Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Où va l’Algérie ?

 | 
Ahmed Mahiou
, 
Jean-Robert Henry

Avant-propos

Texte intégral

1L’objet de ce bref avant-propos est d’indiquer, simplement et sommairement, pourquoi il est apparu utile et opportun de réaliser une contribution collective relative à l’Algérie qui vient de connaître une décennie de tourmente, dont on peut se demander si elle est sur le point de sortir où si elle risque d’en subir les effets pour un temps indéterminé.

2L’Algérie a effectivement amorcé une sortie de crise, dans un contexte qui demeure difficile à interpréter, avec beaucoup de faits et de signes ambigus ou contradictoires affectant les différentes instances : politique, économique, sociale et culturelle et rendant aléatoire tout pronostic sur les évolutions futures. Pour ne prendre que le problème qui a le plus préoccupé l’opinion interne et internationale, celui de la violence, dont la décrue est incontestable, notamment dans les villes où la situation est redevenue quasiment normale, le maintien de larges aires d’insécurité, leur dispersion sur une bonne partie des zones rurales et surtout sa dramatique résurgence occasionnelle (notamment lors de certaines périodes comme le mois de jeûne) viennent rappeler que le processus de concorde civile, initié depuis juillet 1999, est loin d’avoir atteint les résultats escomptés, au point de susciter sa remise en cause dès qu’il y a une recrudescence des massacres.

3Bien que la violence persiste et soit toujours au cœur des débats sur l’Algérie, il convient cependant d’éviter de se laisser enfermer dans une approche où la dramatisation aboutit souvent à présenter la situation de façon caricaturale, en la réduisant à une sorte de western où s’affrontent deux factions armées (celle des islamistes et celle du pouvoir), le reste de la population étant pris en otage entre les deux feux. Les exigences médiatiques de simplification ou de manichéisme dans l’approche à chaud du problème l’ont souvent emporté – y compris parfois chez des chercheurs –sur le recul et la sérénité qui devraient s’imposer pour toute analyse véritable de cette « crise » ou « guerre », ne serait-ce que pour rendre compte de données complexes, obscures, insaisissables au point d’être, à bien des égards, incompréhensibles même aux yeux des spécialistes.

4Après bientôt dix années de convulsions qui continuent de secouer le pays, le moment semble opportun d’essayer de faire le point, non parce qu’il s’agit d’une période décennale appelant à un quelconque anniversaire, mais parce que beaucoup d’éléments apparaissent mieux maintenant dans leur ampleur et leur complexité, alors qu’ils étaient occultés ou faussés auparavant par le primat de la violence islamiste, la contre-violence du pouvoir et les relations incertaines entre elles. Si l’on devait formuler la problématique ayant guidé cette réflexion et l’ouvrage qui en est issu, on le ferait sous la forme de trois questions en apparence toutes simples : quelle crise ? Quelle solution ? Quel processus ?

5On notera que ces trois questions sont au singulier alors qu’elles devraient plutôt être au pluriel, afin précisément de s’interroger sur le type d’approches à mettre en œuvre, de questionner certaines explications réductrices recherchant la clef de compréhension dans un facteur surdéterminant, comme la logique de confrontation entre deux acteurs qui veulent gagner, maintenir ou maximiser les avantages que procure l’exercice du pouvoir. Certes, cet objectif ne doit pas être négligé, mais pas au point d’oublier le reste de la société avec ses multiples réactions, ses doutes, ses fractures et ses espérances ; or c’est cela qui est finalement important et permet de connaître, d’analyser et de comprendre ce qui s’est passé avec les évolutions, les ruptures ou les continuités que révèle cette « seconde guerre » d’Algérie, en les saisissant à tous les niveaux de la société et dans toutes leurs dimensions, qu’elles soient nationales, régionales ou locales.

6Il semble finalement que la décennie de crise a été l’occasion dramatique d’une redéfinition des enjeux politiques et institutionnels que la période antérieure avait mis entre parenthèses, d’une recomposition des nouveaux espaces économiques et territoriaux, avec l’émergence de nouvelles civilités et l’affirmation d’identités socioculturelles, et d’une reconfiguration des enjeux régionaux ou internationaux. Ce sont donc ces différents volets qu’il s’agit d’explorer en essayant d’identifier des situations très diverses ou une même situation à travers des postures différentes en vue de constater, d’analyser, d’expliquer si et dans quelle mesure cette dernière décennie du siècle aura été ou non tragiquement féconde pour l’Algérie, aura ou non ouvert une nouvelle page de son histoire, peut-être le premier pas sur le chemin douloureux de la démocratie, sans oublier que, dans ce domaine, les processus ne sont jamais irréversibles.

7Pour faire le bilan de cette décennie, on a choisi de l’approcher sous trois volets. Le premier volet est politique et institutionnel pour savoir comment, dans quelles conditions et avec quels résultats opère le processus de démocratisation initié au lendemain des émeutes d’octobre 1988. C’est la partie la plus courte, car elle aborde somme toute l’aspect le plus connu, même si cette connaissance a subi l’impact et le prisme déformant de la violence qui a masqué d’autres phénomènes méritant d’être mis en valeur parce qu’ils sont porteurs d’une évolution significative.

8Le second volet est économique et veut aller au-delà des analyses dominantes et superficielles de l’échec du modèle de développement basé sur la valorisation des hydrocarbures, les industries industrialisantes et le sacrifice de l’agriculture. Il s’efforce de combiner des approches globales et sectorielles, des réflexions théoriques et des évaluations des politiques mises en œuvre ; il tente aussi d’identifier ce qui change derrière un apparent immobilisme ou inversement ce qui continue derrière un changement apparent. C’est la partie la plus importante parce que, paradoxalement, la politique économique algérienne des années 90 a suscité peu d’intérêt et reste à l’ombre de celle des années 70 qui avait beaucoup mobilisé la doctrine économique. Il est donc apparu utile et nécessaire de faire le point et, à certains égards, la comparaison pour savoir quelles sont les nouvelles perspectives économiques de l’Algérie des années 2000.

9Le troisième volet est le plus ample, par le champ couvert, et il a fallu faire des choix pour donner un aperçu des enjeux socioculturels que connaît l’Algérie dans un contexte de crise qui a pour conséquence de faire exploser les poncifs et les tabous, de rouvrir le débat sur les origines de la société algérienne, de montrer son histoire réelle et complexe qui a été confisquée par le discours politique et l’histoire linéaire officielle. Qu’il s’agisse de l’espace territorial, de la langue, de la religion, de l’école, de la littérature (à travers le roman) ou de la recherche, c’est tout un travail de mémoire, de mise à plat et de mise en perspective que l’on peut déceler et qui révèle une Algérie en quête douloureuse d’elle-même et de sa relation à l’autre, notamment la France.

10Ces trois volets ressortissent de disciplines et d’approches différentes traduisant la méthode et la sensibilité de chaque contributeur. Pourtant, le lecteur constatera qu’ils sont complémentaires et relativement convergents pour donner une idée assez complète et complexe des réalités d’un pays terriblement tourmenté mais dont il ne faut pas désespérer.

  • 1 Cf. M. Boudiaf, Où va l’Algérie ?, Librairie de l’Étoile, Paris, 1964.

11Il se trouve que le titre de l’ouvrage, qui s’est imposé naturellement, reprend celui d’un ouvrage plus ancien écrit par Mohamed Boudiaf1, alors qu’il était opposant et en exil. Après hésitation, on l’a retenu en y voyant une sorte d’hommage à un homme qui s’est interrogé avant tout le monde sur le devenir de l’Algérie et qui n’est rentré d’exil que pour s’interroger à nouveau, en tant que chef d’État cette fois, sur ce même devenir avec la rigueur, la conviction et la sincérité qui lui ont été fatales.

12A. M.

Notes

1 Cf. M. Boudiaf, Où va l’Algérie ?, Librairie de l’Étoile, Paris, 1964.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540