Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Répertoire des tissus indiens importés en France entre 1687 et 1769‎

 | 
Colette Establet

I. Les textiles dans les importations des Compagnies des Indes

La nature des cargaisons textiles

Texte intégral

  • 1 Nicolas Brigitte, « La compagnie française des indes et le textile indien » in Le goût de l’Inde, 2 (...)

1Brigitte Nicolas, après avoir insisté sur l’importance des textiles dans les cargaisons remarquait : « Cela établi, il reste bien des interrogations, dont les deux suivantes : quelle était la nature de ces cargaisons de textiles ? Quels étaient leurs usages en France ? »1 Nous n’aborderons ici que la première de ces deux questions ; la seconde exigeant des sources complètement différentes de celles que nous utilisons.

Les difficultés de l’identification et de la classification

2Allons à l’essentiel, simplifions, oublions tous les noms de couleurs, oublions les fleurs, les rayures, les motifs, oublions les aunages, l’origine du tissu lorsqu’elle est indiquée : cantonnons nous à identifier et classer les noms des différents textiles répertoriés, près de 150, auxquels s’ajoutent des objets faits de tissus divers, qui sont des biens fabriqués et dont le nom est donné en français : mouchoirs, couvertures, tours de lit, cravates, jarretières et bas, broderies sans plus de précision, et autres.

3Identifier ces tissus, c’est se heurter à de nombreuses difficultés.

Problèmes de transcription phonétique tout d’abord

  • 2 Wellington D. C., French East India Companies, a historical account and record of trade, Oxford, Ha (...)

4L'identification de ces tissus n'est pas allée sans mal : les noms de ces produits sont en effet écrits par des scripteurs qui se fient à ce qu'ils entendent d'une langue qui ne possède pas les mêmes systèmes phonatoires, et transcrivent dans un alphabet latin des sons étrangers à cette langue. Le glossaire qui termine l’ouvrage de D. Wellington, The French East India Company,2 donne un excellent exemple de ces multiples variantes : ainsi, le textile bafta apparaît sous plusieurs formes : « bafta, baffetas, baffoted, baft, baftah, bufta, baff ». Les deribands sont aussi « des deriabads, deribadis, detehtdis ou derebands ». Les exemples sont nombreux.

5Le sens de tous ces noms, souvent d’origine arabe, persane, hindi et tamoul, nous échappe, ainsi qu’aux contemporains européens aux prises avec des langages inconnus d’eux. C’est J. Irwin, dont la formation linguistique est solide, qui essaie au mieux d’approcher le sens et l’étymologie de certains termes.

Les divergences des spécialistes

  • 3 Hobson-Jobson, A glossary of colloquial anglo-indian words and phrases, New Delhi Munshiran Manohar (...)

6Les définitions données par les spécialistes sont parfois contradictoires. Ainsi, le tissu Doreas-doria est défini dans Hobson-Johnson3 : « à l’origine, le doriya était fait de coton blanc ; mais maintenant, il est fait de soie, de soie et coton. » Dans le glossaire de Wellington, le même dorea se présente sous plusieurs formes : 1/ « mousseline ou cotonnade blanche, provenant du Bengale suivant Savary. » 2/ mélange de coton et de soie, à raies ou carreaux, 3/ « mélange de coton et de soie, belle à très belle qualité, venant du Bengale » d’après Chaudhuri. 4/ Doriah : « simple cotonnade blanchie. » Et pour J. Irwin : « tissu de soie et coton à rayures ou à carreaux tissé dans la région de Malda Kasimbazar. » Il faudra se résigner à ce que la classification proposée, après maintes hésitations et remaniements, soit cependant imparfaite.

  • 4 Nous avons particulièrement utilisé : Hobson-Jobson, A glossary of colloquial anglo-indian words an (...)

7Il a donc fallu « butiner » dans tous les nombreux ouvrages et dictionnaires qui rappellent les noms des tissus, dont nous donnons ci-dessous une liste non exhaustive.4

  • 5 Numéro d'inventaire G.G.4. in BAD G752 (CG4), album d’échantillon Le tissu, XVIIIe siècle.
  • 6 Nous n’avons pas pu accéder à la Collection Krishna Ribout, conservée au Musée Guimet.

8Il faudrait également essayer de reconstituer l’apparence de ces pièces. Les textiles, fragiles, n’ont laissé que de rares témoignages matériels de leur existence. L’édition de 1867 des 18 volumes de Forbes Watson conservée à Londres au Victoria and Albert Museum illustre cependant, à l’aide de nombreux échantillons, certains de ces tissus importés par les Compagnies. B. Nicolas, conservatrice du Musée de la Compagnie des Indes à Lorient, s’attache à présenter des images de ce monde disparu ; elle nous a signalé l’existence d’un catalogue du Musée des arts décoratifs, à Paris, le Recueil des échantillons des toiles et des toileries fabriquées en France et en Angleterre, daté de 1789, collection des Arts décoratifs5. Dans ce catalogue sont présentés des échantillons de textiles qui imitent les tissus indiens. Les photos que nous représentons sont issues de ces deux sources6.

La classification proposée

9La classification des textiles adoptée comporte, comme toute classification, une part d’arbitraire. Classer, c’est ranger ; on hésite, on déplace, on perd, on replace... et on recompte !

10La base de ce classement difficile repose sur les données mêmes des scripteurs d’affiches et du catalogue de 1741 qui, tout en énumérant les tissus proposés à la vente, propose parfois des définitions générales. Les remarques des voyageurs commerçants, Legoux de Flaix en particulier, permettent également l’identification de ces tissus maintenant disparus, dont ils notent, pour chacun d’entre eux, les différentes variétés et qualités.

Les classifications d’époque permettent un premier « rangement »

  • 7 HH225/54 1729.

11Dans certains des catalogues qui présentent aux acheteurs potentiels les cargaisons des vaisseaux, les scripteurs proposent d’abord une première classification de l’ensemble des marchandises importées, tissus et autres :
« Chapitre premier : « des marchandises sujettes à la marque comme mousselines, toiles de coton blanches, et mouchoirs de cotton de Bengalle et de Masulipatam.
Chapitre second : des drogueries et épiceries, soyes ecrüe, tany et de Pékin et cotton filé sauf les déchets...et porcelaines.
Chapitre troisième : contenant les toiles teintes et rayées de couleurs dont l’usage et le débit sont prohibés dans le royaume. »7

  • 8 CAOM, C2/16/182.

12En ce qui concerne les seuls textiles, quelques rédacteurs d’affiches, catalogues, listes de vente, et autres ont établi, eux-mêmes, quelques descriptions. C’est sur elles que nous établirons une première classification. Ainsi, en 16918, le scripteur énumère le contenu de la cargaison du vaisseau le Lonray : sous un titre « Etoffes de soye », il a inscrit, taffetas, armoisins, étoffes écorce d’arbre, satins, mouchoirs de soye ; sous l’étiquette mousselines et toiles de coton : doréas, casses, sanas ou amans, mallemolles, tangebs, bétilles, salampouris blancs, garas, adatays, basins, mêlant alors dans une même catégorie, mousselines et toiles ; ou encore « 265 balles de toiles de coton fines, la plupart mousselines claires et rayées. »

  • 9 HH201/3.

13En 17149, un scripteur a écrit, à la main, « mousselines », en face de mallemolles, casses, tanjebs, terindins, tocques, doreas, mallemolles brodées, tangebs brodés, jamdanis, sacerbatis. Il a aussi inscrit les indications « prohibées » en face d’autres marchandises : boulboule chamay ou bazins à carreaux, salempouris bleus, guinées bleues, fottes, bolsas ou couris, guingans, nilae, pinasse, alibanis, calladaris, ballasor, mouchoirs de Pondichery, mouchoirs du Bengale. »

  • 10 HH202.

14En 171610, sur une affichette concernant la vente des marchandises apportées des Indes Orientales par les navires le Mercure et la Vénus, arrivés à Brest et à Nantes le 25 février et celles du navire le Jason, un autre scripteur anonyme, et bien intentionné, a noté, de façon manuscrite et pour une raison inconnue, le type des tissus présentés à la vente. Il a inscrit « toilles grosses de coton » devant les salempores blancs, les garas, les baffetas blancs, les guingans blancs ; « toiles grosses et fines » devant les guinées blanches, les percalles, les socretons ; « toiles fines de coton » devant les sanas et les sologasis, « espèce de sanas » ; « mousselines très claires » devant les chavonis, les bétilles, les toques tarnatane et diverses ; « mousselines » devant les « organdins » divers, les casses et même des pièces cravates ; « fines mousselines » devant les mallemolles , « mousselines très fines » devant les térindannes, les sarabartis, les terindins ; « mousselines doubles » devant les tangebs ; « mousselines rayées » devant les doréas.

15Ces quelques précieuses indications fournies par les scripteurs « d’époque » s’adressant à des acheteurs potentiels permettent un premier rangement de nombre de tissus en toiles de coton grosses et fines, en mousselines.

16La même affichette de 1716 présente les noms et quantités des « marchandises qui doivent être vendues pour être envoyées à l’étranger », c’est à dire des marchandises prohibées. Devant les alibanis, « toilles bleues rayées » ; « toiles peintes » devant les chittes ; « toiles rayées » devant les chilas ; « mousselines rayées à fleurs » devant les skinkerques ; les mamobobanis, « mousselines rayées de fil écru » ; « mousselines rayées de soie » devant les soucis ; « taffetas » devant les arains, « taffetas à fleurs de soie » devant les jamavars ; « mousselines rayées d’écorce » devant les nelis, les guingans, les armoisins ; « prohibées », les soieries, quelques toiles de coton peintes, rayées ou de couleurs et des mousselines dans lesquelles apparaissent la soie.

Les classements des voyageurs commerçants 

  • 11 Blancard, Pierre, Manuel du Commerce des Indes orientales et de la Chine, Paris, Bordeaux, 1806, da (...)

17Enfin, certains voyageurs ont parfois aussi laissé des témoignages vivants de leurs trouvailles. Ils font étalage de leurs difficultés, dont témoigne la constatation de P. Blancard : « La connaissance des toiles et des mousselines dépend de l’habitude de les considérer. »11

  • 12 Roques, Georges, La manière de négocier aux Indes 1676-1691, texte présenté et annoté par Valérie B (...)
  • 13 Legoux, p. 270. Les exportations …de cette partie de l’Hindoustan sont considérablement diminuées d (...)

18Nous utiliserons « La manière de négocier aux Indes de Roques 12, si vivant et riche d’enseignements, ouvrage qui correspond à des voyages effectués avant tout dans le Gujarat plus d’un demi-siècle avant la moitié du XVIIIème. Par la suite, les textiles du Gujarat ont perdu leur place majeure dans les exportations.13 Cependant, se déplaçant vers Sironj, Roques décrit les pièces réalisées à la fin du XVIIème siècle provenant de régions extérieures au Gujarat.

  • 14 Legoux de Flaix, Alexandre, 1807, Essai historique, géographique et politique sur Indoustan : avec (...)

19Les descriptions de Legoux de Flaix14 seront maintes fois citées. L’« Essai historique, géographique et politique sur l’Indoustan avec le tableau de son commerce, ce dernier pris dans une année moyenne depuis 1702 jusqu’en 1770 » ; bien qu’édité en 1807, il est presque contemporain des affichettes et catalogues traités.

  • 15 Blancard P. Manuel du commerce des Indes orientales et de la Chine, 1806, Bernard, Quai des Augusti (...)

20Signalons également Le manuel du commerce des Indes orientales et de la Chine de Pierre Blancard, édité en 1806. 15 Blancard avait été chargé, en 1770, de la gestion des opérations commerciales de la frégate la Thétis et avait fait six voyages en Inde dans les années suivantes.

21Legoux de Flaix (p.4) expose d’abord un premier moyen de classification adopté, dit-il, par les marchands de son temps, une classification par matériau, et par couleur : soie, toiles, fines, communes, blanches, de couleurs. De cette description, le mélange soie-coton est exclu.

  • 16 Legoux, op. cit‎., p.17.
  • 17 Blancard P. op. cit‎., p.230.
  • 18 Legoux, op. cit‎., p. 345.

22À plusieurs reprises, Legoux16, comme Blancard17 distingue « toiles et mousselines ». Legoux donne même l’étymologie du terme mousseline : « masséli, mot indou que nous ne pourrions traduire exactement... et dont a vraisemblablement fait le mot mousseline. »18

23Mais, dès que l’on aborde la description des toiles blanches, la situation se complique.

  • 19 Legoux, op. cit‎., p.17.
  • 20 Legoux, op. cit‎., p. 357.

24Legoux19 se hasarde à présenter et classer les tissus de coton de façon plus précise, à propose des méthodes de blanchissage, en toiles fortes, fines et mousselines : « les toiles fortes ou communes : par exemple, les baffetas, les amames, les guinées ou les garas » ; puis « les toiles superfines, les mousselines, les organdis, les doréas et toutes les espèces de bétilles » ; et enfin les toiles comprises de nouveau sous le nom de toiles fortes, qui ne sont pas des toiles « communes », les percales, les amames et les casses, telles que seraient en Europe les courtrai, les toiles de Hollande, et même nos belles batistes » Constatons donc que les amames sont classées à la fois dans les toiles fortes communes et les toiles fortes de bonne qualité. Même contradiction à propose des baffetas : « le baffetas quoique porté dans la classe des toiles fines et rangé dans celle des toiles fortes...».20

  • 21 Legoux, op. cit‎., p. 357.
  • 22 Blancard p., op. cit., p. 221.
  • 23 Legoux, op. cit‎., p.3.
  • 24 Nicolas Brigitte. « La compagnie française des indes et le textile indien », in le goût de l’Inde, (...)

25Ces confusions, voire divergences, se comprennent : en réalité, la qualité des textiles est diverse. Legoux explique d’ailleurs à propos des baffetas : « Les qualités varient infiniment car on en fait de très fins et d’autres sont aussi grossiers que les garats. »21 Blancard22 insiste aussi sur l’importance des variétés dans chacun des textiles : « Les toiles telles que les tarnatanes, les organdis, les bétilles, les mouchoirs organdis et stinkerques, ainsi que les percales... se désignent par la première, seconde troisième qualité, ainsi que par leur longueur et leur largeur. » Le Catalogue de 1741 (et la plupart des autres catalogues étudiés) présente ainsi les variétés de chacun des textiles : cinq types de « guinées blanches sorte hollandaise » distinguées par différents aunages de longueur et de largeur, deux variétés de « guinées de Masulipatam », quatre d’organdis, huit de casses, six de tanjebs, etc. Legoux23 insiste sur ce qui donne au textile sa qualité : « On connaît six espèces de guinées du nord. Elles reçoivent toutes leurs dénominations du nombre de conjons dont elles se composent. Le mot conjon, de l’idiome Télinga, signifie 120 fils... De quelque nombre de conjons que soit une pièce de guinée, la largeur de la pièce n’en augmente pas pour cela, elle n’est seulement que plus fine. Les différentes espèces de cette toile sont celles de 19 conjons, 23, 26, 32 36 et de 50. » B. Nicolas explique : « La qualité du tissage se mesure en conjons, c’est à dire au nombre de fois où 120 fils de chaîne se présentent dans la largeur…Plus le nombre de conjons est important, plus la toile est fine. » Elle propose, dans la foulée, une classification des cotonnades blanches : les grossières, les ordinaires, les fines et les très fines. Il s’agit…par ordre croissant de finesse, des garas, des baffetas, des guinées et des percales. » 24

26La recherche a été longue, lassante, hasardeuse, parsemée d’embuches, elle n’a pas cependant été vaine. La plupart de ces variétés de tissus ont été reconnues et rangées dans des tiroirs un peu branlants, un peu désordonnés, dont il faudra les sortir pour les identifier avec plus de finesse, les décrire, et, si possible, pour en donner une image concrète. On se limitera, la plupart du temps, dans cette longue énumération, aux textiles rencontrés dans nos archives. D’autres tissus existent qui ont échappé aux ventes dont les catalogues, pendant ces 39 années, nous sont parvenus.

27Quelques rectifications ont été apportées dans les listes de Wellington. Le terme « pacotille » ne désigne pas un tissu, mais un certain type de marchandise. L’analyse des données permet de conclure que certains textiles apparaissent plusieurs fois dans les listes de Wellington, avec des orthographes différentes. Lorsque les halibannies figurent dans les importations de telle ou telle année, les alabannies n’y figurent pas et inversement : les habanis recensés, en fin de période, apparaissent lorsque ni halibannies ni alabannies ne sont évoqués, et seraient encore une variante de ces alabannies, qui a donné du fil à retordre (c’est le cas de dire) aux scripteurs ; le même terme apparaît aussi en 1737 sous le nom haby bani. De même pour les amans et hamans : en 1699 et 1710, le terme aman est utilisé, les autres années, c’est haman. (La même méthode d’analyse révèle que, dans les tableaux, lorsque il y a du aman, il n’y a pas de haman et vice versa). Enfin, pour les mêmes raisons, challlis, chalia, et chila désignent un seul et même tissu. De même, les canadaris et les caladaris.

  • 25 Legoux classe les textiles par par origine géographique. Marchandises de la Côte de Coromandel : gu (...)

28Différences de qualité, différences d’aunage, peut-être également variations dans le temps des qualités des tissus présentés, ces imprécisions n’interdisent cependant pas un classement peut-être grossier des 6 491 205 pièces, réalisé avant tout grâce aux indications de tous les scripteurs et auteurs cités ci-dessus 25: toiles de coton, grosses et fines, blanches, et de couleurs, mousselines, mouchoirs, stinkerques, cravates, soieries, tissus coton-soie, toiles peintes.

29Inclassables ont été 832 pièces de « pacotille » ; deux exceptionnels lots de velours ; quelques 100 « camelots de laine ». Et quelques tissus dont nulle trace n’a été retrouvée dans nos archives, ni dans les récits, ni dans les dictionnaires et glossaires divers ; à l’exception de 2892 pièces de fottamura, ces derniers sont peu représentés : « 20 pièces d’annabas dont on sait, par Savary, qu’elles étaient des « pagnes qui se font à Rouen et en Hollande, qui sont rayés de bleu, ou de blanc par rayes égales, d’environ un pouce de large…une des meilleures marchandises pour le commerce de Guinée et particulièrement la côte d’Angola. » Certes, ces annabas sont des pièces présentes dans les cargaisons négrières, mais elles ne proviennent pas des Indes..et l’on se demande pourquoi 20 pièces font partie des ventes de cargaisons indiennes.

30Échappent également à la classification quelques jarretières, manchettes, ceintures, et autres pièces toutes faites et rares, sur lesquelles on reviendra. Et d’obscures « marchandises de Dacca, ou de Patna », plus de 23 000 pièces dont scripteur a omis de donner le détail. On ne saura non plus pas grand-chose sur les textiles uniquement qualifiés de « broderies » ; cependant, leur quantité n’est pas à négliger, 15 922 pièces qui s’ajoutent sans doute au groupe des mousselines brodées sur lesquelles le scribe donne plus de détails.

Proportion en nombre et en valeur des différents tissus importés 

31En nombre
Le tableau suivant expose le nombre de pièces importées classées suivant la nature du tissu, et la part de chaque étoffe dans l’ensemble des importations.

Tableau 3 : Part de chaque groupe d’étoffes (en nombre et en proportion) dans l’ensemble des importations

Toiles diverses de coton

3393849

52,3

Mousselines

1907396

29,4

Mouchoirs et stinquerques

677742

10,4

Toiles peintes

151032

2,3

Tissus coton soie

146684

2,3

Tissus de soie

99687

1,5

Cravates

74587

1,1

Inclassables

40228

0,6

Total (en nombre de pièces)

6491205

100,0

32De loin en tête, les toiles de coton variées, fines et grosses, blanches, rayées, de couleur, auxquelles on peut ajouter la plupart des mouchoirs et certaines des cravates, à eux seuls, près des 2/3 des ventes ; puis les mousselines, souvent de coton ; les « indiennes » ou chittes ou toiles peintes et les tissus coton-soie n’arrivent qu’en lointaine troisième position, loin derrière les cotonnades ; les soieries sont peu représentées.

  • 26 Nicolas Brigitte, op. cit‎., Le goût de l’Inde, p.23.

33B. Nicolas avait souligné l’importance des toiles de coton parmi les textiles importés qui met en cause une opinion dominante : « cette part du commerce est assez éloignée du commerce de luxe souvent associé à l’image de la Compagnie. »26

Évolution

  • 27 Nicolas B. Le goût de l’Inde, op. cit‎., p. 28.

34Il n’y a pas beaucoup de changement, pendant cette période, dans les types de textiles importés. A une exception près : les toiles peintes et imprimées, les « indiennes ». Plus de 78 000 pièces d’indiennes en 1687, 32 000 en 1699, moins de 800 dans les années suivantes, une remontée en fin de période, en particulier en 1761. C’est évidemment la prohibition qui a limité les importations de toiles peintes et imprimées : « La prohibition sur les toiles imprimées imposée de 1689 à 1759 est dure…Elle frappe d’interdiction leur vente, leur port et leur fabrication. »27 La mise en suspens de l’interdiction, en 1759, explique sans doute la remontée des importations d ‘indiennes en 1761, plus de 10 000 pièces. Les indiennes ont pourtant frappé d’admiration les contemporains…et les historiens, éblouis : dans l’ouvrage, Le goût des Indes, toute la partie concernant le transfert des technologies est consacré aux indiennes ; et, dans l’ensemble de la bibliographie consacrée aux importations textiles indiennes, la proportion d’ouvrages traitant des « indiennes » est considérable. Le bel arbre cache la forêt.

35En valeur
Les sources sont moins nombreuses, et moins détaillées. Wellington, dans son tableau 10, a pu retrouver le montant des biens vendus pour seulement huit années dont les comptes rendus de vente ont été conservés. Et le tableau ignore la valeur de bien des tissus, les moins fréquemment cités. Nous fonderons notre analyse sur ses données, vérifiées.

  • 28 AOM, 25 DFC-96-145.
  • 29 Margoline-Plot E. Les Pacotilles d’indiennes, la Boutique et la mer, thèse soutenue à l’université (...)

36Certaines sources, partielles, concernant d’autres années, existent qui permettent de trouver une estimation précise du prix de chaque tissu, suivant sa qualité, son aunage : ces éléments seront utilisés dans la partie suivante consacrée à l’examen de chaque textile. Un document28, particulièrement utile et cité par E. Margoline-Plot29 donne le détail des prix, en pagodes, en roupies, à la pièce, à la courge, de marchandises de la côte de Coromandel et du Bengale.

  • 30 Hauser Henri., Recherche et documents sur l’histoire des prix en France de 1500 à 1800, Paris, Les (...)

37On ne peut évoquer la valeur particulière des textiles sans vérifier le mouvement général des prix pendant cette période. H. Hauser30 constate : « On distinguera, de 1500 à 1800, trois périodes…à savoir : A/ Période d’un grand mouvement de hausse, XVIème et première partie du XVIIème siècle ; puis B/…palier ou baisse, jusqu’au troisième et quatrième quart du XVIIIème siècle ; et ensuite C/ nouvelle période hausse allant de la fin du XVIIIème siècle au début du XIXème. » Ces variations n’empêchent donc pas une réflexion sur la valeur de ces biens de 1687 à1768.

  • 31 Dermigny, op. cit‎., p. 423.
  • 32 Le mot est traduit « apprêteurs » par Dermigny, op. cit‎., p. 420.

38Les prix varient en fonction de la qualité des pièces (nombre de conjons), qui, elle-même, est liée à l’époque à laquelle les achats sont faits, comme Dermigny31 le souligne : « Trois causes principales qui font hausser ou baisser la marchandise… la cherté du riz et quelquefois le manque de la récolte de coton… Il faut saisir le moment pour acheter…Toutes les toiles qui se fabriquent chez les tisserands depuis janvier jusqu’en février sont faites avec du coton de l’année précédente et il est démontré que plus il est vieux, plus le fil qu’il produit est fin et moins il grossit au lavage. Les toiles fabriquées dans les mois ci-dessus sont mieux soignées par les raffougois32 qui n’étant pas très occupés dans ces temps-là, portent plus d’attention à leur travail, ce qui contribue… à la perfection plus ou moins grande des toiles… tandis que le raffouga, depuis juin jusqu’en octobre… où les tisserands suspendent leurs travaux des manufactures pour se livrer à la récolte du riz, pressé dans son travail, n’y porte plus la même attention. »

39En huit années, le commerce des seuls tissus atteint la somme de 35 002 158 livres, en moyenne 4 375 270 livres par an. Cette moyenne ne signifie pas grand-chose, car la valeur des importations varie beaucoup d’une année sur l’autre.

40Les textiles ont été classés comme dans le paragraphe précédent : toiles de coton variées, mousselines, indiennes, cravates, mouchoirs et stinkerques, tissus mélangés de coton et soie, soieries. Certaines des données sont imprécises : en 1758, un scripteur pressé a seulement indiqué le montant des ventes sans en préciser la nature, 6 994 789 livres ; en 1767, il est fait allusion à des « marchandises de Dakka » (700 443 livres), à des « marchandises de Patna » (157 891 livres), sans plus de détails, ainsi qu’à des « broderies du Bengale » (192 176 livres) ; en 1768, à 414 419 livres de « broderies »s sans précision. Il faut abandonner tout espoir de définition précise de ces textiles, que l’on considérera comme « inclassables ».

41Dans un premier temps, cependant, nous essaierons d’estimer la part prise par chacun de ce groupe de tissus :

Tableau 4 : Valeur en chiffres absolus et en proportion de tous les groupes de tissus

Valeur en livres

Pourcentages

Inclassables

8 460 718

24,2

Toiles coton

15 530 494

44,4

Mousselines

7 884 322

22,5

Mouchoirs

2 043 588

5,8

Soieries

393 145

1,1

Coton soie

301 973

0,9

Indiennes

239 560

0,7

Cravates

84 817

0,2

Stinquerque

63 541

0,2

Total valeurs

35 002 158

100,0

42Dans un deuxième temps, éliminons des comptes ces « inclassables » :

Tableau 5 : Valeur en chiffres absolus et en proportion de tous les groupes de tissus, sans les inclassables

Valeur en livres

Pourcentages

Toiles coton

15 530 494

58,5

Mousselines

7 884 322

29,7

Mouchoirs

2 043 588

7,7

Soieries

393 145

1,5

Coton soie

301 973

1,1

Indiennes

239 560

0,9

Cravates

84 817

0,3

Stinquerque

63 541

0,2

Total valeurs

26 541 440

100,0

43La part de toutes toiles de coton, blanches, de couleur, teintes, est prédominante, responsables de plus de 58 % du produit des ventes, que renforce encore la valeur des mouchoirs, la plupart du temps faits de coton, et l’on arrive alors aux deux tiers des ventes.
La part des mousselines atteint presque le tiers.
Les soieries comptent pour moins de 2 % des tissus importés. Les tissus mélangés coton et soie, les indiennes n’arrivent pas au 1 %.

44On peut cependant nuancer le tableau, estimant que les mousselines occupent une place plus importante. En effet, les marchandises de Dakka » (700 443 livres), et les marchandises de Patna (157 891 livres) font peut-être partie des célèbres mousselines du Bengale ; ainsi que les broderies du Bengale (192 176 livres) et les « broderies », sans précision, (414 419 livres) : on verra par la suite que les broderies étaient souvent effectuées sur mousselines. Si l’on ajoute la valeur de ces incertaines mousselines à la valeur de l’ensemble des tissus (diminués des simples « tissus » non définis), la part des mousselines augmente de plus de 5 %, atteignant plus du tiers, près de 35 % de l’ensemble de la valeur des textiles importés. En nombre de pièces, les mousselines représentaient moins de 30 % des textiles ; en valeur près de 35 %. L’attention portée en deuxième partie à la description et au prix de chaque pièce indique que cette hypothèse est plausible : les mousselines sont chères.

Notes

1 Nicolas Brigitte, « La compagnie française des indes et le textile indien » in Le goût de l’Inde, 2008, Gérard Le Bouëdec et Brigitte Nicolas (dir.), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008, p.20 à 31.

2 Wellington D. C., French East India Companies, a historical account and record of trade, Oxford, Hamilton Books, 2006, p.214.

3 Hobson-Jobson, A glossary of colloquial anglo-indian words and phrases, New Delhi Munshiran Manoharlal Publishers Pvt Ltd, 1994.

4 Nous avons particulièrement utilisé : Hobson-Jobson, A glossary of colloquial anglo-indian words and phrases, New Delhi, Munshiran Manoharlal Publishers Pvt Ltd, 1994 ; l’ensemble des articles de John Irwin (“Indian textile trade in the seventeenth century, Journal of Indian textile History, Calico Museum of Textiles, Ahmedabad, India, 2ème édition, 1996), spécialiste des tissus et qui est au contact proche des nombreuses langues indiennes parlées dans les différentes régions du subcontinent ; l’ouvrage de Chaudhuri K.N. The trading world of India and the English East India Company, 1660-1760, Cambridge University Press, Londres, version digitalisée de 2006 de l’ouvrage imprimé en 1978. ; l’ouvrage, et en particulier le Glossaire de D. Wellington, The French East Indian Companies, Oxford, Hamilton Books, 2006 ; Le goût de l’Inde 2008, Gérard Le Bouëdec et Brigitte Nicolas (dir.) Rennes, PUR, 2008 ; les documents d’archives présentés par Dermigny Louis dans Cargaisons indiennes, Solier et Cie, Paris, SEVPEN, 1959-1960. Son glossaire des marchandises, des mesures et des monnaies, quoique un peu plus tardif (1781-1793), ses notes sur les toiles de l’Inde vendues à la Martinique (prix de vente et même affichage du bénéfice réalisé), ont été infiniment précieux.
Ajoutons que de nombreux dictionnaires : Savary des Brulons Jacques, Dictionnaire universel de commerce : contenant tout ce qui concerne le commerce qui se fait dans les quatre parties du monde, 2 vol., Paris, Jacques Estienne, 1723 ; Flachat, Jean-Claude, Observations sur le Commerce et sur les Arts d’une partie de l’Europe, de l’Asie, de l’Afrique et même des Indes Orientales, Lyon, Jacquenot, 1766. ; Birdwood George C. M., The industrial Arts of India with map and woodcuts, 2 vol, 1880., South Kensington Museum Art Handbooks, Londres, Chapman and Hall. Forbes Watson, The textile manufactures and the costumes of the people of India, 1867, Londres ; Hardouin-Fugier Elizabeth. Berthod Bernard, Les Etoffes, Chavent-Fusaro, Paris, Les éditions de l’armateur, 1994.

5 Numéro d'inventaire G.G.4. in BAD G752 (CG4), album d’échantillon Le tissu, XVIIIe siècle.

6 Nous n’avons pas pu accéder à la Collection Krishna Ribout, conservée au Musée Guimet.

7 HH225/54 1729.

8 CAOM, C2/16/182.

9 HH201/3.

10 HH202.

11 Blancard, Pierre, Manuel du Commerce des Indes orientales et de la Chine, Paris, Bordeaux, 1806, dans sa version reprint, Nabu Public Domain Reprints, 4 novembre 2011, p. 231.

12 Roques, Georges, La manière de négocier aux Indes 1676-1691, texte présenté et annoté par Valérie Bérinstain, Ecole Française d’Extrême-Orient, 1996, Paris, Maisonneuve et Larose, 1996.

13 Legoux, p. 270. Les exportations …de cette partie de l’Hindoustan sont considérablement diminuées depuis plus d’un demi-siècle.

14 Legoux de Flaix, Alexandre, 1807, Essai historique, géographique et politique sur Indoustan : avec le tableau de son commerce : ce dernier pris dans une année moyenne, depuis 1702 jusqu'en 1770, époque de la suppression du privilège de l'ancienne Compagnie des Indes Orientales, Paris, Pougin.

15 Blancard P. Manuel du commerce des Indes orientales et de la Chine, 1806, Bernard, Quai des Augustins, dans sa version Reprint, Nabu Public Domain Reprints, 4 novembre 2011.

16 Legoux, op. cit‎., p.17.

17 Blancard P. op. cit‎., p.230.

18 Legoux, op. cit‎., p. 345.

19 Legoux, op. cit‎., p.17.

20 Legoux, op. cit‎., p. 357.

21 Legoux, op. cit‎., p. 357.

22 Blancard p., op. cit., p. 221.

23 Legoux, op. cit‎., p.3.

24 Nicolas Brigitte. « La compagnie française des indes et le textile indien », in le goût de l’Inde, op. cit‎., p.22.

25 Legoux classe les textiles par par origine géographique. Marchandises de la Côte de Coromandel : guinées, percales, salampouris, mouchoirs divers, chites, dorés ou bétilles, organdis, jamdanis, basins, guingans, pinasses, demi guinées bleues ; marchandises du Bengale : nensouques, mallemolles, casses, amames, baffetas, garats, doréas du Gange, sirsakas, sistresays et canadaris, mouchoirs, steinkerques, soies. Il évoque également les marchandises de Surate dont nous ne trouvons évidemment nulle trace dans ce catalogue. (op. cit‎., p. 435-437)

26 Nicolas Brigitte, op. cit‎., Le goût de l’Inde, p.23.

27 Nicolas B. Le goût de l’Inde, op. cit‎., p. 28.

28 AOM, 25 DFC-96-145.

29 Margoline-Plot E. Les Pacotilles d’indiennes, la Boutique et la mer, thèse soutenue à l’université de Bretagne-Sud, 2014.

30 Hauser Henri., Recherche et documents sur l’histoire des prix en France de 1500 à 1800, Paris, Les Presses modernes, 1936, p.70.

31 Dermigny, op. cit‎., p. 423.

32 Le mot est traduit « apprêteurs » par Dermigny, op. cit‎., p. 420.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable