Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Science et pouvoir dans la Tunisie contemporaine

 | 
François Siino

Troisième partie. Priorité à la recherche « appliquée » ? Polémique autour d'une politique scientifique (1978-1986)

Introduction

Texte intégral

1A partir de 1978, le paysage de la recherche scientifique tunisienne, tel qu’il vient d’être décrit dans son cadre universitaire, connaît un brusque bouleversement et semble entrer dans une dynamique jusqu’alors inconnue. Cette année 1978 s’est pourtant ouverte sur de violents troubles sociaux qui, venant rappeler l’instabilité chronique du régime politique tunisien, n’incitent guère à d’audacieuses initiatives de politique publique. Le conflit entre le Parti Socialiste Destourien (PSD, parti unique) et le syndicat de l’Union Générale des Travailleurs Tunisiens, de plus en plus autonome vis-à-vis du pouvoir, a dégénéré en grève générale, puis en violentes émeutes. L’ordre a été rétabli par l’armée (le 26 janvier 1978), mais l’affrontement s’est soldé par 51 morts et plus de 300 blessés.

2Parmi les remaniements ministériels qui ont suivi cette période troublée, on peut noter la création, pour la première fois, d’un ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique distinct de celui de l’Éducation Nationale. La charge en est confiée à Abdelaziz Ben Dhia, juriste et doyen de la Faculté de Droit de Tunis. Cette création institutionnelle marque le début d’une politique volontariste en matière de recherche, qui va se poursuivre pendant plusieurs années, en plusieurs étapes, et qui accorde une priorité centrale à la programmation d’une recherche appliquée visant à surmonter les obstacles au développement national. Un rapide survol préliminaire des réalisations de cette période est édifiant : ainsi verra-t-on successivement la définition d’axes prioritaires de recherche finalisée concrétisés par des Programmes Nationaux de Recherche (PNR) ; la réalisation d’un bilan de la recherche en cours ; la mise en place d’une structure de coordination de la recherche au niveau national ; enfin, l’édification en dehors de l’Université d’un vaste complexe scientifique, composé de plusieurs Centres Nationaux de Recherche chargés de coordonner et d’exécuter les programmes prioritaires.

3Un bref regard sur les aspects les plus visibles - c’est-à-dire les plus institutionnels - de cette dynamique pourrait conduire à une interprétation selon laquelle l’État tunisien, conscient des enjeux que recouvrent la science et la recherche scientifique, a décidé d’inscrire celle-ci à son agenda politique, puis a simplement pris les mesures qui s’imposaient. Dans cette perpective, il suffirait de décrire le détail du processus institutionnel, de la gestion, de l’affectation des ressources et des personnes et des résultats obtenus pour disposer d’une vision globale de ce que fut la politique scientifique tunisienne dans la période 1978-86. Or, un examen plus approfondi des faits, en particulier au moyen de l’enquête orale auprès des individus impliqués dans (ou concernés par) cette politique suggère rapidement qu’une telle vision fonctionnaliste et institutionnaliste ne peut suffire à expliquer une réalité beaucoup plus complexe.

4Un premier indice est qu’à l’évidence, l’impulsion, la réflexion, le choix même de ces nouvelles orientations ne découlent pas des plus hautes instances gouvernementales. Au contraire, on est amené à penser que c’est l’indifférence relative de la sphère politique qui a rendu possible l’initiative. Bien plus, c’est la fin de cette « bienveillante inattention » qui signera le coup d’arrêt définitif de l’expérience.

  • 1 Même si parfois, les uns ou les autres récusent l’opposition entre ces deux termes, car la reconna (...)

5Un autre élément surprenant est la déchirure que provoque la mise en œuvre de cette politique à l’intérieur même du champ scientifique. Ainsi voit-on s’affronter immédiatement (et violemment), dans les témoignages, deux camps d’universitaires tunisiens apparemment irréconciliables, le long d’une ligne qui sépare partisans d’une recherche universitaire fondamentale libre de toute orientation, d’un côté, et promoteurs d’une recherche-développement finalisée et programmée1, de l’autre.

6Ces deux éléments ne cadrent pas avec l’idée, évidente au départ, d’une politique scientifique impulsée par un État soucieux de progrès et mobilisant en conséquence des ressources, des procédures et des hommes pour le plus grand bien de la collectivité. Ils poussent donc à s’interroger : dans quelle mesure peut-on parler de politique publique, ou du moins, à quel type de politique publique a-t-on affaire, dans laquelle le pouvoir gouvernemental n’intervient guère, mais où un certain nombre d’autres acteurs jouent un rôle évident ? Car la dimension publique reste indéniable : les ressources financières mobilisées sont celles de l’État, son administration joue un rôle considérable, les institutions créées le sont selon les procédures légales, et la quasi-totalité des individus concernés (les enseignants-chercheurs) relèvent du secteur public.

7Si l’analyse sociologique peut permettre de rompre avec ce qui ne serait que la paraphrase d’un discours de pouvoir (qu’il soit tenu au moment de la mise en œuvre d’une politique ou comme rationalisation a posteriori), c’est en tenant compte de la complexité réelle de la situation et en lui appliquant une grille de lecture qui puisse en éclairer les logiques dissimulées. Ces nécessités ont conduit à rapprocher ici deux sources théoriques différentes, mais qui se complètent utilement.

  • 2 Thœnig J-C, « L’analyse des politiques publiques ». in : Traité de science politique (vol. 4). Sou (...)

8La première est celle de l’analyse des politiques publiques dont l’intérêt a été souligné en introduction. Empruntant à la fois à la science politique et à la sociologie, ce type d’analyse s’intéresse à des processus qui se présentent « sous la forme d’un programme d’action propre à une ou plusieurs autorités publiques ou gouvernementales »2. Les questionnements qui jalonnent ce type de démarche sont les suivants :

9Quels sont les éléments (conjoncturels ou structurels) qui, à un moment donné, font apparaître à un ou plusieurs individus une situation comme « problématique », nécessitant une intervention de la puissance publique ? Peut-on identifier les acteurs réels, les hommes appartenant à différentes sphères qui sont réellement à l’œuvre derrière cette transformation, ainsi que leurs modes d’intervention ? Quel type d’action est entrepris pour modifier la situation de départ, quelles interactions conduisent à une élaboration des décisions et quels instruments sont mobilisés ?

10Au delà de l’étude du contenu même d’une politique publique (sa substance), ces analyses rappellent à quel point il est décisif de déchiffrer les conditions de la rencontre d’intérêts divers mais convergents, et de la mise en réseau des individus qui en sont les supports. Ceci, en observant ce qui se passe à l’articulation entre la sphère proprement politique (les décideurs) et le secteur concerné (ici, le secteur universitaire et scientifique).

11Une telle analyse en terme de réseau n’a donc de sens que si elle inclut les acteurs opérant à l’intérieur du secteur concerné par la politique mise en œuvre, et qui souvent par leurs convergences, leurs négociations, leur participation ou leur opposition au processus de décision, jouent un rôle central dans la dynamique observée.

  • 3 Quelle que soit la nature du champ en question, qu’il s’agisse du champ politique, économique, art (...)
  • 4 Bourdieu P., « La spécificité du champ scientifique et les conditions sociales du progrès de la ra (...)

12C’est à ce point qu’il semble fécond de faire appel à l’approche développée par le sociologue Pierre Bourdieu dans le cadre de sa théorie des champs sociaux, qui a déjà largement nourri l’analyse de la naissance du champ universitaire tunisien dans les pages qui précèdent. Cette construction théorique invite à considérer les divers champs sociaux3 non comme des lieux pacifiés, mais au contraire comme des espaces conflictuels dans lesquels dominants et dominés s’affrontent autour d’enjeux propres au champ concerné, les premiers pour la conservation de leurs positions valorisantes, les seconds pour la subversion à leur profit de l’ordre établi. Suivant cette grille d’analyse, force est de considérer que le champ scientifique est « un champ social comme un autre, avec ses rapports de force et ses monopoles, ses luttes et ses stratégies, ses intérêts et ses profits, mais où tous ces invariants revêtent des formes spécifiques »4.

13Comprendre pourquoi et comment certains individus appartenant au champ concerné (le champ universitaire et scientifique tunisien) participent activement à l’élaboration et à la mise en œuvre d’une politique, tandis que d’autres s’y opposent avec vigueur, incite à s’interroger sur les antécédents historiques de ce rapport de force, sur les enjeux du conflit, les intérêts particuliers des groupes en présence, les déterminants de ces intérêts et les stratégies mises en œuvre de part et d’autre.

Notes

1 Même si parfois, les uns ou les autres récusent l’opposition entre ces deux termes, car la reconnaître serait en quelque sorte reconnaître symboliquement la « raison » de l’adversaire.

2 Thœnig J-C, « L’analyse des politiques publiques ». in : Traité de science politique (vol. 4). Sous la dir. de Madeleine Grawitz et Jean Leca, Paris, PUF, 1985, p. 6.

3 Quelle que soit la nature du champ en question, qu’il s’agisse du champ politique, économique, artistique, littéraire, etc..

4 Bourdieu P., « La spécificité du champ scientifique et les conditions sociales du progrès de la raison », Sociologie et sociétés, vol. 7, n° 1, mai 1975, p. 91.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540