Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Répertoire des tissus indiens importés en France entre 1687 et 1769‎

 | 
Colette Establet

II. Les différents tissus : approche descriptive

Les mousselines

Texte intégral

  • 1 Legoux. p. 345.
  • 2 Katsumi Fukasawa, Toilerie et commerce du levant d'Alep à Marseille, Editions du CNRS, 1987, p. 41.
  • 3 Legoux, p. 328.
  • 4 Blancard P., p. 291.

1L’étymologie du terme a été présentée par Legoux : « masséli… dont a vraisemblablement fait le mot mousseline. »1 Fukasawa la définit ainsi : "Mousseline est le nom générique donné à toutes toiles de coton à tissure peu serrée, fines et légères, spécialité exclusive de l'Inde avant la réussite de leur fabrication en Occident. Elles viennent du Coromandel, de Burhanpur en Inde Nord-occidentale"2, et surtout du Bengale : « Dans le nombre de diverses productions de l’industrie des Bengalis, la plus importante est l’article des mousselines. »3« Les toiles et mousselines [y] sont les plus belles du monde.»4

2Les différentes mousselines, occupent, en nombre, une part voisine du tiers des textiles vendus dans les ports français. Sur la part de leur valeur dans l’ensemble des tissus, nous ne pouvons que proposer des approximations : on ne possède les valeurs que pour peu d’années ; de certaines mousselines, peu fréquentes, ou certaines variétés de mousselines, (en particulier les mousselines brodées), aucun prix n’a été enregistré.

3En gros, d’après les chiffres proposés par Wellington, leur valeur globale représente un peu plus d’un tiers de la valeur des textiles importés (voir tableaux 6 et 7). Heureusement, en suivant les affichettes de vente, et de façon ponctuelle et désordonnée, on peut parfois mettre un prix sur chacune des pièces : il faudra s’y référer.

4Les mousselines sont nombreuses ; en voici les noms, classés par ordre alphabétique : des adatis, des aghabanee, alliballies, bétilles, casses, dissouchaye, doreas, doussoutis, jamdanis, mallemolles, mamobanis, nansouques, organdis, salasoye, serbatis, tangebs, tarnatanes, terindannes et toques.

5Leur présence dans les ventes est plus ou moins importante. Si l’on écarte des comptes les plus de 8000 pièces de « mousselines » ne portant aucun qualificatif, les casses, les mallemolles et les bétilles occupent près de 2/3 des ventes.

Tableau 8 : Nombre et proportion des différentes pièces de mousselines

Noms des mousselines

Nombre de pièces

Proportion (%) en nombre

Casses

506576

26,7

Mallemolles

351179

18,5

Bétilles

300127

15,8

Dorea

175853

9,3

Tangeb

131730

6,9

Terindanne

130579

6,9

Organdis

100700

5,3

Tarnetanne

88108

4,6

Toque

50978

2,7

Adatis

23735

1,2

Nansouques

15392

0,8

Stinquerke de mousselines

7962

0,4

Serbatis

6358

0,3

Doussoutis

5599

0,3

Jamdanis

2517

0,1

Alliballies

646

0,0

Salasoye

466

0,0

Aghabanee

450

0,0

Mamobobanis

329

0,0

Total

1899284

100,0

6Et, avec les nuances exprimées plus haut, une fois encore ôtées les simples « mousselines » sans nom précis, les casses, surtout, mais aussi les doréas, les mallemolles, les bétilles et les térindannes ont rapporté 88 % des ventes de mousselines.

Tableau 9 : part occupée par les différentes pièces de mousselines dans la valeur totale des ventes de mousselines

Noms des moussellines

Pourcentage en valeur (%)

Casses

38

Dorea

16

Mallemolles

14

Bétilles

10

Terindanne

10

Tangeb

6

Organdis

4

Nensougues

2

Toques

1

mousselines de soie

0

Jamdanis

0

Adatis

0

Dissouchaye

0

Total

100

Les casses

  • 5 Hobson-Jobson, p. 707.
  • 6 Legoux, p. 344.

7Les casses sont les plus fréquentes des mousselines importées. Mousselines ou très fines toiles de coton ? Le mot viendrait peut-être de l’arabe, khâssa, « spécial »5 ; Legoux les décrit comme « une espèce de toilerie qui a toute la finesse, tout le moelleux des plus belles nensouques… La casse a aussi un grain parfaitement uni et un tissage lisse et serré, mais son fil est plat et celui de la nensouque est rond et très tordu. »6. Il classe les casses parmi les toiles fortes, sans doute à cause de ce tissage serré. Les pièces, ajoute-t-il, portent toutes « à peu près huit aunes 1/3 de Paris. Pour Dermigny, les casses sont une « variété de mousseline fine du Bengale, en pièces de 14 ou 16 aunes sur 5/6, 7/8, 11/12, 13/12 et 15/12 de large. Comme les baffetas, elles portent diverses appellations. Un document de 1750 énumère des variétés de casses, sans en donner ni description, ni explication : casses Bouray, casses Caury, casses Coquemarie, casses Sagrenapour, des noms de lieux ?

  • 7 Legoux, p. 346.
  • 8 Irwin John, op. cit., III, p. 68.

8Elles servent à différents usages, explique Legoux7, avant tout des chemises. J. Irwin émet l’opinion que les casses exportées en Europe sont des mousselines blanches simples de moyenne qualité, les meilleures étant réservées au Moyen et Proche-Orient.8 La variété de ces pièces, en taille et en qualité, explique sans doute de grosses variations de prix : de 30 à plus de 100 livres.

9À toutes les époques, les casses se présentent sous des tailles différentes : soit 8 ½ à 9 aunes de longueur, sur près de 7/8, ou même 9 ½ à 10 sur 11/12à 15/16 ; soit, le plus souvent, 15 ½ à 16 aunes.

10Certaines casses, en 1716, sont brodées de soie et or. Les mousselines sont particulièrement bien décrites en 1719 : ces casses du Bengale sont de 8 aunes ou plus, ou de 15 ½ à 16 sur 3/4, de 15 ½ à 16 sur 3/4 et sur 7/8 à 11/12 ; de 15 ½ à 16 sur une aune et plus ; de 15 ½ à 16 sur une aune ¼ ou sur une aune 3/4 ; quelques-unes sont à lisières d’or, ou or et argent. Et en 1739 : de 9 ½ à 10 sur 11/12 à 15/16, de 15 aunes sur près de ¾ ; ou près 7/8 à 11/12 ; sur une aune, I aune 1/8. En 1741, 14 lots sont de 9 aunes et 358 de 15 à 15 ½ aunes. Le Catalogue de 1741 précise que la grande majorité des casses portent des lisières blanches ; mais les casses à lisières d’or existent en quantité non négligeable.

11La taille (surtout la largeur) de la pièce et sa finesse en font la valeur. En 1687, 30 livres. En 1716 ou 18, les casses du Bengale de 8 ¼ sur près de 7/8, dont certaines rayées de fil écru, sont à 20 livres. De 15 ½ à 16 sur près de ¾, de 20 à 27 ; sur 7/8 de 36 à 48 ; sur 7/8 à 11/12 à 15/16, de 49 à 55 ; sur une aune, de 50 à 60 ; sur une aune 1/6, de 60 à 80 ; sur une aune ¼, 79 à 81. En 1719, les casses du Bengale les plus petites ont été vendues de 26 à 35 ; celles de 15 ½ à 16 aunes de 53 à 67 ; celles à lisières d’or et d’argent, de 82 à 93. En 1731, 36 livres. En 1738, « les casses depuis les basses sortes jusqu’au plus fines ont été adjugées de 22,10 à 96 livres ». En 1767 et 1768, les prix sont moins élevés (30, 48 et 49 livres), mais on ne sait rien des tailles ni de la finesse des pièces importées. Pour Legoux, le prix d’achat est de 54 livres.

Les mallemolles

  • 9 Savary, op. cit., II, p. 620.

12Les mallemolles : « mousseline ou toile de coton blanche claire et très fine…16 aunes de longueur sur 3/4 à 5/16, 7/8 et 15/16. »9

  • 10 Hobson-Jobson, op. cit., p. 595.
  • 11 Legoux op. cit., p. 340.
  • 12 Blancard Pierre op. cit., p. 291.
  • 13 Dermigny, op. cit., p. 440.

13En hindi, d’après Hobson-Jobson10, malmal ou mulmul, signifie mousseline. « La mallemolle est plus souple que la nensouque (voir ci-dessous), parce que le coton avec lequel on la fabrique a son duvet plus flexible, et que le fil en est moins tordu», note Legoux.11 « Une de celles qui varient le plus dans les degrés de finesse. » remarque Blancard12, et Dermigny13. En 1750, l’affichette de vente évoque sans doute des lieux de fabrication : mallemolles Caniola, Santipour ou Cachioura (voir plus loin).

14Pour une fois, toutes les sources s’accordent sur un point : leur longueur varie entre 15 ou 15 ½ et 16 aunes (à deux exceptions près). En revanche, la largeur varie : 5/6, 7/8, 11/12, ou une aune ou plus d’une aune (en 1719, en 1741). Le catalogue de 1741 donne aux mallemolles différents types de lisières : lisière, ou demi (lisière ?), blanche, ou or.

  • 14 Savary, op. cit., II, p. 620.

15À côté du mot mallemolle, apparaît quelquefois sallasoye (1723, 1741), et rarement, atarasoye (de 18 aunes) : ces mallemolles de coton seraient-elles mélangées de fils de soie ? Savary, à l’article mallemolle, souligne : « quelques-unes sont rayées d’or et de soye. »14 Wellington, dans son tableau 10, note l’existence, parmi les marchandises vendues, de « mousselines de soie. »

  • 15 Irwin John, III 70.

16Si Legoux remarque que ce tissu est trop mou et trop lâche pour supporter la broderie, Irwin, en revanche, pour une période antérieure, note que la mallemolle est souvent brodée de motifs floraux.15 Effectivement, les archives évoquent des mallemolles souvent brodées (1718, 1719, 1723, 1726, 1738), « de différents dessins » (1719), à « ramages et colonnes » (1723, et alors de plus petite taille, (4 aunes sur 3/4 à 5/6) ; ou appelées « assara », « dome » (1738), type de mousselines qu’un document de 1747 classe parmi les mousselines brodées.

  • 16 Legoux, op. cit., p. 343.
  • 17 How India clothed the world, The World of South Asian Textiles,1500-1850, , ed. by G. Riello, Titrh (...)

17La valeur de la mallemolle varie donc beaucoup, avec son degré de finesse, l’existence ou l’absence de broderies, les sallasoye et atarasoye : les mallemolles suivies d’aucun qualificatif se vendent entre 35 et 121 livres, (à l’exception de 1691, 9 livres) ; les mallemolles brodées de 57 à 80 (les dome sont plus chères que les assara), les mallemolles brodées de différents dessin de 110 à 134. Parmi les plus onéreuses sont les salasoyes (93 à 108) et les atarasoyes, (de 18 aunes en 1738), de 108 à 140. Les pièces sont plus ou moins « piquées », et ce défaut diminue le prix de vente. Pour Legoux 16, le prix d’achat en serait, à son époque, de 189 francs la pièce, ce qui paraît élevé : soit les prix ont monté à la fin du siècle, soit il s’agit d’une mallemolle particulièrement brodée et fine. Dans How Indian clothed the world17, Om Prakash, dans son article estime le prix d’achat de la mallemolle, en Inde et en 1767, à 11 à 24 roupies sicca, soit de 29,7 à 64,8 livres.

  • 18 Savary, op. cit., II, p. 612.

18Quelques suggestions : « Il y a une autre mallemolle que l’on appelle tarnatane » écrit Savary18 Or, l’on trouve bien des tarnatanes parmi les mousselines, mais associées aux bétilles et non aux tarnatanes. Nous traiterons donc des tarnatanes à la suite des bétilles.

  • 19 Savary, op. cit., I, p. 1730.

19Faut-il considérer les rares dissouchae, comme les doulebsaies, de Savary « un type de mallemolle, de 16 aunes et demie » ?19 En 1739, les pièces sont de 7 ½ sur près de ¾, à 26 livres ; de 26 à 27, en 1738.

Les bétilles

  • 20 Legoux, op. cit., I, p. 105.
  • 21 Roques, op. cit., p. 120.
  • 22 Legoux, op. cit., p. 106 sq.
  • 23 Savary, I, p. 322.
  • 24 Irwin, III, 40.

20Bétilles et doréas ne sont pas toujours « transparents » : Legoux de Flaix20 intitule un de ses sous chapitres, « doréas OU bétilles » et souligne qu’une mousseline de la Côte se nomme doréa, alors qu’en réalité il s’agit d’une bétille, qui ressemble aux doréas du Gange. Se ressemblent-elles ? Ses remarques brouillent un peu l’image que l’on peut se faire des deux tissus. Tous les deux des mousselines certes. Mais le Catalogue de 1741 distingue bien les bétilles de la Côte des doréas du Bengale. La différence est d’abord une différence d’origine géographique du tissu : côte de Coromandel et Bengale. Pour Roques, qui voyage une cinquantaine d’années avant 1741, « La bétille est la reine de toutes les toiles. »21 . Pour Legoux, sous le nom de doréas de la Côte : « mousseline souple, légère, à double raie plate, ou à deux rayures larges au milieu desquelles se trouve une petite raie …ou deux rayures étroites sur chacun des côtés et une raie large au milieu. »22 Savary n’est guère plus clair dans ses définitions : « Bétille : mousseline…de trois sortes : la première appelée simplement bétille est un peu grossière…Sa largeur ordinaire est de 5/6 et la longueur de 16 et de 20 aunes…La deuxième nommée bétille organdi a le grain rond et est très fine…12 aunes et demi de long sur 3/4 et 5/6…La troisième qui s’appelle bétille tarnatane est fort claire, 12 ½ à13 aunes sur 7/8 de large. »23 Pour Irwin, les mousselines, dans le Deccan, portent le nom de « bétilles ». Elles sont souvent teintes en rouge et quelquefois à rayures. »24

21Dans les affiches de vente, ces trois textiles sont présentés à la suite, comme s’il existait entre eux une ressemblance.

22Si l’on suit le détail des archives, c’est la taille de la pièce qui permet de distinguer ces différents types, ou noms, de bétille : les bétilles « ordinaires ou diverses » sont les plus longues, de 15 ½ à 16 aunes sur des largeurs diverses ; les bétilles chavonis ou simplement dénommées chavonis sont de 6 à 6 ½ sur 2/3 sur diverses largeurs ; les betilles taranatane, ou simplement tarnatanes, de 12 à 12 ½ sur largeurs diverses. Dans le Catalogue de 1741, les tarnatanes ont une mention spéciale et sont bien de 12 aunes, les chavonis, eux aussi traités à part, sont de 6 aunes ; les bétilles diverses de 15 ½ à 16 aunes, et même de 19 ½ à 20. Il n’est jamais question de bétilles organdis. Parfois, le document signale l’origine, Golconde en 1704.

23Quant à l’apparence de ces textiles, peu de renseignements existent : « blanches » en 1687, à côté de « bétilles diverses » ; « fines, ou « encore plus fines » ou « moins fines » à plusieurs dates. Sont-elles à rayures parfois, comme le suggèrent Legoux et Irwin, aucune archive ne l’indique. Seule, la couleur blanche est signalée, et pour les bétilles, et pour les chavonis, et pour les tarnatanes.

24La valeur dépend de la longueur (essentiellement), de la largeur et de la qualité de la pièce. Les bétilles « diverses » sans précision se sont vendues entre 7 et 19 livres à la fin du XVIIème, de 20 à 43 en 1718, de 30 à 56 en 1725, de 30 en 1731, de 30 à 62 en 1739, de 38 en 1768 ; exceptionnellement pour les plus larges et longues et fines (20 aunes de longueur sur plus d’une aune) autour de 60 livres.

25Les chavonis, pièces courtes, ont été vendues entre 7 et 10 livres. Les tarnatanes, plus longs, toujours plus onéreuses, de 16 à 27 ; les plus fines et sur plus d’une aune, de 33 à 57 livres en 1726 ; exceptionnellement à 80 livres, de une aune 5/6, en 1739.

Les doréas

26Les doréas ont une double origine géographique, le Bengale et de la Côte de Coromandel ; les affichettes de vente, et toutes les autres sources, attestent donc qu’existe cette double localisation.

  • 25 Savary, op. cit., I p. 1711.
  • 26 Hobson-Jobson, op. cit., p. 707.
  • 27 Dermigny Louis, op. cit., p. 439.
  • 28 Irwin John, op. cit., III, p. 68.
  • 29 Legoux, op. cit., p. 362 sq.

27« Mousseline, ou toile de coton blanche…venant… particulièrement du Bengale. Il y en a de grosses et fines, de rayées et à carreaux. La longueur de la pièce est ordinairement de 16 aunes sur 7/8 de large. »25 Le mot vient de l’hindi, lit-on dans le glossaire de Hobson-Jobson : doriyâ, tissu à rayures26. « Mousselines rayées ou quadrillées du Bengale, très variées en genre et en finesse, en pièces de 8 ou de 16 aunes sur 5/6 à 5/4 de large… Doréas Tiranamellé, du Coromandel, en général bien fabriquées, mais moins fines que celles du Bengale, en pièces de 16 aunes sur 5/6. 27« Mousseline à rayures ou à carreaux tissée dans l’aire de Malda Kasimbazar », décrit J. Irwin. »28 Quant à notre indispensable Legoux : « leur véritable nom est bétille dans l’idiome des Tamouls, car les doréas…se fabriquent dans le Bengale »… et il consacre plusieurs pages, dans la partie de son livre qui concerne la Côte, décrivant le tissu qu’il rapproche, voire confond avec les bétilles. Quand il décrit les exportations du Bengale, il revient aux véritables doréas : « cette doréa est une espèce de jamdani qui participe de la mallemolle du Bengale et de l’organdi de la côte. » On les distingue par leurs rayures : « elles sont fortement battues…Les rayures des doréas de la Côte sont plus serrées. »29

Dorea, sous le nom de dooreea sur le site tmoi.org.uk, n°247.

Dorea, sous le nom de dooreea sur le site tmoi.org.uk, n°247.

Dorea dit sullah sur le site tmoi.org.uk, n°323.

Dorea dit sullah sur le site tmoi.org.uk, n°323.

Dorea sous le nom de Charkhana Sullah sur le site tmoi.org.uk, n°327.

Dorea sous le nom de Charkhana Sullah sur le site tmoi.org.uk, n°327.

Doreas sur le site tmoi.org.uk n° 247, 248, 249, 281,283, et 323. Ci-dessous n°281

Doreas sur le site tmoi.org.uk n° 247, 248, 249, 281,283, et 323. Ci-dessous n°281

28À travers un document de 1716 ou 18, l’image de la pièce s’éclaire : les doréas sont des mousselines à rayures, dont la taille peut être petite, moyenne ou grosse et parfois rayées de fil écru ; en 1716, peu de carreaux ; au moins certains sont bordés d’une lisière d’or. Elles ont été vendues entre 62 et 82 livres. Le Catalogue de 1741 aussi consacre 21 pages à une description minutieuse et variée de chacune des pièces de cette mousseline, de 15 ½ à 16 aunes : blanches ou rousses, la plupart sont bordées de lisières, d’or, la plupart à carreaux de taille différente.

  • 30 Dermigny Louis, op. cit., p. 422.

29Dans les ventes se trouvent aussi des doréas « Cachioura » (1741, 1750) adjectif accolé au nom de certaines mousselines brodées (mallemolle Cachioura), ou même de jamdani et des doréas Chandercona, lieu que Dermigny30, place dans district situé à l’ouest de Chandernagor.

30Les pièces de doréas de la côte de Coromandel mesurent 12 à 12 ½ aunes sur 5/6 , rarement 15 ½ à 16 sur 5/6 (1725) tandis que les doréas du Bengale sont plus longs, 16 aunes sur 3/4 à 5à 5/6 ou 7/8 à 11/12).

  • 31 Legoux, op. cit., p. 111 et 365.

31Les doréas de la Côte semblent moins estimés que ceux du Bengale, à cette date du moins, 1725 : de 40 à 53 livres, de 53 à 100 pour les doréas du Bengale. En 1760 les doreas de la côte ont été vendus 64 livres, les doréas du Bengale, à 76. Legoux31 donne aux doréas de la Côte qu’il nomme bétilles, un prix d’achat de 336 francs la courge, près de 17 livres la pièce ; pour les doréas du Bengale, un prix achat de 43,2 livres pour les doréas du Bengale.

32La valeur des pièces varie donc beaucoup ; le prix moyen se situe entre 55 et 75 livres exceptionnellement plus de 100 livres.

33La largeur de la pièce influe sur sa valeur : en 1726, les doréas de 12 à 12 ½ sur ¾ à 5/6 valent 45,5 livres ; de 16 aunes sur près de 7/8, de 58 à 65 ; de 16 aunes sur 3/4 à 5/6, de 70 à 73 ; sur 7/8 à 11/12, de 79 à 90 livres ; la finesse également : en 1738, les doréas communs (de 16) ont été vendus de 39 à 44 livres, de sortes supérieurs, de 58 à 73 ; les plus fines, de 92 à 120 ; les superfines de 129 à 152. Om Prakash, dans How India clothed the world en estime le prix d’achat, en 1767, de 12 à 16 roupies sicca, soit de 32,4 à 43,2 livres.

34Il existe également des doréas brodés, parfois groupés dans un chapitre spécial, « broderies diverses » : doréas brodés à 100 livres en 1731 ; doréas assara, en 1750 ; et doréas Cachioura ou Chandercona. Leur valeur en est importante : en 1719, 110 livres ; 1731, 60, (plus du double d’un doréa simple) ; en 1738 : 267 ; 1739, 280 à 293 livres.

Les nansouques

  • 32 Hobson- Jobson, op. cit., p. 708.
  • 33 Savary, op. cit., II, p. 826.
  • 34 Legoux, op. cit., p. 329 sq.

35Nainsukh, une belle mousseline « Plaisir des yeux »32. Legoux affirme « qu’elles forment le principal assortiment de nos cargaisons. » Cependant, les données, dont le Catalogue de 1741, infirment la remarque : les nansouques ne comptent que pour moins de 1 % dans le nombre de pièces de mousselines importées. Quant à Savary, il ne mentionne pas même le nom de nansouques, ni dans le Dictionnaire, ni dans son article général sur les mousselines.33 Legoux lui consacre de nombreuses pages34 : « la plus belle des mousselines », «toile de coton dont le tissu se fait avec un fil d’une finesse extrême. Son réseau doit être très serré sur la chaîne et sur la trame, quoique simple et très uni, sans inégalité et sans rayures dans la pièce… 16 aunes sur 5/4 de large »… Puis il insiste sur la finesse plus ou moins grande qui s’explique par le nombre de fils utilisés, de 3000, 3500 et 4000 fils, « les plus belles fabriques à Dacca… Se distingue par l’égalité, l’uni et le reflet très blanc de ses fils et leur rondeur parfaite… Large tête en fil d‘or et une petite barre d’une ligne et demie de ce même fil qui termine la pièce ; celle-ci est en outre liserée d’un cordonnet de cinq à six brins de soie verte ; on voit sur le milieu de la largeur de la tête une petite pyramide brodée en coton rouge. »

Nansouque, sous le nom de nyansook, sur le site tmoi.org.uk n° 245

Nansouque, sous le nom de nyansook, sur le site tmoi.org.uk n° 245
  • 35 Blancard, op. cit., p. 293.
  • 36 Dermigny, op. cit., p. 441.

36« Autre mousseline dans le genre des mallemolles », constate simplement Blancard.35 Pour Dermigny : « mousseline dans le genre des mallemolles en pièce de 8 et 16 aunes sur 5/6 et une aune. »36

37Les longueurs attestées sont bien de 15 ½ à 16 aunes sur des largeurs qui varient : 3/4 ou 7/8, 5/8 ou 11/12. Seules les pièces dites « nensouques Assara » sont d’une demi-longueur, huit aunes. Une seule fois, en 1719, la nansouque est dite « rayée de fils écrus. »

  • 37 Legoux, op. cit., p. 339.
  • 38 Crill R., dans Indian Embroidey, présente beaucoup de ces broderies faites au point de chaînette ; (...)

38Les nansouques sont souvent brodées, peut-être d’un point de chainette : « ces broderies sont bien exécutées sans doute…Dans l’Indoustan, on ne connaît que la broderie point de chaînette. »37 Ces nansouques brodées sont dites assara, dome, japonis, maramat, sans que l’on connaisse la signification de ces adjectifs : noms de lieux ? Types de broderies38 ?

39La valeur des nansouques est très élevée, entre 60 et 85 livres suivant la taille, et suivant la finesse de la pièce. Les nansouques brodées sont chères. En 1731, la nansouque s’est négociée à 60 livres, la nansouque assara à 70. En 1738 et 39, existent des nansouques japonis, assara de huit aunes, dome de 15 ½ à 16 : les japonis et les assara se sont vendues entre 124 et 146 livres, les dome, plus grandes, entre 240 et 280 livres.

40Legoux donne un prix d’achat : les plus fines des nansouques, achetées 216 livres la pièce ; 164 pour les moyennes ; 112 pour les plus ordinaires, prix qui paraissent élevés.

  • 39 Legoux, op. cit., p. 366.

41Mallemolles, nansouques et doréas apparaissent souvent sous forme de demi-pièces dont le prix d’achat est plus élevé que celui des pièces entières, remarque Legoux.39

Les organdis

  • 40 Savary, op. cit., II, p. 929.
  • 41 Savary, op. cit., I, p. 322.

42« Sorte de bétille ou toile de coton » définit Savary40, qui renvoie d’ailleurs à l’article « mousseline». A l’article bétille, Savary note que la « bétille organdi a le grain rond et est très fine. La pièce contient 12 aunes ½ de long sur 3/4 et 5/6. »41

  • 42 Legoux, op. cit., p. 111.
  • 43 Blancard Pierre, op. cit., p. 235.
  • 44 Dermigny Louis, op. cit., p. 441.

43« Il est peu d’articles des exportations de la Côte de Coromandel…dont le nom soit plus connu que celui de cette espèce de marchandise…L’organdi est une espèce de mousseline…[dont les caractères sont les suivants] : « Elasticité et raideur du fil,…arrangement des brins de coton dans la chaîne et la trame…,tous les fils espacés à une égale distance… la tête des pièce porte un liseré de fil d’or » ; Legoux42 consacre cinq pages exaltées à la fabrication de ce tissu. « Tissu très clair mais fil très fort » remarque Blancard43 ; tissu vendu entre 47 à 70 livres. « Tissu très clair et fil très fort » reprend Dermigny.44

44Les données ne contiennent pas de meilleure description du tissu. En revanche, l’aunage de la pièce semble beaucoup plus varié que ne l’indique Savary : si, à toutes les dates, la taille de 12 à 12 ½ a été notée, sur des largeurs variées, (7/8, 9/16, 5/6, 3/4, une aune et plus), il existe aussi dès 1718, des pièces beaucoup plus longues (15 ½ à 16, 19 ½ à 20) sur des largeurs aussi variées que pour les pièces de 12 ½.

45Les prix dépendent de la longueur et surtout de la largeur, et de la date de vente : autour de 25 livres pour les petites pièces de 12 ½ sur 9/16, de 50 pour les plus longues sur une aune et plus, plus chères à mesure que les années passent : de 35 à 40 pour les plus courtes et les plus étroites, pour monter jusqu’à 70, 75 livres pour les autres.

Térindannes et térindins (ou terindains)

46Térindannes et térindins (ou terindains) : on ignore si ces noms différents expriment des variétés de qualité.

  • 45 Irwin, op. cit., III, p.72.
  • 46 Chaudhuri, op. cit., p. 505.
  • 47 Blancard Pierre, op. cit., p. 294.
  • 48 Dermigny Louis, op. cit., p. 448.
  • 49 Hobson-Jobson, op. cit., p. 709.

47« Une mousseline, en général de qualité supérieure, souvent tissée dans le district de Dacca »45 ; une mousseline blanche, rajoute Chaudhuri46. « Unie que l’on peut classer entre le tangeb et la nansouque »47; « mousseline unie du Bengale, intermédiaires entres les tanjebs et les nansouques, en pièces de 16 aunes sur 7/8 ou 11/12.48 Hobson-Jobson49 propose un sens donné par les tisserands : « une sorte de tissu pour le corps », de : « tarh, une sorte de, en arabe, et andâm, le corps en persan ; et la définit comme mousseline aussi.

48Les données attestent de la grande variété des térindannes et térindins, de finesse, de longueur, de valeur. La finesse compte beaucoup dans l’appréciation du tissu : en 1726, quatre variétés de mousseline sont distinguées : les pièces de 15 ½ à 16 sur 7/8 à 11 de ont été vendues de 47 à 50 livres ; les mêmes, plus fines, de 55 à 60 ; encore plus fines de70 à 81 ; très fines 96 à 104 ; sur une aune et plus, jusqu’à 102 livres.

  • 50 Dermigny Louis, op. cit., p. 421, 422.

49Dans un document de 1750, qui énumère seulement les noms des tissus présents dans un navire, le Brillant, sont mentionnés des noms d’origine, accolés à terindannes, Chandercona, Santipour. Dermigny, dans l’appendice VII de son ouvrage, « Mémoire sur le commerce du Bengale », indique que Santipour se trouve dans le Bengale occidental, près de Chandernagor, et que Chandercona est situé dans un district à l’ouest de Chandernagor50.

Chunderkhana muslin, sur le site tmoi.org.uk n°459

Chunderkhana muslin, sur le site tmoi.org.uk n°459

50Certaines sont dites « avec lisière d’or (1716). Souvent, ces mousselines sont brodées. Certaines terindannes « rayés et brodés de différents dessins » (1716) ; d’autres sont dits « à ramage » (1718), ou « à bouquets de desseins, à colonne, à ramage » (1726). » Dès 1731, elles portent le qualificatif de assara, ou dome, ou japonis, ou maramat (1731, 1738, 1739, 1741, 1750), comme d’autres mousselines sans que l’on sache le type de broderie que recouvrent ces termes…et encore moins l’illustrer.

51Brodées, elles souvent de petit aunage (7 aunes ¾, ou de 8 sur 7/8 à 11/12, ou de 7 ¾ à 8 aunes sur 7/8), mais il existe également (peu) des pièces brodées longues comme ces terindannes de 16 sur ¾ à 5/6 « à bouquets de dessins. »

52Les térindanes brodées sont chères. En 1731, les japonis ont été vendues 100 livres, les assaras 65, les dome, 72, les maramat, 70. En 1738 , les terindannes assara de 8 aunes entre 125 à 133 livres, les terindannes maramat, 148,1 ; les japonis de140 à 147 livres. En 1767, une mousseline térindanne poranchouque est vendue à 70 livres la pièce.

Les tanjebs

  • 51 Hobson-Jobson, op. cit., p. 708.

53Les tanjebs, du mot persan « body adorning », ornement du corps, pour Hobson-Jobson.51

  • 52 Savary, op. cit., II, p. 1692.
  • 53 Blancard Pierre, op. cit., p. 293.
  • 54 Dermigny Louis, op. cit., p. 443.

54Pour Savary, « certaines mousselines ou toiles de coton doubles, cependant un peu claires… Les unes sont bordées de fils de coton et les autres unies. Les brodées ont 16 aunes à la pièce trois quarts de large, et les unies 16 aunes de long sur 7/8 de large.»52 ; une description peu différente de celle de Blancard : «sorte de mousseline double qui est cependant dans la classe des claires, unie, ou rayée. »53 Et Dermigny reprend : « sorte de mousselines doubles et cependant assez claires, 14 et 16 aunes sur 5/6 et 11/12. Il y en a de nombreuses espèces : unies, rayées, brodées, etc. »54

55La taille de la pièce, en largeur, est beaucoup plus variée que ne l’indique ces scripteurs : en 1716 par exemple, de 15 ½ à 16 sur 7/8 à 11/12, ¾, 15/16, sur une aune et demie, sur ¾ ; en 1741, de 15 ½ à 16 sur ¾ et sur 11/12 à 15/16 ; en 1739, 15 ½ à 16 sur ¾ et plus ; sur 11/12 à 15/16 ; sur une aune et plus ; en longueur, la taille est de 15 ½ à 16 aunes, à l’exception de 1723, tangebs brodés de 16 ou de 17 aunes sur ¾.

56Certains tanjebs sont sans doute unis, comme ceux de 1741, de 15 ½ à 16 sur plusieurs largeurs, « à lisière blanche. » D’autres sont brodés. En 1716, de 15 ½ à 16 sur 7/8 à 11/12, « brodés de différents dessins » ; en 1723, tangebs brodés de 16 sur 3/4 ou de 17 sur 11/12, « à lisière d’or » ; en 1726, tangebs « brodés à fleurs de différents dessins » ; en 1731, tangebs dome et maramat ; des maramat en 1738 et 39 ; en 1741, des tangebs dome encore, 15 ½ sur 3/4 et des tangebs Mogarat (maramat ?).

Tangeb, sous le nom tunzab, sur site tmoi.org.uk n° 244

Tangeb, sous le nom tunzab, sur site tmoi.org.uk n° 244

57La valeur est fonction de la finesse, de la taille et de la présence ou non de la broderie. En 1687 et 1691, les prix sont peu élevés, 34, et 11 livres. En 1716, de 40,5 à 66 livres suivant la largeur, tandis que les tangebs brodés ont été estimés à 103 ; en 1719, de 47 à 65, quelques pièces rayées de fil écru, de 73 à 91 ; à lisière d’or, de 87 à 91 ; les tangebs brodés de 130 à 175. En 1731, les tangebs simples à 40, les maramat à 69, les dome à 70. Les années suivantes, les tangebs unis se sont vendus entre 35 et 50 livres, tandis que les tangebs brodés de différentes sortes entre 90 et 145 livres.

Mousselines brodées

58Ces mousselines brodées éveillent l’intérêt esthétique. Nous reproduisons deux illustrations de mousselines brodées.

Mousselines brodées dites Chikan sur le site tmoi.org.uk n° 255 et 256, et aussi 257, 258, 259. Ci-dessous n°255

Mousselines brodées dites Chikan sur le site tmoi.org.uk n° 255 et 256, et aussi 257, 258, 259. Ci-dessous n°255

Mousselines brodées dites Chikan sur le site tmoi.org.uk n°256

Mousselines brodées dites Chikan sur le site tmoi.org.uk n°256

Les jamdani

  • 55 Legoux, op. cit., p. 116.
  • 56 Hobson-Jobson, op. cit., p. 707 et Irwin op. cit., III, p 70.
  • 57 Au Musée Galliéra, on nous a expliqué que ce tissu était toujours broché avec motif dans le fil de (...)

59« Une espèce d’organdi broché, à fleurs de couleurs ou blanches ; cette étoffe est jolie, légère…Les fleurs isolées ou les bouquets qui y sont brochés semblent être découpés et rattachés après coup sur la pièce.»55 « Mousseline brocardée de soie de couleurs, en général avec des fleurs…quelquefois tissée coton soie à la manière des doréas, la production la plus chère des métiers de Dacca. »56 Mousseline donc brochée et non brodée57. Cependant certains jamdani sont qualifiés, comme les nansouques et terindins, d’un adjectif indiquant que le tissu est brodé, « dome » et « maramat. »

60La pièce est toujours de petit aunage : en 1726, 1738 et 1741, de 7 aunes ¾ à huit sur 7/8 à 11/12. La pièce connaît des prix variés : des jamdanis sans qualificatif de 40 à 56 livres, 98 en 1767 ; en 1738, un jamdani dome, 147 livres.

Jamdani sous le nom Jamdanee, sur le site tmoi.org.uk n°253

Jamdani sous le nom Jamdanee, sur le site tmoi.org.uk n°253

Jamdani sous le nom Jamdanee, sur le site tmoi.org.uk n°254

Jamdani sous le nom Jamdanee, sur le site tmoi.org.uk n°254

Les Tocques

  • 58 Savary, op. cit., II, p.1821.

61Les Tocques, « mousseline ou toile de coton fine...La pièce a 16 aunes sur 7/16 et demi aune de large. »58 La longueur de la pièce est confirmée à chacune des dates de nos sources, de 15 ½ à 16 ; les largeurs sont plus variables : 7/12 à 5/8 ou 9/16 en 1716 ; en 1726, 9/16, une aune et plus ; 3/4 en 1739.

62Le catalogue de 1741 donne quelques précisions sur l’apparence de la pièce : à « lisière blanche » et à » lisière d’or ». Il existe plusieurs sortes de toques : « à fil de bétille » dont la largeur est toujours d’une demi aune, et la longueur de 15 ½ à 16 ; et des toques à fil d’organdi, en 1739, de 12 aunes seulement sur 9/16 à 7/12.

63La valeur dépend toujours de la finesse ; ainsi, en 1726, de 21 livres à 72 pour les très fines ; et de la qualité du fil : pour les toques fil de bétille, de 16 à 20 livres, pour les toques fil d’organdi, plus prisées, de 27 à 30.

Adatais

  • 59 Savary, op. cit., I, p. 22.
  • 60 Irwin, op. cit., I, p.66. 
  • 61 Dermigny Louis, op. cit., p. 437.
  • 62 Hardouin Fugier E., op. cit.

64Fine toile de coton ou mousseline ? Savary évoque une mousseline, surtout fabriqué au Bengale, de dix aunes sur ¾. 59 Pour Irwin, ce sont des « mousselines souvent de bonne qualité tissées surtout dans le district de Dacca »60; « mousseline de fabrication serrée »61 pour Dermigny , tissus très fins, et très clairs en pièces de 8 ½ sur 5/6 à 11/12. L’emplacement, dans les affichettes des ventes entre baffetas, garas, sanas et hamans (des toiles) laisse cependant le doute. E. Hardouin Fugier considère que l’adati, est une « toile de coton très fine et claire, sorte de mousseline légère. »62

65La longueur de la pièce n’est jamais de dix aunes, mais de 7 ½ à 8 aunes sur 7/8 ou 11/12 (ce qui laisserait entendre que les indications étymologiques du glossaire Hobson-Johnson sont bonnes : le mot hindi, âdhâ signifie moitié.

66La valeur n’est jamais élevée, de 3 à livres en 1687, entre 20 et 30 aux autres périodes, plus souvent 20 que 30.

Les serbatis

  • 63 Hobson-Johnson, op. cit., p. 707.
  • 64 Irwin John, op. cit., III, p. 71.
  • 65 Dermigny Louis, op. cit., p. 442.
  • 66 Chaudhuri, op. cit., p. 505.

67Ignorées de Savary. Sous le nom de seerbands, ou sirband, pour Hobson-Jobson,« un nom pour turbans »,63 Irwin les qualifie de « fines mousselines tissées dans la région de Dakka. »64 Dans l’empire ottoman, effectivement, nombre des mousselines étaient utilisées pour les turbans, ou les ceintures. Pour Dermigny, ce sont des « mousselines ordinaires du Bengale », peut-être une variété inférieure de mallemolle. 65 Chaudhuri en fait « une belle mousseline blanche, de Dacca. »66

68En 1716 et 1718, des pièces de 15 ½ à 16 aunes sur ¾ et plus, rayées de fil écru, sont vendues entre 50 et 54 livres la pièce ; en 1719, les pièces de même aunage, encore rayées de fil écru, entre 62 et 82 livres ; en 1726, la pièce, de même aunage encore sur ¾ à 5/6, 55 livres, 50 livres en 1731 ; un peu moins prisées en 1738 : entre 40 et 48 livres.

69Comme nombre de mousselines, ces serbatis, rayées de fil écru ont été brodés : leur valeur s’élève alors à 75 livres.

Les sirisafs

  • 67 Irwin John, op. cit., I, p. 30.
  • 68 Chaudhuri, op. cit., p. 505.
  • 69 Dermigny Louis, op. cit., p. 442.

70Les sirisafs ne sont cités que dans le Catalogue de 1741, et n’existent dans les glossaires que sous des formes orthographiques différentes. Pour Irwin, sous le nom de serribaff, ce sont des « mousselines blanches de bonne qualité »67; « mousseline blanche de belle à excellente qualité destinée en partie à l’exportation »pour Chaudhuri. 68 Sous le nom de sirsaja ou sirsaye, Dermigny parle de « mousselines à larges ou petites raies. »69 Aucune description n’atteste la présence de ces raies. On ose à peine évoquer un autre sens, celui de drap (Charchaf en arabe).

71Le Catalogue de 1741 présente plusieurs types de sirisafs : des sirisafs brodés de 6 aunes à 6 ½ sur 7/8 et plus, des sirisafs de doréas, des sirisafs Moga (de 8 aunes ½ à 8 ¾ sur près de ¾). Moga signifie soie : ces sirisafs sont-ils brodés de soie ?

  • 70 Hobson-Johnson, op. cit., p. 706.

72Les aghabanies et les aliballies (sont-ce les mêmes ?), mousselines très présentes dans le monde ottoman, sont rares dans les ventes. Nos données n’apportent sur elles aucune indication. Hobson-Johnson définit ainsi les « alibballies » : « d’après la traduction des tisserands, mousseline de belle texture », dont l’étymologie serait peut-être ‘alâ, en arabe, supérieur, et bhalâ, fabriqué en hindi. »70

Notes

1 Legoux. p. 345.

2 Katsumi Fukasawa, Toilerie et commerce du levant d'Alep à Marseille, Editions du CNRS, 1987, p. 41.

3 Legoux, p. 328.

4 Blancard P., p. 291.

5 Hobson-Jobson, p. 707.

6 Legoux, p. 344.

7 Legoux, p. 346.

8 Irwin John, op. cit., III, p. 68.

9 Savary, op. cit., II, p. 620.

10 Hobson-Jobson, op. cit., p. 595.

11 Legoux op. cit., p. 340.

12 Blancard Pierre op. cit., p. 291.

13 Dermigny, op. cit., p. 440.

14 Savary, op. cit., II, p. 620.

15 Irwin John, III 70.

16 Legoux, op. cit., p. 343.

17 How India clothed the world, The World of South Asian Textiles,1500-1850, , ed. by G. Riello, Titrhankar Roy, Brill, Leiden Boston, 2009, p. 242.

18 Savary, op. cit., II, p. 612.

19 Savary, op. cit., I, p. 1730.

20 Legoux, op. cit., I, p. 105.

21 Roques, op. cit., p. 120.

22 Legoux, op. cit., p. 106 sq.

23 Savary, I, p. 322.

24 Irwin, III, 40.

25 Savary, op. cit., I p. 1711.

26 Hobson-Jobson, op. cit., p. 707.

27 Dermigny Louis, op. cit., p. 439.

28 Irwin John, op. cit., III, p. 68.

29 Legoux, op. cit., p. 362 sq.

30 Dermigny Louis, op. cit., p. 422.

31 Legoux, op. cit., p. 111 et 365.

32 Hobson- Jobson, op. cit., p. 708.

33 Savary, op. cit., II, p. 826.

34 Legoux, op. cit., p. 329 sq.

35 Blancard, op. cit., p. 293.

36 Dermigny, op. cit., p. 441.

37 Legoux, op. cit., p. 339.

38 Crill R., dans Indian Embroidey, présente beaucoup de ces broderies faites au point de chaînette ; mais il existe d’autres points.

39 Legoux, op. cit., p. 366.

40 Savary, op. cit., II, p. 929.

41 Savary, op. cit., I, p. 322.

42 Legoux, op. cit., p. 111.

43 Blancard Pierre, op. cit., p. 235.

44 Dermigny Louis, op. cit., p. 441.

45 Irwin, op. cit., III, p.72.

46 Chaudhuri, op. cit., p. 505.

47 Blancard Pierre, op. cit., p. 294.

48 Dermigny Louis, op. cit., p. 448.

49 Hobson-Jobson, op. cit., p. 709.

50 Dermigny Louis, op. cit., p. 421, 422.

51 Hobson-Jobson, op. cit., p. 708.

52 Savary, op. cit., II, p. 1692.

53 Blancard Pierre, op. cit., p. 293.

54 Dermigny Louis, op. cit., p. 443.

55 Legoux, op. cit., p. 116.

56 Hobson-Jobson, op. cit., p. 707 et Irwin op. cit., III, p 70.

57 Au Musée Galliéra, on nous a expliqué que ce tissu était toujours broché avec motif dans le fil de trame.

58 Savary, op. cit., II, p.1821.

59 Savary, op. cit., I, p. 22.

60 Irwin, op. cit., I, p.66. 

61 Dermigny Louis, op. cit., p. 437.

62 Hardouin Fugier E., op. cit.

63 Hobson-Johnson, op. cit., p. 707.

64 Irwin John, op. cit., III, p. 71.

65 Dermigny Louis, op. cit., p. 442.

66 Chaudhuri, op. cit., p. 505.

67 Irwin John, op. cit., I, p. 30.

68 Chaudhuri, op. cit., p. 505.

69 Dermigny Louis, op. cit., p. 442.

70 Hobson-Johnson, op. cit., p. 706.

Table des illustrations

Titre Dorea, sous le nom de dooreea sur le site tmoi.org.uk, n°247.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3859/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Dorea dit sullah sur le site tmoi.org.uk, n°323.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3859/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Dorea sous le nom de Charkhana Sullah sur le site tmoi.org.uk, n°327.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3859/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Doreas sur le site tmoi.org.uk n° 247, 248, 249, 281,283, et 323. Ci-dessous n°281
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3859/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Titre Nansouque, sous le nom de nyansook, sur le site tmoi.org.uk n° 245
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3859/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Chunderkhana muslin, sur le site tmoi.org.uk n°459
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3859/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Tangeb, sous le nom tunzab, sur site tmoi.org.uk n° 244
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3859/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Mousselines brodées dites Chikan sur le site tmoi.org.uk n° 255 et 256, et aussi 257, 258, 259. Ci-dessous n°255
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3859/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Mousselines brodées dites Chikan sur le site tmoi.org.uk n°256
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3859/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Jamdani sous le nom Jamdanee, sur le site tmoi.org.uk n°253
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3859/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Jamdani sous le nom Jamdanee, sur le site tmoi.org.uk n°254
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3859/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 404k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable