Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Où va l’Algérie ?

 | 
Ahmed Mahiou
, 
Jean-Robert Henry

Deuxième partie. Nouvelles perspectives économiques

9. L’agriculture et le rural durant la période 1990-2000

Slimane Bédrani

Texte intégral

1Les zones rurales ont été, et restent encore dans certains endroits, fortement affectées par l’insécurité. Certaines communes rurales ont vu leurs infrastructures en grande partie détruites ou endommagées, une partie plus ou moins grande de leur population enfuie vers les villes. Par ailleurs, la décennie écoulée a vu la mise en application d’un plan d’ajustement structurel dont les mesures devaient remédier à la crise des paiements extérieurs. Quels effets tout cela a-t-il eu sur l’économie agricole et rurale (place de l’agriculture dans l’économie et dans les budgets, productions, rendements) ? Sur le niveau de vie des populations rurales (état de la pauvreté) ? Sur la préservation durable des ressources naturelles ? Quels freins persistent au développement agricole et rural ? C’est à ces questions que cet article tente d’apporter quelques éléments de réponse.

La place de l’agriculture dans l’économie

2On aurait pu penser que les nombreux problèmes économiques et politiques auxquels a été confronté le pays depuis 1990 auraient modifié la place de l’agriculture dans l’économie. Il n’en est rien. Au cours des années 1990-1999, cette place n’a guère changé du point de vue de la contribution de l’agriculture à la production intérieure brute, cette contribution ayant varié de 12 à 15 %, la variation s’expliquant principalement par les données climatiques changeantes d’une année à l’autre (cf. tableau 1 et graphique 1).

3Si, au cours de la période 1986-1996, la croissance de l’agriculture a été d’environ 5 % par an, cela conduisant à dire que ce secteur a soutenu la croissance mieux que les autres (Bédrani, 1999), ce taux ne s’est pas maintenu durant la période 1990-1999. Il a été même, en moyenne, légèrement négatif (cf. graphique 1). Durant cette décennie, les secteurs les plus performants ont été ceux des hydrocarbures et des services, suivis par celui des BTP, le secteur industriel ayant une croissance négative plus forte que celle du secteur agricole (cf. graphique 2).

4En matière d’emploi, l’agriculture continue d’être un des principaux secteurs fournisseurs de travail (cf. tableau 2 et graphique 3). Si la part de l’emploi agricole dans l’emploi total ne s’accroît que faiblement tout en restant importante (20,8 % de la population occupée en 1999), son évolution en termes absolus est relativement forte, cela étant sans doute le résultat d’un certain retour vers la terre (ou du maintien dans l’agriculture) d’une population qui n’arrive plus à trouver autant d’emplois que dans les années 70 et 80 dans les autres secteurs. Si les différents chiffres sur la production et l’emploi reflètent correctement la réalité, la productivité du travail agricole aurait eu tendance à légèrement baisser durant la période 1990-1999. Cela pose la question du niveau de surplus dégagé par le secteur agricole et donc de la baisse de la capacité d’investissement des agriculteurs.

5Sur le plan du commerce extérieur, le secteur agricole ne participe que de façon très marginale aux exportations, lesquelles accusent une nette tendance à la baisse durant la période 1990-1999 (cf. tableau 3 et graphique 4) malgré la très forte dévaluation du dinar qui permet de rendre les produits algériens relativement compétitifs sur les marchés extérieurs. Dans le même temps, les importations de produits alimentaires, même si elles connaissent une diminution de 1994 à 1998, représentent un des principaux postes dans les importations totales et enregistrent une tendance à la hausse relativement forte sur la période.

6On aurait pu penser que la libéralisation du commerce extérieur et la liberté de change pour les activités commerciales allaient aboutir à l’envahissement du marché intérieur par une multitude de produits agricoles et agro-alimentaires étrangers. Il n’en a rien été puisque l’essentiel des importations en valeur reste constitué par les produits traditionnellement importés (les produits dits de base). Les céréales, la poudre de lait et la matière grasse de lait anhydre (pour le lait reconstitué), les céréales, farines et semoules, les huiles brutes, le sucre brut ou raffiné... représentent 83, 81 et 81 % des importations de produits agricoles et alimentaires respectivement en 1997, 1998 et 1999. Cela est principalement dû au taux de protection élevé du marché intérieur engendré par un taux de change faible du dinar, ce taux rendant les produits transformés étrangers extrêmement onéreux pour les consommateurs.

L’apport budgétaire à l’agriculture et au développement rural : maintien de l’effort malgré la crise

7Les performances du secteur agricole sont liées aux différentes politiques de l’État, ces politiques se reflétant principalement dans les dépenses budgétaires. De ce point de vue, on peut constater que, malgré ses difficultés financières et les restrictions en matière de dépenses publiques nécessitées par le PAS, l’État a assuré une remarquable stabilité de ses dépenses (exprimées en dinars constants 1989) dans le secteur (cf. graphique 11). Cela a été partiellement permis par le recours au financement extérieur (principalement Banque mondiale et Banque africaine de développement) qui a couvert environ 9,1 % des dépenses globales durant la période 1991-1999.

8Cependant, si l’on exclut les dépenses de soutien aux prix à la production des blés et les dépenses d’indemnisation des agriculteurs pour les cas de calamités naturelles (principalement la sécheresse), il apparaît que les dépenses aussi bien d’investissement que de fonctionnement ont connu une sensible tendance à la baisse en termes réels durant la période 1991-1999 (cf. graphique 12). Cela moins par le manque de ressources que par l’incapacité de l’administration à utiliser de façon rapide et efficace les fonds mis par l’État à la disposition du secteur agricole.

9Ainsi, sur plus de 12 milliards de dinars octroyés entre 1995 et 1999 par le budget de l’État au Fonds national pour le développement rural et agricole (FNDRA), seulement 38,8 % ont été dépensés à la fin de l’année 1999. Autre exemple, la Générale des concessions (entreprise économique créée pour réaliser la mise en valeur des terres avant de les concéder à des bénéficiaires) n’a dépensé, à fin mai 2000, que 7,8 % des 23 milliards de dinars mis à sa disposition par le Trésor depuis le début de 1998. Pourtant, cette entreprise a été créée parce qu’on pensait qu’elle allait, du fait de la souplesse de ses décaissements par rapport à la comptabilité publique, réaliser les mises en valeur projetées de façon plus rapide que l’administration. En l’occurrence, l’erreur commise a été de ne pas avoir imposé à l’entreprise un mécanisme rendant sa rémunération proportionnelle au rythme de ses réalisations.

10Pour ce qui est du FNDRA, dont les dépenses sont réglées par l’administration, ses faibles résultats tiennent, en dernière analyse, au fait que personne n’est réellement responsable de la bonne marche des projets, ni au niveau central (ministère) ni au niveau local (services décentralisés du ministère). Il aurait été plus efficace de responsabiliser un fonctionnaire de chaque niveau hiérarchique dans chaque projet (ou dans chaque wilaya) et d’inciter ce dernier par une évaluation régulière et des primes de réalisation (ou tout autre moyen de gratification).

Productions et rendements

11Les différentes productions agricoles ont connu des évolutions variables durant la période. Certaines ont progressé relativement fortement (fruits, viandes rouges, lait) (cf. graphiques 5, 6, 7, 10), d’autres affichent une tendance à la diminution (orge, avoine, viandes blanches) (cf. graphiques 7 et 9), d’autres stagnent globalement (maraîchage) (cf. graphique 8). L’explication de ces évolutions différenciées se trouve dans la combinaison des politiques agricoles et alimentaires, le fonctionnement des marchés et les stratégies des producteurs agricoles.

12Les productions fruitières et les viandes rouges ont bénéficié, depuis longtemps, et continuent de bénéficier, de prix très rémunérateurs du fait d’une demande forte et d’une offre qui ne suit pas malgré les aides de l’État qui ont été relativement importantes en ce qui concerne les investissements dans ces productions. Pour ce qui est du lait, la croissance de sa production est due à l’augmentation de son prix à la production depuis le début des années 80 et aux aides de l’État depuis 1995, aides concernant les investissements à la ferme pour l’élevage et la production fourragère irriguée. Enfin, l’accroissement de la production de blé dur peut s’expliquer par sa substitution partielle à l’orge dans les systèmes de production à cause de l’aide accordée par l’État à l’intensification en ce domaine (Bédrani, 1999).

  • 1 Sous toute réserve. Les statistiques agricoles sont, comme il a déjà été dit, très approximatives. (...)

13L’orge et l’avoine, aliments du bétail par excellence dans le pays, dont les prix n’ont plus été soutenus depuis le début des années 90, contrairement aux blés, voient leurs productions baisser sans doute du fait de la concurrence du blé dur, plus rémunérateur1, et du fait de la concurrence des orges importées qui présentent l’avantage d’être disponibles régulièrement (contrairement à celles produites localement dont la production varie fortement d’une année à l’autre).

14Les productions de viandes blanches ont subi de plein fouet l’augmentation considérable des prix des aliments et équipements importés, augmentation due à la très forte dévaluation du dinar au cours des années 90. L’accroissement des coûts s’étant répercuté sur les prix à la consommation, d’une part, et, d’autre part, la diminution du pouvoir d’achat ont entraîné la fermeture de nombreux élevages créés durant les années antérieures grâce à des prix d’aliments composés très bon marché, élevages dont beaucoup étaient par ailleurs techniquement peu performants (Ferrah, 1997 ; Kaci, 1996).

15La stagnation des productions maraîchères semble peu plausible compte tenu du bon état d’approvisionnement des marchés, du niveau des prix qui, en termes réels, a beaucoup baissé pour beaucoup de produits (ce qui signale une offre importante), de ce que disent les statistiques officielles (accroissement de 48 % des superficies irriguées entre 1988 et 1998) et de ce que peut voir l’observateur dans le développement très remarquable des petites superficies irriguées dans l’ensemble du pays.

  • 2 Ces chiffres sont les résultats de calculs faits à partir de l’enquête annuelle sur les rendements (...)

16L’un des gros problèmes qui reste à résoudre pour l’agriculture algérienne est celui des rendements, encore beaucoup trop faibles par rapport aux possibilités agronomiques et techniques existantes. Par exemple, entre 1980 et 1998, le rendement du blé dur, partant d’un niveau très bas de 6 à 8 quintaux par hectare, a enregistré une croissance annuelle moyenne de + 1,5 %, le blé tendre une croissance de – 1,3 % et l’orge une croissance de – 0,7 %2. Cette faible croissance des rendements est due à la faible utilisation d’intrants industriels et d’irrigation d’appoint. Exprimée en unités fertilisantes, l’utilisation des engrais est tombée de l’indice 100 en 1986 à l’indice 70 en 1990 et à l’indice 20 en 1996.

17Les livraisons de produits phytosanitaires (PPS) aux agriculteurs ont connu la même chute passant de l’indice 100 en 1986 à l’indice 16 en 1996. Il en va de même pour tous les matériels agricoles (cf. Berki & Chedjari, 1999). La faible utilisation d’intrants est elle-même due aux risques élevés de l’intensification, risques que la collectivité ne partage pas suffisamment avec les producteurs, tout du moins pour les productions menées en sec (malgré les indemnités versées en cas de sécheresse, dans certaines circonstances). Pour les productions irriguées qui, elles, ne sont pas soumises au risque de l’aléa pluviométrique, la faible utilisation d’intrants s’explique sans doute par le niveau technique faible des agriculteurs, niveau qui n’est pas relevé par le système de vulgarisation existant, beaucoup trop inefficace (Bédrani, 1994).

La pauvreté rurale

18Si le développement d’un pays se mesure à la faible proportion de personnes pauvres dans la population totale et à sa capacité à faire régresser dans le temps cette proportion, alors on peut dire de l’Algérie que les dix dernières années ont été relativement mauvaises de ce point de vue malgré les mesures prises par l’État pour atténuer le phénomène de la pauvreté.

  • 3 Le seuil de pauvreté alimentaire, pour l’Algérie, a été mesuré « sur la base du coût local d’un pan (...)

19D’après les enquêtes faites par l’Office national des statistiques et analysées par la Banque mondiale (1999), la pauvreté a fortement augmenté entre 1988 et 1995. En effet, la population se trouvant au « seuil de pauvreté alimentaire »3 (ou en dessous) représentait 3,6 % de la population totale en 1988 et 5,7 % en 1995. La population se trouvant au « seuil de pauvreté inférieur » formait 8,1 % de la population totale en 1988 et 14,1 % en 1995. Depuis 1995, il n’y a pas eu d’enquête sur la pauvreté. Mais la tendance est certainement à la hausse compte tenu de la persistance des difficultés économiques que connaît le pays depuis 1995 jusqu’à l’embellie pétrolière de 2000.

20La pauvreté est toujours bien plus prévalante dans le milieu rural que dans le milieu urbain, quel que soit le seuil de pauvreté considéré, ainsi que le montre le tableau 4, les occasions d’emploi – formel ou informel -étant toujours plus nombreuses en milieu urbain, d’une part, les aides de l’État étant toujours plus et mieux distribuées dans les villes, d’autre part. Les causes de l’accroissement de la pauvreté, qu’elle soit urbaine ou rurale sont diverses, nombreuses et liées entre elles de façon plus ou moins complexe. On en citera quelques-unes qui semblent les plus importantes pour expliquer la pauvreté rurale.

21L’accumulation du secteur économique privé, qu’on espérait voir s’accroître substantiellement (et avec elle les emplois) avec la libéralisation du commerce et la liberté de change pour les entreprises, n’a pas été à la hauteur des espérances et, quand elle s’est accrue, elle ne l’a pas fait dans le milieu rural, ou très peu. Heureusement pour le milieu rural, la libéralisation de l’économie (qui a permis un meilleur approvisionnement des marchés en biens d’investissement) et l’aide relativement conséquente de l’État à certains groupes d’agriculteurs ont accru le nombre d’emplois offerts, mais sans permettre d’absorber à la fois les travailleurs ayant perdu leur emploi du fait de la politique d’ajustement structurel et les nouveaux arrivants sur le marché rural du travail.

  • 4 La création d’un ministère délégué au Développement rural en 1998 n’a rien changé à cet état des ch (...)
  • 5 Due généralement à leur mauvaise gestion mais aussi, pour certaines d’entre elles, à leur incapacit (...)

22La politique de développement rural a été, et est toujours perçue comme le seul développement des activités agricoles, forestière et d’élevage. L’aspect « industrialisation rurale » a été systématiquement ignoré par les développeurs de toutes les époques, si on excepte le timide effort fait en ce sens durant les années 70 (création de quelques entreprises publiques locales en milieu rural). Or, il est fondamental pour la résorption du chômage et du sous-emploi dans le milieu rural, outre que ce type d’industrialisation évite (ou, pour le moins, atténue) les inconvénients de l’exode rural (bidonvilisation du milieu urbain, perte de substance des campagnes, retard dans la modernisation de celles-ci)4. La liquidation des entreprises publiques locales5, du fait des mesures prises dans le cadre du plan d’ajustement structurel, a entraîné la disparition de milliers d’emplois qui bénéficiaient plus ou moins – de façon directe ou indirecte – aux ménages ruraux.

23L’aide de l’État à l’agriculture, par le biais du FNDRA et du mécanisme de la mise en valeur par la concession (cf. ci-dessus à propos de la Générale des concessions), est désormais presque entièrement tournée vers les agriculteurs aisés, ceux qui peuvent apporter les 20, 30 ou 50 % des fonds nécessaires aux projets pour lesquels l’aide est sollicitée, ou ceux qui ont suffisamment d’appuis au niveau des décideurs aux niveaux stratégiques. Aucun mécanisme spécifique d’aide à l’activité économique n’est prévu pour les agriculteurs pauvres ou leurs enfants qui désirent faire de l’agriculture ou de l’élevage. S’il est vrai que l’aide aux agriculteurs aisés est une technique pour les amener à mobiliser au moins une partie de leur épargne dans le secteur agricole, il est indispensable, à la fois pour des raisons de justice sociale et pour des raisons d’efficacité sociale et économique, que les agriculteurs pauvres soient aidés à améliorer leur niveau d’investissement.

  • 6 L’IAIG a été instituée en 1995 pour limiter les abus en matière d’indemnités de solidarité qui étai (...)

24L’aide directe de la collectivité nationale aux ménages défavorisés, qui a remplacé au début des années 90, dans le cadre de l’ajustement structurel, le soutien des prix à la consommation des produits de base, a souvent été détournée – et encore plus en milieu rural où les gens sont plus soumis à l’autorité des « cheffaillons » administratifs locaux, donc moins aptes à revendiquer et à défendre leurs droits – au profit de couches sociales moins défavorisées ou carrément aisées. D’après une enquête faite par le CNEAP (1999), seulement 22,3 % des bénéficiaires de l’allocation forfaitaire de solidarité (AFS) (bénéficiant aux personnes âgées et aux personnes handicapées) ont effectivement droit à cette allocation si on appliquait les critères fixés par la réglementation pour son octroi. Pour ce qui est de l’indemnité pour activité d’intérêt général (IAIG) (qui rémunère, à un tarif au-dessous du SMIG, les personnes préalablement sans travail qui effectuent un travail d’intérêt général6), seulement 37 % des bénéficiaires y auraient droit si l’on appliquait les critères fixés par la réglementation pour son octroi.

25Enfin, une des causes essentielles de la pauvreté est la mauvaise gestion macro-économique des ressources publiques, phénomène qui a été renforcé par l’absence de forces d’opposition et/ou par l’incapacité des forces d’opposition, quand elles s’efforcent de défendre le bien public, à obtenir des résultats suffisants, particulièrement en matière de détournement des aides publiques, d’appropriation privative des biens de la collectivité, de justice fiscale... L’État d’exception de fait qu’a connu le pays au cours des dix dernières années a favorisé les abus de certains détenteurs réels des différents pouvoirs, leur exemple incitant les simples citoyens à des conduites n’allant pas dans le sens du développement et de l’amour du travail productif, ni même du travail quel qu’il soit !

Les ressources naturelles

26L’état des ressources naturelles (sol, eau, végétation) après ces dix dernières années s’est plutôt dégradé. L’érosion des sols a sans doute continué au même rythme que dans les périodes antérieures pour la raison qu’il n’y a pas eu de politique de reconversion des systèmes de culture et de production et donc pas de changements significatifs en ce domaine. Les méthodes anciennes de travail du sol – particulièrement érosives -persistent, les travaux de protection des sols cultivés (réalisation de brise-vent, de banquettes...) restent insignifiants, les terres de forte pente continuent à être labourées. On signalera, cependant, que des travaux en ce sens (protection des bassins versants de barrages), ayant le mérite d’associer les populations bénéficiaires à leur réalisation, ont été entrepris (projet « plein emploi rural », financé par un prêt de la Banque mondiale et couvrant certaines zones montagneuses de l’Ouest). Mais ces travaux restent géographiquement très limités.

27En matière de préservation des ressources hydriques, la politique a été particulièrement timorée quand on sait la rareté de l’eau et son importance vitale pour le développement économique et le bien-être des populations. Dans l’agriculture, la politique d’économie de l’eau consistant à généraliser les méthodes d’irrigation localisée ou par aspersion reste très timide, l’irrigation traditionnelle par immersion demeurant très largement prédominante. En matière de consommation humaine, l’équipement des ménages ne diffère en rien des ménages de pays où l’eau n’est pas un produit rare : les mêmes types de chasse d’eau, de robinets, de douche et de baignoires... sans compter que l’entretien laisse beaucoup plus à désirer, accroissant les pertes. Par ailleurs, autant pour l’utilisation agricole que domestique, l’eau continue à être vendue à des prix qui n’incitent pas à l’économiser.

28Les ressources végétales naturelles sont certainement celles qui ont le plus pâti de la situation générale du pays au cours des dix dernières années. Les forêts ont subi les plus grands massacres du fait d’incendies catastrophiques dus aux effets conjugués des sécheresses répétées, du faible équipement des services anti-incendies et de la quasi-impossibilité d’intervention de ces services à cause de l’insécurité. Ce dernier phénomène explique aussi la faiblesse des superficies reboisées durant la période considérée. Le couvert végétal des zones steppiques, qui sert d’alimentation pour les animaux d’élevage extensif, a dû relativement se maintenir, en moyenne. Cela s’explique par la non-utilisation de certains parcours pour des raisons d’insécurité, par le remarquable effort de plantation d’arbustes fourragers par des particuliers avec l’aide de l’Etat, par la multiplication des superficies plantées et mises en défens par le Haut Commissariat au développement de la steppe avec des modalités qui en assurent la pérennité (les populations riveraines sont les seules bénéficiaires des fourrages naturels produits par la mise en défens). Cependant, beaucoup de superficies continuent de subir une surcharge en bétail et/ou des défrichages intempestifs.

Quelques freins au développement de l’agriculture

29Des freins sérieux au développement de l’agriculture et du secteur rural se posent depuis plus d’une dizaine d’années et tardent à être levés : le foncier agricole, le financement bancaire de l’agriculture, le fonctionnement de l’administration agricole.

La question foncière

30La question foncière se pose au niveau des formes de gestion des terres faisant partie du domaine privé de l’État (l’ancien secteur autogéré et les terres de parcours) et au niveau de l’indivision pour ce qui est des terres agricoles de statut privé.

31En 1987, les terres du secteur autogéré ont été partagées entre les travailleurs de ce secteur qui se sont regroupés par affinité (à la seule condition qu’ils soient au moins trois par groupe) et ont constitué des exploitations agricoles collectives (EAC) désormais libres de produire et de commercialiser sans passer par l’administration agricole ou par les offices d’État. Une partie des terres à été exceptionnellement cédée sous forme d’exploitations agricoles individuelles (EAI) à des individus (souvent des membres de l’administration agricole, à condition qu’ils renoncent à leur poste dans la fonction publique) (cf. Bédrani). Mais toutes les terres sont restées propriété de l’État, les attributaires du droit d’exploitation pouvant transmettre ce droit à leurs héritiers et le donner en garantie pour des emprunts bancaires. Avec le temps, la plupart des EAC ont éclaté de facto (par entente amiable entre les membres d’EAC initiale) en exploitations individuelles, mais sans que la loi ne change et sans que l’administration agricole n’intervienne pour la faire respecter. On aboutit ainsi à l’existence d’EAC qui ne le sont plus que sur le papier et à la présence d’exploitations individuelles qui n’ont pas d’existence légale et dont les titulaires ne peuvent prétendre ni au crédit ni aux avantages que fournit l’État pour le développement de l’agriculture.

  • 7 Ou, plus souvent, les DEC (délégués exécutifs communaux) nommés par l’administration pour gérer les (...)

32A cela s’ajoutent les membres d’EAC qui se « désistent » des terres qu’ils exploitent au profit de leurs communes (surtout autour des grandes villes, particulièrement Alger et Oran). Les présidents des communes7 s’empressent bien sûr de les lotir (en toute illégalité, malgré les protestations parfois véhémentes du ministère de l’Agriculture) et de vendre les lots à des prix dérisoires aux apparatchiks du régime (après avoir donné quelques lots de compensation aux membres de l’EAC, bien évidemment). Tout cela en entraîne certains (particulièrement ceux qui voudraient mettre à l’abri leurs capitaux en les investissant dans le foncier) à préconiser la vente des terres agricoles d’État, soutenus en cela par la Banque mondiale dans le cadre du plan d’ajustement structurel.

33Un projet de loi est élaboré en ce sens dès 1995-1996 mais n’a jamais été soumis au Parlement sans doute pour des raisons d’opportunité politique, les opposants à cette alternative étant principalement les membres des EAC (craignant une vente aux enchères qui donnerait l’avantage aux plus riches) et les membres de la « famille révolutionnaire » (anciens moudjahid et organisation des enfants de chahid) dont beaucoup sont membres des EAC ou ont des EAI.

  • 8 Un Office national des terres a été proposé pour cela, mais n’a jamais vu le jour.

34Bien que le dernier président de la République ait donné comme instruction à l’administration, début 2000, de renoncer définitivement à l’option vente des terres, la suspicion demeure, avec tous les comportements négatifs que pareille incertitude entraîne : mauvais entretien des terres, lotissement sauvage de parcelles situées près des centres urbains, faiblesse des investissements agricoles... La suspicion demeurera sans doute tant que l’État ne prouvera pas l’irréversibilité de l’option affirmée par le premier magistrat du pays en mettant en place une institution chargée de la gestion de son domaine agricole privé8, en particulier la perception des sommes dues par les attributaires en contrepartie de la jouissance des terres et l’application stricte de la loi de 1987 en matière d’obligation pour les attributaires de cultiver personnellement les terres attribuées.

35La confusion règne aussi pour ce qui est des terres de parcours, situées principalement dans les zones steppiques. Propriété de l’État, ces terres sont exploitées par des particuliers, membres des différentes tribus les occupant traditionnellement. L’accroissement des populations humaines et animales a entraîné une concurrence sévère (et parfois sanglante) pour leur utilisation. Elles connaissent dans certains endroits une situation de dégradation avancée du fait de leur surexploitation en tant que terres à la disposition de tous (Bédrani). Depuis plus de quinze ans, les pouvoirs successifs n’ont pas osé trancher définitivement sur la question de leur forme d’appropriation et d’exploitation, bien qu’un projet de loi, plusieurs fois remanié, ait été élaboré par les services du ministère de l’Agriculture.

36La faible productivité des terres s’explique aussi par la grande extension que connaît le statut de l’indivision des terres privées. De nombreuses superficies n’ont pas été partagées depuis plusieurs générations. Le grand nombre d’indivisaires ainsi atteint n’autorise pas l’indivisaire exploitant à investir autant qu’il le voudrait de peur de devoir partager le fruit de son travail avec ses co-indivisaires. Comme dans le cas des biens communs, le niveau d’investissement se situe à celui désiré par l’indivisaire qui veut le moins investir. Aucune loi n’a été proposée jusqu’aujourd’hui pour avantager l’indivisaire exploitant par rapport à ses co-indivisaires pour encourager les investissements.

37En matière de foncier agricole, un progrès a, cependant, été enregistré récemment. Il s’agit de la loi sur les baux ruraux qui vient enfin donner un cadre juridique à une forme moderne de location des terres. Jusqu’à maintenant, en effet, la période de location pratiquée partout est beaucoup trop courte (une campagne agricole, parfois même moins : le temps de faire une récolte de pastèques ou de pommes de terre). Il reste cependant à trouver d’autres formes d’incitation pour que les propriétaires fonciers acceptent d’inscrire leurs locations dans le cadre de cette loi.

Le financement bancaire de l’agriculture

  • 9 Pour les deux campagnes agricoles précédentes, les chiffres sont du même ordre : 45, 44 et 112 doss (...)

38Depuis une dizaine d’année, il n’y a pratiquement plus de crédit bancaire pour les agriculteurs. C’est ainsi qu’en 1999, seulement 112 dossiers de crédit à moyen long terme et 1 168 dossiers de crédit à court terme ont été financés par la Banque pour l’agriculture et le développement rural9, ce qui est insignifiant par rapport au nombre d’exploitations agricoles qui serait compris entre 250 000 et 500 000. Cela s’explique principalement par la réticence des agriculteurs à consentir des garanties réelles à leurs emprunts, mais aussi par le fonctionnement, resté trop administratif, des banques.

  • 10 Le programme de reconversion, initié par le dernier ministre de l’Agriculture, consiste à encourage (...)

39La Caisse nationale de crédit mutuel agricole, qui ne faisait que des opérations d’assurances, a reçu l’autorisation de faire des opérations de banque en 1995, mais n’a toujours pas commencé à accorder des prêts faute de ressources disponibles, n’ayant ni attiré l’épargne des agriculteurs (qui pourtant sont censés la diriger) ni reçu de dotations de l’État. La Société algérienne de leasing mobilier (Salem), créée il y a deux ans par la Caisse nationale de mutualité agricole (CNMA), n’arrive pas, du fait du manque de ressources, à satisfaire sa clientèle potentielle. Sur les 4,5 milliards de dinars demandés par ces derniers au premier semestre 1999, seulement 105 millions de dinars ont pu être fournis (2,3 %) pour financer de petits investissements agricoles et dans les industries agroalimentaires avec un taux d’intérêt de 12 % (supérieur au taux appliqué pour le crédit à moyen et long terme normal). Pour remédier à cet état de fait, le ministère de l’Agriculture envisage de prélever 500 millions de dinars sur le Fonds national pour la régulation et le développement agricole (FNDRA) pour alimenter le Fonds de garantie agricole institué auprès de la CNMA et aider ainsi les agriculteurs pour l’octroi de crédits, particulièrement ceux qui adhéreront au programme de reconversion10 (Ministère de l’Agriculture, 2000).

Le fonctionnement de l’administration agricole

40Dans son fonctionnement actuel, malgré les ressources importantes qu’elle consomme, l’administration de l’agriculture (mais les autres administrations sont souvent dans le même cas !) reste relativement inefficace autant dans son rôle d’agent du développement que dans son rôle de puissance publique. Dans le premier rôle, elle est trop peu présente dans le milieu agricole, se contentant d’entretenir des relations (qui sont, en outre, plus d’autorité que de coopération) avec les appareils des organisations agricoles, lesquelles sont souvent peu représentatives de la grande majorité des agriculteurs.

41Les fonctionnaires de l’agriculture au niveau décentralisé ne sont ni motivés ni correctement formés pour être de véritables agents du développement (mis à part quelques rares exceptions). Souvent peu dotés en moyens (particulièrement en véhicules), l’essentiel de leur travail consiste à fabriquer des statistiques (très approximatives) pour répondre aux sollicitations du niveau central.

42Dans sa fonction consistant à faire respecter les lois et règlements, l’administration agricole n’a guère plus de réussite. La preuve en est des lois et décrets non respectés interdisant le lotissement des terres agricoles, le défrichement des terres de parcours, la location des terres des EAC et EAI par leurs bénéficiaires...

  • 11 Mise à part l’enquête sur les rendements des céréales, il n’existe aucune enquête régulière sur les (...)

43Par ailleurs, comptant pourtant environ 27 000 fonctionnaires, cette administration n’arrive même pas à produire de statistiques fiables sur les 8 millions d’hectares de superficie agricole utile (moins de 300 ha par fonctionnaire !) que compte le pays, se condamnant à gérer le secteur agricole à l’à peu près, sans beaucoup d’évaluation ex ante et pas du tout d’évaluation ex post des projets mis en œuvre, donc forcément avec des gaspillages de ressources rares11. Il existe donc un réel problème de management de l’administration agricole, problème dont les responsables ne semblent avoir qu’une conscience confuse et qu’ils hésitent à aborder parce qu’il demande une remise en cause complète des hiérarchies, des intérêts acquis, des mauvaises habitudes de travail prises par beaucoup...

Tableau 1. Evolution des valeurs ajoutées par secteur (milliards de DA constants 1989)

Tableau 1. Evolution des valeurs ajoutées par secteur (milliards de DA constants 1989)

Source : Calculé d’après les données de l’Office National des Statistiques.

Tableau 2. Population active, emploi et chômage

Tableau 2. Population active, emploi et chômage
  • 1 Estimations de l’auteur pour les années 1990-1992

Note *1

Source : Office National des Statistiques

Tableau 3. Balance commerciale agricole (en millions US $)

Tableau 3. Balance commerciale agricole (en millions US $)

Source : Direction nationale des Douanes

Tableau 4. Population selon les seuils de pauvreté

Tableau 4. Population selon les seuils de pauvreté

Source : Banque mondiale, 1999.

Graphique 1. Valeur ajoutée de l’agriculture. (Milliards DA de 1989)

Graphique 1. Valeur ajoutée de l’agriculture. (Milliards DA de 1989)

Graphique 2. Evolution des valeurs ajoutées par secteur. (Milliards DA de 1989)

Graphique 2. Evolution des valeurs ajoutées par secteur. (Milliards DA de 1989)

Graphique 3. Evolution de l’emploi agricole

Graphique 3. Evolution de l’emploi agricole

Graphique 4. Evolution du commerce extérieur agricole (millions US $)

Graphique 4. Evolution du commerce extérieur agricole (millions US $)

Graphique 5. Production de fruits

Graphique 5. Production de fruits

Graphique 6. Production de viandes rouges

Graphique 6. Production de viandes rouges

Graphique 7. Production de céréales

Graphique 7. Production de céréales

Graphique 8. Production de maraîchage

Graphique 8. Production de maraîchage

Graphique 9. Production de viandes

Graphique 9. Production de viandes

Graphique 10. Production de lait (millions de litres)

Graphique 10. Production de lait (millions de litres)

Graphique 11. Dépenses budgétaires pour l’agriculture

Graphique 11. Dépenses budgétaires pour l’agriculture

Graphique 12. Dépenses de l’État pour l’agriculture (millions DA 1989)

Graphique 12. Dépenses de l’État pour l’agriculture (millions DA 1989)

Bibliographie

Références

Banque mondiale, Croissance, emploi et réduction de la pauvreté, Banque mondiale, Washington, volume II : Annexes, 1999.

Bédrani Slimane, La situation de l’agriculture, de l’alimentation et de l’économie en Algérie, CREAD-INA, Alger, 1999.

Bédrani Slimane, « L’État et la vulgarisation agricole », in Cahiers Options Méditerranéennes, volume 2, n° 4, 1994.

Berki Ferroudja & Chedjari El Meur Bekhta, Évolution des prix des intrants et équipements agricoles, Mémoire de diplôme d’ingénieur, INA, Alger, 1999.

Centre national d’études et d’analyses pour la planification (CNEAP), Étude sur le filet social, Alger, 1999 (avec la collaboration de l’auteur).

Ferrah Ali, Le fonctionnement des filières avicoles algériennes. Cas des industries d’amont, Thèse de magister en sciences agronomiques, INA, Alger, 1997.

Kaci Ahcène, Étude technico-économique de quelques ateliers de production de poulets de chair dans la région du centre, thèse de magister en sciences agronomiques, INA, Alger, 1996.

Ministère de l’Agriculture, Mise en œuvre du Programme du Gouvernement. Programme sectoriel : Agriculture, Ministère de l’Agriculture, Alger, avril 2000.

Notes

1 Sous toute réserve. Les statistiques agricoles sont, comme il a déjà été dit, très approximatives. Dans les années 70 et 80, les importations étant rares par rapport à la demande, les emblavures de ces céréales avaient beaucoup augmenté.

2 Ces chiffres sont les résultats de calculs faits à partir de l’enquête annuelle sur les rendements des céréales faite par la direction des Statistiques du MAP. Il faut noter qu’il s’agit des rendements par rapport aux superficies emblavées (semées) (et non pas récoltées seulement !).

3 Le seuil de pauvreté alimentaire, pour l’Algérie, a été mesuré « sur la base du coût local d’un panier de biens représentant le minimum prédéterminé des besoins en énergie alimentaire pour l’Algérie concordant avec les goûts alimentaires locaux ». Il correspond à 2 100 calories par personne et par jour. Le seuil de pauvreté inférieur « est obtenu en accroissant le seuil de pauvreté alimentaire d’un pourcentage donné par le coefficient budgétaire non alimentaire évalué au seuil de pauvreté alimentaire » (Banque mondiale, 1999). Il existe aussi un « seuil de pauvreté supérieur » qui prend en compte « de façon plus généreuse » les biens non alimentaires dans le calcul du seuil de pauvreté.

4 La création d’un ministère délégué au Développement rural en 1998 n’a rien changé à cet état des choses. Après s’être fait oublier par son inaction, ce ministère a disparu dans le dernier gouvernement.

5 Due généralement à leur mauvaise gestion mais aussi, pour certaines d’entre elles, à leur incapacité à s’adapter à la libéralisation : par exemple, l’augmentation des prix des matières premières et des équipements répercutée sur les prix de vente a rendu les marchandises produites invendables sur un marché au pouvoir d’achat faible.

6 L’IAIG a été instituée en 1995 pour limiter les abus en matière d’indemnités de solidarité qui étaient auparavant versées à tous ceux qui se déclaraient chômeurs (à l’époque, on racontait souvent l’anecdote d’ouvriers travaillant au noir de façon permanente qui demandaient à leur employeur l’autorisation de s’absenter pour aller toucher leurs indemnités de chômeurs). Désormais, n’ont droit à l’IAIG que les personnes fournissant réellement un travail (entretien des immeubles publics, des pistes, surveillance... et de tout « travail » décidé par les autorités locales).

7 Ou, plus souvent, les DEC (délégués exécutifs communaux) nommés par l’administration pour gérer les communes n’ayant plus d’exécutifs, élus, après la dissolution des assemblées populaires communales FIS.

8 Un Office national des terres a été proposé pour cela, mais n’a jamais vu le jour.

9 Pour les deux campagnes agricoles précédentes, les chiffres sont du même ordre : 45, 44 et 112 dossiers d’investissements financés respectivement pour 1995-1996, 1996-1997 et 1997-1998.

10 Le programme de reconversion, initié par le dernier ministre de l’Agriculture, consiste à encourager les agriculteurs à intensifier leurs systèmes de production jusqu’à maintenant dominé par le système céréales-jachère.

11 Mise à part l’enquête sur les rendements des céréales, il n’existe aucune enquête régulière sur les productions, les rendements, l’occupation du sol, le cheptel, l’utilisation des intrants... Le dernier recensement de l’agriculture remonte à 1973 !

Notes de fin

1 Estimations de l’auteur pour les années 1990-1992

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Evolution des valeurs ajoutées par secteur (milliards de DA constants 1989)
Légende Source : Calculé d’après les données de l’Office National des Statistiques.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/408/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Tableau 2. Population active, emploi et chômage
Légende Note *1
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/408/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Tableau 3. Balance commerciale agricole (en millions US $)
Légende Source : Direction nationale des Douanes
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/408/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Tableau 4. Population selon les seuils de pauvreté
Légende Source : Banque mondiale, 1999.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/408/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Graphique 1. Valeur ajoutée de l’agriculture. (Milliards DA de 1989)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/408/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Graphique 2. Evolution des valeurs ajoutées par secteur. (Milliards DA de 1989)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/408/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Graphique 3. Evolution de l’emploi agricole
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/408/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Graphique 4. Evolution du commerce extérieur agricole (millions US $)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/408/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Graphique 5. Production de fruits
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/408/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Graphique 6. Production de viandes rouges
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/408/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Graphique 7. Production de céréales
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/408/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Graphique 8. Production de maraîchage
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/408/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Graphique 9. Production de viandes
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/408/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Graphique 10. Production de lait (millions de litres)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/408/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Graphique 11. Dépenses budgétaires pour l’agriculture
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/408/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Graphique 12. Dépenses de l’État pour l’agriculture (millions DA 1989)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/408/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 106k

Auteur

Économiste, chercheur au CREAD, professeur à l’INA d’Alger.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540