Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Où va l’Algérie ?

 | 
Ahmed Mahiou
, 
Jean-Robert Henry

Troisième partie. Les nouveaux espaces de la société civile

14. La recherche scientifique en Algérie : initiatives sociales et pesanteurs institutionnelles

Hocine Khelfaoui

Texte intégral

1Les mutations de cette dernière décennie font de la recherche scientifique et de ses modalités de connexion aux entreprises, préalables aux applications de ses résultats, une condition à toute avancée technologique, et donc économique et sociale. Ce constat est mis en évidence par le déplacement du champ de la compétitivité des entreprises, comme d’ailleurs des nations, des capacités de production à celles de création, de renouvellement et d’innovation. La recherche tend à devenir le pivot de la relation entre les institutions de savoirs et les institutions de production, et à se substituer à la fonction de formation ; la fameuse quête d’adéquation formation-emploi cède la priorité à l’association recherche-production. A cheval entre le monde de la production intellectuelle et celui de la production matérielle, indispensable à sa mise en valeur, la recherche devient un élément clé du système socio-économique dans son ensemble ; du coup, sa dynamique va dépendre dans une large mesure du statut et de la reconnaissance que ce système lui réserve. Reléguée pendant les deux premières années de l’indépendance en faveur de l’activité d’enseignement et de formation, la recherche algérienne est, sitôt apparue, confrontée à des logiques divergentes, celles des acteurs de base aspirant à l’autonomie professionnelle, et celles des institutions développant des velléités de contrôle de type politico-administratif.

2Après un bref rappel historique, nous tenterons de décrire l’évolution de ces logiques et de leurs conséquences en deux temps : le premier retrace le processus d’émergence et d’autonomisation des acteurs de la recherche et les tentatives de connexion entre chercheurs et ingénieurs et entre l’université et l’entreprise ; le deuxième évoque le retour de l’institutionnel et la régénération du pouvoir bureaucratique à la faveur de la crise multiforme de cette dernière décennie.

Situation au lendemain de l’indépendance

3Le système de recherche algérien est peut-être l’un des plus récents d’Afrique. Le souci de former des cadres en grand nombre, mais aussi un héritage colonial faible, ont relégué au second plan pendant une longue période les activités de création scientifique, et on peut considérer que ce n’est qu’à partir de la décennie 90 que la recherche est entrée dans les débats publics et politiques.

4Au lendemain de l’indépendance, seuls quelques travaux de recherche étaient initiés et conduits par des institutions françaises. Un premier accord algéro-français crée, en 1963, le Conseil de la recherche scientifique (CRS), suivi du protocole de 1968, qui donne lieu à la création de l’Organisme de coopération scientifique (OCS), dont l’action est restée limitée au programme français implanté en Algérie.

5Les premières tentatives algériennes d’organiser la recherche remontent aux années 70, avec la création du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique (MESRS), suivie du Conseil provisoire de la recherche scientifique (CPRS) en 1971 et de l’Office national de la recherche scientifique (ONRS) en 1973 (Benzaghou et Mahiou, 1980). Centralisées, ces structures n’ont eu que peu d’effets d’entraînement sur la recherche à la base, dont les premières activités ont été surtout le fait d’initiatives individuelles et de groupes informels. On peut dire qu’en Algérie, la pratique de la recherche a précédé son institutionnalisation (Waast, 1991) ; ce constat fait au sujet de la recherche médicale peut être appliqué à de nombreuses autres filières, telle que les sciences sociales et les sciences fondamentales, avec toutefois quelques réserves pour les filières technologiques, qui n’ont commencé à se développer qu’avec la création du Commissariat aux énergies nouvelles (CEN) en 1982.

6Outre d’importants recrutements de chercheurs, l’action du CEN, relayée à partir de 1986 par le Haut Commissariat à la recherche (HCR), a permis la création de plusieurs structures dans le domaine des technologies avancées, des énergies renouvelables, de la médecine nucléaire et de la radioprotection. Après trois années d’existence, le HCR aurait réussi à mettre en œuvre près de 400 projets de recherche en sciences exactes et technologie, en sciences de la nature et de la vie et en sciences sociales. Les moyens humains et infrastructurels mis en place au cours de ces années constituent jusqu’à ce jour le noyau essentiel de la recherche publique hors université.

7En dehors de ces réalisations, la recherche a surtout fait l’objet de déclarations d’intention ou de projets restés lettre morte. Les actions dans ce domaine ont été rarement concrétisées, et se réduisent souvent à des structures centrales sans efficacité ou des commissions sans lendemain. Ainsi, le plan quinquennal 1980-1984 prévoyait de porter les effectifs minimaux de scientifiques à 18 000 chercheurs équivalents plein temps pour l’année 1995, dont 7 600 chercheurs équivalents plein temps pour les seuls secteurs de l’agriculture, de l’industrie, de l’énergie et du BTR Ces prévisions ne seront finalement réalisées qu’à 15 % et 3,6 % respectivement.

8Encore à l’état embryonnaire, les acteurs de base de la recherche n’avaient guère d’influence sur la politique nationale, et celle-ci était axée en priorité sur la construction des institutions d’un État, conçu pour contrôler et non pour réguler et favoriser l’initiative. La nature des logiques de pouvoir qui en a résulté faisait que les catégories innovatrices ou entrepre-neuriales se trouvaient en position de subordination dans leurs rapports à la sphère politico-administrative, laquelle monopolise toute initiative ayant un impact public. La logique du contrôle, qui s’est transformée à la longue en une sorte de force d’inertie, l’a emporté sur celle du changement et de la création. Les pesanteurs bureaucratiques, avec leurs impacts psychologiques et sociaux néfastes, ont fini par avoir raison de la productivité d’une élite, pourtant constituée au prix d’un important effort de formation.

La communauté scientifique algérienne : une naissance avortée ?

9A partir de la deuxième moitié des années 80, le poids de la bureaucratie a commencé à s’effacer progressivement à la faveur du recul du tout État, laissant place à des stratégies individuelles et catégorielles. S’étant progressivement constitués, les groupes professionnels ont commencé à s’affranchir de la sphère politico-administrative, et à puiser en eux-mêmes leurs propres forces et, surtout, leurs propres raisons d’être.

L’émergence du groupe socioprofessionnel des chercheurs

10C’est vers la fin des années 80 que l’on assiste à l’émergence d’une élite, coïncidant d’ailleurs avec l’insurrection anti-bureaucratique d’octobre 1988. Profitant de l’éphémère vent de liberté qui s’en est suivi, celle-ci va poser les problèmes concrets de l’exercice de la recherche scientifique. Bien qu’éparpillés à travers diverses institutions (universités, instituts, centres de recherche, entreprises publiques...), les praticiens de la recherche tendent à émerger comme groupe professionnel et à exprimer les préoccupations de la recherche au-delà des cloisonnements catégoriels.

11Cette préoccupation va dans un premier temps s’énoncer à deux niveaux : celui des universitaires, de plus en plus nombreux à s’investir dans cette activité, et celui des chercheurs permanents rattachés aux centres nationaux de recherche ; bien qu’ils ne soient pas coordonnés, ces deux mouvements ont exercé une pression dans le même sens. Dans un troisième temps, mais presque simultanément, on assiste à l’irruption d’un troisième acteur dans le champ de la recherche, celui des ingénieurs d’entreprises.

  • 1 On dénombre actuellement 39 centres de recherche-développement et 13 unités de recherche-développem (...)

12Ainsi, le champ scientifique n’est plus seulement constitué de l’université et des centres publics de recherche, mais également de l’industrie dont les ingénieurs, dépassant les simples tâches de fonctionnement, s’impliquent de plus en plus dans des tâches d’innovation. Certains laboratoires d’entreprises ont évolué pour devenir, par un lent mouvement de maturité, des centres de recherche-développement, passant d’une activité d’étude et d’analyse de routine à une activité de création, d’innovation et de renouvellement1. L’entreprise passe progressivement du statut de consommateur à celui de producteur de savoirs et de technologie ; elle en affiche fermement l’intention et ambitionne parfois de se substituer aux institutions scientifiques traditionnelles, accusées de faire dans une science sans retombées économiques.

13Si les activités d’« enseignement » et de « production » se sont développées durant la première phase grâce à l’action de l’État, l’activité de recherche, qu’elle ait lieu dans une entreprise ou dans une institution scientifique, est née et s’est développée à l’initiative des acteurs de base, et puise sa dynamique dans des stratégies individuelles et catégorielles autonomes. Nous avons décrit ailleurs (Khelfaoui, 1999) comment ce mouvement d’affirmation et d’ancrage de la recherche s’est accompagné d’une dynamique d’insertion des chercheurs dans la communauté scientifique nationale et internationale, et comment les jeunes chercheurs tentent de se constituer en réseaux nationaux (en jetant des ramifications dans les entreprises, les universités et les centres de recherche) ou internationaux.

