Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Où va l’Algérie ?

 | 
Ahmed Mahiou
, 
Jean-Robert Henry

Deuxième partie. Nouvelles perspectives économiques

8. La politique industrielle : état des lieux et perspectives

Ahmed Bouyacoub

Texte intégral

  • 1 Dans la lettre de démission d’Ahmed Benbitour, publiée dans la presse du 28 août 2000, et c’est une (...)
  • 2 Ordonnance n° 95-25 du 25 septembre 1995 relative à la gestion des capitaux marchands de l’État.

1Depuis quelques temps, l’avenir du secteur public, et principalement celui de l’industrie, est devenu une question de grande actualité, puisqu’un chef de gouvernement vient de démissionner1 à cause d’un profond désaccord sur la manière de gérer les capitaux marchands de l’État. Jusqu’à cette date, le secteur public, organisé en entreprises publiques, était administré par des holdings, chargés de la mise en œuvre de la politique économique du gouvernement, qui agit dans le cadre du CNPE (Conseil national de participation de l’État). Cette institution est chargée de « définir les objectifs de la politique de gestion des participations de l’État, et de fixer, le cas échéant, les conditions de placement des capitaux de l’État, des acquisitions et cessions d’actions, et autres valeurs mobilières »2. Elle existe depuis 1995, et a été créée pour permettre la gestion de la transition à l’économie de marché, et notamment la privatisation des entreprises publiques. Or, depuis janvier 2000, le nouveau gouvernement comprend également un ministre chargé de la participation et de la coordination des réformes, en fait un « ministère des privatisations », comme aime à le préciser le titulaire de ce portefeuille.

  • 3 C’est du moins l’avis général des commentateurs de la presse nationale. A titre d’exemple, El Watan (...)

2A première vue, on serait tenté de croire qu’il s’agit d’un conflit de compétences, comme il en existe partout entre de nouvelles institutions. En réalité, il s’agit de deux projets différents, sinon opposés, dans la manière de gérer le secteur public, et notamment le secteur industriel. Ces conflits devenus publics concernent à la fois les conditions et l’ampleur de la privatisation des entreprises industrielles. Dorénavant, au plan de la doctrine, cette question semble tranchée en faveur de la démarche du « ministre des privatisations »3.

Un secteur industriel important et diversifié

D’abord une importance sociale et une symbolique de l’État4

  • 4 Liabes D. analyse cet aspect en notant que « l’entreprise industrielle n’est pas seulement un espac (...)
  • 5 Bouyacoub A., La gestion de l’entreprise industrielle publique en Algérie, 2 tomes, Alger, OPU, 198 (...)

3Le secteur industriel a pendant longtemps constitué la fierté des pouvoirs publics et de la société. Dans l’imaginaire de la population, l’usine était à la fois le lieu magique d’un revenu sûr et régulier, mais également le lieu d’accès à pratiquement tous les services publics, non ou mal assurés, pour le reste de la société comme le transport, la cantine, les soins, les voyages, les vacances, l’hébergement, les produits de pénurie, et la liste pouvait s’allonger encore en fonction de l’importance de la société nationale et de celle de son patron5. La société nationale est devenue au bout d’une décennie d’industrialisation à la fois le lieu d’intégration et de promotion sociale rapide d’une partie, de plus en plus grande, de travailleurs ruraux ayant fui les dures conditions de la vie rurale.

  • 6 Telle était du moins la conception du premier responsable de l’industrie publique M. Bélaïd Abdesse (...)

4Dans les discours politiques, l’usine devait assurer la révolution industrielle, considérée alors comme le seul moyen d’un véritable développement. Les usines étaient conçues de plus en plus grandes pour devenir de véritables complexes intégrant toutes les phases de la production : de la transformation des matières premières jusqu’aux produits finis. Ceux-ci devenaient de plus en plus nombreux pour chaque entreprise qui a fini très rapidement par être assimilée à une branche d’activité. Toutes les autres branches d’activité économiques, en dehors de l’agriculture, ont été organisées selon le même modèle. Mais l’industrie restait le centre de la planification et de la politique économique. Son statut était véritablement à part, y compris dans l’imaginaire populaire. Au plan de la doctrine, on assimilait l’économie à l’industrie, à laquelle tout devait être subordonné6.

5Nous rappelons ces aspects de manière très rapide pour souligner l’importance sociale et symbolique de ce secteur et, par conséquent, celle des difficultés à concevoir des réformes radicales dès le début de la crise économique, déclenchée par la chute brutale du prix du baril de pétrole en 1986.

Une grande dimension économique

6Il ne s’agit pas de rappeler ici tous les méandres de l’industrialisation qui ont été suffisamment analysés par ailleurs. Le secteur industriel a été considéré, au cours de la première décennie d’investissements 1967-1978, comme le moteur du développement. Les « industries industrialisantes » ont occupé la première place dans la structure des investissements planifiés. Toute l’industrie a absorbé 60 % des investissements réalisés au cours de cette période. Le secteur des hydrocarbures représentait un peu moins de la moitié de cette part du lion, soit 47,6 %. A titre de comparaison, le secteur agricole n’a bénéficié que de 8,8 % des investissements globaux de cette période.

7Au cours de la deuxième décennie 1979-1990, l’industrie a cessé d’occuper la première place puisque les investissements réalisés dans ce secteur n’ont représenté que 24,5 % des investissements globaux dont un peu moins de 40 % pour les hydrocarbures. Ces investissements ont permis au secteur industriel d’avoir la configuration suivante en 1991.

Situation de l’industrie algérienne hors hydrocarbures

Situation de l’industrie algérienne hors hydrocarbures

Source : Collections statistiques, n° 75, « L’activité industrielle 1989-1996 », ONS, 1997. Pour les investissements réalisés, rapport du ministère de l’Industrie et de la Restructuration (MIR), « Industrie algérienne, réalités et perspectives », octobre 1999.

8Par rapport aux investissements planifiés, les investissements réalisés n’ont pas dépassé les 48 % au cours de la période 1967-1978. Les « restes à réaliser » sont devenus de plus en plus importants au cours de la seconde période. La structure des investissements, c’est-à-dire les éléments du patrimoine, du secteur industriel public se présente de la manière suivante à la fin de 1990.

Structure de la valeur globale des investissements bruts (immobilisations brutes inscrites à l’actif du bilan comptable) du secteur industriel public hors hydrocarbures à la fin de 1990, en milliards de dinars

Structure de la valeur globale des investissements bruts (immobilisations brutes inscrites à l’actif du bilan comptable) du secteur industriel public hors hydrocarbures à la fin de 1990, en milliards de dinars

Source : Calculs effectués à partir de l’Annuaire statistique de l’industrie algérienne, Collections Statistiques, n° 55, ONS, 1991.

  • 7 Selon le rapport du ministère de l’Industrie et de la Restructuration intitulé « Industrie algérien (...)
  • 8 En 1990, année exceptionnelle, la valeur de l’ensemble des exportations de biens et services a atte (...)
  • 9 Nous avons opéré tous ces calculs à partir des données contenues dans Annuaire de l’industrie algér (...)

9Les immobilisations représentent l’ensemble des investissements réalisés en plus du patrimoine possédé par les entreprises publiques industrielles, au moment de leur création en tant que telles. Les simples investissements réalisés dans l’industrie (hors hydrocarbures et énergie), dans le cadre de la planification entre 1967 et 1991, se chiffrent à 160 milliards de dinars7 courants, soit l’équivalent de 36,6 milliards de dollars constants de 19908. Or au taux de change moyen du dollar de l’année 1990, l’actif net de l’ensemble de l’industrie hors hydrocarbures et énergie à la fin de l’année 1990, atteignant les 162,5 milliards de dinars, s’élève à l’équivalent de 18,1 milliards de dollars. On aura compris que les entreprises industrielles étaient fortement endettées, ce qui constitue une des principales caractéristiques de leur évolution, et ont subi une forte dévalorisation de leur patrimoine. Par ailleurs, la valeur de cet actif net comprend un volume de créances dont une bonne partie est constituée de créances jamais recouvrées, et une valeur de stocks surestimée car constituée de stocks morts. Ces deux postes représentaient à eux seuls 56 % de l’actif du bilan de l’industrie9.

10Nous insistons sur les éléments constitutifs du patrimoine des entreprises industrielles publiques, au moment du lancement des réformes les concernant en 1990, car ces éléments sont révélateurs de la crise que traverse toujours ce secteur. Quant au secteur privé, il est composé essentiellement de petites et très petites entreprises. Les entreprises employant plus de 20 salariés ne représentent que 3,6 % du total, soit 819 entreprises.

Des atouts devenus des handicaps

  • 10 ISMMEE : sigle désignant les industries sidérurgiques, métalliques, métallurgiques, mécaniques, éle (...)
  • 11 A titre d’exemple en 1996, l’entreprise de sidérurgie de Annaba, Sider, employait 20 050 salariés, (...)
  • 12 Calculs effectués à partir des données de Collections Statistiques, n° 75, op. cit.

11La politique d’intégration verticale menée dans le cadre de l’économie planifiée a donné naissance à de grands ensembles industriels, censés réaliser des économies d’échelle et utiliser des technologies de pointe hautement capitalistiques. En 1991, les 372 entreprises industrielles publiques sur un total de 22 754 entreprises publiques et privées, soit 1,6 % des entreprises industrielles, emploient 80 % de la main-d’œuvre industrielle du pays et produisent 82 % de la valeur ajoutée industrielle. Sur ce total de grandes entreprises, l’industrie lourde (les ISMMEE10) se taille la part du lion avec ses 62 entreprises de 2 110 salariés chacune en moyenne, employant 26 % de la main-d’œuvre industrielle et produisant 36 % de la valeur ajoutée industrielle11. L’autre groupe est constitué de 22 382 entreprises industrielles privées qui emploient 18 % de la main-d’œuvre industrielle, soit un peu plus de 4 salariés en moyenne par entreprise, et produisent également 18 % de la valeur ajoutée industrielle12.

  • 13 Selon l’étude de la Banque mondiale consacrée à l’Algérie en 1993, « L’analyse du secteur industrie (...)
  • 14 Le secteur industriel a fonctionné pendant longtemps avec des taux de perte élevés. En 1986, ces pe (...)

12Ces aspects traduisent l’importance de la concentration industrielle. En 1991, on dénombrait 41 branches industrielles. En fait, 96 % des branches industrielles avaient des coefficients de concentration sur quatre entreprises, variant entre 80 et 100 %13. Cette forte concentration n’a permis ni la restructuration des entreprises tant souhaitée depuis 1990, ni l’émergence de véritables pôles industriels. La grande taille des entreprises et la concentration industrielle n’ont pas produit les économies d’échelle tant attendues, ni, surtout, « le noircissement de la matrice interindustrielle », selon le langage des experts de la décennie 1970. Elles ont surtout produit de grands ensembles déséquilibrés financièrement14, incapables de fonctionner en tant que tels, et surtout difficiles à engager dans un processus de privatisation, comme le souhaitent les pouvoirs publics depuis au moins quatre ans. Le secteur industriel public est ainsi plongé dans un cercle vicieux de crise profonde et coûteuse, accroissant de plus en plus ses difficultés et le rendant de plus en plus fragile.

Une profonde crise qui perdure

Une chute continue de la production et des capacités de production

13Le secteur industriel connaît une chute continue de sa production dans toutes les branches d’activité. A l’exception des secteurs de l’énergie et des hydrocarbures, qui ont connu une hausse régulière, tous les autres secteurs ont subi, à des niveaux différents, des taux de baisse importants. Ainsi, globalement, le niveau de la production industrielle atteint en décembre 1999 ne représente que 74,8 % de celui de 1989. Après plus de dix ans, la production industrielle a baissé de plus de 25 %. Celle des hydrocarbures a connu une croissance de 22 %.

Évolution de l’indice de la production industrielle du secteur public

Évolution de l’indice de la production industrielle du secteur public

Source : Données statistiques, n° 289, ONS

14Cette évolution est très diversifiée selon les domaines d’activités

Indice de la production industrielle au 2e semestre 1999 (base 100 en 1989)

Indice de la production industrielle au 2e semestre 1999 (base 100 en 1989)

Source : Données statistiques, n° 289, ONS, 1999.

  • 15 Collections Statistiques, n° 75, op. cit.

15Ces données montrent qu’il y a trois types de secteurs. Les secteurs qui ont connu une évolution positive comme les hydrocarbures et l’énergie et notamment la production de l’électricité. Le deuxième groupe de secteurs concerne les activités qui ont connu une faible baisse comme les industries agro-alimentaires, les industries de la chimie et la pharmacie, et enfin les industries de matériaux de construction. Le troisième groupe concerne l’industrie lourde qui a connu une chute supérieure à 40 % et, enfin, les industries manufacturières, comme les textiles et les cuirs qui ont connu un véritable effondrement de leur production. Quant au taux d’utilisation des capacités de production, n’ayant jamais été très élevé avant le début de la décennie 90, il n’a pas cessé de baisser après, aggravant encore davantage le déséquilibre financier des entreprises qui supportent des charges fixes de plus en plus élevées. Le taux d’utilisation des capacités de production atteint en 1989 était de l’ordre de 57,4 % et chute à 41,5 % en 1997. Ce taux est naturellement variable selon les secteurs d’activité. Les ISMMEE ont connu un des taux les plus faibles déjà en 1997, soit 34 %, comme les secteurs de la chimie et des textiles ; le secteur agro-alimentaire ayant le taux d’utilisation le plus élevé n’a pas dépassé 65 %15 en 1997. Cette forte contraction de la production a eu des effets importants sur le secteur industriel.

Une forte réduction de la place de l’industrie au sein de l’économie

  • 16 Ministère de l’Industrie et de la Restructuration, « L’industrie algérienne, réalités et perspectiv (...)

16Dans la conception des « industries industrialisantes », l’industrie devait progressivement occuper la principale place dans la structure de la production nationale. Or, après une évolution positive, l’histoire vient de rattraper l’industrie qui, en 1998, occupe une place similaire à celle qu’elle occupait en 1974, soit 10,6 % du produit intérieur brut (PIB). Le dernier rapport du ministère de l’industrie regrette que « la valeur ajoutée du secteur industriel soit insuffisamment représentée dans le PIB national »16.

Évolution du poids des secteurs industriels publics et privés dans le PIB en %

Évolution du poids des secteurs industriels publics et privés dans le PIB en %

Source : Calculs effectués à partir des Comptes économiques publiés par l’ONS

17Le secteur industriel connaît le poids le plus élevé de son histoire en Algérie en 1986, année de la forte chute des prix du pétrole. Depuis cette date, son poids descend en dessous de celui de l’agriculture qui a atteint 13 % en 1998. Ce sont les secteurs des commerces et services qui connaissent une forte évolution pour atteindre ensemble 40,3 % du PIB en 1998.

Un secteur public toujours prédominant

  • 17 En 1968, la part du secteur privé dans la valeur ajoutée atteint 99,7 % dans le secteur agricole, 6 (...)

18Malgré les réformes économiques et institutionnelles menées depuis 1990, ayant entraîné une forte privatisation de la plupart des activités17, le secteur public reste fortement prédominant dans l’industrie.

Évolution de la part du secteur public dans les grands secteurs

Évolution de la part du secteur public dans les grands secteurs

Source : Calculés à partir des Comptes économiques, ONS

19La part du secteur privé commence à se développer dans le domaine des hydrocarbures, mais dans le reste de l’industrie, les réformes économiques ont été paradoxalement accompagnées par une forte réduction du poids du secteur privé qui passe de presque 31 % en 1986 à 16,5 % en 1994 pour remonter à 27 % en 1998. Mais la chute du poids de l’industrie au sein de l’économie concerne également le secteur privé puisqu’il passe de 3,4 % à seulement 2,9 % de la PIB entre 1990 et 1998.

Une absence de rentabilité pour la plupart des entreprises

20Le déséquilibre financier marque profondément le secteur industriel public qui, au plan macro-économique, a presque toujours constitué un lourd fardeau pour le trésor public, comme on le verra plus loin, même si un nombre non négligeable d’entreprises arrive à dégager une certaine rentabilité.

Évolution du niveau des déficits du secteur industriel (HH)

Évolution du niveau des déficits du secteur industriel (HH)

Source : Calculs effectués à partir des données du Rapport du MIR, op.cit.

21Ces données signifient que la destruction financière du secteur industriel est telle qu’elle a entraîné un découvert bancaire de 113 dinars pour la production de 100 dinars de valeur ajoutée en 1996. En 1999, ce découvert, après plusieurs assainissements financiers, est toujours supérieur à 15 %.

22Dans le domaine de la rentabilité, des différences importantes existent entre les différents secteurs d’activité, mais également entre les entreprises publiques et les entreprises privées, comme le montrent bien les données suivantes.

Taux de profit des différents secteurs en %

Taux de profit des différents secteurs en %

Source : Calculs effectués à partir des Comptes économiques, ONS

23Le rapport entre les excédents nets d’exploitation et la valeur ajoutée traduit le niveau de profit brut ou de perte réalisé par les secteurs industriels, encore que ce rapport ne tienne pas compte des charges financières existantes et qui sont souvent très lourdes. Le secteur privé manifeste des taux de profit relativement élevés dans la plupart des branches d’activité. Par contre, l’industrie lourde du secteur public, représentée par 63 grandes entreprises, enregistre des déficits très importants ayant atteint 58 % en 1998, après avoir été supérieurs à la valeur ajoutée elle-même en 1997, et ce, malgré les différentes mesures d’assainissement financier dont a bénéficié ce secteur.

24Trois grands secteurs regroupant les matériaux de construction et particulièrement les cimenteries, la chimie-pharmacie, et les industries agroalimentaires dégagent des résultats positifs non négligeables. D’ailleurs, progressivement ces trois secteurs sont devenus dominants dans l’industrie publique et, jusqu’à présent, ne rencontrent, pour une gamme très large de leurs produits, aucune concurrence étrangère.

25Les déséquilibres financiers sont structurels et les nombreuses mesures d’assainissement n’ont pas réussi à donner aux entreprises industrielles, et notamment celles de l’industrie lourde, un équilibre financier durable, comme on le verra un peu plus loin. Depuis le début de la décennie 1980, plusieurs formules d’assainissement et de redéploiement ont été appliquées aux entreprises publiques d’une manière générale, et à celles de l’industrie en particulier sans réussir à faire imposer l’entreprise publique comme un modèle d’organisation et de performance élevée. Cependant, les plans de réajustement suivis depuis le début de la dernière décennie ont produit des effets importants et très coûteux socialement au sein de l’industrie publique.

Les réajustements et leurs effets coûteux

Les principales étapes de la restructuration des entreprises publiques depuis 1990

26Les réformes économiques ont été engagées en Algérie par la promulgation, dès janvier 1988, d’un ensemble de lois concernant les entreprises publiques et l’organisation de l’économie. Brièvement, ces réformes devaient apporter les modifications suivantes :

  • Donner aux entreprises publiques une parfaite autonomie de gestion (organisation sous forme de sociétés par actions soumises au droit commercial privé comme toutes les autres sociétés), supprimer la tutelle administrative autrefois exercée par les ministères, opérer une séparation entre les droits de propriété et les droits de gestion, et ne plus faire supporter aux entreprises publiques les sujétions de service public sans rémunération.

  • Confier la gestion du portefeuille d’actions concernant ces entreprises à des sociétés fiduciaires appelées fonds de participation chargés d’administrer le capital marchand au nom de l’État.

  • Libérer progressivement tous les prix et supprimer toutes les subventions dont bénéficiaient un grand nombre de produits de première nécessité et des produits considérés comme stratégiques.

  • Appliquer le nouveau code du travail adopté pour libéraliser les contrats de travail et l’exercice du droit syndical.

  • Enfin, la première levée du monopole de l’État sur le commerce extérieur a été adoptée en 1990. Mais, après de nombreuses remises en cause, cette libéralisation ne s’est imposée qu’à partir de 1995, dans le cadre du programme d’ajustement structurel (PAS).

27Entre 1990 et 1994, l’action principale des pouvoirs publics visait le passage à l’autonomie de gestion des entreprises publiques dont un nombre appréciable rencontrait des difficultés organisationnelles et financières. Un groupe de 23 grandes entreprises industrielles de l’industrie lourde (fortement déstructurées) a rencontré d’énormes difficultés de passage à l’autonomie qu’elles n’ont pu réaliser qu’à partir de 1995. La mise en autonomie devait être précédée par un assainissement financier complet de l’entreprise (dotations de fonds propres et rééquilibrage des comptes). Bien entendu, cette opération était à la charge du Trésor public. Ce mouvement de réformes n’a pas été homogène et continu dans le temps entre 1990 et 1994. Quatre gouvernements différents se sont succédé au cours de cette courte période marquée par une forte crise politique et une grande tentation au retour au « tout-État » au plan économique.

28La deuxième grande étape commence à partir de 1995, première année du PAS, qui verra la promulgation de deux ordonnances importantes : l’ordonnance sur la privatisation des entreprises publiques et l’ordonnance sur la gestion des capitaux marchands de l’État. Cette dernière institue les holdings (onze nationaux, ramenés à cinq en mai 2000, et cinq régionaux) qui remplaceront les fonds de participation. Il a été conféré aux holdings, sociétés par actions, les attributs du droit de propriété et des missions en matière de stratégie de développement et de restructuration. Mais, dans ce cadre, les entreprises publiques sont théoriquement totalement régies par le droit commercial privé.

29A partir de 1997, une forme nouvelle de restructuration et de soutien aux entreprises est mise en œuvre dans ce qui a été appelé le dispositif « banques-entreprises » visant à soutenir les entreprises ayant de réelles perspectives de redressement en impliquant de manière active le système bancaire. Ce processus devait aboutir à la filialisation d’un grand nombre d’usines et de complexes pour préparer le partenariat avec les capitaux étrangers et la privatisation partielle et totale. Cette organisation, relativement lourde et faisant intervenir de nombreuses institutions, explique l’échec du processus de privatisation mis en œuvre entre 1997 et 1999. Sa remise en cause vient de précipiter le départ du chef de gouvernement en août 2000.

30Une troisième étape est ouverte. Le ministère de la Participation et de la Coordination des réformes opte pour la suppression des anciennes structures concernées par la gestion des capitaux marchands de l’État et recentralise à son niveau le pouvoir de décision concernant l’avenir des entreprises publiques. Cette démarche a-t-elle plus de chance d’aboutir ?

Un assainissement financier très coûteux des entreprises industrielles

31Depuis le début des réformes, plusieurs actions d’assainissement financier sont intervenues régulièrement pour redonner aux entreprises l’équilibre financier dont elles ont besoin pour fonctionner. Mais ces rééquilibrages ont été annulés par les actions menées sur d’autres plans. En effet, les entreprises sont fortement dépendantes des importations pour leur approvisionnement en intrants comme pour les investissements. Elles n’ont pas cessé de subir les effets de la dérive du dinar. Elles sont également dépendantes d’un système bancaire entièrement étatisé et fortement alimenté par les déséquilibres financiers des entreprises publiques.

Évolution du taux de change officiel (moyenne de l’année) en dinars

Évolution du taux de change officiel (moyenne de l’année) en dinars

Source : Reconstitué à partir des données de la Banque d’Algérie, Rapport de conjoncture, 2e semestre 1999.

  • 18 Ainsi s’exprimait le chef du gouvernement dans le bilan annuel de l’exécution du programme de gouve (...)

32Ces données montrent que la valeur du dollar devenait de plus en plus élevée à l’achat en dinars par les entreprises. Par rapport au dollar, le dinar a perdu 88,60 % de sa valeur nominale entre 1989 et 1999. Par ailleurs, les taux d’intérêt pratiqués, notamment entre 1994 et 1996, étaient prohibitifs pour les entreprises, très vite tombées dans le cercle vicieux des découverts bancaires générant des frais financiers de plus en plus élevés. Mais d’un autre côte, l’assainissement financier dont les entreprises ont bénéficié est devenu rapidement très lourd et, à chaque occasion, le gouvernement « jure » que l’intervention qu’il accepte d’accorder au secteur public est la dernière du genre, comme en décembre 199618.

Bilan de l’assainissement financier des entreprises publiques en milliards de dinars

Bilan de l’assainissement financier des entreprises publiques en milliards de dinars

Source : Rapport du ministère de l’Industrie, « Le processus de restructuration industrielle », octobre 1999.

  • 19 Rapport de conjoncture du CNES, « La conjoncture du premier semestre 1998 », novembre 1998.

33Ces sommes concernant tout le secteur public, dont la plus forte proportion va à l’industrie, sont parfois considérées comme insuffisantes19, mais il y a lieu de les comparer aux dépenses budgétaires totales de l’année 1994 qui ont atteint les 462 milliards de dinars, ou les recettes totales de la fiscalité des hydrocarbures qui n’ont pas dépassé la somme de 258 milliards de dinars au cours de cette même année.

34Pour les entreprises industrielles publiques, les découverts bancaires n’ont pas disparu en 1999, sauf pour trois secteurs qui sont l’agro-alimentaire, la chimie-pharmacie et les matériaux de construction. Le total des découverts consolidés est passé de 18 à 23 milliards de dinars, entre 1998 et 1999, soit respectivement de 12 % à 14 % de la valeur ajoutée. La consolidation ne doit pas tromper sur le niveau très élevé des découverts bancaires enregistrés par certaines entreprises.

Niveau de trésorerie en milliards de dinars

Niveau de trésorerie en milliards de dinars

Source : Rapport de conjoncture du CNES, 2e semestre 1999, mai 2000

35Malgré le processus d’assainissement financier appliqué à toutes les entreprises industrielles, plusieurs branches d’activité restent profondément marquées par un déséquilibre financier structurel. Pourtant, les ajustements subis par les entreprises industrielles, sur d’autres plans, ont été parfois draconiens. En réalité, dans un climat de forte instabilité du taux de change du dinar, du rétrécissement de la demande pour l’industrie lourde notamment, le traitement financier a montré ses limites.

Le réajustement des facteurs de production

36Dans sa quête de restructuration, l’entreprise industrielle a progressivement subi plusieurs actions (dont le processus d’autonomisation, le plan d’assainissement, le plan de redéploiement, la réduction des investissements...) ayant abouti à un véritable ajustement des moyens dont elle dispose.

  • 20 Selon le bilan du CNES, « Préliminaires sur les effets économiques et sociaux du programme d’ajuste (...)

37Le premier réajustement draconien a entraîné, dans l’industrie, la dissolution pure et simple de 60 entreprises publiques (EPE) et de 383 entreprises locales (EPL) entre 1995 et 1998, sur un total de 815 entreprises dissoutes tous secteurs confondus20.

38Le second réajustement difficile que le secteur industriel a dû pratiquer concerne les effectifs. En effet, depuis longtemps, les entreprises industrielles ont justifié leurs déséquilibres financiers par ce qu’elles ont toujours appelé « la pléthore des effectifs » qu’elles ont héritée de la période de l’économie administrée, où l’un des indicateurs de performance concernait les capacités de recrutement. Ce réajustement n’a pu être réellement lancé que dans le cadre du programme d’ajustement structurel à partir de 1995. Auparavant, les entreprises essayaient de trouver des solutions pour ne pas recourir aux licenciements.

  • 21 Selon les « Notes de conjoncture du MIR » des différents semestres entre 1997 et mars 2000.

39Le bilan qu’on peut en faire, à partir des données publiées par le ministère de l’Industrie, permet de signaler la suppression de 87 757 emplois entre 1995 et mars 200021.

Évolution des effectifs de l’industrie publique hors hydrocarbures et énergie

Évolution des effectifs de l’industrie publique hors hydrocarbures et énergie

Source : reconstitué à partir des « Notes de conjoncture semestrielles du ministère de l’Industrie ».

  • 22 Selon l’interview du DG du holding Agroman (agro-alimentaire et manufacture), in Initiatives, hebdo (...)

40Ainsi, le secteur industriel public a perdu exactement 30 % de ses effectifs entre la fin de 1995 et mars 2000. Les pertes sont plus prononcées pour certains secteurs comme les ISMMEE qui ont perdu 40 %, et les textiles 46 % ; pour les matériaux de construction, ces pertes ont été de l’ordre de 22 %. Ces réductions d’effectifs ont été programmées selon des procédures différentes, de mises à la retraite anticipée, de départs volontaires incités, de mises en chômage technique et de licenciements. Mais ces suppressions d’emplois ne concernent pas seulement les personnels dont l’entreprise souhaite se débarrasser. De nombreuses entreprises ont perdu leurs meilleurs techniciens, attirés par les offres du secteur privé, ce qui explique parfois leurs difficultés de production actuelles22.

  • 23 Nous avons effectué des calculs à partir des données du ministère de l’Industrie.

41Le premier impact de ces réductions d’effectifs est la réduction de la part des salaires dans la valeur ajoutée, qui est passée, pour l’ensemble du secteur industriel, en moyenne, de 48,5 % en 1990 à 42,2 en 1999. Cette réduction n’est pas importante par rapport à la réduction des effectifs. Les augmentations de salaires, certes inférieures au taux d’inflation, n’ont pas permis un réajustement draconien de la part des salaires dans la valeur ajoutée. Le deuxième impact direct est l’amorce de croissance de la productivité au sein de l’industrie à partir de 1996. En effet, après une chute importante du niveau de la productivité, de l’ordre de 30 % entre 1990 et 1996, il y a une amorce de croissance de ce niveau, de l’ordre de 14 % entre 1996 et 199923, sans toutefois atteindre encore celui de 1990.

  • 24 Données statistiques, les prix à la production industrielle au 2e trimestre 1999, n° 290, septembre (...)
  • 25 Selon les estimations du CNES, Rapport de conjoncture 1998.
  • 26 CNES, « Préliminaires sur les effets économiques et sociaux du PAS », op. cit., p. 54.

42Enfin, le dernier réajustement du secteur industriel concerne la demande. Le secteur a fonctionné pendant plus de vingt ans sur la logique de l’offre, et souvent d’une offre insuffisante par rapport à la demande exprimée (c’était l’économie de pénurie fondée sur des prix administrés) et s’est retrouvé, après l’avoir longtemps revendiqué, avec des prix libérés ; il en a profité, en augmentant fortement ses prix, au cours des premières années de la réforme, générant ainsi une forte inflation. Les prix du secteur industriel public ont été multipliés par 7,60 entre 1989 et 1999, ceux du secteur industriel privé l’ont été par seulement 3,9624. Ces hausses de prix, malgré les fortes dévaluations du dinar, ont rendu la plupart des produits nationaux non compétitifs par rapport à la concurrence étrangère. Il en a découlé une baisse des ventes estimée à plus de 30 %25 au cours de ces dernières années, et une accumulation des stocks de produits finis et de matières premières représentant 29 % du chiffre d’affaires en 1995, 25 % en 1996 et 22 % en 199826. Ces données confirment que la réduction de la production n’est pas causée par un problème de matières premières dont les stocks, en valeur, représentent presque le double de celui des produits finis.

La restructuration de l’industrie et ses faibles performances à l’exportation

43L’industrie algérienne à sa naissance était fortement dépendante des importations de ses intrants pour son fonctionnement et des équipements pour l’investissement. D’industrie lourde, l’industrie algérienne est devenue une industrie de biens de consommation par la structure de son chiffre d’affaires. Elle a connu une forte restructuration comme le montrent les données suivantes. L’industrie lourde n’est plus dominante par son chiffre d’affaires.

Structure du chiffre d’affaires en %

Structure du chiffre d’affaires en %

Source : pour 1990, Collections statistiques, n° 75, ONS ; pour 1999, « Note de conjoncture pour 1999 », MIR

  • 27 Bouyacoub A., La gestion de l’entreprise industrielle publique en Algérie, op. cit. Nous avons mont (...)

44Elle reste importante dans la structure des importations en intrants industriels puisqu’elle a absorbé 37 % des importations globales, contre 4 % pour les matériaux de construction, et presque 42 % pour l’agroalimentaire. Ces trois secteurs ont consommé à eux seuls 83 % des importations réalisées par l’industrie publique pour son fonctionnement. La couverture de ces importations (par les exportations) reste très faible par les secteurs eux-mêmes, puisqu’elle ne dépasse pas 15,5 % en 1999 (sans tenir compte des importations pour investissement et revente en l’état). C’est une industrie bien intégrée à l’économie mondiale comme simple débouché27, mais peu intégrée comme fournisseur. Cet élément va être décisif pour son avenir.

Les perspectives

45Pour analyser les perspectives qui s’ouvrent à l’industrie algérienne, il est important de mettre en relief très rapidement, les différents axes de politique industrielle et les différentes actions menées dans ce domaine ainsi que les perspectives de développement de ce secteur.

Les grands axes de la politique industrielle

46Dans le climat de profonde crise vécue par le secteur industriel et des réformes menées tambour battant par différents gouvernements, il était difficile de parler de politique industrielle, d’abord parce qu’il y a une forte diversité des structures institutionnelles ayant une responsabilité directe sur le devenir de l’industrie, et des actions contradictoires dont : les entreprises, les groupes industriels, les holdings, le ministère de l’Industrie, les autres ministères, le CNPE, le ministère de la Participation. Ensuite, à ces institutions s’ajoutent différents acteurs économiques et sociaux, dont les partenaires classiques comme les organisations professionnelles, syndicales et patronales et la chambre de commerce et d’industrie et le CNES (Conseil national économique et social). Ces institutions et ces acteurs expriment des positions différentes sur le devenir de l’industrie publique et alimentent des polémiques souvent rapportées dans la presse, donnant l’impression qu’il y a toujours un débat sur la nécessité ou pas d’engager les réformes dans le secteur industriel. Question en fait largement dépassée dans la réalité, comme l’a bien vu, à travers les multiples réajustements effectués. Ce qui entraîne parfois la méfiance des partenaires étrangers, pourtant intéressés, mais ne comprenant pas « qui décide de quoi et qui est réellement le patron de l’entreprise », selon l’expression du PDG à qui des partenaires ont commencé par lui demander s’il était actionnaire de son entreprise.

  • 28 Notamment ministère de l’Industrie et de l’Énergie, « Schéma directeur pour une stratégie industrie (...)

47Par ailleurs, de nombreux travaux ont été réalisés en ce qui concerne le diagnostic et la stratégie industrielle ou la restructuration industrielle28. Mais les actions définies et mises en œuvre n’ont pas bénéficié de continuité institutionnelle dans le climat de crise qu’a connu le pays et l’instabilité gouvernementale qui en a découlé. Néanmoins, depuis cette date, la politique industrielle semble se focaliser sur les conditions de désengagement de l’État du secteur industriel. Ce désengagement prend des formes différentes et revêt plusieurs conceptions. Les principales actions en direction du système industriel concernent principalement :

  • le redéploiement et la restructuration industriels qui ont pris des formes différentes au plan organisationnel (filialisation de 250 entreprises, mise à niveau, dissolutions et fermetures d’un grand nombre d’entreprises) et nécessité des plans d’assainissement financier. Ce bilan ne concerne pas les entreprises locales fortement touchées par la crise ;

  • la contractualisation des relations banques-entreprises ;

  • l’encouragement du partenariat avec les entreprises étrangères (56 grandes opérations réalisées ou en voie de l’être) ;

  • l’encouragement de l’investissement direct étranger (intérêt manifesté pour les hydrocarbures principalement jusqu’à présent) ;

  • le plan de privatisation partielle et totale des entreprises publiques (très faible réalisation) ;

  • la mise en place d’un système d’encouragement de l’investissement national et une politique plus orientée vers la PME-PMI.

  • 29 Eriad (agro-alimentaire), Saidal (production et médicaments) ont mis en vente et réussi à céder au (...)
  • 30 Selon le directeur général du holding Agroman, op. cit.

48L’une des institutions mises en place depuis moins de deux années et qui commence à fonctionner, c’est la Bourse d’Alger. Bien entendu, peu de sociétés y sont cotées. Mais l’expérience menée par quatre sociétés dont trois industrielles29 est considérée comme très prometteuse et des démarches sont entreprises pour renouveler l’expérience30, car les entreprises rentables existent et sont relativement nombreuses, notamment dans les domaines de l’agro-alimentaire, de la chimie-pharmacie et des matériaux de construction.

  • 31 Interview publiée dans l’Economiste d’Algérie, hebdomadaire économique, 6 août 2000.

49Ce qui reste à faire de manière systématique, c’est une politique de mise à niveau qui ne concerne pas seulement le secteur public, et qui ne se conçoit pas uniquement sur le plan financier comme le mentionne assez bien le directeur général de la restructuration industrielle31, d’autant plus que l’adhésion de l’Algérie à l’OMC et à la zone de libre échange euro-méditerranéenne semble être une option irréversible.

Les vastes possibilités de développement industriel

50Les différents décideurs en matière industrielle ne désespèrent pas de voir la relance économique s’effectuer, pour peu que la cohérence entre les différentes institutions soit assurée et l’environnement économique et administratif assaini. Ce n’est pas la tâche la plus facile. Mais l’examen des portefeuilles d’investissement permet de croire que d’énormes possibilités existent et peuvent servir de pilier à la relance économique.

  • 32 C’est l’Agence pour la promotion et le soutien à l’investissement. Cette agence va être remplacée p (...)

51En partenariat, le nombre de dossiers agréés auprès de l’APSI32 entre 1993 et le 30 septembre 1999, s’élève à 148 projets industriels pour un montant d’investissement de 42,727 milliards de dinars et la création de presque 19 000 emplois. En réalité, une bonne partie de ces projets ont été formulés au cours de l’année 1999. Ces procédures n’incluent pas le partenariat dans le secteur des hydrocarbures où il a fait des progrès importants au cours des deux dernières années.

52Quant aux projets d’investissement agréés, ils sont réellement une source d’espoir par leur nombre, leur diversité et leur ampleur. Dans l’industrie seulement, entre 1993 et le 30 septembre 1999, il y a eu 10 157 projets agréés d’un montant total de 1 041 milliards de dinars pour la création de 435 000 emplois. Mais au cours des neuf premiers mois de l’année 1999, le nombre de projets industriels totalise 3 133 pour un montant d’investissement de plus de 264 milliards de dinars générant 106 000 emplois. L’Agence affirme que le nombre de projets réellement concrétisés est en voie d’accès au financement bancaire. Si la privatisation des entreprises est bien menée, les ressources récupérées pourraient éventuellement servir au financement des nouveaux investissements, d’autant plus que l’année 2000 semble se terminer sous des auspices encourageants au plan des finances extérieures avec les quelque 20 milliards de dollars de recettes d’hydrocarbures attendus, soit le double d’une année moyenne.

Conclusion

  • 33 Selon Mahrez H., « L’État devrait quitter, dans le domaine économique, son rôle de “démiurge” omnis (...)
  • 34 Selon la « Note de conjoncture de la Banque d’Algérie pour 1999 », en 1999, la part des crédits all (...)

53Si l’industrie publique a fortement subi les contraintes liées à sa naissance et son développement, elle a également été, pendant longtemps, victime de « l’idéologie » entretenue par ses défenseurs voulant toujours faire de l’industrie lourde classique le fer de lance de l’économie algérienne, oubliant que l’économie n’est pas seulement l’industrie et encore moins sous forme publique, loin s’en faut, à l’aube du troisième millénaire. Elle a joué un rôle fondamental dans la structuration de l’économie et la société, en participant à la formation d’un grand nombre de compétences humaines et surtout au développement de la culture industrielle. Ce sont des atouts non négligeables pour un pays en développement. L’existence d’un grand portefeuille de projets d’investissement, d’un marché potentiel important, en plus des avantages compétitifs certains (faibles coûts de l’énergie, faibles salaires, disponibilité de compétences techniques, situation géographique...) permettent de penser à la possibilité d’une véritable relance de l’investissement industriel si l’État arrive à jouer correctement son rôle de régulation33 en réduisant les coûts d’opportunité pour les nouveaux investissements et en permettant la transformation profonde du système bancaire34 afin de servir l’économie sans l’asservir.

Notes

1 Dans la lettre de démission d’Ahmed Benbitour, publiée dans la presse du 28 août 2000, et c’est une première en Algérie, il est fait mention d’un projet d’ordonnance ayant pour objet l’abrogation de l’ordonnance organisant la gestion des capitaux marchands de l’État promulguée le 25 septembre 1995. Le secteur public est administré dans le cadre de cette ordonnance par le biais de cinq grands holdings, société de portefeuilles, dont la politique générale est décidée par le Conseil national de participation de l’État, organe regroupant 17 ministres et présidé par le chef de gouvernement. L’ancien chef de gouvernement précise dans sa lettre de démission qu’il refuse « cette manière de gouverner par ordonnance... qui s’apparente à la mise en place d’un gouvernement parallèle ».

2 Ordonnance n° 95-25 du 25 septembre 1995 relative à la gestion des capitaux marchands de l’État.

3 C’est du moins l’avis général des commentateurs de la presse nationale. A titre d’exemple, El Watan titre : « Bouteflika opte pour l’ultra-libéralisme », ou encore « Deux conceptions opposées », édition du 28 août 2000.

4 Liabes D. analyse cet aspect en notant que « l’entreprise industrielle n’est pas seulement un espace ou agent économique. Espace "effet de démonstration" du politique, espace également de socialisation, l’entreprise est investie de fonctions multiples ». Pour cet auteur, « l’usine a fonctionné comme l’idéologie de la domination », in « Qu’est-ce qu’entreprendre : éléments pour une sociologie des espaces productifs », Les Cahiers du CREAD, n° 11, 1987, Alger.

5 Bouyacoub A., La gestion de l’entreprise industrielle publique en Algérie, 2 tomes, Alger, OPU, 1987.

6 Telle était du moins la conception du premier responsable de l’industrie publique M. Bélaïd Abdesselam largement développée dans Le Hasard et l’Histoire, entretiens avec Bélaïd Abdesselam, réalisés par Bennoune M. et El Kenz A., 2 tomes, 878 p., ENAG éditions, 1990.

7 Selon le rapport du ministère de l’Industrie et de la Restructuration intitulé « Industrie algérienne, réalités et perspectives », octobre 1999.

8 En 1990, année exceptionnelle, la valeur de l’ensemble des exportations de biens et services a atteint 13,9 milliards de dollars, ce qui donne une idée de l’importance des investissements réalisés au cours de la période étudiée.

9 Nous avons opéré tous ces calculs à partir des données contenues dans Annuaire de l’industrie algérienne, ONS, 1991.

10 ISMMEE : sigle désignant les industries sidérurgiques, métalliques, métallurgiques, mécaniques, électriques et électroniques.

11 A titre d’exemple en 1996, l’entreprise de sidérurgie de Annaba, Sider, employait 20 050 salariés, et l’entreprise de véhicules industriels, SNVI, de Rouiba employait 13 746 salariés

12 Calculs effectués à partir des données de Collections Statistiques, n° 75, op. cit.

13 Selon l’étude de la Banque mondiale consacrée à l’Algérie en 1993, « L’analyse du secteur industriel », septembre 1993. Cette étude signale que le Maroc avait 42 % des branches ayant ce coefficient et l’Inde 61 %.

14 Le secteur industriel a fonctionné pendant longtemps avec des taux de perte élevés. En 1986, ces pertes s’élevaient à 5,6 % du chiffre d’affaires pour toute l’industrie lourde, 15 % en 1989 et 6 % en 1992. Cf. Bouyacoub A., « Le comportement des entreprises publiques en période de transition », Revue algérienne d’économie et de gestion, Université d’Oran, n° 1, mai 1997.

15 Collections Statistiques, n° 75, op. cit.

16 Ministère de l’Industrie et de la Restructuration, « L’industrie algérienne, réalités et perspectives », op. cit.

17 En 1968, la part du secteur privé dans la valeur ajoutée atteint 99,7 % dans le secteur agricole, 64 % dans les BTP, 67 % dans les transports et communications, 97 % dans les commerces, et 88 % dans les services. Calculs effectués à partir de données statistiques « Les comptes économiques », n° 293, ONS, décembre 1999.

18 Ainsi s’exprimait le chef du gouvernement dans le bilan annuel de l’exécution du programme de gouvernement : « Cette intervention exceptionnelle en faveur des entreprises est la dernière possible non seulement du fait des lourdes contraintes pesant sur le Trésor public, mais aussi du fait que les banques se sont lourdement engagées, depuis la fin des années soixante-dix », Document des services du Chef de gouvernement, décembre 1996, p. 58.

19 Rapport de conjoncture du CNES, « La conjoncture du premier semestre 1998 », novembre 1998.

20 Selon le bilan du CNES, « Préliminaires sur les effets économiques et sociaux du programme d’ajustement structurel », novembre 1998, p. 54.

21 Selon les « Notes de conjoncture du MIR » des différents semestres entre 1997 et mars 2000.

22 Selon l’interview du DG du holding Agroman (agro-alimentaire et manufacture), in Initiatives, hebdomadaire de l’économie, n° 9, du 20 août 2000.

23 Nous avons effectué des calculs à partir des données du ministère de l’Industrie.

24 Données statistiques, les prix à la production industrielle au 2e trimestre 1999, n° 290, septembre 1999.

25 Selon les estimations du CNES, Rapport de conjoncture 1998.

26 CNES, « Préliminaires sur les effets économiques et sociaux du PAS », op. cit., p. 54.

27 Bouyacoub A., La gestion de l’entreprise industrielle publique en Algérie, op. cit. Nous avons montré comment les investissements massifs réalisés entre 1967 et 1984 ont fait des entreprises publiques un simple lieu de consommation de marchandises produites dans les économies développées.

28 Notamment ministère de l’Industrie et de l’Énergie, « Schéma directeur pour une stratégie industrielle globale et intégrée », 220 p., octobre 1995 ; Ministère de la Restructuration industrielle et de la Participation, « Plan d’action de la politique de restructuration industrielle », juin 1995, 87 p., rapport approuvé en conseil des ministres le 29 janvier 1995 ; colloque sur la restructuration industrielle, organisé par le ministère de l’Industrie et de la Restructuration, le 2-3 mars 1999, « Documents sur industrie et perspectives », octobre 1999.

29 Eriad (agro-alimentaire), Saidal (production et médicaments) ont mis en vente et réussi à céder au public l’équivalent de 20 % d’augmentation du capital de ces sociétés, en un temps record. La Sonatrach a mis sur le marché un emprunt obligataire (12 milliards de dinars) qui a remporté un franc succès et même dépassé largement les prévisions. L’hôtel Aurassi a également cédé au public 20 % de ses actions provenant d’une augmentation de capital. Le PDG de la Bourse d’Alger affirmait récemment à l’occasion du premier anniversaire de l’entrée en fonctionnement de la Bourse que « la privatisation par le biais de la bourse est tout aussi indiquée », en regrettant que ce qui s’est fait jusqu’à maintenant à la bourse « est quand même insuffisant pour faire une bourse crédible, efficace et prometteuse », APS du 3 septembre 2000.

30 Selon le directeur général du holding Agroman, op. cit.

31 Interview publiée dans l’Economiste d’Algérie, hebdomadaire économique, 6 août 2000.

32 C’est l’Agence pour la promotion et le soutien à l’investissement. Cette agence va être remplacée par une Agence de l’investissement et du développement, en offrant aux investisseurs un « guichet unique » fournissant tous les services nécessaires au lancement des projets.

33 Selon Mahrez H., « L’État devrait quitter, dans le domaine économique, son rôle de “démiurge” omniscient, pourvoyant et régissant tout sans discernement », article publié dans El Watan, des 15, 16 et 17 août 2000, sur l’industrie algérienne, entre la privatisation et la restructuration.

34 Selon la « Note de conjoncture de la Banque d’Algérie pour 1999 », en 1999, la part des crédits alloués au secteur privé ne représente que 19 % de l’ensemble des crédits accordés à l’économie. Cette part était de 32 % en 1994. Le secteur bancaire semble tourner le dos aux activités privées largement dominantes de l’économie.

Table des illustrations

Titre Situation de l’industrie algérienne hors hydrocarbures
Légende Source : Collections statistiques, n° 75, « L’activité industrielle 1989-1996 », ONS, 1997. Pour les investissements réalisés, rapport du ministère de l’Industrie et de la Restructuration (MIR), « Industrie algérienne, réalités et perspectives », octobre 1999.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/406/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Structure de la valeur globale des investissements bruts (immobilisations brutes inscrites à l’actif du bilan comptable) du secteur industriel public hors hydrocarbures à la fin de 1990, en milliards de dinars
Légende Source : Calculs effectués à partir de l’Annuaire statistique de l’industrie algérienne, Collections Statistiques, n° 55, ONS, 1991.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/406/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Évolution de l’indice de la production industrielle du secteur public
Légende Source : Données statistiques, n° 289, ONS
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/406/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Indice de la production industrielle au 2e semestre 1999 (base 100 en 1989)
Légende Source : Données statistiques, n° 289, ONS, 1999.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/406/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Évolution du poids des secteurs industriels publics et privés dans le PIB en %
Légende Source : Calculs effectués à partir des Comptes économiques publiés par l’ONS
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/406/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Évolution de la part du secteur public dans les grands secteurs
Légende Source : Calculés à partir des Comptes économiques, ONS
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/406/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Évolution du niveau des déficits du secteur industriel (HH)
Légende Source : Calculs effectués à partir des données du Rapport du MIR, op.cit.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/406/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Taux de profit des différents secteurs en %
Légende Source : Calculs effectués à partir des Comptes économiques, ONS
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/406/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Évolution du taux de change officiel (moyenne de l’année) en dinars
Légende Source : Reconstitué à partir des données de la Banque d’Algérie, Rapport de conjoncture, 2e semestre 1999.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/406/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Bilan de l’assainissement financier des entreprises publiques en milliards de dinars
Légende Source : Rapport du ministère de l’Industrie, « Le processus de restructuration industrielle », octobre 1999.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/406/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Niveau de trésorerie en milliards de dinars
Légende Source : Rapport de conjoncture du CNES, 2e semestre 1999, mai 2000
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/406/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Évolution des effectifs de l’industrie publique hors hydrocarbures et énergie
Légende Source : reconstitué à partir des « Notes de conjoncture semestrielles du ministère de l’Industrie ».
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/406/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Structure du chiffre d’affaires en %
Légende Source : pour 1990, Collections statistiques, n° 75, ONS ; pour 1999, « Note de conjoncture pour 1999 », MIR
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/406/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 148k

Auteur

Professeur de sciences économiques à l’Université d’Oran, chercheur au CREAD.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540