Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Où va l’Algérie ?

 | 
Ahmed Mahiou
, 
Jean-Robert Henry

Deuxième partie. Nouvelles perspectives économiques

6. L’économie algérienne au milieu du gué : le régime rentier à l’épreuve de la transition institutionnelle

Larbi Talha

Texte intégral

1L’économie algérienne est, pratiquement, sous ajustement structurel depuis le milieu des années 80. Le programme de mesures spécifiques qui a été mis en œuvre de 1994 à 1998, à la suite des accords signés avec la FMI, n’a fait qu’accélérer le processus de réformes déjà commencé, tout en lui faisant franchir le seuil de l’irréversibilité. Ces réformes ont fait l’objet de nombreux travaux, analyses, bilans et autres états des lieux. L’une des principales questions qui y sont abordées est celle de savoir si les réformes en question conduisent à une sortie de crise.

2Nous nous poserons la même question, mais en l’associant à une hypothèse qui en éclaire le contenu et le sens. Pour nous, une sortie de crise, dans le cas d’un régime rentier, est conditionnée, non pas par un passage hypothétique à l’économie de marché – hypothèse sans consistance ni fondements théoriques – encore moins par un quelconque retour à la croissance illusoire d’hier, mais par une sortie du régime rentier lui-même ; ou, ce qui revient au même, par l’émergence d’un nouveau régime d’accumulation reposant sur un équilibre original, inédit, entre l’État et le marché. Notre hypothèse directrice est donc : la sortie de crise du régime rentier signifie une sortie du régime rentier lui-même, et celle-ci équivaut à l’avènement d’un nouveau régime de croissance. Ces considérations préliminaires appellent des éclaircissements concernant l’interprétation de la crise du régime rentier en Algérie

Sortie de crise, mais quelle crise ?

3Bornons-nous dans le cadre de cet article à énoncer deux hypothèses explicatives, sans autre démonstration.

  1. La crise du régime rentier pétrolier en Algérie, ouverte et évidente depuis 1985-1986, mais latente depuis la fin des années 70, a pour origine la crise du régime rentier agricole qui l’a précédée. Le type d’accumulation fondée, sur l’agriculture, tel que développé sous la colonisation, était certes arrivé à épuisement bien avant l’indépendance. Les analyses fournies à travers notamment les rapports officiels de l’époque (Maspetiol, Les Perspectives décennales), étaient d’ailleurs arrivées à cette même conclusion. Mais l’explication qui en était donnée était fondamentalement erronée. En un mot, on soutenait que les conditions physiques freinaient la croissance de la production agricole, qui ne pouvait plus dès lors se développer suffisamment pour nourrir et fournir du travail à une population en croissance exponentielle. Seul un développement basé désormais sur l’industrie permettrait de faire face à ce double défi de la consommation et de l’emploi. La plupart des chercheurs algériens et, plus encore, les dirigeants qui ont pris les rênes de l’État indépendant ont avalisé cette vision coloniale, vision qui, reprenant par ailleurs l’héritage du plan de Constantine, s’est traduite concrètement par une politique qui considérait l’activité agricole (compliquée par l’autogestion) comme une simple solution d’attente, avant le grand, le vrai démarrage du développement économique, celui qui ne pouvait se faire que sur la base de la valorisation des ressources pétrolières.

  2. Aujourd’hui, à la lumière des progrès de l’analyse économique, il est possible d’identifier exactement où se situe l’erreur commise, avant comme après l’indépendance, dans l’appréciation de la crise de l’agriculture coloniale. L’approche en termes de régulation, à laquelle on se réfère ici, enseigne qu’il y a trois types de crise à distinguer : la crise du mode de régulation, la crise du régime d’accumulation, et enfin celle du mode de développement dans son entièreté si la crise affecte en même temps le mode de régulation et le régime d’accumulation. En fonction de cette grille d’interprétation et à la relecture des données de l’époque – sur lesquelles on ne s’étendra pas ici -, on peut soutenir que la crise de l’agriculture coloniale n’était pas une crise du régime d’accumulation lui-même, mais était due à une crise du type de régulation qui était en vigueur sous la colonisation.

  3. Ce type de régulation était fondé sur une articulation spécifique entre un mode subordonné d’intégration au marché de la métropole, une forme monopoliste d’intervention de l’État pervertie par le système colonial au profit d’une minorité possédante, et un rapport salarial doublement réprimé. La crise structurelle qui va affecter celui-ci (crise perçue souvent sous le seul angle de la crise de l’agriculture traditionnelle), à laquelle viendra s’ajouter la déstabilisation de l’insertion extérieure, remet en question toute l’architecture du modèle rentier colonial et, par voie de conséquence, bloque l’accumulation. Dans ces conditions, la relance de la croissance sur la base de l’agriculture moderne était possible, si l’Algérie indépendante, débarrassée de la régulation coloniale obsolète, s’était attelée à reconstruire un mode de régulation mieux approprié, notamment à travers la réorganisation du rapport salarial dans le sens de son épanouissement interne systématique, compte tenu du fait que le mode colonial d’insertion internationale était d’une manière ou d’une autre condamné. L’accumulation aurait alors reposé sur deux sources rentières au lieu d’une seule, puisque l’approvisionnement en moyens de production aurait été financé par le secteur pétrolier et l’approvisionnement en moyens de consommation assuré par le secteur agricole. Cela n’a pas été le cas.

  4. On ne refait évidemment pas l’histoire, mais cette brève rétrospective permet de comprendre pourquoi l’économie algérienne, réduite au régime mono-rentier qui s’est mis en place au début des années70, avant de prendre son essor avec le premier choc pétrolier de 1973-1974, était potentiellement frappée d’une instabilité endogène. Car, en plus de la volatilité bien connue des cours du baril, source d’instabilité exogène, le rapport salarial s’est trouvé lui aussi étroitement soumis au marché international et à ses aléas, et ce, des deux côtés à la fois, du côté des biens de capital comme du côté des biens salaires. Cette dépendance est d’autant plus forte que la rente a pour principal effet de relâcher les contraintes de la productivité du travail en même temps que les contraintes de la rémunération salariale.

  5. A cela s’est ajoutée une particularité du mode de régulation qui a encore aggravé l’instabilité du régime rentier pétrolier. L’État s’est illusionné et, du même coup, a illusionné tout un chacun, sur sa capacité à maîtriser, dominer et gouverner (ce qui a été désigné par le terme de « volontarisme ») toutes les autres formes institutionnelles, insertion internationale, rapport salarial, formes de concurrence, et surtout la monnaie, dont il croyait pouvoir manipuler à sa guise le processus de création. La hiérarchie qui s’est ainsi instaurée entre ces formes institutionnelles, sous la prédominance de l’État, s’est dès lors avérée incohérente, et le mode de régulation qui en était issu, se trouvait dénué de toute viabilité, et donc foncièrement inapte à assurer l’émergence et le soutien d’un régime d’accumulation stable et durable.

4Voilà qui explique la crise du régime rentier pétrolier : ce fut d’abord une crise du mode de régulation qui, à la faveur du contre-choc pétrolier intervenu en 1985-1986, a gagné le régime d’accumulation, pour se transformer en fin de parcours en une grande crise emportant le mode de développement dans son ensemble. Or cette crise du mode de développement est dans le même temps à l’origine d’une dynamique de changement qui peut être qualifiée de transition institutionnelle, dans la mesure où elle affecte les formes institutionnelles clés pouvant favoriser l’avènement d’un régime autre que rentier : insertion extérieure, fonction de l’État, rapport salarial notamment.

5La question qui va constituer le fil directuer de cette étude devient alors simple : quelle est la nature des changements institutionnels en cours depuis la moitié des années 80 ? Le processus a-t-il atteint le seuil critique tel qu’on puisse conclure à une possible sortie du régime rentier ?

6On sait depuis le travail fondateur de R. Haussmann sur le régime rentier du Venezuela (1981) que le mode de régulation de celui-ci repose sur la concordance dynamique entre la circulation interne de la rente sous la forme de flux de dépenses publiques, et sa circulation externe sous la forme de flux d’importation. Or la dépense publique est alimentée pour l’essentiel par la fiscalité pétrolière tirée des recettes d’exportation. De l’autre côté, les importations sont déterminées par la demande effective qui dépend de la formation des revenus alimentée par la dépense publique. C’est là le circuit interne et externe de la rente.

7Pour essayer de répondre à la question posée plus haut, on suivra les différentes étapes de ce circuit, mais en commençant par sa phase finale, les importations. On étudiera, d’abord, le changement de la structure des importations, M (en valeur) en la mettant en parallèle avec l’évolution des recettes d’exportation (RP), des recettes fiscales pétrolières (FP) et des dépenses publiques (DP). On abordera, ensuite, la question de l’appropriation de la rente par l’État sous forme de recettes fiscales et ses modalités d’utilisation au travers des dépenses publiques. On poursuivra cet examen par une analyse des effets induits par ces dépenses publiques sur la composition de la demande effective et, par ce biais, sur la dynamique des importations (M). On s’interrogera, enfin, sur le type de changements qui ont affecté le régime d’accumulation dans son ensemble, et son pendant particulier, le rapport salarial.

Les modalités de la réalisation externe de la rente : la transformation de la structure des importations

La part relative de l’importation des moyens de production ne cesse de diminuer

8De prime abord, l’évolution de la structure des importations, durant la periode allant de 1984 à 1999, révèle une tendance lourde : la croissance continue de la part des biens de consommation (alimentation et biens manufacturés), et parallèlement la décroissance de la part des biens de production (intermédiaires et d’equipement). Les calculs indiquent l’ampleur de ce changement : la première catégorie a en effet vu sa part augmenter de 20 points en une quinzaine d’années, passant de 21,5 % en 1984 à 41,6 % en 1999, tandis que la seconde, mécaniquement, en a perdu autant, avec cependant cette particularité que le recul semble globalement avoir affecté davantage les matières premieres et semi-finis (-18 points) que les biens d’équipement (-1 point seulement constaté en fin de période). Cependant cette tendance longue laisse entrevoir trois sous-périodes.

  1. La période 1984-1989 est marquée par la montée en puissance des importations de biens de consommation dont la part grimpe rapidement de 21,5 % à un premier pic de 42,2 % du total. Corrélativement, la part des biens de production dégringole, chaque sous-catégorie, intermédiaire et équipement, perdant chacune 10 points, ce qui les ramène respectivement de 42,2 % du total à 32,4 %, et de 34,5 % à 25,4 %.

  2. Avec l’ajustement qui intervient en 1990, la part des biens de consommation revient vers le bas, diminuant de 42,2 % à 33,5 % du total (- 10 points). Ce retournement bénéficie principalement aux biens d’équipement, qui vont ainsi retrouver la part occupée en début de période (34,5 %), et de l’augmenter encore de 4 points (39,7 %), gagnant au total plus de 14 points. Le réajustement en faveur de la formation de capital est cependant purement conjoncturel, puisque, dès l’exercice suivant, l’importation de biens de consommation reprend son ascension, passant même à une vitesse supérieure, puisque dès 1992, leur part se rapproche des 39 % du total et, deux ans plus tard, en 1994, elle retrouve pratiquement le niveau élevé qu’elle avait atteint cinq ans auparavant en 1989, soit 42 % du total. Cette remontée rapide s’effectue naturellement au détriment des biens d’investissement, dont la part dans le total des biens importés va se rétrécir à proportion. Mais, phénomène remarquable, ce rétrécissement ne touche que les moyens d’équipement, qui, de ce fait, en quatre années, de 1991 à 1994, vont presque perdre – comme s’il y avait un retour de balancier -exactement la part relative qu’ils avaient gagnée en une année, en 1990 : leur proportion dans le total était passée cette année-là, par rapport à l’année précédente, de 25,4 % à 39,7 % ; elle redescend de 39,7 % à 27,7 %.

  3. A partir de 1994, l’ouverture commerciale aidant, la tendance est alors à une consolidation de la place occupée par les importations de biens de consommation, dont la stabilisation autour de 40-42 % semble partie pour durer... Simultanément, les biens d’équipement ne sont parvenus, dans ces conditions, à élargir quelque peu leur importance relative qu’au détriment des achats de matières premières et de pièces de rechange : la part des premiers progresse en effet de 27,7 % en 1994 à 33,4 % en 1999, alors que celle occupée par les seconds régresse, pendant la même période, de 30,4 % à 24,0 %. Si cette tendance se confirmait dans les années qui viennent, les rééquilibrages ne pourraient plus s’opérer qu’à l’intérieur de la même catégorie d’importation, en l’occurence les biens d’investissement, alternativement en faveur de l’une ou l’autre sous-catégorie. Ce qui n’est pas fait pour favoriser les conditions de fluidité d’approvisionnement requises pour une accumulation stable et durable.

9Observons à présent le comportement de l’importation globale d’une année sur l’autre.

  1. On constate que les fluctuations ont connu trois pics, en 1989, 1991 et 1994-1995, la hausse d’une année à l’autre étant chaque fois de plus 60 % ; et plusieurs creux : en 1986 (-12 %), 1987 (-21 %), 1993 (8,7 %), et durant les trois années 1996, 1997 et 1998, soit respectivement -2,9 %, 0,6 %, 9,2 %.

  2. Mettons en parallèle ces fluctuations avec l’évolution de la structure par type de produits qu’on vient d’examiner. On observe que les poussées enregistrées en 1989, 1991 et 1994-1995 ont coïncidé chaque fois avec une expansion du pourcentage des biens de consommation dans l’importation totale, et, corrélativement, une contraction de la proportion représentant les biens d’équipement. De l’autre côté, les chutes de l’importation globale enregistrées en 1986-1987 et en 1996-1997-1998, correspondent exactement au rétrécissement, pour la première période, de la part occupée par les biens d’équipement dans ces importations, et pour la seconde période, de celle des biens intermédiaires. Au total, on constate, au cours de la période étudiée qui va de 1985 à 1999, que, d’un côté, l’augmentation des achats à l’étranger est étroitement associée à l’accroissement de la part relative qu’y occupent les biens de consommation finale, de l’autre côté, la diminution de ces achats est étroitement associée à la diminution de la part relative qu’y occupent les biens de production.

  3. Tout se passe comme si l’amélioration de la capacité d’importation, qui fait suite à un relèvement des recettes pétrolières, avantage en priorité l’approvisionnement en biens salaires, et, a l’opposé, sa détérioration pénalise d’abord l’approvisionnement en biens de capital. L’ajustement par le bas de la balance commerciale affecte en premier lieu les moyens de production, et l’ajustement par le haut s’avère bénéfique principalement aux moyens de consommation. Tout se passe finalement comme si la contrainte d’importation qui est une caractéristique particulière des biens d’investissement, en raison notamment de leur indivisibilité, s’était déplacée vers les produits de consommation ; ou, pour le dire autrement, comme si la forte élasticité qui caractérise normalement l’offre d’importation destinée aux ménages était devenue plutôt l’apanage de l’offre destinée aux entreprises.

10Cette hypothèse d’une rigidification possible de l’approvisionnement extérieur en biens de consommation se vérifie d’une certaine manière lorsqu’on compare l’offre d’importation avec la consommation interne. Les calculs ci-dessous montrent que l’importation tient en effet une part de plus en plus grande dans la consommation des ménages et que, de surcroît, sur une période de dix ans, de 1987 à 1997, cette croissance tendancielle ne s’est pas démentie. La stabilisation autour d’une moyenne de 15 % intervenue depuis 1992 semble d’ailleurs bien concorder avec la tendance observée au niveau de la structure des importations :

M en % de la consommation des ménages

M en % de la consommation des ménages

11Phénomène remarquable, durant la même période, la part des importations totales de biens dans le PIB nominal s’est accru dans des proportions équivalentes : + 7 points entre 1987 et 1997, comme le montrent les calculs que voici, en % :

12Du point de vue du processus d’accumulation, ce recours croissant à l’extérieur pour satisfaire la demande des ménages laisse supposer que, au moins pendant la décennie considérée, il n’y a pas eu d’amorce de substitution aux importations, même dans les années où la capacité d’importation était au plus bas, entre 1986 et 1990. Dans ces conditions, l’ouverture commerciale, qui est destinée à s’élargir avec la mise en place de la ZLE, ne pourrait en ce domaine corriger la situation, bien au contraire.

Un phénomène de désajustement croissant coïncide paradoxalement avec l’ouverture extérieure.

13Mettons à présent en relation les trois variables les plus significatives du régime rentier : les recettes pétrolières (RP), qui mesurent le droit d’accès au marché international ; les importations (M), qui expriment la réalisation effective de ce droit ; le revenu fiscal pétrolier (FP), qui fonde le droit d’accès au marché national au travers de la dépense publique. Et observons le comportement dynamique de M par rapport respectivement à RP et FP, au cours de la période 1985-1999.

141. Deux sous-périodes peuvent être distinguées

  1. Au cours de la première, de 1985 à 1993, on observe une dynamique d’ajustement systématique de l’importation (M) en fonction de la capacité d’importation (RP), laquelle semble, à cet égard, dans un premier temps, imposer à M un plafond à ne pas dépasser, et, dans un second temps, le tirer légèrement vers le haut. L’économie algérienne en profonde récession n’avait nul besoin de déplacer la contrainte extérieure, de sorte que cette sous-période n’a connu qu’une seule année de déficit de la balance commerciale, 1986.

    • 1 Le calcul du coefficient de corrélation r indique, pour M/RP et M/FP, des valeurs positives très pr (...)

    L’année 1994 marque une rupture par rapport à la période précédente : le mécanisme d’ajustement des importations (M) vis-à-vis de RP ne semble plus opérer. En effet, la courbe de M, dans un premier temps, en 1994 et 1995, va poursuivre un mouvement de redressement commencé en 1992 en dépassant le plafond représenté par la capacité nominale d’importation (RP), quoique en suivant la même pente ascendante. Et, dans un second temps, à partir de 1996, elle ne suit plus du tout cette pente, ni d’ailleurs, phénomène aggravant, celle du revenu fiscal pétrolier (FP). Tout se passe comme si les mécanismes de régulation, qui, de 1985 à 1993, avaient assuré l’adaptation quasi parfaite de M vis-à-vis à la fois de la dynamique de RP et de FP, avaient soudain perdu de leur efficacité au cours de ces deux années 1994-1995, comme si on assistait à une réduction de l’élasticité-rente pétrolière des importations1. Or nous avons soulevé plus haut l’hypothèse d’une rigidification de la composante biens de consommation de cette variable M, intervenue précisément au cours de cette période.

152. Cependant, au cours de cette même période 1993-1999, le comportement des variables étudiées a très significativement changé. On observe certes deux désajustements. Mais en 1994 et 1995, il s’agit d’un désajustement par le haut, tandis que, à partir de 1995, se dessine puis prend une forme aiguë, un désajustement par le bas, M accusant cette fois-ci un affaissement très en dessous de la ligne de plafonnement imposée par RP. De sorte qu’on peut parler de deux modalités différentes de crise d’ajustement ayant marqué cette période. Le fait que ces « petites crises », à l’intérieur de la grande crise, coïncide avec la mise en œuvre du PAS ne signifie pas obligatoirement que cette désynchronisation entre le comportement de M d’un côté, et ceux de RP et DP de l’autre, est à imputer aux recettes du FMI, car rien ne dit qu’elles auraient été évitées sans le PAS.

163. Par contraste avec la période qui va de 1985 à 1992, qui en effet est marquée par une étroite synchronisation entre les trois variables, mais dans un contexte, il est vrai, d’une économie en récession prolongée, la période suivante, et plus particulièrement les années 1995-1999 marquées par le phénomène de désajustement par le bas, comporte une situation assez paradoxale.

  • 2 Le montant des réserves extérieures a d’ailleurs fortement augmenté durant la période en question : (...)
  • 3 On pourrait objecter que ces données ne concernent que les importations officielles. Or on constate (...)

17Alors que la capacité nominale d’importation (RP) s’élargit remarquablement comme jamais depuis dix ans, et que le revenu fourni par la rente (FP) suit le même mouvement, alimentant ainsi la croissance des dépenses publiques, les flux d’achats à l’extérieur (M), qui ne sont plus limités par la protection, suivent quant à eux la tendance opposée, entravant ainsi la dynamique de bouclage complet du circuit de réalisation de la rente, en tant que droit d’accès aux biens internationaux2. Mesurée en dollars constants, la moyenne annuelle de M pour les années 1995-1999 est en effet inférieure de 10 % à celle enregistrée durant la première moitié de la décennie 1990, période pourtant marquée par des restrictions volontaires décidées par le gouvernement (restrictions levées en 1994), et de 65 % par rapport à la moyenne annuelle des années 80 (FMI, 2000)3 !

18La publication des statistiques douanières récentes confirme du reste la persistance de cette tendance ; les importations ont en effet stagné en 2000 : à peine + 0,4 % par rapport à l’année 1999, alors même que les recettes d’exportation ont considérablement augmenté, passant, d’une année sur l’autre, de 12,5 milliards de dollars à 19,5 milliards (soit + 5,6 %), et que, du même coup, l’excédent extérieur a été multiplié par dix, passant de 1,3 milliard de dollars à 10,3 milliards. Le phénomène de désajustement, dont le caractère structurel semble ainsi se vérifier, est d’autant plus paradoxal qu’il coïncide avec l’ouverture extérieure et l’institution d’un régime de change flottant.

Le nouveau régime de change flottant s’avère inopérant

191. Le régime de change adopté par l’Algérie dans le cadre du PAS est, selon Exchange Rate Arrangments and Currency Convertibility (IMF, 1999), un régime de flottement administré sous le contrôle de la Banque centrale. Celle-ci intervient activement sur le marché interbancaire des devises pour ajuster les fluctuations du cours du dinar selon un objectif de taux non fixé à l’avance, mais tenant compte de l’évolution de certains indicateurs (comme le montant des réserves internationales, le marché parallèle des devises). Ce régime fonctionne depuis 1996 et bénéficie d’un soutien du FMI. Avant cette date, c’est le régime de taux fixe qui prévalait conduisant en fait à une surévaluation. Cependant, les effets désastreux du contre-choc pétrolier de 1985-1986 obligent les autorités monétaires à laisser filer le dinar à partir de 1987. Depuis cette date, en effet, le cours officiel n’a cessé de se déprécier nominalement – la forte dévaluation intervenue en 1994 (40,17 %) ayant accentué le processus -moins vis-à-vis de la zone euro que vis-à-vis du dollar. Par rapport au dollar, le cours moyen du dinar a évolué ainsi :

  • 4 À titre de comparaison, la Tunisie a adopté un régime de change glissant avec des réajustements pér (...)

202. En Algérie les arrangements de change répondent à des préoccupations différentes de celles des pays voisins, Maroc et Tunisie4. Dans ce pays, il s’agit d’abord de sortir de la mono-exportation pétrolière. Il est connu que, dans une telle économie, la tendance endogène est à l’appréciation constante du taux de change réel, lequel en retour va devenir un obstacle structurel à la diversification des exportations. D’où la nécessité d’une politique monétaire visant à une dépréciation du taux réel du dinar, en association étroite avec une réduction du taux de protection extérieure et un régime d’ouverture commerciale.

21Cet objectif est clairement inscrit dans les réformes, mais il est loin d’être atteint. En effet, la seule manipulation du taux nominal du dinar, instrument assurément efficace pour restaurer à court terme les équilibres macro-financiers, n’a pas produit d’effets réels et ne pourra en produire à long terme sur les exportations, compte tenu des rigidités des structures de l’offre. Pire, cette politique conduit à des déséquilibres micro-économiques, touchant notamment les entreprises, qui vont exactement à l’encontre de l’objectif souhaité.

22En tout état de cause, le régime de change flottant, tel qu’il fonctionne en Algérie, a pour objectif d’adapter, à travers les fluctuations du dinar, le mouvement des importations à celui des exportations, et permettre ainsi la correction des déséquilibres extérieurs La réduction de la protection effective est donc nécessaire pour obtenir une dépréciation durable du taux réel. Elle n’est cependant pas suffisante. Dans un régime rentier pétrolier comme celui de l’Algérie, la condition permissive réside dans la mise en œuvre d’une stratégie adéquate des dépenses publiques (P. Sorsa, 1999), en étroite complémentarité avec la stratégie d’ouverture, de manière à instituer un mécanisme de régulation efficace.

233. Cela ne semble être le cas en Algérie puisque, derrière la forte dépréciation nominale telle qu’on l’a chiffrée plus haut, on constate en fait une dépréciation moindre en 1994 (28,7 %) et en 1995 (6 %), suivie à partir de l’année 1996, d’une appréciation réelle, légère mais croissante. D’après les calculs du FMI, le dinar gagne en effet environ 10 points en indice au cours des années 1997 et 1998, le taux nominal effectif restant moyennement inchangé. Cette appréciation, qui devrait logiquement se renforcer en 1999 et 2000 à la faveur de la remontée spectaculaire des réserves de devises, aurait dû favoriser une reprise des importations qui ont été ralenties par la dévaluation de 1994, et en conséquence entraîner un ajustement par le haut.

24Or on constate qu’il n’en est rien. Pourquoi ? Ce paradoxe persistant serait-il, dans ces conditions, le signe annonciateur d’un changement de nature des mécanismes d’ajustement, en rupture avec les modalités antérieures ? Répondre à la question revient à rechercher les facteurs qui seraient à l’origine du processus de désajustement, à savoir l’intervention de l’État à travers les dépenses publiques, l’impact de celles-ci sur la composition de la demande, le poids des entreprises publiques dans l’accumulation et les configurations du rapport salarial. Examinons l’évolution de la structure des dépenses publiques

L’utilisation de la rente par l’État : la dynamique des dépenses publiques ou l’utilisation du droit d’accès au marché national

25Dans un régime rentier comme celui caractérisant l’économie algérienne, la circulation de la rente, sur le plan interne, passe essentiellement par les dépenses publiques. Le changement de la forme d’intervention de l’État dans l’économie doit alors être appréciée principalement au travers de la modification de la conduite des finances publiques.

Le poids de la fiscalité pétrolière s’alourdit, aggravant le caractère rentier de l’État

26Durant les quinze dernières années, de 1985 à 1999, la part de la fiscalité pétrolière, dans le total des recettes budgétaires, n’a cessé d’augmenter :

En % du total des recettes budgétaires

En % du total des recettes budgétaires

Sources : calculs faits à partir des données comparées, respectivement des annexes statistiques fournies par M. Baba-Ahmed (1999) pour les années antérieures à 1993, du FMI (1998 et 2000) et de la Banque d’Algérie pour les années allant de 1993 à 1999. Quand les sources divergent, notamment pour les 5 dernières années, nous avons retenu de préférence les chiffres fournis par la Banque d’Algérie.

271. Le premier constat qu’on peut faire, au vu de ces calculs, est que la tendance longue est à l’alourdissement continue du poids de la fiscalité pétrolière dans les finances publiques, et ce, quels que soient par ailleurs les facteurs conjoncturels (qu’on ne détaillera pas ici), qui affectent annuellement cette évolution. Le dépassement fatidique des 60 % intervient en 1991, année durant laquelle la progression du revenu pétrolier d’une année à l’autre a atteint le pic de + 117 %. La tendance s’est ensuite confirmée d’année en année, et la mise en œuvre de l’ajustement structurel de 1994 à 1998 ne semble pas l’avoir contrecarrée, bien au contraire : en effet, la part de la fiscalité pétrolière, qui avait atteint la moyenne de 56 % durant la sous-période 1990-1994, grimpe à une moyenne d’environ 61 % durant les années 1995-1999.

282. De l’autre côté, de 1985 à 1999, la fiscalité pétrolière a contribué à la couverture des dépenses publiques totales (courantes et d’équipement) dans les proportions suivantes :

Fiscalité pétrolière en % des dépenses totales

Fiscalité pétrolière en % des dépenses totales

Source : idem.

29Le constat qui se dégage des calculs ci-dessus est que la dépendance des dépenses publiques vis-à-vis de la fiscalité pétrolière s’aggrave nettement au fil des quinze dernières années, tendance qui corrobore pleinement l’alourdissement de celle-ci dans les recettes. De plus, l’évolution du taux de dépendance durant la période est elle-même significative. Celui-ci bondit à plus de 52 % dès l’année 1990 et son poids va en s’accroissant, passant d’une moyenne de 53 % durant la sous-période d’avant l’ajustement structurel (1990-1994) à une moyenne de 62 % pendant la période incluant le PAS (1995-1999), renouant ainsi avec les niveaux historiques (entre 54 % et 64 %) enregistrés durant la période florissante du régime rentier (1975-1982). On notera également, autre élément qui éclaire cette aggravation, que le recul en dessous de 50 % constaté en 1993 et en 1998 est dû à une baisse des recettes tirées du pétrole (respectivement – 7,5 % et – 0,24 % d’une année sur l’autre), alors même que la progression annuelle des dépenses a été très sensiblement freinée à partir de 1994.

303. En valeur nominale, les recettes budgétaires provenant du secteur pétrolier se sont accrues de + 1106 % par rapport à 1985, les dévaluations successives du dinar (en 1991 et 1994) ayant plus ou moins dopé les rentrées. Pourtant les dépenses de capital stricto sensu, déduction faite des fonds d’assainissement du total des dépenses d’équipement, n’ont augmenté pour la même période que de + 348 %, soit presque quatre fois moins. Faudrait-il donc en déduire que la fiscalité rentière a de plus en plus servi à financer les dépenses courantes, le déficit des entreprises publiques et surtout le remboursement de la dette, bien avant l’accumulation du capital ? Celle-ci était-elle devenue un objectif tout à fait secondaire face aux contraintes immédiates associées à l’ajustement structurel et au remboursement de la dette, ce qui revient du reste exactement au même ?

Le poids relatif des dépenses courantes devient écrasant

31Ce n’est pas du tout caricaturer la réalité que d’affirmer que l’évolution des dépenses publiques est gouvernée par l’évolution de la fiscalité pétrolière, et celle-ci par les fluctuations du prix international du baril. Il existe néanmoins une marge de manœuvre non négligeable qui autorise l’État à moduler, à lisser, par une politique contra-cyclique de longue portée, le rythme d’évolution des dépenses publiques, de manière à amoindrir l’impact des chocs et contre-chocs sur l’activité économique. Dans un régime rentier pétrolier, c’est même là la fonction principale de l’État en tant que forme institutionnelle, celle par laquelle se manifeste, d’une manière concrète, sa nature sociale. D’où l’intérêt d’une analyse détaillée du comportement de cette variable majeure qu’est la dépense publique.

    1. La tendance générale des dépenses globales passe par trois sous-périodes : une croissance très ralentie des dépenses publiques associée à la chute des recettes pétrolières durant les années allant de 1985 à 1990 ; une progression très rapide mais de courte durée de 1990 à 1993, permise, dans une certaine mesure, par le redressement des revenus pétroliers ; enfin, une croissance à rythme plus modéré mais plus régulier, en phase avec l’évolution de la fiscalité, de 1994 à 1999.

    2. D’autre part, la répartition globale montre un gonflement considérable de la part des dépenses ordinaires, révélatrice du changement de la modalité d’intervention de l’État : celles-ci représentaient un peu plus de la moitié du total des dépenses budgétaires en 1985 (54 % précisément) ; en fin de période elles vont en accaparer les quatre cinquièmes. Du point de vue de la répartition de ces dépenses ordinaires entre les divers chapitres, les calculs révèlent deux grandes tendances significatives. D’un côté on constate une stabilité relative, tout au long de la période, de la part allouée au principal poste budgétaire, les dépenses de personnel, constituées pour l’essentiel des salaires et traitements versés aux fonctionnaires : ceux-ci absorbent en effet, en dinars courants, plus du tiers des dépenses totales (29 à 37 %). De l’autre côté, on note une croissance rapide des transferts sociaux (toutes catégories confondues) dont la part dans le total des dépenses budgétaires passe de 10 % en 1985 à 17,5 % en fin de période ; et, à partir de 1993, apparaît le poste « paiements d’intérêts sur la dette publique » qui va très rapidement absorber en pourcentage plus de crédits que ceux consacrés au fonctionnement des services publics (respectivement 13 % contre 8,5 % en 1999).

    3. Au vu de ces constats, on peut soutenir que ce qui a caractérisé la période étudiée, c’est un transfert massif de moyens financiers tirés de la rente vers le budget de fonctionnement pour faire face au maintien du personnel administratif, à la montée des problèmes sociaux, et au durcissement des contraintes de la dette publique, le tout au détriment des investissements. Du point de vue du changement de la forme d’État, tout semble s’être passé comme si, durant ces quinze années de réformes et d’ajustement structurel, et, singulièrement, depuis le contre-choc pétrolier et les secousses sociales qui l’ont suivi, l’État algérien a vu son caractère bureaucratique et sa fonction de redistributeur de la rente se confirmer, mais il a perdu sa qualité d’acteur principal de l’accumulation et de promoteur du développement.

L’État se désengage irréversiblement comme principal acteur de l’accumulation.

32On en a, en effet, la stricte confirmation dans le fait que la part des dépenses de formation de capital dans le total des dépenses budgétaires, qui même lors de l’année noire du contre-choc pétrolier en 1986, caracolait autour de 38 %, chute de plus de la moitié au début des années 90, passant de 44 % en 1985 à environ 20 % en 1991 -1992, pour stagner ensuite à un niveau bas de 23 %, avant de descendre au-dessous de 20 % à la fin de la décennie (cf. tableau ci-dessous, col.2).

Source : Calculs effectués à partir des mêmes sources utilisées pour les tableaux ci-dessus, exception faite de la Banque d’Algérie qui ne fournit pas le détail des dépenses pour les années 1998 et 1999.

33En pourcentage du PIB, la part du budget affectée au capital a été presque divisée par trois : en 1999, en effet, elle ne représente plus que 5 % du PIB, contre environ 15 % en 1985 (cf. col. 3 du tableau ci-dessus). Au vu de ces chiffres, on peut conclure au désengagement de l’État en tant que principal acteur de l’accumulation, et ce, malgré la contribution financière croissante que celui-ci consacre à l’assainissement des entreprises publiques.

34Paradoxalement, ce recul sans précédent des investissements budgétaires n’a pas entraîné de changements notables dans la structure même du budget. Quatre principaux secteurs continuent d’être privilégiés : le capital naturel (irrigation et hydraulique) dont la part dans les investissements se maintient aux alentours de 11 à 13 % tout au long de la période considérée ; le capital physique (infrastructure économique) qui voit cependant sa part se tasser, à partir de l’année 1994, autour de 12 %-14 %, après avoir enregistré un accroissement significatif pendant les années 1988-1993 (18 % en moyenne, avec une pointe de 21 % pour l’année 1991) ; le capital humain (éducation et formation professionnelle) qui continue de bénéficier de 13 % à 17 % des crédits d’équipement ; et enfin le capital social (développement urbain) dont l’importance relative (14 % à 18 %), va s’accroissant jusqu’à l’année 1993, avant de se contracter les années suivantes (9 % à 15 %). Il est à noter que la part allouée à l’habitat, secteur extrêmement sensible du fait de l’aggravation des besoins en logements non satisfaits, a été considérablement relevée en 1998 (plus de 16 % du budget d’investissement), comme pour compenser les quatre années de vaches maigres, 1989-1992, durant lesquelles elle n’atteignait même pas 1 % du budget !

  • 5 Selon le journal Le Matin, le ministre de la Participation, M. Temmar, estime le coût de cet assain (...)
  • 6 Une note du ministère des Finances estime cependant que les dépenses de capital ont été exécutées à (...)

35Enfin, il est une autre singularité à relever dans la répartition des dépenses d’équipement. En recul constant en termes relatifs, ce budget est encore grevé chaque année d’environ 6 % du total des crédits depuis 1993 au profit des dépenses d’« assainissement des entreprises publiques », autrement dit à fonds perdus5. Plus grave encore, et inquiétant pour les années à venir, il comporte une part de plus en plus considérable de crédits budgétaires qui n’a aucune affectation sectorielle spécifiée : celle-ci figure sous la rubrique « not allocated » du document FMI (sous la rubrique « divers » dans les documents du ministère des Finances algérien). Les sommes non allouées, qui s’élevaient à 16 % du total des dépenses en capital dans la seconde moitié des années 80, se sont considérablement gonflées jusqu’à atteindre plus de 28 % en 1996, 26 % en 19976, soit l’équivalent des investissements consacrés à l’infrastructure économique et à l’éducation réunis.

36Ainsi tous les indicateurs retenus montrent que, après environ quinze années de réformes, le principal changement institutionnel concerne le retrait, sans doute définitif, de l’État comme acteur premier de l’accumulation. Ce changement contraste avec l’accroissement de la contribution de la fiscalité pétrolière à la dépense publique. Dans ces conditions, il y a aggravation de la dépendance de cet État vis-à-vis de la rente, d’un côté, et renforcement de son poids dans la société (à travers les dépenses courantes), de l’autre. A quoi s’ajoute, autre contraste, une inefficacité croissante en matière d’accumulation, les changements qui ont touché les entreprises publiques témoignant de cette inefficacité. C’est ce que nous verrons plus loin, une fois que nous aurons examiné, dans la partie qui suit, la dynamique des revenus et de la demande d’importation induite par la dépense publique.

L’utilisation de la rente au travers des dépenses publiques et ses effets sur la dynamique des revenus et de la demande effective

37On vient de voir l’évolution de la structure des dépenses publiques pour l’ensemble de la période 1985-1999. La sous-période qui nous intéresse à présent est celle qui couvre les années 90, puisque c’est durant cette période qu’on observe, rappelons-le, un désajustement persistant au niveau des échanges extérieurs.

38Pour tenter d’évaluer les effets directs et indirects de la dépense publique sur les différentes composantes de la demande effective, lesquelles déterminent la demande d’importation, nous allons revenir plus en détail sur la répartition de cette dépense depuis la mise en œuvre du programme d’ajustement structurel. La demande d’importation concerne à la fois les biens de consommation et les biens de production. La demande de biens de consommation est fonction du pouvoir d’achat des revenus salariaux et non salariaux des ménages ; la demande de biens de production est fonction des dépenses d’investissement.

39Quel a été l’impact de la dépense publique sur respectivement l’une et l’autre catégorie de demande, sachant que le comportement de cette dépense publique et son impact durant la période en question sont, dans une large mesure, conditionnés par l’application du PAS ? Dans un régime rentier comme celui de l’Algérie, où l’État n’a pratiquement aucune influence sur les déterminants des rentrées fiscales, la maîtrise du déficit s’obtient d’abord par la limitation des dépenses. Quelles sont les effets de cette limitation sur la formation des revenus qui seront à l’origine de la demande d’importation de biens de consommation ?

La part croissante des revenus salariaux

40En dépit de leur stagnation, les salaires et traitements versés par l’État représentent une part croissante des revenus salariaux distribués dans le pays : à eux seuls, ils frôlent les 50 % du total en 1999.

41La demande de consommation est fonction de l’évolution du pouvoir d’achat des revenus nominaux liés aux dépenses publiques, déflatés par les prix à la consommation. Ces revenus proviennent, pour l’essentiel, directement des dépenses réalisées en matière de salaires, de rémunérations, de transferts et de subventions, et indirectement des crédits distribués aux services publics (santé, éducation) ou engagés dans les travaux publics relatifs aux infrastructures de base. D’abord, on constate sans surprise que les mesures de restrictions budgétaires, prises en application du PAS, se sont traduites par une stagnation, en valeur relative, des dépenses inscrites dans les trois premiers postes, salaires et traitements du personnel, transferts et subventions, services publics.

42Si on considère la sous-période qui va de 1993 à 1999, on observe en effet que les rémunérations versées aux fonctionnaires de l’administration centrale, qui s’étaient envolées à la fin des années 80, pour atteindre presque 38 % des dépenses budgétaires totales en 1990, ont été stabilisées à hauteur d’environ 30 % du total, ce qui correspond à une fourchette de 8 à 10 % du PIB.

43Les transferts sociaux ont suivi exactement la même trajectoire : après avoir connu un mouvement de hausse en flèche jusqu’en 1992, année où ils ont absorbé, fait sans précédent, le quart du budget total des dépenses, leur part a été ramenée à une proportion moyenne de 16 % pendant la période qui couvre le PAS, soit l’équivalent d’environ 6 % du PIB. Seuls les services publics ont vu leur part dans le total des dépenses s’améliorer légèrement : elle a en effet évolué, durant la période considérée, entre 8 et 10 % (ce qui représente 2 à 4 % du PIB) contre 6 à 8 % pendant la période précédente 1985-1992. Il convient cependant de souligner que les salaires et traitements versés par le gouvernement central, bien qu’en léger recul en termes de pourcentage de PIB, fournissent le principal des revenus salariaux distribués en Algérie. Bien plus, leur part n'a cessé de croître tout au long de la période de l’ajustement structurel, comme le révèlent les calculs ci-après :

En pourcentage du total des salaires

En pourcentage du total des salaires

44Cette progression continue est d’autant plus frappante que, au cours de ces mêmes années, l’ensemble des revenus salariaux distribués en Algérie ont, au contraire, connu une régression constante comparativement au revenu brut total des ménages : leur part dans ce total a en effet baissé de 45 % en 1993 à 41 % en 1999. Notons que les transferts sociaux ont eux aussi subi un léger recul au cours de cette période. A l’opposé, il convient de souligner que les revenus non salariaux (toutes catégories socioprofessionnelles et juridiques confondues) ont augmenté sensiblement leur part.

Les revenus non salariaux, gagnants de la crise

45Les revenus non salariaux sont les gagnants de la crise et de l’ajustement structurel : leur part dans le total des revenus des ménages, comme leur pouvoir d’achat, n’ont cessé d’augmenter. A la veille de la mise en œuvre du PAS, en 1993, les ménages non salariés détenaient 35 % du total des revenus bruts. Deux années après, en 1996, ils augmentent leur part de plus de 5 points, le niveau de 40 % atteint cette année-là restant pratiquement inchangé jusqu’à la fin de la période. Si cette tendance se confirmait, les revenus des non-salariés et ceux des salariés vont « se croiser dans l’ascenseur » dès l’an 2000, comme on peut le lire sur le tableau suivant :

Revenu brut des ménages

Revenu brut des ménages

46C’est un fait, les vrais gagnants de la crise et de l’ajustement structurel appartiennent aux couches de la population qui ne tirent pas leur revenu du travail salarié. Ce constat est vérifiable, non seulement en valeur relative, on vient de le voir, mais aussi en valeur absolue, et plus significatif encore, en termes de pouvoir d’achat. C’est ce que mettent en évidence les calculs d’indices : sur la base 1993 = 100, les revenus non salariaux en dinars courants ont été en effet presque multipliés par trois, au cours des années 1993-1999 (+ 192,3 %), alors que les revenus salariaux dans leur ensemble n’ont progressé que de 123,9 % dans la même période.

47On notera que, dans la catégorie des salariés, les fonctionnaires ont bénéficié d’une augmentation de leurs revenus nettement plus forte que la moyenne (+ 158,6 % contre 123,9 %). D’ailleurs, en termes réels, ces derniers tirent effectivement leur épingle du jeu, puisque, comme le donne à lire le tableau ci-dessous, leur pouvoir d’achat s’est malgré tout amélioré pendant cette période : ils enregistrent en effet un gain de plus de 14 % en fin de période (sur la base 1993 = 100), alors que le pouvoir d’achat de l’ensemble des titulaires de revenus salariaux a été rogné d’un peu plus de 1 % sur l’ensemble de la période, la plus forte baisse (- 9 %) ayant été enregistrée en 1994 par rapport à 1993.

Revenus des ménages (pouvoir d’achat)

Revenus des ménages (pouvoir d’achat)

Source : calculs faits à partir des chiffres fournis par le FMI

  • 7 Selon les estimations du FMI, reprises par le CNES, le pouvoir d’achat du salaire moyen de la fonct (...)
  • 8 Pour cette catégorie de salariés, qui dépend de l’État, les statistiques ne sont pas disponibles po (...)

48Les grands perdants de l’ajustement structurel ne sont donc pas les employés de la fonction publique7, mais les salariés des entreprises d’État, qui ont vu leur pouvoir d’achat, toutes catégories confondues, amputé dramatiquement de plus de 34 % en l’espace de quatre ans, de 1993 à 19968. A l’opposé, les vrais gagnants de l’ajustement structurel se situent du côté les titulaires de revenus indépendants : toutes catégories de revenus confondues, ils ont en effet accru leur pouvoir d’achat d’environ 30 % entre 1993 et 1999, à comparer avec la baisse du pouvoir d’achat des salariés, mais surtout avec la progression de seulement 11 % du pouvoir d’achat global de l’ensemble des ménages algériens (cf. tableau ci-dessus). On en déduit, à titre d’hypothèse, que la croissance de la demande de biens de consommation importés, que nous avons soulignée plus haut, a été pour l’essentiel alimentée par les dépenses des ménages non salariés, et dans ces conditions, il s’agirait d’une demande à dominante de biens durables.

L’investissement public se désengage, mais les entreprises publiques continuent à accaparer une très grande part du crédit à l’économie

49Nous avons montré plus haut que l’austérité budgétaire associée à l’ajustement structurel a principalement affecté les dépenses en capital. Il convient cependant de séparer la période qui va de 1985 à 1992, durant laquelle la chute a été extrêmement rapide, et la période suivante, 1993-1999, marquée plutôt par une tendance à la stagnation (cf. tableaux supra). Les opérations d’assainissement financier des entreprises publiques n’étant pas prises en compte dans les calculs, on peut affirmer que, concernant l’objectif de désengagement de l’État de l’investissement, processus inhérent à l’ajustement structurel, l’essentiel a été réalisé avant la mise en œuvre du PAS.

50On remarque certes que le secteur public continue à accaparer la part du lion dans la distribution des crédits, comme l’indiquent les pourcentages qui suivent :

Crédit au secteur public en pourcentage du total du crédit à l’économie

Crédit au secteur public en pourcentage du total du crédit à l’économie

Sources : calculés d’après les chiffres de la Banque d’Algérie complétés par ceux du FMI.

51Après avoir fléchi au-dessous de 70 % au début des années 90, en liaison d’ailleurs avec une régression du volume total des crédits à l’économie, cette part remonte à un niveau dépassant les 80 % durant les années correspondant au PAS. Mais ces pourcentages ne doivent pas faire illusion. Car, comme la part des crédits à long terme est tout à fait négligeable (moins de 1 %), et que les crédits courts prédominent (plus de 60 % du total en 1999), il est très probable que ces opérations ne correspondent pas à des investissements, mais à des avances de trésorerie, qui serviraient, dans le cas du secteur public, notamment à s’acquitter des impôts, et qui donc ne seraient pas remboursées. Une telle situation aboutirait à une perversion fiscale lourde de conséquences (M. Baba-Ahmed, 1999).

52Quoi qu’il en soit, il est incontestable que, pour ce qui concerne l’investissement public, le déclin semble irrémédiable. Le problème est que le capital privé, à qui est désormais fait une large place, n’a pas encore pris la relève de l’État, et ne semble pas disposé à le faire dans le court ou le moyen terme, comme on le montrera plus loin. Dans ces conditions le taux d’investissement global ne fait que régresser.

Le taux d’investissement régresse, alors que le taux d’épargne augmente

53Comme l’État a restreint les investissements et que le secteur privé ne prend pas le relais, il en résulte que le taux d’investissement global, mesuré par la part de la FBCF dans le PIB, régresse depuis le contre-choc pétrolier, et que cette régression s’est aggravée avec la mise en application du PAS, comme l’indiquent les calculs du tableau suivant :

54Il convient en effet de souligner que le taux d’investissement, qui s’élevait à 34 % au début des années 80, et qui a déjà connu plusieurs années de baisse continue au cours de la deuxième moitié des années 80, enregistre un nouveau retournement en 1996-1997, qui ramène le taux à 24-25 %, soit une baisse de 5 points par rapport aux deux années précédentes. Les variations d’une année à l’autre mettent davantage en évidence cette crise de l’investissement. Les calculs indiquent en effet qu’après un plongeon de – 8,4 % en 1993, la progression annuelle n’a pas dépassé le taux de 2 à 3 % durant les six années 1994-1999 qui suivent, ce qui équivaut à zéro investissement net, et dans les pays sous-développés comme l’Algérie, où les entreprises dépendent totalement de l’extérieur pour leur approvisionnement en moyens de production, ne pas investir signifie désinvestir. Pourtant le taux d’épargne brut n’a cessé d’augmenter au cours de la même période.

FBCF et taux d’épargne intérieure brute (en % du PIB)

FBCF et taux d’épargne intérieure brute (en % du PIB)

Source : FMI

55La lecture du tableau ci-dessus permet de distinguer deux sous-périodes. De 1993 à 1995, le taux d’investissement, donné par la part de FBCF en % du PIB, qui égalisait le taux d’épargne intérieure brute en début de période, va excéder celui-ci les années suivantes. A partir de 1995, l’évolution des deux variables se fera en forme de ciseaux, le taux d’investissement descend tandis que le taux d’épargne monte. En fin de période, l’épargne excède l’investissement de 6 %. Dans ces conditions, l’égalisation S = I doit se résoudre par une évasion de capitaux.

Le secteur industriel non pétrolier, principale victime de la chute de l’investissement public

56Lorsqu’on examine l’évolution de la structure du produit intérieur brut au cours des années 90, on est frappé par le contraste entre la stabilité relative de la part respective de l’agriculture (11 %), des services (36 %) et, dans une certaine mesure, des BTP (10 à 12 %) d’un côté, et la baisse constante de la part du secteur industriel non pétrolier de l’autre (de 12 %, elle descend à 9 %). De plus, autre contraste, pendant la même période, le secteur des hydrocarbures voit sa contribution au produit global croître très sensiblement (de 21 %, elle monte à 28 %), ce qui confirme encore une fois le renforcement du caractère rentier de l’économie au détriment de la fonction d’accumulation propre à la rente. Ces tendances sont clairement illustrées par le tableau qui suit :

Répartition des secteurs dans le PIB (en % du PIB)

Répartition des secteurs dans le PIB (en % du PIB)

Source : calculs à partir des chiffres fournis par le FMI

57Le fait que seul le secteur industriel non pétrolier perde du terrain au profit du secteur pétrolier est à mettre en relation avec la diminution de l’importation de biens intermédiaires et d’équipement observée à partir de 1995. Or c’est le secteur industriel public qui a été la principale victime de l’austérité budgétaire et de la récession, puisque son taux de croissance d’une année à l’autre a été négatif, en termes réels, tout au long de la période observée, exception faite de l’année 1998. Le secteur industriel privé, quant à lui, a été épargné, comme l’indiquent les calculs suivants. Il est vrai que son apport au produit global demeure très négligeable (moins de 3 % du PIB) et qu’au surplus il tire sa croissance de celle du secteur d’État.

Croissance du secteur industriel non pétrolier (en % annuel)

Croissance du secteur industriel non pétrolier (en % annuel)

Source : idem

58L’évolution de l’indice de la production, calculé sur la base 1989 = 100, révèle, en outre, que cette régression de l’industrie publique revêt un caractère structurel et, par conséquent, a toutes les apparences d’une crise irréversible. En effet, on s’aperçoit qu’à la fin de la décennie 90, elle a perdu le quart de la production qu’elle réalisait dix ans auparavant. Qui plus est, c’est la production manufacturière, vecteur central de toute industrialisation, qui a essuyé le plus gros des dégâts, puisque, pour les mêmes années, elle a été amputée du tiers de son volume, comme on peut le lire dans le tableau qui suit :

Production industrielle dans les entreprises publiques (Base 1989=100)

Production industrielle dans les entreprises publiques (Base 1989=100)

59On en déduit donc que c’est la crise durable du secteur industriel public et, plus spécialement, de sa branche manufacturière, principal consommateur de biens de production importés, qui est à l’origine de l’affaissement des importations constaté depuis 1995. C’est ce qu’il fallait démontrer. Mais cette crise n’affecte pas seulement l’importation de biens de capital, elle touche aussi la demande d’importation de biens salaires, puisqu’elle se traduit par des pertes considérables d’emploi et une baisse dramatique des salaires ouvriers dans les entreprises publiques.

L’accélération des mutations à l’œuvre au sein du régime d’accumulation et du rapport salarial

60L’examen rapide de l’évolution des structures du PIB, auquel on vient de procéder, a déjà permis d’avoir un aperçu d’ensemble des changements affectant le régime d’accumulation. Nous allons à présent étudier avec plus de détail les caractéristiques de ces changements en élargissant l’analyse au rapport salarial.

Le poids des entreprises publiques dans l’économie a fortement décliné, mais leur contribution à la production de la valeur ajoutée dans l’industrie demeure prépondérante

61Les calculs regroupés dans le tableau ci-dessous montrent que la contribution des entreprises publiques à la valeur ajoutée totale, tous secteurs économiques confondus, s’est fortement contractée pour l’ensemble de la période étudiée, passant de 67 % en 1985 à 46 % en 1998, et ce, fait notable, malgré le poids grandissant des hydrocarbures. Le mouvement de baisse a été cependant beaucoup plus ample pendant la seconde moitié des années 80 (- 15 points) que lors des 4 années d’ajustement structurel (- 7 points).

Valeur ajoutée des entreprises publiques en % de la valeur ajoutée totale

Valeur ajoutée des entreprises publiques en % de la valeur ajoutée totale

Sources : calculs effectués, pour les années antérieures à 1994, à partir des annexes statistiques fournies par M. Baba-Ahmed (1999) et, pour le reste de la période, d’après les chiffres de l’Office national des statistiques.

62Cette tendance apparaît encore plus accentuée lorsqu’on laisse le secteur des hydrocarbures d’un côté, et celui de l’agriculture (en quasi-totalité privée) de l’autre. La part de la valeur ajoutée produite par les entreprises d’État (HH et HA donc) chute quasiment de moitié si l’on considère l’ensemble de la période. De plus, les dernières années du PAS laissent apparaître une très nette tendance à l’accélération, comme on le voit à la lecture des calculs suivants :

  • 1 (HH : hors hydrocarbure, HA : hors agriculture)

Valeur ajoutée des entreprises publiques en % de la valeur ajoutée totale (HH et HA1)

Valeur ajoutée des entreprises publiques en % de la valeur ajoutée totale (HH et HA1)

Sources : Idem

63Cette régression incontestable des entreprises publiques en termes de valeur ajoutée est cependant à mettre en parallèle avec l’expansion remarquable du secteur privé dont la place est prédominante dans les activités tertiaires. De sorte que, si on retire le secteur tertiaire des calculs, après avoir défalqué les hydrocarbures et l’agriculture, on s’aperçoit que la contribution de l’industrie publique en termes de valeur ajoutée à la production de la valeur ajoutée totale du secteur industriel stricto sensu (HH), demeure au contraire prépondérante, affichant même, au début de la décennie 90, une tendance nette à la hausse. Les calculs qui suivent sont parlant à cet égard :

Valeur ajoutée de l’industrie publique en % de la valeur ajoutée totale de l’industrie (HH)

Valeur ajoutée de l’industrie publique en % de la valeur ajoutée totale de l’industrie (HH)

64On en déduit que si le secteur public domine encore la sphère de la production industrielle, cela est dû tout autant aux obstacles inhérents à la nature de l’État rentier qu’à la désaffection grandissante du capital privé national vis-à-vis de la production. L’extrême lenteur, pour ne pas dire l’enlisement, du processus de privatisation, qui constitue le chapitre central des réformes, est à cet égard très significatif : d’après le World Development Indicators (Banque mondiale, 1999), les revenus tirés des privatisations de 1990 à 1997 s’élèvent à 9.3 millions de dollars, un montant dérisoire, qui reflète mieux que tout discours l’enlisement a contrario du processus de désengagement de l’État du secteur industriel.

L’importance du secteur industriel public non pétrolier, épine dorsale du régime rentier d’accumulation, recule sans cesse, ce qui ne favorise pas le dynamisme attendu du secteur privé

65Le maintien du poids écrasant de l’industrie publique, qu’on vient de mettre en évidence, contraste d’une manière frappante avec le déclin continu, observé depuis une quinzaine d’années, de la contribution de ce secteur, en termes de valeur ajoutée, au produit intérieur brut. La tendance est clairement illustrée par les calculs suivants qui montrent que cette contribution s’est réduite de moitié :

Valeur ajoutée de l’industrie (HH) en % du PIB

Valeur ajoutée de l’industrie (HH) en % du PIB

Source : idem

66Parallèlement à ce déclin de la production industrielle, on observe que l’emploi fourni par ce secteur voit également son importance relative dans l’emploi total du secteur productif (agriculture, industrie et BTP) se rétrécir continuellement : en 1997, l’emploi industriel public ne constitue plus que le cinquième de l’emploi total (HH et HS), alors qu’il en représentait plus du quart en 1990, date à partir de laquelle le secteur commence à perdre des emplois.

Emploi industriel en % de l’emploi total

Emploi industriel en % de l’emploi total

Source : calculés d’après chiffres du FMI

67En chiffres absolus, selon les données officielles, le secteur industriel aurait perdu, pendant la période en question, plus de 45 000 emplois, l’effectif total dans ce secteur passant de 532 000 à 487 000 travailleurs, soit un recul de – 8,5 %. Ce phénomène est d’autant plus grave que, contrairement aux anticipations libérales, on ne relève aucun dynamisme particulier du capital privé dans le secteur industriel, ni même un bourgeonnement significatif dans l’investissement productif privé. On constate certes une reprise de l’activité privée puisque, après plusieurs années de marasme complet, celle-ci enregistre, à partir de l’année 1997, une croissance en termes réels, faible mais positive : 5 % en 1997, 5 % en 1998 et 8 % en 1999. Mais compte tenu de la place du privé dans la production industrielle du pays (16 % en 1994), il est évident que ces performances n’ont qu’un impact négligeable sur le PIB. Il est d’ailleurs symptomatique de constater que la part du crédit bancaire consommé par le secteur privé est en chute libre. Alors qu’il absorbait, avant cette date, plus du tiers du crédit total accordé à l’économie, soit 35 % en 1993 et encore 32 % à la fin de 1994, ce pourcentage est réduit presque de moitié l’année suivante (18 %) et ne cessera de régresser depuis. Les chiffres qui suivent illustrent clairement cette tendance :

Part du secteur privé dans le crédit à l’économie

Part du secteur privé dans le crédit à l’économie

Source : Banque d’Algérie et FMI

68Cette tendance peut signifier, soit que le secteur d’État, comme dans la période antérieure, est systématiquement privilégié par les banques alors que sa contribution à l’économie stagne autour de 50 %, soit que le secteur privé, ayant accumulé des capitaux financiers importants dans le marché informel, et compte tenu des activités peu consommatrices de capitaux qu’il a accaparées depuis la levée des monopoles publics, peut se passer du crédit bancaire. Quant aux investissements directs étrangers (IDE), la balance des capitaux fait apparaître, à partir de l’année 1996, un solde net tout à fait négligeable (270 millions de dollars), qui va atteindre près de 500 millions de dollars en 1999 ; à comparer avec le montant équivalent des profits rapatriés par les sociétés pétrolières depuis 1996 (520 millions de dollars en 1999).

69A l’origine, au moins en partie, de cette désaffection vis-à-vis de la production industrielle, il y a manifestement les nouvelles opportunités de profit apparues dans la sphère de la distribution à la faveur de la suppression des monopoles publics et de l’ouverture extérieure. Dans la mesure où celle-ci signifie en même temps l’accès du secteur privé aux devises, elle a favorisé la multiplication des opérateurs privés dans l’importation : ainsi, selon la note de conjoncture du ministère des Finances, pour le seul second semestre 1999, ceux-ci ont réalisé pour 2,2 milliards de dollars d’importation, soit 60 % du total des importations, dont la presque-totalité (94 % en 1999 contre 90 % en 1998) est payée en cash. La présence du secteur privé est d’ailleurs plus massive dans l’importation des biens de consommation finale, dont il assure 67 %, que dans celle des biens d’investissement.

  • 9 Toutefois cet attentisme ne semble pas être un type de comportement spécifique de l’entrepreneur pr (...)

70On voit bien que les agents privés se sont facilement substitués à l’État dans la sphère de l’importation, mais ils rechignent à prendre la relève dans la sphère de l’investissement productif (Rapport semestriel du CNES, 1999)9. Ils ont également profité de l’opportunité qui leur était offerte par la levée des monopoles et le retrait des entreprises publiques, pour s’emparer, avec une rapidité étonnante, de l’ensemble des activités du tertiaire (excepté le secteur bancaire pour le moment), spécialement les commerces (où il participe pour 98 % à la valeur ajoutée produite dans ce secteur en 1998, contre 94 % en 1994 et seulement 23 % en 1990), les services (88 % de la valeur ajoutée dégagée dans ce secteur en 1998 contre 85 % en 1994) ; à cela il convient d’ajouter les BTP (65 % de la valeur ajoutée produite en 1998 par ce secteur contre 61 % en 1994 et 46 % en 1990) et enfin les transports (68 % en 1998 contre 54 % en 1994).

71Cet effet d’aubaine se trouve toutefois renforcé par le fait que les effets récessifs de l’ajustement structurel ont fortement détérioré les conditions de rentabilité du secteur industriel et affaibli en conséquence l’incitation à investir dans la production. Le capital privé se convertit alors au commerce (suivi parfois même par le capital public) où la rentabilité est supérieure et les risques sont moins grands que dans l’industrie. Dans ces conditions, le noyau du salariat industriel est condamné à se dissoudre.

Un rapport salarial de type concurrentiel est en voie d’émergence, mais pour l’heure la décomposition de l’ancien l’emporte sur la recomposition du nouveau

72Les pertes d’emploi et, par voie de conséquence, la diminution de revenus salariaux, qui résultent de la crise du secteur public non pétrolier, frappent certes par leur importance numérique. Mais elles ont aussi et surtout une portée sociale et institutionnelle difficile à appréhender, mais ayant une grande importance du fait de leurs répercussions sur les configurations du rapport salarial. Les pertes d’emploi dues aux restructurations et dissolutions des entreprises publiques sont considérables. Selon le rapport du CNES déjà cité, elles peuvent être chiffrées à 360 000 pour les seules années allant de 1994 à 1998.

73Mais ce qui est encore plus significatif, quand on observe l’évolution de la répartition de l’emploi par secteur d’activité sur la période 1993-1997 (les chiffres livrés par le FMI ne sont pas disponibles pour 1998 et 1999), c’est de constater que seul l’emploi industriel diminue, à la fois en valeur relative et en chiffres absolus, constat qui vient confirmer, encore une fois, que la crise est d’abord une crise du secteur industriel public. Les calculs rassemblés dans le tableau ci-dessous sont très explicites à cet égard :

  • 10 Ces chiffres incluent l’institution militaire.

74Sur une population employée d’environ 4 500 000 personnes, l’industrie occupait en effet 12,4 % en 1993, elle n’en emploie plus que 10,4 % en 1997, chiffre qui a sans aucun doute continué à baisser depuis cette date. Tous les autres secteurs ont maintenu ou même augmenté leur part relative dans l’emploi total, ce qui correspond, il faut le souligner, à un accroissement en chiffres absolus de l’emploi dans tous ces secteurs. L’agriculture, qui occupe en pourcentage deux fois plus de travailleurs que l’industrie, entre 24 et 25 % de l’emploi total, conserve ce coefficient tout au long de la période considérée. Il en est de même du secteur des BTP qui utilise plus de 15 % de la population ayant un emploi et dont la part reste inchangée. Paradoxalement, les emplois dans l’administration augmentent : en 1997, ils représentent 28,7 % du total contre 27,4 % en 1993. En chiffres absolus, on enregistre 172 000 personnes supplémentaires entre ces deux dates10. Enfin, phénomène nouveau, à cause de l’ampleur d’un chômage qui continue à s’aggraver (le taux officiel est passé de 23 % en 1993 à 29 % en 1997, taux proche de celui observé il y a trente ans) et qui frappe spécialement les plus jeunes (80 % des chômeurs), les non qualifiés (70 %) et les femmes, la part des emplois à domicile s’est considérablement élargie : en 1993, ils formaient déjà 18 % de l’emploi total ; en 1997, le travail à domicile occupe presque le quart de la population ayant un emploi, soit 24,1 %.

  • 11 Le quotidien El Watan fait état dans sa livraison du 5 août 2000 des résultats d’une enquête dilige (...)

75Le pourcentage réel est très probablement largement supérieur à ce taux, puisque par définition même, cette catégorie d’emplois, très hétérogène au demeurant, est très difficile à dénombrer. Mais, au-delà de son importance numérique, ce sont les caractéristiques du phénomène qui sont lourdes de significations. La dispersion extrême, et donc l’isolement des salariés les uns des autres, la précarité, l’insécurité et l’instabilité qui caractérisent ce type d’emploi, font que ce segment grandissant du marché du travail se situe pour l’essentiel, du point de vue des conditions du travail comme des conditions de rémunération, hors du champ d’application de la législation du travail11.

76Or voici que l’emploi permanent semble lui aussi, sans tomber dans l’informel, être irrémédiablement gagné par ce phénomène de précarisation, d’insécurité et d’instabilité, du fait de la progression de ce qu’on a appelé la « dépermanisation », c’est-à-dire la déprotection et la flexibilisation du travail et du salaire dans le secteur public. Ce phénomène s’est traduit, on l’a souligné plus haut, par une chute du salaire réel de 34 % en seulement quatre ans, de 1993 à 1996. Si on ajoute à cela le fait que l’agriculture et le BTP en raison notamment du caractère saisonnier de ces activités, et aussi de la stagnation structurelle qui les frappe, ne peuvent offrir que très peu d’emplois stables (ne serait-ce que parce qu’ils ne pourront pas rester des îlots de stabilité au milieu d’un océan de précarité), on a là un tableau qui, tout en éclairant la décomposition avancée du rapport salarial antérieur, pourrait préfigurer le nouveau rapport salarial en formation.

77Le noyau dur des salariés permanents et protégés du secteur industriel public, autour duquel commençait seulement à se structurer un rapport salarial qu’on pourrait caractériser comme de type « monopoliste d’État », a éclaté, et cet éclatement remet en cause le processus. Par contraste, on peut prendre le risque de caractériser le rapport salarial, qui est en passe de lui succéder, comme de type concurrentiel, et c’est d’ailleurs, on peut aussi prendre le risque de l’ajouter, le seul domaine, pour l’heure, qui est sur la voie de basculer véritablement dans « l’économie de marché », au sens où le prix du travail tend désormais à être régulé par le libre jeu de la concurrence sur le marché du travail.

78Ainsi l’affaissement des importations constaté depuis l’année 1995, dont l’origine, avons-nous dit, est à rechercher dans la crise structurelle de l’industrie publique non pétrolière, coïncide remarquablement par ailleurs avec les changements structurels affectant le rapport salarial.

Conclusion générale

79Cet affaissement présente, nous l’avons souligné, un caractère paradoxal, dans la mesure où il coïncidait, par ailleurs, avec une amélioration très nette de la capacité d’importation, dont aurait tiré profit principalement la demande de biens de consommation des catégories les plus favorisées des ménages indépendants. L’une des interprétations, que nous avons alors avancées, était que ce paradoxe manifestait un grippage autre que conjoncturel des mécanismes d’ajustement qui jusque-là avait correctement fonctionné, et que ce grippage serait le signe annonciateur d’une rupture définitive d’avec le mode de régulation antérieur de l’ensemble de l’économie. Qu’en est-il au terme de cette étude ? L’objet de cette contribution était précisément d’essayer de mesurer le changement des formes institutionnelles qui structurent le mode de régulation, de les caractériser. Au terme de cette étude, on retiendra principalement le caractère profondément ambivalent des transformations en cours.

80Incontestablement l’ouverture extérieure a modifié rapidement les modalités institutionnelles de l’insertion internationale de l’économie algérienne. Pourtant, la modalité dominante de l’insertion, non seulement n’a pas été modifiée par l’ouverture, mais encore elle s’est durcie : en 1999, les hydrocarbures comptent pour 97 % des exportations et 28 % du PIB, contre respectivement 95 % et 21 % en 1993. Plus grave encore, l’ouverture, qui était censée favoriser l’émergence d’un secteur exportateur non pétrolier compétitif, a pour l’instant conduit à l’effet inverse : elle a stimulé l’importation non pas de moyens d’équipement destinés à la mise en place d’un secteur produisant pour l’exportation, mais de biens de consommation destinés aux ménages les plus fortunés. Phénomène qui, à son tour, a généré une réallocation perverse des ressources, entraînant un affaiblissement durable de la dynamique des importations (la moyenne annuelle de la seconde moitié des années 90 est inférieure de 10 % à celle de la première moitié, et de 65 % à celle des années 80), et ce, en dépit d’un taux de change flexible.

81Par ailleurs, il est incontestable que le processus de désengagement de l’État en tant que principal agent de l’accumulation, déjà bien amorcé dans la seconde moitié des années 80, s’est renforcé avec la mise en application du PAS. De l’autre côté, cependant, le caractère rentier de l’État s’est fortement aggravé, à mesure du renforcement de la spécialisation pétrolière. Le poids de la rente dans les recettes de l’État s’est considérablement alourdi, passant d’un taux de 43 % en 1985 à un taux de 62 % en 1999, et les dépenses de l’État dépendent aujourd’hui de la rente pour 62 % (contre 47 % il y a 15 ans), taux comparable, faut-il le rappeler, à celui des années fastes du régime rentier (1975-1982).

82La même ambivalence caractérise les changements touchant le secteur public, vecteur central et moteur du régime rentier d’accumulation. D’un côté le poids des entreprises d’État dans l’économie, tous les indicateurs le montrent, diminue très fortement, preuve supplémentaire du désengagement de l’État de l’accumulation. De l’autre côté cependant, si on considère le seul secteur industriel (pétrole exclu), on constate que les entreprises publiques conservent leur prédominance tout au long de la période examinée : entre 70 et 80 % de la valeur ajoutée totale dégagée par l’industrie. On observe aussi qu’elles continuent à consommer la majeure partie des crédits distribués à l’économie, leur part s’étant même fortement accrue durant les années 90, dépassant, à la fin de l’exercice 1999, 80 % du total, contre 64 % en 1993.

83Si l’on ajoute que le processus de privatisation n’a touché le secteur public qu’à la marge, on voit se dessiner une configuration éminemment duale, dans laquelle, alors que l’intervention de l’État dans l’économie a reflué d’une manière très significative, les entreprises publiques, qui constituent le support principal de cette intervention, conservent tout leur poids dans la production. Cette dualité est bien la marque du blocage du processus de désengagement, qui bute désormais sur le noyau dur des réformes : la privatisation. Elle met en relief, pour l’instant, le seul versant négatif de la transition institutionnelle : l’État ne participe plus à l’accumulation du capital, cédant la place au capital privé, mais celui-ci n’a pas encore pris le relais, préférant le commerce à la production. De sorte que plus aucun agent économique ne contribue à l’investissement productif aujourd’hui en Algérie, ni l’entrepreneur public ni l’entrepreneur privé, encore moins le capital étranger.

84Finalement, le renforcement de la spécialisation pétrolière et simultanément le recul de l’économie productive, l’accentuation du caractère rentier de l’État et, en même temps, son désengagement de l’accumulation, reflètent les formes éminemment paradoxales du changement à l’œuvre au niveau du régime d’accumulation, paradoxes qui peuvent être interprétées comme un processus régressif de transition d’un régime rentier d’accumulation vers une simple économie rentière. Le processus de transition institutionnelle a, semble-t-il, atteint le seuil de l’irréversibilité, mais, au lieu de la possibilité attendue de sortie du régime rentier, c’est une régression vers l’économie rentière qui semble se dessiner.

Bibliographie

Bibliographie consultée

1. Ouvrages généraux

Boyer R., Miotti L. et Quenan C. (éds), Régulation et trajectoires nationales en Amérique latine, sous presse

Chenery H. et Srinivasan T.N. (éds), Handbook of Development Economic, vol. 3 B, Genève, Elsevier Science Publishers, 1995.

Haussmann R., State Landed Property Oil Rent and Accumulation in Venezuela : an Analysis in Terms of Social Relations, Cornell University, 1981.

North D., Institutions, Institutional Change and Economic Performance, Cambridge et New York : Cambridge University Press, 1990.

2. Ouvrages sur l’Algérie

Bali H., Inflation et mal-développement en Algérie, OPU, Alger, 1993.

Baba-Ahmed M., L’Algérie. Diagnostic d’un non-développement, L’Harmattan, 1999.

Dahmani A., L’Algérie à l’épreuve. Economie politique des réformes, 1980-1997, L’Harmattan, 1999.

Djeflat A. (éd.), L’Algérie. Des principes de novembre à l’ajustement structurel, Série Codestria, 1999.

Goumeziane S., Le mal algérien. Economie politique d’une transition inachevée, 1962-1994, Fayard, 1994.

Hadjseyed M., L’industrie algérienne. Crise et tentative d’ajustement, L’Harmattan, 1996.

M’Hamsadji-Bouzidi N., 5 essais sur l’ouverture de l’économie algérienne, ENAG/Éditions, Alger, 1998.

3. Articles

Boyer R., « État, marché et développement. Une synthèse pour le xxie siècle ? », W.P. n° 9907, CEPREMAP, CNRS, EHESS, 1999.

Corbo V. et Fischer S., « Structural Adjustment, Stabilization and Policy Reform », in Handbook of Development Economics, vol. 3 B, 1995.

Kreueger A., « The Political Economy of The Rent-Seeking Society », The American Economic Review, juin 1994.

Petit P., « Formes structurelles et régime de croissance de l’après-fordisme », L’année de la régulation, La Découverte, vol. 2, 1998.

Talha L., « Théorie de la régulation et développement », in Théorie de la régulation. L’état des savoirs, Boyer R. et Saillard Y. (éd.), La Découverte, 1995.

4. Publications du FMI

Eken S., Helbling T. et Mazarei A., Fiscal Policy and Growth in the MENA Region, WP/97/81, août 1997.

Oliva M. A., Estimation of Trade Protection in MENA Countries, WP/00/27, février 2000.

Sorsa P., Algeria. The Real Exchange Rate, Export Diversification and Trade Protection, WP/99/49, avril 1999.

5. Rapports

Conseil national économique et social

Rapports semestriels sur la conjoncture, années 1994 à 1999.

Rapport préliminaire sur les effets économiques et sociaux du programme d’ajustement structurel. IMF Staff Country Report.

Algeria : Selected Issues and Statistical Appendix, septembre 1998, n° 98/87.

Algeria : Staff Report the 2000 Article IV Consultation, juillet 2000, n° 00/93.

Recent Economic Development, juin 2000.

Banque mondiale, State and Development, Oxford University Press, 1997.

6. Sources Statistiques

Banque d’Algérie

FMI

Ministère algérien des Finances

Office national des statistiques

Notes

1 Le calcul du coefficient de corrélation r indique, pour M/RP et M/FP, des valeurs positives très proches de 1 pour la période 1985-1993 (respectivement 0,96 et 0,98), et moins forte pour la période 1994-1998 (respectivement 0,71 et 0,63).

2 Le montant des réserves extérieures a d’ailleurs fortement augmenté durant la période en question : de 2,6 milliards de dollars en 1994, elles sont passées à 4,2 milliards en 1996, 8 milliards en 1997, 6,8 milliards en 1998 et 9,6 milliards en 2000. Ces surplus confirment certes la bonne santé financière extérieure de l’Algérie, mais c’est aussi un signe de blocage des mécanismes d’accumulation de l’économie réelle.

3 On pourrait objecter que ces données ne concernent que les importations officielles. Or on constate que les importations non officielles, qui, durant la seconde moitié des années 80, avaient dépassé largement les 50 % du total, voient leur part reculer sensiblement et de manière régulière depuis l’année 1991, en raison de l’institution dès cette année-là du libre accès aux devises pour tous les opérateurs. Cette mesure a été évidemment renforcée par la libéralisation totale du commerce extérieur et la levée de toutes les restrictions sur le marché des changes prises dans le cadre du PAS en 1994, de sorte qu’on peut affirmer que l’importation informelle est en voie de disparition, comme en témoigne d’ailleurs la baisse de la prime sur le marché de change parallèle : le différentiel, alimenté désormais essentiellement par la fuite des capitaux, n’est plus que de 1,2 à 1,3 en francs français.

4 À titre de comparaison, la Tunisie a adopté un régime de change glissant avec des réajustements périodiques autour d’un taux calculé de manière à stabiliser les prix en devises des produits d’exportation. Ce même objectif, la promotion des exportations, est recherché par le Maroc, qui a, quant à lui, opté pour un rattachement de sa monnaie à un panier de devises avec un régime de change fixe ajustage selon des marges de fluctuations étroites autour d’un taux central du dirham.

5 Selon le journal Le Matin, le ministre de la Participation, M. Temmar, estime le coût de cet assainissement à 17 milliards de dollars, soit l’équivalent de deux années moyennes d’importation !

6 Une note du ministère des Finances estime cependant que les dépenses de capital ont été exécutées à 100 % pour l’année 1997.

7 Selon les estimations du FMI, reprises par le CNES, le pouvoir d’achat du salaire moyen de la fonction publique aurait baissé de 35 % entre 1993 et 1996. D’après nos calculs, il aurait au contraire augmenté de près de 2 % durant cette période, après, il est vrai, une baisse de 7 % enregistrée en 1994 par rapport à 1993. La divergence vient sans doute de ce qu’on entend par « salaire moyen ». Il est évident que les calculs sur la masse salariale ne tiennent pas compte des grandes disparités existant parmi les titulaires des revenus salariaux (cf. à cet égard l’enquête « ménages » réalisée par le CENEAP. A moins que le CNES n’ait confondu les entreprises publiques avec la fonction publique ?

8 Pour cette catégorie de salariés, qui dépend de l’État, les statistiques ne sont pas disponibles pour l’ensemble de la période 1993-1999, contrairement aux statistiques concernant les revenus des catégories indépendantes, qui sont pourtant si peu contrôlés par l’État. On en reste perplexe.

9 Toutefois cet attentisme ne semble pas être un type de comportement spécifique de l’entrepreneur privé algérien. V. Corbo et S. Fischer (1995) montrent que c’est là le lot commun des pays sous ajustement. Citant les expériences, notamment du Chili et du Mexique dans les années 80, ces auteurs expliquent que, malgré le succès évident du PAS dans ces pays, la croissance a mis plusieurs années avant de démarrer, du fait, écrivent-ils, des « lags in the investment response of the private sector ». Bien plus, dans le cas du Ghana par exemple, « although public investment has increased to rebuild infrastructure, the response of private investment has been weak ».

10 Ces chiffres incluent l’institution militaire.

11 Le quotidien El Watan fait état dans sa livraison du 5 août 2000 des résultats d’une enquête diligentée par le ministère du Travail et de la Protection sociale, qui a relevé, surtout dans le sud de l’Algérie, la multiplication de sortes d’agences informelles de placement de main-d’œuvre qui vendent au noir, aux entreprises de la région, la force de travail des chômeurs en quête d’emploi. De son côté, le quotidien La Tribune du 4 octobre 2000 rapporte que l’inspection du travail a constaté que pas moins de 55 % de travailleurs (retraités, chômeurs et enfants), employés dans les entreprises des grandes villes de l’Est algérien, exercent au noir et reçoivent un salaire inférieur au SNMG.

Notes de fin

1 (HH : hors hydrocarbure, HA : hors agriculture)

Table des illustrations

Titre M en % de la consommation des ménages
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/404/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre M en % du PIB
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/404/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/404/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre En % du total des recettes budgétaires
Légende Sources : calculs faits à partir des données comparées, respectivement des annexes statistiques fournies par M. Baba-Ahmed (1999) pour les années antérieures à 1993, du FMI (1998 et 2000) et de la Banque d’Algérie pour les années allant de 1993 à 1999. Quand les sources divergent, notamment pour les 5 dernières années, nous avons retenu de préférence les chiffres fournis par la Banque d’Algérie.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/404/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fiscalité pétrolière en % des dépenses totales
Légende Source : idem.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/404/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Source : Calculs effectués à partir des mêmes sources utilisées pour les tableaux ci-dessus, exception faite de la Banque d’Algérie qui ne fournit pas le détail des dépenses pour les années 1998 et 1999.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/404/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre En pourcentage du total des salaires
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/404/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Revenu brut des ménages
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/404/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Revenus des ménages (pouvoir d’achat)
Légende Source : calculs faits à partir des chiffres fournis par le FMI
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/404/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Crédit au secteur public en pourcentage du total du crédit à l’économie
Légende Sources : calculés d’après les chiffres de la Banque d’Algérie complétés par ceux du FMI.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/404/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/404/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre FBCF et taux d’épargne intérieure brute (en % du PIB)
Légende Source : FMI
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/404/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Répartition des secteurs dans le PIB (en % du PIB)
Légende Source : calculs à partir des chiffres fournis par le FMI
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/404/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Croissance du secteur industriel non pétrolier (en % annuel)
Légende Source : idem
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/404/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Production industrielle dans les entreprises publiques (Base 1989=100)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/404/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Valeur ajoutée des entreprises publiques en % de la valeur ajoutée totale
Légende Sources : calculs effectués, pour les années antérieures à 1994, à partir des annexes statistiques fournies par M. Baba-Ahmed (1999) et, pour le reste de la période, d’après les chiffres de l’Office national des statistiques.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/404/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Valeur ajoutée des entreprises publiques en % de la valeur ajoutée totale (HH et HA1)
Légende Sources : Idem
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/404/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Valeur ajoutée de l’industrie publique en % de la valeur ajoutée totale de l’industrie (HH)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/404/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Valeur ajoutée de l’industrie (HH) en % du PIB
Légende Source : idem
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/404/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Emploi industriel en % de l’emploi total
Légende Source : calculés d’après chiffres du FMI
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/404/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Part du secteur privé dans le crédit à l’économie
Légende Source : Banque d’Algérie et FMI
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/404/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/404/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 132k

Auteur

Économiste, chercheur au CNRS (GREQAM) et à l’EHESS.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540