Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Propriété et société en Algérie contemporaine. Quelles approches ?

 | 
Didier Guignard

Partie III. Continuités et ruptures dans les relations de propriété

Des réformes foncières aux stratégies lignagères :
Le cas Ben Ali Chérif de Petite Kabylie (de 1963 à nos jours)

Fatima Iberraken

Résumé

Après une phase d’accumulation pendant la période coloniale, le patrimoine foncier lignager des Ben Ali Chérif de Petite Kabylie devient, avec leur départ précipité de l’Algérie, un « bien vacant » nationalisé. Constitué par la dépossession des hommes, le latifundium est alors soumis aux multiples réformes agraires. Aux expériences socialistes se substitue une libéralisation sauvage qui marque le désengagement de l’État vis-à-vis du monde rural, en accélérant la faillite et la disqualification des fellahs. La restitution du patrimoine foncier aux Ben Ali Chérif amorce un violent processus de déguerpissement, aggravé par les logiques spéculatives du marché. La reterritorialisation impulsée par le capitalisme agraire propose dès lors un modèle d’agriculture de firme où les paysans n’ont plus leur place.

After a period of accumulation during the colonial time, the land inheritance of the Ben Ali Cherif lineage, from Petite Kabylie, becomes, with their hurried departure from Algeria, a “vacant possession” soon to be nationalized. Built on men’s dispossession, the latifundium is then subjected to many agrarian reforms. Socialist experiments are now replaced by savage liberalism which marks how the State retired from the countryside, increasing fellahs’ bankruptcy and disqualification. Land restitution to the Ben Ali Cherif initiates a violent process of eviction, exacerbated by speculative logics of the market. Willing a new territorialisation, the agrarian capitalism then offers a model of agribusiness from which peasants are useless

بعد مرحلة من التراكم خلال الفترة الاستعمارية، ملكية الأرض العائدة إلى ذرية بن علي شريف من القبائل الصغرى، تصبح، مع رحيلهم المتسرع من الجزائر، "أملاك شاغرة" أو أملاك غائبين مؤممة. الإستيلاء على الأراضي يتم من خلال نزع ملكية الرجال أصحاب الأرض، بعد ذلك، يتم إخضاع الإقطاع إلى الإصلاحات الزراعية المتعددة. تشكل التجارب الاشتراكية نوعا من التحرير المطلق، الذي يؤشر لفك إرتباط الدولة مع المناطق الريفية، وتسريع الإفلاس وتجريد الفلاحين من أية اهلية . إعادة الأراضي المصادرة أو التعويض لاصحابها أشعل لعملية إخلاء عنيفة والتي تفاقمت مع منطق المضاربة في السوق. لذلك، تقترح السياسات الإستعمارية والمتمثلة في إعادة النظر في وضعية الأراضي المصادرة والمتأثرة بالرأسمالية الزراعية نموذج الشركات الزراعية حيث لا مكان للمزارعين فيه.

Note de l’auteur

À la mémoire d’Abderrahmane Bouguermouh (1936-2013). J’adresse à Isabelle Grangaud et à Didier Guignard tous mes remerciements pour leur patience teintée de mille encouragements. Les pressions sur le terrain nous obligent à préserver l’anonymat des informateurs à qui j’adresse toute ma gratitude.

Texte intégral

  • 1 Par exemple le quotidien algérien Le Matin, du 20 mai 2014, qui aborde la lutte des EAC (exploitati (...)
  • 2 Expression que nous devons à Daniel Rivet.
  • 3 Vichnevski A., 2000, p. 13.

1Il suffit de lire la presse1, sinon « des murs qui ont pris la parole »2 (fig. 1) et qui dénoncent une gestion mafieuse de la terre, pour saisir l’acuité de la question foncière et de son caractère non forclos dans l’Algérie contemporaine. D’une terre appropriée posant les fondements de la colonisation, elle dessine au lendemain de l’indépendance « le nouveau visage du pays et de la nation »3. Dépossession, nationalisation et socialisation, libéralisation enfin, soulignent l’importance de cette question à travers les régimes politiques successifs, du siècle colonial (1830-1962) à la postindépendance (depuis 1963).

Fig. 1 : « La mafia du foncier – Benalycherif [sic] et 28 voleurs », graffiti à Akbou, 2014 (© Fatima Iberraken)

Fig. 1 : « La mafia du foncier – Benalycherif [sic] et 28 voleurs », graffiti à Akbou, 2014 (© Fatima Iberraken)
  • 4 Bonte P. et Izard M., 2004, p. 605-606.
  • 5 Berque J., 2001 (1re éd. 1937), p. 9-16.
  • 6 Terres données en jouissance par le pouvoir ottoman à des communautés rurales mais qui se réservait (...)
  • 7 Ce titre désigne le commandement d’un groupe de tribus à l’époque ottomane ; il perd progressivemen (...)
  • 8 Les Ben Ali Chérif obtiennent en 1865 près de 684 ha à Berdia puis, dans les années qui suivent : 5 (...)

2Dans les sociétés à État, la propriété foncière est définie comme un bien strict qu’on est en droit de posséder, de jouir et/ou de disposer4. À l’épreuve de la longue durée, il y a lieu de réinterroger cette acception pour saisir les grandes scansions du siècle colonial œuvrant à la constitution du patrimoine foncier des Ben Ali Chérif (1841-1954). Née de la collusion coloniale, l’assise foncière du groupe lignager de par sa formation, son appropriation ou sa mise en valeur, autorise l’élargissement de la notion de propriété à d’autres critères qu’aux seuls « schèmes juridiques »5. Détenteur de la prestigieuse zâwiya (confrérie religieuse) de Chellata en Petite Kabylie, le marabout Mohamed Saïd ben Ali Chérif (1822-1896) adopte une politique d’accommodement favorisant la traversée des premières décennies coloniales (1841-1871). S’appuyant sur son charisme, sa connaissance du terrain ou son opportunisme zélé, l’armée coloniale parvient à une rapide reddition de sa tribu (les Illoulen) et de la vallée de la Soummam. Relayé par un réseau de militaires puissants, le lignage saint fait fructifier ses collaborations en 1865 par l’édification d’une première assise foncière issue des terres ʿazil (retranscrit « azel » en français)6, exploitées par des tribus arabes, à l’occasion de l’application de la réforme foncière (sénatus-consulte) de 1863. En concurrence avec d’autres groupes restreints (El Haddad, Mokrani), Mohamed Saïd ben Ali Chérif est hissé au rang de bashagha7 en 1869 ; il multiplie les demandes d’investitures en faveur des siens, une manière de convoiter la terre des tribus voisines8.

  • 9 Archives nationales d’outre-mer (ANOM) à Aix-en-Provence, 41 KK 31, rapport du bureau arabe de Boug (...)
  • 10 Conservation foncière (CF) de Bejaïa, vol. 62, acte du 2 avril 1883. Le Domaine revendique contre M (...)
  • 11 Par exemple : CF de Bejaïa : vol. 35, acte du 26 juin 1880 (achat de 3 parcelles : 1,25 ha, 1,25 ha (...)

3Sauvé par le maréchal Mac Mahon après la révolte de Mokrani, le lignage Ben Ali Chérif retrouve en 1873 l’intégralité de ses biens séquestrés. Si le foncier gratifie une montée en puissance, il constitue, en période de disgrâce, un capital de survie. Or « la dernière grande révolte du xixe siècle », selon l’expression de Charles-Robert Ageron, provoque la pulvérisation des communautés rurales, par le moyen du séquestre et du tribut de guerre qui génèrent une recomposition sociale inédite. Le lignage Ben Ali Chérif réussit ainsi mieux que d’autres à contenir les assauts du nouveau régime civil, lequel ne manque pas de s’intéresser à son patrimoine9. Mais refusant toute cession foncière à la colonisation, les Ben Ali Chérif parviennent même, au cours de cette période, à accroître leurs biens10. La tribu du cheikh El Haddad (Aït Aïdel), exsangue après 1871, devient la cible privilégiée du groupe lignager qui, pour compenser sa décadence spirituelle, œuvre à l’édification patiente d’un latifundium11.

  • 12 Le terme ʿazîb désigne à la fois le campement saisonnier d’une tribu qui suit les pâturages et la p (...)
  • 13 AOM 41 KK 10, rapport du bureau arabe de Bougie, 22 janvier 1876 ; CF de Bejaïa, vol. 386, acte du (...)
  • 14 Le terme signifie initialement « tribu » ou « fraction de tribu ». Mais, retranscrit « arch » par l (...)
  • 15 Archives de la wilaya de Constantine, service des Réformes, liasse 60, lettre du 24 juin 1916.
  • 16 Voir par exemple : CF de Bejaïa, vol. 8, acte du 22 mars 1882. À cette date, Mohamed Saïd Ben Ali C (...)

4Installé par l’armée coloniale dans un bordj en 1853, le lignage saint Ben Ali Chérif accède avec d’autres communautés rurales au ʿazîb de la vallée de la Soummam12. Constitué de terres de pacage, de friches ou de vaines pâtures, ce quasi-désert humain – délimité de manière floue par une toponymie que la mémoire orale restitue encore – va servir longtemps à la subsistance des tribus. D’une occupation partagée, on assiste à une mainmise disputée où la montée en puissance des Ben Ali Chérif vide progressivement le ʿazîb de ses occupants. Le séquestre de 1871 combiné à l’application du « petit sénatus-consulte » de 1887 « libèrent » les terres de la vallée au profit du Domaine, des colons et des Ben Ali Chérif. Les propriétaires européens du ʿazîb cependant – à l’instar d’un Reilhac ou d’un Caudrillier – font l’objet de harcèlements administratifs13 et sont finalement évincés à la veille de la Grande Guerre. Le remembrement est également un argument, saisi par les Ben Ali Chérif en 1916, pour forcer la cession à leur profit de l’intégralité du ʿarsh (propriété collective)14 de Chellata situé dans la vallée15. Le financement de ces diverses acquisitions est assuré par la vente d’autres biens du lignage, tels ceux reçus précédemment sous la forme de donations16. Les défrichements effectués par les exploitants semi-nomades, vers 1930, repoussent, in fine, les limites du ʿazîb pour une mise en valeur extensive de la vallée. Et l’enquête partielle, réalisée en application de la loi de 1897, achève de déposséder les communautés rurales qui, voulant échapper au fisc, titrent le restant de leurs biens au profit des Ben Ali Chérif. Si les hommes ne sont pas chassés de leurs terres, ils se placent désormais sous l’autorité du groupe lignager qui procède à leur assujettissement. Déclassé sur le plan spirituel, les Ben Ali Chérif sont alors détenteurs vers 1950 de l’intégralité du ʿazîb – qui porte désormais leur nom – et se consacrent à sa patrimonialisation.

  • 17 Décret 63-168 du 9 mai 1963. Mise sous protection de l’État des biens mobiliers et immobiliers dont (...)
  • 18 Les terres de la tribu des Aït Aïdel acquises par les Ben Ali Chérif échappent au contrôle de l’Éta (...)

5Mais la politique d’accommodement à laquelle s’est livré le lignage pendant la période coloniale contraint ses membres, dès 1955, à quitter l’Algérie. Devenu un « bien vacant », leur patrimoine foncier est placé intégralement « sous protection de l’État »17. Le gouvernement Ben Bella sanctionne ainsi la collusion des grandes familles algériennes dont les biens nationalisés sont versés au Fonds national de la révolution agraire (FNRA)18. En 1963, le latifundium des Ben Ali Chérif prend ainsi la forme d’une coopérative agricole incarnant l’euphorie généreuse de l’indépendance (1963-1972). Ce modèle d’autogestion se fissure rapidement car l’État Boumediene s’invite dans les campagnes, cherchant par la création d’un Domaine agricole socialiste (DAS) à contrôler l’économie et les hommes sur le modèle soviétique (1972-1987). Ces différentes réformes agraires ne suffisent pas à modeler une paysannerie rétive à son embrigadement. Et les changements géopolitiques contraignent l’Algérie – en quête de productivité – à libéraliser son économie. Sous le signe de l’individualisation agraire, la réforme de 1987 cède finalement la terre aux fellahs exploitants. Mais la logique libérale et la guerre civile accélèrent ensuite la restitution du patrimoine foncier à ses propriétaires initiaux (1998). Ces derniers entament alors un processus de déguerpissement, ayant recours, si besoin est, à la violence (fig. 2). Ils cherchent ainsi à briser la résistance paysanne qui pose la question des origines d’un patrimoine et de la valeur des droits octroyés par l’État. La transition économique des années 1990 amplifie ainsi le déclassement de la paysannerie par l’entrepreneuriat et l’esquisse d’un modèle d’agriculture capitaliste.

Fig. 2 – Généalogie simplifiée du lignage des Ben Ali Chérif (en rouge : les membres qui poursuivent leurs stratégies de reconquête)

Fig. 2 – Généalogie simplifiée du lignage des Ben Ali Chérif (en rouge : les membres qui poursuivent leurs stratégies de reconquête)

6L’étude de terrain à l’origine de cet article enregistre l’écho particulier de la question foncière à travers le cas Ben Ali Chérif. Porteurs de mémoires disparates, les divers acteurs du conflit témoignent indistinctement de leur volonté d’accéder à une plus grande sécurité matérielle et juridique. Redonner la parole aux sans voix permet de mieux appréhender les complexités de l’histoire et la continuité de leurs revendications foncières. La première partie propose d’exposer les contours des réformes agraires de la postindépendance jusqu’à la restitution des terres aux propriétaires initiaux (1963-1998). La seconde s’attache à analyser sur le terrain le processus de reconquête foncière en faveur d’intérêts capitalistes (1998-2014).

Les expériences agraires postcoloniales (1963-1998)

  • 19 Iberraken F., 2011, p. 115-142.

7Lorsque la guerre d’Algérie prend fin en 1962, la tribu des Illoulen, située sur la rive gauche de l’oued Soummam en Petite Kabylie, semble condamnée à la déréliction. Hier asservis, les hommes sont livrés à eux-mêmes après le départ en 1955 vers Tunis de leurs maîtres : les Ben Ali Chérif19. Mais le patrimoine que ces derniers ont accumulé est rapidement nationalisé (1963) pour faire l’objet de diverses expériences.

1.1. L’autogestion : expérience démocratique autour d’une terre retrouvée (1963-1972)

  • 20 Au sortir de la guerre, l’oliveraie du ʿazîb Ben Ali Chérif est saccagée par une population se livr (...)
  • 21 Direction des Domaines de Bejaïa, procès-verbal n°12/DD, WB/98 du 1er juin 1998.
  • 22 Côte M., 1988, p. 235.
  • 23 Population constituée de la domesticité des Ben Ali Chérif et de leurs descendants. C’est sur ce gr (...)
  • 24 D’après l’ancien président de la coopérative agricole (1964-1972). Entretien à Ighil Oumced, avril (...)
  • 25 Bourdieu P. et Sayad A., 1964, p. 169.
  • 26 Côte M., 1988, p. 245.

8Au lendemain de l’indépendance, une poignée d’anciens moudjahidin interpelle le gouvernement Ben Bella sur le devenir des terres du ʿazîb Ben Ali Chérif, livrées alors aux contrebandiers20. Près de 1 250 ha constitués aux trois-quarts de plaine littorale et du versant adossé au Djurdjura sont intégrés au domaine de l’État21. La Coopérative polyvalente des anciens maquisards (CAPAM) voit le jour (fig. 3). Impulsée par l’enthousiasme d’une population ayant conquis son indépendance22, l’établissement agricole intègre des groupes disparates nés des bouleversements de la colonisation et de la Guerre d’Algérie : khammâsa23, paysans sans terre, nomades sédentarisés, réfugiés des camps de regroupement ou anciens maquisards. Soucieuse de donner des gages de fidélité ou de continuité l’ancienne domesticité du lignage saint est rétive à intégrer la coopérative agricole et revendique la propriété de ses anciens maîtres. « Lorsque le comité s’est réuni, ils se sont isolés pour nous dire qu’ils ne voulaient pas travailler. Cette terre (tamurt) est la nôtre ! disaient-ils. Et puis, ils ont fini par rentrer dans le domaine et travailler. »24 En se substituant de facto à la puissance féodale des Ben Ali Chérif, le projet agraire étatique entend mettre fin aux « contradictions nées de la colonisation »25. Sur le terrain, les trajectoires individuelles et collectives exacerbent l’antagonisme des mémoires autour du mode d’exploitation, dans la mesure où la mise en valeur du latifundium relevait de l’asservissement des hommes26.

Fig. 3 – Des réformes agraires à la restitution (1963 - 1998)

Fig. 3 – Des réformes agraires à la restitution (1963 - 1998)
  • 27 Président de la coopérative (1964-1972), vétéran de l’Armée de libération nationale (ALN) et acteur (...)
  • 28 Levi G., 1989, p. 132. L’historien l’emploie à propos du prix minimal proposé par le notable piémon (...)
  • 29 Troin J.-F., 1985, p. 187.

9Des moudjahidin de premier plan sont appelés à diriger la CAPAM à partir de 1963. À la tête du domaine autogéré siège notamment un président élu27, responsable d’une soixantaine de saisonniers, d’une dizaine de surveillants et de 200 paysans payés à la journée et en argent. Bien que modeste, ce salaire bannit la « charité dénaturée »28 qui consistait, à l’époque des Ben Ali Chérif, à rétribuer la main d’œuvre en assiettes de couscous, en galettes ou semoule. La faiblesse des dépenses de personnel associée à une gestion intègre facilite l’autonomie de la coopérative à ses débuts. Charismatique, le second président de la coopérative (1964-1972) peut se vanter de bénéfices considérables sous son exercice. Mais soucieux de contrôler les hommes, l’État déploie rapidement une série d’organismes afin de noyauter une structure portée par l’enthousiasme de ses employés, lesquels peuvent encore s’appuyer sur la puissante Union générale des travailleurs algériens (UGTA). Parce qu’elle est devenue avec les autres « un enjeu fondamental de l’unité nationale »29, cette coopérative est rapidement bridée dans son élan initial et se montre impuissante à sortir le fellah de sa pauvreté. Le boumediénisme consiste à une reprise musclée des hommes et de l’économie en lançant, à l’adresse de la paysannerie, une « Révolution agraire » happée rapidement par l’industrialisation.

1.2. La nationalisation au bénéfice d’une caste militaire (1972-1987)

  • 30 Lesbet D., 1983, p. 33.

10Après la nationalisation des hydrocarbures en 1971, le socialisme algérien s’implante dans les campagnes. Sur le terrain, les moudjahidin qui alliaient la conviction démocratique à la critique de l’appareil étatique sont généralement démis de leurs fonctions à l’instar du président de la coopérative. La volonté réformatrice de l’État vise alors un contrôle économique et politique du pays. C’est pourquoi, la « Révolution agraire » entend réserver la jouissance de « la terre à celui qui la travaille ! » et cherche à freiner l’exode rural par la modernisation des campagnes30.

  • 31 Ordonnance 71-73 du 8 novembre 1971.
  • 32 Akloul Ali (1902-1975) est un ancien lieutenant de l’ALN.

11Ainsi, à partir de 1972, la redistribution du foncier est conditionnée à une superficie, un seuil de revenu et une mise en valeur directe des propriétaires31. Comme ailleurs pour les absentéistes ou les citadins, les moudjahidin sont ici écartés de l’ancien domaine des Ben Ali Chérif. Leur mise au ban s’accompagne de la disparition de la CAPAM (fig. 3) qui fusionne avec la Coopérative agricole polyvalente de la révolution agraire (CAPRA). En 1975, l’établissement prend le nom de Domaine agricole socialiste (DAS) Akloul Ali, une manière d’honorer – avec ce nouveau toponyme32 – la puissante caste du FLN. Si la propriété symbolique des Ben Ali Chérif est ainsi gommée, la « Révolution agraire » tourne le dos au partage des terres revendiqué depuis l’indépendance par la paysannerie.

  • 33 Loi 87-19 du 18 décembre 1987.

12Et les mutations économiques et sociales de l’Algérie des années 1970 fragilisent le DAS Akloul Ali comme beaucoup d’autres. Véritable machine bureaucratique, celui-ci accumule les dysfonctionnements. L’agriculture socialiste prônant une mise en commun du travail et du foncier ne restaure en rien le lien rompu entre le paysan et la terre. Ce manque d’adhésion entraîne la résistance passive des fellahs pour qui cette terre n’est plus la leur. Loin de fédérer les hommes, le DAS Akloul Ali est confronté à leur refus d’être enrôlés au sein d’une structure socialiste qui ne réifient en rien les idéaux d’une paysannerie (tafellaht) gagnée progressivement par l’ethos du col bleu. La rupture entre la base et l’État sanctionne le mécontentement de fellahs sous-payés. Le gigantisme du DAS Akloul Ali, tout autant que sa calamiteuse gestion, le poussent à la faillite en 1987, malgré une ultime tentative de restructuration (1983). Le cas n’est pas unique et contraint les dirigeants nationaux à revoir complètement leur politique économique33.

1.3. Un latifundium pulvérisé : formation des EAC et des EAI (1987-1998)

  • 34 Wilaya de Bejaïa, direction des Domaines, n° 12/1212/WB/98, arrêté du 25 juin 1998.
  • 35 Aït Amara H., 1999, p. 133.
  • 36 D’après un membre d’une famille-lige des Ben Ali Chérif. Entretien au ʿazîb Ben Ali Chérif, février (...)

13Sous l’injonction des instances internationales, l’État algérien engage en effet la libéralisation partielle de son économie. Dans cette nouvelle configuration, la réforme agraire de 1987 procède à une réappropriation individuelle des terres. Riche de plus de 1 100 ha, le DAS Akloul Ali est ainsi divisé en 75 exploitations où les 123 membres se répartissent entre les 14 Exploitations agricoles collectives (EAC) et les 61 individuelles (EAI)34. Toujours frappée de l’opprobre de la colonisation et du caractère incertain des titres de propriété, l’intégralité du foncier reste dans le giron de la paysannerie. Devenus des paysans à part entière, les attributaires obtiennent un droit individuel d’exploitation de 99 ans. Y compris dans les EAC où ce droit prend la forme de quotes-parts égales dans l’indivision. Mais l’État reste le propriétaire éminent du sol. C’est pourquoi, souligne le sociologue Hamid Aït Amara, la loi de 1987 porte « les germes de sa propre dissolution »35. Formulé de façon plus abrupte, « les EAC [en particulier], c’était fait pour couler les paysans ! »36. De fait, ces exploitations nouvelles bâties sur les ruines du DAS Akloul Ali ne survivent pas à la crise économique ni à la logique libérale.

  • 37 D’après un paysan de l’ancien DAS Akloul Ali. Entretien à Ighil Oumced, février 2014.
  • 38 D’après un ancien exploitant. Entretien au ʿazîb Ben Ali Chérif, février 2014. Afin de distinguer l (...)

14Le désengagement de l’État algérien plonge alors les exploitants des EAC et des EAI dans le désarroi. Dépourvus d’expérience et de capitaux, les attributaires sont livrés à l’implacable loi du marché. Sur fond de crise, les exploitations sont confrontées aux rigueurs des plans d’ajustement. Les paysans s’endettent rapidement auprès d’organismes étatiques comme la Caisse nationale de sécurité sociale des non salariés (CASNOS). « Par manque de matériel, par manque d’eau, les fellahs ne pouvaient pas travailler pendant un long moment car ils n’avaient pas payé l’eau. […] Sans eau tu ne travailles pas ! Alors ils ont commencé à lâcher, l’État a vu la terre abandonnée »37. Les difficultés et dissensions entre les attributaires remettent également en cause la composition et la nature des exploitations. « En 1988, je travaillais dans l’EAC 8 mais je ne m’entendais pas avec ses membres, je suis alors allé à l’EAC 4. Et puis, je suis devenu une EAI tout seul ! Je n’ai plus de groupe, je suis seul maintenant »38. Reflet d’une indicible détresse, la mobilité des exploitants ne règle en rien leurs difficultés.

  • 39 CF d’Akbou, arrêtés du wali de Bejaïa n° 98/695 du 20 juin 1998, n° 98/1084 du 14 septembre 1998.
  • 40 D’après l’exploitant d’une EAC puis EAI. Entretien au ʿazîb Ben Ali Chérif, février 2014.

15La privatisation partielle de 1987 leur livre en effet un droit réel à la terre. Mais ils restent fondamentalement des paysans pauvres, privés des capitaux nécessaires à la mise en valeur de biens dont ils sont devenus enfin les dépositaires. Dans ces conditions de survie qui les disqualifie aux yeux d’un État lui-même exsangue et qui s’enfonce bientôt dans la guerre civile, la quête de capitaux devient une priorité nationale. La loi du 18 novembre 1990 permet ainsi aux « propriétaires initiaux » de recouvrir leurs terres et, dans le cas des Ben Ali Chérif, elle reçoit son application en 199839. Pour les fellahs, « la peur [weḥḥec] venait d’envahir cette terre là ! »40. L’ouverture progressive de l’Algérie au libéralisme propulse ainsi, dès les années 1990, de nouveaux acteurs économiques qui exercent une pression inédite sur le foncier. Les Ben Ali Chérif peuvent alors procéder à la reconquête de leur patrimoine par un processus de déguerpissement.

Un patrimoine foncier restitué : des bravi au service des nouveaux capitalistes

  • 41 Entretien à Aix-en-Provence, mai 2014.
  • 42 Wilaya de Bejaïa, délibération n° 19/2003 du 16 novembre 2003.

16Opérée dans l’opacité, la restitution de 1998 mériterait une analyse ultérieure pour mieux éclairer les méandres d’une décision qui s’étale en réalité sur trois décennies. Dès 1972 en effet, depuis Tunis, les Ben Ali Chérif déposaient leurs premiers recours administratifs qui se soldaient alors par une fin de non recevoir41. De même, l’arrêté de 1998 n’est pas forcément définitif dans la mesure où, opposées depuis toujours à la restitution, l’Union nationale des paysans algériens (UNPA), la Chambre d’agriculture de la wilaya et l’Organisation nationale des moudjahidin (ONM) ont introduit une demande d’annulation en 200342. Sur laquelle les instances compétences ne se sont jamais prononcées.

2.1. Le processus de déguerpissement

  • 43 Ahmed Ben Ali Chérif depuis Tunis et ses neveux installés à Bejaïa lancent la reconquête des terres (...)
  • 44 Blot J. et Spire A., 2014, p. 1-18 ; Bouquet C. et Kassi-Djodjo I., 2014.

17Les Ben Ali Chérif43 n’en ont pas moins engagé à l’encontre des fellahs, dès 1998, une stratégie de déguerpissement44. Ils s’appuient pour cela sur des acteurs institutionnels, sur les groupes familiaux issus de leur ancien vivier de serviteurs ou de leur berceau originel. Tous participent à leur manière à la chasse de celui qu’on désigne dorénavant comme un « occupant indu ». Les puissants leviers du clientélisme et de la corruption sont mobilisés entre 1998 et 2004 pour parvenir à l’éviction des fellahs.

  • 45 Membre d’une famille-lige aux Ben Ali Chérif. Entretien au ʿazîb Tanouda, avril 2014.
  • 46 Carlier O., 1995, p. 393-406.
  • 47 D’après l’ancien détenteur d’une EAC puis EAI. Entretien au ʿazîb Ben Ali Chérif, février 2014.
  • 48 Crainte formulée par des paysans expulsés qui font référence au massacre de Bentalha ayant fait 400 (...)

18Le 16 novembre 199845, dans une réunion tenue à Bejaïa, les Ben Ali Chérif esquissent le plan qui doit leur permettre de chasser les exploitants des EAC-EAI. Le lignage s’appuie sur les familles clientes et associe des bravi à la traque. Pour accélérer le processus de reconquête, il mise sur la mise en concurrence des chefs de familles-liges à qui une ascension sociale est promise. En aiguisant les appétits, il souhaite surtout retrouver rapidement ses positions sur un marché foncier gagné par la spéculation. Exploitant pour cela la terreur de la guerre civile, les Ben Ali Chérif n’hésitent pas à réactiver « les violences de [leur] culture »46. La restitution intériorise l’absence de droit des fellahs et légitime, in fine, le recours à la coercition. Des bravi sont recrutés pour effectuer les basses besognes diligentées depuis Tunis. « On lui a donné 50 millions pour venir me frapper… L’un avait pris une hache, l’autre une pelle ; chacun avait ramené une arme. Si mon grand fils n’était pas venu, il m’aurait enlevé la tête avec cette pelle »47. La violence par intimidation (coups de feu, vols, empoisonnement du bétail, sabotages), peut aller crescendo jusqu’au lynchage, celui par exemple dont est victime un fellah refusant de quitter son EAI en 2001. L’impunité du côté de l’État n’est pas immédiatement compensée par l’appel à la communauté, qui reste divisée et où la solidarité (taǧmaṭ) est brisée. À l’inverse, les distributions d’argent, d’alcool et de drogue suffisent pour mobiliser et aguerrir des hommes de main contre les fellahs. Toujours à proximité, le « bull » (bulldozer) est prêt à détruire les cultures sur les parcelles « indument » occupées (fig. 4). L’absence de médiatisation donne enfin quitus à ces méthodes, le silence des sans voix étant justifié par la crainte d’un nouveau Bentalha48.

Fig. 4 : Bulldozer appartenant aux Ben Ali Chérif, 2014 (© Fatima Iberraken)

Fig. 4 : Bulldozer appartenant aux Ben Ali Chérif, 2014 (© Fatima Iberraken)
  • 49 Ahmed Ben Ali Chérif, l’aîné du lignage, procède au versement de compensations.
  • 50 Blot J. et Spire A., 2014, p. 1-18.
  • 51 D’après l’exploitant d’une EAC puis EAI. Entretien au ʿazîb Ben Ali Chérif, février 2014.

19Dans les stratégies de déguerpissement marquées par un rapport de force inégal, l’argent subordonne facilement les individus et les groupes. Dès 2001, l’aîné du lignage saint jauge le degré de résistance des fellahs en fixant arbitrairement des compensations49. Ces versements au coup par coup réduisent considérablement « les marges d’action d’un possible collectif »50. La violence matérielle et symbolique de l’argent sape les relations d’interconnaissances tissées au sein des exploitations agricoles. « En fait mes ennemis de l’EAC ont préféré l’argent. Moi, je n’en voulais pas. Ben Ali Chérif leur a donné comme une sorte de médicament. Pour l’un 70 millions, l’autre 100 millions »51. Compensations financières et calculs individualistes entraînent de facto la désagrégation des EAC-EAI. Rétif à tout compromis, le fellah en résistance passe dès lors, aux yeux de la communauté, pour une sorte de paria, à évincer autrement.

  • 52 En particulier ceux localisés au ʿazîb Ben Ali Chérif et à Ighli Oumced.
  • 53 D’après le détenteur d’une EAC puis EAI. Entretien au ʿazîb Ben Ali Chérif, février 2014.

20Abandonnés par l’État, des fellahs interpellent le corps judiciaire, comme un ultime recours52. Ils tentent de faire valoir leurs droits auprès d’une institution dont ils ignorent les rouages et les compromissions. Il s’en suit des procès kafkaïens au cours desquels avocats, huissiers et experts judiciaires tirent de considérables profits. Les jugements non exécutés font florès et n’empêchent nullement la poursuite des transactions, fictives et bien réelles à la fois. « Oui, j’ai gagné ! Mais, malgré cela, les Ben Ali Chérif continuaient à pousser... Toutes ces parcelles que j’ai gagnées en justice comment pourrais-je les récupérer ? Elles sont vendues ! »53. Ainsi, l’institution judiciaire – via ses dysfonctionnements – participe elle-même au processus de déguerpissement. Après six années de traque (1998-2004), 123 fellahs sont évincés de près de 900 ha, livrés à la spéculation et aux nouvelles entreprises capitalistes (fig. 5). Les nouveaux maîtres de la terre proposent un nouveau modèle d’agriculture où les logiques libérales heurtent violemment les communautés rurales.

Fig. 5 : La vallée de la Soummam livrée au capitalisme agraire, 2014 (© Fatima Iberraken)

Fig. 5 : La vallée de la Soummam livrée au capitalisme agraire, 2014 (© Fatima Iberraken)

2.2. Le capitalisme agraire : le cas des Ibrahim

21Le libéralisme de la fin des années 1990 participe au surgissement de figures inédites à l’instar des Ibrahim, Batouche, Aït Braham des Ouzellagen. À l’assaut du foncier, ces entrepreneurs dotés d’importants moyens financiers bouleversent en moins de deux décennies les paysages et les structures sociales.

  • 54 En particulier celle d’Ifri, village du Congrès de la Soummam en 1956.
  • 55 En 2011, les Ibrahim financent l’intégralité de la mosquée d’Igzher Amokrane pour contrecarrer les (...)
  • 56 Préface de Jacques Revel à l’édition française du livre de Giovanni Lévi, 1989, p. XXIII- XXIV.
  • 57 Perceptible avec la privatisation et la bétonisation de la rive droite de la rivière d’Ighzer Amokr (...)
  • 58 Avec l’achat d’une soixantaine d’hectares aux descendants du caïd Meziani des Ouzellagen.

22Ancien sidérurgiste, Laïd Ibrahim ouvre un commerce en Algérie dans les années 1970. Sa pratique du change des devises sur le marché parallèle lui permet d’amasser un capital et d’ouvrir une usine à limonade en 1986. Conforté par ses bénéfices, le système bancaire libéralisé lui entrouvre les portes. Il se lance alors dans le forage de sources pour détenir à ce jour 50 % du marché de l’eau minérale du pays54. Les Ibrahim soignent leur notabilité en finançant la construction d’une mosquée55, une manière d’entretenir l’ambigüité par le contrôle voire la domination des instances du sacré et de la sociabilité56. La position conquise les autorise – dans une politique de surenchère – à viser le monopole des ressources foncières au sein de leur tribu. L’absence de contre-pouvoir au sein de la municipalité d’Ighzer Amokrane57, le rôle fantoche de la tajmâat de Tighilt Lahfir, facilitent la mainmise sur un patrimoine caïdal58 et sur des terres interstitielles que les Ibrahim obtiennent en échange de maigres compensations foncières et/ou financières (fig. 6). Ils complètent enfin leurs acquisitions par l’achat d’une EAC située précisément sur les terres que les Ben Ali Chérif venaient de recouvrir.

  • 59 CF d’Akbou. D’après le répertoire des comptes, les Ibrahim achètent 297 ha aux Ben Ali Chérif entre (...)
  • 60 Purseigle F. et Chouquer G., 2013, p. 9.
  • 61 Muller P., 2009, p. 106.
  • 62 D’après l’informateur d’une famille-lige aux Ben Ali Chérif.
  • 63 D’après une informatrice du village.
  • 64 Purseigle F., 2012, p. 16.

23Car la convergence des intérêts entre les deux familles s’opère dès la restitution de 1998. En effet, la solvabilité de l’une permet à l’autre d’accélérer la liquidation d’un patrimoine récupéré de façon inespérée59. À la tête de près de 297 ha, l’entrepreneur Ibrahim sait mobiliser les compétences et les moyens nécessaires au développement d’une agriculture de firme à finalité spéculative60. Dans cette nouvelle valorisation territoriale, le capitalisme agraire bouleverse « l’identité professionnelle » des fellahs61. Pour d’autres, cependant, « donner les terres aux Ibrahim, c’est un moindre mal face à ceux qui ne savaient même pas le travail de la terre (tafellaht) ! »62. Un grillage coulé dans du béton délimite dorénavant la propriété avec l’affichage publicitaire des produits de la firme ou celui, plus politique, du candidat aux élections présidentielles de 2014. La privatisation du territoire sous cette forme empêche toute extension du village du ʿAzîb Tasselent, né du camp de regroupement de 1957. La population peut alors se sentir dans une « prison à ciel ouvert »63. Pour les Ibrahim, propriétaires en « territoire de violence »64, le clientélisme facilite le recrutement de bravi – en joint-venture avec les Ben Ali Chérif – de manière à neutraliser toute résistance et à maîtriser les arcanes d’un terrain segmenté.

Fig. 6 : Agriculture de firme et propriété déterritorialisée des Ibrahim chez les Illoulen, 2014 (© Fatima Iberraken)

Fig. 6 : Agriculture de firme et propriété déterritorialisée des Ibrahim chez les Illoulen, 2014 (© Fatima Iberraken)
  • 65 Prenant A., 1998, p. 207.
  • 66 Purseigle F., 2012, p. 16.
  • 67 Lévi G., 1989, p. 80.

24Le libéralisme économique esquisse en moins de vingt ans une situation monopolaire qui n’est pas sans rappeler la colonisation65. Les Ibrahim détiennent près de 30 % (297 ha) du patrimoine foncier restitué aux Ben Ali Chérif. Il est plus que jamais un « réservoir de conflits »66, entretenu par la déshumanisation de l’agriculture de firme qui génère tensions, résistances et confrontations. La stratégie d’évitement des Ibrahim – qui n’entrent jamais en contact direct avec les acteurs de terrain (fig. 7) – alimente les dérapages. Le 2 avril 2011, le contentieux foncier dégénère en violences intertribales opposant les Illoulen aux Ouzellagen. Depuis la mosquée qu’ils avaient financée, les Ibrahim appellent ces derniers en renfort. L’arrivée éclair du wali témoigne autant de la protection étatique que du « caractère ambigu des relations sociales verticales »67. Elle heurte les défenseurs d’une terre ʿarsh (collective) opposés au processus de privatisation dont bénéficient surtout les grandes familles. Pour les villageois d’Ighil Oumced, en procès avec les Ibrahim, une telle mainmise foncière reproduit les violences des dépossessions coloniales en chassant définitivement les fellahs de la terre. Face aux dernières résistances, la figure de l’entrepreneur-militaire est sollicitée afin de relayer un capitalisme agraire freiné dans ses logiques d’accumulation (fig. 8).

Fig. 7 : La mise en valeur de la terre des Ibrahim sous le contrôle d’un contremaître, 2014 (© Fatima Iberraken)

Fig. 7 : La mise en valeur de la terre des Ibrahim sous le contrôle d’un contremaître, 2014 (© Fatima Iberraken)

Fig. 8 : Panneau publicitaire de l’entreprise Ibrahim à proximité de la propriété (© Fatima Iberraken)

Fig. 8 : Panneau publicitaire de l’entreprise Ibrahim à proximité de la propriété (© Fatima Iberraken)

2.3. Le rôle de l’entrepreneur-militaire dans le jeu foncier

  • 68 Les pressions du terrain nous empêchent de dévoiler son identité.
  • 69 Mira Smaïl, chef des patriotes en Petite Kabylie.

25Comme le capitalisme, la guerre civile participe à la recomposition du champ politique, économique et social. Opposant politique emprisonné sous Boumediene, libéré sous Chadli, V.P.68 parvient à devenir un acteur économique local important. Propriétaire de plusieurs restaurants, d’une discothèque et d’un hôtel, il soigne aussi son capital « révolutionnaire » en faisant ré-inhumer son oncle paternel (dont il porte le prénom) dans un carré des martyrs de la région, le 5 juillet 2010. Vecteur d’ascension sociale, la guerre civile le propulse chef des patriotes à l’instar d’un Mira en Petite Kabylie69. Enrichissement personnel et adoubement par les armes font de lui un représentant du pouvoir local vers lequel se tournent les Ben Ali Chérif pour finaliser leur reconquête foncière.

  • 70 Martinez L., 1995, p. 3.
  • 71 Entretien à Ighil Oumced, avril 2014.
  • 72 Martinez L., 1995, p. 3.

26Lors de la restitution des terres en 1998, les Ben Ali Chérif organisent la chasse aux fellahs en s’appuyant sur deux familles-liges rivales. C’est cependant l’autre clan qui est gratifié de 45 ha pour services rendus, héritant du poste de régisseur des terres du lignage saint. Après l’expulsion des fellahs de la vallée, les Ben Ali Chérif procèdent aussitôt à la mise en vente du patrimoine foncier. Ces transactions heurtent le nouveau régisseur qui se voyait sans doute déjà à la tête d’un latifundium reconstitué. Il entre alors en dissidence. En 2011, les Ben Ali Chérif font intervenir V.P. pour forcer le départ du régisseur. Les terres vendues sont désormais gérées par ce nouvel entrepreneur-militaire70. « Ben Ali Chérif ne pouvait pas dégager [le régisseur] comme cela, il fallait le dégager autrement, avec V.P. qui vient avec quatre ou cinq gardes du corps et avec des kalachs [kalachnikovs]. Personne ne peut rien lui dire »71. Autour du marché foncier, la lutte âprement menée par les chefs de familles-liges, en vue d’une insertion économique et sociale, révèle le caractère aléatoire du clientélisme. Jouant de la porosité du système ou de la filiation tribale, les Ben Ali Chérif associent à leur stratégie l’entrepreneur-militaire dont le savoir-faire lui permet un « recyclage honorable »72 en accédant notamment à la propriété. Ainsi exclus de la terre, les fellahs tentent un dernier sursaut de résistance pour faire valoir leurs droits.

2.4. Les acteurs et les formes de résistance sur le terrain

  • 73 D’après Ernest Gellner cité par Pierre Bonte et Yazid Ben Hounet, 2010, p. 19.
  • 74 Considéré comme un village peu nationaliste, le ʿazîb Ben Ali Chérif bénéficie d’aucun investisseme (...)

27Après 36 années d’absence (1963-1998), les Ben Ali Chérif souhaitent récupérer leurs terres par « la convocation des solidarités filiatives »73. C’est faire appel aux descendants des familles déclassées pendant le siècle colonial, fixées puis asservies par les Ben Ali Chérif au moment de la constitution de leur latifundium, avec le concours de leur zâwiya. Soupçonnés à leur tour de collusion coloniale, ces ouvriers agricoles ou domestiques sont particulièrement malmenés par le pouvoir FLN au lendemain de la guerre d’Algérie. Le groupe se cristallise et se perpétue alors en restant fidèle au lignage saint74. Près de 50 ans après l’indépendance, il peut apporter un soutien actif au processus de déguerpissement, en espérant tirer profit de son loyalisme.

  • 75 Notamment : l’association Tamourthiw (ma terre) qui lutte pour la restitution des terres aux fellah (...)
  • 76 Simmel G., 2010, p. 335.
  • 77 Le groupe hier asservi se considère de facto comme le dépositaire sinon le « propriétaire » du patr (...)
  • 78 En 2013, un conflit violent éclate sur cette question de l’eau entre les Ibrahim et les familles d’ (...)

28Mais la revente d’un patrimoine tout juste récupéré par les Ben Ali Chérif heurte ces sans terre parmi d’autres. Ils recomposent alors ensemble le champ de la contestation, en investissant le réseau associatif75 et en mutualisant leurs forces contre les ennemis communs76. « Après avoir tout vendu, les Ben Ali Chérif voulaient vendre leurs terres à eux. Alors ils se sont tous soulevés ! Ils ont pris la terre en « otage » et l’ont divisée entièrement entre les gens de l’ʿazîb. L’un a pris 15 oliviers, l’autre 20 oliviers. »77 Les usufruitiers de cette oliveraie de 29 ha s’opposent à la fois aux Ben Ali Chérif et aux Ibrahim dont les incursions passent aussi par l’accaparement de l’eau (fig. 9)78. Le statu quo et la suspension des transactions foncières depuis 2008 obligent les Ben Ali Chérif à céder provisoirement l’usufruit de l’oliveraie et à récompenser en terrains les familles de ses anciens serviteurs (sans permis de construire). En voulant sécuriser leurs droits fonciers, les sans voix rappellent aux tenants du capitalisme un passé auquel ils voudraient surseoir. Nœud gordien de la question foncière, la récupération puis la vente d’un patrimoine issu des violences coloniales peut-il s’effectuer sans réparation ? Le sujet revient à l’ordre du jour, au sortir de la guerre civile, car le processus de déguerpissement s’essouffle, autorisant l’émergence de nouvelles poches de résistance.

Fig. 9 : L’appropriation de l’eau par les Ben Ali Chérif et les Ibrahim, 2014 (© Fatima Iberraken)

Fig. 9 : L’appropriation de l’eau par les Ben Ali Chérif et les Ibrahim, 2014 (© Fatima Iberraken)
  • 79 Encore une fois, les pressions exercées sur le terrain nous obligent à préserver l’anonymat des inf (...)
  • 80 Entretien à Akbou, avril 2014.
  • 81 Entretien à Akbou, avril 2014.
  • 82 Noushi A., 2013, p. 125.
  • 83 Fils de domestiques, l’une de ses grandes tantes est la concubine du bashagha Mohamed Ben Ali Chéri (...)
  • 84 Bonte P. et Ben Hounet Y., 2010, p. 15.

29La réactivation des instances tribales et familiales – dans le cadre des EAC – participe à cette recomposition du champ de la contestation. Originaires des Aït Yanni, les trois frères M.P.79 bénéficient en 1989 d’une EAC de 47 ha qui leur permet de travailler, dans le lien puissant de la consanguinité, une terre tombée en déshérence entre 1963 et 1989. « L’État nous a donné des actes qui indiquaient que la terre était abandonnée… À chaque fois qu’il l’attribuait personne n’en voulait. »80 Appartenant initialement au ʿarsh des villages de Felden et d’Ighil Oumced, cette terre immatriculée par la loi du 16 février 1897 repasse sous le contrôle des Ben Ali Chérif en 1998. Le trio s’est pourtant employé depuis une décennie à la mise en valeur d’une terre livrée hier aux chacals et aux sangliers. « On a apporté un bulldozer pendant 2 ou 3 ans. On a défriché la forêt et nettoyé jusqu’en 1999. Nous avons peiné sur cette terre, on l’a mise en valeur. On a planté 1 400 oliviers, mis l’électricité, creusé des puits, construit un hangar pour moutons. »81 Imprégnés de l’ethos paysan, ces exploitants esquissent autour de la notion de propriété « un droit incontestable » né de leur travail82. L’EAC n’en est pas moins livrée à la convoitise des Ben Ali Chérif. L’expropriation des trois frères est prononcée en 2000 et en 2006. Il reflète la ruse dépourvue de scrupules de leurs adversaires83. Refusant tout recasement ou compensation financière, les frères trouvent un accord en cédant 32 ha aux Ben Ali Chérif en 2000. Mais, six ans plus tard, ils sont dépouillés intégralement après avoir signé un faux acte de propriété par l’entremise d’un géomètre aux ordres et de l’homme-lige des Ben Ali Chérif. Également à leur solde, l’avocat mandaté par les frères accélère la procédure d’expulsion au lieu de la freiner en évitant soigneusement tout recours. Pugnaces, les frères s’en remettent alors aux instances tribales84.

  • 85 Ibid., p. 13.
  • 86 Entretien à Akbou, avril 2014.
  • 87 Bonte P. et Izard M., 1991, p. 606.
  • 88 Simmel G., 2010, p. 345.

30En 2013, les akels du village d’origine sont sollicités. « Les hommes se sont réunis la nuit dans la tajmâat pour que chaque famille nous procure une personne... Environ 250 personnes des trois villages [Aït Yanni, Aït Mekedem, Aït Annan] sont venues ». Composante de la « société civile », les instances tribales réactivées procurent à la question foncière une publicité autour de laquelle peuvent se remobiliser des communautés en lutte85. « Nous avions rédigé une pancarte sur laquelle nous avions écrit que nous subissions la hogra (l’injustice)… Les gens s’arrêtaient, descendaient de leur voiture. Nous n’étions plus 250 mais jusqu’à 400 personnes. »86 Les lendemains de guerre civile ouvrent à des mobilisations moins violentes. Dépassant le cadre juridique, les hommes plaident en faveur d’une propriété partagée87. En attendant, face aux risques d’escalade sur une question aussi brûlante, les forces de l’ordre ont pour consigne de rester en retrait. Une telle attitude fige les différents acteurs dans une situation de non-conciliation88

Conclusion

  • 89 DI Méo Guy, 2008, p 87-109.

31Le patrimoine des Ben Ali Chérif – formé à la faveur d’une politique d’accommodement lors du siècle colonial – fait l’objet d’une nationalisation au lendemain de l’indépendance. L’ancien latifundium est alors soumis aux diverses réformes agraires qui aboutissent rapidement à une impasse. Le socialisme d’État maintient les fellahs dans un état de grande pauvreté et leur résistance passive contribue à saborder des structures à lesquelles ils n’ont jamais vraiment adhéré. Le désengagement de l’État du monde rural précipite la disqualification de ces exploitants sans capital. Leurs titres sont rendus caducs par la restitution des terres aux anciens propriétaires, opérée dans un contexte de déstabilisation et de faible visibilité. La stratégie de déguerpissement est facilitée par la réactivation des liens clientélistes et le recours à la violence au profit de nouveaux capitalistes qui privilégient une « territorialisation du patrimoine »89. Loin d’être forclose, la lutte pour le foncier va se poursuivre en raison de la ténacité des communautés rurales portée par la ferveur des derniers moudjahidin. Mais, autour d’une requalification territoriale, le capitalisme dans ses résiliences pourrait bien tourner la page foncière lignagère et, avec elle, celle de la colonisation.

Bibliographie

Aït Amara Hamid, 1999, « La transition de l’agriculture algérienne vers un régime de propriété individuelle et d’exploitation familiale », in Jouve Anne-Marie et Bouderbala Négib (dir.), Politique foncières et aménagement des structures agricoles dans les pays méditerranéens : à la mémoire de Pierre Coulomb, Montpellier, CIHEAM (Cahiers Options Méditerranéennes n° 36), p. 127-137.

Berque Jacques, 2001 (1re éd. 1937), « Sur un coin de terre marocaine : seigneur terrien et paysans », in Opera minora : Histoire et anthropologie du Maghreb, Paris, Bouchène, t. 2, p. 9-16.  

Blot Julie et Spire Amandine (dir.), 2014, Les déplacements forcés dans les villes du Sud : Le déguerpissement en question, numéro spécial de la revue L’espace politique, n° 22.

Bonte Pierre et Izard Michel, 1991, Dictionnaire de l’ethnologie et de l’anthropologie. Paris, Quadrige / PUF.

Bonte Pierre et Ben Hounet Yazid (dir.), 2010, La tribu à l’heure de la mondialisation, numéro spécial de la revue Études Rurales, n° 184.

Bouquet Christian et Kassi-Djodjo Irène, 2014, « "Déguerpir" pour reconquérir l’espace public à Abidjan », L’espace politique, n° 22 [https://espacepolitique.revues.org/2963 consulté en juin 2015]

Bourdieu Pierre et Sayad Abdelmalek, 1964, Le déracinement. La crise de l’agriculture traditionnelle en Algérie, Paris, Les Éditions de Minuit.

Carlier Omar, 1995, Entre nation et djihad. Histoire sociale des radicalismes algériens, Paris, Presses de Sciences Po.

Côte Marc, 1988, L’Algérie ou l’espace retourné, Paris, Flammarion.

Di Méo Guy, 2008, « Processus de patrimonialisation et construction des territoires », in Regards sur le patrimoine industriel de Poitou-Charentes, La Crèche, Geste éditions, p. 87-109.

Iberraken Fatima, 2011, « De la servitude sainte. Le cas de la famille maraboutique Ben Ali Chérif de Petite Kabylie (1841-1957) », Insaniyat, n° 53, p. 115-142.

Lesbet Djaffar, 1983, Les 1000 villages socialistes en Algérie, Paris, Syros.

Levi Giovanni, 1989, Le pouvoir au village. Histoire d’un exorciste dans le Piémont du xviie siècle, Paris, NRF, Éditions Gallimard.

Martinez Luis, 1995, « Les groupes islamistes entre guérilla et négoce. Vers une consolidation du régime algérien ? », Les Études du CERI, n° 3, p. 2-26.

Muller Pierre, 2009, « Entrepreneur qui invente un nouveau métier », Études Rurales, n° 183, p. 102-111.

Nouschi André, 2013 (1re éd. 1961), Enquête sur le niveau des populations rurales constantinoises de la conquête jusqu’en 1919. Essai d’histoire économique et sociale, Paris, Bouchène.

Prenant André, 1998, « Algérie, 1830-1998 : Des balbutiements du capitalisme colonial à l’entreprise monopolaire de recolonisation "mondialisée" », in Perrault Gilles (dir), Le livre noir du capitalisme, Paris, Le Temps des Cerises, p. 207-233.

Purseigle François, 2012, « Introduction », Études rurales, n° 190, p. 19-24

Purseigle François et Chouquer Gérard, 2013, « Les territoires saisis par la firme », Études rurales, n° 191, p. 9-18.

Simmel Georg, 1999, Sociologie. Études sur les formes de socialisation, Paris, PUF.

Troin Jean-François, 1985, Le Maghreb. Hommes et espaces. Paris, Colin.

Vichnevski Anatoli, 2000, La faucille et le rouble. La modernisation conservatrice en URSS, Paris, Gallimard.

Notes

1 Par exemple le quotidien algérien Le Matin, du 20 mai 2014, qui aborde la lutte des EAC (exploitations agricoles collectives) de l’Oranie contre la restitution des terres à leurs propriétaires initiaux.

2 Expression que nous devons à Daniel Rivet.

3 Vichnevski A., 2000, p. 13.

4 Bonte P. et Izard M., 2004, p. 605-606.

5 Berque J., 2001 (1re éd. 1937), p. 9-16.

6 Terres données en jouissance par le pouvoir ottoman à des communautés rurales mais qui se réservait le droit de percevoir un loyer et surtout de les confier à d’autres de façon arbitraire (la racine « ʿ/z/l » renvoie à l’idée de destitution et de déplacement).

7 Ce titre désigne le commandement d’un groupe de tribus à l’époque ottomane ; il perd progressivement sa réalité après la conquête française, à l’exception de certains avantages matériels récompensant la loyauté des détenteurs.

8 Les Ben Ali Chérif obtiennent en 1865 près de 684 ha à Berdia puis, dans les années qui suivent : 536 ha à Hammam Mesloug, 316 ha à Sedrata et une propriété foncière non évaluée à Tixter.

9 Archives nationales d’outre-mer (ANOM) à Aix-en-Provence, 41 KK 31, rapport du bureau arabe de Bougie (Bejaïa), 22 février 1876.

10 Conservation foncière (CF) de Bejaïa, vol. 62, acte du 2 avril 1883. Le Domaine revendique contre Mohamed Saïd Ben Ali Chérif une parcelle de 22 ha à Alger. Après une décennie de procédure (1876-1884), celui-ci accepte d’être dédommagé avec 76 ha ponctionnés sur la fraction d’Amalou (tribu des Aït Aïdel).

11 Par exemple : CF de Bejaïa : vol. 35, acte du 26 juin 1880 (achat de 3 parcelles : 1,25 ha, 1,25 ha et 50 ares) ; vol. 35, acte du même jour (achat à Bou Hamza de 7 parcelles : respectivement 25, 25, 50, 4, 50, 75 et 37 ares) ; vol. 43, acte du 18 février 1881 (achat d’une parcelle de 870 oliviers à Bou Hamza), vol. 43, acte du même jour (achat de 84 oliviers de Taourirt wadda chez les Illoulen).

12 Le terme ʿazîb désigne à la fois le campement saisonnier d’une tribu qui suit les pâturages et la portion de terre affectée au pâturage. Cf. Berque J., 2001 (1re éd. 1937), p 9-16. Même quand cet espace est livré aux cultures, le nom reste.

13 AOM 41 KK 10, rapport du bureau arabe de Bougie, 22 janvier 1876 ; CF de Bejaïa, vol. 386, acte du 27 juillet 1914, vente par le colon Caudrillier de l’intégralité de sa propriété aux Ali Chérif soit 106 h (dont 93 appartenait à la tribu des Ouzellagen).

14 Le terme signifie initialement « tribu » ou « fraction de tribu ». Mais, retranscrit « arch » par les Français, il peut aussi désigner la propriété collective d’un douar à partir de l’application du sénatus-consulte de 1863.

15 Archives de la wilaya de Constantine, service des Réformes, liasse 60, lettre du 24 juin 1916.

16 Voir par exemple : CF de Bejaïa, vol. 8, acte du 22 mars 1882. À cette date, Mohamed Saïd Ben Ali Chérif revend 21 parcelles aux fils d’El Hadj Naït Tikent, qu’il avait reçus sous la forme de dons de ce même Tikent.

17 Décret 63-168 du 9 mai 1963. Mise sous protection de l’État des biens mobiliers et immobiliers dont le mode d’acquisition, de gestion, d’exploitation ou d’utilisation est susceptible de troubler l’ordre public ou la paix sociale.

18 Les terres de la tribu des Aït Aïdel acquises par les Ben Ali Chérif échappent au contrôle de l’État algérien. Chérif Bensadoun qui est l’un des chasseurs attitrés du lignage saint, pendant la période coloniale, devient adjudant dans l’Armée de Libération Nationale (ALN) puis maire de Bouhamza (Aït Aïdel) après l’indépendance. Au cours des années 1960, ce dernier vend pour le compte des Ben Ali Chérif l’intégralité de leur patrimoine foncier situé dans la commune. Les acquéreurs sont ses administrés qui font valoir leur droit de retrait (chafâa). Entretien à Bouhamza, août 2015.

19 Iberraken F., 2011, p. 115-142.

20 Au sortir de la guerre, l’oliveraie du ʿazîb Ben Ali Chérif est saccagée par une population se livrant au commerce de charbon de bois.

21 Direction des Domaines de Bejaïa, procès-verbal n°12/DD, WB/98 du 1er juin 1998.

22 Côte M., 1988, p. 235.

23 Population constituée de la domesticité des Ben Ali Chérif et de leurs descendants. C’est sur ce groupe que s’appuie le lignage saint pour chasser les paysans entre 1998 et 2004.

24 D’après l’ancien président de la coopérative agricole (1964-1972). Entretien à Ighil Oumced, avril 2014.

25 Bourdieu P. et Sayad A., 1964, p. 169.

26 Côte M., 1988, p. 245.

27 Président de la coopérative (1964-1972), vétéran de l’Armée de libération nationale (ALN) et acteur du coup d’État de 1965.

28 Levi G., 1989, p. 132. L’historien l’emploie à propos du prix minimal proposé par le notable piémontais du xviie siècle au paysan ruiné lorsque la logique marchande balaie entièrement les liens interpersonnels.

29 Troin J.-F., 1985, p. 187.

30 Lesbet D., 1983, p. 33.

31 Ordonnance 71-73 du 8 novembre 1971.

32 Akloul Ali (1902-1975) est un ancien lieutenant de l’ALN.

33 Loi 87-19 du 18 décembre 1987.

34 Wilaya de Bejaïa, direction des Domaines, n° 12/1212/WB/98, arrêté du 25 juin 1998.

35 Aït Amara H., 1999, p. 133.

36 D’après un membre d’une famille-lige des Ben Ali Chérif. Entretien au ʿazîb Ben Ali Chérif, février 2014.

37 D’après un paysan de l’ancien DAS Akloul Ali. Entretien à Ighil Oumced, février 2014.

38 D’après un ancien exploitant. Entretien au ʿazîb Ben Ali Chérif, février 2014. Afin de distinguer les EAC et les EAI, chaque unité d’exploitation est numérotée.

39 CF d’Akbou, arrêtés du wali de Bejaïa n° 98/695 du 20 juin 1998, n° 98/1084 du 14 septembre 1998.

40 D’après l’exploitant d’une EAC puis EAI. Entretien au ʿazîb Ben Ali Chérif, février 2014.

41 Entretien à Aix-en-Provence, mai 2014.

42 Wilaya de Bejaïa, délibération n° 19/2003 du 16 novembre 2003.

43 Ahmed Ben Ali Chérif depuis Tunis et ses neveux installés à Bejaïa lancent la reconquête des terres familiales.

44 Blot J. et Spire A., 2014, p. 1-18 ; Bouquet C. et Kassi-Djodjo I., 2014.

45 Membre d’une famille-lige aux Ben Ali Chérif. Entretien au ʿazîb Tanouda, avril 2014.

46 Carlier O., 1995, p. 393-406.

47 D’après l’ancien détenteur d’une EAC puis EAI. Entretien au ʿazîb Ben Ali Chérif, février 2014.

48 Crainte formulée par des paysans expulsés qui font référence au massacre de Bentalha ayant fait 400 victimes en 1997.

49 Ahmed Ben Ali Chérif, l’aîné du lignage, procède au versement de compensations.

50 Blot J. et Spire A., 2014, p. 1-18.

51 D’après l’exploitant d’une EAC puis EAI. Entretien au ʿazîb Ben Ali Chérif, février 2014.

52 En particulier ceux localisés au ʿazîb Ben Ali Chérif et à Ighli Oumced.

53 D’après le détenteur d’une EAC puis EAI. Entretien au ʿazîb Ben Ali Chérif, février 2014.

54 En particulier celle d’Ifri, village du Congrès de la Soummam en 1956.

55 En 2011, les Ibrahim financent l’intégralité de la mosquée d’Igzher Amokrane pour contrecarrer les communautés évangélistes installées depuis la guerre civile, lesquelles seront chassées in fine.

56 Préface de Jacques Revel à l’édition française du livre de Giovanni Lévi, 1989, p. XXIII- XXIV.

57 Perceptible avec la privatisation et la bétonisation de la rive droite de la rivière d’Ighzer Amokrane (pour la construction d’un parking) et avec la fermeture d’un cimetière des Ouzellagen (parce que situé dans l’usine des Ibrahim). Ces derniers les dédommagent par une autre parcelle mais grignotent à nouveau un cimetière de la tribu situé en montagne (2014).

58 Avec l’achat d’une soixantaine d’hectares aux descendants du caïd Meziani des Ouzellagen.

59 CF d’Akbou. D’après le répertoire des comptes, les Ibrahim achètent 297 ha aux Ben Ali Chérif entre 2004 et 2011.

60 Purseigle F. et Chouquer G., 2013, p. 9.

61 Muller P., 2009, p. 106.

62 D’après l’informateur d’une famille-lige aux Ben Ali Chérif.

63 D’après une informatrice du village.

64 Purseigle F., 2012, p. 16.

65 Prenant A., 1998, p. 207.

66 Purseigle F., 2012, p. 16.

67 Lévi G., 1989, p. 80.

68 Les pressions du terrain nous empêchent de dévoiler son identité.

69 Mira Smaïl, chef des patriotes en Petite Kabylie.

70 Martinez L., 1995, p. 3.

71 Entretien à Ighil Oumced, avril 2014.

72 Martinez L., 1995, p. 3.

73 D’après Ernest Gellner cité par Pierre Bonte et Yazid Ben Hounet, 2010, p. 19.

74 Considéré comme un village peu nationaliste, le ʿazîb Ben Ali Chérif bénéficie d’aucun investissement de biens collectifs pendant très longtemps.

75 Notamment : l’association Tamourthiw (ma terre) qui lutte pour la restitution des terres aux fellahs spoliés ; l’association Les notables du village de Chellata, créée par l’une des familles-lige des Ben Ali Chérif ; l’association La zâwiya de Chellata, créée par l’ancien régisseur en lutte contre les Ben Ali Chérif ; ou encore Village Ighil Oumced qui lutte pour la restitution des terres aux fellahs.

76 Simmel G., 2010, p. 335.

77 Le groupe hier asservi se considère de facto comme le dépositaire sinon le « propriétaire » du patrimoine foncier Ben Ali Chérif. C’est pourquoi, il tente, à son tour de tirer profit des transactions foncières. Entretien à Ighil Oumced, février 2014.

78 En 2013, un conflit violent éclate sur cette question de l’eau entre les Ibrahim et les familles d’anciens domestiques des Ben Ali Chérif.

79 Encore une fois, les pressions exercées sur le terrain nous obligent à préserver l’anonymat des informateurs.

80 Entretien à Akbou, avril 2014.

81 Entretien à Akbou, avril 2014.

82 Noushi A., 2013, p. 125.

83 Fils de domestiques, l’une de ses grandes tantes est la concubine du bashagha Mohamed Ben Ali Chérif (1893-1952). Les méthodes employées dans le processus de déguerpissement vont le contraindre à fuir définitivement son village après plusieurs tentatives d’assassinat.

84 Bonte P. et Ben Hounet Y., 2010, p. 15.

85 Ibid., p. 13.

86 Entretien à Akbou, avril 2014.

87 Bonte P. et Izard M., 1991, p. 606.

88 Simmel G., 2010, p. 345.

89 DI Méo Guy, 2008, p 87-109.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : « La mafia du foncier – Benalycherif [sic] et 28 voleurs », graffiti à Akbou, 2014 (© Fatima Iberraken)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3748/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Fig. 2 – Généalogie simplifiée du lignage des Ben Ali Chérif (en rouge : les membres qui poursuivent leurs stratégies de reconquête)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3748/img-2.png
Fichier image/png, 53k
Titre Fig. 3 – Des réformes agraires à la restitution (1963 - 1998)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3748/img-3.png
Fichier image/png, 97k
Titre Fig. 4 : Bulldozer appartenant aux Ben Ali Chérif, 2014 (© Fatima Iberraken)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3748/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Fig. 5 : La vallée de la Soummam livrée au capitalisme agraire, 2014 (© Fatima Iberraken)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3748/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 592k
Titre Fig. 6 : Agriculture de firme et propriété déterritorialisée des Ibrahim chez les Illoulen, 2014 (© Fatima Iberraken)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3748/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Fig. 7 : La mise en valeur de la terre des Ibrahim sous le contrôle d’un contremaître, 2014 (© Fatima Iberraken)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3748/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Fig. 8 : Panneau publicitaire de l’entreprise Ibrahim à proximité de la propriété (© Fatima Iberraken)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3748/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Fig. 9 : L’appropriation de l’eau par les Ben Ali Chérif et les Ibrahim, 2014 (© Fatima Iberraken)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3748/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 410k

Auteur

Chercheuse indépendante

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable