Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Où va l’Algérie ?

 | 
Ahmed Mahiou
, 
Jean-Robert Henry

Deuxième partie. Nouvelles perspectives économiques

5. Algérie : quel développement ? Paradigme du consensus de Washington ou paradigme asiatique ?

Abdelkader Sid Ahmed

Texte intégral

1Il y a quelques années, en 1994, l’économiste américain bien connu Dani Rodrik intitulait une de ses études : « Le rush vers le libre-échange : pourquoi si tard ? Pourquoi aujourd’hui ? Va-t-il durer ? » Une année après, en 1995, il intitulait un autre de ses articles : « Cibler les bonnes interventions : pourquoi la Corée du Sud et Taiwan sont-elles devenues riches ? » En 1996, il intitulait encore un autre de ses articles : « Comprendre la réforme de la politique économique » (Rodrik, 1994, 1995, 1996).

  • 1 La Chine et l’Inde constituent de par leur taille des exemples particuliers.

2En arrière-plan de tout cela, les termes de « miracle » et de « paradigme asiatique » venaient témoigner de l’acuité du conflit entre la voie japonaise du développement, voie imitée par un certain nombre de pays asiatiques notamment, et le modèle libéral orthodoxe plus connu sous le nom de « consensus de Washington ». C’est que l’histoire du développement ne retient à ce jour que deux grandes ruptures majeures : celle amorcée par le noyau industriel occidental imitée par les pays à industrialisation tardive comme l’Allemagne, l’Italie et le Japon notamment, il y a plus de deux siècles, et celle des nouveaux pays industrialisés (NPI) et, au premier chef, le noyau asiatique d’Extrême-Orient dans le sillage du Japon1.

  • 2 Rappelons que la crise de 1998 pour ce qui concerne les pays du noyau dur, comme la Corée, était d (...)

3En un peu plus d’une génération, des pays comme la Corée et Taiwan, par exemple, ont été en mesure d’édifier des économies diversifiées efficacement insérées dans la division internationale du travail, d’éduquer leur force de travail, de créer des systèmes nationaux d’innovation à partir de politiques intelligentes de transfert et d’assimilation des technologies étrangères, de résorber leur sous-emploi et leur chômage et, partant, de porter le revenu par tête de leur population à un niveau proche de la moyenne occidentale. Ajoutons à cela, une répartition relativement égalitaire des revenus, une stabilité macro-économique et financière remarquable2, et surtout le recours à des politiques de protection sélectives dans leurs cibles sur la base d’objectifs stratégiques nationaux à moyen et long terme.

4Encadré par l’État, le marché joua un rôle clé dans ce processus de transformation, car il prévint entre autres l’apparition de rentes indues et stimula un apprentissage généralisé à travers une politique d’intégration non pas systématique et totale à l’économie mondiale, mais de type stratégique, c’est-à-dire subordonnée aux grands objectifs nationaux.

5C’est ce corpus de politiques et d’instruments constamment ajustés et renouvelés eu égard aux mutations d’ordre interne et externe, qui fonde le paradigme dit asiatique et qui s’oppose au paradigme néo-libéral orthodoxe et dont les termes du consensus de Washington constituent le modus operandi des grandes institutions financières internationales et des grands pays industrialisés à l’exception du Japon, dans leurs politiques de coopération par exemple.

6L’argument de ce texte est qu’il n’est pas possible aujourd’hui de faire l’impasse sur le paradigme asiatique dans une réflexion sérieuse sur le modèle de développement post-libéralisation. D’importantes leçons peuvent être tirées des expériences des NPI, leçons susceptibles d’alimenter les débats autour d’un réel projet de société où les Algériens se retrouvent.

7Ce texte s’articulera donc autour de deux parties : la première dressera un rapide bilan de près de quatre décennies d’indépendance tout en précisant les raisons de la crise économique traversée par le pays, la seconde, après une présentation des expériences et résultats des NPI, tentera d’esquisser les éléments d’un projet crédible de développement pour l’Algérie.

La crise du modèle algérien de développement

8Un coup d’œil rapide sur les performances algériennes en matière économique et sociale depuis l’indépendance révèle l’existence d’un contraste majeur dans l’ampleur de l’écart entre les capacités potentielles du pays – pas seulement financières – et les performances de croissance. Cette divergence entre croissance potentielle et réelle n’est pas imputable au seul écart des ressources – chronique depuis 1984-1985 – et aggravé par les programmes d’ajustement, il n’est pas non plus imputable à l’absence de volonté politique ou d’esprit de sacrifice des citoyens dans un pays où, au lendemain de l’indépendance, chacun était convaincu de la nécessité d’édifier une véritable économie nationale suite au cauchemar colonial. De fait, jusqu’à la fin des années 70, l’austérité, prix d’une accumulation rapide et de la mobilisation des cadres entre autres, caractérisa le modèle algérien de développement, modèle s’apparentant étroitement au schéma qualifié ultérieurement « d’état développemental » (Leftwich, 1995). Ce schéma, du Brésil à la Corée du Sud en passant par Taiwan, fut l’apanage d’un petit nombre de pays du Tiers Monde (Fiori, 1992 ; Grabowski, 1994).

9La rente pétrolière avec son « syndrome hollandais » (dutch disease) ne peut à elle seule rendre compte des médiocres performances enregistrées. En effet, son impact fut nul dans les années 70 comme l’a montré l’étude de Conway en raison de la planification efficace de l’économie, planification qui permit de compenser l’effet désincitateur sur le secteur productif de la rente pétrolière (Conway, 1988). Il en fut autrement avec l’abandon du modèle d’accumulation et la démobilisation des cadres dans les années 80.

10L’ajournement du processus d’intégration industrielle et économique, consécutif au ralentissement de l’accumulation du capital, alors que se profilait une chute brutale de longue durée des termes de l’échange du brut, parallèlement à l’envolée exponentielle de la dette extérieure notamment marquèrent la fin de la croissance et les espoirs d’émergence d’une classe moyenne conséquente porteuse de modernité (Sid Ahmed, 1995). Le basculement dans la pauvreté, le chômage et la clochardisation croissante d’une population, soumise à une thérapie de choc de la part du FMI, étaient dès lors logiques.

11Se trouvait ainsi remis en cause l’espoir de voir le pays tirer pleinement partie des efforts considérables déployés dans la création d’externantes dynamiques potentielles fortes dans le cadre du processus intensif d’industrialisation et de formation des années 70 à l’instar des autres États en développement du Tiers Monde (Lall, 1996). Avec la crise économique et sociale, née de l’effondrement entre autres de la rente pétrolière, la délégitimation de l’État s’accéléra.

Les facteurs à l’origine de la crise du modèle algérien

12Rappelons tout d’abord et avant toute chose une banalité : l’économie algérienne est une économie pétrolière au sens de l’économiste anglais Dudley Seers (1964) ; celui-ci, dans un article célèbre, sur la crise économique vénézuélienne des années 50, soulignait la nature extrêmement « explosive » des économies pétrolières ; dans l’économie pétrolière, la variable cruciale est le niveau de l’emploi que détermine le fond de salaire classique, au sens de Ricardo, dont le montant est fixé par celui de la rente pétrolière. Lorsque les termes de l’échange du pétrole augmentent, le fond de salaire augmente et avec lui le volume de l’emploi et le niveau absolu des salaires. Quand ces termes baissent, la situation inverse prévaut : si la baisse est importante, l’emploi et les revenus s’effondrent, le taux de change s’effondre également et l’inflation fait flamber les prix des biens salariaux, alimentant la grosse masse privée d’emplois. C’est l’explosion sociale et politique. Ce scénario que Seers avait observé lors de la crise du secteur pétrolier au Vénézuela en 1958 se généralisa dans les années 80 après les forts réajustements des prix du pétrole de 1973-1974 et de 1979-1980.

13Le pétrole brut algérien se retrouva ainsi à 10 dollars le baril environ en 1984-1985 contre 44 dollars en décembre 1979. L’évolution fut similaire pour le gaz, deuxième produit exporté par le pays. Le choc fut terrible, malgré les progrès importants réalisés en matière de transformation des hydrocarbures bruts (produits raffinés, produits pétrochimiques, GPL, etc.) qui permirent de compenser partiellement par la valeur ajoutée accrue, les pertes découlant de la dévalorisation des produits bruts. Or, les recettes du secteur des hydrocarbures constituaient à l’époque – et c’est encore le cas aujourd’hui – près de 97 % des recettes en devises du pays et près de 50 % de la fiscalité locale. Variable exogène par excellence de l’économie, le volume des recettes des hydrocarbures constitue le paramètre déterminant du niveau d’activité économique, du niveau d’emploi et d’investissement du pays.

14Ce poids considérable du secteur des hydrocarbures dans le PIB du pays détermine – comme dans les autres économies pétrolières – ce que G. Luciani appelle les « logiques d’allocation par opposition aux logiques de production ». L’État pétrolier a pour tâche essentielle la répartition des revenus externes, ce qui lui confère des pouvoirs exceptionnels et place les différents acteurs de l’économie dans une situation de dépendance évidente par rapport à lui. La stratification en classes dans ce type d’État tend à être une fonction exclusive des modes de dépenses des Etats rentiers. Elle représente une forme extrême de corporatisme où l’État non seulement réorganise, promeut, encourage ou pourfend telle ou telle catégorie professionnelle, mais crée également des secteurs nouveaux à travers les politiques redistributives de la rente.

15Au schéma classique de Philippe Schmitter, il convient d’inclure ici un aspect essentiel des États pétroliers exportateurs dans leur fonction de dépense : l’aspect patrimonial et clientéliste. Les influences personnelles l’emportent sur les actions collectives, comme le note Stevens, ainsi que sur les règles administratives. D’où des décisions ad hoc, pas toujours rationnelles, ce qui altère négativement le processus de décision et est source de forte corruption officielle.

16Les perceptions enfin des responsables publics sont fortement modifiées par le volume de la rente : d’une part, le souci d’optimisation des ressources utilisées diminue avec un accès à des fonds « illimités », tandis que, d’autre part, les grands projets difficiles à gérer de façon productive ont la faveur de l’importante bureaucratie nourrie par la rente. Le volontarisme s’impose : les investissements publics (plus de 80 % de l’investissement total en moyenne), quadruplèrent ainsi parallèlement aux réajustement des prix du pétrole en 1973-1974. Au terme du plan 1974-1977, l’investissement en vint à représenter plus de 50 % du PIB, les hydrocarbures se taillant la part du lion avec 26,4 % des investissements et 36,2 % pour les autres industries dont la sidérurgie. La part des hydrocarbures augmenta encore lors du plan suivant 1977-1980, atteignant 34,9 %.

17Ces efforts considérables et le volontarisme qu’ils reflétaient se heurtèrent à une capacité d’absorption réduite, affectant d’autant les performances globales de croissance : 4,6 % l’an pour la période 1970-1980. Cette inefficacité relative de l’investissement, observée dans presque tous les pays pétroliers au-delà de l’Algérie, souligne les difficultés que rencontrèrent les économies exportatrices de pétrole à s’industrialiser sur la base de la valorisation des ressources d’hydrocarbures et, plus largement, des ressources naturelles (sidérurgie, aluminium, etc.).

18Il n’est pas inintéressant de comparer cette situation, dont Richard Auty a longuement rendu compte, avec les succès rencontrés par les économies Scandinaves dans la création d’économies industrielles prospères sur la base de la filière bois-pulpe à papier. Les économies pétrolières, dont l’Algérie, rencontrèrent les difficultés les plus grandes à promouvoir la nécessaire industrialisation de substitution d’importation dans les biens intermédiaires et encore plus dans les biens capitaux et partant les services de pointe y afférents, ainsi que dans les nouvelles technologies de l’information (Auty, 1990, 1994).

19La diversification dynamique de l’offre de biens et services et de la structure des exportations se bloqua, les importations de produits alimentaires et surtout de biens intermédiaires, mais également des machines et du matériel de transport, connurent des accroissements considérables depuis 1973, suite à la forte demande résultant des revenus accrus versés au titre de la rente mais également de la forte demande d’investissements. La structure des importations devint incompressible ; toute réduction de ces dernières se traduisant par la baisse du niveau d’activité économique interne et de celui de l’emploi.

20Parallèlement, le lancement d’activités hautement capitalistiques lourdement tributaires de l’importation de produits, de technologies et de savoir-faire sophistiqués accrut de façon vertigineuse l’endettement externe qui atteint rapidement en Algérie, dès 1980, les 20 milliards de dollars, dette essentiellement commerciale à court et à moyen terme, puis plus de 30 milliards de dollars dans les années 90. Si les revenus pétroliers permirent d’accroître considérablement le fond de salaire, et partant le volume de l’emploi (plus de deux millions d’emplois créés depuis 1965), le caractère de plus en plus capitalistique des investissements menés suite aux progrès de l’industrialisation dans les segments complexes, limita fortement la capacité d’absorption d’emplois de l’industrie algérienne.

21Dans le même temps, les services porteurs, fortement demandeurs d’emplois furent délaissés – comme le montre l’expérience des pays industrialisés en la matière depuis plus de deux décennies – alors que l’industrialisation fut mise sous le boisseau dès 1980. Enfin, des politiques volontaristes fortes en matière d’enseignement et d’éducation de type souvent involutif – car menées au nom d’un concept identitaire discutable et tournant de ce fait le dos au progrès – empêchèrent l’industrie de bénéficier des capacités technologiques et humaines nécessaires à son développement.

La crise du modèle rentier

22Dans un tel contexte, l’effondrement des termes de l’échange des hydrocarbures algériens en 1984-1985, situation qui perdura jusqu’à tout récemment avec des prix nominaux oscillant entre 10 et 18 dollars, a, depuis, généré une situation de fond totalement ingérable. A la chute brutale de la capacité d’importation s’ajouta alors un service de la dette extérieure absorbant entre 50 et 70 % des recettes d’exportation en moyenne, phénomène aggravé par une offre locale peu diversifiée et donc une capacité d’exportation – autre que d’hydrocarbures – des plus limitée. D’où une dépendance marquée envers les importations de produits alimentaires de l’ordre de 60 à 70 % des besoins de base de la population, des biens intermédiaires et de biens capitaux étrangers.

23A mi-parcours, le secteur industriel resta incapable de fabriquer localement les biens d’investissement destinés à remplacer les capacités obsolètes et à promouvoir les nouvelles et donc les emplois nouveaux dans une situation de démographie galopante (plus de 3 % par an). Le ralentissement marqué dès le milieu des années 80 de la croissance démographique ne modifia guère le paysage. En effet, avec l’effondrement du taux de change – et, par conséquent, la hausse de prix des biens importés – la suppression progressive des subventions généreuses accordées à tout un ensemble de produits stratégiques allant des produits alimentaires aux engrais et aux produits pharmaceutiques, la réduction du niveau de l’emploi et l’incapacité à créer les emplois nouveaux exigés par les jeunes venus sur le marché du travail, la chute de la croissance résultant de l’offre limitée de devises, c’est tout l’équilibre économique et social de l’économie rentière algérienne qui se trouva affecté de plus en plus gravement à partir du milieu des années 80.

24L’État-providence rentier perdit progressivement de sa légitimité alors que le consensus social réalisé autour de la rente s’effrita régulièrement au gré de la baisse des termes de l’échange. L’économie algérienne découvrit alors que sa dépendance et sa vulnérabilité externes s’étaient accrues alors que l’objectif d’intégration du secteur industriel et de l’économie était abandonné dans les faits. Les manifestations dramatiques de 1988, appelant à la fin des privilèges des couches sociales directement articulées sur la rente à travers le monopole du pouvoir, étaient dès lors prévisibles. De ce point de vue, ces manifestations furent de même nature que celles ayant affecté d’autres économies pétrolières comme le Venezuela, le Nigeria ou le Mexique. Il n’y a donc aucune spécificité de la situation algérienne à cet égard : les mêmes causes produisirent les mêmes effets dans tous les pays rentiers non structurellement excédentaires.

25C’est la crise d’un modèle confiné sur la première transformation des ressources naturelles et des logiques redistributives primant sur les logiques productives qui, en Algérie, comme dans les économies similaires, généra la crise actuelle. Les événements de 1988 furent bien, avant tout, des protestations violentes contre la crise économique et sociale ; elles ne revêtirent en rien un caractère religieux. Un certain nombre de caractéristiques spécifiques à la région arabe, l’incapacité du pouvoir à redresser ensuite la situation, le renouveau de l’islamisme, l’existence de groupes minoritaires actifs notamment dans la prise en charge des populations les plus déshéritées, furent autant d’éléments qui permirent à ce courant d’assumer le leadership des protestations. Il est intéressant de noter qu’à l’inverse, au Venezuela, ce furent certains milieux du populisme de gauche traditionnel, dont d’ailleurs le président actuel Chavez et certains autres éléments de l’armée qui furent le moteur des protestations. Un dernier élément ayant contribué à aggraver la coupure fut le refus persistant de renégociation de la dette extérieure de la part du pouvoir en l’absence d’un cadre international équilibré du traitement des dettes des pays en développement.

26Ce n’est que très tardivement, au début de 1994, alors que le service de la dette extérieure dépassait les 80 % de recette et après que dix ans de relative stagnation eurent coûté deux à trois millions d’emplois nouveaux et plus de 70 % de croissance du PIB, que le moratoire sur la dette fut demandé et que s’amorcèrent les négociations avec les instances compétentes. Parallèlement, un plan dit d’ajustement structurel redoutable était mis en œuvre dont l’effet à ce jour est d’avoir réduit drastiquement le revenu réel des Algériens au terme des quinze dernières années sans espoir aucun de récupération proche au-delà d’éphémères booms pétroliers.

27La question du caractère approprié ou non de la purge du FMI et des mesures d’accompagnement portant sur la restructuration de l’économie, les privatisations et la réduction des dépenses publiques, constituent à cet égard une véritable bombe à retardement. De façon générale, le problème du mode d’insertion dans les échanges mondiaux – et donc de l’ouverture de l’économie algérienne – constitue une question cruciale alors que le pays s’est engagé à Barcelone en 1995 dans le schéma de la zone de libre-échange euro-méditerranéenne.

28Ceci suppose un intense effort de réflexion sur les conditions et la nature des restructurations nécessaires autour de créneaux porteurs de l’économie et sur le profd du modèle de développement sous-tendu. Ceci suppose également au préalable un large consensus politique et social. L’acceptation de la zone de libre-échange pose également indirectement le problème de l’entrée du pays à l’OMC. Ces défis et, au-delà, celui de l’adaptation de l’économie et de la société algérienne aux nouvelles réalités économiques, politiques et technologiques mondiales, à travers la mise en œuvre d’un modèle approprié de développement, impliquent la modification de la nature des formes d’exercice du pouvoir (Sid Ahmed, 1998).

Les conséquences de la crise : la croissance et l’insertion impossibles

29L’ajournement du processus d’intégration industrielle et économique suite au ralentissement de l’accumulation du capital, alors que se profilait une chute brutale du prix du brut, en même temps que l’envolée exponentielle de la dette extérieure, marquèrent la fin de la croissance et des espoirs d’émergence des élites développementales et, plus généralement, d’une classe moyenne conséquente porteuse de modernité. Avec la crise économique et sociale, née de l’effondrement entre autres de la rente pétrolière, la délégitimation de l’État s’accéléra, conduisant aux événements dramatiques des années 90 avec son cortège de destruction, le délitement du tissu social et l’exode des cadres.

30Déjà largement obsolète dans les années 80, la bureaucratie d’État se trouva d’autant affaiblie, affaiblissement conforté ensuite par le discours et le programme d’ajustement structurel imposé au milieu des années 90 par les institutions financières internationales au nom d’un libéralisme aveugle sans considération aucune des caractéristiques structurelles et de l’héritage historique du pays. Ainsi, par exemple, la dévaluation du dinar fut des plus brutales (près de 12 fois) dans une économie « dollarisée » en raison du poids majeur dans les recettes d’exportation et fiscales des ventes de brut en dollars, économie stagnante par ailleurs et fortement importatrice tant de produits de base que de biens d’équipement et de capitaux, plombée par un service de la dette parmi les plus lourds du monde, mais surtout sans capacités d’exportations oisives susceptibles d’être mobilisées par une modification conséquente des prix relatifs. Le résultat en fut la disparition d’un nombre considérable d’entreprises, la hausse du chômage, la réduction du niveau de vie, l’inflation et l’aggravation de la crise sociale, en raison de la paupérisation du gros de la population.

31Alors que les mesures entrant dans le programme du « consensus de Washington » – programme appliqué à l’Algérie – visaient entre autres à la réduction, voire à la suppression des activités de rentes (rent seeking activities, Williamson, 1990), leur application conduisit – ce qui était attendu en raison notamment de la suppression des garde-fous étatiques –à l’enrichissement débridé des tenants de l’économie informelle de bazar (dans ce cas produit de la dégénérescence de l’économie nationale) et des nouveaux groupes sociaux liés à la privatisation et à la libéralisation de l’économie (Taylor, 1993).

32De fait, en pratique, le cortège dévaluations-réduction des dépenses publiques-libéralisation financière non sélective-licenciements massifs et « bazarisation » de l’économie conduisit à la chute brutale du niveau de vie des populations, à la réduction de la taille du marché interne, ainsi qu’à l’exode externe des capitaux nationaux, bref, à une spirale déflationniste où se trouve encore aujourd’hui plongée l’économie. Résultat paradoxal si l’on considère que l’objectif des réformes était la création de conditions favorables à travers le rétablissement des fondamentaux à la reprise de la croissance. A noter que ces résultats étaient enregistrés alors que l’Algérie ratifiait l’accord de Barcelone de novembre 1995 et, plus particulièrement, l’objectif de convergence progressive des revenus et donc des productivités des rives nord et sud de la Méditerranée, à travers la « mise à niveau » des pays concernés dont l’Algérie elle-même.

33Comme cela a été observé ailleurs – notamment dans les économies étatisées d’Europe orientale, telle la Russie, ou dans le reste des PED – et sans tradition forte de marché, il n’existe pas d’institutions et d’environnement appropriés susceptibles d’assurer la relève de l’investissement public par l’investissement privé. De fait, les institutions et les professions supposées exister dans les pays de marché doivent être recréées pour soutenir le marché. Un environnement légal sûr doit être édifié pour faire respecter les droits de propriété et réguler les relations commerciales, accompagné de systèmes d’audit et comptables appropriés pour organiser et gérer l’information. Enfin, il faut stimuler les investissements dans le capital humain et notamment la gestion, la finance et le marketing. Dans certains domaines comme la réforme des marchés financiers, le rôle de l’État s’en trouvera accru (Fischer et Gelb, 1991).

34Cet héritage est aggravé dans les pays du Maghreb et du Moyen-Orient par l’existence d’États de type « sultaniste », « corporatiste », « prédateur », « patrimonialiste » ou rentier (Leca, 1993 ; Evans, 1989 ; Waterbury et Richard, 1990 ; Luciani, 1995 ; Kamravan, 1998), obstacle à l’émergence de réelles capacités entrepreneuriales au sens schumpétérien du terme, autrement dit non porteuses d’innovations, mais également à des syndicats de travailleurs autonomes et responsables (Abou Laban, 1986 ; Waterbury et Gellner, 1977, Evans, 1989).

35Articulés sur la rente, dans des systèmes clientélistes et rentiers, voire prédateurs, ces divers groupes sociaux, dont l’opportunisme est la caractéristique, ne jouèrent donc pas le rôle développementaliste attendu. Ce phénomène, conjugué à des politiques éducatives de formation et de recherche inappropriées, explique, pour une part importante, l’inefficacité relative compte tenu des énormes moyens investis et des politiques mises en œuvre depuis 1962. North a montré combien le degré de performance est étroitement lié à la nature et à l’ampleur du changement institutionnel (North, 1990).

36Bref, l’Algérie, depuis 1962, sauf bref intermède des années 70 n’a pas su, malgré d’énormes moyens financiers, mettre en œuvre les politiques soutenues du changement structurel et institutionnel qui conditionnaient l’édification d’une économie diversifiée, efficacement insérée dans la nouvelle division internationale du travail, ouverte sur les nouvelles technologies à forte productivité du travail et favorable à l’accroissement durable du revenu par tête. L’industrialisation s’est arrêtée au milieu du gué et, avec elle, la diversification du système productif et de la structure des exportations.

37L’abandon des grands projets d’intégration des grandes filières industrielles – dont la pétrochimie – dans les activités à forte valeur ajoutée mais également l’industrie mécanique et du matériel du transport entraîna ipso facto le découplage du pays des nouvelles technologies notamment. Après les honorables performances de la fin des années 60 et des années 70, la décélération des taux de croissance, conjuguée à la croissance démographique dans la seconde moitié des années 80 et des années 90 et aux programmes d’ajustement structurel, se traduisit par la baisse substantielle du revenu par tête et par l’aggravation des écarts de productivité et de revenus – notamment avec les voisins du Nord – tandis que se renforçait entre autres la vulnérabilité externe de l’économie aux fluctuations du marché pétrolier.

  • 3 La formalisation de la théorie a été opérée par J. Bhagwati.

38Disposant d’un revenu par tête supérieur en 1962 à beaucoup de PED et tout particulièrement à ceux de Taiwan et de la Corée, l’Algérie est restée très loin en arrière de ces derniers qui ont pu accroître de plus de sept fois leur revenu en moins de trente ans, rejoignant le club des pays de l’OCDE. C’est donc peu dire que l’Algérie, malgré l’ampleur des moyens financiers investis, s’est retrouvée victime du schéma dit de « croissance appauvrissante » par lequel un pays est réputé s’appauvrir malgré le renforcement du processus d’accumulation, comme l’avait déjà observé Balogh pour certaines économies européennes dans l’après-guerre dans le contexte de la pénurie de dollars3.

A la recherche d’un nouveau paradigme de développement

  • 4 Rappelons, s’il le fallait, que le pays est malheureusement exportateur net de capitaux, comme le (...)

39Dans ces conditions, dépasser un modèle fondé sur les seuls avantages comparatifs dans les ressources naturelles et qui fait jouer au seul secteur des hydrocarbures – et donc au pays dans son ensemble – le rôle stratégique de secteur de formation du capital et donc de croissance et développement au bénéfice des grandes économies industrialisées du Nord sans que ne s’amorcent les nécessaires changements structurels et institutionnels domestiques, constitue l’urgence incomparable du moment. Il est illusoire de rechercher la solution dans une libéralisation non sélective ou dans d’illusoires investissements étrangers4 à court terme, compte tenu du peu d’attractivité de l’économie algérienne actuelle.

  • 5 Le rôle de la consommation des masses et de l’équité est considéré comme primordial dans la croiss (...)

40L’appauvrissement croissant du gros de la population a des limites y compris d’ordre économique ; le rétrécissement du marché intérieur ajourne chaque fois la reprise attendue, tout en défavorisant la promotion d’un véritable secteur d’exportation, articulé sur un appareil productif diversifié et dynamique et une péréquation des coûts favorables à l’exportation : outre le rôle crucial des externalités dynamiques dans la genèse d’une compétitivité structurelle externe (Da Costa, 1994), un important marché intérieur conditionne également l’existence d’un important secteur d’exportation compétitif (Dodaro, 1991). Là encore, il ne s’agit plus de rechercher la dévalorisation du prix du travail5 pour accroître la compétitivité extérieure de l’économie, mais plutôt de faire de l’innovation (technologique, financière, organisationnelle, institutionnelle ou autre), le moteur central de l’économie. Il s’agit ni plus ni moins de promouvoir une société de connaissances et donc la valorisation des vastes ressources humaines du pays, ce qui suppose, à l’instar du Japon et ensuite des autres pays industrialisés, que le facteur travail puisse devenir une source d’innovation comme les autres.

41Les études plus récentes soulignent à l’évidence que les avantages comparatifs des nations sont de plus en plus fonction de leurs potentiels technologiques et de recherche et, au-delà, de leurs investissements en recherche-développement (Faberger, 1994). D’où l’urgence, à travers la création des institutions spécialisées appropriées, d’édifier un système national d’innovation, comme ce fut généralement le cas dans les pays dits « émergents », ce qui permit, sur la base d’un accroissement continu et durable de la productivité du travail, à ces pays de converger avec les pays anciennement industrialisés.

42Rappelons à cet égard que, signataire de l’accord de Barcelone, l’Algérie s’est engagée dans un processus de libéralisation complet de ses échanges vis-à-vis des vingt-six autres pays signataires – dont les voisins du Nord –, libéralisation devant ultérieurement s’étendre aux pays d’Europe centrale et orientale sélectionnés dans le cadre de l’élargissement à l’est de l’Union. Cette libéralisation dans le cadre du plus grand marché du monde peut constituer une chance historique pour le pays si cette opportunité s’insère dans une stratégie nationale efficace de développement privilégiant le changement structurel et institutionnel dans le cadre d’une ouverture maîtrisée et sélective, comme le montre l’exemple asiatique (Chakravarti, 1988, Singh 1994, Amsden, 1991). A défaut, cette aventure débridée en l’absence d’institutions, de structures productives et d’interfaces appropriées avec celles des partenaires du Nord notamment, débouchera sur l’annihilation du gros des efforts d’investissements réalisés jusqu’ici et par la consolidation des activités des titulaires de rentes et de quasi-rentes au dépens des activités productives et d’une baisse importante de l’emploi. Un coup d’œil rapide sur les expériences de transition en Europe orientale et en Russie ne laisse aucun doute sur ce point (Elsenhans, 1999).

  • 6 Nous avons précisé ce point dans notre contribution de 1997 au numéro spécial de la Revue espagnol (...)

43Cet effet serait encore plus dévastateur si, d’aventure, l’accord bilatéral en cours de négociation avec l’Union européenne destiné à fixer les modalités de mise à niveau de l’économie algérienne à l’objectif de la zone de libre-échange était calqué sur celui passé entre l’UE et les voisins maghrébins6.

L’Algérie et les enseignements des expériences des NPI

La grande tâche de la transformation structurelle

44Au début des années 60, confronté à l’épuisement du modèle d’industrialisation de substitution d’importation, à l’étranglement externe et à la concentration des revenus, avec, pour corollaire, l’irruption massive de la marginalité urbaine en Amérique latine, l’économiste argentin Raul Prebish appelait les États latino-américains à un nouveau sursaut : celui de la « transformation structurelle ». Le même appel peut être fait aujourd’hui pour l’Algérie confrontée en pratique à une situation quasi similaire et avec le défi identique : comment redynamiser une économie dont l’industrialisation, facteur clé du changement structurel, a été pervertie et « tronquée » et qui, de ce fait, à l’instar de nombreuses économies latino-américaines des années 80 est à la recherche d’une stratégie de développement en phase avec les mutations intervenues dans l’économie mondiale. En Amérique latine, il fut proposé que l’industrialisation devienne le pivot du changement dans les structures productives car seule en mesure de stimuler l’incorporation rapide et efficace du progrès technique. Une industrialisation entendue au sens large, c’est-à-dire en étroite relation avec les activités primaires et le secteur des services afin d’intégrer l’ensemble du secteur de production et de réduire les différences entre les niveaux de productivité, ceci allant de pair sur fond d’insertion internationale et de renouveau institutionnel (Fajnzylber, 1990, 1991).

  • 7 Ce qui explique en partie au moins le succès rencontré par la Chine dans sa politique de réforme ( (...)

45La création des conditions de propulsion durable de l’économie sur une trajectoire de croissance de 8 % l’an au minimum – et ce sur une génération pour le moins – constitue un impératif incontournable pour l’Algérie. La thérapie de choc imposée au pays dans l’incapacité où il fut de maintenir les grands équilibres – à la différence de la Chine7 par exemple – était censée créer les conditions, à travers l’assainissement macrofinancier, d’un retour à une croissance durable, nourrie par la reprise de l’investissement et la mise en œuvre du changement structurel conditionnel à la dynamisation de l’offre locale. De fait, la croissance, depuis 1994, continue de fluctuer au gré du marché de l’énergie sans jamais dépasser les 4 à 5 % en termes nominaux, alors que l’industrie peine toujours à retrouver son niveau moyen des années 80. L’erreur majeure fut de croire que le « package » de Washington pouvait, à lui seul et comme tel, constituer le nouveau moteur de croissance attendu depuis la moitié des années 80. Pourtant, les exemples abondaient déjà de nombreux cas d’échecs des pays d’Amérique latine ou d’Europe orientale, en raison des limites inhérentes aux thérapies de choc mises en œuvre (Murphy, 1989 ; Kornai, 1993 ; Fanelli, 1994). L’accroissement de l’épargne et de l’investissement, rarement au rendez-vous, comme le montre aussi le cas algérien, et la réduction du déficit budgétaire restent souvent problématiques à court terme dans un environnement macro-économique instable (voir en Algérie le problème des arriérés des banques par exemple). Ceci s’explique par divers facteurs : la réduction des salaires réels – due elle-même aux restrictions budgétaires et au chômage accru –, la dévaluation importante du taux de change réel, la restructuration des entreprises publiques, la réduction du niveau de l’activité économique, le gonflement du service de la dette extérieure en monnaie locale, tous facteurs qui en Algérie ont pesé sur l’activité alors que la hausse des taux d’intérêt condamnait à la banqueroute nombre d’entreprises, tout en favorisant celles de type spéculatif.

46La réduction de l’investissement public n’a pas été suivie d’un accroissement compensateur de l’investissement privé ; de fait, les deux types d’investissement sont très souvent complémentaires, l’investissement public jouant un rôle crucial dans la création des infrastructures d’accueil, d’une part, et la nature des économies de la région – algérienne comprise –générant un capitalisme spécifique frileux. Enfin, la privatisation des entreprises publiques, conçue comme la panacée dans le package, est des plus délicate à mener (Waterbury et Richard 1990 ; Sullivan, 1992 ; Brada, 1996). De nombreuses études montrent en effet que la nature juridique des entreprises est souvent secondaire quant à leur efficacité, comme le soulignent à l’évidence les exemples européens. L’absence, par ailleurs, au plan technique, de structures d’audit performantes et financières appropriées, ainsi que la rareté de l’épargne locale, compliquent la tâche. La dégénérescence de l’État et, par conséquent, l’absence d’une administration efficace et transparente, aggravent les risques de voir les groupes maffieux accaparer le gros des actifs divers en liaison avec les intérêts étrangers.

  • 8 Situation du pendu (Krugman, 1988).

47L’existence par ailleurs d’une dette extérieure importante, dont le service est accablant, a créé ipso facto pour l’économie algérienne une situation dite « d’overhang debt »8. Cette situation décourage – toutes choses égales d’ailleurs – l’afflux de capitaux étrangers et renchérit le coût du recours aux marchés financiers, compromettant la crédibilité des réformes, crédibilité cruciale pour leur succès (Rodrik, 1996). Dans le cas présent, la libéralisation de l’économie n’a pas mis fin aux activités de recherche de rente inhérentes au modèle antérieur de développement caractérisé par une protection tout azimut de l’activité économique et qui fit donc obstacle à une industrialisation efficace, comme cela a été déjà montré pour les pays asiatiques (Gereffy et Wyman, 1990 ; Villareal, 1990). De ce fait, les recettes accrues attendues pour l’État, notamment de l’abandon des contingents au profit du désarmement douanier, ne sont toujours pas au rendez-vous. L’expérience montre que la mise en place de mécanismes complexes d’exportations, par exemple, peut également être source de rentes et de quasi-rentes importantes dans les systèmes où continue de prévaloir le clientélisme (Taylor, 1993). Dans le cas présent, il est patent que la nouveauté fut la privatisation des monopoles publics et de leurs avantages.

48Enfin, est hautement contestable l’argument du « package » selon lequel le marché garantit une promotion efficace et optimale des activités économiques et notamment des activités industrielles. De nombreuses carences de marché (market failures), comme Arndt l’a montré, font obstacle entre autres à la promotion d’activités industrielles dynamiques, sources d’accroissement majeur de la productivité et moteur du changement structurel. Parmi ces carences, citons celles liées à l’information, aux externalités dynamiques, aux effets d’apprentissage et aux rendements croissants (Arndt, 1988 ; Romer, 1986 ; Benhabib, 1991). Ces carences sont à la base des politiques commerciales dites « stratégiques » qui constituent la face cachée des actions des grands pays industrialisés et, au premier chef, des États-Unis depuis l’après-guerre (Tayson Laura, 1986 ; Richardson, 1990 ; Baldwin, 1992 ; Nollen, 1994) et qui confèrent à l’économie globalisée ses caractéristiques oligopolistiques actuelles.

49Ces carences ont été reconnues par la Banque mondiale dans l’ouvrage de 1993, Le miracle asiatique, qui affirme cependant que ce « miracle » fut dû aux interventions fonctionnelles dites « amicales au marché » (éducation, formation, recherche, santé), interventions visant seulement à remédier aux carences « génériques » et non pas aux interventions sélectives affectant les ressources aux « winners » potentiels ciblés par l’État, comme ce fut le cas en Asie ou en Amérique latine (Lall, 1996). Ce débat, non clos à ce jour, est crucial et l’on peut s’étonner qu’il n’ait pas fait l’objet de discussions publiques en Algérie. Ce débat a eu le mérite de faire apparaître – si besoin en était – le rôle incontournable de la politique industrielle dans le développement.

Réhabiliter la politique industrielle

50Récemment, Bruton rappelait que les premières sources du développement sont l’apprentissage et l’accumulation des connaissances. Si la substitution d’importation n’a pas su créer l’environnement propice à l’apprentissage, les stratégies d’industrialisation à l’exportation oublient que l’apprentissage requiert des conditions essentiellement internes et dépendantes des caractéristiques de base de la société. D’où, comme le rappelle Bruton, le nécessaire retour à l’industrialisation de substitution sélective et couplée avec l’ouverture stratégique nécessaire (Bruton, 1998). L’évidence est qu’il existe un consensus sur le fait que les exportations non traditionnelles comportent de nombreux avantages sans aller jusqu’au fétichisme des exportations que dénoncent Rodrik et Fishlow (1994).

51La façon dont l’exportation et l’apprentissage domestique interagissent est majeure : les études menées sur l’accumulation des connaissances – notamment la connaissance tacite, l’apprentissage professionnel, etc. – combinée aux études sur le changement technologique dans les firmes et l’industrie, montrent que l’exportation n’est pas un substitut à la création d’un puissant processus d’apprentissage autochtone (Pack et Westphal, 1986 ; Westphal, 1990).

52Ce lien direct entre exportation et capacité domestique d’apprentissage a été mis en lumière par Hobday dans le cas asiatique (Hobday, 1995). L’apport des sociétés transnationales doit de ce fait être jugé par rapport à ce critère, c’est-à-dire à travers leur contribution aux efforts d’apprentissage des firmes nationales. Comme cela a déjà été souligné, l’investissement étranger sans contribution sensible au plan technologique et autres retombées quant aux producteurs nationaux règle des problèmes de court terme peut-être, mais en crée de bien plus graves à long terme (Yoshihara, 1988 ; Lall, 1994).

53L’objectif n’est donc pas d’attirer l’investissement étranger en tant que tel, mais de créer un environnement économique et social interne au sein duquel le processus d’accumulation de connaissance national bénéficie de la présence des firmes étrangères (Lepziger, 1997). Le rôle de l’État est central dans ce processus et le problème n’est pas comment le minimiser mais plutôt de voir comment l’État peut apprendre. Dans son ouvrage, la Banque mondiale reconnaissait que certains marchés ne fonctionnent pas de façon efficace, nécessitant l’action de l’État pour remédier aux carences du marché (Lall, 1994).

54De fait, cruciale est, pour le succès de l’industrialisation, la création d’une capacité technologique stimulée par les effets d’apprentissage. L’expérience, là encore, montre qu’en la matière on ne peut se limiter aux seules prescriptions néo-libérales du type « get price right », réduire ou éliminer la protection, disserter sur le caractère amical au marché de tel ou tel autre type d’intervention, libéraliser ou non les flux internationaux de capitaux ou enfin réduire le rôle de l’État dans le développement de l’industrie. Une telle approche méconnaît la nature particulière et les coûts de l’apprentissage technologique dans les activités spécifiques, les externalités induites et les complémentarités générées pouvant conduire à des carences de marché et plaider pour une approche plus sélective des politiques mises en œuvre, comme le soulignent les approches non conventionnelles élaborées depuis le début des années 80 concernant les questions technologiques dans les PED (Lall, 1992, 1996 ; Mytelka, 1998). Une technologie n’est pas un bien disponible, gratuit, appropriable à souhait, présente dans tout catalogue avec l’information nécessaire. Le choix des techniques ne dépend pas des seuls prix des produits et des facteurs de la firme et son utilisation n’est pas sans coûts, ni risques pour l’entreprise. Un certain nombre d’éléments « tacites » liés à elle ne peuvent être transférés comme un produit, puisque leur utilisation et leur maîtrise requièrent de solides qualifications, l’information technique et les méthodes organisationnelles adéquates ainsi que les liaisons externes indispensables.

55Comme le notait déjà Nelson en 1981 autant de préconditions sont d’autant plus nécessaires que les technologies sont complexes. Le processus d’apprentissage – et donc de génération d’externalités – peut être plus ou moins distordu selon la nature et la masse d’informations concernant le processus d’apprentissage lui-même, sa durée et son coût ou selon les sources d’information et de qualifications disponibles pour la firme. L’existence au nom d’une capacité d’apprentissage à apprendre peut faire la différence entre les firmes en situation de concurrence (Stiglitz, 1987 et 1989).

56L’abandon des postulats néo-libéraux, information parfaite concernant le marché de la technologie, libre accès à ce marché et donc transfert sans restriction de cette dernière, conduit à la prise en compte de carences de marché dans l’allocation des ressources. Le coût, le risque et les écarts liés à l’information entre firmes dans le processus d’apprentissage étant donnés, les firmes en situation de concurrence sous-investiraient dans les technologies présentant des durées d’apprentissage longues et coûteuses. Serait donc affecté le processus d’intensification technologique : mise en œuvre des technologies plus complexes à fort accroissement de productivité (vintages) et à fort pouvoir de création indirecte d’emplois (services de pointe liés aux nouvelles technologies), mais également l’objectif de renforcement de la composante locale des produits ou celui lié à la promotion des capacités technologiques appropriées (passage par exemple du simple montage aux activités de design et de recherche-développement). N’émergeront donc en situation de libre concurrence totale que les activités de faibles qualifications, à coûts réduits de main-d’œuvre et bénéficiant de bonnes infrastructures. La transition vers les technologies complexes à haut coefficient de capital et à facteur connaissance intensif sera découragée en l’absence d’interventions appropriées pour compenser les coûts d’apprentissage au départ (Lall, 1996).

Un nouveau rôle pour l’État réformé

57Ces considérations conduisent à réhabiliter la politique industrielle, seule à même d’amorcer, à travers l’accroissement de la productivité de l’économie, la convergence historique avec les voisins du Nord et de créer les emplois considérables dont le pays a besoin. De fait, une politique industrielle active est nécessaire pour remédier aux carences du marché, mais non pas pour s’y substituer. Les interventions sélectives permettent de pallier aux carences spécifiques – ou externalités – qui conduisent à une allocation sous-optimale de ressources tant à court terme qu’à long terme.

58Il s’agit donc en pratique d’identifier un certain nombre de secteurs-cibles porteurs destinés tout à la fois à assurer l’insertion efficace et non subie du pays dans la nouvelle division internationale du travail, tout en permettant la diversification de l’offre locale. L’objectif est la promotion d’une réelle compétitivité structurelle à partir d’un complexe de politiques industrielles, de maîtrise des savoirs et de recherche-développement appropriées non pas sur la seule base des critères statiques d’allocation des ressources, mais également sur le ciblage des activités stratégiques pour le développement.

59Dans ce schéma, il s’agit d’encadrer le marché et d’accélérer l’accumulation du capital tout en privilégiant les activités cruciales fortement exposées à la concurrence internationale et porteuses d’importantes externalités dynamiques essentielles pour l’accélération de la croissance et sa propulsion sur une trajectoire durable. Dans ce contexte, qui suppose la définition d’une complémentarité fonctionnelle entre public et privé, l’État a la charge d’assurer la transformation économique et technologique du pays dans le cadre capitaliste de l’économie globalisée à travers notamment la réduction de la dépendance technologique, la diffusion des savoirs et l’intégration industrielle (Westphal et Pack, 1986).

60Un rôle central doit être assigné à l’effort technologique domestique pour la maîtrise des technologies, leur adaptation aux conditions locales, leur amélioration, leur diffusion au sein de l’économie et leur exploitation à l’extérieur via l’accroissement des exportations de produits manufacturés, leur diversification et enfin leur exportation à l’instar de pays comme Singapour (Hill et Pang, 1991) ou la Corée (Westphal, 1990).

61Ce qui est décisif pour le succès de la politique industrielle, c’est tout à la fois le maintien d’un taux de change compétitif – ce qui ne veut pas dire bradé – la stimulation des exportations sans libéralisation indistincte des importations – en contradiction avec l’adhésion à la zone euro-méditerranéenne de libre-échange, l’identification des industries potentiellement compétitives à moyen et court terme en mesure de s’implanter rapidement sur les marchés d’exportation mais également de stimuler les liaisons inter-sectorielles cruciales pour l’intégration. La compétitivité est atteinte à travers une protection limitée dans le temps et au moyen d’incitations décroissantes et une exposition internationale croissante.

  • 9 Ce qui ne veut pas dire que la transparence est généralisée : les pays asiatiques ont connu une co (...)

62En pratique, tant les politiques industrielles que de libéralisation – ou plutôt de flexibilité – requièrent un État actif, doté d’un appareil administratif compétent, efficace et transparent9, susceptible de promouvoir les capacités technologiques locales, de capturer les externalités, de rendre compétitives les exportations et d’encourager le capital privé à dépasser les activités commerciales et financières à court terme. Les politiques menées doivent être suffisamment flexibles et les instruments utilisés appropriés, pour répondre au changement dans les conditions économiques – tant internes qu’externes – ce qui institutionnellement nécessite un État relativement isolé des interférences politiques et d’affaires. A cet égard, ce passage extrait de l’ouvrage classique de Chalmer et Johnson est significatif :

« Une élite “développementale” crée la stabilité politique à long terme, veille à un minimum d’égalité dans la répartition du revenu afin de prévenir toute exploitation sectorielle ou de classe (la réforme agraire est cruciale), définit les objectifs nationaux et les standards internationnellement orientés et fondés sur des référents externes non idéologiques, créé (ou au moins reconnaît) une élite “bureaucratique” capable d’administrer le système, et d’insulariser les “bureaucrates” des influences politiques directes pour leur permettre de jouer pleinement leur rôle technique. Elle ne monopolise pas la gestion économique ou le processus de décision, garantit le plein emploi (...) permet le développement du pluralisme politique qui pourrait battre en brèche ses objectifs » (Chalmer et Johnson, 1982, cité par Da Costa, 1994, p. 49).

63La réforme de l’État et son redéploiement sur les grands objectifs stratégiques, avec, à la clé, la mise sur pied d’un puissant noyau de « bureaucrates » doté des caractéristiques ci-dessus définies, s’imposent donc comme la précondition à la mise en œuvre de toute stratégie efficace de relance de la croissance intérieure et d’insertion active dans l’économie globale. Dans la relève des défis actuels, et notamment celui de la compétition, le rôle de l’État, État non plus rentier mais « développementaliste », est décisif dans la mise en place des grandes infrastructures de communication et de transport, la politique industrielle, l’articulation de la recherche-développement sur la production, la diffusion des connaissances et la maîtrise des savoirs. Crucial également est le rôle de l’État dans la promotion des changements structurels et institutionnels qui conditionnent la reprise d’une croissance durable et rapide du revenu par tête et la convergence avec les partenaires du Nord.

L’Algérie et le seuil critique de développement infrastructurel

64Dans une étude classique portant sur soixante économies au cours de la période 1958-1980, Baumol a identifié « trois clubs » dans l’échelle du développement. Les niveaux de revenu des pays les plus riches tendent à converger avec ceux des pays les plus pauvres au sein du club et à diverger et à décrocher par rapport aux autres « clubs » (Baumol, 1986). Explication : la diffusion du progrès technique fournit aux pays moins développés l’opportunité de se développer, mais leur capacité de rattrapage dépend notamment de l’existence d’un seuil critique de développement infrastructurel largo sensu. Les économies en deçà du seuil – et dont la demande aux secteurs de production où est concentré le progrès technique est limitée – sont dans l’impossibilité de combler leur retard par rapport aux deux autres clubs. L’Algérie se trouve heureusement dans la seconde catégorie et dispose donc des ingrédients nécessaires pour converger (revenu et productivité) avec les pays du premier club.

65Dans leur étude sur « le rattrapage historique » de Porto Rico, « cinquième tigre », Baumol et Wolff identifient trois facteurs ayant permis cette convergence. Tout d’abord l’investissement, avec deux ingrédients clés : l’innovation technologique et l’accumulation du capital à partir de l’épargne. L’innovation technologique et le transfert international des produits de l’innovation ont, selon ces auteurs, joué un rôle crucial dans les convergences des niveaux de productivité de Porto Rico avec les États-Unis, mais également dans les autres « dragons ». Une accumulation du capital « substantielle » a conditionné la mise en œuvre des innovations et leur diffusion.

66Le second facteur fut l’éducation, son niveau fut là aussi un élément clé du succès (Baumol et Wolff, 1986). Enfin, le degré d’ouverture d’une économie est important, non pas tant d’ailleurs le rythme de croissance des exportations que l’ouverture aux importations des autres pays, source privilégiée d’information sur les nouvelles technologies. D’où la nécessité urgente d’une réflexion nationale sur l’élaboration d’une stratégie de transition fondée non plus sur le seul retour à la stabilité macro-économique et financière – nécessaire par ailleurs – mais non considérée comme une fin en soi, mais sur la prise en compte des objectifs de développement de moyen et long terme associés au changement structurel et institutionnel, et à l’impératif de croissance et de plein emploi (Rodrik, 1990-1992). L’expérience des économies d’Europe orientale montre qu’il existe un niveau critique incontournable de « dotation institutionnelle économique, culturelle et politique » nécessaire pour que le même « mix » de politiques de réformes du FMI ne génère pas les effets pervers observés dans ces pays. Sans cette dotation minimale, les changements brutaux de politiques et la destruction des anciens systèmes compromettent le développement et l’industrialisation, ruinent l’emploi et aggravent les disparités de revenus.

67Le risque, perceptible aujourd’hui, est alors grand d’un enfermement dans une trappe durable de faibles régimes de croissance, le PNB restant bien derrière celui des décennies antérieures – sauf booms pétroliers persistants – avec en prime l’explosion du chômage, le chaos politique et social qui, en s’installant durablement, font obstacle à la reprise, tandis que se trouve durablement compromis l’avènement des élites et des classes moyennes et avec elles de la modernité. L’expérience des économies asiatiques montre, à l’inverse, que dans les pays répondant à certaines conditions – dont une plus grande dépendance envers le secteur agricole et les industries légères – les politiques fiscales et monétaires sont moins importantes à court et à moyen terme que ne l’affirme le menu standard. La périodisation adoptée par ces économies a favorisé au départ les réformes micro-économiques et a encouragé le développement préalable d’institutions – y compris financières ou de maîtrise de savoirs –susceptibles de répondre aux opportunités de marché et de réduire les coûts sociaux d’ajustement (Ranis, 1989, 1990 ; Svejnar, 1991 ; Fanelli, Rana, 1995 ; Ziegler, 1995).

68C’est ce constat qui nous amène, dans le cadre du projet PNUD de « réforme de la politique commerciale », à suggérer, pour l’économie syrienne, un schéma de transition gradualiste inséré dans une stratégie à moyen et long terme de croissance forte et durable avec la construction concomitante des institutions appropriées incontournables car conditionnant – faut-il encore le rappeler – les performances de l’économie (Oison, 1996).

Conclusion : éléments de stratégie

69Un certain nombre d’objectifs et d’orientation peuvent donc à la lumière des développements précédents être assignés à une nouvelle stratégie de développement en phase avec les défis d’ordre interne et externe.

70Le premier objectif incontournable est celui du retour à la croissance économique à un taux annuel moyen minimum de 8 %. C’est là la condition, comme le démontre Naqvi, tout à la fois du retour à la stabilité macro-économique, de la promotion, du changement structurel et de l’équité sociale. C’est là également la condition de la venue d’importants investissements étrangers, véhicules de transfert de technologie et de savoir-faire mais également de l’implication active de la diaspora algérienne. Rappelons à cet égard, que la région arabe dans son ensemble n’a attiré bon an mal an en moyenne ces deux dernières décennies que 1 % des investissements communautaires (Strange, 1995). Les investissements vont dans les zones à forte croissance, dans les pays non étranglés par les dettes et où les diasporas s’impliquent (Chine par exemple), comme le montre leur concentration dans les pays du Tiers Monde à forte croissance.

71Le second objectif est la mise en œuvre de politiques systématiques axées sur le changement structurel. Il s’agit d’abandonner les politiques volontaristes axées sur les logiques rentières et de replacer au cœur du modèle de développement l’objectif de production. Il ne doit plus s’agir de valoriser des ressources naturelles sans la création concomitante d’appareils productifs diversifiés et d’environnement appropriés en termes notamment de recherche et d’infrastructures technologiques et de formation. Bref, la soif en devises ne doit plus l’emporter sur l’objectif d’une économie nationale intégrée, valorisant ses ressources humaines et tirant pleinement parti des connaissances et des technologies existantes mais surtout des technologies nouvelles.

72La poursuite de l’industrialisation de substitution d’importation dans les segments complexes, au plan technologique de l’industrie, est une condition sine qua non de la valorisation des externalités potentielles et des importants effets d’apprentissage accumulés par l’Algérie depuis l’indépendance. Cette industrialisation est également indispensable pour la création massive d’emplois à travers l’émergence et la consolidation d’un secteur de services de pointe comme Park et Chan l’ont montré (Park et Chan, 1989). Elle doit cependant s’effectuer sur une base sélective par l’identification de créneaux porteurs et sans protection autre que pédagogique. Il est essentiel de tourner le dos au modèle industriel protégé de façon indiscriminée, source de rentes et quasi-rentes institutionnelles pour les pouvoirs en place. Elle doit concerner les seuls secteurs porteurs d’avenir.

73Le résultat final, attendu, c’est la création d’un appareil productif diversifié en mesure de fournir un certain nombre de biens et services nécessaires à l’investissement local et à la satisfaction des besoins de consommation mais également de produits exportables, permettant à l’Algérie d’être un véritable partenaire dans la zone de libre-échange euro-méditerranéenne et dans l’économie mondiale. Il s’agit en pratique de faire jouer aux hydrocarbures le rôle moteur du développement que joua historiquement la pulpe de bois en Scandinavie, en créant les conditions permettant à ce secteur d’induire les effets d’entraînement requis.

74Un troisième objectif est celui du changement institutionnel. La mise en place d’institutions appropriées notamment en matière financière, de formation et de recherche est souvent un facteur crucial dans l’obtention de performances globales et sectorielles de croissance. Les paramètres décisifs pour le succès des politiques de développement résident dans : (1) la capacité du pays à créer les conditions d’une réduction durable des coûts de transaction tant publics que privés ; (2) sa capacité à mettre en œuvre des stratégies efficaces ; (3) sa capacité à hiérarchiser les objectifs ; (4) à faire émerger les élites largo sensu, instruments de la modernité ; (5) à mettre en place les capacités entrepreneuriales scientifiques et technologiques ; (6) à promouvoir les structures de financement appropriées et les systèmes de formation efficaces ; (7) dans sa capacité enfin à ajuster de façon générale les structures et le mode de fonctionnement de l’économie et de la société aux changements de l’économie mondiale.

75Les travaux de Kuznets et surtout de North confirment, dans le cas du développement historique des pays occidentaux, l’importance de ces paramètres. Le fait que les pays exportateurs de pétrole du Tiers Monde aient reçu plus de 3 000 milliards de dollars depuis 1973 – dont plusieurs centaines de milliards investis dans l’industrie – montre bien que les raisons des faibles performances de croissance et les blocages de développement ne sont pas uniquement de nature financière. De plus, la rénovation de l’État, la création de cadres institutionnels favorables au changement et à la mobilisation des initiatives et des créativités de tous les acteurs à tous les niveaux constituent autant d’impératifs en ce sens. Ceci est d’autant plus vrai que les carences de marché – notamment en matière d’information d’externalité – oblige à recourir à l’État pour surmonter les carences et compléter l’action du marché.

76Il s’agit donc de créer les conditions d’un accroissement durable de la productivité de l’économie algérienne, à travers la valorisation des ressources humaines du pays, du potentiel productif existant, des connaissances et technologies disponibles et des structures institutionnelles appropriées, pour réduire l’écart de revenu avec les voisins du Nord, d’élargir le marché local sur la base d’une équité sociale accrue, articulée sur le partage transparent des fruits de la croissance, et d’enclencher le cercle de la croissance. Ceci suppose l’adoption d’une approche dynamique, transcendant l’approche étroite du modèle du FMI, modèle centré sur le seul ajustement financier à court terme et qui attend du seul marché les changements structurels et institutionnels nécessaires.

77Le problème se révèle encore plus délicat dans des économies à gestion centralisée comme l’Algérie où le marché reste à construire. L’élaboration de stratégies de transition, fondées sur le gradualisme en matière de réformes et le changement structurel et institutionnel ordonné s’avèrent incontournables. On notera enfin qu’il est illusoire d’attendre le développement de l’économie algérienne avec ses blocages structuro-institutionnels, de la seule ouverture tout azimut sur la seule base d’une hypothétique tendance linéaire sous-jacente au mouvement de globalisation qui la propulserait au niveau des économies de Nord sur la base de la seule fonction allocative d’un marché hypothétique.

78Le rôle de l’État développemental est crucial ; de son action dépend en effet la dynamisation du système local de production et des échanges mais également la mise en œuvre complémentaire à l’intégration intercontinentale Nord-Sud inspirée de Barcelone, de la nécessaire d’intégration maghrébine Sud-Sud. Nous avons montré ailleurs que cette intégration constituerait un instrument non négligeable dans le succès des politiques dites de mise à niveau entendue au sens large (réduction des coûts et efficacité accrue) mais surtout promotion des avantages comparatifs dynamiques régionaux sur la base de capacités scientifiques et technologiques communes et des échanges intra-régionaux notamment intra-industriels. C’est en tout cas les enseignements que l’on peut tirer à ce jour du fonctionnement du Mercosur (Sid Ahmed, 1989).

Bibliographie

Bibliographie

Abou Laban B. et S. (éds), The Arab world : dynamics of development, E. J. Brill, Leyde, 1986.

Amsden A., « Diffusion of development : the late industrializing and greater Asia », American Economic Review Papers and Proceedings, vol. 81, n° 2, 1991, p. 282-6.

Arndt H. N., « Market failures and under-development », World Development, vol. 16, n° 2, 1988, p. 219-29.

Auty R. et Evans D., Trade and industrial policy for sustainable resource based-development, policy, issues, achievements and prospects, CNUCED, Genève, mars 1994.

– Resource-based industrialization : sowing the oil in eight developing countries, Oxford, Clarendon Press, 1990.

Baldwin R., « Are economists traditional trade policy views still valid ? », Journal of Economic Literature, n° 30, juin 1992, p. 804-29.

Baumol W. et Wolff E. N., « Catching up in the Postwar period : Puerto Rico as the “fifth tiger” », World Development, vol. 24, n° 5, 1996, p. 869-86.

Benhabib J. et Jovanovic B., « Externalities and growth accounting », American Economic Review, vol. 81, n° 1, 1991, p. 82-113.

Bhagwati J., « Immiscrizing growth ; a geometrical note », Review of economic studies, vol. 25, n° 26, 1958.

Brada J. C, « Privatization is transition or is it ? », Journal of Economic Perspectives, vol. 10, n° 2, printemps 1996, p. 67-87.

Bruton H.J., « A reconsideration of Import substitution », Journal of economic literature, vol. XXXVI, n° 2, juin 1998, p. 903-936.

Chakravarti R., The desirable forms of economic openess in the South, polycopié, Helsinki, Wider, 1988.

Chalmer A. et Johnson A., Miti and Japanese miracle : the growth of industrial policy 1925-1975, Stanford, Stanford University Press, 1982.

Conway P., « Algeria windfalls in a socialist economy », in A. Gelb (éd.), Oil windfalls, blessing or crisis ?, Oxford University Press, 1988, p. 149-69.

DaCosta Anthony, « Structural competitiveness and development in South Korea », The Journal of Development Studies, vol. 31, n° 1, oct. 1994, p. 44-82.

Dodaro S., « Comparative advantage, trade and growth : export led growth revisited », World Development, vol. 19, n° 9, 1991, p. 1153-65.

Dore R., « Technology in a world of national frontiers », World Development, vol. 17, n° 11, 1989, p. 1665-77.

Elsenhans Harmut, « Option export-led et structures rentières dans les pays du sud de la Méditerranée », in A. Sid Ahmed (éd.), Economies du Maghreb : l’impératif de Barcelone, Éditions du CNRS, 1998, p. 275-92.

– Développement, équité et extension du marché des masses, une autre alternative. Le cas algérien, l’enjeu des PME industrielles, une perspective de co-développement euro-méditerranéen, Publisud, 2000.

Evans P. B., « Predatory, development and other apparatuses : a comparative political economy perspective on the third world state », Sociological Forum, vol. 4, n° 4, 1989, p. 651-87.

Fagerberg Jan, « Technology and international differences in growth rates », Journal of Economic Literature, vol. 32, n° 3, septembre 1994, p. 1147-76.

Fajnzylber F, « Industrialization in Latin America, from the black box to the empty box », Cuadernos de la CEPAL, series n° 6a, Santiago, 1990.

– « International insertion and institutional renewal », CEPAL Review, n°44, 1991, p. 137-167.

Fanelli J.-M. et Frenkel R., « Graduation, traitement de choc et périodisation », Revue Tiers Monde, n° 139, 1994, p. 581-613.

Fiori José Luis, « The political economy of the developmentalist state in Brazil », CEPAL Review, n° 47, août 1992, p. 173-87.

Fisher S. et Gelb A., « The process of socialist transformation », The Journal of Economic Perspective, vol. 5, n° 4, automne 1991, p. 91-107.

Fransman M., « International competitiveness, international diffusion of technology and the state : a case study from Taiwan and Japan », World Development, vol. 14, n° 12, 1986, p. 1335-96.

Gellner E. et Waterbury J (éds), Patrons and clients in Mediterranean societies, Londres, Duckworth, 1977.

Gereffi Gary, « New realities of industrial development in East Asia and Latin America », in R. A. Appelbaum et J. Henderson (éds), States and Development in the Asia Pacif Rim, Newbury Sage, 1992, p. 85-111.

et Wyman L., Manufacturing miracles : paths of industrialization in Latin America and East Asia, Princeton, Princeton University Press, 1990.

Grabowski R., « The successfull developmental state : where does it come from ? », World Development, vol. 22, n° 3, p. 413-22, 1994.

Henry Bruton J., « A reconsideration of import substitution », Journal of Economic Lietrature, vol. XXXVI, juin 1998, p. 903-6.

Hill H. et Pang P., « Technology exports from a small very open NIC, the case of Singapore », World Development, vol. 19, n° 5, 1991, p. 553-68.

Hobday M., Innovation in East Asian, Aldershot Elgar, 1995.

Johson C, « Political institutions and economic performance : the government-business relationship in Japan, South Korea and Taiwan », in E. C. Dayo (éd.), The Political Economy of the New Asian Industrialism, Ithaca, NY, Cornell University Press, 1987.

Kamravan M., « Non democratic states and political liberalization in the Middle East : a structural analysis », Third World Quarterly, vol. 19, n° 1, mars 1998, p. 63-87.

Kornai J., « Transformational recession : a general phenomenon examined through the example of Hungary’s development », Economie Appliquée, vol. 46, n° 2, 1993, p. 181-227.

Lall S., « Paradigms of development : the East Asian debate », Oxford Development Studies, vol. 4, n° 2, 1996.

– « The East Asian miracle : does the bell toll for industrial strategy », World Development, vol. 22, n° 4, avril 1994, p. 645-655.

– « Technological capabilities and industrialization », World Development, vol. 20, n° 2, février 1992, p. 165-187.

– « Industrial policy : the role of government in promoting industrial and technological development », UNCTAD Review, 1994, p. 65 à 89.

– « Exports of technology by newly industrializing countries », numéro spécial, World Development, vol. 12, n° 5-6, décembre 1998, p. 471-660.

– Learning from the Asian tigers, N. Y., St Martin’s Press, 1996(a) Leca J. et Schmeil Y, « Clientélisme et patrimonialisme dans le monde arabe », International Political Science Review, vol. 4, n° 4, 1983, p. 455-94.

Leftwich Adrian, « Bringing politics back in : towards a model of the developmental state », The Journal of Development Studies, vol. 31, n° 3, février 1995, p. 400-27.

Leipziger D. M. (éd.), Lessons front East Asia, Ann Arbor, University of Michigan Press, 1997.

Luciani G., « Allocation vs production states : a theorical framework », in G. Luciani (éd.), The Rentier State, Croom Helm, Londres, 1987, p. 65-84.

– « Resources, revenues and authoritarism in the arab world : beyond the rentier state », in Brynen, Korany, Noble (éds), Political liberalization and democratization in the Middle East, Boulder, Co, Lyne Rienner, 1995.

Mancur Olson, « Distinguished lecture on economics in government : big bills left on the sidewalk : why some nations are rich and other poor », The Journal of Economic Perspective, vol. 10, n° 2, 1996, p. 3-25.

Mc Milan J. et Naughton B., « How to reform a planned economy : lessons from China », Oxford Review of Economic Policy, vol. 8, n° 1, 1992, p. 130-43.

Murphy K., Scheifer A. et Vishy R., « The transition to a market economy : pitfalls of partial reform », Quarterly Journal of Economics, vol. 57, n° 3, 1992, p. 889-906.

Mytelka L., « Learning, innovation and industrial policy : some lessons from Korea », in N. Storper et al. (éds), Industrial policies for latecomers, Routledge, Londres, 1998.

Naqvi N.H., « The nature of economic development », World Development, vol. 23, n° 4, avril 1995, p. 543-57.

Nelson R., « Research on productivity growth and productivity differences. Dead ends and new departures », Journal of Economic Literature, vol. 19, n° 3, 1981, p. 1029-64.

Nollen D. et Quinn P., « Free trade, fair trade, strategic trade and protectionism in the US congress, 1987-1988 », International Organization, vol. 48, n° 3, été 1994, p. 491-525.

North Douglas, Institutions, institutional change and economic performance, Cambridge University Press, 1990, ch. 9.

Pack H. et Westphal L., « Industrial strategy and technological change », Journal of Development Economics, vol. 22, n° 1, mars 1986, p. 87-128.

Park S. H. et Chan K. S., « Across country input-output Analysis of intersectoral relationship between manufacturing and service and their employment implications », World Development, vol. 17, n° 2, février 1989, p. 199-213.

Rana P. B., « Reforms strategies in transitional economies : lessons from Asia », World Development, vol. 23, n° 7, juillet 1995, p. 1157-71.

Ranis G., « The role of institutions in transition growth : the East Asian, newly industrializing countries », World Development, vol. 17, n° 9, 1989, p.1443-53.

– « Science and technology policy : lessons from Japan and the East Asian Nics », in R. Everson et G. Ranis (éds), Science and Technology Lessons for Development Policy, Boulder, Westview Press, 1990, p. 157-78.

Rodrik D., « How should structural adjustment programs be designed », World Development, vol. 18, 1990(a), p. 933-47.

– « Closing the productivity gap : does trade liberalization really help ? », in G. K. Helleiner, Trade Policy, Industrialization and Development : New Perspectives, Oxford University Press, 1992.

– « Getting interventions right : the South Korea and Taiwan grew rich », Economic Policy, avril 1995, n° 20, p. 55-107.

– « The rush to free trade in the developing world : why so late ? Why now ? will it last ? », in Haggard et Weeb (éds), Votings for Reform : Democracy, Political Liberalization and Economic Adjustment, New York, Oxford University Press, 1994.

– « Understanding economics policy reform », Journal of Economic Literature, vol. XXXIV, n° 1, mars 1996, p. 9-42.

Schmitter Ph., « Still a century of corporatism », in F. Picke et T. Strich (éds), The new corporatism, Notre Dame, Ind., University of Notre Dame Press, 1974.

Seers D., « The mecanism of an open petroleum economy », Social and Economic Studies, vol. 13, n° 12, juin 1964, p. 223-41.

Sid Ahmed Abdelkader, Un projet pour l’Algérie : élément pour un réel partenariat euro-méditerranéen, Paris, Publisud, 1995.

– Economie politique de la transition dans les pays en développement : le cas de la Syrie, Paris, Publisud, 1996.

– « Transition et synergies : les PECO et les PTM : contribution à une architecture européenne équilibrée », in H. Elsenhans (éd.), Une architecture européenne équilibrée, l’ouverture de l’Union européenne vers l’Europe centrale et la Méditerranée, Paris, Publisud, 1999, p. 146-174.

– « Le Maghreb, rencontres avec le troisième millénaire : l’impératif de Barcelone », in Sid Ahmed (éd.), Economies du Maghreb : l’impératif de Barcelone, Éditions du CNRS, Paris, 1998, p. 1-37.

– « Les économies maghrébines face aux défis de la zone de libre-échange euro-méditerranéenne », in A. Sid Ahmed (éd.), Economies du Maghreb : V impératif de Barcelone, Paris, CNRS, 1998, p. 197-215.

– « La dette extérieure des PED : de la crise de la dette latino-américaine à la crise de la dette asiatique : la dette est encore la dette », in Catalano et Sid Ahmed (éds), La dette contre le droit : une perspective méditerranéenne, ISPROM-Publisud, 2000, p. 15-43.

– « Intégration maghrébine et intégration euro-méditerranéenne, leçons tirées du Mercosur », L’Annuaire de la Méditerranée, 1998, GERM-Publisud, 1999, p. 131-54.

Singh A., « Openess and the market friendly approach to development : learning the right lessons from development experiences », World Development, vol. 13, n° 3, mars 1985, p. 409-22.

Singh A., « Du plan au marché : la réforme maîtrisée en Chine », Revue Tiers Monde, tome XXXV, n° 139, juillet-septembre 1994.

Stevens P., The impact of oil on the roles of the state in economic development : a case study of the Arab World, Surrey energy economic Centre, n° 29, University of Surrey, mai 1986.

Stiglitz J., « Market, markets failure and development », The American Economic Review, mai 1989, p. 197-204.

– « Learning to learn, localised learning and technological progress », in Dasgupta et Stonemon (éds), Economic Policy and Technological Development, Cambridge, Cambridge University Press, 1987.

Strange S., « European direct investments in North Africa : the investor’s perspectives », in Ayubi (éd.), Distant Neighbours, Ithaca Press, Reading, 1995, p. 225-69.

Sullivan D., « Extra state actors and the privatization in Egypt », in Harik et Sullivan (éds), Privatization and Liberalization in the Middle East, Bloomington. Indiana University Press, 1992.

Svejnar J., « Microeconomic issues in the transition », Journal of Economic Perspective, vol. 5, n°4, automne 1991, p. 123-39.

Taylor L., « The rocky road to reform : trade industrial, financial and agricultural strategies », World Development, vol. 21, n° 4, avril 1993, p. 577-91.

– The rocky road to reform, Cambridge M. A., The MIT Press, 1993.

Villareal R., « The Latin American strategy of import substitution : failure or paradigm for the region », in Gereffy et Wyman (éds), 1990, p. 292-320.

Waterbury J. et Richard A., A political economy of the Middle East, class and economic development, Boulder, Co, Westview Press, 1990.

Westphal Larry, « Industrial policy in an export-propelled economy : lessons from South Korea’s experience », Journal of Economic Perspectives, vol. 4, n° 3, été 1990, p. 41-59.

– et Pack H., « Industrial strategy and technological change : theory versus reality », Journal of Development Economics, vol. 22, juin 1986, p. 87-128.

Williamson John (éd.), « What Washington means by policy reform », in Williamson (éd.), Latin America adjustment : How Much Was Happened ?, Washington D. C, Institute for International Economics, 1990.

Yoshihara K., The rise of ersatz capitalism in South East Asia, Oxford University Press, 1988.

Ziegler N. J., « Institutions, elites and technological change in France and Germany », World Politics, vol. 47, n° 73, 1995, p. 341-73.

Notes

1 La Chine et l’Inde constituent de par leur taille des exemples particuliers.

2 Rappelons que la crise de 1998 pour ce qui concerne les pays du noyau dur, comme la Corée, était due à un endettement privé.

3 La formalisation de la théorie a été opérée par J. Bhagwati.

4 Rappelons, s’il le fallait, que le pays est malheureusement exportateur net de capitaux, comme le soulignent les rapports de la BRI, et qu’en règle générale – sauf dynamisme particulier – le capital, contrairement à la théorie, ne va pas des pays riches vers les pays pauvres (Lucas, 1990) mais des pays pauvres vers les pays riches.

5 Le rôle de la consommation des masses et de l’équité est considéré comme primordial dans la croissance, note Hartmut Elsenhans dans son étude sur les PME algériennes (Elsenhans, 2000).

6 Nous avons précisé ce point dans notre contribution de 1997 au numéro spécial de la Revue espagnole d’information commerciale consacré aux divers accords bilatéraux, signés par les pays tiers méditerranéens.

7 Ce qui explique en partie au moins le succès rencontré par la Chine dans sa politique de réforme (Mc Millan J. et Naughton B., 1992 ; Singh, 1994).

8 Situation du pendu (Krugman, 1988).

9 Ce qui ne veut pas dire que la transparence est généralisée : les pays asiatiques ont connu une corruption importante, mais le noyau bureaucratique doit être indépendant des lobbies.

Auteur

Économiste, chercheur à l’IRD, professeur à l’IEDES (Paris 1 Panthéon-Sorbonne).

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540