Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Répertoire des tissus indiens importés en France entre 1687 et 1769‎

 | 
Colette Establet

Conclusion

Texte intégral

1Différents types de sources autorisent l’observation des cargaisons indiennes acheminées dans les ports du royaume pendant plus d’un siècle : les textiles ont constitué l’essentiel du commerce des Compagnies des Indes.

2Affiches de vente, bulletin d’adjudication, récits de voyageurs commerçants, dictionnaires consacrés à la description des marchandises indiennes permettent d’observer un à un chacun des textiles qui chargent les cargaisons : sa composition, sa taille, son prix, sa couleur, ses rayures, ses fleurs, ses lisières, etc.

3Ces descriptions, et quelques échantillons de textiles trouvés au Victoria and Albert Museum à Londres, d’autres au Musée des Arts décoratifs à Paris, ont souvent autorisé à définir de façon concrète les quelques centaines de tissus différents vendus en France : qu’est-ce qu’un tangeb, une casse, une mallemolle, un canadari, un alibani, un baffetas, un jamawar, un salampore, un néganépaux un, bajupataux, un korotte ? Sur chacun de ces noms, on a tenté de mettre une image, de reproduire une texture. Les conservateurs de musées, les propriétaires de collections touchent souvent des textiles dont le nom leur est inconnu. Espérons que nos indications les aideront dans leur travail d’identification.

4Ne négligeons pas la beauté des tissus peints, des étoffes chatoyantes, à rayures, à carreaux, à fleurs, la légèreté des mousselines, souvent brodées : mais, dans ce voyage est-ouest, les banales toiles de coton, blanches et colorées, les humbles mouchoirs, ont occupé la part fondamentale des importations.

5Le voyage ne s’arrête pas aux ports du royaume : d’autres vaisseaux se chargent d’exporter vers l’Afrique une bonne partie (on en a tenté la quantification) de ces étoffes dont le lot le plus important est constitué d’étoffes « prohibées ». Là-bas, elles seront échangées contre des noirs qui continueront de force le circuit vers des contrées occidentales encore plus lointaines, les Antilles, l’Amérique. Ce commerce se poursuit avec la traversée du retour : les navires chargés de denrées « exotiques » reviennent à leur lieu de départ. La boucle s’est fermée. Espérons que les échanges auront été fructueux, sinon équitables. C’est l’histoire, une autre histoire.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable