Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Où va l’Algérie ?

 | 
Ahmed Mahiou
, 
Jean-Robert Henry

Troisième partie. Les nouveaux espaces de la société civile

12. Les débats et les enjeux linguistiques

Gilbert Grandguillaume

Texte intégral

1La question de la langue en Algérie est depuis longtemps l’objet de débats car elle touche à des questions importantes, telles que l’identité, la légitimité, les orientations idéologiques. A la différence de la Tunisie et du Maroc, l’Algérie était considérée comme territoire français. La population ne trouva comme référence d’identité que l’Islam, et ce qui lui était associé étroitement, la langue arabe. Or la politique coloniale n’avait fait quasiment aucune place à cette langue, ni dans l’enseignement, ni dans l’administration du pays. Aussi, dès l’indépendance, la question de la restauration de la langue arabe a été posée. Cette restauration, désignée sous le terme d’arabisation, a été l’objet d’enjeux politiques, sociaux, culturels et suscite des débats encore aujourd’hui. Nous allons d’abord expliciter ces enjeux, puis rappeler le déroulement de cette politique de 1962 à 1988, pour approfondir les débats soulevés par cette question durant la dernière décennie.

Les enjeux linguistiques

2Le paysage linguistique en 1962 est largement dominé par le français. C’est la langue utilisée dans l’administration, omniprésente dans l’environnement, et diffusée dans un système d’enseignement en voie d’expansion. La langue arabe écrite, dite classique ou littérale, n’est connue que par une minorité qui l’a apprise dans des écoles coraniques traditionnelles ou rénovées dans le cadre du réformisme, et plus rarement au Moyen-Orient. Outre le français, les langues parlées sont l’arabe algérien, dit dialectal, ou le berbère dans certaines régions (notamment en Kabylie, dans les Aurès et au Mzab).

3Il y avait dans l’opinion une sorte de consensus sur le fait de redonner une place à la langue arabe écrite, dite aussi coranique, dans l’Algérie indépendante. Symboliquement, l’arabe incarnait l’Islam, pôle identitaire des Algériens durant la colonisation ; dans l’opinion, le fait d’être musulman exprimait une conscience d’appartenance à la nouvelle nation aussi forte, sinon plus, que le fait d’être Algérien, comme le révéleront les débats sur la nationalité algérienne à l’Assemblée algérienne de 1962. La langue arabe avait perdu sa place de langue écrite de la société du fait de la colonisation : il semblait normal qu’elle la reprît. La restauration de la langue arabe reposait donc sur les deux piliers de légitimation du pouvoir politique : l’Islam et le combat pour la libération du pays.

4Cette restauration pouvait se réaliser selon deux optiques. L’optique du monolinguisme consistait à faire prendre à l’arabe la place du français, en expulsant celui-ci au fur et à mesure de la reconquête des différents secteurs. L’autre optique, celle du bilinguisme, conduisait à développer l’enseignement de la langue arabe tout en maintenant à son côté la langue française, comme langue d’appui et d’ouverture.

  • 1 Par référence au calendrier hégirien, expression souvent citée dans les débats de l’époque.

5La Tunisie et le Maroc adoptèrent cette seconde position. En Algérie, aucun choix officiel ne fut assumé, car la cause de l’arabisation fut dès le début un enjeu politique et social entre deux courants opposés. A défaut de pouvoir s’y opposer directement, les adversaires de l’arabisation soutinrent la politique de bilinguisme : en fait ils redoutaient à la fois la perte de leur position dans l’appareil d’État, et un « retour au xive siècle1 », la transposition en Algérie, sous couvert d’islamisation, d’un modèle de sous-développement qu’ils repéraient au Moyen-Orient.

6Les partisans de l’arabisation y voyaient un moyen facile de prendre la place des élites mises en place par la France durant la guerre d’Algérie, tout en mythifiant le Moyen-Orient : un modèle qui les obsédait au-delà de toute raison, au point de les pousser à une imitation excessive. De là vient leur position outrancière en matière d’arabisation : en voulant faire de la langue arabe classique la langue unique de la société (ce qu’elle n’est en aucun pays arabe), ils luttèrent à la fois contre le français, et contre les langues parlées, conçues comme des dégradations de la langue sacrée et des entraves à l’unité de la nation arabe ; d’où leur hostilité à l’arabe algérien et surtout au berbère.

7Le substrat de ces confrontations linguistiques, ce sont deux catégories sociales en compétition, s’articulant sur deux systèmes de valeurs : pour l’une, la référence est le Moyen-Orient, l’Islam, l’unité arabe par rapport auxquels on éprouve un complexe d’infériorité lié à la francisation de l’Algérie et à son passé colonial, pour l’autre, la référence est le monde moderne incarné par la France, la langue française, objet d’un rapport ambivalent qui permettra à leurs adversaires de jouer sur leur mauvaise conscience en les qualifiant de « parti de la France », hizb fransa.

8Ces deux courants coexistent au sein de la société algérienne, l’un attaché aux valeurs traditionnelles et religieuses, l’autre aux valeurs modernistes : ils s’affrontent sur le terrain de la langue, mais aussi sur d’autres thèmes : le statut personnel, la famille, la place de la femme, la source et la nature du pouvoir, et il est difficile jusqu’à ce jour de connaître leur poids respectif. Leur antagonisme empêche la mise en place des compromis que toute politique nécessite. Il est probable que le conflit traverse non seulement la société, mais aussi chaque individu. Le grand absent est la personnalité algérienne, objet de multiples refoulements : le premier lié à la colonisation, le second créé par l’action réformiste qui a rejeté la religion populaire incarnée dans les confréries, le troisième issu de l’échec du pouvoir national à assumer une personnalité algérienne authentique dans le cadre du pluralisme et de la démocratie.

9Ceci permet de réaliser pourquoi tout débat, toute mesure mettant en jeu les langues se heurte à une sensibilité exacerbée, qui s’étend de la conscience identitaire au souci de l’insertion sociale par le biais de l’enseignement. Dans ce contexte, idéalisme et hypocrisie sociale ne cessent de se conjuguer, au mépris du réalisme et de l’intérêt national. C’est pourquoi, jusqu’à ce jour, les positions demeurent inconciliables.

La politique linguistique de 1962 à 1988

  • 2 Cette politique est exposée jusqu’en 1980 dans Gilbert Grandguillaume, 1983, Arabisation et politi (...)

10L’évolution de la situation linguistique est ainsi profondément imbriquée dans la vie de l’Algérie depuis l’indépendance. La colonne vertébrale en est la politique suivie dans l’enseignement, mais elle concerne tout aussi bien l’administration et l’environnement. Après une première phase d’effervescence sous Ben Bella (1962-1965), l’arabisation va connaître trois rythmes sous Boumediene, marqués par les noms de Taleb Ibrahimi (1965-1970), d’Abdelhamid Mehri (1970-1977) et de Mostefa Lacheraf (1977-1979). Sous la présidence de Chadli, une phase sera marquée par le retour des « barbe-FLN »(1979-1988)2.

Ben Bella, ou l’arabisation effervescente (1962-1965)

  • 3 Allocution radiotélévisée de Ben Bella le 5 octobre 1962 (Revue de Presse d’Alger, n° 68, octobre (...)
  • 4 Selon le témoignage de Mostefa Lacheraf, l’envoyé de Ben Bella auprès de Nasser aurait demandé à c (...)
  • 5 Journal officiel des 21 et 24 janvier 1964. Des critiques sont émises sur l’enseignement de l’arab (...)

11Pour marquer sa place politique, Ben Bella avait, dès sa libération en 1962, choisi la référence arabe, en opposition aux négociateurs des accords d’Évian. Dès octobre 1962, il annonce l’enseignement de l’arabe dans les écoles3 : ce qui sera fait à la rentrée 1963 (10 heures d’arabe sur 30 heures par semaine), puis en 1964, l’arabisation totale de la première année primaire. Cette même rentrée voit arriver 1 000 instituteurs et institutrices égyptiens, car l’Algérie n’a, en dehors des élèves issus des écoles coraniques, pratiquement pas d’enseignants susceptibles d’enseigner cette langue. Cette arabisation improvisée se fait sans formation pédagogique, celle des enseignants orientaux étant plus que problématique (la plupart étaient des artisans dans leur pays4), et leur langue (égyptienne) leur rendant la communication difficile, voire impossible, avec leurs élèves arabes et surtout berbères. Dans le contexte algérien, leur fonction en fait des maîtres en religion, ce qui ne fait qu’aggraver la situation. A l’Université d’Alger, un institut islamique est créé5 et l’ancienne licence d’arabe transformée en licence monolingue sur le modèle oriental.

  • 6 Appel des ouléma de l’Islam et de la langue arabe au peuple algérien, Dépêche d’Algérie, 22 août 1 (...)
  • 7 El-Moudjahid, 27 octobre 1962.
  • 8 En juin 1964, parution du premier numéro du Journal officiel en langue arabe.
  • 9 Au Ve congrès des étudiants algériens du 10 au 21 août 1963, Alger Républicain, 20 août 1963.
  • 10 Une dissidence kabyle, conduite par Ait Ahmed, se déclenche en septembre 1963, jusqu’en octobre 19 (...)
  • 11 Le 28 octobre 1963, constitution de l’Union des écrivains algériens : aucune mention n’est faite d (...)

12Parallèlement, une forte pression est exercée par les successeurs des réformistes des années 30, menés par Tewfik El Madani, ministre des Affaires religieuses, appelant le peuple algérien à l’Islam et à la langue arabe6. Ils créent dans le pays, avec l’appui du pouvoir, des instituts islamiques, pour former des propagateurs de leur idéologie, qui seront les futurs encadreurs de l’enseignement arabisé. Leur pression est telle que Ben Bella, dans le climat des controverses suscitées par la question, est amené à dire que « l’arabisation n’est pas l’islamisation »7. Si l’Assemblée intègre l’arabe dans ses travaux8, une résistance importante à fondement libéral et laïque se fait entendre par la voix des étudiants9, des Kabyles10, des écrivains11 (Kateb Yacine) et de la presse francophone. Une arabisation radicale représente une pure utopie pour l’élite francophone. Cette période prend fin avec le coup d’État du 19 juin 1965 par lequel le colonel Houari Boumediene s’empare du pouvoir.

Taleb Ibrahimi et l’arabisation idéologique (1965-1970)

  • 12 Cheikh El Bachir El Ibrahimi (1876-1965), successeur de Cheikh Ben Badis, fondateur du mouvement r (...)
  • 13 Grâce au recrutement de mille coopérants syriens.
  • 14 El-Moudjahid, 2 juin 1967 et 9-10 février 1968.

13Sous l’impulsion du ministre de l’Éducation nationale, Ahmed Taleb Ibrahimi, descendant d’un réformiste connu12, l’arabisation est utilisée pour légitimer un régime impopulaire, en étant présentée comme la face culturelle de l’indépendance. Le ministre fixe les impératifs de l’enseignement : démocratisation, arabisation, orientation scientifique. Mais la mise en place continue : arabisation de la seconde année primaire à la rentrée 196713, création d’une section arabe à la faculté de droit en 1968 et d’une licence d’histoire en arabe14. Le 5 décembre 1969 est créée une Commission nationale de réforme, chargée de préparer un projet de réforme du système éducatif : elle comporte une sous-commission de l’arabisation, présidée par Abdelhamid Mehri.

  • 15 Journal officiel du 3 mai 1968.
  • 16 El-Moudjahid arabe, n° 387 du 1er octobre 1967.

14Le 26 avril 1968, une ordonnance15 rend obligatoire pour les fonctionnaires et assimilés la connaissance de la langue nationale, à partir du 1er janvier 1971. Les fonctionnaires en place doivent acquérir pour cette date la connaissance de cette langue, et les nouveaux recrutements à cette date se feront sur cette base. Par ailleurs, les actualités dans les cinémas sont arabisées (en arabe moderne) en octobre 196716.

  • 17 Mise en garde du président de la Haute Cour en présence du président Boumediene, à la rentrée judi (...)
  • 18 El-Chaab du 11 janvier 1967 et El-Moudjahid arabe, n° 352 du 29 janvier 1967.
  • 19 Annuaire de l’Afrique du Nord, 1969, p.460.
  • 20 Jeune Afrique, n° 418, 5-13 janvier 1969.
  • 21 Révolution Africaine, n° 316, 14-20 mars 1970.

15Des débats sur cette politique sont soulevés en divers lieux : chez les magistrats17, dans la presse18. Selon une enquête menée à cette époque par l’Université de Berkeley19, 80 % des jeunes gens interrogés sont hostiles à l’arabisation de l’enseignement universitaire. En 1969, un groupe d’enseignants algériens demande, dans une lettre publiée dans un hebdomadaire, l’utilisation de la langue dialectale dans l’enseignement20. En 1970, un article de Mohamed Seddik Benyahia, ministre de l’Information, va jusqu’à évoquer, à propos de cette question, « la trahison des clercs »21.

Mehri et l’arabisation systématique (1970-1977)

  • 22 Notamment en interrompant la formation de professeurs de français et en doublant l’École normale s (...)

16Le remaniement ministériel du 21 juillet 1970 substitue au domaine de Taleb Ibrahimi trois ministères : l’Enseignement primaire et secondaire (Abdelkrim Benmahmoud), l’Enseignement supérieur et la Recherche scientifique (Mohamed Seddik Benyahia), et l’Enseignement originel et les Affaires religieuses (Mouloud Qasim). L’agent actif de l’arabisation sera Abdelhamid Mehri, secrétaire général de l’Enseignement primaire et secondaire. Il se heurtera toutefois à la barrière établie au niveau de l’enseignement supérieur par le ministre Benyahia. Avec l’appui des arabisants réformistes ou baathistes du FLN, il manifestera une grande obstination à contourner les résistances pour mettre les Algériens face au fait accompli d’un enseignement primaire et secondaire entièrement arabisé, et pesant de ce fait sur l’enseignement supérieur22.

  • 23 El-Moudjahid, 8 janvier 1971, et ordonnance 75-2 du 20 janvier 1971, portant extension de l’ordonn (...)
  • 24 El-Moudjahid, 3-4 janvier 1971.
  • 25 « Nationalisation des pétroles : les décisions historiques du 24 février 1971 », Révolution Africa (...)
  • 26 La mobilisation des étudiants progressistes se fera dans le cadre du volontariat des étudiants pou (...)

17L’année 1971, année d’application de la réforme administrative décrétée en 1968, avait été déclarée en janvier « année de l’arabisation »23. Mais plusieurs faits allaient en détourner l’attention. En janvier, l’agitation des étudiants conduit à la dissolution de leur syndicat, l’UNEA, et à l’arrestation d’un grand nombre d’entre eux24. Le 24 février, un nouveau front est ouvert avec la nationalisation des compagnies pétrolières étrangères25 et la tension internationale qui la suit. Enfin le 8 novembre est publiée l’ordonnance « portant révolution agraire » pour la réalisation de laquelle le pouvoir allait devoir s’appuyer sur les éléments progressistes de la société, hostiles aux arabisants26.

  • 27 Journal officiel, n° 28, du 6 avril 1973.

18En attendant, l’arabisation continue. En avril 1971, un colloque des cadres de l’éducation aboutit aux décisions suivantes : arabisation totale des 3e et 4e années primaires, arabisation d’un tiers de l’enseignement moyen et d’un tiers du secondaire. Mais un décret du même ministère dispensera les hauts fonctionnaires de la connaissance de la langue arabe27. Au ministère de la Justice, un décret du 27 juin 1971 impose l’arabisation. A la rentrée universitaire de 1973, la chaire de berbère tenue à l’Université d’Alger par Mouloud Mammeri est supprimée.

19Mehri expose son programme dans un article du Monde diplomatique de janvier 1972, sous le titre « La langue arabe reprend sa place ». Le 6 novembre 1973, une Commission nationale d’arabisation est instituée au sein du parti du FLN et présidée par Abdelkader Hadjar. Cette commission présente en décembre 1974 un rapport sur l’état de l’arabisation. Mehri y traite du bilinguisme, du rapport arabe classique-dialecte et du caractère non naturel du fait linguistique en Algérie.

  • 28 Compte rendu de cette conférence dans Révolution Africaine, n° 586 (16-22 mai) et n° 588 (30 mai-5 (...)
  • 29 Publié par Révolution Africaine, n° 588, pour le texte français, et par El-Moudjahid en arabe du 1 (...)
  • 30 Journal officiel du 12 mai 1976, et Le Monde du 24 juin 1976.

20Toutefois, la tension créée dans le pays par la mise en œuvre de la révolution agraire s’ajoute aux controverses suscitées par l’arabisation. Celles-ci aboutissent à des heurts entre étudiants, parfois violents comme en mai 1975, à Alger et à Constantine. Ces tensions sont aggravées par la tenue, du 14 au 17 mai, d’une Conférence nationale sur l’arabisation28, inaugurée par un discours important du président Boumediene29. Elle est suivie d’une Conférence nationale sur la jeunesse (19-22 mai). La pression arabisante, s’exerçant dans un sens hostile à la révolution agraire, entraîne le 16 avril 1976 une ordonnance décidant la suppression de l’enseignement religieux et privé30 : dirigée en apparence contre les établissements étrangers, cette mesure vise en réalité les foyers d’endoctrinement islamique que regroupait l’enseignement originel.

  • 31 Le projet publié le 27 avril est soumis à discussions publiques et est l’objet d’un référendum le (...)
  • 32 El-Chaab du 23 octobre 1976.
  • 33 Journal officiel du 17 août 1976 : le jour de repos hebdomadaire est fixé au vendredi à compter du (...)
  • 34 El-Moudjahid du 12 décembre 1976.

21Cette année 1976 est animée par les discussions publiques proposées sur le projet de Charte nationale31. Mais l’arabisation de l’environnement est poursuivie : arabisation de l’état civil32, des noms de rues, des plaques d’immatriculation. Le vendredi est déclaré jour de repos hebdomadaire, à la place du dimanche33. Le 10 décembre Houari Boumediene, candidat unique à la présidence, est élu à 99 % des voix34 : le pouvoir est apparemment à son sommet.

Mostefa Lacheraf et la pause de l’arabisation

22En avril 1977, à l’occasion d’un remaniement ministériel, Mostefa Lacheraf est nommé ministre de l’Éducation, et Abdellatif Rahal ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. Ces nominations marquent une véritable pause de l’arabisation. Les raisons qui poussèrent Boumediene à ce revirement ne furent pas explicitées. Il fut sans doute sensible aux tensions provoquées à propos de la révolution agraire et de l’arabisation, et désireux de faire prévaloir l’aspect progressiste de son action. Il semble par ailleurs que des rapports inquiétants sur la situation de l’enseignement lui soient parvenus. Il est sans doute informé de la gravité de la maladie qui l’emportera fin 1978, et désireux de consolider son œuvre.

23A peine installé au ministère, Lacheraf limoge Mehri et toute son équipe de hauts fonctionnaires. Ils iront se réfugier au parti du FLN où ils constitueront un groupe de pression redoutable. Il se défait des professeurs irakiens que Mehri avait en réserve pour arabiser l’enseignement supérieur. Il reprend la formation d’enseignants bilingues et rétablit une section « lettres bilingues » alors que toutes les séries littéraires avaient été arabisées. De son côté, Rahal insiste à plusieurs reprises sur les inconvénients que présente une arabisation de l’enseignement supérieur, dans un pays où l’emploi est fortement lié à la langue française, et anglaise éventuellement.

  • 35 « Les problèmes de l’enseignement et de l’éducation » : série d’articles de Mostefa Lacheraf dans (...)

24Cette pause sera de courte durée. Mostefa Lacheraf se livre à des polémiques dans la presse35 ; il se heurte aux intrigues du clan arabisant fort puissant dans l’Éducation nationale et représenté au conseil des ministres par Taleb Ibrahimi. Celui-ci se verra rappeler par Lacheraf que, étant à sa place, il avait, dans l’un des conseils des ministres des années 60, dit à propos de l’arabisation : « Cela ne marchera pas, mais il faut la faire ! » Malade, Boumediene n’aura plus l’énergie de le soutenir, et sa mort, intervenant le 27 décembre 1978, met un terme à cette pause de l’arabisation.

Le retour des « barbe-FLN » (1979-1984)

  • 36 Le signe symbolique en est le port de la barbe.

25Les Algériens nomment « barbe-FLN » les officiels du FLN de la tendance arabisante, réticente vis-à-vis de la révolution agraire, qui se rapprochèrent du courant islamiste montant36, en espérant bénéficier de son dynamisme tout en conservant les avantages de leur position au sein du parti. C’est parmi eux que se comptaient les partisans les plus acharnés de l’arabisation à tout prix et de l’instauration d’une société islamique.

26Le colonel Chadli Bendjedid, mis en place par ses pairs à la tête de l’État, pratique une politique habile qui tend à consolider son pouvoir personnel. La corruption qui éclate sous son régime, la montée de l’islamisme et, à partir de 1986, la chute des prix du pétrole, affaiblissent sa position et le conduisent à pactiser avec les islamistes et à les utiliser pour conserver son pouvoir sans la hiérarchie militaire.

  • 37 Pour les rapports des membres de cette Commission, voir El-Moudjahid, 26 février 1980.

27Les conditions difficiles de son accession à la présidence redonnent du pouvoir au comité central du FLN. Dans le gouvernement constitué en mars 1979, le ministre de l’Éducation est Mohamed Kharroubi, celui de l’Enseignement supérieur Abdelhaq Bererhi : le premier est l’instrument des partisans de l’arabisation, le second n’est plus à même d’en protéger l’enseignement supérieur. Au FLN, la présidence de la Commission de l’éducation, de la formation et de la culture, d’abord assurée par Benhamouda, revient en janvier 1980 à Taleb Ibrahimi : dès février, celui-ci annonce un plan national d’arabisation de l’administration, du secteur économique et de la recherche scientifique37.

  • 38 Le 19 janvier, le président Chadli Bendjedid leur adresse un sévère avertissement : Le Monde, 18 j (...)
  • 39 Cf. G. Grandguillaume, « Relance de l’arabisation en Algérie ? » Maghreb-Machrek, n° 88, 1980, p. (...)
  • 40 Le Monde, 19 mars 1980.

28La pression sur l’arabisation avait été relancée dès novembrel979 par la grève des étudiants arabisants : ceux-ci, ne trouvant pas d’emploi au terme de leurs études, exigeaient l’application immédiate de l’arabisation de l’administration38. La grève se termine en 1980, avec la notification des décisions du comité central préparant une relance de l’arabisation39. Cette grève coïncide avec des émeutes en Kabylie, provoquées par l’interdiction d’une conférence de Mouloud Mammeri à Tizi-Ouzou sur la poésie kabyle40 : d’importantes manifestations, suivies de répression, ont lieu en faveur de la langue et de la culture berbères.

  • 41 Ce HCLN présente des rapports aux sessions du comité central du FLN. L’un de ceux-ci est publié da (...)

29Le 14 septembre 1980 est pris un arrêté « portant arabisation de la lre année des sciences sociales, politiques, juridiques et économiques » applicable dès cette année. Une assemblée générale des enseignants francisants demande un report de la rentrée universitaire. Durant l’été, le FLN a poursuivi sa réorganisation en cinq commissions permanentes : l’une est « Information, culture et formation » : le président en est Abdelhamid Mehri. En décembre, le comité central fait obligation aux cadres des organisations de masse et des assemblées élues d’adhérer au FLN à partir du 1er janvier 1981 (c’est le fameux article 120, qui consacre la mainmise du parti sur la société). Le même mois est installé un Haut Conseil de la langue nationale, chargé du suivi et du contrôle de l’arabisation41. L’agitation du parti autour de cette question se poursuit durant toute l’année 1982, sur fond d’affrontements dans les universités, provoqués par des étudiants islamistes ou berbèristes.

30A la rentrée de 1981 commence la mise en place de l’enseignement du calcul en arabe. Est programmée l’arabisation progressive de tous les enseignements mathématiques, pour arriver à une arabisation totale du baccalauréat au terme de l’année 1989-1990. Le français n’est plus langue d’apprentissage pour aucune matière autre que le français lui-même.

  • 42 Code de la famille, Alger, OPU, 1984. Voir aussi Noureddine Saadi, La femme et la loi en Algérie, (...)

31Le mouvement qui porte l’arabisation parvient le 22 mai 1984 à faire adopter par l’Assemblée nationale un code de la famille42 qui, par son contenu traditionaliste, révèle l’alliance des « barbe-FLN » et du courant islamiste. Durant ce même mois de mai, l’action d’Abdelhamid Mehri trouve son couronnement : il est nommé ambassadeur à Paris. Cette nomination l’éloigne d’un terrain où il ne reste plus guère de secteurs ouvrables à l’arabisation.

Les années difficiles à partir de 1988

32Les émeutes d’octobre 1988 marquent un tournant dans l’histoire de l’Algérie. Elles vont donner naissance au pluralisme dans les partis politiques, dans la presse, dans les associations. Mais elles révèlent la puissance du courant islamiste en gestation depuis le début des années 80, et qui va se constituer en parti politique en 1989 : le Front islamique du salut (FIS). La victoire de ce parti aux élections législatives de décembre 1991 entraîne la démission du président Chadli, la mise en place du Haut Comité d’État (HCE), jusqu’à l’élection du président Zeroual, puis celle du président Bouteflika. Cette période est marquée par l’instabilité, puis par la guerre civile dont les effets se manifestent encore en 2000.

Les dernières années du président Chadli

33Dans un climat de déliquescence du pouvoir central, le président Chadli doit composer avec le courant islamiste, qui emporte les élections communales de juin 1990, et législatives de décembre 1991. La préoccupation de ce parti, le FIS, n’est pas l’arabisation, mais l’islamisation, et il envisage l’arabisation dans cette optique. Une pression en ce sens est exercée sur les élèves et leurs parents par le biais des enseignants d’arabe, dont une partie sont des militants du FIS. Le mouvement demande la cessation de la mixité dans les écoles, un enseignement plus religieux, un lien entre l’école et la mosquée, le remplacement du français par l’anglais dans l’enseignement.

34Une agitation est entretenue dans le pays à partir de deux sources. Les arabisants demandent plus d’arabisation dans l’enseignement supérieur, tandis que le Mouvement culturel berbère réclame la reconnaissance du tamazight. Le 17 novembre 1990, l’Assemblée populaire nationale adopte une loi sur la généralisation de l’utilisation de la langue arabe, rendant obligatoire l’usage de cette langue dans tous les documents écrits, sous peine de sanctions, à partir du 5 juillet 1992 : cette loi est promulguée le 16 janvier 1991. Elle entraîne d’importantes manifestations de protestations organisées par le FFS, le parti d’Aït Ahmed. Le 22 juillet 1991, le ministre des Universités annonce l’arabisation totale de l’enseignement supérieur pour la rentrée. L’annonce du recours à 1500 professeurs irakiens provoque des remous.

La période du Haut Comité d’État et du président Zeroual

35Suite à la démission du président Chadli, un Haut Comité d’État (HCE) de cinq membres est constitué. Pour le présider, on fait appel à Mohamed Boudiaf, l’un des membres fondateurs du FLN et ancien opposant au régime en place. Dans le domaine des langues, il fait preuve d’une grande liberté, n’hésitant pas à s’exprimer en français ou en arabe algérien. Sur l’avis du Conseil consultatif national (assemblée nationale désignée), il demande le report de l’application de la loi sur la généralisation de la langue arabe : le décret sera promulgué le 7 juillet, après son assassinat le 29 juin. Il est remplacé à la tête du HCE par Ali Kafi.

36Malgré la présence d’Ahmed Djebbar, un fidèle de Boudiaf, à la tête de l’Éducation nationale, l’arabisation se poursuit. Le 15 avril 1993, le secrétaire d’État, Tahar Zerhouni, annonce qu’à la prochaine rentrée, les enfants pourront choisir l’anglais au lieu du français à l’entrée en 4e année fondamentale. Cette décision, qui ne repose sur aucune préparation pédagogique, est surtout un moyen utilisé par les arabisants pour écarter le français, et elle n’aura qu’une application très limitée.

37Le 30 janvier 1994, Liamine Zeroual est désigné comme chef de l’État par le Haut Conseil de sécurité. Faute de pouvoir se faire entendre, le Mouvement culturel berbère déclenche à partir du 28 août une grève scolaire dite « grève des cartables » en Kabylie, « jusqu’à l’introduction de la langue amazigh dans l’enseignement ». Cette grève se poursuit jusqu’en mai 1995 : à ce moment, à la suite de négociations, le président Zeroual annonce la création d’un Haut commissariat à l’amazighité. Le 16 novembre, Liamine Zeroual est élu au terme d’une élection présidentielle pluraliste.

  • 43 Cf. G. Grandguillaume, « Arabisation et démagogie en Algérie », Le Monde diplomatique, n° 515, fév (...)
  • 44 Cf. El Watan du 1er juillet 1997.

38Le 17 décembre 1996, le Conseil national de transition vote à l’unanimité une loi généralisant l’usage de la langue arabe à partir du 5 juillet 1998 (et du 5 juillet 2000 pour l’enseignement supérieur) sous peine d’amendes. Cette loi reprend celle de 1991 qui avait été suspendue en 1992. Son rétablissement est interprété comme une tentative du pouvoir de se rallier les partis islamistes modérés43, et elle est source de controverses. Le CNT est dissous en mai 1997, et remplacé par une assemblée législative élue en juin, mais celle-ci se trouve divisée sur la question des langues. Le président Abdelkader Bensalah rabroue un député qui s’exprime en français en assemblée plénière44. Le 9 décembre, l’Association pour la défense de la langue arabe adresse une lettre ouverte au président Zeroual pour réclamer l’application de la loi sur la généralisation de l’utilisation de la langue arabe.

39A l’approche du 5 juillet 1998, date de la mise en application de cette loi, les manifestations se multiplient en Kabylie. Le 8 juin, le Congrès mondial amazigh en réclame l’abrogation ; le 16, une étude du Conseil supérieur de l’éducation révèle que 70 % des parents d’élèves souhaitent que leurs enfants apprennent le français. Le 25 juin, le chanteur kabyle Lounès Maatoub est assassiné. Sa mort donne le signal de graves émeutes en Kabylie, pour la reconnaissance du tamazight et contre la loi d’arabisation. Le 7 juillet, le président Zeroual rejette la reconnaissance du berbère. Les circonstances de l’assassinat du chanteur suscitent des controverses et entretiennent le soupçon d’une manipulation. Le 11 septembre, Liamine Zeroual annonce à la télévision sa démission de la présidence et la tenue d’une élection présidentielle anticipée.

Le président Bouteflika et la question des langues

  • 45 Le Matin, 22 mai 1999.
  • 46 El Watan, 22 mai 1999.

40Élu le 15 avril 1999, Abdelaziz Bouteflika fera la démonstration de sa maîtrise de l’arabe classique dans son premier discours à la nation le 29 mai. Toutefois, il s’affranchit à de nombreuses reprises du tabou qui pèse sur la langue française en s’exprimant publiquement dans cette langue. A l’occasion de la Journée de l’étudiant, le 19 mai, au cours d’une conversation en français avec les étudiants, retransmise par la télévision, il relativise les problèmes de langue : « S’il faut apprendre le japonais pour que l’élite algérienne puisse se mesurer aux compétences des autres nations, nous apprendrons le japonais » ; et : « Il est impensable d’étudier des sciences exactes pendant dix ans en arabe alors qu’elles peuvent l’être en un an en anglais »45 ; ou encore cette remarque : « Il n’y a jamais eu de problème linguistique en Algérie, juste une rivalité et des luttes pour prendre la place des cadres formés en français ! »46.

  • 47 Cf. communiqués de ces deux partis dans El-Watan (29 juillet 1999) et Le Matin (28 juillet 1999).
  • 48 El-Moudjahid, 17 octobre 1999.

41Cette attitude, qui rend de facto caduque la loi sur la généralisation de l’utilisation de la langue arabe, ne tarde pas à soulever des oppositions, notamment de la part des deux partis islamistes, le MSP et En-Nahda47, qui lui reprochent de ne pas respecter les constantes nationales : l’islam, la langue arabe, la Constitution. Une critique plus virulente émane d’Abdelkader Hadjar, promoteur de l’arabisation au sein du FLN. Il adresse au président une lettre que celui-ci rend publique48 : « Ne nous parlez pas des langues au pluriel alors que certains veulent seulement la langue française, avant la langue arabe et à son détriment. Si c’est ce qu’ils veulent alors nous les combattrons avec toutes nos forces... ». Le milieu politique l’entoure d’une telle réprobation que l’auteur de la lettre doit démissionner de la présidence de la Commission des affaires étrangères de l’Assemblée nationale.

  • 49 El-Moudjahid, 3-4 septembre 1999.

42Vis-à-vis de la langue berbère, le président est beaucoup plus réticent. A la demande de faire du tamazight une langue nationale et officielle, il répond qu’il n’a pas de tabou sur la question, mais qu’il faut la soumettre à un référendum, réponse interprétée comme un refus : il ne voit « aucun inconvénient pour que tamazight ait son statut de langue nationale, seulement il faut soumettre la question à tout le peuple... Il ne faut pas jeter de l’huile sur le feu »49.

  • 50 Liberté, 26 novembre 2000.
  • 51 El-Watan, 2 novembre 2000.

43L’ouverture du débat sur la question permet d’envisager des aménagements. La Commission nationale de réforme du système éducatif (CNESER), chargée d’établir un diagnostic et de proposer des réformes pour février 2001, préconise de revaloriser la place du français et d’en rétablir l’enseignement dès la troisième année de l’enseignement primaire50. A la même époque, la presse publie des sondages de l’Institut Abassa indiquant que 60 % de foyers algériens comprennent et/ou pratiquent la langue française51. Ainsi semble se dessiner une approche plus réaliste de la question, sans qu’il soit possible de sous-estimer la violence des oppositions.

Nouvelles perspectives

44Dans l’Algérie de l’an 2000, la question des langues se pose d’une façon très différente de ce qu’elle fut en 1962, et même dans les années suivantes. L’évolution de l’opinion publique, traduite par des intellectuels algériens, le rapport des langues sur le terrain, la nécessité d’aborder les problèmes dans une approche réaliste, sont autant de facteurs qui œuvrent en faveur de nouvelles perspectives.

Une opinion publique affranchie

  • 52 Malika Boudalia Greffou, L’école algérienne d’Ibn Badis à Pavlov, Alger, Laphomic, 1989.
  • 53 Khaoula Taleb-Ibrahimi, Les Algériens et leur(s) langue(s), Alger, El Hikma, 1995.
  • 54 Cherifa Ghettas, L’enfant algérien et l’apprentissage de la langue arabe à l’école fondamentale en (...)
  • 55 Rebah Sebaa, « La langue française au Conseil de Luqman », El-Watan, 31 août et 1er septembre 1999 (...)

45Le vent de liberté qui a soufflé sur la société depuis 1988, la dureté des épreuves subies, le bilan tragique de Boudiaf sur « l’école sinistrée », le constat brutal de l’échec des valeurs prônées jusque-là (socialisme, réforme agraire, arabisme) ont rendu l’opinion publique imperméable à la langue de bois pratiquée autrefois. Les intellectuels algériens qui se sont penchés sur la question de l’arabisation ont mis en question le langage idéologique officialisé sur le sujet. Dès 1989, Malika Boudalia Greffou52 avait courageusement posé le problème de la pédagogie, jusque-là soigneusement occulté. Les travaux de Khaoula Taleb-Ibrahimi53 ont redéfini le statut respectif des langues pratiquées et œuvré pour une approche réaliste de l’enseignement de l’arabe. Les recherches de Cherifa Ghettas54 à partir de l’enseignement de cette langue ont montré la nécessité d’une pédagogie active tenant compte de la langue maternelle des élèves. Des universitaires issus de la promotion arabisante, tels que Rebah Sebaa55, prennent conscience des limites du monolinguisme et militent en faveur d’une ouverture qui prenne en compte « l’imaginaire linguistique » algérien.

  • 56 Mohamed Benrabah, Langue et pouvoir en Algérie. Histoire d’un traumatisme linguistique, Paris, Ség (...)

46D’autres auteurs, comme Mohamed Benrabah56, ont pris résolument la défense de l’arabe algérien, estimant que le mépris dans lequel il était tenu par la politique officielle était un refus d’assumer l’algérianité, et une manifestation de la « haine de soi ». Cette thèse rejoint, sur le versant arabe, le combat mené depuis des années par ceux qui militent pour une reconnaissance de la langue berbère. Toutefois jusqu’à présent, il ne s’est pas dessiné de mouvement unifié qui militerait en faveur de la langue maternelle et de la reconnaissance qu’elle mérite au titre de l’identité et de la pédagogie, que cette langue fût arabe ou berbère.

Vers une approche plus réaliste

47Les conditions modernes de communication mettent les langues en relation indépendamment du vouloir des gouvernements. Les langues en contact en Algérie entretiennent une coexistence intense et voient une densification de leurs échanges, échanges de mots et échanges de messages. Il devient ainsi plus difficile à une idéologie d’isoler une langue ou de la mettre en relation avec un clan ou un pays déterminé. Le discours nationaliste, voire jacobin, qui a porté l’arabisation peut difficilement se faire entendre.

48La question que pose le public est celle de l’utilité de chaque langue : langue de la réussite scolaire, de la promotion sociale, de l’emploi. Le contexte socio-économique de l’Algérie fait de ce point de vue la part belle aux langues étrangères, français et anglais. Hors de toute hypocrisie sociale, il va falloir expliquer aux jeunes Algériens sur quoi débouche pour eux l’enseignement en langue arabe. Les mobiles apportés jusque-là, religion, nation, contrainte, vont s’avérer insuffisants. Il y a certes de bonnes raisons pour enseigner l’arabe aux jeunes Algériens : il les relie en effet à un courant historique et culturel qui peut les enrichir à condition qu’on leur en transmette l’originalité, au lieu d’utiliser la langue arabe pour traduire le français ou l’anglais.

49Sur ce thème comme sur d’autres, le pouvoir reconnu comme légitime doit pouvoir tenir un langage d’autorité et de vérité. Cela suppose qu’il se sente suffisamment reconnu pour pouvoir être à l’écoute du pluralisme de la société et qu’il puisse en extraire les bases d’un consensus sur les bases constitutives de la nation, sur la nature démocratique du pouvoir. Hors de cette perspective, les problèmes de langues, parce qu’ils mettent en jeu ces racines profondes de la société, ne pourront trouver de solutions que partielles.

Notes

1 Par référence au calendrier hégirien, expression souvent citée dans les débats de l’époque.

2 Cette politique est exposée jusqu’en 1980 dans Gilbert Grandguillaume, 1983, Arabisation et politique linguistique au Maghreb, Maisonneuve et Larose. Une mise à jour est en cours.

3 Allocution radiotélévisée de Ben Bella le 5 octobre 1962 (Revue de Presse d’Alger, n° 68, octobre 1962).

4 Selon le témoignage de Mostefa Lacheraf, l’envoyé de Ben Bella auprès de Nasser aurait demandé à celui-ci d’envoyer à tout prix des Égyptiens en Algérie pour enseigner, fussent-ils « marchands de légumes », le conseiller de Nasser, Haykal, ayant assisté à l’entretien. El-Watan du 11 juin 1998.

5 Journal officiel des 21 et 24 janvier 1964. Des critiques sont émises sur l’enseignement de l’arabe, El-Chaab du 12 décembre 1963.

6 Appel des ouléma de l’Islam et de la langue arabe au peuple algérien, Dépêche d’Algérie, 22 août 1962.

7 El-Moudjahid, 27 octobre 1962.

8 En juin 1964, parution du premier numéro du Journal officiel en langue arabe.

9 Au Ve congrès des étudiants algériens du 10 au 21 août 1963, Alger Républicain, 20 août 1963.

10 Une dissidence kabyle, conduite par Ait Ahmed, se déclenche en septembre 1963, jusqu’en octobre 1964.

11 Le 28 octobre 1963, constitution de l’Union des écrivains algériens : aucune mention n’est faite de l’arabisation.

12 Cheikh El Bachir El Ibrahimi (1876-1965), successeur de Cheikh Ben Badis, fondateur du mouvement réformiste en Algérie en 1931.

13 Grâce au recrutement de mille coopérants syriens.

14 El-Moudjahid, 2 juin 1967 et 9-10 février 1968.

15 Journal officiel du 3 mai 1968.

16 El-Moudjahid arabe, n° 387 du 1er octobre 1967.

17 Mise en garde du président de la Haute Cour en présence du président Boumediene, à la rentrée judiciaire de 1967, Annuaire de l’Afrique du Nord, 1967, p.154.

18 El-Chaab du 11 janvier 1967 et El-Moudjahid arabe, n° 352 du 29 janvier 1967.

19 Annuaire de l’Afrique du Nord, 1969, p.460.

20 Jeune Afrique, n° 418, 5-13 janvier 1969.

21 Révolution Africaine, n° 316, 14-20 mars 1970.

22 Notamment en interrompant la formation de professeurs de français et en doublant l’École normale supérieure (dépendant de l’Université) par une ENS formant des professeurs arabisés. Cf. Grandguillaume, 1983, p. 99-102.

23 El-Moudjahid, 8 janvier 1971, et ordonnance 75-2 du 20 janvier 1971, portant extension de l’ordonnance du 25 avril 1968 relative à l’arabisation de l’administration.

24 El-Moudjahid, 3-4 janvier 1971.

25 « Nationalisation des pétroles : les décisions historiques du 24 février 1971 », Révolution Africaine, n° 366, du 26 février au 4 mars 1971.

26 La mobilisation des étudiants progressistes se fera dans le cadre du volontariat des étudiants pour la révolution agraire, à partir de juillet 1972. L’ordonnance de 1971 sera abrogée par la loi du 5 novembre 1990, rétablissant la privatisation des terres.

27 Journal officiel, n° 28, du 6 avril 1973.

28 Compte rendu de cette conférence dans Révolution Africaine, n° 586 (16-22 mai) et n° 588 (30 mai-5 juin). Voir aussi Christiane Souriau, « La politique algérienne de l’arabisation », Annuaire de l’Afrique du Nord, 1975, p. 363-401.

29 Publié par Révolution Africaine, n° 588, pour le texte français, et par El-Moudjahid en arabe du 18 mai 1975, pour le texte arabe.

30 Journal officiel du 12 mai 1976, et Le Monde du 24 juin 1976.

31 Le projet publié le 27 avril est soumis à discussions publiques et est l’objet d’un référendum le 27 juin 1976, où la Charte est approuvée par 98,50 % des citoyens.

32 El-Chaab du 23 octobre 1976.

33 Journal officiel du 17 août 1976 : le jour de repos hebdomadaire est fixé au vendredi à compter du 27 août 1976 (1er Ramadhan).

34 El-Moudjahid du 12 décembre 1976.

35 « Les problèmes de l’enseignement et de l’éducation » : série d’articles de Mostefa Lacheraf dans El-Moudjahid des 9,10 et 11 août 1977, et réponse d’Abdallah Cheriet, « Est-ce un problème d’enseignement ou de formation humaine ? », dans Al-Chaab du 5 septembre 1977.

36 Le signe symbolique en est le port de la barbe.

37 Pour les rapports des membres de cette Commission, voir El-Moudjahid, 26 février 1980.

38 Le 19 janvier, le président Chadli Bendjedid leur adresse un sévère avertissement : Le Monde, 18 janvier 1980.

39 Cf. G. Grandguillaume, « Relance de l’arabisation en Algérie ? » Maghreb-Machrek, n° 88, 1980, p. 51-63.

40 Le Monde, 19 mars 1980.

41 Ce HCLN présente des rapports aux sessions du comité central du FLN. L’un de ceux-ci est publié dans El-Moudjahid du 27 décembre 1981. Un autre (El-Moudjahid du 31 juillet 1988) fixe à l’an 2000 l’échéance de l’arabisation totale.

42 Code de la famille, Alger, OPU, 1984. Voir aussi Noureddine Saadi, La femme et la loi en Algérie, Alger, Bouchene, 1991.

43 Cf. G. Grandguillaume, « Arabisation et démagogie en Algérie », Le Monde diplomatique, n° 515, février 1997.

44 Cf. El Watan du 1er juillet 1997.

45 Le Matin, 22 mai 1999.

46 El Watan, 22 mai 1999.

47 Cf. communiqués de ces deux partis dans El-Watan (29 juillet 1999) et Le Matin (28 juillet 1999).

48 El-Moudjahid, 17 octobre 1999.

49 El-Moudjahid, 3-4 septembre 1999.

50 Liberté, 26 novembre 2000.

51 El-Watan, 2 novembre 2000.

52 Malika Boudalia Greffou, L’école algérienne d’Ibn Badis à Pavlov, Alger, Laphomic, 1989.

53 Khaoula Taleb-Ibrahimi, Les Algériens et leur(s) langue(s), Alger, El Hikma, 1995.

54 Cherifa Ghettas, L’enfant algérien et l’apprentissage de la langue arabe à l’école fondamentale entre 5 et 9 ans, Thèse de doctorat, Grenoble III, 1995.

55 Rebah Sebaa, « La langue française au Conseil de Luqman », El-Watan, 31 août et 1er septembre 1999. Du même auteur, L’arabisation dans les sciences sociales, le cas algérien, Paris, L’Harmattan, 1996.

56 Mohamed Benrabah, Langue et pouvoir en Algérie. Histoire d’un traumatisme linguistique, Paris, Séguier, 1999.

Auteur

Grandguillaume Gilbert, enseignant honoraire à l’EHESS. Ancien responsable de la coopération culturelle à l’ambassade de France à Alger.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable