Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Science et pouvoir dans la Tunisie contemporaine

 | 
François Siino

Troisième partie. Priorité à la recherche « appliquée » ? Polémique autour d'une politique scientifique (1978-1986)

8. L’opposition universitaire à la nouvelle politique scientifique

Texte intégral

UNE LUTTE POUR LA CONSERVATION DE LA LÉGITIMITÉ SCIENTIFIQUE

1Dans les pages qui précèdent, on a plusieurs fois fait allusion à la forte opposition que manifeste une majorité des universitaires tunisiens à la mise en place d’une nouvelle politique scientifique. Il faut revenir à présent de façon plus approfondie sur ce phénomène.

2A ce qu’ils perçoivent comme une mise en cause de leur pratique scientifique et une menace de déclassement, les universitaires (et en particulier les détenteurs du pouvoir universitaire) opposent une défense qui fait appel aux valeurs de la compétence scientifique, de l’indépendance de la recherche et de l’unicité de la science, refusant la distinction entre recherche fondamentale et recherche appliquée (c’est-à-dire plaçant implicitement la première en amont de la seconde selon un modèle linéaire classique). Ils critiquent une « prétendue science au service du développement » qui n’est, selon eux, que vague transfert de technologie et surtout tentent de disqualifier ceux qui en sont les partisans et les promoteurs.

3Les enjeux de cette lutte sont d’une part d’ordre symbolique : qui sont les acteurs dépositaires de la pratique scientifique légitime ? Ils sont bien entendu également d’ordre matériel, car de la légitimité scientifique dépend à terme la légitimité à capter les ressources financières publiques, mais aussi celles de la coopération scientifique internationale.

Qui sont les opposants ?

4À l’inverse des scientifiques promoteurs de la politique de recherche programmée qui sont issus d’institutions « périphériques » du champ universitaire tunisien, les opposants, eux, se trouvent au « centre », matérialisé par la Faculté des Sciences de Tunis. Comment leur parcours de formation et les conditions dans lesquelles s’est déroulée leur carrière en Tunisie peuvent-ils expliquer l’opposition manifeste qu’ils adoptent face à la nouvelle politique scientifique définie par le ministère, et à ceux qui la soutiennent ?

  • 1 La majorité d’entre eux sont nés dans l’intervalle allant de la moitié des années 1930 au début des (...)

5Ces scientifiques font partie de la première génération qui a reçu une formation universitaire après l’indépendance1, pendant les années 1960 et jusqu’au début des années 1970. Jeunes gens aux parcours scolaires brillants, ils ont tous effectué leur formation supérieure en France, souvent dans des Facultés parisiennes comme Paris VI ou Orsay. N’ayant reçu aucune consigne d’orientation disciplinaire ou de spécialisation, leurs choix sont motivés par leurs goûts personnels, le renom de tel ou tel professeur ou laboratoire français, parfois simplement le hasard. Comme beaucoup de leurs camarades français ils optent pour la « noblesse » de la recherche fondamentale, formation valorisante dont ils espèrent retirer un jour les honneurs dont semblent jouir les « grands professeurs ».

6Pendant tout le temps que dure leur formation à la recherche, que ce soit dans des laboratoires universitaires ou rattachés au CNRS, du DEA à la fin de la thèse d’État, ils ont tout le temps de se familiariser avec le fonctionnement scientifique, les structures hiérarchiques, les relations professionnelles, les rôles dévolus à chaque « grade », (le directeur de laboratoires, le premier cercle de chercheurs, les assistants, les étudiants, les techniciens…), bref d’intégrer tout un ensemble de valeurs et de s’imprégner d’un modèle qui deviendra pour eux une référence.

7Dès la fin de leur thèse, ils sont rentrés immédiatement en Tunisie. Contrairement à leurs futurs adversaires, ils ont intégré le cœur du système, la Faculté des Sciences de Tunis, institution la plus proche de celles où ils ont évolué en France et au sein de laquelle ils sont plus ou moins conscients de pouvoir bénéficier d’une ascension rapide. Ce sera effectivement le cas. Dans un contexte encore marqué par une pénurie d’enseignants, ils sont immédiatement recrutés comme maîtres de conférence, et dans la plupart des cas, quatre ans après leur retour, sont nommés professeur d’université. Pour les plus précoces, cette nomination au plus haut rang de la hiérarchie de l’Enseignement supérieur peut intervenir avant trente-cinq ans.

8La rareté de l’encadrement tunisien leur vaut également d’accéder très rapidement à des postes de pouvoir universitaire que les coopérants étrangers ne peuvent pas occuper sans heurter les susceptibilités : directeur de département, doyen de faculté, recteur d’université, voire au sein du ministère de tutelle. Parallèlement, ils entament la formation locale des générations suivantes d’étudiants qui, généralisation de l’enseignement aidant, entrent toujours plus nombreux à l’Université. Ils encadrent les premiers travaux de recherche de jeunes gens qui forment petit à petit autour d’eux un vivier de plus en plus nombreux d’assistants. Il arrive que pour certains d’entre eux, les lourdes tâches d’enseignement, d’encadrement et d’administration les éloignent de leurs travaux de recherche, ce qui leur sera parfois reproché par leurs futurs adversaires, qui se vivent avant tout comme « chercheurs ».

9Tous, cependant ont à cœur (et la plupart du temps réussissent) à monter leur propre laboratoire au sein de l’Université, laboratoires modestes, certes, mais directement inspirés de ceux qu’ils ont connus en France. Ils continuent à y travailler sur des thèmes plutôt fondamentaux, proches de ceux sur lesquels ils se sont spécialisés et restent en contact étroit et assez exclusif avec les équipes françaises dans lesquelles ils ont été formés. Celles-ci leur apportent une aide non négligeable dans le développement des activités : apport de matériel, missions d’enseignants français, accueil de jeunes tunisiens en stage ou pour de plus longues durées.

  • 2 Rappelons que c’est de leurs rangs que provient la première initiative visant à protéger l’accès au (...)

10Le résultat des cursus effectués dans ce contexte a pour conséquence le fait qu’à la fin des années 1970, ces universitaires occupent une bonne partie des postes de pouvoir universitaire, et ont fait de la faculté des Sciences de Tunis, le véritable pôle de la recherche scientifique (pour les sciences fondamentales) dans le pays. Ils ont en outre fortement contribué à la mise en place des « règles du jeu » de la carrière universitaire qui leur permettent de réguler et contrôler l’avancement de leurs « disciples »2. Pour toutes ces raisons, ils détiennent le monopole de la légitimité de la pratique scientifique en Tunisie et n’entendent pas voir cette situation remise en cause.

  • 3 Bourdieu P., Homo Académicus, Paris, Éditions de Minuit, 1984, p. 225.
  • 4 Pour un éclairage de cette notion dans le contexte du champ universitaire français de la fin des an (...)

11Aux côtés de ces opposants « déclarés » à la nouvelle politique scientifique se trouve toute une génération d’universitaires plus jeunes, qui, à l’inverse de ceux de leurs camarades qui ont tenté l’aventure des Centres Nationaux de Recherche, sont restés à l’Université. Soit qu’ils n’aient pas eu la possibilité de faire autrement, soit plus probablement qu’ils s’estiment suffisamment bien placés pour recueillir dans des délais raisonnables le fruit de leur fidélité à leurs « patrons » – avec lesquels ils ont établi une relation d’identification anticipée3 –, ils ont opté pour une stratégie de succession4. Même s’ils laissent le soin à leurs aînés de manifester l’opposition la plus virulente, ils ne leur en apportent pas moins un soutien passif en continuant à « jouer le jeu » selon les règles universitaires établies et à se conformer aux canons de la « bonne science », telle que définie par leurs supérieurs.

Les premières manifestations d’une division du champ scientifique

12Au mois de mai 1979, se déroule la première manifestation destinée à médiatiser les nouvelles orientations du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. Même si plusieurs idées-forces sont d’ores et déjà élaborées, les « Journées d’étude sur la restructuration de la recherche scientifique nationale » qui rassemblent 80 participants les 4 et 5 mai au Centre Culturel International de Hammamet, veulent faire figure de consultation de la communauté scientifique tout entière.

13Il s’y exprime une satisfaction générale de voir que les pouvoirs publics sortent enfin de leur immobilisme et entendent promouvoir la recherche scientifique en Tunisie. A vrai dire, les propositions consensuelles distillées par le ministre ne manquent pas, notamment la création d’un budget spécifique pour la recherche et l’assouplissement de la gestion des établissements. Sur plusieurs points cependant, des divergences se font jour dans lesquelles on reconnaît déjà les positions des partisans et des opposants au nouvel ordre en train de naître.

  • 5 On renverra ici à la couverture journalistique détaillée de ce colloque par Ridha Najar, « Recherch (...)
  • 6 Idem.

14Face à ceux qui arguent que « la recherche est un métier et non une occupation annexe »5 et qui militent pour la création d’un « corps permanent de chercheurs », beaucoup d’universitaires font entendre leur voix. « Evoquant les leçons du passé, certains sont contre l’existence d’un corps de chercheurs permanents, « fonctionnarisés » en quelque sorte. Pour eux, la recherche ne peut être menée que par des enseignants que l’on doit détacher à la recherche au vu d’un programme bien établi et bien délimité dans le temps. Toujours selon cette tendance, le chercheur permanent risque de s’installer dans la facilité et de bloquer l’accès à la recherche aux jeunes. La recherche doit pouvoir bénéficier des forces vives tant qu’elles sont productives et d’un incessant va-et-vient avec l’enseignement qui ne pourrait qu’être bénéfique à ce dernier »6.

  • 7 Rappelons qu’à cette date (1979), le seul centre de recherche en sciences fondamentales où l’on tro (...)

15Par ailleurs, si les participants sont unanimes à recommander l’institution d’une commission nationale de la recherche scientifique qui aurait pour principale tâche de tracer la politique nationale en matière de recherche scientifique, les avis divergent quant à sa composition et à ses compétences financières. Sur le premier point, les uns (partisans de la recherche finalisée) proposent de distinguer au sein de la commission deux collèges, l’un de chercheurs « plein temps », l’autre de chercheurs « temps partiel », et ce, afin de compenser l’immense infériorité numérique de leur propre camp7. Les autres (partisans d’un monopole universitaire de la recherche) entendent réserver une place d’office aux doyens et directeurs d’établissements afin de renforcer leurs propres positions. Quant aux attributions financières de la commission nationale, les premiers entendent les étendre à l’ensemble des crédits de la recherche, y compris ceux des Universités, alors que les universitaires, eux, désireux de garder le contrôle de leur domaine, préfèrent les restreindre à la seule gestion des fonds alloués aux Programmes Nationaux de Recherche (PNR).

16Autour de ce qui apparaît comme le siège futur du pouvoir décisionnel en matière de recherche, apparaît ainsi un clivage de part et d’autre duquel deux groupes aux contours encore flous définissent des enjeux, ébauchent des stratégies et jaugent les forces de leurs adversaires.

17Mais au fur et à mesure que se précisent les orientations de la politique « ministérielle », et que devient plus explicite l’identité des vues du directeur de la Recherche et de celles du groupe de scientifiques médiateurs devenus conseillers au sein d’un brain-trust permanent, l’opposition universitaire se renforce et fait valoir une opposition sur le fond aux options choisies.

18En 1982, les choses sont déjà bien avancées : cinq Programmes Nationaux de Recherche ont été mis en place, abondamment financés, et de grands travaux ont été entrepris sur le vaste site de Borj-Cedria où doivent s’élever les 11 centres de recherche constitutifs de l’Institut National de la Recherche scientifique et technique, ainsi qu’à Sfax pour le Centre de Biotechnologie.

  • 8 Table-ronde « La recherche scientifique en débat » organisée en juillet 1982, première partie, publ (...)

19Lors d’une table-ronde organisée par la revue Dialogue sur le thème « La recherche en débat »8, les critiques des universitaires se sont organisées et visent désormais les choix effectués en faveur de la recherche finalisée. Noureddine Chelbi, professeur de biologie à la faculté des Sciences de Tunis fait état d’un mémoire rédigé et signé par 19 des 24 docteurs es-sciences, professeurs de biologie. Il donne lecture publique du passage suivant :

  • 9 Idem.

« Une priorité excessive accordée à la recherche à application immédiate au détriment de la recherche fondamentale aura obligatoirement à long terme pour effet de baisser le niveau scientifique des cadres chercheurs et enseignants appelés à prendre la relève. Nous ne voulons pas qu’une spécialisation excessive sur les problèmes pratiques du moment hypothèque les possibilités de développement et d’adaptation de la génération suivante. La formule que nous préconisons consisterait à ramener les choses à des dimensions plus réalistes en stimulant la recherche au sein des universités sans que celle-ci soit impérativement liée à des retombées pratiques immédiates. […] Partir du plus simple au plus complexe, renforcer en priorité ce qui existe, le soutenir et l’organiser en vue d’une meilleure efficacité peut constituer une approche plus réaliste du problème de la recherche. Nous pensons que le renforcement des structures qui allient enseignement et recherche avec la possibilité de détachement à la recherche constitue la seule formule capable d’assurer le maintien du niveau scientifique de nos diplômés »9.

  • 10 Idem.
  • 11 Idem.

20À titre personnel, le professeur Chelbi ajoute qu’il estime nécessaire « que dans les laboratoires d’enseignement (c’est-à-dire à l’Université) l’on continue à faire de la bonne recherche »10, façon de dire qu’il n’accorde guère de crédit à ce qui pourra se faire dans les centres de recherche hors Université. Enfin, il termine son intervention sur un ton plus dramatique : « Je tiens à plaider pour que la recherche traditionnelle, qui est la base de la recherche rentable de notre pays ne soit pas étouffée comme actuellement elle est en train de l’être »11.

Un manifeste « universitaire »

  • 12 Zouaghi M., « La recherche scientifique. Comment sortir du sous-développement actuel ? », Le Maghre (...)

21Enfin, au mois de janvier 1984, le professeur M’hamed Zouaghi publie dans l’hebdomadaire Le Maghreb un texte intitulé : « La recherche scientifique, Comment sortir du sous-développement actuel ? »12. En quatre pages d’un texte dense, l’auteur, dont la photo est soulignée de ses titres de professeur à la Faculté des Sciences et de secrétaire général du Syndicat de Maîtres de Conférence et Professeurs de l’Enseignement supérieur, développe une argumentation particulièrement représentative du discours tenu par les universitaires à cette époque (du moins ceux qui se sentent autorisés à s’exprimer sur la question). Le caractère exemplaire de ce document mérite que l’on s’y arrête.

  • 13 Syndicat issu de la scission intervenue en 1974 et depuis lors distinct du Syndicat National de l’E (...)

22Ces propos au ton accusateur se veulent, à travers sa personne, l’émanation d’une autorité scientifique dans ses deux composantes : une compétence technique indéniable, puisque le professeur Zouaghi est l’un des pionniers de la science physique tunisienne et de la recherche en général ; un pouvoir social, car en rappelant sa position de secrétaire général du Syndicat des Maîtres de Conférence et Professeurs de l’Enseignement supérieur13, il s’identifie également en tant que « dominant » dans le champ scientifique, détenteur d’un pouvoir universitaire, celui d’influer sur les règles du jeu et notamment sur la reproduction du corps universitaire (par le biais des diverses commissions de sélection, direction de thèses, jurys, etc.).

23La possession combinée de ces deux propriétés lui permet ici d’exprimer de façon légitime et autorisée un rappel à l’ordre des « vraies valeurs » de la science et de prononcer la disqualification symbolique de ceux (en l’occurrence les partisans de la recherche finalisée) qui tentent d’en introduire de nouvelles, forcément fausses de son point de vue.

La recherche scientifique en danger

24Dans un premier temps, M. Zouaghi rappelle en détail et de façon incisive la « situation lamentable » dans laquelle se trouve la recherche scientifique tunisienne. Certes, note t-il, celle-ci est récemment devenue « un thème débattu sur les colonnes de la presse et sur les ondes de la radio ». Mais cela ne semble pas suffisant au regard des « problèmes sérieux » qui se posent et des difficultés quotidiennement rencontrées par les enseignants-chercheurs.

25L’inventaire des obstacles d’ordre général reprend une liste de griefs plusieurs fois formulés auparavant et qui seront repris à de nombreuses occasions. C’est avant tout l’absence de volonté politique qui entraîne en cascade l’absence de crédits propres pour l’équipement et le fonctionnement, la dispersion des efforts, le manque de cadres techniques et de maintenance, la lourdeur de l’administration…

26Pour compenser ces dramatiques lacunes, constate amèrement l’auteur, il n’y a que « l’enthousiasme des jeunes professeurs […], leur opiniâtreté, leur compétence, leur volonté de relever le défi du sous-développement culturel et scientifique », et bien sûr… l’aide de la coopération internationale.

27Ce sombre état des lieux permet à M. Zouaghi de placer une première attaque contre la création de l’Institut National de la Recherche scientifique et technique. Ne semble-t-il pas déraisonnable, voire totalement absurde, alors que l’Université fait face à d’inextricables difficultés financières et organisationnelles de « créer de nouvelles structures administratives qui, comme dans le cas de l’INRST, ne sont scientifiquement pas au point […] avec tout ce que cette création occasionne comme nouveaux frais qui pourraient servir à améliorer le capital existant » ?

28Mais ce discours qui se pose en tant que défense d’un patrimoine commun à la communauté scientifique nationale et se focalise sur des aspects matériels, prépare en fait à la discussion d’enjeux symboliques plus importants. Les questions implicites auxquelles M’hamed Zouaghi prétend dans un deuxième temps apporter une réponse définitive sont : quelle science faut-il à la Tunisie ? Quelles sont les pratiques scientifiques légitimes, étant entendu que seuls ceux qui les respectent sont des scientifiques dignes de ce nom ?

Stratégie de conservation et disqualification de l’adversaire

  • 14 Si ceux-ci peuvent paraître maigres au regard du tableau dressé par M. Zouaghi, il faut garder à l’ (...)

29Face à un groupe de scientifiques, minoritaires en nombre, mais qui aspirent (et ont déjà largement réussi) à s’imposer comme médiateurs entre le champ scientifique et la sphère de décision politico-administrative et à définir les axes d’une politique sectorielle de la recherche scientifique, la stratégie de nombreux universitaires, en particulier de personnalités éminentes de la faculté des Sciences de Tunis peut s’interpréter comme une stratégie de conservation de la situation antérieure, c’est-à-dire d’un monopole universitaire de la recherche (plaidant dans un même temps pour l’amélioration qualitative et quantitative des conditions de leur pratique scientifique à l’université). Dans leur attitude se mêlent la crainte d’une dévalorisation de leur statut (d’enseignants-chercheurs, devenir de « simples » enseignants des résultats d’une recherche effectuée ailleurs), d’une perte relative de leur position dominante dans le champ scientifique (avec les privilèges symboliques et matériels14 attachés à celle-ci) et la conviction la plus sincère que les « valeurs » prônées par les partisans de la recherche appliquée n’ont rien à voir avec la Science telle que les modèles qui les ont formés (le modèle universitaire français) leur ont appris à la concevoir.

30Il n’est donc pas surprenant que les attaques directes de M. Zouaghi contre la mise en place d’une politique de recherche finalisée visent à la disqualification symbolique des promoteurs de cette politique.

La recherche appliquée et « l’appât du gain »

31La première attaque concerne ce que l’auteur croit être les véritables finalités de ses adversaires lorsque ceux-ci se justifient de la notion de « développement ». Ainsi, fait-il remarquer, « un grand nombre de voix ne cessent de faire du son pour affirmer d’une façon docte qu’il est nécessaire de mettre la recherche au service du développement. Si l’on demande quelle signification on donne au « développement », on reste sans réponse convaincante ». Cette absence de réponse n’est pas, selon lui, le simple fait de l’ignorance, mais cache avec embarras une réalité honteuse : l’intérêt, la recherche du profit. « En réalité, explique-t-il, le problème posé par les tenants de ce slogan « recherche au service du développement » dénote une vision spéciale de la réalité : c’est la vision utilitariste dans une société où la course derrière le gain facile est effrénée. Si je vous donne, me dit-on, mille dinars, pouvez vous m’en rendre deux ou trois mille ? Si oui, voilà ! Sinon, vous n’êtes pas crédible ».

  • 15 Bourdieu P., « Le champ scientifique », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 2-3, juin 19 (...)

32Cette partie du discours est intéressante, car elle est au cœur du dispositif de disqualification symbolique de l’adversaire. Dans un espace comme le champ scientifique (mais aussi intellectuel, artistique…) où l’on a « intérêt au désintéressement »15, l’une des attaques les plus efficaces consiste à prouver que l’adversaire trahit sa « vocation » (de scientifique, d’intellectuel ou d’artiste « désintéressé ») en travaillant à des fins lucratives, c’est-à-dire en acceptant la compromission avec le monde de l’argent qui vient ternir la pureté de l’art ou de la pensée. Accuser les partisans de la recherche finalisée d’être motivés par l’appât du gain, d’avoir pour ambition de convertir leur savoir en espèces sonnantes et trébuchantes et de considérer la recherche scientifique comme un outil de profit à court terme revient à les rejeter en marge d’une communauté scientifique dont ils ne partagent pas les valeurs fondamentales et dans laquelle ils ne sont pas dignes de figurer. Si leur compétence scientifique n’est pas elle-même ouvertement mise en cause, l’auteur remarque néanmoins qu’autant « ces voix sont bavardes quand il s’agit de technologie, autant elles sont prises par un silence profond quand il s’agit de science ou de connaissance ».

33Convaincu que cette « vision utilitariste » renferme une « logique mortelle pour la recherche scientifique », l’auteur appelle à la combattre afin de s’en débarrasser. Se posant en porte-parole de la communauté scientifique tunisienne dans son ensemble, il entend apporter la véritable réponse à ce que doit être une « science au service du développement ». L’expression en elle-même est presque une tautologie, puisque justement « le développement auquel il convient de penser est l’acquisition et la création de la connaissance dans tous les domaines », une connaissance qui, précise-t-il tout de suite « n’est pas une quantité mesurable qu’on peut évaluer en dinars ». Seul ce développement tous azimuts de la connaissance devrait permettre de réaliser « les conditions propices à l’éclosion des talents ». Cantonner la recherche scientifique à quelques domaines jugés prioritaires, lui semble une grossière erreur, car quels critères choisir ? Ainsi, déclare t-il de façon volontairement caricaturale : « Notre industrie n’est pas encore en mesure de fabriquer des fers à repasser. Est-ce qu’une recherche en mesure de fabriquer des fers est scientifique ? Ma réponse est non ! »

34A l’inverse, il s’agit bel et bien de rattraper le niveau de la science mondiale, rattrapage d’autant plus envisageable, selon l’auteur que « dans beaucoup de domaines des sciences fondamentales, notre recherche est d’un niveau international ».

La trahison de l’intérêt national

35La deuxième attaque visant la disqualification symbolique des promoteurs d’une recherche finalisée dépasse le cadre du champ scientifique pour embrasser soudain la scène nationale et internationale. Le scientifique se transforme en citoyen soucieux de l’indépendance de son pays et accuse ses adversaires de se faire – consciemment ou inconsciemment – les alliés de la volonté de domination occidentale sur le Tiers-Monde en matière de science et de technologie, lorsqu’ils se déclarent favorables à des transferts de technologies « adaptées aux pays sous-développés ».

36La volonté du Nord de conserver inchangée cette domination et le caractère éminemment inégal de l’échange dans ce domaine est pointée clairement : « Évidemment, ils n’ont pas intérêt à exporter une technologie de pointe dont les secrets pourraient constituer un danger pour leur suprématie. […] Il suffit de citer quelques exemples pour se rendre compte combien est clair ce comportement de « techno-colons ». Les pays développés voudraient bien nous vendre leurs ordinateurs, mais attention pas n’importe lesquels. Certains peuvent nous être interdits pour des raisons stratégiques. De même, ils s’affairent pour développer la technologie solaire en indiquant sans détour aucun que c’est surtout pour le Tiers-Monde ».

37Si l’auteur déclare comprendre (d’un point de vue cynique) les visées occidentales, il juge « inacceptable » que des voix allant dans le même sens s’élèvent en Tunisie. « Car elles dénotent des esprits qui ne voient même plus les intérêts légitimes de leur pays ». On le voit, l’accusation de trahison n’est pas loin !

38À l’inverse, il convient, selon lui, que les scientifiques tunisiens puissent choisir en toute liberté leurs orientations de recherche et acquérir ailleurs les moyens, y compris les plus perfectionnés, de les mener à bien. « J’estime que si nous décidons d’introduire la technologie de pointe, nous ne devons pas hésiter une seconde, car dans cette technologie réside un capital de connaissance et de savoir-faire quasi-inépuisable qui, certes, est le résultat d’intenses recherches scientifiques, mais qui est surtout source de rayonnement pour d’autres recherches ». Au lieu de se contenter de suivre à distance les pays occidentaux en important « des équipements d’un autre âge », il faut au contraire « brûler les étapes dans le développement de la recherche scientifique ». Conforter l’indépendance de la Tunisie sur la scène internationale est, selon M. Zouaghi, à ce prix, partant du principe que « quand deux êtres humains ont la même connaissance des choses, ils sont libres l’un par rapport à l’autre ».

  • 16 Que l’on a analysées en début d’ouvrage à travers le discours bourguibien.

39Au terme de cette analyse, on voit comment les différents registres présents simultanément dans les représentations de la science propres aux élites politiques tunisiennes16 ont pu servir de caution à des attitudes tout à fait opposées. Chez les partisans de la recherche finalisée, on retrouvait le souci des problèmes « locaux » et des solutions « adaptées », celui du rapport coût/efficacité et de façon générale, une tendance à mesurer la valeur de la recherche scientifique à l’aune de sa contribution à la richesse du pays. En revanche, chez les universitaires opposés aux nouvelles orientations, c’est un registre différent qui resurgit : héritiers des idéaux de participation à la « connaissance » chers aux penseurs réformistes du xixe siècle, sensibles aux accents universalistes du discours sur le développement, ces derniers sont partisans d’un « rattrapage civilisationnel total ». De leur point de vue, cet objectif ne peut être atteint que par la mise en place d’une science nationale de haut niveau, seule garantie d’une véritable indépendance.

LES ENJEUX DE LA LUTTE

40Derrière ce discours sur le fond, qui veut exprimer les grands axes de la « philosophie » des universitaires en matière de recherche scientifique, la lutte se déroule autour d’un certain nombre d’enjeux symboliques et matériels étroitement liés les uns aux autres. Car les adversaires en présence ne s’affrontent pas seulement sur le terrain des grands principes, mais aussi sur la distribution de ressources (elles aussi matérielles et symboliques) dont la possession assure un statut valorisant. Ici aussi, la mise à jour des principes de fonctionnement du champ scientifique, de l’intérêt générique qu’il suscite peut fournir l’explication de luttes, qui, vues d’un œil extérieur peuvent sembler des conflits stériles basés sur de simples inimitiés de personnes.

Le statut de chercheur et la défense du corps universitaire

  • 17 Cet argumentaire est bien sûr très proche de celui développé en France pendant le long processus de (...)

41Premier point à susciter la controverse (dès 1979), le statut du chercheur est, on l’a vu, également le seul sujet de divergence entre le groupe des scientifiques médiateurs et la direction de la Recherche. Les universitaires développent pour leur part une opposition virulente à toute forme de création d’un statut de chercheur permanent. Ils considèrent, selon le terme le plus usité qu’il ne peut s’agir là que d’une « fonctionnarisation de la recherche »17. L’expression connote, sans que cela soit toujours clairement exprimé l’inaction, la lourdeur, en bref l’inefficacité institutionnalisée…

42Bien que la plupart d’entre eux aient une bonne connaissance du modèle du CNRS français pour y avoir étudié, travaillé, et bien qu’ils vouent souvent une grande admiration aux équipes qu’ils y ont fréquentées, ils en repoussent l’application à la Tunisie. Lors de ce débat, ce sont d’autres modèles qui sont opportunément mis en avant, notamment le système américain du détachement ponctuel à la recherche. Admettre la mise en place d’un statut de chercheur permanent, c’est en effet accepter inévitablement le développement d’une filière professionnelle de recherche parallèle à la filière universitaire, dans laquelle les grades seraient équivalents à ceux du système universitaire. Ceci revient à bouleverser considérablement l’édifice hiérarchique constitué en une vingtaine d’années pendant lesquelles le pouvoir de ceux qui avaient eu les premiers accès aux positions dominantes du système universitaire s’est accru, de même que la valeur relative de leurs titres. Cet accroissement de la valeur relative des titres est le résultat et la contrepartie de la dévalorisation (elle aussi relative) des diplômes qui y donnent accès, désormais détenus par un nombre de plus en plus grand de candidats aux postes universitaires.

43Ce phénomène peut s’illustrer simplement : en 1961, lors des premiers recrutements de l’Université tunisienne, la possession d’une simple licence peut valoir d’être « propulsé » à un poste d’assistant. Dix ans plus tard, en 1972, les candidats au même poste sont titulaires d’un DEA. En 1982, ils possèdent une thèse de troisième cycle, deux ou trois publications et peuvent rester deux ou trois ans sur une liste d’attente. En une vingtaine d’années, la situation a ainsi changé du tout au tout : d’une configuration de départ où des diplômés encore rares étaient immédiatement « happés » par le système pour y occuper le plus rapidement possible les postes « virtuellement libres » des coopérants étrangers, on est passé à une université désormais largement pourvue en cadres et qui n’en continue pas moins à produire chaque année des cohortes sans cesse plus nombreuses de diplômés.

44D’où ce renchérissement du « droit d’entrée », effectif à tous les niveaux, qui profite particulièrement aux détenteurs des titres les plus valorisants (c’est-à-dire ceux de rang A, maître de conférence et professeur) qui peuvent d’autant mieux protéger leurs statuts qu’il sont en charge d’en gérer la rareté par le biais des jurys et des commissions de recrutement.

45On comprend alors le danger que laisse planer l’ouverture éventuelle d’une filière de recherche avec ses grades propres, ses postes qu’il faudrait pourvoir, etc.. Cela reviendrait à créer un nouvel « appel d’air », à ouvrir un champ où des ascensions rapides seraient à nouveau possibles et où une nouvelle hiérarchie de directeurs, maîtres, chargés et attachés de recherche serait sur pied d’égalité avec celle de leurs homologues universitaires. Vision menaçante qui est vigoureusement dénoncée :

  • 18 R.Boukhris, s’exprimant dans le cadre de la table ronde « La recherche en débat », revue Dialogue, (...)

« Cette conception qui essaye d’amalgamer sur la recherche, la structure existante qui colle très bien à l’Université ou à l’enseignement est fausse. La recherche n’est pas une voie parallèle qui doit être adaptée ou calquée sur l’Université »18.

  • 19 Mais non « permanents », comme l’auraient voulu les responsables des PNR.

46Sur ce point au moins, les universitaires obtiendront partiellement gain de cause, non tant en raison de leur force de persuasion propre que des hésitations probables de l’administration du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche (et probablement de celui des Finances) à créer ex nihilo une nouvelle catégorie de fonctionnaires, avec ce que cela représente d’engagements futurs. Le débat sera finalement tranché par un compromis : les centres de recherche hors Université, supports des Programmes Nationaux de Recherche (PNR) emploieront des chercheurs à temps plein19 et donc dispensés d’enseignement, mais qui continuent à porter les grades en vigueur à l’Université. Cette situation est codifiée par un décret du 14 septembre 1982 dont l’article 37 prévoit que « les personnels appartenant à l’Enseignement supérieur peuvent être affectés à la recherche scientifique pour une période de trois ans renouvelables pour être chargés des fonctions correspondantes ».

L’accès à la décision : la représentativité du CRST en question

47La mise en place en mai 1982 du Conseil de la Recherche scientifique et technique, organe directement impliqué dans la coordination de la recherche, le choix des projets et la répartition des financements suscite également son lot de virulentes critiques. Celles-ci visent avant tout sa non représentativité de l’ensemble de la communauté scientifique et à sa partialité dans les prises de décisions. Cette situation est perçue comme le résultat du fait qu’à aucun moment, depuis le début de la mise en place de la nouvelle politique scientifique, l’Université et ses enseignants-chercheurs n’ont été réellement associés aux réflexions et aux décisions. Toutes les initiatives ont été prises par l’administration de tutelle et ses proches conseillers, sans consultation et bien entendu sans tenir compte des vigoureuses protestations. Les universitaires et les chefs d’établissement ont l’impression que leur propre vision des choses n’a jamais été prise en compte. Pire, ils ont l’impression d’être perçus par leur ministère de tutelle comme le principal obstacle qu’il convient de réduire ou de contourner.

48De fait, les critiques adressées au Conseil de la Recherche scientifique et technique semblent jusqu’à un certain point justifiées dans la mesure où cet organe, plus qu’une instance de coordination, est en réalité la concrétisation institutionnelle du réseau informel de personnes qui depuis 1978 réfléchit et impulse la nouvelle politique scientifique. Ces personnalités y occupent les postes clés de président des commissions disciplinaires dont l’avis est décisif dans l’attribution des crédits de recherche. Ce que dénoncent les enseignants-chercheurs, c’est donc la mise en place d’un système de pouvoir verouillé sur lequel ils n’ont pas de prise, puisqu’ils n’en font pas partie.

L’accès aux financements nationaux et internationaux

49Les modalités d’accès au pouvoir de décision sont évidemment l’une des conditions de la capacité d’attirer des financements, que ce soit ceux des pouvoirs publics tunisiens ou ceux de la coopération internationale. La mise en place d’une recherche programmée hors université dont ses promoteurs ne cachent pas qu’elle est prioritaire, inquiète fortement les chercheurs de l’Université qui s’imaginent devoir être privés de toutes ressources. Une telle crainte apparaît avec le recul exagérée, d’autant qu’une procédure de financement dite des « contrats-programmes » destinée à la recherche universitaire est justement mise en place là où rien n’existait auparavant.

  • 20 Rapport de la Commission des Sciences Physiques. Décembre 1984. Conseil de la Recherche scientifiqu (...)
  • 21 Op. cit., p. 13.

50Il n’en reste pas moins vrai que cette dernière procédure est contrôlée par le CRST et ses commissions disciplinaires. Et comme le montre le rapport 1984 de la commission de physique20, évaluant les projets 1982-84 et étudiant ceux présentés pour 1984-86, les critères de choix sont visiblement inspirés par les partisans de la recherche programmée, et défavorables à une recherche jugée par trop fondamentale, mais aussi et surtout, redondante. Ainsi, pas moins de trois projets présentés concurremment concernent l’achat de microscopes électroniques (un à Monastir et un à Tunis), ou du matériel proche. Ils ne recueilleront que 1,8 % des crédits demandés, et le rapporteur de la Commission estime « que pour la microscopie électronique, il faudrait lancer une consultation nationale, il s’agit d’un matériel très cher et sophistiqué et nous ne pouvons pas nous permettre de multiplier ces appareils »21.

51En revanche, trois projets concernant le domaine de l’énergie solaire et de fluides, thèmes proches de Programmes Nationaux de Recherche (dont deux présentés par des équipes de l’INRST) se voient accorder 70 % des crédits demandés.

  • 22 Puisqu’à cette époque, c’est quasi exclusivement à elle que s’adressent les universitaires tunisien (...)
  • 23 Note du 6/01/1982 de la Délégation aux Relations Universitaires Internationales du ministère de l’É (...)
  • 24 Note manuscrite concernant le Comité mixte paritaire CNRS/MESRS du 15-16/12/1979 à Tunis. Archives (...)
  • 25 Plus de 3 millions de francs en trois ans.

52Le même type de conflits surgit vis-à-vis des sources internationales de financement, et particulièrement de la coopération française22. Jusqu’ici, les universitaires y ont eu un accès privilégié, surtout dans des institutions aussi centrales que la Faculté des Sciences de Tunis. Ce seul établissement se voit attribuer annuellement 80 % de l’enveloppe CNRS pour la Tunisie23. Avec l’apparition d’un secteur de recherche concurrent hors de l’université, cet accès exclusif est remis en question. On voit alors se développer de violents conflits tuniso-tunisiens au sein des commissions mixtes franco-tunisiennes chargées de répartir ces crédits. Ainsi la dispute qui oppose, lors du comité mixte paritaire CNRS/MESRS24, le directeur de la Recherche, promoteur des PNR et de la recherche programmée, et le doyen de la faculté des Sciences, partisan d’une recherche universitaire « libre ». Le premier défendant le programme de valorisation des minerais de phosphates et les missions à l’étranger de chercheurs confirmés, le second s’émouvant de la diminution des crédits consacrés à la microscopie électronique et aux stages de formation d’étudiants. Vis-à-vis de la coopération scientifique interétatique officielle (c’est-à-dire gérée par le ministère français des Affaires Étrangères), les enseignants-chercheurs universitaires verront également d’un mauvais œil les sommes importantes consacrées à l’édification de l’INRST, et particulièrement de sa station expérimentale de dessalement25.

53Pourtant, là encore, la réalité des faits ne correspond pas vraiment au sentiment qu’ont de nombreux universitaires d’avoir été dépouillés de leurs sources privilégiées de financement. Comme le montre le tableau ci-après, la coopération française reste fortement impliquée dans le financement de la recherche universitaire tunisienne, tout en tentant de répondre aux demandes officielles de financement du secteur de la recherche programmée.

Tableau 6 : Contribution de la coopération française (sources confondues) à la recherche scientifique tunisienne (1980 et 1981)

Tableau 6 : Contribution de la coopération française (sources confondues) à la recherche scientifique tunisienne (1980 et 1981)

Source : La recherche en cours. Années 1980-81. Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique.

54En fait, il faut avoir à l’esprit que dans ce conflit, l’aspect matériel est presque secondaire par rapport à l’aspect symbolique sous-jacent. De la part des universitaires, cette perception déformée de la réalité (qui est loin d’un dénuement total, surtout pour des chercheurs ayant toujours vécu en situation de pénurie) provient du sentiment que c’est leur légitimité scientifique, leur capacité jusque-là incontestée à incarner la pratique scientifique légitime qui est remise en cause.

  • 26 Pour reprendre le terme anglo-saxon souvent utilisé pour désigner la science dominante des pays du (...)

55Car pour ces universitaires tunisiens, l’univers des laboratoires français au sein desquels ils ont été formés représente « l’étalon », le modèle de référence par rapport auquel ils mesurent leur propre valeur. Les liens qu’ils continuent à entretenir avec eux représentent une reconnaissance implicite qui s’exprime sous diverses formes : visites dans les deux sens, travaux et publications en commun, invitations à des colloques, participations à des jurys de thèse, etc. À travers les scientifiques français, cette reconnaissance est d’une certaine façon celle de la communauté scientifique internationale, de la science mainstream26, pour des chercheurs tunisiens persuadés que seuls sont dignes d’intérêt les thèmes de recherche développés par les laboratoires occidentaux.

56Du coup, voir cette coopération se détourner partiellement d’eux pour s’intéresser au développement d’une science à prétention « locale » qu’eux mêmes refusent de reconnaître signifie qu’il leur faut à présent « partager » cette reconnaissance symbolique, et que, si cette tendance venait à s’amplifier, cela pourrait entraîner une grave érosion de leur légitimité.

57Si, outre le pouvoir institutionnel conquis au niveau national, les partisans de la recherche programmée parviennent à capter l’intérêt de la coopération scientifique internationale, il n’est pas douteux – aux yeux des universitaires – qu’ils auront en main toutes les cartes pour imposer au champ scientifique tout entier leur propre conception de la science légitime, une science finalisée mise au service de la résolution des problèmes locaux et de la maîtrise des technologies importées. Et de là, une politique sectorielle de la recherche définitivement guidée par ces mêmes valeurs.

58Ainsi, derrière une défense formulée en terme de compétence scientifique, de « liberté » et d’indépendance de la recherche », on trouve la tentative de préserver trois dimensions centrales de l’autorité scientifique dans le champ universitaire tunisien du début des années 1980 : un statut dominant de plus en plus envié (et plus difficile à atteindre), un accès au pouvoir de décision et aux ressources matérielles et symboliques, sources de légitimité et d’autorité scientifique.

***

La fin de l’expérience de recherche programmée – Réflexions sur les raisons d’un échec

59En 1986, l’expérience tunisienne de la recherche programmée connaît un brutal coup d’arrêt.

  • 27 L’acharnement de Bourguiba à « réclamer des têtes » sera l’une des raisons de sa déposition l’année (...)

60Cette année-là, une sévère dégradation de la situation économique vient s’ajouter à l’interminable crise de succession que le président Bourguiba, vieillissant, entretient savamment. Pris dans une vague « d’épuration » déclenchée par les rivalités pour la succession au sein du sérail, le premier ministre Mohamed M’zali est renvoyé et s’exile clandestinement. Des arrestations interviennent effectivement dans différents cercles proches du pouvoir, y compris dans la famille de l’épouse du président Bourguiba. Alors qu’au mois de juillet Rachid Sfar devient premier ministre, le pays est pour la première fois touché par des attentats visant les sites touristiques et attribués aux mouvements islamistes. Tandis que le pouvoir se lance dans la répression à grande échelle, la conduite à adopter face à la mouvance islamiste divise la classe politique entre les partisans de l’intransigeance et ceux qui craignent de faire des martyrs27.

61Simultanément, la Tunisie fait face à une situation économique extrêmement préoccupante : difficultés d’exportation des phosphates, perspectives d’épuisement des ressources pétrolières, stagnation du tourisme, conséquences du renvoi des 25 000 émigrés tunisiens en Libye (septembre 1985). Le dinar tunisien est fortement dévalué tandis que le gouvernement annonce des mesures d’austérité et que se profile l’adoption d’un premier plan d’ajustement structurel. Dans ce contexte d’instabilité où beaucoup voient se profiler la fin du règne bourguibien, les postes de pouvoir se gagnent et se perdent au gré de l’évolution des rapports de force des coalitions en présence.

62Abdelaziz Ben Dhia quitte le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique pour assurer la direction du Parti Socialiste Destourien. Il est remplacé à ce poste par Amor Chedly, médecin personnel du président Bourguiba, qui a longtemps dirigé l’Institut Pasteur de Tunis. Résolument hostile à la recherche appliquée, mais également peu convaincu de l’utilité de financer régulièrement la recherche universitaire, celui-ci gèle à la fois les Programmes Nationaux de Recherche et l’enveloppe des contrats DRST-Université ; il interrompt par ailleurs le fonctionnement du Conseil de la Recherche scientifique et technique ainsi que certains programmes de coopération internationale.

63Les raisons profondes d’une telle attitude sont difficiles à déterminer, et les scientifiques enquêtes – bien qu’unanimement critiques – hésitent à ce propos : étroitesse d’esprit d’un homme fortement impliqué dans les intrigues de palais, incompréhension des problèmes de la recherche de la part de quelqu’un réputé être un « pur administratif » ; ou plus simplement, application sans états d’âme des mesures d’austérité financière décidées par le gouvernement…

64Cette interruption brutale, mais aussi plusieurs aspects de l’expérience de la politique de recherche programmée ne sont pas sans rappeler une autre tentative de réforme, entreprise pratiquement à la même époque en Tunisie, dans le secteur de la santé. En guise de réflexion conclusive à cet épisode, une brève mise en parallèle de ces deux expériences permet de mieux comprendre les raisons de cet échec.

  • 28 Cf. la partie IV (Quelle politique de la santé ?) de l’ouvrage de Camau M., Zaïem H., Bahri H., Éta (...)
  • 29 « La notion de Soins de Santé de Base résumait une représentation des enjeux sanitaires caractérisé (...)
  • 30 Il est clair que l’expérience de la recherche programmée est très loin d’avoir les conséquences bud (...)
  • 31 Sans d’ailleurs, précisent les auteurs, que leurs préocupations ne correspondent à « une option réf (...)
  • 32 De la même façon que la recherche finalisée, on l’a vu, entend rompre avec le modèle d’une recherch (...)

65Dans une étude28 consacrée à cette réforme visant à réorienter la politique tunisienne de la santé vers les « soins de santé de base »29, on retrouve de façon assez frappante des facteurs explicatifs communs à ces deux tentatives avortées, même si les échelles auxquelles se déploient les deux politiques sont bien différentes30. L’étude citée analyse en effet la mise en place d’une « configuration réformatrice » assez proche de celle qui précède l’expérience de la recherche programmée. Les auteurs observent tout d’abord l’arrivée aux commandes du secteur de la santé de responsables réformateurs31 et leur rencontre avec une « faction » minoritaire au sein de l’establishment hospitalo-universitaire (le département de médecine préventive de l’Université de Tunis). Sur la base d’un examen critique des « dérives » de la période antérieure (en particulier l’aggravation de l’inégalité d’accès aux soins), leur projet entend rompre avec un modèle occidental importé (hospitalo-centrisme basé sur le curatif) et rétablir un lien entre santé publique et développement national dans toutes ses dimensions32. Par ailleurs, ce projet reçoit le soutien à la base d’une jeune génération, sortie de l’Université dans les années 1970, et professionnellement orientée vers la médecine de santé publique.

  • 33 Camau M. et alii, Op. cit., p. 227.

66Semblablement, cette tentative de réforme s’inscrit dans un contexte international favorable : celui de la promotion par l’Organisation Mondiale de la Santé d’une politique des soins de santé primaires, qui joue un rôle de légitimation pour une entreprise minoritaire. De plus, le soutien financier des instances internationales (Banque Mondiale) aide à imposer le projet auprès du pouvoir politique et au secteur dans son ensemble. Cette « imbrication de dimensions endogène et exogène »33 est aussi, comme on l’a vu, une caractéristique de la mise en place de la recherche programmée.

67Une différence notable mérite toutefois d’être soulignée qui concerne le soutien apportée aux deux expériences par une génération plus jeune qui fournit aux projets la « chair » dont ils ont besoin pour fonctionner. Les auteurs de l’étude sur la politique des soins de santé de base font remarquer que les jeunes médecins concernés se caractérisent par un engagement politique radical qui renvoie à une expérience du militantisme estudiantin des années 1970, et qui s’exprime par des mots d’ordre tels que « Pour une santé au service du peuple », « Démocratisation de l’enseignement », etc. Leur engagement professionnel dans la médecine de santé publique est autant, sinon plus, le résultat d’une conviction idéologique que de la nécessité.

68Or, un tel paramètre « politique » ne se retrouve pas dans le soutien apporté au projet de la recherche programmée par un certain nombre de jeunes enseignants-chercheurs, prêts à s’engager, au début des années 1980, dans les Programmes Nationaux de Recherche. Ce phénomène apparaît plutôt comme le résultat d’une réaction ponctuelle (saisir une opportunité qui paraît prometteuse) de la part d’individus portés – à un moment précis de la structuration du système universitaire – à anticiper de façon pessimiste leur carrière au sein de la filière universitaire classique. En d’autres termes, il ne semble pas qu’un clivage de nature politique soit venu se superposer à celui du choix pour la recherche programmée contre la recherche universitaire.

  • 34 Voir la deuxième partie de cette étude.

69Ce constat comparatif pourrait renforcer l’idée que le champ scientifique (plus précisément les sciences fondamentales) jouirait d’une plus grande autonomie, serait plus « déconnecté » des enjeux qui sont extérieurs à ses règles de fonctionnement interne, et qu’il aurait moins que d’autres espaces (le champ médical, entre autres) tendance à se partager selon des clivages politiques de la société dans son ensemble. Les luttes syndicales internes au système universitaire pendant les années 1970 fournissaient déjà un indice de cette apparente « déconnexion » du secteur des sciences fondamentales – notamment par rapport à la situation prévalant dans le domaine des sciences sociales –34. Il serait sans doute intéressant de poursuivre l’exploration d’une telle hypothèse, notamment en approfondissant, à propos des sciences sociales, la question de savoir quels types de clivages ont été induits par les grandes réformes de ce secteur (on songe en particulier à la politique d’arabisation de l’Enseignement supérieur entamée au milieu des années 1970).

  • 35 Supression de la compensation des prix à la consommation (abandonnée après les émeutes de janvier 1 (...)
  • 36 Camau M. et alii, op. cit., p. 236-237.

70Les explications de l’échec de ces deux tentatives de réformes présentent bien entendu des points communs, mais aussi des différences. Au titre des premiers, on peut rappeler une forte opposition de certains compartiments du secteur : « establishment hospitalo-universitaire » dans un cas, enseignants-chercheurs universitaires dans l’autre. Plus largement, comme le rappellent les auteurs de cette étude, ces échecs s’inscrivent dans un ensemble plus large de réformes avortées35 caractéristiques d’une instabilité des décisions gouvernementales, dans le contexte de contraintes économiques et sociales contradictoires et d’attentisme face à la succession du Chef de l’État. En revanche, les points d’achoppement de la réforme de la santé que constituaient la nécessaire formation des personnels et l’impossible réaffectation de ressources36 n’en étaient pas pour la réorientation de la recherche scientifique : la recherche programmée n’impliquait pas a priori une formation radicalement différente de celle qui était dispensée jusque-là dans les facultés ; quant aux ressources, leur allocation antérieure était si faible qu’il s’agissait plus d’en mobiliser de nouvelles que de répartir différemment celles qui étaient jusque-là disponibles.

71Dans le cas plus spécifique de l’expérience de politique scientifique, et au delà des explications conjoncturelles de son interruption, les raisons de l’échec semblent en partie inscrites dans les conditions de naissance de ce que nous avons appelé un réseau de politique. Ce réseau informel constitué, on l’a vu, au fil de l’action, est porté à la non-médiatisation, voire à une certaine clandestinité institutionnelle. Plutôt que de tenter d’obtenir un large consensus autour de la politique proposée, dans des enceintes et à des niveaux susceptibles de lui apporter une certaine pérennité (le Parlement par exemple, mais aussi les autres ministères directement concernés par la Recherche scientifique) ses membres préfèrent conserver la souplesse de leur alliance informelle et privilégient une utilisation instrumentale de l’accès au politique (le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche) pour atteindre le plus rapidement possible leurs objectifs.

  • 37 Dans un rapport rendu en juillet 1985 (« L’Université tunisienne : le temps des questions, l’âge de (...)

72Ce qui, pendant une conjoncture favorable, a pu apparaître comme une force devient alors une faiblesse. Ainsi, le Conseil de la Recherche scientifique et technique, organe censé coordonner la recherche au niveau national, est d’autant plus facilement supprimé qu’étant resté placé sous la tutelle du seul ministère de l’Enseignement supérieur, il n’a pas de lien officiel avec les autres départements, et que d’autre part l’arrêté de sa création n’a jamais paru au Journal Officiel. De même, le fonctionnement des Programmes Nationaux de Recherche n’a t-il fait l’objet d’un texte officiel qu’en mars 1986 – soit près de huit ans après leur mise en œuvre – lorsque leur existence est menacée. Enfin, le soutien apporté au niveau ministériel vise plus clairement un homme – le directeur de la Recherche réformateur – que les détails de la mise en œuvre de l’expérience de recherche programmée. Peu de temps avant de quitter son poste, le ministre a d’ailleurs pris quelques distances avec les réalisations de sa direction de la Recherche37.

73Un autre aspect caractéristique lors de la mise en place de ce réseau est la concentration du pouvoir de décision entre un nombre relativement restreint d’individus. Cette caractéristique ne changera guère par la suite. Là aussi, plutôt que de tenter de rallier progressivement des soutiens au sein même du camp des enseignants-chercheurs des facultés, initialement opposés au projet, les promoteurs-médiateurs de la politique de recherche programmée, sans doute exagérément confiants dans la seule force de leur accès au politique, préfèreront conserver l’entière maîtrise de la mise en œuvre. De là résultera une coupure qui n’était sans doute pas inéluctable au début, mais qui se transformera progressivement en rejet définitif. N’ayant pas réussi à imposer leur hégémonie sur l’ensemble du champ scientifique, les promoteurs de la recherche programmée ne réussiront finalement pas plus à faire admettre la « nouvelle idée de la science » (c’est-à-dire un nouveau référentiel pour le secteur) dont ils se voulaient porteurs. La base « étroite » dont ils disposent (matériellement identifiée à l’Institut National de la Recherche scientifique et technique de Borj-Cedria) sera de plus en plus vécue sur le mode d’une enclave à défendre, et le projet qui justifiait son existence sera balayé lorsque les conditions fragiles d’un leadership momentané ne seront plus réunies.

Notes

1 La majorité d’entre eux sont nés dans l’intervalle allant de la moitié des années 1930 au début des années 1940.

2 Rappelons que c’est de leurs rangs que provient la première initiative visant à protéger l’accès aux postes dominants du corps universitaire, avec la création en 1974 du Syndicat des Professeurs et Maîtres de Conférence qui fait scission avec le Syndicat (jusque-là hiérarchiquement indifférencié) de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique.

3 Bourdieu P., Homo Académicus, Paris, Éditions de Minuit, 1984, p. 225.

4 Pour un éclairage de cette notion dans le contexte du champ universitaire français de la fin des années 60, cf. Bourdieu P., op. cit., p. 104.

5 On renverra ici à la couverture journalistique détaillée de ce colloque par Ridha Najar, « Recherche, un monopole pour universitaires ? », Dialogue n°245, 14/05/1979. Cf. également Sraieb N., « Chronique sociale et culturelle Tunisie », Annuaire de l’Afrique du Nord 1979, p. 705-706.

6 Idem.

7 Rappelons qu’à cette date (1979), le seul centre de recherche en sciences fondamentales où l’on trouve des chercheurs plein temps, à savoir l’IRST, ne compte que 12 personnes, alors que la faculté des Sciences de Tunis recense environ 250 enseignants-chercheurs.

8 Table-ronde « La recherche scientifique en débat » organisée en juillet 1982, première partie, publiée dans l’hebdomadaire Dialogue, n° 409, 5/07/1982.

9 Idem.

10 Idem.

11 Idem.

12 Zouaghi M., « La recherche scientifique. Comment sortir du sous-développement actuel ? », Le Maghreb, 87, 28 janvier 1 »84, p. 6-9.

13 Syndicat issu de la scission intervenue en 1974 et depuis lors distinct du Syndicat National de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique constitué, lui, en majorité d’enseignants de rang B, Assistants et Maîtres-Assistants.

14 Si ceux-ci peuvent paraître maigres au regard du tableau dressé par M. Zouaghi, il faut garder à l’esprit plusieurs aspects importants notamment, l’accès privilégié des universitaires « connus » à la coopération scientifique internationale, française en particulier : équipements, voyages, séjours à l’étranger, travaux à des projets communs et élargissement des réseaux d’interconnaissances…

15 Bourdieu P., « Le champ scientifique », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 2-3, juin 1976, p. 94.

16 Que l’on a analysées en début d’ouvrage à travers le discours bourguibien.

17 Cet argumentaire est bien sûr très proche de celui développé en France pendant le long processus de professionnalisation des chercheurs du CNRS par les adversaires de cette voie. Cf. le chapitre « Profession, chercheur » de l’ouvrage de J-F. Picard, La république des savants. La recherche française et le CNRS, Paris, Flammarion, 1990.

18 R.Boukhris, s’exprimant dans le cadre de la table ronde « La recherche en débat », revue Dialogue, n° 410, 12/07/1982.

19 Mais non « permanents », comme l’auraient voulu les responsables des PNR.

20 Rapport de la Commission des Sciences Physiques. Décembre 1984. Conseil de la Recherche scientifique et technique. Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. République Tunisienne. Il s’agit de l’un des seuls documents qui a pu être consulté concernant l’activité d’évaluation et de distribution des ressources du CRST. Toutefois, il est probablement emblématique de l’orientation générale de l’ensemble des commissions importantes aux yeux des promoteurs de la recherche programmée (chimie, physique, biologie, géologie, sciences de l’ingénieur).

21 Op. cit., p. 13.

22 Puisqu’à cette époque, c’est quasi exclusivement à elle que s’adressent les universitaires tunisiens.

23 Note du 6/01/1982 de la Délégation aux Relations Universitaires Internationales du ministère de l’Éducation Nationale. Coopération universitaire avec la Tunisie. Archives du Service Culturel Français à Tunis. Boîte 147 CD 2.1.

24 Note manuscrite concernant le Comité mixte paritaire CNRS/MESRS du 15-16/12/1979 à Tunis. Archives du Service Culturel Français à Tunis. Boîte 151. CD 2.2.

25 Plus de 3 millions de francs en trois ans.

26 Pour reprendre le terme anglo-saxon souvent utilisé pour désigner la science dominante des pays du Nord, par opposition à une science plus locale et moins visible.

27 L’acharnement de Bourguiba à « réclamer des têtes » sera l’une des raisons de sa déposition l’année suivante.

28 Cf. la partie IV (Quelle politique de la santé ?) de l’ouvrage de Camau M., Zaïem H., Bahri H., État de Santé. Besoin médical et enjeux politiques en Tunisie, Paris, Éditions du CNRS, 1990.

29 « La notion de Soins de Santé de Base résumait une représentation des enjeux sanitaires caractérisée par la dénonciation des disparités et d’une gestion défectueuse des ressources et la proposition d’une refonte structurelle combinant quatre éléments : l’intégration du préventif et du curatif, la périphérisation des services, l’insertion de la dimension sanitaire dans l’ensemble du processus de développement et la participation de la population à la promotion de sa santé ». (Camau M. et alii, op. cit., p. 225).

30 Il est clair que l’expérience de la recherche programmée est très loin d’avoir les conséquences budgétaires d’une politique de la santé, ce qui explique, comme on l’a dit plus haut qu’une implication réelle du niveau politique – ministériel – n’ait pas été déterminante, en dehors d’un soutien de principe.

31 Sans d’ailleurs, précisent les auteurs, que leurs préocupations ne correspondent à « une option réformatrice réfléchie des autorités gouvernementales », Camau M. et alii, op. cit., p. 228

32 De la même façon que la recherche finalisée, on l’a vu, entend rompre avec le modèle d’une recherche fondamentale monopolisée par l’Université et l’intégrer au processus de développement.

33 Camau M. et alii, Op. cit., p. 227.

34 Voir la deuxième partie de cette étude.

35 Supression de la compensation des prix à la consommation (abandonnée après les émeutes de janvier 1984), réformes visant à lutter contre la fraude fiscale abrogées en 1983.

36 Camau M. et alii, op. cit., p. 236-237.

37 Dans un rapport rendu en juillet 1985 (« L’Université tunisienne : le temps des questions, l’âge des nouvelles options »), le ministre esquisse de nouvelles propositions pour institutionnaliser la recherche sans vraiment mentionner les réalisations des années précédentes, de même qu’il propose de limiter la création des Centres de Recherche hors Université, qui étaient l’une des pièce maîtresse de la politique de recherche programmée.

Table des illustrations

Titre Tableau 6 : Contribution de la coopération française (sources confondues) à la recherche scientifique tunisienne (1980 et 1981)
Légende Source : La recherche en cours. Années 1980-81. Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/530/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 55k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540