Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Où va l’Algérie ?

 | 
Ahmed Mahiou
, 
Jean-Robert Henry

Première partie. Une démocratisation en chantier

2. L’Algérie dans tous ses états. De la crise à la démocratie orpheline

Nasser-Eddine Ghozali

Texte intégral

« Flux, reflux. La souffrance et la haine sont sœurs,
Les opprimés refont plus tard des oppresseurs. »
Victor Hugo, L’année terrible.

  • 1 Cf. N.E. Ghozali, « Evolution politique et institutionnelle de l’Algérie et système de légitimité  (...)

1La crise que subit le pays a derrière elle une longue histoire. On peut établir en effet que, dès la naissance du mouvement de libération nationale, les chefferies politiques et/ou militaires imposent leur propre conception de la légitimité. Érigée en principe, celle-ci a pour effet de dessaisir, une fois pour toutes, le peuple de sa souveraineté. Spolié de sa liberté, il n’a d’autre ressource que d’entériner les choix des oligarchies et le résultat de leurs conflits1.

2Pendant au moins trois décennies, le pouvoir n’a pas émané de la société et de sa volonté librement exprimée, sinon par des constructions artificielles. Le principe représentatif et, de manière générale, le constitutionnalisme ne servent qu’à masquer la non-représentativité du pouvoir. Cette oligarchie se suffit à elle-même : allergique au doute et à la contestation, elle réduit le peuple au silence entre deux consultations plébiscitaires. Les déficits de légitimité sont réglés, à l’occasion, par la voie répressive (police, sécurité militaire et justice) ; d’où la désaffection du peuple à l’égard de la chose publique et le mépris affiché à rencontre des bénéficiaires de l’État rentier.

3Nul doute que ce système accorde à l’armée une place centrale : elle en est le bras séculier. En temps de crise et de transition politique, elle n’hésite pas à intervenir, ouvertement le cas échéant. Les sanglants événements d’octobre 1988 révèlent au grand jour l’isolement du sommet politique et son incapacité à promouvoir des réformes, pourtant indispensables à sa survie. Depuis, la crise s’est amplifiée dans un climat de violence terroriste rarement égalée.

  • 2 Gouvernements K. Merbah, Mouloud Hamrouche, Sid Ahmed Ghozali, Belaïd Abeslam, Reda Malek, M. Siff (...)
  • 3 Le 11 janvier 1992.
  • 4 Le 28 juin 1992.

4C’est tout logiquement que l’instabilité gouvernementale s’est installée. Dix gouvernements se sont succédé, à raison d’un par an, en moyenne2. L’élection présidentielle du 15 avril 1999 fait de M. Abdelaziz Bouteflika le quatrième chef d’État algérien de la décennie. Trois de ses prédécesseurs ont dû interrompre leur mandat : le premier à la faveur d’une « démission-révocation » (Chadli Benjedid)3 ; le second, à la suite d’un assassinat4 attribué à une nébuleuse « mafia politico-financière » dont il avait dénoncé l’existence (Mohamed Boudiaf), le troisième à l’issue d’une certaine lassitude de devoir assumer un simple intérim présidentiel, inhérent à la transition politique (Liamine Zeroual).

  • 5 Cf. la déclaration de H. Cherif, président du Mouvement démocratique et social (MDS), au journal L (...)

5Lors de l’accession au pouvoir de Bouteflika, le pays subit les conséquences d’une implacable logique terroriste. Après en avoir payé le prix fort, il n’en finit pas d’allonger, outre des dizaines de milliers de victimes, ses anachronismes, ses déficits et ses dysfonctionnements. Il offre une panoplie presque inépuisable d’erreurs et de sujets de discordances. La tâche que se fixe l’actuel président algérien s’annonce d’autant plus problématique qu’il hérite d’une fâcheuse tendance du pouvoir à l’immobilisme. Le projet de rupture, constamment affirmé depuis 1980, demeure une coquille vide. Le discours, comme l’action du nouveau chef de l’État, ont du mal à se réclamer d’une réelle cohérence. Le nouveau régime apprend – à ses dépens – l’impossible compromis entre les deux projets antagonistes que sont l’islamisme et la démocratie. Leur mariage forcé, qu’il entend réussir, engendre, de toute évidence, une nature hybride de l’État, ambivalente : mi-moderniste, mi-islamiste5.

L’ampleur de la crise

6Laissé dans un coma profond après le départ de Chadli Bendjedid, le pays est – disait-on – au bord du gouffre. A terme, il risque de plonger dans le chaos. Tous les ingrédients d’une « guerre civile » y sont recensés. La régression touche tous les domaines.

L’hégémonie de l’idéologie arabo-islamique

  • 6 Le fameux article 120 des statuts du parti obligeait les candidats à toute fonction élective d’êtr (...)
  • 7 Un rapport établi sur la « Situation organique de base du Parti » indiquait qu’en décembre 1977, s (...)

7« La décennie noire », expression couramment employée pour qualifier le bilan de ce chef de l’État, coïncide avec l’âge d’or du parti-État établi par le 4e congrès du FLN (1979)6. Pour l’essentiel, elle a permis le triomphe d’un personnel politique improvisé : d’origine rurale, il a la particularité de fonctionner principalement sur des bases claniques. En raison de sa formation monolithique, ce personnel s’érige en défenseur acharné des valeurs arabo-islamiques. L’arabisation et la chari’a deviennent pour lui les seules normes de référence7. L’expression la plus spectaculaire en est l’adoption, en 1984, du Code de la famille qui vient réduire la femme à un statut de mineure.

  • 8 Les déperditions se chiffrent en moyenne à 300 000 chaque année, chiffre cité par L’ONS, Bulletin (...)
  • 9 Parmi les 7 000 personnes appréhendées après la proclamation de l’état d’urgence en février 1992, (...)

8Cette idéologie investit le système éducatif. La mise sur pied de l’école fondamentale sous la houlette du ministre Kharroubi induit une arabisation agressive et sectaire. L’inefficacité pédagogique8 est à la mesure de l’incompétence d’une partie du corps enseignant qui succombe à la tentation religieuse. Il s’ensuit un véritable blocus de la réflexion et de la critique. Dans ce climat d’hégémonie intégriste, des centaines d’enseignants optent, le moment venu, pour les maquis islamistes9.

  • 10 Cf. R. Galissot, « Les limites de la culture nationale », in Enjeux et avènement étatiques au Magh (...)
  • 11 Cf. J.-R. Henry, « Introduction aux nouveaux enjeux culturels au Maghreb », in J.-R. Henry (éd.), (...)

9L’assassinat de la Raison engendre des monstres, aurait dit le peintre Goya. Incontestablement, à partir des années 80, l’Islam s’installe puissamment dans la cité comme force de contestation du pouvoir. L’idéologie religieuse devient dominante, et donc légitimante10. Les milieux islamistes acquièrent une autonomie par rapport à l’État qui perd le contrôle du champ religieux. L’évolution en est facilitée par l’absence de liberté qui tend à déporter vers les problèmes culturels l’essentiel des luttes se déroulant dans le pays. Elle est également favorisée par la légitimité de la revendication culturelle de l’identité et par la crise morale qui frappe le pays11. Une partie non négligeable de la population succombe à l’attraction islamiste.

La crise économique et sociale

  • 12 Par cette expression, les économistes désignent l’exploitation euphorique du gaz naturel néerlanda (...)

10Sur le plan économique, le régime de Chadli subit les délices du « syndrome hollandais »12. Il renonce à une politique d’investissements, au profit d’une économie de distribution et de consommation de biens. Il entreprend une opération de restructuration des entreprises publiques -dont le maître d’œuvre est Mohamed Brahimi – qui aboutit à son contraire : elle entraîne une atomisation des moyens nationaux de production telle qu’elle marginalise au passage des dizaines de cadres dans la pure tradition du système des dépouilles.

  • 13 La corruption a gangrené de larges secteurs de l’économie et notamment le commerce extérieur. On s (...)

11La pratique du commerce informel – le « trabendo » – et de la corruption13 se généralise au détriment du travail productif.

  • 14 Selon El Watan du 28 avril 1993, 9 millions vivent aujourd’hui sous le seuil de pauvreté. Cf. Le M (...)
  • 15 Chiffre ramené aux alentours de 28 % selon certains experts si l’on tient compte de l’activité inf (...)
  • 16 400 000 personnes ont été licenciées ces dernières années de quelque 1 000 entreprises publiques. (...)
  • 17 L’Algérie a été le seul pays tiers-méditerranéen à connaître la récession sur la période 1990-1997 (...)

12La grande majorité de la population assiste, impuissante, à sa paupérisation : plus de 14 millions d’Algériens sont déclarés, après recensement, personnes socialement défavorisées14. Le chômage frappe 32 % de la population active15. Il risque de prendre des proportions dramatiques lors des prochaines privatisations16. La relance économique, espérée après le rééchelonnement négocié avec le FMI en 1994, se trouve sérieusement handicapée par le service de la dette extérieure. L’importance de celle-ci est telle que toute ambition de restructurer avantageusement l’appareil de production s’avère délicate. Le stock de la dette, estimée à 28 milliards de dollars, représente l’équivalent de 1056 dollars par habitant, pour un revenu par tête de 1500 dollars. Si bien qu’en moyenne chaque Algérien est endetté pour l’équivalent de 70 % de son revenu annuel17.

  • 18 Déclaration de S. Mentouri, président du Conseil économique et social (CNES), in Liberté du 2 août (...)
  • 19 Cf. déclaration du ministre de l’Industrie et de la Restructuration, in Liberté du 28 mars 2000.

13Force est de constater, aujourd’hui, le climat d’attentisme et d’indécision dans lequel s’est installée l’économie. « Les horizons sont pratiquement bouchés, le développement ... bloqué, et l’espoir ... presque perdu »18, relève le Conseil économique et social. Bref, l’économie algérienne est moribonde19.

L’échec des tentatives de résolution

  • 20 Réformes approuvées le 28 novembre 1988 par le 6e congrès du parti et par le congrès extraordinair (...)

14Les réformes auxquelles est contraint Chadli Bendjedid, après les émeutes d’octobre 1988, conduisent à la fin du monopartisme et à la mise à mort de l’option socialiste20.

  • 21 Amendements constitutionnels approuvés par référendum le 3 novembre 1988, par 92,27 % des suffrage (...)
  • 22 K. Merbah, premier chef du gouvernement algérien devant lui présenter son programme d’action, a at (...)
  • 23 Cf. amendement aux projets de loi relatifs aux associations à caractère politique (loi du 19 juill (...)

15Sur le plan constitutionnel, c’est l’affirmation de la légitimité démocratique pluraliste21. Mais bien entendu, ces réformes s’inscrivent, en réalité, dans la stratégie présidentielle de récupération du mouvement de contestation. Dès lors, le parti-État entend incarner la résistance au changement, en particulier au sein de l’Assemblée populaire nationale (APN)22. Il déploie un zèle remarquable à affirmer les valeurs islamiques, et à exiger la généralisation de la langue arabe23.

  • 24 Le FIS obtient 3 260 222 voix, le FLN 1 612 649 (15 sièges), le FFS 510 661 (20 sièges), avec un t (...)

16L’agitation que provoque le FIS est à l’origine de violents affrontements entre ses partisans et les forces de sécurité (mai et juin 1991). Mouloud Hamrouche, Premier ministre, échoue dans sa tentative de contrôler le mouvement. La rue est occupée avec des mots d’ordre aussi significatifs que « à bas la démocratie... ! Nous voulons des comptes et non des élections... ! La grève politique est le commencement de l’État islamique. » Le parti islamiste remporte les élections locales du 12 juin 1990 organisées au scrutin majoritaire à un tour. Avec 30 % des voix, il gagne 55,42 % des communes, soit 835 communes sur 1539, et 32 wilayas sur 48. Ce succès, considérable, est amplifié à l’occasion du premier tour des élections générales anticipées (26 décembre 1991). Le FIS recueille 188 sièges, et se présente en ballottage favorable dans 171 circonscriptions24.

  • 25 Cf. El Moudjahid des 5 et 6 juillet 1991.

17Ce véritable raz de marée constitue un revers pour le Premier ministre de la transition, Sid Ahmed Ghozali. Nommé le jour même de la proclamation de l’état de siège et du renvoi du gouvernement Hamrouche, il avait estimé que « la priorité des priorités consiste à permettre au peuple algérien d’élire dans les plus brefs délais, et dans les conditions impeccables, sa première Assemblée dans le cadre du pluralisme instauré par la Loi fondamentale »25. Il reconnaît donc que les élections n’ont pas été aussi « honnêtes » et « propres » qu’il l’eût voulu.

  • 26 Cf. Libération des 4 et 5 octobre 1992.
  • 27 Cité par Le Monde du 31 décembre 1991.
  • 28 Déclaration de R. Kébir, chef de la délégation exécutive de l’ex-FIS, à El Watan du 5 janvier 1992

18Le FIS, quant à lui, se félicite de la victoire de « la pureté islamique contre l’impureté démocratique », et de la volonté du peuple algérien d’instaurer une république islamique26. Les Algériens sont ainsi invités par l’imam de la mosquée El Arkam, Mohammed Saïd, « à changer leurs habitudes vestimentaires et alimentaires, et à se préparer à l’application de la loi de Dieu »27. Le parti islamiste confirme sa volonté d’œuvrer pour l’instauration d’un « État islamique inspiré des expériences d’Iran, d’Arabie Saoudite, et du Soudan », comme celle d’examiner « les statuts actuels de l’État pour en retenir ce qui est conforme au Coran et à la Sunna », l’objectif étant la restauration du « khalifat »28. Il n’a de cesse de récuser la démocratie en tant qu’« étrangère dans la maison de Dieu ». Car, « il n’y a pas de démocratie en Islam ». C’est « un concept, un mot qui n’existe dans aucun dictionnaire de langue arabe ». Tout simplement, la démocratie est kofr.

  • 29 Cf. Le Matin des 12 et 14 janvier 1992.
  • 30 Cf. pour le texte intégral de la Proclamation du HCS, El Watan du 12 janvier 1992.

19Après la démission du président Chadli, le Conseil constitutionnel déclare l’inexistence dans la Loi fondamentale de dispositions concernant « le cas de conjonction de la vacance de l’APN par dissolution, et la vacance de la présidence de la République par démission »29. Ce faisant, il ouvre la voie à l’improvisation politique et institutionnelle. Le Haut Conseil de sécurité (HCS) – organisme constitutionnel à caractère consultatif – décide la création de deux organes. Le premier, de nature présidentielle, le Haut Comité d’État (HCE), composé de cinq membres, est présidé par une figure emblématique de la Révolution, Mohamed Boudiaf. Le second, le Conseil consultatif national (CCN), a pour fonction d’émettre des avis sur les questions d’ordre législatif30.

20Sachant que ces mesures, prises pour combler le vide constitutionnel, ne peuvent se réclamer de la constitutionnalité, le gouvernement s’attache à montrer que le processus électoral a connu une dérive. Le Premier ministre précise :

  • 31 Interview du 21 janvier 1992 aux médias belges, citée dans El Watan du 22 janvier 1992.

« Il ne s’agit pas de gloser sur la question de savoir si on est dans ou hors de la constitution... Il s’agit de faire face aux exigences de la vie, de l’intégrité du devenir du pays... En fait, on n’a pas cherché à faire la démocratie pour la démocratie, mais à faire la démocratie pour couvrir un bilan, et pour assurer le maintien au pouvoir d’une équipe »31.

21Cette position a le mérite de se défier d’une approche abstraite de la démocratie. Car une telle forme de régime ne peut se satisfaire du seul respect du formalisme électoral – pour autant, d’ailleurs, qu’il s’avère régulier et loyal. Elle postule son acceptation, par le plus grand nombre, et l’engagement à en respecter les valeurs et les normes ; l’alternance au pouvoir en étant une implication possible.

  • 32 Cf. la presse quotidienne (ci-après presse) des 17 et 18 janvier 1992.

22Dans son premier discours à la nation, le président du HCE justifie l’arrêt donné au processus électoral. Tout en optant pour la nécessité d’un changement radical, il rappelle que « les institutions de l’État doivent être respectées de tous, et que l’unique voie permettant d’atteindre ces objectifs est celle d’une démocratie authentique ». Mais, « la démocratie ne signifie ni anarchie, ni atteinte aux institutions »32. Dans ce contexte, « l’association à caractère politique dénommée FIS est dissoute, après qu’il fût devenu patent que cette association poursuit au moyen d’activités subversives des objectifs mettant gravement en péril l’ordre public et les institutions de l’État ».

23A l’occasion de l’installation du Conseil consultatif national, le président Boudiaf relève l’ampleur de la crise qui touche la société « dans ses profondeurs, dans son identité, ses valeurs, ses institutions, et son fonctionnement ». Elle revêt, dit-il, trois aspects essentiels :

  • elle est morale et intellectuelle car la société connaît « une crise d’identité » ;
  • elle est politique car elle touche l’État, qui porte « l’héritage des trente années du parti et du discours uniques » ;
  • elle est économique car cette période a « généré un Parti-État bureaucratique, qui a fait de la majorité du peuple des assistés » et, d’une « minorité, des milliardaires »33.
  • 34 Cf. Le Monde des 1er et 2 juillet 1992.
  • 35 Cf. le texte intégral de la déclaration de son président, in presse du 26 juillet 1992.

24L’entreprise de moralisation, à laquelle il appelle, lui vaut de solides inimitiés, y compris, semble-t-il, au sein du pouvoir lui-même34. Le 29 juin 1992, il est la cible d’un tueur. La commission d’enquête sur l’assassinat laisse croire, le 25 juillet 1992, à la thèse d’un complot, qu’elle confirme par la suite dans son rapport final, mais sans pouvoir l’élucider35.

  • 36 Cf. la presse du 9 juillet 1992.

25Dans sa lettre de démission au nouveau chef du HCE, A. Kafi, le chef du gouvernement qualifie son départ d’acte politique qui découle d’une « logique devant permettre l’instauration de saines traditions dans les rapports entre les plus hautes institutions de l’État ». Il s’en prend « aux forces du mal qui n’ont de cesse de jouer de l’État à des fins de pouvoir », et qu’il situe dans les secteurs de l’administration, de l’économie, des médias et de la politique, « d’où elles agissent perfidement »36.

  • 37 Cf. Le Monde diplomatique, avril 1992.
  • 38 Cité dans Parcours maghrébins, n° 105, du 17 avril 1992.

26Le nouveau chef du gouvernement, Belaïd Abdeslam, ne peut se libérer d’une vision manichéiste. Il s’empêtre dans une insoluble contradiction : concilier économie de marché et économie administrée. Il se dit partisan d’une économie de guerre, « en préconisant une cure d’austérité draconienne étalée sur une période d’au moins trois ans37, à l’issue de laquelle, prétend-il, l’Algérie se débarrasserait de la dette extérieure »38. Elle reprendrait « la maîtrise de ses moyens, et ferait une politique conforme à ses choix, et non pas à une politique dictée par le FMI, et par l’extérieur ». En vérité, les mesures prises s’apparentent clairement à une politique dirigiste digne des années 60, dont il a été un des principaux artisans, sous le régime de Boumediene.

  • 39 Cf. L’Evénement, n° 118, semaine du 18 au 24 avril 1992.
  • 40 Cf. Le Quotidien d’Algérie des 23 et 25 juillet 1992.

27Le comportement populiste du chef du gouvernement se traduit par le versement de salaires sans contrepartie productive, au lieu d’affecter ces fonds à la relance de l’économie. Le secteur privé continue d’être l’objet de toutes les défiances. C’est ainsi qu’il est même accusé de faire « le jeu des partis politiques, et de la mafia politico-financière ». Belaîd Abdeslam menace de « révéler publiquement les pratiques frauduleuses de certains groupes d’intérêts »39, qu’il avait fustigés dès son installation en juillet 199240, sans pour autant ménager « les laïco-assimilationnistes ».

28Il persiste, contre toute logique, dans une démarche personnelle et isolée qui tend à prendre parfois le contre-pied de celle du HCE. L’échec de sa politique est donc inévitable. Il est démis de ses fonctions le 21 avril 1993.

  • 41 Rencontre du 16 septembre 1993 avec la presse nationale, citée dans la presse des 17 et 18 septemb (...)
  • 42 Déclaration au journal télévisé du 22 septembre 1993, citée dans Liberté du 23 septembre 1993.
  • 43 Interview à l’ENTV et à l’APS, reproduite par Liberté des 17 et 18 novembre 1993.

29Son successeur, Réda Malek, opte pour une démarche pragmatique. Il confirme la détermination du HCE à opérer la rupture, et son attachement personnel aux principes du multipartisme et du pluralisme médiatique41. Sur le plan économique, il reconnaît que le pays « n’est plus en mesure de payer son service de la dette ». Il plaide pour une « économie de marché à l’algérienne »42, sans en donner de détails. Et c’est par Jacques Delors, président de la Commission européenne, que l’on apprend que le pays a décidé de rééchelonner sa dette43.

  • 44 Cf. El Watan du 13 octobre 1993.
  • 45 Cf. les déclarations du général Touati, membre de la CDN, et du porte-parole de celle-ci, M. Bensa (...)
  • 46 Cf. les réactions de R. Kébir, in presse des 18 et 19 décembre 1993.
  • 47 Cf. la presse du 27 au 29 Juillet 1994.

30En vue d’un consensus national44 sur la période de transition, fixée à trois ans, le HCE initie un dialogue devant réunir des organisations et des associations. Les tentatives de séduire des personnalités du FIS45 se heurtent à des conditions drastiques de la part de ce parti46. La « conférence de consensus national » (janvier 1994)47 – privée aussi de la participation des FLN, FFS et RCD -, se clôt par l’adoption du « projet de plateforme portant consensus national ».

  • 48 Cf. Proclamation du HCS du 30 janvier 1994, in JORA, n° 6, du 31 janvier 1994.

31A la suite du désistement de Abdelaziz Bouteflika, la conférence propose la candidature du ministre de la Défense nationale, Liamine Zeroual, à la présidence de l’État. Ce dernier est plébiscité par le HCS le 30 janvier 199448.

  • 49 Interview à la chaîne française de télévision publique FR3, le 1er janvier 1994, citée dans El Wat (...)
  • 50 Cf. allocution d’investiture du 1er janvier 1994 et les discours radio-télévisés des 7 et 23 févri (...)
  • 51 Abassi Madami et Ali Belhadj.
  • 52 Interview du général A. Chérif in Algérie Actualité, citée par Le Monde du 13 février 1994.

32L’accession au pouvoir de Zeroual met un terme à l’existence du HCE, qui s’en était tenu à une lancinante rhétorique pour le changement. Pourtant, pour Reda Malek, le HCE « a accompli sa mission... et sauvé l’État et la démocratie »49. Le nouveau chef de l’État privilégie la politique de « concorde nationale ». Elle constitue, dit-il, le premier axe de sa stratégie pour un « nouvel ordre national », et donc pour une « véritable rupture »50. A cet effet, le dialogue national est crédité de toutes les vertus. On lui attribue la double fonction de permettre la prise en charge de la situation actuelle et le fondement de l’action politique. En gage d’ouverture et de rassemblement, on assure, dans l’entourage présidentiel, que si les deux principaux dirigeants de l’ex-FIS51 sont à même de trouver une solution à la crise politique algérienne, « ils sont les bienvenus au dialogue national »52.

  • 53 Cf. presse des 23 et 27 février 1994.
  • 54 Communiqué de la présidence de la République du 18 juin 1994, in El Watan du 19 juin 1994.
  • 55 Cf. interview du Premier ministre, M. Siffi, à l’APS, in El Moudjahid du 19 juin 1994.
  • 56 Cf. discours du président Zeroual à l’ouverture du dialogue national, in El Watan du 28 août 1994.

33Pour faire bonne mesure, le nouveau pouvoir libère des responsables de l’ex-FIS53, supprime les cours spéciales, codifie des mesures inspirées de la rahma54. Il déclare accepter même l’éventualité d’une participation des islamistes aux institutions de l’État, y compris au gouvernement55. Pour autant, le dialogue sans exclusive est subordonné à des conditions « non négociables » ou « constantes ». Ce sont : le respect de la Constitution et de la République, le rejet de la violence, le respect des libertés individuelles et collectives, le respect de la démocratie, du pluralisme politique, et de l’alternance au pouvoir par la voie du choix libre du peuple56.

34Le successeur de Reda Malek, M. Siffi (avril 1994), n’a pas de projet politique précis. Contrairement à son prédécesseur qui ambitionnait de co-gouverner, il se contente d’une mission temporaire, à caractère principalement administratif. En fait, il expédie les affaires courantes en attendant la fin de la transition.

  • 57 Pour une participation de 79,78 %, le oui l’a emporté par 84,60 % des suffrages exprimés, contre 1 (...)
  • 58 Ces partis sont le FFS, le RCD, le MDA, le MAJD et Ettahadi. Par contre, le oui a été prôné par le (...)
  • 59 Cf. Le Monde du 2 décembre 1996.

35La période de transition prend fin avec l’adoption de la Constitution le 28 novembre 199657, et l’élection du président Zeroual, à l’issue du premier scrutin pluraliste tenu en Algérie, quelles que soient, par ailleurs, les critiques émises par certains partis58 et par la presse étrangère au lendemain de cette consultation59.

  • 60 L’AIS a déclaré une trêve unilatérale le 21 septembre 1999.

36Après sa démission en septembre 1998 pour avoir, semble t-il, refusé de cautionner les accords secrets conclus avec les chefs de l’Armée islamique du salut (AIS)60, le président Zeroual peut se targuer d’avoir stoppé le processus de désintégration de l’État qui se dessinait à la veille de son mandat. Il est vrai qu’il doit largement ce succès au refus de la population de se soumettre aux injonctions du terrorisme, et à la cohésion de l’armée.

  • 61 Aux termes de l’article 9 de la Constitution « les institutions s’interdisent (...) les pratiques (...)
  • 62 Adoptée le 17 décembre 1996.
  • 63 Cf. chap. II, art. 6 à 10.
  • 64 Cf. art. 3 de la Loi.

37Reste que les réformes qu’il a pu entreprendre portent le sceau de pressions contradictoires. En témoigne la nouvelle Loi fondamentale : d’un côté, elle prohibe toute filiation religieuse, linguistique, ethnique ou régionaliste ; de l’autre, elle élève « la morale islamique » au rang d’instrument de légalité des « pratiques institutionnelles »61. Cette conception est davantage développée dans la loi portant généralisation de l’utilisation de la langue arabe, adoptée par le Conseil national de transition (CNT)62. Parallèlement, la Loi fondamentale cristallise la suprématie présidentielle tout en soulignant le primat de la souveraineté du peuple63. Pour sa part, la loi organique relative aux partis politiques confirme l’adhésion du pays au pluralisme politique et au « respect de l’alternance au pouvoir »64.

38Amené à son corps défendant aux responsabilités suprêmes, comme pour répondre à un devoir patriotique, le président Zeroual s’en démet, après avoir pris – apparemment – la mesure de la complexité des réseaux d’intérêts et d’influence.

L’an I d’une politique ambiguë

39Les ambiguïtés du nouveau chef de l’État et les déficiences de la « classe politique » algérienne se conjuguent pour alimenter les aléas d’une rupture politique inlassablement annoncée.

Les ambiguïtés

  • 65 Avec 73,8 % des suffrages et 39,75 % d’abstentions, à la suite du retrait des six autres candidats (...)
  • 66 Cité dans Le Quotidien d’Oran du 12 juillet 2000.
  • 67 Cité dans Liberté du 13 avril 2000.
  • 68 Cf. Le Matin des 24 et 25 mars 2000, et Liberté du 23 août 2000.

40Élu à la magistrature suprême65 après le retrait des autres candidats, le président Bouteflika ne laisse pas de surprendre par une politique contrastée. Il rassemble autour de lui des courants opposés en se gardant bien de satisfaire totalement les membres de la coalition hétéroclite ainsi formée. Il concède à chacun des mesures partielles, mais tous trouvent des motifs d’insatisfaction, ceux du mouvement républicain » comme ceux de 1’« ordre » moral arabo-islamique. A cet égard, si les leaders islamistes du MSP et d’En-Nahda sont obsédés par le moindre signe de « dérives laïcistes et francophiles » du gouvernement, à l’inverse, le chef du RCD souligne pour prouver « l’absence de rigueur... et de cohérence des autorités..., l’absence de messages clairs et d’actes concrets et lisibles... »66. Bref, il se dit « agacé d’entendre une chose et son contraire »67, même si le programme du gouvernement est jugé « globalement porteur de modernité »68.

41Ce projet, formellement moderniste, tire son bien-fondé des trois priorités que s’assigne le président Bouteflika. Pour autant, sa mise en œuvre s’avère amplement problématique.

  • 69 Approuvée le 16 septembre 1999 par 98,6 % des voix. La loi a permis la reddition de quelque 5 500 (...)
  • 70 Pour 92,7 % des Algériens interrogés, la situation sécuritaire s’est améliorée. Sondage réalisé pa (...)
  • 71 Cf. El Watan des 6 et 7 octobre 2000 et Liberté du 16 octobre 2000.
  • 72 Cf. la déclaration du chef du RND, ministre de la Justice, ancien Premier ministre in Liberté les (...)
  • 73 Cf. déclaration de Benrabah, président du Comité de coordination pour la vérité et la justice, in (...)
  • 74 Parmi les 5 500 islamistes « repentis », seuls 350 ont fait l’objet de poursuites judiciaires. Les (...)

42La première priorité consiste à « instaurer la paix et la concorde civile nationale sans lesquelles aucune action n’est possible de façon durable ». La loi sur la concorde civile69, massivement approuvée par l’électorat, a eu pour effet de réduire la violence armée de manière sensible70. Mais les terroristes « repentis » (!) récupèrent – peu ou prou – leur capacité d’endoctrinement et de nuisance sur les lieux de culte, à l’université71 et ailleurs72. Les signes ostentatoires affichés à nouveau par les islamistes rappellent les années 90. Par-dessus tout, on entend imposer l’impossible oubli aux familles victimes du terrorisme73. Or, peut-il y avoir une paix sans justice74 ?

  • 75 Le gouvernement de A. Benflis se propose de réformer en profondeur le système éducatif jugé « comm (...)
  • 76 Cf. la presse des 17, 18 et 19 mai 2001.

43La deuxième priorité réside dans « la poursuite et l’approfondissement des réformes pour consolider le processus démocratique et moderniser l’économie en vue d’une relance de la croissance ». Aussi vraie que soit la volonté du chef de l’État de réformer en profondeur les institutions et renouer avec la croissance en vue de répondre – un tant soit peu – aux urgences sociales, elle ne s’exprime pas dans une pratique cohérente et lisible. Dans certains domaines – la justice et le système éducatif75 –, deux chantiers qui lui tiennent à cœur, Bouteflika a mis en place deux commissions d’étude. Dans d’autres – la révision du Code de la famille et la réforme de la constitution – il se contente de lancer l’idée, quitte à y renoncer ou à y revenir par la suite. Et, enfin, la presse privée voit sa liberté indéniablement menacée par les récents amendements apportés au code pénal. Nommés « Amendements Dilem » du nom du plus célèbre caricaturiste algérien, ils visent à alourdir les peines pour diffamation contre les corps constitués et les atteintes au chef de l’État. Ils visent également les prêches jugés « subversifs »76.

44Partagé entre ses convictions personnelles et les exigences de ses alliés islamistes, le président se contraint à de délicats exercices d’équilibre politique et de syncrétisme idéologique.

« L’Algérie refuse la fausse alternative qui l’obligerait à choisir entre islam et modernité. Sur la voie de la démocratisation et de l’économie de marché, elle veut trouver une démarche authentique, ne niant pas l’Islam, mais à même – par le débat libre – d’émanciper la foi de sa subordination aux objectifs humains de pouvoir, et ainsi notre société et les sociétés islamiques, de l’immense chape qui, depuis dix siècles, en étouffant l’esprit critique (...), a contribué à les éloigner du courant universel de progrès intellectuel ».

  • 77 Discours prononcé lors du dîner-débat organisé par le mensuel Passages, cité par Le Monde du 17 ju (...)
  • 78 Cf. les déclarations de son secrétaire général, in El Watan du 27 mars 2000.
  • 79 Le directeur général de la compagnie Sonatrach a confirmé des rentrées de l’ordre de 20 milliards (...)
  • 80 Des mesures de suspension ont frappé des membres du corps préfectoral et de la magistrature. Des m (...)
  • 81 Cf. déclaration de Sid Ahmed Ghozali, in El Watan du 9 août 2000.
  • 82 Cf. déclaration du président du CNES à l’ouverture des travaux de la 17e session plénière, le 15 m (...)

45Il est bien vrai que le passage de l’économie dirigée à l’économie de marché ne relève pas, rappelle-t-il, de « l’inspiration céleste. C’est une culture que le peuple algérien n’a pas ». D’autant qu’il y a des « intérêts occultes imbriqués qui font que la machine est grippée »77. Sans compter l’hostilité déclarée du syndicat UGTA aux privatisations78. Finalement, faute d’impulsion décisive, la sphère économique continue de connaître un climat d’expectative. En dépit d’une providentielle flambée des cours du baril79. Des mesures ont bien touché les secteurs de la justice ou de l’administration préfectorale, mais leur caractère « spectaculaire »80 ou la simple réflexion théorique ne peuvent être assimilés, au mieux, qu’à des mesures démagogiques, au pire, à de « l’agitation verbale et irréfléchie »81. Reste que la faible valorisation du potentiel économique et la persistance de lourdes contraintes sociales renforcent l’impression d’une économie bridée, encore sous l’emprise de l’ajustement82.

  • 83 L’actuel chef de gouvernement A. Benflis a déclaré dans son programme présenté à l’APN que « le go (...)
  • 84 Il comprend le FLN, le RND, le RCD, l’ANR, le PRA et les deux partis islamistes, le MSP et En-Nahd (...)

46Le gouvernement, qui est censé être au moins l’exécutant de ces réformes83, est lui-même en butte aux blocages résultant de son caractère composite et de l’autoritarisme présidentiel. Formé – après huit mois de tractations – de ministres appartenant à sept partis politiques, sans compter les indépendants84, le gouvernement englobe presque toutes les tendances de l’échiquier politique.

  • 85 Cf. texte intégral de la lettre de démission, in El Watan du 28 août 2000.
  • 86 Il continue à bénéficier d’une bonne image auprès d’environ 65 % des sondés. Cf. El Watan du 16 av (...)

47Son chef ne gouverne pas. Il ne peut aspirer à le faire aux côtés d’un président omniprésent, omnipotent et omnicompétent. L’ancien Premier ministre A. Benbitour en a fait l’amère expérience : il a fini par admettre qu’il n’y a pas place pour un bicéphalisme en Algérie dans les conditions actuelles, encore moins pour une dyarchie. Dans sa lettre de démission, A. Benbitour a fait grief à son « tuteur » d’avoir établi un gouvernement parallèle par le biais de « l’administration présidentielle »85 et d’avoir ignoré la Constitution en matière de répartition de compétences entre les deux têtes de l’exécutif. Il n’empêche que le président continue à bénéficier d’une image favorable au sein de l’opinion publique86.

  • 87 Cf. discours-débat précité.

48Le troisième axe du programme présidentiel vise « à assurer une meilleure insertion du pays au niveau régional et international, à travers la consolidation de l’édifice maghrébin commun, la conclusion d’un accord d’association avec l’Union européenne, et l’adhésion de l’Algérie à l’OMC »87. On n’est pas étonné qu’en sa qualité de diplomate reconnu, le président Bouteflika puisse se flatter sur ce plan d’un franc succès. Au prix d’une véritable offensive sur la scène internationale, il a réussi à redresser, à l’étranger, l’image du pays passablement ternie.

Les carences congénitales de la classe politique

  • 88 Loi n° 89/11.
  • 89 Cf. sur ce point M. Harbi, in L’Indépendant, semaine du 2 au 8 mars 1991.

49A la date du 14 décembre 1989, le nombre de partis agréés conformément à la loi du 5 juillet 1989 relative aux associations à caractère politique est de douze88. En 1991, ce chiffre frôle la soixantaine. Mais nombre d’entre eux apparaissent davantage comme des groupes déterminés de personnes bénéficiant, au passage, des subsides incontrôlés de l’État. Les ambitions personnelles de leurs fondateurs induisent une conception patrimonialiste de l’institution : elle est perçue comme un bien privé89. En réalité, la classe politique algérienne est en voie de formation. Son caractère embryonnaire, comme l’absence de culture démocratique, concourent à réduire la vie politique à sa plus simple expression.

  • 90 Le FLN, le FFS, le RND, le RCD, le MSP, En-Nahda, le MDS, le PRA...
  • 91 3 Algériens sur 4 n’accordent aucune confiance aux partis politiques. Sondage d’opinion réalisé pa (...)

50Aujourd’hui, quelques partis prédominent sur la scène politique90, mais leur image auprès de l’opinion publique s’avère médiocre91. Très peu peuvent se revendiquer d’une envergure nationale. Lorsque c’est le cas, ils apparaissent ou bien comme l’héritage d’un passé, tournés qu’ils sont vers la glorification des constantes révolutionnaires – à l’instar du FLN – ou bien comme le produit de pures opportunités politiques, comme le RND. Les partis dits de la mouvance démocratique, quant à eux, n’ont qu’un impact limité sur la vie politique nationale : soit parce qu’ils n’échappent pas à la critique de l’implantation régionale (En-Nahda) et sont fortement marqués par le leadership incontesté de leur chef (FFS), soit parce qu’ils restent très attachés à une vision laïciste (RCD), soit parce que leur représentativité demeure toute relative (ANR, MDS, FD).

  • 92 Cf. El Watan des 11 et 12 août 2000. Cf. aussi les déclarations du leader du MRN, Djaballah, in Li (...)

51Pour ce qui est des partis ouvertement islamistes, l’instauration d’un État islamique constitue le projet commun. Seule change la méthode pour y parvenir. Le MSP et En-Nahda ont un pied dans le gouvernement, un pied dans l’opposition. L’avantage de cette situation est de tirer profit des succès du gouvernement le cas échéant, et de pouvoir dénoncer ce qui relève, à leurs yeux, des choix de modernité, incompatibles, par essence, avec le projet religieux. Pour preuve, leurs réactions aux initiatives du président Bouteflika concernant la justice, le système éducatif, la place de la femme dans la société et celle de la langue française, la rencontre avec des personnalités israéliennes ou même... la visite d’un chanteur juif. Ils sont à l’affût du moindre signe de mise en cause du dogmatisme idéologique et culturel : « Il y a dévalorisation du statut de l’identité arabo-islamique », affirme le chef du MSP, qui plaide pour « la réconciliation entre l’État et la mosquée, et la promotion de l’islam et de la langue arabe »92.

52Sans conteste, l’hégémonie islamiste reste suffisamment implantée dans certains appareils administratifs et idéologiques d’État : le système scolaire et universitaire, le système judiciaire, principalement. Sa pression s’exerce tout autant sur des partis aussi « représentatifs » que le RND et le FLN. C’est dire le chemin qui reste à parcourir pour parvenir à la socialisation de l’idée de modernité comme à celle d’une certaine sécularisation du pouvoir que requiert la démocratie.

Conclusion

  • 93 Cf. la presse du 2 au 16 mai 2001.
  • 94 Le leader du FFS vient d’adresser au pouvoir la dissolution du gouvernement et du Parlement au pro (...)
  • 95 La nomination de Belkhadem, islamiste notoire, au poste de ministre des Affaires étrangères n’est (...)

53Rien ne sert de nier que le pays est confronté à une crise telle que la paix sociale peut à tout moment être rompue, comme viennent de le rappeler les sanglants événements de Kabylie. Aux foules de jeunes qui ont crié leur colère et réclamé justice, travail et dignité, les forces de l’ordre ont répondu par des tirs à balles réelles faisant des dizaines de victimes93. L’héritage « bonapartiste », les surenchères « culturalistes », le délabrement économique, le clientélisme politique, la corruption et le terrorisme sont autant de pathologies qui pèsent comme une épée de Damoclès sur le devenir du pays. Cette crise oblige, in fine, à réfléchir au problème majeur de la responsabilité politique inhérente94, en principe, à l’exercice du pouvoir et à la nécessaire justice qui doit sanctionner le crime. Qu’il soit de nature politique, économique ou a fortiori terroriste, le crime ne doit souffrir d’aucune impunité, sous peine de la défaite de l’idée même de démocratie. Pour l’heure, c’est cette tendance qui semble prévaloir alors que le pouvoir personnel trouve de nouveau matière à se déployer, confirmant ainsi son allergie à toute notion d’équilibre et de contre-pouvoir. L’inertie politique est à peine perturbée par des concessions à l’islamisme95 pendant que des massacres se poursuivent...

  • 96 Cf. déclaration de M. A. Benachenou, ministre des Finances, devant l’APN, le 15 mai 2001 ; cf. Lib (...)

54Comme le reconnaît un ministre influent, « si l’Algérie ne met pas en œuvre les réformes économiques profondes contenues dans le programme du gouvernement, elle risque de tomber dans l’oubli. Pire, elle disparaîtra de la carte des intérêts nationaux96.

Notes

1 Cf. N.E. Ghozali, « Evolution politique et institutionnelle de l’Algérie et système de légitimité »,. Revue algérienne des sciences politiques, économiques et juridiques (RASJEP), 1981, n° 4. Cf. aussi Le mouvement national algérien MNA de Messali Hadj, Mémoire de DES de sciences politiques, Paris I, 1970.

2 Gouvernements K. Merbah, Mouloud Hamrouche, Sid Ahmed Ghozali, Belaïd Abeslam, Reda Malek, M. Siffi, A. Ouyahia, S. Hamdani, A. Benbitour, A. Benflis.

3 Le 11 janvier 1992.

4 Le 28 juin 1992.

5 Cf. la déclaration de H. Cherif, président du Mouvement démocratique et social (MDS), au journal Le Quotidien d’Oran du 27 mai 2000. Cf. aussi Liberté des 13 et 14 octobre 2000.

6 Le fameux article 120 des statuts du parti obligeait les candidats à toute fonction élective d’être militants du parti. De même, l’article 102 de la Constitution de 1976 réservait l’accès aux fonctions gouvernementales et à la haute administration aux membres de la direction du parti, à moins d’y être appelé par le président de la République. Cf. sur ce point N.E. Ghozali, « Les Statuts du Parti adoptés par le quatrième congrès », Revue algérienne des sciences juridiques, économiques et politiques (RASJEP), 1982, n° 3.

7 Un rapport établi sur la « Situation organique de base du Parti » indiquait qu’en décembre 1977, sur 382 927 militants que compte le FLN, 127 694, soit 33 % du nombre total, n’ont aucun niveau d’instruction ! Le nombre de militants ayant un niveau de formation supérieure est de 21 359, ce qui représente 6 % du total. Si bien que, sur un électoral de près de 15 millions, seuls 300 000 militants avaient le droit d’accès à la gestion des affaires publiques. Seulement une centaine de membres du comité central pouvaient aspirer aux postes de responsabilité. Cf. M. Brahimi, « Les événements d’octobre 1988 : la manifestation violente de la crise d’une idéologie en cessation de paiement », RASJEP, n° 2, décembre 1990, p. 693-694.

8 Les déperditions se chiffrent en moyenne à 300 000 chaque année, chiffre cité par L’ONS, Bulletin n° 162. A la veille de la rentrée 2000-2001, le ministre de l’Éducation nationale, A. Benbouzid a estimé que « si 4000 postes budgétaires ne sont pas immédiatement débloqués, la rentrée risque de ne pas avoir lieu dans certaines régions ». Cf. L. Benchiba et A. Ellyas, « Le mur de l’argent fragmente la société algérienne », Le Monde diplomatique, octobre 2000.

9 Parmi les 7 000 personnes appréhendées après la proclamation de l’état d’urgence en février 1992, figurent 1224 enseignants, Cf. Liberté du 29 avril 1993.

10 Cf. R. Galissot, « Les limites de la culture nationale », in Enjeux et avènement étatiques au Maghreb, CRESM, Éd. du CNRS, 1986, p. 53.

11 Cf. J.-R. Henry, « Introduction aux nouveaux enjeux culturels au Maghreb », in J.-R. Henry (éd.), Nouveaux enjeux culturels au Maghreb, CNRS éditions, p. 13 et ss.

12 Par cette expression, les économistes désignent l’exploitation euphorique du gaz naturel néerlandais par les Pays-Bas qui tend à marginaliser toute politique de développement à long terme. Elle qualifie donc la « malédiction » des matières premières.

13 La corruption a gangrené de larges secteurs de l’économie et notamment le commerce extérieur. On se contentera de mentionner l’affaire Belloucif. Ce général major de son état et dauphin présumé du président Chadli Bendjedid a détourné, selon la commission d’enquête composée de généraux, 24 milliards de centimes (Cf. Rapport intégral de la Commission, in El Watan du 27 avril 1992).

14 Selon El Watan du 28 avril 1993, 9 millions vivent aujourd’hui sous le seuil de pauvreté. Cf. Le Monde du 15 juin 2000.

15 Chiffre ramené aux alentours de 28 % selon certains experts si l’on tient compte de l’activité informelle.

16 400 000 personnes ont été licenciées ces dernières années de quelque 1 000 entreprises publiques. La centrale syndicale UGTA s’attend à 400 000 autres pertes d’emploi. Cf. Le Monde du 15 juin 2000. La publication de listes d’attributaires de logements a donné lieu dans différentes régions à de vives réactions de la population. A Bel Abbès, par exemple, la colère a tourné à l’émeute. Cf. Le Quotidien d’Oran des 24 et 25 juillet 2000.

17 L’Algérie a été le seul pays tiers-méditerranéen à connaître la récession sur la période 1990-1997, avec une moyenne annuelle de 1,6 %. Sur tous ces chiffres, cf. CNES, « La dette extérieure des pays du sud de la Méditerranée, obstacle au partenariat euro-méditerranéen », Rapport présenté au colloque international tenu à Annaba les 4-5-6 décembre 1999, p. 64 à 70.

18 Déclaration de S. Mentouri, président du Conseil économique et social (CNES), in Liberté du 2 août 2000. Cf. aussi rapport de conjoncture adopté lors de la 15e session du CNES, in Liberté du 17 mai 2000.

19 Cf. déclaration du ministre de l’Industrie et de la Restructuration, in Liberté du 28 mars 2000.

20 Réformes approuvées le 28 novembre 1988 par le 6e congrès du parti et par le congrès extraordinaire du 30 novembre 1989.

21 Amendements constitutionnels approuvés par référendum le 3 novembre 1988, par 92,27 % des suffrages exprimés. Et Constitution du 23 février 1989 adoptée par 73,23 % des suffrages exprimés. Cf. JORA, n° 9 du 1er mars 1989.

22 K. Merbah, premier chef du gouvernement algérien devant lui présenter son programme d’action, a attendu sept jours pour le faire adopter. Sid Ahmed Ghozali, successeur de Mouloud Hamrouche (5 juin 1991), a vu quant à lui son projet de loi électorale vidé de sa substance. Le texte adopté par l’APN a été considéré par lui comme « une gifle pour le peuple ». Cf. El Watan du 15 octobre 1991.

23 Cf. amendement aux projets de loi relatifs aux associations à caractère politique (loi du 19 juillet 1989) et au code électoral (loi du 26 juillet 1989).

24 Le FIS obtient 3 260 222 voix, le FLN 1 612 649 (15 sièges), le FFS 510 661 (20 sièges), avec un taux d’abstention de 41,5 % (résultats proclamés par le Conseil constitutionnel le 30 décembre 1991).

25 Cf. El Moudjahid des 5 et 6 juillet 1991.

26 Cf. Libération des 4 et 5 octobre 1992.

27 Cité par Le Monde du 31 décembre 1991.

28 Déclaration de R. Kébir, chef de la délégation exécutive de l’ex-FIS, à El Watan du 5 janvier 1992.

29 Cf. Le Matin des 12 et 14 janvier 1992.

30 Cf. pour le texte intégral de la Proclamation du HCS, El Watan du 12 janvier 1992.

31 Interview du 21 janvier 1992 aux médias belges, citée dans El Watan du 22 janvier 1992.

32 Cf. la presse quotidienne (ci-après presse) des 17 et 18 janvier 1992.

33 Cf. la presse du 23 avril 1992.

34 Cf. Le Monde des 1er et 2 juillet 1992.

35 Cf. le texte intégral de la déclaration de son président, in presse du 26 juillet 1992.

36 Cf. la presse du 9 juillet 1992.

37 Cf. Le Monde diplomatique, avril 1992.

38 Cité dans Parcours maghrébins, n° 105, du 17 avril 1992.

39 Cf. L’Evénement, n° 118, semaine du 18 au 24 avril 1992.

40 Cf. Le Quotidien d’Algérie des 23 et 25 juillet 1992.

41 Rencontre du 16 septembre 1993 avec la presse nationale, citée dans la presse des 17 et 18 septembre 1993.

42 Déclaration au journal télévisé du 22 septembre 1993, citée dans Liberté du 23 septembre 1993.

43 Interview à l’ENTV et à l’APS, reproduite par Liberté des 17 et 18 novembre 1993.

44 Cf. El Watan du 13 octobre 1993.

45 Cf. les déclarations du général Touati, membre de la CDN, et du porte-parole de celle-ci, M. Bensalah, in presse du 1er décembre 1993.

46 Cf. les réactions de R. Kébir, in presse des 18 et 19 décembre 1993.

47 Cf. la presse du 27 au 29 Juillet 1994.

48 Cf. Proclamation du HCS du 30 janvier 1994, in JORA, n° 6, du 31 janvier 1994.

49 Interview à la chaîne française de télévision publique FR3, le 1er janvier 1994, citée dans El Watan du 2 janvier 1994.

50 Cf. allocution d’investiture du 1er janvier 1994 et les discours radio-télévisés des 7 et 23 février, 12, 18 et 19 mars 1994.

51 Abassi Madami et Ali Belhadj.

52 Interview du général A. Chérif in Algérie Actualité, citée par Le Monde du 13 février 1994.

53 Cf. presse des 23 et 27 février 1994.

54 Communiqué de la présidence de la République du 18 juin 1994, in El Watan du 19 juin 1994.

55 Cf. interview du Premier ministre, M. Siffi, à l’APS, in El Moudjahid du 19 juin 1994.

56 Cf. discours du président Zeroual à l’ouverture du dialogue national, in El Watan du 28 août 1994.

57 Pour une participation de 79,78 %, le oui l’a emporté par 84,60 % des suffrages exprimés, contre 15,4 % de non. Cf. la presse du 2 décembre 1996.

58 Ces partis sont le FFS, le RCD, le MDA, le MAJD et Ettahadi. Par contre, le oui a été prôné par le FLN, le PSD, le PRA et l’ANR. Les partis islamistes Hamas et En-Nahda n’ont pas donné de consignes de vote. Cf. la presse du 1er au 6 décembre 1996.

59 Cf. Le Monde du 2 décembre 1996.

60 L’AIS a déclaré une trêve unilatérale le 21 septembre 1999.

61 Aux termes de l’article 9 de la Constitution « les institutions s’interdisent (...) les pratiques contraires à la morale islamique ».

62 Adoptée le 17 décembre 1996.

63 Cf. chap. II, art. 6 à 10.

64 Cf. art. 3 de la Loi.

65 Avec 73,8 % des suffrages et 39,75 % d’abstentions, à la suite du retrait des six autres candidats, Ait Ahmed, Hamrouche, Djaballah, T. Ibrahimi, Khatib et Siffi.

66 Cité dans Le Quotidien d’Oran du 12 juillet 2000.

67 Cité dans Liberté du 13 avril 2000.

68 Cf. Le Matin des 24 et 25 mars 2000, et Liberté du 23 août 2000.

69 Approuvée le 16 septembre 1999 par 98,6 % des voix. La loi a permis la reddition de quelque 5 500 islamistes armés selon un mémorandum d’Amnesty International (AI) publié in El Moudjahid du 19 septembre 2000.

70 Pour 92,7 % des Algériens interrogés, la situation sécuritaire s’est améliorée. Sondage réalisé par l’Institut Abassa in Le Quotidien d’Oran du 10 juin 2000.

71 Cf. El Watan des 6 et 7 octobre 2000 et Liberté du 16 octobre 2000.

72 Cf. la déclaration du chef du RND, ministre de la Justice, ancien Premier ministre in Liberté les 13 et 14 octobre 2000. Cf. témoignages recueillis auprès de la population algérienne par Liberté du 27 septembre 2000.

73 Cf. déclaration de Benrabah, président du Comité de coordination pour la vérité et la justice, in F. Beaugé, « Impossible oubli, inacceptable amnistie », Le Monde du 1er juin 2000.

74 Parmi les 5 500 islamistes « repentis », seuls 350 ont fait l’objet de poursuites judiciaires. Les autres, mis sous probation, sont – de facto – amnistiés. Cf. mémorandum AI précité. Par ailleurs, plusieurs dizaines de « repentis » ont regagné les maquis.

75 Le gouvernement de A. Benflis se propose de réformer en profondeur le système éducatif jugé « comme question par excellence qui interpelle toute la société algérienne ». Cf. discours en séminaire international portant sur « la formation, outil de performance économique ». in El Moudjahid du 25 septembre 2000.

76 Cf. la presse des 17, 18 et 19 mai 2001.

77 Discours prononcé lors du dîner-débat organisé par le mensuel Passages, cité par Le Monde du 17 juin 2000.

78 Cf. les déclarations de son secrétaire général, in El Watan du 27 mars 2000.

79 Le directeur général de la compagnie Sonatrach a confirmé des rentrées de l’ordre de 20 milliards de dollars en l’an 2000. Cf. Liberté du 17 octobre 2000.

80 Des mesures de suspension ont frappé des membres du corps préfectoral et de la magistrature. Des mesures de dissolution ont affecté des organismes comme le Conseil supérieur de la jeunesse et celui de l’éducation, l’Observatoire national de surveillance et de prévention de la corruption, etc.

81 Cf. déclaration de Sid Ahmed Ghozali, in El Watan du 9 août 2000.

82 Cf. déclaration du président du CNES à l’ouverture des travaux de la 17e session plénière, le 15 mai 2001, citée in Le jeune indépendant du 16 mai 2001.

83 L’actuel chef de gouvernement A. Benflis a déclaré dans son programme présenté à l’APN que « le gouvernement appréhende sa mission comme un honneur dés lors qu’il a pour responsabilité – et d’une manière non voilé – de mettre en application le programme de Monsieur le Président de la République », in Le Matin du 18 septembre 2000.

84 Il comprend le FLN, le RND, le RCD, l’ANR, le PRA et les deux partis islamistes, le MSP et En-Nahda. Le RCD s’en est retiré en mai 2001 pour protester contre la répression sanglante des manifestations de Kabylie.

85 Cf. texte intégral de la lettre de démission, in El Watan du 28 août 2000.

86 Il continue à bénéficier d’une bonne image auprès d’environ 65 % des sondés. Cf. El Watan du 16 avril 2000 et Le Quotidien d’Oran du 10 juin 2000.

87 Cf. discours-débat précité.

88 Loi n° 89/11.

89 Cf. sur ce point M. Harbi, in L’Indépendant, semaine du 2 au 8 mars 1991.

90 Le FLN, le FFS, le RND, le RCD, le MSP, En-Nahda, le MDS, le PRA...

91 3 Algériens sur 4 n’accordent aucune confiance aux partis politiques. Sondage d’opinion réalisé par l’Institut Abassa, in Le Quotidien d’Oran du 10 juin 2000. Selon un sondage de l’agence ACOM, 58,4 % estiment que l’opposition ne joue pas son rôle, in El Watan du 16 avril 2000. Les événements de Kabylie de mai 2001 témoignent des carences des partis comme le FFS et le RCD, comblées en l’occurence par des comités de villages jugés plus représentatifs. Cf. la presse algérienne du 12 au 20 mai 2001.

92 Cf. El Watan des 11 et 12 août 2000. Cf. aussi les déclarations du leader du MRN, Djaballah, in Liberté des 14 et 15 juillet 2000, El Watan du 28-29 juillet 2000 et Liberté du 18 mai 2001.

93 Cf. la presse du 2 au 16 mai 2001.

94 Le leader du FFS vient d’adresser au pouvoir la dissolution du gouvernement et du Parlement au profit d’institutions transitoires avec la participation de l’armée. Cf. presse des 17 et 18 mai 2001.

95 La nomination de Belkhadem, islamiste notoire, au poste de ministre des Affaires étrangères n’est pas passée inaperçue alors qu’il est établi qu’en sa qualité de président de l’APN (1991) il avait des sympathies pour l’expérience du régime des ayatollahs. Cf. Le Matin des 24 et 26 octobre 2000.

96 Cf. déclaration de M. A. Benachenou, ministre des Finances, devant l’APN, le 15 mai 2001 ; cf. Liberté des 16 et mars 2001.

Auteur

Professeur à l’Université Paris 8, et à l’Université d’Alger, ancien juge à la Cour de justice de l’OPAEP. Directeur de recherche à l’IRIS.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540