Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Science et pouvoir dans la Tunisie contemporaine

 | 
François Siino

Deuxième partie. Les conditions de l'émergence d'un champ universitaire et d'une pratique scientifique en Tunisie (1958-1978)

Introduction

Texte intégral

1La vingtaine d’années (1958-1978) au cours desquelles se déploie le discours sur la science est également la période où se construit le système universitaire tunisien. Celui-ci est investi d’une double charge : d’une part, former dans un laps de temps le plus court possible une grande quantité de cadres nécessaires aux objectifs d’un enseignement généralisé (les enseignants), au fonctionnement et à l’administration de l’État indépendant ; d’autre part, constituer le lieu d’épanouissement d’une communauté scientifique nationale, capable d’assumer les activités de recherche dont le discours politique ne cesse de proclamer l’absolue nécessité pour le développement du pays. De fait, en l’absence d’autre « lieu » susceptible d’accueillir la pratique scientifique (entreprises privées ou publiques, grands établissements de recherche…), le système universitaire sera le site privilégié d’émergence de cette pratique, et l’on ne peut comprendre le développement de la recherche scientifique sans examiner les conditions d’édification de l’Université tunisienne.

2La construction du système universitaire tunisien frappe par sa rapidité. Le nouvel État n’attend pas que soit achevée la mise en place de l’enseignement primaire et secondaire pour poser les bases d’un enseignement supérieur. Quatre ans après l’indépendance, l’Université tunisienne ouvre ses portes et la croissance institutionnelle connaîtra un rythme soutenu pendant les trente années suivantes.

3Mais cette construction institutionnelle de l’université tunisienne -dont il faut rappeler les grandes lignes – ne suffit pas à rendre compte de l’importance du processus engagé, loin de là. Car l’essentiel se situe du côté des individus qui vont venir peupler ces structures, des hommes et des femmes qui vont constituer la chair de cette ossature institutionnelle et rapidement devenir le moteur principal du développement de l’institution. A côté de la volonté politique affirmée et réelle de mettre en place un système d’Enseignement supérieur moderne, l’accroissement du nombre de personnes impliquées – étudiants (dont certains deviendront à leur tour enseignants) et professeurs (qui ont été étudiants) – devient en soi l’un des éléments clefs de la transformation et de la structuration du système universitaire.

  • 1 Comme le prouvera, entre autres exemples, l’impact relatif des systèmes d’orientation des étudiant (...)

4C’est donc une véritable évolution morphologique de ce système qu’il faut observer, planifiée par l’État certes, mais à laquelle la masse même de l’ensemble confère une force d’inertie de plus en plus difficile à contrôler1 et, progressivement, une certaine forme d’autonomie par rapport à la société globale. Avec cette autonomie relative vont de pair certains traits distinctifs de ce que le sociologue Pierre Bourdieu appelle un champ social, en l’occurrence l’apparition de « règles du jeu » spécifiques à cet espace, et de luttes autour d’un enjeu lui aussi spécifique (le pouvoir universitaire). Une telle observation, celle de la naissance d’un champ universitaire et scientifique, est la condition nécessaire pour décrire enfin comment, dans cet espace particulier, émerge lentement une pratique de la recherche scientifique, et quelles sont les caractéristiques que cette pratique doit à la fois à la configuration du système universitaire tunisien et aux modalités de la formation des enseignants-chercheurs.

Notes

1 Comme le prouvera, entre autres exemples, l’impact relatif des systèmes d’orientation des étudiants.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540