Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Science et pouvoir dans la Tunisie contemporaine

 | 
François Siino

Première partie. « l'État de raison » le discours de nouvel état tunisien sur la science

Introduction

Texte intégral

  • 1 Camau M., La Tunisie, Paris, PUF, Collection « Que Sais-je ? », 1989, p. 64.

1Lorsqu’en 1956, la Tunisie se libère du protectorat français, elle ne rejoint pas seulement le groupe des États nouvellement indépendants sur la scène internationale. Elle devient le lieu de mise en œuvre d’un projet de réforme radicale, dont le nouvel État est à la fois l’initiateur, le guide et l’opérateur principal. Comparable en cela à la plupart des leaders des pays arabes, et plus largement de ce que l’on appelle alors le Tiers-Monde, le président Habib Bourguiba entend incarner les idéaux de modernisme, de progrès social et économique. Il se veut l’artisan d’une mobilisation par le haut dont l’État-parti autoritaire est l’outil omniprésent, la société se trouvant durablement « réduite aux dimensions d’un réceptacle des impulsions étatiques »1.

  • 2 Longuenesse E. et Waast R., Introduction du n° 143 (Tome XXXVI) de la Revue Tiers-Monde, juillet-s (...)

2Cette mobilisation, il entend l’obtenir non seulement grâce à l’action des organisations dont se sont progressivement dotés le mouvement national et le régime qui en est issu (au premier rang desquelles le parti Néo-Destour), mais aussi par l’explication constante de cette action, par la parole, le discours adressé à la masse du peuple. En effet, « avant même de déployer ses politiques, l’État-modernisateur avait à convaincre que des événements nouveaux appelaient à corriger la vision de l’ordre du monde. Suite aux décolonisations, dans l’enthousiasme du mouvement des non-alignés, il paraissait qu’une redistribution des chances et des puissances était possible entre nations. Il y faudrait, comme en guerre, une organisation rationnelle, et l’encadrement ferme du peuple par un État fort. Restait à produire une interprétation, à la fois persuasive et mobilisatrice, de ce qui faisait la force durable des grandes nations »2.

  • 3 Camau M., « Le discours politique de légitimité des élites tunisiennes », Annuaire de l’Afrique du (...)

3Le discours sur la science participe de cette entreprise de persuasion. Il est avant tout un discours de légitimation du nouvel État tunisien. S’il est si fortement présent, c’est qu’il véhicule une idée centrale qui, sous des formes différentes, envahit tout l’espace : cette idée est que la science est le véritable moteur du développement de la société, la condition sine qua non d’une véritable émancipation de la société dans toutes ses dimensions. En étudiant à travers la presse le discours de légitimité des élites tunisiennes, Michel Camau a montré comment celui-ci était sous-tendu par une représentation « dualiste » de la réalité et structuré autour des deux pôles opposés que sont le sous-développement et le développement3. D’un côté, le passé, celui d’une société arriérée, caractérisée par les archaïsmes de la tradition, la passion des comportements humains et l’idéologie dominant les consciences. De l’autre, un avenir déjà en germe dans le présent, celui de la société civilisée (ou évoluée) marquée au sceau de la modernité et guidée par le règne de la raison scientifique. En se réappropriant la notion occidentale de progrès sous la forme du vocable de « développement », le discours des élites politiques tunisiennes sur la science explique, un peu à la façon d’un mythe de création en action, comment la science permet de passer de l’un à l’autre pôle, comment elle est le principe même de la marche sans fin vers le progrès universel.

4La force de ce lien entre « science » et « développement », et le rôle central que joue le deuxième terme dans l’entreprise de légitimation du nouvel Etat tunisien, incitent donc à faire l’hypothèse d’un rôle également décisif de la science dans cette même entreprise de légitimation. L’analyse du discours tenu par le pouvoir sur la science est donc un préalable à l’examen des pratiques ; d’une part, parce que seule la déconstruction de ce discours permet de rompre avec l’évidence évoquée en introduction, c’est-à-dire celle d’un objet (L’État promouvant la science pour réaliser le développement) pré-existant à toute analyse ; d’autre part, parce que c’est ce même discours qui offrira aux différents acteurs qui auront par la suite à intervenir dans le domaine de la science (politiques, administratifs, scientifiques et universitaires) un arrière-plan constitué, un référent inévitable, qu’il s’agisse d’y adhérer, de le contester, et dans tous les cas, de le réinterpréter.

Notes

1 Camau M., La Tunisie, Paris, PUF, Collection « Que Sais-je ? », 1989, p. 64.

2 Longuenesse E. et Waast R., Introduction du n° 143 (Tome XXXVI) de la Revue Tiers-Monde, juillet-septembre 1995, p. 486.

3 Camau M., « Le discours politique de légitimité des élites tunisiennes », Annuaire de l’Afrique du Nord, Paris, Éditions du CNRS, 1971.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540