Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Répertoire des tissus indiens importés en France entre 1687 et 1769‎

 | 
Colette Establet

II. Les différents tissus : approche descriptive

Les chittes

Texte intégral

1Comment mettre un peu d’image sur ces avalanches de noms ? Les affichettes de vente sont avares de descriptions. En revanche, dans les annonces détaillées des lots, soit avant soit après la vente, quelques détails éclairent la spécificité des textiles importés et vendus : les aunages en largeurs et longueurs, les couleurs et les dessins, s’ils sont mentionnés. Quelques voyageurs contemporains des ventes ont apporté leur propre éclairage sur des textiles dont on recherche si vainement les traces. Enfin, on n’oubliera pas la précieuse bibliographie générale citée page ? Existera peut-être alors la possibilité de proposer une image qualifiant des noms de tissus dont on a souvent perdu les caractéristiques : la matière ? La couleur ? Des rayures, des broderies, des liserés ? La taille de la pièce ?

2Enfin, tout espoir n’est pas perdu de retrouver, dans les collections et les musées, quelques échantillons, quelques images perdues, quelques pièces mêmes : un rêve si souvent formulé.

Les chittes

3Victimes de la prohibition, les chittes ou « perses » ou « indiennes », toiles de coton peintes, ne comptent que pour un peu plus de 2 % des tissus importés, en nombre et moins de 1 % en valeur. La prohibition ne les a cependant pas complètement exclues des cargaisons. Elles apparaissent avant tout en 1687, avant la prohibition ou certaines des années postérieures à 1759, lorsque s’adoucit la prohibition. Malgré la faible part des chittes dans les importations textiles indiennes, la bibliographie éblouie qui leur est consacrée est plus qu’importante : limitons nous, dans nos descriptions aux données des archives citées.

  • 1 Irwin John, Journal of Indian Textile History, Ahmedabad, Calico Museum of Textiles, 1996, I, p. 13
  • 2 Thévenot Jean, Relation d’un voyage fait au Levant, Paris, L. Billaine, 1664, III, p. 21.
  • 3 Irwin John, op. cit., p. 13.

4C’est en 1687 que ces toiles sont, dans les documents, les mieux détaillées. « Toiles peintes » a précisé le scripteur bien intentionné. 16840 pièces de chittes de Seronge, ont été vendues 68635 livres. « Le principal centre de toiles peintes écrit J. Irwin1 était Sironj, dans le Rajputana… mentionné pour la première fois en 1611. » La ville a été décrite par le voyageur français Thevenot.2 Dans la même vente, 1180 chittes « peintes des deux côtés, » ont été estimées 11761 livres. Les 41433 chittes d’Ahmedabad ont été moins prisées : s’agirait-il de cotons imprimés ? « les cotons imprimés et non pas peints provenaient surtout d’Ahmedabad », souligne Irwin3, sans être certain que tous les chittes d’Ahmedabad étaient imprimés et non peints. D’autres noms d’origine apparaissent dans les années suivantes : 1712, chittes d’Ahmedabad encore ; de Pondichery en 1721, 1741 et 1768, de Madras et de Patna ; en 1761 « chittes « chapés » du bengale, chittes de la côte. L’affichette de vente de 1777 donne aux chittes plusieurs origines : Gujarat, Surate, Madras, Patna et Marchaye.

5Les aunages varient : soit 7 aunes sur près d’une aune, soit 3 ½ à 4 aunes ; la pièce la moins longue doit être tout simplement une « demi pièce » dont l’existence est attestée en 1716 par le scripteur, qui précise même le tissu sur lequel a été réalisée l’indienne, du basin.

  • 4 Dermigny Louis, op. cit., p. 53.

6Le prix varie également. Quatre livres en 1687, pour les chittes de Séronje ; même valeur pour les chittes rouges de Séronje, mais plus du double, près de 10 livres pour les « toiles peintes des deux côtés » ; les chittes d’Ahmedabad, moins onéreuses, à 3,4 livres la pièce. En 1716-18 : entre 16,5 et 42 livres ; en 1768, de 13,5 à 15 livres pour les chittes de Pondichery ; les chittes de Madras, entre 30 et 39 livres. Dermigny4 évoque le cas de chittes de Madras, achetés 17 livres la pièce.

7Ces variations de valeur recouvrent certainement des variations de qualité, d’origine, voire même de technique : peinture ? Impression ? En l’absence d’images appliquées à ces tissus vendus, c’est le Catalogue de 1741 qui détaille le mieux ces pièces importées et vendues malgré la prohibition : 3 aunes 3/4 et plus, sur 11/12 : « de différentes couleurs et desseins, à fond blanc surtout, mais aussi à fonds jaune, vert, bleu et rouge » ; quelques pièces à « petits bouquets », d’autres « rayées comme ci-dessus . »

  • 5 Legoux, op. cit., p. 94.

8En 1687, d’autres cotonnades peintes entourent les simples chittes : 1330 couvertures de toiles peintes piquées, onéreuses, 261 l’une, onze « tours de lit » de chitte, à 52 livres la pièce en moyenne, dont on ne sait si ces couvertures et tours de lit sont ceux que Legoux décrit comme « tapis de lit », « espèce de courte pointe dont on couvre les couchettes…d’un seul lè et d’un dessin baroque pour la plupart…qu’il estime entre 80 et 160 livres la pièce, longue, dit-il de quatre aunes sur trois et demi, en une seule pièce» ; et des mouchoirs peints (à 21 livres la pièce à cette date), qui se retrouvent dans les ventes en 1729 et 39. Sont-ce les « mouchoirs à vignettes » décrits par Legoux, « autre espèce de toile peinte », sur percale, ou sur salampouris5 et estimés entre 1584 et 1848 francs la courge (ensemble de vingt pièces), soit entre 79 et 92 livres la pièce.

9Nous renvoyons le lecteur sur le site The Textile Manufactures of India http://www.tmoi.org.uk/​ qui présente de nombreux échantillons de chintz (toiles peintes) et ne présenterons ici que les échantillons qui figurent dans le catalogue des Arts décoratifs cité p. 97 et p. 11.

Toiles peintes, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 111. Les Arts Décoratifs, Paris

Toiles peintes, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 111. Les Arts Décoratifs, Paris

Photo Les Arts Décoratifs, Paris/Jean Tholance (photo soumise à accord préalable, rétrocession photo interdite)

Toiles peintes, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 97. Les Arts Décoratifs, Paris

Toiles peintes, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 97. Les Arts Décoratifs, Paris

Photo Les Arts Décoratifs, Paris/Jean Tholance (photo soumise à accord préalable, rétrocession photo interdite)

Notes

1 Irwin John, Journal of Indian Textile History, Ahmedabad, Calico Museum of Textiles, 1996, I, p. 13.

2 Thévenot Jean, Relation d’un voyage fait au Levant, Paris, L. Billaine, 1664, III, p. 21.

3 Irwin John, op. cit., p. 13.

4 Dermigny Louis, op. cit., p. 53.

5 Legoux, op. cit., p. 94.

Table des illustrations

Titre Toiles peintes, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 111. Les Arts Décoratifs, Paris
Crédits Photo Les Arts Décoratifs, Paris/Jean Tholance (photo soumise à accord préalable, rétrocession photo interdite)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3856/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Titre Toiles peintes, inv. BAD 6752 (GG4), album d’échantillons, 1789, p. 97. Les Arts Décoratifs, Paris
Crédits Photo Les Arts Décoratifs, Paris/Jean Tholance (photo soumise à accord préalable, rétrocession photo interdite)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3856/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable