Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Science et pouvoir dans la Tunisie contemporaine

 | 
François Siino

Deuxième partie. Les conditions de l'émergence d'un champ universitaire et d'une pratique scientifique en Tunisie (1958-1978)

3. L’enseignement supérieur tunisien. Esquisse d’une histoire structurale

Texte intégral

NAISSANCE DE L’UNIVERSITÉ TUNISIENNE

  • 1 Ben Slimane M., « Parcours et discours des réformes universitaires tunisiennes », Communication à l (...)

1Si la création de l’Université de Tunis en 1960 constitue un événement majeur pour un pays ayant recouvré son indépendance politique depuis seulement quatre ans, elle apparaît aux yeux de nombre d’observateurs comme un fait d’évidence. Rares sont ceux, comme le sociologue Moncef Ben Slimane, à s’étonner de ce que « cette création ne s’accompagnât pas d’un débat. L’explication – poursuit-il – peut être trouvée dans le climat de l’époque dominée par l’euphorie de l’indépendance et le pragmatisme politique de dirigeants encore auréolés de la légitimité historique de la lutte de libération nationale. En effet, la lecture des journaux de l’époque confirme bien l’absence de débat autour de la question lors de la mise en place de la première institution académique supérieure, entourée d’une « aura » d’excellence et de légitimité. La question universitaire n’affleure dans l’actualité journalistique que par des encadrés révérencieux et presque mondains ; le ton solennel de la presse couvrait de silence les multiples questions que soulevait la nouvelle université »1.

2Ces multiples questions auraient en effet pu concerner tout autant les objectifs fixés à la nouvelle institution, qui constituait désormais le cœur de l’enseignement supérieur national, que les choix de sa structure administrative ou ses relations avec les autorités étatiques. Choix d’autant plus délicats qu’ils ne s’effectuaient pas ex nihilo, mais s’inscrivaient en réalité dans le cadre de ruptures et de continuités plus ou moins bien assumées, mais révélatrices des orientations du nouvel État tunisien.

Généalogie institutionnelle : continuités et ruptures

La réappropriation du modèle colonial : l’Institut des Hautes Études de Tunis

  • 2 Qui absorbe un certain nombre de petites institutions préexistantes comme le Centre d’Études Juridi (...)
  • 3 On se reportera en particulier à l’article de K’chir-Bendana K., « Aux origines de l’université tun (...)

3La continuité la plus évidente est celle qui lie le nouveau système d’enseignement supérieur à l’héritage du Protectorat français. Cet héritage est numériquement réduit puisqu’il consiste en une seule institution, l’Institut des Hautes Études de Tunis2, créé en octobre 1945. Cependant, les travaux de l’historienne Kmar Kchir-Bendana à partir de diverses sources d’archives3 permettent de saisir l’importance cruciale de cette institution, conçue comme un « embryon d’Université » par les autorités coloniales françaises, et qui connaîtra en réalité sa véritable naissance avec la transformation de ses différentes « sections » en autant de Facultés tunisiennes.

  • 4 Op. cit., p. 11.
  • 5 Pourcentages calculés à partir des chiffres fournis par Kmar Kchir-Bendana, op. cit., p. 8.

4Qualifiée par les autorités coloniales de « “première cellule d’une Université moderne à l’Orient de l’Afrique française” et rattaché à l’académie de Paris, sa mission est en réalité celle d’une institution de formation locale, menant, à l’occasion, à l’Université métropolitaine »4. Les enseignements y sont dispensés dans quatre sections, par ordre d’importance : études juridiques, administratives et économiques ; études philologiques et linguistiques ; études scientifiques ; études sociologiques et historiques. L’effectif étudiant connaît une forte croissance pendant la première décennie qui suit la création de l’institution, puisqu’il passe de 611 en 1945-46 à 1088 en 1952-53. Les étudiants français y sont bien sûr les mieux représentés avec 57 % de l’effectif en 1948-49, tendance qui ira en s’accentuant (61 % en 1951-52). A l’inverse, la proportion des Tunisiens musulmans a tendance à diminuer (pour la même période, de 25 à 21 %). Les autres catégories prises en compte par les statistiques de l’époque, « tunisiens israélites » et italiens représentent respectivement 15 % et 3 %5. L’Institut des Hautes Études de Tunis reste en place pendant les quatre années qui suivent l’indépendance, et lors de la création de l’Université de Tunis, en 1960, les étudiants – dont certains sont aujourd’hui professeurs de l’université tunisienne – passent naturellement d’une institution à l’autre. La continuité est même géographique puisque les locaux de l’IHET, situés dans la ville européenne (rue de Rome), abriteront un temps la jeune Faculté des sciences de Tunis.

La disqualification du modèle « autochtone » : le démantèlement de la Zitouna

  • 6 Ben Slimane M., op. cit., p. 2. Ceci d’autant plus que les milieux zitouniens avaient été l’un des (...)
  • 7 K’chir-Bendana K., op. cit., p. 2. L’auteur rappelle que les effectifs de la Zitouna sont conséquen (...)
  • 8 Aziz Krichen fait remarquer qu’il y a quelque ironie dans le fait que « cette intelligentsia modern (...)
  • 9 Cf. discours de Tunis, 15/10/1959 – « Des horizons nouveaux pour la jeunesse zitounienne ».

5En revanche, l’élément de rupture le plus clair avec la situation antérieure est la fermeture de l’Université de la mosquée de la Zitouna, institution plus que millénaire (fondée en 840) et pièce centrale de l’ancienne organisation sociale. Cette volonté de rompre avec certaines des « attitudes et [les] institutions héritées du passé signalait l’ascension des élites nationalistes et modernistes, issues de la petite bourgeoisie, et leur volonté de contrôler la sphère éducative par la mise en place d’un nouvel espace de production de la connaissance et des modèles comportementaux et culturels « modernes » où les « porteurs de turbans », les « cheikhs » et les « beldis » n’auraient plus leur place »6. Transformée en simple faculté de théologie, la Zitouna est absorbée par l’Université de Tunis, et au même titre que les autres, soumise à la tutelle du Secrétariat d’État à l’Éducation Nationale. Ainsi, les efforts de l’association Al-Khaldounia pour rénover de l’intérieur l’enseignement de la Zitouna auront été vains. Pourtant, imprégnée de l’idéal réformiste, l’association avait désespérément essayé de s’opposer à l’institution coloniale incarnée par l’Institut des Hautes Études de Tunis en créant en 1946 un Institut d’études islamiques, un Institut arabe de droit et un Institut de philosophie… Mais le souci des nouveaux dirigeants nationalistes de « contrecarrer l’Université traditionnelle »7 et d’éliminer le centre de formation d’une élite potentiellement concurrente sera le plus fort. Contre le modèle « autochtone », c’est donc le modèle hérité du Protectorat qui aura la préférence de l’élite « moderniste » issue de la petite bourgeoisie et du Collège Sadiki, dont Bourguiba est l’un des plus parfaits représentants8. Avant même la publication des décrets, ce dernier tentera cependant d’atténuer la violence symbolique que constitue le démantèlement de l’Université de la mosquée Zitouna en affirmant son souci quant « au sort de la jeunesse zitounienne », et sa volonté de la réintégrer, en établissant des passerelles avec les filières de l’enseignement moderne9.

Les filières d’un enseignement supérieur moderne

  • 10 Loi n° 60-2 du 31/03/1960, décret 60-98 du même jour, complété par le décret du 1/03/1961.
  • 11 A cette époque, les autres établissements relevant de l’enseignement supérieur sont l’Ecole supérie (...)

6L’Université de Tunis est créée le 31 mars I96010. Elle comprend cinq Facultés qui (à l’exception de la médecine) prolongent les enseignements dispensés auparavant par l’IHET : sciences mathématiques, physiques et naturelles ; lettres et sciences humaines ; droit, sciences politiques et économiques ; médecine et pharmacie ; théologie11. Ces établissements se voient collectivement fixer, par ordre d’énonciation – et d’importance – les missions « d’assurer la formation des cadres supérieurs répondant aux besoins du pays », « organiser et promouvoir la recherche scientifique », « réunir et conserver les instruments de la recherche », « sauvegarder et promouvoir la culture nationale », « établir et organiser les relations interuniversitaires et culturelles avec d’autres pays ».

La diversification disciplinaire et « l’offre » de diplômes

  • 12 Celle-ci n’a plus lieu d’être, les habous ayant été supprimés par le gouvernement tunisien.

7Cette date marque le début de la mise en place d’un grand nombre de filières dont les découpages disciplinaires, les dénominations et les cycles sont directement inspirés du modèle universitaire français. La décennie 1960 est consacrée à la mise en place de licences (en général préparées en quatre années, ce qui en fait l’équivalent de la maîtrise actuelle). Près d’une quinzaine sont créées pendant les deux premières années d’existence de l’université : cinq en lettres, cinq en sciences, une en droit et une en science économique, une en sociologie (1961), puis en psychologie (1964). En 1964-65, il en existe une vingtaine. Dès 1962, la jeune université se trouve à l’étroit dans les quelques locaux provisoires qui lui ont été attribués (IHET, École Normale supérieure, ancien local de la Radio, et pour la Faculté Ez-Zitouna, l’ancien local de l’administration des habousn12). C’est donc vers une banlieue de Tunis à l’époque encore déserte (El Menzah supérieur) que se déplaceront au fil des ans et des constructions de bâtiments, les facultés (sciences, droit et sciences économiques, École nationale d’ingénieurs de Tunis) vers ce qui deviendra le principal campus universitaire de la capitale.

8La deuxième étape de la mise en place des filières universitaires sera celle des Doctorats tunisiens, dernier cycle nécessaire à une production entièrement « nationalisée » d’enseignants du supérieur, qui occupera la décennie 1970. Le premier doctorat est créé au mois de septembre 1973 à la faculté de droit et des sciences politiques et économiques de Tunis ; suivront en novembre de la même année le doctorat d’État es-lettres et sciences humaines et un peu plus tard, en mai 1976, le doctorat d’État es-sciences à la Faculté des sciences mathématiques, physiques et naturelles. A cette date, une vingtaine de départements se sont déjà individualisés au sein des Facultés, en partie redoublés par ceux de l’École Normale supérieure, comme l’indique le tableau suivant.

Tableau 1. Départements d’enseignement de l’Université de Tunis en 1976

Tableau 1. Départements d’enseignement de l’Université de Tunis en 1976

Source : Journal Officiel de la République Tunisienne. 21/05/1976.

Les établissements d’enseignement supérieur : les limites de la déconcentration universitaire

  • 13 Précisons que les chiffres donnés ici concernent les établissements sous tutelle de l’Éducation Nat (...)

9La multiplication du nombre de filières s’accompagne naturellement d’un fort accroissement du nombre d’établissements d’enseignement supérieur, ainsi que de l’apparition de quelques institutions de recherche. Entre 1960 et 1967, le nombre d’établissements double, passant de six à douze. Il double à nouveau en 1975 (24 établissements). Le nombre de 30 établissements est dépassé en 1979. En deux décennies, le nombre initial de facultés et d’écoles d’enseignement supérieur aura donc été multiplié par six (37 établissements en 1981)13.

10Cette croissance, en rapport avec l’explosion du nombre d’étudiants, se concentre dans un premier temps dans la capitale. Jusqu’en 1974, aucun établissement ne s’éloigne de Tunis et de sa très proche banlieue. Mais dans la deuxième moitié de la décennie 1970 et par la suite, c’est en province que la croissance est la plus forte. Cette tentative de déconcentration universitaire essaye de corriger un déséquilibre géographique qui désavantage très fortement les jeunes Tunisiens issus des régions les plus éloignées de Tunis et les plus globalement déshéritées. L’enquête menée en 1970-71 par la Direction des statistiques et de la planification révèle en effet des disparités assez fortes. On peut y distinguer assez nettement une zone côtière urbanisée plus riche (Tunis, Nabeul, Sousse, Sfax) où le taux de scolarisation par rapport à la population varie entre 229 et 337 étudiants pour 100 000 habitants, le Sud du pays (Medenine, Gabès) où ce taux tombe en dessous de 200 (respectivement 187 et 175), et enfin une large bande partant de Bizerte au Nord et englobant tout l’Ouest du pays (Beja, Jendouba, Le Kef, Kasserine et Gafsa) où le taux descend progressivement de 129 à 72. Cette mesure « objective » (puisque rapportée au nombre d’habitants de chaque gouvernorat) est bien entendu renforcée par le fait que les gouvernorats les plus scolarisés sont aussi les plus peuplés. Ce qui est ainsi perceptible sur les bancs de l’Université tunisoise, c’est que les étudiants de Tunis, Sousse et Sfax représentent 56,4 % de la population étudiante, alors que ceux de Béja, Jendouba, Le Kef, Kasserine, Gafsa, Medenine et Gabès n’en totalisent ensemble que 22,7 %.

11A partir de 1974, ce seront donc les villes de province qui contribueront le plus sensiblement à l’accroissement du nombre total d’établissements d’enseignement supérieur, comme le montrent la chronologie et le graphique suivants (page suivante).

12Cette dynamique de déconcentration universitaire doit cependant être nuancée de plusieurs remarques. Il faut tout d’abord noter que les nouvelles créations interviennent dans des zones qui jouissaient déjà des taux de scolarisation les plus forts. Jusqu’au début de la décennie 1980, sur 13 nouvelles Facultés, Écoles ou Instituts, 8 se situent à Sousse,

Graphique 1. Taux de scolarisation dans l’enseignement supérieur par gouvernorat d’origine (1970-71)

Graphique 1. Taux de scolarisation dans l’enseignement supérieur par gouvernorat d’origine (1970-71)

Source : Direction des statistiques et de la planification. Ministère de l’éducation nationale.

  • 14 Cette tendance se poursuivra pendant la décennie 1980, où Kairouan et sa Faculté de Lettres (1985) (...)

13Monastir et Sfax, 2 à Gabès. Il faudra attendre 1981 pour qu’une ville de l’intérieur comme Gafsa apparaisse sur la carte universitaire tunisienne14.

14Par ailleurs, il faut remarquer que les rares établissements créés dans des villes intérieures ont souvent un caractère technique qui tient plus au contexte industriel ou économique local qu’à une délocalisation des filières générales longues : ainsi de l’Institut supérieur technologique des industries et des mines de Gafsa, de l’Institut supérieur du textile de Ksar-Hellal ou de l’Institut supérieur d’élevage de Mateur.

15Enfin, précisons que, faute d’un encadrement de niveau suffisant et – surtout dans les filières scientifiques – de matériel et de moyens de fonctionnement, les Facultés de province seront longtemps incapables d’assurer les formations de troisième cycle et l’initiation à la recherche. Ceci pénalisera à la fois les étudiants, obligés de converger vers Tunis, une fois accomplis leurs deux premiers cycles, mais aussi la carrière des enseignants-chercheurs, dont les travaux de recherche nécessaires à leur avancement (en particulier la thèse d’État) ne peuvent s’effectuer sur place. Ce dernier point ne manquera pas de peser lorsqu’apparaîtront des lignes de fracture entre universitaires autour des enjeux de statuts, de carrières et de définition des orientations nationales en matière de recherche.

  • 1 Voir chronologie complète en annexe.

Note *1

Graphique 2. Évolution du nombre d’établissements d’enseignement supérieur à Tunis et en province (1958-1988)

Graphique 2. Évolution du nombre d’établissements d’enseignement supérieur à Tunis et en province (1958-1988)

Source : Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique

  • 15 Sur ce point, voir Signoles P., « Industrialisation, urbanisation et mutations de l’espace tunisien (...)

16En définitive, on assiste pendant les vingt premières années de fonctionnement de l’Université tunisienne à une croissance institutionnelle extrêmement vigoureuse qui signale le rôle crucial assigné à l’enseignement supérieur à l’intérieur d’une ambitieuse politique d’éducation nationale. Force est toutefois de constater que, comme dans les domaines de l’urbanisation ou du développement industriel, la « poussée universitaire » tend à suivre le très ancien clivage littoral-intérieur, entre une Tunisie côtière urbanisée, alphabétisée et relativement industrialisée15 (la Tunisie « utile » du Protectorat), et un arrière-pays à activité dominante agricole plus déshérité. Cette opposition entre un « centre » et une « périphérie » universitaire se retrouvera, comme on le verra, parmi les institutions tunisoises.

UNE MISSION QUANTITATIVE

  • 16 Perspectives décennales 1962-1971, section VI – Les besoins en cadres, p. 304. Secrétariat d’Etat a (...)

17Comme on l’a vu dans le texte de création, et comme cela a été sans cesse répété par les responsables politiques, la première mission fixée à l’Université tunisienne était la production en masse de cadres supérieurs. Il n’est donc pas surprenant que les objectifs aient été fixés avant tout en termes quantitatifs. Les perpectives décennales établies en 1962 fixaient avec une méthode et une précision toute mathématique (à l’unité près) les besoins du pays, tant pour le secteur public que pour les professions libérales16.

18Cette course à la « tunisification » de l’enseignement et de tous les rouages du pays explique l’ampleur considérable de l’investissement consenti dans l’enseignement en général (et dans l’enseignement supérieur en particulier) qui représente, pour la décennie 1962-71, 6,6 % de l’investissement total du pays. La réussite globale de l’entreprise peut se mesurer, sur ce même plan quantitatif, par deux types de données : l’évolution morphologique du groupe des étudiants et celle des enseignants du supérieur.

Les étudiants : une université nationale de masse

  • 17 Chiffres du Secrétariat d’État au Plan et aux Finances. Plan triennal 1962-64.

19L’une des plus remarquables évolutions accompagnant la création de l’Université tunisienne est le total renversement de tendance dans l’origine « nationale » des étudiants. En 1956-57, les 600 étudiants tunisiens étaient encore minoritaires dans l’Enseignement supérieur de leur pays nouvellement reconquis (44,4 % de l’effectif total). Six ans plus tard, en 1962-63, ils sont 2903 et représentent 88 % de l’ensemble, ce qui correspond à une augmentation de 383 %17. Du fait du départ de la grande majorité des étudiants français, majoritaires dans l’ancien système (IHET), la création de l’Université de Tunis coïncide ainsi avec une réappropriation nationale de l’Enseignement supérieur par des étudiants tunisiens jusque là fortement minoritaires.

  • 18 Cette progression vers la parité se poursuivra par la suite. En 1995-96, l’écart n’est plus que de (...)

20Les données de la croissance globale sont éloquentes. En un peu plus de deux décennies, le nombre de 2489 étudiants en 1958-59 a plus que décuplé, puisqu’ils sont 30150 en 1979-80. Il s’agit là d’une croissance géométrique presque parfaite dans laquelle le nombre d’étudiants double en moyenne tous les six ans. On constate également une croissance soutenue de la population féminine sur les bancs de l’université. Pour la période considérée (1958-80), la croissance relative de cette population est beaucoup plus forte que celle des garçons puisque le nombre de filles est multiplié par 21,7 contre 10,2 pour les garçons. En 1958, les jeunes filles ne représentent que 16,4 % de l’ensemble ; en 1979, elles approchent du tiers de l’effectif (29,5 %)18. Elles ont plus d’obstacles et de résistances socio-culturelles à franchir que leurs pairs masculins, et l’on sait par les enquêtes de Lilia Ben Salem qu’elles sont issues de familles relativement moins nombreuses, plus aisées et plus urbaines que les garçons.

La passion de l’instruction et la légitimité de l’Université

  • 19 Arrêté du 17/06/1960. Seul un droit « symbolique » (1,9 DT) est demandé pour couvrir des frais de b (...)
  • 20 Il s’agit ici de bourses tunisiennes accordées à des étudiants en Tunisie. Ne sont donc pas prises (...)

21L’explosion du nombre d’étudiants tunisiens a d’autres causes que la seule persuasion dont essayent de faire preuve les dirigeants politiques qui l’appellent de leurs vœux : d’une part, l’option de la gratuité des études, affirmée dès 1960 par un arrêté ministériel19 et qui ne sera pas remise en cause par la suite ; d’autre part, la rapide extension d’un système « d’œuvres universitaires » (cités et restaurants universitaires) et surtout de bourses du gouvernement tunisien, censées permettre aux étudiants issus de milieux modestes de poursuivre leurs études supérieures. En 1962-63, 11 % des 2 903 étudiants tunisiens sont boursiers du gouvernement. L’année suivante, ils sont 27 % à bénéficier de bourses (sur un effectif de 3 391). Au début de la décennie suivante (1970-71), c’est plus d’un étudiant tunisien sur deux (50,7 % sur un total de 10 129) qui est boursier du gouvernement20. La rapidité et l’ampleur du phénomène traduisent à quel point est prégnante, chez les dirigeants politiques, la volonté de promouvoir un idéal méritocratique (« ne pas laisser les hasards de l’origine sociale étouffer la valeur de l’individu »).

  • 21 Les jeunes étudiants tunisiens semblent plus confiants sur ce point que leurs pairs marocains, par (...)
  • 22 Ben Salem L., « Démocratisation de l’enseignement en Tunisie. Essai d’analyse du milieu d’origine d (...)

22Les étudiants tunisiens eux-mêmes, comme une grande partie de leurs concitoyens, semblent croire à la réalité d’une promotion sociale ultrarapide. Le vide de responsables à tous les niveaux, créé par le départ de l’ancienne puissance coloniale, laisse entrevoir l’imminence d’un grand « appel d’air » vers le haut dont l’école, et surtout l’Université, sont les moteurs principaux21. Un changement d’attitude est aussi nettement sensible dans les familles, non seulement chez les plus pauvres, pour lesquelles l’école constitue le seule voie d’ascension, mais aussi chez celles dotées d’un fort capital économique, à qui il n’échappe pas que l’instruction est en train de devenir l’une des meilleures garanties pour le conserver. Ainsi, par exemple « même les gros propriétaires agricoles du Nord qui interrompaient jeunes les études de leurs fils pour qu’ils les aident à diriger leur propriété, ont tendance à laisser leurs enfants […] poursuivre leurs études le plus loin possible »22.

  • 23 Ben Salem L., op. cit., p. 119-123. En outre, cette étude croisait minutieusement de multiples vari (...)
  • 24 De même qu’aujourd’hui, ce même manque de données sur les milieux d’origine des étudiants interdit (...)
  • 25 Ben Slimane M., op. cit., p. 2.

23Il est difficile de mesurer l’ampleur effective des mouvements de mobilité sociale ascendante due à l’université. En 1969, Lilia Ben Salem montrait que, malgré de fortes inégalités quant au milieu d’origine, le recrutement des étudiants s’effectuait d’ores et déjà sur une base sociale beaucoup plus large que celle de la génération de cadres qu’ils étaient destinés à remplacer23. Malheureusement, ce type d’enquête n’a pas été renouvelé depuis lors24. Il n’est cependant pas douteux que, comme le rappelle M. Ben Slimane, dans les premières années de son fonctionnement, l’université bénéficiait d’une très forte légitimité et que « la valeur sociale de l’enseignement supérieur se trouvait […] à son plus haut niveau, puisqu’on estimait qu’il assurait un emploi dans des professions dont le statut et la rémunération étaient élevés. La licence d’enseignement constituait un savoir scientifique et un pouvoir social. L’accès de cadres issus du secteur de l’enseignement, à des postes de responsabilité politique et administrative illustre bien ce phénomène »25.

Les enseignants du supérieur : la « tunisification » à marche forcée

Flux croisés

24Si la réappropriation de l’Enseignement supérieur par les étudiants tunisiens est quasi-immédiate, il n’en va bien sûr pas de même pour les enseignants. Non seulement les enseignants étrangers sont encouragés à rester au sein de la jeune université pour assurer une transition dont on ignore encore la durée, mais par le biais des accords de coopération culturelle, les autorités tunisiennes tentent d’en attirer d’autres, à la mesure de leurs besoins (ce que l’on appellera la « coopération de substitution »).

25Parmi les enseignants étrangers exerçant dans les facultés tunisiennes, les Français sont très largement majoritaires. En 1970-71, soit dix ans après la création de l’Université de Tunis, ils représentent 92,3 % des coopérants dans le supérieur (290 sur 314 au total). Cette prééminence s’atténue dans les années qui suivent, mais ils sont encore 73 % en 1976-77 et 60 % en 1980-81.

26A ce flux de coopérants s’ajoute, en sens inverse, celui de nombreux étudiants tunisiens qui partent effectuer tout ou partie de leur cursus supérieur à l’étranger, là encore le plus souvent en France. Le but de cette « coopération de formation » – au terme le plus court possible – est de remplacer les enseignants étrangers par des Tunisiens, de « tunisifier » l’Enseignement supérieur, ultime étape sur la voie d’une indépendance effective.

  • 26 Les données ci-dessous, recoupées chaque fois que possible, sont extraites de trois sources princip (...)
  • 27 Des protocoles et conventions de coopération culturelle, scientifique et technique seront signés su (...)

27Ici aussi, le détail des chiffres est souvent incertain26, mais les grandes tendances sont néanmoins claires : la première est la place centrale de la France qui, à travers les accords de coopération qui la lient à la Tunisie27, est le pays qui contribue le plus fortement à l’accueil d’étudiants tunisiens dans ses universités et à l’envoi d’enseignants en Tunisie ; la deuxième est la rapidité globale du processus de tunisification de l’enseignement supérieur, bien que de grandes disparités apparaissent entre les institutions.

Une formation française

28L’envoi d’étudiants tunisiens à l’étranger constituera longtemps l’un des leviers de la tunisification de l’université, puisqu’il s’agit de la seule possibilité de suivre des cursus qui n’existent pas encore en Tunisie : formation d’ingénieurs, spécialités de médecine, et plus important pour la formation d’enseignants du supérieur, les thèses de troisième cycle et de doctorat d’État. Dès l’indépendance du pays, le coût de ces formations sera en partie pris en charge par l’ancienne puissance coloniale, le gouvernement français attribuant chaque année un contingent de bourses destinées à des étudiants tunisiens venus se former en France.

29Dans ce domaine, la prédominance française confine au monopole pendant deux décennies. Quelques chiffres en donnent la mesure. Durant les années 1960, la France octroie aux étudiants tunisiens à peu près autant de bourses que leur propre pays (en moyenne 615 par an, contre 624 bourses tunisiennes). Ainsi, en 1970-71, elle accueille un peu plus de 80 % des boursiers tunisiens à l’étranger. Cette tendance s’amplifie puisqu’en 1977-79, ce chiffre est de 88 % (750 bourses françaises de toutes sortes contre environ 100 dans d’autres pays). Au cours de la décennie 1970, le nombre de bourses de longue durée diminue (371 en 1973, 250 en 1977, 113 en 1980) mais cette tendance est compensée par l’augmentation des bourses de stage de courte et longue durée.

30La priorité accordée à la « production » d’enseignants du supérieur est attestée par la proportion d’étudiants inscrits en thèse de troisième cycle ou en thèse d’État : en 1973-74, ils représentent 60,6 % des 371 boursiers du gouvernement français. En 1976-77, à la demande tunisienne, les 250 bourses françaises leur sont entièrement réservées et en 1980, ces futurs enseignants-chercheurs sont encore au nombre de 225, soit 40,6 % des boursiers tunisiens en France (contre 138, soit 24,8 %, pour les futurs ingénieurs). C’est donc au sein des universités et des laboratoires français, sous la direction de professeurs et en compagnie de pairs français, que s’effectue la formation à la recherche scientifique de la quasi-totalité des futurs enseignants-chercheurs de l’Université tunisienne.

  • 28 Selon la Haute Commission de la réforme de l’Enseignement supérieur. Cf. Travaux des Commissions se (...)

31Ce quasi-monopole français tend à s’affaiblir à partir du début des années 1980 avec l’apparition de coopérateurs concurrents, aux premiers rangs desquels les États-Unis, dont le Technology Transfer Program permettra la formation de 763 étudiants tunisiens, entre 1981 et 1990, principalement dans des filières d’ingénierie. Malgré l’apparition d’autres partenaires pour la coopération universitaire tunisienne (Allemagne, Canada), la France garde cependant une position prépondérante, puisqu’elle accorde encore en 1990 à elle seule 40,5 % des bourses étrangères accordées à des étudiants tunisiens28.

  • 29 Ces expressions sont celles utilisées dans le rapport de la commission sectorielle sur « Les études (...)

32A côté des boursiers, de nombreux étudiants non-boursiers sont également formés à l’étranger, là aussi très majoritairement en France. Si leur nombre augmente en valeur absolue, il devient de plus en plus marginal au regard de la masse croissante des étudiants tunisiens formés en Tunisie ; ce qui est logique du fait que la plupart des filières deviennent disponibles sur place. Ainsi, les 1 500 étudiants tunisiens à l’étranger en 1960-61 représentent 37,7 % de l’effectif total ; en 1975-76, ils sont environ 7 300, soit 29 %, et en 1993, ils sont estimés à 12 000 et ne représentent plus que 12 % de l’ensemble. Pour les années les plus récentes, la différence de profil se fait plus tranchée entre les boursiers dont le choix, de plus en plus sélectif, est perçu comme une « prime à l’excellence », un « droit acquis aux meilleurs », et les non-boursiers, qui sont pour l’essentiel ceux qui ont les moyens de refuser « le diktat de l’ordinateur » (c’est-à-dire l’orientation informatisée instaurée en 1976)29.

33La formation des futurs enseignants de l’Université tunisienne est donc – au moins pendant les vingt premières années – fortement marquée du sceau de l’université française. Jusqu’au milieu des années 1970 – date à laquelle seront soutenues les premières thèses d’État en sciences préparées en Tunisie –, nombreux auront été les étudiants tunisiens à effectuer leur premier cycle en Tunisie avec des professeurs français (coopérants) et à terminer leur troisième cycle en France, également sous la direction de Français. Une telle intensité dans les relations entre les deux systèmes ne sera pas sans conséquence quant aux modalités de structuration du champ universitaire tunisien.

La « tunisification » de l’enseignement supérieur

34L’inversion des flux décrits – c’est-à-dire le retour en Tunisie d’étudiants possédant les diplômes nécessaires pour enseigner à l’Université, et le départ progressif des enseignants étrangers – a pour résultat la « nationalisation » de l’Enseignement supérieur. Comme le montre le graphique suivant (les courbes sont en miroir, puisqu’elles traduisent un pourcentage), les enseignants tunisiens partent d’un rapport défavorable (45,8 % contre 54,2 %) en 1961. Le seuil de la parité sera franchi une première fois dès 1965, mais à la fin des années 1960, le rapport est à nouveau défavorable aux enseignants tunisiens (42,1 % contre 57,9 %), dont les effectifs n’ont pas suivi le développement institutionnel et la croissance étudiante. En 1972 cependant, les courbes se croisent pour la dernière fois.

  • 30 Au début des années 1990 la proportion d’enseignants tunisiens / étrangers est de 92,9 % contre 7,1 (...)

35A partir de 1974 et jusqu’en 1977, on observe une remontée de la proportion d’enseignants étrangers, due à l’ouverture de plusieurs établissements universitaires en province, qui accentue le besoin d’encadrement et retarde quelque peu le plan de relève prévu par les autorités tunisiennes. Au delà de cette date, le processus est définitivement orienté vers la hausse de la proportion d’enseignants tunisiens et la diminution en conséquence des enseignants étrangers30.

Graphique 3. Enseignants tunisiens et étrangers dans l’université tunisienne. Evolution en pourcentage (1961-1985)

Graphique 3. Enseignants tunisiens et étrangers dans l’université tunisienne. Evolution en pourcentage (1961-1985)

Source : Ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique

36Cette relève « nationale » a impliqué une croissance extrêmement forte du corps enseignant du supérieur. Celle-ci est même supérieure à la croissance étudiante dont on a relevé plus haut l’ampleur. Entre 1961-62 et 1971-72, le nombre d’enseignants tunisiens est multiplié par 5,5, passant de 54 à 295 personnes. Pendant les dix années suivantes, il sera à nouveau multiplié par 5 pour atteindre en 1981-82 le nombre de 1460. Il convient cependant de noter que cette croissance touche inégalement les différents secteurs et institutions du système universitaire en construction, ce qui conférera à chacun des caractéristiques et un poids particuliers au sein de ce système. On peut distinguer trois modèles distincts.

Modalités de structuration et « poids » des établissements

  • 31 On notera que les trois modèles présentés ici pour qualifier des établissements ayant des évolution (...)
  • 32 En gros, on peut dire que jusqu’en 1974, ces deux établissements (Faculté des Sciences et Faculté d (...)

37Le premier modèle, illustré ci-après par la Faculté des sciences de Tunis, vaut également pour la Faculté de lettres et de sciences humaines31. Il s’agit du modèle le plus « normal » en ce qu’il illustre parfaitement le processus des flux croisés évoqué plus haut, l’évolution la plus conforme à l’idée que l’on peut se faire a priori du remplacement d’enseignants étrangers par des Tunisiens. Les enseignants tunisiens sont minoritaires au début, mais avant le milieu des années 1970, ils deviennent majoritaires. C’est dans ces établissements que « l’effet de remplacement » des étrangers se fait le plus tôt et le plus fortement sentir : d’une part parce que ces derniers y sont malgré tout fortement présents, mais aussi parce que la pression étudiante y est la plus forte32. En conséquence, le besoin en enseignants tunisiens y est très pressant. Ceci se traduit pendant au moins une quinzaine d’années par des possibilités de recrutement et surtout des carrières rapides (« l’appel d’air » auquel on a fait allusion plus haut).

38La volonté de ces établissements d’attirer un maximum de jeunes enseignants – la plupart docteurs de troisième cycle ou d’État – rentrant de l’étranger, est la cause d’une compétition avec d’autres institutions jugées concurrentes, au premier rang desquelles l’École Normale supérieure. Par ailleurs, ce fort besoin d’enseignants détourne aussi les jeunes enseignants d’institutions créées plus tardivement, comme l’École Nationale d’Ingénieurs de Tunis (créée en 1969). Ainsi, en valeur absolue comme en proportion par rapport au total, le nombre d’enseignants dans ces deux institutions s’accroît très fortement pendant les vingt premières années de fonctionnement de l’université. En 1977, les enseignants tunisiens sont au nombre de 178 à la Faculté des Sciences de Tunis et 127 à la Faculté de Lettres et Sciences Humaines, leur total représentant environ 40 % de l’effectif enseignant dans le supérieur. Ces deux institutions pèsent donc d’un poids très lourd dans un système universitaire tunisien où le critère quantitatif est déterminant.

Graphiques 5, 6 et 7. Trois modèles de remplacement des enseignants étrangers dans les établissements supérieurs (1971-1988)

Modèle 1. Faculté des Sciences de Tunis

Modèle 1. Faculté des Sciences de Tunis
  • 33 Selon les perspectives décennales établies en 1962, la Tunisie comptait, en 1957, 208 médecins tuni (...)

39Le deuxième modèle, illustré par la Faculté de médecine de Tunis, vaut aussi pour le secteur du droit et sciences économiques. Ici, les effectifs partent de très bas, mais d’emblée, les enseignants tunisiens sont les plus nombreux (24 tunisiens pour 10 étrangers en 1971 pour la médecine). Ceci peut s’expliquer par la présence en Tunisie, à l’indépendance, d’un certain nombre de « praticiens » de ces disciplines (médecins et avocats tunisiens33), qui ont pu prendre en charge la formation des premières générations d’étudiants. Il faut aussi rappeler que l’enseignement du droit avait été relativement favorisé pendant la période coloniale, puisque outre l’Institut des Hautes Études de Tunis (dont la section juridique était la plus fréquentée), existaient aussi depuis 1922 un Centre d’Études Juridiques et, depuis 1949, une École Tunisienne d’Administration, beaucoup plus fréquentés par les étudiants musulmans.

40Ces établissements bénéficient peu de « l’effet de remplacement », vu le faible nombre de places potentiellement vides (à leur maximum, en 1977, les enseignants étrangers sont 21 à la Faculté de médecine).

  • 34 Les effectifs élevés indiqués sur le graphique de la Faculté de médecine (courbe du haut) sont majo (...)

41La croissance des effectifs enseignants est donc régulière, mais moins forte qu’en sciences et en lettres34. En Faculté de médecine, cette croissance modérée est facilitée par le contrôle de la poussée étudiante grâce à l’instauration d’un numerus clausus (concours d’entrée).

Modèle 2. Faculté de médecine de Tunis

Modèle 2. Faculté de médecine de Tunis

42Enfin, le troisième et dernier modèle est celui de l’École Nationale d’Ingénieurs de Tunis, qui illustre l’évolution des établissements orientés vers les sciences techniques (Écoles d’ingénieurs et École Normale supérieure d’Enseignement technique). Il se caractérise par la présence d’importants effectifs enseignants étrangers et la relative lenteur de leur remplacement par des enseignants tunisiens (les deux courbes ne se croisent que dans la deuxième moitié des années 1980).

  • 35 Captation d’autant plus facile que les docteurs en sciences trouvent plus valorisant de former des (...)
  • 36 Ce mode de fonctionnement n’est pas sans rapport avec l’origine des premiers responsables de ces fi (...)

43Une première raison – déjà évoquée – tient au démarrage plus tardif de ces institutions (1969 pour l’ENIT, 1973 pour l’ENSET) et à la captation des enseignants en science par des établissements plus anciens (Faculté des Sciences)35. Par ailleurs, malgré un premier accroissement au milieu des années 1970, les sciences techniques restent longtemps le secteur où la pression étudiante est la moins forte. Ceci tient sans doute aux représentations dominantes, tant dans le système éducatif français que dans le système traditionnel tunisien, qui valorisent les disciplines classiques, censées former « l’honnête homme » (le ‘adîb en Islam), alors que les matières techniques relèvent plutôt de l’apprentissage. La formation d’ingénieur est la seule à connaître une dichotomie entre une filière d’excellence valorisante réservée aux meilleurs étudiants (dite filière « A »), qui s’effectue entièrement dans les écoles françaises, le reste de la formation qui se déroule en Tunisie s’en trouvant par là moins prisé36. Ce retard relatif explique qu’à la fin des années 1970, les enseignants tunisiens du secteur des sciences techniques pèsent d’un faible poids dans l’ensemble du système universitaire (2 professeurs seulement en 1979-80 pour l’ensemble du secteur contre 44 dans les sciences fondamentales, 18 en sciences humaines, 11 en droit et sciences économiques).

Modèle 3. École Nationale d’Ingénieurs de Tunis

Modèle 3. École Nationale d’Ingénieurs de Tunis

Source : Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique

44Les vingt premières années de construction d’un système universitaire tunisien essentiellement investi d’une mission quantitative – la production des cadres –, se caractérisent donc par plusieurs traits : la rapidité de l’édification et de la réappropriation nationale (par les étudiants et, avec un certain décalage, par les enseignants) ; l’empreinte du modèle de l’université française, du fait d’une certaine continuité des institutions coloniales, et par la formation effectuée massivement en France des futurs enseignants-chercheurs tunisiens ; une structuration inégale et l’apparition d’une opposition entre un « centre » et une « périphérie » universitaire, tant sur le plan géographique (Tunis/province) qu’institutionnel (entre les établissements centraux que sont les Facultés de Sciences, de Lettres et sciences humaines, de droit, et les établissements plus périphériques comme l’École Normale supérieure, les Écoles d’ingénieurs, les rares institutions de recherche).

Notes

1 Ben Slimane M., « Parcours et discours des réformes universitaires tunisiennes », Communication à la rencontre internationale Réformes universitaires et mutations socioculturelles, Carthage, mai 1993 (polycopié), p. 2. Ce texte, dans une version très légèrement modifiée a été publié en 1997 dans Réformes universitaires et mutations socio-culturelles, sous la direction de M. Ben Slimane et N. Dhahri, Tunis, Imp. Eigraph.

2 Qui absorbe un certain nombre de petites institutions préexistantes comme le Centre d’Études Juridiques, l’École supérieure de langue et de littérature arabe, l’École des Beaux-Arts, l’École supérieure de Commerce, ainsi que les classes de Lettres supérieures et de Mathématiques spéciales du Lycée Carnot.

3 On se reportera en particulier à l’article de K’chir-Bendana K., « Aux origines de l’université tunisienne : l’Institut de Hautes Études de Tunis », Communication au colloque L’Université et les transformations sociales, CERES, Tunis, mai 1990.

4 Op. cit., p. 11.

5 Pourcentages calculés à partir des chiffres fournis par Kmar Kchir-Bendana, op. cit., p. 8.

6 Ben Slimane M., op. cit., p. 2. Ceci d’autant plus que les milieux zitouniens avaient été l’un des appuis de Salah Ben Youssef dans la crise qui l’opposa à Bourguiba en 1955 (le premier discours de Ben Youssef pour dénoncer l’autonomie interne fut prononcé à la Zitouna).

7 K’chir-Bendana K., op. cit., p. 2. L’auteur rappelle que les effectifs de la Zitouna sont conséquents puisque évalués à 5000 étudiants en 1946, 7107 en 1948 et 9818 en 1948.

8 Aziz Krichen fait remarquer qu’il y a quelque ironie dans le fait que « cette intelligentsia moderne [ait] été en mesure de lutter victorieusement contre la domination française au niveau politique, mais [qu’]elle devait s’avérer dans les faits comme le meilleur garant de l’hégémonie française aux niveaux linguistiques et culturels ». Krichen A., « La fracture de l’intelligentsia. Problèmes de la langue et de la culture nationale », in : Tunisie au présent. Une modernité au-dessus de tout soupçon ? Paris, Éditions du CNRS, 1987, p. 301.

9 Cf. discours de Tunis, 15/10/1959 – « Des horizons nouveaux pour la jeunesse zitounienne ».

10 Loi n° 60-2 du 31/03/1960, décret 60-98 du même jour, complété par le décret du 1/03/1961.

11 A cette époque, les autres établissements relevant de l’enseignement supérieur sont l’Ecole supérieure d’Agriculture de Tunis (qui a succédé à l’ancienne École Coloniale d’Agriculture de Tunis), et l’Ecole Normale supérieure, créée en 1956 afin d’alimenter rapidement le secondaire en enseignants.

12 Celle-ci n’a plus lieu d’être, les habous ayant été supprimés par le gouvernement tunisien.

13 Précisons que les chiffres donnés ici concernent les établissements sous tutelle de l’Éducation Nationale, ou sur lesquels celle-ci exerce une cotutelle. Ne sont donc pas mentionnés ceux relevants d’autres ministères comme l’Agriculture (l’ITNAT et les différentes écoles de techniciens), la Santé (écoles de santé publique…), la Culture (Institut supérieur de musique), etc. Si ceux-ci sont relativement nombreux (ils seront une trentaine à la fin des années 1970 pour diminuer ensuite à vingt à la fin des années 1980), ils ne scolarisent qu’une part minoritaire d’étudiants (au plus environ 15 %), et dans des formations plus courtes.

14 Cette tendance se poursuivra pendant la décennie 1980, où Kairouan et sa Faculté de Lettres (1985) sera l’exception en Tunisie « intérieure ».

15 Sur ce point, voir Signoles P., « Industrialisation, urbanisation et mutations de l’espace tunisien », in : États, territoires et terroirs au Maghreb, Paris, Éditions du CNRS, 1985.

16 Perspectives décennales 1962-1971, section VI – Les besoins en cadres, p. 304. Secrétariat d’Etat au Plan et aux Finances.

17 Chiffres du Secrétariat d’État au Plan et aux Finances. Plan triennal 1962-64.

18 Cette progression vers la parité se poursuivra par la suite. En 1995-96, l’écart n’est plus que de 12 points (56 % pour les garçons, 44 % pour les filles).

19 Arrêté du 17/06/1960. Seul un droit « symbolique » (1,9 DT) est demandé pour couvrir des frais de bibliothèque, TP, assurance, contrôle médical et droits d’examen.

20 Il s’agit ici de bourses tunisiennes accordées à des étudiants en Tunisie. Ne sont donc pas prises en compte les nombreuses bourses accordées par des pays étrangers aux étudiants expatriés. Les deux premiers chiffres sont extraits du Plan triennal 1962-64 (années 1962 et 1963), Secrétariat d’État au Plan et aux Finances. Le dernier, de l’enquête très exhaustive pour 1970-71 de la Direction des Statistiques et de la Planification, Ministère de l’Éducation Nationale.

21 Les jeunes étudiants tunisiens semblent plus confiants sur ce point que leurs pairs marocains, par exemple. Clement Henry Moore fait état d’une enquête dans laquelle on a demandé à des étudiants tunisiens et marocains quelle était la meilleure garantie de succès dans leur pays, la position de la famille ou un travail acharné : 70 % des étudiants tunisiens ont opté pour la deuxième réponse contre seulement 38 % des marocains (Politics in North Africa : Algeria, Morocco and Tunisia. Boston, Little, Brown and Company, 1970, p. 289).

22 Ben Salem L., « Démocratisation de l’enseignement en Tunisie. Essai d’analyse du milieu d’origine des étudiants tunisiens », Revue Tunisienne des Sciences Sociales, n° 16, mars 1969, p. 131.

23 Ben Salem L., op. cit., p. 119-123. En outre, cette étude croisait minutieusement de multiples variables comme l’origine et la mobilité géographique, la taille des familles des étudiants, leur milieu social et culturel, les différentes filières suivies, etc.

24 De même qu’aujourd’hui, ce même manque de données sur les milieux d’origine des étudiants interdit de mesurer précisément le fort ralentissement de la promotion sociale par les études supérieures pressenti au regard de phénomènes tangibles comme le chômage des diplômés.

25 Ben Slimane M., op. cit., p. 2.

26 Les données ci-dessous, recoupées chaque fois que possible, sont extraites de trois sources principales : les statistiques du Ministère tunisien de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique ; les archives du Service Culturel et de Coopération de l’Ambassade de France à Tunis, dossiers sur la coopération universitaire, notamment boîte 147.CD 2.1 ; l’article de Étienne B., « La coopération culturelle franco-maghrébine », Annuaire de l’Afrique du Nord 1967, Paris, Éditions du CNRS, p. 115 à 160.

27 Des protocoles et conventions de coopération culturelle, scientifique et technique seront signés successivement le 15 avril 1959, le 3 mars 1973 et le 29 mai 1985.

28 Selon la Haute Commission de la réforme de l’Enseignement supérieur. Cf. Travaux des Commissions sectorielles ( 1990-1991). Ministère de l’Éducation et des Sciences.

29 Ces expressions sont celles utilisées dans le rapport de la commission sectorielle sur « Les études à l’étranger et la coopération internationale », Haute Commission de la réforme de l’Enseignement supérieur. Cf. Travaux des Commissions sectorielles (1990-1991), op. cit.

30 Au début des années 1990 la proportion d’enseignants tunisiens / étrangers est de 92,9 % contre 7,1 %.

31 On notera que les trois modèles présentés ici pour qualifier des établissements ayant des évolutions morphologiques proches, ne recoupent pas les découpages traditionnels en blocs (lettres/droit/sciences humaines et sciences/techniques/médecine), dont l’assemblage a priori rendrait ici l’observation inintelligible.

32 En gros, on peut dire que jusqu’en 1974, ces deux établissements (Faculté des Sciences et Faculté des Lettres et Sciences Humaines) absorbent les 2/3 des effectifs étudiants. Au delà de cette date, cette prééminence diminuera très sensiblement.

33 Selon les perspectives décennales établies en 1962, la Tunisie comptait, en 1957, 208 médecins tunisiens, et en 1960, 351 avocats.

34 Les effectifs élevés indiqués sur le graphique de la Faculté de médecine (courbe du haut) sont majoritairement constitués par les hospitalo-universitaires qui ne dépendent pas directement de l’enseignement supérieur. Si l’on s’en tient aux enseignants relevant de l’enseignement supérieur, c’est la courbe intermédiaire qu’il faut prendre en compte, soit des effectifs totaux divisés en moyenne par un facteur 3,5.

35 Captation d’autant plus facile que les docteurs en sciences trouvent plus valorisant de former des futurs docteurs à leur image que des ingénieurs (le 3e cycle de l’ENIT ne sera mis en place qu’en 1980).

36 Ce mode de fonctionnement n’est pas sans rapport avec l’origine des premiers responsables de ces filières, eux-mêmes issus du système d’excellence français (le premier directeur de l’ENIT est un polytechnicien) et qui tendent à reproduire la séparation caractéristique du système français entre « grande porte » et « petite porte » (cf. Bourdieu P., La noblesse d’État, Paris, Éditions de Minuit, 1989, p. 198 et suivantes).

Notes de fin

1 Voir chronologie complète en annexe.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Départements d’enseignement de l’Université de Tunis en 1976
Légende Source : Journal Officiel de la République Tunisienne. 21/05/1976.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/523/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Graphique 1. Taux de scolarisation dans l’enseignement supérieur par gouvernorat d’origine (1970-71)
Légende Source : Direction des statistiques et de la planification. Ministère de l’éducation nationale.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/523/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Note *1
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/523/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Graphique 2. Évolution du nombre d’établissements d’enseignement supérieur à Tunis et en province (1958-1988)
Légende Source : Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/523/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Graphique 3. Enseignants tunisiens et étrangers dans l’université tunisienne. Evolution en pourcentage (1961-1985)
Légende Source : Ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/523/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Modèle 1. Faculté des Sciences de Tunis
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/523/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Modèle 2. Faculté de médecine de Tunis
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/523/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Modèle 3. École Nationale d’Ingénieurs de Tunis
Légende Source : Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/523/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 67k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540