Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Répertoire des tissus indiens importés en France entre 1687 et 1769‎

 | 
Colette Establet

II. Les différents tissus : approche descriptive

Les soieries

Texte intégral

1En nombre comme en valeur, les soieries ne représentent que moins de 2 % des textiles vendus. Les plus fréquemment évoqués sont les satins (25 %), les damas (16%), les gourgourans (15%), les pékins (14 %), les armoisins (7 %), les taffetas (4%).

Les satins

  • 1 Hardouin-Fugier E., opcit..

2Le mot « satin » est l’équivalent européen du mot persan « atlas ». Dans les inventaires après décès ottomans damascènes qui renferment les noms des textiles trouvés dans les maisons et les boutiques, l’atlas est très souvent cité, le mot « satin » n’existe pas. E. Hardouin-Fugier traduit atlas par « satin de soie, fabriqué aux Indes. »1

  • 2 Savary, opcit., II, p. 1488sq.

3« Étoffe de soye polie et luisante, dont la chaîne est fort fine, et sort en dehors ; et la tremme (sic) qui est plus grosse est cachée toute en dedans. C’est cette manière de fabriquer le satin qui lui donne ce lustre et ce brillant »… note Savary qui traite dans un paragraphe spécial les satins des Indes… « étoffe assez semblable aux satins qui se fabriquent en Europe. Il y en a de plains soit blancs, soit d’autres couleurs. Il y en a aussi à fleurs d’or ou de soye, à carreaux, de damassés, de rayés et de brochés…Les pièces sont de quatre aunes et demi, de huit et de douze de longueur, sur 3/8, 5/6 et 5/8 de largeur. »2

4Dans la vente de 1687, apparaît un satin « Kalquevir » à 40,5 livres la pièce ; s’agit-il du satin « calquier », que E. Hardouin qualifie de « sorte de taffetas (et non pas de satin) orné de dessins en forme de flamme ?

5C’est dans le catalogue de 1741 que l’on trouve la meilleure description des différentes variétés de satins : 185 rayés, 71 unis de 13 ½ à 14 aunes sur 7/8, et 150 dits « satin pour broder », 13 ½ à 14 aunes ou plus grands, 15 ½ à 16 ; enfin, 84 satins rayés (de ces deux aunages) sur fond blanc, la plupart du temps, rayures vert, jonquille, bleu, rose ou autre fond, variété de couleurs des rayures, jonquille et gris de lin ; ou encore satins à bouquets détachés brochés de 15 aunes à 15 ½ sur 7/8, souvent brochés couleur sur couleur blanc sur blanc, citron sur citron, noisette sur noisette, paille sur paille, bleu sur bleu.

Satins, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 243. Les Arts Décoratifs, Paris

Satins, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 243. Les Arts Décoratifs, Paris

Photo Les Arts Décoratifs, Paris/Jean Tholance (photo soumise à accord préalable, rétrocession photo interdite)

6Ces tailles sont confirmées en 1726 (13 ½ à 14 aunes sur 7/12 à 5/8) et 1739, 14 aunes.

7Les prix sont variables et s’envolent au cours des ans : un « satin façon de Séronge » n’a été estimé, en 1687, qu’à 3,9 livres ; 9,5 livres en 1691, de 70 à 73 en 1726 pour les satins unis, de 67 à 71 pour les satins rayés, unis ; 95 livres en 1739, 113 en 1760, 134 en 1768, et 252 pour les satins brochés.

Les Damas

  • 3 Savary, opcit., I, p. 1638 sq.

8Dans le dictionnaire de Savary, « étoffe faite de soie, dont les façons sont élevées au-dessus du fond. C’est une espèce de satin moiré ou de moins satinée ; en sorte que ce qui a le grain de satin par-dessus, l’a de moire par dessous. Le véritable endroit du Damas est celui où les fleurs sont relevées et satinées ; l’autre côté n’est que l’envers... Damas de la Chine ou des Indes : ils sont de sept, onze et douze aunes de long sur 3/8 et 7/16 de large… Il y en a de ponceau (soit rouge vif, couleur de coquelicot), de noirs, de blancs, de rouges et noirs, de rouge et blanc. »3

Damas, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 243. Les Arts Décoratifs, Paris

Damas, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 243. Les Arts Décoratifs, Paris

Photo Les Arts Décoratifs, Paris/Jean Tholance (photo soumise à accord préalable, rétrocession photo interdite)

Damas, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 237. Les Arts Décoratifs, Paris

Damas, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 237. Les Arts Décoratifs, Paris

Photo Les Arts Décoratifs, Paris/Jean Tholance (photo soumise à accord préalable, rétrocession photo interdite)

9Plusieurs descriptions de ventes permettent une bonne connaissance des multiples variétés de Damas, ayant des tailles différentes, toujours grandes, et atteignant des prix considérables.

10En 1723, sont vendus des Damas à fleurs de couleur gros bleu, de 11 aunes et ½ à 12 aunes à 160 (les 5), 32 livres la pièce ; des damas sur 5/8, jonquille, jaunes dont un à plusieurs picq (?), blanches, bleu céleste, bleu turquoise, noisette, blanches (l’ une à 14 aunes), à treize livres ; des damas pour meubler, de 11 ½ à 12 sur 5/8 , avec des pièces jonquille, 39 livres ; des damas cramoisis de 14 à 15 aunes sur 5/8, à 9 livres, ou de 15 à 16 aunes à dix et demi ; des damas à fleurs de 11 aunes et demi sur 7/16, à fond bleu et blanc ou bleu et olive, à 65 livres.
En 1726 : des damas de 13 aunes ½ à 14, de 61 à 63 livres.
En 1739 : des damas unis 14 aunes à 90 livres, des damas à meubler de même aunage, à 108 livres ; des damas à meubler de 21 à 22 aunes, vendus de 138 à 143 livres.

11Le catalogue de 1741, décrit dans le détail les pièces de damas proposés à le vente : 347 unis, (13 aunes ½ à 14 sur 7/8, mais aussi de 15 à 15 ½ sur 5/6) : blanc, musc, grenade, paille, bleu, noisette clair ou foncé, gris cendré, gris ardoise, petit gris, gris perle, vert, brun, brun olivâtre, marron, jonquille, brun, café, bleu céleste et bleu turquoise, musc, blanc, grana, rose, rose foncé... ; des damas unis à meubler (une vingtaine de pièces, de 20 aunes à 20 ½ sur 7/8 à un peu moins), « pièces blanches pots de fleurs » ; 179 damas rayés, à peu près des mêmes teintes (aunage 13 ½ à 14 sur 7/8) : seule la teinte des fonds est donnée, de même nuance que celle des damas unis ; une seule fois, le scripteur précise que le damas rayé est blanc et jonquille ; des damas à deux couleurs (13 ½ à 14 sur 7/8 ou 15 ½ à 16, qui mêle le blanc au bleu céleste, au brun, gris cendré, grana, noisette foncé, noir.

12En 1768, des damas rayés ont été vendus à 158 livres, des damas unis à 131, des damas unis étroits, à 197, des damas large à meubler à 340 livres.

Les pékins

  • 4 Hardouin-Fugier. E, opcit.

13« À l’origine, soie chinoise peinte… ; par la suite le pékin reste un tissu à rayures dans le sens de la chaîne, constituées par des armures alternées dont l’effet est accentué à la teinture parce que les diverses contextures s’y parent de nuances différentes. »4

14Cependant, les données distinguent à chaque date des pékins unis et des pékins à rayures, et même des pékins peints.

15Citons le catalogue de 1741 : sont vendus 565 pékins unis (13 ½ à 14 sur 7/8 ou 15 à 16) dont les aunages varient un peu mais dont les couleurs se répètent, blanc, vert foncé, bleu céleste, bleu céleste foncé, bleu turquoise, noisette, brun grana, jonquille, vert naissant, petit gris, noir, gris cendré, musc, musc olivâtre ; et 396 rayés (15 ½ à 16 aunes sur 7/8) qui comportent beaucoup de bleu et gris perle, rayé de blanc et jonquille, blanc et gris de lin, bleu et gris perle, blanc et rose pâle ; les rayures sont petites ou larges.

16En 1726, un catalogue de vente évoque des pékins unis de 11 ½ à 12 sur 2/3, à 43 à 45 livres ; de 13 ½ à 14 sur 2/3 de 52 à 53 livres ; et des pékins rayés, de 11 ½ à 12 sur 2/3, à 48 livres ; de 13 ½ à 14 sur 2/3, de plus de 50 livres. En 1739, le prix a monté à 66 livres ; en 1760, à 67 ; et 1768, à 110 pour des péquins rayés, à 130 pour des pékins unis, et à 192 pour des pékins peints.

Les gourgourans

  • 5 Encyclopédie de Diderot, première édition, tome 7, 1757, p. 753.
  • 6 IFTH, Gooogle, article Ameublement.
  • 7 Hardouin-Fugier E., opcit.

17Aucune description du tissu n’a été trouvée dans Savary. En revanche, l’Encyclopédie de Diderot5 décrit ainsi le textile : « étoffe travaillée en gros-de-Tours, mais plus forte en chaîne & en trame ; les soies n’en sont point moulinées, mais elles sont seulement gommées & préparées par faisceaux de huit brins…. Le gourgouran vient des Indes, où l’on fait employer la soie comme elle se dévide de dessus les cocons. » Ou encore : « tissu de soie à raies armurées ou comportant des dessins6. E. Hardouin Fugier : évoque « une riche étoffe de soie des Indes…tissée en fil floche, tantôt unie, tantôt bayadère, souvent brodée. »7
Ce sont des pièces de grande taille, et de valeur élevée.

18Le catalogue de 1741 détaille ainsi, avec une grande précision, les gourgourans proposés à la vente : 992 gourgourans unis, de 13 et demi à 14 aunes sur 7/8, ou de 15 ½ à 16 aunes sur 7/8, blanc, gris cendré, petit gris, perle, noir, bleu turquoise, brun, marron, noisette, vert, jonquille, petit gris, bleu céleste, bleu céleste foncé, paille, olivâtre ; et aussi huit pièces à fleurs brochées (de 11 ½ à 11 ¾ aunes) sur fonds bleu céleste ou foncé, ou blanc ou vert. »

19En 1726 : les pièces, de 13 ½ à 14 aunes sur 5/7, valent de 75 à 78 livres, et des gourgourans rayés, 80 livres ; 82 en 1739 ; et 119 en 1768.

Les Armoisins 

  • 8 Savary, opcit., I, p. 146.

20Savary décrit : « Étoffe de soye ou sorte de taffetas de moyenne bonté…On tire aussi des armoisins de toutes les couleurs des Indes orientales » Et à Armoisin des Indes : « C’est un taffetas fabriqué aux Indes Orientales, mais plus faible et de moindre qualité que ceux qui se fabriquent en Europe. Les couleurs, surtout le cramoisi et le rouge en sont ordinairement fausses, et ils ont peu de lustre et point du tout de brillant... Il y en a de deux espèces, les arains qui sont des taffetas ou rayés ou carreaux, et les damavars qui sont des taffetas à fleurs. Leurs longueurs sont depuis sept aunes jusqu’à vingt-quatre et leurs largeurs depuis 7/8 jusqu’à cinq sixième. »8 Dans l’ordre des documents de ventes, les armoisins sont effectivement suivis par les darins et les jamavars.

21En 1687 des « armoisins de diverses couleurs » apparaissent dans la vente, à 17,6 livres la pièce ; en 1691, à 17,4 ; en 1716 ou 18, les armoisins de 8 aunes à 8 1/2 sur 7/8 sont en majorité « assortis de couleurs différentes », et cramoisis, blancs, jaunes. Leur valeur, de 27 à 33,6 livres. De même aunage, des armoisins de Madras aux couleurs plus variées : cramoisi, blanc, jaune, gris, perle, bleu céleste, paille, de 30 à 32,7 livres. En 1725, l’aunage et la valeur sont indiqués : de 8 aunes à 81/2 sur 7/8 à 11/12. Le prix de 29 à 31 livres ; 1726, les pièces sont de même taille, un moins onéreux, de 26,1 à 27,1 livres En 1768, venus du Bengale, les armoisins sont vendus 51,7 livres la pièce.

22Le catalogue de 1741 évoque des « armoisins assortis, » de huit aunes sur 7/8 et plus, une majorité de blancs mais aussi des « perle, des jonquille, des citron, des rouge. »

Les Darins

23Ces documents attestent la présence de darins et non pas d’arains (à une exception près). Une hypothèse est proposée : les darins et les arains sont un seul et même tissu, des taffetas rayés. Ce sont des pièces de petite taille (de 8 aunes à 8 ½ sur 7/8 en 1716 ou 18, 1725 et 1741) ; des tissus décrits comme « rayés de diverses couleurs » (en 1716 ou 18), et 1741, « assortis de différentes couleurs et rayures, de huit aunes sur 7/8 et plus. »

Les jamavars

  • 9 Izabelle : jaune clair, paille, couleur de la robe d’un cheval.

24Les jamavars des archives de vente semblent être les damavars cités par Savary, des taffetas à fleurs.
C’est en 1716 que ces tissus sont décrits avec le plus de précision : de 10 ½ sur 5/8 les deux demi pièces ; les rouges à fleurs dominent, accompagnés de pourpre, abricot, jaune, jaune citron, paille, chair, gris perle, bleu, vertes blanches diverses, à 70,5 livres. Dans un autre document de la même date, les rouges à fleurs dominent toujours, à côté des blancs, jaunes, gris, gris souris, izabelle9 de 60 à 67 livres.
En 1725 : les pièces sont plus grandes, de 11 et demi à 12 sur 2/3 et la valeur, « à la pièce » de 63,5 à 68 livres.

25Le catalogue de 1741 présente les jamavars comme des pièces de 8 aunes sur 7/8, « assortis de différentes couleurs et bouquets. »
Darins ou arains, jamavars, des armoisins soit à rayures, à carreaux, et fleurs brochées ? Sans doute peu différents des taffetas, ou des variétés de taffetas ?

Les taffetas

  • 10 Savary, II, p. 1673. 
  • 11 Savary II, p. 1646.
  • 12 Savary II, p. 1677.
  • 13 Roques, opcit., p.95.

26Les taffetas, « étoffe de soye très fine, fort légère et pour l’ordinaire extrêmement lustrée »10 ; ils sont également appelés armoisins, calquiere, arains. »11 Savary, à « taffetas des indes », précise12 : « Sont d’une fabrique assez faible et peu soyeux... Il y en a de façonnés, de rayés d’or et d’argent, de mouchetés, d’autres à chaînettes, d’autres à fleurs et à carreaux. Les calquiers sont des taffetas à flammes. Les taffetas longuis sont tous à carreaux ; les kemeas (présents en 1687 sous le nom de kencas) sont des taffetas à fleurs de soie...Les longueurs sont de quatre aunes ½, de 5 ½, de 7 ½, de 8, de 11, et de 25, sur différentes largeurs, de 2/3 à 7/8. »
Roques13 écrivait : « On en fait de toutes les couleurs à la réserve des gris et noirs qui ne sont point de leur usage. »

27En 1741, au nombre des marchandises prohibées qui seront vendues à condition d’être envoyées à l’étranger, figurent les taffetas rayés de 13 ½ à 14 aunes sur 7/8, à fonds blanc rayés de musc, de jonquille de vert, de rose, de bleu.

28En 1687, la vente comprend des taffetas kalquevir, sans doute l’équivalent des calquiers évoqués par Savary, à 26,9 livres la pièce. Trois ans plus tard, en 1691, 1000 pièces de « taffetas à carreaux », ont été vendues 3890 livres, soit un prix beaucoup plus faible, 3,9 livres la pièce. En 1760, des « taffetas foulard » ont été vendus, sans précision de quantité, pour plus de 9000 livres.

Les longuis

29Associés aux taffetas, dans le même document de 1687, figurent les longuis, « à carreaux de pure soie » évoqués dans le Dictionnaire de Savary. Leur prix est de 17,3 livres la pièce. En 1726 sont vendus des longuis, au nombre des marchandises prohibées, de deux aunes et plus, à 5,4 livres, la pièce.

Les kencas

  • 14 Savary, opcit., II, p. 456.
  • 15 Hardouin Fugier E., opcit.
  • 16 Redhouse, sir James. W. A turkish and english Lexicon, Beirut, Librairie du Liban, 1974.

30Des kencas ont une seule fois fait partie des ventes, en 1687. Sous le nom de Kemea, Savary décrit : « taffetas à fleurs de soye qui viennent des Indes. »14 E. Hardouin Fugier a repris la même définition ; « taffetas à fleurs de soie. »15 Dans le dictionnaire ottoman Redhouse, les kancas sont des « étoffe à fleurs or et argent. »16

31Dans Le document de vente de 1687, le scripteur a écrit : « soie à fleurs rayé » et a inscrit la valeur de la pièce, 22 livres, donc un tissu onéreux, à cette date où les prix sont moindres. Pourrait-on traduire brocard ?

Les lampas

  • 17 Savary, opcit., II, p. 484.
  • 18 Wellington Donald, opcit., glossaire.

32Les lampas ne sont cités que deux fois, dans le Catalogue de 1741 et dans la vente de 1768. Sont-ce les lampasses, des « toiles peintes des indes » comme l’exprime Savary17 ou les lampas ou lampat que Wellington, citant Wingate, définit comme « un tissu semblable au damas, fait de soie… et de coton, originairement une textile de soie peinte »18 ? On pencherait pour la deuxième définition car les lampas apparaissent dans les listes des lots vendus en même temps que les soieries, et même à la suite des damas rayés en 1741 ; et en 1768, les lampas sont cités au milieu des tissus venant de Chine, et à la suite des Damas rayés. Leur valeur aussi, en 1768, suggère que l’hypothèse est bonne.

Damas lampas, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 239. Les Arts Décoratifs, Paris

Damas lampas, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 239. Les Arts Décoratifs, Paris

Photo Les Arts Décoratifs, Paris/Jean Tholance (photo soumise à accord préalable, rétrocession photo interdite)

33En 1741, le catalogue les présente comme larges ou étroits ; 78 lampas larges (13 ½ à 14 sur 7/8), et 14 lampas étroits (11,5 à 11 ¾ sur 1/2), «cannelés à ramages brochés », aux teintes déjà énumérées pour d’autres soieries : grana, noisette, vert clair, gris cendré, bleu céleste, bleu turquoise, vert foncé, ou naissant, jonquille, citron, rose.

34En 1768, seule date à laquelle apparaisse une valeur, leur prix est très élevé : 262 livres la pièce.

Les mandarines

35Les mandarines sont très rarement citées (en 1741 dans le catalogue, et en 1768 et 69, sans aucune description, ni aucun prix). En 1741, apparaissent quatorze « étoffes à carreaux ou mandarines », de 13 ½ à 14 aunes sur 7/8), sur fond bleu céleste, citron, jonquille, bleu turquoise, rose et rose vif.

Les patissoyes

36Les patissoyes, « brocard de soie chinoise » selon Wellington, sont plus nombreuses. En 1741, seront vendues six variétés de patissoyes : de 13,1/2 à 14 aunes sur 7/8, ou de 15 ou 15 ½ sur 7/8, 15 ½ à 16 sur 7/8, ainsi que des patissoyes étroits unis, de 18 ½ à 19 sur ½, aux mêmes teintes variées, que les autres soieries, noisette, gris cendré, petit gris, gris perle, brun, brun foncé, jonquille, paille, noir, blanc, vert, bleu céleste, bleu turquoise, musc, citron, brun olivâtre.

37Les pièces sont précieuses : en 1729, le prix de la pièce est de 93 livres ; en 1768, de 157 livres.

Les gongeras ou gingiras

  • 19 Savary, II, p. 230.

38Les gongeras ou gingiras, peu représentés, sont des « étoffes de soie venues des Indes », de 9 aunes ½ sur 2/3.19

  • 20 Legoux, opcit., p. 386

39On ne peut établir quelle est la part des soieries d’origine chinoise, et d’origine indiennes. En 1767 et 68, une origine chinoise est clairement mentionnée. Mais certaines sont fabriquées en Inde, dans le Bengale et, écrit Legoux, dans les manufactures de Morchoudabad et Cassembazar : « les mouchoirs de poche, les taffetas à trames simples et croisées, les petits satins unis et brochés… Une douzaine de pièces de mouchoirs, comportant dix mouchoirs, s’achèteraient 144 roupies « sicca », 53 livres. »20

Bulbul chamy

40Ajoutons à cette liste, une exceptionnelle bulbul chamy, une seule fois mentionnée en 1691, dont le nom « bulbul » rappelle le rossignol, nom d’une célèbre mousseline, et le …chamy peut-être bilad al sham, la Syrie, vendues pour huit livres.

Soierie, Bulbul Chamy, n°585 sur le site du Victoria and Albert Museum, http://tmoi.org.uk

Soierie, Bulbul Chamy, n°585 sur le site du Victoria and Albert Museum, http://tmoi.org.uk

Les velours

41En toutes petites quantités, quelques velours, « c’est le plus noble et le plus parfait d’entre toutes les étoffes de soie », souligne Roques, qui a donc dû en voir fabriquer dans le Gujarat à la fin du XVIIème siècle.

Notes

1 Hardouin-Fugier E., opcit..

2 Savary, opcit., II, p. 1488sq.

3 Savary, opcit., I, p. 1638 sq.

4 Hardouin-Fugier. E, opcit.

5 Encyclopédie de Diderot, première édition, tome 7, 1757, p. 753.

6 IFTH, Gooogle, article Ameublement.

7 Hardouin-Fugier E., opcit.

8 Savary, opcit., I, p. 146.

9 Izabelle : jaune clair, paille, couleur de la robe d’un cheval.

10 Savary, II, p. 1673. 

11 Savary II, p. 1646.

12 Savary II, p. 1677.

13 Roques, opcit., p.95.

14 Savary, opcit., II, p. 456.

15 Hardouin Fugier E., opcit.

16 Redhouse, sir James. W. A turkish and english Lexicon, Beirut, Librairie du Liban, 1974.

17 Savary, opcit., II, p. 484.

18 Wellington Donald, opcit., glossaire.

19 Savary, II, p. 230.

20 Legoux, opcit., p. 386

Table des illustrations

Titre Satins, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 243. Les Arts Décoratifs, Paris
Crédits Photo Les Arts Décoratifs, Paris/Jean Tholance (photo soumise à accord préalable, rétrocession photo interdite)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3858/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 732k
Titre Damas, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 243. Les Arts Décoratifs, Paris
Crédits Photo Les Arts Décoratifs, Paris/Jean Tholance (photo soumise à accord préalable, rétrocession photo interdite)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3858/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Damas, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 237. Les Arts Décoratifs, Paris
Crédits Photo Les Arts Décoratifs, Paris/Jean Tholance (photo soumise à accord préalable, rétrocession photo interdite)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3858/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Damas lampas, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 239. Les Arts Décoratifs, Paris
Crédits Photo Les Arts Décoratifs, Paris/Jean Tholance (photo soumise à accord préalable, rétrocession photo interdite)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3858/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Titre Soierie, Bulbul Chamy, n°585 sur le site du Victoria and Albert Museum, http://tmoi.org.uk
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3858/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 364k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable