Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Science et pouvoir dans la Tunisie contemporaine

 | 
François Siino

Introduction

Texte intégral

  • 1 Discours de Carthage, 25/01/1973.

« La force, en ce moment de l’histoire, réside dans la science. Apprendre à nos concitoyens les disciplines scientifiques constitue un chapitre du jihad ». (Habib Bourguiba)1

1La science tunisienne vaut-elle la peine d’être étudiée ? Si l’on se contentait de feuilleter les annuaires statistiques faisant état des indicateurs de science et de technologie dans le monde, on pourrait probablement en douter.

2Certes, à l’échelle d’un continent africain presque invisible en ce domaine, la Tunisie est loin d’être la dernière parmi les quelques pays fournissant des chiffres. Avec 388 scientifiques et ingénieurs par million d’habitants, elle est largement au-dessus d’une moyenne située à 240 pour l’ensemble de l’Afrique. Le taux de 0,3 % du PNB consacré à la recherche-développement est, quant à lui, exactement dans la moyenne des chiffres exprimés, c’est-à-dire sans doute largement au-dessus du niveau réel de l’ensemble africain.

3Au niveau de la planète, la comparaison est immédiatement moins favorable : le nombre moyen de scientifiques par million d’habitants est de 397 en Amérique latine, 903 en Asie, 2 509 en Europe et 3 194 pour l’ensemble États-Unis-Canada ; quant au ratio du PNB consacré à la recherche scientifique, inférieur à 1 % en Amérique latine (0,5) et en Asie (0,7), il s’élève à 1,3 % en Europe et dépasse les 2 % en Amérique du Nord.

  • 2 De plus, les chiffres communiqués par la Tunisie à l’instance onusienne dataient – au moment de ce (...)

4Ainsi, pour s’en tenir à ces deux indicateurs, certes généraux et approximatifs, mais néanmoins couramment employés pour établir les classements mondiaux, la science tunisienne serait – même toutes proportions gardées – dix fois moins « intéressante » que les États-Unis du point de vue du potentiel humain, et dix fois moins que le Japon du point de vue de l’investissement financier2.

  • 3 Quant à « l’impact » de cette production – mesuré par le nombre de citations d’un chercheur par se (...)

5Qui tenterait de se procurer des informations sur la production des scientifiques se verrait proposer des analyses bibliométriques guère plus rassurantes : la Tunisie fait partie d’un ensemble – l’Afrique du Nord – qui, en 1993, ne participait qu’à hauteur de 0,4 % à la production scientifique mondiale mesurée en nombre annuel de publications3.

6L’approche quantitative, si immédiate, et en même temps si peu encourageante, est-elle la seule voie d’accès dont disposent les sciences sociales lorsqu’elles s’intéressent à ces questions ?

  • 4 Rouban L., « La science et la technologie : politiques publiques », L’Année sociologique, 1990, vo (...)
  • 5 Daguzan J-F., Politiques scientifiques et technologiques autour de la Méditerranée : Egypte, Turqu (...)

7C’est l’impression que l’on peut avoir si l’on considère les études les plus diffusées portant sur la science et la technologie, particulièrement dans les pays du Sud, celles qui souvent tombent le plus rapidement sous la main lors d’une recherche bibliographique. Il est vrai que cette orientation doit beaucoup à la nature des commanditaires de ces études. Qu’il s’agisse d’organisations internationales comme l’UNESCO, l’ONUDI, l’OCDE, ou d’organismes para-étatiques investis d’une mission d’observation et de planification, le but est avant tout de réunir des données sur une activité scientifique et technique souvent « réduite à son appréhension économétrique : on arpente, on mesure, on quantifie l’activité des laboratoires et des chercheurs, on comptabilise les brevets, tout en réunissant le plus grand nombre possible de corrélations »4. De même, si les visées de la connaissance sont avant tout d’ordre stratégique ou militaire, on peut comprendre que telle étude sur la science en Méditerranée néglige un Maghreb au potentiel jugé négligeable pour « mettre l’accent sur les pays de la zone proche-orientale [Egypte, Turquie, Israël, Syrie] qui disposent chacun de systèmes, et de politiques de recherche et technologiques, conséquents »5.

8Si l’on élargit l’examen pour s’intéresser à une production plus proprement universitaire, l’impression change sensiblement. Le champ de recherche que l’on pourrait décrire de façon assez large comme celui s’intéressant à « la science hors d’Occident » a donné lieu, depuis un peu plus d’une trentaine d’années, à une production abondante et multiforme. Pourtant, si l’on examine d’un peu plus près ce domaine de recherche, on ne peut manquer d’être frappé par certaines de ses caractéristiques. Avant de revenir sur le cas particulier de la Tunisie, il semble important d’essayer de cerner ici les caractéristiques de ce champ de recherche afin de mieux situer l’orientation particulière de cet ouvrage.

« Sciences hors d’Occident » : un domaine de recherche entre histoire des sciences et économie du développement

  • 6 Pour reprendre l’intitulé du colloque qui a servi de base à ce panorama. Organisée en 1994, cette (...)
  • 7 Cf. Polanco X., Naissance et développement de la science-monde, Paris, Éditions La Découverte, 198 (...)

9Il faut tout d’abord noter que l’étude des « Sciences hors d’Occident »6 fait une place notable à la « science coloniale », appellation qui recouvre le mouvement d’exportation de la science européenne vers le reste du monde, suivant les routes maritimes et – surtout à partir du xixe siècle – les vigoureuses expansions impérialistes, puis la naissance progressive de traditions scientifiques locales reliées à la métropole, le tout finissant par former une structure complexe que Xavier Polanco appelle la « science-monde »7. Cette complexité est explorée, principalement par des historiens (ou historiens des sciences), sur la base de recherches archivistiques approfondies, et ce, sous plusieurs angles. Celui tout d’abord des politiques impériales de la science, c’est-à-dire la façon dont les métropoles (France et Angleterre principalement) ont su mobiliser des ressources matérielles et humaines pour agir de façon spécifique sur les territoires d’outre-mer, à travers des perceptions relevant de l’utilité pratique mais aussi de représentations plus fantasmatiques à propos de contrées à la fois mystérieuses, dangereuses et pleines de promesses, où se renouvelait l’affrontement primitif de l’homme et de la nature sauvage (les « tropiques »). Plusieurs études ont été consacrées aux filières de formation des cadres scientifiques coloniaux (en agronomie, en médecine, etc.) ainsi qu’à la place de ces institutions et de ces hommes dans la structure du champ scientifique de l’époque. L’actualisation de ces politiques impériales dans les territoires conquis a donné lieu à l’étude de l’administration de la science coloniale, de ses rapports avec la science métropolitaine et avec la demande locale des colons ; elle a suscité aussi de nombreuses études de cas historiques : celles de grandes figures de la science coloniale, de leurs parcours, de leurs appartenances sociales et politiques, de leurs réalisations et de leurs successions ; celles des institutions qui ont été le support de cette science (les Instituts Pasteur par exemple) mais aussi des associations et sociétés savantes qui ont souvent joué un rôle crucial, à la rencontre du politique et du scientifique (les sociétés de géographie entre autres).

  • 8 Pour la France, voir les travaux de l’équipe REHSIS (Recherches Épistémologiques sur les Sciences (...)
  • 9 C’est-à-dire visant à expliquer l’évolution des idées scientifiques par leur confrontation « inter (...)

10L’histoire de la science coloniale est donc une sorte d’histoire sociale « totale » dans la mesure où s’y mêlent étroitement les aspects politiques, sociaux, économiques, culturels et symboliques8. Elle se prolonge vers la période plus contemporaine dans deux directions privilégiées : la première se penche sur le moment de la naissance d’une « science locale » embryonnaire, pendant ou juste après la période coloniale (en particulier dans les pays appartenant à une première vague de décolonisation, comme en Amérique latine). Ce moment est celui où s’effectuent les premiers accès de scientifiques « indigènes » (parfois encore colonisés) à la « République de la science mondiale », et en sens inverse, celui de l’importation/imprégnation de modèles institutionnels et disciplinaires qui prolongent les différentes traditions scientifiques impériales. Dans plusieurs cas, l’affaiblissement des modèles venus des « vieux empires » profite à l’imposition progressive de modèles nord-américains (à travers des institutions comme la Fondation Rockefeller). La seconde direction s’attache à étudier l’histoire des progrès scientifiques dans la « périphérie scientifique » que constituent les territoires d’outre-mer. Ces études, effectuées sur plusieurs disciplines (médecine, science des sols…), se rapprochent d’une histoire des sciences plus classiquement internaliste9, mais elles sont le plus souvent replacées dans le contexte historique colonial, celui-ci jouant un rôle primordial dans la mutation des paradigmes (par exemple, celui de la médecine tropicale).

11Par comparaison avec le foisonnement des pistes concernant la science coloniale, les études portant sur la période la plus récente (depuis la deuxième guerre mondiale) s’inscrivent dans des perspectives plus resserrées avec trois caractéristiques majeures.

12En premier lieu, ces approches privilégient plus souvent un point de vue global : plus que sur un pays ou une région, ces analyses focalisent souvent sur les aspects internationaux ou transnationaux de la science et des techniques. Les réflexions portent par exemple sur l’inégale répartition de la science à l’échelle mondiale, sur les flux internationaux de technologie et d’hommes de science (le brain-drain et son inversion positive, la mobilisation des compétences scientifiques expatriées), sur les enjeux et les controverses scientifiques Nord-Sud (l’environnement et la biodiversité)… On étudie également les institutions de la coopération scientifique internationale, qu’elles soient officielles ou non-gouvernementales. Enfin, les réflexions portant sur les politiques scientifiques des pays du Sud sont souvent formulées de façon générale en des termes qui rejoignent les recommandations des organismes internationaux chargés de ces questions (constat d’échec, nouvelles orientations, etc.).

  • 10 La base la plus couramment utilisée dans ce type d’études est le Science Citation Index (SCI) de l (...)
  • 11 Pour un vaste panorama de ce type d’approche, cf. Les indicateurs de science pour les pays en déve (...)

13Une deuxième caractéristique est la prédominance des approches quantitatives visant à établir un état des lieux de la science. Celles-ci s’attachent à mesurer de la façon la plus précise possible et en fonction des indicateurs disponibles, les out-put scientifiques (concrètement il s’agit le plus souvent des publications scientifiques) à partir de bases de données spécialisées10. Par ces méthodes dites bibliométriques (ou scientométriques), il est ainsi loisible d’estimer le « poids » scientifique d’un pays donné (la Chine, le Mexique…), d’un continent (la science africaine) ou de certaines disciplines, et de souligner les disparités existantes à l’échelle mondiale. Toujours grâce à ces données, il est possible de mesurer le niveau de coopération scientifique entre différents pays ou groupes de chercheurs (par l’analyse des co-signatures d’articles et des co-citations)11.

  • 12 Jusqu’à une date récente, les Nouveaux Pays Industrialisés d’Asie du Sud-Est se voyaient courammen (...)
  • 13 Dans un autre ouvrage-somme paru en 1994 sur la science dans les pays en développement (La Quête i (...)

14Enfin, les travaux menés sur la période contemporaine révèlent assez souvent une démarche à la fois volontariste et normative. Ils ne se contentent pas de décrire et d’analyser un phénomène, mais ils posent également la question des modalités de sa transformation et, le cas échéant, proposent des solutions ou des lignes de conduite. Un des axes centraux de ce type d’interrogations concerne par exemple la question des transferts : transferts de science du Nord vers le Sud, mais aussi transfert de science de la sphère publique vers la sphère privée (les entreprises). L’étude de ce moment du transfert, souvent envisagé comme celui où la science est convertie en technologie et en innovation, est justifiée par l’idée qu’il conditionne une plus grande compétitivité des entreprises, et donc, des économies du Sud. On essaye donc d’identifier les obstacles (ou « résistances », par exemple à l’introduction des biotechnologies), de déterminer quels sont les compartiments technologiques les plus faciles à transférer et les types d’entreprises les mieux préparées à les recevoir. Certains pays sont présentés comme exemples à suivre12, d’autres comme erreurs à éviter. Si cela semble possible, ces études « s’engagent » plus avant pour proposer des méthodes et des solutions. Corrélativement, on remarque que certains de leurs auteurs ont des responsabilités institutionnelles liées à la sphère du « développement », ou bien sont des universitaires qui collaborent régulièrement aux activités de ces institutions13.

15Pour résumer ce bref panorama du domaine de recherche des « sciences hors d’Occident », on peut retenir un mouvement général : plus on s’éloigne des recherches historiques et sociologiques menées sur la « science coloniale » et plus on s’approche de la période contemporaine, plus historiens et sociologues laissent la place aux économistes et aux « acteurs » institutionnels. Dans un même mouvement, l’approche quantitative devient fortement dominante, elle s’accompagne « d’évaluations » et de « propositions », mais elle tend à laisser de côté l’étude des contextes sociaux, politiques et culturels de la pratique scientifique.

  • 14 Par exemple les travaux de J. Gaillard (entre autres Les chercheurs des pays en développement, Par (...)

16Il ne s’agit bien sûr que d’une tendance générale à laquelle échappe un certain nombre de travaux qui tentent de relier la science contemporaine à l’histoire politique (en analysant par exemple les interactions entre développement de la science et mouvements nationaux ou nationalismes, et en resituant les expériences de politiques scientifiques nationales dans leur contexte historique), d’en étudier les dimensions symboliques, voire mythologiques (en se penchant sur les représentations qu’ont de la science aussi bien ceux qui décident de son orientation que le public non informé), et de produire une sociologie des acteurs scientifiques à diverses échelles d’observation14.

La science en Tunisie : une approche en terme de politique publique

17Un examen, fut-il rapide, de la place de la science dans l’histoire récente de la Tunisie, ne peut que conforter la prétention des sciences sociales à s’y intéresser autrement qu’en prenant seulement acte des faibles performances chiffrées par les annuaires statistiques.

18Dès les lendemains de l’indépendance, le thème de la science occupe dans les discours du premier président de la jeune république tunisienne, Habib Bourguiba, une place tout à fait remarquable : présentée comme la plus sûre voie d’accès à une modernité désirée, elle est aussi la protection d’une indépendance politique chèrement acquise et la garantie d’un « gouvernement juste » qui s’identifie lui-même à la voix de la raison. Dans un même temps, la science est au cœur de la mobilisation nationale autour de l’éducation, et plus particulièrement de la mise en place du système universitaire : c’est le début d’un processus qui aboutira à la formation de milliers « d’hommes de science » de toutes les disciplines, sélectionnés parmi l’élite des bacheliers tunisiens et envoyés parfaire leur spécialisation dans les meilleurs laboratoires français, européens et américains ; de retour dans leur pays après des séjours parfois très longs à l’étranger, ces hommes et ces femmes ramèneront avec eux des connaissances à approfondir et à transmettre, des modèles institutionnels devenus familiers, des valeurs professionnelles et des réseaux de relations sur la base desquels ils participeront activement à l’édification d’un système scientifique national.

19Quelques vingt ans plus tard, on assistera à des tentatives des autorités tunisiennes pour mobiliser ce potentiel humain et institutionnel dans le cadre de projets scientifiques et technologiques nationaux, suscitant de violentes polémiques entre les scientifiques, partisans ou adversaires de ces projets, qui révèleront des clivages jusque là insoupçonnés au sein du champ scientifique tunisien. Loin de disparaître pour autant, l’intérêt du pouvoir politique pour la science se renforcera encore jusqu’à entraîner récemment une implication directe des plus hautes instances de l’État dans les orientations de la politique scientifique nationale, désormais envisagée comme l’une des conditions de la survie économique du pays dans un environnement mondial menaçant.

  • 15 Pour une présentation de ce type d’approche, on se reportera par exemple à Muller P. et Surel Y., (...)

20Pour essayer de comprendre cette histoire complexe de l’émergence, dans la Tunisie indépendante, d’institutions, d’individus et de pratiques ayant la science pour objectif, il paraît alors plus pertinent de faire appel à une approche en terme de politique publique, en 1’occurence la politique scientifique de la Tunisie contemporaine. Un tel projet, celui d’une sociologie de l’État en interaction explicitant les relations entre le pouvoir politique et la science en Tunisie, a été mené sur la base d’une transposition prudente sur le terrain tunisien d’acquis, de notions et d’angles d’analyse propres à cette approche, mais le plus souvent forgés dans le contexte des sociétés européennes ou américaines. Ce n’est pas ici le lieu de présenter les caractéristiques de l’analyse des politiques publiques15 et ses différents « outils » – qui seront explicités dans le contexte de leur utilisation –, il suffira dans ce propos introductif de souligner les pistes qu’elle offre par rapport à l’objet de cette étude.

La science et le politique

  • 16 A la différence des pays d’Europe ou pendant longtemps, l’activité scientifique apparaîtra disjoin (...)

21Le premier intérêt de cette approche est qu’elle pose d’emblée le lien au politique comme primordial. Une politique publique de la science, c’est entre autres, mais de façon centrale, une action des pouvoirs publics, de l’État. Cette orientation semble d’autant plus adéquate que, dans le cas de la Tunisie, l’on a affaire à un pays dans lequel l’indépendance est le point de départ d’une séquence historique dans laquelle l’État s’auto-attribue la charge d’à peu près tous les aspects de la vie sociale : éducation, logement, famille, religion, agriculture, échanges économiques… C’est d’ailleurs en grande partie l’État lui-même qui « invente » cette sectorisation « moderne » de la société, ce qui concourt à lui conférer le statut d’intervenant prioritaire, voire monopolistique. Les politiques mises en œuvre par l’État tunisien indépendant apparaissent comme le moyen privilégié de réguler une société en cours de modernisation. La science, comme d’autres secteurs, est immédiatement, par définition, une « affaire d’État »16, avant même qu’aucun acteur identifiable ne soit mobilisé vers cet objectif.

22Parler en termes de politique publique, de politique scientifique, c’est donc adopter inévitablement vis-à-vis de l’activité scientifique une attitude externaliste, c’est rappeler que la science est aussi régie par des décisions politiques, des choix institutionnels, des normes administratives. C’est également se donner la possibilité d’apprécier l’attitude des pouvoirs publics vis-à-vis de la science, sans considérer a priori que celle-ci est toujours forcément d’une égale bienveillance. C’est donc aussi, même si les rapports de causalité ne sont pas simples, réfléchir à la façon dont la nature du pouvoir influe sur la mise en œuvre d’une politique dans un secteur donné.

Historicité

23En second lieu, une approche en terme de politique publique ne peut se contenter d’un instantané photographique, par exemple d’un « état de la science » tunisienne à un moment donné (en général celui de l’étude). Elle exige au contraire que soit prise en compte l’historicité des phénomènes étudiés, à plusieurs niveaux.

  • 17 Braud P., Sociologie politique, Paris, LGDJ, 1992, p. 390.

24Historicité du (ou des) processus de décision tout d’abord, qui, si tant est qu’il soit aisément repérable, constitue le cœur d’une politique publique. Ce processus peut être schématiquement découpé en plusieurs séquences : émergence publique d’un « problème » – formulation de solutions et prise de décision – mise en œuvre – évaluation – terminaison de l’action. S’il est vrai que l’ensemble de ces étapes n’est pas forcément présent dans un processus décisionnel (l’évaluation par exemple) et que l’ordre de certaines séquences peut même être inversé (justification a posteriori d’une décision), il est cependant décisif de rechercher les éventuels liens de causalité qui peuvent exister entre différentes phases. « La notion de politique publique incite à penser les décisions non plus isolément, mais intégrées dans une continuité minimale, conditionnées par un amont et conditionnant un aval »17. Ainsi, les modalités d’émergence d’un « problème » sont capitales à étudier en ce qu’elles influent nécessairement sur la façon dont celui-ci sera pris en compte par les pouvoirs publics (sa mise sur l’agenda politique, selon les termes employés par les analystes de politiques publiques) et sur le type d’action entrepris.

25Les institutions ont également leur histoire. Même lorsqu’elles sont de création récente, il est rare qu’elles ne soient pas en partie inspirées par un modèle antérieur ou extérieur. Elles sont ce qui permet à l’action politique de se déployer, en même temps qu’elles lui imposent un espace de choix parfois limité. De ce fait, accorder une place à l’histoire des institutions impliquées dans une politique, c’est se donner les moyens de mesurer le poids des choix passés sur les décisions présentes (qui ont souvent tendance à se présenter sous le jour valorisant de la nouveauté). On verra que dans le cas tunisien, la compréhension de certains aspects de la politique scientifique repose en grande partie sur l’examen des conditions antérieures de création d’un système d’enseignement supérieur, en tant que lieu d’émergence de la pratique de recherche. Enfin, des éléments d’explication sont également à rechercher dans l’histoire des hommes, acteurs ou groupes d’acteurs, décideurs ou administrés, impliqués de près ou de loin dans l’élaboration, la mise en œuvre, mais aussi la contestation ou le soutien apporté à une politique. Cette histoire des hommes, qui est celle de trajectoires sociales particulières, vient nourrir en même temps que parfois relativiser les déterminismes « lourds » des rationalités institutionnelles.

Représentations de la science : les soubassements symboliques d’une politique

  • 18 Idem, p. 391.

26Un autre mérite de ce type d’approche est de rappeler qu’une politique repose avant tout (et en dehors de toute donnée « objective ») sur des représentations, sur des perceptions et des images que les acteurs sociaux – gouvernants et gouvernés – ont, à un moment donné, d’un problème. Ce sont ces représentations et ces images, plus ou moins homogènes ou contradictoires, qui constituent les facteurs décisifs de la formulation de ce problème. Comme le rappelle Philippe Braud, « aucune question n’est politique par essence. Le chômage ne l’était pas sous Louis XV ni la protection de l’environnement à l’ère de l’industrialisation européenne. Alors que l’acuité de ces phénomènes pouvait être supérieure à celle d’aujourd’hui, il n’existait même pas d’expression pour les nommer politiquement »18. En prolongeant la formule, on pourrait dire que la question de la prise en compte politique de la science en Tunisie ne se concevait – et a fortiori ne s’énonçait – pas de la même façon sous le règne d’Ahmed Bey (1837-1855) et pendant la présidence de Habib Bourguiba.

27L’analyse d’une politique publique suppose que soit prise en compte cette dimension symbolique. A un niveau global, il faut s’interroger sur les représentations des dirigeants politiques appelés à prendre (ou à ne pas prendre) de décisions. Dans la Tunisie indépendante, on verra que la science est au cœur d’une vision du monde – celle des élites politiques issues du mouvement national – qui tente d’imposer un ordre de valeurs tout entier organisé et hiérarchisé autour d’une norme centrale, la modernisation de la société. En diffusant par tous les moyens cette vision du monde, les dirigeants construisent le cadre global (ou référentiel global) – non exempt de contradictions internes – dans lequel des réponses peuvent être élaborées.

28Mais il faut également compter avec les représentations que les acteurs eux-mêmes (les scientifiques, en l’occurrence) se font de leur activité et du secteur tout entier dans lequel celle-ci s’exerce. Ces représentations sont certes orientées en partie par le discours du pouvoir, mais elles sont aussi profondément déterminées par la longue expérience de socialisation professionnelle que ces acteurs ont vécue. Ces expériences différentes, selon les origines sociales, les lieux et les modalités de formation, les trajectoires professionnelles, contribuent à forger des représentations elles aussi différenciées. Ainsi, à la question : « Qu’est-ce que la bonne science dans le contexte de la Tunisie indépendante ? » il n’existe pas une réponse univoque mais bien plusieurs sortes de réponses qui renvoient au discours du pouvoir et aux convictions des différents groupes de praticiens de la science. C’est donc à travers les ajustements, les confrontations et les négociations entre divers registres de représentations que peut naître, à un moment donné, une image dominante de l’ensemble du secteur (ou référentiel sectoriel) qui orientera pendant une période déterminée les choix formulés par les responsables politiques.

Acteurs, groupes et réseaux : la dimension sociologique de l’analyse des politiques publiques

29Enfin, l’analyse des politiques publiques comporte une dimension sociologique centrale. Dans le cas de la science, comme dans d’autres domaines, une politique publique met en présence un certain nombre d’acteurs (individus, groupes plus ou moins formels, institutions) appartenant à des univers distincts : sphère politique et administrative, système universitaire et scientifique, syndicats… Le moment de la mise en œuvre d’une politique est celui où s’établissent, ou plutôt se renforcent, les interactions existantes entre ces individus et ces groupes. De ce fait, l’analyse doit simultanément prendre en compte deux dimensions :

  • Les univers d’appartenance : celui des scientifiques par exemple, largement confondu en Tunisie avec le système universitaire, qui impose sa logique, ses valeurs, et dans lequel les individus, en fonction des positions qu’ils y occupent, établissent entre eux des rapports de force ou de coopération.
  • Les points de passage qui relient ponctuellement entre eux ces « univers » (en particulier systèmes politico-administratif et scientifique) et qui sont souvent contrôlés par des individus particuliers auxquels on pourra dans certaines circonstances donner le nom de médiateurs. Ces points de passage sont aussi inscrits dans une temporalité : c’est justement ce moment décisif de la rencontre entre représentants de la sphère politico-administrative et du système universitaire et scientifique que l’analyse sociologique peut éclairer en exposant le contexte historique et les propriétés sociologiques des individus impliqués.
  • 19 Cf. Crozier M. et Friedberg E., L’acteur et le système, Paris, Éditions du Seuil, 1977, p. 239 et (...)

30Pour décrire cet ensemble d’interactions circonstancielles qui se trouve au cœur de la mise en œuvre d’une politique publique, on verra que l’on a pu préférer, à la notion de système d’action, élaborée par la sociologie des organisations19, celle de réseau (ou réseau de politique) qui nous a semblé mieux adaptée pour décrire la mise en place d’une structure qui ne préexiste pas à l’action (c’est-à-dire qui naît au moment de la rencontre) et qui bien souvent ne lui survit pas.

Contours d’une enquête

31A l’intérieur de ce cadre théorique et méthodologique, un certain nombre de limites s’imposait à cette étude de la politique scientifique tunisienne.

  • 20 Pour une étude dans la longue durée décrivant l’état des sciences dans le Maghreb précolonial, la (...)

32D’un point de vue chronologique, l’analyse a porté sur les quatre décennies situées entre l’indépendance tunisienne en 1956 et l’année 1996. La date de l’indépendance constituait naturellement le point de départ, puisque par définition, étudier la politique scientifique d’un État suppose que celui-ci dispose de sa souveraineté. Quelques incursions dans un passé plus lointain – la fin du xixe et le début du xxe siècle – ont néanmoins été nécessaires pour tenter d’identifier certaines sources du discours tenu sur la science par le nouvel État tunisien20.

  • 21 CallOn M., « Sociologie des sciences et économie du changement technique : l’irrésistible montée d (...)

33En deuxième lieu, l’observation du système scientifique tunisien s’est focalisée sur la partie que Michel Callon désigne (à propos du système français) par le terme de pôle scientifique, c’est-à-dire celui « qui élabore des connaissances codifiées et certifiées, et produit essentiellement des documents ayant la forme d’articles scientifiques mais aussi des compétences incorporées »21. Ce pôle recouvre principalement la recherche scientifique effectuée dans les universités, au sein des établissements publics de recherche et dans les entreprises à même de se doter de départements de recherche. L’auteur distingue ce pôle scientifique du « pôle technique qui élabore des artefacts : pilotes, prototypes, stations d’essais accompagnés d’une littérature spécifique : brevets, normes, règles de l’art… » et du « pôle marché qui exprime des besoins, demandes, attentes en même temps qu’il fournit des indications sur la valeur qu’il accorde à leur satisfaction ».

  • 22 Les deux autres pôles seraient plutôt respectivement associés à la politique technologique, et à c (...)

34Envisagée sous cet angle, la politique scientifique tunisienne renvoie essentiellement à une politique de la recherche scientifique effectuée dans le cadre du secteur public22. Les acteurs au centre de cette recherche sont de ce fait les scientifiques professionnels couramment désignés dans le système tunisien – comme dans bien d’autres – sous l’appellation d’enseignants-chercheurs.

  • 23 Désignées sous le terme de sciences fondamentales dans la typologie officielle tunisienne, appella (...)

35Enfin, chaque fois que l’analyse générale a cédé la place à des études plus approfondies (études de cas, de problèmes particuliers, de pratiques…), les investigations se sont concentrées sur les sciences exactes23. On s’étonnera peut-être de voir ainsi écartés les domaines de la recherche agricole et médicale, par ailleurs souvent privilégiés dans l’étude des politiques scientifiques des pays du Sud. Les spécialistes de sciences sociales regretteront sans doute également que leurs propres disciplines n’aient pas constitué un objet d’enquête.

  • 24 Sans entrer dans les détails, rappelons que ces deux secteurs ont la particularité d’avoir des int (...)

36Concernant les deux premiers secteurs (agriculture et médecine), ce choix correspondait à la volonté de privilégier la dimension nationale de la science tunisienne et d’observer la politique scientifique avant tout sous un angle interne. Or, à des degrés divers, la recherche agricole et la recherche médicale, secteurs très fortement insérés dans les réseaux de la coopération scientifique mondiale, donnent à la dimension internationale une place trop envahissante et sans doute souvent surdéterminante par rapport à la dimension nationale. Cette insertion est due au fait que ces deux domaines sont privilégiés par la coopération scientifique internationale, tant bilatérale que multilatérale, et en reçoivent un soutien institutionnel et financier sans commune mesure avec les autres disciplines scientifiques24.

37Bien entendu, la dimension internationale n’est pas absente du domaine des sciences fondamentales et il n’était pas question d’en gommer l’importance. Au contraire, nombre de pages montrent comment celle-ci a pu jouer un rôle de structuration majeur de la communauté scientifique nationale (par le biais de la formation) et se révéler à certaines occasions un enjeu décisif. Cependant, son moindre poids dans ce secteur de la recherche semble plus propice à la mise en lumière des interrelations entre la sphère politique et le système scientifique tunisiens.

  • 25 Bourdieu P., « La spécificité du champ scientifique et les conditions sociales du progrès de la ra (...)
  • 26 Addi L., « Peut-il exister une sociologie politique en Algérie ? », Peuples méditerranéens, n° 54- (...)

38Concernant le secteur des sciences sociales, un autre type de dérive guettait l’analyse. On sait que les sciences sociales présentent, par rapport aux sciences de la nature, une spécificité dans leur rapport avec le champ politique ; comme le discours politique, celui des sciences sociales concourt à produire une représentation légitime du monde social25. Les tensions résultant de l’existence de cet enjeu commun aux deux univers, si elles existent partout, ont été particulièrement exacerbées en Tunisie comme dans l’ensemble du Maghreb post-colonial. Toute cette période (particulièrement les années 1960 et 70) s’est caractérisée par ce que Lahouari Addi appelle une « surpolitisation de l’université » et a vu la production universitaire « impliquée dans la compétition pour le pouvoir, soit en légitimant le pouvoir en place, soit en tentant de lui dénier sa légitimité »26. Il apparaît ainsi clairement qu’une analyse du secteur des sciences sociales pourrait difficilement se concevoir en dehors d’une histoire globale des rapports entre les intellectuels et le pouvoir, entreprise qui dépassait de beaucoup les ambitions de ce travail et en déplaçait par trop les objectifs initiaux.

Notes

1 Discours de Carthage, 25/01/1973.

2 De plus, les chiffres communiqués par la Tunisie à l’instance onusienne dataient – au moment de cette enquête – de 1993, ce qui peut laisser supposer une certaine négligence envers un domaine considéré comme de peu d’importance. La Tunisie est néanmoins le seul pays du Maghreb à fournir ces chiffres.

3 Quant à « l’impact » de cette production – mesuré par le nombre de citations d’un chercheur par ses collègues à l’échelle internationale –, il n’était que de 0,21 %.

4 Rouban L., « La science et la technologie : politiques publiques », L’Année sociologique, 1990, vol. 40, p. 73.

5 Daguzan J-F., Politiques scientifiques et technologiques autour de la Méditerranée : Egypte, Turquie, Israël et Syrie, Cahiers de la Fondation pour les Etudes de Défense, Hors-série n° 3, juin 1998.

6 Pour reprendre l’intitulé du colloque qui a servi de base à ce panorama. Organisée en 1994, cette rencontre internationale a rassemblé 496 participants venus de 57 pays. La somme issue de ce colloque et publiée en 1996 sous la direction de Roland Waast nous offre une remarquable photographie des orientations de recherche présentes et passées dans ce domaine, des pistes privilégiées, des points d’accord ou de désaccord (Les sciences hors d’Occident au xxe siècle, Paris, ORSTOM Éditions, 1996, 7 vol.).

7 Cf. Polanco X., Naissance et développement de la science-monde, Paris, Éditions La Découverte, 1989.

8 Pour la France, voir les travaux de l’équipe REHSIS (Recherches Épistémologiques sur les Sciences Exactes et les Institutions scientifiques), en particulier l’ouvrage Science and Empires, sous la dir. de P.Petitjean, C. Jami, A.M. Moulin, Dordrecht, Kluwer Academic Press, 1992.

9 C’est-à-dire visant à expliquer l’évolution des idées scientifiques par leur confrontation « interne » dans le domaine scientifique, par opposition à l’approche dite externaliste qui entend rapporter l’évolution des idées scientifiques au contexte social et historique de leur production.

10 La base la plus couramment utilisée dans ce type d’études est le Science Citation Index (SCI) de l’Institute for Scientific Information (ISI) de Philadelphie qui recense les publications d’un très grand nombre de revues scientifiques internationales, majoritairement anglo-saxonnes. D’autres bases à vocation plus locale sont aussi utilisées (Pascal pour la France et les pays francophones, Periodica pour le Mexique, etc.).

11 Pour un vaste panorama de ce type d’approche, cf. Les indicateurs de science pour les pays en développement. Actes de la conférence internationale, ORSTOM/CNRS, Paris, Unesco, 15-19 octobre 1990, Textes réunis, édités et présentés par R. Arvanitis et J. Gaillard, Paris, Éditions de l’ORSTOM, 1992. La revue internationale de référence en la matière est Scientometrics.

12 Jusqu’à une date récente, les Nouveaux Pays Industrialisés d’Asie du Sud-Est se voyaient couramment décerner ce titre.

13 Dans un autre ouvrage-somme paru en 1994 sur la science dans les pays en développement (La Quête incertaine, sous la direction de J-J. Salomon, F. Sagesti et C. Sachs-Jeantet, Paris, Economica/United Nations University, 1994), sur seize auteurs rassemblés, quatre sont « seulement » chercheurs ou universitaires. Six d’entre eux sont consultants plus ou moins permanents auprès d’organisations internationales, quatre sont hauts fonctionnaires internationaux, deux sont liés à des organismes scientifiques nationaux. D’un point de vue disciplinaire, la majorité d’entre eux ont des formations en économie.

14 Par exemple les travaux de J. Gaillard (entre autres Les chercheurs des pays en développement, Paris, Éditions de l’ORSTOM, 1989 ; « La naissance difficile des communautés scientifiques », in : La quête incertaine, Paris, Economica, 1994), et, pour le monde arabe, plusieurs travaux de recherche menés ces dernières années sur les professions scientifiques : Bâtisseurs et bureaucrates : ingénieurs et société au Maghreb et au Moyen-Orient, (1991), sous la direction d’E. Longuenesse, Études sur le Monde Arabe, Publications de la Maison de l’Orient, Lyon. Médecins et protection sociale dans le Monde Arabe (1993), sous la direction de B. Curmi et S. Chiffoleau, Beyrouth-Amman/Paris, CERMOC/ORSTOM.

15 Pour une présentation de ce type d’approche, on se reportera par exemple à Muller P. et Surel Y., L’analyse des politiques publiques, Paris, Montchrestien (coll. Clefs), 1998. L’ouvrage plus ancien qui reste une référence est le tome IV du Traité de science politique de Madeleine Grawitz et Jean Leca (dir.), Paris, PUF, 1985.

16 A la différence des pays d’Europe ou pendant longtemps, l’activité scientifique apparaîtra disjointe et indépendante de l’action des pouvoirs politiques. En France, ce n’est qu’à partir des xviie et xviiie siècles qu’« à l’association volontaire, au club scientifique ou érudit, se substitue peu à peu l’organe étatique ou étatisé » (Rouban L., L’État et la science, Paris, Éditions du CNRS, 1988, p. 19).

17 Braud P., Sociologie politique, Paris, LGDJ, 1992, p. 390.

18 Idem, p. 391.

19 Cf. Crozier M. et Friedberg E., L’acteur et le système, Paris, Éditions du Seuil, 1977, p. 239 et suivantes.

20 Pour une étude dans la longue durée décrivant l’état des sciences dans le Maghreb précolonial, la pénétration occidentale et l’institutionnalisation de la science coloniale, cf. Laberge P., Politiques scientifiques au Maghreb : l’implantation du système scientifique dans les sociétés maghrébines de 1830 à 1980. Université de Montréal, Institut d’histoire et de socio-politique des sciences (2 tomes), 1987.

21 CallOn M., « Sociologie des sciences et économie du changement technique : l’irrésistible montée des réseaux technico-économiques », in : Ces réseaux que la raison ignore, Paris, Centre de Sociologie de l’innovation/L’Harmattan (Coll. Logiques sociales), 1992. pp. 62-63.

22 Les deux autres pôles seraient plutôt respectivement associés à la politique technologique, et à ce que l’on désigne depuis quelques années sous le nom de politique de l’innovation, et restent jusqu’à aujourd’hui marginaux dans le contexte tunisien.

23 Désignées sous le terme de sciences fondamentales dans la typologie officielle tunisienne, appellation qui recouvre les disciplines enseignées dans les facultés des sciences et les écoles d’ingénieurs : sciences physiques, chimie, sciences de la terre, mathématiques et informatique, sciences de l’ingénieur, biologie.

24 Sans entrer dans les détails, rappelons que ces deux secteurs ont la particularité d’avoir des interlocuteurs privilégiés dans plusieurs pays (en France, le CIRAD, INRA, IRD. ex ORSTOM – pour l’agriculture, l’INSERM pour la médecine, outre les universités et les établissements de recherche « généralistes ») ainsi qu’au niveau multilatéral (PNUD et FAO pour l’agriculture, OMS pour la médecine). On mentionnera également, dans le cas de la recherche agricole, le rôle central joué par le puissant réseau de treize centres internationaux coordonnés par le CGIAR (Consultative Group on International Agricultural Research). Notons enfin qu’à l’heure actuelle, les programmes de recherche les mieux dotés des institutions supranationales relèvent également de ces deux secteurs (Banque Mondiale, mais également Union Européenne avec les programmes STD et Avicenne).

25 Bourdieu P., « La spécificité du champ scientifique et les conditions sociales du progrès de la raison », Sociologie et sociétés, vol. 7, n° 1, 1975.

26 Addi L., « Peut-il exister une sociologie politique en Algérie ? », Peuples méditerranéens, n° 54-55, 1991, p. 223.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540