La jonction d’avec l’entreprise

14Les stratégies de carrière et la nécessité de survivre ont aiguillonné enseignants et ingénieurs d’industrie sur les sentiers escarpés de la recherche et de l’innovation. Ce processus mit, pour s’affirmer, plus de deux décennies au cours desquelles il dut affronter deux difficultés majeures : dépasser les réflexes routiniers inhérents aux anciens réflexes corporatistes, et établir des relations de coopération mutuellement avantageuses entre l’activité de recherche et l’activité industrielle.

15Façonnés par la période quantitative, l’universitaire comme l’ingénieur appréhendaient les incertitudes inhérentes à la recherche et à l’innovation, et n’osaient faire le premier pas hors des tâches d’enseignement ou de fonctionnement des machines. D’autant plus que la relation université-entreprise s’est construite au cours des années 70 et 80 sur un malentendu, consistant à faire faire de la formation professionnelle à l’université (sous prétexte d’adéquation formation-emploi) et de l’enseignement à l’entreprise (sous prétexte d’insuffisance de la formation de base). Ce malentendu, qui a prévalu dans la définition du modèle de formation lors des deux premières décennies de l’indépendance, n’a fait qu’exacerber la défiance entre les deux partenaires.

16Toute une période d’apprentissage, de séminaires communs, et surtout de pratiques, ont été nécessaires pour surmonter le malentendu originel, et accepter de coopérer sur la base d’une complémentarité respectant les deux principes de base de toute coopération entre une institution scientifique et une entreprise industrielle : la « non-substituabilité » et la « reconnaissance mutuelle ». Le respect de ces principes allait enfin permettre de surmonter les antagonismes inhérents à des systèmes de valeur et de référence fondamentalement différents.

17Les chercheurs et les enseignants chercheurs, dont la carrière est de plus en plus régie par la production d’articles scientifiques, se fixent comme objectif premier de mettre en évidence les lois et les principes qui les régissent. Les ingénieurs, tout en étant porté à refuser toute hégémonie scientifique des universitaires, s’intéressent plus à la dimension économique de l’innovation, ce qui explique que l’immense majorité des brevets d’innovation provient des ingénieurs d’entreprises, les chercheurs ayant, quant à eux, tendance à privilégier la publication (Bencheikh, 1988).

  • 2 Voir les travaux des réseaux Maghtech et l’ADPST, ainsi que les nombreuses rencontres initiées par (...)

18C’est pourquoi, les capacités de coopération entre les chercheurs et les ingénieurs d’industrie se sont trouvées progressivement au cœur des débats portant sur la relation recherche-industrie, et tout se passe comme si elles devaient constituer l’ossature de l’édifice social par lequel vont se réaliser les applications industrielles de la recherche universitaire (Thuderoz, 1997). Des réseaux associant chercheurs et industriels2, dont certains se sont consacrés essentiellement à ce thème, ont discuté en de nombreuses occasions, des voies et moyens d’assurer une collaboration conjointe des chercheurs et des ingénieurs dans l’aboutissement des processus innovants.

19Le caractère récurrent de ces débats, dont l’objectif est de réguler les interactions et d’accroître la synergie entre chercheurs et ingénieurs, renvoie au problème général du consensus entre les centres d’intérêts, et illustre la difficulté de concilier deux identités professionnelles marquées par des valeurs professionnelles et des référents socioculturels différents. Dès lors, l’innovation s’est substituée à la formation comme lieu où se négocie la coopération entre les deux partenaires. Ces progrès avaient constitué une avancée significative dans la « maîtrise de l’aval », principal goulot d’étranglement du processus de valorisation des résultats de la recherche.

20Ce mouvement naissant a été interrompu par les événements que le pays vit depuis une décennie, et tout se passe comme si aucun des protagonistes de cette tragédie n’a intérêt à voir se confirmer un processus qui aboutirait à l’affranchissement des groupes professionnels, perçu comme le prélude à celui de la société toute entière. Que cela soit dans les universités, les centres nationaux de recherche ou l’entreprise, la communauté scientifique est disloquée, et les équipes de recherche, difficilement constituées, éclatées. Les médias parlent de 22 000 scientifiques et diplômés de l’enseignement supérieur partis s’installer à l’étranger durant ces quinze dernières années ; ceux qui sont restés dans le pays sont gagnés par un scepticisme et un pessimisme aux effets ravageurs, et luttent pour leur survie physique et économique dans un pays où la nomenclatura, plus puissante que jamais à l’ombre des institutions financières internationales, est mieux rémunérée que « les parlementaires canadiens ». Plus que la violence, c’est la condition économique, sociale et professionnelle faite aux scientifiques durant cette même période, qui conduit au dépérissement quantitatif et qualitatif de la communauté scientifique nationale.

Le potentiel scientifique algérien aujourd’hui

  • 3 15 universités, 15 centres universitaires, 23 écoles et instituts supérieurs, 9 écoles normales sup (...)

21Le potentiel scientifique algérien est aujourd’hui à tous points de vue un des moins développés d’Afrique. Le niveau des étudiants et des enseignants ne cesse de baisser et le taux d’encadrement se dégrade d’année en année. Certes, l’Algérie dispose encore d’une importante infrastructure3, mais ayant gravement négligé le facteur humain, celle-ci est mal ou sous-utilisée. L’impact sur le rendement scientifique du pays est évident : en 1997, les bases de données françaises (PASCAL) et américaine (ISI) s’accordent à faire apparaître l’Algérie au 7e rang africain avec 170 articles scientifiques recensés, contre 1 462 pour l’Afrique du Sud, 1 190 pour l’Égypte, 475 pour le Maroc, 454 pour la Tunisie, 441 pour le Nigeria et 263 pour le Kenya (Waast, Arvanitis, 1999). Elle est suivie de près par la Côte d’Ivoire avec 149 articles, le Cameroun et le Sénégal avec 135 articles chacun.

État de la recherche à l’université

  • 4 L’universitaire algérien a un niveau de rémunération inférieur de moitié à celui de ses homologues (...)

22La période d’autonomisation a été mise à profit par le corps enseignant pour s’organiser en un syndicat autonome, mais, en raison de la dégradation des conditions de vie, syndicat et corps enseignant se sont épuisés dans des revendications salariales, égrenant depuis cinq ans grève sur grève sans parvenir à arracher la moindre concession, malgré un niveau de rémunération parmi les plus bas d’Afrique4.

23Les facultés croulent sous le nombre d’étudiants, rompant l’équilibre entre activités pédagogiques et activités scientifiques, le temps consacré à l’une se faisant au détriment de l’autre. La politique de recentrage sur les ressources humaines, de plus en plus suivie dans les pays voisins, est complètement ignorée dans le contexte algérien.

  • 5 Ce taux était de 1,02 % en 1966, 4 % en 1976 et 9 % en 1990.

24On remarque qu’en dix ans, les effectifs estudiantins ont été multipliés par trois, alors que le corps enseignant n’a augmenté que de 1,26 %. Durant l’année 2000-2001, les effectifs des nouveaux bacheliers se sont élevés à 120 000, avec une augmentation de 45 000 par rapport à l’année précédente, contre seulement 25 000 nouvelles places pédagogiques. Bien qu’ils représentent un taux d’inscription très modeste, de 12 %5 (soit un étudiant pour 70 habitants) contre 20 % aux États-Unis et 30 % en France, ces chiffres inquiètent par le fait qu’ils représentent une charge écrasante par rapport aux moyens dont dispose l’université, qui étaient déjà bien en dessous des normes tolérables, et qui n’ont connu aucune amélioration. Dans ces conditions, le taux anormalement élevé de réussite au baccalauréat, enregistré cette année, marque le retour du politique, dans son sens le plus négatif, dans la sphère scientifique.

Tableau 1 : Évolution comparée des effectifs étudiants et enseignants

Tableau 1 : Évolution comparée des effectifs étudiants et enseignants

Tableau construit à partir des données du MESRS.

  • 6 Déclaration à la presse lors de la rentrée universitaire 2000-2001.

25Le taux d’encadrement s’est ainsi gravement détérioré au cours de la dernière période, passant d’un enseignant pour 8,4 étudiants en 1985 à un enseignant pour 29 étudiants en 2000. Pour l’encadrement magistral, ce taux est passé dans le même laps de temps d’un enseignant pour 78 étudiants à un enseignant pour 212 étudiants. Selon les aveux du ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, il atteindrait dans certaines spécialités un enseignant pour 600 étudiants6 ! Passant à côté des problèmes de fond, le pouvoir a trouvé dans l’option de décentralisation des universités un bouc émissaire tout indiqué : pour le discours officiel, le secteur se porte mal parce qu’on a ouvert des universités là où les normes d’encadrement et d’environnement scientifique ne sont pas réunies.

  • 7 Le diplôme de magister est obtenu après deux années à l’issue de la licence de quatre années.

26On observe toutefois que le nombre des assistants, constitué d’ingénieurs et de licenciés, est en forte baisse, passant de 5 965 en 1982 à 2 197 en 1999, ce qui laisserait croire en une légère amélioration de la prise en charge des travaux pratiques et dirigées. Ce corps ne répond certes plus aux conditions de recrutement des établissements d’enseignement supérieur ; mais, compte tenu de la stagnation du nombre d’enseignants de rang magistral, l’encadrement de l’université est essentiellement assuré par des titulaires de magister7, qui représentent plus de 77 % du personnel pédagogique. En fait, le recul du corps des assistants est dû à l’arrêt des recrutements, tandis que le gonflement de celui des maîtres assistants et des chargés de cours provient de la soutenances de magister pour les premiers et de la promotion interne pour les seconds.

La recherche publique

  • 8 Parmi ces structures, on compte le Centre de développement des énergies renouvelables (CDER), le Ce (...)
  • 9 « Lettre ouverte au président de la République », 29 juin 1995, publié dans les Echos de la Recherc (...)

27Constituée des centres nationaux de recherche dépendant du MESRS, la recherche publique s’effectue au sein de 10 centres et 2 unités de recherche8. Ce secteur a traversé, particulièrement à partir des années 90, une longue phase de turbulence, changeant six fois de tutelle, d’organisation, de misions et d’appellation, suscitant les protestations du Syndicat national des chercheurs permanents. Souvent éphémères au regard de la période minimale de maturation d’un projet de recherche, ces changements ont fini par « déstabiliser le secteur de la recherche dans ses trois niveaux : structures d’orientation et d’exécution, accumulation d’expérience et de savoir-faire et capitalisation des ressources humaines »9.

28Le tableau qui suit met avant tout en évidence la faiblesse quantitative (qui s’ajoute à la faiblesse qualitative déjà signalée) du potentiel scientifique algérien, qui se situe bien en deçà des systèmes scientifiques maghrébins. Le nombre de chercheurs permanents est de 908, auquel viennent s’ajouter quelque 3 500 enseignants-chercheurs (contre plus de 10 000 au Maroc) qui ne peuvent consacrer plus de 40 % de leur temps à la recherche. Alors que le nombre de chercheurs par discipline était déjà loin d’atteindre une masse critique, les recrutements sont gelés depuis dix ans, et la première génération est sur le point de partir en retraite, sans qu’une véritable relève ne soit assurée.

Tableau 2 : Projets et effectifs de recherche au sein des établissements de recherche relevant du MESRS

Tableau 2 : Projets et effectifs de recherche au sein des établissements de recherche relevant du MESRS
  • 1 Ces effectifs n’incluent pas les personnels administratifs et de soutien affectés à la recherche un (...)

Note *1

29Les activités de recherche et de recherche-développement sont globalement localisées au sein de 15 départements ministériels et assurées par 126 institutions de recherche, dont le statut (établissement public administratif, établissement public industriel et commercial ou entreprise publique économique) varie en fonction du secteur d’appartenance. Quelque 2 230 projets sont actuellement en cours de réalisation dont 1 540, soit 70 %, sont domiciliés dans des structures sous tutelle du MESRS et mobilisent 76 % du potentiel national de chercheurs. Les entreprises et les ministères techniques mobilisent une proportion non négligeable de 30 % de l’activité nationale de recherche.

30Si l’on prend les projets MESRS déposés en 1995 comme référence, on constate que près des deux tiers (204 sur 331) appartiennent aux filières technologies et sciences exactes. Dans le cadre de la loi sur la recherche, plus de 300 laboratoires de recherche viennent d’être mis en place au cours de l’année 2000-2001, même si la plupart sont une conversion d’équipes déjà existantes. Cependant, un grand nombre de ces projets rencontrent des difficultés de fonctionnement en raison du manque de consommable et de produits courants, des retards de financement, ou simplement de maintenance des équipements. L’encadrement et l’animation de ces projets sont assurés par un effectif d’environ 9 700 personnes dont 60 % de chercheurs et 40 % d’ingénieurs et de techniciens.

Tableau 3 : Répartition par filière des projets inscrits au MESRS en 1995

Tableau 3 : Répartition par filière des projets inscrits au MESRS en 1995

Sources : Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique.

31Fait nouveau, l’État donne l’impression, contrairement aux trois premières décennies de l’indépendance, de privilégier la recherche par rapport à l’enseignement, et les centres de recherche par rapport à l’université : quelques indices laissent percevoir une telle orientation : le choix d’une tutelle indépendante, souvent située au-dessus du MESRS (Premier ministère, présidence), un niveau de rémunération, à grade égal, beaucoup plus élevé chez le chercheur que chez l’enseignant universitaire, la création de nombreuses structures d’encadrement et de financement de la recherche, etc.

Retour à l’institutionnel ?

  • 10 Loi n° 98/11 du 22 août 1998 portant loi d’orientation et de programme à projection quinquennale su (...)
  • 11 Agence nationale de valorisation des résultats de la recherche et du développement technologique, A (...)

32Ces dernières années se caractérisent par de nombreuses créations juridiques, réglementaires et institutionnelles. Depuis 1998, on dénombre l’adoption de deux lois, la promulgation de 7 décrets exécutifs10, et la mise en place de nombreux conseils et agences nationaux devant œuvrer à la promotion de la recherche scientifique11. Toutefois, cette panoplie de mesures d’ordre institutionnel, organisationnel et financier représente surtout un encadrement de la recherche, et concerne principalement la gestion administrative dans ses deux niveaux central et local ; elle ne s’est guère accompagnée d’une amélioration à la base, et tout se passe comme si la recherche devait se faire par la seule vertu des mesures juridiques et institutionnelles, sans le concours des chercheurs et des enseignants chercheurs. Présentée comme un cadre d’exercice de la recherche, il est à craindre qu’elle n’annonce le retour du corset institutionnel avec les multiples médiations bureaucratiques qu’il génère dans le contexte algérien.

33Alors que les processus sociaux ont mis plus de vingt ans pour se substituer aux procédures institutionnelles, la résurrection de l’administratif par le biais de la réglementation de la recherche, marque surtout le retour de la suprématie de l’administratif, en tant qu’émanation du pouvoir politique, sur le pouvoir technique généré et soutenu par l’autonomie des groupes professionnels. L’enjeu serait alors le contrôle d’un espace professionnel qui a commencé à se développer de manière librement négociée, à la seule initiative des scientifiques et des ingénieurs d’industrie. Il s’agirait de remplacer des processus sociaux autonomes, émanant des acteurs sociaux de la recherche, par des procédures institutionnelles émanant du pouvoir politique. A l’heure de la « déréglementation », la recherche est plus que jamais réglementée.

34Ce dispositif réglementaire et institutionnel, avec son foisonnement de textes, n’est d’ailleurs pas sans rappeler celui qui a été mis en place durant les années 70 pour régir la relation formation-emploi, spécialement les stages en milieu industriel dans les cursus ingénieurs. Nous avons démontré dans un précédent travail (Khelfaoui, 1997) comment les logiques institutionnelles étaient alors entrées en conflit avec les logiques sociales, et comment le dispositif laborieusement mis en place a été finalement détourné et mis à contribution par la bureaucratie pour museler les acteurs de base et enfermer leurs initiatives dans le carcan d’une réglementation rigide et paralysante.

  • 12 Il en est ainsi du débat portant sur l’éventualité de doter certains instituts et écoles d’un statu (...)
  • 13 Une comparaison révélatrice de la condition faite à la science en Algérie : les indemnités versées (...)

35Cette appréhension ne relève pas d’un simple pessimisme « de bon aloi », comme on peut déjà le constater au vu du décalage entre le niveau de préoccupation des acteurs de la recherche et les débats que tentent de promouvoir les pouvoirs publics. Alors qu’à la base, les débats portent sur des sujets concrets (conditions faites à la recherche, stratégies sectorielles et nationales de recherche, apport de la recherche au développement...), au niveau institutionnel, on s’enlise dans des discussions portant sur des thèmes anachroniques et déconnectés des véritables enjeux de la recherche12. On le constate également au niveau des moyens consacrés à la recherche, qui restent dérisoires même comparés aux plus pauvres des pays africains. Rapporté au PIB, le budget de la recherche est de 0,28 %, ce qui place l’Algérie en dessous de la moyenne africaine, qui est de 0,6 %, et environ 85 % des sommes allouées au fonctionnement sont affectées au paiement des salaires et des indemnités13.

Conclusion

  • 14 Nouvelles technologies de l’information et de la communication.

36A l’inverse de beaucoup de pays africains et de ses voisins immédiats, l’Algérie est restée à l’écart des mutations fondamentales de cette dernière décennie. Longtemps en tête des pays maghrébins en matière d’enseignement-formation, elle est actuellement le pays dont le système de recherche est le moins développé. Ayant fourni le plus important effort d’industrialisation, elle est paradoxalement celle qui a le moins fait pour le développement des nouvelles technologies, comme le montre l’énorme retard qu’elle enregistre dans le domaine des NTIC14, outil d’accompagnement indispensable à la croissance en général et à la recherche scientifique plus spécialement. Ce retard compromet la mise à niveau technologique d’un tissu industriel, relevant de l’âge classique et devenu pour une large part obsolète ; il empêche l’accès au stock de connaissances et de technologies, disponible sur le marché mondial du savoir, immense réservoir, accessible à tout pays qui se donne les moyens de le mobiliser ; enfin, il retarde l’ouverture des scientifiques sur les réseaux de la science internationale, indispensable à leur mise à niveau.

37Mais le handicap majeur de la recherche est moins dans le manque de moyens, aussi flagrant soit-il, que dans des conditions humaines et relationnelles de travail et dans un environnement peu compatible avec la créativité. Le retour de l’autoritarisme, favorisé par la situation sécuritaire, la marginalisation et l’humiliation ont incité le potentiel scientifique à se déployer vers des activités matériellement plus sécurisantes, et constituent ainsi la principale menace pour la recherche. Les difficultés de publier, l’absence de valorisation industrielle ou commerciale des résultats de la recherche, l’instabilité des équipes de chercheurs et de gestionnaires, poussent encore au recul des activités scientifiques. Les velléités d’encadrement bureaucratique sont encouragées par la dépendance financière dans laquelle se trouvent les institutions scientifiques à l’égard de l’État, lequel se confond dans le contexte algérien, avec le pouvoir en place, que cela soit au niveau des structures de base ou au niveau central.

38Loin d’être le fait de la seule situation sécuritaire du pays, le recul de la recherche est à relier autant, sinon plus, au refus du pouvoir d’accepter les scientifiques comme force de négociation sociale, et d’affronter la vérité inhérente à la nature même de cette activité. Au lieu de considérer la communauté scientifique comme acteur décisif du développement, donc comme partenaire social indispensable à toute sortie de crise, le pouvoir en a fait un rival qu’il tente de contenir, soit par son maintien dans une situation de survie économique, soit par la répression.

39La mise en faillite des entreprises de production publiques et privées, et leur remplacement par des importateurs spéculateurs, a rompu les liens entre la recherche et l’industrie, et restauré un écart que l’on a mis tant d’années à combler. L’Algérie renoue avec la science-discours, caractéristique des pays sans base industrielle, où l’on peut discourir indéfiniment sur la science sans jamais la relier aux problèmes qu’elle est censée résoudre.

40La situation de guerre qui dure depuis 1990 a renforcé chacun des deux protagonistes du conflit, mais affaiblit considérablement les groupes professionnels. Ces derniers en sont fragilisés et retombent à la merci d’une bureaucratie redevenue plus que jamais hégémonique. Les mesures prises sous la conduite des institutions de Bretton Woods, dans le cadre des plans d’ajustement structurel, y ont contribué en créant une situation contraire à celle qu’elles prétendent chercher à promouvoir : elles ont affaibli et désarticulé l’entreprise de production et l’université, les deux principales institutions au sein desquelles commençait à naître le processus de libération de la société à l’égard des pouvoirs qui prospèrent habituellement à l’ombre des États de non-droit, et renforcé les pouvoirs centraux et leurs prolongements au sein de la société. En fin de compte, les objectifs déclarés d’affranchir les individus et la société des pesanteurs et de l’emprise bureaucratique se sont concrétisés en leur contraire.

Bibliographie

Références bibliographiques

Bencheikh T., « Construit social et innovation technologique », Revue Sociologie du Travail, n° 1, 1988, pp. 41-57.

Benzaghou B. et Mahiou A., « L’université algérienne et la recherche scientifique », Annuaire de l’Afrique du Nord, 1980.

Khelfaoui H., « Scientifiques et ingénieurs en Algérie, de la fondation à la création ? », in Science, Technologie and Political Change, Collection des Travaux de l’Académie Internationale d’Histoire des Sciences, Brepols Éditions, tome 41, 1999, pp. 192-199.

Khelfaoui H., « La connexion formation-industrie : Les limites de la relation institutionnelle », Cahiers du CREAD, n° 41, 3e trimestre, Alger, 1997, pp. 69-88.

Thuderoz C, « L’usine et le petit pot. Pour une sociologie de l’innovation industrielle », Revue Sociologie du Travail, vol. xxxix, n° 3, 1997, pp. 347-369.

Waast R., « La recherche médicale en Algérie », communication au colloque Émergence des communautés scientifiques et techniques dans les pays du Sud, Annaba, juin 1991.

Waast R. et Arvanitis R., La Science en Afrique à la fin du 20e siècle, vol. 1, Dossier bibliométrique, document IRD, 1999, p. 7.

Notes

1 On dénombre actuellement 39 centres de recherche-développement et 13 unités de recherche-développement d’entreprises et de ministères techniques.

2 Voir les travaux des réseaux Maghtech et l’ADPST, ainsi que les nombreuses rencontres initiées par des entreprises, des ministères, des chambres de commerce, etc.

3 15 universités, 15 centres universitaires, 23 écoles et instituts supérieurs, 9 écoles normales supérieures, 14 centres de recherche dépendant du MESRS, 39 centres de recherche des entreprises et des ministères techniques, 13 unités de recherche-développement sont implantées dans les entreprises.

4 L’universitaire algérien a un niveau de rémunération inférieur de moitié à celui de ses homologues tunisiens et marocains, et légèrement en dessous des Burkinabè, des Ivoiriens, et des Camerounais. Alors que dans la plupart de ces pays, les salaires vont connaître des augmentations substantielles, le MESRS vient de déclarer que le gouvernement exclut toute augmentation des salaires des universitaires.

5 Ce taux était de 1,02 % en 1966, 4 % en 1976 et 9 % en 1990.

6 Déclaration à la presse lors de la rentrée universitaire 2000-2001.

7 Le diplôme de magister est obtenu après deux années à l’issue de la licence de quatre années.

8 Parmi ces structures, on compte le Centre de développement des énergies renouvelables (CDER), le Centre de développement des technologies avancées (CDTA), le Centre de recherche et d’études minières (CREM), le Centre de recherche en contrôle de soudage (CRCS), le Centre de recherche en économie appliquée pour le développement (CREAD), le Centre de recherche sur l’information scientifique et technique (CERIST), le Centre de recherche en anthropologie sociale et culturelle (CRASC).

9 « Lettre ouverte au président de la République », 29 juin 1995, publié dans les Echos de la Recherche, revue éditée par le SNCP, n° 1, juillet 1995.

10 Loi n° 98/11 du 22 août 1998 portant loi d’orientation et de programme à projection quinquennale sur la recherche scientifique et le développement technologique.
Loi n° 98/12 du 31 décembre 1998 portant réorganisation des universités.
Décret exécutif n° 99/73 du 11 avril 1999 modifiant le fonctionnement du décret n° 95/177 du 26 juin 1995, portant modalité de fonctionnement du Fonds national de la recherche scientifique et du développement technologique.
Décret exécutif n° 99/243 du 31 octobre 1999 portant sur le fonctionnement des comités sectoriels permanents de recherche scientifique et de développement technologique. Décret exécutif n° 99/244 du 31 octobre 1999 portant création, organisation et fonctionnement du laboratoire de recherche.
Décret exécutif n° 99/256 du 16 novembre 1999 fixant les modalités de création, d’organisation et de fonctionnement de l’établissement public à caractère scientifique et technologique.
Décret exécutif n° 99/258 du 16 novembre 1999 portant modalités d’exercice du contrôle financier a posteriori sur l’établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel, l’établissement public à caractère scientifique et technologique et autres entités de recherche.

11 Agence nationale de valorisation des résultats de la recherche et du développement technologique, Agence nationale de développement de la recherche universitaire (ANDRU), Agence nationale de développement de la recherche en sciences de la santé (ANDRS). Enfin, un organe national d’évaluation des résultats de la recherche est en cours de signature au niveau de la présidence de la République, un Conseil national de la recherche scientifique et un statut de l’enseignant-chercheur sont en cours d’approbation.

12 Il en est ainsi du débat portant sur l’éventualité de doter certains instituts et écoles d’un statut de « grandes écoles » à la française, une idée sur laquelle une commission travaille depuis trois ans sous l’autorité directe du Premier ministère. Signalons qu’en France, pays dont la tradition scientifique repose sur ce type de structure, le système originel des « grandes écoles » est complètement remis en cause ces dernières années, comme le montrent les débats sur les « nouvelles filières d’ingénieurs » et le rapport de la commission Jacques Attali intitulé « Pour un modèle européen d’enseignement supérieur ».

13 Une comparaison révélatrice de la condition faite à la science en Algérie : les indemnités versées aux anciens moudjahidin représentent, dans le projet de loi de finance 2001, 2 % du PIB (interview du ministre des Finances au quotidien El Watan du 24 octobre 2000).

14 Nouvelles technologies de l’information et de la communication.

Notes de fin

1 Ces effectifs n’incluent pas les personnels administratifs et de soutien affectés à la recherche universitaire.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Évolution comparée des effectifs étudiants et enseignants
Légende Tableau construit à partir des données du MESRS.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/419/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Tableau 2 : Projets et effectifs de recherche au sein des établissements de recherche relevant du MESRS
Légende Note *1
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/419/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Tableau 3 : Répartition par filière des projets inscrits au MESRS en 1995
Légende Sources : Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/419/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 176k

Auteur

Khelfaoui Hocine, sociologue, maître de conférences à l’Université de Boumerdès, chercheur au CREAD.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540