Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Science et pouvoir dans la Tunisie contemporaine

 | 
François Siino

Troisième partie. Priorité à la recherche « appliquée » ? Polémique autour d'une politique scientifique (1978-1986)

7. La concrétisation institutionnelle de la nouvelle politique scientifique

Texte intégral

1L’alliance scellée entre l’administration de tutelle de la recherche tunisienne et une composante minoritaire du champ scientifique n’a pas pour seul but la réflexion, mais bel et bien l’action. Une fois mis en place, ce système particulier qu’est un réseau de politique, comment concrétise-t-il son programme ?

PROGRAMMES NATIONAUX DE RECHERCHE ET RECHERCHE UNIVERSITAIRE : L’ARBITRAGE

  • 1 Rappelons que nous ne prenons pas en compte ici le seul PNR en sciences sociales, le Programme inti (...)

2Bien qu’ils constituent le cœur opérationnel du nouveau dispositif, les Programmes Nationaux de Recherche (PNR)1 ont laissé peu de traces écrites officielles. L’une des raisons pourrait en être le « nettoyage » effectué en 1986 par l’équipe ministérielle responsable de la fin de l’expérience. Là encore, l’enquête orale s’est donc révélée une source privilégiée pour retracer cet aspect de la politique scientifique mise en œuvre à partir de 1978.

La mise en route des Programmes Nationaux de Recherche

3Ces programmes (PNR) ont été élaborés entre 1977 et 1979 par une petite équipe informelle réunissant autour du directeur de la Recherche scientifique au MESRS, plusieurs scientifiques de diverses disciplines, souvent originaires d’institutions « périphériques » par rapport à la Faculté des Sciences de Tunis et porteurs de projets dans leurs spécialités. Les PNR seront donc étroitement liés à la personnalité de leurs concepteurs-promoteurs qui à terme en deviendront les responsables. En ce sens, ils représentent un « compromis » entre les priorités nationales telles que perçues par le directeur de la Recherche et les centres d’intérêts des nouveaux médiateurs du champ scientifique.

4Les programmes sont également marqués par l’origine « périphérique » de leurs responsables par rapport au pôle académique central que constitue la Faculté des Sciences de Tunis dans le domaine des sciences fondamentales. En proportion du poids qu’elle représente, celle-ci est peu associée aux PNR, moins sans doute en raison de sa prétendue orientation vers la recherche fondamentale, que du fait qu’elle reste un haut lieu de la contestation de ces programmes.

  • 2 Parfois mentionné sous le terme plus général « Énergies renouvelables ».

5Les premiers à être définis, puis mis en place sont ceux conduits par les personnalités dominantes du groupe. Le plus important est sans doute le programme « Energie solaire »2, Mené par Mohamed Maâlej, l’un des leaders du groupe des médiateurs, ce programme vise principalement l’étude des possibilités de dessalement d’eaux salées ou saumâtres par des procédés à faible consommation d’énergie. L’emploi de générateurs photovoltaïques et éventuellement éoliens permet en effet d’envisager un fonctionnement dans des sites isolés, par définition susceptibles d’être à la fois privés d’eau douce et de réseau électrique.

  • 3 La recherche en cours. Année 1980-81, ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scie (...)
  • 4 Relativement à son poids dans le paysage scientifique puisqu’elle « pèse » 290 enseignants-chercheu (...)

6Il est l’un des plus ambitieux, puisqu’il comprend cinq volets distincts : photovoltaïque ; dessalement de l’eau de mer ; conversion thermique ; cartographie solaire ; habitat solaire. Sa réalisation associe quatorze institutions, universitaires ou autres, pour un total de 38 personnes3. L’Institut de Recherche scientifique et technique, institution d’origine de M. Maâlej y est bien sûr raisonnablement représenté (6 personnes), ainsi que plusieurs facultés des sciences de province (Sfax et Monastir, 8 personnes). Le réseau comprend également plusieurs écoles d’ingénieurs et de techniciens (11 personnes) ainsi que des ministères et instances publiques telles que l’Office National des Mines (6 personnes). La Faculté des Sciences de Tunis est associée au PNR « énergie solaire », mais de façon modeste4 puisque sept universitaires seulement participent, en particulier pour le volet « conversion thermique ». Encore convient-il de noter que cette équipe est placée sous la responsabilité d’un physicien très proche de Mohamed Maâlej, puisqu’ils ont fait toutes leurs études ensemble. S’il a rejoint la Faculté des Sciences de Tunis en 1981, il est, lui aussi, également originaire de l’Institut de Recherche scientifique et technique.

7Mis en place « hors les murs » à partir de 1979-80, ce PNR sera basé à partir de 1983-84 à l’Institut National de Recherche scientifique et technique de Borj-Cedria, et principalement mis en œuvre par le Centre de Physique et d’Énergétique. Coordinateur du programme, Mohamed Maâlej sera également le directeur de ce centre.

8A peu près en même temps se met en place le programme « Phosphates et saumures » conduit par une chimiste de l’École Normale supérieure, Najia Ariguib. Ce PNR est plus directement lié à l’industrie et à l’économie tunisienne, puisque l’extraction des phosphates constitue pour le pays une importante ressource minière, surtout à une époque ou l’on prend conscience de la diminution des ressources pétrolières. Exploité par des entreprises étatiques, le phosphate, extrait surtout dans la région de Gafsa est une source non négligeable de devises, puisqu’en 1981, il constitue, avec le pétrole, 40 % du total des recettes des exportations de biens et de services. Le phosphate étant exporté essentiellement sous forme de matière première brute, la plus-value réalisée lors de ses transformations ultérieures est jusque là réalisée hors de Tunisie. Pour en récupérer ne serait-ce qu’une partie, il s’agit d’envisager des procédés d’enrichissement et de transformation adaptés aux qualités de phosphates locales. Par ailleurs, on envisage la possibilité d’extraire des mêmes terrains des produits à forte valeur ajoutée comme les terres rares, par exemple.

  • 5 La recherche en cours. Année 1980-81, op. cit., p. 92.

9Là encore, la personnalité du coordinateur se reflète sur la structure institutionnelle du réseau mis en place qui totalise 41 personnes5. L’École Normale supérieure, institution d’origine de Mme Ariguib, y est bien représentée (7 personnes) ainsi que les société étatiques (12 personnes), avec au premier rang la Compagnie des Phosphates de Gafsa. On y trouve également les Facultés des Sciences de province (7 personnes) ainsi que l’ENIT (1 personne), et deux centres de recherche hors-université dont l’IRST (2 personnes). Ici aussi, la Faculté des Sciences de Tunis est loin d’avoir la position de force qu’elle occupe dans le champ scientifique tunisien : elle est représentée par 10 personnes, dont deux chimistes seulement, malgré le fait que cette discipline soit majoritaire au sein du programme. Les autres universitaires identifiés relèvent des sciences de la terre, département de taille modeste, mais qui est le seul à avoir considéré de façon plutôt favorable les nouvelles orientations de recherche. Ce groupe est placé sous la direction du professeur Sassi Sassi, lui-même participant au programme. Mis en route à partir de l’École Normale supérieure en 1980, le PNR « Phosphates et saumures » constituera, à partir de 1983-84, le cœur du Centre de Chimie Appliquée de l’INRST.

10A la suite de ces deux programmes principaux sont également mis en place le programme « Eau » confié à l’hydrogéologue, Mohamed Ennabli (INAT) et celui des « Sciences de la mer », au biologiste Frej Kartas (FST). D’autres, plus flous, ne verront jamais vraiment le jour comme ceux consacrés au « Sud tunisien » et à « Urbanisme et urbanisation ». Les programmes disposent, à partir de 1979, d’une ligne budgétaire distincte.

Des moyens financiers conséquents

  • 6 À cette date et jusqu’en 1986, on peut considérer qu’un dinar tunisien vaut entre dix et onze franc (...)

11Dès 1980-81, date de mise en œuvre des quatre premiers PNR, les moyens financiers engagés (hors coopération internationale) sont considérables, surtout si on les ramène au financement de l’ensemble de la recherche tunisienne. Sur un budget PNR total de 522 000 dinars6, 24,5 % sont consacrés à l’énergie solaire, 40,4 % aux phosphates et saumures, 21,6 % aux sciences de la mer et 13,4 % au programme « Eau ».

12Il faut également noter l’importance tenue par les financements d’équipement (74,2 %) par rapport au fonctionnement (25,8 %). Sans doute peut-on y voir le signe du caractère inédit des nouvelles orientations nécessitant une infrastructure différente ; c’est le cas en particulier des programmes phosphates et saumures et énergie solaire, la moindre dotation de ce dernier étant largement compensée par d’importants apports de la coopération scientifique internationale. Mais ce considérable effort d’équipement révèle également une volonté de construire ex nihilo, plutôt que de s’appuyer sur l’appareillage existant au sein des unités de recherche déjà existantes.

13La comparaison entre les budgets affectés aux Programmes Nationaux de Recherche pour ces deux premières années de fonctionnement, et l’ensemble des crédits consacrés à la recherche scientifique tunisienne est également instructive. Le budget PNR représente un tiers du budget total de la recherche scientifique (qui s’élève à 1,6 million DT pour 1980 et 81) et légèrement plus du tiers de la dotation totale en équipement (1,1 million DT pour la même période). Si l’on s’en tient aux deux programmes les plus importants (Énergie solaire, Phosphates et saumures), on peut calculer qu’ils représentent à eux seuls 20,8 % de l’ensemble du budget recherche pour 1980 et 1981 (15,3 % du fonctionnement, 23,4 % de l’équipement). Si l’on rappelle que ces deux programmes regroupent 79 personnes sur les 1223 enseignants-chercheurs que compte en 1980-81 l’Université tunisienne, on peut mesurer le degré de priorité qui leur est accordé.

Une institutionnalisation tardive, ou prévoir ce qui est advenu

14De façon assez surprenante, bien qu’ils aient représenté l’élément central de la nouvelle politique scientifique et la raison d’être des créations institutionnelles ultérieures (Conseil de la Recherche scientifique et technique en 1982, INRST en 1983), les Programmes Nationaux de Recherche ne feront pas eux-mêmes, l’objet de textes spécifiques, et ce jusqu’en mars 1986, soit quelques mois avant leur suppression. Ce fait étrange peut s’expliquer en partie par le fort degré de personnalisation de ces programmes, chacun étant en quelque sorte incarné par la personne de son concepteur-coordonnateur ; sans doute aussi par l’idée, chez leurs promoteurs, que la mise en place matérielle d’institutions chargées de l’exécution de ces programmes suffirait à en assurer la pérennité.

  • 7 Décret n° 83-1037 du 4 novembre 1983.

15On trouve une première mention rapide des PNR dans le texte du décret de création de l’Institut National de Recherche scientifique et technique7 en novembre 1983. La première mission du nouvel institut est en effet de « réaliser en totalité ou en partie en collaboration avec les autres unités de recherche, les Programmes Nationaux de Recherche dont il a été chargé par le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique » (art. 3.I.). Mais, l’occasion n’est pas saisie de fixer officiellement les quatre programmes déjà engagés à cette date. Quant aux « modalités de leur élaboration et de leur fonctionnement », elles sont renvoyées à un ultérieur « arrêté du ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche » (art. 7).

  • 8 Arrêté du ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique relatif aux modalité (...)

16Cet arrêté viendra, on l’a dit, mais bien tard puisqu’il faut attendre le 1er mars 19868, soit à peine cinq mois avant le départ du ministre A. Ben Dhia, départ qui sonnera le glas de l’ensemble de l’expérience des PNR. Ce texte n’est donc, en fait, qu’une tentative de rationalisation a posteriori d’un fonctionnement effectif depuis 1980, mais resté depuis lors largement informel. En cela, il est intéressant, puisqu’il donne à voir pour la première fois de façon officielle, la concentration du processus de décision et son verrouillage au niveau du réseau constitué par la direction de la Recherche scientifique et le groupe des scientifiques qui lui sont étroitement associés.

17Si la définition de l’objet des PNR reste assez large – « toute recherche de grande envergure pouvant avoir dans le court, le moyen et le long terme, des implications importantes pour le développement économique, social et culturel du pays » (art. 1) – le fonctionnement est, lui, précis. Il révèle comment les PNR sont fortement ancrés aux quatre nœuds principaux du réseau : le directeur de la Recherche scientifique et technique ; les personnalités des scientifiques médiateurs ; le Conseil de la Recherche scientifique et technique ; l’Institut National de la Recherche scientifique et technique.

18Le directeur de la Recherche préside le « comité ad hoc » chargé de la proposition et de l’élaboration des PNR (art. 3), de même qu’il présidera plus tard les réunions des « commissions nationales » chargées du fonctionnement des PNR (définition des objectifs, planification des étapes, répartition des budgets entre équipes participantes, évaluation des résultats) (art. 8).

19Le groupe des scientifiques médiateurs participe au comité ad hoc en tant que « personnes reconnues pour leurs compétences dans le domaine » (art. 3), et à partir de 1982, en tant que membres influents du Conseil National de la Recherche scientifique, ils auront à donner leur avis sur l’opportunité de création de chaque PNR (art. 3). Ce sont eux qui constitueront en partie la « commission nationale » des PNR, prévue par l’article 4, et c’est également parmi eux que sont « nommés par arrêté » du ministre les coordinateurs de chaque PNR (art. 5).

20Enfin, sans que son nom soit explicitement mentionné, l’Institut National de la Recherche scientifique et technique, opérationnel à partir de 1983-84, se voit reconnaître implicitement une place centrale dans le dispositif. Le ministère se réserve en effet la possibilité de confier à une institution particulière « la réalisation et la gestion financière d’une partie du PNR », et si nécessaire le rôle de « laboratoire central » du PNR (art. 9). La mention supplémentaire selon laquelle « les activités principales de l’institution concernée doivent être étroitement liées à celles du PNR », écarte de fait tout autre institution que l’INRST, puisque celui-ci compte en son sein la quasi-totalité des coordonateurs. Du coup, l’INRST devient, en vertu de l’article 15, le réceptacle privilégié des divers financements affectés aux PNR, et son directeur, l’ordonnateur de ces fonds. Pour plus de souplesse, possibilité lui est laissée de déléguer sa signature aux chefs de projets.

21Ainsi, le texte de cet étrange arrêté qui vient prévoir et planifier ce qui est déjà advenu, confirme également l’ambiguïté du contenu même des Programmes Nationaux de Recherche. La visée est nationale, certes, puisque les retombées de programmes ont vocation à venir renforcer un développement économique plus autonome et plus rationnel. L’étroitesse du dispositif de conception et d’exécution trahit en revanche l’appui assez faible dont jouissent les nouvelles orientations au sein du champ scientifique universitaire, largement laissé de côté (en particulier la faculté des Sciences de Tunis), et la position défensive du réseau de politique mis en place à partir de 1978. On comprend mieux ainsi la critique formulée par le doyen de la faculté des Sciences de Tunis à cette période, sur cette politique :

  • 9 Entretien avec l’auteur, nov. 1994.

« Personnellement, j’avais condamné et fustigé [cette politique], soit en tant qu’enseignant, soit en tant que doyen. C’est que le ministère avait voulu uniquement financer certains programmes. Il avait concentré tout sur certains programmes qu’il avait définis lui-même. D’ailleurs il les avait appelés Programmes Nationaux, mais ils n’avaient rien de nationaux, parce qu’en fait, ils impliquaient… à mon sens, que ce qui est national, devrait impliquer l’ensemble de la communauté scientifique tunisienne. Alors que là, ils impliquaient certaines personnes. Et ça a permis à certaines personnes de développer de méga-labos qui n’ont jamais servi à rien. […] Et qui n’a pratiquement pas répondu aux objectifs qu’on lui avait fixés au départ. Et qui n’y répondra jamais parce que c’est un outil qui a été créé en dehors de l’Université »9.

Apaiser l’Université : les contrats

22Pour essayer d’apaiser cette critique que partage une majorité d’universitaires, ou tout au moins d’en atténuer la force, le réseau de prise de décision tente d’affaiblir le principal argument de ses opposants, selon lequel la nouvelle politique scientifique détournerait l’ensemble des crédits vers les PNR, dépossédant ainsi la recherche universitaire de tout moyen.

  • 10 La recherche en cours. Année 1980-81, op. cit., p. 1.

23Dès 1980, c’est-à-dire parallèlement aux PNR, est ainsi mise en place une procédure nouvelle de financement de la recherche universitaire dite des « contrats-programmes » que le directeur de la Recherche décrit ainsi : « Chaque établissement [d’Enseignement supérieur] présente les programmes de recherche qu’il souhaite développer pendant une période de deux années, le dossier comprenant le programme lui-même, l’équipe de recherche et les moyens nécessaires pour le fonctionnement et pour l’équipement. Chaque programme fait l’objet d’un contrat entre le chef d’établissement et le ministère, le travail étant soumis à une évaluation périodique »10.

24Le fait que les équipes universitaires n’aient pas de reconnaissance juridique (sous forme d’unités de recherche ou de laboratoires identifiés) aboutit à ce que seul l’établissement universitaire (faculté ou école) peut recevoir et gérer les fonds. Ce qui multiplie les démarches administratives et alourdit considérablement la procédure. Il n’en reste pas moins que pour la première fois, les équipes de recherches universitaires se voient dotées d’une enveloppe financière explicitement consacrée à la recherche scientifique. Dès le lancement de cette formule en 1980-81, ce sont 144 contrats bi-annuels qui sont signés entre les établissements d’Enseignement supérieur tunisiens et la direction de la Recherche scientifique et technique.

  • 11 Le nombre de programmes décomptés ici (144) ne correspond pas à celui annoncé par le directeur de l (...)

25Comme le montre le tableau ci-dessous, obtenu à partir de la liste des programmes universitaires recensés par le bilan de 1980-8111, la faculté des Sciences de Tunis confirme sa position de principale institution scientifique du pays avec un tiers des programmes signés. La faculté de médecine, en deuxième position n’en obtient que 11 %.

Tableau 3 : Nombre de contrats DRST-Université en 1980-81 par établissement

Tableau 3 : Nombre de contrats DRST-Université en 1980-81 par établissement

Source : La recherche en cours. Années 1980-81. Op. cit.

26On relève également la part importante de contrats qui revient à l’Institut de Recherche scientifique et technique, institution chère au cœur des promoteurs des PNR et base institutionnelle du futur INRST. Malgré une orientation tournée vers la recherche appliquée et le fait qu’il ne compte en 1981 que 23 chercheurs, l’IRST ne recueille pas moins de neuf contrats DRST-Université.

27Preuve, si besoin est, que les contrats-programmes, même s’ils sont une concession au mécontentement des universitaires et une tentative de circonvenir leur opposition, restent sous le contrôle du réseau décisionnel qui lie étroitement la direction de la Recherche et le groupe de scientifiques-médiateurs. Jusqu’en 1982, c’est la direction de la Recherche scientifique et technique qui décide de leur attribution. A partir de 1982, avec la création du Conseil de la Recherche scientifique et technique, c’est à l’ensemble du réseau, désormais officialisé sous forme d’institution de coordination qu’est soumise l’approbation de tous les programmes financés par la DRST.

Tableau 4 : Financement des programmes de recherche sur contrat DRST/Université (en dinars)

Tableau 4 : Financement des programmes de recherche sur contrat DRST/Université (en dinars)
  • 1 Données non-disponibles

Source : ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique.
Note (*)1

28Le financement de départ de ces programmes n’est pas négligeable, puisqu’il s’élève à 1 115 152 dinars, dont 35 % sont consacrés aux crédits de fonctionnement et 65 % à l’acquisition d’équipements scientifiques. Ce niveau ne sera cependant plus jamais atteint au cours des années suivantes durant lesquelles les crédits alloués à la recherche universitaire stagneront en dessous de 800 000 dinars.

29Toutes les disciplines seront frappées par cette baisse, quoique de façon inégale : les sciences de l’ingénieur, par exemple y seront moins sensibles que les sciences fondamentales (physique, chimie, mathématiques), peut-être en raison de leur plus grande convergence avec les orientations globales vers la recherche appliquée. Autre exception notable, la géologie qui voit, à l’inverse, ses crédits augmenter continuellement. Là encore, l’implication évoquée plus haut du département de géologie dans le PNR « Phosphates et saumures », dans celui des « Sciences de la mer » et sa proximité du directeur de la Recherche, géomorphologue de formation, a sans doute contribué à ce régime de faveur.

30L’analyse de la mise en place des Programmes Nationaux de Recherche, à partir de 1978, permet donc de poser deux constats. D’une part, la dynamique créée par le réseau décisionnel profite d’une certaine façon à l’ensemble de la recherche scientifique tunisienne qui se voit dotée, pour la première fois d’un budget propre. Contrairement à la vision catastrophique que donnent encore aujourd’hui de cette période certains enseignants-chercheurs, la recherche universitaire ne se trouve pas dépossédée par les programmes nationaux puisqu’elle ne disposait jusque-là d’aucun crédit spécifique. En revanche, à l’intérieur de cette dynamique, les choix sont clairement établis et les priorités bien affirmées. La prééminence financière dont jouissent les programmes nationaux et la recherche appliquée est la conséquence directe du leadership provisoire d’un groupe d’acteurs qui réussissent à faire de leurs convictions particulières les valeurs dominantes du fonctionnement du champ scientifique tout entier.

Un premier bilan de la recherche tunisienne : 1980-81

31Peu de temps après la mise en route des Programmes Nationaux de Recherche, l’année 1980-81 voit se réaliser un événement inédit dans le domaine de la recherche scientifique tunisienne : pour la première fois, l’autorité de tutelle, le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique publie un bilan de l’activité des établissements d’enseignement supérieur et de recherche. Cette opération est menée avec le concours d’une institution récemment créée (en août 1980), le Centre National Universitaire de Documentation scientifique et technique dont le rôle est de centraliser, inventorier, traiter et diffuser l’ensemble de la documentation scientifique et technique, tant d’origine tunisienne qu’étrangère. A la bibliothèque universitaire centrale, viennent ainsi s’ajouter un service de la documentation en sciences exactes et appliquées et un service de la documentation en sciences humaines et sociales.

32Outre sa fonction documentaire, le CNUDST est aussi chargé d’exercer les fonctions d’une sorte d’observatoire de la recherche, puisque c’est à lui qu’est confié la mission de publier régulièrement des bilans quantitatifs de la recherche scientifique tunisienne en cours.

Une volonté de rationalisation

  • 12 La recherche en cours. Années 1980-1981. Programmes, Equipes de recherche, Financement. Ministère d (...)
  • 13 L’un des thèmes de prédilection de la Division des Politiques scientifiques de l’UNESCO depuis le d (...)

33Bien qu’incomplet dans son contenu réel, ce premier bilan12 établi en 1980-81 n’en reste pas moins capital en ce qu’il marque une nette rupture avec la période précédente. Le souhait de « savoir qui fait quoi ? » formulé à maintes reprises par les universitaires, lors de séminaires de réflexion sur la recherche, comme préalable à toute organisation du secteur, n’a jusque-là jamais rencontré l’adhésion des autorités de tutelle. A l’inverse de l’Enseignement supérieur, objet d’une politique vigoureuse, qui, nous l’avons vu, fait dès 1971 l’objet d’une collecte régulière de données, la recherche scientifique n’a jamais été jugée digne d’inventaire. Malgré toutes les exhortations d’organismes internationaux comme l’UNESCO, le « potentiel scientifique et technique » (PST)13 n’a jamais été évalué. La recherche, bien qu’abondamment évoquée dans le discours officiel, reste considérée comme une activité à la marge, laissée à la libre volonté de chacun.

34Par contraste, l’effort d’état des lieux entrepris en 1980-81 marque une volonté d’action sur le secteur de la recherche, en même temps qu’il souligne la priorité dont jouit à présent cette activité longtemps délaissée.

35Par la force des choses, ce bilan reflète principalement les premiers résultats des orientations prises à partir de 1978. Il rend donc public :

  • la nouvelle procédure des « contrats-programmes » DRST-Université ; leur financement ; un index alphabétique de ces programmes (au nombre de 144) ; un index alphabétique des chercheurs impliqués dans ces programmes.

  • les Programmes Nationaux de Recherche ; leur financement ; la liste des chercheurs de différentes institutions, associés à ces programmes.

  • 14 Les informations contenues sont difficiles à manier car présentées essentiellement sous forme de li (...)
  • 15 Selon les termes de A. Ben Dhia, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifiq (...)
  • 16 Idem., p. II.

36Si ses lacunes sont nombreuses14, il n’en reste pas moins que la direction de la Recherche scientifique et technique dispose désormais d’un document de base pour une planification, mais aussi destiné « à faire connaître à chaque universitaire et à chaque étudiant en fin de cycle, qu’il réside en Tunisie ou à l’étranger, les programmes de recherche développés, les équipes qui les ont pris en charge et les moyens financiers qui leurs sont alloués annuellement »15. Il s’agit d’encourager « non seulement une utilisation beaucoup plus rationnelle de nos équipements, mais aussi et surtout une plus grande animation scientifique de nos laboratoires et une excellente opportunité de travailler sur nos propres données, sur nos propres substances et pour nos propres besoins »16.

Panorama de la recherche universitaire tunisienne

37Quelle image instantanée de la recherche tunisienne ce bilan nous donne-t-il ?

  • 17 Ce total est composé de 23 établissements relevant du seul MESRS et de 31 établissements en cotutel (...)

38En 1980-81, on recense 22 établissements dans lesquels se déroulent des activités de recherche, sur un total de 54 établissements d’Enseignement supérieur17. Ils sont répartis de la façon suivante :

  • 10, en sciences exactes ou naturelles : faculté des Sciences de Tunis et de Sfax, École d’ingénieur de Tunis, École Normale supérieure, Centre de Recherche en Génie Rural, École Normale supérieure d’Enseignement technique, Institut de Recherche scientifique et technique, Institut National de la Recherche Agronomique de Tunis, Institut Technologique d’Art d’Architecture et d’Urbanisme, Institut National de Recherche Forestière.

  • 4, pour la médecine et sciences associées : Facultés de Médecine de Tunis, Sfax et Sousse, faculté de Pharmacie et de Médecine dentaire de Monastir.

  • 8, en sciences humaines et sociales : Faculté des Lettres et des Sciences Humaines et Sociales de Tunis, Centre d’Études et de Recherches Économiques et Sociales, Faculté de Droit, de Sciences Politiques et Économiques, Faculté de Sciences Économiques et de Gestion de Sfax, Faculté Ezzitouna, Institut de Presse et des Sciences de l’Information, Institut des Hautes Études Commerciales, Institut supérieur de Gestion.

39L’évaluation du nombre de personnes s’adonnant à des activités de recherche est plus difficile à réaliser. En effet, au-delà du nombre minoritaire d’enseignants-chercheurs affectés à temps plein à la recherche (dans des institutions comme le Centre d’Études et de Recherches Économiques et Sociales ou l’Institut de Recherche scientifique et technique) et qui peuvent être d’emblée comptabilisés, puisque par définition ils n’ont d’autre activité que la recherche, l’exercice s’avère difficile. Les enseignants-chercheurs des Facultés et Écoles n’ont pas d’obligations strictes vis-à-vis de la recherche, et s’il est certain que bon nombre d’entre eux poursuivent des travaux, il est également de notoriété publique que d’autres se contentent d’assumer leur tâche d’enseignant.

  • 18 On a soustrait de cette liste les établissements de recherche agricole, qui ne participent que marg (...)

40De façon assez pragmatique, la direction de la Recherche du MESRS se base ici sur le résultat des réponses au premier appel d’offre de contrats-programmes lancé en 1980. Elle ne retient donc dans son « index alphabétique des chercheurs » que les enseignants-chercheurs appartenant à des équipes ayant obtenu un financement dans ce cadre. L’analyse de cet index alphabétique par établissements donne le résultat présenté dans le tableau ci-dessous18.

Tableau 5 : Nombre de chercheurs impliqués dans les programmes DRST-Université par établissement. Année 1980-81

Tableau 5 : Nombre de chercheurs impliqués dans les programmes DRST-Université par établissement. Année 1980-81

Source : La recherche en cours. Années 1980-81. Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique – Direction de la Recherche scientifique, Éditions du CNUDST.

41On remarquera une fois de plus la place centrale qu’occupe la Faculté des Sciences de Tunis dans le champ scientifique. L’importance de cette institution est également sensible, si l’on rapporte le nombre d’universitaires effectuant des recherches à l’effectif total de l’institution. On obtient ainsi un ratio – que l’on pourrait qualifier de taux d’implication dans la recherche – qui atteint pour la Faculté des Sciences de Tunis 56,5 % (l’effectif total de cette faculté est de 290 en 1980-81). Ce chiffre est largement supérieur à ceux d’autres institutions : pour n’en citer que quelques-uns, il est de 45,4 % pour la Faculté de Médecine de Tunis, de 26,5 % pour la Faculté de Lettres et Sciences Humaines, 19,6 % pour l’Ecole Normale supérieure, 14,6 % pour l’École Nationale d’Ingénieurs de Tunis, 12,1 % pour l’Institut des Hautes Études Commerciales et 7,7 % pour la faculté de Droit et de Sciences Économiques.

42Quant à l’aspect du financement de la recherche, il a déjà été évoqué et commenté plus haut dans une comparaison entre recherche programmée et recherche universitaire. On rappellera rapidement que pour les deux exercices 1980 et 1981, le financement public de la recherche tunisienne atteint 1 629 282 Dinars, dont 522 200 sont destinés à la recherche programmée (PNR) et 1 107 082 à la recherche universitaire. Ces crédits se répartissent entre le fonctionnement pour 32 % et l’équipement pour 68 %.

LE CONSEIL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE

43Le Conseil de la Recherche scientifique et technique créé au mois de mai 1982 vient donner une visibilité institutionnelle au réseau décisionnel mis en place depuis 1978. Jusque-là informel, souple quant à ses modalités de fonctionnement et relativement variable quant à sa composition (à l’exception de ses hommes-clés), ce réseau se cristallise à cette date en une institution publique officiellement chargée de coordonner la recherche scientifique tunisienne.

44Il ne s’agit pas là d’une décision très originale en soi, puisque les premières demandes de création d’une telle institution remontent aux années 1960 (rappelons que les propositions de création d’un Haut Conseil de la Recherche scientifique en 1967 ou d’un CNRS en 1969 par A. Ben Salah, sont restées lettres mortes). La création du CRST en 1982 bénéficie donc de la légitimité conférée par ces demandes répétées et par l’apparent consensus des universitaires sur cette question.

45Cette légitimité est en principe d’autant plus assise que le Conseil se veut non seulement un organe de réflexion et de décision, mais aussi de représentation, puisqu’il associe pour la première fois les scientifiques tunisiens à la politique suivie par leur institution de tutelle. Mais si, du point de vue d’une majorité des universitaires, la nouvelle institution est en principe incontestable quant à sa mission, il n’en va pas de même des modalités de sa structuration, de sa composition et de son fonctionnement concret.

Une institution nationale de coordination…

  • 19 Arrêté ministériel du 12 mai 1982.

46Selon l’arrêté qui définit sa mission, le Conseil de la Recherche scientifique et technique est chargé de l’orientation, de la programmation et de la coordination de toutes les activités de recherche scientifiques et techniques menées dans le cadre du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique19. Il possède donc à la fois des compétences proprement politiques (définition des objectifs et priorités), executives (coordination, évaluation), financières, de relations extérieures, et d’information et communication. Traduit concrètement, au regard de la politique mise en place depuis 1978, cela signifie que :

  • le Conseil National de la Recherche scientifique devient l’institution officiellement chargée du choix des thèmes donnant lieu à des Programmes Nationaux de Recherche et par là, bénéficiant d’un financement privilégié ;

  • même s’il n’impose pas aux universitaires leurs orientations de recherche dans le cadre des contrats-programmes DRST-Université, c’est lui qui décide de l’acceptation ou des rejets des demandes ;

  • enfin, il est l’interlocuteur officiel des instances de coopération internationale et à ce titre, il est susceptible d’orienter les flux financiers de la coopération en fonction de ses priorités.

  • 20 Lettre du 19 juin 1980. Archives du Service Culturel Français à Tunis. Boîte 152.CD 2.2.
  • 21 Benzaghou B. et Mahiou A., « Remarques sur l’université algérienne et la recherche scientifique », (...)

47Il n’est guère douteux que le CNRS français ait servi, au moins en partie, de source d’inspiration pour la mise en place du CRST tunisien. Cela est attesté par des correspondances entre le service culturel de l’Ambassade de France à Tunis et le Ministère des Affaires étrangères à Paris, demandant « des textes relatifs à la recherche scientifique en France et notamment au CNRS », afin de répondre à une requête des autorités tunisiennes20. Par ailleurs, le directeur de la Recherche est un familier des structures de la recherche française, de même que la plupart des membres les plus influents du réseau de scientifiques impliqués dans la nouvelle politique, qui ont travaillé plusieurs années au sein de laboratoires du CNRS, ou en collaboration avec eux, et tous y ont gardé d’excellents contacts. À l’échelle régionale, il y a aussi l’exemple précurseur de l’Organisme National de la Recherche scientifique (ONRS) algérien, mis en place en juillet 1973 comme « institution de soutien à la recherche universitaire […] mais également comme une réponse à l’impatience concernant la recherche appliquée et la recherche-développement par le lancement de certaines actions de recherche dans des domaines jugés particulièrement prioritaires »21.

48L’institution qui se met en place est constituée, à la base, de douze commissions disciplinaires représentant les différentes familles scientifiques : physique, chimie, mathématiques pures et appliquées, sciences de la terre, sciences de l’ingénieur, sciences médicales, pharmacie, sciences sociales, humaines, économiques, juridiques, religieuses.

49Ces commissions disciplinaires comprennent 15 membres représentants des enseignants-chercheurs de leur discipline et d’un président de la commission : 10 d’entre eux sont élus et 5 sont nommés par le ministère de l’Enseignement supérieur. Leur tâche principale consiste en l’examen, la discussion et l’évaluation des demandes de contrats-programmes présentées par les enseignants-chercheurs universitaires. Leur travail est synthétisé dans un rapport présentant l’évaluation des projets achevés et l’étude des nouveaux projets présentés, rapport destiné à être discuté par le Conseil de la Recherche scientifique et technique. Les commissions ne détiennent donc pas de réel pouvoir de décision, mais plutôt de proposition.

  • 22 En retour, rappelons que les compétences du CRST ne s’exercent que sur les établissements et les pe (...)

50Le véritable organe politique est le Conseil lui-même, présidé par le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique (le plus souvent par son directeur de la Recherche). Il est principalement constitué par les douze présidents des commissions disciplinaires. Comme dans la plupart des organes de ce genre, on y trouve un ou deux représentants du Parti Socialiste Destourien, des syndicats, ainsi que des représentants d’autres ministères concernés par la recherche scientifique qui n’ont cependant pas de voix délibérative22.

51Les prérogatives du Conseil vont bien au delà de celles des différentes commissions. Non seulement celui-ci décide de l’attribution finale des financements de la recherche universitaire par les contrats-programmes, mais de plus il est seul à gérer la création, le financement et le suivi des Programmes Nationaux de Recherche.

… ou l’institutionnalisation d’un réseau

  • 23 Rapport sur la 7e session du comité mixte paritaire DRST-CNRS, janv. 1983. Procès-verbal de la 10e (...)

52Au vu du pouvoir détenu par le Conseil, il est donc intéressant de savoir qui en occupe les sièges, c’est-à-dire qui sont les présidents des commissions disciplinaires. Il est malheureusement impossible de le savoir de façon exhaustive, car aucun document relatif à cette période n’est accessible auprès des autorités tunisiennes. En revanche, les archives de la coopération scientifique française ont gardé la trace de membres importants du Conseil, c’est-à-dire de ceux qui composaient la délégation tunisienne aux différentes réunions et comités paritaires relatifs à la coopération. C’est ainsi qu’en janvier 1983 et 1986, les rapports de la septième et dixième session du comité mixte paritaire avec le CNRS23 révèlent qui sont les présidents des commissions les plus importantes, celles des disciplines dans lesquelles ont été créés des PNR.

53La commission de physique est présidée par Mohamed Maâlej, professeur de physique à l’Institut de Recherche scientifique et technique. Proche d’Azzedine Makhlouf, le directeur de la Recherche scientifique du ministère, il est le coordinateur du plus important PNR, celui concernant les énergies renouvelables. Il deviendra, après la transformation de l’IRST en INRST, directeur de l’un des centres de recherche de cette institution, le Centre de Physique et d’Énergétique.

54La commission de chimie est présidée par Hassine Farid Ayedi, enseignant à la Faculté des Sciences et techniques de Sfax. Il coordonne une petite équipe directement impliquée dans le PNR Phosphates et saumures, sous la direction de Néjia Ariguib. Dès 1984, il quittera la Faculté des Sciences de Sfax pour devenir directeur du Centre de Chimie Appliquée de l’INRST et donc co-responsable du PNR Phosphates et saumures avec Néjia Ariguib.

55La commission des sciences biologiques est présidée par Abdelkader Cherif, professeur de biologie à l’IRST (et à ce titre proche collègue de Mohamed Maâlej). Bien que non impliqué dans un PNR proprement dit, il est responsable d’un projet de banque de gènes pour la conservation des ressources locales. Comme la plus grande partie du personnel de l’IRST, il sera, à partir de 1984, intégré à l’INRST où il dirigera le Centre de Biologie et de Ressources Génétiques.

56Enfin, la commission des sciences de la terre est présidée par Sassi Sassi, professeur de géologie à la Faculté des Sciences, rare département, on l’a vu, à avoir été associé à un PNR, en l’occurrence le programme « Phosphates et saumures ».

57Ces éléments suffisent à vérifier que le Conseil de la Recherche scientifique et technique est un outil étroitement contrôlé par les membres du réseau décisionnel, du moins en ce qui concerne ses rouages les plus stratégiques. La Faculté des Sciences de Tunis, principal établissement de recherche du pays, mais aussi haut lieu de la contestation de la nouvelle politique n’y est guère représentée. En revanche, les trois commissions les plus importantes (entre 1981 et 1985, physique, chimie et biologie représentent en moyenne 42 % du financement total de la recherche universitaire sur contrats) sont dirigées par des personnalités proches de l’administration de la Recherche, fortement impliquées, voire responsables des Programmes Nationaux de Recherche. De plus, ce sont tous des futurs membres éminents du « quartier général » des PNR en voie de construction : l’Institut National de la Recherche scientifique et technique.

L’INSTITUT NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE : CONSTRUCTION D’UNE BASE STRATÉGIQUE POUR LA RECHERCHE APPLIQUÉE

58L’un des traits communs aux scientifiques impliqués dans la nouvelle politique de recherche finalisée (que l’on a appelé médiateurs) était qu’ils provenaient d’institutions « périphériques » dans le champ scientifique tunisien, par rapport au centre de gravité que constituait déjà dans les années 1970 la Faculté des Sciences de Tunis. Cette position particulière, et l’hostilité que leur avait valu de la part de nombreux universitaires la mise en route des Programmes Nationaux de Recherche et le contrôle du Conseil de la Recherche scientifique et technique leur interdisait d’utiliser l’appareil administratif et scientifique de la Faculté des Sciences de Tunis pour asseoir le développement des nouvelles orientations.

59Or, il semblait évident, dès 1978-79, que la poursuite des objectifs ambitieux fixés aux Programmes Nationaux de Recherche nécessitait une base matérielle considérable : locaux pour accueillir le matériel et les chercheurs affectés ou recrutés sur les programmes, stations pilotes, structures administratives cohérentes pour la gestion des fonds… Cette base matérielle sera l’Institut National de la Recherche scientifique et technique, vaste campus de recherche érigé à partir de 1981 à une vingtaine de kilomètres de Tunis. Officiellement créée en 1983, cette institution ne surgit cependant pas ex nihilo. Elle est le fruit de la transformation progressive d’une institution préexistante, l’IRST (Institut de Recherche scientifique et technique), dont l’histoire est étroitement liée à celle des hommes qui la peuplent.

De l’IRST à l’INRST : genèse d’un campus de recherche

60L’histoire de l’Institut de Recherche scientifique et technique est celle des tribulations d’un modeste laboratoire marginal, destiné à devenir, quinze ans après sa naissance, le plus important centre de recherche à vocation pluridisciplinaire de Tunisie.

  • 24 Les conditions de la création, pour le moins surprenante, d’une telle institution dans le contexte (...)

61L’IRST naît en 1969 de la fusion de deux centres de recherche que rien ne destinait apparemment à rapprocher. Le premier est le Commissariat à l’Énergie Atomique, créé en 1962 par un ingénieur-docteur en physique nucléaire, Béchir Torki24. Le deuxième est le Centre des Zones Arides mis en place à partir 1961-62 sous la houlette d’un expert hollandais mandaté par l’UNESCO qui a recruté rapidement quelques jeunes chercheurs, certains encore en cours de licence pour les inciter à appliquer leurs connaissances théoriques à la recherche sur les sols tunisiens. Géographiquement situé hors de l’Université de Tunis, dans le quartier résidentiel de Montfleury, le Centre des Zones Arides développe trois petits laboratoires consacrés à la physique, la botanique et la physiologie végétale. En 1969, dans un souci de rationalisation des structures de recherche, les deux institutions sont fusionnées. Les recherches nucléaires seront rapidement abandonnées, mais ce sont néanmoins les chercheurs du Centre des Zones Arides qui déménagent pour la caserne militaire de la ’Aouina qui accueillait jusqu’ici l’ancien Institut de Physique Atomique. Quelques années plus tard, en 1973, l’IRST ayant perdu tout intérêt aux yeux des militaires en raison de l’abandon de ses anciennes activités, le centre est à nouveau invité à déménager. C’est à ce moment-là que l’IRST rejoint finalement la Faculté des Sciences de Tunis et le campus universitaire.

62La seconde moitié des années 1970 est une période difficile pour l’IRST Petite institution en principe vouée à la recherche appliquée, elle est peu considérée par la Faculté des Sciences de Tunis qui l’abrite, tant en raison du mépris dans lequel les universitaires tiennent en général les recherches à connotation « technique » que du fait des rivalités de statut qui commencent à se faire jour entre enseignants-chercheurs et chercheurs à plein temps (même si ceux-ci participent, souvent bénévolement à l’enseignement universitaire). À cette période l’IRST ne compte que cinq chercheurs.

La montée en puissance de l’IRST

63À la suite de la mise en place du réseau de politique en 1978, l’Institut de Recherche scientifique et technique va en effet connaître une croissance et un développement assez spectaculaires.

  • 25 Lois de finances 1977 à 1982. Journal officiel de la République tunisienne.

64Cela se traduit d’abord sur le plan financier : entre 1978 et 1983, le budget de l’IRST passe de 38 300 à 129 000 dinars, soit une multiplication par un facteur de 3,3. Les deux augmentations les plus significatives interviennent en 1979 (+37 %), et surtout en 1982 (+ 82 %). Ces deux moments correspondent respectivement à la mise en route de Programmes Nationaux de Recherche (dans lesquels l’IRST est fortement impliqué) et de la mise en chantier du futur INRST. Certes, cette période est marquée par une conjoncture de forte hausse globale, puisque le budget de l’ensemble des établissements supérieurs est pour cette même période multiplié par deux (de 5 273 500 dinars en 1978 à 10 639 000 dinars en 1983). Aucun de ces établissements, cependant, n’approche la performance de l’IRST A titre de comparaison, la Faculté des Sciences de Tunis voit son budget multiplié par 1,9 pendant la période 1978-83 (de 449 000 à 870 100 Dinars), mais cette augmentation moyenne de 13,5 % par an est loin de rejoindre celle de l’IRST qui atteint 30 % d’augmentation annuelle en moyenne25.

65Il convient de rappeler que, parallèlement à cette progression budgétaire, l’IRST participe activement à au moins deux des PNR mis en place à partir de 1979, et qu’en la personne de M. Maâlej, il coordonne celui des énergies renouvelables, ce qui le fait bénéficier, pour partie, des financements consentis à ces programmes. Enfin, à partir de 1981, l’IRST bénéficie également de neuf contrats-programmes DRST-Université.

66Sur le plan des effectifs également, l’Institut de Recherche scientifique et technique connaît une forte croissance puisqu’il passe entre 1977 et 1983 de 10 à 53 chercheurs. Là aussi, le plus fort accroissement se situe entre 1980 et 1982, période pendant laquelle les effectifs doublent quasiment chaque année.

67Parmi eux sont présents depuis plusieurs années Mohamed Maâlej, physicien, et Abdelkader Cherif, biologiste qui, à partir de 1978, et en liaison avec la direction de la Recherche, vont jouer un rôle considérable dans la mise en place des nouvelles orientations de la politique scientifique tunisienne. C’est donc assez naturellement que l’Institut de la Recherche scientifique et technique servira tout d’abord de base à une « accumulation primitive » d’hommes et de moyens matériels pour, le moment venu, se transformer en institution-support de la nouvelle politique.

68Cet accroissement numérique va de pair avec une diversification des domaines scientifiques investis par les chercheurs de l’Institut. Les trois disciplines présentes dès le début (physique, chimie, physiologie végétale) restent majoritaires et représentent encore en 1983 près des deux tiers de l’ensemble. Mais s’y sont progressivement jointes la biologie marine (à partir de 1981), la géologie (qui en trois ans compte dix chercheurs), puis en 1982, la génétique, la biochimie et l’ingénierie.

69En 1983, à la veille de sa transformation institutionnelle, l’Institut de Recherche scientifique et technique n’est donc plus le modeste laboratoire de cinq chercheurs, ballotté d’un lieu à un autre, qu’il était encore moins de dix ans auparavant. Grâce à l’implication étroite de plusieurs de ses membres dans la définition et la mise en œuvre de la politique de recherche finalisée menée par le ministère de l’Enseignement supérieur, il est devenu le plus important centre pluridisciplinaire exclusivement consacré à la recherche en Tunisie. En accueillant en 1983 Najia Ariguib, (anciennement professeur à l’Ecole Normale supérieure et coordinatrice du PNR « Phosphates et saumures ») à la tête de son laboratoire de chimie, l’IRST contrôle en outre l’exécution des deux principaux Programmes Nationaux de Recherche.

70A cette date, la poursuite d’une cohabitation avec la Faculté des Sciences de Tunis devient de moins en moins envisageable. Elle ne durera effectivement plus très longtemps, puisque la première tranche de travaux est sur le point de s’achever d’une nouvelle institution, prête à accueillir la transformation de l’IRST.

La naissance de l’Institut National de Recherche scientifique et technique

71Depuis 1981, soit très peu de temps après le lancement des premiers Programmes Nationaux de Recherche, a été mise en route la construction d’un centre de recherche spécifiquement destiné à servir de support aux PNR, et plus largement à la politique de recherche appliquée promue par la direction de la Recherche du ministère de l’Enseignement supérieur.

72Plus qu’un centre, il s’agit plutôt d’un campus, implanté sur un terrain d’une soixantaine d’hectares en bord de mer, à l’entrée du Cap Bon, entre Soliman et Borj Cedria, à une vingtaine de kilomètres de Tunis. Une distance respectable est donc placée entre la nouvelle institution et le campus universitaire de Tunis, tant en raison de l’hostilité non déguisée que beaucoup d’universitaires vouent à l’entreprise, que du fait de la croyance partagée entre le directeur de la Recherche scientifique et les scientifiques qui l’entourent au caractère intrinsèquement bénéfique pour la recherche d’une « sortie » de l’Université. Comme le raconte celle qui devait en devenir la directrice générale, la construction se déroule sous le contrôle permanent des scientifiques qui en sont les promoteurs.

  • 26 N. Ariguib, entretien avec l’auteur, févr. 1995.

« Dès que cette institution a été créée, nous étions un groupe qui avait travaillé nuit et jour. [Il fallait] veiller à la construction des bâtiments. Il fallait… nous participions à la construction des bâtiments, nous discutions avec tous les ministères des budgets et de la conception et de la réalisation. Nous étions aussi sur le chantier, réellement sur le chantier pour suivre les travaux, ici. Tous ces travaux, personnellement, je les avais suivis avec d’autres collègues, je pourrais dire « pierre par pierre ». […]
La construction avait commencé en 1981. En 1981 elle avait commencé par les deux premiers bâtiments quand vous arrivez… c’étaient deux bâtiments construits très rapidement, juste pour loger les PNR, parce qu’on ne savait plus où mettre le matériel, il y avait des problèmes avec la Fac des Sciences et l’Ecole Normale supérieure. Pour loger les Programmes Nationaux.
Et après, la vraie construction, avec conception de bâtiments scientifiques adéquats, avait commencé en 1982. On avait commencé… le bâtiment de la physique était le premier à avoir été construit. Et puis après, ça a continué par le bâtiment de la biologie, la chimie. Et tous ces bâtiments, on avait veillé, on était là… Moi j’avais tout de suite déplacé mes bureaux ici, je ne suis pas restée à Tunis, pour être sur place et pour veiller à la construction. […] Et en quatre années on avait fait pas mal de choses, en quatre années on était arrivé à avoir 5 000 m2 couverts en laboratoires et pilotes, et on devait continuer »26.

  • 27 Décret 83-1037 du 4 novembre 1983.

73En 1983, la construction d’une première tranche est achevée, et au début du mois de novembre de cette même année, un décret transforme l’IRST en Institut National de la Recherche scientifique et technique27. La rapidité de cette création institutionnelle justifie a posteriori l’intérêt qu’il y avait à disposer d’une institution de base telle que l’IRST, disposant de statuts établis et susceptible d’être rapidement transformée, sans avoir à suivre les lenteurs du parcours administratif normal.

  • 28 N. Ariguib, entretien avec l’auteur, févr. 1995.

« Pour créer l’institution de recherche-développement… bon, en Tunisie, c’est un pays de lois ; il fallait passer par la loi, par la chambre des députés, enfin ce qu’on appelle l’Assemblée Nationale. Il faut un temps très long, parce qu’il faut prendre tout le cursus… On aurait attendu un ou deux ans avant de créer cette institution de recherche-développement. Alors, le gouvernement, à ce moment-là, après mûre réflexion, et surtout le ministère de l’Enseignement supérieur ont dit : puisque nous avons un Institut de Recherche scientifique qui est là, il a ses textes, transformons-le en Institut National qui recevra le nom de “national”, qui regroupera la recherche-développement en Tunisie. Indépendamment de l’Université. […] Nous-mêmes, qui étions le groupe qui était derrière tout ça, avons aussi aidé à ce que ça se fasse. Et il a été créé un Institut National de Recherche scientifique et technique »28.

  • 29 L’Action. 29/05/1984.

74L’institution sera solennellement inaugurée, le 29 mai 1984, en présence du président Bourguiba et du ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, A. Ben Dhia. Malgré une certaine « impression d’inachevé », les journalistes présents se laissent gagner par l’enthousiasme ambiant et se projettent dans l’avenir d’un campus « à l’américaine ». « Des logements seront construits et des équipements collectifs mis en place : terrains de sports, centre socio-culturel, salles de conférences… Ce sera la cité des chercheurs, installée dans un cadre écologique, loin du bruit, de la fureur et de la pollution »29.

Une mission : priorité à la recherche appliquée

75L’ajout de l’épithète « national » à l’ancien IRST et la mise à disposition de locaux neufs (bureaux et laboratoires) indépendants de l’université s’accompagnent d’une véritable redéfinition des missions de l’institution.

  • 30 L’Action. 29/05/1984.
  • 31 N. Ariguib. Présentation de la brochure « INRST », ministère de l’Enseignement supérieur et de la R (...)

76La priorité accordée à la recherche appliquée et programmée en fonction des besoins de l’économie nationale est clairement affichée. Comme le déclare la directrice générale, « on n’y fera pas de la recherche individuelle, mais de la recherche sur programme. […] C’est un institut ouvert sur l’environnement économique. Il fera de la recherche-développement »30. « L’aspect appliqué de la recherche à l’INRST apparaît dans la dénomination des unités de recherche de chaque centre. De même, le caractère technique de l’INRST a imposé une conception particulière des bâtiments composés de laboratoires spécialisés, de stations expérimentales et de halls pour essais sur pilotes, ainsi que dans la mise en place d’ateliers de menuiserie, mécanique, électricité, électronique, imprimerie, verre… etc. »31.

  • 32 Cette mission est d’autant plus évidente que les coordinateurs des quatre PNR mis en place à cette (...)

77Telles que fixées par le décret de réorganisation, les missions de l’INRST peuvent s’énoncer ainsi : la réalisation des Programmes Nationaux de Recherche32 ; la mise en œuvre de travaux de recherche ou d’expérimentation à la demande d’instances étatiques (ministères, offices, entreprises publiques) ; la veille technologique et la maîtrise des technologies étrangères ; enfin, l’INRST a vocation à participer à la formation par la recherche d’étudiants-chercheurs en assurant éventuellement l’encadrement scientifique nécessaire. Il a également le loisir d’accueillir pour leurs travaux des scientifiques relevant d’autres établissements.

78Cette définition des tâches à accomplir reste cohérente avec la « doctrine » développée dès 1978 par le réseau décisionnel, notamment l’importance de la programmation de la recherche, et une volonté très claire de passer d’une attitude passive à une attitude active vis-à-vis des transferts internationaux de technologies. Il ne s’agit plus de se laisser imposer les flux technologiques, mais de les maîtriser. Si des « emprunts » sont inévitables, il faut se donner les moyens de les contrôler, d’en comprendre les tenants et les aboutissants (quitte à les rejeter) afin de limiter au maximum les phénomènes de rejet, d’aliénation ou de dépendance.

Les centres de recherche et leurs activités

  • 33 Il en était initialement prévu onze. Les quatre restant sont les centres de transfert de technologi (...)

79Dans sa structure scientifique, l’INRST est composé de sept centres de recherche33 dont tous ne se trouvent pas sur le site même de Borj-Cedria. On trouve cependant sur place les principaux, à savoir :

  • Le Centre de Chimie Appliquée, organisé autour du PNR « Phosphates et saumures » et composé de cinq unités : Phosphates, Saumures, Analyses et contrôles, Valorisation des substances utiles, science et technologie des polymères.

    • 34 Reprenant en cela une tradition initiée depuis longtemps par l’IRST.

    Le Centre de Physique et d’Énergétique, qui groupe les laboratoires centraux et l’essentiel du matériel du PNR « Énergies renouvelables », et qui travaille principalement sur l’énergie éolienne appliquée au pompage et au dessalement, sur l’énergie solaire appliquée à la production d’électricité par voie thermique et photovoltaïque, au séchage, au chauffage de l’eau. Parallèlement, il s’occupe des problèmes liés à la physique des sols34. Ce centre comprend cinq unités : gisement solaire, héliothermique, photovoltaïque, dessalement, physique des sols.

  • Le Centre de Biologie et de Ressources Génétiques, qui s’intéresse surtout à l’adaptation des végétaux aux conditions tunisiennes et notamment à la salure des eaux et à la sécheresse. Il a également pour mission de collecter, conserver, évaluer et valoriser les ressources génétiques locales en vue de la constitution d’une banque nationale de gènes. Le centre comprend quatre unités : productions végétales et adaptation au milieu, conservation et valorisation des ressources génétiques, ornithologie, microbiologie appliquée.

  • Le Centre des Sciences de la Terre, dont la mission est avant tout tournée vers la prospection et l’évaluation des ressources (établissement d’un levé géologique systématique du Sud tunisien au 100 000° …), mais aussi vers la valorisation des ressources. Les quatre unités qui le composent sont : géologie structurale et contrôle tectonique, ressources minérales, bassin sédimentaire, cartographie thématique.

80À ces quatre centres s’en ajoutent trois autres qui, bien que partie intégrante de l’INRST et dépendant de sa responsabilité administrative ne se trouvent pas sur place :

  • Le Centre de Biotechnologie, situé à Sfax, travaille dans le domaine des fermentations et du génie génétique, ainsi que sur le contrôle et l’automatisme des processus, les réacteurs enzymatiques. Il englobe six unités : génie enzymatique, microbiologie industrielle, culture cellulaire, génétique moléculaire, technologie alimentaire et génie des procédés.

  • Le Centre des Sciences et techniques de l’Eau, basé dans l’enceinte de l’Institut National Agronomique de Tunis, vise une approche globale et interdisciplinaire des problèmes de l’eau et gère le PNR sur ce thème. Son action recouvre, entre autres, la lutte contre la pollution, la récupération des eaux usées et des déchets organiques en agriculture, mais aussi la protection contre les eaux, la collecte et la diffusion de l’information disponible… Les six unités qui le composent sont : information sur l’eau, protection contre les eaux, pollution hydrique et valorisation des eaux usées, maîtrise des ressources et des besoins en eau, environnement et aridité, valorisation des boues et des déchets organiques.

    • 35 Dont est originaire le directeur du centre et coordinateur du PNR « Sciences de la mer ».

    Le Centre d’Océanologie, le plus modeste en terme de personnel et également le seul qui soit demeuré dans les locaux de la Faculté des Sciences de Tunis35. Il gère le PNR « Sciences de la mer » et se consacre à l’étude du milieu marin et lagunaire, à l’action de l’homme sur ce milieu, à l’évaluation des ressources et à la production. Ses unités sont au nombre de quatre : géologie marine et lagunaire, milieu physique marin et lagunaire, aquaculture, ressources biologiques marines et lagunaires.

Le personnel scientifique : des directeurs… et des jeunes chercheurs

81L’ampleur prise par l’Institut National de Recherche scientifique et technique et la variété des missions qu’il poursuit entraînent la mobilisation d’un personnel scientifique nombreux. En 1986, l’INRST fera état d’un total de 189 personnes dont 86 chercheurs. Pour ce qui est des responsables tout à la fois scientifiques et administratifs, cette institution, qui s’affirme comme le principal support de la nouvelle politique scientifique, vient également manifester la réalité du réseau décisionnel qui l’a conçue, promue et en partie réalisée. Comme le Conseil de la Recherche scientifique et technique en 1982, l’INRST « matérialise » à nouveau ce réseau.

82La direction générale de l’Institut est confiée à N. Ariguib, coordinatrice du PNR « Phosphates et saumures ». Quant aux divers centres, ils sont confiés (dans l’ordre où nous les avons présentés plus haut) à H.F. Ayedi, président de la Commission de chimie du CRST et membre eminent du PNR « Phosphates et saumures », à M. Maâlej, président de la Commission de physique du CRST et coordonnateur du PNR « Énergies renouvelables », A. Cherif, président de la Commission des sciences biologiques du CRST, F. Zargouni, membre du PNR « Phosphates et saumures », R. Ellouz, M. Ennabli, coordinateurs du PNR « Eau » et F. Kartas, coordonnateur du PNR « Sciences de la mer ».

  • 36 En toute logique, ce groupe de personnalités constitue le noyau principal des deux instances décisi (...)

83A l’exception d’un seul, tous ces responsables ont donc acquis depuis 1978 une, voire deux positions stratégiques de pouvoir au sein des instances de décision de la politique scientifique tunisienne. Leur appartenance à l’équipe dirigeante de l’INRST leur en ajoute une supplémentaire, accroissant ainsi la concentration du pouvoir au sein du réseau décisionnel36.

84En ce qui concerne la population scientifique proprement dite de l’INRST, on peut effectuer un constat à un niveau différent. Les données disponibles confirment l’attrait du secteur de la filière « recherche à temps plein » sur les jeunes universitaires en début de carrière, ces nouveaux entrants poussés par leurs inquiétudes face à des perspectives de forts ralentissements de carrière. En effet, ceux qui viennent peupler l’INRST ne sont pas scientifiques confirmés, qui, enfin débarrassés de leurs astreignantes tâches d’encadrement et d’administration par la relève des nouvelles générations d’enseignants, viendraient mettre leur expérience scientifique au service de la recherche finalisée. Ce sont au contraire de jeunes scientifiques dont la plupart sont encore en cours de DEA, de thèse de troisième cycle, ou – rarement – de thèse d’État pour les plus avancés. Misant sans doute sur de meilleures conditions de travail qu’à l’Université (en raison de l’absence d’une charge d’enseignement, mais aussi du fait de l’importance des crédits qu’ils savent désormais être consacrés à la recherche finalisée), ils espèrent trouver au sein du nouveau secteur de la recherche une « aspiration » ascendante qui restaurerait les conditions privilégiées de carrière qui étaient celles de l’Université tunisienne dans ses vingt premières années d’existence.

  • 37 A défaut de source plus synthétique, ce sont les listes annuelles du personnel enseignant de l’Ense (...)

85La reconstitution de l’évolution du personnel scientifique37 de l’IRST jusqu’à l’année de création de l’INRST en 1984 est révélatrice du caractère massif de ce recrutement de scientifiques peu gradés (rang B, c’est-à-dire Assistants et Maîtres-assistant) alors que l’effectif de l’encadrement de rang A (Professeurs et Maîtres de Conférence) reste très faible, se limitant dans la plupart des cas aux directeurs des différents centres.

86Si en 1977, l’IRST possède 3 universitaires de rang A pour 6 de rang B, ces chiffres passent en 1984 respectivement de 7 et 44. La base de la « pyramide des grades » a donc cru beaucoup plus vite que son sommet, et cette remarque est confortée par le fait qu’à l’intérieur du rang B, ce sont les assistants (la « base de la base », en quelque sorte) qui sont en 1984 de loin les plus nombreux (ils représentent 64 % du personnel scientifique). Ces recrutements ont connu leur croissance la plus forte à partir de 1981, et ont été facilités par le fait que les Programmes Nationaux de Recherche, lancés deux ans auparavant, sont dotés de lignes budgétaires qui prévoient les créations de postes.

87En définitive, en dépit d’orientations exclusivement tournées vers la recherche appliquée, le schéma dominant des laboratoires de l’INRST ne diffère guère de celui des équipes universitaires tournées vers la recherche fondamentale : un unique scientifique « senior », tout à la fois responsable scientifique et administratif, entouré d’un grand nombre de jeunes chercheurs occupés à développer les thèmes de recherche lancés par leur directeur et, souvent, patron de thèse. Pas plus qu’à la faculté des Sciences de Tunis, il ne s’agit de groupes de pairs travaillant ensemble sur un même projet, mais d’équipes assez fortement marquées par des relations hiérarchiques et verticales, résultat à la fois du modèle hérité des universités françaises et de la tension constitutive à un champ universitaire tunisien de formation récente.

***

  • 38 De Certeau M., L’invention du quotidien – 1. arts de faire, Gallimard (Coll. Folio essais), 1990, p (...)

88S’il est vrai, comme le pense Michel De Certeau que le passage de la tactique à la stratégie se caractérise par la possession d’un « lieu susceptible d’être circonscrit comme un bien propre et donc de servir de base à une gestion de ses relations avec une extériorité distincte »38, on peut avec raison considérer que la création de l’Institut National de Recherche scientifique et technique constitue, pour le réseau décisionnel identifié plus haut, une telle étape décisive.

  • 39 Idem.

89Pour tout un groupe de personnes qui n’ont jusque-là fait qu’essayer de faire valoir sur le terrain des autres (l’ordre universitaire dominant) leur propre point de vue, profitant pour cela d’un contexte et de relations favorables, cette institution, une fois créée, devient en effet cette « base où capitaliser ses avantages, préparer ses expansions et assurer une indépendance par rapport aux circonstances »39. L’un des enjeux pour lequel ce tournant est capital est celui de la captation de la coopération internationale.

LA CAPTATION D’UNE COOPÉRATION INTERNATIONALE ÉLARGIE

90Si les ressources financières que le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique met au service de la recherche scientifique à partir de 1980 sont loin d’être négligeables, surtout en regard de la période antérieure, elles ne suffisent pas à elles seules aux grandes ambitions portées par les nouvelles orientations vers la recherche finalisée. L’une des clefs du succès de la mise en place de toute la structure organisationnelle et scientifique décrite plus haut réside dans la captation d’une aide internationale, soudain élargie bien au-delà de la seule coopération scientifique française.

Au-delà du monopole français

  • 40 Note sur l’activité du service de coopération en 1981. 15/07/1982. Archives du Service Culturel Fra (...)

91Jusqu’au début des années 1980, cette dernière est en situation de quasi-monopole face à des enseignants-chercheurs tunisiens qui ont dans leur immense majorité été formés au sein de laboratoires français, tout au long des années 1960 et 1970. Le résultat le plus direct est qu’en 1982, selon une enquête confidentielle de la direction de la Recherche scientifique et technique (tunisienne) reprise par les services de coopération français, « 98 % des chercheurs tunisiens qui ont des partenaires étrangers pour leurs programmes travaillent avec des laboratoires français »40.

92Pour plusieurs raisons, cet état de fait ne satisfait guère les promoteurs de la nouvelle politique de recherche scientifique finalisée, au premier rang desquels le directeur de la Recherche.

  • 41 Qu’ils soient sur place à Tunis au sein du Service culturel de l’Ambassade de France ou bien dans l (...)
  • 42 A. Makhlouf, directeur de la Recherche à cette époque. Entretien avec l’auteur, juill. 1995.

93Une première raison est la crainte (en partie justifiée, on le verra) d’une réaction négative des services français de coopération scientifique vis-à-vis des nouvelles orientations de la recherche tunisienne. Des liens très forts existent en effet entre les acteurs de cette coopération41 et les universitaires tunisiens majoritairement opposés à la nouvelle politique scientifique. Ces derniers ont parfois tendance à considérer les liens de coopération comme une propriété personnelle, source de soutien matériel et financier, mais aussi de reconnaissance symbolique. En sens inverse, la coopération scientifique française est, aux yeux de la direction tunisienne de la recherche, mue moins par des ambitions proprement scientifiques que par une volonté « d’influence culturelle », cherchant « à entretenir et développer le plus de liens possibles avec les universitaires tunisiens en leur payant des billets d’avion et des missions »42. Il semble donc prévisible – toujours aux yeux des responsables de l’époque – que les universitaires tunisiens trouvent auprès d’elle un soutien dans leur animosité vis-à-vis des évolutions en cours.

94Une deuxième raison, indirectement liée à la première est que les modalités de fonctionnement de la coopération française – à savoir l’entretien de liens de personnes avec un grand nombre de scientifiques tunisiens – aboutissent à un « saupoudrage » des crédits sur une multitude de petites actions. Or, ce que recherchent la direction tunisienne de la recherche et les scientifiques qui lui sont associés, ce sont des financements importants et concentrés pour soutenir les projets de grande envergure dans lesquels ils sont lancés, en particulier dans le cadre des Programmes Nationaux de Recherche et de l’Institut National de la Recherche scientifique et technique.

Les ressources de la coopération multilatérale

  • 43 L’ONU en particulier, jusqu’ici peu présente en Tunisie dans les domaines scientifiques et technolo (...)

95C’est donc assez naturellement que les membres du réseau décisionnel tentent d’élargir ce cadre traditionnel vers d’autre intervenants, et en premier lieu, vers les organisations internationales (les agences du système onusien) et supranationales (CEE). Ce choix est facilité par les contacts déjà établis par certains d’entre eux. Ainsi, A. Makhlouf, directeur de la Recherche, peut-il tirer pleinement parti de l’expérience privilégiée qui a été la sienne en tant que membre de la délégation tunisienne à la « Conférence des Nations Unies sur la Science et la technique au service du Développement » de Vienne en 1979. Pour certains scientifiques, c’est le caractère « extra-universitaire » de leur trajectoire qui leur vaut de tels contacts : ainsi, Mohamed Ennabli, coordinateur du PNR « Eau », dont l’engagement dans le domaine de l’environnement rencontre dans les années 1970 la montée en puissance des organisations consacrées à ce thème : Programme des Nations Unies pour l’Environnement (à partir du sommet mondial de Stockholm en 1972), Plan d’Action Méditerranéen (après la conférence de Barcelone de 1975)… Le caractère pionnier de ces contacts avec les nouveaux intervenants de la coopération multilatérale43 est encore très présent dans la mémoire de ceux qui les ont vécus.

  • 44 Directrice de l’INRST Entretien avec l’auteur, févr. 1995.

« C’était nouveau à l’époque. A l’époque, en 1976, quand j’avais commencé, c’était la coopération française et puis c’était tout. C’était la coopération avec le CNRS ou entre Universités. J’ai eu même droit à une Action thématique programmée qui m’avait beaucoup facilité la tâche. Mais après, il y a eu cette ouverture sur les autres pays […] et surtout les Nations Unies. Parce que la coopération avec les Nations Unies, c’est à coup de millions de dollars qui permettaient vraiment de faire partir un laboratoire »44.

96Par ailleurs, le succès immédiat rencontré par les projets de recherche appliquée présentés, ainsi que l’importance des financements obtenus, ne manquent pas d’impressionner leurs propres auteurs. A un niveau plus symbolique, cette reconnaissance leur confère une légitimité scientifique que leurs détracteurs universitaires (adversaires de la recherche programmée) tendent à leur dénier.

  • 45 Directeur du Centre de Physique et d’Énergétique de l’INRST. Entretien avec l’auteur, févr. 1995.

« Le premier projet que j’ai fait dans ma vie, c’était pour l’énergie solaire. Je l’ai présenté à la CEE en 1979. Et j’ai été étonné que mon projet ait été pris, intégralement. Sans discuter un prix. J’ai demandé une somme, on me l’a donnée. J’ai demandé à l’époque 940 000 unités de compte, on m’a donné 940 000. Et le ministère considérait que c’était une réussite, parce que généralement, on discute le prix, on change… Ils ont considéré que le projet était bien fait »45.

97Outre le fait que les projets présentés correspondent mieux que la recherche universitaire à l’esprit et aux objectifs généraux de la coopération multilatérale, ce succès tient aussi à la « visibilité » du dispositif mis en place depuis 1978. Des programmes identifiés (les PNR), une structure de coordination munie de laboratoires centraux (l’INRST et ses centres)… tout cela est bien plus tangible, aux yeux des experts « onusiens » ou européens, et semble traduire une volonté politique plus affirmée que les multiples petites équipes universitaires travaillant sur des sujets fondamentaux concurrents.

  • 46 Directrice de l'INRST. Entretien avec l'auteur, févr. 1995.

« La coopération est venue à ce moment-là parce que la Tunisie a commencé à se doter de structures. La coopération ne peut pas être donnée à un pays, à un endroit où il n’y a pas de structures du tout. De toute façon il y avait un impératif, la CEE ne finançait que si la Tunisie avait déjà financé je ne sais combien de pour cent, il y avait une marge de financement de la part de la Tunisie sur laquelle venait se brancher l’autre, la partie coopération. Que ce soit la CEE, que ce soit les Nations Unies. On n’accepte pas de financer un projet qui part de zéro. Il faut qu’il y ait déjà quelque chose de fait, et il y a des experts qui viennent, qui évaluent, pour aider à continuer. Et c’est toutes ces structures qui avaient été mises en place, surtout les programmes nationaux avaient beaucoup aidé le financement étranger »46.

98Dès lors, ces premières réussites induisent une sorte de cercle vertueux, et une nouvelle attitude commence à apparaître, ou, si elle existait déjà chez certains, du moins à se généraliser chez les scientifiques impliqués dans la nouvelle politique de recherche. L’idée se répand selon laquelle le problème n’est pas tant le manque de moyens financiers que la capacité à identifier les sources existantes, à les capter et à les diversifier. Pour cela, encore faut-il être capable de dépasser le cadre sécurisant de la traditionnelle coopération bilatérale avec la France et d’explorer d’autres réseaux, d’autres systèmes, d’en comprendre le fonctionnement, d’en respecter les règles pour en tirer le meilleur parti. Le coordinateur du PNR « Eau » et directeur à partir de 1984 du Centre des Sciences et techniques de l’Eau résume clairement cette attitude volontariste :

  • 47 Coordinateur du PNR « Eau ». Entretien avec l’auteur, nov. 1994.

« C’est la capacité de capter qui faisait défaut. Nous, ce qu’on a essayé de montrer justement, c’est que de toute façon l’argent existe. Il est à l’extérieur. Il est dans des structures, il est dans des programmes. Et il y a beaucoup de programmes internationaux etc.
Et c’est malheureux à dire, peut-être, mais il y a deux façons de prendre les choses : ou bien on regarde les choses, et ça tourne autour de nous, et on ne fait rien. Ou bien au contraire, on essaye de comprendre comment ça tourne, comment ça fonctionne, quelles sont les possibilités qu’il y a d’en faire partie. Comment monter des projets sur ces financements qui existent et qui ne sont pas forcément très clairs… Nous, nous avons joué cette carte là, systématiquement. Nous avons essayé de regarder à l’extérieur, de nous tourner vers l’extérieur […]. Et pour concrétiser, il faut s’impliquer. Il faut savoir comment fonctionne le PNUD, il faut savoir comment fonctionne l’UNESCO, il faut savoir quels sont les programmes européens. Quelle est la politique française, quelle est la politique italienne, etc., trouver les créneaux et donner un contenu concret, présenter des projets crédibles. Parce que nos partenaires, ils veulent bien marcher, mais encore faut-il que ce qu’on leur demande soit suffisamment correct, soit suffisamment crédible pour qu’eux-mêmes y trouvent un intérêt. Donc nous, nous avons joué sur cela »47.

99Les résultats concrets de cette diversification des réseaux de coopération, en particulier vers la coopération multilatérale sont appréciables.

  • 48 A cette période, 1 DT équivaut environ 10 francs.

100En avril 1980, la Communauté Européenne accorde des financements au PNR « Energie solaire » pour un montant de 465 000 dinars (940 000 UC), et au PNR « Phosphates et saumures » pour un montant de 120 000 dinars (240 000 UC)48. Elle participera également au financement de démarrage du Centre National Universitaire de Documentation scientifique et technique.

101La phase de mise en place de l’INRST correspond avec l’existence (pourtant éphémère, 1980-84) d’un « Fonds intérimaire » des Nations Unies mis en place à la suite de la Conférence de Vienne en 1979. Ce fonds financera la mise en place du Centre des Sciences de la Terre. Un peu plus tard, le Centre des Biotechnologies de Sfax est monté sur un programme de l’ONUDI. Le PNR « Eau » profite également d’un financement CEE pour la mise en place d’une station expérimentale de compostage des ordures ménagères de la ville de Tunis dans le quartier de Henchir El Yehoudia.

102Enfin, il faut rappeler que, si cette diversification des réseaux de coopération vise principalement la coopération multilatérale, elle s’étend aussi à des pays traditionnellement peu sollicités par les scientifiques tunisiens. Il en est ainsi, par exemple, de la Suède (université de Lund) qui finance la construction d’une station expérimentale d’épuration des eaux usées, toujours dans le cadre du PNR « Eau ».

Une coopération française réticente…

103Comment la coopération française réagit-elle aux nouvelles orientations de la politique scientifique tunisienne, dans un contexte où son monopole semble quelque peu remis en cause ? Cette réaction se déroule en deux temps et, semble t-il, avec un léger décalage entre les services proprement politiques de l’Ambassade, plus prompts à faire droit aux demandes officielles tunisiennes, et ceux de son Service Culturel, quotidiennement en contact avec les scientifiques tunisiens et donc sensibles aux résistances exprimées par la majorité de ceux-ci.

  • 49 Procès-verbal de la 3e session du Comité mixte DESRS-CNRS, 12/10/1977. Archives du Service Culturel (...)

104Les instances de la coopération scientifique française ont été mises très tôt au courant des nouvelles orientations de la politique scientifique tunisienne. Dès 1977, alors que les Programmes Nationaux de Recherche ne sont pas encore formulés, la délégation tunisienne à la commission mixte annuelle de coopération du CNRS prévient que « des programmes nationaux de recherche liés au développement économique et technologique de la Tunisie sont en cours d’élaboration » et « qu’une orientation nouvelle devrait être donnée à l’accord entre la DESRS et le CNRS pour tenir compte de la politique de la recherche en Tunisie »49.

105Les premières réactions de la coopération française sont mitigées. En effet, celle-ci est depuis près d’une vingtaine d’années très fortement impliquée dans la construction du système universitaire tunisien, et c’est d’ailleurs au modèle français que celui-ci doit nombre de ses caractéristiques. Ces liens officiels et institutionnels se doublent de relations personnelles très fortes qui se sont installées entre scientifiques tunisiens et français, les premiers ayant été dans leur quasi-totalité formés au sein d’Universités et de laboratoires français. Au fil des années, la coopération scientifique française est donc devenue l’un des principaux soutiens d’une recherche universitaire tournée vers une recherche fondamentale, orientée sur des thèmes « importés » de France et pratiquée dans de petits laboratoires que chaque universitaire considère comme son domaine personnel. À ces universitaires dont l’activité de recherche reste marginale, car peu reconnue et quasiment pas financée par leurs propres autorités de tutelle, la coopération française apporte avec une considérable souplesse – en fait, quasiment « à la demande » – compléments financiers, missions à l’étranger et parfois matériel.

106Donner d’un seul coup la priorité au financement de grands programmes de recherche d’envergure nationale à finalité appliquée et conduits en grande partie hors de l’Université, représente pour la partie française (et singulièrement pour l’acteur principal qu’est le Service Culturel et de Coopération) un changement considérable, difficile à négocier.

  • 50 Note sur la recherche scientifique en Tunisie, 2/11/1981, Service Culturel et de Coopération, Ambas (...)
  • 51 Critiques qui n’avaient pas pu ne pas arriver aux oreilles des responsables du Service Culturel fra (...)
  • 52 Note sur la recherche scientifique en Tunisie, 2/11/1981, Service Culturel et de Coopération, Ambas (...)

107Ceci explique que, jusqu’en novembre 1981, tout en rappelant qu’un « grand complexe de recherche appliquée est en cours à Borj-Cedria près de Tunis », le Service Culturel et de Coopération français juge cependant que « la création de certains PNR a été motivée par des considérations plus politiques que réalistes » et que « l’aboutissement de ces PNR semble très aléatoire »50. Reprenant sur un ton plus diplomatique les virulentes critiques formulées par beaucoup d’universitaires tunisiens51, il estime également que « l’abandon relatif de la recherche fondamentale, moins rentable à court terme, au profit de grands programmes de recherche appliquée, est discutable. En Tunisie actuellement, seule la recherche fondamentale a atteint un niveau honorable grâce à un effort jusqu’ici soutenu, et elle pourrait même faire une percée internationale dans certains domaines si l’effort est poursuivi »52.

… mais finalement partie prenante

108Cependant, si l’on se permet d’émettre des critiques et des doutes quant à certains choix effectués par les autorités tunisiennes sur le plan de leur politique scientifique interne, cela ne se traduit pas pour autant par des prises de positions tranchées en ce qui concerne la coopération. Cette attitude pragmatique de la coopération scientifique française, qui va à l’encontre d’une inclinaison naturelle à la formation et aux échanges d’enseignants-chercheurs tournés vers la recherche fondamentale et le choix de thèmes de recherche « internationaux », peut s’expliquer par plusieurs raisons.

109D’une part, il faut rappeler que la coopération scientifique française est avant tout partie intégrante du dispositif français de diplomatie culturelle, et qu’à ce titre, sa mission s’inscrit dans le cadre officiel des relations interétatiques. Quelle que soit la force des liens de personnes qui sont à la base même de son fonctionnement en temps normal et qui l’orientent considérablement, les seuls partenaires officiels restent les ministères tunisiens des Affaires étrangères et de l’Enseignement supérieur. Face aux nouvelles orientations explicitement définies par ce dernier, il est impossible aux services de la coopération française d’ignorer leur demande, a fortiori de sembler embrasser la cause des opposants à ces nouvelles orientations. C’est ainsi que les services de l’Ambassade réussiront sans doute à convaincre le Service Culturel et de Coopération du caractère inéluctable d’une réponse positive aux demandes tunisiennes.

110D’autre part, les responsables français ne sont pas au fond mécontents de voir se dessiner de « grands projets » (scientifiques, en l’occurrence) susceptibles de donner à leur action de coopération une visibilité, et par là, une « rentabilité » politique plus grande. Jusqu’ici en effet, les budgets considérables apportés par la coopération universitaire française ont été destinés à la « substitution » (enseignants français dans l’enseignement supérieur tunisien) et aux bourses destinées à la formation de formateurs tunisiens. Au début des années 1980, sur un budget annuel alloué par la France à la coopération dans l’Enseignement supérieur tunisien qui avoisine 40 millions de francs, 90 % sont consacrés aux enseignants français mis à disposition de la Tunisie et aux bourses (grandes écoles et 3e cycles), le reste se répartissant entre stages, documentation et matériel. Mais cet effort, considérable en volume et sans comparaison avec celui d’autres coopérateurs, se trouve comme dissous dans l’ensemble du système tunisien au point d’en devenir presque invisible.

  • 53 Note sur la coopération franco-tunisienne, mars 1980, Service Culturel et de Coopération, Ambassade (...)
  • 54 Note de synthèse du 19 mai 1981, Ambassade de France à Tunis. Archives du Service Culturel Français (...)

111Certes, cette invisibilité relative est un moyen de prêter le moins possible le flanc aux accusations, toujours promptes à resurgir, de néocolonialisme. Toutefois, c’est non sans un certain regret que l’on note que « ce type de coopération est moins spectaculaire et se prête moins au reportage journalistique que des réalisations ponctuelles, telles que peuvent en réaliser les coopérations d’autres pays »53. « Notre coopération dans ce secteur [scientifique et technique], note un ambassadeur de France, supporte le poids des engagements pris au cours des années passées, ce qui peut donner l’impression d’un saupoudrage peu satisfaisant »54.

112Dès lors, la perpective de s’associer, à la demande des autorités tunisiennes, à une politique scientifique qui entend concentrer d’importants moyens financiers et humains sur quelques grands projets identifiés sur la base de leur contribution au développement national, est loin de laisser indifférente la partie française.

113Enfin, ne sont pas absentes, des considérations moins avouables, car ouvertement intéressées par d’éventuelles retombées scientifiques et commerciales. Celles-ci concernent en particulier le projet le plus important, le Programme National de Recherche sur l’énergie solaire et son application spécifique au dessalement de l’eau. Une note non datée (très probablement rédigée en 1979) de la direction générale des Relations Culturelles du ministère français des Affaires Étrangères, intitulée « Énergies nouvelles et économies d’énergie » révèle, non sans un certain cynisme, quelques-unes de ces arrière-pensées. Après avoir estimé que « dans un avenir prévisible, l’énergie solaire n’apportera pas de solution à la crise de l’énergie qui guette la Tunisie » et affirmé de façon péremptoire que « jusqu’à preuve du contraire, la seule solution pour la Tunisie est la construction d’une centrale nucléaire avant 1990 », le texte déduit que « l’engouement du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique pour l’énergie solaire paraît donc excessif par rapport au bénéfice que peut en tirer la Tunisie ».

  • 55 Note « Énergies nouvelles et économies d’énergie », direction générale des Relations Culturelles du (...)

114Ces préliminaires pessimistes n’empêchent pourtant pas d’envisager très favorablement la participation de la coopération française à ce programme, au motif que « les chercheurs français sont vivement intéressés par la possibilité d’expérimenter grandeur nature des filières de dessalement par l’énergie solaire en Tunisie » et que « d’autre part, cette expérimentation permettrait la mise au point de technologies solaires pour des matériels destinés essentiellement à l’exportation ». Cette alléchante perspective exige cependant que des garanties soient prises, car, comme le conclut cette note, « si le motif principal qui nous pousserait à prendre ce projet en coopération est l’intérêt scientifique et technologique français, il ne faut accepter de le financer que si une convention de coopération précise est signée entre le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique [tunisien] d’une part, et le PIRDES ou le COMES [partenaires français] de l’autre, de façon à garantir l’accès aux informations, aux scientifiques français »55.

  • 56 Note de synthèse du 19 mai 1981, Ambassade de France à Tunis. Archives du Service Culturel Français (...)

115Toutes ces raisons incitent donc les services français de coopération scientifique à s’impliquer considérablement dans le développement des nouveaux programmes nationaux définis par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique depuis 1978-79, et dès 1981, l’Ambassadeur de France à Tunis déclare avec satisfaction qu’un « effort est donc fait pour concentrer notre action, comme le souhaitent nos interlocuteurs, sur des secteur prioritaires et d’avenir »56.

  • 57 Note du 12/03/1983. Service culturel et de coopération. Archives du Service Culturel Français à Tun (...)

116Concrètement, cet effort se traduit par une aide notable apportée à la mise en place de l’Institut National de la Recherche scientifique et technique, et plus précisément au projet de station expérimentale de dessalement par les énergies renouvelables. Pris en charge, pour la partie française par le CEA et le COMES, et coordonné par le ministère des Affaires Étrangères, ce projet se voit doté d’un financement total de 3 millions de francs pour la période 1982-8357.

117Par ailleurs, la coopération française participe à la mise en place d’une section de formation professionnelle aux énergies solaires et éoliennes à l’Institut de Formation et de Perfectionnement des Formateurs et des Cadres de Maîtrise de Radès. Financée pour un montant d’environ 1,5 million de francs, cette section a pour mission de former des ouvriers qualifiés et des techniciens au montage et à la maintenance de la station de dessalement.

118En définitive, c’est donc sur un double bénéfice que débouche l’élargissement du cadre de la coopération internationale entrepris par les membres du réseau décisionnel. Il en résulte en premier lieu un accroissement considérable des moyens financiers mis au service de la politique de recherche programmée, et un surcroît de légitimité pour ses promoteurs, qui se voient désormais reconnaître le statut d’interlocuteurs privilégiés par plusieurs organisations internationales et institutions scientifiques étrangères. En deuxième lieu, la coopération française elle-même, malgré son attachement à l’entretien de liens de personnes au sein du système d’Enseignement supérieur, ne peut éviter de s’associer aux nouvelles orientations. Ce qui ne manque pas de renforcer la position des scientifiques favorables à une prééminence de la recherche programmée et de programmes nationaux, mais aussi l’amertume et les virulentes critiques de leurs adversaires, partisans d’un monopole universitaire de la recherche scientifique.

Notes

1 Rappelons que nous ne prenons pas en compte ici le seul PNR en sciences sociales, le Programme intitulé « Histoire du mouvement national », objet à coup sûr digne d’une étude, mais dont la genèse et le développement n’ont que peu à voir avec les programmes consacrés aux sciences fondamentales dont nous traitons ici. Cf. à ce sujet Ben Achour R., Les sources de l’histoire tunisienne en France : Mode de traitement et d’exploitation, Mémoire Cycle post-maîtrise en DBA, Université de Tunis I – Institut de Presse et des Sciences de l’Information, 1992.

2 Parfois mentionné sous le terme plus général « Énergies renouvelables ».

3 La recherche en cours. Année 1980-81, ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique – Direction de la recherche scientifique, Éditions du CNUDST, p. 89-91.

4 Relativement à son poids dans le paysage scientifique puisqu’elle « pèse » 290 enseignants-chercheurs en 1981, alors que l’IRST en possède seulement 23.

5 La recherche en cours. Année 1980-81, op. cit., p. 92.

6 À cette date et jusqu’en 1986, on peut considérer qu’un dinar tunisien vaut entre dix et onze francs français.

7 Décret n° 83-1037 du 4 novembre 1983.

8 Arrêté du ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique relatif aux modalités d’élaboration et de fonctionnement des programmes nationaux de recherche.

9 Entretien avec l’auteur, nov. 1994.

10 La recherche en cours. Année 1980-81, op. cit., p. 1.

11 Le nombre de programmes décomptés ici (144) ne correspond pas à celui annoncé par le directeur de la Recherche, A. Makhlouf en introduction au bilan publié en 1981 (94). Il est probable que ce dernier ne prend pas en compte les programmes signés avec les établissements sous cotutelle (Médecine, Agriculture…).

12 La recherche en cours. Années 1980-1981. Programmes, Equipes de recherche, Financement. Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique – Direction de la Recherche scientifique et technique. Éditions du CNUDST.

13 L’un des thèmes de prédilection de la Division des Politiques scientifiques de l’UNESCO depuis le début des années 1960, comme on l’a vu plus haut.

14 Les informations contenues sont difficiles à manier car présentées essentiellement sous forme de listes et non synthétisées en statistiques. Par ailleurs, des données centrales n’y figurent pas comme les différentes disciplines scientifiques, les thèmes de rattachement des différents programmes de recherche, les grades universitaires des chercheurs…

15 Selon les termes de A. Ben Dhia, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique dans la préface (p. I) de ce bilan.

16 Idem., p. II.

17 Ce total est composé de 23 établissements relevant du seul MESRS et de 31 établissements en cotutelle avec d’autre ministères (Agriculture, Santé, Culture…). Ces derniers ne représentent cependant qu’environ 16 % des étudiants.

18 On a soustrait de cette liste les établissements de recherche agricole, qui ne participent que marginalement aux contrats DRST-Université. Il n’est malheureusement pas possible de tirer de ce même index un décompte par disciplines de rattachement, puisque celles-ci ne sont pas indiquées.

19 Arrêté ministériel du 12 mai 1982.

20 Lettre du 19 juin 1980. Archives du Service Culturel Français à Tunis. Boîte 152.CD 2.2.

21 Benzaghou B. et Mahiou A., « Remarques sur l’université algérienne et la recherche scientifique », in : Politiques scientifiques et technologiques au Maghreb et au Proche-Orient, Les Cahiers du CRESM n° 14, Paris, Éditions du CNRS, 1982.

22 En retour, rappelons que les compétences du CRST ne s’exercent que sur les établissements et les personnels dépendant du MESRS, et non sur ceux dépendant d’autres ministères, par exemple l’Agriculture.

23 Rapport sur la 7e session du comité mixte paritaire DRST-CNRS, janv. 1983. Procès-verbal de la 10e session du comité mixte paritaire, janv. 1986. Archives du Service Culturel Français à Tunis. Boîte 153. CD 2.2.

24 Les conditions de la création, pour le moins surprenante, d’une telle institution dans le contexte d’un pays en développement, à l’époque indépendant depuis peu, ne sont pas évidentes. La personnalité de son promoteur, parfois contestée par certains scientifiques tunisiens, apparaît en tout cas assez atypique (pour l’époque) comme le montre la publication par celui-ci en 1979 d’un ouvrage intitulé L’islam religion de la science qui entend montrer que la modernité scientifique et technologique ne saurait passer que par un retour à l’authenticité des valeurs intemporelles de l’Islam. Position qui serait sans doute qualifiée aujourd’hui de fondamentaliste.

25 Lois de finances 1977 à 1982. Journal officiel de la République tunisienne.

26 N. Ariguib, entretien avec l’auteur, févr. 1995.

27 Décret 83-1037 du 4 novembre 1983.

28 N. Ariguib, entretien avec l’auteur, févr. 1995.

29 L’Action. 29/05/1984.

30 L’Action. 29/05/1984.

31 N. Ariguib. Présentation de la brochure « INRST », ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, novembre 1986, p. 5.

32 Cette mission est d’autant plus évidente que les coordinateurs des quatre PNR mis en place à cette date dépendent désormais directement de l’INRST : M. Maâlej (Énergies renouvelables), N. Ariguib (Phosphates et saumures), M. Ennabli (Eau), F. Kartas (Sciences de la mer).

33 Il en était initialement prévu onze. Les quatre restant sont les centres de transfert de technologies, d’aménagement du territoire et d’urbanisme, d’électronique. Le dernier, centre de télédétection, sera mis en place dans le cadre de la Défense nationale.

34 Reprenant en cela une tradition initiée depuis longtemps par l’IRST.

35 Dont est originaire le directeur du centre et coordinateur du PNR « Sciences de la mer ».

36 En toute logique, ce groupe de personnalités constitue le noyau principal des deux instances décisionnelles de l’INRST que sont le Conseil de l’Institut et le Comité scientifique permanent de l’Institut.

37 A défaut de source plus synthétique, ce sont les listes annuelles du personnel enseignant de l’Enseignement supérieur et de leur affectation qui permettent de suivre le peuplement progressif par grades de l’INRST.

38 De Certeau M., L’invention du quotidien – 1. arts de faire, Gallimard (Coll. Folio essais), 1990, p. xlvi, introduction générale.

39 Idem.

40 Note sur l’activité du service de coopération en 1981. 15/07/1982. Archives du Service Culturel Français à Tunis. Boîte 147.CD.2.1.

41 Qu’ils soient sur place à Tunis au sein du Service culturel de l’Ambassade de France ou bien dans les laboratoires et Universités partenaires de cette coopération.

42 A. Makhlouf, directeur de la Recherche à cette époque. Entretien avec l’auteur, juill. 1995.

43 L’ONU en particulier, jusqu’ici peu présente en Tunisie dans les domaines scientifiques et technologiques, en dehors de projets agricoles. Cf. Langlois A., « L’approche multilatérale du transfert de technologie : l’action de l’ONU et des institutions spécialisées au Maghreb », in : Annuaire de l’Afrique du Nord 1976, Paris, Éditions du CNRS, p. 81 et suivantes.

44 Directrice de l’INRST Entretien avec l’auteur, févr. 1995.

45 Directeur du Centre de Physique et d’Énergétique de l’INRST. Entretien avec l’auteur, févr. 1995.

46 Directrice de l'INRST. Entretien avec l'auteur, févr. 1995.

47 Coordinateur du PNR « Eau ». Entretien avec l’auteur, nov. 1994.

48 A cette période, 1 DT équivaut environ 10 francs.

49 Procès-verbal de la 3e session du Comité mixte DESRS-CNRS, 12/10/1977. Archives du Service Culturel Français à Tunis. Boîte 151.CD.2.2.

50 Note sur la recherche scientifique en Tunisie, 2/11/1981, Service Culturel et de Coopération, Ambassade de France à Tunis. Archives du Service Culturel Français à Tunis. Boîte 147.CD2.1.

51 Critiques qui n’avaient pas pu ne pas arriver aux oreilles des responsables du Service Culturel français, d’autant plus que les universitaires tunisiens, jusqu’ici leurs interlocuteurs habituels, souhaitaient sans doute leur soutien pour s’opposer à la nouvelle politique.

52 Note sur la recherche scientifique en Tunisie, 2/11/1981, Service Culturel et de Coopération, Ambassade de France à Tunis. Archives du Service Culturel Français à Tunis. Boîte 147.CD 2.1.

53 Note sur la coopération franco-tunisienne, mars 1980, Service Culturel et de Coopération, Ambassade de France à Tunis. Archives du Service Culturel Français à Tunis. Boîte 147.CD 2.1.

54 Note de synthèse du 19 mai 1981, Ambassade de France à Tunis. Archives du Service Culturel Français à Tunis. Boîte 147. CD 2.1.

55 Note « Énergies nouvelles et économies d’énergie », direction générale des Relations Culturelles du Ministère français des Affaires Étrangères. Archives du Service Culturel Français à Tunis. Boîte 147. CD 2.1. Le COMES est le Commissariat à l’Énergie Solaire, créé en France en 1978.

56 Note de synthèse du 19 mai 1981, Ambassade de France à Tunis. Archives du Service Culturel Français à Tunis. Boîte 147. CD 2.1.

57 Note du 12/03/1983. Service culturel et de coopération. Archives du Service Culturel Français à Tunis. Boîte 147. CD 2.1.

Notes de fin

1 Données non-disponibles

Table des illustrations

Titre Tableau 3 : Nombre de contrats DRST-Université en 1980-81 par établissement
Légende Source : La recherche en cours. Années 1980-81. Op. cit.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/529/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Tableau 4 : Financement des programmes de recherche sur contrat DRST/Université (en dinars)
Légende Source : ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique.Note (*)1
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/529/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Tableau 5 : Nombre de chercheurs impliqués dans les programmes DRST-Université par établissement. Année 1980-81
Légende Source : La recherche en cours. Années 1980-81. Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique – Direction de la Recherche scientifique, Éditions du CNUDST.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/529/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 130k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540