Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Où va l’Algérie ?

 | 
Ahmed Mahiou
, 
Jean-Robert Henry

Troisième partie. Les nouveaux espaces de la société civile

11. Nouvelles territorialités en Algérie

Marc Côte

Texte intégral

1Bien des choses ont changé en Algérie depuis 15 ans ; les mutations ont été grandes et multiples. Mutations correspondant à deux phénomènes différents : d’une part les impacts directs de la situation insécuritaire qu’a connue le pays au cours de la dernière décennie ; d’autre part, l’émergence de changements sociaux, nés auparavant et trouvant leur plein épanouissement aujourd’hui. N’ont-elles pas donné lieu à de nouvelles territorialités, inscrites dans l’espace ? Autrement dit, une nouvelle géographie de l’Algérie s’est-elle mise en place durant cette période ?

2L’approche territoriale n’est pas ici une fin en soi ; les territoires y sont vus comme une grille de lecture de la société algérienne et de ses mutations. Le géographe est porté généralement à mettre l’accent sur les invariants, les faits de permanence et le temps long. Ici, il sera question essentiellement de temps court. Il est important en effet d’être sensible aussi à ce qui bouge, dans un pays comme l’Algérie où les transformations sont rapides. Dernier préalable, les éléments présentés ici ne sont qu’une première investigation, à partir de données ponctuelles, perçues directement sur le terrain au cours de brefs séjours, ou recueillis auprès d’un certain nombre d’informateurs chercheurs. Donc, les premiers défrichements d’une réalité riche, foisonnante, parfois insaissable, qui a été ici organisée et regroupée en quatre thèmes.

Insécurité et flux migratoires

3L’insécurité qu’a connue le pays au cours des huit dernières années se traduit directement dans le paysage, par exemple par la disparition de milliers d’arbres coupés le long des routes et voies ferrées, afin de permettre aux forces de l’ordre d’éviter les embuscades. Elle se traduit aussi par les édifices détruits, totalement ou partiellement ; les autorités ont dénombré pas moins de 900 constructions scolaires, 400 centres sanitaires et 700 unités économiques objets de destruction (souvent reconstruits à neuf aujourd’hui). Mais ces dégâts matériels sont moins importants qu’un phènomène de fond : la mise en mouvement des populations.

4Il faut resituer le phénomène dans le contexte général du pays, qui a connu au cours des cinq dernières décennies des brassages de population intenses : mouvements en tous sens liés à la guerre d’indépendance, aux regroupements et aux zones interdites, aux fuites au-delà des frontières ; puis, renouveau de l’exode rural lié à la phase de grande croissance du pays, à base d’urbanisation et d’industrialisation, provoquant des phénomènes de drainage au sein de chaque aire urbaine. Le taux d’urbanisation du pays est passé de 25 % en 1954 à 50 % en 1987, avec toutes les conséquences afférentes. Cependant, depuis la décennie 80, on assistait à un tassement du mouvement. Le discours officiel, toujours alarmiste, était en contradiction avec la réalité mesurée : l’exode vers les villes, et notamment les plus grandes, s’était considérablement ralenti ; on allait vers une stabilisation relative.

5Or, la décennie d’insécurité a relancé les flux migratoires internes. En effet, si elle a été relativement générale, elle s’est révélée différentielle : plus forte dans l’Algérois que dans le reste du pays, plus marquée dans les montagnes telliennes que dans celles du Sud, plus active dans les campagnes que dans les villes. Comme chaque fois que se juxtaposent des zones de forte et faible pression, des flux se sont déclenchés. Les populations ont eu tendance à fuir les zones d’insécurité, lorsque celle-ci perdurait, pour se réfugier en ville. Là, elles ont accepté n’importe quel logement précaire : cour, garage, entrepôt, écurie. Elles ont été hébergées, puis ont loué, puis ont acheté ou construit. En effet, si le flux a mis en mouvement les plus pauvres, il a compté aussi des catégories moyennes, ayant fait l’objet de racket, qui ont reporté leur bien sur la ville. L’afflux a provoqué une forte demande mobilière et immobilière, et une flambée des prix.

6C’est ainsi qu’Oran, Tlemcen ou Sidi bel Abbès se sont gonflés à partir des montagnes, que M’ila, Bou Saada ou Sidi Aïssa ont reçu des « tombées » des ruraux. La ville de Sétif, mieux contrôlée, a vu se gonfler les gros bourgs qui la ceinturent. Tizi Ouzou a connu un flux de scolaires à partir des villages de la montagne ou de la Mitidja. Le « triangle du risque », Alger-Blida-Larba, a subi un vidage des populations de cadres, publics ou privés, installés précédemment, la fermeture de nombreux locaux et la chute des valeurs immobilières. Les habitants ont quitté immeubles ou villas, pour se retrouver, soit dans la ville d’Alger, surpeuplée d’autant, soit dans les villes sahariennes (Ouargla, Touggourt, Biskra...), réputées sûres, et où on les reconnaît à leur accent. Hormis ce dernier cas, on constate que les migrations se sont effectuées sur une distance limitée, vers la ville de proximité, au sein d’une aire d’appartenance.

7Une mesure statistique du phénomène est-elle possible ? Une indication ponctuelle : la wilaya d’Ain Defla (dont on sait qu’elle a été très touchée par l’insécurité) aurait connu le départ de 80 000 personnes, à partir des massifs du Dahra et de l’Ouarsenis, vers les villes et villages de la vallée, ainsi que vers des villes importantes plus éloignées. Autre exemple : la wilaya de Tissemsilt, montagnarde (Ouarsenis central), aurait connu en une décennie un mouvement de 100 000 personnes, des hameaux ou écarts vers les villages et villes. Une mesure plus générale est donnée par les résultats du recensement de la population effectué en 1998 (ONS, 1999). On peut évaluer le flux externe, par le solde entre le croît naturel et le croît réel intercensitaire. Le recensement montre que les wilayate qui ont connu le croît le moins fort sont trois wilayate soumises à une forte insécurité : Relizane, Tissemsilt, Médéa. Ainsi, si la wilaya de Médéa avait gardé son croît naturel (estimé à 2,4 %/an), elle aurait dû atteindre 847 000 habitants, alors que le recensement ne lui en donne que 721 000. En dix ans, par flux externe, elle aurait perdu 125 000 habitants.

8L’ampleur de ces flux pose deux questions de fond : sont-ils définitifs ? Quelles sont leurs implications ? Dans le cadre de l’amélioration sécuritaire actuelle, un certain nombre de retours vers les anciens habitats ont eu lieu. D’autres suivront. Mais ceux qui ont tout perdu, ou ceux qui ont acheté en ville, ne prendront pas le chemin du retour. On peut estimer que de la moitié aux deux tiers des migrants resteront en ville. C’est là un fait grave pour la société, car c’est pour elle un nouveau « déménagement », un nouvel à-coup dans une histoire déjà bien bouleversée, et une nouvelle entrave à la stabilisation. Et c’est grave pour les pouvoirs publics, car cela vient à contre-courant de la politique engagée pour fixer les populations en milieu rural.

9C’est donc un bilan très négatif dans l’immédiat. A moyen terme, il faut peut-être nuancer. Car les flux ont porté sur une migration de proximité, gardant l’unité locale ou régionale ; ils ont plus profité aux petites villes qu’aux grandes ; plus profité à la moitié sud du pays qu’au nord (ainsi que le montrent les résultats du recensement de 1998). Donc, après la phase de réadaptation de la population à son nouveau contexte, le mouvement peut ne pas être négatif à l’échelle de la réorganisation territoriale nationale.

10Mais il faut noter que ce glissement de population lié à l’insécurité est complété, et brouillé, par deux autres mouvements, qui s’enracinent plus profondément :

  • la tendance à l’émigration hors territoire national, qui perdure, et doit aux freins multiples de n’être pas plus importante ; elle concerne aussi bien les jeunes de milieu populaire, trop souvent chômeurs, que les universitaires, mal à l’aise dans le contexte actuel ;
  • le lent mouvement de transit d’Africains à travers le territoire national, qui, à partir du Hoggar ou du Tassili, gagnent les villes nord-sahariennes, puis Maghnia (pour gagner Melilla et l’Espagne), ou Debdeb (pour rejoindre la Libye), ou Alger.

Économie de marché et accroissement des disparités sociospatiales

11Longtemps l’Algérie a été un pays dans lequel les écarts sociaux ont été limités, bridés qu’ils étaient par la politique d’austérité mise en place par le régime Boumediene. Ils ont commencé à se libérer durant la décennie Chadli (ouverture économique), à prendre toute leur ampleur durant la dernière décennie (libéralisme et désengagement de l’État), constituant ainsi un terreau pour le discours islamiste. On peut les analyser au niveau social, et au niveau spatial.

12D’après l’Annuaire du PNUD, l’écart entre le PIB réel par habitant (en parité de pouvoir d’achat), des 20 % les plus riches sur les 20 % les plus pauvres, était de 1 à 6,1 pour la période 1987-1998 (PNUD, 1999) et ne cesse de croître. Ceci, pour les raisons suivantes :

  • d’une part, le mouvement d’inflation rapide des années 1994-1998 a provoqué un fort appauvrissement, le dégraissage des entreprises a entraîné une forte montée du chômage (28 % de la population active). La suppression de la médecine gratuite et le dénuement des hôpitaux entrainent une insécurité sanitaire et la reprise des grandes épidémies. Le revenu par tête est passé en dix ans de 2 500 à 1 500 dollars. La classe moyenne, force du régime Boumediene, a été laminée, et la population en dessous du seuil de pauvreté s’élèverait aujourd’hui à 60 % ;
  • mais, d’autre part, on assiste à la montée d’une classe aisée, dans laquelle anciens privilégiés et nouveaux riches se mêlent, appuyés sur les clans au pouvoir. Voitures de luxe et belles villas sur les hauts de chaque ville montrent l’ampleur d’une catégorie sociale qui ne cache désormais plus sa fortune.

13Les écarts sociaux éclatent aujourd’hui et ont rattrappé ceux du Maroc et de la Tunisie. Leur traduction spatiale est aussi spectaculaire. Les disparités spatiales héritées de la colonisation ont été quelque peu réduites par l’effort de construction intérieure et d’équipement des campagnes engagé durant la période de grande croissance. De fortes disparités ont cependant subsisté. Une analyse faite à partir d’indicateurs multi-critères (économiques, démographiques, sociaux) des années 1992 (Cote, 1996), permet de classer les 48 wilayate, de la mieux placée (Alger) à la plus pauvre (Tissemsilt). La carte (cf. fig. 1), regroupant les wilayate en quatre groupes de niveau, fait apparaître trois ensembles forts, de niveau économique et social satisfaisant : l’Algérois, l’Oranie, le Constantinois, en entendant ces termes stricto sensu. Le territoire saharien apparaît moyennement positionné, les handicaps de l’étendue et du climat étant compensés par l’activité pétrolière et les faibles densités (les équipements créés profitent plus largement aux habitants). Apparaissent comme largement sous-équipés et sous-développés des espaces médians qui, de Chlef à Jijel en passant par Médéa et Djelfa, constituent une ceinture autour de l’Algérois, l’isolant de l’Oranie et du Constantinois, et correspondant à des espaces montagnards ou steppiques. Ils dessinent une sorte de croissant. C’est le croissant de pauvreté de l’Algérie. Ce n’est pas un fait du hasard si, à ce croissant, correspondent quelques-uns des fiefs des islamistes.

14Les années récentes paraissent avoir accru encore ces disparités. Prenons le cas du littoral et du Sahara. Le renouveau du tourisme de villégiature national, toutes classes sociales confondues, a provoqué depuis quelques années un rush sur toutes les plages et localités côtières, qui pendant deux à trois mois connaissent une activité intense. Hôtels (privés) et résidences s’y multiplient, souvent en situation juridique douteuse. Ainsi, 775 hectares de littoral auraient été prélevés sur les réserves touristiques (« zones d’expansion touristique »), d’après le ministre du Tourisme. Les fortunes s’étalent, le prix des locations ou ventes de villas et bungalows atteint des sommes faramineuses.

15Par contre, certaines régions sahariennes s’appauvrissent gravement. Le ballon d’oxygène que représentait le tourisme international a disparu, les grands hôtels signés Fernand Pouillon ne tournent qu’à 10 ou 20 % de leur capacité. Les péréquations consenties pour les régions sahariennes ont disparu devant la politique de vérité des prix, les chantiers sont tous arrêtés, des régions comme le Gourara ou la Saoura retrouvent leur pauvreté d’antan.

Tertiairisation et émergence de nouvelles centralités

16Les quinze dernières années ont fait passer l’économie des sphères du primaire et secondaire au secteur tertiaire, c’est-à-dire du domaine productif (agriculture et industrie) au domaine du commerce et des services. L’Algérie est entrée dans l’ère de la « bazardisation ».

17Dans toutes les villes, on est frappé par la prolifération de services urbains nouveaux : téléboutiques, informatique, ateliers de photocopies, agences immobilières, conduite auto...

18Est actif parallèlement le « trabendo », petit commerce informel, individuel, « à la valise », par des jeunes qui se rendent régulièrement à Marseille, Naples, Istanbul, Alep ou Dubaï. Il est né durant la décennie 80 comme compensation aux rigidités du système étatique. Tantôt combattu, tantôt toléré, tantôt légalisé, suivant les époques et les municipalités, il demeure actif.

19Mais le fait majeur est l’essor du grand trabendo, commerce de haut niveau, « business au container », commerce de gros et entreprises d’importation (3 000 registres d’import/export déclarés), semi-informel, aux mains des « barons de l’économie », qui importent par pleins bateaux ou pleins camions, et ont des arrangements avec les services douaniers. Aujourd’hui où l’économie de marché permet de trouver de tout dans tous les magasins (à des prix très élevés), le trabendo a perdu de sa force, il n’est souvent plus qu’une annexe du business, un appendice au sein de chaque filière. On peut dire que le pays est ainsi passé du trabendo au business.

20Or, tous les supports de la vie économique avaient été mis en place, dans la phase précédente, par l’État, dans le cadre d’une gestion centralisée, et sous forme d’une organisation planifiée, hiérarchisée, homogène, à travers les concepts de grilles d’équipement, de hiérarchie d’institutions, de normes de taille et de localisation. Le renversement actuel du rôle public/privé, qui voit l’économie échapper largement à l’État dans son fonctionnement, la voit y échapper également dans ses lieux forts, avec l’apparition d’éléments hors cadre. Ceci, tant au niveau national qu’urbain.

21Au niveau du territoire national, l’observateur est frappé par l’émergence de nouveaux nœuds de l’espace (cf. fig. 2). « Nœuds », c’est-à-dire lieux forts, carrefours où se nouent les flux :

  • marchés de fruits et légumes, nés dans des régions en expansion depuis une ou deux décennies (El Ghrouss) ;
  • marchés automobiles, qui se sont multipliés, et dont certains drainent une clientèle à l’échelle nationale (Tidjelabine dans l’Algérois aux dépens d’El Harrach, Sidi Aïssa, Sétif) ;
  • marchés de trabendo spécialisés (pièces détachées à Zeraia), ou polyvalents (Boukadir, Magra, Tebessa).

22Tadjenanet est l’archétype de ces nouveaux nœuds. Petite ville particulièrement pauvre il y a trois décennies, mais ayant connu un fort contingent d’émigrés, elle s’est spécialisée d’abord dans la menuiserie ; de là elle est passée au commerce de l’or, et aujourd’hui au commerce de gros tous types (habillement, électroménager). Deux jours durant, chaque semaine, des centaines de camions y stationnent, des milliers de clients affluent de partout, les brigades des douanes prélèvent leur dû sur les routes au départ de la ville.

23Beni Matar est un nœud moins connu, à mi-distance entre El Bayadh et Bougtob. Simple lieu d’étape initialement, c’est devenu aujourd’hui une bourgade active, où quelques riches familles nomades ont investi dans le commerce, les entrepôts, et des unités de transformation des aliments pour bétail. Un membre de la famille réside à Oran ou Mostaganem, pour communiquer par portable les prix des matières premières. Beni Matar vend des produits aux nomades de toutes les steppes de l’ouest.

24On pourrait citer encore Bordj-Bou-Arreridj, entre Alger et Sétif, qui a vu s’implanter pas moins de trois unités de montage (Philips, Daewoo et Samsung) ; mais c’est là un peu une exception, l’industrie ne démarrant guère pour le moment.

25Quelle est la logique de ces nouveaux nœuds ? Certains correspondent à des localisations frontalières (les souks « Lybia » de Tebessa ou Bir el Ater). Mais l’élément majeur apparaît être une bonne accessibilité, sur de grands axes routiers, à mi-distance entre grandes villes (Tadjenanet entre Sétif et Constantine), et la situation dans des régions hors insécurité.

26Fait intéressant, il y a apparition de nouvelles centralités également au niveau intra-urbain. Jusqu’à présent, le centre ville, au sens de centre des affaires (commerces et services), correspondait à l’ancienne ville européenne. Créé là, il y a subsisté, ne serait-ce que parce que l’urbanisme y est plus propice à ces activités que la médina. Si des noyaux secondaires sont apparus (cas d’Alger), ils correspondent généralement à d’anciens villages de colonisation ennoyés aujourd’hui dans la marée urbaine.

27Les dernières décennies ont fait naître de nouvelles formes commerciales dans ces centres-villes, par passage du commerce de boutiques au commerce d’étal sur la voie publique, passage du marché fermé au commerce en plein air. Des rues, spécialisées dans le commerce informel, sont devenues le cœur le plus actif de la ville (rue des Aurès à Oran, rue Didouche Mourad à Constantine, rue d’Announa à Guelma). Des « Wall Street locaux » (tel le square Port Saïd à Alger) organisent également le marché noir de la devise en Algérie, aux mains de jeunes essentiellement, dont les deux instruments de travail sont le portable et la calculette.

28On constate également aujourd’hui, dans la périphérie des villes, l’apparition de centres informels de commerce, gros et détail réunis : quartier Hamiz à Alger, quartier « Doubaï » à Bordj el Kiffan, quartier « Doubaï » encore à El Eulma dans les rez-de-chaussée d’un lotissement de villas. Tous font des chiffres d’affaires énormes.

29Dans d’autres cas, ce développement des centres de commerce populaire se distinguent des centres de commerce classique par leur fonctionnement et leur localisation (cf. fig. 3) : ils s’enracinent dans des quartiers d’architecture informelle, présentent des produits simples aux prix abordables, battent leur plein le soir et non le matin, et sont fréquentés plus par les femmes que par les hommes. C’est le cas de Star Melouk à Biskra, d’Oued Skhoun à Guelma, de Bouakal à Guelma, comme étaient nés plus anciennement ceux de Medina Jdida à Oran, de Oued el Had à Constantine. Ces commerces desservent initialement leur quartier, puis, progressivement, toute la ville, et entrent dans certains cas en concurrence avec le centre-ville. Cette évolution aboutit, pour ces quartiers informels et marginalisés, à les réintroduire dans la ville et à leur donner une nouvelle centralité.

QUELQUES CAS DE NOUVELLES CENTRALITÉS URBAINES

QUELQUES CAS DE NOUVELLES CENTRALITÉS URBAINES

30Il faut prendre acte de ces nouvelles centralités, régionales ou intra-urbaines. Elles prennent à contre-pied tout ce que le pouvoir socialiste avait mis en place, manifestant par là une volonté de s’émanciper de ses structures et de ses lieux, et tendent à reconstruire de nouvelles territorialités. Elles aboutissent à une sorte de dualité, dédoublant les structures préexistantes. Il n’est pas sûr que ce ne soit qu’un épisode passager, car elles traduisent d’autres mouvements profonds du pays.

Pluralité et renouveau du local

31Pendant plusieurs décennies, l’Algérie s’est focalisée sur la construction de l’État-nation ; elle n’a eu d’attention que pour l’espace national, son unité, son homogénéité, ses frontières, l’aménagement de son territoire dans le sens d’une égalité des hommes et des espaces. Le mot d’ordre était l’intégration nationale.

32Aujourd’hui, l’Algérie se redécouvre plurielle. Plurielle dans ses niveaux socio-économiques, nous l’avons vu, mais aussi dans ses attitudes politiques et religieuses, dans ses langues et cultures : berbéro-phones/arabophones, gens de l’Ouest/gens de l’Est, occidentalisés/traditionnels... octobre 1988 a levé le couvercle et fait réémerger de vieilles pluralités longtemps gommées et mal vues. Or, cette prise de conscience entraîne de nouvelles formes de rapport à l’espace, plus différenciées, plus intimes, et portant attention à des niveaux plus fins que celui de l’État national. Schématiquement, deux niveaux reprennent de la consistance aujourd’hui.

33D’une part, on note l’émergence de territorialités régionales. Une des constantes du régime pendant trois décennies avait été le refus de toute régionalisation politique et administrative, la référence à la crise berbériste de 1949 et au wilayisme de 1962 entraînant la crainte d’un éclatement national.

34Or, la crise récente a entraîné le passage du refus d’une régionalisation officielle à une régionalisation de fait, empirique et multiforme. Relevons-en quelques aspects :

  • les entreprises, institutions et bureaux d’études ont jugé nécessaire l’existence d’un niveau intermédiaire entre État et wilaya, et se sont souvent donnés des directions ou des antennes régionales. Le mouvement a été engagé largement dès la décennie 80.
  • l’enseignement supérieur a regroupé ses universités en académies régionales, instruments de coordination ;
  • la presse dispose aujourd’hui, outre les journaux nationaux, de deux quotidiens à l’Ouest (Quotidien d’Oran, Tribune de l’Ouest), et de deux à l’Est (El Acil et An Nasr) ;
  • une douzaine de « radios locales » ont été créées dans les villes les plus importantes, éléments de transmission des cultures régionales (Radio Ziban, Radio Aurès, Radio Saoura...) ;
  • les transports aériens sont remodelés par la création toute récente de cinq entreprises privées, dont il est symptomatique que toutes aient pour objectif majeur la desserte saharienne, et dont deux ont leur siège en territoire saharien ;
  • 1TNRA réorganise ses programmes de recherche, jusqu’à présent thématiques, en champs territoriaux zonaux.

35Ainsi, décisions des pouvoirs publics et initiatives de la société civile se conjuguent pour tendre à combler un vide manifeste au niveau régional.

36Parallèlement s’affirme l’émergence de territorialités locales. « Dans les années soixante, le local est suspect, parce qu’il contrarie le projet unificateur et centralisateur mis en place » (Salhi, 1999). Aujourd’hui, il apparaît en force. Il peut être appréhendé en différents domaines.

37Dans les campagnes, les contrecoups de la crise économique ont provoqué un certain renouveau de l’activité agricole, par reprise en main d’exploitations familiales, retour au village, investissements hydrauliques, apparition de petits fronts pionniers (au Sahara, mais également dans le Nord). L’essor de la production maraîchère dans le pays est lié à l’existence d’un certain nombre de ces « pays » dynamiques.

38Dans les villes, le contexte de désengagement de l’État et de spéculation foncière, peu favorable aux catégories populaires, n’a pas pour autant amené celles-ci à renoncer au « droit à la ville » : reprise de l’habitat autoconstruit, implantation en localités péri-urbaines lorsqu’elles ne peuvent pénétrer en ville. C’est la « fragmentation de l’espace urbain » (Bendjelid, 1998). La petite ville, dont le rôle n’était guère que d’intermédiarité pendant une première phase, affirme aujourd’hui sa territorialité, à travers un faisceau de liens avec son arrière-pays de proximité (collecte des produits, mise à disposition de services, transports en commun) (Peuples Méditerranéens, 1995).

39La vie économique fait sa place également au local. Les réseaux de solidarité pour emprunt sont devenus une pratique courante, et tiennent lieu de banques. Le travail des femmes à domicile a pris une grande ampleur : alors que 350 000 seulement sont engagées dans un travail officiel à l’extérieur, 2 millions travailleraient à domicile. A. Lakjaa (1998), qui avance ces chiffres, parle de « la ville, creuset d’une culture nouvelle ».

40Toute la société civile est travaillée par ce mouvement. On sait la multiplication des associations depuis 1988. Mais il faut noter également la reprise des vieilles structures, telles les tajmaat de Kabylie, qui se transforment en comités de village. Il faut relever aussi la résurgence, à travers les élections répétées, des vieilles solidarités de groupe, conduisant à un vote plus régional (voire tribal ?) que politique. Les observateurs algériens, qui ne manquent jamais d’humour, notent que, dans la classe dirigeante, le groupe BTS (Batna, Tebessa, Souk Ahras) a été supplanté par le groupe NTM (Nedroma, Tlemcen, Maghnia).

41Quels enseignements tirer de ce retour au local ?

42Si, dans la phase de crise et de désengagement de l’État, il a été un repli sur la famille, le village, la collectivité, aujourd’hui, c’est une affirmation d’un fait local affiché et fier de l’être.

43Parmi les acteurs, il faut noter le rôle des cadres (et des émigrés), revenus s’installer dans la petite ville proche de leur région d’origine, conciliant ainsi sentiment d’appartenance et exigences urbaines. Le niveau d’équipement et la parabole permettent ce mouvement (électricité et scolarisation dans toutes les localités, hôpitaux et centres universitaires dans les villes moyennes). C’est un retour qui prend le contre-pied de la période précédente, mais s’y enracine donc.

44Ce retour au local s’accompagne souvent d’un mouvement de retradi-tionnalisation : réactivation de la religion populaire, intérêt porté aux koubba des saints, aux zerda, aux pèlerinages (donc en contrepoint de l’idéologie islamiste). Ce mouvement n’exclut en rien la recherche de modernisation. Car, en parallèle, la généralisation des paraboles, l’accès aux ordinateurs, l’ampleur du trabendo assurent une ouverture sur l’espace national et international.

45Ce n’est probablement pas l’un des moindres paradoxes de l’époque actuelle. Il y a éclatement de ce qui fut longtemps le seul niveau spatial reconnu : l’État-nation. Aujourd’hui, le local renvoie au global, sans que cela pose problème. Les habitants, et les jeunes en particulier, sont à l’aise à la fois dans ces deux sphères.

Conclusion

46Dans cette nouvelle forme de segmentation de la société, peut-on voir un nouvel enracinement spatial, qui retrouve le local tout en ayant les yeux tournés vers le global ?

47Ce que l’on peut affirmer aujourd’hui, c’est que le pays est parcouru par une multitude de micro-évolutions qui ont un sens et dessinent globalement les contours d’une recomposition territoriale de l’Algérie.

Bibliographie

Quelques références bibliographiques

Bendjelid A., « Fragmentation de l’espace urbain oranais », in Villes algériennes », Insaniyat, n° 5, 1998, Oran, pp. 61-84.

Boukerzaza H., « L’espace local en Algérie, de la tribu à la wilaya », in L’espace local, revue Géographie et Développement, Tunis, 1999, pp. 97-111

Boumaza Z., Le vieux Constantine, patrimoine et marché, Thèse d’urbanisme, Université de Constantine, 1999, 2 vol.

Cote M., L’Algérie, espace et société, Colin/Masson, Paris, 1996, 253 p.

Ferhi S., « Le poids démographique et son rôle dans l’urbanisation des montagnes telliennes, l’exemple des Trara dans l’Ouest algérien », in Développement des montagnes rifaines, quelle stratégie ?, 1999, pp. 257-275.

Kerdoud N., Nouvelles centralités et périphéries spontanées, cas de Oued Skhoun à Guelma, mémoire de magister, Université de Constantine, 2000.

Lakjaa A., « La ville creuset d’une culture nouvelle », in Villes algériennes, Insaniyat, n° 5, Oran, 1998, pp. 39-59.

ONS, Recensement général de la population et de l’habitat 1998, Alger, sondage au 1/10°, 1999, 180 p.

Peuples Méditerranéens, « Monde arabe, le retour du local », Paris, n° 72-73, 1995, p. 337.

PNUD, Rapport mondial sur le développement humain, Economica, Paris, 1999, 254 p.

Salhi B., « Modernisation et retraditionnalisation à travers les champs associatif et politique, le cas de la Kabylie », in Insaniyat, n° 8, 1999, Oran, pp. 21-42.

Signoles P., El Kadi G. et Sidi Boumedine R., L’urbain dans le monde arabe : politiques, instruments et acteurs, CNRS Éditions, IREMAM, Paris, 1999, 373 p.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/413/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 851k
Légende FIG. n°2 (MC)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/413/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 777k
Titre QUELQUES CAS DE NOUVELLES CENTRALITÉS URBAINES
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/413/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 593k
Légende FIG. n°3 (M.C.)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/413/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 778k

Auteur

Cote Marc, professeur émérite de géographie à l’Université de Provence.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable