Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Répertoire des tissus indiens importés en France entre 1687 et 1769‎

 | 
Colette Establet

II. Les différents tissus : approche descriptive

Les tissus mêlés coton soie

Texte intégral

  • 1 Crill Rosemary, « Textiles in Kutch », dans Chistopher W. London ed. The arts of Kutch, Bombay, Mar (...)

1Les tissus mêlés coton soie, tous prohibés, occupent une petite place. Ces tissus étaient très présents dans les pays d’Islam, dont le monde ottoman, et particulièrement à Damas : ce sont des tissus « licites » car leur composition évite à la peau d’entrer en contact avec la soie, ce que l’Islam n’autorise pas, en principe. Ainsi R. Grill écrit à propos d’un tissu indien appelé mashru, qui n’est sans doute autre que le cotoni ou même une variété d’alaja, dans son article « Textiles in Kutch »1 :

« ... mashru qui signifie permis, c’est à dire permis aux hommes musulmans à qui la tradition interdit de porter de la soie pure au contact de la peau. Il s’agit d’un tissage de satin : les fils de chaîne se trouvent sur la surface du textile pour créer un effet lisse, et les fils de trame de coton se trouvent sur l’envers de tissu, au contact de la peau de qui le porte. »

Mushroo. Sur le site tmoi.org.uk du Victoria and Albert Museum, photo numéro n°486. Il existe plusieurs autres photos de mushroo, numérotées 396, puis de 486 à 515.

Mushroo. Sur le site tmoi.org.uk du Victoria and Albert Museum, photo numéro n°486. Il existe plusieurs autres photos de mushroo, numérotées 396, puis de 486 à 515.

2Présentons les noms des textiles composés de soie et de coton offerts aux acheteurs, par ordre alphabétique : alajas, allibannee, caladaris, chalbat, chaperconne, chuquelas, cotonis, fatouya, grana, grisette, kichorchay, montichour, nila, pinasse, sirsaca, sistresoye, tapchila et tepay. Ces tissus ont été importés en France dans des proportions tout à fait différentes.

3Les préférences sont allées aux caladaris et alibannee, aux soucis, plus de 21000 pièces, de loin les plus nombreux ; aux tapchila et aux nila, plus de 13 000 pièces ; aux alaja et chuquelas, près de de 8 000 pièces. Plus de 7000 pièces de pinasses, près de 5000 pièces de sirsaca, plus de 3000 de tepay, les cotonis, plus de 2000, les kichorchay, moins de 1000, les montichour moins de 500. Encore plus rares, les fatouyes, une centaine de pièces, et encore moins présents, moins d’une centaine de pièces, les grisettes, les grana.

Les canadaris ou caladaris

  • 2 Legoux, op.cité, p. 368 sq.

4Legoux décrit2 :

« Les meilleures manufactures de canadaris ainsi que les appellent les Européens, et canadarins dans l’idiome du pays, se trouvent dans le petit royaume de Balaçor…dans le haut de la côte d’Orissa...limitrophe du Bengale…La partie des canadaris qui n’est pas en coton est faite avec de la soie même…de la soie mogue…Elles sont fabriquées en soie teinte en rouge, en jaune…Les rayures des canadaris, toujours très peu larges (elles n’ont jamais plus d’un quart de ligne)… sont en blanc et rouge, blanc et bleu, blanc et violet ou en rayures tricolores. »

5Quant au prix des canadaris, dont les pièces sont de dix aunes et sept/huitième de largeur : « on paye celles de la première sorte à raison de 15 roupies sicca et celles de la seconde, treize roupies et demi. » (36 à 40 livres)

  • 3 Irwin John, op. cit., III, p.67.

6Sous le nom charadaries ou carridaries, John Irwin évoque « des tissus sans doute de coton et de soie, rayés ou à carreaux, provenant du Bengale qui n’apparaissent qu’à la fin du XVIIème siècle et qui présentent autant de variétés de rayures que les doreas. »3

  • 4 Dermigny Louis, op.cité, p. 438.

7Pour Dermigny, les caladaris sont des « toiles de coton à petites raies de couleurs vives, rouges et noires principalement, fabriqués au Coromandel et surtout au Bengale, en pièces de huit aunes sur sept huitième. »4

8Dans le Catalogue de 1741, 1270 pièces de canadaris, sont évoquées : bleus et blancs, de 7 aunes ¾ à 8 sur près de 7/8 tandis que 1737 pièces, sur 7/8 à 11/12ème qualifiés de « herbe et coton », à « raye » bleues, rouges, ou rouges et bleues. Le terme « herbe » mérite une précision qu’apporte J. Irwin :

  • 5 Irwin John, op.cité, III, p. 69.

« Ce mot est un synonyme de soie sauvage comme tussur ou tasar. Les premiers voyageurs européens ont formulé l’idée fausse que ce tusur n’était pas une soie, mais un tissage venant d’une herbe...Le mot herbe a été utilisé longtemps après que l’on en ait découvert sa réelle nature. »5

Photo de Canadaris, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 71. Les Arts Décoratifs, Paris

Photo de Canadaris, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 71. Les Arts Décoratifs, Paris

Photo Les Arts Décoratifs, Paris/Jean Tholance (photo soumise à accord préalable, rétrocession photo interdite)

  • 6 1767, 1768, CD/50/198 et CD/56.

9Nos données d’archives, en 1767 et1768, confirment l’origine du textile, le Bengale,6 et à peu près la taille des pièces évoquée par Legoux et Dermigny : 1718, huit aunes sur sept huitième ; en 1725, 26, 39 et 41, sept aunes ¾ à huit sur 5/6, 7/8, ou 11/12.

10Leur prix à la vente a été de 26 à 27 livres en 1716/18 ; en 1725 et 1726, de 18,8 à 22 ; en 1738 et 1739, de 21 à 36 ; 12 livres en 1768.

Les alibanis ou halibanis… ou habanis ou haby bany

  • 7 Irwin John, op. cit., III, p. 67.
  • 8 Chaudhuri K.N. op. cit., p. 503.
  • 9 Hobson-Jobson, op. cit., p. 706.

11Seul Savary qualifie l’alibani de toile de coton. John Irwin évoque une composition soie coton, probablement à rayures, provenant de la région de Malda Kasimbazar, dans le Bengale7. Chaudhuri fait des alibannies, un textile coton et soie, probablement rayé, d’une qualité moyenne à supérieure, faisant partie du commerce de réexportation8. Pour Hobson-Johnson, c’est un « tissu soie-coton, également prohibé, sans doute à rayures », de 9 aunes à 9 aunes ¾ sur une aune et plus. »9

12Nos données confirment cet aunage : en 1718, 9 et plus sur 1 ½ à 1 1/6 ; en 1725 9 à 9 ¼ sur 1 aune 1/8 ; en 1741, 9 à 9 ½ et plus sur 1 1/8 à 1/6. Un supplément d’information est donné en 1716 : les alibanies y apparaissent comme des « toiles bleues rayées. » Donc tissu soie coton, à rayures, bleu en fond de toile ?

13Quant à la valeur, de 15,1 à 16,6 livres en 1725, elle oscille dans les années suivantes (1738 et 39) de 11 livres à 13,7 livres.

14On a suggéré que les habanis ou habassis, dont on n’a trouvé aucune mention dans les dictionnaires, ne seraient qu’une variante linguistique des alibanis ; dans la liste des ventes de 1768, d’origine bengalaise, ils suivent les elatchas, textile coton soie très prisé dans le Moyen-Orient ; ils sont à cette date beaucoup plus onéreux que les précédents, de 57 à 71 livres. Leur prix, et leur place dans les listes de ventes feraient cependant parier sur des mélanges soie coton.

Les soucis

15Les soucis, également très exportés vers les pays de Moyen-Orient, vers les « Mores », sont des fabriques de soie ou de soie et coton mêlés. Savary décrit ces soucis comme des

  • 10 Savary Jacques, op. cit., p. 1588.

« mousselines de soie rayée de différentes couleurs qui viennent des Indes…Il n’y entre aucun coton dans leur fabrique, comme dans les véritables mousselines. Ce qui leur fait donner son nom, c’est une espèce de bourre légère qui paraît sur la superficie de la toile comme sur les mousselines...Les soucis sont de différentes longueurs et largeurs, y ayant des pièces qui n’ont que huit aunes de long sur trois quart de large et d’autres vingt aunes sur deux tiers. »10

Soucis divers, numéros 448, 449, 131, 137, 134, 133, sous le nom soosee, du site http://tmoi.org.uk. Ci-dessous n°448

Soucis divers, numéros 448, 449, 131, 137, 134, 133, sous le nom soosee, du site http://tmoi.org.uk. Ci-dessous n°448

Soucis n°449 sur le site du Victoria and Albert Museum, http://tmoi.org.uk

Soucis n°449 sur le site du Victoria and Albert Museum, http://tmoi.org.uk

Différentes pièces de soucis (de coton, coton soie et soie) sont présentées sur le site du Victoria and Albert Museum, http://tmoi.org.uk, numéros 131 à 141 ; et numéros 448 à 452. Ci-dessous n°131

Différentes pièces de soucis (de coton, coton soie et soie) sont présentées sur le site du Victoria and Albert Museum, http://tmoi.org.uk, numéros 131 à 141 ; et numéros 448 à 452. Ci-dessous n°131

Soucis n°135 sur le site du Victoria and Albert Museum, http://tmoi.org.uk

Soucis n°135 sur le site du Victoria and Albert Museum, http://tmoi.org.uk
  • 11 Irwin John, op. cit., III, p. 71.

16Irwin11 hésite sur la composition du tissu provenant du Bengale : « fabrique de soie, écrit-il, ou mélange coton soie, rayée ou à carreaux.» Toutes les autres définitions suggèrent le mélange coton et soie. Roques, à la fin du XVIIème siècle, les décrivait ainsi :

  • 12 Roques, p.95 et 96.

« cette sorte de marchandise est de deux espèces, moitié en bétille et moitié taffetas (de soie)…On les appelle soucis pour les distinguer des bétilles par leur raies qui sont tissées et serrées… Ces raies de taffetas de diverses couleurs les rendent fort prisées…Les dames, en été, ne seront point mal parées de ceux que j’ai achetés. Ils peuvent servir aux femmes en cymarres et jupes, ils sont aussi fort propres à faire des tours de lit pour respirer l’air en été à travers des rideaux sans l’inconvénient des mouches. »12

Soucis n°134 sur le site du Victoria and Albert Museum, http://tmoi.org.uk

Soucis n°134 sur le site du Victoria and Albert Museum, http://tmoi.org.uk
  • 13 Chaudhuri, K.N., op. cit., p. 505.

17Pour Chaudhuri13, les sooseys sont des « mélange de coton et de soie, à raies, de belle qualité, du XVIIème au XVIIIème siècle, pour l’habillement et le commerce de réexportation. »

18Ces pièces de soucis sont ignorées par Legoux, par Blancard, par Dermigny.

19Les tailles des pièces sont effectivement variées. En 1726, les soucis « assortis » de 18 aunes et plus sur 5/6 à 7/8 ; en 1739, de15 ½ à 16 aunes sur trois quart à cinq/sixième, ou de 18 aunes sur 9/15 à 7/12.

20C’est dans le Catalogue de 1741 que l’on trouve encore la plus minutieuse des descriptions : environ 1500 pièces de soucis occupant une vingtaine de lots. A l’intérieur des lots, une centaine, ou moins, de pièces, de 15 aunes ¾ à 16 aunes sur ¾ à 5/6 ou de 18, et plus à 19 aunes sur 7/12) : soit à carreaux, soit à différents types de rayures, petites ou larges, de couleur blanche, ou rouge ou bleue, ou mélangées rouge et bleue. Beaucoup de ces soucis sont blancs à rayes bleues ou rouges.

21Les prix varient. En 1687, 5,5 livres la pièce ; en 1739, entre 28,3 livres et 30 ; en 1767, l’origine de la pièce est signalée, le Bengale, et le prix est de 27,2 livres ; en 1768, 34 livres.

  • 14 Om. Prahash, How India clothed the world, the World of South Asian Textiles1500-1850, ed. by G. Rie (...)

22Dans l’ouvrage How india clothed the world, Om Prakash estime les pièces à 8 à 10 roupies sicca, soit de 21,6 à 27 livres.14

Les tapchilas, ou tapsels

  • 15 Savary, op. cit., p. 1704. 

« Grande toile de coton rayée, ordinairement de couleur bleue, qui vient …principalement du Bengale. Cette sorte de toile a 10 aunes de long sur ¾ à 5/6 de large. C’est une des meilleures marchandises que les Européens portent sur les côtes de Guinée pour la traite des nègres ».15 

  • 16 Irwin John, op.cité, I, p. 30.

23Sous le nom de tapseels, topseille, tafficilas, nom qui aurait peut-être une origine persane, tafcilab, Irwin décrit une « toile rayée de soie et coton bon marché, très demandée par les vendeurs d’esclaves, aire de Cambay-Ahmedabad. »16 Irwin localise donc la fabrication de cette toile en Inde de l’ouest, et non pas au Bengale.

24En 1741, l’aunage est de 11 aunes ¼ à 11 aunes 7/8, sur près de 5/6. En 1760, au nombre des marchandises prohibées, se trouvent quelques peu nombreux tapsilas appelés tapsilas du bengale du Bengale, sans valeur indiquée.

Tapsels, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 305. Les Arts Décoratifs, Paris

Tapsels, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 305. Les Arts Décoratifs, Paris

Photo Les Arts Décoratifs, Paris/Jean Tholance (photo soumise à accord préalable, rétrocession photo interdite)

Tapsels, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 306. Les Arts Décoratifs, Paris

Tapsels, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 306. Les Arts Décoratifs, Paris

Photo Les Arts Décoratifs, Paris/Jean Tholance (photo soumise à accord préalable, rétrocession photo interdite)

Les nelis ou nillaae

  • 17 Irwin John, op. cit., III, p.71.

25« Étoffe d’écorce mêlée de soie qui vient des Indes » pour Savary répétant d’ailleurs deux fois le mot soie puisqu’on sait que ce qui était nommé « écorce d’arbre » était de la soie. Fions nous plutôt aux autres descriptions. Pour Irwin, « du nom de l’hindi, nila, bleu, ce sont des tissus à raies de mélange coton soie Tussur, quelquefois à fleurs. Elles sont exportées en grandes quantités en Europe dans le dernier quart du siècle » ; il complète sa définition en faisant référence à une lettre de 1679 : « brillantes, rayées des plus légères des couleurs, couleur de cheveu, couleur du ciel ; il en existe en rouge, rayées de noir, mais elles ne sont pas vendables à Londres. »17

26De petites pièces : en 1725 et 1741, elles sont de 7 aunes et demi à trois sur trois quart à cinq sixième.

27Les prix : en 1687, les « nilae » sont à 12, 4 livres ; en 1725, de 16 à 19 ; en 1738, de 20,4 à 20,7 ; de 24,3 à 25,2 en 1739 ; 24,2 livres en 1767. La valeur s’en abaisse en 1768 à 14,12 livres.

28Ni Legoux, ni Blancard, ni Dermigny, qui semblent n’accorder aucun intérêt à ces tissus coton soie, ne font allusion à ces nilae.

Les elatchas

  • 18 Savary des Bruslons J., op. cit., I, p. 67.
  • 19 Roques, Georges, op. cit., p.87.
  • 20 Barthélémy, Adrien, Dictionnaire Arabe-Français, Dialectes de Syrie : Alep, Damas, Liban, Jérusalem(...)
  • 21 Irwin, John, I, p. 25.
  • 22 Irwin, John, 1996/III, p. 66.
  • 23 Hobson-Jobson, op. cit., p. 13.

29Les elatchas (alâja) sont également des pièces à rayures coton soie, très utilisées dans le Proche-Orient. « Allegeas, étoffe fabriquée aux Indes orientales. Il y en a de deux sortes. Les uns sont de coton et les autres de plusieurs espèces d’herbes qui se filent comme le chanvre et le lin. »18 Pour Roques, « cette étoffe est un espèce de taby sur chaîne de soie et trame de coton »19, évocation confirmée par le dictionnaire de A. Barthélémy à l’article alaja : « étoffe rayée, dont la chaîne est de soie et la trame de coton. »20 J. Irwin en fait « un tissu important du Gujarat, mélange de coton et de soie, en général rayé rouge et blanc, ou bleu et blanc, quelquefois avec des fleurs, et embelli de fils d’or et d’argent. Le même tissu était aussi tissé dans le Bengale, mais les alajas du Gujarat contiennent une plus grande proportion de coton, et ont pour cette raison ont été quelquefois qualifiés de calicot. »21 Existent aussi les alajas du Bengale : « le mot alaja provient du turc, alcha, rayure ; ce sont des tissus mélangés coton-soie, tissés dans le district de Malda-Kasimbazar. »22 Le même sens est donné dans le Glossaire de Hobson-Jobson ; mais les couleurs diffèrent : « en général rouge ou bluish red, avec des rayures blanches. »23

  • 24 Dermigny Louis, op.cit., p. 420.

30En 1687, le document de vente évoque une origine autre (et sans doute fausse), les alajas de la Chine. En 1741, 1767 et 1768, la zone de production est indiquée : alaja de Malde24, dans le nord du Bengale, au nord-ouest de Murshidabad, d’après L. Dermigny.

31En 1716 ou 1718, la pièce est de six aunes sur trois quart et cinq sixième ; en 1726, les alajas « assortis de différentes couleurs » sont de 6 aunes à six et demi sur neuf seizième ; en 1739, de sept aunes sur près de cinq huitième ; en 1741, de sept aunes à sept et demi, sur près de 7/8. En 1777, une affichette de vente décrit les alajas : « alajas ou taffetas de Surate, soie et or ; ou rayés ; ou à fleurs d’or. »

Alaja, sous le nom elacha, Victoria and Albert Museum, n° 568. D’autres photos existent, sur le site : numéros 563, 564, et 538 sous le nom de elaiche.

Alaja, sous le nom elacha, Victoria and Albert Museum, n° 568. D’autres photos existent, sur le site : numéros 563, 564, et 538 sous le nom de elaiche.

Uddrussa, connu aussi sous le nom d’elacha, n°561 sur le site du Victoria and Albert Museum, http://tmoi.org.uk

Uddrussa, connu aussi sous le nom d’elacha, n°561 sur le site du Victoria and Albert Museum, http://tmoi.org.uk

32La valeur varie. En 1687, les pièces se sont vendues 23 livres la pièce ; autour de 12 en 1726, de 24 à 27 en 1738, à 20,9 en 1739 ; entre 16 et 18 seulement en 1767, et 20 en 1768.

Les chuquelas

  • 25 Savary, op. cit., I, p. 759.
  • 26 Savary, op. cit., I, p. 702.
  • 27 Irwin John, op.cité, II, p. 67 et 68.
  • 28 Chaudhuri, op. cit., glossaire.

33Pour Savary, ce sont des « étoffes soye et coton fabriqués aux Indes orientales, toutes rayées, qui ne diffèrent entre elles que parce qu’il y en a à grandes et à petites raies. Elles ont depuis sept aunes de longueur sur cinq huit de largeur, jusqu’à 16 aunes de long sur cinq six. On les appelle aussi chercolées et cherconnées ; »25 à l’article cherconnee, « espèce de chuquelas soye et coton. La seule différence qu’il y a, c’est que les vrais chuquelas sont tous rayés, et qu’il y a des cherconnae à carreaux. »26 J. Irwin en donne la même définition : « étoffe rayée de mélange soie et coton...et évoque un document de 1688 : « chuklaes à petites rayures et de couleurs vives. »27 Même définition chez Chaudhuri, qui rajoute : « de belle qualité. »28

  • 29 Hobson-Jobson, op. cit., p. 705 et 706.

34Dans le glossaire Hobson-Johnson, le terme chuquela est rapproché de l’hindi « chaklâ chakrî. » Dans le même glossaire, au terme charconnae, une étymologie est proposée donne au mot charconnae », de l’hindi « châr-khâna » « à carreaux » et qualifie le tissu de « mousseline à carreaux. »29 Il rapproche le charconnae des doreas, avec une seule différence consistant dans la largeur et le rapprochement des rayures. Rajoutons à ce groupe, avec prudence, les quelques chaperconnes vendus en 1761.

35Les documents d’archives ne permettent pas une vision plus approfondie. En 1687, ces chuquelas sont dits « rayés de couleurs. » Les aunages ne sont jamais de sept aunes, mais, en 1726, de 14 à 14 aunes et demi sur près de trois quart, en 1739, de 14 sur près de trois quart ; en 1741, de 13 aunes 2/3 à 14 aunes sur près de trois quart. Les pièces proviendraient du Bengale, suivant J. Irwin et d’après les indications d’origine présentes dans le document sur les ventes de 1767 et 1768.

36Leur prix : sept, six livres la pièce en 1687, 29,1 en 1726, 28 à 33 en 1738, de 23,6 à 25,1 en 1739, de 33,6 en 1768.

Les pinasses

  • 30 Savary, op. cit., I, p. 1100.

37Les pinasses, « étoffes des Indes orientales, qui sont faites d’écorce d’arbre » décrit Savary30; lequel renvoie à l’article « écorce d’arbres », présenté ci-dessous. Effectivement, les pinasses sont situées dans le Catalogue de 1741 dans une page intitulée « Ecorces d’arbre. »

  • 31 Legoux, op. cit., p. 132 133.

38Legoux de Flaix décrit : « étoffe de coton dont le réseau est croisé, et se fait avec du fil bleu à la chaîne de la pièce, et en coton blanc dans la trame…le mot signifie couleur mêlée…Destiné aux îles de France et de Bourbon. Cet article est compris dans la dénomination générale de marchandise bleue…, toile médiocre n’étant destinée qu’à l’usage de la traite ou à faire les vêtements des nègres des colonies. »31

39E. Hardouin-Fugier rapproche les pinasses des biambonnées, dont elle donne la définition de Savary, « étoffe fabriquée aux Indes avec l’écorce d’un arbre qui se file comme le chanvre, parfois mêlée de soie…En pure écorce on la nomme pinasse. »

40De petite taille : 7 aunes ½ à 8 sur 5/6 à 7/8 en 1726 ; de 7 aunes ½ à 7 ¾ sur ¾ à 5/6 en 1741. (Legoux en fait des pièces de 11 aunes.)

41La valeur : en 1726, de 17,15 à 18,16 livres ; de 19 à 21 en 1738 ; de 18,10 à 19,18 en 1739 ; 27 en 1767 ; 23,3 en 1768. Legoux estime qu’à l’achat, ces pièces se négociaient à 15,3 livres.

Écorce d’arbre ou étoffe d’arbre

42Écorce d’arbre ou étoffe d’arbre : à l’article écorce d’arbre, Savary précise :

  • 32 Savary, op. cit., I, p. 1838.

« C’est une étoffe fabriquée aux Indes, de l’écorce d’un arbre, qui se file comme le chanvre. Les longs filaments qu’on en tire après avoir été battue puis rouïe dans l’eau, compose un fil qui tient en quelque sorte le milieu entre la soye et le fil ordinaire, n’étant ni si doux ni si lustré que la soie, ni si dur ni si mat que le chanvre… L’on mêle de la soie dans quelques-unes de ces étoffes. Et celles-là sont les guingans, les nilae, et les cherquemolles…Les fotalongées sont aussi partie écorce et partie soie et ne diffèrent des autres que parce qu’elles sont rayées…Les pinasses et biambonnées sont pure écorce. Toutes ces étoffes sont de 7 à 8 aunes de longueur et de 3/4 ou 5/6 de large, à la réserve des cherquemolles qui n’ont que 4 aunes de long sur ¾ de large. »32

43Legoux avait suggéré que ces « écorces d’arbre étaient un type de soie. Or, en 1691, le même document signale la présence d’étoffe « écorce d’arbres », bien distinguée des étoffes de soie présentes dans une caisse d’échantillon et suggère l’idée que l’écorce d’arbre n’est pas exactement de la soie. Nous n’en savons pas plus. En 1741, ce type d’étoffes précède les pinasses et les nelis dans la liste des biens vendus. En 1767, l’origine en est donnée, le Bengale.

44Dans les listes de vente figurent deux fois l’aunage qui est effectivement de 7 aunes 1/2 sur ¾, et plus ; la valeur : 4 livres en 1691, de 13 à 18 livres plus tard.

Les Sirsakas, les sistresoyes

  • 33 Legoux, op. cit., p. 21 et 367-369.

45Legoux décrit un ensemble de textiles, les canadaris, sirsakas et sistresayes « partie en soie, partie en coton » et reprend plus loin : « Tous les trois tissés avec du coton et de la soie, fabriqués de la même manière…et dans les mêmes ateliers…Nous connaissons ces étoffes sous le nom de bourre du Levant…On fabrique les sirsakas et les sistresoyes avec la meilleure qualité de la bourre de soie »…Les rayures des sirsacas…sont en jaune, en blanc ou en violet. »33 

  • 34 Hobson-Jobson, op. cit., p. 708.
  • 35 Irwin John, op. cit., III, p. 71.

46Hobson-Johnson propose, avec prudence, une étymologie pour ces seersuckers : sir, tête, sukh, plaisir.34 J. Irwin rapprocherait le mot du persan shir o shakkar, lait et sucre et décrit les seersucker : « Une étoffe de soie et coton et faisant référence à une lettre de 1709, présentant des rayures roses, bleues, or, et autres couleurs claires. »35

47Les sirsaca, ou sirsaka, les sitresoyes ont été plus onéreux que les caladaris, de 52 à 53,7 livres.

48Les pièces semblent être de plus grande taille : en 1741 et 1739, de 11 aunes trois quart à 12 saunes sur trois quart à cinq sixième ; et leur prix plus élevé, sans doute pour cette raison, que celui des caladaris : de 52 à 55 livres, de seulement 41 en 1768 ; 47 livres pour les sistresoyes en 1767, dont un seul catalogue de ventes affiche la valeur. Legoux écrit qu’on les achète de 14 à 16 roupies sicca la pièce, soit, 37,8 à 43,2 francs.

49D’après J. Irwin, ces pièces proviendraient de la région de Malda-Kasimbazar ; du Bengale, note le document de vente de 1767.

Les Tepay

50Savary (II, p.1745), sous le nom de tepis remarque : « étoffe de soye et coton qui se fabrique aux indes orientale ; il y entre fort peu de soie…Les tepis ont depuis cinq aunes jusqu’à sept aunes de longueur sur deux tiers environ de largeur. » Pour Chaudhuri, ce textile est un « coton et soie » (p. 505) ; Wingate cité par Wellington. « Le tepis est un tissu simple, peu onéreux, de coton mêlé à peu de soie. »

51Ce sont de petites pièces effectivement : en 1716/18, 4 ¾ sur près de 9/10 ; en 1725 : 5 ½ à 6 sur 5/8 à 2/3 ; en 1741 : 7 ½ à 8 sur près de ¾.

52La valeur n’est pas aussi misérable que le suggèrent les auteurs précédents : en 1725, de 16 à 16,10 livres ; en 1767, 45 livres la pièce

Les Chalbats ou chalbafs

53Ces tissus ne sont évoqués nulle part, dans notre littérature. On avait d’abord estimé que ces chalbat étaient des soieries. Mais à l’étude des données d’archives, on s’aperçoit que, dans la description des lots de vente, ils se situent plutôt au milieu des tissus coton soie, les alajas, les chuquelas, les pinasses, les tepays. De plus, par leur aunage, leur valeur, ils se rapprocheraient des pièces coton soie. En 1768, l’origine des chalbaf a été précisée : Malde, au Bengale, ville productrice aussi d’alajas.

54Pièces de long aunage, de 14 sur ¾ en 1725 et en 1726, de 13 ¾ à 14 sur près de ¾ en 1741, leur prix tourne autour des 30 livres : de 26,5 à 31 en 1725, de 30 en 1726, de 26,1 à 28 en 1738, de 35 en 1767 et de 37,8 en 1768, les chalbafs de Malde ayant été vendus cette même année seulement 20 livres la pièce.

Les Cotonis

55Comme les alajas, les qutnî, ou cotonis, ont particulièrement intéressé le Proche orient ottoman, comme, dans l’ensemble, tous les textiles coton soie.

  • 36 Roques Georges op. cit., p. 89-93 et 207.
  • 37 Barthélémy Adrien, op. cit., 1969.
  • 38 Dozy, R., [1845], Dictionnaire détaillé des noms de vêtements chez les Arabes, réédition offset de (...)
  • 39 Savary, op. cit., I, p. 1531.
  • 40 Irwin john, p. 27.
  • 41 Hardouin-Fugier, Elizabeth, op. cit..
  • 42 Ducousso, Gaston, 1913, L'industrie de la soie en Syrie et au Liban, Beyrouth-Paris, A. Challemel

56Roques, qui voyage et commerce entre 1676 et 1691, à une époque où le Gujarat est la plus importante région de fabrication et d’exportation de tissus, décrit le tissu : « Le cotoni a la trame de coton ; les pièces en sont variées, des blancs, des en couleurs, des rayés, des façonnés et mélangés de fleurs et de dessins, des cotonis à fleurs d’or et d’argent ; le mot vient du turc : «cotoni, du turc kutnu . Il s’agit d’un satin avec une chaîne soie et une trame coton. Cette étoffe est proche des allegas. Elle peut être façonnée avec des fleurs ou à rayures. »36 Le textile ayant avant tout été introduit dans les régions arabes et turques, ce sont les Dictionnaires turcs ou arabes qui en donnent les définitions les plus précises. « Etoffe dont le dessus ou la chaîne est le satinet, dont la trame ou l’envers est de coton »37, ou « étoffe de soie et de coton. »38 Savary en fait une variété d’atlas : « Les atlas cotonis sont ainsi nommés, parce que le fond est de coton et le reste de soie…»39 J. Irwin constate : « importante exportation du Gujarat, tissu soie coton avec chaine de satin souvent à rayures, quelquefois parsemé de fleurs ; surtout tissé dans la région d’Ahmedabad- Cambaye ».40 La composition semble donc certaine. Mais, à la différence des autres coton-soie déjà mentionnés, le tissu ne semble pas toujours rayures, mais aussi à fleurs : « L’atlas cotonis orné de fleurs de soie, parfois d’or et d’argent est mentionné dans l’inventaire de Mazarin, 1653 »41 ; ou « à trame soie et chaîne coton, généralement semé de fleurettes d’or ou d’argent sur un fond rayé de toutes nuances » selon G. Ducousso. 42

57Les documents d’archives ne proposent que peu de descriptions. En 1712, les cotonis sont « rayés à fleurs », ou « rayés « ou « humorés ». En 1716 ou 18, l’origine « de Surate » est précisée, donc du Gujarat, région qui alimentait l’Empire ottoman. En 1737, le scripteur évoque des atlas cotonis, atlas rayés à cancanias, à œil de perdrix, des atlas cotonis à fleurs d’or, insistant sur la soie de l’atlas ou satin qui compose en partie le tissu.

Sous le nom Kootnee, n° 569/570 sur le site du Victoria and Albert Museum, http://tmoi.org.uk

Sous le nom Kootnee, n° 569/570 sur le site du Victoria and Albert Museum, http://tmoi.org.uk

58Les pièces sont petites : en 1725, cinq aunes sur 9/16 à 7/12 ; en 1716 de cinq à 5 1/3 sur 7/16, pour les cotonis de Bernagor, ou de 6 à 6 ½ sur 9/16 pour ceux de Sourate.

59La valeur : 13,1 à 20 livres en 1725, 12 en 1760.

Les kichorchaye

  • 43 Wellington Donald, op. cit., p. 330.
  • 44 Dermigny, Louis, op. cit., p. 440.

60Les kichorchaye ont été définis de façon rapide : « east indian cotton cloth » sans plus de précision pour Wingate cité par Wellington43, et « toile du Coromandel » pour Dermigny44. Ils n’apparaissent dans les listes qu’en toute fin de période, 1767 et 68. Coincés entre les habassis et les chalbafs en 1767 et 1768, les kichorchayes se sont vendus plus de 88 livres la pièce en 1767, seulement 39 en 1768. Nos sources ne font pas allusion à cet onéreux textile.

  • 45 Establet Colette. Pascual Jean-Paul. Ultime voyage pour la Mecque, Damas, Institut français de Dama (...)
  • 46 La piastre est évaluée par Valérie Bérinstain, dans « La manière de négocier aux Indes, 1569-1691, (...)

61Entre 1686 et 1717, des pièces d’akranshahi faisaient partie des bagages de quelques pèlerins morts à Damas en revenant de la Mekke45, qui avaient fait, en même temps que le pèlerinage, le commerce de tissus indiens. Dans leurs cargaisons retour, ces pièces d’akranshahi étaient parmi les plus onéreuses, estimées, dans un inventaire après décès à plus de 15 piastres (45 livres).46 On n’a jamais su identifier ce tissu. Comme les tissus mélangés soie coton sont fréquemment importés des Indes dans l’empire ottoman, cet akranshahi a toutes les chances d’être un tissu coton soie… et ressembler comme deux gouttes d’eau à notre kichorchaye, deux gouttes d’eau qui n’ont laissé aucune trace dans la littérature des textiles.

Les montichours, les grana, les grisettes

  • 47 Savary, op. cit., II, p. 787.

62Les montichours, les grana, les grisettes ont été importées en tout petit nombre. Les montichours, ont été décrits par Savary : « Etoffe soie et coton, Indes orientales, cinq aunes par 2/3 et huit aunes sur 2/3, ¾ ou 5/6. »47 L’emplacement de ces trois étoffes, au milieu des caladaris, alibanee, etc, suggère qu’il s’agit de tissus coton-soie. Mais aucune description d’aunage de valeur ni d’aspect n’existe dans les données d’archives.

Notes

1 Crill Rosemary, « Textiles in Kutch », dans Chistopher W. London ed. The arts of Kutch, Bombay, Marg Publications, 2000, p. 118-126.

2 Legoux, op.cité, p. 368 sq.

3 Irwin John, op. cit., III, p.67.

4 Dermigny Louis, op.cité, p. 438.

5 Irwin John, op.cité, III, p. 69.

6 1767, 1768, CD/50/198 et CD/56.

7 Irwin John, op. cit., III, p. 67.

8 Chaudhuri K.N. op. cit., p. 503.

9 Hobson-Jobson, op. cit., p. 706.

10 Savary Jacques, op. cit., p. 1588.

11 Irwin John, op. cit., III, p. 71.

12 Roques, p.95 et 96.

13 Chaudhuri, K.N., op. cit., p. 505.

14 Om. Prahash, How India clothed the world, the World of South Asian Textiles1500-1850, ed. by G. Riello, Titrhankar Roy, Brill, Leiden, Boston Brill, 2009, p. 242.

15 Savary, op. cit., p. 1704. 

16 Irwin John, op.cité, I, p. 30.

17 Irwin John, op. cit., III, p.71.

18 Savary des Bruslons J., op. cit., I, p. 67.

19 Roques, Georges, op. cit., p.87.

20 Barthélémy, Adrien, Dictionnaire Arabe-Français, Dialectes de Syrie : Alep, Damas, Liban, Jérusalem, 2 vol., Paris, Librairie orientaliste Paul Geuthner, 1969.

21 Irwin, John, I, p. 25.

22 Irwin, John, 1996/III, p. 66.

23 Hobson-Jobson, op. cit., p. 13.

24 Dermigny Louis, op.cit., p. 420.

25 Savary, op. cit., I, p. 759.

26 Savary, op. cit., I, p. 702.

27 Irwin John, op.cité, II, p. 67 et 68.

28 Chaudhuri, op. cit., glossaire.

29 Hobson-Jobson, op. cit., p. 705 et 706.

30 Savary, op. cit., I, p. 1100.

31 Legoux, op. cit., p. 132 133.

32 Savary, op. cit., I, p. 1838.

33 Legoux, op. cit., p. 21 et 367-369.

34 Hobson-Jobson, op. cit., p. 708.

35 Irwin John, op. cit., III, p. 71.

36 Roques Georges op. cit., p. 89-93 et 207.

37 Barthélémy Adrien, op. cit., 1969.

38 Dozy, R., [1845], Dictionnaire détaillé des noms de vêtements chez les Arabes, réédition offset de l’édition d’Amsterdam, Beyrouth, Librairie de Liban, 1845.

39 Savary, op. cit., I, p. 1531.

40 Irwin john, p. 27.

41 Hardouin-Fugier, Elizabeth, op. cit..

42 Ducousso, Gaston, 1913, L'industrie de la soie en Syrie et au Liban, Beyrouth-Paris, A. Challemel

43 Wellington Donald, op. cit., p. 330.

44 Dermigny, Louis, op. cit., p. 440.

45 Establet Colette. Pascual Jean-Paul. Ultime voyage pour la Mecque, Damas, Institut français de Damas, 1998, p. 97.

46 La piastre est évaluée par Valérie Bérinstain, dans « La manière de négocier aux Indes, 1569-1691, de Georges Roques, à 3 livres à la fin du XVIIème siècle en France ; et une piastre vaudrait deux roupies 6 pesas. (p. 209).

47 Savary, op. cit., II, p. 787.

Table des illustrations

Titre Mushroo. Sur le site tmoi.org.uk du Victoria and Albert Museum, photo numéro n°486. Il existe plusieurs autres photos de mushroo, numérotées 396, puis de 486 à 515.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3857/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Titre Photo de Canadaris, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 71. Les Arts Décoratifs, Paris
Crédits Photo Les Arts Décoratifs, Paris/Jean Tholance (photo soumise à accord préalable, rétrocession photo interdite)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3857/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Soucis divers, numéros 448, 449, 131, 137, 134, 133, sous le nom soosee, du site http://tmoi.org.uk. Ci-dessous n°448
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3857/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Soucis n°449 sur le site du Victoria and Albert Museum, http://tmoi.org.uk
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3857/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Différentes pièces de soucis (de coton, coton soie et soie) sont présentées sur le site du Victoria and Albert Museum, http://tmoi.org.uk, numéros 131 à 141 ; et numéros 448 à 452. Ci-dessous n°131
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3857/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Soucis n°135 sur le site du Victoria and Albert Museum, http://tmoi.org.uk
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3857/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Soucis n°134 sur le site du Victoria and Albert Museum, http://tmoi.org.uk
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3857/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Tapsels, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 305. Les Arts Décoratifs, Paris
Crédits Photo Les Arts Décoratifs, Paris/Jean Tholance (photo soumise à accord préalable, rétrocession photo interdite)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3857/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Tapsels, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 306. Les Arts Décoratifs, Paris
Crédits Photo Les Arts Décoratifs, Paris/Jean Tholance (photo soumise à accord préalable, rétrocession photo interdite)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3857/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Titre Alaja, sous le nom elacha, Victoria and Albert Museum, n° 568. D’autres photos existent, sur le site : numéros 563, 564, et 538 sous le nom de elaiche.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3857/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Uddrussa, connu aussi sous le nom d’elacha, n°561 sur le site du Victoria and Albert Museum, http://tmoi.org.uk
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3857/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Sous le nom Kootnee, n° 569/570 sur le site du Victoria and Albert Museum, http://tmoi.org.uk
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3857/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 394k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable