Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Science et pouvoir dans la Tunisie contemporaine

 | 
François Siino

Première partie. « l'État de raison » le discours de nouvel état tunisien sur la science

2. Science, développement et légitimité

Texte intégral

LE DISCOURS BOURGUIBIEN SUR LA SCIENCE

  • 1 Ben Achour Y., « La réforme des mentalités, Bourguiba et le redressement moral », in : Tunisie au (...)
  • 2 Cette « saturation » a été bien décrite par Clement Henry Moore dans un passage intitulé « The sym (...)
  • 3 Idem, p. 146. Cette pratique sera d’ailleurs systématisée à partir de novembre 1973 dans le discou (...)

1Dès l’indépendance, la construction des institutions tunisiennes s’accompagne d’une abondante production rhétorique dont le principal auteur n’est autre que le Président Bourguiba. Ce discours n’a pas simplement valeur programmatique, il se veut surtout pédagogique dans la mesure où il vise à « éduquer, à refaire les esprits, à refaire plus exactement l’esprit général du peuple »1. Il faut expliquer, faire réfléchir, convaincre, ce qui implique un talent oratoire, bien sûr, mais aussi durée, fréquence et souvent redondance. Le discours bourguibien sature l’espace de l’expression politique, il en définit en permanence le contenu comme les limites2. Comme l’explique Yâdh Ben Achour, « cette stratégie d’action sociale est fondée sur la conviction que le charisme d’un Chef exceptionnel, comme celui des prophètes, se déploie d’abord dans la pratique discursive et le tribunat »3.

2Le thème de la science et de son rôle dans la société tient une place notable dans cet abondant discours ; il en constitue même un leitmotiv qui, sous des formes différentes, revient avec une grande régularité. On peut y discerner un ensemble de motifs qui apparaissent à intervalles plus ou moins rapprochés sous des formes diverses. Le discours bourguibien sur la science présente un caractère assez régulier et constant, il est peu lié à la conjoncture politique générale. Ces caractéristiques s’accordent avec l’idée qu’il s’agit là d’un élément structurel et majeur de l’entreprise de légitimation du nouvel État tunisien.

Le gouvernement rationnel

  • 4 Camau M., « Le discours politique de légitimité des élites tunisiennes », Annuaire de l’Afrique du (...)

3Un premier niveau repérable de ce discours concerne les élites gouvernementales et l’action qu’elles mènent au sommet de l’État. Ces élites dirigeantes, ce sont, dans une acception assez large, « les membres du gouvernement, les responsables du parti unique et des organisations nationales liées au parti, ainsi que leurs porte-paroles ; autrement dit, un certain nombre d’individus dont la présence au « sommet » de l’appareil d’État constitue le point commun »4. A l’instar du « Combattant suprême » devenu Président de la République, la majorité d’entre eux doit sa position à une participation active à la lutte de libération nationale et aux structures qui l’ont menée (en particulier le parti Néo-Destour, qui monopolise depuis 1934 la légitimité nationaliste). Mais ce discours concerne aussi, comme nous allons le voir, les élites à venir, celles qui sont en train d’être formées pour devenir les futurs cadres de la nation.

4L’idée principale de ce compartiment du discours est que, si la science est décisive en ce qu’elle est le moteur du développement en général (c’est-à-dire du rattrapage des sociétés industrialisées), elle est avant tout la « raison » d’une société moderne, le but ultime des élites dirigeantes étant d’incarner cette raison, et donc de gouverner rationnellement le pays.

Le triomphe de la raison

  • 5 Larif-Beatrix A., Édification étatique et environnement culturel. Le personnel Politico-administra (...)

5La caractéristique première de cette notion de gouvernement rationnel est de s’affirmer en opposition à un passé d’incurie politique, celui du régime beylical qui a conduit le pays à la décadence et à la colonisation. « Jamais, constate le Président Bourguiba, notre pays n’a connu un État comme le nôtre. Il n’est que de consulter l’histoire pour se rendre compte que l’État, chez nous n’était pas autre chose qu’une succession de rois et de beys qui s’entretuaient pour le pouvoir, source pour eux de jouissances et d’autorité despotique » et dont « le souci majeur était le plaisir sous toutes ses formes » (Carthage, 25/01/1973). Posant à son tour la question du pourquoi de la décadence du monde musulman et de la Tunisie en particulier, il établit évidemment un lien direct avec ce despotisme des gouvernants. Mais contrairement aux réformistes du xixe siècle, il ne voit pas dans celui-ci une cause, mais plutôt une conséquence de la décadence. Comme l’analyse A. Larif-Beatrix, la véritable cause doit être cherchée, selon Bourguiba, « dans le seul « enchaînement » de la raison dans ses élans créateurs, dans la crainte de se voir jeter au « bûcher » pour hérésie. En mettant, d’une façon dramatique, l’accent sur l’esclavage de la raison née libre et créatrice, Bourguiba veut en fait baliser le chemin devant toutes les réformes qu’il allait introduire dès les premières années de l’indépendance »5.

  • 6 Hourani A., La pensée arabe et l’Occident, Paris, Naufal, 1991, p. 374-375. (La citation de Bourgu (...)

6Désormais, l’immense réforme sociale entreprise par le nouvel État s’appuie sur une analyse scientifique préalable de la situation. Comme le note Albert Hourani, « le point de départ de sa pensée [de Bourguiba] réside dans la primauté de la raison qui « doit s’appliquer à toutes choses en ce monde et commander toute activité humaine ». Cela détermine sa stratégie politique. […] C’est ainsi qu’est obtenue l’indépendance tunisienne, et Bourguiba croit que la même méthode rationnelle doit être appliquée pour édifier une société moderne »6.

7Reprenant à son compte, dans un discours prononcé en 1966, une phrase de Jacques Berque selon laquelle « il n’y a pas de nations sous-développées, mais des nations sous-analysées », le président tunisien en profite pour réaffirmer avec force qu’il n’existe aucun obstacle naturel, aucune carence de la nature auxquels il ne soit possible de remédier par les méthodes de la science. Il commente la « vérité profonde » de la formule du « sociologue français » en disant que « tout accroissement, tout projet de développement est fonction d’une analyse scientifique objective des structures du pays concerné, de ses possibilités, de ses ressources et de ses difficultés » (Tunis, 28/06/1966).

  • 7 Camau M., La Tunisie, Paris, PUF (coll. Que Sais-je ?), 1989, p. 62-63.
  • 8 Bourguiba H., Le Président Bourguiba dans le sud tunisien, Tunis, 1959.
  • 9 Qui devient en 1960 une simple Faculté de Théologie de l’Université de Tunis.

8Tous les domaines sont concernés par cette entreprise rationalisante de l’État. L’espace physique du pays est quadrillé suivant « un nouveau découpage subordonnant les instances administratives régionales et locales au centre politique et transcendant les solidarités communautaires »7. Derrière cette entreprise s’affirme la nécessité de « conjurer la vie tribale qui sévissait dans le pays et qui, propice au développement de l’esprit du clan, s’oppose à l’instauration d’une véritable civilisation »8. La justice, réformée et sécularisée, relève désormais d’un droit positif largement autonome de la Loi islamique, les tribunaux charaïques sont dissous, et fait unique dans le monde arabo-musulman, l’État promulgue en août 1956 un Code du statut personnel tendant à substituer le modèle de la famille conjugale à celui de la famille patriarcale. Le système d’enseignement primaire, secondaire et supérieur est l’objet d’une profonde réorganisation dont le point de départ est « de supprimer progressivement tous les anciens types d’enseignement […] inadaptés, hybrides ou dépassés » (Tunis, 15/10/1959). Le symbole le plus frappant est le démantèlement de l’Université de la Zitouna9, centre historique de diffusion d’un savoir fondé sur le primat de l’exégèse religieuse.

9Autre domaine de prédilection de cette gestion « scientifique » de la société tunisienne, l’agriculture « qui, selon le Président, constitue un élément fondamental de notre économie et qui ne saurait être une source de richesse et de prospérité que si elle fait appel aux méthodes scientifiques d’exploitation » (Carthage, 30/06/1967).

La planification et le refus de « l’idéologie »

10Le moyen privilégié pour assurer le caractère rigoureux et méthodique de l’entreprise de construction nationale est la planification, véritable projection en avant volontariste de la raison politique vers un avenir de progrès.

  • 10 Belhassen S. et Bessis S., Bourguiba. Un si long règne (¡957-1987), (tome 2), Paris, Jeune Afrique (...)

11« Dès 1961, un “pré-plan” triennal est adopté et, prenant son bâton de pèlerin, Bourguiba s’en fait à travers le pays l’ardent défenseur. “Je voudrais, déclare-t-il à Tunis le 6 février 1961, que tout le monde soit convaincu que la planification est l’arme indispensable de notre grande bataille : la bataille de l’édification nationale que nous livrons contre le sous-développement et qui n’est autre que la lutte pour la dignité de l’homme et la gloire de la patrie.” Adopter un régime d’économie planifiée, c’est, pour lui, donner “la primauté à la raison” qu’il place au-dessus de toutes les vertus »10.

  • 11 Camau M., op. cit., p. 49.

12Le gouvernement rationnel – et c’est là une deuxième caractéristique que lui attribue le discours bourguibien – est aussi celui qui renvoie dos-à-dos les idéologies « figées » et « sclérosées » autour desquelles s’affrontent encore les grandes puissances du monde moderne (l’Est socialiste et l’Ouest capitaliste) dans une compétition, selon lui, périmée. Pour les élites dirigeantes emmenées par leur leader, « la cause est entendue : c’est la science, par opposition à l’idéologie, qui doit constituer le maître-mot de la société que l’on veut édifier »11. La meilleure preuve de l’inanité de cet affrontement idéologique est que « socialistes » ou « libéraux » ont en fait en commun l’essentiel : « les pays développés, aussi bien de l’Est que de l’Ouest, ne doivent leur progrès qu’à l’intervention de cet esprit scientifique dans toutes leurs entreprises » (Carthage, 3/11/1967).

  • 12 Préface de Habib Bourguiba au Plan quadriennal 1965-68. République tunisienne. Secrétariat d’État (...)

13Ainsi l’adoption d’un système d’économie planifiée – les autorités tunisiennes s’en défendent avec force – ne signifie pas l’imitation dogmatique du modèle socialiste. Elle est le résultat d’un constat qui se veut objectif : « Dans la mesure où ils ne sont pas orientés lucidement, maîtrisés par la raison humaine, les automatismes économiques aggravent les problèmes, cumulent les déséquilibres et défient le facteur temps dont l’importance est décisive en économie sous-développée. L’avenir de notre pays, la vie concrète et le sort de chaque citoyen sont en jeu pour qu’on s’en remette à des mécanismes incontrôlés et aveugles, à un nouveau fatalisme, d’ordre économique celui-là »12.

  • 13 Jusqu’en 1969 tout au moins.
  • 14 Idem, p. 12.

14Certes, les élites dirigeantes se réclament du « socialisme destourien »13, mais, comme le précise Bourguiba lui-même en préface au deuxième plan quadriennal (1965-68), « dans les pays sous-développés, le socialisme n’est pas un processus mûri par l’évolution de la société et devenu inéluctable par le déterminisme historique, il est un acte de choix, volontaire et rationnel. En Tunisie, le Parti a opté pour un tel système parce qu’il constitue la meilleure approche des problèmes du développement et la voie la moins longue pour une promotion authentique de l’homme »14. On ne saurait donc confondre ce choix « volontaire et rationnel » avec une quelconque soumission à un dogme importé sur la base d’une préférence idéologique, ni même avec un abandon passif à l’action du déterminisme historique (même vu dans une perspective marxiste).

  • 15 Camau M., op. cit., p. 60.

15L’obsession du « juste milieu », que Michel Camau identifie comme la forme rhétorique récurrente du discours des élites tunisiennes, n’est rien d’autre que la mise en avant de ce rationalisme scientifique, qui veut se situer aussi loin que possible des extrémismes, de l’idéologie et de la passion. Dès lors, « si le socialisme destourien paraît s’apparenter au capitalisme, c’est parce qu’il refuse l’excès “totalitaire”, si les réformes qu’il implique semblent proches du socialisme (marxiste), c’est parce qu’il refuse l’excès “libéral” »15.

La formation des futures élites

  • 16 Discours de Carthage, 31/01/1967.

16La dernière caractéristique du gouvernement rationnel, tel qu’il se dessine en filigrane dans le discours bourguibien, tient à son mode de régénération. Si les élites issues du combat pour la libération nationale ne peuvent être soupçonnées d’indignité, étant donné la « force morale » dont elles ont fait preuve dans la lutte pour l’indépendance, qu’en sera-t-il des dirigeants à venir ? Comme le rappelle, non sans un certain sens du tragique, le chef de l’État : « Je ne suis pas immortel. Mon influence bienfaisante est limitée dans le temps. Mais la Nation doit survivre. Grâce à ses forces vives, elle doit pouvoir marcher toujours de l’avant, quel que soit le Chef de l’État, et évoluer sans cesse vers un avenir meilleur »16.

17Le rôle des « forces vives », c’est-à-dire des futurs cadres du pays, est donc décisif. Ils doivent être formés de la façon la plus rigoureuse et la plus sérieuse afin qu’ils puissent « assumer les responsabilités à tous les échelons de la vie nationale […] Leur niveau leur permettra de se prononcer valablement sur les options fondamentales et de participer utilement à la gestion des affaires de l’État » (Carthage, 31/01/1967). En cela, ils seront les garants de la perpétuation de l’entreprise de rationalisation de la société par l’État réformateur.

  • 17 Et le Combattant suprême de rassurer immédiatement ses auditeurs : « Dieu merci, ce n’est pas notr (...)

18Mais au-delà de ce rôle, leur formation, frappée au sceau de la raison, en fera le rempart contre une dérive éventuelle toujours possible, un retour aux errements et aux passions absolutistes du passé. Qu’en sera-t-il, effectivement « s’il s’agit du premier responsable qui, de peur de perdre son pouvoir, s’obstine, et finit dans une dictature abjecte. C’est la fuite en avant. Que lui importe ? Après lui, le déluge17. […]. Il est donc nécessaire que les cadres atteignent un niveau tel qu’il soit impossible aux médiocres d’assumer les responsabilités suprêmes. Et si par malheur, une conjoncture propice amène au pouvoir un homme insuffisant, il ne devra pas être en mesure de s’y maintenir longtemps. […] Se heurtant aux forces vives du pays, il devra alors soit se soumettre, c’est-à-dire gouverner en fonction de l’intérêt national, soit se démettre » (idem.).

  • 18 Enseignement supérieur « moderne », c’est-à-dire à l’exclusion de l’enseignement zitounien. Ce tau (...)
  • 19 Idem, p. 209.

19Cette exigence d’un haut niveau de formation des cadres politiques et administratifs ne restera pas cantonnée au seul domaine du discours, mais se traduira dans les faits. Comme l’a montré l’étude réalisée en 1988 par Asma Larif-Beatrix, sur la période 1956-1979, environ 86 % des ministres tunisiens sont diplômés de l’enseignement supérieur18 et 65,4 % des gouverneurs (79 % pour la période 1970-79) en sont également issus. Le « recrutement » de l’élite politico-administrative tunisienne s’effectue donc de façon croissante sur la base du « principe de la méritocratie »19.

20Guidées elles-mêmes par la rigueur et l’objectivité de la méthode scientifique, les élites dirigeantes ne peuvent faire moins que promettre un soutien sans faille du gouvernement au développement de la science et de la recherche scientifique tunisienne. Car c’est là une des conditions de perpétuation du développement national. « Tant que nous n’aurons pas donné aux hommes doués la possibilité de se consacrer à la recherche, nous ne pourrons pas dire que nous marchons dans le sens du progrès […] Aussi le Gouvernement entend-il favoriser la recherche de toutes ses forces » (Tunis, 23/02/1957). Bien plus, loin d’être seulement destinée à une minorité de savants, la science est, comme nous allons le voir, appelée à se répandre sur l’ensemble du peuple et à le transformer de façon radicale.

La science, culture de la modernité

21En effet, si les élites se sentent placées dans une position d’avant-garde, cette situation ne saurait être définitive. Elles ne peuvent rester seules détentrices du privilège de la lucidité. Sous leur férule, la nation tout entière doit participer à cet avènement de la raison dans la société tunisienne. A terme, la capacité à appréhender le monde de façon rationnelle a vocation à se répandre parmi la masse et la science doit devenir une véritable culture de la modernité.

  • 20 Voir par exemple le discours de Carthage, le 30/06/1967, op. cit., p. 247.

22Les termes ne manquent pas dans la bouche du Président Bourguiba pour qualifier et fustiger l’état de décadence intellectuelle et morale dans lequel se trouve le peuple tunisien, ou tout au moins sa majeure partie : mentalités arriérées, traditions archaïques, instincts bestiaux, passions mauvaises, superstitions, tribalisme, esprit de clan, corruption, etc.20. En définitive, la source première du sous-développement contre lequel il faut lutter est avant tout le « retard intellectuel » de l’ensemble de la population, car c’est ce « retard intellectuel qui, depuis des siècles, constitue sinon une source unique, du moins une source principale de sous-développement, de décadence et de misère. Quand l’homme se révèle incapable de tirer parti de toutes les possibilités dont il est doté, qu’il s’agisse des énergies intellectuelle et physique qu’il porte en lui ou des ressources du sol et du sous-sol répandues autour de lui, quand il se confine dans une vie végétative à peine plus digne que la vie animale, il n’est pas douteux que son cerveau est en retard et qu’il n’est pas au niveau du don qui lui est imparti. Si bien que lorsque nous nous attaquons au sous-développement économique sous toutes ses formes, c’est à la source que nous devons remonter, c’est-à-dire au retard intellectuel » (Tunis, 15/10/1959).

23L’œuvre entreprise s’inscrit donc dans la droite ligne de la pensée réformiste du xixe siècle, et reprend à son compte l’analyse et les ambitions que nourrissait Khayr ed-Din, interrompues par de longues décennies de mainmise étrangère. Elle est également au diapason du discours abondamment développé par les organisations internationales, prêchant l’entrée dans « l’ère du développement ». Le résultat visé n’est rien moins que le rattrapage civilisationnel total de l’Occident, qui reste le modèle indiscuté et dont la force continue à susciter à la fois l’admiration et l’inquiétude.

La décolonisation des esprits

24La première condition de ce rattrapage civilisationnel est d’entamer la décolonisation des esprits, c’est-à-dire de se débarrasser des complexes hérités de la période du protectorat. Ce thème revient régulièrement, comme pour réaffirmer la confiance que le leader place dans son peuple et rassurer celui-ci quant à ses capacités.

25« La décolonisation doit se traduire également par la libération des jeunes peuples de tout complexe à l’égard de leurs colonisateurs. Sans cette décolonisation intérieure, ils ne peuvent ni assumer, dans la sérénité, leurs responsabilités nouvelles, ni poser avec la lucidité nécessaire les grands problèmes auxquels ils sont appelés à faire face » (Sofia, 8/07/1968).

26La libération de ce complexe du colonisé est particulièrement importante dans le domaine intellectuel et scientifique, puisque c’est là que l’on attend les premiers signes du relèvement de la nation. « La modestie, affirme Bourguiba, ne nous interdit pas de penser que l’invention est à la portée de l’homme, quelle qu’en soit l’origine, et qu’il n’y a aucune différence de nature entre nous mêmes et les auteurs des grandes inventions du monde moderne. Aucune tare congénitale ne condamne l’homme né en Tunisie ou dans un autre pays du Maghreb à vivre en retard sur les autres peuples » (Tunis, 7/11/1957). Affirmation reformulée à quelques années de distance sous une forme plus ramassée « Le cerveau arabe n’est ni moins puissant ni moins imaginatif que le cerveau européen » (Carthage, 25/01/1973).

L’enseignement comme priorité

27Une fois ces prémices posées, le Président n’entend cependant pas dissimuler que la situation de départ est critique. A l’absence d’éducation qui a caractérisé la période coloniale, s’ajoute le niveau de pauvreté de la grande masse des Tunisiens dans les années qui suivent l’indépendance politique. « Il ne faut en effet pas perdre de vue que la grande majorité des enfants que nous nous efforçons de soustraire à l’ignorance pour les faire pénétrer dans le domaine rayonnant de la connaissance, sont d’origine modeste. Ils sont issus de milieux qui croupissent dans l’analphabétisme et l’arriération et sont souvent affligés, par atavisme, de tares dues au sous-développement intellectuel, moral et social de leur milieu d’origine » (Carthage, 30/06/1967).

28Mais ces difficultés ne mettent que mieux en valeur l’ambition du projet et justifient la priorité absolue qui lui est donnée : élever le niveau de la masse par la généralisation de l’enseignement, obligatoire, démocratique puisque gratuit, et qui doit, bien sûr, « procéder d’un esprit scientifique fondé sur le sérieux et la rigueur » (Tunis, 29/06/1974), à l’opposé des méthodes traditionnelles d’enseignement - celles de la Zitouna – qui sont vertement critiquées (par exemple dans le discours de Carthage du 31/08/1974).

29A l’opposé d’un système fermé et élitiste, l’enseignement dans son ensemble est considéré comme une vaste machine destinée – selon la métaphore utilisée – à reconstruire un édifice social tombé en ruine. « Si nous sommes soucieux de tout mettre en œuvre pour donner à l’enseignement un niveau de plus en plus élevé, et pour en accroître l’efficacité et la rentabilité, ce n’est pas pour satisfaire un désir gratuit de voir réaliser des performances scolaires ou scientifiques, ni pour simplement promouvoir une élite privilégiée, considérée comme une fin en soi. […] L’objectif de l’enseignement doit donc être conçu de telle façon que chaque citoyen puisse constituer un matériau valable destiné à occuper une place déterminée dans l’édifice social » (Carthage, 30/06/1967).

L’avènement d’un « homme nouveau »

30Il s’agit donc d’un programme de longue haleine qui, une fois achevée l’entreprise de relèvement civilisationnel du pays, l’amènera tout naturellement à contribuer au progrès général de l’humanité : « L’œuvre d’éducation que nous poursuivons dans notre pays peut devenir une œuvre authentique de progrès et de renaissance, puisant sa force et sa signification dans une connaissance plus approfondie de notre société, dans l’élargissement continu des dimensions de notre être et de notre personnalité, dans le renouvellement de nos valeurs de civilisation et enfin dans notre contribution au progrès de l’humanité » (Carthage, 30/06/1967).

  • 21 Les clubs Jeunes Science seront ultérieurement rassemblés en une association nationale (Associatio (...)

31Autre arme de choix pour répandre et inculquer les nouvelles valeurs du développement, la vulgarisation scientifique à laquelle s’attellent les clubs Jeunes Science, dont le premier est inauguré le 7 novembre 1967 à Tunis21, et qui, forts du soutien présidentiel, essaimeront rapidement un peu partout dans le pays. Dans une allocution prononcée quelques jours avant cette date, Bourguiba ne manque pas d’insister sur le fait que « la vulgarisation de l’esprit scientifique représente pour nous une nécessité impérieuse, non seulement pour faciliter notre développement, mais surtout pour transformer nos structures mentales affectées par plusieurs siècles de décadence » (Carthage, 3/11/1967).

32Cette « transformation des structures mentales » ne saurait concerner seulement les jeunes générations en voie d’être « sauvées » par la scolarisation de masse. L’ensemble de la société est concerné. Il faut aussi se préoccuper des plus âgés, et, par le biais d’un long et patient travail d’alphabétisation, « récupérer la masse de ceux qui ont été privés d’école pour leur permettre de rallier les éléments actifs et de ne plus faire figure de corps étranger dans l’organisme vivant de la Nation » (Tunis, 15/10/1959).

33Le résultat qui doit récompenser cette inculcation généralisée de la « mentalité du développement », cette appropriation de la science comme culture de modernité n’est rien moins que la création de « l’homme nouveau ». Si celui-ci répond au modèle que le Président Bourguiba appelle de ses vœux, il sera une « somme de qualités harmonieusement équilibrées, faites de rationalisme rigoureux, de pensée scientifique, d’habileté technique et de haute conscience morale et religieuse » (Carthage, 30/06/1967). Sur ce dernier point, il faut préciser que s’il s’agit d’extirper les croyances, superstitions archaïques et fatalismes de toutes sortes, la religion musulmane « authentique » n’est pas en cause. De façon significative, c’est à Djeddah, devant un auditoire de jeunes étudiants saoudiens accoutumés à un fondamentalisme intransigeant que le Président Bourguiba déclare : « Notre religion authentique, celle que nous a léguée le Prophète, nous incite à toujours puiser dans la science les éléments de notre force, de notre puissance, de notre prospérité » (Djeddah, 23/02/1965).

34En définitive, le discours bourguibien révèle ici une vision selon laquelle la science constitue le moule parfait dans lequel doivent se couler uniformément les mentalités de la société tunisienne tout entière, pour en ressortir purifiées, enrichies et enfin au diapason du « vaste mouvement du Progrès » qui emporte le monde (Carthage, 3/11/1967). Il s’agit, on l’a vu, d’un processus à long terme au sein duquel le progrès scientifique n’a de sens que dans sa dimension humaniste, c’est-à-dire si, entièrement placé au service de l’homme, il s’accompagne d’un relèvement moral dans lequel une « religion authentique » a sa place, celle d’une sorte de « superstructure éthique » qui guide l’homme rationnel nouveau vers le « bien ». « Nous sommes d’avis que le progrès scientifique doit aller de pair avec le développement du sens moral pour que les conquêtes de la science soient mises au service du bien-être de l’homme. C’est cet humanisme qu’il faut toujours sauvegarder » (idem.).

Urgences et spécificités du sous-développement : la technique avant tout

35Mais parallèlement à cette vaste perpective de transformation culturelle et civilisationnelle globale et de « rattrapage intellectuel total », à cette profession de foi humaniste en faveur du progrès, se manifeste, de façon intermittente, le sentiment du caractère démesuré de l’entreprise.

36Est-il raisonnable de penser rattraper un jour les réalisations de l’Occident alors que le différentiel de vitesse reste défavorable ? Alors que, comme le signale le Combattant Suprême, « l’écart nous séparant des pays évolués qui continuent à faire eux aussi des progrès s’élargit de plus en plus. Ah ! – regrette-t-il – si ces pays modernes cessaient d’inscrire à leur crédit de nouvelles découvertes, de nouveaux procédés technologiques, peut-être pourrions-nous les rattraper sans devoir brûler les étapes. Mais dans ces pays, on ne cesse de tout perfectionner… » (Carthage, 31/08/1974).

37On peut, de fait, effectuer une deuxième lecture du discours bourguibien dans un registre sensiblement différent (sinon opposé) où se devine le sentiment de l’urgence, cette nécessité de « brûler les étapes ». L’un des symptômes de ce registre de discours est l’accent qui est régulièrement mis sur la technologie, les « techniques » par opposition à la science théorique. Participer à l’accroissement du patrimoine scientifique mondial et à l’avancée du front de la connaissance humaine reste un but fort louable, mais à attendre que la Tunisie produise des prix Nobel, on risque de négliger les véritables obstacles au développement et conduire le pays à la ruine. C’est ainsi qu’en plusieurs occasions, dès son accession au pouvoir, Bourguiba sera tenté de définir le type de science dont le pays a besoin : « Il ne s’agit pas de science dans l’absolu, du savoir opposé à l’ignorance, ou de la simple satisfaction d’une curiosité intellectuelle légitime, certes, mais souvent improductive ; il s’agit de science appliquée et de disciplines techniques » (Tunis, 7/11/1957).

38C’est ce qui explique que les figures scientifiques qui, dans le discours, occupent le plus souvent le devant de la scène sont les ingénieurs et les médecins, promus comme partout ailleurs dans les pays nouvellement indépendants, au rang « d’officiers du développement ». Leur raison d’être est immédiatement identifiable, leur action technique quotidienne sur la matière et sur les corps fait d’eux les véritables bâtisseurs d’un pays moderne. Mais, même ces professions ne sont pas à l’abri du soupçon d’une formation trop « générale » au regard des besoins les plus urgents. Ainsi, en l’absence de formations techniques de base pour répondre aux besoins les plus pressants, les ingénieurs eux-mêmes en viennent presque à être considérés comme dépositaires d’un savoir trop approfondi, et parfois déconnecté des réalités concrètes de la technique. Dans l’urgence, le temps se comptabilise aussi en années d’études : « Ces connaissances [techniques] dont nous avons un si pressant besoin, n’exigent pas plus de deux années d’études. Nous n’avons pas besoin d’ingénieurs diplômés, incapables de faire marcher une machine » (Tunis, 9/12/1960).

  • 22 Cette tendance à dénigrer la « culture traditionnelle » atteint parfois, par une association révél (...)
  • 23 Les scientifiques tunisiens racontent encore aujourd’hui des anecdotes relatives à l’irritation du (...)

39Ce thème de la spécialisation technique revient ainsi de façon récurrente, pour s’opposer à ce qui est perçu comme une inclination naturelle des jeunes tunisiens vers les études longues, généralistes et littéraires, inclination que le Président Bourguiba semble inconsciemment associer à une tradition de culture lettrée remontant aux « temps de la décadence » : « Chez nous, nos grands esprits n’en finissent pas de discuter du roman et de la nouvelle, de la musique et du rôle du compositeur… […] Pour ceux qui aspirent à faire une carrière scientifique, […] quel besoin auraient-ils de continuer à pâlir sur la poésie antéislamique, la poésie classique ou les problèmes de la nouvelle et du roman » (Carthage, 25/01/1973)22. Et régulièrement, dans ses discours consacrés au système éducatif, le Président répétera combien « il est regrettable de constater le peu d’empressement que manifestent certains étudiants et leurs parents pour les disciplines agricoles, techniques ou professionnelles » (Carthage, 30/06/1967)23.

40Le sentiment d’urgence n’est cependant pas le seul facteur sous-jacent de ce registre « techniciste ». Un autre élément est la conscience d’une certaine spécificité qui n’est pas propre à la Tunisie, mais plutôt aux pays nouvellement indépendants qui font partie d’un ensemble que l’on appelle alors « Tiers-Monde ». Cette spécificité tient à la situation économique et politique encore précaire de ces pays, mais parfois plus simplement à leurs caractéristiques géographiques. Il en va ainsi, par exemple, de l’appartenance, comme beaucoup d’autres pays du Sud, à la zone aride ou semi-aride, problème qui ne concerne guère la recherche occidentale : « Il est évident, constate le Président Bourguiba, que la solution doit être recherchée et trouvée aussi bien par la Tunisie que par les autres pays de la zone » (Tunis, 7/09/1959).

41Ce caractère spécifique de la Tunisie en tant que pays pauvre, privé de racines scientifiques, confronté à une foule de problèmes concrets dont la solution conditionne la survie, semble ainsi pousser à douter qu’il faille réellement s’engager dans une course à la connaissance, quand bien même celle-ci serait le symbole le plus éclatant du redressement civilisationnel évoqué plus haut, la condition du rattrapage des pays industrialisés. Ce qui est en cause dans ce registre de discours n’est pas le bien-fondé de la science occidentale dans l’absolu, mais plutôt le caractère approprié de cette science qui s’enseigne (et s’apprend) dans les Universités et chez les « savants » du Nord. La question sous-jacente, bien que jamais formulée explicitement, est de savoir s’il ne serait pas plus bénéfique de trouver des solutions adaptées à la situation spécifique d’un pays sous-développé.

42On retrouve dans ce compartiment du discours, l’idée assez souvent défendue dans l’enceinte des organisations internationales, selon laquelle la neutralité des techniques et leur disponibilité sur le marché pourraient permettre l’économie d’investissements trop importants dans une science nationale. Et à certains égards, l’idée d’une science « spécifique » aux pays en développement n’est pas sans évoquer une parenté inconsciente avec l’idée d’une science « tropicale » du xixe siècle, devenue science coloniale « utile » au début du xixe.

La science et la scène internationale

43Enfin, un troisième niveau de discours place la science et la recherche scientifique dans le contexte des relations internationales et des relations que la Tunisie entretient avec le monde extérieur. Ici, les représentations oscillent entre deux registres clairement distincts.

Vision irénique…

44Le premier de ces deux registres révèle une vision irénique, non-conflictuelle, qui insiste sur « le caractère universaliste de la science en tant que patrimoine commun à toutes les époques et toutes les civilisations » (Tunis, 28/06/1966). Il apparaît naturel que cette science universelle, promue par une communauté scientifique internationale forcément généreuse et désintéressée, donne lieu à une coopération scientifique présentée comme profitable à toutes les parties.

45« Il devient évident, devant l’ampleur des progrès techniques et des inventions réalisées, que la sauvegarde de la paix ne peut-être recherchée que dans le règne de la confiance entre les peuples ; la victoire de l’esprit de coopération sur la volonté de puissance et le recours à la force morale, seule capable de contrôler la force matérielle. Si les grands de la terre font prévaloir les considérations humaines, la cause de la paix est gagnée et les grandes inventions pourront être exploitées pour le bien d’un monde où nous sommes condamnés à vivre côte à côte » (Tunis, 7/11/1957).

46Cette représentation d’une science au service de la paix et du progrès universel, une science neutre par définition et vide de toute dimension politique est, on l’a vu, directement inspirée par le discours des organisations internationales, prêchant de par le monde l’avènement de l’ère du « développement ». Dans ce même esprit de croyance en une science partagée équitablement entre tous les peuples de la terre, unis dans une même marche vers le progrès, on se plaît à souligner les continuités plutôt que les ruptures. Sur le terrain de la science s’atténuent même les traumatismes d’une histoire coloniale encore récente. Loin de constituer une séquelle destinée à être éradiquée, la science coloniale – à travers les institutions qu’elle a laissées en Tunisie, au premier rang desquelles l’Institut Pasteur – est considérée comme un « héritage » qu’il s’agit d’entretenir et de faire fructifier. Elle est la meilleure part de cet universel laissé par l’ancienne puissance occupante, et l’on se garde de rappeler le rôle non négligeable joué par les savants occidentaux dans le processus de domination impérialiste. Ainsi, lors de la « transformation » de la Société Tunisienne des Sciences Médicales – (c’est-à-dire le remplacement de son bureau français par un bureau uniquement composé de Tunisiens), le Président Bourguiba tient à remercier « les médecins français pour la façon élégante dont ils ont facilité [cette] transformation, cette société ne pouvant plus être que de nationalité tunisienne », et, célébrant la « collaboration et l’amitié » franco-tunisienne, il n’hésite pas à déclarer avec reconnaissance la science tunisienne naissante « fille de la science française » (Tunis, 23/02/1957).

  • 24 A presque vingt ans de distance, l’histoire donnera un écho ironique à cette réflexion dans le vio (...)

47Cette acceptation de l’héritage scientifique occidental se prolonge dans les positions pragmatiques adoptées vis-à-vis de l’arabisation, positions qui tranchent – par exemple – avec le dogmatisme affiché des autorités algériennes en la matière. Considérant, non sans lucidité, que la force d’une langue est avant tout fonction de la puissance de ceux qui la parlent, Bourguiba considère qu’il ne sert à rien d’imposer par la force une langue tant que l’on n’a pas atteint un rang d’importance dans le concert des nations. Il ne cache pas à ses compatriotes qu’en matière de science au moins, « nous resterons pour longtemps encore tributaires des langues étrangères ». L’ouverture linguistique est une condition du rattrapage des pays industrialisés ; il faudrait donc, « outre le français, apprendre au moins l’anglais et l’allemand, voire le japonais pour ne pas rester à jamais à la traîne » (Carthage, 31/08/1974). Dans tous les domaines de la science, il n’est pas question de perdre un temps précieux et de « s’épuiser à traduire toute une terminologie » (idem.). « Nous ne saurions nous passer d’eux [les occidentaux], conclut-il, que le jour où, à notre tour, nous aurons, sur le plan technologique, des choses à leur apprendre, où nous aurons à leur offrir nos propres découvertes. Dès lors, à ces découvertes, rien ne nous empêcherait de donner des noms arabes et de les imposer » (idem.)24.

… et nécessité de puissance

48En opposition tranchée avec cette vision pacifiée d’une science se diffusant sans entrave, et au gré des événements qui marquent la scène internationale des années 1960-70, on voit s’affirmer dans le discours bourguibien une conscience aiguë du rôle joué par le degré de développement scientifique et technologique dans la puissance et la force des nations. Dans ce deuxième registre de représentations, la science est réinvestie du contenu politique le plus fort, elle est l’outil absolu de la puissance sur une scène internationale qui ressemble à une arène de combat, et où même les déclarations de bonnes intentions cachent les pires appétits de conquête.

49La mise en orbite réussie du premier « Spoutnik » soviétique, le 4 octobre 1957, donne à ce type de discours l’occasion de s’exprimer une première fois de façon repérable. Le Président Bourguiba exploite habilement l’événement en faisant remarquer que sans remettre en cause un choix « mûrement réfléchi » mais « nullement exclusif » pour le camp occidental, « avec l’apparition du Spoutnik, les données stratégiques sont bouleversées au point qu’il devient difficile d’attribuer à Bizerte une importance décisive pour la défense du monde libre » ; façon de faire pression sur la France avec laquelle sont engagées de délicates discussions sur l’évacuation des troupes militaires encore stationnées sur le territoire de la jeune République tunisienne.

50Mais surtout, de façon plus générale à ses yeux, « l’invention russe comporte un enseignement qu’il paraît nécessaire de tirer. Elle administre au Peuple tunisien tout entier la preuve que la Tunisie a besoin de science et que la science est aujourd’hui un élément de la force ». En effet, ajoute-t-il, « le monde où nous vivons n’est pas très respectueux de la morale. Il est toujours dominé par la volonté de puissance des nations et des hommes. Les peuples ne peuvent aspirer à une vie digne que dans la mesure où ils disposent des éléments de la force. Nous avons eu tendance, pendant la période de la lutte contre le colonialisme, à sous-estimer la force matérielle pour exalter le pouvoir de la force morale. […] Mais la force de l’idéal ne suffit plus. Il y faut l’apport de la force matérielle, l’apport de la science » (Tunis, 7/11/1957).

51On voit comment sont systématiquement inversés ici les termes du discours normatif pacifiste évoqué plus haut ; ce n’est plus de « la confiance entre les peuples » qu’il faut attendre la paix, mais de la suprématie militaro-scientifique. La capacité de la « force morale » à « contrôler la force matérielle » est quant à elle sérieusement mise en doute dans un monde que l’on reconnaît avant tout mû par la volonté de puissance.

52En cette période d’équilibre et de guerre froide, c’est bien entendu l’arme atomique qui incarne parfaitement le rôle central de la science dans la puissance politique et militaire : « En dépit de sa puissance, le Japon a été vaincu par deux bombes atomiques. Mais ces bombes, qui les a donc fabriquées, sinon des ingénieurs qui avaient consacré leur vie à la recherche » (Carthage, 25/01/1973). D’une certaine façon, la science contribue à l’équilibre du monde, mais c’est l’équilibre éminemment instable de la peur atomique et de la guerre froide. Et aux marges de cet équilibre continue à régner la loi de la domination des faibles par les forts.

53Cette loi, le monde arabe en fait les frais dans le conflit qui l’oppose à Israël depuis 1948, les deux adversaires s’affrontant dans une zone incertaine où l’équilibre des « blocs » ne joue qu’imparfaitement. En 1973, c’est dans un contexte particulièrement tendu que Bourguiba rappelle que la Tunisie, tout comme « le monde arabe et, de façon plus générale le monde musulman, ont, depuis leur accession à l’indépendance, brusquement apprécié la faiblesse où ils se trouvent » (idem.). L’affrontement israélo-arabe représente l’expérience la plus tangible de cette impuissance. Les traumatismes des guerres successives, toutes soldées par des défaites militaires et les vagues d’exode des Palestiniens, marquent cruellement la conscience collective, y compris de ceux, comme les Tunisiens, qui ne sont pas sur le « front ».

54Pour Bourguiba, l’explication est simple : « A trois reprises, nous avons préféré fuir en abandonnant nos armes. Pourquoi ? Parce que nous n’avons pas encore atteint le niveau nécessaire pour maîtriser les techniques qui sont à la base de la civilisation du xxe siècle. La guerre, ne l’oublions pas, est une science. Nous ne pouvons aborder l’ennemi avec des chances de vaincre qu’une fois atteint le niveau de savoir […] Pour le moment nous avons besoin de science, cette science qui donne la force. De grands cerveaux peuvent se livrer aux plus subtiles gloses littéraires, ils nous laissent à la merci d’Israël, dans un tel dénuement que toute notre multitude unie est incapable de lui tenir tête. Je le dis aux Tunisiens, aux Arabes, aux Musulmans : la force, en ce moment de l’histoire, réside dans la science » (idem.).

55La science, source de puissance, reste donc l’ultime garantie d’une indépendance récente, et encore fragile. Certes, le droit international et les instances onusiennes sont là pour garantir l’intégrité territoriale des États. Mais, dès lors que l’on constate avec amertume en 1974 que « le territoire imparti par l’ONU aux Palestiniens s’est rétréci au delà de toute mesure » (Carthage, 31/08/1974), il est difficile de ne pas poser la question de savoir « qu’est-ce qui pourrait empêcher une grande puissance d’attaquer la Tunisie et d’occuper son territoire ? » (idem.). Et cette interrogation anxieuse fait bien entendu écho aux questions posées moins d’un siècle auparavant par les réformistes tunisiens, auxquelles l’histoire avait apporté de cruelles réponses.

LA PUISSANCE LÉGITIMANTE DU DISCOURS SUR LA SCIENCE

56S’il est vrai que le discours tenu par le pouvoir politique sur la science fonctionne avant tout comme un discours de légitimité, comment expliquer son efficacité particulière ? On peut distinguer ici deux ressorts principaux. Le premier consiste en l’utilisation de la science comme une métaphore du politique. Le second est de fournir une armature et un support privilégiés au véritable mythe moderne qu’est le développement, et de proclamer la pérennité du nouvel État en affirmant la sortie d’un temps jusque-là considéré comme cyclique et l’entrée dans une histoire linéaire, ascendante et universelle.

La science comme métaphore du politique

57La première dimension de légitimation de ce compartiment du discours - sans doute la plus évidente – est qu’il fait de la science une véritable métaphore du politique, dans le but de dissimuler les diverses contradictions qui traversent le champ social et politique et que l’action de l’autorité étatique a précisément pour but de réguler. En s’auto-attribuant les qualités de rationalité et de scientificité dans l’analyse des problèmes et l’élaboration de leur solution, le discours se donne en effet la possibilité d’occulter la dimension proprement politique de l’action étatique, c’est-à-dire le fait que les actes de l’État sont le résultat de choix renvoyant à une configuration particulière du pouvoir, et qu’ils pourraient être différents si celle-ci l’était aussi. Il confère ainsi à ceux qui le prononcent la légitimité de la raison sur l’arbitraire, de la science modernisatrice sur la tradition imitatrice. Il impose l’idée que, par définition, des décisions prises sur la seule base de la raison scientifique ne pouvant profiter à un pouvoir particulariste (clan, famille, classe…), le pays est bel et bien gouverné par une élite ayant pour seul objectif l’intérêt de la nation tout entière. Celle-ci est donc appelée à s’unir derrière un chef qui incarne à la perfection cet « État de raison » en train de se construire.

  • 25 On renverra à Aquien M. et Molinie G., Dictionnaire de rhétorique et de poétique, Paris, LGF, 1996 (...)

58Un tel résultat est obtenu par un glissement constamment à l’œuvre dans l’ensemble de ce discours et que l’on pourrait rapprocher de la figure rhétorique de la métaphore. Le mécanisme de la métaphore se construit avec pour point de départ une figure plus simple qui est la comparaison. Comme le rappellent les ouvrages de rhétorique25, si l’on prend un exemple du type « Ce garçon est agile comme un singe », on est dans le cadre d’une comparaison simple où le terme « garçon » est le comparé, « agile » la qualité attribuée, « comme » est l’outil comparatif et « singe » le comparant. Si de là, on passe à des expressions telles que « ce garçon est un singe agile », ou « ce garçon est un vrai singe », on sort de la comparaison pour entrer dans la métaphore. L’outil comparatif a disparu et, dans le deuxième cas, la qualité attribuée a disparu également. Il revient donc au récepteur (auditeur ou lecteur) d’effectuer tout un travail d’interprétation afin de décoder correctement de telles formulations, c’est-à-dire d’ôter au comparant son sens littéral (comprendre que ce n’est pas d’un singe qu’il s’agit), d’en extraire les qualités qui lui sont habituellement associées (ici, l’agilité), de les transférer sur le comparé afin de le qualifier.

59De même, dans le discours bourguibien, on assiste à un glissement semblable : là où l’on pourrait attendre une comparaison explicite - par exemple « la politique du nouvel État est rigoureuse, rationnelle, dépourvue de parti pris idéologique comme l’est la science », ce qui reste un énoncé contestable – on trouve sous diverses formulations l’affirmation selon laquelle « la politique est désormais une science », ce qui n’appelle plus de discussion. Comme dans l’exemple évoqué précédemment, on voit disparaître l’outil comparatif ainsi que les qualités attribuées. Dès lors, en l’absence d’un effort permanent d’interprétation et de décodage (que l’art du discours ne tend évidemment pas à favoriser), tout ce qui est dit sur l’action de l’État peut et doit être compris par référence à l’usage de la raison et de la science.

  • 26 Cf. Burgat F., L’islamisme en face, Paris, La Découverte, 1996, p. 74.

60Ainsi, par exemple, le choix du système des coopératives dans l’agriculture, mis en œuvre au cours des années 1960, n’est pas – selon le discours du pouvoir - un choix politique, ou plutôt il ne devient acte politique que dans la mesure où il est le résultat d’une analyse rationnelle visant à assurer à ce secteur une rentabilité optimale. De même, la planification par l’État de la quasi totalité de l’activité économique du pays ne doit pas être vue comme révélatrice d’une priorité donnée à une option idéologique particulière, visant à assurer la prééminence de certains groupes sociaux sur d’autres, mais comme l’application nécessaire de la rationalité humaine aux automatismes erratiques de l’économie. Enfin, on pourrait ajouter que, selon la même logique, la suppression de l’université de la Zitouna et l’instauration d’un enseignement aux contenus entièrement contrôlés par l’État, visent la mise en place d’un enseignement propre à répondre aux défis de la modernisation contre des pratiques pédagogiques archaïques, niant par là une lecture selon laquelle il s’agirait d’un coup volontairement porté au mode de reproduction d’élites traditionnelles potentiellement concurrentes (coup chargé d’une violence symbolique que même l’ancienne puissance coloniale ne s’était pas permise26).

  • 27 Camau M., partie « Maghreb » in : Les régimes politiques arabes (ouvrage collectif), Paris, Presse (...)
  • 28 Cf. Burgat F., L’islamisme au Maghreb : la voix du Sud, Paris, Karthala, 1988, p. 203 et suivantes

61En l’occurrence, l’utilisation de la science comme une métaphore du politique a pour objectif de dissimuler les diverses contradictions qui traversent le champ social et politique tunisien, contradictions que le pouvoir s’efforce de contenir grâce au principe normatif de « l’unité nationale ». Sans nous étendre sur des évolutions largement étudiées par ailleurs, rappelons que ces contradictions sont déjà à l’œuvre avant même l’indépendance, lorsque la sédition yousséfiste de 1955 vient rappeler à quel point l’équilibre établi pendant la lutte de libération par le Néo-Destour entre bourgeoisie traditionnelle et mouvement ouvrier et syndical était fragile. A l’indépendance, souligne Michel Camau, « le Néo-Destour constituait la principale force politique du pays, mais non point la seule. Il devait compter avec la survivance du « vieux » Destour, la présence du Parti communiste, l’influence de la centrale syndicale (l’Union générale des travailleurs tunisiens-l’UGTT), alliée dont le poids était à la mesure de son autonomie organique, l’hostilité des milieux de la Mosquée-Université de la Zitouna (les « zitouniens ») et l’assise de la monarchie »27. D’autres lignes de fracture se révèlent pendant la phase socialiste-destourienne des années 1960, lorsque, contre les décisions du courant « étatiste » du parti au pouvoir – le système des coopératives, en particulier – se révolteront jusque et y compris des régions traditionnellement acquises à Bourguiba (révolte de M’saken en 1964, réprimée dans le sang). Enfin, de nouvelles formes de contestations seront différées dans le temps ; celle des premières générations d’étudiants, au début des années 1970, dont les projets révolutionnaires d’inspiration marxiste s’élèveront contre un État hégémonique ; celle enfin, au début des années 1980, de la mouvance islamiste qui, après une lente gestation, fera un enjeu politique de la réappropriation de codes culturels endogènes malmenés par la violence « modernisatrice » du nouvel État tunisien28.

  • 29 Camau M., Tunisie au présent. Une modernité au dessus de tout soupçon ? Paris, Éditions du CNRS, 1 (...)
  • 30 Idem, p. 32.
  • 31 Certains auteurs ont signalé l’ambiguïté du terme de politique scientifique (pris au sens de « pol (...)

62Refusant de reconnaître dans ces clivages l’expression de réactions à un État réel (dont la réalité est avant tout celle de sa privatisation, de sa traditionnalisation et de son fonctionnement clientéliste29), le pouvoir politique impose donc l’image de l’État idéologique30 se proclamant lui-même caractérisé par l’exercice d’une politique déterminée avant tout par la rationalité scientifique, une politique « scientifique »31.

Le développement par la science, ou la sortie du temps cyclique

63La deuxième dimension légitimante du discours sur la science est qu’il tend à faire de celle-ci le paradigme même du développement, défini comme processus cumulatif, irréversible, constant, infini. Ainsi, l’État tunisien qui se déclare lui-même le « grand ordonnateur » de ce développement peut se présenter comme indépassable et à l’abri de toute remise en cause.

Histoire circulaire, histoire linéaire

64On peut considérer qu’il y a, en théorie comme en pratique, deux façons pour les sociétés de se représenter leur devenir. L’une – qui nous est la plus familière – consiste à l’envisager sous la forme d’un processus universel linéaire et univoque. Dans ce type de représentation, l’histoire a un sens, dans les deux acceptions du terme : elle suit un axe qui va du passé (le « moins ») et se dirige vers le futur (« le plus »), et elle suit une logique intelligible, ces deux pôles étant connotes, le « moins » correspondant à des périodes globalement dépréciées, tandis que le « plus » est associé à un mieux-être toujours croissant, résultat de l’incessante avancée des différents fronts du progrès.

65Une deuxième représentation possible du devenir social est de l’envisager sous forme d’un cycle perpétuellement recommencé. Ce mouvement se décompose schématiquement en trois temps : une phase d’expansion (économique, militaire, culturelle, morale, etc.) ; une phase de décadence au cours de laquelle les acquis de la première phase sont progressivement érodés ; enfin, une révolution, terme qu’il faut également prendre dans ses deux sens, astronomique et politique, le premier indiquant que le cycle se termine et que « la boucle est bouclée », telle l’orbite d’une planète, le second sens désignant le processus socio-politique plus ou moins violent (la « Révolution ») qui met fin à une configuration de pouvoir pour la remplacer par une autre, le cycle étant dès lors prêt à recommencer.

  • 32 Rist G., Le développement. Histoire d’une croyance occidentale, Paris, Fondation Nationale des Sci (...)
  • 33 Cf. les deux études de Jean-Pierre Vernant sur le mythe hésiodique des races dans Mythe et pensée (...)
  • 34 Rist G., op. cit., p. 62-63.

66Cette deuxième représentation, que nous pourrions qualifier de temps cyclique, a longtemps dominé l’imaginaire des sociétés occidentales, comme le montre Gilbert Rist dans son essai d’histoire sociale de la notion de développement32. Ainsi, les mythologies grecques expliquent les transformations du monde par une succession cyclique d’âges et de « races » d’hommes symbolisés par des métaux (or, argent, bronze, fer)33. Cette représentation reçoit l’aval de la philosophie grecque et latine, d’Aristote (384-322 av. J.-C.) à Lucrèce (98-55 av.J.-C), pour lesquels il est dans la « nature » même des choses, des êtres et des institutions de naître, grandir, décliner et mourir. Une première mutation se produit avec l’avènement de la pensée théologique chrétienne de Saint-Augustin (354-430). Celle-ci conserve le modèle d’une histoire circulaire, mais réduit la multitude de cycles successifs à un seul grand cycle, celui de l’histoire du « salut » de l’humanité qui culmine avec l’apparition et le sacrifice de Jésus et tend dès lors vers sa fin, le « jugement dernier ». Cette vision explique l’opinion largement répandue au cours du Moyen Âge selon laquelle, dans quelque domaine que ce soit (philosophie, astronomie, rhétorique), « l’irréversible déclin du monde obligeait à s’en référer au modèle des Anciens qui avaient vécu en des temps meilleurs »34.

  • 35 On trouve, selon G.Rist, une bonne illustration de ce retournement considérable chez Fontenelle qu (...)

67Mais à partir de la fin du xviie siècle, le paysage idéologique occidental bascule lorsque certains philosophes des Lumières introduisent l’idée d’un progrès infini. La conception antérieure, selon laquelle les civilisations devaient atteindre un optimum au delà duquel leur destin s’infléchissait inéluctablement pour sombrer dans la décadence, est lentement mais irrésistiblement balayée35. Le xviiie siècle voit à l’inverse s’ancrer la conviction que les sociétés ne cesseront plus d’amasser connaissances et richesses dans un processus que la raison humaine rendra de plus en plus rapide. Ce nouveau paradigme est parachevé au xixe siècle avec le triomphe d’un évolutionnisme social dont Auguste Comte donnera une version systématisée. Reprenant de Condorcet l’idée que le progrès de l’esprit humain est le fondement du devenir des sociétés humaines, il formule la théorie des trois états successifs de l’esprit et des sociétés (théologique, métaphysique, scientifique) et annonce l’avènement d’une société en progression constante dans laquelle les scientifiques et les industriels sont appelés à remplacer définitivement les militaires et les prêtres. Cet évolutionnisme social, devenu idéologie dominante, est au fondement même de la « pensée du développement » telle qu’elle se manifeste au lendemain de la deuxième guerre mondiale. Il lui fournit l’un de ses grands principes, à savoir l’idée que la société techno-industrielle occidentale a un caractère exemplaire et préfigure le sort indépassable de l’ensemble de l’humanité.

  • 36 Morsy M., p. 46 de la présentation de : Khayr ed-Din, Essai sur les réformes nécessaires aux États (...)

68En revanche, dans l’univers politique et culturel arabo-musulman auquel appartient la Tunisie, la conception cyclique du temps social est encore largement présente jusqu’au xxe siècle, comme en témoigne dans une certaine mesure le discours réformiste. Magali Morsy le souligne, « la modernisation » que les réformistes appellent de leurs vœux « passe par le retour aux sources et le réformisme est aussi un fondamentalisme, fondamentalisme ouvert sur l’avenir »36.

69Cette conception cyclique renvoie à une histoire et à ses représentations (tout au moins celles de l’élite cultivée), avec une première dimension civilisationnelle, et une deuxième propre à la nature du pouvoir politique.

  • 37 Souvent associé au nom du calife abbasside Hârûn ar-Rashîd (170-194 /786-809).
  • 38 Khayr Ed-Din, Essai sur les réformes nécessaires aux États musulmans, version française présentée (...)
  • 39 Op. cit., p. 134.

70La première dimension de cet imaginaire pourrait être intitulée « gloire et décadence » de l’empire arabo-musulman. Ce thème est omniprésent, il est au principe même de l’entreprise de la Nahda et il recouvre l’idée qu’à la gloire d’un « âge d’or »37 et d’une extraordinaire expansion a succédé la décadence. Celle-ci est à la fois politique (la perte de la Cité musulmane idéale édifiée par le prophète Mohammed et les quatre premiers califes), militaire (la dislocation de l’Empire), économique (la fin de l’emprise marchande sur une zone qui s’étendait de l’Espagne à la Chine), scientifique (la perte du savoir bâti par les savants arabes, en particulier la médecine), spirituelle et religieuse (les divers schismes qui ont, au fil du temps, divisé la communauté initiale ; la sclérose de la pensée théologique ; enfin les manifestations visibles d’un islam « populaire » métissé de croyances antérieures ou extérieures impures du point de vue de l’orthodoxie). Une fois ce premier cycle achevé avec la mise sous tutelle par des mercenaires turcs (xe siècle), puis l’éclatement définitif de l’empire abbasside devant la poussée mongole du xiiie siècle, un second commence avec la naissance de l’empire ottoman. Bien que non arabe, celui-ci restaure néanmoins, à partir du xive siècle, un ensemble impérial musulman et accroît à nouveau son emprise territoriale, sa richesse et sa puissance. Mais au xixe siècle, on l’a vu, les observateurs musulmans ne peuvent que constater une nouvelle fois le mouvement du déclin qui aboutit à une mise sous tutelle européenne. On trouve une illustration de l’impact sur l’imaginaire politique collectif de ces deux cycles successifs chez l’homme d’État tunisien réformiste Khayr ed-Din, qui en rappelle en détail les étapes dans son ouvrage de 186738, et qui, sur cette base, invite à inaugurer une nouvelle phase d’expansion, jugeant que « le peuple [musulman a] dans les débris de son ancienne civilisation de quoi se relever et marcher plus rapidement que tout autre »39.

  • 40 Pour une analyse de la théorie cyclique d’Ibn Khaldûn, cf. Lacoste Y., Ibn Khaldoun, naissance de (...)
  • 41 Article Ibn Khaldûn. in : Glass C, Dictionnaire encyclopédique de l’islam, Paris, Bordas, 1991, p. (...)
  • 42 Idem.
  • 43 Thaalbi A., La Tunisie martyre, Paris, C.Jouve, 1920. Ouvrage dans lequel on retrouve, selon Asma (...)

71La deuxième dimension, propre à la nature du pouvoir politique, a une source plus spécifiquement maghrébine, puisqu’elle se trouve dans la pensée d’Ibn Khaldûn (1332-1406). Celui-ci tente de saisir les causes de l’instabilité chronique du pouvoir dans les cours maghrébines auprès desquelles il séjourne tout au long de sa vie (entre autres Fès, Bougie, Tunis). Issue de l’observation, la théorie qu’il élabore et expose dans ses Prolégomènes (Muqaddima) est tout entière construite sur la notion de cycle40. A la base du processus, on trouve la tension constitutive entre sédentaires urbanisés et nomades. Au début du cycle, les derniers, forts d’une solide cohésion de groupe, d’un esprit de corps (’açabiyya), s’emparent des villes-centres de pouvoir et fondent une nouvelle dynastie. La première génération insuffle à la fonction de commandement « une vigueur, un esprit vertueux, un sens de la justice et une intensité spirituelle »41. Mais au fil des successions, cette dynamique s’essouffle, la cohésion initiale des nouveaux dirigeants s’effrite et des dissensions et rivalités commencent à déchirer la dynastie au pouvoir. Selon Ibn Khaldûn, quatre générations suffisent pour que les princes s’amollissent au point d’en venir naturellement à considérer « que le pouvoir et le respect leur sont dus par le simple privilège de la naissance »42. Dès lors, ils sont mûrs pour être abattus par de nouvelles forces nomades, comme eux-mêmes, en leur temps, avaient abattu la dynastie précédente. Le cycle est ainsi prêt à recommencer. La théorie du changement socio-politique ainsi développée par Ibn Khaldûn servira de grille de lecture privilégiée pour rendre compte de la succession des dynasties maghrébines, leur déchéance et leur disparition, l’ultime décadence ayant entraîné la colonisation étrangère et, selon les termes d’Abdelaziz Thaalbi, la longue période du « martyre de la Tunisie »43.

  • 44 Larif-Beatrix A., op. cit., p. 80.
  • 45 Abdessalam A., Études de la terminologie politique chez les Arabes, Tunis, Société Tunisienne de D (...)

72Ainsi, dans l’imaginaire politique et culturel arabo-musulman, la conception cyclique dominante implique que toute configuration du pouvoir politique n’est que temporaire, passagère, condamnée à déchoir et à disparaître. Il faut ajouter que cette représentation est également inscrite dans l’étymologie. Comme le rappelle Asma Larif-Beatrix44 (sur la base des travaux d’Ahmed Abdessalam consacrés à la terminologie politique chez les Arabes45), le terme « dawla » (État, mais aussi dynastie ou pouvoir) est le substantif correspondant au verbe « dâla » qui désigne l’action du changement périodique, de l’alternance, de la révolution (au sens d’accomplissement d’un cycle).

Le mythe du développement et la fin des révolutions

  • 46 Cf. Smith P., Article « Mythe », in : Encyclopaedia Universalis, 1980, p. 628.

73Pour le nouvel État tunisien incarné par Bourguiba, cet ensemble de représentations encore prégnantes dans les imaginaires, doit disparaître. Et il s’agit de lui substituer un nouveau mythe fondateur, celui du développement. Les mythes, on le sait, ont une double fonction : expliquer les origines et projeter l’avenir46. C’est cette deuxième fonction qui est en cause ici.

  • 47 Henry J-R., « Science, technologie, développement : questions sur un discours », in : Politiques s (...)

74Ce qui est crucial pour le pouvoir politique à la tête de l’État tunisien, c’est d’imposer l’idée que l’avenir n’est plus une répétition sans fin du passé, des cycles de l’expansion et de la décadence. Désormais l’histoire a un sens, elle va du sous-développement vers le développement dans un processus linéaire et illimité (« la marche sans fin du progrès » selon l’expression de Bourguiba). En bref, il s’agit d’imposer une vision mythique du développement comme « destin inéluctable et valeur suprême tout à la fois »47.

  • 48 Interview donné au Caire au correspondant de la République Algérienne, organe de l’U.D.M.A en avri (...)

75Cette volonté de transformer les représentations, Habib Bourguiba l’exprime parfois explicitement, comme lors de son retour du Congrès islamique de Karachi, en 1951, n’hésitant pas lui même à se désigner comme un « évolutionniste ». « Il y a ceux – explique-t-il – qui, par une réaction naturelle contre l’Occident, ses méfaits et ses tares, préconisent le retour pur et simple à tout ce qui a fait notre grandeur dans le passé ou plus exactement à tout ce qui existait au temps de notre grandeur passée ; ils préconisent en somme la résurrection de la société musulmane des premiers Califes, qui représente en fait l’âge d’or de l’Islam. Conception très séduisante qui flatte le sentiment mais qui est maintenant impraticable et au surplus dangereuse, car elle se traduirait par une régression mortelle […]. Cette tendance a été combattue au sein du Congrès […] par la tendance évolutionniste qui voit le salut, non dans un retour au passé, mais dans la marche en avant… »48.

  • 49 Pour reprendre le titre de l’ouvrage de G. Rist cité plus haut.

76Pourquoi insister autant sur la nécessité d’inculquer cette « mentalité du développement », de faire accepter une telle vision du monde ? Qu’est-ce qui explique que cette « croyance occidentale »49 soit reprise avec autant de conviction et d’avidité par la Tunisie, comme par bien d’autres pays nouvellement indépendants. C’est que, comme nous l’avons vu plus haut, le temps cyclique est aussi, par définition, le temps des « révolutions », le temps dans lequel le pouvoir politique est régulièrement appelé à être balayé et remplacé. Tout régime, quelles que soient sa force, son autorité, ses qualités et sa grandeur, contient en germe son propre déclin, entraînant inéluctablement avec lui la séquence civilisationnelle à laquelle il a donné naissance.

77Dans la nouvelle représentation développementaliste, à l’inverse, à partir du moment où l’action politique n’est plus que la stricte mise en œuvre de la rationalité scientifique, on entre dans « l’ère du développement ». La rupture est radicale dans la mesure où il s’agit d’un processus désormais présenté comme illimité, cumulatif et irréversible. L’histoire cesse en quelque sorte de bégayer, et aux boucles successives de l’éternel retour s’est définitivement substitué une droite ascendante, celle de l’histoire linéaire universelle. Cette légitimité indiscutable du projet se transfère sur le système de pouvoir qui, pour la première fois, en assume la conduite. Elle va, au-delà de la seule personne du leader, rejaillir sur la configuration du pouvoir, en l’occurrence le nouvel État moderne, et en proclamer la nécessaire pérennité, ainsi que celle de l’élite politique qui en assume la direction.

  • 50 Aron R., Les étapes de la pensée sociologique, Paris, Gallimard, 1967, p. 172. L’auteur fait remar (...)
  • 51 Depuis la parution de l’article initial, dans la revue National Interest (Washington, été 1989), c (...)

78Il n’y a là rien d’une démarche « originale » ou novatrice de la part du pouvoir politique tunisien, au contraire. Celui-ci s’efforce de rejoindre et d’adopter sans réserve un mode de légitimation dominant en Occident, sans cesse réactivé sous différentes formes, que l’on pourrait qualifier de téléologique, c’est-à-dire renvoyant à une « fin de l’histoire ». Car paradoxalement, l’affirmation d’une histoire linéaire universelle correspond aussi à une fin de l’histoire, la fin d’une histoire faite de contingences humaines, de luttes, de rapports de forces entre idéologies concurrentes, portées par des groupes concurrents. La dimension eschatologique de ce type de légitimation est donc le dénominateur commun de ses différentes manifestations particulières. Elle est présente comme on l’a vu chez l’américain W.W. Rostow, pour qui « l’ère de la consommation de masse » constitue l’oméga de la croissance auquel parviendra inéluctablement l’ensemble de l’humanité, conduite par l’exemple des États-Unis d’Amérique. Elle est également explicite dans l’interprétation orthodoxe de la pensée de Marx que produit le pouvoir soviétique jusqu’à son effondrement, à travers les thèmes de la réalisation de la société sans classe, du dépérissement de l’État et de la juste répartition des richesses, bref « le terme de la recherche de l’humanité par elle-même »50. Plus près de nous, en 1989, le désormais célèbre Francis Fukuyama prend argument de la disparition du bloc soviétique et la mondialisation des flux financiers et commerciaux pour raviver l’idée de l’avènement d’une histoire « naturelle », débarrassée de toute alternative, celle du modèle désormais indépassable de la « démocratie de marché » – dont le modèle est là aussi incarné par les États-Unis51.

La science, paradigme de l’histoire sans fin

  • 52 Levy-Leblond J-M., La pierre de touche. La science à l’épreuve, Paris, Gallimard, (Folio/Essais), (...)

79Quel est le rôle du discours sur la science dans cette entreprise de substitution d’une représentation à une autre ? L’utilisation de la thématique de la science fournit certes des raisons de croire que les promesses sont réalisables (la science donne les moyens du développement), mais ce n’est pas là l’essentiel. Elle fournit surtout le paradigme même du développement, c’est-à-dire le modèle de ce phénomène cumulatif, linéaire et apparemment illimité. C’est ce que pointe en d’autres termes Jean-Marc Lévy Leblond lorsqu’il souligne que « la science n’a pas seulement offert aux idéologies du progrès des arguments - elle leur a également proposé un modèle. Quelle autre activité humaine, en effet, a pu jusqu’ici se targuer, sans contestation sérieuse possible, d’une progressivité réelle ? On peut débattre à l’infini pour savoir si nous avons une vie matérielle plus agréable, si notre culture artistique est supérieure, si notre spiritualité est plus riche, si nos relations humaines sont plus intenses que dans telle ou telle des civilisations qui nous ont précédés. Que notre savoir soit plus étendu, plus profond et plus efficace que dans toutes ces civilisations, cela en tout cas n’est pas discutable »52. Contrairement à l’ancien paradigme organique du corps (naissance, croissance, vieillissement et mort), la science constitue le modèle idéal de la marche sans fin vers le progrès.

  • 53 Camau M., Tunisie au présent. Une modernité au dessus de tout soupçon ? Paris, Éditions du CNRS, 1 (...)

80On pourrait résumer ainsi les glissements successifs sur lesquels se fonde l’entreprise de légitimation : le développement étant fondé sur la science, il est comme elle un phénomène historiquement et positivement orienté qui conduira l’homme vers une satisfaction toujours plus efficace (car plus rationnelle) de ses besoins. Le régime politique qui s’est donné pour mission de promouvoir un tel processus de développement est donc par définition à l’abri de la « chute », il ne saurait être soumis aux anciennes lois cycliques de la décadence et du remplacement par une nouvelle formule ; il peut s’auto-proclamer éternel. Ainsi, « l’État de raison », au cœur du projet développementaliste, est, comme l’écrit Michel Camau, l’antithèse de l’État beylical dynastique et particulariste, en ce qu’il est « garant de la sécurité et du bien-être »53, mais aussi parce qu’il se pose en modèle ultime et indépassable, la nature même du processus dans lequel il s’inscrit et qu’il anime le mettant à jamais à l’abri de toute remise en cause.

  • 54 Zghal A., « Le concept de société civile et la transition vers le multipartisme », in : Changement (...)

81En Tunisie, l’efficacité légitimante du mythe développementaliste (soutenu par la raison scientifique) s’avérera telle qu’elle permettra longtemps d’inhiber les critiques les plus radicales, celles que l’on aurait pu attendre par exemple d’une intelligentsia « périphérique » par rapport au pouvoir. L’auto-analyse du sociologue tunisien Abdelkader Zghal montre avec une grande lucidité rétrospective à quel point les intellectuels étaient dans ce domaine « plus royalistes que le roi ». « Les catégories de l’intelligentsia situées à la périphérie des centres de décision, comme par exemple les sociologues, partageaient en réalité les mêmes a priori de l’idéologie développementaliste que les responsables des décisions politiques. […] On critiquait l’État pour demander une intervention plus importante et plus efficace de l’État. […] Nous étions positivistes sans avoir lu Comte et marxistes-objectifs avec une connaissance souvent superficielle de Marx. […] Nous étions convaincus de l’existence des « lois naturelles de la société ». Nous étions animés par le désir de dénoncer les obstacles au développement »54. Position qui permettait sans doute de critiquer les insuffisances du pouvoir, mais non de remettre en cause son « grand dessein ».

  • 55 Alors que l’analyse de G. Rist démontre son origine incontestablement occidentale (Ouvrage cité).

82Il n’est pas interdit de se demander si l’un des points communs aux multiples expressions du discours islamiste contemporain (et peut-être l’une des causes de son succès) n’est pas d’être – jusqu’à aujourd’hui – le seul discours d’opposition à refuser en bloc cette vision prétendument universaliste55, le seul à ne pas souscrire à la « croyance » dans le progrès éternel et à la dénoncer pour ce qu’elle est avant tout, c’est-à-dire un discours de pouvoir. Muni de références culturelles « endogènes » puisées dans le vocabulaire de l’islam, les porte-paroles de ces mouvements peuvent alors se permettre de stigmatiser la « décadence » et la « corruption » des régimes en place, les dépouillant ainsi de leur déguisement « progressiste » et « universaliste » et les ré-inscrivant dans l’ancien temps cyclique, qui est à la fois promesse de fin et de renaissance.

La construction d’un référentiel et ses contradictions

Une toile de fond pour des politiques scientifiques à venir

83L’analyse des sources auxquelles puise le discours sur la science, et surtout la mise en évidence de sa fonction première, celle de légitimer le nouvel État indépendant, laissent entrevoir qu’il ne s’agit en rien d’un discours programmatique inscrivant à l’agenda du gouvernement des actions à mener pour lancer une politique nationale de la science et de la recherche scientifique. A preuve, celle-ci n’aura - comme on va le voir -aucune manifestation concrète pendant la vingtaine d’années où le discours se déploie avec le plus de vigueur.

84Cela ne signifie pas pour autant que ce discours restera sans influence sur ce que pourront être de futures actions en matière de politique scientifique, le jour où celles-ci seront menées. En effet, il constitue une toile de fond et un réservoir de raisons et d’arguments, qui seront en leur temps abondamment utilisés par ceux qui auront en charge de définir et de mettre en œuvre les actions gouvernementales dans ce domaine. Or, cette toile de fond contient bon nombre d’éléments contradictoires qui ne faciliteront pas l’action, voire qui contribueront à dessiner des lignes d’affrontement, y compris au sein même du champ scientifique.

85La principale de ces contradictions est le résultat d’une hésitation non résolue dont on rappellera les termes :

  • la science doit-elle être le fil conducteur d’un redressement civilisationnel global de la nation tunisienne, d’un rattrapage total de l’Occident développé ? Cette option renvoie à un processus à long terme, basé sur une éducation généralisée faisant une large part aux sciences, à la diffusion de « l’esprit scientifique » dans l’ensemble de la population, à la construction d’un système scientifique dont la première étape est le développement d’une recherche nationale, destinée à assimiler les connaissances accumulées par la science internationale, à participer à leur approfondissement et à en tirer en fin de compte les mêmes avantages matériels que l’Occident. Une telle conception s’inscrit dans la droite ligne des conceptions réformistes de la fin du xixe siècle, en particulier l’accent mis sur l’enseignement des sciences et la méfiance de certains vis-à-vis d’une « importation » trop rapide des techniques occidentales en l’absence de bases culturelles solides56. Elle s’inspire aussi de la fraction « universaliste » du discours des organisations internationales, analysé plus haut.
  • la science doit-elle être plutôt et avant tout une « boîte à outils » dont il s’agit de s’approprier rapidement les éléments (les techniques) les plus prometteurs au regard des problèmes concrets et spécifiques qui se posent au pays ? Ce mode d’appropriation d’une science « déjà faite » pourrait alors se contenter de la mise en place rapide de catégories professionnelles dotées de capacités techniciennes (techniciens, ingénieurs…) au sein de la société globale. Cette deuxième option s’inspire quant à elle du discours « techniciste », également présent au sein des organisations internationales spécialisées (thème de la neutralité des techniques et de leur transfert), et dans une certaine mesure, il n’est pas sans perpétuer inconsciemment l’héritage d’une science coloniale « utile ».
  • 57 En réalité, ces deux options ne sont réellement contradictoires qu’au regard de la relative rareté (...)
  • 58 Nous prenons ici ce terme dans le sens que lui donnent Bruno Jobert et Pierre Muller dans une appr (...)
  • 59 L’idée de contradictions internes à un référentiel global donné n’est pas choquante, c’est même «  (...)

86Cette hésitation entre des choix contradictoires en pratique (sinon en théorie57) est importante à souligner, car elle introduit de multiples possibilités d’interprétation pour l’avenir. Le discours abondamment dispensé par le Président Bourguiba sur la place de la science dans la société, l’idée d’une science qui est le véritable moteur du développement de la société tunisienne dans toutes ses dimensions, constituera en effet le référentiel global58 incontournable auquel feront obligatoirement appel les futures politiques scientifiques du gouvernement tunisien. Cette contradiction interne au référentiel global59 – qui provient de l’état irrésolu de la question « quelle science pour quel développement ? » – ouvre aux futurs acteurs qui auront à concevoir, mettre en œuvre et exécuter ces politiques, la possibilité de puiser à une même référence des exégèses divergentes pour soutenir leurs points de vue particuliers.

87Aussi peut-on voir dans cette définition ambiguë de la place et du rôle de la science dans la société, sinon la source, du moins l’une des conditions d’émergence de l’opposition tranchée qui se manifestera par la suite (à partir de la fin des années 1970) entre, d’un côté les partisans d’une recherche scientifique finalisée et programmée en fonction de problèmes strictement nationaux et, de l’autre, les défenseurs d’une recherche fondamentale de haut niveau, destinée à rattraper les standards de la science internationale. Mais cette opposition entre différentes « idées de la science » doit aussi beaucoup aux conditions concrètes de la construction du système universitaire tunisien entre le début des années 1960 et la fin des années 1970.

Notes

1 Ben Achour Y., « La réforme des mentalités, Bourguiba et le redressement moral », in : Tunisie au présent. Une modernité au dessus de tout soupçon ? (M.Camau, dir.), Paris, Éditions du CNRS, 1987, p. 147.

2 Cette « saturation » a été bien décrite par Clement Henry Moore dans un passage intitulé « The symbolic capability » de son ouvrage Politics in North Africa : Algeria, Morocco and Tunisia, Boston, Little, Brown and Company, 1970. pl48-149.

3 Idem, p. 146. Cette pratique sera d’ailleurs systématisée à partir de novembre 1973 dans le discours télévisé hebdomadaire du vendredi.

4 Camau M., « Le discours politique de légitimité des élites tunisiennes », Annuaire de l’Afrique du Nord, Paris, Éditions du CNRS, 1971, p. 27.

5 Larif-Beatrix A., Édification étatique et environnement culturel. Le personnel Politico-administratif dans la Tunisie contemporaine, Paris, Publisud/OPU, 1988, p. 149.

6 Hourani A., La pensée arabe et l’Occident, Paris, Naufal, 1991, p. 374-375. (La citation de Bourguiba est tirée de : Bourguiba H. (1959), Bourguiba s’adresse aux cadres de la nation, Tunis.)

7 Camau M., La Tunisie, Paris, PUF (coll. Que Sais-je ?), 1989, p. 62-63.

8 Bourguiba H., Le Président Bourguiba dans le sud tunisien, Tunis, 1959.

9 Qui devient en 1960 une simple Faculté de Théologie de l’Université de Tunis.

10 Belhassen S. et Bessis S., Bourguiba. Un si long règne (¡957-1987), (tome 2), Paris, Jeune Afrique Livres, (coll. Destins), 1989, p. 47.

11 Camau M., op. cit., p. 49.

12 Préface de Habib Bourguiba au Plan quadriennal 1965-68. République tunisienne. Secrétariat d’État au Plan et à l’Économie Nationale, p. 12.

13 Jusqu’en 1969 tout au moins.

14 Idem, p. 12.

15 Camau M., op. cit., p. 60.

16 Discours de Carthage, 31/01/1967.

17 Et le Combattant suprême de rassurer immédiatement ses auditeurs : « Dieu merci, ce n’est pas notre cas. Quand nous nous trompons, nous savons reconnaître nos erreurs. Nous ne demandons qu’à être éclairés ».

18 Enseignement supérieur « moderne », c’est-à-dire à l’exclusion de l’enseignement zitounien. Ce taux moyen atteint 92,6 % pour la période la plus récente de l’étude (1970-79) (Larif-Beatrix A., op. cit., p. 189).

19 Idem, p. 209.

20 Voir par exemple le discours de Carthage, le 30/06/1967, op. cit., p. 247.

21 Les clubs Jeunes Science seront ultérieurement rassemblés en une association nationale (Association Jeunes Science) en 1974.

22 Cette tendance à dénigrer la « culture traditionnelle » atteint parfois, par une association révélatrice, la langue elle-même, malgré son caractère de puissant symbole national. « Nous ne saurions nous enfermer dans la langue arabe et nous limiter à apprendre la théologie et la scolastique » (Carthage, 31/08/1974). Il est vrai que chez Bourguiba, le sentiment national tunisien passe avant l’arabité revendiquée par les régimes baâthistes ou nassériens.

23 Les scientifiques tunisiens racontent encore aujourd’hui des anecdotes relatives à l’irritation du Président Bourguiba face au dénuement technique du pays (à cette « incapacité à faire marcher les machines ») alors même que la Tunisie produisait déjà des diplômés de troisième cycle.

24 A presque vingt ans de distance, l’histoire donnera un écho ironique à cette réflexion dans le violent réquisitoire contre la guerre du Golfe que prononce en 1992 l’intellectuel marocain Mahdi Elmandjra, les découvertes « offertes » à l’Occident étant en l’occurence les SCUDS irakiens : « Quand on entend parler des missiles Ai-Hussein ou Al-Abbas, cela est déjà une révolution que de pouvoir associer des noms arabes à des technologies dans plusieurs disciplines et une maîtrise endogène de ces technologies qui ne se borne pas à l’achat de produits clés en main. L’Irak est le pays arabe qui a le plus investi dans la recherche scientifique depuis de nombreuses années. Peut-être est-ce que l’on ne le lui pardonne pas. » Elmandjra M., Première guerre civilisationnelle, Casablanca, Éditions Toubkal, 1992, p. 96.

25 On renverra à Aquien M. et Molinie G., Dictionnaire de rhétorique et de poétique, Paris, LGF, 1996, p. 248-250.

26 Cf. Burgat F., L’islamisme en face, Paris, La Découverte, 1996, p. 74.

27 Camau M., partie « Maghreb » in : Les régimes politiques arabes (ouvrage collectif), Paris, Presses Universitaires de France, 1990, p. 402.

28 Cf. Burgat F., L’islamisme au Maghreb : la voix du Sud, Paris, Karthala, 1988, p. 203 et suivantes.

29 Camau M., Tunisie au présent. Une modernité au dessus de tout soupçon ? Paris, Éditions du CNRS, 1987, p. 32-37.

30 Idem, p. 32.

31 Certains auteurs ont signalé l’ambiguïté du terme de politique scientifique (pris au sens de « politique de la science », tel qu’il a été promu par les organisations internationales) : s’agit-il de dire que le gouvernement agit dans le domaine de la science, ou bien que la politique menée par ce même gouvernement est scientifique ?Ambiguïté qui n’apparaît pas pour les autres domaines traditionnels de l’action étatique (politique étrangère, politique urbaine, politique industrielle, politique culturelle, etc.) et qui n’est peut-être pas étrangère à l’adoption rapide de l’expression, même lorsque aucune activité de ce type n’existait en réalité dans les pays qui en faisaient grand usage.

32 Rist G., Le développement. Histoire d’une croyance occidentale, Paris, Fondation Nationale des Sciences Politiques, (Références inédites), 1996. pp. 52-80.

33 Cf. les deux études de Jean-Pierre Vernant sur le mythe hésiodique des races dans Mythe et pensée chez les Grecs, Paris, Maspéro (petite collection maspero), 1965. pp. 13-79.

34 Rist G., op. cit., p. 62-63.

35 On trouve, selon G.Rist, une bonne illustration de ce retournement considérable chez Fontenelle qui interrompt le fil de la traditionnelle comparaison entre le cycle de l’histoire de l’humanité et celui de l’existence humaine (enfance, jeunesse, maturité) en ces termes : « Il est fâcheux de ne pouvoir pas pousser jusqu’au bout une comparaison qui est en si beau train, mais je suis obligé d’avouer que cet homme-là [la société humaine] n’aura pas de vieillesse ; il sera toujours également capable des choses auxquelles sa jeunesse estoit propre, & il le sera toujours de plus en plus de celles qui conviennent à l’âge de la virilité ; c’est-à-dire, pour quitter l’allégorie, que les hommes ne dégénéreront jamais & que les vues saines de tous les bons esprits qui se succéderont s’ajouteront toujours les unes aux autres ». Cité par G.Rist, op. cit., p. 64-65.

36 Morsy M., p. 46 de la présentation de : Khayr ed-Din, Essai sur les réformes nécessaires aux États musulmans, version française, Aix-en-Provence, Edisud, 1987 (coll. « Archives maghrébines »).

37 Souvent associé au nom du calife abbasside Hârûn ar-Rashîd (170-194 /786-809).

38 Khayr Ed-Din, Essai sur les réformes nécessaires aux États musulmans, version française présentée et annotée par Magali Morsy, Aix-en-Provence, Édisud, 1987 (coll. « Archives maghrébines »), p. 112-116.

39 Op. cit., p. 134.

40 Pour une analyse de la théorie cyclique d’Ibn Khaldûn, cf. Lacoste Y., Ibn Khaldoun, naissance de l’histoire, passé du tiers-monde, Paris, La Découverte, 1985. Cf. aussi Talbi M., « Ibn Haldûn et le sens de l’histoire », Studia Islamica, XXIV, 1967, pp. 73-148. L’ouvrage d’Ibn Khaldûn a été traduit en français pas Vincent Monteil (Discours sur l’histoire universelle. Al Muqaddima, Beyrouth, Unesco (coll. Les œuvres représentatives), 1967).

41 Article Ibn Khaldûn. in : Glass C, Dictionnaire encyclopédique de l’islam, Paris, Bordas, 1991, p. 169.

42 Idem.

43 Thaalbi A., La Tunisie martyre, Paris, C.Jouve, 1920. Ouvrage dans lequel on retrouve, selon Asma Larif-Beatrix, l’idée d’un « âge d’or » perdu, « mythe tenace dans la tradition musulmane » (Edification étatique et environnement culturel. Le personnel politico-administratif dans la Tunisie contemporaine, Paris, Publisud/OPU, 1988, p. 130).

44 Larif-Beatrix A., op. cit., p. 80.

45 Abdessalam A., Études de la terminologie politique chez les Arabes, Tunis, Société Tunisienne de Diffusion, 1978 (en arabe).

46 Cf. Smith P., Article « Mythe », in : Encyclopaedia Universalis, 1980, p. 628.

47 Henry J-R., « Science, technologie, développement : questions sur un discours », in : Politiques scientifiques et technologiques au Maghreb et Proche-Orient, (Cahiers du CRESM, n° 14), Paris, Éditions du CNRS, 1982, p. 48.

48 Interview donné au Caire au correspondant de la République Algérienne, organe de l’U.D.M.A en avril 1951. in : Bourguiba H., La Tunisie et la France. Vingt-cinq ans de lutte pour une coopération libre, Paris, René Julliard, 1954, p. 267.

49 Pour reprendre le titre de l’ouvrage de G. Rist cité plus haut.

50 Aron R., Les étapes de la pensée sociologique, Paris, Gallimard, 1967, p. 172. L’auteur fait remarquer que dans cette même interprétation, l’échéance d’un tel aboutissement n’est jamais précisée, ce qui est évidemment commode pour le régime en place. Idem, p. 179.

51 Depuis la parution de l’article initial, dans la revue National Interest (Washington, été 1989), celui-ci a été traduit en français (Revue Commentaire, automne 1989) puis est devenu un ouvrage traduit entre autres en français (Fukuyama F., La fin de l’histoire et le dernier homme, Paris, Flammarion, 1994). Le mécanisme médiatique et financier qui a transformé une conférence d’un « obscur fonctionnaire du département d’État » en best-seller planétaire est analysé par George S., « Mythologies contemporaines », Le Monde diplomatique, août 1996, p16.

52 Levy-Leblond J-M., La pierre de touche. La science à l’épreuve, Paris, Gallimard, (Folio/Essais), 1996, p. 40.

53 Camau M., Tunisie au présent. Une modernité au dessus de tout soupçon ? Paris, Éditions du CNRS, 1987, p. 5.

54 Zghal A., « Le concept de société civile et la transition vers le multipartisme », in : Changements politiques au Maghreb, (M. Camau, dir.), Annuaire de l’Afrique du Nord, Tome XVIII. Paris, Éditions du CNRS, 1989.

55 Alors que l’analyse de G. Rist démontre son origine incontestablement occidentale (Ouvrage cité).

56 Cf. les propos de Ahmed Ibn Abi Dhiâf cités plus haut.

57 En réalité, ces deux options ne sont réellement contradictoires qu’au regard de la relative rareté des ressources financières qu’un pays comme la Tunisie peut consacrer au secteur de la science et de la technologie. Mais il faut cependant constater que chaque option renvoie à une vision particulière de ce qu’est et doit être la science – et chez les scientifiques en particulier, à une socialisation scientifique particulière – et que les deux options, comme on le verra plus loin, cohabitent rarement chez une même personne.

58 Nous prenons ici ce terme dans le sens que lui donnent Bruno Jobert et Pierre Muller dans une approche théorique des politiques publiques, c’est-à-dire une image sociale dominante de la société et de son devenir, « une représentation globale autour de laquelle vont s’ordonner et se hiérachiser les différentes représentations sectorielles ». Jobert B. et Muller P., L’État en action, politiques publiques et corporatismes, Paris, Presses universitaires de France, 1987, p. 65.

59 L’idée de contradictions internes à un référentiel global donné n’est pas choquante, c’est même « la caractéristique fondamentale du référentiel global d’être contradictoire, parce que la reproduction sociale elle-même est un phénomène contradictoire ». B.Jobert, P.Muller, op. cit., p. 65.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable