Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Science et pouvoir dans la Tunisie contemporaine

 | 
François Siino

Quatrième partie. Science et pouvoir entre marginalisation et fusion avec l'appareil d'état (1987-1996)

9. La transition : vers un retour du politique dans la science (1989-1991)

Texte intégral

ÉDUCATION, UNIVERSITÉ ET RECHERCHE : LES RÉAJUSTEMENTS DE L’APRÈS-BOURGUIBA

  • 1 Selon l’expression de François Burgat (cf. L’islamisme au Maghreb. La voix du Sud, Paris, Karthala (...)

1À partir de 1989, le régime mis en place par le président Ben Ali paraît durablement stabilisé. Fort d’une reconnaissance quasi unanime de la communauté internationale, soulagée de la souplesse de la transition post-bourguibienne, il jouit également d’un « état de grâce », que lui valent autant la volonté dont il est crédité de répondre aux revendications démocratiques, que sa tentative de résoudre « l’équation islamiste »1 avec une relative mansuétude.

2C’est à ce moment que recommence à se manifester de façon visible une volonté d’agir sur le système éducatif tunisien, un désir de « reprise en main » qui s’exprime dans un premier temps sur le dispositif scolaire.

La reprise en main du système éducatif

  • 2 Adda S., « Enjeux : le possible et le probable », in : Tunisie au présent. Une modernité au dessus (...)

3Dans un texte composé quelques jours après la mise à l’écart du président Bourguiba et la prise du pouvoir par Zine El Abidine Ben Ali, l’économiste Serge Adda écrivait : « Il est fort probable que de larges fractions de l’intelligentsia qui, du vivant politique de Bourguiba, n’ont pas adhéré au Destour et ont même connu les geôles du régime se mueront en porteurs de « l’héritage moderniste » de Bourguiba »2.

  • 3 Mohamed Charfi n’est pas le seul ministre ayant eu d’importantes responsabilités dans la Ligue Tun (...)

4Moins d’un an et demi plus tard, la validité de cette hypothèse est illustrée par la nomination de Mohamed Charfi au poste de ministre de l’Éducation, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. Bien que n’appartenant à aucune formation politique, ce juriste universitaire reconnu a un passé d’opposant au régime bourguibien. Mêlé à la contestation d’extrême gauche, il a connu la prison à la fin des années 1960, et en 1976 il est l’un des membres fondateurs de la Ligue Tunisienne des Droits de l’Homme. Devenu président de cette dernière en août 1988, il est également un adversaire déclaré de la mouvance islamiste. Ce profil, par certains côtés peu orthodoxe aux yeux de l’appareil du parti au pouvoir, correspond néanmoins au désir « d’ouverture » manifesté par le président Ben Ali3.

  • 4 « L’affaire a pour fondement le système d’éducation mis en place pendant plus de dix ans par M’Zal (...)
  • 5 Un journaliste attribue à Mohamed Charfi l’expression selon laquelle « un élève qui a lu Voltaire (...)

5Mais surtout, Mohamed Charfi est chargé d’une mission précise. Il doit porter dans le champ culturel la lutte encore feutrée qui oppose le nouveau régime aux militants islamistes autour de la question de la reconnaissance officielle de leur parti. La mise en œuvre d’une telle stratégie part de l’analyse – assez largement partagée – que les politiques éducatives mises en œuvre pendant les années 1970, en cherchant à combattre l’idéologie marxiste, ont favorisé le développement et la propagation des idées islamistes4. En commençant par la base, c’est-à-dire par le cycle primaire, il s’agit donc d’assécher à la source la diffusion des idées et des valeurs censées alimenter la montée en puissance de cette idéologie, et pour cela, de réformer en profondeur les méthodes et le contenu des enseignements. Dès la rentrée 1989, une réforme des manuels (au premier chef, ceux d’instruction religieuse) et une refonte des programmes sont engagées, ainsi que le recyclage des enseignants. Une place plus importante est redonnée à l’apprentissage du français et l’on réintroduit l’étude de textes de penseurs rationalistes arabes et européens5.

  • 6 Le Monde, 5 octobre 1989.
  • 7 Le cadre juridique en sera défini par la loi du 29 juillet 1991 qui abroge celle du 4 novembre 195 (...)

6Ce début de réforme se heurte très rapidement à l’hostilité de la principale formation islamiste, En-Nahda, dont le secrétaire général, l’avocat Abdelfatah Mourou, dénonce « la guerre contre l’islam et ses valeurs, que Mohamed Charfi a menée depuis le début de cette année scolaire et qui consacre l’aliénation de la société tunisienne, la perte de ses valeurs religieuses et sa laïcisation »6. Mohamed Charfi reçoit le soutien sans faille du chef de l’État et du gouvernement, ce qui lui permettra de poursuivre la réforme entreprise7. Cette première polémique violente entre un membre du gouvernement et l’opposition islamiste préfigure le durcissement de la confrontation qui va avoir lieu en 1990 et 1991, après deux ans d’un relatif « état de grâce ».

La recherche universitaire en liberté provisoire : la Fondation Nationale de la Recherche scientifique

  • 8 Au lendemain de la discussion et de l’adoption de la loi par la chambre de députés, la presse comm (...)

7Du fait de la polémique et de la mobilisation déclenchées autour du projet de réforme de l’éducation, c’est dans une relative indifférence qu’est créée, en juillet 1989, une Fondation Nationale de la Recherche scientifique8. S’il est certainement vécu par un certain nombre d’universitaires comme une « revanche » sur la politique de recherche programmée et finalisée des années 1980, cet épisode institutionnel peut difficilement être considéré comme son pendant. Tout d’abord en raison de sa brièveté, puisque la nouvelle institution ne fonctionnera réellement que pendant deux ans. Ensuite, parce que cette réorganisation n’entraîne pas de bouleversement des structures, pas plus qu’elle ne suscite une mobilisation d’hommes et de moyens comparable à celle des années 1980.

8Il faut néanmoins rappeler cet épisode, car il conditionne dans une certaine mesure l’émergence de la configuration nouvelle que connaîtra la recherche tunisienne à partir de 1991-1992.

La préparation du terrain

9Cette naissance institutionnelle, peu médiatisée, n’est cependant pas due au hasard ou à l’improvisation. Elle a été préparée par une série de facteurs, pendant presque deux années de vide institutionnel relatif.

  • 9 Cf. en particulier les interviews ou articles de Tahar Gallali, « La recherche scientifique seule (...)

10C’est en premier lieu, l’expression répétée dans la presse de points de vue d’universitaires qui expriment leur désenchantement quant à la situation de la recherche scientifique dans le pays9. « La recherche – disent-ils – a été certes prônée chez nous dans les discours, mais elle a été marginalisée dans les faits ». Ils stigmatisent l’absence de volonté politique, de moyens et de structures, les visions « parcellaires » voire « sectaires » de la science et s’insurgent contre l’idée que la recherche scientifique pourrait être « un luxe de pays nantis » et que les pays du sud devraient se contenter de miser sur « le transfert et la maîtrise de la technologie ».

  • 10 Cf. Compte rendu dans Le Temps du 11/3/1988.
  • 11 L’Université, enjeux et choix, Colloque des 3, 4 et 5 mars 1988, organisé par le Syndicat National (...)
  • 12 Op. cit., p. 15 et 16.

11Ces considérations générales sont reprises de façon beaucoup plus précise et systématique par les organisations syndicales de l’Enseignement supérieur qui entament une évaluation critique des expériences précédentes en matière de politique scientifique. Le colloque du Syndicat National de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique tenu au début du mois de mars 198810 souligne l’échec de la politique suivie depuis 1978, échec dont la responsabilité est rejetée sur les autorités de tutelle de l’époque. Le texte issu de cette rencontre11 dénonce la création de structures lourdes et inefficaces, une politique de prestige improvisée en l’absence d’études préalables et surtout de concertation avec les chercheurs. Selon l’organisation syndicale, les conséquences de cette politique sont sévères : « la marginalisation et l’étouffement de la recherche académique (recherche pour le développement de la connaissance, de l’enseignement et pour la formation) et la réduction de son budget au minimum ; le culte de la recherche technologique, qui se réduit dans la plupart des cas à un médiocre transfert de technologie ; le gaspillage et l’éparpillement des moyens humains et matériels et la perte d’un temps précieux pour le développement de la recherche ; le sentiment de découragement, de lassitude et de désintéressement créé chez les chercheurs ; la culpabilisation de l’université [qui] est devenue, au niveau de l’opinion générale, une institution qui ne remplit pas son rôle et reste coupée de son environnement »12.

  • 13 Le document signé par Brahim Baccar (par ailleurs professeur de chimie à la faculté des Sciences d (...)
  • 14 Le site de Borj Cedria, région littorale non urbanisée à l’entrée du Cap Bon, caractérisé selon le (...)

12Enfin, c’est au tour du directeur de la Recherche scientifique et technique au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique de dresser un bilan documenté et sans complaisance13 de la décennie 1980. Celui-ci ne manque pas de reprendre systématiquement les critiques formulées au cours des années précédentes par les universitaires à rencontre des Programmes Nationaux de Recherche et de l’institution chargée de les mettre en œuvre, l’Institut National de la Recherche scientifique et technique. Aux premiers, il reproche le manque de réflexion préalable, l’opacité de la mise en place, la non participation des industriels, la dispersion des sujets de recherche et – paradoxalement –leur caractère trop fondamental ; au second, un mauvais choix d’implantation14, l’éloignement de l’Université, le coût excessivement élevé pour un rendement modeste, voire le non fonctionnement de certains centres, l’enfermement de l’institution sur elle-même, etc.

  • 15 Op. cit., p. 17.
  • 16 Op. cit., p. 17.
  • 17 Op. cit., p. 18.

13En ce début d’année 1989, le directeur de la Recherche propose un remaniement structurel de nature à « faire de la recherche un outil efficace au service du développement économique, social et culturel du pays »15. En premier lieu, il souligne la nécessité d’une structure interministérielle rattachée au premier ministère (un Conseil National de la Recherche scientifique et technique) seul à même de surmonter « la multiplicité des tutelles des organismes de recherche, le cloisonnement entre institutions et équipes de recherche ainsi que le gaspillage des faibles moyens affectés à ce secteur »16. Cette proposition n’a rien de novateur, comme le constate lui-même l’auteur du rapport, puisqu’il s’agit là d’une « recommandation maintes fois exprimée lors de séminaires et de journées d’étude consacrés à la recherche »17, quoique jamais concrétisée.

  • 18 Op. cit., p. 18.

14Plus originale, en revanche, est la proposition de créer une Fondation Nationale pour la Promotion de la Recherche dont l’objectif serait de « promouvoir et soutenir la recherche-développement dans tous les secteurs, faciliter la gestion des crédits de la recherche et encourager le transfert des résultats vers les systèmes productifs […] et œuvrer au développement de la collaboration entre l’Université et l’industrie »18. L’innovation la plus remarquable réside dans l’intention de doter cette Fondation d’un statut d’Établissement Public à caractère Industriel et Commercial (EPIC) et non d’Établissement public à caractère administratif. Munie d’un statut (encore jamais conféré à un organisme de ce genre) qui emprunte plusieurs caractéristiques de l’entreprise privée, la Fondation envisagée serait à même de gérer avec souplesse et rapidité les moyens financiers et humains consacrés à la recherche scientifique.

Dispositions officielles et buts réels

  • 19 Par la loi n° 89-70 du 28/07/1989, relative à l’Enseignement supérieur et à la recherche scientifi (...)

15Lors de sa création, le 28 juillet 198919, la Fondation Nationale de la Recherche scientifique (FNRS) semble pouvoir donner corps à l’essentiel de ces projets, grâce à un travail de préparation préalable dû en grande partie à son futur directeur, le physicien Ali El Hili. La nouvelle institution est officiellement chargée de « promouvoir la recherche scientifique en lui accordant une place privilégiée dans les établissements universitaires », de « participer à la définition de la politique nationale de la recherche scientifique », « d’établir des conventions avec les établissements universitaires ou les organismes publics et privés pour l’accomplissement de prestations en matière de recherche », de « suivre la réalisation des activités de recherche qu’elle finance », d’en « assurer la coordination » et de « procéder à l’évaluation des dites activités ». Par ailleurs, elle est également responsable de « l’application et la valorisation des résultats de la recherche » ainsi que de la « publication et de la diffusion des travaux scientifiques ».

16Le statut d’Établissement Public à caractère Industriel et Commercial – qui lui est effectivement accordé (art. 21) – ouvre à la FNRS une marge de manœuvre jusque-là inconnue. Bien qu’elle reste nominalement soumise à la tutelle du ministère de l’Éducation Nationale, elle est placée sous la responsabilité d’un directeur général et théoriquement dotée de deux instances indépendantes, que sont un Conseil supérieur et un Conseil d’administration.

17Ce statut particulier lui permet de signer des contrats et accords avec d’autres institutions ou avec des organismes étrangers, de collecter librement des dons, de vendre ses services ou ses productions et d’en tirer des bénéfices. Mais surtout, il l’autorise à disposer de façon indépendante, de ses moyens financiers en évitant les redoutables procédures adminitratives de gestion, de commande et d’entretien des équipements.

  • 20 La Fondation Nationale de la Recherche scientifique (FNRS), Texte polycopié non daté (probablement (...)

18Au service de quels objectifs précis cette construction institutionnelle novatrice doit-elle être mise ? Plus clairement que dans les dispositions officielles du texte de loi, le rôle que les promoteurs de la nouvelle Fondation entendent lui faire jouer est explicité dans un texte interne de présentation20 et dans quelques interviews accordés à la presse par le directeur général, le physicien Ali El Hili, nommé directeur général de la FNRS par un décret du 13 septembre 1989.

  • 21 La Fondation Nationale de la Recherche scientifique, op. cit., p. 2.
  • 22 « Fondation Nationale de la Recherche scientifique. Un instrument de coordination de la recherche (...)

19Sa fonction de coordination à l’échelle nationale, tout d’abord, est régulièrement réaffirmée. Elle est censée être assumée par « un conseil supérieur présidé par le premier ministre et comprenant tous les ministres ayant sous leur tutelle des établissements d’enseignement supérieur ou de recherche scientifique »21. Sur cette capacité à susciter la collaboration entre chercheurs relevant de ministères différents, le directeur général laisse cependant apparaître quelques doutes, notant que cela « ne manquera pas de soulever quelques problèmes »22, ce en quoi, on le verra, l’avenir lui donnera raison.

20Mais le plus important n’est sans doute pas là. C’est la souplesse et l’indépendance financière qui constituent la principale raison d’être de la Fondation. Ceci s’explique, bien sûr, par la volonté des chercheurs universitaires de s’affranchir des pesantes contraintes administratives auxquelles sont soumis les programmes de recherche. Cette volonté est d’autant plus affirmée qu’une telle souplesse financière a déjà été expérimentée, quoique de façon tout à fait clandestine et illégale. Entre 1979 et 1986, sur la base d’un accord tacite entre le doyen de la Faculté des Sciences de Tunis et ses autorités de tutelle, des comptes en banque avaient été ouverts à titre privé, permettant de contourner le labyrinthe de la gestion universitaire des programmes de recherche. Le doyen de l’époque, ordonnateur de ces comptes, n’était autre que… le nouveau président de la Fondation nationale de la recherche.

21Ainsi, avec la FNRS, on assiste à une tentative d’institutionnaliser un mode de fonctionnement dissociant le plus possible la gestion de la recherche scientifique du mode de gestion classique de l’administration, lui reconnaissant par là une spécificité irréductible, celle des contraintes propres à la pratique scientifique. Cette pratique scientifique, c’est avant tout celle des universitaires qui estiment avoir été lésés pendant des années par les orientations « finalisées » et « programmées » de la décennie 1980. Le texte de loi prévoit pour la recherche scientifique « une place privilégiée dans les établissements universitaires » (art. 22). Les promoteurs de la FNRS « enfoncent le clou » en affirmant sans équivoque leurs priorités : « la recherche scientifique est une : elle est d’abord fondamentale pour déboucher ensuite sur des applications ». Certes, l’idée que la recherche puisse se mettre au service de causes « nationales » n’est pas totalement absente, et l’on parle même de réanimer l’ancienne formule des Programmes Nationaux de Recherche suspendus depuis 1986, à la condition que ceux-ci ne fassent pas « double emploi avec des laboratoires universitaires déjà existants ». Les visées de ces programmes sont cependant transformées comme en témoigne la première proposition de la FNRS : un programme multidisciplinaire de « sauvegarde du lac d’Ichkeul ». Tel que décrit, ce projet consiste en une vaste entreprise de connaissance écologique s’intéressant à la flore et à la faune terrestre et marine, à la géologie, à l’hydrologie… On mesure à quel point ce projet (destiné à assurer la connaissance et la protection d’un écosystème effectivement rare, précieux et fragile) est éloigné dans ses motivations des programmes des années 1980, qui visaient, quant à eux, un accroissement à court terme de la rentabilité du système économique et industriel national.

  • 23 « Après la création de la Fondation Nationale de recherches scientifiques, un grand vide est combl (...)
  • 24 Idem.
  • 25 Sur ce point, plusieurs propositions inspirées d’exemples étrangers sont émises : taxe sur certain (...)

22Par ailleurs, la Fondation Nationale de la Recherche scientifique ne se veut pas une « tutelle comme les autres ». Elle n’a pas vocation à gérer les hommes et les équipes. Comme le rappelle son directeur général, « il appartient aux établissements supérieurs de recherche scientifique de gérer les laboratoires et les chercheurs »23. La FNRS, elle « se charge de leur fournir les moyens matériels »24. Elle est avant tout conçue comme un outil performant au service de la recherche universitaire, capable de concentrer les crédits (tunisiens ou étrangers) destinés à la recherche, à en accroître le volume25 et à les redistribuer le plus rapidement et le plus efficacement possible. Bien entendu, elle se veut également garante de la haute valeur scientifique des actions conduites et de la production qui en résulte.

Une efficacité appréciée

23En l’absence de traces écrites accessibles des activités de la Fondation Nationale de la Recherche scientifique pendant ses deux années de fonctionnement, il est impossible d’avancer un bilan quantitatif de son action. On peut toutefois supposer avec quelques raisons que le but fixé par ses promoteurs, à savoir créer un outil de gestion performant au service de la recherche universitaire, est atteint en grande partie.

24Selon de multiples témoignages d’enseignants-chercheurs, les délais nécessaires à l’obtention de matériel commandé dans le cadre de contrats de recherche passent d’un délai compris auparavant entre un et deux ans à deux mois et demi (en moyenne). Les ordres de mission nécessaires pour se rendre à l’étranger deviennent délivrables instantanément, alors qu’ils nécessitaient auparavant une demi-douzaine de signatures, ce qui confère une grande souplesse aux échanges avec les laboratoires étrangers. Le nouveau mode de gestion des financements permet des rééquilibrages en faveur de programmes dont le coût avait initialement été sous-estimé, ce qui, dans le fonctionnement antérieur était souvent source de blocages et de non réalisation des travaux de recherche prévus. Enfin, la possibilité de reconduire les crédits d’une année sur l’autre facilite également les publications ; en deux ans, une quinzaine d’ouvrages scientifiques sont mis à la disposition du public ou en préparation.

  • 26 Extrait d’un article de Abdelaziz Kamoun et Abdelkader Ayadi, professeurs à la faculté des Science (...)
  • 27 A. Kamoun et A. Ayadi, op. cit.

25Ce mode de fonctionnement ne manque pas de procurer une grande satisfaction aux universitaires, du moins à ceux qui sont impliqués dans des programmes de recherche, qu’ils soient réalisés sur la base de financements tunisiens ou étrangers. L’attachement à la nouvelle institution n’apparaîtra jamais aussi explicitement que lorsque se profilera la perspective de sa disparition. Plusieurs enseignants-chercheurs s’exprimeront alors dans la presse – chose plutôt inhabituelle – pour plaider ardemment en faveur de son maintien, « eu égard à son aptitude à répondre aux besoins des chercheurs universitaires qui constituent à eux seuls autour de 90 % de l’effectif total consacré à la recherche »26. Ils soulignent « la brièveté des délais pour l’acquisition de matériel à l’étranger, la facilité de souscription de contrats avec des partenaires extra-universitaires, la possibilité d’éviter de recourir à des fonds de concours »27, mais aussi la valorisation de leurs travaux par la publication et enfin, le début d’une reconnaissance de la FNRS auprès des partenaires internationaux. Cette gratitude publiquement exprimée n’empêchera pas toutefois la mise en sommeil de la Fondation Nationale de la Recherche scientifique dès la fin de l’année 1991.

L’ÉCHEC DE LA FONDATION NATIONALE DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE : VERS UN « RÉVEIL » DU POLITIQUE ?

Le vide juridique

  • 28 « Fondation Nationale de la Recherche scientifique. Un instrument de coordination de la recherche (...)

26L’échec de la Fondation Nationale de la Recherche scientifique est avant tout celui de son institutionnalisation. Le souhait émis par son directeur général « d’asseoir la Fondation sur une assise juridique solide en préparant l’application d’un certain nombre de décrets prévus par la loi »28 ne sera jamais exaucé, et pendant ses deux années d’existence réelle, l’institution fonctionnera dans un vide juridique à peu près total.

27Le Conseil supérieur devant être présidé par le premier ministre ne sera jamais créé, ce qui rendra impossible la mission d’impulsion et de coordination interministérielle prévue pour la FNRS. De même que ne sera jamais mis en place le Conseil d’Administration, véritable instance décisionnelle et gestionnaire, qui aurait dû associer aux représentants de l’université les différents secteurs de l’économie nationale intéressés par la recherche. Enfin, aucun « conseil scientifique » doté de « commissions sectorielles » visibles ne viendra jouer le rôle d’instance de sélection des projets de recherche et de structure d’évaluation a posteriori des résultats des travaux financés par la Fondation. Seule, la réputation d’intégrité personnelle et de dévouement à la cause de la recherche scientifique et de l’Université, unanimement reconnue à son directeur général – réputation qui lui avait permis, une dizaine d’années auparavant, de voir tolérées des pratiques illégales –, rendra possible deux années de fonctionnement. Si la gestion de la recherche universitaire n’est plus clandestine, elle n’en reste pas moins figée dans un état « pré-institutionnel », sorte de limbes administratives dont elle ne sortira jamais.

L’institutionnalisation bloquée

  • 29 Décret du 30 juillet 1990. L’argument officiel de la création de cette institution (qui ne jouit p (...)

28Plusieurs éléments d’explication du blocage des décrets d’application de la loi de juillet 1989 peuvent être avancés. On peut évoquer en premier lieu le peu d’empressement, voire la mauvaise volonté des autres départements ministériels devant la perspective qu’une institution, nominalement placée sous la tutelle du MESRS, se voie conférer les moyens de venir s’ingérer dans le fonctionnement de leurs institutions de recherche. C’est notoirement le cas du ministère de l’Agriculture, traditionnellement jaloux de son indépendance en matière d’enseignement et de recherche. Cette méfiance explique en partie que, dans la première année de fonctionnement de la FNRS, le ministère de l’Agriculture se soit doté d’un Institut de la Recherche et de l’Enseignement supérieur et agricole (IRESA), doté d’une mission comparable à celle de la Fondation pour le secteur agricole29.

  • 30 « La disparition de la Fondation : une revanche de la routine administrative », Texte de A. El Hil (...)
  • 31 Idem.

29Une deuxième explication, mise en avant par le directeur général de la FNRS, est celle d’une « revanche de la routine administrative »30, c’est-à-dire, celle d’une administration d’État (et surtout le ministère des Finances) voyant d’un mauvais œil une institution échapper à son contrôle administratif en général et financier en particulier. Quelques temps avant la suppression officielle de la Fondation, Ali El Hili dénoncera le fait que la « volonté du législateur n’a pas été admise par l’administration qui tient encore à préserver les territoires de la routine qui s’impose pour la moindre dépense »31.

  • 32 Membre du Comité central du RCD depuis 1988.

30Enfin, il faut signaler que, dès 1990, la haute administration est dans l’attente d’un arbitrage politique du conflit qui oppose le ministre de l’Éducation Nationale, Mohamed Charfi, à son collaborateur Sadok Chaâbane, secrétaire d’État chargé de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, épisode dont il sera question plus loin. La perspective probable de voir attribué à Sadok Chaâbane32 des responsabilités en matière de recherche scientifique, dans un cadre autre que celui de sa subordination à Mohamed Charfi, ne contribue pas à la stabilisation de la FNRS, institution qui a ôté au secrétaire d’État une grande partie de ses prérogatives en matière d’administration de la recherche.

31Interdite de toute assise institutionnelle, la FNRS deviendra rapidement l’objet des critiques, y compris au sein de la communauté scientifique, de la part de ceux qui, n’ayant pas eu le bonheur de bénéficier de ses financements, auront beau jeu de critiquer le manque de transparence des procédures et le caractère par trop personnalisé des critères de choix. Son dernier budget sera celui alloué pour l’année 1990-91 et elle sera supprimée en tant qu’institution par la loi de finance de 1992.

Notes

1 Selon l’expression de François Burgat (cf. L’islamisme au Maghreb. La voix du Sud, Paris, Karthala, 1988, p. 271).

2 Adda S., « Enjeux : le possible et le probable », in : Tunisie au présent. Une modernité au dessus de tout soupçon ? (Sous la dir. de M.Camau), Paris, Éditions du CNRS, 1987, p. 420.

3 Mohamed Charfi n’est pas le seul ministre ayant eu d’importantes responsabilités dans la Ligue Tunisienne des Droits de l’Homme, puisque ont également été nommés au gouvernement Saadeddine Zmerli (ancien président) et Daly Jazy (ancien secrétaire général).

4 « L’affaire a pour fondement le système d’éducation mis en place pendant plus de dix ans par M’Zali, d’abord en tant que ministre de l’Education, puis en tant que premier ministre pendant toute la période où pour faire face à l’agitation de gauche, il s’est rapproché des islamistes. Cet enseignement porte l’accent, à partir du 2e cycle du secondaire, sur les sciences et néglige totalement la culture générale et la philosophie ». (Chronique Tunisie, Annuaire de l’Afrique du Nord 1989, p. 690). Pour François Burgat, il s’agit sans doute moins de complaisance délibérée que de l’indifférence d’un pouvoir qui « a longtemps hésité à se reconnaître des rivaux dans les rangs de ceux qui critiquaient alors le marxisme avec une conviction égale à la sienne » (Burgat F., L’islamisme au Maghreb. La voix du Sud, Paris, Karthala, 1988, p. 215).

5 Un journaliste attribue à Mohamed Charfi l’expression selon laquelle « un élève qui a lu Voltaire ne sera jamais un islamiste ». (Jacques de Barrin, Le Monde, 19 mars 1994).

6 Le Monde, 5 octobre 1989.

7 Le cadre juridique en sera défini par la loi du 29 juillet 1991 qui abroge celle du 4 novembre 1958. Pour une présentation générale de la réforme, cf. « Système éducatif : quelle réforme pour la Tunisie de demain ? », texte du ministère de l’Education et des Sciences publié dans Al Madar, Revue de la Cité des Sciences de Tunis, n° 3, 1994.

8 Au lendemain de la discussion et de l’adoption de la loi par la chambre de députés, la presse commet d’ailleurs une erreur en annonçant brièvement la création d’un Centre National de la Recherche scientifique (cf. par exemple La Presse du 27/07/1989).

9 Cf. en particulier les interviews ou articles de Tahar Gallali, « La recherche scientifique seule génératrice de progrès », La Presse, 27/10/1988 et « Que faire pour développer la recherche universitaire », La Presse, 20/11/1988 ; Koussaï Dallagi, « Pour développer la recherche scientifique en Tunisie », La Presse, 29/10/1988), Hamed Ben Dhia, « Problématique d’un secteur incompris », La Presse, 8/12/1988.

10 Cf. Compte rendu dans Le Temps du 11/3/1988.

11 L’Université, enjeux et choix, Colloque des 3, 4 et 5 mars 1988, organisé par le Syndicat National de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique (UGTT). Voir plus particulièrement le chapitre intitulé « Projet de restructuration de la recherche scientifique et technique », p. 13.

12 Op. cit., p. 15 et 16.

13 Le document signé par Brahim Baccar (par ailleurs professeur de chimie à la faculté des Sciences de Tunis) s’intitule La recherche scientifique et technique en Tunisie. Bilan et propositions, direction de la Recherche scientifique et technique, ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, janvier 1989.

14 Le site de Borj Cedria, région littorale non urbanisée à l’entrée du Cap Bon, caractérisé selon le rapport, comme une « zone d’humidité marine, corrosive, préjudiciable aux équipements scientifiques […] choix d’un type architectural (grandes baies vitrées, orientation plein sud, petits bâtiments éloignés parfois de plusieurs centaines de mètres) [qui] coûte cher en chauffage, climatisation et entretien », op. cit., p. 7.

15 Op. cit., p. 17.

16 Op. cit., p. 17.

17 Op. cit., p. 18.

18 Op. cit., p. 18.

19 Par la loi n° 89-70 du 28/07/1989, relative à l’Enseignement supérieur et à la recherche scientifique. La FNRS est créée par les dispositions du titre 3 de cette loi (art. 21 à 24).

20 La Fondation Nationale de la Recherche scientifique (FNRS), Texte polycopié non daté (probablement fin 1989 ou début 1990).

21 La Fondation Nationale de la Recherche scientifique, op. cit., p. 2.

22 « Fondation Nationale de la Recherche scientifique. Un instrument de coordination de la recherche sur le plan national », Le Temps, 14/10/1989.

23 « Après la création de la Fondation Nationale de recherches scientifiques, un grand vide est comblé », Le Temps, 4/4/1990.

24 Idem.

25 Sur ce point, plusieurs propositions inspirées d’exemples étrangers sont émises : taxe sur certains produits de consommation non courante (parfums, boissons alcoolisées), prélèvement sur les bénéfices des sociétés avant impôt, prélèvement d’un pourcentage sur les investissements étrangers ou sur les prêts consentis par les banques locales de développement… (La Fondation Nationale de la Recherche scientifique, op. cit., p. 7).

26 Extrait d’un article de Abdelaziz Kamoun et Abdelkader Ayadi, professeurs à la faculté des Sciences de Tunis (« Plaidoyer en faveur de la FNRS », La Presse, 10/10/92). Dans le même ordre d’idée, voir aussi les articles de Slaheddine Fattoum, biochimiste à l’Institut de l’enfance et de Fayçal Hentati, professeur à l’Institut National de Neurologie (Le Renouveau, 18/11/92) ; également de Hamed Ben Dhia, professeur à l’ENIG, « De la recherche universitaire : encore et toujours », La Presse, 28/12/92.

27 A. Kamoun et A. Ayadi, op. cit.

28 « Fondation Nationale de la Recherche scientifique. Un instrument de coordination de la recherche sur le plan national », Le Temps, 14/10/1989.

29 Décret du 30 juillet 1990. L’argument officiel de la création de cette institution (qui ne jouit pas du statut d’EPIC, contrairement à la FNRS) était la nécessité de gérer un prêt de 16 millions USD consenti par la Banque Mondiale au secteur de la recherche agricole tunisienne.

30 « La disparition de la Fondation : une revanche de la routine administrative », Texte de A. El Hili, Le Renouveau, 18/11/1992.

31 Idem.

32 Membre du Comité central du RCD depuis 1988.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable