Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Répertoire des tissus indiens importés en France entre 1687 et 1769‎

 | 
Colette Establet

Introduction et sources

Texte intégral

1Un catalogue, conservé au Service historique de la Défense à Lorient, présente la « Disposition de la vente des marchandises » apportées des Indes, puis de Saint Domingue, puis de Chine. Dans ce catalogue, épais de 351 pages, prévu pour être porté à la connaissance de marchands acheteurs, les marchandises sont énumérées dans le détail : numéros et marques des balles, nombre de lots, nombre de pièces ; et, pour les tissus, aunage des pièces nommées, quantités, parfois description et état des tissus à l’arrivée.

2Ces marchandises sont arrivées le 20 et 29 avril, le 5 et 24 mai, le 18 juin, le 7 et le 8 août 1741 au port de « l’Orient », apportées par plusieurs vaisseaux armés par la Compagnie des Indes : l’Apollon, l’Hercule, le Lys, le Maurepas, le Saint Geran, le Fulvy et le Phoenix ; ils viennent de l’Ile de Bourbon, de Pondichery, du Bengale et de Moka. Le 16 juillet et le 8 août de la même année, le Neptune et le Jason, provenant de Chine, pénètrent le port. La Vestale, l’Aurore et la Flore, dont la date d’arrivée n’est pas indiquée, ramènent de Saint Domingue quelques maigres lots de sucre, d’indigo, de café et de coton.

3Le 25 septembre 1741, et les jours suivants, dans la salle de la Compagnie, les marchandises importées sont proposées à la vente.

4Comme la tombe de Toutankhamon permettait d’approcher les éléments d’une civilisation matérielle égyptienne disparue, ce document exceptionnel témoigne de tout ce que la France attendait de l’Orient, du moins de la Côte de Coromandel, du Bengale et de Chine, en cette moitié du XVIIIe siècle, bois rouge et de sapan, thés divers, poivre, café de Moka et de Bourbon, tissus, cauris, encre, indigo, rotins, paravents, sucre, laque, porcelaines de Chine diverses.

5En 1741, les 4 177 lots de tissus présentés dans le catalogue constituent l’essentiel de la cargaison : sur eux seuls se portera donc notre attention.

  • 1 Colette Establet, « Le raz de marée des tissus de la vente de 1741 », in Les Compagnies des Indes, (...)

6Les résultats d’une première exploration ont été brièvement présentés dans l’ouvrage Les compagnies de Indes1 : part des textiles dans la vente de 1741 par rapport aux autres importations, énumération des tissus, « rangés » dans les tiroirs d’une classification proposée, toiles, mousselines, tissus coton soie, indiennes, soieries, mouchoirs, etc.

7Les tiroirs sont remplis de cent huit noms de tissus différents, des noms qui laissent perplexe et insatisfait : à quoi ressemblait la pièce ? Quelle en est la texture, quelle en est la couleur, quelle est sa finesse ? À ces objets du quotidien, il manque la matérialité, l’aspect sensuel. On aimerait voir, regarder, toucher. De ces tissus fragiles, que reste-t-il ? Certains musées, parfois, possèdent bien dans leurs collections de ces tissus « en chair et en os », sur lesquels, la plupart du temps, aucun des noms que l’on trouve dans les affiches des ventes n’a été posé.

8L’étude du catalogue de 1741, une année parmi tant d’autres, est si riche en enseignements sur les tissus qui ont le plus intéressé les marchands qu’elle a suscité un projet plus large : tenter une exploration plus systématique des cargaisons de textiles débarquées et vendues dans nos ports, pendant une longue période de près d’un siècle (1687-1769).

9La qualité des sources autorise le défi.

Sources

10Si Le Catalogue de 1741 présente, avec une extrême précision, les noms, les quantités, les lots de toutes les marchandises arrivées à Lorient à la fin du printemps et au début de l’été 1741, d’autres types de documents permettent d’aborder la question essentielle des ventes, à Nantes, à Lorient, à Saint Malo.

  • 2 Haudrère Philippe, La Compagnie française des indes au XVIIIe siècle, Paris, ed. Les Indes savantes (...)
  • 3 Haudrère Philippe, op. cit., p. 315.

La « publicité des ventes, [qui] se fait en deux temps. Immédiatement après l’arrivée d’un vaisseau, de longues et étroites bandes de papier portant l’indication des quantités et une description succincte de la cargaison sont adressées aux principaux négociants ; puis deux mois avant la vente, une seconde liste est envoyée. Elle précise la date de la vente ; puis elle donne la liste et la quantité des produits mis en vente… Quelques jours avant le début de la vente, des affiches apposées à proximité de la salle rappellent les conditions de paiement… Des échantillons des marchandises sont exposés, et on distribue aux présents des listes détaillées avec la composition de chaque lot. »2Telle est la « disposition des marchandises » de 1741. « À l’issue de chaque vente, l’imprimeur de la Compagnie publiait une liste avec le prix atteint par chaque lot »3, un compte rendu des ventes où figure également, parfois, le nom de l’acquéreur.

11Ces documents, affichettes, billets d’adjudication et comptes rendus des ventes, inégalement répartis dans le temps autorisent une connaissance large et quantifiée de l’ensemble des importations. Si les diverses affichettes apportent de nombreuses données sur les quantités de biens, vendus la plupart du temps à Lorient, rares, malheureusement, sont les documents qui permettent l’évaluation des biens. Enfin, les échantillons manquent complètement, évidemment disparus, une absence qui nuit gravement à la connaissance matérielle des tissus.

  • 4 Wellington D.C. French East Indian Companies, a historical account and record of trade, Oxford, Ham (...)
  • 5 ANOM C2/272, f 31 à 34, HH226/40.
  • 6 Wellington D.C., op. cit., p. 144.

12Donald Wellington, de l’Université de Cincinnati a publié un ouvrage French East Indian Companies, sur l’histoire des Compagnies et de leur organisation, et il consacre une partie entière à l’étude du commerce réalisé entre 1687 et 17684. Il a accumulé des trésors de données puisées dans les différents centres d’archives de Lorient, Nantes, Aix en Provence et Paris, qu’il présente en annexe dans une série de tableaux. Nous avons vérifié les données de Wellington, justes, à quelques minimes erreurs près qui ont été corrigées. Les comptes de Wellington sont d’autant plus remarquables qu’il lui a parfois fallu repérer et trouver les affichettes de vente correspondant à plusieurs arrivées de bateaux. Ainsi, en 1726, Le Saint Louis est arrivé le 10 septembre à St Malo, la Syrenne venant de Pondichery et du Bengale sont arrivés tardivement le 20 septembre à l’Orient ; à leur suite, le Duc de Chartres, le Neptune et l’Apollon, puis le Vierge de Grace venus du Bengale ; puis le Mercure et le Danaé venant de Canton, enfin le Jason et l’Argonaute venant du Bengale. Wellington a rassemblé les données des différentes affichettes de vente dans un seul document pour l’année 1726. La même remarque s’applique à l’année 1731. À Aix, et Nantes deux documents concernent l’année 17315. Le document aixois, placé dans un registre plutôt consacré aux cargaisons de départ, est précieux, car il relève la valeur totale des biens vendus et la valeur à la pièce de chaque tissu. Mais les deux documents ne coïncident pas exactement. Certains textiles n’apparaissent pas dans le document aixois, en particulier toutes les soieries. Une explication : le document nantais, qui n’expose pas les prix de vente, prend en compte toutes les marchandises amenées par les vaisseaux le Duc de Chartres, la Diane, la Méduse, le Lys, le Mars, Athalante et Neptune, tandis que le document aixois concerne les cargaisons des seuls Duc de Chartres, du Neptune et du Lys. Wellington a rassemblé l’ensemble des marchandises vendues dans son tableau 46.

  • 7 HH202/74.

13Une exception cependant dans ses comptes, l’année 1716. Dans le dossier de Nantes7 est inscrit en tête :

« La compagnie des Indes orientales établie à St Malo, vendra dans la ville de Nantes le 20 août prochain…les marchandises ci-après apportées des Indes par les navires La paix, les Deux Couronnes, le Lys arrivés en l’année 1716. »

14Or, ce dossier indique que la vente s’est faite en 1718. Wellington n’a tenu compte que de la vente, effectuée en 1716, des marchandises apportées par les bateaux Mercure, Venus et Jason. D’autres bateaux sont arrivés plus tard, la même année, dont les cargaisons semblent n’avoir été vendues qu’en 1718. On n’aura jamais aucune preuve de la justesse de mon interprétation : j’ai donc ajouté aux quantités recueillies par Wellington pour 1716 les données de 1718, comme s’il n’y avait eu qu’une seule vente…en deux temps. Par ailleurs, deux documents de 1760 et 1768, non utilisés par Wellington, ont permis d’élargir un peu la connaissance du nombre de pièces proposées à la vente.

  • 8 1687, 1691, 1699, 1704, 1710, 1712, 1714, 1715, 1716, 1717, 1719, 1720, 1721, 1722, 1723, 1724, 172 (...)

15Peut être alors construit un large tableau de 39 colonnes correspondant à 39 ventes, à l’intérieur de la période 1687-1769, trente-neuf années sur les quatre-vingt-deux ans de la période concernée, près de la moitié8.

16Ce premier tableau ne concerne donc que les quantités de pièces arrivées et vendues.

17On ne pourra approcher la valeur de ces textiles qu’avec des données plus partielles fournies par des sources plus rares, concernant les années 1687, 1691,1721, 1725, 1758, 1760, 1767 et 1768.

18Par ailleurs, la fréquentation des documents a montré que l’on pouvait être plus précis dans les désignations des tissus que Wellington ne l’avait été.

19Nous avons donc modifié les tableaux de Wellington, en rajoutant quelques années, et surtout en détaillant les textiles : Wellington a réuni sous un même nom, des pièces que les scripteurs des affichettes, du catalogue de 1741, ou des bulletins de vente, ont détaillées, indiquant le lieu de fabrication, ou y ajoutant des adjectifs qui en précisent la variété. Les guingans de Wellington peuvent être des guingans de Pondichery, ou de Madras, ou du Bengale, ou du Masulipatam, de Paliacate, du Bengale ou de Patna ou des guingans balassor, ce qui éclaire le sens de l’obscur balacor ; les tangebs, des mousselines, sont « à fleurs », ou « brodées », ou « de Patna. »

20Après les transformations personnelles apportées aux tableaux 3, 4, 10 de Wellington, la base de cette étude reposera sur un tableau de 39 colonnes indiquant les années et 285 lignes, indiquant les différents types de tissus. Au centre des cellules, des chiffres. Nous ne nous priverons pas, non plus, chemin faisant, d’ajouter d’autres sources que nous citerons.

21La comptabilité des marchandises est faite en pièces pour les tissus, quelques rares fois en aunes ; en poids (livres) pour la plupart des autres biens. Malheureusement, quelques mesures non destinées à la comptabilité des textiles, apparaissent, rarement, dans les catalogues de vente des compagnies, les jarres, les ballots, les paquets, dont on peut parfois évaluer l’équivalent de poids en livres ou en pièces. L’uniformisation nécessaire de ces mesures anciennes en livres et en pièces, laisse donc place à quelques imprécisions. Parfois même, toute conversion est impossible, lorsque le scripteur a décrit- pour des biens autres que les tissus- le nombre de « jarres » pour la gomme gutte ou a seulement inscrit « partie » ou « divers » pour la porcelaine. Ces imprécisions et variantes dans l’utilisation des mesures s’estompent au fil des années : fréquentes dans les affichettes de la Compagnie des Indes Orientales, elles deviennent rares, voire inexistantes pour celles de la Compagnie des Indes. En 1764, cependant, un scripteur a enregistré en aunes les quantités de pièces : nous avons transformé ces aunes en pièces, connaissant par d’autres documents, et pour certains de ces textiles, leurs aunages moyens.

  • 9 Lolanda Guevara et Carles Puig, Les mesures du monde Calendriers, longueurs et mathématiques, dans (...)

22L’histoire a fait ce qu’elle voulait des traces du passé. Les importations ne sont pas connues sur une période continue. Certaines années sont particulièrement bien représentées. Pour l’année 1758, une fois n’est pas coutume, la valeur totale de chaque type de produit d’importation est indiquée, tandis que les quantités de biens n’apparaissent pas. Bref, des manques, des incertitudes, des imprécisions…qui n’interdisent pas la mesure. Comme l’affirmait physicien et mathématicien écossais William Thomson (1824-1907), Lord Kelvin. « Quand vous pouvez mesurer ce dont vous parlez et l’exprimer par des nombres, vous connaissez quelque chose à son sujet ; mais quand vous ne pouvez ni le mesurer ni l’exprimer par des nombres, votre connaissance du sujet est vraiment faible et insatisfaisante.»9 Manipulant des chiffres, nous ne pouvons faire autrement qu’additionner, multiplier, calculer des pourcentages. Ces données sont soumises à des incertitudes, à des carences, à des imprécisions infligées par le passage du temps ; elles autorisent seulement l’approche d’une réalité qu’il serait imprudent de juger définitive et absolue.

  • 10 Nicolas Brigitte, « La compagnie française des indes et le textile indien » in Le goût de l’Inde, R (...)
  • 11 Nicolas B., Lorient, la Bretagne, et la traite, 2006, p. 101.

23Dans une première partie, grâce à ces sources qui combinent noms et nombres et autorisent l’analyse de quantités et de proportions, nous estimerons la valeur des textiles introduits par les Compagnies par rapport à l’ensemble des importations au cours du XVIIIe siècle. Nous nous efforcerons de répondre ensuite à deux questions posées par Brigitte Nicolas, conservateur du Musée de la Compagnie des Indes à Lorient. La première concerne la nature des cargaisons textiles : « quelle était la nature de ces cargaisons de textiles ? » 10Quelles sont les catégories de tissus les plus, les moins demandés ? Quelles en sont les proportions ? La seconde concerne la proportion des tissus qui ne sont pas destinés à rester dans le royaume, mais ceux qui sont dits « prohibés », devant être expédiés à l’étranger, en Afrique essentiellement : « Il conviendrait de chiffrer la part des recettes dégagées par la vente des textiles indiens destinées à la traite ou à l’habillement des esclaves. »11 Nous essaierons d’en approcher la proportion.

24En deuxième partie sera présenté l’essentiel de ce travail : rassembler le plus d’informations possibles sur l’identification de ces textiles, tenter d’établir un dictionnaire raisonné des textiles importés, un catalogue, un répertoire, en utilisant plusieurs sources : les dictionnaires et index déjà existants, souvent incomplets, voire contradictoires, rarement illustrés ; les descriptions des voyageurs, des commerçants au contact de ces pièces dans un large XVIIIe siècle ; tous les renseignements quelque peu concrets recelés dans les archives des ventes des cargaisons indiennes participeront également à l’identification des textiles ramenés dans les vaisseaux.

25Ces descriptions sont longues et fastidieuses : composition du textile, aunages, couleurs, prix, détails variés, carreaux, lisières, raies, origines géographiques, aideront peut-être tous ceux qui possèdent des tissus dans les musées ou les collections, les observent, les mesurent, à mettre un nom précis sur telle pièce conservée dans un tiroir, une armoire, un carton. Enfin, quand faire se peut, on mettra un peu de chair sur ces immatériels vocables, en visitant les collections de musées, en faisant appel aux illustrations présentées dans quelques ouvrages.

Notes

1 Colette Establet, « Le raz de marée des tissus de la vente de 1741 », in Les Compagnies des Indes, sous la direction de René Estienne, Coédition Gallimard / Ministère de la Défense – DMPA, Albums Beaux Livres, 2013, p. 232.

2 Haudrère Philippe, La Compagnie française des indes au XVIIIe siècle, Paris, ed. Les Indes savantes, 2 tomes, 2005, p. 307.

3 Haudrère Philippe, op. cit., p. 315.

4 Wellington D.C. French East Indian Companies, a historical account and record of trade, Oxford, Hamilton Books, 2006.

5 ANOM C2/272, f 31 à 34, HH226/40.

6 Wellington D.C., op. cit., p. 144.

7 HH202/74.

8 1687, 1691, 1699, 1704, 1710, 1712, 1714, 1715, 1716, 1717, 1719, 1720, 1721, 1722, 1723, 1724, 1725, 1726, 1728, 1729, 1731, 1732, 1733, 1734, 1737,1738, 1739, 1740, 1741, 1749, 1750, 1756, 1760, 1761, 1764, 1766, 1767, 1768, 1769.

9 Lolanda Guevara et Carles Puig, Les mesures du monde Calendriers, longueurs et mathématiques, dans Le monde est mathématique coll. dirigée par Cédric Villani, 2010. RBA France 2013.

10 Nicolas Brigitte, « La compagnie française des indes et le textile indien » in Le goût de l’Inde, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008, p. 20 à 31.

11 Nicolas B., Lorient, la Bretagne, et la traite, 2006, p. 101.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable