Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Science et pouvoir dans la Tunisie contemporaine

 | 
François Siino

Troisième partie. Priorité à la recherche « appliquée » ? Polémique autour d'une politique scientifique (1978-1986)

6. Qui décide ? Construction d’une coalition minoritaire

Texte intégral

UNE DYNAMIQUE POLITICO-ADMINISTRATIVE, UN CONTEXTE FAVORABLE

1Un premier facteur explicatif de la mise en place d’une politique scientifique identifiable à partir de 1978 en Tunisie réside dans l’apparition d’une dynamique dont la caractéristique principale est qu’elle se situe à un niveau exécutif intermédiaire : celui de la Direction de la Recherche scientifique du récent ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. La responsabilité en revient à Azzeddine Makhlouf, sous-directeur depuis 1976 et nommé Directeur de la Recherche par le nouveau ministre, Abdelaziz Ben Dhia, en 1978.

  • 1 Fortement marquée sur le plan politique, comme on l’a souligné, par la lutte violente qui oppose le (...)

2On ne trouve en effet dans l’actualité politique de cette époque1aucune trace de directives gouvernementales ou présidentielles particulières visant la dynamisation de la recherche scientifique tunisienne. Aucune loi récente et donc aucun débat parlementaire ne sont venus apporter un quelconque cadre ou soutien au travail des enseignants-chercheurs de l’Université. L’impulsion ne vient pas des sommets de l’État, mais plutôt de cette zone floue où s’articulent décision politique et mise en œuvre administrative, la première pouvant « descendre » beaucoup plus bas que ce que prévoient les attributions initiales des structures étatiques, par le jeu de la confiance et de la délégation de pouvoir que les décideurs politiques concèdent à leur entourage. C’est ce qui semble se passer ici.

3Car, si le ministre de l’époque est bien celui qui a permis, soutenu et encouragé la mise en route du processus, tous les témoins de cette période sont unanimes pour voir en la personne de son directeur de la recherche la source de l’inspiration, de l’impulsion et de la réalisation des nouvelles orientations de la recherche tunisienne. D’un tempérament volontaire, pragmatique et direct, celui-ci introduit une dynamique réformatrice dans un secteur jusque là peu concerné par les interventions gouvernementales. Le regard qu’il porte sur la situation de la recherche scientifique tunisienne à la fin des années 1970, les constats qui s’imposent à lui et les idées qui en découlent peuvent s’interpréter en partie comme le résultat d’un parcours relativement atypique. Mais il faut noter que ces idées rencontrent (et sont peut-être en partie inspirées par) un contexte commun à la Tunisie et à la scène internationale. Cette conjonction vaudra à ce « responsable réformateur » la légitimité, le soutien politique mais aussi, comme on le verra, une partie des moyens matériels pour concrétiser ses aspirations.

Un directeur de la recherche aux orientations réformatrices

  • 2 Le parcours et l’activité d’Azzeddine Makhlouf sont retracés à partir d’entretiens avec l’auteur.

4Après des études de géomorphologie effectuées à la faculté des Sciences de Tunis, Azzeddine Makhlouf enseigne comme assistant à l’Institut National Agronomique de Tunisie2. Au début des années 1960, il part pour la France où il ne tarde pas à être recruté par le CNRS à Strasbourg. Son contact avec la recherche française, qui durera plus de dix ans, ne se limite pas à la « vie de laboratoire », mais s’étend aussi aux divers aspects de l’administration de la recherche, par le biais de sa participation à plusieurs commissions du CNRS. Par ailleurs, son intérêt pour les enjeux économiques internationaux le pousse à suivre un cursus de sciences politiques. Lorsqu’il rentre en Tunisie en 1975, il est frappé par la situation de faiblesse dans laquelle il trouve la recherche scientifique tunisienne, mais surtout par le peu d’intérêt que celle-ci semble susciter chez les autorités dirigeantes du pays.

  • 3 Picard J-F, La république des savants. La recherche française et le CNRS, Paris, Flammarion, 1990, (...)
  • 4 En francs 1982.

5Le contraste est d’autant plus fort avec la situation qu’il vient de connaître, qu’en France, la période des années 1960 a été celle d’une « expansion dirigée » où « une politique nationale de la recherche, volontaire, délibérée et méthodique [a été] mise en place avec des moyens accrus »3. De grands établissements publics de recherche ont été créés comme le CNES (Centre National d’Etudes Spatiales, 1961), l’INSERM (Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale, 1964), le CNEXO (Centre National pour l’Exploration des Océans, 1967). Si les chiffres ne résument pas à eux seuls l’ampleur de l’effort, ils sont néanmoins éloquents : entre 1960 et 1975, le budget du CNRS a été multiplié par 5,5 (de 645 millions à 3 524 millions4) et pour la même période, les effectifs ont été multipliés par 2,7 (de 6 996 à 19 516 personnes). C’est aussi à cette période que sont mis en place, en France, des mécanismes originaux destinés à dynamiser l’activité scientifique : ce sont les « recherches coopératives sur programme » (RCP) en 1962-63, puis les laboratoires et équipes universitaires associés au CNRS (LA, ERA) à partir de 1966.

  • 5 Idem, p. 253.
  • 6 Idem, p. 253.

6Le début des années 1970 est par ailleurs marqué par un changement de génération à la tête du CNRS français, lorsqu’aux représentants « de la vieille école de l’excellence et de la recherche libre » représentés par Pierre Jacquinot, succèdent ceux que Jean-François Picard nomme les « managers de la science »5, dont l’un des représentants les plus typiques est Hubert Curien, futur ministre français de la recherche. Une idée gagne en force, à laquelle la crise économique ne manquera pas de donner des arguments, à savoir que « même là où elle est fondamentale, [la recherche] ne peut plus être soutenue en dehors d’un effort national de programmation »6. Coordination, orientation et évaluation deviennent des notions centrales qui entraînent l’apparition de nouveaux dispositifs comme les « actions thématiques programmées » (ATP) en 1971.

  • 7 Cadres d’enseignement mais aussi de l’État et de son administration.

7C’est donc tout imprégné de ces évolutions quantitatives et qualitatives qu’Azzeddine Makhlouf rentre en Tunisie en 1975. Il y trouve un système universitaire presque entièrement tourné vers la production de cadres diplômés7 dans lequel la recherche s’effectue de façon marginale, individuelle, dans un grand dénuement financier puisque seul un « détournement » des crédits destinés à l’enseignement lui permet de fonctionner. Quant à la coordination du secteur, elle relève d’une sous-direction sans pouvoir ni crédit de la Direction de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique du ministère de l’Éducation Nationale.

Le constat

8Les deux premières années de collaboration d’Azzeddine Makhlouf avec l’administration tunisienne de la recherche (en tant que sous-directeur, 1976-77) correspondent à une période d’observation. Il lui faudra attendre le remaniement politico-administratif de 1978 pour être en charge de l’ensemble de la recherche scientifique (en tant que Directeur, 1978-86), gagner une marge de manœuvre exceptionnelle à son niveau, et pouvoir mettre certaines de ses idées à exécution.

9Le premier constat qui s’impose à lui est que les obstacles sur lesquels bute le développement économique et social du pays sont pour une bonne part d’ordre technologique. Au premier rang des préoccupations, les ressources naturelles du pays, en particulier le problème de l’eau, élément crucial tant pour le développement de l’agriculture que pour celui du tourisme. A la fin des années 1970, les projections des capacités hydrauliques tunisiennes par rapport à l’accroissement de la demande sont déjà alarmantes. Or, il semble que des solutions technologiques soient envisageables, notamment par le biais du dessalement de l’eau de mer, à condition d’en maîtriser localement les techniques. L’énergie est également source d’inquiétude dans un pays notoirement moins bien doté en pétrole et en gaz que ses voisins algérien ou libyen. La réflexion sur les énergies renouvelables, entamée au Nord à la suite du premier choc pétrolier de 1973 paraît pouvoir trouver des prolongements au Sud, en particulier dans le domaine solaire.

10Autre type de préoccupation, la capacité à substituer des produits locaux à de coûteuses importations. Ainsi des argiles sont-elles importées d’Espagne (kaolinite et bentonite, utilisées pour la clarification de l’huile d’olive et dans certaines techniques de forage) alors qu’il semble possible d’exploiter des gisements tunisiens pour un coût très inférieur, à condition, là aussi, de maîtriser les procédés de traitement.

11Enfin, la jeune industrie tunisienne, dont les phosphates constituaient l’une des principales exportations, aurait beaucoup gagné à s’intéresser à la transformation de la matière première (son enrichissement en particulier), chose qui jusque-là ne semblait pas avoir mobilisé les chercheurs des différentes disciplines.

12Le deuxième constat est celui de la nécessité pour la Tunisie de compter davantage sur ses propres capacités que sur la philanthropie des pays industrialisés. En dépit des généreuses déclarations d’intention qui accompagnent rituellement la notion de transfert de technologie, il ne fait aucun doute pour A. Makhlouf que la science et la technologie constituent un enjeu international potentiellement conflictuel et s’inscrivent dans un rapport de force inégalitaire entre le Nord et le Sud.

  • 8 Déclaration lors de la Table-Ronde « La recherche scientifique en débat » organisée en juillet 1982 (...)

« La situation est claire : les pays industrialisés détiennent un pouvoir extrêmement important, une technologie. Le Tiers-Monde de son côté détient le pétrole, les minerais de fer, etc. Il faut se dire une chose : les pays industrialisés ne sont pas prêts à nous donner leur potentiel technologique. Nous restons, malgré nos ressources naturelles, dépendants de la technologie étrangère »8.

13Briser, au moins en partie, cette situation de dépendance implique donc que le pays se dote d’une politique et de structures susceptibles d’utiliser au mieux les ressources intellectuelles et matérielles disponibles au niveau national. Il ne s’agit pas de rejeter les acquis de la science étrangère ni les technologies importées, mais au contraire de se donner les moyens de les comprendre et de les maîtriser. C’est-à-dire, dans un premier temps, d’être suffisamment bien armé pour vérifier la qualité des produits technologiques importés, y compris les plus complexes ; dans un deuxième temps d’innover en les adaptant mieux aux besoins locaux.

  • 9 De France, où la grande majorité de ces chercheurs ont fait leur apprentissage de la recherche.

14Enfin, le dernier constat concerne le potentiel humain impliqué dans la recherche scientifique en Tunisie. Si le nouveau directeur de la recherche tunisienne juge ce potentiel quantitativement satisfaisant, il porte en revanche un jugement sévère sur l’attitude générale vis-à-vis de la recherche et sur les motivations des enseignants-chercheurs de l’université. Il leur reproche leur étroitesse de vue, cantonnée à l’approfondissement de sujets souvent sans rapport avec les besoins réels du pays, et leur incapacité à se rendre compte de l’inadéquation d’un style de fonctionnement importé9 avec les contraintes urgentes du développement.

15Un danger menace selon lui la recherche universitaire tunisienne : celui de voir se multiplier dans la plus grande anarchie une pléthore de petites équipes, jalouses de leur matériel et de leurs soutiens extérieurs, que le cloisonnement de leur fonctionnement empêche de réaliser qu’elles travaillent souvent sur les mêmes sujets. Redondance, désordre, gaspillage, et en définitive, inefficacité lui semblent caractériser la façon de travailler de scientifiques pourtant issus de formations prestigieuses.

16Cette situation lui paraît d’autant plus préjudiciable que c’est malgré tout sur les seules épaules de ces universitaires que repose la capacité du pays à mettre en place une véritable stratégie de recherche, le secteur industriel en étant pour encore longtemps incapable.

  • 10 Table-Ronde « La recherche scientifique en débat » organisée en juillet 1982, seconde partie, publi (...)

« Les entreprises tunisiennes, aussi grandes soient-elles, sont de jeunes entreprises qui sont affrontées à des problèmes sociaux, à des problèmes de rentabilité, d’écoulement, d’importation et qui n’ont pas le temps de s’occuper du problème de la recherche et dont les responsables ne sont pas en mesure de constituer un secteur de recherche »10

Des perspectives nouvelles

17Confronté à ce triple constat, A.Makhlouf mûrit un certain nombre d’idées directrices qui, si elles ne sont pas encore formulées en propositions précises, forment néanmoins le cadre des choix futurs. Ces idées s’inspirent en partie de son expérience au sein de la recherche française et plus précisément du CNRS. Cependant, elles tentent également de prendre en compte les spécificités de la société tunisienne et celles de son champ universitaire.

18L’idée principale est que l’État doit désormais jouer un rôle central dans la planification de la recherche en fonction de priorités nationales, par lui définies. La recherche scientifique n’est plus seulement un souhait, une volonté in abstracto, elle est devenue une nécessité urgente. Elle n’est plus seulement un moment de la formation universitaire, ou une activité secondaire parallèle, laissée au libre choix de chacun, mais un ressort décisif de l’économie du pays. En tant que principal bailleur de fonds, l’État se doit donc de concentrer les moyens disponibles (surtout si ceux-ci sont encore très insuffisants) sur les secteurs jugés stratégiques pour le pays. Bien entendu, cela signifie que le contenu même de la recherche, ses orientations, ses thèmes ne sont plus laissés au hasard des goûts ou du cursus passé des chercheurs. Si les domaines de spécialisation de ces derniers sont pris en compte, ils doivent néanmoins se plier et s’adapter aux grandes orientations définies au niveau national. La recherche, ou tout au moins une partie d’entre elle – prioritaire – doit donc être, sinon « appliquée », du moins « finalisée », c’est-à-dire consciente des problèmes concrets auxquels elle s’attaque et des solutions qu’elle peut proposer.

19Du point de vue de l’organisation de cette recherche, il s’agit désormais de réfléchir en termes d’objectifs, de moyens disponibles, de calendrier d’action. Derrière ces termes s’en profile un autre qui les contient et les résume : celui de programme. La science en général et la recherche scientifique en particulier, de figures métaphoriques du discours de pouvoir, sont ainsi redéfinies comme objet d’intervention du politique.

20La seconde direction de réflexion, non moins importante, concerne les acteurs de la recherche. A. Makhlouf considère que les enseignants tunisiens sont désormais disponibles en nombre suffisant pour faire fonctionner l’université, mais que submergés par les enseignements et les tâches administratives, ils ne peuvent guère se consacrer qu’à une recherche fondamentale à long terme, et par là, sont incapables de répondre à une demande ponctuelle, qu’elle émane directement de l’État, des entreprises publiques ou des grands offices nationaux (Office des Mines…).

  • 11 Entretien avec l’auteur, juill. 1995.

« Mon objectif en arrivant à la Direction de la recherche n’était pas de continuer à former indéfiniment des DEA et des Doctorats pour que les gens continuent à travailler dans leur coin à l’université. Ou plutôt, s’il fallait continuer à former de futurs enseignants – et de ce point de vue la recherche fondamentale restait capitale – on ne pouvait plus s’en tenir là. Il fallait pouvoir mobiliser les gens, il fallait qu’ils puissent répondre à des demandes précises. A l’Université, ce n’était pas possible. Quant aux ingénieurs, même issus des plus grandes écoles, ils étaient la plupart du temps utilisés comme cadres de l’administration. Il fallait trouver le moyen de mettre à profit ce potentiel humain »11.

21Ainsi, pense-t-il, le moment est venu de dégager du vivier universitaire des individus susceptibles de se consacrer à plein temps à la recherche. Ceux-ci, dégagés des pesantes contraintes de l’enseignement, de l’encadrement universitaire et des tâches administratives, pourraient alors travailler, au sein d’équipes spécifiques, sur les programmes prioritaires définis au niveau national. Cette situation privilégiée leur permettrait de se consacrer à des projets à court ou moyen terme, alors que la recherche en milieu universitaire ne peut s’envisager que sur le long terme.

22La programmation d’une recherche finalisée consacrée à résoudre les obstacles au développement national, et l’affectation permanente d’un ensemble de chercheurs à cette tâche, ne pouvaient se faire dans le vide. Il fallait des structures. La nécessité de rompre avec le mode de fonctionnement de l’université – et avec le surcroît de tâches qu’elle imposait – impliquait la création de laboratoires distincts, géographiquement séparés, exclusivement consacrés aux activités de recherche.

23Ce choix permettait en premier lieu d’envisager une rationalisation du matériel scientifique utilisé. La pratique des petites équipes universitaires consistant à se procurer souvent indépendamment les unes des autres des équipements similaires aboutissait à un gaspillage de moyens qu’il n’était pas souhaitable de reproduire dans la recherche programmée. D’autant plus que, contrairement à la recherche fondamentale, celle-ci risquait de nécessiter des installations (stations expérimentales, pilotes, ateliers divers…) beaucoup plus onéreuses. La création de laboratoires de support pour les programmes prioritaires permettrait donc une centralisation du matériel auquel tous les chercheurs impliqués dans le programme auraient accès. Elle faciliterait également une politique de maintenance difficile à exercer à l’université.

24Par ailleurs, la visibilité et la spécificité de telles structures pourraient permettre de récupérer de jeunes chercheurs travaillant à l’étranger et exposés à la tentation de ne plus revenir.

  • 12 A. Makhlouf. Entretien avec l’auteur, juill. 1995.

« Il y avait à l’époque beaucoup de jeunes Tunisiens en France, au CNRS, à la fac. Ils demandaient à revenir en Tunisie, mais pour quoi faire ? La faculté était déjà saturée, et pour la recherche, ils n’auraient jamais les mêmes conditions de travail… Venir sans savoir ce qui les attendait à part encadrer des TP et des TD pendant des années, non ! ils n’allaient pas faire ça. Tandis que s’il y avait des programmes bien définis, cohérents, avec des laboratoires qui les supportent et sur lesquels ils puissent être affectés immédiatement, même si ce n’était que pour le temps d’accomplissement d’un programme… ça, ça pouvait les convaincre »12.

25Ce premier cadre de réflexion semblait à l’époque coïncider parfaitement avec le discours tant de fois répété sur la nécessité de mettre la science au service du développement. Mais sa force résidait également dans le fait d’être en phase, tant avec le contexte interne à la Tunisie, qu’avec certaines évolutions de la scène internationale.

Le contexte interne : la critique d’une décennie de dépendance

26En Tunisie, la fin des années 1970 voit en effet se développer un mouvement intellectuel de critique de la politique économique libérale suivie depuis le début de la décennie sous la houlette du premier Ministre Hédi Nouira. Cette critique des choix effectués vise tout autant les résultats contestables sur le plan purement économique que (et c’est ce qui nous intéresse ici) les conséquences néfastes en ce qui concerne la dépendance technologique du pays.

Le choix de la sous-traitance internationale

  • 13 Parmi l’abondante littérature consacrée à cette période, on renverra notamment à : Pierre SignOles (...)
  • 14 SignOles P., op. cit., p. 288.

27En 1970, un an après l’éviction de Ahmed Ben Salah et l’abandon du modèle de développement de type socialiste suivi dans un premier temps par la Tunisie indépendante, le virage, en effet, a été radical. Sous la conduite de Hédi Nouira, nouveau premier Ministre, le gouvernement tunisien a entamé une politique dite « d’infitah ». Cette « ouverture » comportait deux termes13 : l’abandon du rôle clé du secteur public au profit du secteur privé et l’allégement du contrôle de l’État sur les échanges avec l’extérieur. Encouragées en cela par la Banque Mondiale et diverses autres institutions, les autorités tunisiennes ont délaissé la voie de l’import-substitution (substitution de produits locaux aux importations étrangères) « pour adopter, sans aucune transition, un nouveau modèle d’industrialisation qui se propose d’orienter en priorité la production vers l’exportation »14. C’est donc vers une position de « sous-traitant » à l’échelle internationale que s’est orientée la Tunisie, tentant de tirer parti de l’avantage comparatif que représente une abondante main-d’œuvre d’un coût relativement bas.

  • 15 Cf. Atallah B., « Le cadre juridique des investissements étrangers en Afrique du Nord ». in : Rappo (...)

28Le succès de l’entreprise nécessitant un recours accru aux capitaux étrangers sous forme d’investissements directs, l’État s’est doté d’un cadre législatif nouveau dont on retiendra surtout la loi n° 72-38 du 27 avril 1972. Celle-ci crée un régime particulier extrêmement favorable aux industries produisant pour l’exportation : extra-territorialité, non-obligation de rapatriement des fonds provenant de l’exportation, facilité de transfert des bénéfices, etc.15. L’ensemble des mesures prises au début de cette période était censé non seulement garantir l’emploi et contenir la progression du chômage, mais aussi favoriser les transferts de technologies des firmes occidentales nécessaires au renforcement de l’appareil industriel tunisien.

Un constat d’échec

  • 16 Cf. Taamallah K., « Développement et emploi en Tunisie », in : Le développement en question, Actes (...)

29Sur le premier point, celui de l’emploi, les résultats ne sont pas à la hauteur des attentes. La création d’environ 40 000 emplois par an entre 1972 et 1981 ne suffit pas à compenser l’accroissement de la population active, le ralentissement du courant migratoire et l’augmentation du taux d’activité féminin. La décennie se solde ainsi par un déficit de 103 000 demandes d’emploi non satisfaites16.

  • 17 Falise M. et Masson P., « La politique de développement technologique en Tunisie. Investissements é (...)

30Pour ce qui est des transferts de technologies, le constat d’échec est encore plus flagrant. Dès 1977, certains observateurs de la nouvelle politique économique relèvent « pour les premières années d’expérience de la STI [sous-traitance internationale], un bilan assez maigre quant au transfert technologique. Celui-ci ne se marque d’emblée que de façon ponctuelle, limité à quelques firmes et quelques opérations mais l’ensemble des conditions de fonctionnement lui donne à court terme peu de chances de réalisation »17. Ce constat sera amplement vérifié plus tard. Il s’explique par le fait que les secteurs qui se développent à la faveur de la loi d’avril 1972 ne sont que faiblement consommateurs de technologies modernes et que par ailleurs, le processus ne s’accompagne d’aucun effort de formation et de qualification.

31Sur les 550 entreprises créées entre 1972 et 1982, 75 % relèvent du secteur textile/vêtements (85 % des emplois créés) et 13 % du secteur mécanique/électronique (11 % des emplois créés). Or, dans les deux cas, il s’agit de secteurs pour lesquels la plupart des inputs sont importés et où l’apport de la partie tunisienne se réduit le plus souvent à des opérations d’assemblage employant des machines souvent déjà obsolètes en Europe, et une main-d’œuvre très peu qualifiée (assez largement féminine dans le textile). Le processus n’implique donc pas l’apprentissage, ni la formation massive de cadres ou de techniciens susceptibles de s’approprier, voire d’améliorer les technologies importées.

  • 18 Guichaoua A., Goussault Y, Sciences sociales et développement, Paris, Armand Colin, 1993, p. 28.

32A partir de la fin des années 1970 et du début des années 1980 se développe parmi les intellectuels et universitaires tunisiens une vigoureuse critique des choix qui ont conduit, selon eux, à accroître la dépendance du pays vis-à-vis des pays occidentaux industrialisés. Cette critique n’est ni la première, ni la seule. Elle subit sans aucun doute l’influence des écoles de pensée latino-américaines, qui ont été les premières, dès les années 1960, à penser les relations économiques internationales, et plus précisément les rapports de l’Occident et du Tiers-Monde en terme de dépendance. Ces analyses d’inspiration néo-marxiste s’opposaient aux théories classiques qui prévoyaient le « rattrapage » du retard du Tiers-Monde sur le Nord. A l’inverse, les « dépendantistes » voient dans le sous-développement du Tiers-Monde, la face obscure du développement du Nord, puisqu’ils l’attribuent à « une structuration défectueuse des échanges avec les pays développés »18. Mais ils ont également été parmi les premiers à inclure dans cette dépendance l’aspect technologique. Ils dénoncent l’hypocrisie que constitue selon eux la notion de « transfert de technologies » qui dissimule une réalité dans laquelle le Nord (ou le Centre) est plus pressé d’attirer à lui les ressources intellectuelles du Sud (la Périphérie) que de voir celui-ci profiter pleinement en se les appropriant des techniques qui sont à la source de sa propre richesse.

Une voix critique tunisienne : le GREDET

  • 19 Il faut noter que cette critique s’exprime plus largement à l’échelle du Maghreb. Cf. par exemple p (...)

33En Tunisie, cette critique s’exprime de façon emblématique par la voix du Groupe de Rencontres sur le Développement et la technologie (GREDET). Il s’agit d’un groupe de réflexion, formé en 1980, composé d’ingénieurs et d’économistes universitaires désireux de promouvoir « une réflexion critique sur les modèles de développement et les choix technologiques en Tunisie »19.

  • 20 Ce sera le titre du recueil rassemblant de nombreuses interventions effectuées dans le cadre de ce (...)
  • 21 Cf. Mahjoub A., « Technologie et développement : Quelques propos critiques préliminaires ». in : Tu (...)
  • 22 EL Amami S., « Pour une recherche agronomique au service d’une technologie nationale intégrée », in (...)
  • 23 Idem, p. 16.

34Prenant acte, au cours de nombreux séminaires, de l’impasse dans laquelle se trouve le développement de la Tunisie et des promesses non tenues des transferts de technologies, ces chercheurs se proposent de prendre du recul en posant la question : « Quelles technologies pour quel développement ? »20. Le résultat de leur réflexion constitue une violente critique des pratiques passées et des théories qui les sous-tendent. Ils contestent le dogme du rattrapage par mimétisme de l’Occident (ce qu’ils appellent le paradigme du transfert imitatif) et celui de la neutralité des techniques21. Les transferts de technologies ne sont pas une expression de la bonne volonté de l’Occident, mais un commerce spécifique dans un contexte de marché inégal, et s’ils s’effectuent sans aucun contrôle, ils portent avec eux le risque d’un développement extraverti et d’une désarticulation sociale néfaste. Le secteur agricole, bien que vital pour le pays, n’échappe pas à la critique, puisqu’il est considéré comme un « relais de la dépendance technologique »22, perpétuant la situation coloniale caractérisée par une « polarisation de la recherche agronomique sur quelques cultures spéculatives orientées vers l’exportation »23.

  • 24 Idem., présentation générale, p. 10.
  • 25 Idem, p. 10.

35Ils rappellent l’importance de la prise en compte et de la valorisation des ressources techniques locales lorsqu’elles existent, et non leur rejet systématique. Si, par ailleurs ils ne nient pas la nécessité d’importer savoirs et techniques, ils insistent sur le fait que cette importation doit déboucher sur une appropriation. Contre « le risque […] d’être submergé et/ou façonné par la fréquence et la puissance des messages émis par le Nord »24, il s’agit au contraire de choisir la voie d’un développement original et le plus autonome possible. Il convient donc d’élaborer un véritable projet de politique scientifique et technologique afin « de se doter progressivement de capacités nationales de sélection et de maîtrise des informations, base essentielle à la construction d’une capacité de maîtrise technique »25.

36On peut mesurer le fort degré de convergence qui existe entre une telle analyse et les observations effectuées « sur le terrain » par le Directeur de la Recherche scientifique et technique tunisien. A l’évidence, les réflexions de ce dernier s’inscrivent dans un climat intellectuel globalement favorable à une mobilisation des ressources scientifiques du pays pour enrayer ce qui est perçu comme un « mal-développement ».

Le contexte externe : la Conférence de Vienne pour la science et la technologie

37Un autre élément vient conforter les convictions du Directeur de la Recherche tunisien et renforcer sa position et la dynamique qu’il essaye de lancer. Plus ponctuel, cet événement s’inscrit néanmoins aussi dans le « climat intellectuel » évoqué plus haut ; il s’agit de la Conférence des Nations Unies sur la science et la technique au service du développement qui se tient à Vienne en août 1979.

  • 26 Entre temps se sont déroulées plusieurs conférences à l’échelle régionale arabe avec des résultats (...)
  • 27 Sur ces débats, voir les nombreuses études parues à cette époque, en particulier : Judet P., Kahn P (...)

38Plus de quinze ans après la première « conférence sur l’application de la science et de la technique dans l’intérêt des régions peu développées » de 1963 (Genève) qui avait suscité beaucoup d’espoirs, mais également beaucoup de déceptions, à la mesure du nombre de recommandations non suivies d’effet, il s’agit de la deuxième tentative pour mobiliser la communauté internationale26. Contrairement aux hésitations de 1963, il s’agit cette fois de s’attaquer aux implications politiques et stratégiques de l’inégale répartition des ressources scientifiques et technologiques. L’un des premiers enjeux de la discussion est celui du renforcement des capacités scientifiques et technologiques endogènes des pays en développement. Mais il doit être aussi question de la restructuration des relations internationales autour du problème des transferts de technologies, des réformes nécessaires des institutions onusiennes, et bien sûr, de l’aide financière apportée par le Nord…27

  • 28 États ayant participé à la Conférence d’Alger en 1967 en vue de préparer la réunion de la CNUCED à (...)

39Après de longs mois de préparation et deux séjours à Paris et New-York, A. Makhlouf, Directeur de la Recherche scientifique accompagne à Vienne le ministre tunisien de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, A. Ben Dhia. Pour la délégation tunisienne, la Conférence revêt une importance particulière puisque la Tunisie est à ce moment-là présidente du « Groupe des 77 »28, et à ce titre porte-parole des doléances et propositions de la quasi-totalité des pays en développement. Reconnaissant à son Directeur de la Recherche une bonne connaissance des dossiers, le ministre tunisien lui laisse une grande marge de manœuvre dans la conduite des étapes successives de la Conférence. Cette confiance de la part de son ministre vaut à A. Makhlouf de pouvoir s’impliquer profondément dans l’ensemble des négociations parallèles menées entre pays du Tiers-Monde et occidentaux. Malgré une ambiance générale assez tendue, le rôle de premier plan de la Tunisie lui permet d’établir de multiples contacts, non seulement avec ses homologues des autres pays participants, mais aussi avec les responsables au plus haut niveau des différentes institutions onusiennes : PNUD, ONUDI, FAO, et d’autres organismes internationaux comme la Banque Mondiale.

  • 29 Les pays du Sud demandaient la constitution d’un fonds international de 2 milliards de dollars. La (...)

40Si la Conférence contribue à une prise de conscience globale des problèmes, du strict point de vue de la mobilisation de ressources financières, le résultat est mitigé29. Mais pour le directeur tunisien de la recherche, elle a au moins deux conséquences très positives. L’insistance martelée tout au long des séances sur le caractère crucial d’une maîtrise endogène des technologies, y compris des technologies importées, a favorablement impressionné le ministre tunisien de l’enseignement supérieur. Conscient que ces recommandations rejoignent les préoccupations de son Directeur de la Recherche et les idées que celui-ci cherche à concrétiser en faveur d’une recherche programmée et finalisée, il lui accorde, dès leur retour en Tunisie une confiance qui équivaut à une véritable délégation de pouvoir. Cette « carte blanche » pour tout ce qui touche au secteur de la recherche scientifique va fournir à A. Makhlouf les moyens politiques de faire valoir ses idées, et de faire front aux résistances sérieuses qu’il ne manquera pas de rencontrer.

41Par ailleurs, le rôle éminent joué par la Tunisie dans la Conférence de Vienne, l’implication personnelle de A. Makhlouf et les contacts personnels qu’il a pu établir à cette occasion, lui donneront par la suite un accès privilégié aux financements consentis par les organisations internationales dans le domaine de la science et de la technologie. Cet aspect jouera un rôle décisif dans la concrétisation de la politique qu’il essaye de mettre en place.

« DES COMPLICES DANS LA PLACE » L’ÉMERGENCE DE MÉDIATEURS DU CHAMP SCIENTIFIQUE

42Malgré un contexte interne et externe politiquement favorable, les velléités réformatrices du Directeur tunisien de la recherche scientifique concernant une programmation nationale et des orientations plus directement « applicables » de la recherche scientifique, auraient pu ne jamais dépasser le stade de simples recommandations vite oubliées, et ne laisser guère plus de traces que quelques pages supplémentaires de « littérature grise » ministérielle. Universitaire lui-même, le nouveau Directeur de la recherche était bien placé pour anticiper les fortes résistances qu’il ne manquerait pas de provoquer au sein de l’Université en tentant de donner corps à un projet remettant en question, sous bien des aspects, le fonctionnement du champ universitaire tunisien tout entier.

Les conditions d’une rencontre : structure du champ scientifique tunisien et rapports de force

43Une condition minimale de réussite était de trouver, à l’intérieur même de ce champ, un groupe, même minoritaire, d’interlocuteurs partageant des idées proches, et suffisamment crédibles pour constituer un levier d’action sur l’ensemble du champ universitaire. Cette condition commence à se concrétiser dès 1977, lorsque qu’autour du Directeur de la recherche commence à se rassembler un petit groupe de scientifiques tunisiens qui, sur bien des points, partagent ses analyses.

  • 30 Il faut noter que, contrairement à ce qui se passera plus tard (au début des années 1990), on ne pa (...)

44Comme lui, ils pensent qu’après plus de vingt ans passés à produire des cadres, il est temps pour le système universitaire de sortir d’une simple logique de reproduction pour contribuer plus activement au développement national. Cette contribution est avant tout celle de la recherche scientifique, à laquelle doit, selon eux, se consacrer de façon beaucoup plus systématique une partie des universitaires tunisiens. Dans leur esprit, cette activité n’est possible que dans le cadre de la mise en place d’un statut de chercheur, d’une filière de recherche et d’institutions hors-université, dont le CNRS français leur fournit un exemple institutionnel familier. Il est également évident pour eux que ce type de recherche est par définition finalisée, puisqu’elle a vocation à répondre à une demande de l’État30 (incarné par les entreprises publiques, les Offices nationaux et les Directions techniques de ministères), que cette demande concerne un besoin de véritable innovation ou une meilleure maîtrise des technologies importées. Ils sont donc tout à fait ouverts à la notion d’un État-maître d’œuvre, organisant la recherche dans le cadre de programmes nationaux.

  • 31 Cf. Jobert B. et Muller P., L’Etat en action, Politiques publiques et corporatismes, Paris, Presses (...)
  • 32 Cf. respectivement Muller P., Le technocrate et le paysan, Paris, Éd. Économie et Humanisme, Éditio (...)

45On peut donc parler ici d’une rencontre, dans le sens que donnent à ce terme Bruno Jobert et Pierre Muller dans leurs réflexions théoriques sur l’étude des politiques publiques sectorielles31. Cette rencontre – qui s’effectue ici entre la Direction de la Recherche du ministère de l’Enseignement supérieur et ce qui n’est, dans un premier temps, qu’un « brain-trust » informel de scientifiques tunisiens – est un phénomène qui se retrouve en effet au cœur du déclenchement et de la mise en œuvre de politiques publiques très variées. On le retrouve décrit dans de nombreuses études de cas, qu’elles touchent aux politiques agricoles, urbaines, ou au secteur médical32, et Bruno Jobert et Pierre Muller en font l’une des conditions d’existence d’une politique publique, ou à l’inverse une cause possible d’échec.

46Comment analyser les raisons et les modalités de cette rencontre, ainsi que les possibilités qu’elle offre aux différents acteurs en présence ? On a vu dans quel contexte politique et plus largement, dans quel climat intellectuel, le Directeur de la recherche a fortement étendu sa marge de manœuvre et son pouvoir de décision au sein du ministère de l’Enseignement supérieur. Reste à analyser en quoi la structure même du champ universitaire concourt à faire émerger ce groupe de scientifiques qui, bien que minoritaires, vont jouer un rôle décisif.

  • 33 Bourdieu P., « La spécificité du champ scientifique et les conditions sociales du progrès et de la (...)
  • 34 Idem, p. 91.

47Si l’on part de l’idée développée par Pierre Bourdieu que le champ scientifique n’est pas le lieu éthéré où règne « la concurrence pure et parfaite des idées, infailliblement tranchée par la force intrinsèque de l’idée vraie »33, mais bien « un champ social comme un autre, avec ses rapports de force et ses monopoles, ses luttes et ses stratégies, ses intérêts et ses profits »34, il semble capital d’identifier le ressort proprement sociologique qui guide ces acteurs particuliers. Il nous faut alors faire l’hypothèse que les « prises de positions » qui rapprochent naturellement ces scientifiques des nouvelles conceptions de leur autorité de tutelle sont le résultat d’une situation qui leur est propre, d’une position particulière dans le champ universitaire, position qui est elle-même l’aboutissement à un moment donné de parcours individuels. En d’autres termes, qu’est-ce que ces acteurs ont en commun qui, à l’inverse de la grande majorité de leurs pairs, les rapproche des conceptions du Directeur de la recherche de l’époque, conceptions qu’ils vont aider à imposer au champ scientifique tout entier ?

Parcours singuliers, positions périphériques

48Une telle analyse n’a été possible que parce que plusieurs des acteurs centraux de cette période ont accepté d’en livrer eux-mêmes certaines clefs en retraçant de façon détaillée leurs parcours. La juxtaposition et le recoupement des différents récits a ensuite permis de proposer une réponse à la question posée ci-dessus. Afin de rendre en partie compte des bases empiriques de cette réflexion, trois parcours singuliers sont retracés dans les pages suivantes. Il s’agit de trois figures centrales de ce groupe de scientifiques, engagés dès le début dans l’action, et occupant par la suite des positions éminentes dans la mise en œuvre des nouvelles orientations de la politique de recherche programmée.

Les tribulations d’un chercheur « engagé »

49Le premier d’entre eux, M.M. a effectué sa scolarité secondaire au lycée de garçons de Sfax, où il passe le baccalauréat (français et tunisien) en 1961. Bénéficiant de la mise en place, un an auparavant, de la faculté des Sciences de Tunis et d’une licence de physique, il s’y inscrit en octobre 1961. Il l’obtient, en même temps que le prix du Président de la République du meilleur étudiant de sa discipline, ce qui lui permet d’échapper à une affectation immédiate dans l’enseignement secondaire. Ce, d’autant plus, qu’avant même la fin de sa licence, un événement fortuit vient donner à sa future carrière une première orientation : sous la direction d’un expert de l’UNESCO est créé à Tunis un Centre de Recherche pour les Zones Arides. L’expert demande au doyen de la faculté des Sciences l’autorisation d’y affecter quelques étudiants prometteurs, et c’est ainsi que M.M. (et deux de ses camarades), loin des cours théoriques de la Faculté, se retrouve très tôt « engagé », et de fait confronté aux aspects les plus concrets de la recherche.

  • 35 Entretien avec l’auteur, févr. 1995.

« Et comme ça, je me trouvais dans un centre de recherche,… où on ne savait rien faire d’ailleurs. Seulement, cet expert hollandais venait trois mois par an, et il nous disait : « Bon, il faut commencer à travailler sur les sols », alors qu’en physique on ne faisait pas du tout ça. Du transfert de chaleur, etc… Alors il essayait de nous guider, et on commençait à faire des manips. Reproduire parfois une manip de la Fac, de thermodynamique. On la reprenait, et au lieu d’une chaleur spécifique d’un solide, on le faisait pour le sol. Et on a commencé à faire un petit apprentissage comme ça »35.

50Conscient qu’une licence n’est pas un bagage suffisant pour la carrière universitaire qu’il a entreprise, M.M. demande et obtient en 1966 la permission de partir en France préparer un DEA et une thèse. Une fois en France, il est à nouveau orienté vers une problématique « tunisienne » par les conseils de l’un des professeurs rencontré, directeur d’un laboratoire d’aérothermique au CNRS.

  • 36 Idem.

« On était allé voir des professeurs, on croyait que chacun [d’entre nous] allait dans un labo, et le Professeur Brun nous a dit : « Vous allez faire quoi, de l’électronique… ? » – Parce que moi, je rêvais toujours de faire de l’électronique, j’ai fait de l’électricité, un certificat d’électronique – Il nous a dit : « A quoi ça vous servira… en tant que recherche ? ». Il m’avait dit à l’époque : « La France déjà est en retard par rapport à l’Allemagne, et l’Allemagne commence à être en retard ». Il m’a dit : « Moi, je vous conseille de faire quelque chose qui intéresse votre pays ». Et on a atterri dans le laboratoire d’aérothermique du CNRS. […] Comme ça, on s’est trouvé en train de faire un DEA de mécanique des fluides et de transfert thermique »36.

51Ses bons résultats en DEA lui valent de se voir proposer un poste de stagiaire de recherche au CNRS, ce qui lui permet de mener à bien, dans de bonnes conditions, une thèse de troisième cycle. Malgré la possibilité d’une carrière « française », il choisit néanmoins de rentrer à Tunis en octobre 1968, se sentant redevable à son pays et étant persuadé de pouvoir contribuer à son essor scientifique. Il y réintègre le Centre des Zones Arides (situé dans le quartier de Montfleury) qui, depuis sa création, n’a pas attiré d’autres vocations et dont le personnel scientifique est toujours réduit à deux jeunes chercheurs (dont lui). Il y approfondit sa spécialité de physique des sols et entame la préparation d’une thèse d’État. Parallèlement, et bien que son affectation dans un établissement de recherche le dispense d’enseignement, il assume bénévolement l’encadrement de travaux pratiques à la faculté des Sciences de Tunis.

52En 1969, les autorités de tutelle de l’Enseignement supérieur fusionnent le Centre des Zones Arides avec un Commissariat à l’Énergie Atomique dont les activités prennent fin, la nouvelle institution prenant le nom d’Institut de Recherche scientifique et technique (IRST). C’est néanmoins dans les locaux de l’ancien CEA qu’emménage 1TRST, à la caserne militaire de la ‘Aouina (près de l’aéroport de Tunis-Carthage). Quatre ans plus tard, les autorités militaires, n’éprouvant que peu d’intérêt pour un centre de recherche dont l’aspect nucléaire a disparu, enjoignent à l’IRST de trouver un autre site d’accueil, et celui-ci intègre les locaux de la Faculté des Sciences de Tunis.

53En 1974, M.M. est l’un des premiers scientifiques tunisiens à soutenir une thèse d’État préparée en Tunisie, ce qui lui permet d’accéder au grade de maître de conférence à l’IRST Si les deux déménagements successifs de l’IRST n’ont pas entamé sa curiosité scientifique (qui s’étend désormais aux énergies renouvelables), il se rend néanmoins assez vite compte à quel point la trajectoire qu’il a suivie jusqu’ici ne correspond pas aux valeurs dominantes à la Faculté des Sciences de Tunis. Les universitaires, majoritairement orientés vers des thèmes de recherche fondamentale « importés » et soucieux de « coller » aux standards internationaux, éprouvent un mépris à peine voilé pour une recherche à connotation « utile » qu’ils estiment relever du domaine de la technique (ce dédain englobe y compris l’outil émergeant à cette époque qu’est l’informatique, considéré comme réservé aux ingénieurs ou techniciens). Par ailleurs, M.M. prend conscience de sa position institutionnelle un peu particulière : il est affecté dans une institution de recherche, ce qui ne lui donne officiellement aucune charge d’enseignement particulier, mais il est néanmoins statutairement enseignant-chercheur, et à ce titre continue à enseigner (bénévolement) au sein de la faculté des Sciences.

  • 37 Pour reprendre l’expression utilisée par Jacques Gaillard et Roland Waast, qui entendent par là « d (...)

54Marginalisé par ses orientations scientifiques et dans une situation institutionnelle quelque peu bancale, il aspire à voir reconnaître – en premier lieu par l’instauration d’un statut de chercheur distinct de celui des universitaires - un style de science37 qui est à la fois le résultat de circonstances particulières et d’un engagement personnel dans la recherche.

55Il sera le premier, dès 1977 à entrer en contact avec le responsable de la recherche tunisienne, A. Makhlouf, avec qui il réfléchira aux grandes lignes d’une nouvelle politique de recherche. C’est en partie par son intermédiaire que d’autres scientifiques viendront, à partir de 1978, se joindre au groupe de réflexion et soutenir la politique de recherche programmée. Il en sera lui-même une des figures centrales en tant que coordinateur d’un ambitieux Programme National sur les énergies renouvelables, Directeur du Centre national de Physique et d’Énergétique, et Président de la Commission de physique du Conseil de la Recherche scientifique et technique.

Le pari manqué d’une École Normale supérieure en déclin

  • 38 Équivalent féminin du Collège Sadiki.
  • 39 Seul établissement d’enseignement supérieur légué par le protectorat, conçu comme une préparation a (...)

56Après des études secondaires effectuées avant l’indépendance au lycée de la rue du Pacha38 à Tunis, N.A. passe le baccalauréat en 1957 et, encouragée par sa famille à poursuivre des études supérieures, entre à l’Université qui n’est encore que l’Institut des Hautes Études de Tunis39.

57Son cursus suit d’assez près la mise en place progressive de l’Université tunisienne : en 1958, elle entame la préparation d’un certificat de physique-chimie, obtient en 1960 une licence (dès sa création) et fait partie de la première vague de recrutements de jeunes assistants en 1961. En fait, elle fréquente le corps professoral depuis 1958, date à laquelle elle commence à encadrer des travaux dirigés, et c’est à cette période qu’elle participe pour la première fois à des discussions informelles sur la recherche scientifique qui la marquent durablement.

  • 40 Entretien avec l’auteur, févr. 1995.

« C’était un groupe de Tunisiens qui voulaient parler de recherche scientifique. Ça, c’était déjà en 1958. […] Déjà à ce moment là on pensait à la recherche au service du pays. La recherche-développement, la recherche qui sert à quelque chose. Et moi-même à ce moment-là, on avait déjà commencé […] par exemple en ce qui me concerne, la chimie, on parlait déjà de faire des recherches dans le domaine des phosphates, dans le domaine des saumures… et la recherche en médecine : les maladies qui sont propres à la Tunisie, à l’Afrique du Nord ou au monde africain. On parlait déjà d’une recherche, disons ce qu’on appelle aujourd’hui « R-D », recherche-développement »40.

58En 1964, elle obtient un Diplôme d’Études supérieures en chimie qu’elle soutient à Paris et songe à la préparation (en Tunisie, étant devenue entre temps mère de famille) d’une thèse de doctorat en biochimie. Au bout de deux ans, l’entreprise s’avère impossible : malgré l’appui d’un laboratoire de la faculté d’Orsay, l’absence d’encadrement et les conditions de travail en Tunisie ne permettent pas encore de mener à bien un tel travail. Pressentant une inéluctable stagnation de sa carrière universitaire, elle convainc sa famille de la nécessité de s’établir en France pour quelques années.

59Confrontée aux choix offerts par l’université française, elle opte, en octobre 1968, pour une thèse sur les arséniates au sein d’un laboratoire de chimie minérale de la faculté d’Orsay, consciente des possibilités d’application à la Tunisie de ce domaine de recherche.

  • 41 Idem.

« La question m’avait été posée au moment de la soutenance de la thèse : pourquoi ce choix des arséniates ? La réponse était toute prête : parce que je n’ai pas trouvé de laboratoire qui travaille sur les phosphates, et que en Tunisie, le pôle d’intérêt numéro un en chimie, ce sont les phosphates. Étudier en chimie les arséniates ou les phosphates, les méthodes sont les mêmes, les approches sont les mêmes. Pour moi, la thèse c’était surtout, on apprend à travailler. Apprendre à travailler dans le domaine des arséniates, pour ensuite appliquer sur les phosphates. C’est exactement ce qui s’était passé »41.

60De retour en Tunisie en 1973, N. A. se voit sommée de choisir son affectation entre la faculté des Sciences de Tunis et l’École Normale supérieure, institutions rivales depuis leur création et qui essayent d’attirer à elles les jeunes scientifiques. Misant sur l’image « élitiste » de l’ENS et sur le lancement des départements de recherche d’une institution où les chercheurs sont encore rares, elle y est recrutée comme maître de conférence.

  • 42 Idem.

« Bien sûr, cela m’a valu beaucoup d’animosité de la part de la Faculté des Sciences jusqu’à aujourd’hui […] Le choix était fait, il était fait. Ce n’était ni contre la Fac des Sciences ni contre personne, mais je pensais que j’allais avoir une meilleure situation scientifique à l’École Normale supérieure qu’à la Fac des Sciences, et c’était vrai.
Q : Qu’est-ce qui vous faisait penser ça ?
R : C’était parce que l’École Normale supérieure commençait à être lancée, à avoir des crédits, elle allait avoir son bâtiment à elle, donc avec tout bâtiment il y a toujours des crédits d’équipement… […] Et je savais que quand il y a des bâtiments nouveaux, les premières personnes ont souvent plus droit à des crédits que lorsqu’on est nombreux, que lorsque les crédits ont été déjà bouffés par ceux qui étaient arrivés les premiers, et que vous, vous allez demander, demander et vous n’aurez rien. […] Et c’était ça le choix qui a fait que j’ai été à l’École Normale »42.

61Dès son arrivée, N.A. monte une équipe de recherche en chimie minérale qui s’étoffe progressivement. Mais rapidement, son choix, censé lui permettre de développer une intense activité de recherche, s’avère malheureux. La deuxième moitié des années 1970 est en effet marquée par le déclin de l’École Normale supérieure, victime de son image élitiste dans un contexte où l’enseignement tunisien est placé sous le signe de la démocratisation et de l’accès massif aux études supérieures, valeurs égalitaristes qu’incarnent les « Facultés ». Avant même que l’ENS « scientifique » ne soit déplacée à Bizerte (en 1981) puis finalement supprimée (en 1982), il semble clair que son rôle est secondaire face au pôle scientifique et académique que devient la Faculté des Sciences de Tunis, et que ce n’est pas dans ce cadre que s’élaborera une recherche scientifique susceptible de participer au développement économique du pays. Ce constat déçu de N.A. rencontre dès 1978 la réflexion qui s’élabore autour du nouveau Directeur de la Recherche, Azzedine Makhlouf. C’est assez naturellement qu’elle rejoint le groupe informel qui participe à la définition de ce que devrait être une recherche finalisée et programmée, et à l’élaboration des propositions qui vont dans ce sens.

62Elle prendra une part active à la mise en œuvre des nouvelles orientations, puisque dès 1979-80, elle coordonne l’un des principaux Programmes Nationaux de Recherche (PNR) consacré aux « Phosphates et saumures ». En 1982, elle rejoint l’Institut de Recherche scientifique et technique, institution à partir de laquelle sont jetées les bases de la principale instance nationale de coordination de la recherche programmée – 1’INRST – dont elle deviendra en 1984 la première directrice générale.

Le « piège » d’une direction technique

63Troisième figure importante de ce groupe de scientifiques dont les vues convergent avec celles du Directeur de la Recherche, M.E. est hydrogéologue de formation. Cette vocation remonte aux premiers temps de ses études, et il ne s’en rappelle pas d’autre.

  • 43 Entretien avec l’auteur, nov. 1994.

« Mon intention, dès le début, ça a été d’aller vers les ressources en eau. De tout temps. Le problème de l’eau était, disons, un problème posé. La Tunisie est un pays aride… et donc, l’eau était dans mon esprit »43.

64Après une formation secondaire au lycée de Sousse, il part en 1961 faire des études à Paris. Il y passe une licence de géologie et un certificat de troisième cycle. Renonçant à l’École d’ingénieurs de géologie de Nancy, il opte pour une thèse de troisième cycle, première étape d’une carrière qu’il juge plus « noble », celle de la recherche. Désireux de se voir suggérer un sujet « tunisien », il écrit au ministère de l’Agriculture de son pays, et se voit convoqué en fin d’année scolaire 1965 par M. Ben Othman, Directeur de l’hydraulique de l’aménagement rural (et futur ministre de l’Agriculture). Cette entrevue est le point de départ d’un engrenage qui va faire durablement dévier M.E. d’une carrière universitaire « normale ». En effet, le Directeur lui propose (ainsi qu’à deux de ses camarades de promotion) l’étude du potentiel hydraulique et hydrogéologique du Nord de la Tunisie (les deux autres étudiants étant chargés du Centre et du Sud). Mais l’entretien ne s’arrête pas là :

« Dès qu’il nous a donné les sujets, il n’y est pas allé par quatre chemins. Il nous a dit : “Vous êtes recrutés !”. Avant même d’avoir commencé. Enfin,.. ça nous a complètement désarçonnés. Nous, on était venu, juste pour prendre un sujet et repartir en octobre pour travailler. […] Ses arguments étaient forts, bien entendu. On ne pouvait pas traiter un sujet de géologie basé sur le terrain tout en étant en France. Il y avait une logique tout à fait cohérente à laquelle il était très difficile de résister. Alors, il nous a entraînés devant ses services administratifs, et il leur a demandé de trouver des solutions. Parce que à cette époque là, il n’y avait pas de solutions évidentes. L’administration n’avait que deux corps : le corps des administrateurs et le corps des techniciens, c’est-à-dire des ingénieurs. Mais nous n’étions ni l’un ni l’autre. Nous étions de jeunes scientifiques. Nous étions embarqués sur une thèse de troisième cycle. Notre itinéraire normal, c’était l’université, et débarquant dans une direction technique, il n’y avait pas de statut correspondant.

  • 44 Idem.

Et alors, là, Ben Othman était très pragmatique ; il a créé pour nous un titre qui n’avait jamais existé auparavant et qui était « attaché scientifique ». Donc nous étions attachés scientifiques pour faire en principe un travail de thèse universitaire sur un terrain qui intéressait le gouvernement, et puis c’est tout »44.

65Ainsi commencent plusieurs années d’un travail de terrain ininterrompu au sein de la Direction des Ressources en Eau du Ministère de l’Agriculture. L’une des raisons de ce recrutement inopiné est qu’à cette période (1965-69), la Tunisie, sous la direction d’Ahmed Ben Salah, vient d’entrer dans la phase d’accélération d’une des réalisations phares du socialisme destourien : les coopératives agricoles. La planification de la réforme agraire nécessite une connaissance précise des ressources du pays, en particulier en eau. Les demandes pleuvent : recherches, rapports, études, explorations… Pris dans ce tourbillon, M.E. mettra quatre ans à soutenir sa thèse de troisième cycle, là où deux auraient du suffire. Pénalisé du strict point de vue de l’avancement universitaire, il n’en persiste pas moins dans sa tâche. Devenu chef du service hydrogéologique, il se consacre également à la formation de techniciens et techniciens supérieurs.

66En 1970, l’expérience des coopératives est définitivement stoppée à la suite de la destitution de Ben Salah. Les orientations « libérales » du nouveau premier ministre, Hédi Nouira, relèguent au second plan des préoccupations la planification de l’agriculture. Les services du ministère sont brutalement démobilisés et le service d’hydrogéologie ne reçoit quasiment plus aucune demande d’études. Malgré cela, M.E. n’abandonne pas l’entreprise, et, fort d’une équipe désormais étoffée et de budgets maintenus, il continue systématiquement l’exploration du potentiel hydraulique tunisien. Parallèlement, de jeunes étudiants tunisiens sont attirés vers l’hydrogéologie, ils sont en partie formés en France mais étroitement encadrés sur le « terrain ». Pendant toute la décennie 1970, il va ainsi faire de la Direction des Ressources en Eaux une véritable institution de recherche et de formation à l’intérieur du ministère de l’Agriculture.

  • 45 Idem.

« Nous travaillions pour l’État. Nous faisions un travail d’études systématique, nous le faisions en tant qu’universitaires. Nous recrutions des jeunes étudiants, nous les impliquions dans notre programme, nous les inscrivions dans les Universités françaises, mais nous les obligions à faire leur travail en Tunisie […]. Donc il y avait un système. On avait pris le relais de l’Université qui à cette époque-là ne se préoccupait pas du tout de tout ce qui était « eau », de tout ce qui était hydrogéologie. En réalité nous étions et une Direction technique et un laboratoire universitaire. Et tous les hydrogéologues du pays se trouvaient là, alors qu’il n’y en avait pratiquement aucun à l’Université »45.

67Cette décennie 1970 est également celle où il prépare sa thèse d’État, nourrie de nombreuses années de recherches et d’expérience. Son travail porte sur les aquifères du Nord tunisien, et il en finalise la modélisation mathématique à Paris en 1978. La thèse d’État une fois soutenue, M.E. réalise le caractère un peu ambigu de sa situation au sein d’une direction technique où le statut de tous les universitaires présents est aligné sur celui des ingénieurs.

  • 46 Idem.

« Dans ma position, j’étais un peu déstabilisé du point de vue de ma carrière personnelle. Puisque j’étais Docteur d’État français, à l’Université, de plein droit je devenais Maître de Conférence, alors que là où j’étais, ça ne correspondait pas. Puisque dans les directions techniques, il n’y a que les ingénieurs et les administratifs. […] Et le statut de l’universitaire à cette époque-là était devenu très très valorisant, par rapport au statut d’ingénieur qui était le nôtre (j’étais ingénieur en chef à cette époque) […] Quand on accède au diplôme de docteur d’État, ça dépasse quand même la catégorie du cadre des ingénieurs »46.

68Soucieux de renouer avec un monde universitaire dont il s’est quelque peu éloigné, mais dont il perçoit le prestige scientifique, désireux dans un même temps de rester en prise directe avec l’expérience et les ressources accumulées au sein de la Direction technique dont il est l’un des piliers, il propose à son ministre une solution originale – qui rejoint par certains aspects les idées que commence à formuler à la même époque le Directeur de la Recherche scientifique, A.Makhlouf – qui est la suivante : créer sur la base du personnel de la Direction des Ressources en Eau une structure nouvelle, plus ouvertement consacrée à la recherche, et baptisée par exemple « Institut de l’Eau ». Cette solution devait, dans son esprit, permettre :

  • de ne plus se contenter d’un travail d’exécution d’études, mais de se consacrer à une réflexion à plus long terme, toujours axée sur les besoins de la Tunisie, mais plus proche des canons de la recherche universitaire ;

  • de s’insérer dans les réseaux d’une recherche internationale en plein essor (concrètement, devenir le point d’ancrage dans les zones arides du Programme Hydrologique International) ;

  • de fournir aux éléments « universitaires » de la Direction un statut particulier, calqué sur celui de l’Université et plus valorisant que le cadre de l’ingéniorat (en clair, un statut de chercheur).

69Mais cette solution n’est pas retenue et l’idée échoue. A titre personnel, M.E. se replie sur « la moins mauvaise solution » à son problème personnel en demandant sa mutation dans un établissement d’enseignement supérieur. Il l’obtiendra en devenant Maître de Conférence à l’Institut National Agronomique de Tunis. Il trouve cependant assez vite, au sein du groupe de scientifiques qui entourent le Directeur de la Recherche, un écho à sa première idée « d’Institut » de recherche lié aux besoins nationaux. Devenu rapidement une des personnalités centrales du groupe, il sera promu, à partir de 1980, coordonateur du Programme National de Recherche « Eau », et à partir de 1983, Directeur du Centre des Sciences et techniques de l’Eau au sein de l’Institut National de Recherche scientifique et technique.

Points communs

70Ces trois parcours – ainsi que ceux d’autres membres du petit groupe, non évoqués ici –, différents sous bien des aspects, convergent cependant à la fin des années 1970 en raison d’un certain nombre d’éléments communs qui les rapprochent. Quels sont ces éléments ?

71Le premier est à l’évidence une sensibilisation précoce à l’idée d’une recherche scientifique directement mise au service de la résolution des obstacles au développement du pays. Que cette idée soit ancrée dès le départ (comme pour M.E.), ou qu’elle soit renforcée par la suite par les conseils de professeurs (M.M.), elle induit un choix minoritaire à cette époque parmi les jeunes scientifiques tunisiens : celui d’un sujet « local » intéressant directement les ressources et le développement du pays.

72En second lieu, ce choix s’accompagne chez ces personnes du développement de ce que l’on pourrait appeler un « ethos de chercheur », par opposition à ceux de leurs collègues qui, happés très tôt par le centre d’un système universitaire en construction, ont été accaparés par les charges d’enseignement et d’encadrement (c’est-à-dire de production et de reproduction accélérée du corps universitaire), l’organisation administrative, les postes de responsabilité : ceux-là ont donc immédiatement été à même de mettre en œuvre les stratégies les plus appropriées à une carrière universitaire valorisante. A l’inverse, la « sensibilité » minoritaire se distingue en ce qu’elle considère l’activité de recherche scientifique non seulement comme une priorité par rapport à l’enseignement, mais aussi comme une fin en soi, un rôle social répondant à une demande (que celle-ci soit réelle comme dans le cas de M.E., ou supposée latente pour M.M. et N.A.), alors que pour la majorité des universitaires, il s’agit avant tout du moyen permettant d’obtenir les diplômes, les grades et – à plus long terme – par des publications dans les revues prestigieuses de la discipline, une reconnaissance internationale.

73Un troisième élément, enfin, apparaît assez nettement, sans lequel les deux premiers n’auraient peut-être pas eu de conséquences notables : le fait que, plusieurs années après leur retour en Tunisie, ces personnes se trouvent occuper des positions perçues comme marginales, eu égard à la structure du champ scientifique tunisien. En effet, leurs parcours singuliers ont eu pour résultat de les conduire au sein d’institutions périphériques par rapport au centre académique que constitue l’Université de Tunis (et pour les sciences fondamentales, la faculté des Sciences de Tunis).

  • 47 Un dernier type de « périphérie » scientifique (dont proviendront des membres moins éminents du gro (...)

74S’agissant d’institutions faisant pourtant partie du système universitaire au sens large comme l’Institut de Recherche scientifique et technique (pour M.M.) ou l’École Normale supérieure (N.A.), ce caractère périphérique s’explique par la spécificité même de ces établissements. Le premier est considéré avec une certaine condescendance comme un lieu où s’effectuent des manipulations d’ordre technique. La seconde, victime de sa réputation d’élitisme et d’activisme politique, ne parvient pas à devenir le pôle d’excellence scientifique que certains scientifiques attendaient. Importée comme « par erreur » du système français dans un contexte où elle ne trouve pas sa place, elle est condamnée au rejet (au sens médical de rejet d’une greffe), au déclin et à la disparition. A fortiori, ce sentiment de marginalité est encore plus accentué au sein d’une Direction technique de ministère (M.E.) où il est formellement impossible de reconnaître les plus hauts grades universitaires47.

D’une revendication de reconnaissance à l’élaboration d’un programme d’action

75A la fin des années 1970, les membres du groupe qui viennent entourer et conseiller le Directeur tunisien de la Recherche scientifique ont donc en commun une frustration certaine quant à leurs situations respectives. Tout s’est passé pour eux comme si leur socialisation scientifique (leur mode d’entrée dans la profession), plus orientée vers la recherche et ses aspects « appliqués » que vers les exigences immédiates et à long terme de la carrière universitaire (la rapidité d’acquisition des diplômes, le choix précoce de la « bonne » institution) leur avait valu, presque en vertu d’un phénomène mécanique, de se retrouver dans une sorte de marginalité institutionnelle.

  • 48 Bourdieu P., « La spécificité du champ scientifique et les conditions sociales du progrès et de la (...)

76La frustration qu’ils éprouvent n’est pas tant relative aux titres et aux grades universitaires formels (qu’ils ont pour la plupart d’entre eux pu acquérir) qu’à un besoin de reconnaissance symbolique de leur engagement et de leur valeur scientifique sous forme de pouvoir universitaire. Comme l’a montré Pierre Bourdieu, l’autorité scientifique, capital spécifique du champ scientifique (celui dont la possession assure les positions dominantes) a deux composantes : une capacité technique (être plus ou moins « bon » dans sa discipline) et un pouvoir social (la capacité de défendre sa position et d’influer sur celle des autres dans le champ)48. Ces scientifiques possèdent la première de ces composantes, elle est d’ailleurs authentifiée et sanctionnée par leurs diplômes, mais ils sont, du fait de leurs positions, singulièrement démunis de la seconde. Or, ce pouvoir universitaire qui leur fait défaut est le gage (vis-à-vis de leurs pairs, mais aussi d’autres instances comme la coopération scientifique internationale) de perspectives de carrière future.

77En allant à la rencontre du nouveau Directeur de la Recherche, c’est donc une reconnaissance de l’autorité politico-administrative qu’ils s’efforcent de gagner. En dépit du phénomène de reconstruction et de rationalisation a posteriori opéré aujourd’hui par le discours (à une quinzaine d’années de distance), qui tend à faire correspondre les intentions de départ au résultat final, il est assez probable que le but initial de ces scientifiques est avant tout de formuler des revendications visant à corriger ce qu’ils perçoivent comme une anomalie et une injustice. L’idée de création d’une filière professionnelle de recherche, d’institutions spécifiques et d’un statut de chercheur calqué sur la carrière universitaire apparaît comme une solution adaptée à leur cas : elle peut leur permettre de voir pleinement reconnue leur légitimité scientifique, tout en les dotant d’un pouvoir institutionnel comparable à celui des universitaires au sein des établissements d’enseignement supérieur.

78En réalité, le processus ira bien au-delà d’une simple revendication de reconnaissance, puisque leurs représentations et leurs propositions deviendront, une fois opérée la jonction avec leurs autorités de tutelle, partie intégrante d’un véritable programme d’action.

Une nouvelle image de la recherche scientifique

79Comment, dès lors analyser le rôle central que joue ce groupe de scientifiques dans ce qui apparaît progressivement comme la mise en place d’une nouvelle politique scientifique ?

  • 49 Jobert B. et Muller P., op. cit., p. 60 et suivantes.

80Il semble légitime de les caractériser par le terme de médiateurs, utilisé par Bruno Jobert et Pierre Muller dans leur description des « conditions essentielles » à la mise en place d’une politique publique49. Médiateurs, ils le sont en effet en ce que, à la jonction entre le secteur concerné (le champ universitaire et scientifique) et la sphère politico-administrative à laquelle ils ont soudain un accès privilégié, ils contribuent grandement à élaborer le référentiel sectoriel de la nouvelle politique. Ce référentiel sectoriel (toujours en suivant les analyses de Bruno Jobert et Pierre Muller), c’est une « image dominante du secteur » qui va servir de « philosophie de l’action », et au-delà, à la définition de normes et de critères d’intervention politique. Cette image, ils l’ont construite à partir de ce qu’ils ont eux-mêmes intégré du référentiel global que constitue depuis l’indépendance le discours développementaliste, réinterprété à la lumière de leurs parcours personnels.

  • 50 D’où une opposition revenant souvent dans le discours entre « l’intérêt supérieur de la nation » et (...)

81De fait, toute leur action – conseil auprès de l’autorité de tutelle tout d’abord, participation active à la mise en œuvre des nouvelles orientations par la suite – est présentée comme devant remettre l’activité du champ scientifique en conformité avec cette norme absolue qu’est le « développement »50.

  • 51 Cf. Camau M., « Le discours politique de légitimité des élites tunisiennes », Annuaire de l’Afrique (...)
  • 52 Jobert B. et Muller P., op. cit., p. 69.
  • 53 Idem.

82De même que le discours développementaliste, comme cela a été montré, n’est que la représentation globale de l’ensemble de la société que véhiculent les élites au pouvoir51, le référentiel sectoriel qu’essaye de définir le groupe de scientifiques qui entourent le Directeur de la recherche est un « construit social »52. Il est le résultat de l’imposition, par un groupe qui va - temporairement – dominer le secteur, de ses propres valeurs et perceptions, une « image qui est elle-même le produit des rapports de forces dans le secteur »53.

83Ainsi ces médiateurs travaillent-ils à imposer une conception de la recherche scientifique prioritairement vouée à la solution des problèmes concrets sur lesquels achoppe le développement de la Tunisie. Cette nouvelle image, promue par les médiateurs du champ scientifique, entraîne une conséquence importante, à savoir qu’elle rend légitime une intervention de l’État dans le secteur. Cette conception va à l’encontre d’une hiérarchie universitaire des valeurs où domine jusque-là le caractère « libre » et « pur » de la recherche, conçue comme le « domaine réservé » de chaque enseignant-chercheur et ne reconnaissant d’autre évaluation que celle des critères d’excellence exigés pour la publication dans les grandes revues internationales.

L’organisation d’un leadership

  • 54 Idem.
  • 55 Ainsi, plusieurs formules d’atténuation utilisées par M.E. comme : « […] sans nier du tout la vocat (...)
  • 56 Jobert B. et Muller P., op. cit., p. 73.

84Cette élaboration par les médiateurs d’une nouvelle image de la recherche scientifique (image appelée à devenir dominante) n’entraîne cependant pas la mise au ban du champ scientifique des universitaires ; elle implique de leur part l’acceptation d’une nouvelle hiérarchie de valeurs et de priorités. Comme le rappellent Bruno Jobert et Pierre Muller, il ne s’agit pas d’exclure, mais « d’organiser le leadership d’une catégorie sociale spécifique sur l’ensemble du secteur »54. Dès lors, des formes de compromis sont nécessaires avec les partisans du statu quo ante (le monopole universitaire de la recherche). De façon caractéristique dans leur discours, les médiateurs assortissent presque toujours l’énoncé de leurs positions d’une réserve en forme de profession de foi en la nécessité de préserver une recherche fondamentale au sein de l’Université55. De même, comme on le verra dans la mise en œuvre de leurs propositions, n’oublieront-ils pas de donner un gage de bonne volonté sous la forme d’une procédure dite de « contrats-programmes » avec l’Université. Ceci, pour mieux « modifier et légitimer une nouvelle hiérarchie des normes »56, et mettre en relief la priorité devant être accordée à une programmation étatique des activités de recherche et à des orientations appliquées ou, tout au moins, finalisées de la science tunisienne.

85Cette position de médiateurs est doublement gratifiante pour les membres de ce petit groupe de scientifiques tunisiens.

  • 57 Jobert B. et Muller P., op. cit., p. 71.

86D’une part, vis-à-vis de leurs autorités de tutelle, elle leur confère le statut d’interlocuteur officiel, un « rôle stratégique dans le processus d’élaboration de la nouvelle politique »57, un accès privilégié au politique qui peut rapidement transformer une fonction de conseiller occulte en une position de pouvoir au sein d’institutions existantes ou futures.

  • 58 Bourdieu P., « La spécificité du champ scientifique et les conditions sociales du progrès de la rai (...)
  • 59 Idem.

87D’autre part, à l’intérieur du champ scientifique même, cette position constitue un atout décisif pour « imposer la valeur de ses produits et sa propre autorité de producteur légitime »58. L’enjeu ultime étant pour ce groupe « d’imposer la définition de la science (c’est-à-dire la délimitation du champ des problèmes, des méthodes et des théories qui peuvent être considérées comme scientifiques) la plus conforme à ses intérêts spécifiques, c’est-à-dire la mieux faite pour lui permettre d’occuper en toute légitimité la position dominante, en assurant la position la plus haute dans la hiérarchie des valeurs scientifiques aux capacités scientifiques dont il est le détenteur »59.

  • 60 Idem.

88En redéfinissant cette hiérarchie des valeurs, le groupe minoritaire de ces scientifiques qui se percevaient jusque-là en position marginale dans le champ scientifique, se donne une meilleure chance d’accéder à un statut selon la formule de Pierre Bourdieu, « les dominants sont ceux qui parviennent à imposer la définition de la science selon laquelle la réalisation la plus accomplie de la science consiste à avoir, être et faire, ce qu’ils ont, sont ou font »60.

UNE JEUNE GÉNÉRATION EN RENFORT

89Si le groupe d’enseignants-chercheurs qui se posent ainsi en médiateurs du champ scientifique tout entier auprès de l’autorité de tutelle ne trouve guère de soutien à ses positions chez les « dominants » du corps universitaire, majoritairement opposés à ses propositions, il suscite en revanche un intérêt certain chez une partie des jeunes diplômés, « nouveaux entrants » dans le système.

  • 61 Bourdieu P., Homo Academicus, Paris, Éditions de Minuit, 1984, p. 171.

90Cet intérêt trouve l’une de ses explications dans la modification proprement morphologique qu’a connu le champ universitaire tunisien pendant les années 1970. Car, comme le fait remarquer Pierre Bourdieu à propos de la France, « s’il est certain que les crises (celle de mai 1968 par exemple) divisent le champ selon des lignes de fracture qui leur préexistent, en sorte que toutes les prises de position des professeurs sur l’institution scolaire et sur le monde social trouvent en dernière analyse leur principe dans leur position au sein du champ, il ne faudrait pas en conclure que l’issue des luttes internes dépende seulement des forces en présence et de l’efficacité des stratégies des différents camps. Les transformations globales du champ social affectent le champ universitaire, notamment par l’intermédiaire des changements morphologiques, dont le plus important est l’afflux de la clientèle d’étudiants qui détermine pour une part l’accroissement inégal du volume des différentes parties du corps enseignant et, par là, la transformation du rapport de forces entre les facultés et les disciplines et surtout, à l’intérieur de chacune d’elles, entre les différents grades »61.

91Ce genre de processus peut également être observé en Tunisie au début des années 1980. Deux phénomènes sont en cause :

  • D’une part la rapidité du peuplement de l’université par des enseignants tunisiens, qui est attestée par la vitesse avec laquelle ils ont remplacé les coopérants étrangers. Pendant toute la décennie 1960, globalement, ceux-ci sont proportionnellement plus nombreux que les enseignants tunisiens. En 1970-71, les enseignants étrangers dans le supérieur représentent encore 58 % de l’effectif total. Cette tendance se renverse au cours des années 1970, puisqu’en 1980-81, les enseignants tunisiens sont devenus largement majoritaires avec 72 % de l’effectif. Cette diminution de la coopération dite « de substitution » signifie que les postes à pourvoir rapidement sont beaucoup moins nombreux qu’auparavant.

  • D’autre part, au même moment commencent à se faire sentir les effets « démographiques » de la généralisation de l’enseignement depuis les premières années de l’indépendance. De 2309 étudiants en 1960-61, on est passé à 10 129 en 1970-71 et à 36 827 en 1980-81, soit une multiplication par plus de 13 en vingt ans.

  • 62 Il s’agit de N.Chelbi, Professeur de biologie à la Faculté des Sciences de Tunis, lors de la table- (...)
  • 63 Les étudiants, eux, semblent s’en être préoccupés encore plus tôt. Ainsi Lotfi Touati, étudiant à l (...)

92En conséquence, pour la première fois, en ce début des années 1980, les postes disponibles commencent à se faire relativement plus rares par rapport au nombre de candidatures, entraînant une rupture de la correspondance, jusqu’ici quasi-automatique, entre diplôme et grade, et un renchérissement du « droit d’entrée ». En 1982, un enseignant de la faculté des Sciences reconnaît au cours d’une table-ronde62 : « Nous pouvons dire qu’il y a maintenant en Tunisie un excédent de cadres dans le domaine de la recherche, à tel point que les commissions annuelles de recrutement des assistants se trouvent submergées par le nombre des candidats aux quelques postes disponibles »63.

Un phénomène nouveau, le ralentissement des carrières

93Plus intéressant de notre point de vue que la baisse relative des recrutements, une autre conséquence est le ralentissement des carrières des nouveaux entrants dans le système universitaire, par rapport aux rythmes de progression qui prévalaient jusque-là.

  • 64 Note sur la recherche scientifique en Tunisie, 2/11/1981, Service Culturel et de Coopération, Ambas (...)

94Cette situation est suffisamment perceptible pour qu’elle soit signalée par les services culturels de l’Ambassade de France, qui y consacrent une analyse en 1981. « Les carrières des enseignants-chercheurs », font-ils remarquer, « ont été très rapides jusqu’à ces dernières années : de jeunes chercheurs tunisiens rentrant de France avec une thèse d’État étaient couramment recrutés comme maîtres de conférence, même sans expérience pédagogique. Cela n’est plus possible dans des disciplines de plus en plus nombreuses qui sont déjà saturées […] On assiste ainsi à un blocage des carrières et parfois des recrutements dans certains secteurs. Le phénomène est comparable à celui observé dans les Universités françaises dans les années 1970 »64.

95Ce phénomène, sensible pour l’ensemble des disciplines, l’est plus particulièrement pour les sciences fondamentales (et d’un point de vue institutionnel, à la faculté des Sciences de Tunis).

Tableau 2 : Évolution des effectifs des enseignants du supérieur par grades. Sciences fondamentales. 1978-85.

Tableau 2 : Évolution des effectifs des enseignants du supérieur par grades. Sciences fondamentales. 1978-85.

Source : Institut supérieur de l’Éducation et de la Formation Continue.

96Comme le montrent les chiffres ci-dessus pour la période 1978-1985, c’est à travers la frontière décisive qui sépare enseignants de rang B (Assistants, Maîtres-Assistants) et enseignants de rang A (Maîtres de Conférence, Professeurs) que les flux de progression sont les plus lents.

97De part et d’autre de cette ligne de démarcation, le volume des Maîtres de Conférence reste remarquablement stable, tandis que celui des Maîtres-Assistants fait plus que doubler.

  • 65 Le maintien de cet équilibre étant, comme l’a montré P. Bourdieu, la condition pour que chacun acce (...)

98En même temps que se transforme la pyramide des grades (une base de plus en plus large et un sommet qui croit beaucoup moins vite), cette nouvelle situation laisse entrevoir aux nouveaux arrivants que la temporalité de la progression au sein du corps universitaire est en train de changer. Le déroulement de leur carrière ne pourra en aucun cas suivre le même rythme que celui de leurs aînés et ils ont désormais beaucoup plus de chances de s’éterniser dans des positions subalternes. Au sein du vivier des Assistants et Maîtres-Assistants se développe ainsi un sentiment de déséquilibre défavorable entre « attentes de carrières » et « avenirs probables »65. La scission syndicale intervenue en 1974 entre Syndicat des Professeurs et Maîtres de Conférence d’une part, et Syndicat de l’Enseignement supérieur et de la recherche (rassemblant les Assistants et Maîtres-Assistants) d’autre part, avait déjà introduit chez les « dominés » du système universitaire, l’idée que les « dominants » étaient décidés à défendre fermement leurs statuts contre une accession trop rapide et en trop grand nombre. Cette idée se trouve, au tournant des années 1980, confirmée par les chiffres.

La dégradation des conditions de travail à l’Université

  • 66 Note sur la recherche scientifique en Tunisie, 2/11/1981, Service Culturel et de Coopération, Ambas (...)

99Cette dégradation de la situation est amèrement ressentie par les jeunes diplômés, au moment de leur entrée dans la vie active ou au tout début de leur carrière, d’autant qu’ils y perçoivent non seulement un effet inévitable de la conjoncture démographique, mais aussi une volonté délibérée de leurs prédécesseurs de conserver leur rang et de protéger, voire d’accroître leur pouvoir. Comme le remarquent des observateurs extérieurs, « les professeurs en place ont parfois tendance à ne pas faciliter la tâche des nouveaux recrutés, qui sont à peine plus jeunes qu’eux et en qui ils voient des concurrents potentiels, d’où une tendance à monopoliser les appareils de laboratoire et à leur refuser en pratique les moyens de travail normaux »66.

  • 67 Sans parler des prises de contacts et de l’acquisition d’un capital relationnel éminemment utile po (...)

100La thèse d’État, passage obligé pour accéder aux postes de rang A, Maître de Conférence et Professeur, est un bon moyen pour maîtriser la vitesse d’accès aux postes les plus élevés de la hiérarchie et contrôler le nombre et la nature des successeurs potentiels. En premier lieu, par les possibilités d’accès au matériel scientifique, relativement rare, toujours acquis nominalement par un professeur et souvent considéré par lui comme sa propriété personnelle (même s’il est bien sûr mis à la disposition de l’équipe qui l’entoure). D’autre part, par les possibilités de bénéficier de séjours plus ou moins longs au sein de laboratoires français, occasions d’effectuer toutes les mesures, manipulations et recherches bibliographiques nécessaires à un avancement rapide de la thèse67. Là aussi, une gestion de la rareté s’est automatiquement mise en place, puisque le nombre des bourses de thèse, de stages et de missions, même s’il s’est maintenu, ne peut plus concerner qu’une partie minoritaire de ceux, à présent plus nombreux, qui ont droit à y prétendre.

  • 68 Il convient d’insister sur le fait qu’on ne peut pas parler ici de conflit entre générations entend (...)

101L’option offerte aux scientifiques tunisiens formés en France d’y rester en y étant immédiatement recrutés par le CNRS ou l’Université, courante dans les années 1960 et jusqu’au milieu des années 1970, devient proportionnellement beaucoup plus rare, puisque désormais, nombreux sont ceux qui effectuent la totalité de leur parcours (jusqu’à la thèse d’Etat) en Tunisie. Ainsi, contrairement à leurs aînés (qui ne le sont parfois que de quelques années)68, les « nouveaux entrants » se voient confrontés à la perspective de conditions de travail difficiles qui rendront encore plus longue et incertaine leur progression hiérarchique. Cette appréhension est encore plus aiguë chez ceux qui sont affectés dans les Facultés de province, principalement destinées à l’enseignement de premier et de deuxième cycle, et donc encore plus cruellement dépourvues de matériel et de moyens de recherche.

  • 69 Sur ce moment du passage « de la moquée à l’Université », cf. Burgat F., L’islamisme au Maghreb, Pa (...)
  • 70 Idem, p. 100. L’un des moments les plus critiques de la violence sur le campus est atteint le 20 fé (...)

102Ajoutons enfin à toutes ces difficultés que le début des années 1980 est la période au cours de laquelle le campus universitaire de Tunis, à l’instar des autres pays du Maghreb, voit s’affirmer un militantisme islamiste jusque-là confiné dans le cercle plus fermé des mosquées69, et qui va affirmer sa spécificité, en se confrontant à la gauche universitaire et au pouvoir en place. Bien que rarement évoqué aujourd’hui lors des entretiens, cet aspect de la période du début des années 1980 peut difficilement ne pas avoir affecté les perceptions de ceux qui l’ont vécue, surtout au sein des facultés des Sciences qui « donnent le plus souvent le gros des troupes »70.

L’attrait de la filière de recherche auprès des jeunes universitaires

103Face à toutes ces difficultés, un certain nombre de jeunes universitaires, apprenant la priorité désormais accordée à la recherche finalisée, la mise en place de programmes nationaux (les PNR) richement dotés et de structures consacrées à la recherche à plein temps, se sentent fortement attirés par cette perspective. Certains d’entre eux sont d’autant plus concernés qu’ils ont entamé leur cursus universitaire sous la direction de l’un ou l’autre des scientifiques identifiés plus haut comme médiateurs ; ils ont appris à partager leurs idées, leurs orientations vers la recherche finalisée et constituent un public déjà conquis, prêt à s’engager dans ce qui apparaît comme une expérience prometteuse.

104Mais ils ne sont pas les seuls ; un certain nombre de jeunes enseignants-chercheurs, nouveaux entrants dans le système universitaire, leur emboitent le pas. Il leur semble, en effet, qu’est en train de s’ouvrir devant eux, un territoire encore relativement vierge (la filière de recherche hors-université), et - pour peu qu’ils puissent la saisir – une opportunité d’échapper à la perspective déprimante d’une stagnation au bas de l’échelle universitaire.

  • 71 Entretien avec l’auteur, sept. 1996.

105C’est ce type d’expérience et de parcours qu’a vécu K.., aujourd’hui maître-assistant à l’Institut National de Recherche scientifique et technique71. En 1979, de retour en Tunisie après un DEA de génétique consacré à l’amélioration des plantes, effectué en France, il se voit proposer de s’inscrire à la faculté des Sciences de Tunis pour y effectuer une thèse de 3e cycle nécessaire à son recrutement dans l’enseignement supérieur. Il se retrouve inclus dans l’équipe qui gravite autour du directeur du département de biologie de la faculté. Il découvre, en ce début des années 1980, la situation difficile qui règne dans les laboratoires universitaires. Les assistants et maîtres-assistants sont de plus en plus nombreux, ce qui contribue à faire régner une ambiance de compétition, mais une compétition inégale, dans la mesure où ce sont les possibilités d’accès au matériel qui sont déterminantes, plus que la valeur intrinsèque du chercheur. Les équipes elles-mêmes sont tenues par un petit nombre de professeurs que divisent déjà des querelles directement importées du champ scientifique français, en l’occurrence entre les approches de la biologie classique et le paradigme envahissant de la biologie moléculaire.

106Malgré ces rivalités, le jeune apprenti-chercheur change de directeur de thèse, pensant trouver dans une équipe plus proche de ses orientations de recherche un soutien plus effectif, mais finalement sans grand avantage. Il réussit néanmoins à mener à bien sa thèse de 3e cycle et postule en 1982 à un poste d’assistant. A ce moment, alors que sa carrière universitaire n’est pas encore proprement entamée, il anticipe déjà la lente progression qu’il lui faudra suivre pour venir à bout d’une thèse d’État.

  • 72 Entretien avec l’auteur, sept. 1996.

« Je pensais que j’allais me retrouver des années et des années loin de Tunis, comme assistant dans une Faculté de province. A faire des TD… Et à devoir revenir à Tunis pour pouvoir travailler un peu à ma recherche, puisqu’en province, il n’y avait pas encore de troisièmes cycles, donc pas beaucoup de matériel. Au mieux, je resterais à la faculté des Sciences, dans ce département où j’avais toutes les difficultés à travailler »72.

107C’est à ce moment-là qu’une troisième voie s’offre à lui par le biais de l’Institut de Recherche scientifique et technique, petite structure consacrée à la recherche appliquée, longtemps marginale, mais qui sert depuis 1979 de support aux partisans de la recherche programmée. A ce moment précis, l’IRST connaît une importante vague de recrutement (de 12 à 41 chercheurs entre 1980 et 1982), et K… en fait partie.

  • 73 Entretien avec l’auteur, sept. 1996.

« Je ne connaissais pas vraiment cette équipe avant, mais pour moi, faire de la recherche à plein temps, avec des gens qui ne faisaient que ça, … c’était le paradis ! Être « chercheur » ! Je n’aurais jamais osé espérer ça. […] Et puis, il est vrai que l’on sentait qu’il y avait une volonté derrière, que ça allait prendre de l’ampleur. On entendait parler des Programmes Nationaux… et toutes ces nouvelles orientations, c’était très motivant pour les jeunes chercheurs »73.

108Sur la base de parcours similaires, un certain nombre de jeunes universitaires en tout début de carrière viennent donc constituer des « troupes » motivées pour participer, sous la houlette des scientifiques confirmés que sont les médiateurs, aux nouvelles orientations de la recherche finalisée et apporter en quelque sorte de la « chair » autour de l’ossature des Programmes Nationaux de Recherche, et le personnel scientifique des futurs Centres Nationaux de Recherche.

  • 74 Ainsi, en 1986, date à laquelle on peut estimer que les détachements à la recherche étaient à leur (...)

109Il faut toutefois préciser qu’ils forment un groupe minoritaire en regard de la masse de leurs pairs, qui bien que confrontés à des difficultés similaires, font le choix de rester au sein de l’université et y attendent plus ou moins patiemment de succéder à leurs aînés74. C’est ce rapport de nombre qui explique sans doute que la revendication d’une filière de recherche et d’un statut de chercheur n’ait jamais été relayée par le Syndicat de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, pourtant majoritairement constitué d’assistants et de maîtres-assistants. Celui-ci restera centré sur les mots d’ordre déjà à l’origine de la scission de 1974 (modalités de l’évaluation et de la progression des carrières) et plus largement politiques (autonomie de l’université vis-à-vis du pouvoir). A l’échelle du système universitaire, l’échappatoire de la recherche programmée et des centres hors-université reste perçue comme une solution individuelle, qui ne peut concerner qu’une minorité de jeunes enseignants-chercheurs.

LA MISE EN PLACE D’UN RÉSEAU DE POLITIQUE SCIENTIFIQUE

110L’examen du contexte politique, d’une part, et de l’évolution de tensions constitutives du champ universitaire et scientifique tunisien, d’autre part, ont permis de préciser un certain nombre de facteurs qui peuvent expliquer l’apparition, à la fin des années 1970, de conditions favorables à un renouvellement de l’image de la science et de la recherche scientifique en Tunisie. Comment ces facteurs se combinent-ils (entre 1977 et 1980) pour entraîner la formulation précise et la mise en œuvre d’une nouvelle politique scientifique ?

Une étape informelle et l’émergence d’un projet commun

111Décrire et analyser, à une quinzaine d’années de distance, les circonstances exactes dans lesquelles s’est effectuée la rencontre entre les divers acteurs évoqués plus haut est une entreprise délicate. A l’écoute des différents récits de parcours, on peut sentir la manifestation de plusieurs phénomènes caractéristiques du travail de reconstruction autobiographique des personnes questionnées : les liens personnels entre les différents protagonistes se recouvrent de liens institutionnels apparus plus tard et tendent à se confondre avec eux. Le travail informel initial de réflexion et de proposition est écrasé par les réalisations concrètes auxquelles il a abouti, comme si le résultat n’était pas le fruit de multiples négociations, renoncements, opportunités, etc. Un certain nombre de points peuvent cependant être précisés.

  • 75 Dont on a retracé plus haut le parcours.

112Le premier scientifique à entrer en contact, dès 1977, avec le Directeur de la recherche est M.M.75, physicien à l’Institut de Recherche scientifique et technique, fervent partisan de l’instauration d’un statut de chercheur à plein temps, de la valorisation et de la multiplication des rares institutions (telles l’IRST) consacrées à la recherche. Il a pour projet le développement d’un grand pan de recherche consacré aux énergies renouvelables (solaire, éolien…) et à leurs applications. A sa suite, plusieurs autres scientifiques relevant de différentes disciplines viennent former autour du Directeur de la Recherche un groupe aux contours encore flous, mais qui partage peu ou prou les mêmes convictions. Avec le recul, plusieurs d’entre eux attribuent à cette rencontre un caractère « naturel ».

  • 76 Entretien avec l’auteur, févr. 1995.

« Souvent M. Makhlouf [directeur de la recherche] a dit : « C’est pas un hasard qu’on se soit retrouvés ». Mais parce que, bon, on était convaincus de la même chose, convaincus que la Tunisie avait besoin d’avoir son groupe de recherche, de mettre en place une recherche développement, une recherche appliquée, et qu’elle se fasse, cette recherche, en Tunisie »76.

113De fait, pour plusieurs d’entre eux, il n’y a pas d’interconnaissance formelle (d’autant plus qu’ils sont issus d’institutions et de disciplines variées), mais il faut préciser que leur convergence s’effectue au sein d’un milieu universitaire aux dimensions encore modestes. En 1977-78, l’enseignement supérieur compte en tout 894 enseignants tunisiens, dont 208 professeurs et maîtres de conférence. Si l’on s’en tient aux seules sciences fondamentales qui nous intéressent ici, ces derniers (enseignants de rang A) dépassent à peine 70 personnes.

114En 1978, ce groupe compte un peu moins de dix personnes. Le premier cercle est constitué – outre le physicien M.M. – de N.A., chimiste à l’École Normale supérieure, A.C., biologiste à l’INRST et M.E., hydrogéologue à l’Institut National Agronomique de Tunis. S’y joignent également R.E., biologiste à la Faculté des Sciences de Sfax, A.B., physicien de l’INRST, F.K., spécialiste de biologie marine à la Faculté des Sciences de Tunis.

115Ces enseignants-chercheurs ne sont pas intégrés au cabinet du ministre de l’Enseignement supérieur (ce dernier n’étant qu’indirectement impliqué dans le processus de réflexion), mais entourent de façon informelle le Directeur de la Recherche, véritable cheville ouvrière du projet. Toutes aussi informelles sont les multiples réunions qui voient se préciser les lignes directrices du projet.

  • 77 N.A. Entretien avec l’auteur, févr. 1995.

« C’est-à-dire, c’était pas le problème des ministres […]. Mais c’était qu’il s’est trouvé quelqu’un qui était là, qui était le sous-directeur de la recherche […]. Et avec ce monsieur, il y avait un groupe d’enseignants du supérieur qui étaient convaincus d’installer une recherche sérieuse en Tunisie, et surtout une recherche-développement, qui l’avons aidé. Nous l’avons aidé, nous étions quand même un certain nombre qui l’avons aidé.
Moi, j’ai intégré ce groupe en 1978 et on a quand même pas mal travaillé, nuit et jour, réellement nuit et jour pour mettre au point un programme de recherche, pour installer une recherche adéquate en Tunisie, la recherche programmée »77.

116En 1979, un an après que A. Makhlouf soit devenu Directeur de la Recherche, un certain nombre de propositions précises sont formulées par ce petit groupe :

  • La recherche finalisée doit s’effectuer au travers de programmes, les Programmes Nationaux de Recherche (PNR) qui réuniront au niveau du pays entier toutes les compétences disponibles. Deux premiers PNR sont définis dès 1979, l’un sur les « Énergies renouvelables » et le second sur les « Phosphates et saumures ». Viendront ensuite deux programmes sur les ressources en eau et sur les sciences de la mer.

  • L’exécution de ces programmes reposera sur des Centres Nationaux de Recherche, situés hors de l’université et qui joueront le rôle d’institutions coordinatrices des différentes équipes impliquées et de laboratoires centraux.

  • Au niveau national, une instance doit être créée afin de coordonner l’ensemble des centres de recherche, et plus généralement l’ensemble de la recherche scientifique tunisienne.

  • Enfin, un statut particulier de chercheur doit être promulgué pour les universitaires destinés à se consacrer à temps plein à celle-ci au sein des Centres Nationaux.

  • 78 « Journées d’étude sur la restructuration de la recherche scientifique nationale », 4 et 5 mai 1979

117Prises au sein d’un groupe restreint, ces mesures ne font l’objet d’aucune médiatisation particulière, si ce n’est la tenue d’un colloque à Hammamet78 en mai 1979, qui rassemble autour du ministre de l’Enseignement supérieur - gagné à ces nouvelles options - moins d’une centaine de participants. Face à la manifestation sans équivoque de l’opposition d’une majorité d’universitaires à ces orientations, un premier compromis est nécessaire : le statut de chercheur est remis sine die. Mais ce heurt est aussi l’occasion pour le groupe des « conseillers » de prendre conscience de lui-même en tant qu’entité engagée dans une lutte, en tant que « clan » selon le terme utilisé par le responsable du PNR « Énergies renouvelables » :

  • 79 Entretien avec l’auteur, févr. 1995.

« Moi je crois qu’à partir de Hammamet déjà, ça s’est dessiné. Il y a des gens qui étaient pour une recherche-développement, pour une vision nouvelle de la recherche, et la grande majorité était pour continuer, ramener à la situation précédente et continuer à faire de la recherche au sein des Facultés, uniquement au sein des Facultés. « Donnez plus de moyens et laissez nous la paix ! », en quelque sorte ».
Mais, avec le temps, avec le temps, le nombre des gens convaincus…, parce qu’on avait commencé à former des gens, nos étudiants se sont plus ou moins imprégnés des idées des gens qui croyaient à ça. Et petit à petit, le clan, en quelque sorte – le clan entre guillemets bien sûr –, des gens qui croyaient à une recherche-développement, à une recherche, je dirais, indépendante de l’université, s’est agrandi »79.

  • 80 Il faut garder à l’esprit qu’il s’agit d’engagements financiers d’une importance relativement mineu (...)
  • 81 La loi précédente date de juillet 1976, la suivante de juillet 1989.

118Peu médiatisées, les nouvelles orientations sont également absentes des débats qui ont cours dans les enceintes politiques. On n’en trouve pas de traces dans les débats parlementaires des lois de finance 1979, 1980 et 1981, les financements des Programmes Nationaux de Recherche étant votés avec l’ensemble du budget de l’Enseignement supérieur80. Par ailleurs, pendant toute la période 1978-1986, aucune loi spécifique concernant l’Université ou la recherche scientifique ne vient attirer l’attention des parlementaires sur ce domaine81. Il semble en être de même au sein des instances du Parti Socialiste Destourien dont le dixième congrès réuni en septembre 1979 est surtout marqué par l’émotion encore vive, suscitée par les événements tragiques de janvier 1978 et la préparation des élections législatives de novembre 1979.

  • 82 Cette entreprise de conviction est sans doute facilitée par le fait que la fin des années 1970 est (...)

119La seule instance gouvernementale qu’il s’agit de convaincre du bien-fondé de l’entreprise est le ministère des Finances. En l’absence de données précises sur les relations établies entre le groupe rassemblé autour du directeur de la recherche et ce département, il est difficile de préciser ce point. Au vu de la concrétisation rapide du projet, il est probable que le discours sur la « rentabilisation » de la recherche et la promesse d’une implication des universitaires dans le développement économique national, aient été assez bien reçus par ce ministère, traditionnellement enclin à contester l’utilité des investissements dans ce secteur82.

120Il faut rappeler aussi que le ministre des Finances de l’époque était présent – avec le ministre de l’Enseignement supérieur et son Directeur de la recherche – à la Conférence de Vienne sur la science et la technologie (1979) dont il avait approuvé les conclusions.

121A l’évidence, la préoccupation principale du groupe de conseillers du directeur de la Recherche n’est pas de faire remonter leurs propositions jusqu’au plus haut niveau de l’État pour en justifier le bien-fondé, dans la mesure où ils peuvent s’en passer. Il s’agit d’un groupe essentiellement tourné vers l’action, qui s’accommode assez bien du « huis-clos », voire d’une certaine clandestinité, si celle-ci doit éviter un long et incertain travail de conviction auprès des politiques. On verra comment cette option se révélera ultérieurement source de faiblesse.

122Avant d’examiner plus en détail les réalisations concrètes qui vont résulter des propositions formulées, est-il possible de formaliser la description, que l’on vient de donner, de ce processus ?

Une politique scientifique ou un réseau de politique ?

La nouvelle politique scientifique tunisienne : quel modèle de politique publique ?

  • 83 Garraud Ph., « Politiques nationales : élaboration de l’agenda », L’Année sociologique, vol. 40, 19 (...)

123Sur la base de l’effort de classification effectué par Philippe Garraud83, on peut tenter une première interprétation de cette dynamique. Afin de distinguer les différents processus qui peuvent conduire une question donnée à être posée comme « problème », et par là, à faire l’objet d’une politique publique, cet auteur propose de prendre en compte un certain nombre de variables : nature de l’agent (ou des agents) initiateur(s), présence ou absence d’une demande sociale, médiatisation de la question, appel à l’opinion ou à des publics particuliers, existence d’une controverse publique, etc. Les multiples combinaisons possibles de ces variables dessinent ainsi les contours de plusieurs modèles d’émergence des questions qui entraînent l’action des autorités publiques.

124Nous ne les évoquerons pas tous ici dans le détail. Remarquons qu’un certain nombre de ces modèles semblent d’emblée à écarter concernant le cas particulier de la politique scientifique tunisienne ; ainsi, le modèle le plus classique de la mobilisation, qui suppose entre autres une forte demande sociale, un conflit public, une forte médiatisation et l’utilisation de « l’opinion » pour faire pression sur les autorités. Autant d’éléments qui sont absents du processus de gestation évoqué plus haut. Le manque de demande sociale au sens large concernant la recherche scientifique est un fait assez évident pour ne pas s’y arrêter.

  • 84 À quelques rares exceptions près : la couverture du colloque de Hammamet en 1979 par Ridha Najar, « (...)
  • 85 Les universitaires opposés à la nouvelle politique sachant pertinemment que la médiatisation ne peu (...)
  • 86 Garraud Ph., op. cit., p. 34.

125En revanche, l’absence de médiatisation – en particulier dans la presse écrite84 – du débat pourtant assez violent qui agite le champ universitaire peut paraître plus surprenante. Il est difficile de faire la part entre le désir des différents acteurs eux-mêmes de ne pas étaler outre mesure une controverse que l’on estime devoir se régler à l’intérieur du champ scientifique85, et une tradition de contrôle politique des médias et d’unanimisme qui - jusqu’à aujourd’hui – bannit le « ton » même de la polémique des colonnes de journaux tunisiens, indifféremment du sujet. En tout cas, ce fait permet à lui seul d’écarter le modèle précisément dit de la médiatisation, dans lequel « la création du problème trouve son origine dans des faits, des accidents, des événements, qui sous l’action des médias qui en assurent simultanément la promotion, la représentation et la diffusion, acquièrent une audience et un impact considérables »86. Il permet également de disqualifier le modèle de « l’offre » politique, puisque dans celui-ci, ce sont des organisations politiques qui prennent l’initiative de « politiser » certains thèmes dont elles pensent tirer crédit, et ce, à travers une utilisation privilégiée des médias et de l’appel à l’opinion.

  • 87 Idem., p. 37.
  • 88 Idem., p. 37.

126Deux autres modèles, proposés par Philippe Garraud, présentent en revanche un plus grand intérêt pour notre réflexion. Le premier est celui de l’anticipation. Dans ce premier modèle, « ce sont les autorités publiques […] ou leurs agents par délégation qui perçoivent les décalages existants dans certains domaines ou des déséquilibres à venir et construisent les situations comme problématiques, avant de les inscrire sur l’agenda de leur propre initiative »87. Ce modèle se caractérise donc par une absence de conflit ou controverse politique, de demande sociale, d’exploitation médiatique, le déclenchement de l’action publique dépendant surtout des « capacités d’expertise propres aux ministères »88.

127On peut faire ici un rapprochement avec le cas qui nous occupe, puisqu’il y a effectivement de la part de la direction de la Recherche scientifique tunisienne une capacité à formuler comme « problème » ce qui n’est qu’un enjeu collectivement important, certes (mettre la science au service du développement), mais extrêmement diffus, ne présentant pas de caractère d’urgence et ne faisant l’objet d’aucune demande sociale.

  • 89 Idem., p. 37.
  • 90 Idem., p. 38.

128Le deuxième modèle sur lequel nous nous arrêterons est celui de l’action corporatiste silencieuse. Il se caractérise par « une demande sociale forte mais catégorielle et des modes d’action silencieux. Il repose sur l’hypothèse que des groupes organisés parviennent à saisir l’autorité publique en faisant inscrire leurs problèmes sur l’agenda gouvernemental, que ce soit pour obtenir des avantages matériels ou symboliques ou, au contraire et par anticipation, afin d’éviter de faire l’objet de mesures jugées néfastes »89. Comme le précise l’auteur, « ce modèle suppose donc, d’une part une capacité d’accès privilégiée (organisationnelle ou relationnelle) et d’action directe auprès des autorités publiques et, d’autre part, un intérêt à ne pas rendre public le problème considéré, à éviter le développement d’une controverse publique, dans la mesure où ces phénomènes pourraient éveiller des oppositions non souhaitables »90.

129Ici aussi, on peut établir un rapprochement avec l’action menée par le groupe de ceux que nous avons désignés comme médiateurs du champ scientifique auprès de la direction de la Recherche. On retrouve l’accès privilégié à l’autorité qui les caractérise, des revendications assez fortes mais limitées à un groupe restreint, et dans la mesure du possible, l’évitement de l’affrontement ouvert avec leurs opposants.

  • 91 Ce qui, souligne Ph. Garraud, est le cas le plus fréquent : « Dans la réalité, il est probable que (...)

130Il est donc tentant de considérer que l’on a affaire ici à une combinaison, à un modèle mixte91 mêlant anticipation de l’autorité publique (la réflexion menée au sein de la Direction de la Recherche du MESRS) et action corporatiste d’un groupe organisé (les médiateurs soutenus par un certain nombre de jeunes enseignants-chercheurs). La conjonction de ces deux processus aboutirait à la mise en route réussie de la nouvelle politique de recherche programmée.

  • 92 Garraud Ph., op. cit., p. 36.
  • 93 Il s’agit d’un point à propos duquel il est très regrettable de ne pas pouvoir établir la compositi (...)

131Si ce schéma peut-être considéré comme une première approximation, il suscite également certaines réserves et demande à être complété. En premier lieu, le modèle de l’anticipation reste avant tout défini comme un modèle de « mobilisation par le centre »92 ; or, ce « centre » est ici représenté par une fraction relativement réduite de la tutelle politico-administrative, à savoir une Direction du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scietifique. Le ministre lui-même et son cabinet ne sont guère impliqués directement93, et si un certain nombre d’actes formels peuvent être mis à leur crédit dans la mise en œuvre de la politique (décrets, arrêtés…), l’impulsion et la mise en forme des décisions viennent du groupe de réflexion constitué autour du Directeur de la Recherche. Même les discussions avec des acteurs aussi décisifs que le ministère des Finances sont parfois conduites par les scientifiques eux-mêmes. La « mobilisation » est donc le fait d’un secteur particulier du centre, mais pas de l’ensemble des instances.

132En second lieu, le modèle dit de l’action corporatiste silencieuse suppose que se manifeste à un moment précis un ou des « groupes organisés », ce qui ne correspond pas à la description de l’action des scientifiques médiateurs. Non seulement leur groupe ne préexiste pas, que ce soit sous la forme d’une organisation professionnelle, d’une tendance syndicale ou même d’une « société savante » (ils viennent de disciplines différentes), mais entre la plupart d’entre eux, il n’existe pas de véritable interconnaissance antérieure. Tout se passe comme si leur groupe se construisait au cours même de l’action, comme si cette interaction conjoncturelle constituait sa raison d’être. Il est donc difficile de parler de « corporatisme » dans la mesure où la médiation sociale à l’œuvre ici ne fait l’objet d’aucune institutionnalisation, qu’elle ne se pense pas en tant que groupe d’intérêt (sauf peut-être après coup).

La notion de réseau de politique

133De telles réserves amènent à réorienter cet essai de formalisation sur la base d’un modèle plus souple qu’exprime la notion de réseau de politique.

  • 94 Cette approche a été introduite en France à partir de travaux britanniques et américains, notamment (...)
  • 95 Il s’agit par exemple, pour Jean-Pierre Gaudin, de dépasser « le triangle devenu classique dans l’a (...)
  • 96 Il n’est que maître-assistant au moment des faits, alors que les scientifiques qui l’entourent sont (...)
  • 97 Gaudin J-R, op. cit., p. 39.

134Cette notion, utilisée par plusieurs spécialistes des politiques publiques sectorielles94 vise à mieux rendre compte de la complexité et du caractère informel de certaines configurations qui aboutissent à la mise en œuvre d’une politique publique. Réfléchir en terme de réseau de politique permet de s’affranchir d’une vision parfois trop hiérarchisée (instances gouvernementales, administration, groupes organisés et leurs représentants…95) : ici, l’essentiel des relations s’effectue en quelque sorte entre pairs, le directeur de la Recherche étant un universitaire, qui plus est, moins gradé que ses interlocuteurs96. On pourrait dire qu’il est plus intéressant de ce point de vue de prendre en compte l’asymétrie de leurs relations (du fait de la position et des ressources particulières de l’un) plutôt que leur lien hiérarchique. De même, sans rejeter a priori les institutions ou les groupes constitués, cette notion permet de « prendre en compte des relations non seulement entre des organisations, mais également entre des acteurs très individualisés, indépendamment ou non des institutions auxquelles ils appartiendraient »97. Le terme de réseau ne fait pas simplement référence à l’établissement de connexions entre groupes préexistants, il suggère l’idée d’une construction dans l’action. Pour ces deux raisons, la notion de réseau de politique paraît mieux adaptée à rendre compte du dispositif informel de négociation auquel nous avons ici affaire.

135Si l’on voulait reformuler l’ambition à la fois théorique et méthodologique de la notion de réseau de politique, telle qu’elle nous est appliquée à cet épisode de la politique scientifique tunisienne, on pourrait dire qu’elle fournit un cadre à l’analyse des relations entre une multiplicité d’acteurs de natures diverses (des plus institutionnalisés aux plus individuels), diversement dotés en ressources (politiques, économiques ou symboliques), tour à tour coalisés ou opposés en des configurations changeantes, et renégociant sans cesse des intérêts convergents ou divergents sur la base de représentations sociales propres.

136Selon ce modèle, il faudrait donc considérer que le déclenchement de la nouvelle politique scientifique est le résultat d’une « mise en réseau » réussie autour d’un projet commun, et que cette réussite tient avant tout à la capacité des différents acteurs impliqués à échanger les ressources spécifiques dont chacun est le dépositaire. C’est sur ce point que la notion de réseau est plus particulièrement intéressante, car elle contient à la fois l’idée d’une série de « pôles », liés les uns aux autres, mais aussi une circulation, un flux d’échanges entre eux. Au delà de l’identification des acteurs « réels » du processus, elle permet donc d’ajouter à une analyse « statique » par « critères » (ou variables), une dimension plus proprement dynamique : l’analyse de ce qui circule, de ce qui s’échange entre les différents membres du réseau.

Ce qui s’échange entre membres du réseau

  • 98 Duran R, « Le savant et la politique : pour une approche raisonnée de l’analyse des politiques publ (...)

137Comme le rappelle Patrice Duran, « de manière générale, les politiques publiques sont toujours des « mixtes » de cogitation et d’interaction »98. Cette formule s’applique également bien à la notion de réseau de politique, puisque celui-ci se forme, on l’a vu sur la base de perceptions communes ou proches (les « cogitations »), et une fois constitué, met en route un processus d’interaction qui aboutit (ou n’aboutit pas) à un résultat. Cette interaction est principalement constituée par un échange de ressources entre membres du réseau, chacun apportant avec lui et cherchant chez l’autre ce qu’il estime nécessaire à l’aboutissement de ses vues propres. Ici, les trois « pôles » en interrelation sont, on l’a vu, la direction de la Recherche scientifique du MESRS en la personne de son directeur, un petit groupe de scientifiques confirmés (et en leur sein quatre ou cinq personnalités de premier plan), enfin un groupe aux contours plus flous de jeunes scientifiques, « nouveaux entrants » dans le champ universitaire.

138Le premier, le directeur tunisien de la Recherche, se voit obligé de composer avec un double handicap : il n’a pas de formation en sciences fondamentales (il est géographe) et il est, d’un strict point de vue universitaire, moins gradé que la plupart de ses interlocuteurs qui détiennent les positions de pouvoir à l’université (il est maître-assistant, ils sont professeurs) et donc sujet à des mises en cause de sa « qualification ». Il a donc besoin, d’une part, d’un soutien dans le champ scientifique qui soit inattaquable du point de vue de la légitimité universitaire, et d’autre part, d’une expertise proprement technique aussi large que possible, puisque sa volonté de réforme concerne l’ensemble du champ scientifique. Ce qui explique qu’il s’entoure prioritairement de docteurs d’État (professeurs et maîtres de conférence), et que ceux-ci, loin de se limiter à une seule discipline, représentent au contraire un éventail varié de différentes spécialités : chimie, physique, biologie végétale, biologie marine, géologie. Il a cependant pour lui de précieuses ressources : la première est cette capacité de décision que lui vaut la confiance du ministre de l’Enseignement supérieur. Cet appui constant prend ainsi la forme d’une véritable délégation de pouvoir qui lui permet de prendre en toute confiance les décisions qu’il estime nécessaires. Un autre atout, on l’a vu, est sa connaissance des réseaux et du fonctionnement de la coopération scientifique multilatérale (ONU, CEE…), compétence encore peu répandue dans un champ scientifique tunisien focalisé sur la coopération bilatérale avec la France.

139Les enseignants-chercheurs qui s’imposent comme médiateurs du champ scientifique viennent fournir cette légitimité scientifique dont le directeur de la Recherche ne peut se passer : outre leurs titres universitaires, ils ont tous à leur actif la mise sur pied d’équipes dans leurs disciplines respectives, un incontestable investissement dans la pratique de la recherche, et pour certains une bonne connaissance de ce que peuvent être les besoins nationaux en la matière, dans des domaines dont il n’est pas difficile de souligner l’importance (eau, énergie, ressources minières, végétales et marines…). En contrepartie de cette légitimité et de ces compétences « techniques », ils obtiennent, par l’intermédiaire de A. Makhlouf, un accès direct au politique, comme l’exprime assez clairement l’un d’entre eux :

  • 99 Entretien avec l’auteur, févr. 1995.

« Nous étions tous professeurs à ce moment là, donc on avait notre mot à dire. Nous étions en contact direct avec le ministre, nous pouvions agir réellement. […] On avait un ministre, M. Ben Dhia qui nous laissait vraiment les mains libres pour contacter les ministres, pour contacter n’importe qui, pourvu que ça marche… Il nous disait « Vous avez carte blanche, faites ce que vous voulez, pourvu que ça marche ». Pourvu qu’on arrive à installer cette recherche-développement en Tunisie. Il était très favorable […]. Moi-même, si je connais pas mal de gens [du ministère] des Finances, c’est parce que j’allais discuter du Programme National et les convaincre de l’utilité de ce programme, et où va aller l’argent »99.

140Cet accès direct, non seulement au Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche mais aussi à d’autres administrations comme les Finances est pour eux crucial, puisqu’en leur permettant de jouer un rôle central dans la redéfinition des priorités (la recherche à finalité « locale » avant la recherche universitaire fondamentale) et la mise en place d’un nouveau secteur distinct de l’université (la recherche programmée des PNR), il leur confère une part considérable de ce pouvoir universitaire dont ils s’estimaient jusque là injustement exclus. Pour résumer, on pourrait dire que pour eux, l’accès au politique que leur procure le directeur de la Recherche leur permet de convertir de la compétence technique en pouvoir dans le champ universitaire (ce que ne leur permettait pas la configuration antérieure).

  • 100 Bourdieu P., Homo Academicus, Paris, Éditions de Minuit, 1984, p. 119.
  • 101 Bourdieu P., op. cit., p. 104.

141Quant aux jeunes enseignants-chercheurs, inquiets pour leurs perspectives d’avenir dans un contexte de ralentissement général des carrières, ils sont certainement les moins bien dotés en « ressources », qu’elles soient d’ordre politique, symbolique ou technique. Les conditions dans lesquelles ils s’inscrivent dans une relation d’échange sont donc les moins favorables. Cela se traduit par le fait qu’il s’agit pour eux d’un échange différé dans le temps qui ressemble fort à un pari : malgré l’opposition ouverte de leurs « aînés » universitaires, ils apportent au groupe minoritaire des médiateurs le soutien de leur nombre afin de constituer la masse critique nécessaire à la mise en place du nouveau dispositif : Programmes Nationaux, Centres Nationaux de Recherche… Ce faisant ils espèrent (sans en avoir l’assurance) que ce soutien leur vaudra des conditions de carrière et d’avancement qui n’existent plus à l’université. Ce pari n’est pas en soi radicalement différent de celui qui est inhérent à toute relation de succession « normale » dans le champ universitaire (relation qui implique d’un côté « l’investissement dans le jeu, et de l’autre […] l’indétermination objective du jeu »100), si ce n’est qu’il est plus risqué. En déplaçant sur les médiateurs « le cycle de l’échange de reconnaissance qui assure une transmission réglée de l’autorité scientifique entre les tenants et les prétendants »101, ils risquent en effet, en cas d’échec du processus de se voir stigmatisés comme « traîtres » à l’ordre universitaire établi.

Notes

1 Fortement marquée sur le plan politique, comme on l’a souligné, par la lutte violente qui oppose le Parti-État et le syndicat de l’UGTT.

2 Le parcours et l’activité d’Azzeddine Makhlouf sont retracés à partir d’entretiens avec l’auteur.

3 Picard J-F, La république des savants. La recherche française et le CNRS, Paris, Flammarion, 1990, p. 209.

4 En francs 1982.

5 Idem, p. 253.

6 Idem, p. 253.

7 Cadres d’enseignement mais aussi de l’État et de son administration.

8 Déclaration lors de la Table-Ronde « La recherche scientifique en débat » organisée en juillet 1982, première partie, publiée dans l’hebdomadaire Dialogue, n° 409, 5/07/1982.

9 De France, où la grande majorité de ces chercheurs ont fait leur apprentissage de la recherche.

10 Table-Ronde « La recherche scientifique en débat » organisée en juillet 1982, seconde partie, publiée dans l’hebdomadaire Dialogue, n° 410, 12/07/1982.

11 Entretien avec l’auteur, juill. 1995.

12 A. Makhlouf. Entretien avec l’auteur, juill. 1995.

13 Parmi l’abondante littérature consacrée à cette période, on renverra notamment à : Pierre SignOles P., « Industrialisation, urbanisation et mutations de l’espace tunisien ». in : Etats, territoires et terroirs au Maghreb. (Sous la direction de P-R. Baduel), Paris, Éditions du CNRS, 1985. Dimassi H. et Zaiem H., « L’industrie : mythe et stratégies », in : Tunisie au présent. Une modernité au dessus de tout soupçon ? (Sous la dir. de M.Camau), Paris, Éditions du CNRS, 1987. Uhlig Ch., « La coopération industrielle des entreprises sur le plan international : le cas de la Tunisie », in : Le développement en question. Actes du colloque des 24-29 novembre 1986, Série Études Sociologiques n° 16, Tunis, CERES, 1990.

14 SignOles P., op. cit., p. 288.

15 Cf. Atallah B., « Le cadre juridique des investissements étrangers en Afrique du Nord ». in : Rapports de dépendance au Maghreb, CRESM, Paris, Éditions du CNRS, 1976, p. 280 et suivantes.

16 Cf. Taamallah K., « Développement et emploi en Tunisie », in : Le développement en question, Actes du colloque des 24-29 novembre 1986, Série Études Sociologiques n° 16, Tunis, CERES. 1990. Constat également dressé par Michel Camau, Hédi Zaïem et Hajer Bahri dans État de Santé. Besoin médical et enjeux politiques en Tunisie, Paris, Éditions du CNRS, 1990, p. 223.

17 Falise M. et Masson P., « La politique de développement technologique en Tunisie. Investissements étrangers et sous-traitance internationale », Annuaire de l’Afrique du Nord 1976, 1977, p. 173.

18 Guichaoua A., Goussault Y, Sciences sociales et développement, Paris, Armand Colin, 1993, p. 28.

19 Il faut noter que cette critique s’exprime plus largement à l’échelle du Maghreb. Cf. par exemple pour le Maroc, EL Malki H., « Pour un autre développement scientifique et technologique. Réflexion sur le cas marocain », in : Politiques scientifiques et technologiques au Maghreb et au Proche-Orient, Les Cahiers du CRESM n° 14, Paris, Éditions du CNRS, 1982. En Algérie également, quoique dans un contexte économique différent, on peut relever des mises en garde contre « les risques sérieux d’une recherche développement extravertie et engendrant une dépendance technique accusée » (Benzaghou B., Mahiou A., « Remarques sur l’université algérienne et la recherche scientifique », in : Politiques scientifiques… op. cit., p. 301).

20 Ce sera le titre du recueil rassemblant de nombreuses interventions effectuées dans le cadre de ce séminaire et publié en 1983 : Tunisie : Quelles technologies ? Quel développement ? (1983), Ouvrage collectif, Tunis, Éditions Salammbô et Dar el Fen.

21 Cf. Mahjoub A., « Technologie et développement : Quelques propos critiques préliminaires ». in : Tunisie : Quelles technologies ? Quel développement ?, op. cit., p. 39-48.

22 EL Amami S., « Pour une recherche agronomique au service d’une technologie nationale intégrée », in : Tunisie : Quelles technologies ? Quel développement ! op. cit., p. 16.

23 Idem, p. 16.

24 Idem., présentation générale, p. 10.

25 Idem, p. 10.

26 Entre temps se sont déroulées plusieurs conférences à l’échelle régionale arabe avec des résultats plutôt décevants : à Bagdad en 1974 sous l’égide de l’ALECSO, et à Rabat en 1976 (Conférence Castarab organisée par l’UNESCO et l’ALECSO). Les différentes recommandations formulées par ces conférences, notamment la création d’une fondation arabe de la science et d’un fonds arabe pour la recherche scientifique et technique, ont toutes été abandonnées. La conférence Castarab II ne sera jamais réunie.

27 Sur ces débats, voir les nombreuses études parues à cette époque, en particulier : Judet P., Kahn Ph., Kiss A-C et Touscoz J., Transfert de technologie et développement, Paris, Librairies techniques, 1977. Bouguerra M.K., Le commerce technologique entre pays d’inégal développement, Aix-Marseille, Presses Universitaires, 1977. Langlois A., Les Nations-Unies et le transfert de technologies, Paris, Economica, 1980. Colloque Henri Laugier « Découverte et innovation au service du Tiers-monde », Revue Tiers Monde, 1979, n° 2.

28 États ayant participé à la Conférence d’Alger en 1967 en vue de préparer la réunion de la CNUCED à New-Delhi en 1968, et établi à cette occasion une liste de revendications des pays en développement.

29 Les pays du Sud demandaient la constitution d’un fonds international de 2 milliards de dollars. La décision finale de la Conférence se contentait de mettre en place un « Fonds intérimaire » de 250 millions, et il semble que le total des contributions effectives n’ait jamais dépassé le cinquième de cette somme. Cf. RUFO G., « La science, la technologie et le Tiers Monde ». Tome Les Enjeux, Encyclopaedia Universalis, 1985, p. 607.

30 Il faut noter que, contrairement à ce qui se passera plus tard (au début des années 1990), on ne parle pas encore de demande « sociale » de recherche scientifique, terme qui sous-entendra plus précisément la demande des entreprises du secteur privé.

31 Cf. Jobert B. et Muller P., L’Etat en action, Politiques publiques et corporatismes, Paris, Presses universitaires de France, 1987, p. 77.

32 Cf. respectivement Muller P., Le technocrate et le paysan, Paris, Éd. Économie et Humanisme, Éditions ouvrières, 1984 ; Thoenig J-C, L’ère des technocrates, Paris, Éd. d’Organisations, 1973. Jamous H., Sociologie de la décision, la réforme des études médicales et des structures hospitalières, Paris, CNRS, 1969.

33 Bourdieu P., « La spécificité du champ scientifique et les conditions sociales du progrès et de la raison », Sociologie et sociétés, vol. 7, n° 1, mai 1975, p. 92.

34 Idem, p. 91.

35 Entretien avec l’auteur, févr. 1995.

36 Idem.

37 Pour reprendre l’expression utilisée par Jacques Gaillard et Roland Waast, qui entendent par là « des conceptions différentes du projet scientifique qui ont chacune leurs institutions de référence, leurs domaines de recherche électifs, un idéal et des normes professionnelles distincts ». (« Évaluation d’un fonds de financement de la recherche ». in : Les indicateurs de science pour les pays en développement, Paris, Éditions de l’ORSTOM, 1992, p. 179.

38 Équivalent féminin du Collège Sadiki.

39 Seul établissement d’enseignement supérieur légué par le protectorat, conçu comme une préparation aux Universités françaises.

40 Entretien avec l’auteur, févr. 1995.

41 Idem.

42 Idem.

43 Entretien avec l’auteur, nov. 1994.

44 Idem.

45 Idem.

46 Idem.

47 Un dernier type de « périphérie » scientifique (dont proviendront des membres moins éminents du groupe) est représenté par les Facultés de province, longtemps cantonnées aux deux premiers cycles et de ce fait notablement dépourvues de moyens de recherche.

48 Bourdieu P., « La spécificité du champ scientifique et les conditions sociales du progrès et de la raison », Sociologie et sociétés, vol. 7, n° 1, mai 1975, p. 91-92.

49 Jobert B. et Muller P., op. cit., p. 60 et suivantes.

50 D’où une opposition revenant souvent dans le discours entre « l’intérêt supérieur de la nation » et l’étroitesse de « l’esprit d’institution » universitaire. Ainsi M.M., considéré selon ses propres termes comme « ennemi public numéro un » à la Faculté des Sciences à cause de son militantisme pour la création de centres de recherches hors université : « Le doyen de la Faculté [des Sciences], un jour à Hammamet, m’a dit : « Vous êtes ingrat envers l’institution qui vous a formé ! « […] Et j’avais répondu, je me rappelle : « Je ne le suis pas [ingrat], je ne le pense pas. Mais si c’est le cas, je préfère l’être envers une institution qu’envers ma nation ! ». (Entretien avec l’auteur, févr. 1995).

51 Cf. Camau M., « Le discours politique de légitimité des élites tunisiennes », Annuaire de l’Afrique du Nord, Paris, Éditions du CNRS, 1971.

52 Jobert B. et Muller P., op. cit., p. 69.

53 Idem.

54 Idem.

55 Ainsi, plusieurs formules d’atténuation utilisées par M.E. comme : « […] sans nier du tout la vocation, disons, normale de recherche fondamentale de toute Université, pour entretenir en quelque sorte ce vivier qui est à la base de tout, et sans ce vivier on ne peut rien espérer », ou encore « […] tout en prenant suffisamment de précautions pour ne jamais jamais jamais, au grand jamais, couper le contact avec le monde universitaire qui est… qui est le vivier ». (Entretien avec l’auteur, nov. 1994).

56 Jobert B. et Muller P., op. cit., p. 73.

57 Jobert B. et Muller P., op. cit., p. 71.

58 Bourdieu P., « La spécificité du champ scientifique et les conditions sociales du progrès de la raison », Sociologie et Sociétés, Vol. 7, n° 1, mai 1975, p. 96.

59 Idem.

60 Idem.

61 Bourdieu P., Homo Academicus, Paris, Éditions de Minuit, 1984, p. 171.

62 Il s’agit de N.Chelbi, Professeur de biologie à la Faculté des Sciences de Tunis, lors de la table-ronde « La recherche scientifique en débat » organisée en juillet 1982, première partie, publiée dans l’hebdomadaire Dialogue, n° 409, 5/07/1982.

63 Les étudiants, eux, semblent s’en être préoccupés encore plus tôt. Ainsi Lotfi Touati, étudiant à l’IPSI qui déclare en 1977, lors d’un colloque de l’Institut de Presse et des Sciences de l’Information : « Le problème des débouchés retient l’attention de tous les étudiants. Déjà la promotion de cette année a rencontré certains problèmes. Même si cela ne doit pas nous décourager, il faut savoir qu’il y aura des problèmes d’emploi pour les sortants du 3e cycle ». Enseignement de la recherche en Sciences de l’Information, Actes du colloque de l’Institut de Presse et des Sciences de l’Information, 23-26 novembre 1977, Tunis, IPSI, p. 101-102.

64 Note sur la recherche scientifique en Tunisie, 2/11/1981, Service Culturel et de Coopération, Ambassade de France à Tunis. Archives du Service Culturel Français à Tunis. Boîte 147.CD 2.1.

65 Le maintien de cet équilibre étant, comme l’a montré P. Bourdieu, la condition pour que chacun accepte de « jouer le jeu » et donc pour que le champ scientifique universitaire puisse fonctionner normalement (Bourdieu P., op. cit., p. 119).

66 Note sur la recherche scientifique en Tunisie, 2/11/1981, Service Culturel et de Coopération, Ambassade de France à Tunis. Archives du Service Culturel Français à Tunis. Boîte 147.CD 2.1.

67 Sans parler des prises de contacts et de l’acquisition d’un capital relationnel éminemment utile pour la suite de la carrière.

68 Il convient d’insister sur le fait qu’on ne peut pas parler ici de conflit entre générations entendues comme des classes d’âges, mais de générations universitaires, c’est-à-dire de groupes produits dans des contextes universitaires différents, à la faveur d’un changement structurel très rapide du champ universitaire tunisien (en gros pendant la deuxième moitié des années 1970 et le tout début des années 1980). D’où les grands écarts de statuts pouvant exister entre des personnes ayant approximativement le même âge, en raison de la « précocité » des uns et des parcours plus « lents » (pour toutes sortes de raisons) des autres.

69 Sur ce moment du passage « de la moquée à l’Université », cf. Burgat F., L’islamisme au Maghreb, Paris, Karthala, 1988, p. 100 et suivantes.

70 Idem, p. 100. L’un des moments les plus critiques de la violence sur le campus est atteint le 20 février 1981 avec de sévères affrontements, la séquestration et des menaces de mort exercées sur le doyen de la Faculté des Sciences.

71 Entretien avec l’auteur, sept. 1996.

72 Entretien avec l’auteur, sept. 1996.

73 Entretien avec l’auteur, sept. 1996.

74 Ainsi, en 1986, date à laquelle on peut estimer que les détachements à la recherche étaient à leur maximum (puisque la politique des PNR sera abandonnée cette année-là), le nombre des assistants et maîtres-assistants détachés à la recherche était estimé à 98 (sur un total de 121 chercheurs) contre 1389 assistants et maîtres-assistants à l’université (sur 1914 enseignants du supérieur).

75 Dont on a retracé plus haut le parcours.

76 Entretien avec l’auteur, févr. 1995.

77 N.A. Entretien avec l’auteur, févr. 1995.

78 « Journées d’étude sur la restructuration de la recherche scientifique nationale », 4 et 5 mai 1979.

79 Entretien avec l’auteur, févr. 1995.

80 Il faut garder à l’esprit qu’il s’agit d’engagements financiers d’une importance relativement mineure au regard du secteur entier de l’Éducation Nationale et de l’Enseignement supérieur.

81 La loi précédente date de juillet 1976, la suivante de juillet 1989.

82 Cette entreprise de conviction est sans doute facilitée par le fait que la fin des années 1970 est une période plutôt faste du point de vue des finances publiques tunisiennes, entre autres en raison du relèvement ininterrompu des recettes pétrolières depuis 1973 – 16 millions de DT en 1973, 66,4 MDT en 1974, 146,5 MDT en 1979, 209,2 MDT en 1980.

83 Garraud Ph., « Politiques nationales : élaboration de l’agenda », L’Année sociologique, vol. 40, 1990.

84 À quelques rares exceptions près : la couverture du colloque de Hammamet en 1979 par Ridha Najar, « Recherche, un monopole pour universitaires ? », Dialogue n° 245, 14/05/1979, la Table-Ronde sur « la recherche scientifique en débat » organisée par ce même hebdomadaire en juillet 1982, (n° 409, n° 410, 5 et 12 juil. 1982), l’article-pamphlet publié en janvier 1984 dans Le Maghreb, (n° 87) par le physicien M. Zouaghi.

85 Les universitaires opposés à la nouvelle politique sachant pertinemment que la médiatisation ne peut leur attirer ni les faveurs d’une tutelle qu’ils contestent, ni celle d’un public qu’ils pensent largement indifférent.

86 Garraud Ph., op. cit., p. 34.

87 Idem., p. 37.

88 Idem., p. 37.

89 Idem., p. 37.

90 Idem., p. 38.

91 Ce qui, souligne Ph. Garraud, est le cas le plus fréquent : « Dans la réalité, il est probable que l’on est le plus souvent en présence de modèles mixtes ou combinés et que différents processus peuvent être à l’œuvre conjointement ou simultanément », op. cit., p. 39.

92 Garraud Ph., op. cit., p. 36.

93 Il s’agit d’un point à propos duquel il est très regrettable de ne pas pouvoir établir la composition du cabinet ministériel, afin de pouvoir vérifier la proportion des membres issus des sciences exactes (probablement faible, le choix portant traditionnellement sur des individus issus de formations juridiques, économiques ou littéraires, milieux dont sont très majoritairement issus les ministres eux-mêmes et les hauts fonctionnaires. Cf. les données de Larif-Beatrix Asma, Edification étatique et environnement culturel. Le personnel politico-administratif dans la Tunisie contemporaine, Paris, Publisud-O.P.U., 1988).

94 Cette approche a été introduite en France à partir de travaux britanniques et américains, notamment grâce à l’ouvrage de Le Gales P. et Thatcher M., Les réseaux de politique publique. Débat autour des Policy Networks, Paris, L’Harmattan, 1995. Nous avons puisé principalement ici dans la formulation qu’en donne Jean-Pierre Gaudin dans « Politiques urbaines et négociations territoriales. Quelle légitimité pour les réseaux de politiques publiques ? », Revue française de sciences politiques, vol. 40, n° 1, janv-févr. 1995.

95 Il s’agit par exemple, pour Jean-Pierre Gaudin, de dépasser « le triangle devenu classique dans l’analyse des politiques sectorielles opérées sous l’angle néo-corporatiste : l’élu, le responsable administratif et le représentant des intérêts organisés », op. cit., p. 35.

96 Il n’est que maître-assistant au moment des faits, alors que les scientifiques qui l’entourent sont tous maîtres de conférence ou professeurs.

97 Gaudin J-R, op. cit., p. 39.

98 Duran R, « Le savant et la politique : pour une approche raisonnée de l’analyse des politiques publiques », L’Année sociologique, vol. 40, 1990, p. 255.

99 Entretien avec l’auteur, févr. 1995.

100 Bourdieu P., Homo Academicus, Paris, Éditions de Minuit, 1984, p. 119.

101 Bourdieu P., op. cit., p. 104.

Table des illustrations

Titre Tableau 2 : Évolution des effectifs des enseignants du supérieur par grades. Sciences fondamentales. 1978-85.
Légende Source : Institut supérieur de l’Éducation et de la Formation Continue.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/528/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 181k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540