Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Répertoire des tissus indiens importés en France entre 1687 et 1769‎

 | 
Colette Establet

II. Les différents tissus : approche descriptive

Mouchoirs et stinkerques

Texte intégral

Les mouchoirs

1Les mouchoirs, dans leur énorme majorité, sont faits de toile de coton. Près de 650 000 pièces, pendant ces trente-neuf années, ont été importées auxquelles s’ajoutent les stinkerques, genre de mouchoirs sur pièces de mousseline.

  • 1 Savary, opcit., II, p. 809.

2La soie, cependant, constitue un exceptionnel matériau, un peu plus de 1 % de l’ensemble des mouchoirs, « soie », sans qualification, ou « taffetas », ou « armoisin », et encore plus rare, neuf mouchoirs de « sousi », tissu coton soie. Savary1, à l’article « mouchoirs » évoque ces mouchoirs d’ « étoffes de coton mêlé de soie » qui sont propres à faire des mouchoirs à tabac. Quelques rares chaparouma sont considérés comme des mouchoirs de taffetas de soie.

  • 2 Legoux, opcit., p. 95-96.
  • 3 Blancard Pierre, opcit., p. 237.
  • 4 Blancard Pierre, opcit., p. 237.

3Apparaissent également quelques mouchoirs de toile peinte, moins de 1 %, au nombre des marchandises prohibées. En 1741, 1200 mouchoirs sont décrits dans le Catalogue : « peints fonds blanc de différentes bouquets et bordures » ; sans doute se rapprochent-ils des mouchoirs évoqués par Legoux2 : « espèce de toile peinte et qui se fabrique dans les mêmes manufactures que les chittes…; deux sortes de mouchoirs dits « à vignette », [soit] grands carrés peints sur de la percale, [soit] petits carrés sur des salampouris...le salampouri est plus souple, plus moelleux convient davantage à l’usage que l’on se propose de faire de cette espèce de mouchoirs qui ne sert assez ordinairement qu’aux dames ou aux hommes qui ne prennent pas de tabac. »3 Blancard les désigne aussi comme mouchoirs à vignette « d’une toile très fine pareille à celle des belles percales ; ils ont une bordure peinte en diverses couleurs et divers goûts. »4 Malheureusement, le prix de ces petites toiles peintes n’est pas connu.

4Les mouchoirs de coton sont de loin les plus fréquents.

  • 5 Blancard Pierre, opcit., p. 237.

5Sont proposées aux marchands des pièces destinées aux mouchoirs, qui seront divisées en carrés plus ou moins nombreux suivant les catégories. Dans une pièce se font de 8 (rare) à 15 (sur 9/16 à 7/12) à 20 mouchoirs (sur 2/3). Blancard5 reprend l’affirmation de Legoux sur les huit mouchoirs à la pièce et précise : « ils sont teints en gros bleu ; ils ont une bordure de différente largeur formée par des fils moins foncés. Il y en a de plusieurs qualités et de plusieurs prix. »

6L’on ne saura jamais rien sur 361 000 « mouchoirs », sans autre indication de lieu d’origine, ni de description, soit plus de la moitié. A mesure que les années passent, les scripteurs indiquent plus volontiers l’origine des mouchoirs, que résume le tableau ci-dessous :

Tableau 10 : origine géographique des mouchoirs, en pourcentage.

Mouchoirs du Bengale

56,5

Mouchoirs du Masulipatam et Sacergatis

20,5

Mouchoirs de Pondichery

11,1

Mouchoirs de Trinquebar

3,3

Mouchoirs de Paliacate

3,2

Mouchoirs de soie

3,2

Mouchoirs peints

1,5

Mouchoirs autres

0,7

Total

99,9

Les mouchoirs du Bengale

  • 6 Savary, opcit., I, p. 809.
  • 7 Legoux, opcit., p. 370-372.

7Les mouchoirs du Bengale l’emportent en nombre sur tous les autres mouchoirs, (exceptionnellement de huit à la pièce, ou de dix, plus fréquemment de 15, ou 20 à la pièce), constituant le quart des mouchoirs vendus. À l’article « mouchoirs », Savary6 signale que « les mouchoirs proviennent…particulièrement du Bengale. » Legoux7 les nomme « mouchoirs de Burgos » « Cet article, dit-il, ne paraît dans nos exportations que depuis environ 70 à 80 années...des mouchoirs bleus à l’imitation des mouchoirs rouges qui se font à Paliacate…Les mouchoirs de Burgos sont un article important de nos exportations, soit pour l’Europe, soit pour les différentes régions d’Asie, soit enfin pour les diverses échelles des côtes d’Afrique.. »

8Dans les documents d’archives, ils sont dits « bleu et rouge » en 1716 et 1726 ; « bleu et blanc » en 1738 et 39. Et plus ou moins fins : en 1726, les mouchoirs du Bengale de 15 à la pièce sur 7/12 à 5/6 sont vendus de 12 à 17 livres ; bleus et rouges de 20 à la pièce, de 27 à 29 livres et, plus fins, de 34 à 40. Les prix resteront à peu près les mêmes jusqu’en 1767 ; ou un peu plus bas pour les mouchoirs sur 9/16 à 7/12, moins de 15 livres.

9Le Catalogue de 1741 décrit longuement les mouchoirs du Bengale. La plupart sont qualifiés d’un bref « sortes ordinaires », de 15 à la pièce sur 9/16 à 7/12, ou 20 à la pièce sur près de 2/3. Certains d’entre eux (peu) sont qualifiés d’ « écru » (de 20 à la pièce), ou de bleu et blanc (8 et 10 à la pièce), ou à raies rouges (8 à la pièce). 240 pièces sont qualifiées « à petits carreaux ». Moins nombreux, les « sortes anglaises » : ou bleus, ou à raies rouges (15 à la pièce), ou bleus et blancs (de 10 à la pièce). Enfin, les « sortes hollandaises » sont rares, de 15 à la pièce sur près de 2/3.

Les mouchoirs du Mazulipatnam

  • 8 Legoux, opcit., p. 39 sq 
  • 9 Legoux, opcit., p. 60 61.

10Les mouchoirs du Mazulipatnam, ou Masulipatan arrivent en deuxième position (environ 20 % des mouchoirs « qualifiés »). Legoux8 constate : « Après les trois articles de toileries blanches de la côte, le plus important est celui des mouchoirs de Mazulipatnam...On n’emploie le mot de sorte pour les mouchoirs dits de Mazulipatnam que lorsqu’on parle de lieux particuliers…des cantons où on les fait fabriquer. On en connaît deux dans la province de Condavir, celui de Vétépaléom et celui de Sacergaon, que les Européens prononcent Sasserganti. » … « On reconnaît les mouchoirs du Mazulipatnam à la teinture du coton, à la qualité de leur fil, à la préparation qu’on leur donne et à l’odeur de cette marchandise », (qui est l’odeur de l’huile dans laquelle on fait imbiber les fils.) Le rouge...tire sur la couleur pourpre ; le coton est rond et le fil très tordu. »9

  • 10 Savary, opcit., II, p. 810.
  • 11 Legoux, opcit., p. 41-42.

11« Les pièces de coton appelées Masulipatam… sont de 32 mouchoirs à la pièce, chaque mouchoir a demi aune en carré. » explique Savary.10 Mais les données des ventes infirment ces constatations : ces mouchoirs sont taillés à 8 à la pièce (ou de 10 à la pièce en 1726) sur près de 2/3, ou 9/16 à 7/12, ou 3/4. Les prix sont compris entre 15 et 20 livres pour les largeurs de 9/16 à 7/12, entre 22 et 35 livres pour les mouchoirs à 2/3. Et s’élèvent sans doute en fonction de la finesse du tissu : Legoux11 précise que les « mouchoirs, tous de 12 à la pièce, sont de 26 conjons, de 30 et de 36…et échelonne leur valeur, à l’achat, entre 315 et 630 livres la courge, soit entre 16 et 31 francs la pièce.

  • 12 Legoux, opcit., p. 63.

12En 1741, le scripteur décrit, dans le catalogue, ces mouchoirs du Masulipatam qui, (cette année-là ?) sont toujours de 8 à la pièce sur près de 2/3. Les couleurs sont, dans quelques cas, évoquées : « fonds de Masulipatam à cornière rouge ; ou fonds à carreaux bleus et blancs, bordure de sacergatis ; ou fonds à carreaux rouge et blanc, ou à carreaux rouges et blancs, rayés de bleu, ou de blanc ; les carreaux sont grands ou petits ; ou fonds à carreaux rouges et bleus, bordures à carreaux rouges et blancs à raies blanches ; ou fonds de Paliacate, bordures à carreaux bleus, cornières rouges ; ou enfin rouge foncé. » A en croire Legoux, le rouge domine dans ce type de mouchoirs…un rouge qui tire sur le pourpre.12

Les mouchoirs de Sacergati

  • 13 Legoux, opcit., p. 43.
  • 14 Blancard, Pierre, p. 238.

13Legoux les inclut dans les mouchoirs du Masulipatam, « de deux sortes, dit-il, dans les provinces de Condavir : celui de Vétépaléom et celui de Saccergaon que les Européens prononcent Sassergati… C’est le fil qui les distingue : « Le fil de ces mouchoirs est rond (de Vétépaléom), celui de Sassergati n’est que demi-rond… Ils sont teints par les mêmes procédés », et Legoux évoque une « riche et belle couleur rouge » dont la beauté tient aux procédés de la teinture.»13 Blancard regroupe les mouchoirs du Masulipatam et de Vintepaleom dans un même groupe de « mouchoirs à fond rouge ou à carreaux…Leur couleur dans les belles qualités se conserve autant que le mouchoir…Leur qualité se distingue par le nombre de conjons. »14

14Les sacergatis sont taillés à huit (1739, 1741) ou à 16 à la pièce (1738, 1741) ; sur des largeurs qui vont de 9/16 (1739, 1741) à 2/3 ou 5/6 (en 1741). Leur prix est plus élevé que celui des mouchoirs dits du Masulipatam : en 1738, les mouchoirs taillés 16 à la pièce se sont vendus entre 47 et 50 livres la pièce ; ceux de 8 sur 5/8, de 25 à 26 ; sur 2/3 de 28 à 29 ; sur 3/4, de 28 à 31. En 1739, de 8 à la pièce, sur 9/16, de 48 à 51. En 1760, de 39 livres.

  • 15 Irwin John, opcit., II, 42.

15Les Sassergati, d’après J. Irwin15, porteraient la marque d’une technique particulière : « type de coton, affirme-t-il dont les fils de chaîne et les fils de trame sont teints avant le tissage », technique dite du tie-dyed.

Les mouchoirs de Pondichery

16Les mouchoirs de Pondichery sont moins présents (11 %). Et moins onéreux. Toujours taillés, dans nos documents, en 16 à la pièce sur 2/3 ; bleu et rouge, ou bleu et blanc (en 1741), bleu et rouge fin ou bleu et blanc fin (en 1725). Ces mouchoirs se vendent peu cher : de 16 à 20 livres, un exceptionnel maximum de 35 livres, en1725, et un prix en baisse dans les années 1767-68, inférieur à 15 livres.

Les mouchoirs de Paliacate

  • 16 Legoux, opcit., p. 62 sq.

17Les mouchoirs de Paliacate (huit lieues au nord de Madras) sont longuement décrits par Legoux.16 « Leur finesse, la beauté de leurs tissus, le brillant des couleurs, leur variété et leur solidité, le moelleux de la toile rendent cette espèce de marchandise précieuse aux consommateurs…Beaucoup plus variée que les mouchoirs du Masulipatam…pour leur finesse…pour leurs couleurs qui sont multipliées à l’infini…Couleurs légères et brillantes, bon teint mais le rouge est beaucoup plus rosé que celles de…Masulipatam. Les teinturiers réussissent supérieurement dans les couleurs vertes et jaunes, c’est dans les teintures bleu et puce qu’ils excellent…Solidité et brillant du rouge… ». Les moins fins, écrit Legoux « conviennent mieux pour le commerce et les échanges qui se font sur les différentes côtes d’Afrique ». Comment reconnaître les mouchoirs de Paliacate des autres ? « En les repliant sur lui-même en triangle, ceux de Paliacate forment un carré parfait…Les carreaux du dessin de Paliacate sont en général de seize lignes, pied du roi ; ceux des autres manufactures sont ou plus petits ou plus grands. »

18Le catalogue de 1741 ignore ces variétés de teintes et présente des mouchoirs qui sont seulement « à petits ou grands carreaux rouges et blancs, rouges et bleus. »

  • 17 Legoux, opcit., p. 76.

19La valeur ? Legoux17 échelonne les prix d’achat entre 294 francs la courge, soit 14,7 livres la pièce, et 630 francs (soit 20 livres la pièce), à l’exception de ceux qui sont d’une exceptionnelle qualité, « 200 pagodes la courge soit 1680 francs les 20 pièces, soit 84 la pièce. »

20Dans les ventes, les prix sont, en 1738 (12 à la pièce), de 47 livres à 60,1 la pièce, suivant l’une des trois qualités mentionnées ; en 1739 (12 à la pièce sur 2/3) et suivant la qualité, de 44,6 livres à 68,1 ; en 1761, (14 mouchoirs à la pièce), de 23,1 la pièce ; en 1767, de 86 livres la pièce, et de 75 en 1768.

Les mouchoirs de Trinquebar

21Les mouchoirs de Trinquebar sont de 10 à la pièce sur 2/3. Le catalogue de 1741 les présente avec « de moyens carreaux, surtout, mais également petits, ou grands, façon de Paliacate ou façon du Masulipatam ». Legoux les décrit comme inférieurs à ceux de Paliacate. Ils seront vendus d’ailleurs à des prix inférieurs, de 19 livres en 1768 et 1739, à 23, 24 en 1738.

Chandernagor, Karikal, Madrapac

22Chandernagor, Karikal, Madrapac (1740) apportent également quelques centaines de ces pièces.

Les stinquerques

  • 18 Legoux, opcit., p. 372 sq.
  • 19 Dermigny Louis, opcit., p. 441.

23Inconnus dans les importations avant le XVIIIème siècle, les stinquerques connaissent le maximum de popularité lors du deuxième quart du siècle. Legoux18 les définit ainsi : « les steinkerques sont des mouchoirs qui tiennent de la mallemolle par leur souplesse, et de la doréas par la qualité du coton dont on se sert pour leur tissage…La trame est en fil de mallemolle, la chaîne se fait avec le coton de cette autre espèce de mousseline, …d’où leur force et leur souplesse…Le réseau de cette espèce de mousseline imite le tissu des linons batiste. » Dermigny19 précise la définition et l’origine du mot, sous le nom de « mouchoirs stinquerques, de 20 à la pièce sur ¾, plus communs que les organdis ; la mode européenne, qui en fait des cravates et des fichus, leur a donné leur nom en souvenir de la bataille de Steinkerque (1692). » Ce sont donc des mouchoirs brodés sur mousselines fines et non pas sur de vulgaires toiles de coton.

24Les affichettes de vente et les catalogues les décrivent souvent comme brodés sur différents types de mousselines » : en 1716/18, les stinquerques sont brodés sur mallemolle, de 3/4 à 5/7 en carré ; ou brodés sur mallemolles, en ovales ; ou sur casses, de 3/4 à 5/6 en carré ; ou sur tangebs de 2/3 à 5/6 , 5 ; ou enfin sur dorea, de 20 à la pièce, sur 3/4 dont 10 à « petites rayes d’or et d’argent. » En 1716, les stinquerques sont sur « mousselines rayées à fleurs ». Les mêmes noms de mousselines apparaissant en 1719, 1741 ; s‘ajoute l’organdi en 1768. En 1723, les «stinquerques sur mallemolles, de une aune et quart de long, sont brodées de soye de différentes couleurs, rose, bleu, blanc, mogue, cramoisi, gros vert, violette, pistache, jaune, gros vert, vert celadon, vert de pré, et autres couleurs non définies. » En 1726, les stinquerques sont sur mallemolles brodées d’or et d’argent. En 1767, venant de Pondichery, sont vendus des stinquerques « fil d’organdi à barre de couleurs »,

25Les prix ne sont que rarement indiqués : en 1716/18, de 5 à 6 livres pour des stinquerques dont on ne connaît pas le nombre à la pièce, de 60 lorsqu’ils sont de vingt à la pièce sur doréa. En 1723, les stinquerques sur mallemolles brodées de soye ont été vendus 30 livres. Sans indication de nombre à la pièce, en 1738, de 10 à 12 livres, et en 1760 de 37, de 46 en 1767, de 18 à 37 sur fil d’organdi, en 1767 et 1768. Legoux en donne le prix d’achat ; de 8 à 16 roupies sicca la pièce de dix mouchoirs (de 21 à 43 livres).

Notes

1 Savary, opcit., II, p. 809.

2 Legoux, opcit., p. 95-96.

3 Blancard Pierre, opcit., p. 237.

4 Blancard Pierre, opcit., p. 237.

5 Blancard Pierre, opcit., p. 237.

6 Savary, opcit., I, p. 809.

7 Legoux, opcit., p. 370-372.

8 Legoux, opcit., p. 39 sq 

9 Legoux, opcit., p. 60 61.

10 Savary, opcit., II, p. 810.

11 Legoux, opcit., p. 41-42.

12 Legoux, opcit., p. 63.

13 Legoux, opcit., p. 43.

14 Blancard, Pierre, p. 238.

15 Irwin John, opcit., II, 42.

16 Legoux, opcit., p. 62 sq.

17 Legoux, opcit., p. 76.

18 Legoux, opcit., p. 372 sq.

19 Dermigny Louis, opcit., p. 441.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable