Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Science et pouvoir dans la Tunisie contemporaine

 | 
François Siino

Deuxième partie. Les conditions de l'émergence d'un champ universitaire et d'une pratique scientifique en Tunisie (1958-1978)

4. Vers une autonomisation du champ universitaire

Texte intégral

  • 1 Sur les « propriétés des champs », cf. Bourdieu P., Questions de sociologie, Paris, Éditions de Mi (...)

1En se dotant progressivement de règles de fonctionnement propres, le système universitaire tunisien acquiert pendant la décennie 1970 une certaine autonomie. Il ne s’agit pas d’une autonomie politique totale au sens où la réclament pendant toute cette décennie les étudiants de la gauche marxisante tunisienne, mais du processus qui tend à transformer un système universitaire, dans un premier temps à peu près indifférencié de celui du pouvoir d’État, en un champ distinct, au sens de Pierre Bourdieu, c’est-à-dire en un espace doté de règles de fonctionnement propres, autour desquelles se manifestent des luttes et des rapports de force1. Cet espace est également celui dans lequel les individus impliqués (les universitaires) découvrent l’existence des enjeux (ou des intérêts) spécifiques qui sont au cœur de ces luttes (et au premier chef, le pouvoir universitaire).

2Cette autonomie est relative, certes, puisque les autorités politiques de tutelle continuent à intervenir, même si c’est en se retranchant volontiers derrière un rôle d’arbitre. Il n’en reste pas moins que, tout comme les modalités de mise en place des structures, la façon dont se définissent les règles internes au champ universitaire (la répartition du pouvoir et le rythme des carrières par exemple) et l’évolution des rapports de force (en particulier ceux entre les différents grades universitaires), sont des éléments essentiels pour comprendre le contexte de l’apparition d’une pratique de la recherche scientifique, et ultérieurement, les réactions déclenchées par les politiques étatiques dans ce domaine.

3On peut repérer le début de ce processus en 1973, lorsque, pour la première fois, sont édictés officiellement les statuts des enseignants du supérieur, c’est-à-dire les règles organisant la reproduction du corps des enseignants du supérieur et la progression à l’intérieur de ce corps. Quant à l’émergence des luttes et des enjeux qui les suscitent, c’est surtout à travers les conflits syndicaux qui marquent ces années qu’elle se manifeste le plus clairement.

LES ANNÉES 1960 : L’UNIVERSITÉ, EXTENSION DE L’APPAREIL D’ÉTAT

Une décennie de liens organiques

4Pendant toute la décennie 1960, l’Université tunisienne est administrée comme une simple extension de l’appareil du nouvel État, et les liens qui unissent les établissements d’enseignement supérieur à leur administration de tutelle sont extrêmement étroits. Au niveau gouvernemental, le Secrétariat d’État à l’Éducation Nationale, poste occupé pendant dix ans par Mahmoud Messadi, est censé (selon les dispositions de la loi de mars 1960) exercer son autorité à travers un recteur de l’Université de Tunis, dont les compétences sont définies par le décret d’organisation de l’Université. Dans les faits, ce recteur ne sera jamais nommé, et c’est un prorecteur au rôle secondaire qui sera chargé de répercuter sans les discuter les décisions ministérielles. Par ailleurs, les doyens et directeurs d’établissements ne disposent d’aucune autonomie propre, dans la mesure où toutes les institutions d’enseignement supérieur ont une personnalité civile commune dénommée « Université de Tunis », directement rattachée à l’administration centrale.

  • 2 Art. 1, Décret du 13/02/1964.

5Le même type de fonctionnement prévaut concernant le recrutement des universitaires. Celui-ci s’effectue sur la base d’un décret de février 1964 (dont les dispositions, censément transitoires, perdureront jusqu’en 1973) prévoyant des « commissions spéciales dont la composition [est] fixée par le Secrétaire d’État à l’Education Nationale »2, qui comprennent des chefs d’établissements, des représentants de l’administration d’État et, à partir de 1971, des représentants syndicaux. Une autre disposition dérogatoire de ce décret stipule que « les candidats remplissant les conditions de titre exigées […] peuvent être nommés au choix ». Le recrutement et les carrières d’une première vague d’universitaires tunisiens sont ainsi étroitement pilotés par l’administration centrale de l’État.

  • 3 L’Action, 3/07/1968.
  • 4 Sur la préparation de la réforme de 1969 et ses orientations, cf. Lelong M., « L’Université en mut (...)

6Le 2 juillet 1968, Ahmed Ben Salah remplace Mahmoud Messadi aux fonctions de Secrétaire d’État à l’Éducation Nationale, charge qu’il ajoute à celles du Plan et de l’Économie nationale. Une telle concentration est justifiée, selon Bahi Ladgham, Secrétaire d’État à la Présidence, par la nécessité d’une plus grande coordination entre les différents secteurs, l’Éducation nationale étant considérée comme « le premier département qui fournit, au pays les cadres nécessaires dans tous les domaines »3. Ce remplacement signale aussi que le moment est venu d’appliquer les recommandations formulées par une Commission de l’Enseignement mise en place par le Parti Socialiste Destourien, qui procédait depuis un an (et précisément sous l’autorité de A. Ben Salah) à un examen critique du système d’enseignement tunisien4.

Ben Salah, la réforme avortée

  • 5 Loi n° 69-3 du 24 janvier 1969.
  • 6 Ben Salah A., « Former l’homme de l’avenir », Libre coopération, 1969-3, p. 108.
  • 7 Sur les causes et le déroulement des mouvements étudiants de mars 1968, cf. la chronique politique (...)
  • 8 En dépit de ces gestes d’apaisement, une ironie (que l’on a peine à croire innocente) de l’agenda (...)

7En janvier 1969 est adoptée une loi qui constitue la première réforme de l’université tunisienne5. Ce texte ouvre une parenthèse ambiguë, tentant d’étendre à l’Université la mobilisation autoritaire autour du projet du Socialisme Destourien, en même temps que d’y introduire une certaine ouverture démocratique. Même si le nouveau Secrétaire d’État affirme qu’il ne faut voir dans cette réforme « l’effet d’aucune pression, d’aucune action contestataire »6, il semble assez clair que l’un des volets du dispositif, cherche à tenir compte des mouvements étudiants de mars 19687. C’est dans cette perspective que plusieurs dispositions de la loi introduisent une certaine dose de démocratie représentative dans le fonctionnement des établissements d’enseignement supérieur : la suppression de l’Université en tant qu’entité globale et du poste (virtuel) de recteur s’accompagne de l’octroi de la personnalité civile et de l’autonomie financière à chaque établissement d’enseignement supérieur dont le directeur est élu ; des représentants, également élus des étudiants, siègent désormais au sein de l’organe de décision, le Conseil de Faculté, de pair avec les enseignants8.

  • 9 L’Action, 16 juillet 1968.

8En contrepartie de cette relative démocratisation du fonctionnement universitaire, l’autre volet de la réforme, cher au cœur d’Ahmed Ben Salah, se propose d’adapter plus étroitement l’Université – perçue comme trop autonome dans ses contenus pédagogiques – aux besoins de l’économie nationale, de la faire entrer pleinement dans le système de la planification. Selon les termes de la motion votée à l’issue d’une réunion du Conseil d’Université (élargi à de nombreux membres des structures du PSD), en juillet 1968, le moment est venu de « lier l’évolution de l’Université à celle de l’économie de façon telle que notre enseignement se fonde sur les besoins réels du pays »9. L’arsenal des mesures envisagées comporte entre autres l’instauration de tests d’orientation, la multiplication des cycles courts dans l’enseignement supérieur, voire des stages d’été pour étudiants et enseignants au sein d’unités coopératives ou d’entreprises publiques…

  • 10 Ben Salah est révoqué le 6 septembre 1969, relevé de ses fonctions et bientôt mis en prison. Tradu (...)

9Si la loi est bien votée le 24 janvier 1969, la brutale disgrâce d’Ahmed Ben Salah dès le mois de septembre de la même année10, et la remise en cause de la politique socialisante qu’il avait animée jusque-là, entraînent l’abandon d’une bonne part de son contenu, notamment les germes d’une autonomie administrative de l’Université. Les élections sont rapidement abandonnées ailleurs que dans les Facultés, et partout, les représentants étudiants sont privés de leur voix délibérative. L’Université dans son ensemble, après avoir été priée de venir renforcer le modèle du socialisme destourien, se verra sommée de s’adapter aux orientations libérales du nouveau gouvernement de Hédi Nouira, qui prévaudront pendant les années 1970, ce qui constituera l’un des terrains de lutte privilégiés pour le syndicalisme étudiant et enseignant.

10La réforme esquissée en 1969 n’apporte donc pas de réel changement à la situation du système universitaire tunisien, qui restera encore pendant quatre ans organiquement lié à son administration centrale. En réalité, la véritable amorce de transformation du système universitaire n’apparaît qu’en 1973, lorsque pour la première fois paraît un décret fixant les statuts et les carrières du personnel enseignant de l’enseignement supérieur.

RÈGLES DU JEU ET POUVOIR UNIVERSITAIRE

11En énonçant une série de règles organisant la reproduction du corps des enseignants du supérieur et la progression à l’intérieur de ce corps, le texte du décret de septembre 1973 constitue le point de départ d’une autonomisation relative d’un champ universitaire et scientifique. Ce processus peut être précisé par l’observation des luttes internes qui se déclenchent autour des règles édictées, puisque ce sont elles qui définissent la distribution d’un pouvoir particulier, nouvel enjeu propre à l’univers dans lequel évoluent les enseignants du supérieur : le pouvoir universitaire, c’est-à-dire le contrôle de positions donnant la capacité d’agir sur la reproduction du corps professoral des universités.

La négociation des règles : statuts et carrières des enseignants du supérieur

Négociation et rapports de force

12Comment les nouvelles règles instituées par le texte de 1973 ont-elles été élaborées ?

  • 11 De même que les diplômes, les grades de l’université tunisienne sont jusque-là étroitement calqués (...)

13Elles sont le résultat de négociations entre des interlocuteurs dont les attentes respectives ne sont pas aisément conciliables. Tout d’abord le ministère de l’Éducation Nationale et son titulaire, Driss Guiga, dont le souci, face à la croissance des effectifs étudiants, est d’accroître les effectifs du corps enseignant. Pour cela, il s’agit non seulement de recruter, mais aussi d’homogénéiser le corps enseignant autour d’un ensemble de statuts communs11 et de répondre aux attentes de carrières des nouveaux arrivants.

14En face de lui, un interlocuteur apparemment unique, le jeune Syndicat National de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique créé en avril 1971, rattaché à l’organisation syndicale centrale et officielle qu’est l’Union Générale des Travailleurs Tunisiens (UGTT). Mais au sein de cette organisation, deux groupes coexistent aux intérêts potentiellement contradictoires.

15D’une part les enseignants de rang A, professeurs et maîtres de conférences, nommés au cours des années 1960 et au début des années 1970, et qui, pour la plupart d’entre eux, « aspirés » par la relève des enseignants étrangers, le développement très rapide des différentes filières universitaires et les conditions « particulières » de recrutement, ont connu un début de carrière fulgurant. Certains ont occupé très jeunes des postes élevés (doyens, directeurs de département) qui jusqu’ici ne recouvrent que peu de pouvoir réel. Ils attendent la mise en place d’un système de jurys de recrutement nationaux, qui leur conférerait l’entière maîtrise – jusque-là en grande partie détenue par l’administration – du choix des nouveaux entrants, et surtout du passage de la frontière décisive qui sépare le rang B du rang A (c’est-à-dire du grade de maître assistant à celui de maître de conférence).

  • 12 Cf. Bourdieu P., Homo academicus, Paris, Éditions de Minuit, 1984. pp. 119 et 205.
  • 13 Cf. Ben Slimane M., « Parcours et discours des réformes universitaires tunisiennes », Communicatio (...)

16D’autre part, les enseignants de rang B, assistants et maîtres assistants entendent voir perdurer les conditions d’ascension professionnelle exceptionnellement rapides dont ont profité leurs aînés. Ils entretiennent avec ces derniers ce que Pierre Bourdieu appelle une relation « d’identification anticipée »12, d’autant plus forte que l’écart d’âge entre eux est souvent faible, et que, dans le contexte d’une relative pénurie d’enseignants, ils assurent les tâches pédagogiques réservées en principe aux postes de rang A (cours magistraux, direction de mémoire, participation aux jurys)13. Leur crainte est de s’éterniser dans des postes subalternes, de rester longtemps les « dominés » d’un système dans lequel leur avancement ne dépendrait que de la volonté des « dominants ».

17Il faut préciser qu’en ce début des années 1970, le rapport de force en terme numérique leur est nettement favorable par rapport aux professeurs et maîtres de conférence, puisqu’ils sont environ trois fois plus nombreux. Ceci leur confère une position de force au sein du syndicat unique de l’Enseignement supérieur.

18De cet ensemble d’attentes, d’ententes, et des rapports de forces qui s’établissent dans la négociation va émerger un texte dont les dispositions vont susciter une lutte interne au corps universitaire.

Le décret de septembre 1973 : autonomisation du champ universitaire, accélération des carrières…

  • 14 Décret n° 73-454 du 27 septembre 1973, relatif au Statut des personnels de l’Enseignement supérieu (...)
  • 15 Art. 1. Ces termes sont empruntés à l’université française où ils ont cours à la même époque.

19Si l’on veut mettre en avant les points essentiels de ce texte14 et aider à comprendre les réactions qu’il va susciter, il faut en retenir quatre. Le premier est qu’il homogénéise des grades jusque-là disparates en les ramenant à quatre – qui existaient déjà –, à savoir ceux de Professeur de l’Enseignement supérieur et Maître de Conférences (rang A), Maître Assistant et Assistant (rang B)15. Pour chacun, il précise la charge horaire d’enseignement, travaux dirigés et travaux pratiques qui lui incombent. Les personnes affectées dans les quelques centres de recherche existants (CERES, IRST, INSTOP) sont également versées dans ce cadre commun, et leur situation est régularisée par une disposition prévoyant la possibilité de détachement du personnel de l’enseignement supérieur à la recherche (art. 24).

  • 16 Avec une spécificité en droit et en économie, disciplines pour lesquelles le recrutement comme maî (...)

20Le deuxième point est l’instauration – pour la première fois – de jurys chargés d’apprécier les dossiers des candidats à un grade et d’établir une liste d’aptitude parmi ces candidats. Ces jurys sont composés d’enseignants de grade égal ou supérieur à ceux qu’ils doivent coopter. Il faut noter qu’ils sont théoriquement indépendants de leur administration de tutelle, puisqu’ils sont formés dans tous les cas de trois membres élus par leurs pairs et de deux nommés par le ministère16.

21Le troisième point est que le texte précise les conditions de titre nécessaires pour prétendre à se présenter devant les jurys. Ici est introduite une nouveauté par rapport à la situation qui prévalait jusque-là, qui consiste à supprimer le caractère obligatoire de la thèse de doctorat d’État pour accéder au grade de Maître de Conférences (c’est-à-dire au rang A). Désormais, des Maîtres Assistants non titulaires du titre de docteur d’État peuvent prétendre à ce grade, sous réserve d’un minimum de quatre ans d’ancienneté et de travaux ou publications jugés suffisants (art. 8.b). Cette voie d’accès sera communément dénommée « filière B ».

  • 17 Assistants de lère et 2e catégorie, Chefs de travaux (lère et 2e cat.), Chargés de recherche (lère(...)

22Enfin, un passage de dispositions dites « transitoires » (art. 30 à 32) supprime les anciennes catégories existant auparavant17 et – sous réserve des titres adéquats – les intègre automatiquement dans un grade supérieur (ou égal, en cas de titres non-adéquats). Pour la plupart des individus concernés, ces dispositions entraînent une promotion instantanée, non liée à l’acquisition d’un nouveau titre universitaire.

La réaction de défense du corps professoral

Contrôler la reproduction du corps

23Dès la parution du texte et le début de son application, un fort mécontentement se fait jour dans les rangs des professeurs et maîtres de conférence pour deux raisons principales. Le premier reproche formulé concerne ce que les enseignants de rang A perçoivent comme un écrasement de la hiérarchie des indices et des salaires. Ils s’élèvent contre les faibles écarts de rémunérations entre assistants et maîtres de conférence, ce qui, outre le sentiment d’injustice ressenti par les derniers, risque – selon eux – d’encourager les premiers à stagner dans leurs grades. Ce ressentiment se trouve amplifié par la brusque accélération de l’accès aux grades d’assistant et de maître assistant que permettent les mesures transitoires du décret de septembre 1973.

  • 18 « Driss Guiga parle de l’Université », Contact, n° 18, 1974, p. 15.

24La deuxième raison, beaucoup plus fondamentale, réside dans l’instauration de la deuxième voie d’accès dite « filière B », qui permet à des candidats non titulaires de la thèse d’État de devenir maîtres de conférence – c’est-à-dire de franchir la frontière quasi-sacrée qui sépare les rangs A et B – en justifiant de quatre ans d’ancienneté dans le grade précédent et de travaux de recherche. Cette promotion à l’ancienneté est vigoureusement dénoncée comme une « prime à la médiocrité »18, une dangereuse menace sur la valeur scientifique des enseignants-chercheurs, une dégradation des universitaires et de l’Université. Derrière ce discours aux résonances méritocratiques, transparaît cependant une déception qui n’a pas seulement à voir avec une légitime inquiétude quant à la qualité des personnels enseignants du supérieur.

  • 19 Pour reprendre la terminologie de P. Bourdieu, c’est-à-dire « à la fois condition du fonctionnemen (...)
  • 20 C’est pourquoi on ne peut réduire, comme le font dans leurs critiques les aspirants à la successio (...)
  • 21 Bourdieu P., Homo academicus, Paris, Éditions de Minuit, 1984, p. 106.
  • 22 Idem, p. 201.

25En fait, les professeurs et maîtres de conférence s’estiment en quelque sorte dupés. Car en même temps qu’ils voient reconnaître à l’Université un début d’autonomie académique – la cooptation par des jurys de pairs – ils se voient refuser un attribut dont ils estiment qu’il devrait leur revenir de droit, et dont ils ont conscience qu’il s’agit de l’un des enjeux principaux – l’un des intérêts19de l’espace dans lequel ils évoluent. Cet enjeu, c’est le pouvoir universitaire, c’est-à-dire la capacité incontestée à contrôler le rythme d’accès mais aussi la nature20 des nouveaux entrants dans le système, et par là, « la reproduction du corps professoral »21. Et cette capacité réside en grande partie dans l’institution importée qu’est la thèse d’État. En Tunisie comme en France, « la thèse de doctorat d’État est […] ce qui permet aux professeurs d’exercer un contrôle durable sur les aspirants à la succession ; elle offre un moyen de prolonger sur de longues années la mise à l’épreuve qu’impliquent toujours les opérations de cooptation en même temps qu’elle permet de tenir durablement les aspirants à la succession, ainsi maintenus dans une position de dépendance »22. En offrant aux postulants la possibilité de contourner cette épreuve, les dispositions du texte viennent bouleverser un ordre temporel des successions tel que le corps professoral aurait aimé le voir se mettre en place, en grande partie inspiré par leur passage dans le système français.

26En face d’eux, les prétendants pensent avoir ainsi obtenu une assurance de ne pas payer pendant toute une partie de leur carrière la seule faute d’être arrivés, un peu plus tard que leurs aînés, au pied des marches menant à la consécration.

La cristallisation des luttes internes : la scission syndicale de 1974

27Ces attitudes opposées suscitées par le texte de 1973 vont rapidement se cristalliser de façon institutionnelle sous forme d’une scission syndicale que des appuis extérieurs encouragent. Dès 1974, des professeurs et maîtres de conférence adressent une lettre au Secrétaire Général de la centrale syndicale tunisienne (UGTT) pour affirmer leur désaccord avec les dispositions du décret de 1973. Ils trouvent auprès du Secrétaire général, Habib Achour, une oreille attentive, comme l’explique un ancien responsable syndical :

  • 23 Entretien avec l’auteur, mai 1995.

« La politique générale d’Achour, c’était de créer de petits syndicats, pour des raisons évidentes : un bureau de syndicat, c’est une douzaine de personnes. S’il y a deux syndicats, ça lui permet d’avoir vingt deux personnes qui travaillent, ça augmente la « masse critique » pour faire des choses. Du point de vue de la Centrale, l’unité syndicale était représentée par eux – par la Centrale – mais qu’il y ait des besogneux au niveau des structures, ça ne le gênait pas, au contraire, ça lui permettait de puiser des compétences. Surtout les universitaires, ça lui permettait d’avoir beaucoup de cadres à sa disposition. Donc il a encouragé la création du syndicat des professeurs et maîtres de conférence »23.

  • 24 Selon les propres termes du ministre de l’Éducation Nationale de l’époque, Driss Guiga, cf.« Driss (...)
  • 25 Comme le précise un ancien secrétaire général du SNESRS : « Nous avions la chance de ne pas nous r (...)
  • 26 « Driss Guiga parle de l’université », Contact, n° 18, 1974, p. 14.
  • 27 Il faut préciser que les maîtres d conférences et professeurs ne rejoignent pas tous le nouveau sy (...)

28La scission syndicale est également implicitement encouragée par le ministère de tutelle qui y voit l’occasion d’affaiblir, en le divisant, un syndicalisme universitaire connu pour son activisme, son manque de « docilité »24, et fort du « potentiel contestataire » que constituent les étudiants depuis le début des années 197025. A des universitaires qui lui font part du mécontentement du corps professoral, il répond – feignant d’ignorer le conflit interne au SNESRS – avoir toujours consulté les instances syndicales sur les orientations à prendre ; il ajoute toutefois à l’intention de son interlocuteur : « Si des individus, ou des groupes étaient venus me dire : nous contestons la représentativité de ce syndicat, cela nous aurait peut-être permis d’examiner dans quel cadre on aurait pu discuter ces affaires… »26. Ces encouragements à peine voilés ne tombent pas dans le vide. Quelques mois plus tard, les professeurs et maîtres de conférence font scission avec le SNESRS et créent leur propre organisation, le Syndicat des Professeurs et Maîtres de Conférence, également rattaché à la centrale de l’UGTT27.

  • 28 Ce qui sera définitivement fixé par les décrets des 10/10/1979 et 16/11/1981.

29Cette opération leur permet de se poser en interlocuteurs différenciés et de défendre leur position face à l’autorité de tutelle, ce que rendait impossible leur position numériquement défavorable au sein du syndicat unitaire. Dès lors s’engage une confrontation quasi ininterrompue jusqu’à la fin des années 1970, dont témoigne l’intense activité réglementaire concernant les différents aspects du statut des enseignants du supérieur. Entre 1974 et 1981, le texte de référence initial sera ainsi remis onze fois sur le métier. L’issue de cette lutte se révélera favorable aux professeurs et maîtres de conférence qui obtiendront le rétablissement de la thèse de doctorat d’État comme condition obligatoire pour se présenter devant les jurys de recrutement au grade de maître de conférence28.

Les signes d’un début d’autonomisation du champ universitaire tunisien

Une prise de conscience : enjeux, règles spécifiques et luttes

30Il est difficile d’établir quelle a été l’application réelle du texte de 1973. Il aurait été intéressant par exemple de savoir combien d’individus avaient bénéficié de la filière « B », dans quelles disciplines, et quelle avait été leur carrière ultérieure. Mais ce qui nous semble important de faire ressortir est ailleurs, dans le déclenchement de la lutte, les enjeux qu’elle recouvre et les prises de position qu’elle entraîne.

31Tout se passe comme si le moment où le système universitaire se voit doté d’une autonomie qu’il ne possédait pas jusqu’alors, était aussi celui où les universitaires découvraient la nature des enjeux propres à l’espace qui est le leur, et se mettaient à agir en conséquence. Pour emprunter une métaphore économique, un espace qui fonctionnait jusque-là sur le mode dirigiste d’une « économie de guerre » (la « guerre » pour la tunisification du système) se voit conférer le statut d’un « marché » relativement autonome dans lequel sont édictées des règles internes et où se manifestent des intérêts, des luttes pour transformer ces règles en fonction des intérêts des groupes en présence, eux-mêmes produits par l’histoire du système.

32En d’autres termes, c’est bien l’émergence d’un champ universitaire (au sens de Pierre Bourdieu), c’est-à-dire d’un « espace de jeu historiquement constitué » avec ses enjeux (ici, le pouvoir universitaire), ses institutions et ses lois de fonctionnement propres, dont la crise syndicale de 1974 est l’une des manifestations la plus visible (même si elle n’est probablement pas la seule). Et cette crise est d’autant plus aiguë que le « sens du jeu » que les différents groupes manifestent a été acquis au sein du système universitaire français, d’où une tendance à en reproduire le fonctionnement et les modes de régulation (par exemple, la thèse d’État), alors que le jeu lui-même se joue dans un espace différent (tunisien) qui, pour des raisons historiques et structurelles (la construction ex nihilo d’un système), ne ressemble pas au système français (d’où l’impatience des nouveaux entrants).

  • 29 Ben Slimane M., op. cit., p. 8.

33Le corollaire de cette constitution du système universitaire en tant que champ est l’apparition de stratégies : stratégies collectives comme celle mise en œuvre par le corps professoral « dominant » face à la menace d’un accès non-contrôlé des assistants et maîtres assistants, qui réussit à surmonter un rapport de force initialement défavorable ; ou bien stratégies individuelles, celles que découvriront les « dominés », une fois ramenés à leur condition, sous la forme de ce que Moncef Ben Slimane appelle justement les « relations universitairement rentables : bénédiction et « poids du patron », tendance idéologique, région universitaire, etc. »29.

  • 30 Selon le témoignage d’un ancien responsable du SNESRS : « C’était quand même la même culture syndi (...)
  • 31 « Pour les scientifiques, c’était quasi-automatique. Le scientifique ou le technologue, dès qu’il (...)

34On peut voir une confirmation du caractère spécifiquement interne (au champ universitaire) de l’enjeu des luttes évoquées ci-dessus dans le fait que les prises de positions antagoniques autour des statuts et carrières n’ont pas d’équivalent direct en dehors de ce contexte universitaire, en particulier sur le plan politique. La ligne de fracture, qui traverse à ce moment là le champ universitaire, ne prolonge pas une frontière entre individus aux allégeances opposées vis-à-vis de l’ordre social et politique établi. A l’inverse, les membres des deux syndicats universitaires opposés se retrouvent sur des positions communes, généralement très critiques par rapport à l’autoritarisme du régime bourguibien, ce qui sera notamment le cas lors de la violente déflagration de janvier 1978 entre le pouvoir et la centrale syndicale30. Une analyse plus fine révélerait sans doute des variations entre les différentes Facultés quant au degré de « déconnexion » entre prises de positions internes au champ universitaire (concrètement l’appartenance syndicale) et sensibilités idéologiques. Ainsi, de ce point de vue, dans les secteurs des sciences et techniques, cette « autonomie » est assez forte et les prises de positions sont très directement liées au grade de l’individu, ce qui implique qu’une promotion au rang A entraîne le plus souvent un changement de syndicat, sans que cela pose de problème de conscience particulier31, alors qu’en lettres et sciences humaines, un tel comportement peut être vécu sur le mode de la « trahison ».

35Il n’en reste pas moins que, globalement, l’affrontement syndical des années 1970 autour des statuts et des carrières universitaires traduit bien l’apparition d’un champ universitaire doté de lois propres de fonctionnement.

Centre et périphérie universitaire

36On peut trouver un autre signe de cette relative autonomisation du champ universitaire dans le fait que celui-ci tend petit à petit à se structurer, sous l’effet de son propre développement, selon un modèle qui oppose un « centre » et une « périphérie » universitaire. On a déjà relevé plus haut que cette dichotomie s’observait au niveau de la géographie du pays dans son ensemble. Mais elle existe aussi au sein de la capitale. Ici, ce ne sont plus des groupes qui s’affrontent pour le pouvoir universitaire, ce sont des établissements d’enseignement supérieur qui se trouvent engagés dans une lutte pour la définition et la possession du plus grand prestige universitaire et scientifique.

  • 32 Réputation que l’ENS tunisienne justifie par un recrutement sélectif sévère des bacheliers.

37Ce phénomène est particulièrement visible dans la rivalité qui oppose pendant plus de dix ans l’École Normale supérieure aux Facultés, et en particulier à la Faculté des sciences, qui se soldera par le déclin et la disparition de l’ENS. L’animosité entre ces établissements est précoce, puisqu’elle remonte aux premiers recrutements de jeunes enseignants tunisiens, chaque établissement cherchant à attirer à lui les meilleurs éléments de retour de formation. Le léger avantage chronologique de l’ENS, créée dans l’urgence quatre ans avant l’Université de Tunis (en 1956), ne lui est pas d’une grande utilité. Très rapidement en effet, les jeunes titulaires d’un diplôme de troisième cycle (voire d’une thèse d’État) – rentrant le plus souvent de France – sont des individus qui ont effectué leur premier cycle à la Faculté des Sciences, et il est donc aisé pour les dirigeants de cette dernière, d’en appeler à leur fidélité à l’institution. En face, l’École Normale supérieure peut faire valoir de meilleures conditions de travail pour les enseignants et surtout l’aura élitiste que lui communique son homonyme française32.

  • 33 Ainsi pour 1978, l’ENS dispose d’un budget de 912 300 DT sur un total alloué aux établissements d’ (...)

38C’est précisément sur ce dernier point que se concentreront les critiques des universitaires des Facultés. Ils dénoncent ce qui constitue, à leurs yeux, des privilèges exorbitants : les bourses importantes consenties à des étudiants transformés dès la troisième année en fonctionnaires, percevant un véritable salaire et assurés d’un poste en fin de formation ; le sur-encadrement de petites promotions, alors que l’université manque cruellement de cadres (en 1970, l’ENS dispose d’un enseignant pour 9 étudiants, et en 1977 d’un enseignant pour 7 étudiants ; pour ces deux mêmes dates, la Faculté des Sciences de Tunis a des taux d’encadrement de 1/14 et 1/12) ; enfin des budgets imposants, qui, à la fin de la décennie 1970, représentent entre 15 et 20 % de l’ensemble des établissements du supérieur, et régulièrement un montant double de celui de la Faculté des Sciences33.

39Dans le contexte tunisien de l’époque, où l’on ne cesse de souligner l’importance du nombre de diplômés et la nécessité de faire accéder à l’enseignement supérieur une masse toujours plus grande de bacheliers, la force de ces arguments ne laisse pas insensibles les professeurs de l’ENS eux-mêmes :

  • 34 Ancien professeur de chimie à l’ENS (Entretien avec l’auteur, févr. 1995).

« En Tunisie le nombre de jeunes est énorme. Quand on doit faire face à ce nombre qui doit se former dans le supérieur, nous n’avions pas le droit de faire des écoles élitistes qui ne prennent qu’un nombre restreint d’élèves. Il nous faut des structures qui prennent un grand nombre, pour faire face à ce nombre croissant de bacheliers. Et un élève d’École Normale nous coûte trop cher pour ce qu’il nous donne »34.

40Cet argumentaire porte aussi auprès des ministères de tutelle successifs qui ne sont pas indifférents à cette rivalité. Au cours de l’évolution des rapports de force entre institutions, on voit tour à tour l’ENS être totalement autonome (c’est-à-dire dispenser dans ses murs ses quatre années d’enseignement), ou bien devoir confier ses étudiants aux Facultés et se contenter de leur dispenser un complément psycho-pédagogique.

  • 35 Qui occupait jusque là des locaux communs avec l’École Normale des Professeurs Adjoints.
  • 36 Selon le témoignage de syndicalistes.

41L’amorce du déclin intervient à partir du milieu des années 1970. A cette date, un accord de coopération signé avec la Suède prévoit le financement par cette dernière de la construction à Tunis de bâtiments propres à l’ENS35. Mais ce plan initial est modifié : l’École Normale supérieure est scindée en deux et « exilée » en province. En 1979, ses trois sections scientifiques (mathématiques, physique-chimie et sciences naturelles) sont installées à Bizerte, tandis que les quatre sections littéraires (Lettres arabes, françaises, anglaises, histoire-géographie) déménagent à Sousse. Contre ce qui est perçu comme un déclassement, l’ENS n’a guère de moyen de se défendre. Depuis sa création, elle a principalement formé des enseignants du secondaire et elle ne dispose pas de réseaux de soutien ou de relais au sein de la sphère politique ; à l’inverse, elle aurait plutôt la fâcheuse réputation, auprès des responsables politiques, d’être l’un des foyers les plus actifs de la contestation estudiantine d’extrême gauche, voire la « pépinière » de ses leaders36. Les « facultaires » n’ont donc aucun mal à pousser leur avantage : le transfert qui ne concernait dans un premier temps que les deux premières années est étendu à toute la formation en 1981. L’année suivante (1982), l’École Normale de Tunis est rayée de la carte universitaire. Quant aux sections de Bizerte et de Sousse, elles seront transformées quelques années plus tard respectivement en Faculté des Sciences de Bizerte et en Faculté de Lettres de Sousse.

42Outre qu’il illustre les résistances du contexte sociétal tunisien à la greffe de certains compartiments du système universitaire français, et les limites du phénomène d’importation, cet épisode montre comment, en s’autonomisant, le champ universitaire tunisien fait émerger selon une logique propre – ici principalement fondée sur le « poids » des structures – des institutions qui représentent (pour un temps au moins) la légitimité académique, tandis que d’autres sont durablement marginalisées ; le sort frappant de l’ENS sera aussi celui des établissements consacrés aux sciences techniques (Écoles d’ingénieurs, ENSET) et des institutions de recherche lorsqu’elles émergeront.

Notes

1 Sur les « propriétés des champs », cf. Bourdieu P., Questions de sociologie, Paris, Éditions de Minuit, 1984, pp. 113-120.

2 Art. 1, Décret du 13/02/1964.

3 L’Action, 3/07/1968.

4 Sur la préparation de la réforme de 1969 et ses orientations, cf. Lelong M., « L’Université en mutation », Libre coopération, 1969-3.

5 Loi n° 69-3 du 24 janvier 1969.

6 Ben Salah A., « Former l’homme de l’avenir », Libre coopération, 1969-3, p. 108.

7 Sur les causes et le déroulement des mouvements étudiants de mars 1968, cf. la chronique politique de l’Annuaire d’Afrique du Nord 1968 (Éd. du CNRS, Paris, 1969), pp. 179-180 et sur la répression sévère qui s’en suivra, cf. même ouvrage, p. 186.

8 En dépit de ces gestes d’apaisement, une ironie (que l’on a peine à croire innocente) de l’agenda législatif et administratif fait que la « loi Ben Salah » sur l’enseignement supérieur précède immédiatement au Journal Officiel une autre loi, votée le même jour, « réglementant les réunions publiques, cortèges, défilés et attroupements » et qui traite notamment de l’usage des armes (y compris à feu) par les forces de sûreté pour disperser des manifestants récalcitrants (loi 69-4 du 24 janvier 1969).

9 L’Action, 16 juillet 1968.

10 Ben Salah est révoqué le 6 septembre 1969, relevé de ses fonctions et bientôt mis en prison. Traduit devant la Haute Cour, il sera condamné, l’année suivante, à une peine de dix ans de travaux forcés pour trahison.

11 De même que les diplômes, les grades de l’université tunisienne sont jusque-là étroitement calqués sur ceux de l’université française où se forme la quasi-totalité des futurs enseignants : deux grades dits « de rang A » (Professeurs et Maîtres de conférence) auxquels donne accès la thèse d’État, et deux grades de rang B (Maîtres assistants et assistants) accessibles avec des diplômes de 2e ou 3e cycle. Mais parallèlement, d’autres statuts ont été « importés » par les étudiants tunisiens ayant travaillé dans d’autres compartiments de l’enseignement supérieur français, comme les établissements de recherche (CNRS, par exemple). On trouve ainsi avant 1973 dans l’Université tunisienne des « attachés de recherche », « assistants de recherche », « chefs de travaux », etc. Autant de grades à convertir dans la nouvelle grille tunisienne.

12 Cf. Bourdieu P., Homo academicus, Paris, Éditions de Minuit, 1984. pp. 119 et 205.

13 Cf. Ben Slimane M., « Parcours et discours des réformes universitaires tunisiennes », Communication à la rencontre internationale Réformes universitaires et mutations socio-culturelles, Carthage, mai 1993 (polycopié), p. 20.

14 Décret n° 73-454 du 27 septembre 1973, relatif au Statut des personnels de l’Enseignement supérieur (JORT du 2-5 octobre 1973, pp. 1534-1538).

15 Art. 1. Ces termes sont empruntés à l’université française où ils ont cours à la même époque.

16 Avec une spécificité en droit et en économie, disciplines pour lesquelles le recrutement comme maître de conférence est subordonné au concours d’agrégation dont les jurys sont désignés par le ministre. Le premier concours de ce type a lieu en 1974.

17 Assistants de lère et 2e catégorie, Chefs de travaux (lère et 2e cat.), Chargés de recherche (lère et 2e cat.), Attachés de recherche (lère et 2e cat.).

18 « Driss Guiga parle de l’Université », Contact, n° 18, 1974, p. 15.

19 Pour reprendre la terminologie de P. Bourdieu, c’est-à-dire « à la fois condition du fonctionnement d’un champ […] en tant qu’il est ce qui « fait courir les gens », ce qui les fait concourir, se concurrencer, lutter, et produit du fonctionnement du champ » (Cité par A. Accardo et Ph.Corcuff (1986), La sociologie de Bourdieu, Bordeaux, Éditions Le Mascaret, pp. 96-97.

20 C’est pourquoi on ne peut réduire, comme le font dans leurs critiques les aspirants à la succession – l’attitude du corps professoral à une simple « politique malthusienne ».

21 Bourdieu P., Homo academicus, Paris, Éditions de Minuit, 1984, p. 106.

22 Idem, p. 201.

23 Entretien avec l’auteur, mai 1995.

24 Selon les propres termes du ministre de l’Éducation Nationale de l’époque, Driss Guiga, cf.« Driss Guiga parle de l’université », Contact, n° 18, 1974, p. 14. Selon d’autres témoignages, cette préoccupation n’était sans doute pas non plus absente chez les instances dirigeantes de l’UGTT.

25 Comme le précise un ancien secrétaire général du SNESRS : « Nous avions la chance de ne pas nous représenter seulement nous-mêmes, d’avoir derrière nous des milliers d’étudiants. Et les pouvoirs publics n’avaient pas envie de se retrouver avec des grèves d’étudiants et de se mettre à dos l’Université ». (Entretien avec l’auteur, mai 1995).

26 « Driss Guiga parle de l’université », Contact, n° 18, 1974, p. 14.

27 Il faut préciser que les maîtres d conférences et professeurs ne rejoignent pas tous le nouveau syndicat, les exceptions étant plus nombreuses en Lettres et Sciences humaines. On verra plus loin quelle interprétation or pourrait proposer de ce phénomène.

28 Ce qui sera définitivement fixé par les décrets des 10/10/1979 et 16/11/1981.

29 Ben Slimane M., op. cit., p. 8.

30 Selon le témoignage d’un ancien responsable du SNESRS : « C’était quand même la même culture syndicale. Nous n’avions rien à leur reprocher du point de vue politique générale du pays. Ils [le SPMC] étaient très fermes, on l’a vu surtout en 1978, ils étaient debout comme nous ». Et d’évoquer le véritable courage dont ont fait preuve les membres dirigeants du SPMC (en particulier Mohamed Charfi, juriste, co-fondateur, un an avant les événements sanglants de 1978 de la première Ligue tunisienne des droits de l’homme) sur la question sensible des détenus politiques. (Entretien avec l’auteur, mai 1995).

31 « Pour les scientifiques, c’était quasi-automatique. Le scientifique ou le technologue, dès qu’il devenait maître de conférence, pfuitt… il changeait [de syndicat] … La scène la plus connue, qui m’a été racontée par un collègue président d’université : il y en a un qui a soutenu [sa thèse d’Etat] à trois heures de l’après-midi, et à quatre heures, il disait « Comment fait-on pour rentrer dans votre syndicat [des professeurs et maîtres de conférence] ? » (Ancien responsable du SNESRS, Entretien avec l’auteur, mai 1995).

32 Réputation que l’ENS tunisienne justifie par un recrutement sélectif sévère des bacheliers.

33 Ainsi pour 1978, l’ENS dispose d’un budget de 912 300 DT sur un total alloué aux établissements d’enseignement supérieur de 5 273 500 DT, la FST disposant de 449 500 (JORT, loi de finance du 31/12/1977). Il faut cependant tenir compte du fait que ce budget se justifie en partie par le mode de fonctionnement de l’ENS, en particulier l’importance de l’internat.

34 Ancien professeur de chimie à l’ENS (Entretien avec l’auteur, févr. 1995).

35 Qui occupait jusque là des locaux communs avec l’École Normale des Professeurs Adjoints.

36 Selon le témoignage de syndicalistes.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable