Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Répertoire des tissus indiens importés en France entre 1687 et 1769‎

 | 
Colette Establet

II. Les différents tissus : approche descriptive

Les toiles de coton

Texte intégral

  • 1 Nicolas B. 2006, Lorient, la Bretagne et la traite, (XVIIe-XIXe siècle), Musée de la Compagnie des (...)

1En nombre, les quelques près 3 400 000 toiles de coton variées, blanches et de couleurs, teintes, rayées, importées des Indes pendant toutes ces années, utilisées en France ou exportées à l’étranger, ont constitué plus de la moitié des cargaisons indiennes. B. Nicolas1 remarque : « Les toiles blanches pouvaient subir un processus de coloration, soit par immersion dans un bain de couleur unique, soit par impression de différentes couleurs…Il ne faut pas omettre les toiles à motif de carreaux ou de rayures qui, vers le milieu du XVIIIème se virent attribuer la dénomination de guinées et de guingans et composèrent majoritairement la part textile de la cargaison de traite… »

2Nous utiliserons les récits des voyageurs, les dictionnaires divers, les données d’archives pour tenter la meilleure description possible de chacune de ces toiles. Commençons par en énumérer les noms, par ordre alphabétique. Une deuxième étape établira la part très variée qu’occupe chacune de ces toiles dans les caragaisons textiles indiennes.

3En vrac, et par ordre alphabétique : des ambertees, annabas, baftas, bajupataux, beram, basin-kermichis, berams, chanders, chazelas, chilas, chukerees, coutelines, coupis bolsas boclan, deribands, doutis, fottamouras, fottes, garas, guinées, guingans, hamans, katequis, korottes, limaces, mamoudis, mauris, nankins, neganepaux, nekanias, percales, platilles, salempore, sanas-salgasis, sauvaguzee, socrotes ; auxquelles il faut rajouter des toiles diverses blanches et de couleurs seulement répertoriées sous le nom de « toiles. »

  • 2 Savary, op. cit., II, p. 1117
  • 3 Aka Kouamé, Cargaisons négrières, Thèse Université de Nantes, p. 28.

4Citons, sans comprendre leur présence dans les cargaisons, quelques « platilles» qualifiées par Savary2 de « toiles de lin très blanches », et quelques 320 pièces d’anabas « « toiles de fil de coton bleu et blanc » », vendues à Nantes en 1756. Ces toiles feraient-elles partie des toiles de traite ? Elles sont effectivement citées dans les cargaisons négrières3. Elles semblent avoir été fabriquées non pas en Inde, mais dans le royaume et les pays d’Europe. Gageons qu’un scripteur, soit en Inde, sur les lieux d’exportation, ou à Lorient, a appelé de ce nom des toiles qui ressemblaient à des platilles ou autres, et dont l’appellation indienne était ignorée

5Les cotonnades ont été très inégalement présentes dans les arrivées et les ventes.

6Reprenons dans le tableau suivant les seules cotonnades dont la quantité, par rapport aux importations totales, représente plus de 1 % de l’ensemble des cotonnades importées, et, dans un premier temps, sans distinguer les toiles blanches des toiles de couleur ou rayées.

7Nous ne ferons que citer, chemin faisant, le nombre de pièces des étoffes très peu représentées.

Tableau 11 : principales toiles de coton, en nombre et en pourcentage

Noms des toiles

Nombre

Proportion

Guinées

850945

25,1

Salempores

688566

20,3

Garas

547563

16,1

Baftas

306738

9,0

Guingans

179579

5,3

Sana Salgazis

146991

4,3

Hamans Amans

108102

3,2

Doutis

93759

2,8

Basin kermichis

84670

2,5

Percale

48101

1,4

Coupis Boclan

33822

1,0

8Les seules guinées, salempores, garas et baftas, toiles grosses et toiles fines, toiles blanches et bleues, arrivent de loin en tête des importations de toiles, 70,5 %. Beaucoup moins présentes, les guingans, les sanas, les hamans, les doutis, les basins ; percales et coupis. Plus de 20 000 pièces de limaces ou limaneas, chazelas, socrotes, fottes et korottes. Plus de 10 000 pièces de nekanias, katéguis, bajupataux, neganepaux, coutelines, mauris, savaguzee, chilas et nankins. Plus de 5 000 pièces pour les deribands et ambertees ; plus de 1000, pour les beram, fottamoura, mamoudis. Moins de 500 pour les annabas, camelots, platilles, baramete, chuckeree et chanders.

9En valeur, si l’on se fie aux données du tableau 10 de Wellington, qui concernent un nombre peut-être trop faible d’années pour être entièrement fiable, et englobe des « toiles diverses », non qualifiées, la proportion est à peu près identique.

10La valeur totale des toiles vendues s’élève à 15 519 489 livres. On ne saura rien de précis sur la valeur propre de certaines toiles de coton, seulement qualifiées de « diverses » (un montant élevé : 1 841 070 livres, soit 11,9 % -beaucoup- de la valeur totale des toiles), des « autres » ou « abîmées ». Enlevons-les avec regret du calcul total.

11Les guinées, les garas, les salempores et les baftas ont occupé de loin la première place dans la valeur des toiles vendues pendant ce presque un siècle :

Tableau 12 : valeur des pièces, en chiffres absolus et en proportion (y compris les tissus qui représentent moins de 1 % de la valeur des cargaisons)

Valeur en livres

Pourcentage

Guinées

4 326 557

31,9

Garas

2 437 138

18,0

Salempores

2 124 600

15,7

Baftas

1 905 740

14,1

Doutis

529 485

3,9

Hamans ou Amans

510 378

3,8

Sanas

326 522

2,4

Basins ou Kermichi

313 461

2,3

Guingans

273 623

2,0

Nekanias

177 424

1,3

Percales

135 295

1,0

Nankin

95 216

0,7

Chazelas

82 685

0,6

Contelines

63 646

0,5

Bajutapaux

61 986

0,5

Korottes

41 098

0,3

Neganepaux

40 023

0,3

Coupis, Boclan, Bolsas ou Rasta

38 622

0,3

Socrotes

29 703

0,2

Limaces

29 586

0,2

Fottes

8 497

0,1

Challis

8 036

0,1

Kateguis

485

0,0

Total

13 559 806

100,0

12Les proportions de ces diverses cotonnades varient un peu, en nombre et en valeur. On peut cependant constater que les guinées, salempores, garas, baffetas, ont été de loin les toiles les plus demandées. Dans la classification effectuée en 1716 par le scripteur d’une affiche de vente, ces toiles ont plutôt été qualifiées de « toiles grosses de coton », à l’exception des sanas et des chanders, « toiles fines » ; devant les guinées, les percales, les socrotes, le scripteur avait inscrit : « toiles grosses et fines ».

13Nous les présenterons ces toiles par ordre d’importance dans les importations, sans nous soucier de la couleur des pièces, ni de leur caractère de toiles licitement importées pour être vendues, ou dites prohibées, importées pour être vendues hors du royaume.

Les Guinées

  • 4 Savary, op. cit., II, p. 299.
  • 5 Dermigny Louis, p. 440.
  • 6 Legoux, op. cit., p. 2 à 15.

14« Une toile de coton blanche, plus fine que grosse… La pièce est de 29 aunes ½ à trente aunes sur 7/8 » décrit Savary4, Pour Dermigny5, les guinées blanches sont des « pièces de 27 à 28 aunes sur 5/6 et 7/8 qui forment la partie la plus importante des cargaisons du Coromandel, car l’Europe en consomme beaucoup pour l’impression. Elles sont en général de bonne qualité, mais leur finesse varie énormément. » Legoux6 constate : «On connaît à la côte de Coromandel des guinées du nord et des guinées du sud ou de Seilon….Les guinées du nord forment à peu près la majeure partie des cargaisons de la Côte...Dans les idiomes des Indous, dit-il, on prononce kindé, ce qui signifie pièce longue...La guinée est de toutes les espèces de toiles celle qui porte le plus grand aunage. »…Legoux insiste aussi sur la variété des pièces « liée à leur plus ou moins grande finesse» : « On connaît six espèces de guinées du nord. Elles reçoivent toutes leurs dénominations du nombre de conjons dont elles se composent…La plus commune, celle de 19 conjons, ne porte que 2280 fils. La plus fine, celle de 50 en porte 6000. Legoux conclue : « toutes les espèces de cette toilerie se reconnaissent par la qualité des fils qui sont tors, par leur égalité en finesse et leur arrangement de tissage, qui fait voir un grain uni, une trame frappée également dans toute la longueur de la pièce. » le voyageur commerçant explique le devenir de la toile : « La guinée est une très bonne espèce pour l’usage. On en fait de beaux linges de corps, de table…Les chittes…les toiles peintes…se peignent ou s’impriment sur des guinées de vingt-trois et de vingt-six conjons. »

15Le nom de guinée recouvre plusieurs types de toiles. Plusieurs épithètes, dans les sources, qualifient la cotonnade, dont certains sont géographiques : guinées (tout court, sans doute blanches), guinées blanches, guinées blanches « sorte hollandaise », guinées de Masulipatam, de Pondichery, de la Côte ; et guinées bleues.

16La principale distinction doit être faite entre « guinées blanches » et « guinées bleues ». La couleur, l’aunage et la destination du produit les différencient. Legoux remarque : « Les guinées de 23 et de 19 conjons…sont teintes en bleu. On les exporte à la côte d’Afrique, où elles sont avantageusement vendues, de même que dans les Antilles. Les guinées bleues, sont toutes coupées en demi-pièces …ce sont les sortes les plus communes des guinées. »

17Que disent nos affichettes ? Les guinées bleues ne se distinguent pas uniquement par la couleur, mais aussi par l’aunage et la valeur, moindre, conséquence de la mauvaise qualité constatée par Legoux. En 1716/18, les guinées bleues sont présentées comme des « demi pièces » ; en 1739, elles sont de 14 aunes ; en 1741, de13 ½ à 14 aunes sur près de 7/8 à ½. En 1712, une affichette qualifie ainsi une guinée : « guinées ou pagnes pour turbans. »

18Les guinées blanches, toujours en longues pièces de 29 aunes et plus, sont d’origine diverse. Guinées de la Côte, guinées du Masulipatam, guinées de Pondichery ; de qualités, (ou sortes), et forcément de prix très différents.

  • 7 Legoux, op. cit., p. 10.

19Legoux de Flaix, pour 1786, donnent des prix, qui doivent être les prix d’achat en Inde : de 28,8 à 31,3 la pièce7, et de 20 % moins élevés dans les années antérieures. Les prix de vente, dans nos archives, sont évidemment plus élevés : est-il arbitraire de considérer que le prix de vente dans le royaume est de deux à trois fois plus élevé que le prix d’achat suggéré par Legoux ? En 1719, les guinées blanches de 29 à 30 aunes sur 7/8 se vendent de 49 à 56 livres ; de 30 sur 7/8, de 60 à 65 ; de 30 à 31 sur 7/8, 107, et exceptionnellement 120. En 1726, de 29 à 30 aunes sur 7/8, de 32 à 33,7 livres ; de la première sorte, de 35,5 à 37,1 ; de la deuxième sorte, de 30 aunes sur 7/8, de 40 à 53 ; de la troisième sorte de 31 aunes sur 7/8 de 64 à 75 ; de la quatrième sorte, de 80 à 92. En 1739, les guinées du Masulipatam communes se sont vendues de 33,4 à 40,4 livres ; un peu plus fines, de 40,14 à 41,19 ; encore plus fines, de première sorte de 71, à 77,7.

20La même année, en 1739, les guinées bleues de 14 aunes se sont négociées de 16,1 à 17,13 livres, soit moins de la moitié du prix des guinées blanches ; en 1687, elles valaient 11,6 livres au moment où les blanches étaient estimées 29,1. En 1767, les guinées blanches venant de Pondichery, se vendaient 42 livres, les guinées bleues, 26,9 : en gros, moitié prix.

Les salempores ou salempouris

  • 8 Savary, op. cit., II, p. 1466.

21Savary,8 à l’article salampouris, propose : « toile que l’on fait dans plusieurs endroits de la côte de Coromandel. Il y en a de blanches et de bleues. Les blanches font 72 cobres de long sur 2 et un quart de large. Le bleues n’ont que 32 cobres de longueur sur la largeur des blanches. »

  • 9 Legoux, op. cit., p. 2 à 33.

22Faut-il considérer comme « guinées » les salempouris blancs ? A suivre Legoux, on hésite : a-t-il considéré les salempores comme des guinées fabriquées dans le pays de Seilon, « des guinées de Seilon »9 ; « on prononce en tamoul seilampari, ce qui signifie toile de Seilon.» Il consacre cependant quelques pages de description aux seuls salempores : «Une toile légère, fine, et jolie, souple, molle, et dont le grain quoiqu’uni ne l’est cependant pas autant que celui de la percale…Le fil des salempouris est régulièrement filé, demi-tordu et fin… le coton produit par leurs contrées, dans le Maléalame et de Carnate, utilisé pour la trame du salempouris, le coton de Madrepac et de Canjivarom pour la chaîne », « aspect approchant de celui des casses du Bengale...quarante gadges de long, ce qui fait 16 aunes, la largeur, une gadge ¾, soit 7/10 d’aune… On en fait du linge de corps, des serviettes…et particulièrement des mouchoirs à vignettes » (c’est à dire des mouchoirs peints). 

23Les affichettes de vente distinguent toujours les toiles bleues par leur couleur, tandis que l’expression salampores, sans adjectif, s’applique sans doute aux seules toiles blanches. Les salempores bleus constituent 15 % des salempores importés. Marchandises prohibées, elles sont destinées à l’exportation, comme les semi-guinées bleues et beaucoup d’autres textiles.

24Les salempores, blancs ou bleus, sont la plupart du temps des pièces de 11 à 12 aunes sur 7/8. Mais il existe des pièces plus longues : en 1718 et 1719, à côté des pièces de 12 aunes, ont été vendues des pièces de 29 à 30 aunes et demi sur 7/8 ; en 1718, des salempores bleus portent aussi le même grand aunage. Très rarement, la largeur varie : 7/8, sauf en 1725, 5/6, et en 1719, 12 ½ à 13.

25La valeur des pièces est fonction de la taille et de la qualité, et de la date : en 1691, la pièce a valu 4 livres. En 1718, les pièces de 12 sur 7/8 ont été vendues de 20 à 22 livres ; de 12 à12 ½ sur 7/8, de 21 à 23 ; de 12 ½ à 13 sur 7/8, de 30 à 31 ; de 29 à 30 aunes sur 7/8 de 40 à 46 ; de 30 sur 7/8 de 57 à 71. En 1719, les valeurs sont à peu près les mêmes valeurs, mais les grandes pièces sont plus onéreuses (de 30 à 31 aunes sur 7/8 de 76 à 120 livres).

26La qualité est également un facteur de variation : en 1719, 1725, 1726, 1738, quatre « sortes » de salempores ont été présentées, à des prix qui vont de 14 à 45, 50 livres. Les salempores bleus atteignent les prix de la plus basse sorte du salempore blanc. Apparaissent quelquefois dans la description des salempores un adjectif « sorte hollandaise » (de 11 aunes ¾ sur 5/6), estimé à 10 à 11 livres (1725), alors que, dans le même temps, le salempore de Pondichery vaut entre 17 et 43 livres suivant la sorte. Le même adjectif « sorte hollandaise » s’applique (rarement, en 1725) aux guinées.

Les garas ou garats

  • 10 Savary, op. cit., II, p. 214.
  • 11 Legoux, op. cit., p. 359-360.
  • 12 Hobson-Jobson, p. 707.

27Savary, Irwin, Chaudhuri, s’accordent sur le caractère médiocre de la toile. Pour Savary10: c’est une « grosse toile de coton blanche », de 9 aunes 2/3 ou 14 ½. Legoux11 constate : « c’est la plus commune et la plus médiocre de toutes les espèces de toile du Bengale... Les Indiens n’emploient cette qualité de toile qu’à faire les premières enveloppes des balles de leurs belles marchandises... ou quelques culottes, quelques pagnes…, des torchons, des garde pieds. » [mais]… les garats furent recherchés pour alimenter les manufactures d’indiennes qui s’établissaient en France, dans la Grande Bretagne ». Pour Hobson-Jobson,12 à l’article gurrahs : « probablement de l’hindi, gârhâ, « un tissu brut, non blanchi. »

28À l’heure actuelle, dans le Tamil Nadu, une toile blanche de mauvaise qualité, dénommée « gada », sert à envelopper les paquets que l’on expédie. Faisons l’hypothèse qu’il s’agit du même type de mauvaise toile d’emballage, fonction qu’évoquait pour d’anciens temps Hobson-Jobson : « ces toiles sont utilisées, entre autres choses, pour emballer, pour envelopper les morts. »

29En 1741, ces médiocres des toiles arrivent au premier rang, en nombre, des toiles importées. Savary en fait une toile du Gujarat ; mais, nos affichettes en font des toiles du Bengale, Dacca, Jougdia.

Garas, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 79. Les Arts Décoratifs, Paris

Garas, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 79. Les Arts Décoratifs, Paris

Photo Les Arts Décoratifs, Paris/Jean Tholance (photo soumise à accord préalable, rétrocession photo interdite)

Garas, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 75. Les Arts Décoratifs, Paris

Garas, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 75. Les Arts Décoratifs, Paris

Photo Les Arts Décoratifs, Paris/Jean Tholance (photo soumise à accord préalable, rétrocession photo interdite)

Garas, sous le nom de Gurrah, sur le site tmoi.org.uk. Il existe plusieurs autres photos de garas n° 297, 300, 303, 306. Ci-dessous photo n°297

Garas, sous le nom de Gurrah, sur le site tmoi.org.uk. Il existe plusieurs autres photos de garas n° 297, 300, 303, 306. Ci-dessous photo n°297

30La plupart des garas affichent un aunage qui oscille entre 11 1/2 et 13 1/2 à 14 aunes sur près de 7/8 ; très rarement des pièces plus longues, de 29 aunes 1/2 sur près de 7/8, en 1738 et 1741. Sont également vendus quelques garas bleus.

  • 13 Legoux, op.cit., p. 362.

31La valeur, de 2,2 livres, en 1691, varie avec la taille des pièces : de 9,1 à 10,7 pour les 12 aunes sur 7/8, de 11,3 à 13,8 pour les 14 aunes ; ou de 12 sur 7/8, de 22,1 à 23,16 ou de 23,3 à 26 pour les 29 aunes. Il n’est jamais fait mention de « sortes » ou de qualités différentes. Pendant l’ensemble de la période, les garas ont été vendus de 15 à 25 livres. Quant aux quelques garas bleus, ils ont atteint le prix de 14,7 livre en 1738, le prix des plus petites pièces de garas. Legoux13 affirme que les plus chers des garas se vendent 3,5 roupies sicca (*2,7), soit 9,45 livres.

  • 14 Legoux, op.cit., p. 362.

32Une contradiction : en nombre, les garats, occupent la troisième place14. Les tissus importés, alors qu’en valeur, ils sont au deuxième rang, bien que le tissu soit de mauvaise qualité et peu cher. Cette contradiction s’explique sans doute : ont été ôtées des calculs plus de 11 % des cotonnades, sans nom, ou abîmées, peut-être des guinées, ou des salempores, ou autres toiles, ce qui fausse la proportion relative de la valeur de chacune des étoffes.

Les baffetas

  • 15 Hobson-Jobson, op. cit., p. 46.
  • 16 Savay op. cit., I, p. 207.
  • 17 Roques, op. cit., p. 79.
  • 18 Irwin John, op. cit., I, 25.
  • 19 Legoux, op. cit., p. 355, à 357.
  • 20 Blancard Pierre, op. cit., p. 292.
  • 21 Dermigny Louis, op. cit., p. 437.

33Les baffetas : « du persan bâfta, tissé »15 pour Hobson-Jobson. « « Toile toute de fil de coton blanc, très grosse…13 aune ¾ à 14 de longueur 7/8 de large. Il y en a aussi qui n’ont que 5/6 de large et même une demie aune.»16 Roques17 remarquait, pour les années 1676 1691, et dans le Gujarat, que "la qualité des baffetas est la meilleure de toutes les toiles qui se font aux Indes et d'un bon service…Les baffetas sont souvent destinés, au moins dans cette région, à être peints (ou imprimés) en chit. » Après la famine de 1630 dans le Gujarat, les baffetas ont été imités dans d’autres parties de l’Inde.18 Legoux19 décrit les baffetas du Gange : « Qualité de toile très précieuse et très utile pour tous les usages de la vie…Mais c’est principalement pour l’impression et l’usage des manufactures d’indiennes qu’elle est utilement utilisée en Europe. » « Les qualités varient infiniment, on en fait de très fins et d’autres aussi grossiers que des garats. » « Autre toile de la classe des communes, mais supérieure aux garras, pour Blancard. 20 Dermigny évoque ces « toiles communes du Bengale et de Surate, d’une qualité supérieure à celle de garats, 9 ½ à 10 aunes et 11 à11 ½ et en deux largeurs, 3/4 et 5/6....Différentes appellations, d’après le nom des districts où on les fabrique : Eliabad, Joindpour, Jougdia, Lockipour »21, etc.

34La taille des pièces est variée, plus que ne le suggèrent Savary, et Dermigny. La plupart des pièces, certes, sont de 10 ½ à 11 aunes sur ¾, ou sur 5/6 en 1726 ; mais aussi de 8 ou 9 en 1738, et de 14 en 1739 et 41. En 1741, par exemple, le catalogue cite des baffetas blancs de 14 sur de 7/8, et des baffetas d’Ajanabad de 10 ½ sur illisible. Les aunages varient de 8 1/2 à 9 aunes sur près de 14 aunes. Sept cent pièces sont qualifiées de baffetas d’Ajanabad. Parmi elles, 64 pièces sont dites « à petites lisière d’or. »

  • 22 Legoux, op. cit., p. 857.

35La valeur de la pièce est, comme d’habitude, fonction de sa taille, de sa finesse…et de la date. En 1687, les baffetas blancs ont été vendus 6,7 livres. En 1691, des baffetas de Nefsary, 4 : des baffetas blancs, 4,19. En 1739, par exemple, la valeur de la pièce a dépendu de sa plus ou moins grande finesse, mais aussi de ses différents aunages : de 8 aunes sur près de ¾, de 14 à 17 livres ; sorte plus fine 18,1 à 20,1 ; de 9 1/2 sur près de ¾ de 22 à 23,1 ; ceux de 10 1/2 sur près de 7/8 de 27,1 à 30,7 ; baffetas de Patna de 10 ½ sur ½, de 13,0 à 14,4 ; de 14 sur 9/16 16,1 ; de 15 sur 7/12, 20 ; de 14 sur peut être 1 de d’Ajanabad, 27,1 à 28,12. Legoux22, en estimait le prix d’achat, de 9,5 à 18 livres.

36Sur l’image de la pièce, nos sources ne sont pas tout à fait muettes : les baffetas peuvent être blancs ou bleus ; en 1728, 1570 pièces de baffetas bleus sont vendues. En 1738, des baffetas de couleur bleue ont été vendus entre 10 à 10,6 livres, la même année, les blancs de petite taille se sont vendus au même prix, tandis que les plus fins et les plus grands valaient de 21 à 24 ; en 1717 ont été présentés des baffetas rayés de fil écru, à 24,6 livres. En 1767 et 68, les prix montent un peu : 22 et 33 livres.

37Les localités évoquées à propos des baffetas, sont d’abord le Bengale, plus particulièrement Jougdia, Ajanabad et Nefsary.

38En résumé, les quatre toiles de coton les plus vendues ne sont pas de belles cotonnades. Chacune d’entre elles (à l’exception des garats, de mauvaise qualité), peut être qualifiée de grosse, ou de fine. La valeur n’est pas forcément un indice de qualité, de finesse, car l’aunage a aussi son importance. Ces toiles ne sont pas toutes blanches : chacune d’entre elles présente deux variétés, les toiles blanches, les toiles bleues.

Les guingans

  • 23 Savary, op. cit., II, p. 299.
  • 24 Legoux, op. cit., p. 127 sq.
  • 25 Dermigny Louis, op. cit., p. 440.
  • 26 Hobson-Jobson, op. cit., p. 375.

39Pour Savary23 : « Toile de fil de coton quelquefois mêlé de fil d’écorce d’arbre qui n’est ni fine ni grosse ; il y en a de bleues et de blanches, dont la pièce comprend pour l’ordinaire huit aunes de long sur 3/4 à 5/6 de large ». Pour Legoux24 : «La majeure partie de ces guingans sont tissés en toiles à quatre fils…Le guingan est une toile rayée à barres étroites ou plus ou moins larges et de couleur rouge, ou rouge et bleu mélangé. Ces rayures sont des fils qui entrent dans la chaîne de la pièce, et qui ne se trouvent jamais dans les fils de trame… Excellence des teintures et du coton qui sert à faire les raies ou barres du guingan et le tissage de cette étoffe. » Dermigny25 en fait une description à peu près identique : « toiles du Coromandel à petites raies rouges de 6 aunes et demi sur 5/8 ; elles sont à quatre fils c’est à dire que la trame est à deux fils et qu’en les tissant on prend deux fils de chaîne. Le principal centre de fabrication est à Karikal. » On trouve plusieurs origines fantaisistes dans Hobson-Jobson, dont la plus probable, pour les auteurs, est un mot javanais, ginggang, une toile rayé ou à carreaux.26

40Les lieux de fabrication sont nombreux : guingan de la Côte, de Karikal, de Pondichery, du Masulipatam, de Madras, de Paliacate, toutes places situées sur la côte de Coromandel.

41Donc, une toile de coton, mais sans doute mêlée parfois de soie : Savary parle d’ »écorce d’arbre » (de la soie) ; nos affichettes signalent la vente de guingans d’herbe en 1725 et 26, et une seule fois de guingan « armoisin » en 1768.

Guingans divers, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 341. Les Arts Décoratifs, Paris

Guingans divers, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 341. Les Arts Décoratifs, Paris

Photo Les Arts Décoratifs, Paris/Jean Tholance (photo soumise à accord préalable, rétrocession photo interdite)

Guingans divers, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 87. Les Arts Décoratifs, Paris

Guingans divers, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 87. Les Arts Décoratifs, Paris

Photo Les Arts Décoratifs, Paris/Jean Tholance (photo soumise à accord préalable, rétrocession photo interdite)

Guingans divers, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 73. Les Arts Décoratifs, Paris

Guingans divers, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 73. Les Arts Décoratifs, Paris

Photo Les Arts Décoratifs, Paris/Jean Tholance (photo soumise à accord préalable, rétrocession photo interdite)

Guingan commun sur le site tmoi.org.uk, n°417

Guingan commun sur le site tmoi.org.uk, n°417

Guingan à petits carreaux sur le site tmoi.org.uk, n°416

Guingan à petits carreaux sur le site tmoi.org.uk, n°416

Guingan à petites raies sur le site tmoi.org.uk, n°418

Guingan à petites raies sur le site tmoi.org.uk, n°418
  • 27 Blancard Pierre op. cit., p. 240.

42Ces pièces de couleur (en 1687, la vente parle de « guingan de couleur ») sont de petits aunages, petite longueur et petite largeur, de 5 aunes ¾ à 6 aunes et demie, sur 5/6, 7/8. 9/16, 9/19. Dans la vente de 1712, les guingans sont « bleus et blancs, rayés ». Legoux propose des longueurs de 12 aunes, sur différentes largeurs ; seules les plus larges sont exportées, dit-il. Legoux et Blancard constatent que ces guingans sont des pièces très demandées pour le Iles Philipines, se font à Karikal et de là passent à Pondichéry. »27 Les guingans sont des pièces prohibées. 

43Leur valeur, à une exception près (1767) varie avec la « sorte » et la largeur : entre 9 et 16 livres. Un guingan, particulièrement large et même un peu plus long que d’usage, en 1726, a été vendu 30 livres ; de même qu’en 1767 et 68, des guingans du Masulipatam autour de 30 livres.

44Dans l’affichette de 1768 figurent les quantités de pièces, leur prix d’achat, leur origine, leur prix de vente : les guingans de Pondichery sont à 6 livres ; les guingans de Madras à 12 ; ceux du Masulipatam, à 82 livres. Donc il y a guingan et guingan : « il n’y a pas de marchandise dont le prix soit plus varié, constatait Legoux p. 131, de 1 à 34 francs la pièce, à l’achat.

45Les quelques balacor signalés sont-ils des guingans ? Un document de 1729 inscrit en effet « guingan balassor » En 1716, ces pièces sont de petites pièces de quatre aunes à quatre ½. Le lot comprend quatre pièces de balassor et quatre pièces de pinasses, à 15 livres, soit moins de 2 livres la pièce, en moyenne.

Les sanas

  • 28 Savary op. cit., II, p. 1476.
  • 29 Dermigny Louis, op. cit., p. 442.

46« Toiles de coton blanches ou bleues, qui ne sont ni fines ni grosses…du Bengale. Les blanches ont à la pièce 9 aunes 1/3 sur ¾ à 5/6 et les bleues 11 ¼ à 12 sur 7/8. »28 Dermigny29 atteste aussi de l’existence de sanas bleus. En 1691, les sanas sont dénommées : sanas ou amans, à 19 livres

47En 1739 et 1741, les ventes mentionnent des sanas de 11 aunes 1/2 sur ¾ à 7/8 et de 11 ¾ à 12 aunes, sur 7/8 et plus. Les autres années (1716, 1718 et 1725), c’est la longueur indiquée par Savary qui prévaut : 9 à 9 aunes 1/4 sur ¾, 5/6, 7/8. Quelquefois le lieu d’origine a été mentionné : en 1750, sanas de Jougdia et de Monnepour, et, en 1767, du Bengale.

48L’apparence de la pièce n’est pas souvent précisée : la couleur bleue n’est pas évoquée, pour cette toile qui semble être une toile « fine » ; en 1716, se trouvent des sanas « brodés de mogue à ramage. »

49La valeur, toujours liée à la largeur de la pièce, varie entre 12 et 35 livres.

50Un mystère : en 1691, l’extrait de la vente signale l’existence de 37 balles de sanas OU amans, à 5,9 livres la pièce. En 1687, pourtant les deux tissus, comme par la suite, ont bien été distingués : à 10,3 pour les amans et à 18,9 pour les sanas. Cette confusion, et le fait que, dans les ventes sanas et hamams ou amans soient toujours proches suggèrent qu’il existe une ressemblance entre les deux toiles, que la largeur de la pièce semble différencier.

Hamans ou amans

  • 30 Savary, op. cit., II, p. 313.
  • 31 Blancard Pierre, op. cit., p. 292.
  • 32 Legoux, op. cit., p.351.
  • 33 Legoux. Op. cit., p. 352.

51« Toile de coton blanches, très fines et fort serrées, dont la fabrique approche assez celle des toiles de Hollande…Les meilleures sont les Bengaloises…Portent ordinairement 9 aunes ½ de long sur une aune 1/6 de large. »30 Même définition chez Blancard.31 Legoux les nomme âmames et explique l’étymologie par « hammam », baignoire chez les Indous « qui en font les linges qui leur servent à s’envelopper en sortant de se baigner ou de faire leurs ablutions … Cette qualité de toile, par sa finesse, le grain de son tissu lisse et serré, par son immense largeur, enfin par sa force la fait autant rechercher par les Européens que par les peuples qui habitent les autres parties du monde. »32 Il ne faut pas les confondre, dit-il, avec les percales, le réseau de la percale est plus serré, moins souple. »33

52Une seule indication précise de lieu : Jougdia.

53Cette toile se distingue effectivement de toutes les autres toiles par sa grande largeur : elle est de 9 à 9 ¼ sur une aune 1/8, 1/6. Seul le catalogue de 1741 donne quelques indications sur son apparence : de nombreuses pièces portent une lisière blanche, et moins souvent lisière d’or.

54La valeur est liée à la largeur de la pièce (de une aune 1/8 à une aune 1/6), et à la finesse de la toile : de 20-25 à 45-50 livres. En 1726, par exemple, les pièces de 1 aune 1/6 ont été vendues de 26 à 28 livres ; plus fines, 31 à 39 ; encore plus fine, 42 à 47.

55Sana et amans se ressemblent-ils au point d’être confondus en 1691 ? Peut-être, mais les hamans sont de plus grande largeur et sont plus onéreuses.

Doutis

Doutis, sous le nom Dhotee, sur le site sur le site tmoi.org.uk, n°123

Doutis, sous le nom Dhotee, sur le site sur le site tmoi.org.uk, n°123

Doutis, sous le nom Dhotee, sur le site sur le site tmoi.org.uk, n°124

Doutis, sous le nom Dhotee, sur le site sur le site tmoi.org.uk, n°124

Doutis, sous le nom Dhotee, sur le site sur le site tmoi.org.uk, n°301

Doutis, sous le nom Dhotee, sur le site sur le site tmoi.org.uk, n°301
  • 34 Savary, op. cit., I, p. 1730.
  • 35 Irwin John, I, p. 28.

56Savary en fait « des toiles blanches de coton, assez grossières…particulièrement de Surate. La longueur est de 14 aunes ou environ et la largeur depuis 5/6 d’aune, jusqu’à une aune et 5/6…Les doutis étaient autrefois en France du nombre des toiles qu’on y imprimait avant que le commerce des toiles peintes eût été défendu. »34 Pour Irwin « un calicot fort de mauvaise qualité. »35

57La pièce semble assez longue : en 1739, les doutis dorgagis sont de 13 aunes ; en 1741, de 13 ½ à 14 aunes sur 2/3, ou ¾ ou une aune et plus.

  • 36 Roques, op. cit., p. 65.

58En 1687, les « toiles doutis blanches de différentes qualités », ont été vendues 6,5 livres la pièce. En 1691, les doutis font partie de balles associant berams et baftas : à 3,5 pièce ; doutis et dorgagis, à 4 livres la pièce. En 1739, des doutis dorgagis, de 13 aunes, de 16 livres 1/2 à 35,1. En 1767, 17 livres ; et en 1768, 14 livres. Doutis et dorgagis sont donc associés, soit qu’ils apparaissent comme deux tissus différents, soit que le mot dorgagis soit un qualificatif de doutis. Roques36, qui n’évoque jamais le douti, parle souvent des dorgagis du Gujarat, « grosse toile…de plus ou moins bonne qualité. » Gageons qu’en 1691, on distingue encore les deux toiles ; mais qu’après le déclin du Gujarat, les deux mots sont devenus synonymes.

59Les dotis font encore partie des vêtements indiens masculins, portés dans les campagnes du sud surtout, plus que dans les villes : ce sont de grandes pièces de deux mètre environ, en coton, de couleur blanche ou autre, et de qualité différente.

Les basins

60Les basins sont souvent qualifiés du nom de l’aire de fabrication, le Bengale ; en réalité, ils se font dans le Bengale, à Pondichery et sur la Côte.

  • 37 Savary, op. cit., I, p. 289.
  • 38 Legoux, op. cit., p. 120-121.

61Dans un long article sur les basins européens, des toiles fréquemment rencontrées en Europe, Savary consacre quelques lignes aux basins de Indes « blancs et sans poil…Les uns croisés ou serge et les autres à carreaux ou ouvrés. Les meilleurs sont ceux qui se fabriquent au Bengale, à Pondichery, et à Ballasor. Ces derniers sont les plus estimés. »37 Ils apparaissent dans les descriptions de Legoux comme des marchandises de la Côte de Coromandel : « Après les guinées, les percales et les mouchoirs, une des plus importantes importations de la Côte pour l’Europe. Ces basins se fabriquent avec un double fil, tant dans la chaîne sur la trame […], d’où la force, le moelleux, l’uni, des basins du Coromandel. »38 Dermigny ajoute que : « les plus beaux sont des goudelours ». (de l’actuelle Cuddalore, à quelques kilomètres de Pondichery).

62On n’a guère de renseignement sur cette toile banalement blanche. Le catalogue de 1741 distingue cependant sous le nom de basins du Bengale des toiles de 7 à aunes à 7 ½, sur ¾ à 5/6, ou de plus d’une aune, qui sont le plus fréquemment unis, mais aussi à « œil de perdrix ».

63L’aunage n’est pas de 9 aunes (et même de 10 à 16 pour Legoux), mais de 7 aunes ½ à ¾ sur différentes largeurs, de 5/6 à plus d’une aune ; la valeur, suivant la largeur de la pièce, varie de 32 à 45 livres. En 1739, par exemple, les basins de 7 aunes ¾ sur 5/6 ont été vendus de 42,1 à 43,6 livres ; ceux de 7/8 à 11/12, à 42 livres ; sur une aune et plus, de 44,1 à 45,7 livres. Legoux estime le prix d’achat des pièces à une quarantaine livres.

Basins, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 103. Les Arts Décoratifs, Paris

Basins, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 103. Les Arts Décoratifs, Paris

Photo Les Arts Décoratifs, Paris/Jean Tholance (photo soumise à accord préalable, rétrocession photo interdite)

Basins, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 179. Les Arts Décoratifs, Paris

Basins, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 179. Les Arts Décoratifs, Paris

Photo Les Arts Décoratifs, Paris/Jean Tholance (photo soumise à accord préalable, rétrocession photo interdite)

Percales

  • 39 Hobson-Jobson, op. cit., p. 708.

64De Parkâlâ, « étincelle, morceau de verre », dans le glossaire de Hobson Jobson.39

  • 40 Savary, op. cit., II, p. 1047.
  • 41 Dermigny Louis, op. cit., p. 442.
  • 42 Legoux, op. cit., p. 25 sq.
  • 43 Irwin John, II, p. 42.
  • 44 Legoux, op. cit., p. 26.

65Sous le nom de percales-mauris, (même nom dans un document de 1720), Savary désigne des « toiles de coton blanches, plus fines que grosses qui viennent des Indes orientales, particulièrement de Pondichery… Portent sept aunes et un quart de longueur sur une aune et 1/8 de large. »40 Pour Dermigny, « toile du Coromandel de qualité supérieure quoiqu’il y en ait de différentes finesses et de différents prix ; en pièces 7 ¾ à 8 aunes sur 15/16. Elles sont connues dans l’Inde sous le nom de chittes. C’est avec ces belles toiles que l’on fait ces indiennes connues en Europe sous le nom de perses. »41 Legoux rapproche les percales des amames : « Quelque rapprochement qui puisse se trouver entre la tissure de l’amame et celle de la percale, ces deux qualités de toile… présentent des caractères différents. Le réseau de la perkale est plus serré, moins souple et moins moelleux que le tissu de l’amame… Tissu très serré, fil demi rond… le fil est à deux brins filés ensemble… surface parcheminée… On ne connaît dans l’Inde que des perkales de 32, 38 et 46 conjons… neuf aunes 3/5. »42 En 1777, les percales sont qualifiées de fines. Pour Irwin, et Chaudhuri : « une toile de bonne qualité, renommée pour la finesse et la régularité de son tissage et pour sa solidité, tissée autour de Madras et de Golconde, le calicot le plus adapté à la fabrication de chintz. Autour de 8 yards sur un ».43 « C’est pour cette raison que la toile est par excellence pour la peinture des chittes… Toutes les chittes fines ne se font que sur cette espèce de toile… Elle est la seule… qui soit propre à redevoir les couleurs. »44

66Jusqu’en 1738, l’aunage de la toile est bien de sept aunes à sept et demi, sur une largeur qui dépasse l’aune : de 7 aunes sur 7/8 à 11/12 sur près d’une aune ou une aune 1/8 jusqu’à cette date. Après 1738, la longueur augmente, de 12 à 16 aunes, la largeur diminue, 7/8 ou 15/16 d’aune.

  • 45 Legoux, op. cit., p. 24, 25, 29.

67Le prix, faible pour la fin du XVIIème siècle, de 7 à 11 livres, varie dans les années qui suivent suivant les largeurs, de 20 à 33 livres ; pour des pièces plus grandes, de 48 à 63 livres dès 1738. Legoux en estimait le prix, à l’achat, à 80 pagodes d’or la courge, ce qui fait 660 francs de France, soit 33 livres la pièce. Une origine apparaît en 1720 et 1777, sous le nom « percales de Madrapac », « les manufactures les plus renommées sont celles des districts de Madrepac et de Cajivarom… peu éloignés des comptoirs de Pondichery et de Madras. »45 La toile doit être rangée parmi les « toiles fines. »

Les mauris… ou mouris… ou percales

  • 46 Savary, op. cit., I, p. 698.
  • 47 Savary, op. cit., II, p. 826.
  • 48 Hobson-Jobson, op. cit., p. 707.

68Citons leur nom, mais associons-les aux percales.
« Qu’on nomme autrement percales, sorte de toile blanche de coton »46; et sous le nom de mouris47 « toiles de coton, fines, grossières, larges, ou étroites, des blanches et des rouges… 12 aunes de long sur différentes largeurs une aune ¾, une aune ¼. » Moorees, « des toiles bleues » pour Hobson-Jobson48 . En 1687, ces « mauris », sont cités, sans aunage et au prix de 11,3 à 19 livres, onéreux par rapport aux autres toiles de la même époque. En 1712, 1720, à côté des percales madrapac figurent des percales mauris.

Les Boclans ou boleans, ou bolkas ou bolcas coutils et coupis et rasta

  • 49 Savary, op. cit., I, p. 396.

69« Ces pièces, coutis ou bolcas ou boclans sont des « espèces de coutil fait de fil de coton…Il y en a de tout blancs et d’autres rayés de jaune dont les raies se font avec du fil de coton. »49 Même description chez Dermigny, « tout blancs ou rayés de jaune pâle ». On suppose que ce nom de coutil, présent dans les affichettes, n’était pas un nom de tissus indien, mais un mot rajouté par le scripteur qui connaissait l’existence en France de ce tissu. E. Hardouin-Fugier décrit les coutils européens : ce sont des toiles serrées, épaisses, destinées surtout à la literie et à l’ameublement ; mais « le coutil pour chemises est discrètement rayé. »

Coutils divers, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 261. Les Arts Décoratifs, Paris

Coutils divers, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 261. Les Arts Décoratifs, Paris

Photo Les Arts Décoratifs, Paris/Jean Tholance (photo soumise à accord préalable, rétrocession photo interdite)

Coutils divers, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 307. Les Arts Décoratifs, Paris

Coutils divers, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 307. Les Arts Décoratifs, Paris

Photo Les Arts Décoratifs, Paris/Jean Tholance (photo soumise à accord préalable, rétrocession photo interdite)

Coutils bon teint, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 77. Les Arts Décoratifs, Paris

Coutils bon teint, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 77. Les Arts Décoratifs, Paris

Photo Les Arts Décoratifs, Paris/Jean Tholance (photo soumise à accord préalable, rétrocession photo interdite)

70Ces pièces sont toutes de 8 aunes sur près de 7/8 ; les valeurs oscillent entre 14 et 17 livres.

  • 50 Savary, op. cit., I, p. 1543.

71Les coupis ont été transformés en coutils ou bolcas par Wellington. Mais, dans le catalogue de 1738 et 1741, les deux termes apparaissent, distincts. Ces coupis sont aussi bien distingués par Savary50: « des toiles très fortes, très solides, et serrées, blanches ou à rayures, ou à carreaux, spécialement apportées du Bengale, selon Savary, de 8 aunes (ici de sept aunes et demi à sept aunes ¾).

Coupis, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 75. Les Arts Décoratifs, Paris

Coupis, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 75. Les Arts Décoratifs, Paris

Photo Les Arts Décoratifs, Paris/Jean Tholance (photo soumise à accord préalable, rétrocession photo interdite)

Coupis, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 305. Les Arts Décoratifs, Paris

Coupis, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 305. Les Arts Décoratifs, Paris

Photo Les Arts Décoratifs, Paris/Jean Tholance (photo soumise à accord préalable, rétrocession photo interdite)

Coupis, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 377. Les Arts Décoratifs, Paris

Coupis, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 377. Les Arts Décoratifs, Paris

Photo Les Arts Décoratifs, Paris/Jean Tholance (photo soumise à accord préalable, rétrocession photo interdite)

72Les coupis se sont vendues de 16 à 20 livres.

73Plusieurs documents (1725, 1760) font des quelques rastas des ventes un synonyme de coupis : rasta ou coupis. (1704, « rattas de diverses couleurs) ». La seule différence en semble la taille : en 1726, les coupis, distingués des rasta, sont de 7 aunes et ont été vendus de 16 à 17 livres, tandis que les rasta sont de 5 aunes et demi à ¾ sur ¾. Et se sont vendus plus cher, 19 livres. Les rasta seraient-ils des coupis de plus petite longueur ?

74Bref, l’hésitation l’emporte : coupi, coutils, boclan, rasta ? Peut-être des étoffes un peu différentes, mais de toute façon prohibées, à rayures ou à carreaux.

75Un doute : comme, dans les listes, ces toiles suivent les guingans, les caladaris, les tapchilas, parfois tissus de coton soie, les rayures seraient-elles de soie ?

Les limancais ou limaces

  • 51 Chaudhuri, op. cit., p. 501.

76Les limancais ou limaces sont des cotonnades rayées aussi, de meilleure qualité51, si on les rapproche des lemanee décrites par Chaudhuri. De 12 aunes sur 7/8 en 1741, et de petit prix, de 4, 9 à et 13 livres (en 1768, 1761, 1767).

Les chazelas

  • 52 Irwin John, op. cit., I, 27.

77Sont-ils à rapprocher des chellas ? Ou chelloes « étoffes de coton bon marché avec des raies rouges, bleues ou noires…peut-être destinées à la traite des esclaves. »52 

Chazelas, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 305. Les Arts Décoratifs, Paris

Chazelas, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 305. Les Arts Décoratifs, Paris

Photo Les Arts Décoratifs, Paris/Jean Tholance (photo soumise à accord préalable, rétrocession photo interdite)

Chazelas, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 306. Les Arts Décoratifs, Paris

Chazelas, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 306. Les Arts Décoratifs, Paris

Photo Les Arts Décoratifs, Paris/Jean Tholance (photo soumise à accord préalable, rétrocession photo interdite)

78Les données en font des pièces de 14 aunes sur ¾, seulement décrits en 1741 : rouges et blancs ou bleus et blancs, ou rouges et bleus, vendues entre 11 et 26 livres.

Les socretons ou socrotes

  • 53 Dermigny Louis, op. cit., p. 447.

79Des pièces assez mystérieuses, ignorées de Savary, d’Irwin, simplement qualifiées de « toile du Coromandel » pour Dermigny53, « toile de coton blanche importée de Pondichery » pour E. Hardouin, qui a la tentation de rapprocher le nom de seersucker et sirsakas ; « calicot » pour Wellington, sous le nom de « socrote, sorcrote, socquette. »

80Qu’indiquent nos données ? Ce sont de longues et larges pièces, à toutes les dates envisagées : en 1716, 16 aunes sur 7/8, ou une aune ou une aune ½ ; même longueur en 1723, 1726, 1739 ; en 1741, de 15 ½ à 16 aunes sur ¾ et plus ou sur près de 7/8 ; ou de 15 ½ à 16 sur 11/12 ; ou de « trois fils » en 15 ½ à 16 sur 11/12. Les sirsakas, mélange coton soie, ne font que 9 ½ à 11 aunes.

81Les socretons sont bien des toiles de coton, d’assez belle qualité. Leur valeur dépasse les 41 livres, et est fonction de la taille de la pièce, de 41 à 66 livres.

Les Fottes, ou foutes

  • 54 Savary, op. cit., II, 144.
  • 55 Irwin John, op. cit., I, 29.
  • 56 Barthélémy A. op. cit.

82Pour Savary, ce sont des « toiles de coton à carreaux qui sont apportées des Indes Orientales particulièrement du Bengale dont la pièce a une aune et demie de long sur sept huit de large. Quatre fottes font une pièce. »54 J. Irwin décrit : vient du persan « a kind of loin-band »... des toiles de coton de couleur exportées de l’Est et de l’Ouest de l’Inde. »55 Dans l’Empire ottoman, la fûta est une « serviette dont on se couvre le milieu du corps, comme d’un pagne, au hammâm.56

Photte, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 379. Les Arts Décoratifs, Paris

Photte, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 379. Les Arts Décoratifs, Paris

Photo Les Arts Décoratifs, Paris/Jean Tholance (photo soumise à accord préalable, rétrocession photo interdite)

Photte, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 306. Les Arts Décoratifs, Paris

Photte, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 306. Les Arts Décoratifs, Paris

Photo Les Arts Décoratifs, Paris/Jean Tholance (photo soumise à accord préalable, rétrocession photo interdite)

Photte, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 71. Les Arts Décoratifs, Paris

Photte, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 71. Les Arts Décoratifs, Paris

Photo Les Arts Décoratifs, Paris/Jean Tholance (photo soumise à accord préalable, rétrocession photo interdite)

83Peu de renseignements par nos archives, sauf la confirmation (en 1737) qu’une pièce renferme quatre fottes.

Les korottes

84Aucune description dans nos données. Faut-il rapprocher ces korottes des korathes ou toques de Cambaye de Savary, de « grosses toiles de coton, petites pièces de trois aunes » (Savary, II, p. 458) ? Pour Wingate, cité par Wellington, la korotte est une « vulgaire toile de coton.»

85Les korottes font partie des tissus prohibés, soit de couleurs, soit rayés. En 1760, ils voisinent, dans les listes des ventes, les limancais, les guingans.

Corote, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 306. Les Arts Décoratifs, Paris

Corote, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 306. Les Arts Décoratifs, Paris

Photo Les Arts Décoratifs, Paris/Jean Tholance (photo soumise à accord préalable, rétrocession photo interdite)

Corote pour les « nègres », inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 305. Les Arts Décoratifs, Paris

Corote pour les « nègres », inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 305. Les Arts Décoratifs, Paris

Photo Les Arts Décoratifs, Paris/Jean Tholance (photo soumise à accord préalable, rétrocession photo interdite)

Corote, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 379. Les Arts Décoratifs, Paris

Corote, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 379. Les Arts Décoratifs, Paris

Photo Les Arts Décoratifs, Paris/Jean Tholance (photo soumise à accord préalable, rétrocession photo interdite)

86Les prix, du moins en 1767 et 68, sont très faibles, de cinq à six livres.

Les nekania

  • 57 Dermigny Louis, op. cit., p. 441.

87Les nekania n’apparaissent que dans les ventes de 1767, 68. Sous le nom de necanée, E. Hardouin décrit : « toile rayée de bleu et de blanc », et Dermigny57: « toiles communes du Coromandel, rayées de bleu et de blanc, les nécanées brouard (larges) de 11 aunes de long sur ¾, les nécanées narou (étroites) de 10 aunes sur 2/3. Aucune indication d’aunage dans nos listes, mais une valeur : 17 à 19 livres.

Nikanias, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 305. Les Arts Décoratifs, Paris

Nikanias, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 305. Les Arts Décoratifs, Paris

Photo Les Arts Décoratifs, Paris/Jean Tholance (photo soumise à accord préalable, rétrocession photo interdite)

Nikanias, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 306. Les Arts Décoratifs, Paris

Nikanias, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 306. Les Arts Décoratifs, Paris

Photo Les Arts Décoratifs, Paris/Jean Tholance (photo soumise à accord préalable, rétrocession photo interdite)

Grands nikanias, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 379. Les Arts Décoratifs, Paris

Grands nikanias, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 379. Les Arts Décoratifs, Paris

Photo Les Arts Décoratifs, Paris/Jean Tholance (photo soumise à accord préalable, rétrocession photo interdite)

Les Katequi

  • 58 Savary, op. cit., II, p. 455.
  • 59 Barthélémy, op. cit., 1969.

88Les Katequi : « Toile de coton bleu qu'on tire des Indes orientales, particulièrement de Sourate. Les pièces de kattequi n'ont que deux aunes cinq huit de long, sur cinq six de large. »58 Dans les inventaires après décès damascains, les kantkî, ou kandakî, sont toujours de couleur rouge. Et la traduction de kandakî, dans le dictionnaire de Barthélémy est « rouge foncé.59 » Une affichette de 1724 traduit : « katequis ou pagnes » ; 1729, 1731 katequis ou pagnes à carreaux. »

89Le tissu n’est signalé dans les ventes qu’en 1767 : il a été vendu 7,9 livres.

Les bajupataux

  • 60 Dermigny Louis, op. cit., p. 352.
  • 61 Hobson-johnson, op. cit., p. 706.

90Savary ignore la toile, de même que Chaudhuri et Irwin. Dermigny60 en donne une description : « il s’en trouve de deux qualités. La première est une toile à grands quadrilles formés de bandes bleues et blanches, la seconde est une toile égale, mais les cadrilles formés de filets rouges et bleus, tirant moins et plus étroits. Et elle vaut 10 % de moins. » Hobson-Jobson en donne une étymologie possible : dl’hindi, be-jûla, «without join » et pât « a piece. »61

Bajupataux, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 305. Les Arts Décoratifs, Paris

Bajupataux, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 305. Les Arts Décoratifs, Paris

Photo Les Arts Décoratifs, Paris/Jean Tholance (photo soumise à accord préalable, rétrocession photo interdite)

Bajupataux, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 306. Les Arts Décoratifs, Paris

Bajupataux, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 306. Les Arts Décoratifs, Paris

Photo Les Arts Décoratifs, Paris/Jean Tholance (photo soumise à accord préalable, rétrocession photo interdite)

Bajupataux, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 377. Les Arts Décoratifs, Paris

Bajupataux, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 377. Les Arts Décoratifs, Paris

Photo Les Arts Décoratifs, Paris/Jean Tholance (photo soumise à accord préalable, rétrocession photo interdite)

91En 1739 et 41, les aunages correspondent aux indications de Dermigny : 13 aunes ½ à 14 aunes sur ¾ à 5/6. Seul le catalogue de 1741 donne la couleur des bajupataux, bleu et blanc.

92Les valeurs s’échelonnent entre à 28 livres.

Les neganepaux

  • 62 Blancard Pierre, op. cit., p. 239-240.

93Il s’agit de « toiles communes » explique Blancard62, « celles qui se font sur la côte de Coromandel sont préférées à celles de Surate et de Cambaye tant à cause de la qualité de leur toile que par la bonté de leur teint…Ces diverses toiles sont un objet assez important dans les retours pour l’Europe ; elles y sont employées, ainsi que les demi et quart de guinées bleues, pour l’assortiment des cargaisons de navires qui vont faire la traite des nègres à la Côte de Guinée. »

  • 63 Irwin John, op. cit., I, 29.
  • 64 Dermigny, Louis, op. cit., p. 352.

94Ces toiles sont de nouveau ignorées de Savary, de Chaudhuri et de Irwin, à moins que son Neckanees soit notre neganepaux, « un calicot rayé bon marché63. Pour Hardouin-Fugier, sous le même nom de necanée, ils sont rayés de bleu et blanc ; mais pour Dermigny64, ils « sont quadrillés de rouge et de filets jaunes… de 10 à 13 livres. Et « rouge et bleu », dans le catalogue de 1741 (et sur l’échantillon des Arts décoratifs)

95Les aunages sont de 13 ½ à 14 aunes sur ¾ à 5/6. Les prix rejoignent ceux de l’étoffe précédente, de 18 à 24 livres.

Néganépaux, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 377. Les Arts Décoratifs, Paris

Néganépaux, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 377. Les Arts Décoratifs, Paris

Photo Les Arts Décoratifs, Paris/Jean Tholance (photo soumise à accord préalable, rétrocession photo interdite)

Les coutelines

  • 65 Savary, op. cit., I, p. 1085 et I, p. 699.

96Les coutelines, « grosse toile de coton blanche, ou bleue » (ou jaune rajoute E. Hardouin-Fugier), de Surat, 14 aunes de long sur ¾ et 5/6 de large. »65

97Un seul document en 1691, évoque ce tissu, et le scripteur a indiqué, pour nous, « coutelines ou toiles teintes en bleu. » La valeur des toutes les pièces contenues dans des balles (qui renferment également des baftas blancs), est, en moyenne, de 4,19 livres la pièce.

Les Chilae, ou chelas ou cheiloes ou chelles ou chillas

98Évoquées dès 1687, ces chelas, qualifiées de « toiles rouges de Séronge. » En face du nom, une croix a été mise par le scripteur, comme devant les chittes, toiles peintes, des tours de lit de chittes fines, des couvertures de toiles peintes piquées, suggérant que ces chelas faisaient partie des toiles peintes.

  • 66 Savary, op. cit., I, p. 749.
  • 67 Irwin John, op. cit., I, p. 27.
  • 68 Chaudhuri, op. cit., p. 501.

99Mais toutes les définitions privilégient la « toile de couleur » et non la toile peinte. A l’article chillas, Savary66 note : « toile de coton à carreaux, du Bengale, 8 aunes de long sur ¾ à 5/6. Et à l’article chelles « toiles de coton à carreaux de différentes couleurs…de Surat particulièrement, 13 ou 14 aunes sur ¾. Pour Hobson-Jobson, le mot dériverait peut-être de sâlû, un textile rouge. E. Hardouin rajoute que ces toiles servent de« pagne pour les femmes esclaves en Inde. » Enfin, à l’article Chelloes, Irwin67 écrit : « un coton bon marché, avec des raies rouges bleues ou noires, pas mentionné avant la fin du XVIIème, peut-être requis pour le trafic d’esclaves. » ; l’indication est donnée aussi par Chaudhuri68 : cheiloes, « coton, rayé, mauvaise qualité, Gujarat, pour le trafic d’esclaves. »

Chilas, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 75. Les Arts Décoratifs, Paris

Chilas, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 75. Les Arts Décoratifs, Paris

Photo Les Arts Décoratifs, Paris/Jean Tholance (photo soumise à accord préalable, rétrocession photo interdite)

100Un aunage de 7 aunes 3 /4 à 8 sur ¾, apparaît dans la vente de en 1726.

101Dans les catalogues de vente, à l’exception de 1687, ces tissus voisinent les elatchas, les rastas ou coupis, les chazelas, les nekanias, tous prohibés, et souvent à rayures. Leur prix : 3,4 livres en 1687 ; de 15 à 18 en 1726.

102L’ensemble des photos témoigne de la ressemblance de toutes ces cotonnades de couleurs, à carreaux, à rayures.

Les Nankins

  • 69 Legoux, op. cit., p. 16.
  • 70 Legoux, op. cit., p. 280.
  • 71 Dermigny Louis, op. cit., p. 441.

103Leur nom fait allusion à la ville chinoise Nankin dans laquelle ces nankins ont été autrefois fabriqués. Legoux de Flaix en donnerait-il une explication ? Les nankins se font « avec le coton à laine roussâtre »69; il signale, comme étant fabriqué dans le Gujarat, un nankin fait avec du coton qui a « le duvet roux », et « convient pour nos importations à la Chine où on la métamorphose en nankin que les Chinois nous revendent ensuite. »70 Pour Dermigny, ces « toiles de coton à tissu serré et fort » ont été imitées dans l’Inde et dans l’Europe.71 « Lisse, serré, solide », ajoute E. Hardouin. Ils n’apparaissent dans les ventes qu’à la toute fin du XVIIIème siècle, les années 1767, 68, et 69. Mais dans le document de 1768, qui indique la région d’arrivage des étoffes, le nankin vient de Chine !!

104En 1768, des pièces de nankins verts et bleus ont été vendus, à 6 livres et demie la pièce, jaune en 1769. Seul renseignement que nous aient livré les archives.

Les deriabadis ou deribands

  • 72 Savary, op. cit., I, p. 1674.
  • 73 Roques, op. cit., p. 117.
  • 74 Irwin John, op. cit., I, 27.

105Savary, sous le nom de deriband, définit des “ toiles blanches de coton qui viennent des Indes Orientales. Il y en a d’étroites et de larges, plus de la première sorte que de l’autre. La longueur des pièces de deribands étroits est de neuf aunes et leur largeur de cinq huit. »72 Roques rapproche les deraibadis des chauderas ou chuters ou chianters « bonnes pour mettre en blanc car elles ont assez de corps. »73 Irwin note : « D’après Deyrabad, …une bonne qualité de calicot simple et blanc. »74 Le tissu provient de la partie occidentale de l’Inde. Deyrabad est situé à l’est de Delhi.

  • 75 Chaudhuri, op. cit., p. 501.

106Roques souligne que le tissu n’est pas mentionné après 1650. Cependant, les données signalent que des deriabad d’Agra (pour Roques, « Les meilleures viennent d’Agra ») font partie des ventes en 1691 pour l’année 1744. Et quelques centaines de pièces sont vendues en 1741. Le tissu est peut-être repris après le déclin de la région de Surate, pour être fabriqué ailleurs, de moins bonne qualité. (« de qualité moyenne, voire médiocre, d’usage domestique » pour Chaudhuri).75

107L’aunage inscrit dans le catalogue de 1741 correspond aux descriptions de Savary : de 8 aunes ½ à 9 sur ½.

108En 1691, 1600 pièces de deriabadis d’Agra ont été vendues à 2 ,2 roupies la pièce, un faible prix, même en cette fin de XVIIème siècle, où les prix sont bas. On ne possède pas d’autres prix de vente.

Les ambertees

109Nous mentionnerons rapidement quelques pièces peu nombreuses d’ambertees, ou amerty.

  • 76 Irwin, op. cit., III, p. 67.
  • 77 Chauduri, op. cit., p. 504.
  • 78 Hobson-Jobson, op. cit., p. 707.

110Pour Irwin76 les ambertees sont des « tissus blancs de qualité supérieure, tissés dans la région de Patna». Ce tissu semble avoir été exporté, vers le marché londonien en particulier, surtout au début du XVIIème, « de façon occasionnelle après 1650. » Chaudhuri sous le nom d’Emerty, estime le tissu « de qualité » moyenne.77 Le glossaire de Hobson-Jobson en donne une étymologie possible : « emmertie, de l’hindi amraratî, imratî, doux comme du nectar. »78

111Ce textile n’a pas disparu plus tard puisqu’on le trouve à plusieurs reprises dans nos archives. En 1739, les amerty de 10 aunes sur ¾ ont été vendus 16,5 livres ; ceux de 11 aune ½ sur ¾, 21 livres, 6. Sous le nom d’amerty d’Ajanabar, la toile figure dans le catalogue de 1741, de 10 aunes ¾ sur 2/3. On en retrouve aussi le nom en 1750.

  • 79 Irwin, op. cit., III, 67.

112Irwin79 considère que Les luckhowries ou laycowries sont synonyme des ambertees. En 1741, sont vendues quelques 250 pièces de Lokory de Mogara, de 9 aunes ½ à 9 aunes ¾.

Les mamoudîs, mousselines ou toiles ?

  • 80 Roques, op. cit., p. 119.
  • 81 Dermigny Louis, op. cit., p. 440.
  • 82 Wellington Donald, op. cit., p. 223.
  • 83 Legoux, op. cit., p. 35.
  • 84 Hobson-Jobson, op. cit., p. 707.
  • 85 Birdwood G., op. cit., p. 81.

113On hésite. Les descriptions sont rares et contradictoires. Savary l’ignore. La plus complète description en est trouvée chez Roques80, donc pour une période antérieure : « Des toiles fines avec du corps de 16 cobes de long et d’une de large, de 20 roupies à cinquante roupies la courge » (soit de 9 aunes environ, la pièce valant 43 livres [...] Ils sont assez fins et ont assez de corps pour soutenir la peinture…Ils peuvent être mis en chittes » [...] Les plus onéreuses, vous pouvez les mettre en blanc qui réussiront fort bien au blanchissage [...] On les fabrique à Chamely, à deux journées de Séronge (dans le Gujarat) et ils y mettent au bout de la pièces trois ou quatre trames de fils d’or pour faire connaître leur fabrique. » Legoux, Irwin, également. Dermigny évoque plusieurs possibilités : « variété de toile peinte des Indes ; une sorte de toile blanche qui se vend à Smyrne mais vient du golfe persique et de l’Inde.81 « Terme général pour calicot » annonce sèchement Wellington82 » Toile encore pour Legoux. 83Toile très fine ? Ou mousseline ? Parfois la distinction devait être difficile. Dans l’article « Piece Goods » de Hobson-Jobson84, les mamoodies ou Mahmûdî sont de « belles et estimées mousselines, ou des tissus de coton de bas prix » ! George Birwood85 compte le mamudi comme une des dizaines de cotonnades de la région de Oudh. 

114Dans le Catalogue de 1741, les mamoudis se nomment de mamoudis unis d'Ajanabar, et mamoudis Baroguery, portant parfois de petites lisières d’or ; ou des Mamoudis brodés, tous d’un peu plus de dix aunes sur ½ et plus. Nous n’en avons trouvé aucune valeur. La vente de 1769 comprend des mamoudis dome, donc brodés, comme d’autres mousselines.

  • 86 Roques, op. cit., p. 110.

115On aurait penché vers la « mousseline », puisque les mamoudis peuvent être brodés, et être bordés de lisière d’or ; mais trop de sources font allusion à leur possible utilisation en chittes, peintes sur des tissus qui ont un certain corps. « Ces mamodis servent aux femmes pour tabliers, cornettes, colet, besoins de nuit et plus au menu peuple qu’aux personnes de qualité qui aimeront mieux se servir d’une bétille grossière pour se distinguer d’un mamodi fin. »86 Ce tissu se rapproche du chander ou chawter.

Les chukerees

  • 87 Irwin John, op. cit., I, p. 27.

116Les pièces sont peu nombreuses. Irwin87 les qualifie de « calicot rayé bon marché, considérés comme des marchandises type guinées, et destinées surtout au trafic des esclaves. »

Les chander ou chawter

  • 88 Irwin, John, op. cit., I, p. 27.

117« Calicot simple et blanc, en général de bonne qualité, tissé dans de nombreuses régions de l’ouest des Indes. »88 Dans les inventaires après décès damascains, ce tissu est qualifié effectivement de « blanc » et rapproché du mamoudi.

Divers… et pour le plaisir des yeux

118Mentionnons, sans plus, les quelques exceptionnels articles « finis » s’ajoutant aux étoffes qui apparaissent dans les ventes. En 1716, 289 manchettes, 150 jarretières de soie, des « juppes » brodées de soie, des fichus brodés d’or et d’argent, 513 ceintures et des ceintures à houppes d’or et d’argent ; des turbans de mallemolle ; des bas de soie.

Jarretières, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 55. Les Arts Décoratifs, Paris

Jarretières, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 55. Les Arts Décoratifs, Paris

Photo Les Arts Décoratifs, Paris/Jean Tholance (photo soumise à accord préalable, rétrocession photo interdite)

  • 89 HH223 et 223 /12.

119En 1723, dans un document89 qui énumère les marchandises prohibées, figure une longue liste d’objets, habits et parures ; 25 garnitures de boutons de soie ; un lot de six ceintures de prêtres en soie noire, de deux aunes 3/4 de longueur, deux ceintures de soie, une ceinture d’épée, 22 jarretières de soie, cinq cordons de soie, six douzaines de lacets, le tout a été vendu 212 livres ; six gilets de entiers et piqués de soie, 17 livres ; une toilette brodée de soie sur satin de chine ; deux turbans de soie, 58 bonnets brodés de soie moque, 61 livres ; 47 bonnets brodés de soie de couleur, de Daka, 12 livres ; 9 vestes complètes et culottes brodés, 39 livres ; 50 corsets brodés de soie de couleur de Daka sur sanas et basins, 22 livres ; …et un habit chinois complet.

120Et surtout, dans les premières années, près de 75 000 cravates, comme on l’a signalé, les cravates ont leur part dans les cargaisons : plus de 1/% de tous les tissus en nombre, 0,2 % en valeur. « Brodées », sans mention de tissu, en 1691 ; une balle est vendue 1878 livres ; ou toutes faites de mousselines diverses, doréa, bétille, organdi, tarnatane, ou rayées d’or, venant de Dakka et du Bengale, lorsque l’origine en est signalée. Les cravates sont importées dès 1691, mais n’apparaissent plus dans les ventes à partir de 1734. En 1726, 12 cravates composant une pièce de tarnatane de une aune ¼ sur ½ valent 20 livres ; faites en fil de bétille, 16 ; les cravates du Bengale, de 10 à la pièce de une aune 1/3 sur ½ à 9/16 à 7/12, de 19 à 36 livres.

121Les yeux sont un peu dépités. On imaginait dans ces salles de vente de Lorient un défilé de ces toiles peintes qui font la gloire des musées et le bonheur des collectionneurs, toucher des yeux des soieries chatoyantes et multicolores. Seules les fines mousselines n’ont pas déçu : elles sont présentes et nombreuses et variées. Mais, en fait, les toiles de coton, blanches ou de couleurs, unies, à raies ou à carreaux, licites ou prohibées, et de valeur souvent moyenne, constituent la part de loin la plus importante des cargaisons de textiles provenant des Indes et de Chine.

  • 90 Nicolas B. Le goût de l’Inde, op  cit., p. 23.

122On ne peut que conclure avec Brigitte Nicolas que ce commerce… n’est que rarement un commerce de luxe. »90

Notes

1 Nicolas B. 2006, Lorient, la Bretagne et la traite, (XVIIe-XIXe siècle), Musée de la Compagnie des Indes, Cahier de la Compagnie des Indes, n° 9/10, 2006, p. 99.

2 Savary, op. cit., II, p. 1117

3 Aka Kouamé, Cargaisons négrières, Thèse Université de Nantes, p. 28.

4 Savary, op. cit., II, p. 299.

5 Dermigny Louis, p. 440.

6 Legoux, op. cit., p. 2 à 15.

7 Legoux, op. cit., p. 10.

8 Savary, op. cit., II, p. 1466.

9 Legoux, op. cit., p. 2 à 33.

10 Savary, op. cit., II, p. 214.

11 Legoux, op. cit., p. 359-360.

12 Hobson-Jobson, p. 707.

13 Legoux, op.cit., p. 362.

14 Legoux, op.cit., p. 362.

15 Hobson-Jobson, op. cit., p. 46.

16 Savay op. cit., I, p. 207.

17 Roques, op. cit., p. 79.

18 Irwin John, op. cit., I, 25.

19 Legoux, op. cit., p. 355, à 357.

20 Blancard Pierre, op. cit., p. 292.

21 Dermigny Louis, op. cit., p. 437.

22 Legoux, op. cit., p. 857.

23 Savary, op. cit., II, p. 299.

24 Legoux, op. cit., p. 127 sq.

25 Dermigny Louis, op. cit., p. 440.

26 Hobson-Jobson, op. cit., p. 375.

27 Blancard Pierre op. cit., p. 240.

28 Savary op. cit., II, p. 1476.

29 Dermigny Louis, op. cit., p. 442.

30 Savary, op. cit., II, p. 313.

31 Blancard Pierre, op. cit., p. 292.

32 Legoux, op. cit., p.351.

33 Legoux. Op. cit., p. 352.

34 Savary, op. cit., I, p. 1730.

35 Irwin John, I, p. 28.

36 Roques, op. cit., p. 65.

37 Savary, op. cit., I, p. 289.

38 Legoux, op. cit., p. 120-121.

39 Hobson-Jobson, op. cit., p. 708.

40 Savary, op. cit., II, p. 1047.

41 Dermigny Louis, op. cit., p. 442.

42 Legoux, op. cit., p. 25 sq.

43 Irwin John, II, p. 42.

44 Legoux, op. cit., p. 26.

45 Legoux, op. cit., p. 24, 25, 29.

46 Savary, op. cit., I, p. 698.

47 Savary, op. cit., II, p. 826.

48 Hobson-Jobson, op. cit., p. 707.

49 Savary, op. cit., I, p. 396.

50 Savary, op. cit., I, p. 1543.

51 Chaudhuri, op. cit., p. 501.

52 Irwin John, op. cit., I, 27.

53 Dermigny Louis, op. cit., p. 447.

54 Savary, op. cit., II, 144.

55 Irwin John, op. cit., I, 29.

56 Barthélémy A. op. cit.

57 Dermigny Louis, op. cit., p. 441.

58 Savary, op. cit., II, p. 455.

59 Barthélémy, op. cit., 1969.

60 Dermigny Louis, op. cit., p. 352.

61 Hobson-johnson, op. cit., p. 706.

62 Blancard Pierre, op. cit., p. 239-240.

63 Irwin John, op. cit., I, 29.

64 Dermigny, Louis, op. cit., p. 352.

65 Savary, op. cit., I, p. 1085 et I, p. 699.

66 Savary, op. cit., I, p. 749.

67 Irwin John, op. cit., I, p. 27.

68 Chaudhuri, op. cit., p. 501.

69 Legoux, op. cit., p. 16.

70 Legoux, op. cit., p. 280.

71 Dermigny Louis, op. cit., p. 441.

72 Savary, op. cit., I, p. 1674.

73 Roques, op. cit., p. 117.

74 Irwin John, op. cit., I, 27.

75 Chaudhuri, op. cit., p. 501.

76 Irwin, op. cit., III, p. 67.

77 Chauduri, op. cit., p. 504.

78 Hobson-Jobson, op. cit., p. 707.

79 Irwin, op. cit., III, 67.

80 Roques, op. cit., p. 119.

81 Dermigny Louis, op. cit., p. 440.

82 Wellington Donald, op. cit., p. 223.

83 Legoux, op. cit., p. 35.

84 Hobson-Jobson, op. cit., p. 707.

85 Birdwood G., op. cit., p. 81.

86 Roques, op. cit., p. 110.

87 Irwin John, op. cit., I, p. 27.

88 Irwin, John, op. cit., I, p. 27.

89 HH223 et 223 /12.

90 Nicolas B. Le goût de l’Inde, op  cit., p. 23.

Table des illustrations

Titre Garas, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 79. Les Arts Décoratifs, Paris
Crédits Photo Les Arts Décoratifs, Paris/Jean Tholance (photo soumise à accord préalable, rétrocession photo interdite)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3861/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Garas, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 75. Les Arts Décoratifs, Paris
Crédits Photo Les Arts Décoratifs, Paris/Jean Tholance (photo soumise à accord préalable, rétrocession photo interdite)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3861/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Titre Garas, sous le nom de Gurrah, sur le site tmoi.org.uk. Il existe plusieurs autres photos de garas n° 297, 300, 303, 306. Ci-dessous photo n°297
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3861/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Guingans divers, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 341. Les Arts Décoratifs, Paris
Crédits Photo Les Arts Décoratifs, Paris/Jean Tholance (photo soumise à accord préalable, rétrocession photo interdite)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3861/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Titre Guingans divers, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 87. Les Arts Décoratifs, Paris
Crédits Photo Les Arts Décoratifs, Paris/Jean Tholance (photo soumise à accord préalable, rétrocession photo interdite)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3861/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Guingans divers, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 73. Les Arts Décoratifs, Paris
Crédits Photo Les Arts Décoratifs, Paris/Jean Tholance (photo soumise à accord préalable, rétrocession photo interdite)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3861/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 672k
Titre Guingan commun sur le site tmoi.org.uk, n°417
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3861/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Titre Guingan à petits carreaux sur le site tmoi.org.uk, n°416
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3861/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Titre Guingan à petites raies sur le site tmoi.org.uk, n°418
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3861/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre Doutis, sous le nom Dhotee, sur le site sur le site tmoi.org.uk, n°123
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3861/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Doutis, sous le nom Dhotee, sur le site sur le site tmoi.org.uk, n°124
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3861/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Doutis, sous le nom Dhotee, sur le site sur le site tmoi.org.uk, n°301
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3861/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Basins, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 103. Les Arts Décoratifs, Paris
Crédits Photo Les Arts Décoratifs, Paris/Jean Tholance (photo soumise à accord préalable, rétrocession photo interdite)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3861/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Titre Basins, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 179. Les Arts Décoratifs, Paris
Crédits Photo Les Arts Décoratifs, Paris/Jean Tholance (photo soumise à accord préalable, rétrocession photo interdite)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3861/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Titre Coutils divers, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 261. Les Arts Décoratifs, Paris
Crédits Photo Les Arts Décoratifs, Paris/Jean Tholance (photo soumise à accord préalable, rétrocession photo interdite)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3861/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 744k
Titre Coutils divers, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 307. Les Arts Décoratifs, Paris
Crédits Photo Les Arts Décoratifs, Paris/Jean Tholance (photo soumise à accord préalable, rétrocession photo interdite)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3861/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 13M
Titre Coutils bon teint, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 77. Les Arts Décoratifs, Paris
Crédits Photo Les Arts Décoratifs, Paris/Jean Tholance (photo soumise à accord préalable, rétrocession photo interdite)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3861/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Titre Coupis, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 75. Les Arts Décoratifs, Paris
Crédits Photo Les Arts Décoratifs, Paris/Jean Tholance (photo soumise à accord préalable, rétrocession photo interdite)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3861/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Titre Coupis, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 305. Les Arts Décoratifs, Paris
Crédits Photo Les Arts Décoratifs, Paris/Jean Tholance (photo soumise à accord préalable, rétrocession photo interdite)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3861/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Titre Coupis, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 377. Les Arts Décoratifs, Paris
Crédits Photo Les Arts Décoratifs, Paris/Jean Tholance (photo soumise à accord préalable, rétrocession photo interdite)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3861/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Titre Chazelas, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 305. Les Arts Décoratifs, Paris
Crédits Photo Les Arts Décoratifs, Paris/Jean Tholance (photo soumise à accord préalable, rétrocession photo interdite)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3861/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre Chazelas, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 306. Les Arts Décoratifs, Paris
Crédits Photo Les Arts Décoratifs, Paris/Jean Tholance (photo soumise à accord préalable, rétrocession photo interdite)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3861/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Titre Photte, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 379. Les Arts Décoratifs, Paris
Crédits Photo Les Arts Décoratifs, Paris/Jean Tholance (photo soumise à accord préalable, rétrocession photo interdite)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3861/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Titre Photte, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 306. Les Arts Décoratifs, Paris
Crédits Photo Les Arts Décoratifs, Paris/Jean Tholance (photo soumise à accord préalable, rétrocession photo interdite)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3861/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 816k
Titre Photte, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 71. Les Arts Décoratifs, Paris
Crédits Photo Les Arts Décoratifs, Paris/Jean Tholance (photo soumise à accord préalable, rétrocession photo interdite)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3861/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Corote, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 306. Les Arts Décoratifs, Paris
Crédits Photo Les Arts Décoratifs, Paris/Jean Tholance (photo soumise à accord préalable, rétrocession photo interdite)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3861/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 964k
Titre Corote pour les « nègres », inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 305. Les Arts Décoratifs, Paris
Crédits Photo Les Arts Décoratifs, Paris/Jean Tholance (photo soumise à accord préalable, rétrocession photo interdite)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3861/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Corote, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 379. Les Arts Décoratifs, Paris
Crédits Photo Les Arts Décoratifs, Paris/Jean Tholance (photo soumise à accord préalable, rétrocession photo interdite)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3861/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Titre Nikanias, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 305. Les Arts Décoratifs, Paris
Crédits Photo Les Arts Décoratifs, Paris/Jean Tholance (photo soumise à accord préalable, rétrocession photo interdite)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3861/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Titre Nikanias, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 306. Les Arts Décoratifs, Paris
Crédits Photo Les Arts Décoratifs, Paris/Jean Tholance (photo soumise à accord préalable, rétrocession photo interdite)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3861/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Titre Grands nikanias, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 379. Les Arts Décoratifs, Paris
Crédits Photo Les Arts Décoratifs, Paris/Jean Tholance (photo soumise à accord préalable, rétrocession photo interdite)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3861/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre Bajupataux, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 305. Les Arts Décoratifs, Paris
Crédits Photo Les Arts Décoratifs, Paris/Jean Tholance (photo soumise à accord préalable, rétrocession photo interdite)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3861/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Bajupataux, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 306. Les Arts Décoratifs, Paris
Crédits Photo Les Arts Décoratifs, Paris/Jean Tholance (photo soumise à accord préalable, rétrocession photo interdite)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3861/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 984k
Titre Bajupataux, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 377. Les Arts Décoratifs, Paris
Crédits Photo Les Arts Décoratifs, Paris/Jean Tholance (photo soumise à accord préalable, rétrocession photo interdite)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3861/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre Néganépaux, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 377. Les Arts Décoratifs, Paris
Crédits Photo Les Arts Décoratifs, Paris/Jean Tholance (photo soumise à accord préalable, rétrocession photo interdite)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3861/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
Titre Chilas, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 75. Les Arts Décoratifs, Paris
Crédits Photo Les Arts Décoratifs, Paris/Jean Tholance (photo soumise à accord préalable, rétrocession photo interdite)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3861/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Titre Jarretières, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 55. Les Arts Décoratifs, Paris
Crédits Photo Les Arts Décoratifs, Paris/Jean Tholance (photo soumise à accord préalable, rétrocession photo interdite)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3861/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 117k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable