Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Science et pouvoir dans la Tunisie contemporaine

 | 
François Siino

Deuxième partie. Les conditions de l'émergence d'un champ universitaire et d'une pratique scientifique en Tunisie (1958-1978)

5. La recherche scientifique. Émergence d’une pratique

Texte intégral

  • 1 Décret du 31 mars 1960, art. l.b.

1L’une des caractéristiques du discours sur la science tenu par les autorités politiques tunisiennes consistait à mêler indissociablement enseignement supérieur et recherche, comme si les deux éléments ne devaient faire qu’un tout. L’une des missions de l’Université de Tunis n’était-elle pas d’ailleurs, dès sa création, « d’organiser et promouvoir la recherche scientifique, fondamentale et appliquée »1 ?

2Qu’en est-il dans la réalité de l’émergence de la recherche tunisienne au sein du champ universitaire tunisien pendant les vingt premières années de sa construction ? Comment la préoccupation politique, si présente dans le discours, se manifeste-t-elle dans les faits ? Quelles sont les conditions dans lesquelles une pratique de la recherche scientifique émerge peu à peu au sein de l’université tunisienne ? En réalité, pendant ces vingt premières années, les deux phénomènes semblent en quelque sorte déconnectés. Ainsi verra-t-on se manifester à la fin des années 1960 une brève ébauche de réflexion concernant les moyens de reconnaître à la science une place au sein du système d’enseignement supérieur, alors même que les moyens humains ne sont pas encore réellement réunis. De même, pendant le courant des années 1970 assistera-t-on à l’émergence d’une pratique de la recherche au sein de l’université, en l’absence de tout espèce d’intérêt de la part des autorités censées s’en préoccuper.

LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE : UNE PRIORITÉ… SECONDAIRE

3On ne risque guère de commettre de grave erreur historique en affirmant que pendant la majeure partie des années 1960, la recherche scientifique ne fait pas partie des sujets qui mobilisent les autorités poli tiques, en particulier celles chargées de l’enseignement supérieur, ni ceux qui pourraient en être le support actif, à savoir les scientifiques. Les premières parce qu’elles sont accaparées par des tâches beaucoup plus pressantes, à savoir l’énorme charge que représente la mise en place quasiment ex nihilo d’un système national d’éducation avec ses différents cycles primaire, secondaire et supérieur – on a vu dans ce dernier cas quelle avait été l’ampleur de l’effort –. Les deuxièmes, tout simplement parce qu’ils sont pour la plupart encore en cours de formation, les rares individus déjà formés (c’est-à-dire ayant entrepris leurs études sous le Protectorat) étant entièrement dévolus à la lourde mission de participer au travail d’édification d’une éducation nationale.

Héritage du passé et financements internationaux

4Il serait cependant faux de dire que la recherche scientifique est totalement absente de Tunisie pendant cette période. Elle est peu visible, certes, mais elle existe, soit dans des secteurs où existait une tradition antérieure qui s’est perpétuée et où des personnels de recherche étaient déjà présents, soit là où des soutiens financiers internationaux ont le plus tôt et le plus massivement apporté leur contribution : il s’agit surtout de la recherche agricole et – dans une moindre mesure – de la recherche médicale et des sciences sociales.

  • 2 Laberge P., Politiques scientifiques au Maghreb : l’implantation du système scientifique dans les (...)

5La recherche dans le secteur agricole réunit ces deux caractéristiques. On a évoqué son implantation dans la Tunisie du Protectorat, avec la création de l’Ecole Coloniale d’Agriculture de Tunis (1898) et d’un Service botanique (1913). La première a donné naissance, après l’indépendance à l’Ecole supérieure d’Agriculture de Tunis, puis à l’Institut National Agronomique de Tunis (INAT) qui forme des ingénieurs agronomes, tandis que le second gardera sa spécificité de recherche et deviendra l’Institut National de Recherche Agronomique de Tunis (INRAT). A côté de ces deux institutions principales se développent des services techniques comme le Bureau de l’Inventaire et de la Recherche Hydraulique et le Service pédologique. Comme le précise Paule Laberge, « même si l’activité de ces centres de recherche avait diminué après l’indépendance, il n’y avait cependant pas eu de déclin majeur vu l’absence d’exode massif des chercheurs français et le maintien de liens étroits avec la France »2.

  • 3 Rappelons que les années 1960 sont celles de la « révolution verte », c’est-à-dire d’un essai de t (...)
  • 4 Décret n° 64-253 du 10 août 1964 portant organisation de 1’INSTOP (art. 2).

6Par ailleurs, le soutien international bi et multi-latéral conséquent apporté à la mise en valeur agricole3 permettra le développement de plusieurs programmes que ces institutions sont chargées d’exécuter : recherche sur l’utilisation de l’eau saline en irrigation (Unesco, 1962), programme de reboisement (FAO, 1965), expérimentations fruitières, fourragères et agricoles (FAO, 1966)… Parfois, l’octroi simultané d’une expertise étrangère et de financements internationaux permet le démarrage d’embryons d’institutions, telles que le Centre de recherche sur les problèmes de la zone aride, constitué en 1961 sur la base d’un financement Unesco, des séjours réguliers d’un expert hollandais, et du recrutement de trois jeunes physiciens tunisiens. Signalons encore, toujours sous la tutelle du Ministère de l’Agriculture, la création en 1964 de l’Institut National Scientifique et technique d’Océanographie et de Pêche (INSTOP) chargé d’effectuer des « travaux d’études et de recherches relevant du domaine des sciences de la mer et intéressant directement ou indirectement la pêche et les industries qui s’y rattachent »4. Pendant la décennie 1960, ces diverses activités font encore très largement appel à un personnel étranger, surtout français, tandis qu’une première génération de chercheurs tunisiens est en train de se former dans les laboratoires et les universités françaises.

  • 5 Laberge P., op. cit., p. 330.
  • 6 Idem, p. 330-331.
  • 7 A partir de 1979, le relais de la Fondation Ford sera pris par la fondation allemande Konrad Adena (...)

7Le domaine de la santé, s’il « hérite » de l’Institut Pasteur fondé en 1893 et de la renommée des travaux de Charles Nicolle, n’est cependant pas « aussi favorisé que le secteur agronomique ; il souffre non seulement d’une pénurie de personnel qualifié pour l’exercice général de la médecine humaine et vétérinaire, mais aussi des chercheurs »5. Là aussi, l’essentiel de l’encadrement scientifique reste celui de la « science coloniale ». « L’Institut Pasteur garde un potentiel de recherche élevé, mais il a de la difficulté à recruter du personnel scientifique tunisien : vingt chercheurs, presque tous étrangers en 1969 ; de plus le personnel de recherche est surchargé par des travaux pratiques aux dépens de la recherche proprement dite »6.La recherche en sciences sociales, enfin, si elle est plus rapidement assumée par de jeunes chercheurs tunisiens, doit son essor précoce à une aide importante consentie à partir de 1961 par la fondation américaine Ford. Cette dernière sera à l’origine de la création (en 1962) et du fonctionnement pendant ses deux premières décennies d’existence du Centre d’Études et de Recherches Économiques et Sociales (ceres) au sein duquel se développe progressivement une large palette disciplinaire : géographie, sociologie, linguistique, économie, droit, démographie, littérature et études islamiques, histoire, psychologie et sciences de l’éducation… En 1971, soit moins de dix ans après la création du centre, le montant des dons de la Fondation Ford atteint 493 000 USD, dont 16 % d’équipement, 14 % de bourses, et 70 % en primes aux chercheurs, achat de livres et documents7.

8La recherche effectuée pendant les années 1960 dans les secteurs agricole, médical et des sciences sociales, est donc encore principalement le résultat d’une dynamique antérieure que les autorités tunisiennes ont évité de briser, et d’impulsions extérieures, tant par le personnel qui la conduit que par les sources de financements qui la rendent possible.

  • 8 A l’exception d’un Commissariat à l’Énergie Atomique (doté d’un Institut de physique nucléaire), i (...)
  • 9 Cf. Plan quadriennal 1965-1968, tome 2, p. 242 (Huit pages entièrement consacrées à la recherche a (...)
  • 10 Ce sont les laboratoires de mathématiques, physique, chimie, biologie animale, biologie végétale, (...)

9Dans les nouveaux secteurs de la jeune université tunisienne, comme les sciences fondamentales (physique, chimie, mathématiques, sciences naturelles et biologie), où ce type de dynamique n’existe pas, la recherche ne dispose ni des bases matérielles, ni du personnel nécessaire8. L’étude des divers documents de planification de cette décennie révèle que la nécessité de réunir les conditions de son émergence n’apparaît guère. Les « chercheurs » ne figurent pas dans le bilan des besoins en cadres dressé par les Perspectives décennales (1962-1971). Les quelques passages mentionnant la recherche scientifique dans les plans successifs sont exclusivement consacrés aux trois secteurs évoqués ci-dessus et surtout très majoritairement à la recherche agronomique9. Quant aux « laboratoires » qui apparaissent sur l’organigramme de la jeune Faculté des Sciences de Tunis, ce sont des lieux destinés à l’enseignement pour les premiers et second cycles10. Quant aux troisièmes cycles – qui apparaîtront dans les années 1970 – ils sont pour l’heure effectués à l’étranger.

Velléités de mobilisation

10A la fin des années 1960 se manifeste pourtant, non pas une transformation radicale de la situation, mais du moins un début de prise en considération, par les autorités de l’État-Parti, des conditions concrètes d’une pratique de la recherche scientifique en Tunisie. On assiste alors à une première tentative pour que s’inscrive dans les actes gouvernementaux ce qui n’était jusque-là que de l’ordre du discours politique. Ce phénomène accompagne la préparation de la réforme universitaire de 1969 menée par un Ahmed Ben Salah au plus haut de son pouvoir, réforme dont on a vu plus haut qu’elle constituait un essai de mobilisation de l’université autour du projet du Socialisme Destourien.

  • 11 Cette commission est placée sous l’autorité de Ahmed Ben Salah qui n’est pas encore Secrétaire d’É (...)
  • 12 Rapport publié le 20 septembre 1967 dans l’Action (partie sur l’enseignement supérieur).

11Selon Ahmed Ben Salah et son entourage, la recherche scientifique – telle qu’elle existe, mais aussi et surtout, telle qu’elle est appelée à se développer – doit également participer à cette mobilisation. C’est ainsi que lorsque la Commission constituée en janvier 1967 sous l’égide du Parti Socialiste Destourien11 (et chargée par le Président Bourguiba de procéder à un examen critique du système d’enseignement dans son ensemble) rend son rapport en septembre de la même année, la recherche scientifique y est explicitement – quoique brièvement – mentionnée12. Il est estimé qu’elle ne doit pas se limiter à l’enseignement, mais qu’elle doit aussi englober les divers secteurs de l’activité nationale. Aussi est-il envisagé de créer des « centre de recherche en dehors de l’Université mais en liaison étroite avec les chercheurs universitaires ». Pour répondre à des préoccupations de coordination et éviter la dispersion des efforts et des équipements, il est proposé de mettre en place un Haut Conseil de la Recherche scientifique qui aurait, entre autres « à organiser les recherches, en coordonner les programmes et doter les chercheurs d’un statut fixant leurs droits et définissant les critères de recrutement ».

  • 13 Laberge P., op. cit., p. 328.

12Ces propositions sont à nouveau discutées lors d’un colloque sur la recherche scientifique organisé à Bizerte par la Faculté des Sciences de Tunis en avril 1968. D’autres propositions sont ajoutées comme par exemple celle de mettre en place une centrale d’achat de matériel scientifique, afin d’éviter les doubles emplois et rationaliser des dépenses coûteuses. Cependant, on y évoque aussi avec scepticisme, l’opportunité de créer des structures nationales de politique scientifique, « vu le nombre restreint des activités et des institutions de recherche en Tunisie »13.

  • 14 Décret 68-247 du 30 juillet 1968.

13Le 2 juillet 1968, Ahmed Ben Salah remplace Mahmoud Messadi, ajoutant ainsi à ses fonctions celles de Secrétaire d’État à l’Éducation Nationale. L’un de ses premiers gestes est de créer au sein de ce département une Direction de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique là où rien de tel n’existait14. La responsabilité en est confiée à Ali El Hili, jeune maître de conférence en physique, rentré neuf mois plus tôt en Tunisie à la fin de sa thèse de Doctorat d’État préparée en France, à la Faculté des Sciences d’Orsay. En janvier 1969 paraît le texte de la nouvelle loi de l’enseignement supérieur. Si celui-ci ne fait pas de place particulière à la recherche, c’est qu’un autre texte est en préparation, celui d’une loi d’orientation de la recherche scientifique tunisienne préparée par le nouveau Directeur de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, avec le soutien de son ministre. Ce texte ne verra jamais le jour, puisqu’au début du mois de septembre 1969, Ahmed Ben Salah est révoqué et emprisonné.

  • 15 Journées d’études de Nabeul (26 et 27 avril 1969) sur le thème de « La recherche scientifique ». É (...)
  • 16 Le gouvernement par la « raison », la science au service du développement, les scientifiques garan (...)

14On peut cependant avoir une idée de ce qu’auraient pu être ses grandes lignes en lisant le discours prononcé par Ahmed Ben Salah devant des scientifiques tunisiens à nouveau réunis à Nabeul les 26 et 27 avril 1969 en un séminaire sur la recherche scientifique, à l’initiative de la cellule destourienne de la Faculté des Sciences15. Dans ce discours (voir encadré page suivante), A. Ben Salah reprend les grandes thématiques développées par le discours bourguibien sur la science16, mais en y introduisant pour la première fois des considérations concrètes sur les orientations de formation des chercheurs, les conditions de leur future activité professionnelle, les modalités de coordination de cette activité…

15Ainsi, contre l’enfermement des spécialisations, l’individualisme poussé des recherches qui risque de fonder les « relations universitaires sur des antagonismes », il plaide pour la promotion du travail d’équipe, allant même jusqu’à remettre en cause le modèle fortement implanté de la thèse de doctorat – longue, et selon lui, parfois sclérosante –, proposant d’y pouvoir substituer un travail collectif qui préfigure un travail scientifique de groupe. Il souligne la nécessité de mettre en place un statut pour l’exercice de la recherche, basé sur le détachement pour des périodes renouvelables des enseignants du supérieur.

16Enfin, il annonce la création d’un Comité National de la Recherche scientifique, chargé de coordonner l’ensemble des activités de recherche existantes ou à venir, à l’échelon national. Cette institution, outre qu’elle doit permettre la rationalisation d’un certain nombre d’aspects pratiques de la recherche (l’achat de matériel, la redondance des travaux de recherche…) doit encourager l’interdisciplinarité et la complémentarité entre les différents secteurs (sciences sociales et sciences fondamentales par exemple). Plus ambitieux, il prévoit que cet organisme puisse être étroitement associé à la planification, afin qu’à terme, chaque comité sectoriel du Plan soit « doublé de la cellule de recherche scientifique correspondante ».

17Même si A. Ben Salah se défend de vouloir enfermer la recherche tunisienne dans une perspective étroitement « nationaliste », et affirme vouloir « contribuer à la richesse intellectuelle et scientifique du monde », il ressort clairement de sa longue harangue qu’il entend prioritairement promouvoir une « recherche appliquée de valeur » propre à s’attaquer aux urgences du développement, et que les scientifiques tunisiens seront principalement évalués à l’aune de leur contribution aux stratégies de développement planifiées par l’État. De ce point de vue, si l’on se reporte au discours bourguibien et à ses contradictions internes, on est beaucoup plus près ici de la thématique de la science comme « boîte à outils » du développement que comme voie du « redressement civilisationnel global » de la nation.

La recherche scientifique au service du développement économique
(Extraits du discours d’A. Ben Salah devant les universitaires de la Faculté des Sciences de Tunis, Nabeul, 27 avril 1969)
« Nos impératifs sont la réorganisation rationnelle de la recherche scientifique et l’établissement de liens étroits entre celle-ci et l’effort de développement économique, social et culturel du pays […] Nous arrivons à un stade où nous avons l’intuition que notre intuition toute seule ne suffit plus ! […] Je pense que notre action doit être maintenant de plus en plus fondée sur des règles scientifiques, sur des données et sur des possibilités d’extension établies par la science […] Cette responsabilité est la vôtre en tant que citoyens et surtout en tant qu’intellectuels, en tant qu’avant-garde et en tant qu’hommes de science. Vous êtes en définitive les responsables du maintien du pays dans la voie du progrès technique, scientifique, technologique, économique et social… »
Snobisme de la thèse ou travail d’équipe ? « Je pense et j’espère qu’en 1970 au plus tard, nous commencerons à voir dans les amphithéâtres de Tunisie des soutenances de thèses. Il ne s’agit pas du snobisme de la thèse ou du Doctorat. Le concept de thèse devra probablement changer de signification. Il est actuellement devenu pour certains un moyen d’exil […] La thèse dont je viens de parler et telle qu’elle est conçue par certains nous fait perdre à tous beaucoup de temps […] Il est beaucoup plus enrichissant de partager des sujets de thèse fondamentaux, très importants et de les travailler en équipe. Il n’y a aucune honte à faire soutenir un grand sujet de thèse par toute une équipe. Il n’y a pas de honte à ce qu’il y ait sur la page de présentation de la thèse trois ou quatre ou cinq noms au lieu d’un […] C’est conforme à l’esprit scientifique […] Je crois que le travail en équipe est le problème fondamental de la recherche scientifique… »
Statut des chercheurs « [La] relation étroite entre recherche scientifique et action universitaire sera consolidée par le fait que les chercheurs seront aussi des enseignants dans la plupart, sinon dans la totalité des cas et réciproquement […] C’est la formule que je préfère. Je crois qu’il serait beaucoup plus souple d’imaginer cette espèce de statut temporaire, de tenir compte de l’aspect temporaire des missions de recherche… »
Coordination « Les gens sont sceptiques devant la possibilité de créer un Conseil National de la Recherche scientifique. Ils sont sceptiques quant à la création éventuelle de plusieurs conseils sectoriels. Je pense pour ma part que nous ne devons pas avoir d’a-priori […] Je pense que pour commencer, nous devons créer en Tunisie un Conseil National de la Recherche scientifique dans lequel tous les instituts de recherche anciens, nouveaux et futurs se retrouveront pour programmer et coordonner leurs activités de recherche… »
Interdisciplinarité « J’estime nécessaire de créer un Conseil National de la Recherche scientifique pour coordonner les travaux, établir un échange permanent d’information, lutter contre cette espèce de spécialisation à outrance qui est nécessaire quant au sujet, mais dangereuse quant à l’état d’esprit du chercheur […] Le CNRS favorisera tout à la fois l’échange d’informations et l’apprentissage du travail en équipe, tant au niveau des différents secteurs de recherche que de l’ensemble des domaines scientifiques. Peut-être découvrira-t-on alors certains éléments de recherches interdisciplinaires… »
Recherche et Planification « Nous essayerons d’intéresser l’Administration, les entreprises et institutions économiques, sociales et culturelles au travail du CNRS. Je sais fort bien que ce ne sera pas facile […] En revanche et dès à présent, si le CNRS, les Instituts de recherche, les enseignants et les chercheurs pouvaient s’intéresser à l’organisation que nous sommes en train de mettre sur pied à l’Institut National de Productivité [regroupant les comités sectoriels du Plan], j’estime que nous aurons fait un bond en avant […] Nous pouvons, progressivement, jumeler chaque comité sectoriel qui s’y prête à une cellule de recherche. Cette symbiose donnerait une recherche appliquée de valeur […] Cette conjugaison des efforts serait aussi profitable à la vie nationale dans les secteurs économiques, social et culturel qu’à la recherche en tant que telle… »

18La disgrâce et la brutale chute d’Ahmed Ben Salah, intervenues quatre mois après ce discours, mettront un point final à ce début de mobilisation conjointe du gouvernement et des cadres universitaires du Parti Socialiste Destourien. Ses successeurs à l’Éducation Nationale, sans doute soucieux de ne pas poursuivre des projets élaborés sous le règne de l’ancien « super-ministre », désormais taxé d’infamie, laisseront clos le dossier. Le Directeur de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique démissionnera quelque temps plus tard ; quant aux scientifiques eux-mêmes, en admettant qu’ils aient été d’accord avec les orientations préconisées par leur ministre, ils sont, comme on l’a dit, bien trop peu nombreux pour peser d’un poids quelconque sur le cours des événements.

  • 17 Le CERES retrouvera dès le début des années 1970 son nom et son caractère strictement universitair (...)

19Ce bref épisode laisse donc peu de trace. Le CNRS tunisien annoncé ne sera pas créé. Signalons quelques modifications institutionnelles : le Centre d’Études et de Recherches Économiques et Sociales (CERES) est provisoirement transformé en un Institut de Planification, de Statistiques et d’Études Juridiques, Économiques et Sociales destiné à être étroitement associé au Secrétariat d’État au Plan17. Par ailleurs, le Centre de recherche sur les problèmes de la zone aride et l’Institut de physique nucléaire (dont les recherches sont en fait abandonnées) sont regroupés en un Institut de Recherches scientifiques et techniques (IRST) qui restera longtemps une petite institution marginale avant de jouer un rôle beaucoup plus important au début des années 1980.

LA RECHERCHE ÉMERGENTE

20Malgré une retombée durable de l’intérêt manifesté par les autorités de tutelle pour la recherche scientifique, on peut voir, à partir de la première moitié des années 1970, avec le retour des premiers jeunes scientifiques tunisiens formés à l’étranger, une activité de recherche scientifique significative apparaître au sein de l’Université tunisienne. Quelles sont les caractéristiques de cette activité et comment peut-on évaluer sa place dans l’ensemble du champ universitaire ? Étant donné la rareté des traces écrites et des documents faisant état de ces activités encore balbutiantes, c’est à la mémoire des « pionniers » de la recherche scientifique tunisienne qu’il a fallu faire appel, pour retracer les traits distinctifs de cette période.

Les caractéristiques de la pratique scientifique

21Les caractéristiques de la recherche scientifique, qui se développe pendant les années 1970 au sein de l’Université tunisienne, tiennent principalement aux circonstances et aux parcours de formation des jeunes scientifiques qui la pratiquent. Sous une allure d’évidence, ce constat souligne pourtant un fait important, à savoir que, pas plus que pendant la décennie 1960 – peut-être moins même –, la recherche ne constitue un objet d’intervention repérable des autorités politiques tunisiennes. Ainsi les pratiques qui se développeront spontanément seront très éloignées – comme on va le voir – des orientations quelque peu dirigistes annoncées par Ahmed Ben Salah avant sa disgrâce.

La non-orientation des spécialisations

  • 18 Cf. par exemple l’intervention de Rafik Boukhris dans la table-ronde « La recherche scientifique e (...)

22Le premier élément qui détermine certaines caractéristiques durables des pratiques scientifiques en Tunisie est la non-orientation des jeunes étudiants partant acquérir des spécialisations à l’étranger. En contradiction apparente avec un discours dominant qui fait état de « besoins particuliers » du pays et de « réponses précises » que peut y apporter la science, aucune orientation spécifique n’est fixée aux jeunes tunisiens partis à la conquête des plus hautes distinctions académiques, mais aussi de spécialisations scientifiques extrêmement pointues. Comme beaucoup de scientifiques auront l’occasion de le regretter par la suite, aucun « organigramme national »18 ne préside à la répartition des futurs docteurs dans les différents laboratoires et équipes de l’université française, destination de formation privilégiée, comme on l’a vu plus haut. Revenant sur les raisons de choix effectués il y a une trentaine d’années, les scientifiques tunisiens de cette génération confirment la totale liberté de choix qui était la leur, et mettent en avant « les circonstances », « les goûts », « les affinités », « le hasard » et « les occasions »… Partis généralement en fin de maîtrise, ils ont tous vécu la même expérience : la confrontation de leurs goûts personnels avec les possibilités offertes par l’université française.

« Le choix particulier de la spécialité, vous savez, c’était en fonction des labos disponibles, en fonction des places, donc là on ne choisit pas, on ne choisit pas la spécialité fine. On choisit la spécialité, et puis la spécialité fine, c’est en fonction des places dans les labos. […] J’aurais pu être dans un autre labo. Au lieu de faire cette chimie là, j’aurais fait une autre chimie voisine, mais c’est comme partout. Dans toutes les thèses, on cherche en fonction… il y a le goût, et puis les places disponibles dans les labos ». (Professeur de chimie, FST).

23Si une certaine forme d’orientation se manifeste, c’est de façon tout à fait involontaire et non contrôlée, vers les filières consacrées à une recherche de type fondamental. En effet, les jeunes tunisiens en train de se former en France ont été sélectionnés parmi les meilleurs de leur pays. La plupart obtiennent de très bons résultats dans les universités françaises. Dans de nombreux cas, c’est cette excellence qui va contribuer à les orienter « naturellement » vers les filières les plus théoriques qui sont aussi les plus « cotées » dans l’Université française de cette époque.

« A la fin de l’année [1967-68], j’avais deux possibilités : soit de continuer ma spécialisation en faisant un AEA de génétique/amélioration des plantes, soit en faisant de la génétique fondamentale pure et dure […]. Alors comme j’avais eu le certificat de génétique à Jussieu avec mention très bien, j’ai été contacté par les [gens] de Jussieu qui m’ont demandé si je ne serais pas tenté par une inscription en génétique fondamentale. Finalement, j’avais choisi de faire la génétique fondamentale. Parce qu’en génétique fondamentale, la sélection était très poussée, et j’avais une chance puisque j’avais eu le certificat de génétique avec mention très bien. Je m’étais dit, il ne faut pas louper cette chance, d’autant plus que dans le temps, le DEA de génétique fondamentale était très coté en France ». (Professeur de biologie, FST).

24Il faut rappeler aussi que dans une période particulière de fort besoin en enseignants du supérieur et de recrutement accéléré, le contenu de la spécialisation – c’est-à-dire de la thèse – ne pèse pas d’un poids très lourd, le plus important étant que la possession du titre (de docteur) ouvre immédiatement un droit au grade. La question de la plus ou moins grande adéquation entre le thème de recherche choisi et les débouchés qu’il peut ouvrir ne se pose à aucun moment, puisque les débouchés sont assurés. Dans certains cas, c’est l’intuition du caractère exceptionnel (et effectivement temporaire) de cette conjoncture qui constitue la plus puissante incitation au retour en Tunisie.

« [Il fallait] préparer une thèse sur n’importe quel sujet, pourvu qu’on ait sa thèse et qu’on retourne, puisqu’il y avait de la place pour tout le monde. A ce moment-là… ! » (Professeur de chimie, INRST).
« A ce moment-là, on avait la chance d’être tout de suite recruté dans l’enseignement supérieur, comme maître de conférence. […] C’est d’ailleurs ça qui m’avait incité à rentrer tout de suite [en 1973] c’est uniquement l’attrait d’être tout de suite maître de conférence qui m’a fait revenir. J’étais déjà recruté avant de venir. Dès que je suis arrivé, je suis venu ici, j’avais un labo, j’étais maître de conférence, etc. (Professeur de chimie, FST).

25Ainsi, pour beaucoup, les perspectives immédiates d’un début de carrière fulgurant, repoussent au deuxième plan les questionnements sur les perspectives ultérieures de développement des recherches entreprises.

26Les thématiques de recherche choisies par les premiers jeunes scientifiques tunisiens n’affectent pas seulement les quelques individus concernés au premier chef, mais vont indirectement conditionner l’évolution ultérieure de l’ensemble de la recherche tunisienne. En effet, ces jeunes scientifiques vont constituer la première génération qui va orienter les travaux des générations suivantes. Le laboratoire français dans lequel ils ont effectué leur spécialisation et soutenu leur thèse reste très durablement leur principal point d’ancrage, leur référence centrale dans la communauté scientifique française. Les liens scientifiques et humains qu’ils y ont noués au cours de plusieurs années de travail intense sont les plus forts qui les relient à une institution. C’est donc à ces laboratoires qu’ils adresseront leurs futurs étudiants, leur faisant par là même emprunter une voie très proche de celle qu’ils ont eux-mêmes suivie. De véritables filières, basées sur des réseaux d’interconnaissance et des intérêts communs pour les mêmes problématiques se mettent en place dont il est difficile de s’écarter. La principale conséquence est une relative concentration des thèmes de recherche, le développement privilégié de certaines spécialités disciplinaires sur la base du choix initial d’un « aîné ».

« On les envoyait [en France] parce qu’on connaissait un patron, mais le patron donnait un sujet sans consultation aucune, en fonction du labo. Et il y a eu des problèmes, parce que de retour, ces jeunes, ils voulaient dupliquer un peu les labos où ils étaient. Et, par exemple, pour la spectroscopic, on avait énormément de labos, parce que à l’époque, Adnan Zmerli, qui était le premier physicien, envoyait à des gens qu’il connaissait, donc des physiciens de spectroscopie, Aimé Cotton, etc.. Et ces gens-là ont formé des gens dans leur spécialité. A un certain moment, on trouvait qu’à la faculté, la plupart étaient d’une même spécialité ou presque… On n’a pas pensé à diversifier. C’est pour cela que par exemple la mécanique a été absente de la faculté jusqu’à l’année… jusqu’à pratiquement 1968 ». (Professeur de physique, FST).

Le modèle scientifique français

  • 19 C’est ainsi qu’assez fréquemment, lorsque certains scientifiques tunisiens disent « mon labo », il (...)

27Ces liens privilégiés avec le système de recherche scientifique français constituent un deuxième élément qui conditionne également de plusieurs façons le développement et les caractéristiques de la jeune recherche tunisienne. Les laboratoires français sont le lieu de socialisation scientifique de la quasi-totalité des jeunes scientifiques tunisiens. Partis de Tunis sans avoir jamais été confrontés à la « vie de laboratoire », c’est là qu’ils découvrent pour la première fois ce que recouvre la pratique de la recherche et font leur apprentissage des compétences proprement techniques de leur métier d’enseignant-chercheur. Mais surtout, c’est également là qu’ils s’imprègnent de tout un ensemble de façons d’être et de penser, d’envisager la pratique scientifique, son organisation et son fonctionnement… Les cadres mentaux qu’ils incorporent sont évidemment ceux que partagent leurs supérieurs (leurs « patrons ») pour lesquels ils éprouvent des sentiments d’admiration souvent exprimés au cours des entretiens, ainsi que leurs pairs français, avec lesquels ils se sentent d’autant plus à l’aise qu’ils ne sont pas en relation de concurrence. L’empreinte laissée par cette période relativement longue (entre trois et six ans) est donc puissante, et souvent, cet univers d’accueil peut devenir le point de référence de toute une carrière19.

28Certains traits de ce qui constitue, aux yeux de la plupart des universitaires tunisiens, un système de référence vont s’exporter – ou plus justement être importés – au sein du système universitaire tunisien où apparaissent les premières équipes de recherche.

La division hiérarchique du travail scientifique

29L’un de ces traits est une pratique de la division du travail scientifique fortement marquée par la hiérarchie des grades. Ce mode de fonctionnement a été vécu par la plupart des jeunes scientifiques accueillis dans les laboratoires français. Partis du bas de l’échelle, en tant qu’étudiants de DEA, ils ont fait l’expérience de quelques unes des étapes de l’initiation progressive qui mène aux premières responsabilités scientifiques : soutenance de DEA, de thèse de troisième cycle, recrutement sur des postes d’assistant (ou de stagiaire de recherche du CNRS)… Même si certains évoquent les changements introduits par la crise universitaire de 1968, leur expérience est généralement celle d’un mode de gestion assez rigide des relations à l’intérieur d’une équipe.

« C’était la hiérarchie, la stricte hiérarchie : il y a le chef, il y a le sous-chef, il y a celui qui fait sa thèse d’État qui commande celui qui fait sa thèse de troisième cycle, et celui-ci commande celui qui fait son DEA…etc.. Et puis on n’a pas le droit de sauter une marche, si ça pressait à quelqu’un de… Tout était réglementé. Même les rédactions de thèse et les trucs comme ça, il fallait que ça soit rédigé par le chef. Que ce soit sa propre rédaction qui parte. Ah, oui, il nous faisait travailler. On rédige, on rédige, mais la dernière rédaction de l’article… C’était vraiment le directeur de labo, le directeur scientifique. Il était très compétent, très présent. Il avait même un lit pour dormir de temps en temps. Mais il avait une conception de la hiérarchie qui était vraiment très stricte […]. C’est vrai que comme j’ai travaillé moi à la base, comme étudiant, en DEA, donc vraiment j’ai fait le technicien. C’est-à-dire, j’ai fait des choses, j’ai fait des manips, j’ai sorti des spectres, des spectres, des spectres… Il ne fallait pas que je me pose trop de questions ». (Professeur de physique, FST).

  • 20 Faute de toujours pouvoir s’exprimer au sein des équipes de recherche dont la taille est au début (...)

30Ce mode d’organisation est rarement remis en cause en tant que tel, puisqu’il semble refléter une hiérarchie des mérites, avec au sommet la figure du « patron », mélange de sévérité distante et de haute compétence scientifique, qui gère son laboratoire comme un patrimoine, jusqu’à choisir personnellement l’individu appelé à lui succéder. Cette représentation d’une division hiérarchique du travail scientifique est d’autant plus facilement intégrée, que les jeunes Tunisiens, soumis en France aux inconvénients des charges considérées comme les plus ingrates, savent qu’ils seront dès leur retour en position d’occuper cette position enviée de professeur, bref, qu’ils seront eux-mêmes sous peu des « patrons », les premiers de l’université tunisienne20.

Le laboratoire comme attribut personnel et le cloisonnement de la recherche

31Cette position, qu’ils occupent en effet très rapidement après leur retour (la plupart sont immédiatement recrutés comme maître de conférence), ils ne l’envisagent pas en dehors d’un certain nombre de signes distinctifs. Parmi ceux-ci, la possession d’un « laboratoire », qu’ils considèrent comme un attribut naturel du statut de professeur de l’enseignement supérieur. Ces laboratoires sont de très petite taille, n’ont aucun statut juridique et reconnaissance institutionnelle, ne disposent d’aucun financement propre en dehors des aides de la coopération internationale, et mettent donc un certain temps avant de bénéficier d’un équipement de base. Il n’en reste pas moins que chaque universitaire recruté entend disposer de cet espace qu’il considère comme celui de son épanouissement scientifique personnel, et – à la mesure des crédits et des étudiants qu’il parvient à y attirer –, celui de la future construction de son pouvoir au sein de l’institution.

32Il en résulte une relative fragmentation de la communauté scientifique naissante. Quand bien même, comme on l’a dit plus haut, leurs thèmes de recherche respectifs seraient-ils proches, les jeunes scientifiques ont avant tout à cœur de reproduire individuellement les lieux dans lesquels ils ont effectué leur formation, attitude qui sera parfois critiquée par la suite :

« Ils [les enseignants-chercheurs] revenaient tous de longs séjours dans des labos, en France. Ils avaient travaillé sur les thèmes développés dans ces labos sans en comprendre la finalité dans la société qui les accueillait. […] Et ils retournaient en Tunisie avec un seul but : ils avaient été dans le laboratoire de « untel », ils voulaient monter un laboratoire « untel-bis » sans se poser la question du sens que ça pouvait avoir. L’important, c’était que chacun ait le sien. Autant de laboratoires se seraient créés que de chercheurs qui retournaient… Dans leur idée, il fallait s’équiper en matériel et continuer à faire ce sur quoi ils avaient travaillé jusqu’à présent. » (Ancien Directeur de la recherche scientifique).

33Cette fragmentation entraîne inévitablement une certaine ignorance réciproque, et un cloisonnement tend ainsi à se développer entre les petites équipes tunisiennes, qui est le reflet inversé des liens extrêmement forts qui unissent celles-ci aux laboratoires français.

« A l’époque, il y avait des programmes de coopération verticaux, c’est-à-dire avec des laboratoires français, mais pas de coordination horizontale au niveau du pays, entre les différents laboratoires. Et très souvent il arrivait à un chercheur d’apprendre ce qui se passait à quelques kilomètres d’ici à travers une publication en collaboration avec un laboratoire français ». (Professeur de physique, FST).

34Dans le pire des cas, cette ignorance réciproque se transforme en relations de concurrence : vis-à-vis des « bons » étudiants dont chaque universitaire a besoin pour étoffer son équipe et contribuer à son développement, mais surtout concurrence vis-à-vis des liens entretenus avec l’étranger, qui sont la garantie de croissance et de bon fonctionnement du laboratoire. Chacun tient à préserver un accès privilégié à son équipe de formation, ou à tout autre laboratoire dont les thèmes de recherche sont proches. Mais du fait de la faible diversification des thématiques de recherche des scientifiques tunisiens, il arrive que ces équipes françaises de référence soient les mêmes pour plusieurs équipes tunisiennes. S’installe alors un conflit, tel celui qui oppose en 1977 deux laboratoires de chimie travaillant tous deux sur le thème des phosphates et saumures, l’un à la Faculté des Sciences de Tunis, l’autre à l’École Normale supérieure, pour bénéficier des crédits d’une Action Thématique Programmée (ATP) du CNRS avec un laboratoire de l’Université Lyon-I. Il en résultera un blocage des crédits qui ne profiteront à aucune des deux équipes.

  • 21 « Conflit particulièrement exacerbé en France », pour reprendre les termes du responsable de l’un (...)

35Enfin, autre conséquence directe de l’imprégnation du système scientifique français qui accentue parfois le phénomène de fragmentation et de cloisonnement, l’importation de querelles proprement scientifiques à l’œuvre dans certaines disciplines. C’est notamment le cas en sciences de la vie, où la révolution introduite par le développement de la biologie moléculaire et la génétique moderne est en passe de déclasser les approches plus classiques, non sans provoquer de vigoureuses réactions de défense21. Certains jeunes scientifiques tunisiens, sentant qu’il y a là des perspectives valorisantes propres à toute recherche d’avant-garde, se trouvent confrontés à leur retour à Tunis à ceux de leurs collègues qui ont suivi des orientations plus traditionnelles.

« Lorsque je suis arrivé en Tunisie, il y avait les domaines classiques qui dominaient la situation. C’était la botanique, la zoologie, c’est-à-dire la biologie animale et la biologie végétale. Il y avait la génétique classique. Par contre, les disciplines qui se sont développées dans les trente ou quarante dernières années étaient pratiquement inexistantes : la microbiologie, la biochimie, la biologie cellulaire, l’immunologie on n’en parlait même pas. La biologie moléculaire, c’était vraiment un mot dont la plupart des gens ne comprenaient même pas ce que ça voulait dire […] Tout ce qui était génétique physiologique et moléculaire, ça n’existait pas. Et par conséquent, il fallait faire une petite révolution, et c’était pas simple. Parce que, lorsque vous vous adressez à des collègues qui se sentaient plus ou moins menacés par ces disciplines, vous comprenez qu’il était difficile… d’une part de céder du terrain, et surtout il était difficile de convaincre. […] On a eu beaucoup de difficultés pour développer ces nouvelles disciplines » (Professeur de biologie, FST).

L’étalon de la science internationale

  • 22 Gaillard J., « Scientific Production and Strategies of Scientists », in : Les indicateurs de scien (...)

36Pour certains jeunes chercheurs en début de carrière, l’importation directe, lors de leur retour en Tunisie, de thèmes de recherche abordés ailleurs fait surgir un dilemme. Faut-il continuer sur la lancée des travaux entrepris dans le laboratoire de formation, ou bien changer – ou tout au moins infléchir – ses centres d’intérêt en direction de problématiques ayant des implications, voire des applications locales ? Ce choix conditionne en partie les stratégies de publication : « soit adopter les usages des scientifiques des pays développés et publier dans des revues internationales pour devenir plus « visible » et gagner un niveau international, soit obtenir une reconnaissance nationale en publiant dans des revues locales, parfois en langue locale et être ainsi condamné à la non-existence ou, au mieux, à une existence marginale dans la science dominante »22.

  • 23 Mais vu le désintérêt à peu près total des autorités de tutelle de l’enseignement supérieur tunisi (...)

37En faveur de la première option, l’argument des liens avec le laboratoire d’origine pèse lourd. Poursuivre dans la même direction que les chercheurs français dont on a partagé pendant plusieurs années les travaux, c’est avoir l’assurance de garder un contact étroit, de bénéficier d’aides matérielles importantes à travers la coopération scientifique (équipement scientifique), de pouvoir envoyer des étudiants effectuer leurs travaux (et donc étoffer son équipe de plusieurs thésards), de recevoir le concours scientifique et pédagogique de visiteurs étrangers, de participer à des projets communs débouchant sur de nouveaux contacts et des publications valorisantes, etc.. En regard, seul plaide en faveur de thématiques de recherche plus « locales », l’espoir d’attirer l’intérêt des autorités du pays sur des aspects économiquement prometteurs, et de se voir ainsi accorder les moyens nécessaires à poursuivre l’activité de recherche23. C’est ainsi qu’un biologiste engagé dans des recherches aux orientations fondamentales résume les questions qu’il se posait lors de son retour :

« En revenant en Tunisie, qu’est-ce qu’il fallait faire ? Continuer sur les travaux que j’ai déjà entamés à Gyf-sur-Yvette [laboratoire cnrs de biologie moléculaire] sur la drosophyle, ou abandonner la drosophyle pour faire autre chose ? […] La décision a été difficile, et je m’étais dit, il faut dans une première étape continuer à travailler sur la drosophyle. Parce que d’une part, je pouvais avoir pas mal d’aide du côté de Gyf-sur-Yvette, une aide matérielle. Je pourrais envoyer des gens en stage à Gyf-sur-Yvette. Et donc j’ai pris un jeune chercheur avec moi à qui j’ai donné un sujet de thèse sur la drosophyle, et on s’est mis à travailler ensemble […]. Mais parallèlement, la drosophyle, c’était pas un matériel biologique qui pouvait attirer de l’argent, particulièrement de l’intérieur du pays. Il fallait travailler sur un matériel biologique qui soit, du moins économiquement, valable. Il fallait, soit travailler sur des animaux, soit sur des micro-organismes, soit sur des plantes. Du point de vue des autorités. Parce que si nous voulions un jour demander aux autorités de nous aider pour constituer un laboratoire, pour acheter du matériel pour fonctionner, il fallait avoir un programme de recherche beaucoup plus orienté vers l’appliqué. Du moins, utilisant un matériel biologique dont les responsables comprennent l’intérêt » (Professeur de biologie, FST).

  • 24 En décrivant l’univers mental des scientifiques tunisiens à cette époque, un ancien Directeur de l (...)

38Dans la réalité, peu de jeunes scientifiques formulent explicitement cette alternative. Ceux qui le font – une minorité – essayeront tant bien que mal de « jouer sur les deux tableaux » pour ne pas se fermer de portes. Mais la majorité d’entre eux ne conçoit guère d’autre possibilité que d’approfondir les thèmes souvent fondamentaux sur lesquels ils ont jusqu’ici travaillé. Ils sont profondément imprégnés de l’idée selon laquelle les standards de l’excellence scientifique sont incarnés par les laboratoires du Nord dans lesquels ils ont travaillé ou avec lesquels ils ont eu des contacts. C’est là que se situe, selon eux, le « front » sur lequel progresse la science mondiale (ou internationale). Participer à l’avancée de ce « front » implique de se maintenir au niveau de cette science là. Les principaux indicateurs de réussite, de ce point de vue, sont les publications dans les plus prestigieuses revues internationales ou les invitations dans les grands congrès de la discipline, autant de signes valorisants qui récompensent le respect des formes les plus académiques du travail scientifique24.

39En dehors de l’urgence plus grande à former des jeunes – ce à quoi ils s’emploient activement –, le fait de se trouver dans un pays dit « en voie de développement » n’entraîne pas pour autant, de leur point de vue, une attitude vis-à-vis de leur pratique scientifique différente de celle qui était la leur pendant leur formation. Ils se sentent appartenir avant tout à une communauté scientifique internationale (à laquelle les rattache leur laboratoire français d’origine) et par définition, seuls les problèmes intéressant cette communauté sont dignes d’être des objets de recherche.

  • 25 Sur cette notion de modèle linéaire, cf. CallOn M., Laredo P., Mustar P., « Panorama de la science (...)
  • 26 Sur ce phénomène d’importation, par ailleurs commun à beaucoup de pays du Sud, cf. Perrin J., « Ét (...)

40Leur attachement préférentiel aux aspects théoriques ou fondamentaux de la recherche tient aussi à ce qu’ils ont intégré dans leurs représentations certains traits présents à l’état diffus dans le champ scientifique français de cette époque, en particulier une représentation selon un modèle linéaire du fonctionnement du travail scientifique dans la société25. Selon cette représentation, les scientifiques tiennent le premier rôle, celui de la « production de connaissances certifiées », connaissances qui, reprises par d’autres serviront éventuellement en aval à l’élaboration d’applications techniques, à des processus de valorisation économique, à des actions d’intérêt général, d’expertise, etc. Ainsi, de leur point de vue, leur préférence pour les investigations fondamentales (ou en tout cas choisies hors de toute orientation prioritaire) n’est pas contradictoire avec les nécessités du « développement », puisque ces recherches serviront le moment venu, à ce que d’autres les appliquent là où cela sera possible. Ce mode de représentation importé du système scientifique français s’accompagne néanmoins d’une perception hiérarchique des rapports entre science fondamentale et technologie qui s’exprime selon trois dimensions : hiérarchisation des valeurs (la recherche fondamentale est « primordiale », donc plus noble que la recherche technologique ou appliquée) ; hiérarchisation des statuts (au premier plan des docteurs d’État, au second des ingénieurs) ; hiérarchisation des priorités temporelles, la recherche fondamentale venant naturellement avant, les sciences de l’ingénieur venant seulement ensuite pour appliquer les connaissances scientifiques26.

41Ce type de représentation, assez prégnant chez les universitaires tunisiens, explique leur attachement viscéral au libre choix des thèmes de recherche et leur méfiance vis-à-vis de toute prétention à l’orientation, voire à l’évaluation de leurs travaux. On peut y voir également la raison du peu de considération qu’ils éprouvent pour les institutions explicitement vouées aux sciences techniques (comme les écoles d’ingénieurs ou l’École Normale supérieure d’Enseignement technique), mais aussi pour les rares laboratoires de recherche qui se consacrent à des problématiques propres au terrain tunisien. C’est notamment le cas de l’Institut de Recherche scientifique et technique (créé en 1969) dont les trois petits laboratoires se consacrent à la physique des sols, à la botanique et à la physiologie végétale, en vue d’apporter des solutions aux problèmes posés par les zones arides du pays.

  • 27 Avec diverses variantes, on peut retrouver – là où ce type d’étude existe – des tableaux proches d (...)

42Le tableau à la fin des années 1960 et pendant une bonne partie des années 1970 est donc celui d’une recherche fragmentée, dont les orientations sont largement dues au libre choix de scientifiques, eux-mêmes fortement liés aux lieux de leur formation en France. Elle se pratique de façon très individualisée au sein de petites équipes cloisonnées, jalouses de leur matériel et de leurs contacts, en général constituées d’un jeune professeur et de quelques étudiants qui perpétuent la spécialisation de leur directeur, avec pour horizon d’attente l’accomplissement de leur thèse de doctorat d’État27.

La recherche scientifique, un attribut marginal dans le champ universitaire tunisien

43Si la décennie 1970 peut être considérée comme le moment de l’apparition d’un champ universitaire tunisien, force est de constater que dans cet espace particulier, la pratique de la recherche scientifique n’occupe qu’une place marginale.

Un non-objet d’intervention politique

  • 28 Sans oublier l’énorme charge que représente l’enseignement primaire et secondaire dans un pays où (...)
  • 29 Cf. « Le conseil des ministres adopte le projet de loi-cadre de l’enseignement supérieur. Une loi (...)
  • 30 Ben Slimane M., « Parcours et discours des réformes universitaires tunisiennes », Communication à (...)

44La première raison de cette marginalité réside dans l’absence quasi-totale d’intérêt que le ministère de tutelle et les autorités gouvernementales tunisiennes portent à la recherche qui se développe au sein des universités. L’enseignement supérieur a été essentiellement envisagé pendant deux décennies sous un angle avant tout quantitatif, à savoir, sa capacité à accueillir et encadrer des flux toujours croissants d’étudiants, et à former de façon urgente les cadres de la nation28. A cette préoccupation centrale s’en ajoutent d’autres avec le temps, qui occupent l’espace du débat entre autorités de tutelle, enseignants, étudiants, et organisations syndicales concernées. Ainsi l’orientation post-baccalauréat – effectivement mise en place en 1976 – dans laquelle plusieurs ministères successifs voient l’instrument « démocratique » d’une meilleure « rentabilisation » de l’université et d’une plus grande adéquation avec le marché tunisien de l’emploi, mais que les étudiants critiquent comme une remise en cause du libre droit d’accès à l’Université. Sont également dénoncées les modalités d’intervention des autorités de tutelle dans la vie interne des établissements d’Enseignement supérieur et dans leur gestion, en particulier les atteintes aux libertés syndicales et politiques des étudiants, les modes de désignation des doyens considérés comme non-démocratiques29. Autant de revendications d’une autonomie politique de l’Université auxquelles le pouvoir oppose régulièrement les arguments de l’ordre nécessaire à l’efficacité du système universitaire, entraînant un cycle « contestation-répression-contestation »30 quasiment ininterrompu.

  • 31 Loi n° 76-65 du 12 juillet 1976, relative à l’enseignement supérieur et à la recherche scientifiqu (...)
  • 32 Cf. Koubaa M., « La réforme de l’université en 1975-76 devant l’opinion publique », IBLA, n° 138, (...)
  • 33 Intervention de Lasaad Ezzine, Débats de l’Assemblée Nationale (en arabe), séance du 26 juin 1976, (...)
  • 34 « Le système universitaire tunisien. Le constat, l’évaluation, la réforme ». (Synthèse du Rapport (...)

45De ce débat, la place et les conditions de fonctionnement de la recherche scientifique sont quasiment absentes, et ce jusqu’à la deuxième moitié de la décennie 1970. Les discussions qui précèdent le vote de la loi de 197631 sur l’Enseignement supérieur sont révélatrices de cet état de fait. Elles confrontent, parfois violemment, les différentes positions sur les questions évoquées plus haut, mais ne font aucune place à la recherche32. Lors de débats parlementaires qui précèdent l’adoption de cette loi, sur neuf intervenants qui questionnent le ministre de l’Éducation Nationale (Mohamed M’zali), un seul s’émeut passagèrement du peu de place accordé à la recherche scientifique par le texte de loi33. De fait, celui-ci n’accorde – en dehors de son titre – aucune place particulière à la recherche scientifique, tout au plus évoque t-il « la promotion et l’approfondissement du savoir et sa transmission de génération en génération, conformément à l’évolution des connaissances » (art. 2). Comme le soulignera – mais dix ans plus tard – le Syndicat National de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, « la loi du 12 juillet 1976 ne conçoit pas la recherche comme une activité autonome et lui assigne une fonction de transmission de connaissances acquises »34.

46Pratiquement, cela signifie que la recherche universitaire ne jouit d’aucune sorte de reconnaissance officielle. Les équipes de recherche rassemblées par les universitaires tunisiens ne bénéficient d’aucune ligne budgétaire spécifique, et les enseignants désireux de poursuivre des travaux personnels n’ont d’autre solution que de puiser de maigres moyens de fonctionnement dans leur « cabinet d’enseignement », c’est-à-dire dans un budget réservé en principe aux besoins pédagogiques. Quant à l’équipement en matériel, si quelques investissements exceptionnels sont parfois consentis par le ministère, la plupart des laboratoires se montent grâce à l’aide de la coopération scientifique internationale. Comme le rappelle l’un des premiers fondateurs de laboratoire de la Faculté des Sciences de Tunis :

« C’était vraiment de façon individuelle, chacun se débrouillait comme il pouvait. Il y avait très peu de crédits titre II, donc équipement. Et surtout pas de gros crédits. Au niveau des établissements d’enseignement supérieur, on était très souvent obligés de puiser dans les crédits accordés à l’enseignement. Parce qu’il n’y a jamais eu au niveau des établissements de budget consacré à la recherche […] Et très souvent les laboratoires fonctionnaient en détournant des crédits alloués aux enseignements. Donc, il fallait se débrouiller tout seul. En ce qui me concerne, j’ai pu, à travers notamment la coopération, acquérir du matériel. J’ai pu acquérir un microscope Siemens à travers la coopération avec l’Allemagne. Ca a duré sept ou huit ans, mais enfin j’ai fini par l’avoir. Et à travers la coopération française, acquérir un microscope électronique à balayage. Et une veine également, une année il y a eu des crédits titre II, un reliquat de crédits titre II au ministère. Ils ne savaient pas quoi en faire. J’ai sauté dessus et j’ai pu acquérir un microscope électronique Philips. C’est comme ça que j’ai pu équiper un laboratoire de microscopie électronique et former des dizaines de jeunes tunisiens à cette discipline » (Professeur de physique, FST).

47Outre l’absence de financement, cette absence de reconnaissance se traduit aussi par le fait que ces laboratoires n’ont aucun statut juridique propre (de ce point de vue, il faudrait donc plutôt parler d’équipes ou de groupes de travail). Ils n’ont pas d’existence institutionnelle pour un département de l’Enseignement supérieur qui ne possède d’ailleurs pas de service spécifiquement consacré à l’organisation et à la coordination de la recherche scientifique. Cette non-existence juridique constitue un obstacle embarrassant en cas d’accord ou d’obtention de crédits de la part de la coopération internationale, chaque laboratoire étant obligé de passer par l’intermédiaire de la Faculté qui l’héberge – seule instance légalement habilitée à gérer un budget –, ce qui complique, voire compromet parfois les démarches.

  • 35 Politiques scientifiques et technologiques nationales dans les Etats arabes, Études et documents d (...)

48Ce tableau est confirmé par le constat que dresse (avec une certaine déception) en 1976 la division des politiques scientifiques de l’UNESCO, chargée d’évaluer l’importance accordée par les différents États à la science et à la technologie : « On peut dire qu’il n’existe pas en Tunisie d’organisme directeur de la politique scientifique et technologique ; que la composante science et technologie n’est pas clairement mentionnée dans chaque secteur et pour chaque objectif du plan général de développement ; qu’aucun budget national spécial n’est réservé spécialement à la science et à la technologie afin de financer les activités de R et D et les services scientifiques connexes »35.

Une instance de reconnaissance extérieure : la coopération scientifique internationale

49On comprend que dans ce contexte, la coopération scientifique internationale soit un recours inévitable, en particulier celle qui lie les laboratoires tunisiens et français. Cette coopération est basée, on l’a vu, sur les nombreuses relations et sur les liens humains, scientifiques et affectifs, noués pendant la formation en France des jeunes scientifiques tunisiens. Mais elle est également relayée dès le début des années 1970 par un dispositif institutionnel qui s’inscrit dans le cadre de la diplomatie culturelle française. Celui-ci vise à maintenir dans les anciens territoires colonisés une influence passant en premier lieu par une présence privilégiée de la langue française.

  • 36 Accord de coopération scientifique du 16 septembre 1975. Centre National de la Recherche scientifi (...)
  • 37 Accord de coopération scientifique entre le Gouvernement de la République Tunisienne et le Gouvern (...)

50Dans le domaine scientifique, ce dispositif possède trois points d’ancrage. Le plus ancien est celui que constitue la présence à Tunis depuis les années 1950 d’une « antenne » du CNRS, transformée en 1975 en « bureau du CNRS » lors de la signature d’un accord-cadre entre le CNRS et le Ministère tunisien de l’éducation nationale36. Le deuxième, presque aussi ancien, est l’ORSTOM, présent en Tunisie depuis 1958 et dont la présence est officialisée par plusieurs protocoles signés avec différents ministères (travaux publics en 1960, et surtout agriculture en 1971). Enfin, la coopération interétatique, exécutée par le ministère des Affaires étrangères et ses instances de représentation en Tunisie (Service culturel de l’Ambassade de France) est officialisée par un accord de coopération scientifique signé à Tunis le 19 octobre 1972 par des représentants des deux gouvernements37.

51Avec des variantes selon ces trois canaux de coopération scientifique – qui ont vocation à se compléter –, les dispositions des différents accords prévoient l’établissement de programmes de recherche communs, l’organisation de colloques ou de réunions, l’aide à l’équipement en matériel et en moyens de fonctionnement, les échanges de publication et de documentation scientifique et surtout la circulation des hommes : envois ponctuels de chercheurs français en Tunisie pour étoffer un encadrement scientifique encore restreint, et dans l’autre sens, financement de séjours de formation pour les jeunes chercheurs tunisiens (bourses d’études longues pour la préparation d’une thèse, ou stages de plus courte durée pour des manipulations et expérimentations précises) ou de missions pour des scientifiques seniors venant poursuivre une recherche personnelle au sein d’une équipe d’accueil…

52Par ailleurs, même si cela n’est pas le propos central de ces accords, les relations que maintiennent les équipes tunisiennes avec les laboratoires français grâce à la coopération scientifique sont d’autant plus cruciales qu’elles représentent une porte d’accès à un réseau plus large d’équipes françaises ou étrangères, et donc une prise directe sur la communauté scientifique internationale. Les liens des équipes tunisiennes se diversifient principalement au gré de « l’essaimage » des chercheurs français du laboratoire d’origine que leur carrière conduit vers d’autres institutions, de même qu’ils profitent des relations et du rayonnement du laboratoire-partenaire français, ce qui leur donne accès à des réseaux de plus en plus étendus, européens et internationaux, et multiplie les possibilités d’échanges et de publications communes.

53En définitive, la coopération scientifique internationale (et particulièrement française) est non seulement un moyen d’assurer tant bien que mal le fonctionnement quotidien des équipes tunisiennes, mais elle est aussi la seule source de reconnaissance – bien qu’externe au territoire national – du travail effectué par les universitaires tunisiens engagés dans des activités de recherche. C’est en effet le seul espace disposant d’instances d’évaluation régulièrement réunies (les commissions paritaires prévues par les différents accords) qui examinent la teneur et la valeur des projets tunisiens, qui décident de leur acceptation, et qui, au vu des résultats des projets déjà engagés, autorisent leur reconduction. Évaluation et gratification éventuelle ne sont donc pas le fait des autorités de tutelle tunisiennes (même si celles-ci sont présentes dans les instances paritaires), mais de cet espace particulier constitué par les liens d’interconnaissance entre scientifiques tunisiens et français, formalisés dans la coopération scientifique. Cet état de fait ne peut que renforcer chez les enseignants-chercheurs tunisiens l’idée que l’important dans le domaine de la recherche scientifique est ailleurs, hors de leur pays, dans lequel cette pratique n’est guère encouragée ou reconnue.

La recherche scientifique : un moment de la carrière universitaire

  • 38 Rappelons de plus que jusqu’à la fin des années 1970, la plus grande partie du travail de recherch (...)
  • 39 Généralisation qui, comme toujours, comporte de notables exceptions.

54Une deuxième raison de la place marginale de la recherche scientifique dans le champ universitaire tunisien est que celle-ci est très généralement considérée, par les universitaires eux-mêmes, comme un moment de leur carrière professionnelle, celui des études de troisième cycle qui culminent avec la thèse d’État, conduisent à l’obtention du titre de docteur et aux prérogatives qui y sont attachées38. Une fois la thèse d’État soutenue et le grade de maître de conférence obtenu – ce qui, dans la période dont nous traitons ici (les années 1960 et au moins la première moitié des années 1970) est, on l’a vu, quasi-immédiat – l’intense activité de recherche qui a caractérisé les années précédentes décroît très fortement, et parfois cesse tout à fait39.

55Une première explication est que les jeunes professeurs se trouvent accaparés par les charges purement administratives résultant de la mise en place et de la multiplication des filières, l’encadrement d’un flux toujours croissant d’étudiants, les divers postes de responsabilité institutionnelle que seuls peuvent assurer les enseignants de rang A (direction de départements, conseil de l’université, décannat, etc.), voire pour certains, les activités syndicales. Si l’on ajoute à cela le temps passé en démarches administratives et sollicitations diverses pour essayer d’obtenir les moyens nécessaires à créer et faire fonctionner un « laboratoire » où viennent se former de jeunes chercheurs, il ne reste plus guère aux enseignants-chercheurs de temps libre à consacrer à une activité personnelle de recherche, à un approfondissement des travaux antérieurs ou à une diversification de leurs centres d’intérêt. Ainsi, la jeunesse du système universitaire tunisien, son déficit d’encadrement encore fortement sensible dans cette période, conduisent les enseignants-chercheurs à sacrifier leur pratique personnelle de la recherche au fonctionnement quotidien d’un édifice encore fragile et à la formation des générations suivantes.

  • 40 Article 4 du décret du 27 septembre 1973.
  • 41 Idem.

56Une deuxième raison qu’il faut aussi mentionner est que, une fois le grade de maître de conférence obtenu, c’est-à-dire une fois qu’un individu franchit le seuil du rang A, l’activité de recherche ne lui est plus d’une utilité décisive pour l’avancement de sa carrière. La pratique – unanimement témoignée – veut que l’on obtienne le grade de professeur au bout de quatre ans. Ainsi la règle du minimum de quatre ans d’ancienneté dans le grade précédent40 devient-elle une condition suffisante et l’on estime que les activités pédagogiques déployées au cours de ces quatre années compensent les « travaux de recherche et de publications scientifiques réguliers »41 normalement requis. On voit comment le fort besoin d’encadrement (et singulièrement d’encadrement de haut niveau), lui-même principe de la rapidité des carrières, rend à la fois difficile et inutile un investissement dans la recherche, qui survive au tournant de la thèse d’État.

57Sans que cela remette pour autant en cause la valeur scientifique intrinsèque des individus, la qualité de leur formation ou la sincérité de leur engagement dans la recherche, on peut constater qu’à la période prise en compte, en raison des modalités et des conditions historiques particulières de la construction du champ universitaire tunisien, la force d’une position dans cet espace, la capacité à la défendre et à la conserver dépendent moins de la production intellectuelle ou scientifique proprement dite que du statut que l’on retire des titres, des grades et des positions de pouvoir (commissions de recrutement et jurys, direction des départements, décannat…) dans le système universitaire. Quant à tous ceux qui poursuivent malgré tout des recherches, ils demandent, en contrepartie de la « gratuité » de cet engagement, à bénéficier au moins d’une liberté totale dans le choix des thèmes et les modalités de son effectuation. C’est ce qui va être remis en cause par la première manifestation repérable d’une politique scientifique en Tunisie.

Notes

1 Décret du 31 mars 1960, art. l.b.

2 Laberge P., Politiques scientifiques au Maghreb : l’implantation du système scientifique dans les sociétés maghrébines de 1830 à 1980, Université de Montréal, Institut d’histoire et de socio-politique des sciences, 1987. Tome 2, p. 329.

3 Rappelons que les années 1960 sont celles de la « révolution verte », c’est-à-dire d’un essai de transposition massif dans le Tiers-Monde (sur la base d’un réseau de centres de recherches internationaux) de la trilogie « variétés améliorées, irrigation, engrais et pesticides » à laquelle les pays développés doivent l’explosion de leur productivité agricole. Parallèlement, en Tunisie, c’est aussi la décennie pendant laquelle la planification de la réforme agraire entraîne une demande d’expertise auprès des organisations internationales spécialisées.

4 Décret n° 64-253 du 10 août 1964 portant organisation de 1’INSTOP (art. 2).

5 Laberge P., op. cit., p. 330.

6 Idem, p. 330-331.

7 A partir de 1979, le relais de la Fondation Ford sera pris par la fondation allemande Konrad Adenauer.

8 A l’exception d’un Commissariat à l’Énergie Atomique (doté d’un Institut de physique nucléaire), institution apparemment créée « sur mesure » en 1961 pour l’un des pionniers de la physique tunisienne, Béchir Torki, ingénieur-docteur (diplômé en 1959), spécialiste de physique atomique. Cette institution disparaîtra en 1969.

9 Cf. Plan quadriennal 1965-1968, tome 2, p. 242 (Huit pages entièrement consacrées à la recherche agronomique qui donnent un assez bon aperçu des activités dans ce secteur).

10 Ce sont les laboratoires de mathématiques, physique, chimie, biologie animale, biologie végétale, géologie, pharmacologie et biologie appliquée.

11 Cette commission est placée sous l’autorité de Ahmed Ben Salah qui n’est pas encore Secrétaire d’État à l’Éducation Nationale, mais déjà Président de la Commission des Études Socialistes et Secrétaire d’État au Plan et à l’Économie Nationale.

12 Rapport publié le 20 septembre 1967 dans l’Action (partie sur l’enseignement supérieur).

13 Laberge P., op. cit., p. 328.

14 Décret 68-247 du 30 juillet 1968.

15 Journées d’études de Nabeul (26 et 27 avril 1969) sur le thème de « La recherche scientifique ». Éducation Nationale. Secrétariat d’Etat à l’Education Nationale. Année 1969, n°2, mois d’Avril.

16 Le gouvernement par la « raison », la science au service du développement, les scientifiques garants contre toute dérive « irrationnelle », etc. Voir plus haut l’analyse de ces thématiques.

17 Le CERES retrouvera dès le début des années 1970 son nom et son caractère strictement universitaire.

18 Cf. par exemple l’intervention de Rafik Boukhris dans la table-ronde « La recherche scientifique en débat » organisée en juillet 1982, première partie, publiée dans l’hebdomadaire Dialogue, n° 409, 5/07/1982, p. 6.

19 C’est ainsi qu’assez fréquemment, lorsque certains scientifiques tunisiens disent « mon labo », ils ne désignent pas l’équipe qu’ils ont rassemblée et animée depuis près d’une vingtaine d’années en Tunisie, mais le laboratoire français dans lequel ils ont été formés.

20 Faute de toujours pouvoir s’exprimer au sein des équipes de recherche dont la taille est au début très restreinte, cette division hiérarchique du travail se traduira souvent dans la charge d’enseignement : « Le professeur ou maître de conférence en sciences est un « patron », il se considère comme un « patron ». Il enseigne en cours magistral, il ne fait plus de TD, il ne veut plus faire de TP, il ne surveille plus les examens. Toute cette mentalité du patron, du mandarin… » (Professeur de mathématiques, ISEFC, entretien avec l’auteur).

21 « Conflit particulièrement exacerbé en France », pour reprendre les termes du responsable de l’un des grands établissements français de recherche (cf. Massoud Z., « L’impérialisme de la biologie moléculaire », in : L’état des sciences et des techniques, Paris, Éditions La Découverte/FPH, 1991, p. 206.).

22 Gaillard J., « Scientific Production and Strategies of Scientists », in : Les indicateurs de science pour les pays en développement, Paris, Éditions de l’ORSTOM, 1992, p. 453 (traduction de l’auteur).

23 Mais vu le désintérêt à peu près total des autorités de tutelle de l’enseignement supérieur tunisien à cette époque pour autre chose que l’urgence de l’accueil des étudiants, de la formation des enseignants, l’aménagement des locaux etc., cet espoir paraît plutôt fragile.

24 En décrivant l’univers mental des scientifiques tunisiens à cette époque, un ancien Directeur de la recherche scientifique du Ministère de l’Enseignement supérieur dira sous forme de boutade, néanmoins révélatrice : « Les collègues n’avaient pas de perspectives, ou plutôt si : ils voulaient tous être prix Nobel ! » (entretien avec l’auteur, juill. 1995).

25 Sur cette notion de modèle linéaire, cf. CallOn M., Laredo P., Mustar P., « Panorama de la science française », La Recherche, n° 264, 1994, p. 378-383.

26 Sur ce phénomène d’importation, par ailleurs commun à beaucoup de pays du Sud, cf. Perrin J., « État, Science et technologie. Les rapports entre les sciences de l’ingénieur, les sciences de la nature et les représentations mentales de l’État. Quelques enseignements tirés de l’histoire des pays industrialisés », Revue Tiers-Monde, Tome XXXVI – n° 143, juill-sept. 1995.

27 Avec diverses variantes, on peut retrouver – là où ce type d’étude existe – des tableaux proches de celui-ci dans des contextes géographiques et politiques variés des pays en développement, preuve de l’existence de déterminations communes à l’émergence de la pratique scientifique dans ces pays. Cf. par exemple Saldana J-J., « La formation des communautés scientifiques au Mexique », in : Naissance et développement de la science-monde, (Xavier Polanco, dir.), Paris, Éditions la Découverte, 1990, p. 172 et suivantes.

28 Sans oublier l’énorme charge que représente l’enseignement primaire et secondaire dans un pays où l’un des buts prioritaires est de réduire significativement l’analphabétisme de la population, et des jeunes générations en particulier.

29 Cf. « Le conseil des ministres adopte le projet de loi-cadre de l’enseignement supérieur. Une loi fasciste ? », article de Omar S’habou, Dialogue, n° 77, 23/02/1976, p. 20.

30 Ben Slimane M., « Parcours et discours des réformes universitaires tunisiennes », Communication à la rencontre internationale Réformes universitaires et mutations socioculturelles, Carthage, mai 1993 (polycopié), p. 5.

31 Loi n° 76-65 du 12 juillet 1976, relative à l’enseignement supérieur et à la recherche scientifique. JORT du 9-13 juillet 1976.

32 Cf. Koubaa M., « La réforme de l’université en 1975-76 devant l’opinion publique », IBLA, n° 138, 1976/2.

33 Intervention de Lasaad Ezzine, Débats de l’Assemblée Nationale (en arabe), séance du 26 juin 1976, p. 771.

34 « Le système universitaire tunisien. Le constat, l’évaluation, la réforme ». (Synthèse du Rapport de la commission ministérielle pour la restructuration du système universitaire tunisien). Commission syndicale de réflexion sur la réforme de l’université. SNESRS. Juillet 1985.

35 Politiques scientifiques et technologiques nationales dans les Etats arabes, Études et documents de politique scientifique, n° 38, Paris, Presses de l’Unesco, 1976, p. 189.

36 Accord de coopération scientifique du 16 septembre 1975. Centre National de la Recherche scientifique/Direction de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique.

37 Accord de coopération scientifique entre le Gouvernement de la République Tunisienne et le Gouvernement de la République Française du 19 octobre 1972.

38 Rappelons de plus que jusqu’à la fin des années 1970, la plus grande partie du travail de recherche conduit dans le cadre de la thèse d’Etat, s’effectue dans un laboratoire étranger, ce qui concourt à rendre la recherche encore moins visible au sein de l’université tunisienne.

39 Généralisation qui, comme toujours, comporte de notables exceptions.

40 Article 4 du décret du 27 septembre 1973.

41 Idem.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540