Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Science et pouvoir dans la Tunisie contemporaine

 | 
François Siino

Quatrième partie. Science et pouvoir entre marginalisation et fusion avec l'appareil d'état (1987-1996)

Introduction

Texte intégral

  • 1 Nous avons rapidement évoqué ces circonstances à la fin de la précédente partie.
  • 2 Camau M., « D’une République à l’autre. Refondation politique et aléas de la transition libérale » (...)

1Une fois brutalement interrompue en 1986 l’expérience de la « recherche programmée », la science tunisienne va traverser une période d’incertitude où le désarroi des enseignants-chercheurs se conjugue avec un oubli relatif de la part des instances politiques et administratives. Le fait que – comme le dit un chercheur – celles-ci aient eu « d’autres chats à fouetter » constitue sans doute une part d’explication. L’équipe du président Ben Ali a en effet à faire face à une situation économique et politique périlleuse qui est en grande partie la cause de la « mise en retraite » de Bourguiba mais n’en reste pas moins un héritage difficile à gérer1. Pour ne citer que les deux dossiers principaux de cette phase transitionnelle, on peut reprendre la formule utilisée par Michel Camau dans son analyse du passage « d’une République à l’autre » : « Réorienter l’économie et contenir la poussée islamiste, tels ont été les principaux défis constitutifs du nouveau cycle politique ouvert en 1987 »2.

  • 3 Idem, p. 9.
  • 4 Amor Chadly (nommé en juillet 1986) restera moins d’un an ministre. Il est remplacé en mai 1987 pa (...)

2Cette période se caractérise par « une grande rotation dans la dévolution des responsabilités gouvernementales »3 qui témoigne sans doute d’une série de réajustements intervenant entre le nouveau pouvoir et une élite politique tunisienne qui reste largement confondue avec le Parti Socialiste Destourien. Les domaines de l’Éducation, de l’Enseignement supérieur et de la recherche ne sont pas à l’abri de ce turn-over. Entre 1986 et 1989, l’Enseignement supérieur et la recherche scientifique changent quatre fois de mains4. Ce n’est qu’à partir de 1989 que l’on peut à nouveau voir se dessiner les lignes d’une, ou plutôt, de plusieurs actions dans le système éducatif au sens large.

3Comment rendre compte de ce qui se joue à partir de cette date ? C’est dans un premier temps une période de transition pendant laquelle le nouveau pouvoir politique tente de réorienter l’ensemble du système éducatif. Cette action, orientée « de bas en haut », commence par se focaliser sur l’enseignement primaire et secondaire. Pendant ce laps de temps, l’Université et la recherche universitaire tentent de profiter de la marge de manœuvre qui leur est temporairement dévolue pour s’organiser (ou se réorganiser). Mais l’amorce fragile de construction institutionnelle qui en résulte va être rapidement remise en cause par le retour d’un intérêt politique pour la science. À partir de 1991, cet intérêt nouveau intervient dans un contexte particulier (la fin brutale de « l’état de grâce » du nouveau régime et le choc de la Guerre du Golfe) sur lequel il faudra revenir pour expliquer la naissance d’une nouvelle configuration institutionnelle, impulsée cette fois-ci à partir des plus hautes instances de l’État. Ce renouvellement durable du paysage institutionnel de la recherche scientifique en Tunisie va de pair avec le renouvellement du sens que le pouvoir politique tunisien veut donner à son orientation du système scientifique national. C’est pourquoi, outre les répercussions concrètes de cette nouvelle politique scientifique, il faut aussi examiner les dimensions symboliques qui y sont étroitement liées.

Notes

1 Nous avons rapidement évoqué ces circonstances à la fin de la précédente partie.

2 Camau M., « D’une République à l’autre. Refondation politique et aléas de la transition libérale », Monde arabe Maghreb Machrek, n° 157, juill-sept. 1997, p. 4.

3 Idem, p. 9.

4 Amor Chadly (nommé en juillet 1986) restera moins d’un an ministre. Il est remplacé en mai 1987 par Mohamed Sayah (fidèle du Président Bourguiba et rival le plus sérieux du futur président Ben Ali) qui occupe les fonctions de ministre de l’Éducation Nationale et de la Recherche scientifique (fonctions qui étaient séparées depuis 1978). Au lendemain du 7 novembre 1987, Mohamed Sayah est placé en résidence surveillée et il est remplacé par Tijani Chelly. Quelques mois plus tard, en avril 1988, l’Enseignement supérieur et la Recherche scientifique s’émancipent à nouveau de l’Éducation Nationale et c’est Abdesselem M’seddi (jusque-là secrétaire d’État à l’Enseignement supérieur) qui en devient le titulaire. Enfin, exactement un an après (avril 1989), il est remplacé par Mohamed Charfi qui réunifie les deux ministères et restera à ce poste jusqu’en 1994.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable