Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Science et pouvoir dans la Tunisie contemporaine

 | 
François Siino

Première partie. « l'État de raison » le discours de nouvel état tunisien sur la science

1. Les sources du discours, un héritage diversifié

Texte intégral

1Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les sources du discours tenu sur la science et la technique dans la Tunisie indépendante ne sont pas exclusivement exogènes. L’inspiration ne vient pas seulement d’un Occident pourtant fortement dominant dans ce domaine. On peut en effet lui trouver des racines locales, même s’il faut convenir que ces voix se sont exprimées dans le contexte d’un face à face avec le monde extérieur. C’est le cas du discours tenu par le mouvement réformiste tunisien qui se développe dans la deuxième moitié du xixe siècle.

LA PENSÉE RÉFORMISTE DU XIXe SIÈCLE ET SES PROLONGEMENTS

Déclin et réforme de l’Empire ottoman

2Le réformisme tunisien fait partie d’un vaste mouvement d’ensemble, sorte de frisson qui, parti du cœur de l’empire, la « Sublime Porte » d’Istanbul dans les années 1830, touche l’ensemble du monde ottoman de l’époque, et surtout ses « provinces arabes », plus ou moins indépendantes.

3Partout, la cause est la même. Ce sont les desseins impérialistes d’un Occident conquérant, avide de débouchés pour ses productions croissantes de marchandises, fort de sa puissance militaire, de son essor technologique sans précédent et d’une science de l’organisation. La menace n’est pas seulement abstraite. Puissance majeure de l’Europe et du Proche-Orient depuis le xve siècle, l’empire ottoman est devenu au xixe « l’homme malade » dont les puissances européennes cherchent à se partager les dépouilles. Les multiples concessions territoriales faites aux Russes et aux Autrichiens, les avantages commerciaux accordés aux Français et aux Anglais, sont les symptômes les plus visibles de ce déclin. D’autres suivront : la flotte ottomane est détruite à Navarin en 1827, la France s’empare de l’Algérie en 1830 et l’Egypte est mise sous tutelle financière et politique franco-anglaise en 1877.

  • 1 Jamal ed-Din al-Afghani et Muhammad’Abduh, pour ne citer que les deux plus influents.
  • 2 Thème récurrent chez les « modernisateurs » de l’islam qui ne cessent de souligner la place majeur (...)

4Ces signes d’une incontestable décadence entraînent de profondes interrogations au sein des élites politiques et intellectuelles musulmanes. Dès le début du xixe siècle, les réactions s’expriment dans des registres différents mais étroitement liés, et ont pour point commun de souligner la nécessité de réformer profondément le fonctionnement de l’empire et de ses provinces. Sur le plan religieux et plus largement culturel, il s’agit pour beaucoup de penseurs musulmans1 de revenir à l’esprit originel de la religion musulmane, seul à même, selon eux, de permettre et même d’encourager « l’incorporation » de la modernité. Ils considèrent impératif de rompre avec des siècles de conceptions sclérosées basées sur l’imitation conservatrice (taqlîd) et de renouer avec le raisonnement et l’interprétation innovante (ijtihâd) des premiers temps de l’islam. Sur le plan politique et administratif, on prône la modernisation – c’est-à-dire concrètement l’occidentalisation – de l’appareil de l’État, de la justice, des finances, des armées, de l’éducation, etc. Ce sera l’objet principal des réformes entreprises au centre de l’empire ottoman entre 1839 et 1880 (tanzimât), en Egypte par Muhamad’Ali, et en Tunisie par Ahmed Bey et ses successeurs. Enfin, il est clairement perçu que l’ascension européenne repose en premier lieu sur son incontestable supériorité scientifique et technologique dont les conséquences sont à la fois internes (le développement de l’industrie) et externes (la puissance militaire). Là encore, on appelle à renouer avec le passé prestigieux de la science arabo-islamique2, mais la seule voie qui s’offre pour y parvenir n’est autre que l’emprunt à l’Europe.

5En Tunisie où le mouvement réformiste est particulièrement bien représenté, le regard porté sur la puissance scientifique et technologique de l’Europe reflète tour à tour une admiration étonnée et une crainte profonde. Ce sont ces mêmes sentiments ambigus que trahit le discours.

Les réformistes tunisiens, l’Occident et les « sciences profanes »

Figures du réformisme tunisien

6Une première manifestation de la prise de conscience du rôle des sciences et de la technique dans l’ascension de l’Occident apparaît avec Mahmûd Qabâdû (1813-1871). Bien qu’ayant reçu une formation classique de littérature et de théologie à la Zitouna, il s’imprègne, au cours d’un séjour de dix ans à Istanbul, des idées réformistes qui agitent le cœur de l’empire ottoman au moment de la promulgation des premières tanzimât (réformes). De retour à Tunis, il est nommé directeur des études arabes à l’École Polytechnique du Bardo où il fait traduire par ses étudiants des ouvrages européens d’art militaire.

  • 3 Sraïeb N., Le collège Sadiki de Tunis, 1875-1956. Enseignement et nationalisme, Paris, Éditions du (...)

7C’est en introduction à l’un de ces ouvrages qu’il présente sa réflexion, ainsi résumée par Noureddine Sraïeb : « le monde musulman est en retard, malgré la possibilité que lui donne la religion musulmane de progresser. Il faudrait donc rechercher les raisons de ce retard ailleurs que dans la religion. Or, la comparaison entre le monde musulman et l’Europe fait apparaître que ce qui fait défaut à celui-là, ce sont les sciences profanes (hikmiyya). Quand les Européens acquirent ces sciences à travers l’Islam, c’est l’Europe qui domina le monde musulman dès lors que celui-ci les délaissa. Il n’est donc plus possible que les musulmans reprennent leur part de bonheur tant qu’ils n’auront pas récupéré ces sciences qu’ils ont perdues. Comme les Européens ont accordé à ces sciences toute la place qu’elles méritaient, qu’ils les ont parfaites et enrichies, il ne reste plus (aux musulmans) qu’à les reprendre soit par leur transcription, soit par l’enseignement »3.

  • 4 Chabbi M., L’image de l’Occident chez les intellectuels tunisiens dans la seconde moitié du xixe s (...)

8Ce point de vue est partagé par Ahmed Ibn Abi Dhiâf (1802-1874) entré à vingt-cinq ans au service du Bey Hussein comme secrétaire, et qui fréquentera les allées du pouvoir pendant la majeure partie de sa vie. Partisan d’un plus grand contrôle de l’absolutisme beylical (il est l’un des rédacteurs de la Constitution de 1861), il est également un grand admirateur du progrès technique et scientifique de l’Europe, même s’il « n’admet pas facilement pour autant que la régence procède à l’importation de technologies qui ne correspondent le plus souvent ni à son degré d’évolution, ni à ses besoins, et qui multiplient les voies d’intervention de l’étranger dans ses affaires. Il considère qu’il faut se mettre à l’école de l’Occident pour se hisser à son niveau scientifique et non importer les fruits de son savoir sans être en mesure de les intégrer culturellement »4.

  • 5 Khayr Ed-Din, Essai sur les réformes nécessaires aux Etats musulmans, version française présentée (...)
  • 6 Khayr Ed-Din, op. cit., p. 90.

9C’est au général Khayr ed-Din, homme politique et premier ministre du bey de 1873 à 1877, qu’il revient d’élargir encore le propos. Celui-ci est fortement imprégné de l’idée d’un mouvement du Progrès à vocation universelle dans lequel il ne voit aucune contradiction avec la spécificité de la civilisation et de la religion musulmanes. Au contraire, dans un effort dialectique, il fait de l’accès à l’universel la condition même d’une préservation de la spécificité islamique. Dans son célèbre ouvrage Aqwâm al-masâlik fi ma’arifat ahwâl al-mamâlik (dont la version française s’intitule « Les réformes nécessaires aux États musulmans ») publié en 1867, il établit clairement que le progrès scientifique et technique est étroitement lié en amont à la forme du gouvernement politique. Selon lui, il est clair que « la supériorité et les progrès de l’Européen dans les connaissances [sont] favorisés par des institutions politiques basées sur la justice et la liberté »5. Mais ce progrès scientifique est aussi la condition nécessaire au redressement et à la prospérité économique de la nation, seule à même de garantir l’indépendance du pays. « Le besoin de recourir à l’étranger pour presque tous les objets de première nécessité, démontre l’état arriéré des arts dans le pays […] ; la nécessité pour un État de recourir constamment à un autre est un obstacle à son indépendance et une cause de faiblesse, particulièrement si cette nécessité a rapport aux armes et au matériel de guerre ; car si on peut acheter ces choses en temps de paix, de gré à gré chez l’étranger, il est impossible de se les procurer de la même source en temps de guerre, à n’importe quel prix »6.

  • 7 Morsy M., p. 21 de la présentation de : Khayr ed-Din, Essai sur les réformes…, op. cit.

10Notons que ces hommes – ainsi que bien d’autres figures de la mouvance réformiste – ont en commun un élément relativement nouveau en terre d’islam : ils ont effectué un ou plusieurs voyages en Europe, dans un cadre officiel ou personnel. Relaté sous forme de récit de voyage (rihla) ou à un cercle de disciples, « le périple européen s’inscrit désormais dans les faits et même dans la conscience »7. Il donne lieu à l’expression d’une admiration ouvertement proclamée devant les multiples signes du progrès européen, en même temps qu’à des sentiments de frustration et de crainte devant les menaces que cet état de fait laisse planer sur l’avenir de la régence de Tunis.

Mohamed as-Sanûsi et le poème à la science

  • 8 Littéralement « … aux inventions nouvelles ». Voir l’étude détaillée que consacre à ce texte Monce (...)

11On trouve une illustration à la fois originale et révélatrice de ce regard de « voyageur » dans une œuvre de Mohamed as-Sanûsi (1851-1900), homme de lettres et proche de Khayr ed-Din, qui rédige en 1882, de retour d’un voyage en Italie, un poème tout entier consacré aux prouesses scientifiques de l’Europe et aux merveilles dont il a été le témoin : le « Poème unique au progrès scientifique » (Al farîda fil mokhtara’at al jadîda)8. Ce texte de cent seize vers évoque avec un parti pris didactique les objets qui constituent à ses yeux les signes indiscutables en même temps que les causes de l’avance occidentale. Au premier rang de ceux-ci, il place les moyens de transport (le train) et de communication (le télégraphe) dont il décrit longuement les caractéristiques admirables, le sentiment de puissance et de vitesse qu’ils inspirent et qui en font de véritables métaphores du progrès lui-même, de la science en marche.

  • 9 Ainsi le thème de la sécurité des voyages en Europe (par trains et par route) qui offre un contras (...)
  • 10 Chabbi M., op. cit.. p. 136.

12En réalité, bien qu’il ne se présente pas comme tel, le poème tout entier n’est qu’une longue comparaison dont le terme « exprimé » est relatif au progrès occidental et le terme « tu » renvoie à la décadence de la régence de Tunis9. Comme le souligne Moncef Chabbi, « la comparaison Orient-Occident est dramatique et implicite. Elle est dans chaque vers. Elle se ramène à la fin du poème à un douloureux face à face entre ignorance et savoir sur le plan scientifique, une situation dont seuls sont responsables les hommes »10.

  • 11 Chabbi M., op. cit., p. 145.
  • 12 Traduction de M.Chabbi, op. cit., p. 561.

13Car derrière l’admiration qui semble sans borne, il y a aussi le désarroi d’un jeune intellectuel qui a vu un an auparavant l’impérialisme européen soumettre son pays sans y rencontrer de résistance. Choisissant de croire en une résurrection possible de sa patrie, il consacre la dernière partie de son poème à un appel aux savants tunisiens et surtout aux jeunes générations, appel « nationaliste et universaliste à la fois, pathétique et galvanisateur »11 à s’adonner à l’étude et aux sciences. L’éducation est à ses yeux l’arme suprême du redressement car, comme il l’affirme dans l’avant dernier distique, « La jeunesse qu’inonde le soleil de la science / Ne peut plus s’aveugler dans la noire ignorance »12.

Khayr ed-Din et le collège Sadiki

  • 13 Cité par Noureddine Sraïeb. op. cit., p. 36.

14La formation aux sciences et aux techniques, si bien utilisées par l’Occident, constitue aussi l’une des préoccupations centrales du Premier ministre Khayr ed-Din pendant son court gouvernement (1873-77). Reprenant l’œuvre engagée par Ahmed Bey (fondateur de l’École poly technique du Bardo en 1838), il crée en janvier 1875 le Collège Sadiki. Destiné à la formation d’élites « modernes », celui-ci comprend trois sections : les deux premières concernent les enseignements religieux et juridiques, la troisième les sciences « profanes » (al-’ulûm al-’aqliyya) « dont – précise le décret de création – a besoin la nation musulmane pour la gestion de ses affaires, en conformité avec la loi islamique »13. L’enseignement y est gratuit à tous les niveaux et réservé aux seuls Tunisiens musulmans qui sont sélectionnés à l’entrée et régulièrement soumis à l’évaluation par des examens dans les différentes disciplines.

15Outre le fait que l’enseignement, arraché au monopole des’ulama (docteurs de l’islam) est devenu « une affaire d’État », l’élément radicalement nouveau est bien l’introduction massive de ces sciences dites « profanes » dont l’enseignement systématique était jusque là inexistant en Tunisie. La troisième section, véritable pilier de la nouvelle structure éducative, dispense ainsi des cours dans les différentes sciences exactes : mathématiques (l’algèbre, l’arithmétique, la géométrie plane, l’attraction et la technologie « qui procure la richesse au pays et des aptitudes pour la nation », ajoute le texte), sciences naturelles (médecine, art vétérinaire, botanique, zoologie, minéralogie, agriculture, chimie) ainsi qu’un enseignement de géodésie. Sont également enseignées les langues étrangères dont le français, l’italien et le turc. L’enseignement scientifique occupe une place appréciable puisqu’il représente six heures de cours par jour, réparties entre les différentes classes.

16La création du collège Sadiki vient donc concrétiser un certain nombre d’aspirations de la mouvance réformiste : d’une part l’ouverture sur le monde extérieur, et d’autre part la diffusion à l’intérieur de la régence de Tunis d’une modernité qui passe par la réappropriation d’un patrimoine scientifique qui – aux yeux réformistes – était originellement propriété des musulmans.

La perpétuation de l’idéal réformiste sous le Protectorat

17Cependant, les réformes mises en œuvre par le gouvernement de Khayr ed-Din, en butte à l’hostilité de l’entourage beylical et des milieux culturellement conservateurs, n’éviteront pas l’issue tant redoutée. En mai 1881, en vertu du traité du Bardo, la Tunisie devient un Protectorat français.

18Néanmoins, l’esprit qui avait présidé à ces réformes ne s’éteint pas. Les idées de renaissance civilisationnelle chères aux réformistes, et leurs principes généraux – en particulier ceux ayant trait à la nécessité de réintroduire les sciences « rationnelles » en terre musulmane – persistent, se développent et se propagent par le biais d’une mouvance culturelle, puis politique dont on signalera quelques jalons.

  • 14 Cf. Sraïeb N., op. cit., p. 29. Quelques années plus tard, ce sera au tour de Béchir Sfar de décla (...)

19La création, dès 1888, par d’anciens élèves du collège Sadiki et de l’école du Bardo du journal al-Hâdira (la capitale) est une première tentative qui concilie une attitude modérée à l’égard du pouvoir colonial et la volonté de perpétuer une réflexion sur les problèmes posés par la confrontation de la Tunisie au monde contemporain. Une deuxième étape est franchie en décembre 1896 avec l’autorisation accordée à la constitution d’une association nommée al-Khaldûniyya. Celle-ci se propose d’organiser cours et conférences concernant l’histoire, la géographie, la langue française, l’économie politique, l’hygiène, la physique, la chimie… et entend œuvrer à l’introduction de certaines de ces nouvelles disciplines dans des institutions jusque là réfractaires, comme la Zitouna. Lors de l’inauguration des locaux de la nouvelle association, Sâlim Bûhajib, compagnon de Khayr ed-Din, prononce un discours dans lequel il entend démontrer « la compatibilité qu’il y avait entre la science et l’islam et l’utilité que celle-ci avait ici-bas et dans l’au-delà. C’est à partir de versets du Coran que l’auteur développera son argumentation (Wa’allanta Âdama al-asma’a kullaha / Dieu a enseigné à Adam tous les noms) »14.

  • 15 Propos de Ali Bach Hamba, cité par N.Sraïeb, Op. cit. pp. 269-270.

20Une deuxième association voit le jour en décembre 1905, celle des « Anciens élèves du collège Sadiki » (AAECS), qui se donne, entre autres buts, celui « de répandre et de vulgariser dans le monde indigène, les notions indispensables des sciences modernes », et ce par la création de bibliothèques, d’un bulletin, l’organisation de cours et de conférences. Pour les promoteurs de ce projet, il faut à tout prix éviter qu’une fois sortis du collège, les élèves ne perdent « cette ébauche d’esprit nouveau qui a commencé à se former sur les bancs de l’école sous l’influence de l’enseignement scientifique et des idées modernes ». Selon eux, « le jour où nous parviendrons à éduquer la masse par la diffusion des idées modernes et la vulgarisation des sciences, nous aurons réussi à réveiller les activités et à hâter notre évolution vers un état plus en rapport avec les besoins de l’époque »15.

21Cette continuité de la pensée réformiste s’incarne dans une série de figures telles que Béchir Sfar, Mohamed Lasram, Ali Bouchoucha, Ali et Mohamed Bach Hamba, issues des premières générations sadikiennes et que l’on trouve aussi bien à la Khaldûniyya qu’à l’AAECS, avant qu’ils ne constituent en 1907 le mouvement Jeunes-Tunisiens.

  • 16 Discours du Président Bourguiba prononcé à Tunis, le 7/11/1957. Publication du ministère tunisien (...)

22A partir de ce moment là, en effet, les revendications culturelles d’une élite musulmane issue du système d’éducation « modernisé » prennent une coloration plus nettement politique. Elles se radicaliseront au fil des désillusions causées par l’intransigeance de l’autorité coloniale et du parti colon (les Prépondérants). Pendant la période du mouvement national, certaines idées clef du mouvement réformiste (l’émancipation sociale par la réappropriation des sciences et des technologies modernes) passent au second plan face à la préoccupation majeure du moment, face à l’effort tout entier tendu vers le recouvrement de la souveraineté politique. Mais l’indépendance acquise, le discours des nouvelles élites renouera très vite avec de nombreuses thématiques développées trois quarts de siècle auparavant, comme celle de la nécessité du rattrapage civilisationnel de l’Occident, de l’importance d’une éducation basée sur les sciences modernes et du rôle de la science et de la technique – sources de puissance – dans la sauvegarde de l’indépendance nationale. Comme le rappellera Bourguiba dans l’un de ses discours, la lutte contre le colonialisme faisait essentiellement appel à la « force morale ». Mais une fois la Tunisie devenue indépendante, reste un pays à gouverner et « la force de l’idéal ne suffit plus. Il y faut l’apport de la force matérielle, l’apport de la science »16.

LA SCIENCE COLONIALE FRANÇAISE EN TUNISIE JUSTIFICATIONS ET RÉALISATIONS

23Les rapports que le nouveau pouvoir tunisien indépendant entretient avec la science et la technique, les représentations qu’il s’en forge et qui alimentent le discours sont, en deuxième lieu, fortement marqués par un héritage tout à fait concret : celui du système scientifique colonial laissé par le Protectorat français.

Les prémices d’une pénétration scientifique

  • 17 Cf. Laberge P., Politiques scientifiques au Maghreb : l’implantation du système scientifique dans (...)
  • 18 La science médicale européenne à vocation hygiéniste est également présente au cœur même de l’empi (...)
  • 19 Laberge P., op. cit., p. 61.

24Comme le fait remarquer Paule Laberge, la pénétration scientifique européenne au Maghreb n’attend pas la mise sous tutelle politique et économique pour se produire. A Tunis, elle est effective depuis le xvie siècle du fait de la présence de médecins européens exerçant librement dans la Régence, certains – comme le Dr. Bruno Jourdan – en tant que médecins personnels du Bey17. Avec le temps et suite à de nombreuses épidémies au xixe siècle, ceux-ci gagnent en prestige et en influence politique, au sein d’un Conseil Sanitaire mis en place par Mustapha Bey (1835-1837) et dans les services médicaux des armées18, et cela au détriment des médecins tunisiens de formation classique. Ce rôle politique s’accentue au cours du xixe siècle, au point qu’en 1869, c’est un médecin d’origine italienne, Giacomo Castelnuovo, qui représente officiellement Sadok Bey lors des négociations qui débouchent sur la mise sous tutelle financière de la Tunisie par la France, l’Angleterre et l’Italie19. Cet épisode est déjà révélateur de l’étroitesse des liens qui unissent la science européenne et l’emprise grandissante des grandes puissances sur l’Afrique du Nord.

  • 20 Bonneuil C, Des savants pour l’Empire. La structuration des recherches scientifiques coloniales au (...)
  • 21 Cf. Bourguet M-N., Lepetit B., Nordman D., Sinarelus M., L’invention scientifique de la Méditerran (...)

25Lorsque se précisent les visées impérialistes de l’Europe, la science y est aussi étroitement associée. « Dans la période précédant la conquête d’un nouveau territoire et les quelques années qui la suivent, la science coloniale prend la forme d’exploration et d’inventaire des formes locales de la vie et de la géologie. Dans cette forme, qui prolonge l’exploration géographique, les sciences naturelles prédominent, et la botanique occupe une place de choix »20. L’association plusieurs fois renouvelée des militaires et des scientifiques pour de telles entreprises ne doit pas pour autant être interprêtée comme une simple « utilisation » de la science occidentale dans le cadre d’un projet d’asservissement politique. Comme l’a montré l’historiographie récente sur le sujet, les diverses expéditions scientifiques relèvent d’une entreprise de connaissance qui possède sa propre logique et participent d’un mouvement « d’invention » savante des espaces, notamment celui de la Méditerranée21.

  • 22 Le deux centième anniversaire de cette expédition a donné lieu à plusieurs publications sur cet ép (...)
  • 23 Cf. Pignol A., « Les Saint-Simoniens et l’Orient », in : D’un Orient l’autre. Volume 1 : Configura (...)

26L’épisode le plus présent aux mémoires reste sans doute celui de la campagne de Bonaparte et de ses « savants » en Egypte (1798-1801)22, mais le phénomène est également observable au Maghreb. Dans le cadre de l’exploration scientifique de l’Algérie (1839-1842), ce sont les Saint-Simoniens qui s’illustrent en explorant leur troisième « terre de mission » orientale, après la Turquie et l’Egypte23.

  • 24 Cette visite était loin d’être la première puisque entre 1882 et 1896, une douzaine de missions «  (...)

27En Tunisie, en 1895, le Résident Général français à Tunis, René Millet, invite toute une équipe de savants français à un voyage d’étude au cours duquel il leur est donné de visiter la plus grande partie du territoire de la Régence24. Un compte rendu détaillé de cette expédition scientifique est publié dans deux numéros successifs de la Revue générale des sciences pures et appliquées en 1896 (cf. encadré page suivante).

28La géographie et l’histoire du pays sont exposées, ainsi que les données humaines du territoire (« la population et les races », « les aspects de la civilisation dans les villes et dans les campagnes ») ; on établit l’inventaire des richesses minières et géologiques diverses, celles de l’agriculture (forêts, viticulture, acclimatation végétale, culture de l’olivier, conditions de la colonisation agricole), des industries indigènes et européennes ; enfin on examine les conditions sanitaires et l’hygiène, et l’état de l’instruction publique.

  • 25 Sur le passage de la « science impériale » métropolitaine à la « science coloniale », cf. Polanco (...)

29Pour compléter cette fonction exploratrice, par définition discontinue, la science « impériale » devait par la suite s’enraciner, être effectuée sur place, sans rupture, par des chercheurs en résidence permanente. C’est afin de remplir cette mission que se mettront rapidement en place des institutions chargées de coordonner les efforts de la « science coloniale »25.

Les arguments de la science coloniale

  • 26 Qui n’est pas un parti au sens strict, mais plutôt un lobby constitué de divers groupes ayant des (...)

30Ainsi, paradoxalement, dans le cas de la puissance coloniale qu’est la France, il est frappant de constater que la science des colonies s’institutionnalise au niveau central de l’État, avant même que ne s’organise la science nationale en métropole. Cette institutionnalisation et l’appui reçu de l’État sont favorisés par le rattachement à une administration unique, le ministère des Colonies, qui regroupe sous une seule tutelle des fonctions qui, pour le territoire métropolitain, sont compartimentées (éducation, médecine, agriculture, etc.). Plus fondamentalement, les scientifiques impliqués dans l’expansion et la gestion des colonies trouvent un puissant appui au sein du « parti colonial »26 auquel ils apportent des arguments de poids pour obtenir un engagement massif de l’État en faveur des possessions outre-mer.

Les scientifiques et la « mise en valeur » de la Tunisie
« Poursuivant la série des études qu’elle a entreprises sur les Possessions françaises et la Colonisation, la Revue [générale des sciences pures et appliquées] consacre la majeure partie de la présente livraison et de la suivante à la Tunisie. Nous avons eu au printemps dernier, la bonne fortune d’explorer la plus grande partie de la Régence. Notre Résident Général à Tunis, M.René Millet, nous avait fait l’honneur de nous convier à cette « tournée » en compagnie de savants, d’ingénieurs, d’agronomes, d’économistes, attirés par le même désir de connaître le pays et d’apprécier les ressources qu’il peut offrir à la colonisation. Grâce à nos éminents compagnons de route, nous avons pu étudier ce vaste territoire sous ses divers aspects et nous rendre compte de l’œuvre que le Protectorat français a pour mission d’y accomplir. La Revue croit s’associer à son œuvre en exposant, dans les pages qui vont suivre, ce que nous apprend sur la Tunisie l’étude scientifiquement conduite de son sol, de son climat et de ses habitants.
La méthode des sciences naturelles sera, dans cette entreprise notre meilleur guide. […] La connaissance du passé, indispensable à l’intelligence du présent, nous aidera à préparer un meilleur avenir. L’Ethnographie nous révélera, en même temps que les origines de la population, les mœurs des races variées qui la composent, leurs aptitudes diverses, partant la façon dont nous pouvons prendre contact avec elles et les faire servir à nos desseins. La Géographie, la Géologie, la Biologie nous diront les conditions matérielles que l’état du climat et du sol imposent à l’hygiène, aux travaux publics, à l’exploitation minérale, aux diverses sortes de cultures et à l’élevage. L’avenir de la Tunisie étant essentiellement agricole, c’est à l’agronomie que nous réserverons la plus grande place. Nous la considérerons principalement au point de vue des intérêts de nos colons. Mais le développement économique du pays dépend aussi d’autres facteurs, résultant eux-mêmes de la nature et des hommes, et qui sont d’ordre industriel, commercial, juridique et administratif.
[…] Réagissant contre ces théories simplistes [des débuts de la colonisation en Algérie] qui n’ont engendré que des désastres, la Revue entend demander à l’étude scientifique de nos colonies, des lumières pour les gouverner. Ce n’est pas la fantaisie d’un législateur de hasard, mais bien le milieu physique et le tempérament des races qui ont, en chacune de nos possessions, déterminé le régime du travail et de la propriété, les conditions de l’agriculture, de l’industrie et du commerce. Aussi chercherons-nous dans l’étude précise des faits positifs, dans l’histoire naturelle des sociétés l’inspiration de notre politique.
C’est dans cet esprit qu’a été conçu le programme des articles sur la Tunisie publiés ci-après, et ceux qui, dans la prochaine livraison de la Revue, termineront cette monographie complète de la Régence ».
L’étude scientifique de la Tunisie. Introduction aux numéros 22 et 23 de la Revue générale des sciences pures et appliquées (1896), par Louis Olivier, p. 936.

La « mise en valeur » : complémentarité entre propagande coloniale et discours sur la science

  • 27 Ganiage J., L’expansion coloniale de la France, Paris, Payot, 1968, p. 70.
  • 28 Bonneuil C, op. cit., p. 95.

31En effet, la présence et le maintien de la France dans les colonies n’allaient pas de soi. Bien au contraire, une large partie de la classe politique française n’y voyait pas d’intérêt majeur mais plutôt des dépenses inutiles. Comme le rappelle Jean Ganiage, « l’opinion était plutôt hostile aux expéditions coloniales. C’était un fait bien établi que les colonies coûtaient cher à administrer comme à conquérir »27. Il faut donc un long et patient travail de propagande mené par le parti colonial pour faire « pivoter le regard de la France vers l’exploitation économique de ses colonies »28, but qui ne sera réellement atteint qu’au sortir de la première guerre mondiale. A cette propagande, les scientifiques apportent des arguments décisifs en établissant la nécessité d’un projet d’exploitation rationnelle de l’empire : la « mise en valeur ».

  • 29 Bonneuil C, Op. cit.., p. 34.

32Le changement d’attitude vis-à-vis des colonies est fortement accéléré, dès 1916, par la pénurie de matières premières qui caractérise l’économie de guerre. La propagande coloniale a alors beau jeu de promettre de résoudre cette angoissante situation par l’appel aux inépuisables richesses du « réservoir colonial ». Mais l’intensification de la production suppose un effort d’organisation, une intervention accrue de l’État et la mise à contribution des ressources de l’intelligence. Il apparaît que « les scientifiques coloniaux s’inscrivent en fait à merveille dans le credo colonial. La science révèle les richesses insoupçonnées de notre domaine colonial. La science permet de guider leur exploitation, elle doit le faire sous peine d’échec et le temps n’est plus à l’improvisation. [….] Discours colonial et discours de la science coloniale se nourrissent mutuellement et se mêlent »29.

  • 30 Cf. l’analyse consacrée à cette association par Ch. Bonneuil, op. cit., p. 59-81.

33Cette convergence des deux discours se manifeste particulièrement à l’occasion d’événements importants comme le Congrès d’agriculture coloniale de 1918, ou au sein de cercles et groupes comme le Comité d’Action Agricole Colonisatrice (1918) ou encore l’association Colonies-Science, créée en 1925, qui fédère à la fois des établissements scientifiques et des sociétés d’exploitation et de commerce30.

La mission civilisatrice

  • 31 Leroy-Beaulieu P., De la colonisation chez les peuples modernes, Paris, Félix Alcan, 6ème éd., 190 (...)

34Le discours sur la mise en valeur rationnelle de l’empire s’accompagne de considérations de portée plus vaste sur la « mission civilisatrice » de la France, volontiers relayées par des hommes politiques comme Jules Ferry. On peut voir dans le thème du « devoir des races supérieures envers les races inférieures » une traduction de la philosophie des Lumières adaptée aux tendances expansionnistes de la Troisième République. L’obligation faite aux nations « civilisées » de transmettre les bienfaits de la science et du progrès au reste de l’humanité, tel un adulte responsable de l’instruction de ses enfants, est clairement exposée par Paul Leroy-Beaulieu en préface à son fameux ouvrage De la colonisation chez les peuples modernes (1874) : « La colonisation, c’est l’une des fonctions les plus élevées des sociétés parvenues à un état avancé de civilisation […] Une société colonise quand, parvenue elle-même à un haut degré de maturité et de force, elle procrée, elle protège, elle place dans de bonnes conditions de développement et elle mène à la virilité une société nouvelle sortie de ses entrailles […]. Le mérite d’un peuple qui colonise, c’est de placer la jeune société qu’il a enfantée dans les conditions les plus propres au développement de ses facultés naturelles, c’est, sans gêner son initiative, de lui aplanir la voie, de lui donner les moyens et les outils nécessaires ou utiles à sa croissance »31.

  • 32 Cité par Caty G., La coopération scientifique entre la France et le Tiers-Monde, Paris, PUF (Trava (...)

35Ces deux thématiques, de la mise en valeur des colonies et de la mission civilisatrice de la France, sont régulièrement associées par les figures marquantes de la science coloniale. Ainsi en 1937, lors de la deuxième exposition coloniale, Alfred Lacroix, ministre des colonies mais aussi secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences et professeur de minéralogie au Muséum, déclare : « L’organisation scientifique aux colonies est une nécessité d’urgence, c’est une condition de mise en valeur, c’est aussi un devoir de notre colonisation, un exemple à donner, une lumière à faire jaillir pour éclairer la route où nous sommes engagés »32.

Réalisations et héritage en Tunisie : une science « utile »

36En Tunisie, comme dans la plupart des possessions d’outre-mer, étant donné les préoccupations pratiques de l’administration coloniale et des colons eux-mêmes – à savoir une intensification de la production agricole et l’amélioration des conditions de vie sur place – deux directions scientifiques devaient être privilégiées : la médecine et l’agronomie.

L’Institut Pasteur de Tunis

  • 33 Facilitée par la présence d’un « réseau invisible » de préparateurs tunisiens autour des cadres sc (...)
  • 34 Idem, p. 161.

37Dans le premier domaine, la principale réalisation institutionnelle est l’Institut Pasteur de Tunis. Celui-ci s’installe à partir de 1893, date de mise en place, sous la direction d’Adrien Loir (neveu de Pasteur) d’un modeste laboratoire de vinification, auquel s’ajoutent rapidement un institut antirabique et un institut de production de la vaccine. En 1902, avec l’arrivée de Charles Nicolle à la tête de l’Institut, les travaux de recherche proprement dits prennent une place plus importante et ses découvertes sur la transmission du typhus vaudront au nouveau directeur un prix Nobel de médecine. Les activités de l’Institut se poursuivront jusqu’à l’indépendance où (contrairement au devenir plus chaotique des instituts Pasteur d’Algérie et du Maroc) la transition s’effectuera dans la continuité33. Comme l’indique Anne-Marie Moulin, cette continuité se traduit, par exemple, par le fait que le premier directeur tunisien de l’Institut Pasteur de Tunis, le Dr. Chadly, soit un anatomo-pathologiste, discipline qui représente le « noyau historique, le cœur de la tradition pastorienne »34.

L’École Coloniale d’Agriculture de Tunis

  • 35 Cf. Laberge P., op. cit., p. 170 et suivantes.
  • 36 Idem, p. 175.

38La recherche agronomique, quant à elle, suit de près la fondation en 1898 d’une École Coloniale d’Agriculture de Tunis (ECAT) qui devient rapidement l’institution de référence pour l’ensemble du système colonial français en matière de formation de techniciens et d’ingénieurs agricoles35. En 1908 est créée une station d’expérimentation agricole, qui devient en 1913, le Service botanique en fusionnant avec le Jardin d’Essais de Tunis. Sous la direction de Félicien Bœuf, professeur à l’ECAT, plusieurs chercheurs travailleront à la sélection et à l’amélioration du blé dur, du blé tendre et d’autres céréales, aux problèmes du désherbage sélectif, etc. Autant de travaux de recherche qui feront « la fortune céréalière de la Tunisie »36. Là aussi, l’indépendance tunisienne ne causera pas de rupture brutale, l’héritage devenant partie intégrante du système d’enseignement supérieur dès la fin des années 1950. L’École Coloniale d’Agriculture de Tunis devient en 1959 l’École supérieure d’Agriculture de Tunis qui servira de base à l’actuel Institut National Agronomique de Tunisie.

  • 37 Dont on pourrait compléter le panorama en ajoutant l’Institut de Carthage, société savante créée e (...)

39Ces institutions scientifiques coloniales37 n’avaient pas de vocation à la formation de cadres et de chercheurs indigènes, ce à quoi les colons étaient de toute manière opposés. Il n’en demeure pas moins qu’elles constituent un héritage – rapidement réapproprié – qui incorpore une tradition scientifique et un ensemble de conceptions véhiculées par le discours propre à la science coloniale. Celle-ci est, certes, inséparable de l’idée même de « civilisation » au sens le plus large et le plus universel du terme, mais il s’agit avant tout d’une science « utile », destinée à l’action immédiate sur les moyens de production vitaux que sont les sols (par l’agronomie) et les corps (par la médecine).

40Comme on le verra plus loin, cette image particulière de la science trouvera tout naturellement sa place comme l’une des dimensions du discours développementaliste des nouvelles élites politiques tunisiennes, inspirant parfois un discours « techniciste » sur les bienfaits de la science appliquée.

SCIENCE, DÉVELOPPEMENT ET SOUS-DÉVELOPPEMENT : CERTITUDES ET CONTRADICTIONS DES ORGANISATIONS INTERNATIONALES

41La dernière source – mais non la moindre – qu’il est nécessaire de signaler et d’analyser, en tant que facteur d’inspiration du discours tenu par le pouvoir politique du nouvel État tunisien sur la science et la technologie, réside dans l’activité et le discours déployés par les organisations internationales (et singulièrement le système onusien) à partir de la fin de la deuxième guerre mondiale. Ici, une conception domine qui lie de façon si étroite les termes de « science » et de « développement », qu’il devient désormais presque impossible de prononcer l’un sans qu’il soit fait explicitement ou implicitement référence à l’autre.

42Les décennies 1960 et 1970, baptisées par les instances onusiennes « décennies du développement », apparaissent comme particulièrement riches de ce point de vue. Elles correspondent aux deux premières décennies de la République tunisienne indépendante. On verra à quel point les deux registres de discours sont proches, jusque dans leurs hésitations et leurs contradictions internes.

Science et développement : un nouveau paradigme

Le point IV de Truman

  • 38 Ou plus précisément en évoquant l’existence de « régions sous-développées ».
  • 39 Cf. Rist G., op. cit. L’ouvrage de G. Rist donne la traduction intégrale du point IV du discours d (...)

43On peut trouver au phénomène d’association sémantique science-développement un point de départ précis : il s’agit du discours sur l’état de la nation, prononcé le 20 janvier 1949 par le Président américain Harry Truman. Dans ce texte, par ailleurs relativement banal, le point IV, consacré à l’aide aux « pays pauvres » (non européens), connaîtra un écho retentissant, à la stupéfaction de son propre énonciateur. En effet, en prononçant pour la première fois le terme de « sous-développement »38, celui-ci inaugure ce que Gilbert Rist appelle « l’ère du développement »39 en ne proposant rien de moins qu’une nouvelle vision du monde, de l’histoire et des relations internationales.

  • 40 Rist G., op. cit., pp. 122-123.

44Le changement introduit par ce terme va en effet bien au delà d’une simple nouveauté rhétorique. Là où, jusqu’alors, les relations Nord/Sud étaient organisées selon l’opposition colonisateurs/colonisés, la nouvelle dichotomie développés/sous-développés « propose un rapport différent, conforme à la nouvelle Déclaration universelle des droits de l’homme et à la progressive mondialisation du système étatique »40. A deux univers opposés, dont les relations ne peuvent à terme mener qu’à l’affrontement, l’idée de sous-développement substitue un monde dans lequel tous les États sont égaux en droit, même s’ils présentent à l’évidence des différences en terme de degré de richesse et de bien-être. Mais ces différences ne sont pas dramatiques dans la mesure où, désormais, l’humanité détient la clé de la croissance, et donc – dans la perspective de Truman – du bonheur universel ; cette clé, c’est la science.

45Car, et c’est là le plus intéressant, pour la première fois, le développement des pays pauvres et la science apparaissent naturellement et indissolublement liés. On en jugera à la lecture des passages les plus représentatifs du point IV du discours de Truman :

46« Quatrièmement, il nous faut lancer un nouveau programme qui soit audacieux et qui mette les avantages de notre avance scientifique et de notre progrès industriel au service de l’amélioration et de la croissance des régions sous-développées. Plus de la moitié des gens de ce monde vivent dans des conditions voisines de la misère. Leur nourriture est insatisfaisante. Ils sont victimes de la maladie. Leur vie économique est primitive et stationnaire.

47Pour la première fois de l’histoire, l’humanité détient les connaissances techniques et pratiques susceptibles de soulager la souffrance de ces gens.

48Les États-Unis occupent parmi les nations une place prééminente quant au développement des techniques industrielles et scientifiques. […] Je crois que nous devrions mettre à la disposition des peuples pacifiques, les avantages de notre réserve de connaissances techniques, afin de les aider à réaliser la vie meilleure à laquelle ils aspirent. […] Nous invitons les autres pays à mettre en commun leurs propres ressources technologiques dans cette opération […]. Cela doit constituer une entreprise collective à laquelle toutes les nations collaborent à travers les Nations Unies et des institutions spécialisées pour autant que cela soit réalisable. Il doit s’agir d’un effort mondial pour assurer l’existence de la paix, de l’abondance et de la liberté. […]Une production plus grande est la clef de la prospérité et de la paix. Et la clef d’une plus grande production, c’est une mise en œuvre plus large et plus vigoureuse du savoir scientifique et technique moderne. »

L’énonciation savante d’une vision du monde : les étapes de la croissance de Rostow

  • 41 Rostow W.W., Les étapes de la croissance économique, Paris, Le Seuil (Points), 1963. La traduction (...)
  • 42 Op. cit., p. 13.

49Ces prémices, énoncées du haut d’une tribune de premier ordre, ne tardent pas à recevoir une caution « savante » qui systématise en une véritable philosophie de l’histoire la nouvelle vision du monde proposée par le Président Truman. En 1960 paraît un ouvrage de l’économiste américain Walt W. Rostow, « Les étapes de la croissance économique »41, qui connaît un grand succès. Sa thèse, comme il la résume lui-même, est la suivante : « A considérer le degré de développement de l’économie, on peut dire de toutes les sociétés qu’elles passent par l’une des cinq phases suivantes : la société traditionnelle, les conditions préalables au démarrage, le démarrage, le progrès vers la maturité, et l’ère de la consommation de masse »42.

  • 43 Op. cit., p. 22.
  • 44 Op.c it., p. 16.

50En dehors d’éléments qui relèvent de la pure mécanique économique (et notamment « la puissante vertu arithmétique de l’intérêt composé »43), Rostow considère que la science tient une place de choix dans ce grand schéma d’évolution, puisqu’il affirme que « les conditions préalables au démarrage ont commencé à se créer de façon indiscutable, à mesure que les conquêtes de la science moderne donnaient naissance à de nouvelles fonctions de production »44. Et, à chaque phase, le facteur scientifique et technique continue à jouer un rôle essentiel, sinon exclusif. Il prend une importance d’autant plus évidente dans le cas des pays européens (la Suède, p. 103) ou extra-européens (le Japon, p. 104-105) qui ont commencé leur démarrage « en retard ».

  • 45 On renverra à l’analyse fouillée de Gilbert Rist dans son ouvrage Le développement. Histoire d’une (...)
  • 46 Rist G., op. cit., p. 170.

51Sans entrer dans les détails de la démonstration45, on se bornera à constater que l’académisme universitaire vient conforter une conception qui nourrira (jusqu’à aujourd’hui encore) « les espoirs autant que les illusions des dirigeants du Nord comme du Sud »46 ; cette conception fait du développement un processus relevant d’une évolution universelle univoque, étroitement lié au progrès scientifique. Suivant cette perspective, si l’entrée du Tiers-Monde dans ce processus s’effectue avec un certain retard, on peut cependant tenir pour acquise la promesse d’un rattrapage « raccourci » grâce, justement, à la mobilisation des ressources de la science et de la technique.

Organisations internationales et politiques scientifiques

La mobilisation internationale pour le développement par la science

52Même si ces deux filiations – discours de Truman et théories de Rostow – ne sont pas explicitement revendiquées, c’est pourtant sur cette base que se met en place, à partir des années 1960, un ensemble d’actions destinées à mobiliser la communauté mondiale autour du défi que représente le développement du monde par la science et la technique.

53Cette tentative de mobilisation débute avec la Conférence de Genève (février 1963) sur l’application de la science et de la technique dans l’intérêt des régions peu développées (UNCSAT) et la mise en place, la même année, d’un Comité consultatif sur l’application de la science et de la technique au développement (ACAST), formé de scientifiques renommés. Ce comité publiera en 1971 un document de référence, le « Plan d’action mondial pour l’application de la science et de la technique au développement ». Parallèlement, une série de conférences régionales sur le thème de la science et de la technologie sont organisées par les Nations Unies : CASTALA en 1965 (Amérique latine), CASTASIA en 1968 (Asie), CASTAFRICA en 1974 (Afrique), CASTARAB en 1976 (pays arabes). Enfin, en 1979, une Conférence des Nations Unies sur la science et la technique au service du développement (CNUSTD) est convoquée à Vienne par l’Assemblée générale.

54Toutes ces initiatives ont en commun de n’avoir que très peu de résultats concrets. Sur le plan financier en particulier, en dépit des incessantes exhortations et recommandations visant à créer des fonds spéciaux d’aide au développement scientifique du Tiers-Monde, rien n’est fait. Mais cela n’empêche pas que l’abondant discours développé dans ce cadre imprègne fortement la conscience des élites politiques et scientifiques des pays en développement. Les arguments et la rhétorique des experts internationaux viennent nourrir les représentations de ces hommes, contribuant à la généralisation d’une vision du monde (« développé » et « sous-développé ») universellement partagée.

La science « neutre et universelle » et son extension au monde entier

55Quelles sont les caractéristiques du discours des organisations internationales ?

56Une première caractéristique remarquable est qu’il considère la science comme un phénomène neutre, universel par essence, et donc dénué de toute espèce d’enjeu de politique internationale, ou de pouvoir au sens le plus large. La science n’est rien d’autre qu’un patrimoine abstrait, commun à toute une humanité que l’on suppose avide de se l’approprier afin d’en obtenir les bienfaits.

  • 47 Passage du compte rendu de la conférence cité par Rufo G., « La science, la technologie et le Tier (...)

57Cette attitude, sensible jusqu’à la fin de années 1970, domine déjà largement la première grande conférence sur l’application de la science et de la technique convoquée par les Nations Unies à Genève en février 1963. De la part des organisations responsables de telles manifestations, cette approche peut être interprétée comme une stratégie visant à éviter, sur le terrain de la science, les blocages idéologiques de la guerre froide. Mais elle est aussi, en partie, la cause de la déception ressentie par de nombreux participants, « déception due aux hésitations des organisateurs, incapables de choisir clairement entre une orientation scientifique et des indications plus politiques ». Ces dernières seront effectivement « pratiquement absentes des mémoires et des débats », ce dont, selon les commentateurs officiels, « il convient de se féliciter »47.

  • 48 Le développement par la science. Essai sur l’apparition et l’organisation de la politique scientif (...)
  • 49 Le développement par la science, op. cit., p. 7 (Préface).
  • 50 Ce passage, extrait d’un article de A. King (La coopération scientifique internationale : ses poss (...)

58Une telle vision est aussi fortement présente dans un ouvrage synthétique au titre évocateur : « Le développement par la science », patronné par l’UNESCO en 196948. Ce texte dense pose d’emblée pour acquis que c’est de « la symbiose science-gouvernement dont dépendent aujourd’hui le progrès socio-économique et la sécurité de toutes les nations du monde »49. D’où la nécessité de répandre uniformément à la surface du globe la science et les techniques qui en découlent ; l’origine occidentale de cette somme de connaissances accumulées ne saurait constituer un obstacle puisque les lois de la science sont valables en tous lieux : « La science, moins encore que les autres formes du savoir humain, ne saurait être nationalisée. La constitution des composés chimiques est heureusement la même dans tous les pays, aucune doctrine nationaliste n’a pu jusqu’ici changer les lois de la pesanteur ; la désintégration radioactive échappe à toute influence politique, et la méthode scientifique peut s’appliquer à l’étude de toutes sortes de systèmes »50.

  • 51 Le développement par la science, op. cit., p. 175. Le caractère fortement idéologique et mythique (...)

59Cette vision, selon laquelle la science doit tenir lieu de nouveau mode universel de pensée et d’agir, est renforcée par une représentation extrêmement idéalisée de la « communauté scientifique internationale », le terme de « communauté » connotant déjà lui-même une « solidarité universelle des savants » qui relève pourtant largement du mythe. Les spécialistes de l’UNESCO l’affirment, « la science est donc plus qu’un patrimoine commun de l’humanité. Elle est aussi, nous l’avons vu, un domaine privilégié de relations où l’accord intersubjectif se réalise entre les hommes. Depuis l’antiquité, et plus particulièrement depuis la Renaissance, la diffusion des idées et des méthodes scientifiques a toujours franchi les frontières, souvent même en dépit des conflits entre nations. Les savants, par idéal et par nécessité, ont eu de tout temps « l’esprit internationaliste » »51.

  • 52 Propos de Harrison Brown, ancien président du CIUS rapportés par Daniel Behrman dans Science, tech (...)

60Autre organisation internationale (non-gouvernementale), le Conseil International des Unions scientifiques (CIUS), plus représentatif des communautés scientifiques des pays du Nord que ne l’est l’UNESCO, ne déroge pas à ce type de représentations en proposant, par la voix d’un de ses présidents, de « mettre à la disposition des Nations-Unies l’opinion mûrement réfléchie de la communauté scientifique mondiale, affranchie des considérations politiques qui pourraient régir les décisions des organisations intergouvernementales »52.

  • 53 Schroeder-Gudehus B., « La communauté scientifique internationale et l’avancement des sciences dan (...)

61En définitive, « la volonté de mobiliser la science au service du processus de développement se présente alors comme allant de soi : simple reflet de la vocation du scientifique et signe de son dévouement pour le bien-être de l’humanité »53.

  • 54 Le développement par la science, op. cit., p. 197.

62La conséquence la plus immédiate de cette conception du progrès scientifique comme un « phénomène neutre » (et de scientifiques aux valeurs « internationalistes ») est que l’on peut sans difficulté envisager son transfert, depuis les nations industrialisées vers les pays les plus pauvres, que les vicissitudes de l’histoire ont empêché d’effectuer par eux-mêmes leur propre révolution scientifique. C’est même une « caractéristique de l’époque scientifique » que de créer « pour chacun des peuples du globe, la possibilité d’entrer en contact avec l’état le plus élaboré des sciences et des techniques dans le monde », faute de quoi « la nation est comme déconnectée du grand mouvement mondial et poursuit son évolution technique selon un rythme propre, nécessairement ralenti »54.

63C’est ainsi que se développe, dès le début des années 1960, la métaphore du « supermarché mondial » où l’on peut se procurer toutes les technologies existantes, soit en payant, soit en faisant appel à la bonne volonté des nations industrialisées (ou éventuellement à leur sentiment de culpabilité, dans le cas des anciens colonisateurs). Les agences spécialisées des Nations Unies se voient confier la mission d’encourager et d’orchestrer cette gigantesque bourse d’échange. Le terme de « transfert de technologies » viendra (surtout dans les années 1970) condenser une problématique riche en considérations optimistes sur l’inéluctabilité du développement par la science et la technique. La seule responsabilité qui échoit aux pays désireux de faire partie du vaste mouvement du progrès est de mettre en place des « politiques scientifiques », c’est-à-dire d’accompagner par des actes gouvernementaux ce mouvement de transfert de la science du Nord vers le Sud. Car ce transfert devient un but en soi, indépendamment de toute référence au contenu de la notion même de « développement », sur laquelle aucune réflexion n’est entreprise tellement elle va de soi.

Le développement impensé

  • 55 schroeder-gudehus B., op. cit., p. 131.

64En effet, le discours sur la science, son caractère neutre et l’immédiateté de son transfert, tend à évacuer toute discussion sur le contenu même du « développement ». En plaçant la nécessité de politiques scientifiques comme condition sine qua non du développement jusqu’à en faire des termes inséparables, on se dispense de questionner la finalité du processus évoqué. Comme le fait remarquer Brigitte Schroeder-Gudehus, « les termes de politiques scientifiques et technologiques comme de Recherche-Développement » [se sont répandus] « autant à cause de ce qu’ils obscurcissent qu’à cause de ce qu’ils précisent. L’un et l’autre suggèrent, en effet, que science et technique, recherche et développement, sont sinon tout à fait la même chose, au moins deux aspects d’un ensemble organique, l’un, l’aboutissement normal de l’autre »55.

  • 56 Le développement par la science, op. cit., p. 66.

65L’articulation logique sous-jacente à ce discours est claire : la science crée du développement (sur la base de l’expérience occidentale). Le développement est « bon » puisqu’il résulte de l’application de la raison technique au monde réel, et il est de plus inéluctable (car « universel » et « auto-entretenu »56). Il devient alors en quelque sorte une loi « naturelle », aussi indiscutable dans sa vérité que les lois de la physique.

  • 57 Plan d’Action Mondial pour l’application de la science et de la technique au développement, New-Yo (...)
  • 58 Op. cit., p. 51.

66Son contenu et sa finalité, en revanche, ne sont mentionnés que de façon assez vague. De façon révélatrice, un texte aussi important que le « Plan d’Action Mondial pour l’application de la science et de la technique au développement » de 1971 se contente d’évoquer, comme objectif de la deuxième décennie pour le développement, la diminution des « contrastes des niveaux de vie actuels qui sont intolérables »57, ou bien d’affirmer en une remarquable tautologie : « Le processus de développement dans le monde consiste en partie à assurer aux pays en voie de développement une plus grande part des avantages offerts par ce développement »58.

67En bref, le développement se justifie par l’existence des moyens de l’obtenir, il est désirable puisque réalisable grâce aux outils de la science et de la technique. Pour les pays industrialisés, il s’agit de continuer sur leur lancée. Pour le Tiers-Monde, il convient de lui faire rattraper son retard en le passant, secteur par secteur, au « peigne fin » de la science et de la technique.

68D’où le ton d’évidence des phrases sur lesquelles s’ouvre chacune des parties sectorielles du « Plan mondial » de 1971. Pour l’alimentation et l’agriculture : « La croissance de la population et la nécessité qui en résulte d’assurer aux masses une alimentation […] suffisante justifient qu’on applique la science et la technique à l’alimentation et à l’agriculture pendant les dix prochaines années » (p. 165). Pour l’industrie : « Par bien des aspects, l’industrie manufacturière représente un secteur dynamique pour le développement et l’application de la science et de la technique » (p. 200). Pour la santé : « Il n’est pas nécessaire d’insister sur l’importance de la science et de la technique pour ce qui est de lutter contre les maladies et de promouvoir et maintenir des normes satisfaisantes en matière de santé » (p. 267).

Entre science universelle et particularismes locaux

69L’impensé sur le contenu et la finalité du développement est à la source d’une sorte « d’oscillation » qui traverse l’ensemble du discours véhiculé par les organisations internationales. Il y a en effet dans ce discours une hésitation permanente qui tient à la difficulté de concilier le caractère tenu pour universel du processus de développement par la science et les spécificités propres aux pays du Tiers-Monde, à l’évidence confrontés à une réalité historique extrêmement différente de celle qu’avaient connue les pays industrialisés deux siècles auparavant (pression démographique, faiblesse de l’agriculture, rareté des capitaux, à quoi s’ajoute parfois un climat défavorable et – dans tous les cas – un contexte international radicalement différent).

70Si l’on pense que le Tiers-Monde est en train de pénétrer dans un processus universel et linéaire, il faut admettre que son cheminement sera en tous points similaire à celui des pays développés (cf. Rostow), y compris dans le domaine scientifique. Sachant comment les sciences et les techniques se sont développées en Occident, il importe de favoriser -le plus rapidement possible – le déroulement d’un tel processus. En revanche, si l’on insiste sur le fait que les conditions de départ sont radicalement différentes, la question se pose de savoir comment s’adapter à cette situation spécifique. Il devient alors plus important de se consacrer d’emblée à résoudre les problèmes concrets qui se posent localement en choisissant les moyens (institutions, types de recherches) les plus adaptés.

71Cette hésitation se cristallise dans le débat sur science endogène/ science exogène qui croise celui sur recherche fondamentale/recherche appliquée. Du croisement de ces deux couples opposés peut ainsi naître toute une gamme d’attitudes plus ou moins nuancées, depuis celle qui consiste à préconiser la mise en place d’un important potentiel scientifique national axé sur une recherche fondamentale de haut niveau, d’où découleront « naturellement » à terme des applications technologiques, jusqu’à celle considérant comme inutile d’entretenir une coûteuse communauté scientifique nationale alors que l’on peut acheter à l’étranger les technologies disponibles les plus performantes.

  • 59 Les spécialistes de l’ACAST rejettent unanimement « l’opinion selon laquelle les pays en voie de d (...)
  • 60 Op. cit., p. 63.
  • 61 Op. cit., p. 64.

72Cette dernière option – extrême – est le plus souvent écartée59, mais au-delà de ce consensus minimal, les conseils se font plus flous, certains arguments (de type « universalistes ») plaidant plutôt pour la priorité à la recherche fondamentale, d’autres (sensibles aux spécificités locales) plaidant plutôt pour la recherche appliquée. Ainsi peut-on relever dans un même document des considérations en faveur de la première, telles que : « ce dont les pays en voie de développement ont le plus besoin, c’est d’effectuer une recherche d’une qualité comparable à celle des études scientifiques les plus poussées entreprises ailleurs dans le monde. Il faut vraiment que la recherche fondamentale soit d’un niveau élevé, sinon sa contribution aux progrès de la science sera négligeable »60 ; ou en faveur de la seconde : « la façon la plus efficace d’utiliser les faibles ressources disponibles, particulièrement pendant les premières étapes du développement, c’est de les orienter franchement vers l’application »61.

Les politiques scientifiques : une approche quantitative et bureaucratique

73L’incapacité des organisations internationales à donner au « développement » une finalité autre que l’objectif explicite (et le plus souvent implicite) du « rattrapage », et l’irrésolution quant à la place exacte à donner à la science dans ce processus, ne manque pas d’influer sur les conseils donnés au pays du Tiers-Monde, quant à leurs politiques scientifiques nationales. Ces conseils émanent plus particulièrement de la Division des Politiques scientifiques et technologiques (DPST) de l’UNESCO. Conçues comme l’ensemble des actions gouvernementales visant à accompagner et encourager le développement d’une « infrastructure scientifique » dans un pays donné, les politiques scientifiques sont en fait envisagées – faute de mieux, pourrait-on dire – sous deux angles privilégiés, quantitatif et institutionnel (ou bureaucratique).

  • 62 La méthodologie de ce type d’opération de recueil de données est publiée pour la première fois en (...)
  • 63 Cette tendance est également encouragée par l’OCDE qui a des préoccupations similaires et publie e (...)

74La première approche (quantitative) est clairement repérable dans l’importance capitale donnée aux opérations de mesure du « potentiel scientifique et technique » (PST)62. Pour la DPST, chaque pays doit être capable de rassembler un certain nombre d’indicateurs montrant le degré de réalisation des objectifs et l’évolution de la situation (ressources humaines, financières, nombre d’institutions, de programmes…). Du point de vue de l’UNESCO, il s’agit là d’une priorité d’autant plus compréhensible que ces mesures doivent venir alimenter l’appareil statistique que l’organisation est chargée de mettre en place et les publications régulières qui en font état (en particulier la série « Études et documents de politique scientifique »)63. L’aspect financier est également très présent : il se focalise sur un indicateur principal, le ratio entre dépenses de science et de technologie et produit national brut. De longs débats d’experts finissent par établir une valeur de 1 % devant être atteinte par les pays en développement à la fin de la décennie 1970 (dont au moins 0,5 % consacrés à la Recherche-Développement).

  • 64 Labidi D., Science et pouvoir en Algérie, Alger, OPU, 1993, tome 1, p. 185-186.
  • 65 Op. cit., p. 184-185.

75La deuxième approche (institutionnelle) se concentre sur la mise en place des structures politico-administratives chargées, dans chaque pays, de planifier et de coordonner les activités de recherche scientifique. Des experts de l’UNESCO assistent les instances gouvernementales et les cadres administratifs pour élaborer des plans dans ce sens. Comme le remarque Djamel Labidi pour l’Algérie, étant donné « qu’il est difficile de s’entendre sur les problèmes de fond du développement dans un cadre multilatéral et qu’il est plus facile de s’entendre sur des objectifs de type organisationnel, […] l’UNESCO donne la priorité à l’installation de structures de direction et d’orientation de la recherche »64. Cette approche « s’adresse directement aux gouvernements, aux "deciders" comme on dit à la division. Elle tend donc naturellement à privilégier l’approche par le haut des problèmes et le développement des organes d’intervention de l’État. […] Les visions bureaucratiques locale et internationale s’alimentant mutuellement, cette approche va se trouver amplifiée, développée, diffusée par la division de politique scientifique de l’UNESCO »65.

76En contradiction avec une certitude absolue quant au rôle bénéfique de la science dans le développement, le discours des experts des organisations internationales se caractérise donc par une indécision fondamentale sur la question de savoir quelle science est nécessaire pour quel développement. Comme ils l’avouent eux-mêmes de façon fugitive, « manifestement, il n’appartient pas aux spécialistes de la science ou de la technique de fixer les buts d’ensemble du développement ». Loin d’être éclaircie par les pouvoirs politiques nationaux, cette indécision sera relayée par eux – comme on le verra plus précisément pour la Tunisie – et ne manquera pas d’avoir d’importantes conséquences lors des tentatives concrètes d’élaborer des politiques publiques dans le domaine scientifique et technologique.

Notes

1 Jamal ed-Din al-Afghani et Muhammad’Abduh, pour ne citer que les deux plus influents.

2 Thème récurrent chez les « modernisateurs » de l’islam qui ne cessent de souligner la place majeure que la religion musulmane réserve à la science, citant volontiers des passages du texte révélé et de la parole prophétique, notamment la célèbre formule : « Cherchez la connaissance du berceau jusqu’à la tombe… et allez jusqu’en Chine, s’il le faut ». Cf. NASR S.H., Sciences et savoir en Islam, Paris, Sindbad, 1993, p. 64.

3 Sraïeb N., Le collège Sadiki de Tunis, 1875-1956. Enseignement et nationalisme, Paris, Éditions du CNRS (coll. Monde arabe, Monde musulman), 1994, p. 27.

4 Chabbi M., L’image de l’Occident chez les intellectuels tunisiens dans la seconde moitié du xixe siècle, Reims, thèse de 3e cycle, dactyl., 1983, p. 104-105. Débat qui, un siècle plus tard, sera toujours d’actualité, comme nous le verrons plus loin.

5 Khayr Ed-Din, Essai sur les réformes nécessaires aux Etats musulmans, version française présentée et annotée par Magali Morsy. Aix-en-Provence, Édisud, 1987 (coll. « Archives maghrébines »), p. 91.

6 Khayr Ed-Din, op. cit., p. 90.

7 Morsy M., p. 21 de la présentation de : Khayr ed-Din, Essai sur les réformes…, op. cit.

8 Littéralement « … aux inventions nouvelles ». Voir l’étude détaillée que consacre à ce texte Moncef Chabbi, L’image de l’Occident… op. cit. On trouvera une traduction en français du poème en annexe à l’ouvrage de M. Chabbi, p. 545.

9 Ainsi le thème de la sécurité des voyages en Europe (par trains et par route) qui offre un contraste saisissant avec la précarité et l’insécurité des déplacements en Tunisie.

10 Chabbi M., op. cit.. p. 136.

11 Chabbi M., op. cit., p. 145.

12 Traduction de M.Chabbi, op. cit., p. 561.

13 Cité par Noureddine Sraïeb. op. cit., p. 36.

14 Cf. Sraïeb N., op. cit., p. 29. Quelques années plus tard, ce sera au tour de Béchir Sfar de déclarer que la Khaldûniyya « contribue dans la mesure de ses moyens à répandre parmi les Musulmans le goût des sciences, à développer leur intelligence, […] à détruire enfin des préjugés et à leur ouvrir […] bien des horizons qui leur étaient totalement inconnus. […] Elle a pour but le relèvement intellectuel et moral des Musulmans. » (Kairallah C, Essai d’histoire et de synthèse des mouvements nationalistes tunisiens. Le mouvement Jeunes-Tunisiens, Tunis, Ets.Bonici, s.d., p. 26. Cité par N.Sraïeb, op. cit., p. 29.)

15 Propos de Ali Bach Hamba, cité par N.Sraïeb, Op. cit. pp. 269-270.

16 Discours du Président Bourguiba prononcé à Tunis, le 7/11/1957. Publication du ministère tunisien de l’Information, p. 308.

17 Cf. Laberge P., Politiques scientifiques au Maghreb : l’implantation du système scientifique dans les sociétés maghrébines de 1830 à 1980, Université de Montréal, Institut d’histoire et de socio-politique des sciences, 1987, tome 1, p. 59.

18 La science médicale européenne à vocation hygiéniste est également présente au cœur même de l’empire ottoman ; voir par exemple Panzac D., « Vingt ans au service de la médecine turque. Le Dr. Fauvel à Istanbul (1847-1867) », in : E. Longuenesse (dir.), Santé, médecine et société dans le monde arabe, Lyon/Paris, Maison de l’Orient méditerranéen/L Harmattan.

19 Laberge P., op. cit., p. 61.

20 Bonneuil C, Des savants pour l’Empire. La structuration des recherches scientifiques coloniales au temps de la « mise en valeur des colonies françaises » 1917-1945, Éditions de l’ORSTOM, coll. Études et Thèses, 1991, p. 26.

21 Cf. Bourguet M-N., Lepetit B., Nordman D., Sinarelus M., L’invention scientifique de la Méditerranée, Paris, Éditions de l’EHESS, 1998.

22 Le deux centième anniversaire de cette expédition a donné lieu à plusieurs publications sur cet épisode historique, entre autres : Laissus Y., L’Egypte, une aventure savante (¡798-1801), Paris, Fayard, 1998 ; Raymond A., Égyptiens et Français au Caire 1798-1801, Le Caire, Éditions de 1TFAO, 1998 ; Campagnes d’Égypte et de Syrie, Présentation d’Henry Laurens, Paris, Imprimerie nationale, 1998 ; il y a 200 ans, les savants en Égypte, Ouvrage collectif publié par le Muséum national d’histoire naturelle et les éditions Nathan, 1998.

23 Cf. Pignol A., « Les Saint-Simoniens et l’Orient », in : D’un Orient l’autre. Volume 1 : Configurations, Paris, Éditions du CNRS, 1991.

24 Cette visite était loin d’être la première puisque entre 1882 et 1896, une douzaine de missions « sectorielles » s’étaient succédées en Tunisie et que des résultats avaient commencé à être publiés dès 1884.

25 Sur le passage de la « science impériale » métropolitaine à la « science coloniale », cf. Polanco X., « Une science-monde : la mondialisation de la science européenne et la création de traditions scientifiques locales », in : Naissance et développement de la science-monde, (Xavier Polanco, dir.), Paris, Éditions la Découverte, 1990, p. 19.

26 Qui n’est pas un parti au sens strict, mais plutôt un lobby constitué de divers groupes ayant des intérêts dans les possessions françaises : le groupe colonial de la Chambre créé en 1892, le Comité de l’Afrique française (1890), l’Union coloniale française (1893), pour les principaux…

27 Ganiage J., L’expansion coloniale de la France, Paris, Payot, 1968, p. 70.

28 Bonneuil C, op. cit., p. 95.

29 Bonneuil C, Op. cit.., p. 34.

30 Cf. l’analyse consacrée à cette association par Ch. Bonneuil, op. cit., p. 59-81.

31 Leroy-Beaulieu P., De la colonisation chez les peuples modernes, Paris, Félix Alcan, 6ème éd., 1908 [1874]. Citation reprise de Rist G., Le développement. Histoire d’une croyance occidentale, Paris, FNSP, (Références inédites), 1996, p. 92.

32 Cité par Caty G., La coopération scientifique entre la France et le Tiers-Monde, Paris, PUF (Travaux de la Faculté de droit et des sciences économiques d’Aix-en-Provence), 1967, p. 68.

33 Facilitée par la présence d’un « réseau invisible » de préparateurs tunisiens autour des cadres scientifiques français, qui effectuaient souvent une grande part du travail scientifique, cf. Moulin A-M., « Les Instituts Pasteur de la Méditerranée arabe. Une religion scientifique en pays d’Islam », in : Santé, médecine et société dans le monde arabe, op. cit., p. 160.

34 Idem, p. 161.

35 Cf. Laberge P., op. cit., p. 170 et suivantes.

36 Idem, p. 175.

37 Dont on pourrait compléter le panorama en ajoutant l’Institut de Carthage, société savante créée en 1893 qui regroupe différentes disciplines, y compris l’histoire et l’archéologie, publie la Revue Tunisienne et attribue un prix annuel à partir de 1921.

38 Ou plus précisément en évoquant l’existence de « régions sous-développées ».

39 Cf. Rist G., op. cit. L’ouvrage de G. Rist donne la traduction intégrale du point IV du discours de Truman (p. 118-120) dont on n’a gardé plus bas que les passages les plus intéressants.

40 Rist G., op. cit., pp. 122-123.

41 Rostow W.W., Les étapes de la croissance économique, Paris, Le Seuil (Points), 1963. La traduction française ne reprend pas le sous-titre de l’édition originale américaine (Cambridge : Cambridge University Press, 1960), « A Non-Communist Manifesto » (Un manifeste non-communiste).

42 Op. cit., p. 13.

43 Op. cit., p. 22.

44 Op.c it., p. 16.

45 On renverra à l’analyse fouillée de Gilbert Rist dans son ouvrage Le développement. Histoire d’une croyance occidentale (op. cit. pp. 153-171).

46 Rist G., op. cit., p. 170.

47 Passage du compte rendu de la conférence cité par Rufo G., « La science, la technologie et le Tiers Monde ». Tome Les Enjeux, Encyclopaedia Universalis, 1985, p. 606.

48 Le développement par la science. Essai sur l’apparition et l’organisation de la politique scientifique des Etats, Paris, UNESCO, 1969. L’ouvrage est rédigé par une équipe de spécialistes sous la direction de Jacques Spaey, secrétaire général des services de la programmation de la politique scientifique du premier ministre de Belgique.

49 Le développement par la science, op. cit., p. 7 (Préface).

50 Ce passage, extrait d’un article de A. King (La coopération scientifique internationale : ses possibilités et ses limites », Impact, vol IV, n° 4, 1953, p. 196), repris sans commentaire, est ainsi réapproprié par les auteurs de l’ouvrage de l’UNESCO (op. cit., p. 175) dont il reflète fidèlement les vues.

51 Le développement par la science, op. cit., p. 175. Le caractère fortement idéologique et mythique de ce type de discours a été démontré notamment par les travaux de Brigitte Schroeder-Gudehus (Les scientifiques et la paix . La communauté scientifique internationale au cours des années 20, Presses de l’Université de Montréal, 1978) qui a au contraire mis en relief la « fragilité d’un internationalisme scientifique » à l’occasion de la première guerre mondiale. Elle constate, au contraire, l’absence notoire de cet « esprit universaliste de la science », les scientifiques (français et allemands) relayant sans aucune sorte de modération les parti-pris nationalistes et patriotiques et ce, longtemps après que les milieux politiques eux-mêmes les aient appaisés.

52 Propos de Harrison Brown, ancien président du CIUS rapportés par Daniel Behrman dans Science, technique et développement, la démarche de l’UNESCO, Paris, UNESCO, 1979, p. 12.

53 Schroeder-Gudehus B., « La communauté scientifique internationale et l’avancement des sciences dans le tiers-monde », in : Politiques scientifiques et technologiques au Maghreb et au Proche-Orient, (Les cahiers du CRESM, n° 14), Paris, Éditions du CNRS, 1982, p. 132.

54 Le développement par la science, op. cit., p. 197.

55 schroeder-gudehus B., op. cit., p. 131.

56 Le développement par la science, op. cit., p. 66.

57 Plan d’Action Mondial pour l’application de la science et de la technique au développement, New-York, Nations Unies, 1971, p. 1.

58 Op. cit., p. 51.

59 Les spécialistes de l’ACAST rejettent unanimement « l’opinion selon laquelle les pays en voie de développement pourraient ou devraient s’en remettre entièrement, ou pour l’essentiel, au transfert des techniques des pays plus développés [car alors] le monde se trouverait divisé de façon permanente entre les pays qui détiennent les techniques et ceux qui ne les possèdent pas ». op. cit., p. 38.

60 Op. cit., p. 63.

61 Op. cit., p. 64.

62 La méthodologie de ce type d’opération de recueil de données est publiée pour la première fois en 1965 dans le n° 15 de la série « Science Policy Studies and Documents », Paris, UNESCO. Pour des indications détaillées sur le contenu du PST, cf. De Hemptinne Y. et Mba-Nze J., « The Measurement of National Scientific and Technological Potential for Policy-making Purposes », in : Les indicateurs de science pour les pays en développement, Paris, Éditions de l’ORSTOM, 1992.

63 Cette tendance est également encouragée par l’OCDE qui a des préoccupations similaires et publie en 1963 le premier Manuel de Frascati pour la mesure des activités scientifiques et techniques.

64 Labidi D., Science et pouvoir en Algérie, Alger, OPU, 1993, tome 1, p. 185-186.

65 Op. cit., p. 184-185.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540