-chercheurs impliqués dans des travaux de recherche. La hausse est considérable, puisque ces crédits sont multipliés par un facteur de 2,5 entre 1992 et 1995. Par ailleurs leur place dans l’enveloppe de recherche passe de 9,7 % à 17,2 % du montant total, ce qui confirme le volontarisme de l’action entreprise en faveur des activités de recherche. Ces programmes sont majoritairement financés par le SERST (Programmes Nationaux Mobilisateurs), par l’Enseignement supérieur (Contrats-programmes de la Direction Générale de la Recherche scientifique, non directifs) et par l’Agriculture. En 1994 – année pour laquelle on connaît le détail des chiffres – ces différents financements et leurs bénéficiaires se présentent de la façon suivante.

7On remarque en premier lieu que l’action volontariste d’incitation à la recherche par le biais de programmes est avant tout exécutée par le secrétariat d’État à la Recherche scientifique qui dispense plus de la moitié de l’enveloppe (54,8 %, à travers les PNM), alors que le ministère de l’Enseignement supérieur n’y participe que pour 26 %. Entre 1992 et 1994, le SERST a ainsi financé environ 300 projets, avec une moyenne de 23 000 dinars par projet. Certes, le SERST est aussi celui qui redistribue le plus ses propres crédits-programmes : s’il en conserve 43,8 % pour lui-même, il en reverse près d’un tiers (31,4 %) à l’Université, ce qui revient à faire de cette dernière la bénéficiaire de 52,9 % de l’ensemble de ces crédits.

Tableau 9 : Répartition des crédits « Programmes de recherche » par source de financement et par bénéficiaire (année 1994, milliers de DT)

Tableau 9 : Répartition des crédits « Programmes de recherche » par source de financement et par bénéficiaire (année 1994, milliers de DT)

Source : secrétariat à la Recherche scientifique et à la technologie. Tunis.

  • 5 Dans l’année prise en compte.

8Cependant, si l’on ramène le volume de ces crédits-programmes au nombre d’institutions concernées au sein de chaque tutelle, on constate que les principaux bénéficiaires des programmes de recherche restent les centres hors Université. Au nombre de 15 (8 pour le SERST, 7 pour le ministère de l’Agriculture5), ils se voient attribuer 2,8 millions DT (33,5 % de l’enveloppe), alors qu’à la même date, les 4,3 millions destinés à l’université se partagent entre 214 équipes universitaires. Si l’on tient compte du fait qu’il existe très peu de financements croisés entre le SERST et le ministère de l’Agriculture, on peut affiner ces chiffres et considérer que les huit centres placés sous la tutelle du SERST, avec 1,9 million DT, sont les destinataires de près du quart (24 %) de l’ensemble des crédits-programmes.

9Tant par le volume des crédits qu’il distribue que par la part qui revient aux centres de recherches directement placés sous sa tutelle, on peut dire que le SERST est le véritable fer de lance de l’action de l’État en faveur d’une relance de la recherche scientifique.

Les limites du volontarisme

10Qui sont les bénéficiaires de cette recherche programmée et contractuelle, largement financée et exécutée par le secrétariat d’État à la Recherche scientifique ? La question mérite d’être posée, même s’il n’est pas aisé d’y répondre, compte tenu du manque de données disponibles sur les recherches menées et sur leur éventuels commanditaires ou utilisateurs.

Un utilisateur principal : le secteur étatique

11L’une des institutions sur laquelle on dispose de données assez précises, l’Institut Régional des Sciences Informatiques et de Télécommunications (IRSIT), est aussi, du fait de sa position de centre de recherche « phare » du SERST, emblématique de la volonté de lier le travail de recherche au secteur économique. Rappelons aussi qu’il s’agit du premier centre de recherche tunisien à avoir placé au cœur de son projet la réponse à la demande des entreprises du secteur privé. Il mérite donc que l’on s’attarde sur les débouchés de ses activités de recherche.

12Les 40 programmes de « recherche-développement » et de « transferts de technologies » se répartissent dans trois grands départements : télécommunications et réseaux (télématique, multimédia, 14 programmes) ; systèmes d’aide à la décision (aide à la décision en gestion des ressources et systèmes d’information géographiques, aide à la décision en industrie, 17 programmes) ; arabisation-communication homme/machine (traitement automatique des documents, traitement du langage naturel, communication parlée arabe, 9 programmes).

13Dans la majorité des cas, les descriptifs des programmes mentionnent un destinataire, réel ou potentiel, des résultats ainsi que le nombre de chercheurs affectés à chaque projet. Après analyse de l’ensemble des projets, on peut présenter ces données de la façon suivante.

  • 6 Opération amplement médiatisée par l’État, le 26/26 est le numéro d’un compte intitulé Fonds de sol (...)
  • 7 Le nombre total des chercheurs mobilisés est supérieur au nombre de chercheurs de l’IRSIT du fait q (...)

14La première remarque qui s’impose est la prééminence du secteur étatique et para-étatique comme destinataire des programmes de recherche menés par l’IRSIT (42,5 % des programmes et 38,6 % des chercheurs mobilisés). Ce secteur recouvre les ministères – au premier rang desquels les télécommunications et les transports – mais aussi les Offices d’État, les entreprises publiques ainsi que diverses institutions directement rattachées à l’État : Banque centrale, Bibliothèque nationale, Caisse nationale de retraite et de prévoyance sociale, Comité permanent du fonds de solidarité nationale (26/26)6, agence de presse officielle TAP… Si l’on y ajoute les programmes destinés à la communauté nationale au sens large7 et ceux destinés à d’autres centres de recherche du SERST (qui dépendent du premier ministère et sont donc directement rattachés à l’appareil d’État), on atteint 57,5 % des projets et 50,4 % des chercheurs mobilisés.

Tableau 10 : Nombre de projets et de chercheurs mobilisés par grandes catégories de destinataire de la recherche

Tableau 10 : Nombre de projets et de chercheurs mobilisés par grandes catégories de destinataire de la recherche
  • 8 Il s’agit de projets répondant à une demande politique (comme le Programme spatial) ou de la coopér (...)

Note 78
Source : Institut Régional des Sciences Informatiques et des Télécommunications

15Viennent ensuite les projets destinés à un public potentiel, spécialisé -médecins et étudiants en médecine pour les projets Télémédecine ou Ocsad (Systèmes d’assistance au diagnostic) – ou plus large – universitaires, étudiants, traducteurs pour les projets concernant le traitement automatique de la langue arabe – Torjoman (assistance à la traduction) ou Mussarif (conjugaison des verbes arabes). Ces projets représentent 12,5 % de l’ensemble et concernent 26,7 % des chercheurs, ce qui en fait de loin les thèmes les plus mobilisateurs en termes de ressources humaines (22 chercheurs sur 3 projets de traitement du langage naturel).

16Les programmes de recherche destinés aux entreprises du secteur privé sont très minoritaires, pour ne pas dire insignifiants eu égard aux buts proclamés de l’institution. Ils ne sont que 3, soit 7,5 % de l’ensemble et ne mobilisent que 5 chercheurs au total (4,9 %). Encore faut-il préciser que ces programmes ne sont pas destinés à une entreprise particulière liée par contrat à l’IRSIT, mais aux entreprises en général. Ainsi du programme Equinium destiné aux PME du textile (Système de suivi et d’optimisation pour le secteur de la confection textile) ou de celui intitulé « Suivi et contrôle de la qualité ». L’un de ces trois programmes est d’ailleurs indifféremment destiné à des sociétés de distribution d’eau, qu’elles soient privées ou publiques (Gold).

17Enfin, il n’est pas inutile de remarquer que dans un assez grand nombre de cas (22,5 % de l’ensemble des programmes), le destinataire n’est pas mentionné (ou bien, il est prévu qu’il sera précisé ultérieurement). Le plus souvent, il s’agit de programmes qui, sans relever d’une recherche de type proprement fondamentale, s’attaquent à des problèmes suffisamment vastes et généraux pour ne pas être en mesure de prévoir quels en seront les bénéficiaires (par exemple, le programme Mathusalem qui vise le développement d’un logiciel de vectorisation des cartes pouvant convertir des images points en images vectorielles).

  • 9 D’autant plus que le secteur des services, qui pourrait être particulièrement intéressé par les thé (...)
  • 10 La notion de contrat contribue à entretenir une certaine confusion : s’il est vrai qu’une bonne par (...)
  • 11 Plusieurs financements CEE (Programmes Egoist, Gold, Mathusalem), coopération française (Programme (...)

18À la lumière de ces données, l’IRSIT apparaît dans une situation paradoxale : institution de recherche dotée de compétences humaines reconnues et d’une infrastructure scientifique et technique considérable, apparemment la mieux à même de répondre à la demande du secteur privé9, elle n’y consacre qu’une très faible part de ses ressources, la majorité étant employée à travailler en direction de l’État, du secteur public, ou sur des problématiques qui rejoignent celles des laboratoires universitaires (d’informatique par exemple). Par voie de conséquence, ses ressources qui devraient majoritairement résulter de contrats avec des entreprises, continuent à provenir de façon directe ou indirecte10 de l’État et de la coopération internationale11.

L’absence de demande de recherche et de technologie des entreprises du secteur privé

19Interrogés sur les raisons de cette faiblesse structurelle des liens entre un centre de recherche comme l’IRSIT et le secteur privé, les responsables des programmes fournissent des explications convergentes : la raison principale tient à la quasi-absence de demande de la part du secteur privé, en particulier du secteur industriel, et ce en raison de sa structure même. Cette explication est largement confirmée par les études menées depuis quelques années sur les caractéristiques de ce secteur. Du point de vue de son industrie, la Tunisie vit aujourd’hui avec l’héritage de deux décennies durant lesquelles l’option de la sous-traitance internationale prise au début des années 1970 n’a quasiment pas été modifiée. Quelques chiffres suffisent à en esquisser les principales caractéristiques.

  • 12 Conception Assistée par Ordinateur. Cf. la description que fait Henri Regnault d’un atelier de conf (...)

20Les secteurs du textile (principalement la confection pour l’exportation) et de l’agro-alimentaire représentent 60 % de l’ensemble de entreprises et 61 % des emplois. Le secteur du textile, premier en taille, est particulièrement représentatif d’une industrie où l’on trouve de nombreuses entreprises offshore tournées vers l’exportation, principalement utilisatrices de main d’œuvre et de très faible niveau technologique : le matériel utilisé est souvent vétusté, moins de 5 % des entreprises de ce secteur sont équipées de technologies moderne de type CAO12. Ce faible niveau technologique se lit aussi dans un taux d’encadrement particulièrement bas (0,3 %).

  • 13 Selon Henri Regnault, la part des trafics de perfectionnement (produits transformés et ré-exportés) (...)

21Bien qu’avec des nuances, ce constat est valable pour l’ensemble des secteurs de l’industrie tunisienne. Sur 3,6 entreprises, une seule emploie un ingénieur et ce chiffre monte à 7,7 pour le secteur textile et 8,7 pour l’agro-alimentaire. Si les activités les moins exportatrices (chimie, mécanique) ont de meilleurs taux d’encadrement, elles ne sont guère plus performantes du point de vue des équipements. Dans l’industrie mécanique, sur environ 900 entreprises, seules une dizaine possèdent des machines à commande numérique (ce qui correspond à une quarantaine de machines en tout). Quant aux entreprises tournées vers l’exportation, elles ont pour la plupart un statut de sous-traitant et une activité qui se limite le plus souvent à de l’assemblage13. Même l’électronique – contrairement à ce qui est généralement la règle – est un secteur à faible niveau de valeur ajoutée, étant donné qu’il s’agit dans la plupart des cas d’industries positionnées en bout de chaîne.

Tableau 11 : Données sectorielles sur l’industrie tunisienne (chiffres 1994)

Tableau 11 : Données sectorielles sur l’industrie tunisienne (chiffres 1994)
  • 14 Le taux d’encadrement est le ratio : nombre d’ingénieurs sur nombre d’employés. À titre de comparai (...)

Note 1414
Source : SERST

  • 15 Contre 65 déposés par des inventeurs à titre particulier, 4 par des universités et centres de reche (...)
  • 16 Il faut noter par ailleurs que cette dépense globale de 144,2 MDT est constituée à 98,5 % par des s (...)

22Compte tenu de ces caractéristiques, il n’est pas surprenant de constater que l’industrie tunisienne n’est que faiblement génératrice de technologie. Sur 90 brevets déposés par des résidents tunisiens auprès de l’INNORPI (organisme tunisien chargé de la protection de la propriété intellectuelle) en 1993 et 1994, 21 seulement émanaient d’entreprises15, et ce, bien qu’en Tunisie, la délivrance de brevets soit automatique (contrairement à beaucoup d’autres organismes de protection de la propriété intellectuelle, où le brevet est soumis à examen et, le cas échéant, rejeté). L’industrie tunisienne est également faiblement consommatrice de technologie, y compris en provenance de l’extérieur des frontières nationales. Si l’on se réfère, à la balance des paiements technologiques telle qu’elle a été établie par le secrétariat d’État à la Recherche scientifique pour l’année 1994, pour une dépense totale de 144,2 millions de DT, la consommation de technologies extérieures est avant tout le fait des ministères (28 %, principalement l’Agriculture, les Transports et l’Économie), du secteur de hydrocarbures (28 %) et des services-transports (18 %). L’industrie quant à elle n’entre que pour 3,5 % dans les dépenses16.

  • 17 Étude stratégique : Base technologique avancée à l’horizon 2010, secrétariat d’État à la Recherche (...)

23On comprend alors que la mission assignée à la recherche scientifique en général et aux centres de recherche du SERST en particulier, à savoir d’être le moteur de la compétitivité des entreprises du secteur privé, trouve des difficultés à s’accomplir. Comment faire bénéficier ces entreprises d’une politique et d’un investissement public dans la recherche scientifique alors que, par leur nature même, ces entreprises n’ont ni les moyens ni surtout n’éprouvent le besoin de faire appel à des compétences scientifiques et technologiques ? Comme le faisait remarquer une étude commandée en 1995 par le secrétariat d’État à la Recherche scientifique, « il est en effet illusoire de parler de R&D pour une entreprise qui ne possède ni l’encadrement suffisant pour sa production, ni l’organisation minimale lui permettant de connaître et de maîtriser ses coûts, sa qualité, et qui, en plus, n’a pas pris conscience de ses faiblesses »17.

  • 18 Créé par la loi 90-111 du 31/12/1990, organisé par le décret n° 92-1748 du 28 septembre 1992, modif (...)
  • 19 Article 42 de la loi n° 93-120 du 27/12/1993 et décret n° 94-536 du 10/03/1994.

24Il semble peu probable que cette situation puisse évoluer sans que ne soit mise en œuvre en amont une politique industrielle et économique visant à remanier radicalement le paysage entrepreneurial, par exemple en favorisant les industries de plus haut niveau technologique et peut-être une certaine concentration. Le gouvernement tunisien semble mesurer l’importance de l’enjeu, puisqu’il a mis en place, dans le cadre du programme dit de « mise à niveau », plusieurs instruments visant à élever le niveau technologique des entreprises ; ainsi le Fonds de promotion et de maîtrise de la technologie (FOPROMAT)18, géré par l’Agence de Promotion de l’Industrie (API) et qui vise à financer l’acquisition et la maîtrise des technologies par les petites et moyennes entreprises industrielles ; ainsi également la Prime pour les investissements en R&D (PIRD) instaurée par le Code d’incitation aux investissements19

  • 20 Selon une formule de son fondateur et directeur pendant sept ans « l’IRSIT est une Rolls en état de (...)

25En attendant que de telles mesures produisent un effet éventuel sur le tissu industriel tunisien, l’impulsion institutionnelle et financière donnée par l’État à la recherche scientifique suit un parcours circulaire qui la ramène à lui. Le cas de l’IRSIT est, on l’a vu, emblématique de cet état de fait : centre de recherche performant, conçu pour être avant tout tourné vers la demande, il se trouve, en l’absence de celle-ci20, producteur d’une recherche scientifique et technologique menée par et pour l’État.

LA RECHERCHE UNIVERSITAIRE EN SUSPENS

26Face à un secrétariat d’État à la Recherche scientifique et à la technologie passé du statut de structure nationale de coordination à celui d’exécutant prioritaire de l’action de l’État, la recherche universitaire, se trouve dans une situation confuse. Théoriquement soumise à la coordination nationale confiée au SERST, elle est en même temps ramenée dans le giron plus étroit de sa tutelle traditionnelle du ministère de l’Enseignement supérieur. Cela signifie-t-il pour elle l’ouverture de perspectives nouvelles ou au contraire une nouvelle forme de marginalisation ?

  • 21 Sauf mention contraire, les passages de discours reproduits dans ce chapitre sont extraits d’entret (...)

27A bien des égards, la situation de la recherche universitaire tunisienne semble paradoxale. Bien qu’elle représente le potentiel humain et matériel le plus considérable du pays, elle semble peu impliquée par une nouvelle politique scientifique qui prône pourtant la « rentabilisation » des ressources disponibles. Ce paradoxe se reflète dans le discours des chercheurs21 : fiers de l’évolution de la recherche et conscients du chemin parcouru, ceux-ci expriment en même temps des sentiments de doute quant à leur mission, des incertitudes par rapport au futur et de façon générale une frustration devant la non-reconnaissance manifeste de leurs efforts et de leurs personnes.

Le potentiel de la recherche universitaire

28Jusqu’en 1995, il est extrêmement difficile d’avoir une image, même approximative, de la recherche universitaire tunisienne. Le premier bilan partiel établi en 1980-81 au moment de la politique des PNR n’a jamais été renouvelé et aucun statut administratif ou juridique n’a été conféré aux équipes dont les activités, on l’a vu, se déroulent dans une semi-clandestinité soumise aux aléas de la plus ou moins grande tolérance de l’autorité de tutelle.

  • 22 La dernière demande de ce type remonte à la fin de l’année 1990, et le principe d’un Livre Blanc de (...)

29En 1994, la Direction Générale de la Recherche scientifique du ministère de l’Éducation et des Sciences a lancé une enquête pour tenter de cerner les contours de cette activité et d’en quantifier quelques aspects. Les résultats de ce premier sondage, rassemblés dans un annuaire édité en 1995, sont bien entendu à prendre avec précautions. Comment en effet mesurer une activité qui ne possède pas de bases institutionnelles repérables (les laboratoires de recherche n’existent pas) et dont les seules traces sont des financements ponctuels accordés ad hominem, sur la base de projets dont on ne possède aucune évaluation a posteriori ? Comme en 1980-81, l’enquête tente de repérer de façon pragmatique des groupes d’universitaires de taille variable déclarant avoir une activité de recherche autour de thèmes communs et partageant locaux et matériel scientifique. Cette opération a reçu un accueil ambigu de la part des enseignants-chercheurs, bien que ceux-ci aient régulièrement réclamé un état des lieux ou autre « livre blanc » de la recherche22… La perspective de voir la réponse au questionnaire récompensée par des financements ultérieurs a certainement joué un rôle incitatif ; en sens inverse, la traditionnelle méfiance des universitaires envers leurs autorités de tutelle et envers toutes les tentatives de « rationalisation » ou « d’orientation », souvent considérées comme d’inadmissibles « ingérences » dans le libre exercice de l’activité savante a probablement détourné un certain nombre de chercheurs, les rendant du même coup invisibles.

30Il apparaît clairement que cette approche a favorisé la visibilité des sciences fondamentales et expérimentales, repérables par leur équipement matériel, au détriment des sciences humaines et sociales (pour preuve, la quasi-inexistence des équipes en sciences juridiques et économiques, alors que ces deux disciplines sont parmi les rares à fournir la matière de revues régulières).

Un déséquilibre centre-périphérie encore plus accentué que celui de l’enseignement supérieur

  • 23 L’annuaire ne fournit pas lui-même de présentation statistique des données. Les tableaux qui suiven (...)

31Le tableau que fournit l’enquête de la DGRST, même s’il pêche par une sous-estimation du potentiel de la recherche universitaire tunisienne, permet toutefois d’en esquisser quelques grandes lignes23.

32Toutes disciplines confondues, ce sont 214 équipes qui sont recensées, appartenant à 26 établissements d’Enseignement supérieur et disséminées dans 9 villes de Tunisie. Première constatation frappante, la concentration de la recherche universitaire dans l’agglomération tunisoise : 115 équipes, soit 53,7 % du total sont localisées dans la capitale.

Graphique 8 : Répartition par ville des équipes de recherche recensées. Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche dcientifique (1994)

Graphique 8 : Répartition par ville des équipes de recherche recensées. Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche dcientifique (1994)

Source : Direction Générale de la Recherche scientifique et technique

  • 24 Dans ces quatre villes, les cinq établissements concernés sont l’École Nationale d’Ingénieur de Gab (...)

33Quatre villes de province qui sont pourtant des centres universitaires non négligeables comme Sfax, Monastir, Bizerte et Sousse n’alignent ensemble que 92 équipes (43 %). Enfin, Gabès, Gafsa, Nabeul et Ksar-Hellal24 contribuent de façon tout à fait marginale au potentiel de la recherche universitaire tunisienne, à hauteur de 3,3 %. On retrouve ainsi pour la recherche universitaire le même déséquilibre entre centre et périphérie que l’on avait déjà signalé au niveau de l’Enseignement supérieur lui-même, ce qui souligne à quel point le développement de la recherche tunisienne est organiquement lié aux structures de l’Enseignement supérieur. Bien plus, ce déséquilibre est accentué par le fait (déjà signalé) que les Facultés de province ont été longtemps privées d’enseignements de troisième cycle et donc de l’une des principales raisons d’être d’une activité de recherche, et par une plus forte proportion d’établissements d’enseignement technique.

34Logiquement, ce sont donc les plus anciennes Facultés « classiques » qui concentrent la plus forte activité de recherche. Le cas des facultés des sciences est de ce point de vue exemplaire : les quatre établissements de Tunis (64 équipes), Sfax (15 équipes), Monastir (13 équipes) et Bizerte (14 équipes) représentent la moitié du potentiel national de recherche universitaire (49,5 %). La Faculté des Sciences de Tunis est incontestablement le « géant » qui domine l’ensemble du paysage de la recherche universitaire tunisienne, ses 64 équipes atteignant presque le tiers de l’ensemble des équipes du pays (29,9 %). Les écoles nationales d’ingénieur (de Tunis, Sfax, Monastir et Gabès) sont également bien placées puisqu’elles totalisent 34 équipes (15,9 % du total).

Des équipes et des chercheurs

35La répartition par discipline des équipes recensées et des chercheurs déclarés offre un tableau moins contrasté et de fait, plus difficile à interpréter. Si l’on ne tient pas compte de la sous-représentation des sciences sociales, humaines et des lettres, qui tient aux conditions de l’enquête et ne reflète certainement pas la réalité, on constate une répartition assez égale entre les différentes disciplines des sciences fondamentales. À la légère prééminence de la biologie répond la plus faible représentation de la géologie et surtout des mathématiques (et informatique). Entre ces deux pôles, physique, chimie, sciences de l’ingénieur et sciences médicales sont représentées dans des proportions très proches au niveau national.

  • 25 Si cette estimation est exacte, notons qu’elle est bien supérieure à l’estimation spontanée des uni (...)

36Le nombre total de chercheurs déclarés est de 1 543, mais il s’agit là encore d’une donnée à prendre avec précautions, puisqu’il est impossible de savoir s’il n’est pas majoré par des chevauchements de personnel (en théorie, rien n’interdit à un enseignant-chercheur de faire partie de deux équipes différentes). Si on le prend tel quel, ce chiffre rapporté au nombre total d’enseignants chercheurs – soit 4 749 sous la tutelle du MESRS en 1994-1995 – indique que près du tiers des universitaires (32,5 %) sont d’une façon ou d’une autre impliqués dans des activités de recherche25.

Tableau 12 : Répartition par discipline des équipes et des chercheurs déclarés

Tableau 12 : Répartition par discipline des équipes et des chercheurs déclarés

Source : Direction Générale de la Recherche scientifique et technique

37De même que pour le nombre d’équipes, le critère du nombre de chercheurs place en tête de liste les sciences de l’ingénieur et la biologie (18 et 20 %). Viennent ensuite physique (14,2 %), chimie (13 %), géologie (11,3 %) et mathématiques (9,8 %). Les sciences médicales sont, quant à elles, sous représentées en termes de personnel (10,2 %) par rapport au nombre d’équipes recensées.

  • 26 Néanmoins, on peut légitimement s’interroger sur certains « grands nombres » qui tirent vers le hau (...)

38Concernant la taille des équipes, la répartition géographique est là aussi plus parlante que la répartition par discipline que l’on a fait apparaître à la dernière colonne du tableau précédent. C’est la capitale et ses grandes institutions universitaires qui compte les équipes les plus importantes numériquement. Une majorité d’entre elles compte de 10 à 15 chercheurs, un nombre non négligeable (14) en déclare entre 16 et 20 et quelques unes vont même au-delà26.

Tableau 13 : Nombre d’équipes de recherche suivant leur taille et leur répartition géographique

Tableau 13 : Nombre d’équipes de recherche suivant leur taille et leur répartition géographique

Source : Direction Générale de la Recherche scientifique et technique

39En revanche, très peu d’équipes de province dépassent l’effectif de 10 chercheurs (6 seulement), et la plus grande part d’entre elles (41,4 %) se situe dans la tranche de 3 à 5 chercheurs. Pour revenir au plan national, on note aussi la présence de très petites équipes composées seulement d’un ou deux chercheurs (16,3 % du total), phénomène qui concerne aussi bien la capitale que la province, particulièrement fréquent dans les sciences médicales et la biologie, mais qui n’épargne pas les sciences dites exactes comme la chimie ou la physique. Il serait intéressant de pouvoir corréler la taille des équipes avec leur âge – c’est-à-dire le plus souvent avec la date de nomination de leur responsable et fondateur au grade de maître de conférence ou de professeur -, ce qui permettrait d’apprécier leur rythme de croissance, mais les données recueillies ne le permettent pas.

  • 27 La majorité des laboratoires dirigés par des maîtres-assistants sont en sciences de l’ingénieur, di (...)

40Compte tenu du mode de formation de ces groupes de recherche rassemblés autour d’un local tenant lieu de laboratoire (en sciences fondamentales) et de matériel acquis au nom du responsable, celui-ci est le plus souvent détenteur du grade hiérarchique le plus élevé : les professeurs (144) et les maîtres de conférence (52) dirigent donc plus de 9 équipes sur 10 (91,6 %), tandis que leurs collègues du collège B, maîtres-assistants et assistants n’ont la responsabilité que de 16 équipes sur 21427. La direction d’équipe est à forte dominante masculine, mais cette tendance comporte quelques exceptions puisque l’on trouve 20 femmes responsables d’équipes de recherche.

Tableau 14 : Nombre de femmes responsables d’équipes de recherche par ville et discipline

Tableau 14 : Nombre de femmes responsables d’équipes de recherche par ville et discipline

Source : Direction Générale de la Recherche scientifique et technique

41Comme on le voit dans le tableau ci-dessus, le profil le plus fréquent de femme responsable d’équipe de recherche est une biologiste tunisoise (enseignante à la Faculté des sciences de Tunis). La taille des équipes à direction féminine n’est que très faiblement inférieure à la moyenne nationale (6,2 chercheurs contre 7,2 pour l’ensemble des équipes) et 18 d’entre elles (sur 20) déclarent disposer d’un équipement propre. Là encore, bien que ce soit impossible à vérifier, on peut faire l’hypothèse que l’ancienneté de l’équipe est un paramètre plus décisif que la nature de sa direction.

42Enfin, concernant l’équipement scientifique auquel on vient de faire une rapide allusion, les équipes universitaires ne semblent pas en être démunie, bien au contraire : 194 sur 214 (90,7 %) déclarent posséder un équipement propre. Sur les 20 équipes restantes qui n’en possèdent pas, 8 ont tout de même accès à des appareils appartenant à d’autres équipes. Seules 12 équipes affichent un dénuement total : 5 d’entre elles sont des équipes de mathématiques et 3 de sciences humaines ou économiques. Encore faut-il signaler que le fait de posséder un équipement scientifique ne garantit pas que celui-ci soit opérationnel en permanence. Les problèmes de maintenance, l’absence quasi totale au sein des équipes universitaires d’ingénieurs ou de techniciens pouvant effectuer les manipulations, le manque de coordination entre l’acquisition de plusieurs équipements complémentaires sont autant de facteurs qui peuvent entraîner le blocage des expérimentations pendant des mois, voire des années.

  • 28 Plus de la moitié des équipes de la Faculté des Sciences de Tunis (51,6 %) sont constituées de 10 c (...)

43Au terme de cette présentation des quelques données (disponibles en 1996) sur la recherche scientifique universitaire tunisienne, que peut-on retenir ? Malgré des inégalités de représentation, on peut en premier lieu remarquer l’absence de discipline hégémonique qui concentrerait la majeure partie du potentiel humain et matériel. En réalité, la plus ou moins grande présence d’équipes et d’un potentiel de recherche est davantage corrélée avec l’ancienneté et la centralité des institutions qui les abritent. En en accusant encore les traits, la localisation de ce potentiel reflète le déséquilibre centre/périphérie qui a caractérisé le développement « naturel » du système universitaire tunisien. Ce déséquilibre n’ayant jamais été contrebalancé par une politique volontariste d’incitation (regroupement de petites équipes, délocalisation de certains laboratoires, par exemple), le résultat est aujourd’hui conforme à ce que laissait entrevoir le développement des établissements d’Enseignement supérieur dans les années 1970 et 1980 : au centre du dispositif de la recherche universitaire, Tunis, et au cœur de la capitale, la faculté des Sciences qui concentre, rappelons-le, près du tiers des équipes du pays et les plus importantes d’entre elles en termes humains et matériels28.

  • 29 Parmi les équipes ne comptant qu’un ou deux chercheurs, 80 % possèdent leur propre matériel.

44Par ailleurs, on retrouve certains des traits qui caractérisaient l’apparition des équipes de recherche dans les années 1970 et au début des années 1980, à savoir le fait que celle-ci constitue l’attribut « naturel » de tout professeur de l’enseignement supérieur. Même en s’étoffant jusqu’à atteindre une taille respectable, l’équipe reste avant tout associée à la personnalité de son fondateur-responsable et ses activités ne rencontrent qu’exceptionnellement celles des laboratoires voisins. Ce que suggère la grande dispersion du matériel scientifique révélée par l’enquête de la DGRST29 est confirmé par les entretiens.

« Parce qu’un laboratoire, c’est une personne, et cette personne, elle ferme le laboratoire, elle met la clef dans sa poche et elle part. Le laboratoire est ouvert quand elle est là […] Ce cloisonnement de la recherche continue à faire du tort au secteur en Tunisie et engendre une multiplicité des appareils. Moi, j’ai le même appareil que mon voisin, parce que je ne peux pas accéder à celui de mon voisin, ou je ne peux y accéder que quand il est là » (professeur de biologie, FST).

45Cette conception encore fortement « patrimoniale » de l’équipe de recherche est d’autant plus ancrée qu’en l’absence de tout statut juridique ou administratif de laboratoire, c’est au nom du responsable-fondateur que sont effectuées les commandes éventuelles de matériel, que sont faites les demandes de subventions, que sont négociés les accords de coopération, etc..

La recherche universitaire dans la nouvelle politique scientifique

46Comment la recherche universitaire se situe-t-elle dans la restructuration institutionnelle, qui a commencé à se mettre en place en 1991-92, et comment les acteurs de cette recherche perçoivent-ils cette « nouvelle donne » ?

  • 30 « Des structures stables sont nécessaires au développement de la recherche », La Presse, 5/08/1992. (...)

47Pour la plupart, ils ont tout d’abord été soulagés de percevoir l’émergence d’une volonté politique à un haut niveau qui pouvait signifier la fin d’une instabilité institutionnelle chronique. Les universitaires présents en Tunisie depuis les années 1970 avaient en effet été les témoins quasi-impuissants de la politique des PNR à partir de 1978, de son brutal abandon en 1986, de la naissance de la Fondation Nationale de la Recherche scientifique en 1989 et de sa suppression en 1992 au profit du Secrétariat d’État à la Recherche scientifique… En 1992, certains d’entre eux confiaient à la presse leur désarroi devant « l’absence de continuité dans le secteur [de la recherche] due au fait que la politique est celle des hommes en poste et non celle des institutions. Une politique de recherche entamée par les uns à grands frais peut être brusquement abandonnée par les successeurs sans aucune évaluation préalable pour permettre une éventuelle poursuite ou un réajustement […] Les chercheurs désemparés assistent avec inquiétude à de tels changements qui ne vont pas sans répercussions sur leur travail »30.

48Voulant voir dans le SERST placé sous l’autorité du premier ministre un véritable organe de coordination nationale, de nombreux enseignants-chercheurs se félicitent de ce signe d’une volonté politique manifeste de reconnaître l’activité de recherche en tant que telle. En contrepartie, ils sont nombreux à bien vouloir reconnaître le droit de l’État à définir des priorités en matière de recherche scientifique et la nécessité que celle-ci participe, dans la mesure de ses moyens, au développement du pays.

Le retour d’une logique dichotomique

49Mais au delà de ce consensus exprimé en termes très généraux, les motifs de déception se sont avec le temps multipliés. Le premier a été de constater que le secrétariat d’État ne se cantonnerait pas dans un rôle de proposition et de coordination, mais qu’il aurait également un rôle direct d’exécution de la recherche par le biais des huit centres hors Université placés sous sa tutelle. Cette décision a fait resurgir la menace d’une recherche « à deux vitesses » à laquelle les universitaires avaient déjà été confrontés dans les années 1980 : d’un côté une recherche qualifiée de « stratégique », directement rattachée au pouvoir politique, répondant à sa demande et attirant à elle la plus grande partie des moyens financiers nationaux et internationaux, de l’autre une recherche universitaire toujours plus pauvre et plus empêtrée dans les lourdeurs administratives, et renvoyée au mieux à sa mission de formation. D’où une déception couramment exprimée :

« Je ne suis pas d’accord avec le terme de coordination. Ça c’était le souhait des chercheurs, on a voulu un organisme de coordination et de gestion. Or, on a créé un organisme qui est juge et partie. Parce qu’il y a certaines institutions qui dépendent directement du secrétariat d’État. Et d’autres, où il coordonne ou il finance sur des projets des activités de recherche. […] Le SERST n’a pas et n’aura jamais – c’est humain, c’est normal – la même politique avec les institutions qu’il chapeaute directement, et les institutions dans lesquelles il finance des projets. D’autre part, du coup, on a créé le clivage entre le ministère [de l’Enseignement supérieur et de la recherche] et le secrétariat d’État. Au ministère aussi nous avons une structure qui chapeaute la recherche formation, et tout ça fait des rivalités, des clivages et ça ne sert pas la cause des chercheurs et l’avenir de la recherche. […] Je crois qu’on a encore rendu les choses encore plus difficiles » (professeur de biologie, FST).

50Directement liée à la dichotomie institutionnelle « Secrétariat d’État à la Recherche/Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche », la séparation instaurée entre recherche fondamentale et recherche appliquée est également mal acceptée. Cette séparation est jugée artificielle par la quasi-totalité des universitaires pour deux raisons principales : d’une part, parce qu’il leur paraît peu probable que des applications interviennent sans une base préalable de recherche fondamentale et, à l’autre bout de la chaîne sans une demande réelle de la part de l’industrie ; d’autre part, parce qu’il semble difficile de préjuger qu’une thématique a priori fondamentale ne puisse rapidement déboucher sur des applications concrètes. Tenter d’établir une ligne de démarcation relève alors de l’arbitraire, comme le déclare une biologiste qui travaille sur des problématiques dites fondamentales de parasitologie marine tout en intervenant régulièrement auprès d’établissements d’aquaculture :

« Je ne vois pas la frontière. Ce qui n’est pas aujourd’hui prioritaire risque de l’être demain. On n’aurait jamais pu résoudre certains problèmes de parasitoses en aquaculture si on ne connaissait pas les cycles des parasites pour pouvoir les interrompre. Toute la recherche fondamentale qui a été faite a servi à quelque chose. Donc pour moi, je ne vois même pas la frontière, c’est une question de priorité, ce qui aujourd’hui paraît fondamental risque de devenir appliqué demain » (professeur de biologie, FST).

51La logique institutionnelle retentit malgré tout sur les pratiques. Si les chercheurs de certaines disciplines n’envisagent même pas que les programmes réputés « appliqués » du SERST puissent les concerner (en mathématiques, en physique), d’autres au contraire tentent de façon pragmatique de se couler dans les catégories définies par les bailleurs de fonds potentiels. Cette attitude est plus fréquente chez les chimistes et surtout les biologistes.

« Dans la pratique je fais [la distinction], mais dans la réalité, dans ma pensée, ça n’existe… ça ne doit pas exister ! Dans la pratique je le fais, parce que les autorités de tutelle font la distinction. Je suis obligé de vivre comme tous les chercheurs […] Notre ministère de tutelle, pour eux, l’essentiel c’est de former des jeunes, donc il faut montrer qu’on est en train de former des diplômés, des thésards, des gens qui ont des DEA, il faut montrer qu’on publie, dans n’importe quel domaine […] Au Secrétariat d’État à la Recherche scientifique, on parle de recherche-développement. Bon, lorsqu’on fait des ressources phyto-génétiques, c’est le développement durable. C’est un terme à la mode. Donc on peut, on peut utiliser ces arguments pour faire passer des projets […] Selon les thèmes qu’ils développent, on essaye de se greffer en disant que nous avons tel créneau qui peut s’adapter au thème que vous avez demandé à être financé ». (professeur de biologie moléculaire, FST)

Université et industrie : les preuves de bonne volonté

  • 31 C’est à la Société Chimique de Tunisie, principale société savante de la discipline, que sont dues (...)

52Réagissant au discours souvent martelé sur la nécessaire rencontre entre recherche scientifique et industrie, et la mise de la première au service de la seconde, les universitaires désirent pour la plupart, faire là aussi preuve d’une certaine bonne volonté. Ils relèvent un changement d’état d’esprit et de pratiques intervenu depuis la fin des années 1980. Plusieurs évoquent des collaborations plus ou moins ponctuelles avec des entreprises publiques ou privées, inégalement selon les domaines de recherche ; les chimistes sont sans doute les plus concernés par des interventions dans le domaine des industries d’État (hydrocarbures, phosphates) ou privées (avec la Société Tunisienne de Lubrifiants ou tel constructeur national de batteries automobiles…)31, mais aussi certaines branches des sciences de la vie (la biologie marine par exemple qui intervient auprès d’entreprises d’aquaculture…).

53Pour marginales qu’elles soient encore, ces nouvelles pratiques ont contribué à atténuer les « complexes » des universitaires, régulièrement accusés d’égoïsme et d’irresponsabilité face aux impératifs du développement national, ce qui les incitent aujourd’hui à retourner la critique vers les industriels qu’il jugent « frileux » et beaucoup plus consommateurs que créateurs.

« On a toujours taxé l’Université d’être enfermée dans sa tour d’ivoire, mais il s’est avéré que ce n’est pas si évident que ça. S’il n’y avait pas de relations entre l’industrie et l’Université, la faute provenait des deux parties. » (professeur de chimie, FST).
« La recherche qu’on fait n’intéresse pas nos industriels. Ils n’y trouvent pas leur bonheur. Leur bonheur, ils l’achètent clé en main. » (professeur de physique, FST).

54Certains renchérissent sur cette critique, pour juger inopportun que les ressources de l’État destinées à la recherche aillent financer les entreprises industrielles privées (par le biais des Programmes Nationaux Mobilisateurs ou du ÉORESMAT, par exemple). Renversant la problématique des « priorités », souvent associées dans le discours officiel aux problèmes technologiques des entreprises, il estiment que c’est le long terme qui doit être le souci principal de l’État, ainsi que les domaines d’intérêt national.

  • 32 Déclaration lors d’une table ronde organisée par le quotidien La Presse, 18/03/1995.

« Les axes prioritaires sont les axes de l’avenir. Dans dix ans, dans vingt ans… il faut y penser, il faut les préparer. Au lieu de ça, on favorise la recherche appliquée ou proche de ce qui se fait dans l’industrie. L’État finance à la place des industriels alors que ce devrait être eux qui donnent de l’argent pour cette recherche. L’État doit financer un autre aspect de la recherche, la recherche fondamentale que les industriels ne peuvent pas financer. Si les industriels ont besoin de recherche, qu’ils la financent […] Ceux qui se contentent de fabriquer sans créer, on ne doit pas leur donner encore plus d’argent pour qu’ils fabriquent encore plus. Pour les dépenses de tous les jours, il faut qu’ils se débrouillent ! » (professeur de physique, FST).
« Que l’État finance la recherche dans le domaine de l’agriculture, de la médecine, de l’énergie ou des ressources en eau, c’est bien normal. Mais pour le reste, j’estime qu’il faut que les industriels commanditent. » (professeur de physique, FST)32.

Des ressources peu accessibles

55Entre les lignes de telles remarques, et derrière la question des priorités se profile bien entendu le problème des ressources financières affectées à la recherche. Après avoir espéré que l’impulsion politique en matière de recherche scientifique se traduirait par une augmentation de leurs ressources financières, les universitaires ont pour la plupart d’entre eux été amenés à reconsidérer de façon moins optimiste cet espoir.

  • 33 En 1993 et jusqu’en 1996, cette somme sera portée à 1 550 000 DT (selon des informations communiqué (...)

56Comment les choses se présentent-elles pour eux ? En 1992, avec la réactivation d’une Direction Générale de la Recherche scientifique et technique, on ressuscitait l’ancienne formule des contrats DGRST-Université mise en place en 1980. Une enveloppe annuelle de l’ordre de 1,5 million de dinars (environ 8,25 millions de FF)33 servait à financer des projets de recherche présentés par l’ensemble de la communauté universitaire sur des thématiques tout à fait libres. D’un point de vue administratif, on revenait ainsi à la procédure du « fonds de concours » dont l’éphémère Fondation Nationale de la Recherche scientifique avait réussi à supprimer la lourdeur. Parallèlement, avec la mise en place des Programmes Nationaux Mobilisateurs (PNM) financés par le Secrétariat d’État à la Recherche scientifique, les enseignants-chercheurs de l’Université étaient théoriquement en droit de présenter des demandes de financement dans ce cadre, pour autant que leurs projets scientifiques correspondent aux priorités définies par les commissions des PNM.

  • 34 Le tableau de la page suivante ainsi que les autres données concernant les programmes de recherche (...)

57Comment mesurer les apports respectifs de ces deux sources de financements ? Si l’on prend encore une fois l’année 1994 pour laquelle on dispose des données les plus précises, la répartition des programmes de recherche menés par des universitaires s’effectuait de la façon suivante34.

58Si on laisse provisoirement de côté les programmes financés par la coopération étrangère, on constate que sur 248 projets financés par une source tunisienne, 62,5 % le sont par la DGRST (tutelle officielle des équipes de recherche) tandis que 37,5 % sont financés par le SERST. Conformément aux visées « appliquées » des Programmes Nationaux Mobilisateurs, ces derniers relèvent principalement des sciences de l’ingénieur (29 %) et des sciences de la vie au sens large (médecine, pharmacie, biologie) pour 33 %.

  • 35 Effectif en 1994.
  • 36 Sur la base du nombre de chercheurs déclarés dans l’enquête de 1994.
  • 37 Là encore, il faut garder à l’esprit que ces chiffres, fournis par le SERST, surestiment probableme (...)

59Derrière cette participation non négligeable du SERST au financement de la recherche universitaire dans sa composante la moins « théorique », se dissimule toutefois un fort déséquilibre entre cette recherche et celle exécutée directement par le Secrétariat d’État à la Recherche scientifique. Ce déséquilibre se révèle lorsque l’on examine la répartition des crédits non plus en nombre de programmes mais en poids financier. En effet, si un programme PNM accordé à un centre de recherche du SERST peut atteindre un montant de 50 000 DT (environ 275 000 FF), le même type de subvention accordé à une équipe universitaire varie entre 4 000 et 7 000 DT (environ 22 000 à 38 500 FF, ce qui les rapproche des subventions accordées par la DGRST). Dès lors, si l’on ramène le montant de ces programmes au nombre de bénéficiaires, le déséquilibre entre « exécutants » des deux tutelles est tout à fait clair. En termes d’équipes, les 47 laboratoires recensés dans les centres sous tutelle SERST perçoivent ainsi annuellement 42 085 DT chacun (environ 231 470 FF) tandis qu’une équipe universitaire reçoit 16 687 DT (environ 91 778 FF), soit un rapport de 2,5 en défaveur de la recherche universitaire. Formulé en terme de chercheurs, le déséquilibre est encore plus prononcé : les 181 chercheurs travaillant dans les centres de recherche35 ont un « budget-programme personnel » de 10 930 DT (environ 60 115 FF) tandis que les enseignants-chercheurs universitaires36 doivent se contenter d’un budget par chercheur de 2 314 DT (environ 12 730 FF), soit un rapport de près de 1 à 537.

Tableau 15 : Nombre de programmes de recherche universitaires par discipline et source de financement (année 1994)

Tableau 15 : Nombre de programmes de recherche universitaires par discipline et source de financement (année 1994)

Source : Direction Générale de la Recherche scientifique et technique

60Ainsi, même dans un contexte d’augmentation globale de l’effort financier des pouvoirs publics, ce déséquilibre considérable induit chez les enseignants-chercheurs universitaires le sentiment d’une marginalisation de plus en plus accusée de leur place dans le dispositif de recherche. Ce sentiment est d’autant plus fort qu’à de rares exceptions près, ils ne possèdent pas de données précises sur la réalité des volumes financiers en question.

« On a de moins en moins de crédits. La recherche universitaire n’est pas reconnue. […] On est revenu encore à la recherche-développement. Actuellement, les 3/4 des crédits vont au SERST et pratiquement, ils ne savent pas ce qu’ils vont en faire. Et 1/4 des crédits va à l’Enseignement supérieur alors que 99 % des chercheurs sont à l’université et une petite minorité est ailleurs. […] Mais politiquement c’est bien, politiquement c’est « porteur » de dire recherche-développement. Ça sonne bien ! » (professeur de chimie, FST).

61Cette perception a été renforcée au fil du temps par le fait que les axes de recherche définis par le SERST comme prioritaires et pouvant donner lieu à des financements PNM qui étaient initialement assez largement ouverts, se sont progressivement réduits, excluant de fait de plus en plus de projets. La déception qu’éprouvent les universitaires devant cette exclusion progressive est à la mesure du soulagement qu’ils avaient pu ressentir lors des premiers appels d’offres.

« Le SERST est passé par deux étapes. Au début de sa création, ces axes de recherche étaient tellement larges que tout le monde pouvait rentrer dedans. Donc vous ne pouviez que faire un saupoudrage. Maintenant on est passé à une seconde étape où on a tellement réduit les axes de recherche que, je vous assure, la quasi-totalité des chercheurs est exclue. » (professeur de biologie, FST).

  • 38 Une lettre circulaire adressée en octobre 1996 aux doyens d’Universités et aux centres de recherche (...)

62On ne dispose pas de données chiffrées récentes sur l’évolution des financements PNM en direction des équipes universitaires, mais l’examen des appels d’offres du SERST postérieurs à 1994 révèle de façon assez nette cette fermeture thématique38. Même si les hauts responsables de cette politique ne sont pas remis en cause, les universitaires y voient souvent, à leur niveau, le retour de pratiques (favoritisme, absence de transparence…) longtemps critiquées chez leur propre tutelle.

« Le SERST a renouvelé son staff. Les gens qui entourent le secrétaire d’Etat – un homme remarquable paraît-il – il y en a qui ont changé […], ils pratiquent aussi la politique du copinage. Je fais des axes de recherche pour le copain. Quand on voit l’axe de recherche, on sait que seul tel laboratoire peut avoir les moyens à la fac des Sciences. » (professeur de biologie, FST).

63Ainsi, trois ans après l’instauration de la nouvelle configuration institutionnelle, plusieurs motifs d’insatisfaction se sont accumulés : dichotomie institutionnelle se traduisant par une inégale répartition des ressources, séparation officielle entre recherche fondamentale et appliquée que les universitaire perçoivent comme une délégitimation progressive de leur travail… Dans les disciplines qui se sentent les plus touchées par ce « rejet » (physique, mathématiques, chimie), l’espoir initial de voir le Secrétariat d’Etat à la Recherche scientifique revaloriser l’ensemble du secteur de la recherche semble souvent s’être évanoui et avoir été remplacé par un certain fatalisme.

« Le SERST, ça ne les intéresse pas ce qu’on fait. Ils ont une certaine optique, une certaine orientation, d’ailleurs qu’on ne connaît pas réellement. Peut-être que ça existe, que c’est écrit quelque part noir sur blanc, mais nous on ne sait pas ce qu’ils veulent […]. On s’est adressé une fois, ça n’a pas abouti. Sans argument. Et depuis, on n’a pas renouvelé. Ça suffit, la porte est close. » (professeur de physique, FST).

La recherche-formation comme ultime rempart ?

64A partir de 1994, la Direction de la Recherche scientifique et technique, tutelle de la recherche universitaire a modifié son système de financement. Les contrats DGRST-Université ont été supprimés et remplacés par un financement annuel des équipes, calculé sur la base de leur contribution à la formation doctorale. A partir de cette date, le financement d’une équipe était donc soumis à deux conditions : la première était la réponse au recensement de la DGRST qui incitait à se présenter en tant qu’équipe, même si celle-ci n’avait encore aucune existence juridique (contrairement aux contrats-programmes qui étaient auparavant accordés à titre personnel à un enseignant-chercheur) ; la deuxième était de justifier du plus grand nombre possible de chercheurs en cours de formation doctorale (concrètement en 2e année de DEA, thèse ou habilitation).

  • 39 Déclaration de M. El Gayed, directeur des Sciences et de la technologie à la DGRST, lors de la tabl (...)

65A ce changement, les responsables fournissaient deux explications. Il s’agissait d’une part de pallier le caractère aléatoire des financements sur contrats qui ne répondaient chaque année qu’à une proportion limitée des demandes (et qui offrait le flanc à de violentes critiques universitaires quant à l’absence de transparence dans les procédures de choix). D’autre part, c’était bien sûr le moyen de stimuler la formation d’enseignants du supérieur pour faire face à la pression démographique étudiante. Les consignes énoncées par le ministère étaient claires : « L’un des objectifs essentiels du ministère de l’Enseignement supérieur, c’est d’assurer la formation de cadres de très haut niveau, c’est-à-dire la formation à la recherche et par la recherche. […] Le financement des labos est soumis au seul critère de la formation. […] Les universitaires sont tout à fait libres de leurs mouvements, l’essentiel étant qu’il y ait une formation, […] quelle que soit sa nature »39.

  • 40 Rappelons qu’il s’agit de l’enveloppe auparavant destinée aux programmes. Parallèlement à ces crédi (...)
  • 41 Données fournies par la Direction Générale de la Recherche Ssientifique et technique.

66Suivant ces principes, en 1994-95, l’enveloppe globale de la DGRST pour la recherche universitaire (1,55 million de DT)40 était divisée par le nombre de doctorants, puis répartie au prorata de leur présence dans les équipes. Sur cette base, 166 équipes réunissant en tout 1500 chercheurs en cours de formation ont été financées, recevant donc environ 1 000 DT par chercheur formé41.

  • 42 Ceci intervient avant que la loi-cadre pour la recherche scientifique préparée par le SERST et voté (...)

67Nombreux sont les enseignants-chercheurs qui ont conscience que cette nouvelle logique de financement renvoie la recherche universitaire à la seule légitimité de formation des cadres – c’est-à-dire à la situation qui était la sienne dans les années 1960 et 1970 – et qu’elle les enferme dans une logique de reproduction des enseignements existants, leur interdisant ainsi l’ouverture à des orientations nouvelles. Mais malgré ces réserves, la formule a néanmoins été bien accueillie. Les universitaires y voient pour certains la reconnaissance de facto (sinon de jure)42 de l’équipe de recherche comme entité, ce qu’ils considèrent comme un pas vers une institutionnalisation des laboratoires. Cette institutionnalisation, réclamée depuis longtemps, est en effet à leurs yeux nécessaire à un meilleur fonctionnement matériel de la recherche, mais aussi une reconnaissance symbolique d’une activité longtemps ignorée, voire « clandestinisée » par les autorités de tutelle. Mais ils sont nombreux à y voir également un ultime rempart évitant à la recherche universitaire d’être privée de tous moyens et définitivement considérée comme un « luxe déplacé ». Par ailleurs, cette solution présente l’avantage d’un financement certes minimal, mais assuré d’une certaine continuité, indispensable à la poursuite de leurs travaux.

« Heureusement, c’est grâce à l’équipe actuelle de l’Enseignement supérieur… ils ont réussi in extremis à faire admettre l’idée de recherche-formation. Au moins ça ! Au moins recherche-formation. Dès qu’ils ont fait admettre l’idée de recherche-formation, ils ont pu arracher quelques crédits. S’ils n’avaient pas trouvé ce moyen-là, eh bien, tous les crédits seraient allés à la recherche-développement et donc, on n’aurait rien eu. Ils ont su justifier de cette façon là. […] C’est une très bonne chose. C’est un crédit de fonctionnement par laboratoire, c’est une des choses qu’on a toujours demandée, même au syndicat et qu’on n’avait jamais pu avoir. Et là, ils l’ont mis en place et ça, vraiment, c’est nécessaire. Pour un laboratoire, c’est nécessaire d’avoir la continuité. On ne peut pas d’une année sur l’autre ne pas avoir un sou. Là on sait qu’on a la continuité. On a une somme minimale sur laquelle on table et qui permet de ne pas arrêter l’activité. » (professeur de chimie, FST).

Incitation-évaluation : un début de différenciation dans la recherche universitaire ?

68Notons enfin que ce nouveau mode de fonctionnement permet à la tutelle de la recherche universitaire d’éviter les questions souvent évoquées mais jamais réellement tranchées autour du couple incitation-évaluation de la recherche scientifique. Il s’agit là d’un débat vis-à-vis duquel les enseignants-chercheurs ont parfois des positions ambiguës, derrière lesquelles on perçoit un début de différenciation au sein d’une communauté universitaire, par ailleurs plutôt homogène dans ses représentations. La question qui sous-tend ce débat étant : quelle dose « d’orientation » et d’évaluation les chercheurs sont-ils prêts à accepter en contrepartie de moyens plus importants ?

  • 43 Ce clivage ne recouvre donc pas – comme semblent le penser plusieurs universitaires interrogés – ce (...)

69Même s’il est difficile de tracer très nettement une ligne de clivage, celle-ci semble séparer d’une part des équipes dont les axes de recherche permettent l’adaptation aux différentes sources de financement et disposant de solides réseaux dans la coopération, d’autre part des équipes aux orientations beaucoup moins « diversifiables » et ne disposant souvent que du soutien financier de leur tutelle universitaire (avec ou sans celui de la coopération internationale)43. Les premières peuvent penser gagner davantage à la mise en place d’une évaluation et de « conditions » auxquelles elles pourraient plus facilement que d’autres satisfaire. A l’inverse, les secondes ne pensent pas pouvoir obtenir davantage, mais au contraire craignent de perdre le minimum que leur tutelle leur assure sans conditions.

70Telle biologiste, appartenant à une équipe numériquement importante, disposant de matériel et d’un solide réseau de relations à l’étranger, et dont les thématiques de recherche sont assez diversifiées et modulables pour lui permettre (en 1994) d’émarger simultanément auprès de la DGRST, du SERST (PNM) et du CNRS français peut ainsi se prononcer en faveur d’une évaluation et d’une « concentration incitative » des ressources.

  • 44 Déclaration à la table ronde organisée par le quotidien La Presse, art. déjà cité du 18/3/1995.

« L’évaluation des équipes de recherche est essentielle. Car si on fait un saupoudrage des fonds entre tous les labos, personne ne sera apte à conduire des travaux sérieux. On donne à chacun 10 000 dinars et personne ne pourra concrètement faire de la recherche. […] Si l’on veut des équipes fonctionnelles, il faut cibler et mettre le paquet sur deux ou trois ans. Ensuite, selon l’évolution des priorités, chacun aura son tour » (Professeur de biologie, FST)44.

71À l’inverse, tel physicien travaillant sur des thématiques qu’il décrit lui-même comme fondamentales et qui n’a d’autres moyens de fonctionner que ceux que lui fournit la Direction Générale de la Recherche scientifique et technique tient un tout autre discours, dans lequel, par la force des choses, la relative pauvreté rime avec une certaine tranquillité :

« Nous, comme on dit, on ne veut être soumis qu’à la pression atmosphérique. C’est-à-dire on ne veut pas avoir la pression des autres. On est des enseignants-chercheurs, par vocation, par plaisir. On n’est pas payés comme des industriels et on ne le demande pas. On n’insiste pas.

On est content d’être comme ça parce que en contrepartie, on fait ce qu’on veut. Le jour où ils nous demanderons de faire ce qu’ils veulent, ils doivent doubler ou tripler le salaire […] Alors, on travaille avec les moyens qu’on a, c’est-à-dire la DGRST. On se comprend plus ou moins. Il y a moins d’argent. C’est comme les salaires. On se contente des bas salaires, mais à condition qu’ils nous laissent tranquilles. La DGRST donne peu d’argent, mais selon ce que nous on veut faire. Elle n’impose pas ce qu’elle veut qu’on fasse comme recherche, on n’a pas de comptes à rendre ». (professeur de physique, FST).

  • 45 Décompte effectué à partir de la liste des projets de recherche universitaires financés en 1994, c’ (...)

72Comme on peut s’en douter, ce clivage recouvre en partie certaines frontières disciplinaires. C’est dans les sciences de la vie (sciences médicales et biologie) et, dans une moindre mesure, les sciences de l’ingénieur et l’informatique que l’on trouve les équipes les plus polyvalentes et donc les plus « adaptables ». Si l’on fait le décompte des équipes qui bénéficient simultanément d’un financement de l’Enseignement supérieur (contrats DGRST-Université) et SERST (PNM), on en trouve 20 réparties de la façon suivante45 :

Tableau 16 : Nbre d’équipes bénéficiant simultanément de financements DGRST et SERST (1994)

Tableau 16 : Nbre d’équipes bénéficiant simultanément de financements DGRST et SERST (1994)

Source : Direction Générale de la Recherche scientifique et technique

  • 46 C’est-à-dire si l’on ne retient que les équipes bénéficiant des deux types de financements tunisien (...)

73Les sciences de la vie représentent donc plus de la moitié des quelques équipes polyvalentes capables de « faire passer » des projets auprès des deux tutelles censées se partager les aspects appliqués et fondamentaux de la recherche. Si l’on ajoute à ce critère celui de l’accès aux financements de la coopération scientifique internationale46, la position favorable des sciences de la vie s’accentue encore, puisqu’elles représentent exactement les 2/3 de ce petit groupe de happy few.

74A l’inverse, si l’on retient les équipes dont la seule source de financement est la DGRST, on constate que les plus « dépendantes » sont par ordre décroissant la chimie, les mathématiques, la géologie et la physique. Celles qui sont le moins souvent cantonnées à cette seule source sont la biologie, les sciences de l’ingénieur et les sciences médicales.

75Il faut toutefois se garder de considérer ce début de différenciation comme une caractéristique centrale de la recherche universitaire tunisienne amenée à modifier les conditions de sa pratique. D’une part, on l’a vu, la tutelle officielle de la recherche universitaire (DGRST) a opté pour une évaluation de fait basée sur le seul critère de la recherche-formation. D’autre part, avec la fermeture thématique progressive des appels d’offres PNM (évoquée plus haut), même les équipes les plus « adaptables » – qui sont, rappelons le, une minorité – font état d’un certain découragement. La même biologiste, partisane d’une évaluation « sérieuse » et d’une certaine concentration des ressources, constate ainsi :

  • 47 Déclaration à la Table-Ronde organisée par le quotidien La Presse, art. déjà cité du 18/3/1995.

« Lorsque je vois certains thèmes de recherche désignés comme prioritaires [par le SERST], je constate que c’est tellement pointu que je ne peux rien proposer, je me sens exclue et j’ai l’impression qu’il s’agit de projets destinés à certains labos plutôt qu’à d’autres. Sans compter que les thèmes aujourd’hui prioritaires ne le sont plus demain. » (professeur de biologie, FST)47.

La dévalorisation des Facultés

76À ce qui est globalement perçu comme une diminution des ressources mobilisables pour la recherche s’ajoute le sentiment d’une dégradation plus générale du cadre de travail, celui des Facultés. Même si l’on sort là du cadre strict de la recherche, les deux aspects sont difficilement séparables dans l’esprit des enseignants-chercheurs dont les activités d’enseignement et de recherche sont étroitement imbriquées.

  • 48 De 31 827 étudiants en 1980 (y compris en cotutelle) à 112 634 en 1996.

77Plusieurs facteurs d’ordre à la fois objectif et subjectif que nous mentionneront brièvement sont à l’origine de ce sentiment. Tout d’abord, une paupérisation relative de l’Enseignement supérieur dans ses moyens de fonctionnement : si les budgets d’équipement ont globalement progressé pour faire face à la croissance démographique étudiante48, ceux de fonctionnement ont en revanche régressé par rapport au budget de l’État, passant de près de 6 % en 1980 à 3,9 % en 1995. Quant au budget par étudiant, calculé en monnaie constante (1992), il est depuis plusieurs années en diminution continue, passant de 1 871 DT en 1992 à 1 625 en 1995.

  • 49 Pour un diagnostic détaillé de la situation de la Faculté des Sciences de Tunis qui illustre assez (...)

78Après s’être amélioré jusqu’au milieu des années 1980, le taux d’encadrement s’est également dégradé, passant de 10 étudiants/enseignant en 1980 à 16 en 1989-90, puis à 17,3 en 1995 ; dans les institutions scientifiques, ceci semble lié, entre autres, à un ralentissement des ouvertures de postes, parfois au profit des nouvelles institutions à caractère technologique (ISET, INSAT, IPEST…). Enfin, malgré l’augmentation du nombre d’établissements d’Enseignement supérieur, les sureffectifs sont à peu près partout la règle. La faculté des Sciences de Tunis, prévue à l’origine pour 2 800 étudiants, en accueille en 1996 environ 8 200…49

  • 50 Cf. « La grogne des universitaires », Réalités, n° 528, 15-21/12/1995, et « Université : Durcisseme (...)

79Ces conditions de travail de plus en plus précaires ont conduit les deux syndicats d’enseignants-chercheurs à entamer des actions auprès de leurs ministères de tutelle50 et à mettre en place des commissions de réflexion par établissement pour réfléchir au devenir de l’Enseignement supérieur tunisien.

  • 51 Les ISET (Instituts supérieurs d’Enseignement Technologiques), formant des techniciens supérieurs ( (...)
  • 52 Ces deux institutions ont été créées par deux lois votées le même jour (lois 91-42 et 91-43 du 26/0 (...)
  • 53 Système qui existait auparavant, mais de façon beaucoup moins visible puisque sa partie « élitiste  (...)
  • 54 Dans certains secteurs, comme droit, économie et gestion, ces inscriptions ont même quadruplé.
  • 55 Chiffres pour 1993-94, mais il s’agit là d’une tendance durable.

80Par ailleurs, dans le contexte de la création, depuis le début des années 1990, d’institutions à caractère technologique51 ou bien d’établissements prestigieux (IPEST ou l’École Polytechnique52), les enseignants-chercheurs des Facultés expriment couramment l’inquiétude de voir se mettre en place sur le territoire national un système à double vitesse53 qui aurait pour résultat concret tout à la fois la désaffection et la baisse de niveau du public étudiant (voir encadré ci-après). Cette perception semble confirmée par les données dont on dispose concernant les sciences fondamentales et techniques. Entre 1990 et 1994, le pourcentage de diplômés de ces secteurs par rapport à l’ensemble passait de 26 % à 21 %. Plusieurs raisons peuvent expliquer cette baisse d’un taux déjà relativement faible. On constate d’une part que le nombre d’inscriptions dans ces filières reste étonnamment bas : en sciences fondamentales, le nombre d’inscriptions en première année en 1994-95 (1726) est retombé en dessous de celui de 1980-81 (1736) alors que pendant la même période, le volume global des inscriptions a été multiplié par trois54 ; de même, à l’autre extrémité de la chaîne de formation, on note une chute récente mais significative des inscriptions en troisième cycle (moins 20 % entre 1992 et 1995). D’autre part, cette baisse du taux de diplômés est aussi due à une baisse de niveau des étudiants dans ces matières – du fait des conditions de « recrutement » (cf. encadré) – et bien sûr aux mauvaises conditions de formation : le taux d’étudiants exclus en sciences fondamentales est 1,5 fois plus élevé qu’en droit et sciences économiques, 2 fois plus élevé qu’en lettres, 6 fois plus élevé qu’en sciences médicales55.

Perceptions du déclassement

81Ce déclassement institutionnel des Facultés, quotidiennement ressenti par les universitaires fait écho à un sentiment de déclassement professionnel et plus largement social. Le métier d’enseignant-chercheur est perçu (chez les scientifiques en tout cas) comme peu valorisé et peu valorisant. Les sciences fondamentales s’estiment plus particulièrement victimes de cette absence de reconnaissance symbolique, par rapport à d’autres filières universitaires comme la médecine ou le droit qui ont leurs contreparties « professionnelles » prestigieuses (les métiers de médecin, avocat, magistrat…).

  • 56 L’un des universitaires interrogés dira : « Avant, l’instituteur, pour nous, c’était un dieu… ! »

82Si l’on considère parfois que la fonction d’enseignement garde un certain prestige, il s’agit d’un vestige hérité du statut social de « l’instituteur » ou du « professeur » des premières années de l’Indépendance56. Mais cela n’est en rien dû à la quantité de connaissances, scientifiques ou autres, qu’il a été nécessaire d’accumuler pour exercer cette profession, particulièrement dans le supérieur. Ce que traduisent le plus souvent les enseignants-chercheurs interrogés à ce sujet, c’est le sentiment d’une forte perte de valeur relative du capital scolaire, et des diplômes qui l’attestent, face à la domination d’autres critères, (les aspects « matériels », l’argent…) qui accompagnent l’ascension d’une « bourgeoisie d’affaires », rarement définie, si ce n’est par ses « valeurs » différentes. Ces dernières valeurs sont perçues comme tellement prégnantes que certains vont même jusqu’à avancer qu’elles ont perverti certains universitaires eux-mêmes, les détournant de leurs occupations intellectuelles au profit de diverses activités lucratives.

La recherche scientifique dans un système universitaire à deux vitesses
(Extrait d’entretien, professeur de physique, responsable de la Commission syndicale de réflexion sur le devenir de la Faculté des Sciences de Tunis, mai 1996).
« La Fac des Sciences est en train de crouler, dans notre optique. Cette institution, elle peut être le phare. Elle peut être la première institution, et les gens qui sont ici, ils ont la volonté de faire cette Faculté, de cette Université – avec l’ENIT -une Université similaire à celles de Marseille, de Bordeaux… Parce que si on n’arrive pas à ça d’ici à quatre ou cinq ans, la mise à niveau, où est-elle ? Et de toutes les manières, vous ne pouvez pas le faire avec autre chose que ces institutions-là, parce que ce sont elles qui regroupent le maximum de chercheurs, des plus chevronnés jusqu’aux plus jeunes. Le maximum de matériel. C’est vraiment un non-sens que de chercher à aller faire des pôles ailleurs, alors que vous en avez un ici.
En Tunisie, les institutions qui sont responsables de la formation, ce sont les Facultés. Mais si vous regardez bien la réalité tunisienne, les étudiants que l’on envoie dans les Facultés, ce sont les étudiants qui n’ont pas trouvé ailleurs où aller. Parce que les meilleurs se détachent par couches successives. Les meilleurs des meilleurs, une cinquantaine vont en France, au Canada… – disons une centaine. Ensuite, les meilleurs vont en médecine. Par la suite, il y a toutes les préparations qui écrèment, 1’IPEST, HEC, l’ENIT, toutes ces institutions-là. Et on crée encore des préparations, avant il y en avait deux, maintenant, il y en a cinq ou six. Tout ça passe avant. Celui qui peut accéder à ces choses-là ne demande jamais la Fac. Sauf quelques cas qui sont très brillants, mais qui représentent deux à trois pour cent du lot. On nous envoie donc des gens tout juste moyens, et de ces gens-là, on doit faire les formateurs qui vont ensuite former à l’Ecole Polytechnique. C’est incroyable !
On crée l’Ecole Polytechnique et on supprime l’École Normale supérieure ! C’est vrai que telle qu’elle fonctionnait, c’était pas une École normale de niveau suffisant. Eh bien, ça ne dépend que de nous ! Pourquoi l’École Polytechnique, on veut qu’elle carbure au niveau de l’École Polytechnique de France et pas l’École Normale. Et ce serait beaucoup plus facile pour nous pour l’École Normale, parce que nous sommes beaucoup plus fondamentalistes, nous avons des éléments pour le fondamental, beaucoup plus que pour les techniciens, que pour les ingénieurs. C’est l’absurdité même.
Qu’est-ce qui va arriver ? Il va arriver un certain moment, on va avoir des formateurs qui sont d’un niveau moyen qui sortent des Facs, et on va avoir des étudiants qui sont très brillants qui sortent de Polytechnique et des autres écoles, des ingénieurs. Qu’est-ce qu’on va demander à ces ingénieurs-là ? Occupez-vous de la formation. Ce qui est normal. Vous savez, un ingénieur polytechnicien, il fait une thèse en deux ans et puis il enseigne mieux que l’autre. Et voilà. Et donc, même, je pense que notre corps est menacé, en fait. L’avenir d’une communauté scientifique, de tout un esprit.
Puisque les crédits de recherche vont vers l’appliqué, actuellement tous les investissements vont vers les écoles de techniciens, les ISET, l’INSAT, les écoles d’ingénieurs, la future Polytechnique… Les institutions comme la Fac des Sciences qui ont un prestige et des potentialités terribles, on la laisse végéter et s’embourber dans ses problèmes. Quand je regarde ce tableau, je me dis, peut-être qu’il y a quelque chose, qu’il y a une stratégie. Bon, moi je veux bien, mais laquelle ? »

« La profession d’enseignant est reconnue socialement. Mais elle est plus marginalisée qu’avant, parce que le « matériel » a primé sur tout le reste. Parce que les enseignants sont une catégorie de gens généralement mal payés. Donc, socialement, si le critère – et c’est le cas aujourd’hui malheureusement – c’est l’argent, nous ne valons pas grand-chose. » (professeur de chimie, FST).
« Quelqu’un qui a moins de diplômes, il gagne deux fois plus que nous. N’importe quel petit industriel qui a un capital, peu importe comment il l’a eu, il l’investit et ça rapporte, et il gagne beaucoup plus, (professeur de physique, FST).
« C’est un métier difficile pour ceux qui le font et il n’a pas été valorisé. A telle enseigne que maintenant, dans le spectre des universitaires, vous pouvez absolument trouver de tout. Et bien sûr, on nous jette la pierre ! On nous dit : oui, untel fait de l’agriculture, untel élève des poulets, untel est derrière la caisse d’une boutique de confection… » (professeur de physique, FST).

  • 57 Longuenesse E., « Ingénieurs et médecins dans le changement social. Egypte, Syrie, Jordanie », Mond (...)
  • 58 Cf. par exemple la différenciation entre trois modèles professionnels chez les ingénieurs syriens p (...)

83La faible valorisation professionnelle des scientifiques qui affecte plus particulièrement les disciplines de sciences fondamentales, interprétée à travers le prisme des revenus, devient alors l’un des symptômes d’un déclassement social plus général. Certes, les enseignants-chercheurs de l’Université ne sont pas les seuls dont le statut social se soit effrité, après avoir été promus au lendemain de l’Indépendance au rang d’officiers du développement. Plusieurs travaux menés sur l’évolution des professions médicales et d’ingénieurs dans le monde arabe ont montré que ceux-ci aussi, « d’élites proche du pouvoir, […] sont devenus un ensemble différencié à l’extrême, dont le prestige du titre professionnel ne peut plus masquer l’hétérogénéité, ni le déclassement et la dégradation des conditions d’exercice du plus grand nombre, qui subit de plein fouet l’échec des modèles de développement »57. Mais à la différence des professions de médecin et d’ingénieur, au sein desquelles semblent aujourd’hui persister des sous-groupes différenciés58 pour lesquels – par le biais de l’exercice libéral ou mixte de la profession – le capital scolaire continue à procurer revenus financiers importants et reconnaissance sociale, il n’en va pas de même pour les enseignants du supérieur pour lesquels de telles solutions n’existent pas.

84Ainsi, le discours des scientifiques tunisiens (aujourd’hui aux postes de responsables) sur leurs parcours et leurs pratiques est un complexe mélange : on y trouve une fierté certaine du travail accompli, la satisfaction légitime de pionniers ayant créé à partir de presque rien un système universitaire qui a déjà formé une ou deux générations de chercheurs ; on y perçoit aussi, pour toutes les raisons évoquées plus haut, la déception et le désarroi de voir qu’un tel investissement – « gratuit », dans le cas de la recherche – ne reçoive pas plus de récompenses matérielles et surtout symboliques ; on peut enfin y sentir une réelle inquiétude quant à l’avenir de ce qui, selon la plupart d’entre eux, ne mérite pas encore le nom de « communauté scientifique nationale ».

  • 59 Pour cette génération qui était en France dans les années 1960 et 1970, il s’agissait réellement d’ (...)

85L’amertume de cette « génération en suspens » se libère parfois lorsque les scientifiques tunisiens évoquent à plusieurs années de distance le choix59 de regagner leur pays après leurs études. A tout le moins, la question provoque des hésitations, des silences ; si dans la plupart des cas on affirme finalement qu’il ne faut pas revenir sur le passé, se manifestent aussi d’irrépressibles bouffées de regrets, où les aspects sociaux et professionnels sont étroitement liés :

« Finalement, ça n’a pas été le bon choix, si c’était à refaire, je ne le referais pas. Ah, non, pas du tout ! D’ailleurs, j’ai des collègues qui sont restés là-bas [en France], qui sont maintenant profs là-bas… Je serais prof en France, j’aurais un autre niveau de vie, d’autres possibilités de recherche… Là, vraiment, c’était l’erreur catastrophique ! C’est dommage que les conditions aient été aussi faciles, car si les conditions n’avaient pas été aussi faciles, je ne serais pas revenu [en 1973]. » (professeur de chimie, FST).

Communauté scientifique nationale ou réseaux internationaux ?

86En définitive, la situation de la recherche universitaire tunisienne à la moitié des années 1990 a gardé de profondes traces des conditions de sa naissance, et de nombreuses caractéristiques rappellent encore le tableau que l’on esquissait plus haut pour les années 1970. Si évolutions il y a eu, elles paraissent plus quantitatives que qualitatives. Le nombre des enseignants-chercheurs tunisiens a été multiplié par près de dix en une vingtaine d’années, les équipes sont plus étoffées, avec parfois plusieurs scientifiques « seniors » là où l’on ne voyait avant qu’un jeune « patron » entouré d’étudiants ; elles se sont équipées, même si le rythme d’acquisition du matériel peine à suivre celui du vieillissement des machines ; elles disposent de quelques moyens de fonctionnement, alors qu’elles n’en avaient alors aucun. Certes, quelques liens timides se sont développés aussi avec le tissu industriel…

87Mais il s’agit toujours d’une recherche essentiellement « diplomante », centrée sur le moment de la thèse et dont la seule légitimité – dans l’optique de ses propres responsables – est de reproduire tant bien que mal le corps enseignant des universités. Pour ceux qui s’y livrent au-delà et en dehors des exigences de la carrière universitaire, il s’agit d’une pratique qui n’est ni reconnue, ni encouragée, que ce soit d’un point de vue matériel ou symbolique ; à l’inverse, d’innombrables obstacles matériels, administratifs et humains provoquent l’essoufflement des plus motivés. Enfin, et c’est là aussi une caractéristique qui a perduré, la recherche scientifique est une activité dans laquelle les multiples efforts individuels ne se rencontrent quasiment jamais, en raison du cloisonnement, voire du confinement dans lequel elle s’effectue.

  • 60 Zghal R., « Science, technologie et société », in : Science, technologie et croissance au Maghreb, (...)

88Il n’est dès lors guère surprenant que la plupart des enseignants-chercheurs aient du mal à se représenter sous forme d’une communauté scientifique nationale. Comme le note l’économiste tunisienne Riadh Zghal, « on ne sait même pas si l’on peut parler de communauté tant les chercheurs sont dispersés, en l’absence d’associations, de réseaux efficients pour la construction des débats, la valorisation de la recherche, la mobilisation des synergies. Bien au contraire, les chercheurs se mobilisent plutôt pour des stratégies individuelles. Cela conduit à des relations souvent conflictuelles entre les représentants d’une même spécialité et l’absence de communication entre représentants de disciplines différentes »60.

  • 61 Gaillard J., « La naissance difficile des communautés scientifiques », in : La quête incertaine, Pa (...)
  • 62 De l’aveu de l’organisateur de la manifestation, qui ne se déclare pas prêt à recommencer l’expérie (...)

89De ce point de vue, il faut mentionner le rôle très restreint que jouent les sociétés savantes en Tunisie alors que, comme le fait remarquer Jacques Gaillard, « l’histoire de la science dans nombre de pays en développement montre que la professionnalisation des scientifiques du Tiers-Monde, la naissance de communautés scientifiques nationales et la légitimation des activités scientifiques sont souvent liées à la création d’associations professionnelles actives »61. Numériquement nombreuses, mais peu identifiables, sauf pour les plus importantes d’entre elles, comme la Société Tunisienne de Physique ou la Société Chimique de Tunisie, elles n’ont à l’évidence pas les moyens de peser sur la structuration de la profession scientifique en Tunisie. En mai 1995, la Société Tunisienne de Physique prenait l’initiative de réunir dix associations scientifiques tunisiennes pour deux journées de réflexion sur la recherche scientifique. Selon le président de la Société Tunisienne de Physique, l’une des suite à cette réflexion aurait du être l’organisation d’une sorte de fédération des sociétés savantes, afin de pouvoir peser sur les décisions politiques et économiques en jouant un rôle de « représentation » des scientifiques. Cette proposition s’est révélée un « fiasco »62, tant auprès des autorités de tutelle, apparemment peu désireuses d’associer les associations de scientifiques à la définition de leur politique, qu’auprès de bon nombre d’enseignants-chercheurs craignant qu’une telle « fédération » ne devienne qu’une simple caution supplémentaire pour des orientations qu’ils n’approuvent pas toujours.

  • 63 Outre la coopération interétatique gérée par le Service Culturel de l’Ambassade de France et les bu (...)
  • 64 En 1994-95, 75 bourses du gouvernement tunisien (2 300 FF/mois) étaient accordées pour la France à (...)

90La faiblesse des liens entre équipes à l’intérieur du pays contraste avec la force de ceux qui continuent de les relier, hors des frontières, avec des laboratoires dont ils attendent comme par le passé (et où ils trouvent dans une certaine mesure) le soutien matériel et la reconnaissance symbolique. Pour la recherche universitaire tunisienne, c’est incontestablement la coopération scientifique française qui joue ce rôle là. Loin de disparaître après l’émergence du système universitaire tunisien, celle-ci s’est enracinée, diversifiée63 et s’est institutionnalisée par la mise en place progressive d’un fonctionnement par « projets conjoints » et de structures mixtes de sélection et d’évaluation : le Comité Mixte de Coopération Universitaire (CMCU) pour la coopération « Affaires Étrangères », et des commissions paritaires pour le CNRS, l’ORSTOM, etc. La coopération scientifique française continue à jouer un rôle central dans la formation supérieure, les « bourses de coopération » prenant le relais des bourses du gouvernement tunisien pour permettre aux étudiants sélectionnés d’effectuer en France un doctorat ou un cursus de « grande école »64. Par ailleurs, elle fournit aux équipes universitaires tunisiennes un soutien considérable en terme de programmes de recherche financés : en 1994, sur un total de 420 programmes de recherche universitaire, 172 (40,9 %) étaient financés par différents intervenants français selon la répartition indiquée par le tableau ci-dessous.

91D’un point de vue quantitatif, la coopération dite « officielle » (Affaires Étrangères) est de loin la plus importante et la seule qui couvre l’ensemble des disciplines. En 1995, sur un budget de 40 millions de FF consacrés à la coopération universitaire, 10,4 millions étaient spécifiquement destinés aux programmes de recherche.

Tableau 17 : Nombre de programmes de recherche universitaires tunisiens financés par la coopération française, (Année 1994, hors recherche agricole)

Tableau 17 : Nombre de programmes de recherche universitaires tunisiens financés par la coopération française, (Année 1994, hors recherche agricole)

Sources : Direction Générale de la Recherche scientifique et technique. Service culturel de l’Ambassade de France à Tunis. Bureau du CNRS à Tunis.

  • 65 Cette situation est régulièrement dénoncée par les services de l'Ambassade de France à Tunis chargé (...)

92La présence de plusieurs intervenants dont les actions ne sont pas réellement coordonnées65, offre aux universitaires tunisiens la possibilité d’adresser leurs demandes à plusieurs « guichets », en fonction de leurs « spécialisations » respectives : ainsi le CNRS ne finance pas d’acquisitions de matériel et se concentre sur les missions, stages et les aides à la mobilité des chercheurs. Les programmes financés par l’Ambassade de France ont au contraire une vocation beaucoup plus large : achat de documentation, de matériel, missions et stages…

  • 66 La force – qui n’est parfois plus qu’imaginaire – de ce lien est illustrée par de multiples détails (...)

93Ces programmes ne sont bien entendu pas le résultat de l’action même des « coopérateurs » ; ils viennent en fait officialiser (et nourrir) des liens entre personnes ou entre équipes souvent établis de longue date de part et d’autre de la Méditerranée. A la base se trouve le plus souvent, la relation quasi-filiale des universitaires tunisiens avec leur laboratoire de formation en France. Mais au fil du temps, ce lien primordial66 s’est diversifié par différents processus. Le plus important est sans doute « l’essaimage » des chercheurs français quittant leur laboratoire d’origine pour un autre. Dans la mesure où ces déplacements correspondent souvent à une promotion hiérarchique (le chercheur en question prenant par exemple la direction d’un nouveau laboratoire), il y a là pour ses correspondants tunisiens une occasion certaine d’étendre leur réseau. Cet élargissement des contacts se fait aussi en « profitant » des réseaux nationaux ou internationaux des équipes déjà connues, ce, d’autant plus depuis que nombre de bailleurs de fonds encouragent les programmes associant plus de deux équipes (programmes européens, mais aussi par exemple les PICS du CNRS…). Parfois, à l’occasion de la mise en place d’une formation doctorale recevant l’aide de son homologue française, s’ouvrent également des portes vers différentes équipes françaises impliquées dans cette formation. Enfin, la multiplication de ces liens crée d’elle-même un « cercle vertueux » qui, par les rencontres qu’elle entraîne (invitations dans des colloques et rencontres…) entretient le processus de diversification.

  • 67 En 1981 avait été lancée une Revue de la Faculté des Sciences de Tunis, publication annuelle ouvert (...)

94Outre qu’il donne la possibilité à certaines équipes de continuer à fonctionner, le soutien de la coopération est aussi l’une des conditions d’une activité essentielle aux yeux des enseignants-chercheurs tunisiens : publier dans des revues scientifiques internationales de haut niveau. De ce point de vue également, la situation n’est guère différente de ce qu’elle était dans les années 1970, à savoir que pour les universitaires impliqués dans une activité de recherche, le modèle reste bien celui d’une science internationale dont les standards sont dictés par les laboratoires du Nord, et l’ambition reste de se rapprocher le plus possible de ces standards. De fait, les travaux communs avec des équipes françaises ou autres entraînent des publications communes dans des revues internationales, plus ou moins cotées, même si bien entendu les équipes tunisiennes publient également souvent à leur seul titre. Par voie de conséquence, les revues locales en sciences fondamentales sont quasiment inexistantes à l’exception des bulletins publiés par les sociétés savantes et les actes des rencontres qu’elles organisent67. Peu prisées, ces publications locales n’ont aux yeux des universitaires tunisiens que de faibles avantages : tester le « premier jet » d’une future publication internationale, permettre à de jeunes chercheurs de se forger plus rapidement le dossier nécessaire à une promotion universitaire, ou bien, d’un point de vue plus altruiste, tenir les collègues informés des activités de son équipe par le biais d’articles d’un niveau accessible…

95Enfin, au delà de la reconnaissance de fait que représente l’intégration dans des réseaux internationaux et des publications dans des revues prestigieuses, c’est aussi à l’étranger que les scientifiques tunisiens reçoivent les distinctions symboliques que leurs autorités se soucient peu de leur accorder. Ainsi, en octobre 1995, deux physiciens tunisiens, Faouzia Charfi et Habib Bouchriha recevaient la médaille Rammal de la société française de physique, distinction accordée annuellement à des physiciens éminents du pourtour méditerranéen. De même, en mars de la même année, le docteur Slaheddine Fattoum recevait le prix Maghreb-Médecine de l’Institut National des Sciences de la Santé de Paris pour l’ensemble de ses recherches en biologie moléculaire sur les hémoglobinopathies.

96Plus qu’une simple ouverture sur le monde scientifique extérieur, les relations que la recherche universitaire tunisienne entretient avec les laboratoires étrangers représentent ainsi un lien vital, tant par les moyens qui lui permettent de fonctionner que par le sens qu’elles donnent à cette activité, au-delà de la seule formation des plus jeunes générations.

POLITIQUE SCIENTIFIQUE, POLITIQUE SYMBOLIQUE

97Quelques années après le lancement de la nouvelle politique scientifique tunisienne, il semble difficile de prendre pour argent comptant la présentation officielle qui en est faite, en premier lieu, celle de son support institutionnel.

  • 68 Sorte d’intra-net propre au SERST, ce réseau a été développé et géré par l’IRSIT du fait de ses com (...)
  • 69 « Création du réseau national universitaire de recherche scientifique », Le Temps, 18/07/1996.

98La perspective d’une coordination nationale de l’ensemble des moyens impliqués dans la recherche scientifique ne s’est pas concrétisée, puisque l’organe théoriquement en charge de cette coordination n’a obtenu de contrôle réel que sur une dizaine de centres de recherche et sur un potentiel humain plutôt restreint. Échappent à son contrôle la recherche agricole, dotée de sa propre institution de coordination (l’IRESA), et surtout la recherche universitaire qui représente à la fois le vivier et le plus important potentiel du pays. Ce qui s’est au contraire développé, c’est le cloisonnement entre une recherche dite « stratégique », sous contrôle direct du politique et surdotée en moyens de fonctionnement et une recherche universitaire, peu considérée, et parfois tentée par le découragement et le repli. Ce cloisonnement, accentué par le déséquilibre des dotations financières, est sensible au niveau de l’information très restreinte qui circule entre les différentes tutelles. Outre des évaluations séparées de leurs potentiels respectifs (ce qui empêche une vue d’ensemble de la recherche scientifique en Tunisie), l’exemple le plus flagrant reste la mise en place par les deux tutelles (SERST et DGRST) de deux réseaux de communication informatiques distincts : l’un (le Réseau national de la recherche et de la technologie) reliant les centres de recherche hors Université placés sous la tutelle du Secrétariat d’État à la Recherche scientifique68, l’autre (le Réseau national universitaire de recherche scientifique) devant connecter « les divers établissements universitaires et les équipes et laboratoires qui s’y trouvent »69.

99Au lieu de la « complémentarité harmonieuse » entre deux tutelles respectivement chargées de recherche fondamentale et appliquée – thèse plaidée par les pouvoirs publics après que se soit évanouie la perspective d’un seul organe national – c’est bel et bien de concurrence qu’il faut parler. Cette concurrence est difficilement décelable dans les rapports que chacun des deux acteurs entretient (ou tente d’entretenir) avec les plus hauts responsables de l’État, quoiqu’elle soit souvent évoquée dans des témoignages d’universitaires proches de la sphère politico-administrative. Elle est en revanche beaucoup plus ouverte dans la lutte pour l’accès à la coopération scientifique internationale. Ainsi, le refus des deux instances de siéger à la même table dans les discussions avec la coopération française, a obligé cette dernière à calquer la dichotomie institutionnelle tunisienne et à créer artificiellement une deuxième entité, le Comité Recherche scientifique qui vient servir d’interlocuteur au SERST, tandis que l’accès au Comité Mixte de Coopération Universitaire reste le monopole de la Direction Générale de la Recherche scientifique et technique du ministère de l’Enseignement supérieur.

L’efficacité symbolique des politiques publiques

100Une telle situation, dont on a vu plus haut certaines conséquences, semble présenter un certain nombre de risques. Celui, d’une part, de consacrer la majeure part de ressources financières (relativement rares) à des institutions de recherche dite « finalisée » qui, si performantes soient-elles, ne peuvent guère attendre une demande de recherche de la part du secteur socio-économique qui n’en a ni le besoin, ni les moyens. D’autre part, celui de laisser s’accentuer la marginalisation de l’Université et du considérable potentiel de recherche qu’elle recèle, fruit d’une trentaine d’années de construction volontariste et de la ténacité d’un certain nombre d’enseignants-chercheurs.

  • 70 Loi n° 96-6 du 31 janvier 1996 et décrets 97-938 à 942 du 19 mai 1997.

101Ce constat doit cependant être relativisé. D’une part, en l’absence d’un recul temporel suffisant eu égard aux objectifs ambitieux formulés, il est bien sûr trop tôt pour prétendre cerner définitivement les résultats. Le volontarisme politique qui caractérise la politique scientifique tunisienne de ces dernières années n’a pas disparu, comme en témoigne la mise en place d’un cadre juridique nouveau. En janvier 1996 et mai 1997, une loi d’orientation et surtout des décrets d’application70 sont venus constituer un premier cadre législatif, depuis longtemps promis à la recherche scientifique tunisienne. Pour en souligner les points essentiels, on retiendra l’orientation vers une plus grande souplesse de fonctionnement pour les centres hors-université : ainsi l’adoption du statut d’Établissement Public de Recherche scientifique (EPRS, modèle des institutions comme le CNRS ou l’INSERM en France), et la possibilité de passer plus facilement des contrats ponctuels avec des personnels extérieurs à l’institution, voire avec des chercheurs tunisiens exerçant à l’étranger. On peut également noter la création d’une structure nationale d’évaluation des programmes et des institutions (Comité national d’évaluation des activités de recherche scientifique) qui n’existait pas auparavant. Plus important peut-être, la reconnaissance juridique des équipes de recherche (qui n’avaient jusque-là aucun statut défini) sous forme de « laboratoires » et « unités de recherche ». Pour les équipes universitaires en particulier, cette sortie du « néant légal », au-delà de la reconnaissance symbolique qu’elle représente, pourrait conférer une marge de manœuvre jusque-là inexistante vis-à-vis de leurs institutions de rattachement, et donc favoriser les collaborations nationales ou internationales.

102Là encore, il est trop tôt pour évaluer les résultats concrets de ces nouvelles orientations et des questions cruciales restent en suspens, comme par exemple de savoir quelle sera l’instance en mesure d’appliquer les dispositions prévues, en matière d’évaluation des laboratoires et programmes universitaires, en l’absence d’une véritable structure de coordination nationale reconnue par l’ensemble des scientifiques (ce qui, nous l’avons vu, n’est pas le cas du SERST) ?

  • 71 Cette éventuelle fonction symbolique d’une politique publique n’est pas pour autant propre aux poli (...)

103D’autre part, quand bien même resterait-on sur le tableau quelque peu pessimiste esquissé plus haut, ce serait faire preuve d’un fonctionnalisme un peu étroit que de réduire l’analyse d’une politique publique de la science à ses seuls résultats pratiques, qu’on tente de les mesurer dans les termes économiques d’un accroissement de la richesse nationale, ou dans ceux, bibliométriques, d’une participation à la « science mondiale ». Ce serait oublier l’importance que peuvent revêtir les gains symboliques d’une politique publique, et l’on a vu dans la première partie de ce travail à quel point la puissante charge mythique de la science la prédispose à intervenir dans l’ordre des représentations71.

104Ces gains symboliques sont attendus de la mise en scène qui accompagne l’action politique dans le domaine scientifique : discours, déclarations reprises et commentées par les médias officiels, inaugurations et visites d’institutions… C’est ce qui explique l’importance accordée à la médiatisation de cette politique, pratique qui tranche radicalement avec les expériences précédentes. Agir dans le domaine de la science, et particulièrement de la recherche scientifique, ce n’est pas seulement pour l’Etat démontrer son intérêt pour un domaine parmi d’autres ; c’est aussi, chaque fois que l’occasion se présente, rappeler des choix considérés comme fondamentaux, c’est célébrer et magnifier des valeurs que l’État issu du 7 novembre 1987 considère comme en rupture avec les « errements » du passé. Comme au temps du discours bourguibien, se posant en rupture avec « l’obscurité » de la période coloniale, parler « de » et « autour » de la science reste un vecteur privilégié pour digresser vers des considérations plus larges et émettre des messages enrobés d’une « aura » de vérité qui leur confère le caractère indiscutable des lois de la nature. Ces thématiques ne sont d’ailleurs, pour certaines, pas si éloignées de celles présentes dans certains compartiments du discours bourguibien. Mais avec néanmoins la différence majeure que cette fois, le discours peut s’appuyer sur une action montrable de l’État, là où, auparavant, il se contentait de surplomber la promesse d’un avenir meilleur.

La science comme ressource politique : rationnalisation, compétence et modernité

  • 72 « Consciente de l’importance de la recherche scientifique qui s’est érigée en ressource politique d (...)

105La première occasion qu’offre la mise en scène de la politique scientifique est une auto-célébration des qualités de l’État issu du changement politique intervenu le 7 novembre 1987. Reprenant d’une certaine façon le flambeau qu’avait brandi pendant les vingt premières années de son « règne » le président Bourguiba, désormais écarté, le général Ben Ali voit dans la science une puissante ressource du politique72 qui permet de souligner positivement les caractéristique que l’État veut – à nouveau – se voir attribuer, au premier rang desquelles la rationalité, la compétence et la modernité.

  • 73 « La valeur suprême », Le Renouveau, 21/04/1991.

106La mise en avant précoce de la politique scientifique mise en œuvre par cet État « régénéré » provoque un phénomène de miroir. Si on se propose « d’ériger la recherche scientifique comme valeur suprême »73, comme l’énonce un éditorial du Renouveau (quotidien du parti RCD au pouvoir), alors la politique scientifique devient en quelque sorte emblématique de l’action de l’État. En retour, s’agissant de science, cette action ne peut que bénéficier d’une aura positive, avec toutes les qualités qui en découlent et dont les éditoriaux de la presse officielle sont friands pour la décrire : rigueur, efficacité, méthode, excellence, impartialité, rapidité, infaillibilité, etc.

  • 74 « La création d’un secrétariat d’État chargé exclusivement du secteur [de la recherche scientifique (...)

107On passe ainsi aisément du niveau particulier de l’organisation du secteur scientifique74, jusque-là laissé à l’abandon, à la mise en valeur du processus global de rationalisation entrepris par l’État sur lui-même après le « changement », mettant fin au désordre, à la désorganisation qui régnait à la fin de la période précédente.

  • 75 Nous soulignons partout, sauf « démarche rationnelle » (14/10/95) et « compétitive » (28/10/95), dé (...)

L’État au cœur du processus de rationalisation
Florilège extrait des éditoriaux du quotidien gouvernemental La Presse en 1994-9575
1/11/94 – Pour une flotte plus dynamique – [à propos de transports maritimes] : « Aussi le Chef de l’État a-t-il ordonné le 17 septembre dernier l’élaboration d’une étude approfondie qui définira l’étape à venir que le transport maritime est appelé à franchir […] Rien n’est laissé au hasard : une exploitation la plus rationnelle possible de l’infrastructure portuaire !…] »
5/04/95 – Coopération multidimensionnelle – [à propos de coopération arabe et interafricaine, voyage de Ben Ali en Afrique du Sud] : « Cette démarche, qui se caractérise par une extrême lucidité, procède d’une approche globale, scientifique au besoin, qui exalte toutes les convergences et qui met au profit de tous les partenaires toutes les identités de vues… »
06/06/95 – Une distinction, une incitation – [à propos des louanges faites à la Tunisie par le PNUD et l’OIT] : « Il n’est de progrès réel et inscrit dans la durée que celui que l’Autre vous reconnaît volontiers, non sans recourir aux paramètres scientifiques en vigueur… un niveau élevé de couverture sociale au regard du revenu moyen, une lutte pondérée et rationnelle contre la pauvreté… »
28/09/95 – Méthodologie futuriste – [à propos de la préparation du IXe plan] : « … s’appuyer sur les appuis engrangés (stabilité politique, croissance économique, paix sociale), selon une méthodologie futuriste, pour mieux identifier les défis et les exigences de l’étape à venir et y apporter des réponses précises et adéquates. »
12/10/95 – Bonne gestion – [gestion des logements administratifs] : « Ce qui allait à vau-l’eau, ce qui était enveloppé par la buée de … la “providence”, est désormais soumis au recensement scientifique et, par la suite, à la rationalisation. […] Ce à quoi s’attelle une direction politique plus soucieuse que jamais d’une exploitation très rationnelle de toutes les recettes de l’État, des dépenses aussi et surtout. »
14/10/95 – Un autre comportement – [à propos d’un plan de promotion du tourisme tunisien] : « De cette démarche rationnelle, se dégage la détermination de la puissance publique à rentabiliser les investissements consentis pour mieux répondre aux objectifs du plan de développement. »
18/10/95 – Une mise, une mutation – [à propos du Fonds national de solidarité] : « Fort d’une solide expérience acquise sur le terrain au contact direct des réalités sur lesquelles il agit en permanence, le Fonds national de solidarité a atteint sa vitesse de croisière s’étant doté d’une méthodologie spécifique. Ses interventions se caractérisent désormais par la rationalité qu’impose à tous les niveaux un sens aigu de l’efficacité. »
28/10/95 – Un message, une mission – [à propos du discours de Ben Ali lors de la journée de la culture] : « En effet, à l’heure de la cyberculture imposée de fait par le multimédia, il n’y a guère d’autre choix que d’épouser l’esprit de l’époque et de satisfaire aux exigences de l’innovation. […] L’État est quant à lui déterminé à restructurer les mécanismes en place pour conforter ce mouvement ascensionnel, par le biais d’une rationalisation de la gestion et de la commercialisation du produit culturel tunisien dont le rayonnement doit être pérennisé. Car, en ces temps de concurrence et d’hégémonisme, notre culture doit être impérativement compétitive, sous tous rapports. »
11/11/95 – La voie de l’excellence – [à propos de la formation des ingénieurs] : « Dans la méthodologie mise rigoureusement en œuvre par la direction politique du Changement, le sens de la prévision et de la planification est érigé en règle. […] C’est que, dans sa quête d’essor et de progrès, la Tunisie du renouveau a besoin de compétences sûres et éprouvées pour conduire et guider judicieusement son cheminement dans les multiples domaines de la science et de la technologie modernes. Pour ce faire, la Tunisie est, par-dessus tout, décidée à être ouverte aux rapides mutations technologiques et scientifiques qui marquent la lin du xxe siècle… »

  • 76 Interview de Hédi M’Henni, secrétaire d’État à La Presse, 22/07/1991 (nous soulignons).

108Comme le secrétaire d’État à la Recherche scientifique pense utile de le préciser, « la création du SERS n’est pas due à des considérations conjoncturelles. Bien au contraire, elle s’insère dans le cadre de l’effort constant que le président Zine El Abidine Ben Ali ne cesse de déployer dans le but de rénover les structures de l’État en vue d’en assurer une plus grande efficacité et une meilleure efficience. Dans ce cadre, la nouvelle structure chargée de la recherche scientifique constitue un moyen important en vue de tirer un meilleur parti des moyens humains, financiers et structurels mis à la disposition de la recherche scientifique dans le pays »76.

  • 77 Cf. Camau M., « D’une République à l’autre. Refondation politique et aléas de la transition libéral (...)

109Ainsi, cette rationalité déployée – par définition – dans le domaine de la science rejaillit-elle sur l’ensemble des activités du gouvernement et souligne la « technicisation » de son personnel77, qu’il s’agisse de politique étrangère, de lutte contre la pauvreté, de tourisme, de culture, de formation ou de transports maritimes… (cf. encadré précédent).

  • 78 « Un geste significatif », Éditorial de La Presse, 27/01/1993.

110Ce processus de rationalisation est étroitement lié à la notion de « compétence » (au sens de compétence technique) qui renvoie elle aussi au domaine scientifique et technologique, au point que l’on identifie le plus souvent à ce terme les individus qui l’incarnent (ainsi, on désigne presque systématiquement les scientifiques tunisiens vivant hors des frontières nationales par l’expression « nos compétences à l’étranger »). Ici, la mise en scène de la politique scientifique consiste à mettre en avant les domaines « de pointe » considérés comme les plus prestigieux en y associant étroitement l’État, le plus souvent par la présence de la figure présidentielle. Ainsi ne se contente-t-on pas de louer les « exploits faisant de la Tunisie une place médicale africaine » et le succès d’une transplantation cardiaque qui « démontre le savoir-faire des Tunisiens dans un domaine où les techniques les plus modernes sont à l’ordre du jour »… On ajoute que sur intervention du président de la République, les frais de l’opération ont été pris en charge par l’État. Ce faisant, conclut l’éditorial consacré à cette nouvelle, « le président Ben Ali ne fait donc pas qu’ordonner une décision humanitaire, il prend également acte des progrès spectaculaires de notre médecine et reconfirme l’intérêt qu’il accorde personnellement, en sa qualité de Chef de l’État, à l’encouragement résolu de cette tendance historique »78.

  • 79 Prestige et fonction de « vitrine » dont les acteurs ont dans une certaine mesure conscience. De fa (...)
  • 80 Dans une assez longue liste d’articles consacrés à un programme encore relativement modeste, cf. pa (...)

111De même, le 11 décembre 1992, le président Ben Ali visite l’Institut Régional des Sciences Informatiques et des Télécommunications (IRSIT), support principal des recherches dans les nouvelles technologies de l’information et des communications. Le choix de visiter cette institution n’est pas dû au hasard, celle-ci étant la « vitrine » la plus prestigieuse79 du Secrétariat d’État à la Recherche scientifique et donc de la nouvelle politique scientifique (c’est également à cette institution que sont confiées les demandes de recherche les plus éminemment « politiques », comme par exemple les programmes d’arabisation de l’informatique ou celui de système d’information géographique au service du Fonds de solidarité nationale 26/26). Outre la recherche médicale et l’informatique, les autres prestigieux domaines de compétence le plus souvent médiatisés sont le programme spatial80 (également conduit à l’IRSIT en collaboration avec le CNES français), les biotechnologies, les perspectives de développement du nucléaire civil…

  • 81 Comme s’en félicite le Renouveau, « au plan extérieur, les témoignages et les éloges pour l’expérie (...)
  • 82 « Environnement. La Tunisie, centre de rayonnement international », Le Temps, 9/06/1994.
  • 83 Éditorial de La Presse du 6/06/1996. Voir aussi pages 1 et 5 du même numéro. Ce centre, comme l’IRS (...)

112Plus que le discours sur l’État rationnel qui s’adresse surtout à un public intérieur, le thème des « hautes compétences », en raison des enjeux de prestige qui s’y rattachent, est aussi à destination externe. Cela se perçoit plus particulièrement dans l’évocation de certaines thématiques scientifiques, comme par exemple celles qui touchent à l’environnement et au « développement durable »81. En juin 1994 est ainsi lancée, avec l’aide des coopérations allemande et suédoise, la construction d’un Centre international de technologie de l’environnement82. Ce centre sera inauguré le 5 juin 1996 par le président Ben Ali qui en a personnellement ordonné la réalisation, et qui soulignera à cette occasion la dimension de pôle international que ce centre, « plate-forme de partenariat actif au service de la planète Terre et de l’humanité », confère à la Tunisie en matière de technologies environnementales83.

  • 84 « Science et développement », Le Renouveau, 2/02/1994.
  • 85 Tendance qu’est encore venue accentuer la signature, le 17 juillet 1995, d’un accord bilatéral Tuni (...)

113Ces mises en valeur répétées du haut degré de rationalité de l’action de l’État et l’évidence que le pays « regorge de compétences prouvées »84, qui sont autant de preuves tangibles de l’entrée imminente de la Tunisie dans une modernité tant désirée, entraînent inévitablement à reconsidérer la place du pays qui peut désormais prétendre à « un rôle d’acteur sur la scène du monde ». La question qui conclut l’éditorial de la Presse du 27 janvier 1993 – « La Tunisie qui épouse son temps, ne mérite-t-elle pas une meilleure place dans le concert des nations ? » – est donc de pure forme. Une bonne partie de la rhétorique déployée dans les médias officiels consiste ainsi à faire sentir à quel point le processus de « progrès » est avancé et combien est désormais proche la reconnaissance universelle d’une légitime appartenance de la Tunisie au monde développé85.

  • 86 Rouban L., L’État et la science, Paris, Éd. du CNRS, 1987, p. 48.
  • 87 Entre des centaines d’exemples, familiers aux lecteurs de la presse tunisienne : « L’Ère Nouvelle [ (...)

114Comme l’écrit Luc Rouban dans son analyse des rapports entre science et modernisation, l’appropriation de la science par le politique « génère un certain type de régulation sociale correspondant à l’idée de son irréversibilité et de son irréfutabilité politique, et prenant par conséquent les traits d’un évolutionnisme, d’un progrès cumulatif, parfois détourné sous une forme ou une autre de “chronolâtrie” »86. Le terme de « chronolâtrie » vient assez justement décrire la véritable obsession, quotidiennement distillée par la presse tunisienne, de l’entrée dans le « 3e millénaire » (ou le xxie siècle), date investie d’une charge quasi-magique, à laquelle la Tunisie devrait émerger définitivement à la lumière du « monde développé »87.

La culture scientifique contre « l’obscurantisme »

  • 88 Dispositif dont l’un des principaux volets est la réforme du système éducatif confiée à Mohamed Cha (...)
  • 89 Et l’attaque, le 17 février 1991, contre les locaux d’un siège du RCD à Bab Souiqa (attribuée à des (...)

115Une deuxième façon d’utiliser le discours tenu autour de la science est de l’inclure dans le dispositif de « réarmement idéologique » destiné à combattre la diffusion des thèses islamistes88. Cette possibilité est perçue dès 1991, au moment où, après une tentative d’apaisement des tensions (notamment marquée par la participation du Mouvement de la Tendance Islamique au « Pacte National » de novembre 1988), la rupture avec la mouvance islamiste est à nouveau consommée. Au mois de mai 1991, après que de graves affrontements aient eu lieu sur les campus universitaires89, la police tunisienne procède à l’arrestation de trois cents personnes dont une centaine de militaires. Dans une conférence de presse, le ministre de l’Intérieur, M. Abdallah Kallel, dénonce « une conspiration visant à s’emparer du pouvoir par la force et à imposer un État religieux et théocratique », propos qui visent en premier lieu le mouvement En-Nahdha, accusé d’être à l’origine du complot.

  • 90 « Science et conscience », Éditorial du Renouveau, 29/06/1991.

116Un mois plus tard, à l’occasion d’une entrevue entre le chef de l’État et le secrétaire d’État à la Recherche scientifique, récemment nommé, le quotidien Le Renouveau consacre en ces termes les relations entre « science et conscience » : « La réhabilitation du savoir n’est ni fortuite, ni un acte isolé [car il] constitue dans toutes ses formes et manifestations, le fondement même et le moteur du changement… [Le président Ben Ali le considère] comme une obligation sacrée qui dans l’œuvre d’édification nationale assure le rayonnement de notre patrimoine culturel, éveille les esprits, et repousse au plus loin les frontières de l’obscurantisme et du sous-développement matériel et mental. L’intérêt de Ben Ali pour la recherche scientifique doit être perçu [entre autres] comme un défi à toutes les velléités des potentats de l’obscurantisme dans toutes ses formes et ses manifestations »90.

  • 91 La Presse, 3/11/1994.

117A partir de cette date, aucune occasion ne sera manquée, pendant le processus de mise en route de la politique scientifique gouvernementale, de rappeler que science et raison sont du côté du « progrès » et de la tolérance religieuse, tandis que le fanatisme et l’obscurantisme découlent fatalement de l’ignorance. Lors d’un séminaire sur « les pratiques de mise en culture scientifique autour de la Méditerranée », le ministre de l’Éducation et des Sciences appelle à combattre les manifestations d’extrémisme politique en déclarant que « les sciences prouvent combien la nature a horreur des variations brusques et donc de l’extrémisme »91.

  • 92 Ce que les observateurs de la vie politique tunisienne avaient de longue date signalé, cf. Ben Dhia (...)
  • 93 Charfi F., « Les islamistes et la science », Alliage, n° 22, 1995. Ce texte a également été publié (...)
  • 94 L’exemple classique évoqué dans cet article (vérité ou rumeur ?) étant l’utilisation d’un rayon las (...)

118L’équation du rapport entre la science et les manifestations idéologiques de l’islamisme n’est cependant pas simple. Certains universitaires ne manquent pas de souligner le paradoxe apparent que constitue la présence attestée de nombreux militants islamistes parmi les étudiants des Universités scientifiques92. Ils s’accordent en général à considérer ce fait, a priori surprenant, comme le résultat d’un enseignement déséquilibré, ne faisant plus aucune place à la réflexion, la logique et la critique, se contentant de transmettre des « recettes » en oubliant les fondements mêmes de la démarche scientifique. Dans un article assez représentatif de ce type d’analyse, une physicienne de la Faculté des Sciences de Tunis expliquait ainsi que les « sciences dites exactes […] peuvent évidemment assurer la même ouverture d’esprit [que les science humaines] mais à condition d’être correctement enseignées et qu’on ne les ampute pas de leur contenu théorique au point de les réduire à la technique. D’ailleurs – ajoute t-elle – les intégristes sont davantage présents dans les écoles d’ingénieurs que dans les Facultés scientifiques. Ils sont ainsi plus utilisateurs des résultats de la science que créateurs »93. Ainsi, les scientifiques militants islamistes se distingueraient-ils de leurs collègues en ce qu’ils admettraient certains acquis techniques à des fins stratégiques94 tout en refusant les fondements théoriques de la science moderne qui risqueraient de remettre en cause les affirmations contenues dans les interprétations classiques des textes religieux. Il n’y a pas lieu de discuter ici la validité de cette analyse, mais de remarquer qu’elle semble partagée en haut lieu.

119Pour assécher les sources de l’idéologie islamiste, le pouvoir tunisien ne peut se contenter de promouvoir aveuglément l’enseignement des sciences, de n’importe quelle science. L’idée est de répandre le plus largement possible une culture scientifique élargie, qui donne à voir non seulement les réalisations concrètes de la technoscience, mais qui les inscrive dans une perspective plus large rappelant les enjeux philosophiques, moraux et sociaux que sous-tend la pratique scientifique.

Bâtir la Cité des Sciences

  • 95 En réalité, le projet d’implantation d’une Cité des Sciences à Tunis est antérieur à l’arrivée au p (...)
  • 96 Loi 92-118 du 7/12/1992.

120Même s’il n’est pas directement intégré au dispositif institutionnel analysé plus haut, le projet dans lequel s’incarne le mieux cet objectif est celui de la Cité des Sciences de Tunis. Étant donné l’envergure de ce projet, on ne peut manquer d’être frappé par la célérité avec laquelle il s’est concrétisé. Là encore, c’est l’implication directe et constante du chef de l’État qui est l’élément principal d’explication. Décidée en Conseil ministériel restreint le 10 avril 1992, la création d’une Cité des Sciences de Tunis est immédiatement déclarée priorité du VIIIe Plan (1992-1996)95. Le terrain est trouvé dans les mois qui suivent et le 7 décembre 1992, l’établissement est créé, doté d’un statut public à caractère industriel et commercial96 et placé sous la tutelle du ministère de l’Éducation et des Sciences. Son organisation est fixée par un décret publié le 7 juin 1993. Entre temps, un concours d’architecture a été lancé, et au mois de novembre 1993, deux équipes tunisienne et belge présentent la maquette de l’édifice. Le projet de la Cité des Sciences est confié à la responsabilité d’un universitaire, Tahar Guellali, professeur de géologie à la Faculté des Sciences de Tunis qui en deviendra le premier directeur général. La première tranche de travaux est achevée début 1996 et le 21 mars, jour des fêtes de l’Indépendance et de la Jeunesse, le planétarium est inauguré par le président Ben Ali.

  • 97 Guellali T., « La Cité des Sciences à Tunis », Alliage, 24-25, automne-hiver 1995, p. 249
  • 98 Idem, p. 251.

121Telle que définie par son directeur, la mission de la Cité des Sciences de Tunis, à l’instar d’établissements similaires dans le monde, est de « contribuer à l’accomplissement de la citoyenneté par l’appropriation d’un savoir scientifique minimum garanti »97. Mais dans la situation spécifique qui est la sienne en Tunisie, elle est aussi conçue comme un antidote (et une anti-utopie) aux désirs censés habiter les militants islamistes d’un retour dogmatique à la « Cité idéale » des premiers temps de l’Islam. « Sera t-elle la nouvelle Cité vertueuse d’al-Farabi, premier commentateur musulman d’Aristote et de Platon, pour qui la raison humaine l’emportait sur la foi religieuse ? Elle y aspire, se voulant un lieu où la raison l’emporte sur le dogme, où l’émancipation se vit comme jonction entre science et démocratie »98.

  • 99 Idem, p. 250.
  • 100 Ben Dhia H., « Place de la culture dans la formation des jeunes ingénieurs », Al Madar, Revue de la (...)
  • 101 Discours prononcé au palais de Carthage, le 17 juillet 1996, à l’occasion de la Journée du Savoir, (...)

122En espérant toucher quelques 300 000 jeunes Tunisiens (principalement en âge scolaire) chaque année, mais aussi bon nombre d’adultes, les promoteurs de la Cité des sciences souhaitent ainsi infuser au sein de l’ensemble de la population une science qui soit partie intégrante de la culture, et contrecarrer par là les effets néfastes d’une « poussée de la pensée mythique »99. Concernant le public plus restreint des étudiants, il faut noter que, allant dans le sens du plaidoyer de l’universitaire Hamed Ben Dhia en faveur de l’élargissement de la culture générale des jeunes scientifiques100, le président Ben Ali annonçait en juillet 1996 qu’il entendait « consolider progressivement la formation intellectuelle générale des étudiants dans les établissements de médecine, de technologies et de sciences, au moyen de l’inclusion de l’enseignement de certaines matières d’humanité […] de telle sorte qu’ils comprennent que le Savoir n’est pas un ensemble de résultats prêts à l’emploi, mais la moisson d’un effort humain multidimensionnel »101.

  • 102 « Une cité, un symbole… », Éditorial de La Presse, 2/12/1992.

123Au-delà de son utilité sociale espérée, la Cité des Sciences revêt une dimension symbolique explicitement revendiquée : « C’est dans le silence des laboratoires […] que l’homme accomplit son œuvre de conquête de la lumière et de conjuration de l’ignorance, ainsi que du fatalisme et de la superstition qui en constituent le cortège. Pour autant le travail scientifique a besoin de symboles : des symboles dont l’éclat et l’écho portent loin et, de ce fait, attirent plus loin encore les esprits, leur inocule la volonté de Savoir […]. La société dans son ensemble est de ce fait appelée à prendre conscience – puis à porter et à supporter – d’une nouvelle orientation du pays, une orientation résolument acquise à l’exigence scientifique. […] La Cité des Sciences de Tunis […] est sans aucun doute un de ces symboles qui marquent, en même temps qu’ils annoncent, la mutation de notre société et sa reconversion par et pour le Savoir »102.

La science dans le respect de « l’authenticité » culturelle

  • 103 Vision qui transparaissait parfois dans les diatribes le plus violentes de Bourguiba contre les « m (...)
  • 104 Burgat F., L’islamisme au Maghreb. La voix du Sud, Paris, Karthala, 1988, p. 264. Parmi les nombreu (...)

124Les différentes opérations visant à promouvoir une culture scientifique dans l’ensemble de la société ne cherchent jamais à opposer violemment, en un choc frontal, la science moderne et l’héritage culturel et religieux de la société tunisienne, comme si la première était destinée à emporter le second dans l’élan irrésistible de la modernité103. Bien au contraire, il s’agit de plaider, chaque fois que possible pour un ancrage de la modernité scientifique et technologique dans un respect de « l’identité arabo islamique » de la Tunisie, en vertu d’un principe selon lequel, loin de s’exclure, les deux termes sont convergents. Cette ligne de conduite va bien entendu dans le sens des diverses opérations visant à démarquer le nouveau régime « des plus spectaculaires violences symboliques du projet bourguibiste »104.

  • 105 « La science à la portée de la jeunesse », La Presse, 21/03/1996. Et l’auteur de l’article ajoute : (...)

125Dans le cas de la Cité des Sciences, on exalte par exemple le lien au passé symbolisé par les jardins d’Abu Fehr, site d’implantation de la Cité et « ouvrage de référence dans l’histoire des sciences et des techniques de l’eau […] qui remonte au xiiie siècle »105. Cet attachement à concilier la modernité scientifique la plus avant-gardiste et le respect de l’authenticité du patrimoine culturel tunisien explique aussi en partie l’insistance présidentielle quant aux programmes de recherche touchant l’arabisation des nouvelles technologies de l’information dont on a vu qu’ils mobilisaient une part non négligeable des moyens et des chercheurs de l’IRSIT Ainsi, si l’on désire rendre la société plus « scientifique », on veut également inscrire la science dans le cadre de la réappropriation d’un patrimoine culturel local, afin d’empêcher le discours islamiste de monopoliser cet objectif.

Mise en scène de la démocratie, pédagogie du libéralisme

126La dernière – et non la moindre – des dimensions symboliques du discours autour de la science que nous voudrions évoquer ici renvoie au cœur même du projet politique affiché par le pouvoir tunisien après 1987, à savoir le double objectif d’une ouverture politique et d’une réorientation économique libérale.

Exalter la consultation et la participation

  • 106 Camau M., « D’une République à l’autre. Refondation politique et aléas de la transition libérale », (...)
  • 107 Cité par Ben Achour R., « L’État de droit en Tunisie », in : L’État de droit dans le monde arabe, o (...)
  • 108 Dans les premiers mois suivant le changement de régime, l’abolition de la Cour de sûreté de l’État, (...)

127La promesse démocratique est au centre du contrat établi unilatéralement par le président Ben Ali dès sa prise du pouvoir. Selon la formule utilisée par Michel Camau, elle fait partie du « triptyque “Ouverture -Démocratie-État de droit”, inscrit au fronton du “7 novembre” »106. Dans sa première déclaration, le 7 novembre 1987, le nouveau chef de l’État affirme : « Notre peuple a atteint un tel niveau de responsabilité et de maturité que tous ses éléments et ses composantes sont à même d’apporter leur contribution constructive à la gestion de ses affaires conformément à l’idée républicaine qui confère aux institutions toute leur plénitude et garantit les conditions d’une démocratie responsable, ainsi que le respect de la souveraineté populaire telle qu’elle est inscrite dans la Constitution »107. Les gestes consacrant la rupture avec la période antérieure se multiplient rapidement108, le plus notable étant sans doute la conclusion d’un « Pacte National » auquel adhèrent en novembre 1988 la plupart des forces politiques en présence – y compris le Mouvement de la Tendance Islamique, bien que dépourvu de statut légal.

128Il n’y a pas lieu d’examiner ici la réalité et les vicissitudes de la réalisation de ce programme annoncé, mais d’observer comment la politique scientifique lancée à partir de 1991 sert, à l’occasion, à souligner combien tous les actes gouvernementaux obéissent à ces principes fondamentaux. La tentation est d’autant plus grande de les réaffirmer symboliquement que dans les faits, la date de 1991 est aussi celle d’un tournant du régime et le début d’une dérive autoritaire qui ne cessera de s’accentuer au cours des années 1990.

  • 109 « Recherche scientifique : Le savoir, pilier du changement », Le Renouveau, 2/11/1991.
  • 110 « Une voie pour l’avenir », Le Renouveau, 26/07/1991.
  • 111 Cf. « Un programme pratique pour la relance de la recherche scientifique », Le Renouveau, 30/07/199 (...)
  • 112 « Recherche scientifique : Une semaine, un tournant », La Presse, 16/03/1992.

129La première année d’existence du Secrétariat d’État à la Recherche scientifique est saluée lors du quatrième anniversaire du 7 novembre (en 1991, donc), et aux louanges d’usage s’ajoutent de longs développements autour du thème du « Savoir, pilier du Changement ». On y prête au chef de l’État une insistance particulière sur l’idée que « le couple démocratie-savoir est la quintessence des principes du 7 novembre »109. Mais les épisodes les plus intéressants de ce point de vue sont certainement les deux grandes manifestations évoquées plus haut, organisées en juillet 1991 et mars 1992 dans le cadre de la médiatisation de la nouvelle politique scientifique. Ces journées de réflexion qui réunissent 230 participants, puis plus de mille pour la seconde, abondamment commentées par les médias, sont présentées comme de grandes consultations de la communauté scientifique tunisienne au cours desquelles toutes les opinions et toutes les sensibilités peuvent s’exprimer librement. À en croire les discours officiels et les commentaires des médias, il s’agit là de la mise en œuvre « d’un esprit de concertation procédant directement des principes fondamentaux sur lesquels repose l’action gouvernementale de l’ère du 7 novembre »110. Faire participer les scientifiques tunisiens à la définition de la politique gouvernementale en matière de science, ne rien leur imposer qui aille à l’encontre de leurs recommandations, favoriser le « dialogue » et la « participation », tels sont les buts affichés par les organisateurs111. Si le terme de « démocratie » n’apparaît pas en tant que tel dans ces deux grandes occasions, le propos s’élargit néanmoins pour signifier qu’il faut voir dans ces pratiques de consultation « la formule nouvelle depuis le Changement pour justement associer le plus grand nombre dans les grandes orientations du pays »112.

Science et compétition : le « management social »

130L’autre engagement inscrit sur l’acte de naissance de la « deuxième République » tunisienne est de poursuivre le processus de libéralisation de l’économie engagé en 1986 avec le premier programme d’ajustement structurel. Privatisation d’entreprises publiques, élargissement du secteur privé, libéralisation du commerce intérieur et extérieur, mesures d’incitation pour les investissements étrangers, réformes du régime fiscal et financier… autant de mesures qui ont concouru à une plus grande ouverture et à une plus grande dépendance vis-à-vis de l’économie mondiale. Une étape supplémentaire a été franchie en juillet 1995 avec la signature d’un accord bilatéral Tunisie-CEE prévoyant l’instauration progressive (en trois périodes étalées sur douze ans) d’une zone de libre-échange qui supprimerait tous les avantages anciennement consentis par l’Europe aux pays du Sud et de l’Est méditerranéen.

  • 113 Camau M., « D’une République à l’autre… », op. cit., p. 11.

131Là non plus, il ne s’agit pas de faire l’analyse de l’ensemble du dispositif pédagogique qui accompagne le processus de la « transition libérale » (processus qui reste sous l’étroit contrôle de l’État) mais de remarquer comment le discours tenu à propos de la science et de la recherche accompagne une logique de l’économie libérale « posant le primat d’une rationalité technique et illégitimant le désaccord »113. L’inéluctabilité de l’action engagée et son caractère intrinsèquement positif s’appuient sur deux principaux arguments.

  • 114 Posé en 1991 par la Commission de la technologie et de la Recherche scientifique pour la préparatio (...)
  • 115 « Un programme pratique pour la relance de la recherche scientifique », Le Renouveau, 30/07/1991.

132Le premier consiste à dire que l’une des causes premières de la faiblesse structurelle de la recherche scientifique tunisienne est le résultat de longues années de surprotection du marché intérieur, durant lesquelles aucun effort d’innovation et de qualité – et donc de recherche – n’était nécessaire, puisque la concurrence en était absente114. Le second (qui n’est que l’inversion du premier) est que la perspective de la concurrence commerciale internationale (dans le contexte précis des accords Tunisie-UE) ne peut être affrontée que par un relèvement général du niveau technologique des entreprises, d’où l’importance d’un investissement (public et privé) dans la recherche. Il s’agit là, on l’a dit, du référentiel omniprésent de la nouvelle politique scientifique. L’un après l’autre, les secrétaires d’État à la Recherche successifs reviendront sur « l’amélioration de la capacité concurrentielle de nos entreprises sur le marché international par le biais de la maîtrise de la technologie »115.

« L’entreprise Tunisie » : Science, Technologie, Excellence et Management
La voie obligatoire du salut
Editorial du quotidien Le Temps (1810711996) par Mustapha Khammari, commentant le discours prononcé par le président Ben Ali lors de la « Journée Nationale du Savoir, le 17 juillet 1996. (Nous soulignons)
« L’accélération fulgurante imprimée à l’histoire de l’humanité au cours du dernier quart de siècle qui se termine est le résultat de l’évolution des connaissances et du savoir. Les pays qui dominent le monde par leur technologie, le progrès de leur industries et de leur savoir-faire sont ceux dont les Nations ont su maîtriser le savoir pour l’utiliser au service du progrès. [Évocation de l’exemple du Japon]. Cet exemple et d’autres encore montrent que l’humanité vit aujourd’hui à l’heure de l’excellence et que le progrès est surtout affaire de performance et de réussite dans la compétition permanente pour gagner sa place aux premières loges du développement.
Le président de la République a donc bien raison d’insister dans son adresse à la Nation, à l’occasion de la Journée du Savoir sur « l’excellence en tant que choix de tous ceux qui sollicitent le progrès ». En même temps, le président Ben Ali exhorte la Nation à « ancrer chez ses enfants le goût de la performance et de l’excellence » […]
Révolus sont les temps où, comme le soulignait un grand penseur, « les Arabes excellaient dans l’art d’exprimer avec de l’eau et avec des fleurs leurs rêveries indéfinies ! ». Seuls la compétence et le savoir-faire scientifique déterminent le degré d’évolution d’un pays et sa place sur l’échiquier mondial, ainsi que sa capacité à s’élever dans la hiérarchie du développement. La seule voie du salut pour la Tunisie dans cette étape nouvelle et décisive qu’elle engage, est de former des compétences en habituant les Tunisiens au dépassement, à l’abnégation, pour qu’ils aillent jusqu’au bout dans l’effort, privilégient l’excellence et rejettent la médiocrité. […]

C’est la seule voie du salut, parce que la Tunisie compte sur la compétence des Tunisiens, leur savoir et leur savoir-faire pour gagner sa place au soleil et accéder aux premières marches du progrès. »

  • 116 Camau M., « D’une République à l’autre… », op. cit., p. 15.

133Mais au-delà de l’argumentaire, le discours autour de la science s’élargit, et l’on atteint la dimension symbolique du propos. De même que le programme de « mise à niveau », en principe réservé aux entreprises, est devenu « un mot d’ordre qui, dans le discours politique tunisien, tend de plus en plus à désigner l’ensemble des transformations requises de la société et de l’administration »116, de même le discours sur la science et le savoir en général se transforme en une sorte de discours de type « managérial » valable pour l’ensemble de la société. Celle-ci se transforme elle-même en une vaste entreprise qu’il s’agit de rendre la plus « performante », la plus « compétitive » possible, afin qu’elle soit en mesure de surmonter les « défis » qui l’attendent. Ainsi comprise, la science constitue une ressource qui rime avec « performance », « excellence », « compétences », etc.

134Le commentaire directement inspiré par le discours du président Ben Ali prononcé lors de la célébration de la « journée nationale du Savoir » du 17 juillet 1996 (cf. encadré ci-dessus) est extrêmement représentatif en ce qu’il interprète – jusqu’à la caricature – des propos traitant des rapports science/société comme s’il s’agissait de ceux d’un chef d’entreprise s’adressant à ses « ressources humaines » pour les inciter à s’investir dans la formation continue afin de gagner des « parts de marché » dans la compétition internationale. Cet effet de « traduction immédiate » et d’amplification du message présidentiel montre à quel point le discours sur la science et le savoir est étroitement intégré à la pédagogie de la transition libérale et comment il peut servir à justifier les évolutions politiques et économiques en cours.

Notes

1 Ainsi à la suite du Symposium national sur la recherche et la technologie, les journalistes présents relèvent que « les recommandations ont insisté sur le rôle important que doit jouer le secrétariat d’État pour susciter la demande des entreprises en matière de recherche » (nous soulignons). « Un plan directeur pour la recherche scientifique », La Presse, 19/03/1992.

2 En dehors de mention particulière, les données utilisées dans ce chapitre émanent du secrétariat d’État à la Recherche scientifique.

3 La notion d’un budget public de recherche n’existe pas dans le budget de l’État tunisien, et comme on l’a déjà indiqué, il n’y a pas de session spéciale réservée à la discussion d’un tel budget à la Chambre des Députés.

4 On verra qu’au moins dans ce deuxième cas, on aboutit sans doute à une très nette surestimation.

5 Dans l’année prise en compte.

6 Opération amplement médiatisée par l’État, le 26/26 est le numéro d’un compte intitulé Fonds de solidarité nationale auquel particuliers et entreprises sont invités à faire des dons. Ce fonds est destiné à des interventions dans les zones les plus démunies du pays (couramment désignées sous le nom de « zones d’ombres »). Il veut symboliser le souci permanent que l’État porte aux secteurs, régions et individus défavorisés.

7 Le nombre total des chercheurs mobilisés est supérieur au nombre de chercheurs de l’IRSIT du fait qu’un même chercheur peut travailler sur plusieurs projets (un peu plus de 2 en moyenne).

8 Il s’agit de projets répondant à une demande politique (comme le Programme spatial) ou de la coopération internationale (projet de Réseau du développement durable financé par le PNUD) censés avoir des retombées bénéfiques pour l’ensemble du pays à plus ou moins long terme.

9 D’autant plus que le secteur des services, qui pourrait être particulièrement intéressé par les thématiques de l’IRSIT, représente en Tunisie 35 % du PIB et 46,5 % de l’activité marchande.

10 La notion de contrat contribue à entretenir une certaine confusion : s’il est vrai qu’une bonne part des ressources de l’IRSIT provient de contrats (ce que son statut d’EPIC facilite), la majeure partie de ces contrats sont passés avec des entreprises publiques, des directions ministérielles, ou autres organismes para-étatiques évoqués plus haut.

11 Plusieurs financements CEE (Programmes Egoist, Gold, Mathusalem), coopération française (Programme spatial), USAID, PNUD…

12 Conception Assistée par Ordinateur. Cf. la description que fait Henri Regnault d’un atelier de confection tunisien : « On y remarque beaucoup d’ouvrières, des machines à coudre (usagées, importées d’occasion), des fers à repasser, une presse de thermocollage, parfois un équipement de découpe des tissus (souvent les tissus sont importés prédécoupés), une semaine de stock d’intrants et/ou une semaine de stock de produits finis » (Regnault H., « Libre-échange et exportations manufacturières des pays du sud et de l’est de la Méditerranée : vers de cruelles désillusions ? », Économies du Maghreb. L’impératif de Barcelone, Paris, CNRS-Éditions, 1998, p. 221.

13 Selon Henri Regnault, la part des trafics de perfectionnement (produits transformés et ré-exportés) dans l’ensemble des marchandises exportées par la Tunisie est de 63 % pour les neuf premiers mois de 1995, op. cit., p. 219.

14 Le taux d’encadrement est le ratio : nombre d’ingénieurs sur nombre d’employés. À titre de comparaison, ce taux est de 6,3 % pour l’ensemble de l’industrie française.

15 Contre 65 déposés par des inventeurs à titre particulier, 4 par des universités et centres de recherches.

16 Il faut noter par ailleurs que cette dépense globale de 144,2 MDT est constituée à 98,5 % par des services à contenu technique (études techniques préliminaires et ingénierie de projets industriels, assistance technique pour l’exploitation) qui ne sont pas exactement considérés comme des transferts de technologies, dans la mesure où les compétences techniques utilisées ne sont en général pas transmises à l’acquéreur, mais seulement leur résultat. L’achat de brevet ou le paiement de redevances n’entre que pour 1,5 % du total des dépenses.

17 Étude stratégique : Base technologique avancée à l’horizon 2010, secrétariat d’État à la Recherche scientifique, 1995, p. 94.

18 Créé par la loi 90-111 du 31/12/1990, organisé par le décret n° 92-1748 du 28 septembre 1992, modifié par le décret n° 94-878 du 18/04/1994.

19 Article 42 de la loi n° 93-120 du 27/12/1993 et décret n° 94-536 du 10/03/1994.

20 Selon une formule de son fondateur et directeur pendant sept ans « l’IRSIT est une Rolls en état de fonctionnement, mais il n’y a pas de candidats pour la promenade ». (entretien avec l’auteur, nov. 1996).

21 Sauf mention contraire, les passages de discours reproduits dans ce chapitre sont extraits d’entretiens avec l’auteur, effectués entre 1994 et 1996.

22 La dernière demande de ce type remonte à la fin de l’année 1990, et le principe d’un Livre Blanc de la recherche scientifique qui ferait le bilan de 30 ans de recherche tunisienne avait été accepté en janvier 1991 par la Haute Commission de la Réforme de l’Enseignement supérieur. La proposition était restée lettre morte.

23 L’annuaire ne fournit pas lui-même de présentation statistique des données. Les tableaux qui suivent sont le résultat d’un traitement réalisé par l’auteur.

24 Dans ces quatre villes, les cinq établissements concernés sont l’École Nationale d’Ingénieur de Gabès, l’Institut supérieur technique de Gabès, l’Institut supérieur technologique des industries et des mines de Gafsa, l’Institut Préparatoire aux Études d’Ingénieur de Nabeul, l’Institut supérieur du Textile de Ksar Hellal.

25 Si cette estimation est exacte, notons qu’elle est bien supérieure à l’estimation spontanée des universitaires eux-mêmes qui considèrent que 10 % seulement d’entre eux se livrent à des activités de recherche, ce qui est bien entendu une façon de valoriser leur propre investissement dans la recherche. Cette estimation est également supérieure à celle proposée par le SERST (20 à 25 % sans précision du mode de calcul), pourtant sur la base de la même enquête. Il est vrai cependant que certains « chercheurs déclarés » peuvent être des étudiants de DEA n’ayant pas forcément de poste d’assistant et n’étant pas de ce fait comptabilisés dans le corps des enseignants-chercheurs.

26 Néanmoins, on peut légitimement s’interroger sur certains « grands nombres » qui tirent vers le haut des moyennes généralement modestes, ainsi telle équipe de mathématique de l’ENIT qui déclare 44 chercheurs alors que la moyenne des autres équipes de la discipline est d’environ 7 chercheurs.

27 La majorité des laboratoires dirigés par des maîtres-assistants sont en sciences de l’ingénieur, discipline traditionnellement déficitaire en grades élevés.

28 Plus de la moitié des équipes de la Faculté des Sciences de Tunis (51,6 %) sont constituées de 10 chercheurs ou plus et seules 2 équipes sur 64 déclarent être privées de matériel.

29 Parmi les équipes ne comptant qu’un ou deux chercheurs, 80 % possèdent leur propre matériel.

30 « Des structures stables sont nécessaires au développement de la recherche », La Presse, 5/08/1992. Le texte de cet article reprend des passages d’interviews accordés par trois enseignantes de la faculté des Sciences de Tunis.

31 C’est à la Société Chimique de Tunisie, principale société savante de la discipline, que sont dues plusieurs initiatives de séminaires de réflexion sur le thème des liens entre l’Université et l’industrie, ainsi en novembre 1989 à Gabès, en mars 1990 à Monastir, en avril 1993 à Tunis…

32 Déclaration lors d’une table ronde organisée par le quotidien La Presse, 18/03/1995.

33 En 1993 et jusqu’en 1996, cette somme sera portée à 1 550 000 DT (selon des informations communiquées par la Direction Générale de la Recherche scientifique.

34 Le tableau de la page suivante ainsi que les autres données concernant les programmes de recherche universitaires en 1994 ont été élaborés sur la base de la liste d’ensemble fournie par la DGRST.

35 Effectif en 1994.

36 Sur la base du nombre de chercheurs déclarés dans l’enquête de 1994.

37 Là encore, il faut garder à l’esprit que ces chiffres, fournis par le SERST, surestiment probablement les montants réservés à la recherche universitaire. Si l’on s’en tient aux déclarations du directeur général de la Recherche scientifique et technique selon lequel l’enveloppe des crédits-programmes réservée par son ministère à la recherche universitaire est de l’ordre de 1,5 millions de DT par an, cela ramène les ressources des chercheurs universitaires à 1 893 DT/an par chercheur et 13 650 DT/an par équipe.

38 Une lettre circulaire adressée en octobre 1996 aux doyens d’Universités et aux centres de recherche faisait état des orientations du nouvel appel d’offre dans le cadre des Programmes Nationaux Mobilisateurs. Les deux secteurs concernés étaient les sciences de l’ingénieur et les sciences de gestion, dans le cadre de « la mise à niveau intégrale du tissu industriel ». Les items proposés dans le détail étaient les suivants : Méthodologie d’audit et de diagnostic d’entreprises ; Modélisation et analyse des systèmes de production (fonctionnement, comportement, bilan énergétique…) ; Conception et industrialisation des produits XAO ; Systèmes d’information industriels, système d’aide à la décision ; Étude de cas sectoriel ; Qualité et normes.

39 Déclaration de M. El Gayed, directeur des Sciences et de la technologie à la DGRST, lors de la table ronde organisée par le quotidien La Presse, article déjà cité du 18/03/1995.

40 Rappelons qu’il s’agit de l’enveloppe auparavant destinée aux programmes. Parallèlement à ces crédits, le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique continue bien entendu à financer sur le titre II de son budget l’achat de gros équipements pour les universités. En 1995, la DGRST faisait état de l’achat de sept grands appareillages dont RMN, spectrométrie de masse, microscopie électronique à balayage, microscopie électronique à transmission…

41 Données fournies par la Direction Générale de la Recherche Ssientifique et technique.

42 Ceci intervient avant que la loi-cadre pour la recherche scientifique préparée par le SERST et votée le 31 janvier 1996 ne prévoie un statut pour des unités de recherche et des laboratoires.

43 Ce clivage ne recouvre donc pas – comme semblent le penser plusieurs universitaires interrogés – ceux qui s’investissent beaucoup dans la recherche et ceux qui « ne font rien ».

44 Déclaration à la table ronde organisée par le quotidien La Presse, art. déjà cité du 18/3/1995.

45 Décompte effectué à partir de la liste des projets de recherche universitaires financés en 1994, c’est-à-dire juste avant l’instauration du financement au prorata de la recherche-formation.

46 C’est-à-dire si l’on ne retient que les équipes bénéficiant des deux types de financements tunisiens plus ceux de la coopération scientifique française (Affaires Etrangères) et/ou CNRS.

47 Déclaration à la Table-Ronde organisée par le quotidien La Presse, art. déjà cité du 18/3/1995.

48 De 31 827 étudiants en 1980 (y compris en cotutelle) à 112 634 en 1996.

49 Pour un diagnostic détaillé de la situation de la Faculté des Sciences de Tunis qui illustre assez bien la situation des Facultés tunisiennes, voir le document produit par la Commission syndicale de réflexion sur le devenir de la FST, « Projet de réforme structurelle de la Faculté des Sciences de Tunis », Syndicat Général de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique et Syndicat Général des Maîtres de Conférences et Professeurs de l’Enseignement supérieur. Avril 1996.

50 Cf. « La grogne des universitaires », Réalités, n° 528, 15-21/12/1995, et « Université : Durcissement des positions », Réalités, n° 529, 22-28/12/1995.

51 Les ISET (Instituts supérieurs d’Enseignement Technologiques), formant des techniciens supérieurs (équivalent des IUT français) en fonction depuis 1995, INSAT (Institut National des Sciences Appliquées et de technologie) depuis 1996.

52 Ces deux institutions ont été créées par deux lois votées le même jour (lois 91-42 et 91-43 du 26/06/1991. L’IPEST (Institut Préparatoire aux Études scientifiques et techniques) prépare à la fois l’entrée dans les grandes écoles d’ingénieurs françaises et les agrégations de sciences. L’École Polytechnique de Tunis est conçue pour être la réplique tunisienne du modèle français.

53 Système qui existait auparavant, mais de façon beaucoup moins visible puisque sa partie « élitiste » était cantonnée hors des frontières (grandes écoles françaises, universités nord-américaines…).

54 Dans certains secteurs, comme droit, économie et gestion, ces inscriptions ont même quadruplé.

55 Chiffres pour 1993-94, mais il s’agit là d’une tendance durable.

56 L’un des universitaires interrogés dira : « Avant, l’instituteur, pour nous, c’était un dieu… ! »

57 Longuenesse E., « Ingénieurs et médecins dans le changement social. Egypte, Syrie, Jordanie », Monde Arabe Maghreb-Machrek, n° 146, oct.-déc. 1994, p. 3.

58 Cf. par exemple la différenciation entre trois modèles professionnels chez les ingénieurs syriens par Elisabeth Longuenesse (« Ingénieurs et médecins en Syrie : formation, emploi, statut social ». Revue Tiers-Monde, Tome XXXVI – n° 143, juill.-sept. 1995, p. 510).

59 Pour cette génération qui était en France dans les années 1960 et 1970, il s’agissait réellement d’un choix. La quasi-totalité des scientifiques interviewés étaient, en fin d’études, en position d’obtenir un poste dans l’Université française ou dans un établissement public de recherche.

60 Zghal R., « Science, technologie et société », in : Science, technologie et croissance au Maghreb, (sous la dir. de A. Djeflat et R. Zghal), Sfax, Maison d’édition Biruni (série Maghtech), 1995, p. 15.

61 Gaillard J., « La naissance difficile des communautés scientifiques », in : La quête incertaine, Paris, Económica, 1994, p. 222-223.

62 De l’aveu de l’organisateur de la manifestation, qui ne se déclare pas prêt à recommencer l’expérience et qui ne manque pas de faire le lien entre son « activisme » et le fait que l’association qu’il préside se voit refuser depuis quatre ans (sans motifs) le visa du ministère de l’Intérieur pour la création d’une revue de physique (Entretien avec l’auteur, mai 1996).

63 Outre la coopération interétatique gérée par le Service Culturel de l’Ambassade de France et les bureaux du CNRS et de l’ORSTOM présents à Tunis, d’autres organismes de recherche français procèdent à des opérations régulières (INSERM) ou ponctuelles (IFREMER, CNES, INRIA…).

64 En 1994-95, 75 bourses du gouvernement tunisien (2 300 FF/mois) étaient accordées pour la France à des titulaires de maîtrises et 50 à des bacheliers admis en classes préparatoires. La même année, 290 bourses de coopération (4 300 FF/mois) devaient permettre à d’anciens boursiers tunisiens de continuer leur formation.

65 Cette situation est régulièrement dénoncée par les services de l'Ambassade de France à Tunis chargés de la coopération scientifique qui revendiquent un rôle de « coordination infra-étatiques de la coopération scientifique désireux de mettre en œuvre leur propre recherche français ont leurs propres services dits de « Relations internationales » – et non de coopération-). De ce point de vue, le domaine de la coopération scientifique internationale Marie-Claude Smouts relatives à la perte de souveraineté des États dans les relations internationales et à l'instauration d'une dualité de l'ordre international dans laquelle les acteurs non-étatiques (ou ici, infra-étatiques) concurrencent de plus en plus le monopole étatique d'accès aux relations internationales (cf. BADIE B. et SMOUTS M-C, Le retournement du monde. Sociologie de la scène internationale, Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques / Dalloz, 1992).

66 La force – qui n’est parfois plus qu’imaginaire – de ce lien est illustrée par de multiples détails comparables à ceux que l’on peut observer chez les returnees des États-Unis. Ainsi, tel professeur de chimie porte-t-il encore aujourd’hui une blouse marquée du sigle du laboratoire CNRS qui l’a formé il y a une vingtaine d’années.

67 En 1981 avait été lancée une Revue de la Faculté des Sciences de Tunis, publication annuelle ouverte à toutes les disciplines scientifiques, qui ne semble pas avoir survécu aux années 1980.

68 Sorte d’intra-net propre au SERST, ce réseau a été développé et géré par l’IRSIT du fait de ses compétences en la matière. Répondant à la question étonnée du pourquoi de la non inclusion de l’Université dans ce réseau censément national, l’un des responsables de l’IRSIT répondra : « L’Université, ça n’est pas notre problème ! » (Entretien avec l’auteur, mai 1996).

69 « Création du réseau national universitaire de recherche scientifique », Le Temps, 18/07/1996.

70 Loi n° 96-6 du 31 janvier 1996 et décrets 97-938 à 942 du 19 mai 1997.

71 Cette éventuelle fonction symbolique d’une politique publique n’est pas pour autant propre aux politiques scientifiques. Comme le rappelle Jean-Claude Thoenig, « Certaines politiques ne débouchent en apparence sur rien, elles se perdent dans la masse des textes oubliés ou des déclarations sans lendemain. Faut-il pour autant systématiquement les écarter de l’analyse ? Non, ne serait-ce que parce qu’elles sont susceptibles de remplir une fonction « symbolique » : si l’important est de prendre la décision et non de l’appliquer, c’est parce que l’effet d’annonce qui est recherché est par lui-même une modification, par exemple à travers l’image que l’opinion publique peut avoir du décideur comme actif et volontariste, même si les « résultats » ne suivent pas. Les perceptions sont un fait politique aussi important que d’autres facteurs plus tangibles. » Thoenig J-C, « L’analyse des politiques publiques », in : Traité de Science Politique (vol. 4), (sous la dir. de Madeleine Grawitz et Jean Leca), Paris, PUF, 1985, p. 30.

72 « Consciente de l’importance de la recherche scientifique qui s’est érigée en ressource politique de valeur majeure dans la réussite de tout projet de développement, la Tunisie moderne est convaincue que l’avenir appartient à la science et à la technologie » (« La valeur suprême », Le Renouveau, 21/04/1991). Ce type de formule contient une ambiguïté. La notion de « ressource politique majeure » peut s’interpréter à deux niveaux : ressource pour une politique donnée, ou ressource pour le politique (en tant que domaine d’activités).

73 « La valeur suprême », Le Renouveau, 21/04/1991.

74 « La création d’un secrétariat d’État chargé exclusivement du secteur [de la recherche scientifique] participe également de la volonté de mettre fin à la désorganisation et au manque de coordination ayant jusqu’ici caractérisé les interventions des différentes institutions opérant dans le domaine de la recherche scientifique », Le Renouveau, 21/04/1991. La nécessité de rupture avec un « avant » se traduit par une insistance répétée sur le fait que c’est « pour la première fois de son histoire [que] la Tunisie se dote d’un plan d’action bien articulé en matière de recherche scientifique » (« Recherche scientifique-Plan national d’action », La Presse, 24/04/1991).

75 Nous soulignons partout, sauf « démarche rationnelle » (14/10/95) et « compétitive » (28/10/95), déjà en gras dans le texte original.

76 Interview de Hédi M’Henni, secrétaire d’État à La Presse, 22/07/1991 (nous soulignons).

77 Cf. Camau M., « D’une République à l’autre. Refondation politique et aléas de la transition libérale », Monde arabe Maghreb Machrek, n° 157, juill-sept. 1997, p. 11.

78 « Un geste significatif », Éditorial de La Presse, 27/01/1993.

79 Prestige et fonction de « vitrine » dont les acteurs ont dans une certaine mesure conscience. De façon symptomatique, l’ancien directeur-fondateur de l’Institut et le responsable de l’un des départements feront spontanément des emprunts au vocabulaire du luxe pour décrire l’institution au cours d’entretiens. Le premier la comparant à une « Rolls-Royce », le second faisant un parallèle entre l’IRSIT – institution modèle – et le top-model Cindy Crawford. (Entretiens avec l’auteur, nov. et mai 1996).

80 Dans une assez longue liste d’articles consacrés à un programme encore relativement modeste, cf. par exemple « La Tunisie part à la conquête de l’espace », Le Temps, 7/01/1993 : « La Tunisie part ainsi à la conquête de l’espace et des sciences et techniques spatiales demeurées jusqu’à ces dix dernières années le domaine réservé de quelques nations riches et puissantes ».

81 Comme s’en félicite le Renouveau, « au plan extérieur, les témoignages et les éloges pour l’expérience tunisienne – ce n’est pas exagéré – ne se comptent plus ». Le Renouveau, 9/06/1994.

82 « Environnement. La Tunisie, centre de rayonnement international », Le Temps, 9/06/1994.

83 Éditorial de La Presse du 6/06/1996. Voir aussi pages 1 et 5 du même numéro. Ce centre, comme l’IRSIT à l’origine, affiche en effet une vocation à faire de la Tunisie un « relais » des hautes technologies occidentales vers les pays du Tiers-Monde.

84 « Science et développement », Le Renouveau, 2/02/1994.

85 Tendance qu’est encore venue accentuer la signature, le 17 juillet 1995, d’un accord bilatéral Tunisie-CEE prévoyant l’instauration progressive (en trois périodes étalées sur douze ans) d’une zone de libre-échange.

86 Rouban L., L’État et la science, Paris, Éd. du CNRS, 1987, p. 48.

87 Entre des centaines d’exemples, familiers aux lecteurs de la presse tunisienne : « L’Ère Nouvelle [l’une des appellations officielles du régime instauré en novembre 1987] s’est imposée une sorte de contrat de progrès qu’elle entend remplir avec toute la responsabilité et le sérieux requis : d’ici à l’an 2010, notre pays doit investir la sphère des nations avancées. » (Éditorial de La Presse, 6/11/94).

88 Dispositif dont l’un des principaux volets est la réforme du système éducatif confiée à Mohamed Charfi et évoquée plus haut.

89 Et l’attaque, le 17 février 1991, contre les locaux d’un siège du RCD à Bab Souiqa (attribuée à des militants du mouvement islamiste En-nahdha) au cours de laquelle un gardien est tué.

90 « Science et conscience », Éditorial du Renouveau, 29/06/1991.

91 La Presse, 3/11/1994.

92 Ce que les observateurs de la vie politique tunisienne avaient de longue date signalé, cf. Ben Dhiaf I., « Chronique politique tunisienne », Annuaire de l’Afrique du Nord 1979, Paris, Éditions du CNRS, 1981, p. 572.

93 Charfi F., « Les islamistes et la science », Alliage, n° 22, 1995. Ce texte a également été publié dans une version plus courte et un peu différente par le quotidien français Libération (9/08/1994) sous le titre « Les islamistes amputent la science ».

94 L’exemple classique évoqué dans cet article (vérité ou rumeur ?) étant l’utilisation d’un rayon laser par les islamistes algériens pour inscrire le nom de Dieu dans le ciel lors d’une manifestation. Plus généralement attestée, l’utilisation massive des cassettes audio pour diffuser les prêches des imams les plus célèbres.

95 En réalité, le projet d’implantation d’une Cité des Sciences à Tunis est antérieur à l’arrivée au pouvoir du président Ben Ali, comme en témoigne quelques articles de journaux consacrés à des visites d’experts chargés de réfléchir à l’opération (notamment Michel Hulin, physicien et ancien directeur du Palais de la Découverte à Paris). Cf. « La Cité Bourguiba des sciences et de la technologie prochainement à Tunis », La Presse du Soir, 4/11/1987.

96 Loi 92-118 du 7/12/1992.

97 Guellali T., « La Cité des Sciences à Tunis », Alliage, 24-25, automne-hiver 1995, p. 249

98 Idem, p. 251.

99 Idem, p. 250.

100 Ben Dhia H., « Place de la culture dans la formation des jeunes ingénieurs », Al Madar, Revue de la Cité des Sciences de Tunis, n° 6, 1995.

101 Discours prononcé au palais de Carthage, le 17 juillet 1996, à l’occasion de la Journée du Savoir, La Presse, 18/07/1996.

102 « Une cité, un symbole… », Éditorial de La Presse, 2/12/1992.

103 Vision qui transparaissait parfois dans les diatribes le plus violentes de Bourguiba contre les « mentalités archaïques » héritées d’une longue période de « décadence ».

104 Burgat F., L’islamisme au Maghreb. La voix du Sud, Paris, Karthala, 1988, p. 264. Parmi les nombreuses mesures symboliques énumérées par l’auteur, le « Bismillah qui ouvre désormais chaque intervention publique du président et des sourates coraniques qui, souvent, la clôturent », une plus grande présence des manifestations religieuses dans les médias avec une insistance particulière sur la participation du président, etc.. Sur la « revalorisation islamique » du nouveau régime, voir aussi Fregosi F., « Les rapports entre l’islam et l’État en Algérie et en Tunisie : de leur revalorisation à leur contestation », in : L’Etat de droit dans le monde arabe, (sous la dir. de Ahmed Mahiou), Étude de l’Annuaire de l’Afrique du Nord, Paris, CNRS Éditions, 1997, p. 112.

105 « La science à la portée de la jeunesse », La Presse, 21/03/1996. Et l’auteur de l’article ajoute : « Sept siècles plus tard, le président Ben Ali en a fait un lieu où se donne à lire l’universalité de la science associée à l’exploration de la mémoire de son propre passé ». Toujours du point de vue de la symbolique de l’espace, notons que la Cité est également située dans un angle formé par le Bd du 7 novembre (date du « Changement » de régime) et l’avenue Charles Nicolle (éminent médecin, Prix Nobel 1928 et directeur pendant 30 ans de l’Institut Pasteur de Tunis).

106 Camau M., « D’une République à l’autre. Refondation politique et aléas de la transition libérale », Monde arabe Maghreb Machrek, n° 157, juill-sept. 1997, p. 4.

107 Cité par Ben Achour R., « L’État de droit en Tunisie », in : L’État de droit dans le monde arabe, op. cit., p. 247.

108 Dans les premiers mois suivant le changement de régime, l’abolition de la Cour de sûreté de l’État, création d’un Conseil constitutionnel, garanties quant aux conditions de détention, libération d’un grand nombre de prisonniers politiques et levées des poursuites à rencontre de militants des droits de l’homme…

109 « Recherche scientifique : Le savoir, pilier du changement », Le Renouveau, 2/11/1991.

110 « Une voie pour l’avenir », Le Renouveau, 26/07/1991.

111 Cf. « Un programme pratique pour la relance de la recherche scientifique », Le Renouveau, 30/07/1991.

112 « Recherche scientifique : Une semaine, un tournant », La Presse, 16/03/1992.

113 Camau M., « D’une République à l’autre… », op. cit., p. 11.

114 Posé en 1991 par la Commission de la technologie et de la Recherche scientifique pour la préparation du VIIIe plan, ce diagnostic devait être repris dans le texte du plan lui-même qui incrimine « la protection excessive de l’industrie locale pratiquée jusqu’au milieu des années 1980 ». VIIIe Plan de développement (1992-1996), Contenu global. Chapitre technologie et Recherche scientifique, p. 150.

115 « Un programme pratique pour la relance de la recherche scientifique », Le Renouveau, 30/07/1991.

116 Camau M., « D’une République à l’autre… », op. cit., p. 15.

Notes de fin

1 en millions de dinars (1 DT = 1 USD)

Table des illustrations

Titre Tableau 8 : L’effort global de l’État envers la recherche : structure et évolution de la participation de l’État à la recherche-développement (1992-1995)1
Légende Source : Secrétariat d’État à la Recherche scientifique et à la technologie. Tunis.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/535/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Tableau 9 : Répartition des crédits « Programmes de recherche » par source de financement et par bénéficiaire (année 1994, milliers de DT)
Légende Source : secrétariat à la Recherche scientifique et à la technologie. Tunis.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/535/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Tableau 10 : Nombre de projets et de chercheurs mobilisés par grandes catégories de destinataire de la recherche
Légende Note 78Source : Institut Régional des Sciences Informatiques et des Télécommunications
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/535/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Tableau 11 : Données sectorielles sur l’industrie tunisienne (chiffres 1994)
Légende Note 1414Source : SERST
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/535/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Graphique 8 : Répartition par ville des équipes de recherche recensées. Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche dcientifique (1994)
Légende Source : Direction Générale de la Recherche scientifique et technique
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/535/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Tableau 12 : Répartition par discipline des équipes et des chercheurs déclarés
Légende Source : Direction Générale de la Recherche scientifique et technique
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/535/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Tableau 13 : Nombre d’équipes de recherche suivant leur taille et leur répartition géographique
Légende Source : Direction Générale de la Recherche scientifique et technique
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/535/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Tableau 14 : Nombre de femmes responsables d’équipes de recherche par ville et discipline
Légende Source : Direction Générale de la Recherche scientifique et technique
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/535/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Tableau 15 : Nombre de programmes de recherche universitaires par discipline et source de financement (année 1994)
Légende Source : Direction Générale de la Recherche scientifique et technique
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/535/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Tableau 16 : Nbre d’équipes bénéficiant simultanément de financements DGRST et SERST (1994)
Légende Source : Direction Générale de la Recherche scientifique et technique
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/535/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Tableau 17 : Nombre de programmes de recherche universitaires tunisiens financés par la coopération française, (Année 1994, hors recherche agricole)
Légende Sources : Direction Générale de la Recherche scientifique et technique. Service culturel de l’Ambassade de France à Tunis. Bureau du CNRS à Tunis.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/535/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 82k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540