Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Répertoire des tissus indiens importés en France entre 1687 et 1769‎

 | 
Colette Establet

I. Les textiles dans les importations des Compagnies des Indes

Le devenir des tissus prohibés

Texte intégral

  • 1 E. Margoline-Plot, dans sa thèse, page 56 et suivantes, résument les décisions de prohibition, les (...)

1La décision, l’installation, le déroulement de la prohibition, ont fait l’objet de nombreuses études.1 On se contentera ici de cerner les noms des tissus prohibés, d’estimer la part de ces textiles dans les cargaisons de textiles indiens ou chinois qui arrivent dans les ports français, et d’évaluer dans la mesure du possible la proportion de ces pièces prohibées qui vont prendre le chemin de l’Afrique ou des Antilles dans le commerce de traite.

Quels sont les tissus prohibés ?

2Dans les affichettes de ventes, les tissus sont énumérés et la mention « tissus prohibé » n’existe pas. En général cependant, ces tissus prohibés sont regroupés en fin d’affichette (1704, 1712, 1716, 1728, 1741). En revanche, dans la plupart des catalogues de vente et des bulletins d’adjudication, le nom des « tissus prohibés » figure clairement.

  • 2 Vente des marchandises des Indes, p. 174.
  • 3 Une description de ces tissus prohibés, et parfois une illustration seront données dans la partie s (...)

3Le catalogue de 1741, après avoir établi le nombre et le contenu des lots de textiles, annonce2 : « marchandises prohibées qui ne seront vendues qu’à condition d’être envoyées à l’étranger. » Sont déclarées prohibées :
- les toiles de coton de couleur ou rayées, les salempores et guinées bleues, les neganepaux rouges et bleus, les bajupataux, bleus et blancs, les chazelas, bleus ou rouges et blancs, les guingans de Pondichery, de Karikal, de Madras et du Masulipatam et les mouchoirs de Pondichery.
- les textiles coton-soie mêlés : les tapchilas, les coupis, limaces ou limancais, tepays, alajas, chuquelas, nelis, sirsacas, pinasses, alibanees, caladaris, chalbafs, soucis, dissouchae.
- les soieries : les taffetas, darins, lampas, damas, pékins, gourgourans, patisoyes, satins, damas, lampas, jamawars, armoisins, mandarines, soieries de toutes sortes, unies, rayées à bouquets.
- les toiles peintes, chittes et autres3.

4Cette liste est confirmée par les indications des commerçants voyageurs comme Legoux de Flaix, ou les ouvrages, les dictionnaires cités qui énumèrent et décrivent les tissus.

5Par ailleurs, une enquête a été effectuée sur les bulletins de vente de 12 années, qui entourent ou prolongent les données de 1741 : 1716, 1718, 1723, 1726, 1728, 1731, 1741, 1750, 1767 et 1768. Ces années-là, la mention « prohibé » a été notée, en marge du nom de l’étoffe. Comme les importations diffèrent d’une année sur l’autre, certes, tous les tissus prohibés n’apparaissent pas en même temps sur ces listes, de même que les étoffes rarement importées, non présentes ces années-là. Mais les données de ces bulletins de vente et d’adjudication confirment et complètent celles du catalogue de 1741.

6Sont « marchandises prohibées », ont écrit les scripteurs devant chacun des noms, et à chacune de ces dates :
- toutes les toiles peintes, chittes, couvertures de toiles peintes, tours de lit et chaperconnes, mouchoirs peints ; toutes les toiles de coton bleues, salempores, guinées, sanas, baffetas, garas et même « basins de couleur » ; toutes les toiles de coton rayées ou à carreaux, bajupataux, nekanias, néganepaux, nankins, limaces, korottes, katequis, chazelas guingans, de Madras, de Pondichery, du Bengale, du Masulipatam, de Paliacate, parfois qualifiés de « balacor », parfois qualifiés « guingans d’herbe. » 
- tous les tissus mêlés coton soie : alibannes, alajas, cotonis, fatoyes, nilae, sirsacas, sistrissoye, tepay, pinasses, dissouchae, chalbaf, caladaris, challies, coupis, ou coutis, tapchilas, kichorchay, chuquelas, fottes.
- toutes les soieries : damas, pékin, armoisin, gourgourans, satins, longuis, lampas, patissoye, taffetas, jamawars, étoffes dits « écorce d’arbre », darins, serge de soie, chaparoumas ou mouchoirs de taffetas de soie, les soucis (mousselines dans lesquelles la soie est mêlée au coton), les grisettes.
- le cas des mouchoirs est particulier. Les mouchoirs de Pondichery sont prohibés à chacune des dates ; mais les mouchoirs d’autres provenances connaissent un statut différent qui reste sans explication : les mouchoirs du Bengale sont prohibés en 1716, 1718, 1723 ; du Masulipatam, en 1723 ; de Paliacate, rouge et blanc, en 1716. A la lecture de ces données, il semblerait que les mouchoirs, d’où qu’ils proviennent, ont été prohibés jusqu’en 1725 ; après cette date, seuls les mouchoirs de Pondichery restent interdits à la vente en France.
- certaines des étoffes, licites, deviennent même prohibées lorsque la soie y fait son apparition : quelques stinquerques brodés de soie, ou rayés de bleu et de rouge (rayures sans doute de fils de soie), une partie des broderies, (celles qui sont « brodées de soie ou à fleurs d’argent et d’or) ; des sanas (licites lorsqu’ils sont blancs) « brodés de soie mogue», des mallemolles (licites) mais brodées de soie, ont pu être importées à condition d’être vendues hors du royaume.

7Certains tissus ont certainement échappé à ces documents. La prohibition a touché beaucoup de pièces dont il faut essayer d’établir le nombre et la valeur.

8Le tri serait facile, si l’on n’avait pas quelques doutes sur le respect des textes installant et adoucissant la prohibition. L’interdiction concerne une période incluant l’année 1689, date de la mise en place de la prohibition, jusqu’à 1759 où elle s’adoucit.

9En 1687 déjà, deux ans avant la décision de prohibition, une croix signalait, dans les documents de vente, les toiles bleues et les toiles peintes, mais pas les soieries ni les tissus coton soie. On suppose, sans en être certain, que cette croix, placée par le scripteur, était appliquée sur certaines étoffes qui étaient sur le point d’être prohibées.

10En revanche, après l’adoucissement de la prohibition en 1759, dans les ventes de 1767 et 1768, les toiles blanches comme les salempores et autres sont suivies d’un f, France ; tandis que sont déclarées « prohibées », (le mot est inscrit en toutes lettres ou abrégé par un p.), les étoffes de soie, les nankins, les toiles de couleur et rayées, les chittes, ainsi que les soieries, les coton-soie et les toiles bleues rayées, etc., comme si l’adoucissement de la prohibition n’avait pas été totalement efficace. Les mouchoirs de Pondichery portent l’indication « prohibé » jusqu’en 1750.

Quelle est la part, en nombre et en valeur, de ces tissus prohibés dans les cargaisons arrivées des Indes ?

11On connaît l’identité des textiles prohibés et non prohibés, même si la mention « prohibé » a été omise dans beaucoup des affichettes et des catalogues de vente ; on connaît les quantités et la valeur de tous les tissus : la richesse des documents permet donc d’estimer la part occupée par ces tissus dans l’ensemble des cargaisons de textiles venues d’Asie.

En nombre

12Comptons donc comme prohibées toutes ou presque toutes les soieries, les toiles peintes, ou imprimées, les textiles coton-soie. Il est plus difficile d’estimer le caractère licite ou interdit des cotonnades. Parmi les toiles de coton, sont interdites à la vente dans le royaume les toiles de coton teintes ou à rayures, à carreaux, 757 868 pièces sur les 3 393 753 de toiles de coton dénombrées plus haut, soit 22,3 % des cotonnades. Le cas des mouchoirs est plus compliqué. Souvent, les mouchoirs vendus sont simplement qualifiés de « mouchoirs » sans que le scripteur en ait indiqué l’origine. Nous avons détaillé par nous-mêmes l’origine de ces mouchoirs, et n’avons obtenu des renseignements sûrs qu’à partir de 1716. Aussi faut-il renoncer, jusqu’à 1716, à connaître l’origine géographique des mouchoirs et leur caractère licite ou prohibé. Or, dans les bulletins de vente ou d’adjudication, du moins jusqu’en 1723, figurent comme prohibés non seulement les mouchoirs de Pondichery mais également tous les autres, ceux du Bengale, Masulipatam, et de Paliacate. Legoux, à une date postérieure, considère encore les mouchoirs du Bengale et ceux de Paliacate comme des mouchoirs colorés à carreaux de diverses couleurs, « marchandises de traite », destinées à l’Asie ou aux côtes de l’Afrique. Mais restons aux données sûres : près de 40000 mouchoirs prohibés de Pondichery. Auxquels il faut donc rajouter un « plus » non quantifiable de mouchoirs qui ne sont pas de Pondichery, et sembleraient bien avoir été, jusqu’à cette date de 1723, marchandises illicites, un peu moins de 50 000 pièces.

13Il est alors possible de présenter dans le tableau suivant une estimation établie sur des bases chiffrées du nombre des marchandises prohibées. La rigueur des chiffres gomme un peu le caractère estimatif du document. Espérons que d’autres données confirmeront plus tard ces hypothèses.

Tableau 6 : nombre des tissus prohibés dans les cargaisons

Nature du textile

Nombre de pièces

Toiles peintes

151032

Tissus coton soie

146684

Soieries

99687

Mouchoirs

de 40000 à 90000

Toiles de coton teintes, à rayures etc.

757 868

Total des tissus prohibés

1245271

14En nombre, ces tissus prohibés représentent de 1 195 271 à 1 245 271 de pièces (si l’on y englobe ces mouchoirs dont le caractère prohibé semble exister du moins jusqu’en 1723), sur les 6 491 205 pièces vendues, soit plus de 19 % des cargaisons textiles, le cinquième, une proportion considérable.

En valeur

15La valeur comparée des tissus importés, licites et prohibés, repose sur les données du tableau 10 de Wellington, enrichi par nos propres recherches.

16De nouveau, Il faut noter qu’il est aisé d’observer la valeur des textiles prohibés qui ne sont pas des cotonnades. Il est plus difficile d’estimer le prix des toiles de coton prohibées et celle des toiles de coton autorisées à la vente dans le royaume.

17La valeur totale des toiles de coton a été estimée à 15 530 494 livres. Mais les données sont parfois floues sur la qualité de toutes ces toiles, regroupées dans une même catégorie peu précise : “toiles diverses” ou “autres “ sur lesquelles on n’a pas de précision de nom ; ou seulement qualifiées de “toiles abîmées”, sans plus. Ces imprécisions concernent une somme de près de 2 millions de livres (1 959 683). C’est donc sur une valeur totale moindre (13 570 811 livres) que l’on peut estimer la part des toiles de coton prohibées dans l’ensemble des importations de cotonnades : en valeur les toiles non prohibées représentent 86 % de la valeur totale des cotonnades (11 675 173 livres), les toiles de coton prohibées, 14 % (1 895 638 livres).

18Les difficultés d’estimation ne peuvent être niées : ces calculs, qui s’étalent sur une longue période de plus de 80 ans, si précis soient-ils, sont établis sur des données qui ne recouvrent que huit années. De plus, les scripteurs ont parfois omis d’inscrire la valeur de certains de ces textiles prohibés. Enfin, une partie des basins ou percales sont soit blancs, licites, soit bleus, donc prohibés ; les scripteurs ne leur ayant attribué aucune valeur, ils seront donc ignorés des comptes, mais cette valeur existe, faible sans doute, qui devrait se rajouter à cette estimation.

19Ces comptes débouchent cependant sur une estimation qu’il faudrait étayer par d’autres enquêtes : ces 3 258 968 livres de tissus prohibés représentent 13,5 % de la valeur totale des étoffes importées, 24 581 757 livres, (diminuée du prix des “cotonnades” diverses dont le nom n’a pas été précisé).

Tableau 7 : valeur des tissus prohibés dans les cargaisons.

Valeur en livres

Tissus coton soie

301 973

Mouchoirs de Pondichery

24 627

"Mouchoirs" sans qualiicatif (jusqu'en 1725)

355691

Soucis

22 751

Mousselines de soie

25 583

Soieries

393 145

Indiennes

239 560

Toiles de coton prohibées

1 895 638

Valeur totale des tissus prohibés

3 258 968

20La proportion en valeur des tissus prohibés dans la masse de tous les tissus importés ne semble donc pas égaler la proportion en nombre, d’après ces tableaux : elle est plus faible, 13,5 % environ.

  • 4 IP262/45/9 et IP 262/45/10.

21D’autres documents que les données du tableau 10 de Wellington permettent l’étude de la valeur proportionnelle des tissus prohibés dans les cargaisons. Etablis pour l’année 17584, deux sources permettent d’estimer, sur cette année précise, la valeur comparée des prohibées (ici seulement marchandises de soie et cotonnades prohibées) et la part des marchandises “blanches” et des mouchoirs, tachés ou non tachés. Dans le premier de ces documents, la valeur des prohibées représente 17,2 % de l’ensemble ; dans le deuxième, 22 % ; donc des chiffres un peu supérieurs à ceux que l’on a exposés ci-dessus, mais cohérents par rapport à eux.

22Les étoffes prohibées représenteraient donc, en nombre, moins de 20 % d’une cargaison et un peu moins en valeur. Ce « moins » ne peut dépendre qu’une différence de valeur entre les cotonnades licites et les cotonnades prohibées.

23Quelques documents autorisent la comparaison de valeur des cotonnades licites ou destinées à être exportées.

Valeur comparée des cotonnades licites et des cotonnades prohibées, réalisée à partir de deux petites enquêtes

24Une première enquête a été menée à partir des documents d’archives qui présentent à la fois le type du tissu, sa couleur, et son prix de vente.
En 1725, le salempore blanc a été vendu entre 14 à 44 livres suivant sa qualité et sa taille ; le salempore bleu : 18,5.
En 1729, la guinée blanche, entre 28 et 77 livres ; la bleue, de 16 à 17 livres. Le salempore blanc de 14 à 46, le salampore bleu de 14 à 16.
En 1738, les baffetas blancs, de 10 à 25 livres, les baffetas bleus de 10 à 10,6 ; les garas blancs de 9 à 26, les garas bleus, 14,5 ; les guinées blanches de 27 à 129, les guinées bleues de 20 à 21 livres ; les mouchoirs de Pondichery de 20 à 21 livres ; les mouchoirs d’autres regions, non prohibés à cette date, de 20 à 60 ; les salempores blancs de 15 à 60 ; les salempores bleus, de 17 à 19.
En 1739, le salempore blanc de 15 à 60, bleu de 17 à 19 ; le gara blanc de 9 à 26, le bleu de 14 à 15 ; la guinée blanche de 28 à 109, la guinée bleue de 20 à 21 ; les mouchoirs de Pondichery de 20 à 22, ceux du Masulipatam de 25 à 31.
En 1767, la guinée blanche valait 41,9 livres, la guinée bleue, 24,6 ; les mouchoirs de Pondichery, 14,5 livres ; les autres mouchoirs de 25 à 86 ; mais une exception dans cette liste : les salempores blancs se sont vendus à 18 livres, les salempores bleus à 27.
En 1768, les guinées blanches sont à 26,7 livres ; les guinées bleues, à 16 ; les mouchoirs de Pondichery à 9,5 ; les mouchoirs non prohibés de 17 à 75 ; nouvelle exception pour les salempores : les blancs à 18, 3, les bleus à 28 (on ignore la taille des pièces de salempores vendues ici ; or l’aunage des salempores est très variable, de 12 à 30 aunes : ces salempores bleus peuvent être de grand aunage, 30 aunes).

25Ces exceptions n’empêchent pas de constater que les mêmes toiles, suivant qu’elles sont blanches et non prohibées, ou bleues et prohibées n’ont pas été vendues au même prix ; et ne sont pas de la même qualité.

26Une deuxième petite enquête a été réalisée sur la valeur moyenne des toiles de coton prohibées et non prohibées.
En 1725, la toile prohibée vaut à peu près 24 livres, la toile licite, 29.
En 1739, le document très précis, donne des valeurs extrêmes de vente pour un certain nombre d’étoffes. On a réduit les écarts et calculé une moyenne, un “à peu près”, “entre les deux”. Les toiles prohibées (doutis, garas, guinées bleues, mouchoirs de Pondichery, salempores bleus, et divers guingans) valent en moyenne, 17 livres. Les toiles non prohibées, baftas, garas, sanas, salempores, mouchoirs divers, guinées blanches, socreton et percales) 32 livres et demie.
En 1767, la valeur moyenne d’une pièce prohibée est de 15,8 et de 37 livres pour les autres.
En 1768, la valeur moyenne de la pièce des cotonnades prohibées (bajupataux, fottes, guinées bleues, guingans de madras et de Pondichéry, korottes, limancas, mouchoirs de Pondichery, salamporis bleues et nankins verts) a atteint 13 livres ; la valeur moyenne des toiles blanches licites, 34,5 livres (baffetas, basins, garas, guinées, hamans, mouchoirs divers, percales, salampouris blancs et sanas). On peut conclure que les toiles de coton prohibées ne sont certes pas sans valeur mais d’une valeur inférieure aux toiles de coton licites.

Les pièces prohibées et la traite

27Une partie seulement de ces toiles prohibées est destinée au commerce de traite. La proportion en est difficile à évaluer.

La traite et les marchandises dites de traite

  • 5 Cité par Margoline-Plot E., thèse, p. 98.

28Le sujet de la traite a été maintes fois abordé. Bornons nous à citer les premières dispositions concernant « le commerce de Guinée ». Les Lettres patentes et arrêts du Conseil portant règlement pour la libre pratique du commerce de Guinée, janvier 1716 disent : « Article Premier : Nous avons permis & permettons à tous les négociants de notre Royaume, de faire librement à l’avenir, le Commerce des Nègres, de la poudre d’or & de toutes les autres marchandises qu’ils pourront tirer des côtes d’Afrique, depuis la rivière de Serre Lionne inclusivement, jusqu’au cap de Bonne Espérance. »5

29Dans les données d’archives, la qualification « marchandise de traite » apparaît parfois : ainsi, en 1757, a été dressé l’état général de ce qui a été sauvé du vaisseau le Philippeaux et remis à terre à Sainte Marie : parmi les marchandises de traite : 1163 pièces de toile bleue, 29 de mouchoirs de compagnie des 16 à la pièce, une pièce de 15 en mouchoirs, 31 mouchoirs rouges dont deux percés, 10 pièces de latchasse (alaja ?), 16 de chittes de Goa, 39 de bafetas, 21 de fottes, quatre tapis de chitte et autres, miroirs, fusils de traite et fusils de soldat….

30En 1767, le compte rendu des ventes ne laisse aucun doute sur la destination d’au moins une partie de ces toiles : les salempouris bleus sont « prohibés et vendus aux négociants français et étrangers pour l’Afrique. »

  • 6 Legoux. op. cit‎., p. 134-135.

31Legoux de Flaix, grand observateur du commerce de la côte de Coromandel, a compris ces liens lorsqu’il écrit : « c’est l’établissement des colonies et la traite des nègres qui ont fait naître cette branche de commerce avec l’Indoustan » […]6

  • 7 Margoline-Plot E., thèse, p. 45.

32E. Margoline7 étend même, et sans doute de façon partiellement erronée, cette destination « coloniale » (Afrique et colonies) à l’ensemble des toiles : « Les cotonnades blanches de l’Inde et du Bengale sont certainement les textiles les plus importants dans les cargaisons. Leur commerce ne s’arrête pas à la consommation sur le vieux continent. Il est indéfectiblement lié au trafic de la traite négrière. »

  • 8 Nicolas B. Lorient, la Bretagne, et la traite, 2006, p.97.
  • 9 Nicolas B. Lorient, la Bretagne, et la traite, 2006, p.101.

33B. Nicolas rappelle que « La compagnie perpétuelle des Indes établie en 1719 a reçu…le monopole de la traite des noirs...De 1719 à 1770, elle arma…près de 160 expéditions de traite. Elle assuma la quasi-totalité de traite au Sénégal…Parallèlement, elle perçut des taxes pour chaque esclave introduit en Amérique. » 8 Elle décrit la mise en place de la prohibition et souligne à propos des textiles prohibés9 : « Ce sont ces mêmes étoffes que les armateurs négriers vinrent acheter à Lorient et cela jusqu’à la disparition de la Compagnie des Indes. Cela pouvait peut-être aller au-delà du simple achat. Il n’est pas impossible que certains armateurs passèrent directement commande de leur marchandise de traite à la Compagnie des Indes…L’analyse de plusieurs documents ne laisse aucun doute à ce sujet. Les inventaires des vaisseaux au départ de l’Inde mentionnent régulièrement la prise en charge de cauris ou de textiles prohibés « pour le compte et risque » d’armateurs privés. » Elle conclut son article en posant ainsi le problème : « Il conviendrait de chiffrer la part des recettes dégagées par la vente des textiles indiens destinées à la traite ou à l’habillement des esclaves. »

34Le problème est difficile à résoudre : on a estimé, dans la partie précédente, la proportion d’étoffes prohibées d’une cargaison qui échapperont, en principe, au marché français : elle atteindrait, en valeur et en nombre, un pourcentage non négligeable (15… 20 %?). Une partie s’en ira alimenter le commerce de traite : combien ? Pour une fois, la tentative de réponse ne pourra qu’échapper à la précision extrême des chiffres, tableaux, courbes et statistiques. Mais quelques conclusions sont sûres.

35La part des textiles dans les cargaisons négrières est prédominante, et plus particulièrement des textiles indiens, affirment les historiens.

  • 10 Mehdi Zmuda, Saint Malo port négrier ? XVIIème-XVIIIème siècle, Phenix editions, 2004, p. 115.
  • 11 Crété L. La traite des nègres sous l’ancien régime, Perrin, Paris, 1989.
  • 12 Villiers P. Duteil J.P : l’Europe, la mer et les colonies XVIIème XVIIIéme Hachette, 1997, p. 168.
  • 13 Tarrade J. Le commerce colonial de la France à la fin de l’ancien régime, PUF, t. 1, 1972 p. 122-12 (...)

36Mehdi Zmuda10 estime à 41 % la proportion des tissus et à 23 % celle des cauris dans marchandises embarquées sur le baron de Binder, en 1789. Liliane Crété11 estime que la part des tissus se situe entre 50 et 70 % d’une cargaison. Pour P. Villiers et J.P. Duteil12 : « Les textiles comportent jusqu’à 50 % de la cargaison. Les pièces de laine et de soie ne sont jamais absentes mais les indiennes sont les plus appréciées. Les compagnies indiennes vont trouver un grand débouché dans le commerce négrier, puis, à partir du milieu du siècle, les Européens surpassent à prix égal les produits indiens. » Fascinés par les « indiennes », les auteurs ont oublié ou sous-estimé la part des tissus coton soie et des cotonnades peintes. Faut-il prendre « indiennes » dans son sens large, étoffes indiennes, et non pas chittes ? Jean Tarrade13 souligne la diversité des cargaisons négrières, suivant qu’elles sont destinées directement aux Antilles ou à la côte africaine. « Dans les expéditions de traite à la côte de Guinée, les exportations sont naturellement d’un type différent : l’armateur doit assurer le ravitaillement de l’équipage… prévoir la nourriture des esclaves pendant la traversée d’Afrique en Amérique et surtout charger les marchandises de troc avec les courtiers indigènes et les roitelets noirs de côtes africaines. » En 1775, la cargaison se compose ainsi : « 11,5 % pour le ravitaillement, 88,9 % pour les articles de traite, dont 47,6 % pour les toiles, et 8,85 % pour les cauris…En 1788, 12,4 % pour le ravitaillement, 87,6 % pour les articles de traite (dont 50,23 % pour les toiles, 2,47 pour les mouchoirs, 3,38 pour les cauris). » L’auteur insiste sur la première place occupée par les articles textiles, dont la variété est moins grande que pour les voyages en droiture (dirigés vers les colonies des Antilles) car « les exigences africaines quoique très précises sont moins diversifiées que celles des colons… »

  • 14 Nicolas B. Lorient, la Bretagne …, p. 102 sq.
  • 15 SHD Lorient 1P274 liasse 1.

37Prédominance de textiles donc, en particulier de textiles indiens. J. Tarrade conclut à la « prédominance écrasante des toiles principalement les toiles des Indes… Les exportations pour le commerce de la traite…Les principaux articles de traite ont une origine extramétropolitaine. Les uns proviennent de l’océan indien comme les cauris ou la majeure partie des textiles… En note « les états de 1775 distinguent les toiles des Indes pour 68,99 % des toiles exportées, tandis que ceux de 1788 regroupent les toiles étrangères et des Indes..pour 79,8 %. ». B. Nicolas14 évoque un document concernant Nicolas Lambert, commis de traite principal sur le fleuve Sénégal pour le compte de la Compagnie des Indes en 1721-2315 :

« En quantité, les toiles indiennes dépassent de loin les textiles français … et, citant le commis Nicolas Lambert : « Sur 1507 aunes de tissu nécessaires pour le paiement de la coutume, (1790 mètres) : 1078 (1280 m) sont des « toiles bleues », 400 aunes (475 m) sont des toiles de Rouen…Ces toiles… étant envoyées comme toiles de l’Inde, elles coûtent plus cher. Les armateurs n’en prennent même dans leurs cargaisons qu’autant qu’ils n’en trouvent point assez de l’Inde pour compléter leur assortiment… »

  • 16 Aka Kouamé, 2005, Les cargaisons de traite nantaise, p. 393sq.

38Enfin, A. Kouame16, dans sa thèse sur les cargaisons négrières estime à 70 à 78 % la part des textiles dans les cargaisons de traite dont les trois quarts des Indes Orientales.

39Les proportions varient, en fonction des années sans doute et d’autres facteurs ignorés : elles sont toujours fortes cependant, plus de 50 % dans la plupart des cas.

Quels textiles ramenés des Indes dans les vaisseaux de la Compagnie sont-ils susceptibles de remplir en partie les cargaisons négrières ?

40Les textiles prohibés certes. Tous ? Certainement pas. Il sera toujours difficile d’estimer avec précision la part de la cargaison indienne qui va prendre le chemin de l’Afrique. On voit les tissus partir, mais, à l’arrivée, en Afrique, dans les Antilles, où sont-ils ? Des représentations de costumes portés en Afrique pourraient aider, mais elles sont rares, éparpillées dans une bibliographie dispersée.

  • 17 Abbé P.-D.Boilat, Bertrand Paris, 1853 Esquisses sénégalaises.

41Nous avons essayé de retrouver, à travers les costumes présentés dans le deuxième volume des Esquisses sénégalaises de l’Abbé P.-D.Boilat, des traces de ces tissus peut-être d’origine indienne dans les costumes portés par plusieurs ethnies. 17

  • 18 Kouamé, op. cit‎., p. 361.
  • 19 Kouamé, op. cit‎., p. 36.

42Les toiles de coton « prohibées » figurent toutes dans les cargaisons négrières décrites. Il est inutile d‘énumérer chaque nom de ces « toiles de coton des Indes de toute couleurs. »18 Ces toiles ont été nommées et décrites plus haut. Les « guinées bleues forment dans la longue durée une des bases de la cargaison » affirme Daget cité par Kouamé19. Daget poursuit : les guingans le sont moins. » Cependant, dans le repertoire des tissus de 1788 conservé aux Arts Décoratifs, un scripteur a écrit, sous un échantillon de guingan : « les guingans s’envoient aux Isles pour faire des chemises aux nègres. Les armateurs en envoient même souvent des chemises toutes faites. » Et, sous le nom guinée, il a été décrit :

43Nos données sur les textiles prohibés en général, sur la longue durée aussi, placent en tête les 180000 guingans, les 112 384 guinées, les 101 085 salempores.

44L’Abbé Boilat écrit:

  • 20 Abbé Boilat, op. cit‎., Observations sur les planches de XI à XVI, p. 24.

« tous les personnages maures que j’ai représentés à l’exception du prince Baba (planche 11), sont habillés de bleu ; les Maures ne connaissent pas d’autres vêtements que la guinée bleue de l’Inde qu’ils achètent à nos escales pour de la gomme du désert. Cette étoffe est très légère et convient parfaitement pour voyager dans ces climats. »20

45En effet, le bleu est plus ou moins présent sur les 24 planches représentant les costumes. Notons également que les rayures apparaissent souvent sur les vêtements, sans que l’on puisse savoir s’il s’agit de toiles rayées de coton ou de toiles rayées coton-soie.

Une photo Planche 2, p. 7 homme sérère de Mbissel au royaume de Sine, un tisserand

Une photo Planche 2, p. 7 homme sérère de Mbissel au royaume de Sine, un tisserand

46

Une photo Planche 9, p. 16, femme wolofe portant son enfant sur le dos

Une photo Planche 9, p. 16, femme wolofe portant son enfant sur le dos
  • 21 Kouamé, op. cit‎., p. 386..
  • 22 Nicolas Lodjou Gaybor, Africains et Européens dans le golfe de Guinée, p. 85.
  • 23 Römer L.F, Le Golfe de guinée, 1700-1750, Traduction, introduction et notes par Mette Dige, Hess, P (...)

47- Les soieries ? On imagine mal la totalité des onéreuses soieries partir vers l’Afrique. Cependant, A. Kouamé, dans sa thèse21cite Nicolas Lodjou Gaybor22 : « les soieries, les velours, les damas et les satins rayés à grandes fleurs et aux couleurs vives sont des articles préférés et destinés aux nobles, aux hauts dignitaires et aux rois. » Il cite également Römer23 : « Le roi des Ashanti « Opccu » …encourage le tissage dans son royaume, fait acheter du taffetas de soie, des tissus rouges, bleus et verts, plusieurs milliers d’aunes de fils de laine et de soie. Les tisserands les effilent et les retissent avec le coton local et écharpes très colorées, blanc, bleu et rouge…; de la soie est commandée à Tours dans des couleurs éclatantes…la soie est utilisée par les noirs pour faire des pagnes. »

  • 24 Kouamé, op. cit‎. é, 361.
  • 25 Kouamé, op. cit‎., 364.
  • 26 Kouamé, op. cit‎. p.436.
  • 27 Kouamé, op. cit‎. p.452.
  • 28 Kouamé, op. cit‎. p. 297.

48Dans plusieurs cargaisons de traite a été relevée la présence de soieries : A. Kouamé y trouve des « taffetas rayés24 ; des « soieries » sans plus en 1782, 1783 et 178425 ; des « photes de soie »26 des « étoffes de soie », en valeur 97 156 livres, entre 1728 et 175327 ; des « damas cramoisis à fleurs. »28

  • 29 Abbé Boilat, op. cit‎., p. 31.

49Dans les Esquisses sénégalaises29 sur la planche 24 est représentée une femme Bambara, en « tenue de fête » qui porte un « mboube en soie » à rayures bleu et marron.

Une Photo Planche 24 et p. 31 femme Bambara « tenue de fête » (Abbé Boillat, op. cit‎., p. 28.)

Une Photo Planche 24 et p. 31 femme Bambara « tenue de fête » (Abbé Boillat, op. cit‎., p. 28.)

Un homme (planche 21) de type sarackoullé, porte une choussabe à grandes manches teint en indigo du Ngalam, dont le « devant de la poitrine et dos sont brodés en soie de couleur

Un homme (planche 21) de type sarackoullé, porte une choussabe à grandes manches teint en indigo du Ngalam, dont le « devant de la poitrine et dos sont brodés en soie de couleur

La planche 4 reproduit le « Marosso ou mari de la reine du Walo, premier général, en tenue de réception, type wolof, jupe bleue avec rayures en bas, le haut rose semble soyeux »

La planche 4 reproduit le « Marosso ou mari de la reine du Walo, premier général, en tenue de réception, type wolof, jupe bleue avec rayures en bas, le haut rose semble soyeux »

50On peut donc estimer qu’une au moins, des étoffes de soie chargées en Inde, a pu être exportée en Afrique ou dans les colonies d’Amérique. Bien d’autres soieries pouvaient provenir de pays européens ; mais là n’est pas notre sujet.

  • 30 Nicolas B. Lorient, la Bretagne, op. cit‎., p. 107 sq.
  • 31 SHD Lorient 1P274 liasse 1.
  • 32 Nicolas B. Lorient, la Bretagne, op. cit‎., p.108.
  • 33 Daget, la traite des noirs, Ouest France, 1990, op. cit‎., p.89.
  • 34 Kouamé, thèse, op. cit‎., p. 361-364.
  • 35 Margoline-Plot E., Les pacotilles d’indiennes, la boutique et la mer, 2014, p. 91, 123.

51- Les indiennes ? B. Nicolas, évoque la question. Elle constate30, dans un document consacré à Nicolas Lambert, un commis de traite principal sur le fleuve Sénégal pour le compte de la Compagnie des Indes en 1721 2331 que « les indiennes faisaient figure d’exception… marchandises écoulées avec parcimonie aux plus hauts dignitaires africains. » Rares peut-être, mais présentes. B. Nicolas observe une gravure, qui montre « les populations vêtues d’étoffes généralement unies ou à carreaux », mais aussi (exceptionnellement) à motifs floraux suggérant un chitte. »32 Plusieurs éléments laisseraient penser que les indiennes parvenaient cependant sur le marché africain. Les « indiennes », très peu nombreuses dans les cargaisons arrivant dans le royaume, semblent cependant présentes dans les cargaisons négrières, sans que l’on puisse en établir nombre, ni proportion, ni parfois l’origine (française ou indienne). Daget33 signale l’existence d’indiennes, de provenance indienne mais également de production française. Kouamé34, évoque des « toiles peintes » en 1716 ; des « indiennes » qui font partie de la cargaison de O. Luzitano, en 1782 ; ou d’indiennes, de calancas ou demi calancas (qalamkar, toiles peintes), mais de fabrication française pour les années 1721, 1730. Les indiennes qui apparaissent dans les cargaisons ne sont donc pas toutes d’origine indienne, mais leur présence atteste d’une demande qui existe en Afrique et dans les colonies. Pour Eugénie Margoline35,

« Le commerce négrier est d’ailleurs un débouché inespéré pour les toiles peintes des Indes que les Nantais achètent en grande quantité (nous n’en sommes pas sûrs, quant à nous) et dont la prohibition interdit la consommation sur le territoire… « Les marchands français utilisent les importations étrangères pour s’approvisionner en indiennes, nécessaires au commerce de la traite des Noirs. Les précautions prises pour contrôler les entrées ne sont pas toujours suffisantes et il se commet de nombreux abus sous prétexte de ce commerce. La contrebande qui en découle est d’ailleurs rapidement identifiée. Le roi interdit alors : […] de faire venir de Hollande ou autre pays du Nord dans le royaume, […] même sous prétexte d’entrepôt, aucune toiles blanches des Indes, caladaris, toiles peintes aux Indes appelées chites, ou étoffes de pure soie et mêlées de soie, à peine de confiscation desdites marchandises et de trois mille livres d’amende. Or, la règlementation a de nombreuses fois été bafouée. »

52La demande des marchands français, l’obstination des fabricants d’ « indiennage » bravant les interdictions, prouveraient qu’en Afrique et dans les colonies, la demande d’indiennes existait bel et bien. Et que les rares indiennes qui parviennent des Indes dans les ports français sont peut-être en partie embarquées dans les cargaisons de traite.

  • 36 Kouamé, op. cit‎., p. 36, p. 396, 418, 451, 452, 477, 450, 460, 452, 533.

53Les textiles coton soie, introduits, en petite quantité, depuis la prohibition, font également partie des tissus qui trouvent un marché en Afrique ou aux Antilles. Daget cite les caladaris, les boclans ; Kouamé36, les caladaris (p. 36 et 451), et évoque des tissus de couleur que les tisserands effilent et retissent avec le coton local en écharpes très colorées, les alajas (p. 396), les coupis (et coutis p. 418, 452, de « couleur vive » p. 477), les alibanis (p. 450 et 460), les chilas (p.452), chalbafs, tepoys, dissouchae, soucis (p.533).

54Concluons : une grande partie des textiles prohibés d’origine indienne (les toiles de coton peintes, les indiennes, peut-être, les toiles de coton teintes, les toiles de coton rayées ou à carreaux, les toiles de coton soie mélangés, et même quelques soieries) part vers l’Afrique ou les Antilles. La proportion de ces réexpéditions dépend certainement de la date des envois, du lieu auquel ils sont destinés et même des variations de la demande africaine. Le « profil type » des cargaisons pouvait en effet légèrement se modifier.

  • 37 Kouamé, op. cit‎., p. 422.
  • 38 Sottas, op. cit‎., p. 91.
  • 39 Daget, op. cit‎., p. 36.
  • 40 Margoline-Plot E., thèse citée, p. 97.
  • 41 Coquery-Vidrovitch Catherine, La découverte de l’Afrique, l’Harmattan, 2003, p. 178.

55Il faut y ajouter quelques pièces non prohibées. Dans plusieurs cargaisons parties de Lorient pour le commerce de Guinée de 1783 à 1787, constate Kouamé, 37 se trouvent également des toiles non prohibées qui trouvent preneur sur le marché africain : quelques mousselines, des bétilles, des « toiles blanches » pour Jules Sottas38, des garas blancs, des guinées blanches pour Daget39. E. Margoline40 expose que, « d’après le registre de Nantes, les négociants expédient 11 % de leurs toiles blanches vers les îles d’Amérique, la Martinique, Saint-Domingue, ou bien ils les réemploient dans le commerce de la traite des Noirs. » Enfin, Catherine Coquery-Vidrovitch41 cite les guinées blanches, et les salampouris blancs, parmi les marchandises que l’on échange par tête de captifs.

  • 42 Daget, op. cit‎., p. 36.
  • 43 Kouamé, op. cit‎., p. 422.
  • 44 Legoux, op. cit‎., p. 370-372.
  • 45 Legoux, op. cit‎., p. 62-77.

56Ajoutons à ces toiles blanches des mouchoirs Burgos, cités par Daget42 et Kouamé43 (qui paraissent n’être prohibés que dans le premier quart du XVIIIème siècle). Legoux les identifie aux mouchoirs du Bengale44 : « Cet article, dit-il, ne paraît dans nos exportations que depuis environ 70 à 80 années...des mouchoirs bleus à l’imitation des mouchoirs rouges qui se font à Paliacate… Les mouchoirs de Burgos sont un article important de nos exportations, soit pour l’Europe, soit pour les différentes régions d’Asie, soit enfin pour les diverses échelles des côtes d’Afrique.» Il cite aussi les mouchoirs de Paliacate, particulièrement exportés dans les colonies du Nouveau Monde : « depuis la créole européenne jusqu’à la plus chétive esclave négresse,…toutes aiment à se parer la tête d’un mouchoir de Paliacate » et : « les nègres de ce pays s’attachent plus à l’éclat et au brillant de la couleur qu’à la grande finesse du tissu…Les mouchoirs de Paliacate…se payent, dans les Antilles et les autres colonies, des prix exorbitants, jusqu’à deux louis le mouchoir…Les bénéfices sont près de 300 %. »45 Il est donc bien possible que d’autres mouchoirs embarqués dans les cargaisons de la traite soient également non pas des mouchoirs de Pondichéry, prohibés, mais des mouchoirs du Bengale, de Paliacate, non prohibés au moins à partir des années 1725.

  • 46 Nicolas B., Lorient op cité p. 110
  • 47 Un seul document, conservé dans le carton C2/56 aux Archives d’Aix en Provence, permettrait à premi (...)

57On peut tenter alors de répondre à la question posée par B. Nicolas46 : « Il conviendrait de chiffrer la part des recettes dégagées par la vente des textiles indiens destinées à la traite ou à l’habillement des esclaves. » Nous ne proposerons que des estimations. De 1687 à 1769, la part en nombre et la valeur des tissus prohibés arrivés d’Inde dans des ports français aurait atteint une proportion variant entre 15 et 20 % de toutes les étoffes importées d’Inde.47 Certes, quelques une de ces toiles ne partiront pas en Afrique. Il est difficile d’en estimer la proportion. Gageons cependant que la part essentielle fait partie du commerce de traite. Il faut par ailleurs rajouter à ces textiles prohibés certaines toiles de coton blanches non prohibées et les mouchoirs de Burgos : on peut estimer que le sixième, le cinquième, des tissus chargés dans les cargaisons indiennes part en Afrique.

  • 48 Calculé d’après le tableau 10 de Wellington, p.194 sq.

58(À ces cargaisons de textiles s’ajoutent d’ailleurs d’autres biens asiatiques, les cauris, apportés en Afrique, 2,4 % de la valeur des cargaisons48 entre 1687 et 1768 : et la proportion de biens d’origine asiatique qui prennent le chemin de l’Afrique s’en trouve encore augmentée).

L’échange, l’amorce d’un commerce quadrangulaire

59Ces biens seront échangés contre des hommes noirs ou femmes et enfants ; qui de là, gagneront les Antilles et l’Amérique, dont les vaisseaux ramèneront sucre, coton, etc. Mais ceci est une autre histoire, que nous ne traiterons pas, sauf à donner quelques exemples des modalités de l’échange.

  • 49 Daget S. La traite négrière, 1987, Rennes Ouest France, p. 139.

« On étale l’essentiel de l’assortiment sur le gaillard d’arrière. Les courtiers, intermédiaires ou acheteurs l’examinent. On reçoit des chefs locaux, invités à dîner, et parfois à des beuveries. On établit les conditions de la troque, et d’abord les coutumes ou taxes d’ancrage et de commerce, puis la valeur de base d’un captif en monnaie de compte locale, la barre, le paquet ; l’once de traite, la pièce, parfois le pagne. Ce n’est que par conversion et référence à la facture de l’armateur que le négrier blanc peut estimer la valeur en monnaie des captifs qu’il troquera contre ses marchandises : pour les négriers noirs, se faire payer un individu mâle ou femelle 4 livres sterling, 20 dollars, 20 piastres, ou 100 livres tournois, ce qui est à peu près la même somme, cela n’a aucun sens… À terre, les préliminaires sont les mêmes sauf que la marchandises inerte, conduite en pirogue à la plage, étalée aux regards de l’éventuel acquéreur, sera rangée le soir, ou conservée sous garde armée. Les pirogues livreront la marchandise humaine… (S. Daget49)

  • 50 Margoline-Plot E., thèse citée, p. 97.

60Il s’agit bien d’un échange, et non d’une vente : les termes en varient selon les années, et selon les lieux, tous les spécialistes de la traite le signalent, dont E. Margoline50.

  • 51 Coquery-Vidrovitch C., La découverte de l’Afrique, l’Harmattan, 2003, p. 176 sq.
  • 52 Boman W, Voyage de Guinée, Urtecht, 1705, p.96, 97.

61Ne donnons qu’un seul exemple, exposé par Catherine Coquery-Vidrovitch51, qui cite W. Boman52 :

« Les gens de Juda (au Dahomey) s’attachent si fort au négoce d’esclaves qu’ils peuvent en fournir mille tous les mois…Quand les esclaves sont arrivés à Fida (Juda), on les met tous ensemble dans une prison et, lorsque nous voulons les acheter, on nous les amène dans une grande place où, après qu’ils ont été mis tout nus sans distinction de sexe, ils sont visités jusqu’au moindre de leur membre par nos chirurgiens. On met à part tous ceux qui ont été trouvés en bon état, et, pour ceux à qui il manque quelque chose, ils sont mis parmi les impotents… ceux qui ont plus de 35 ans, ceux qui sont estropiés aux bras ou aux jambes, ceux qui ont perdu une dent, ou qui ont des taies sur les yeux ou qui ont une maladie honteuse.

Cependant, il y a au feu un fer avec les armes ou le nom de la Compagnie, et on applique ce fer chaud sur la poitrine de ceux que l’on a choisis. Nous ne sommes pas longtemps à faire le marché de ces esclaves, le prix en est réglé, et les femmes valent le quart ou le cinquième moins que les hommes.

On remet ensuite les esclaves dans la prison où ils vivent à nus à nos dépens ; du pain et de l’eau…Pour éviter la dépense, nous les envoyons à la première occasion à bord de nos vaisseaux…Ils entrent dans les vaisseaux tout nus…il y en a quelquefois six à sept cents dans un navire… »

  • 53 Labat P., « Le voyage du chevalier des Marchais en Guinée en 1725-1727, Paris 1730, Tome 2, p. 114.

62Le même auteur, après s’être penchée sur les conditions de l’échange, en détaille les termes, s’appuyant sur un récit de voyage.53 Nous ne reprendrons de ses citations que la valeur de l’échange en tissus, dans les années 1725-27.

« Prix des captifs

Quantité de marchandises que l’on donne par tête de captif

Pour un homme : chittes de Pondichery, 10 à 12 pièces, ou 12 pièces de guinées bleues pour un homme, 10 pour une femme ; ou 16 pièces de tapsels, pour un homme, 10 pour une femme »…Sont aussi cités les salempores blancs et bleus, les guinées blanches, les nicanées, les bastas, les limineas, les mouchoirs de Pondichery, mais sans référence au nombre de pièces pour un homme ou pour une femme ».

63En 1726, les guinées bleues s’étaient vendues de 35 à 36 livres ; l’esclave aurait alors « valu » de 350 à 420 livres. En 1721 les chittes de Pondichery, ont été vendues 60 livres, et la valeur de l’esclave pourrait être estimée de 600 à 720 livres.

  • 54 Daget S. op. cit‎., p. 139-143.

64Les valeurs présentées ici sont cohérentes par rapport à d’autres données. Nous n’en donnerons que quelques exemples. Pour Serge Daget54 : pour des « pièces d’Inde, au-dessus de 14 ans (ou de 18 à 30 ans), mesurant 1,80 mètres, sans aucune tare physique apparente ou décelable des dents au rectum, des testicules à la salive, du vagin aux seins », à Whydah, un noir de sexe masculin a été échangé contre une valeur de 264 livres tournois, une captive, 192, en 1724 ; en1712 sur la cote de l’or, de 384 à 410 livres.

  • 55 Margoline-Plot E., thèse citée, p. 99 sq.
  • 56 De Wismes A., Nantes et le temps des négriers, Paris, France-Empire, 1992, p. 60.
  • 57 Koumé, op. cit‎.., p. 293-295.
  • 58 D’Allemagne, H.-R., La toile imprimée et les indiennes de traite, Paris, Librairie Gründ, 1942, t. (...)

65Eugénie Margoline55 met en rapport directement le nombre de pièces vendues et le nombre de noirs espérés. Elle cite Armel de Wismes56 qui parle de 800 pièces d’étoffes pour traiter environ 300 Noirs ; soit moins de trois pièces pour un noir. Elle ajoute : « il en faut certainement un peu plus » ; et se réfère à la cargaison du navire la Musette, en 1786, pour la Côte de l’Or en Guinée qui comprend plus de 1 800 pièces d’étoffes et de toiles pour traiter 350 à 400 Noirs, plus de quatre pièces.57 Henry-René d’Allemagne58 précise qu’il faut environ 9.400 pièces pour acquérir 600 Noirs de la côte d’Angole, ce qui représente 63% de la valeur de la cargaison ; 16 pièces pour un noir.

  • 59 Mehdi Zmuda Saint Malo port négrier XVIIème-XVIIIème siècle Phenix Editions, 2004, p. 132.

66Mehdi Zmuda59, en 1775, à Juda : un homme 440 livres, une femme 320 ; en Guinée, 1777, un homme 278 livres ; citant le baron de Binder, en 1789 : 707 livres ; ou encore 440 livres, pour une femme, de 32 à 360 ; sur la côte d’Angole, 387 livres.

  • 60 Pluchon P. La route des esclaves, négriers et bois d’ébène au XVII e siècle, Hachette, Paris, 1980, (...)

67Selon Pierre Pluchon60, les prix ont augmenté de la première moitié XVIIIème, 100 livres ; à la fin de l’Ancien Régime, 600. De 1738 à 1789, sur 29 navires, la valeur d’un esclave a oscillé de 251 à 707 livres.

  • 61 Nicolas B. Lorient, « De la côte de Coromandel aux côtes du Sénégal, les tribulations des indiennes (...)

68Ces échanges ont concerné beaucoup de monde : les négriers français ont déporté en Amérique, au sens large, plus d’un million d’Africains constate S. Daget. Et B. Nicolas61 : « La compagnie perpétuelle des Indes établie… arma…près de 160 expéditions de traite…La compagnie trouva dans le commerce avec l’Afrique...celui de la traite humaine avec son extension en Amérique l’extraordinaire opportunité de résoudre les contradictions de la politique mercantiliste. En absorbant les textiles prohibés indiens…la traite africaine permit l’improbable équation qui consistait...à maintenir l’équilibre financier de la Compagnie en lui permettant de continuer à importer les textiles indiens et à protéger d’autre part l’industrie textile française. »

  • 62 Nicolas B. « De la côte de Coromandel aux côtes du Sénégal, les tribulations des indiennes de trait (...)

69Inde asiatique, Europe, Afrique, Amérique, ce commerce, exercé pendant plus de deux siècles, a été nommé « commerce triangulaire ». En réalité, « c’est bien quatre continents qui furent impliqués dans la traite de l’esclave africain. » 62 Ce commerce « quadrangulaire » relie quatre continents, intégrés dans des échanges mondiaux. 

Le profit de l’opération

70Il doit être possible, mais ceci est aussi une autre et longue histoire, d’évaluer le profit de l’opération.

71Deux documents, en 1767 et 1768, signalent, pour chaque tissu importé, le prix d’achat et le prix de vente. En 1767, le bénéfice aurait été de 77 %, différence entre le prix de vente et le prix d’achat pour une cinquantaine de tissus autorisés et prohibés. Les étoffes autorisées rapportent plus que les tissus prohibés (80 % en moyenne… 90 % pour les seules mousselines). Pour les tissus prohibés, le bénéfice est plus mince, 50 %. En 1768, le bénéfice réalisé sur l’ensemble des textiles a légèrement baissé, 69,6 %. Comme l’année précédente, les tissus autorisés ont plus rapporté (77,5 %) que les tissus prohibés (28 %). Les mousselines arrivent encore en tête du profit, 90 %.

72Mais l’histoire de ces tissus prohibés, (de moindre profit au moment de leur vente en France ?) va très loin au-delà des frontières du royaume : les tissus sont échangés contre des esclaves, qui seront échangés, eux et leur travail, contre le sucre, le café et autres denrées coloniales. Histoire économique difficile à quantifier, mais dont le déroulement, dans une grande partie de l’Europe et de l’Amérique, a abouti à asseoir la prédominance durable de nos contrées de l’ouest.

Notes

1 E. Margoline-Plot, dans sa thèse, page 56 et suivantes, résument les décisions de prohibition, les explique, et en suit le déroulement.

2 Vente des marchandises des Indes, p. 174.

3 Une description de ces tissus prohibés, et parfois une illustration seront données dans la partie suivante.

4 IP262/45/9 et IP 262/45/10.

5 Cité par Margoline-Plot E., thèse, p. 98.

6 Legoux. op. cit‎., p. 134-135.

7 Margoline-Plot E., thèse, p. 45.

8 Nicolas B. Lorient, la Bretagne, et la traite, 2006, p.97.

9 Nicolas B. Lorient, la Bretagne, et la traite, 2006, p.101.

10 Mehdi Zmuda, Saint Malo port négrier ? XVIIème-XVIIIème siècle, Phenix editions, 2004, p. 115.

11 Crété L. La traite des nègres sous l’ancien régime, Perrin, Paris, 1989.

12 Villiers P. Duteil J.P : l’Europe, la mer et les colonies XVIIème XVIIIéme Hachette, 1997, p. 168.

13 Tarrade J. Le commerce colonial de la France à la fin de l’ancien régime, PUF, t. 1, 1972 p. 122-126.

14 Nicolas B. Lorient, la Bretagne …, p. 102 sq.

15 SHD Lorient 1P274 liasse 1.

16 Aka Kouamé, 2005, Les cargaisons de traite nantaise, p. 393sq.

17 Abbé P.-D.Boilat, Bertrand Paris, 1853 Esquisses sénégalaises.

18 Kouamé, op. cit‎., p. 361.

19 Kouamé, op. cit‎., p. 36.

20 Abbé Boilat, op. cit‎., Observations sur les planches de XI à XVI, p. 24.

21 Kouamé, op. cit‎., p. 386..

22 Nicolas Lodjou Gaybor, Africains et Européens dans le golfe de Guinée, p. 85.

23 Römer L.F, Le Golfe de guinée, 1700-1750, Traduction, introduction et notes par Mette Dige, Hess, Paris, l’Harmattan, 1989, p.145.

24 Kouamé, op. cit‎. é, 361.

25 Kouamé, op. cit‎., 364.

26 Kouamé, op. cit‎. p.436.

27 Kouamé, op. cit‎. p.452.

28 Kouamé, op. cit‎. p. 297.

29 Abbé Boilat, op. cit‎., p. 31.

30 Nicolas B. Lorient, la Bretagne, op. cit‎., p. 107 sq.

31 SHD Lorient 1P274 liasse 1.

32 Nicolas B. Lorient, la Bretagne, op. cit‎., p.108.

33 Daget, la traite des noirs, Ouest France, 1990, op. cit‎., p.89.

34 Kouamé, thèse, op. cit‎., p. 361-364.

35 Margoline-Plot E., Les pacotilles d’indiennes, la boutique et la mer, 2014, p. 91, 123.

36 Kouamé, op. cit‎., p. 36, p. 396, 418, 451, 452, 477, 450, 460, 452, 533.

37 Kouamé, op. cit‎., p. 422.

38 Sottas, op. cit‎., p. 91.

39 Daget, op. cit‎., p. 36.

40 Margoline-Plot E., thèse citée, p. 97.

41 Coquery-Vidrovitch Catherine, La découverte de l’Afrique, l’Harmattan, 2003, p. 178.

42 Daget, op. cit‎., p. 36.

43 Kouamé, op. cit‎., p. 422.

44 Legoux, op. cit‎., p. 370-372.

45 Legoux, op. cit‎., p. 62-77.

46 Nicolas B., Lorient op cité p. 110

47 Un seul document, conservé dans le carton C2/56 aux Archives d’Aix en Provence, permettrait à première vue, d’avoir une vision globale de la valeur totale de toutes les importations indiennes (tissus et autres), de 1716 à 1788. Il s’intitule : “Du commerce de la France avec les Indes Orientales depuis 1716 jusqu’à 1788.” Le document ne porte pas de date d’élaboration. Ce document incertain a été placé en fin de carton C2/56 dans les archives d’Aix (AOM). Il comprend plusieurs colonnes, dont une est réservée à la valeur des exportations de l’Inde vers la France, année par année ; l’autre “la part des Indes employée à la traite des nègres à raison de 11/20”, c’est à dire, on le verra, concerne les tissus prohibés.

Le document est curieux : il y a des erreurs pour un certain nombre d’années consécutives, pendant lesquelles la part réservée à la traite dépasse de beaucoup le montant total des importations de l’Inde vers la France. Si l’on fait abstraction de ces erreurs, curieusement, chaque année, la part du commerce réservé à la traite égale 55 %, à quelques exceptions près, du montant total des importations indiennes. Ce document est non fiable, et doit être rejeté ici. Le titre même “à raison de 11/20”, soit 55%, laisse à penser que le travail du scripteur qui a confectionné cet immense tableau, était destiné sans doute à prouver l’importance de la traite dans les importations indiennes, et semble aussi majorer l’importance, en valeur, des importations indiennes.

48 Calculé d’après le tableau 10 de Wellington, p.194 sq.

49 Daget S. La traite négrière, 1987, Rennes Ouest France, p. 139.

50 Margoline-Plot E., thèse citée, p. 97.

51 Coquery-Vidrovitch C., La découverte de l’Afrique, l’Harmattan, 2003, p. 176 sq.

52 Boman W, Voyage de Guinée, Urtecht, 1705, p.96, 97.

53 Labat P., « Le voyage du chevalier des Marchais en Guinée en 1725-1727, Paris 1730, Tome 2, p. 114.

54 Daget S. op. cit‎., p. 139-143.

55 Margoline-Plot E., thèse citée, p. 99 sq.

56 De Wismes A., Nantes et le temps des négriers, Paris, France-Empire, 1992, p. 60.

57 Koumé, op. cit‎.., p. 293-295.

58 D’Allemagne, H.-R., La toile imprimée et les indiennes de traite, Paris, Librairie Gründ, 1942, t. 1, p. 161 cité par KOUAME A., op. cit‎., p. 295-299.

59 Mehdi Zmuda Saint Malo port négrier XVIIème-XVIIIème siècle Phenix Editions, 2004, p. 132.

60 Pluchon P. La route des esclaves, négriers et bois d’ébène au XVII e siècle, Hachette, Paris, 1980, p. 132-133.

61 Nicolas B. Lorient, « De la côte de Coromandel aux côtes du Sénégal, les tribulations des indiennes de traite » dans Lorient, la Bretagne et la traite. (p. 97-111).

62 Nicolas B. « De la côte de Coromandel aux côtes du Sénégal, les tribulations des indiennes de traite » dans Lorient, la Bretagne et la traite, p. (p. 97-111).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3873/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M
Titre Une photo Planche 2, p. 7 homme sérère de Mbissel au royaume de Sine, un tisserand
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3873/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Titre Une photo Planche 9, p. 16, femme wolofe portant son enfant sur le dos
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3873/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre Une Photo Planche 24 et p. 31 femme Bambara « tenue de fête » (Abbé Boillat, op. cit‎., p. 28.)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3873/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Titre Un homme (planche 21) de type sarackoullé, porte une choussabe à grandes manches teint en indigo du Ngalam, dont le « devant de la poitrine et dos sont brodés en soie de couleur
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3873/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre La planche 4 reproduit le « Marosso ou mari de la reine du Walo, premier général, en tenue de réception, type wolof, jupe bleue avec rayures en bas, le haut rose semble soyeux »
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3873/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 871k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable