Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Propriété et société en Algérie contemporaine. Quelles approches ?

 | 
Didier Guignard

Partie III. Continuités et ruptures dans les relations de propriété

Droits d’eau, hiérarchies en mouvement au Touat et Gourara : Radioscopie d’une société hydraulique

Nadir Marouf

Résumé

Les réalités oasiennes, analysées ici dans la longue durée, révèlent un fait majeur : les mutations statutaires qui se sont succédées au sein de la classe servile depuis la présence coloniale, au début du xxe siècle, découlent de l’appauvrissement drastique des notables maîtres du foncier et de la libération consécutive et progressive de leurs hommes liges affectés au travail de la terre. Toutefois, ces mutations n’ont pas porté atteinte au primat de la possession sur la propriété, et donc du régime de droits réels. Autrement dit, pour « révolutionnaire » qu’ait pu être la désaffection de la propriété féodale, celle-ci, prise dans son acception wébérienne (dans le sens où la possession est à l’archaïsme, selon lui, ce que la propriété est à la modernité), n’a pas fait disparaître les modes de faire-valoir traditionnels. Cependant, sous le couvert anthropo-juridique du statu quo ante, des changements profonds se sont produits, dans les propensions à acquérir des parts d’eau et, mutatis mutandis, des parts du foncier agricole, au bénéfice et sous l’impulsion des catégories subalternes.

The oasis realities, analyzed here in the long-term, reveal an important fact: the statutory changes in the servile class that have succeeded each other since the colonial presence in the early xxth century, resulting from the drastic impoverishment of notable masters of the land and the subsequent and gradual release of their henchmen assigned to working the land. However, these changes have not undermined the primacy of possession on the property, so the property rights regime. In other words, for "revolutionary" may have been the alienation of feudal property, this, taken as a Weberian sense (in the sense that ownership is archaic, he said, that the property is modernity), has not removed the traditional modes of tenure. However, under the guise of anthropological-legal status quo ante, profound changes have occurred in the propensity to acquire water shares and, mutatis mutandis, agricultural land shares for the benefit and under the impulse of subaltern groups.

التحولات للمراكز القانونية التي اتبعتها الفئة المتخلفة في أوائل القرن العشرين، الناجمة عن إفقار شديد للسادة اصحاب الاراضي الاقطاعيين ومنحها تدريجيا على أتباعهم الخدام لفلاحة الأرض. ومع ذلك، فإن هذه التحولات تمت مع عدم تقويض سيادة الحيازة على الممتلكات، وبالتالي و بعبارة أخرى فإن نظام حقوق الملكية " تعد بالثورية" دلك بنقل الملكية الإقطاعية من الاستحواذ الى الملكية بالمعني الفيبيري ( الحيازة من التخلف و الملكية من الحداثة) التى لم تستطيع ازالته بمعنى ازالة الوسائط الحيازة التقليدية. ومع ذلك، تحت ستار الأنثروبولوجية القانونية للوضع السابق لقد حدثت تغيرات عميقة في الميل إلى شراء قطع المياه و حسب مقتضى الحال، أسهم الأراضي الزراعية لصالح الفئات المرؤوسين المندفعين.

Texte intégral

Le paradoxe colonial et ses prolongements contemporains

1L’histoire, la géographie humaine et l’anthropologie, traversent le contenu de la présente contribution. On y trouve mêlées à la fois des réalités anciennes et d’autres plus actuelles. La plupart de ces réalités sont une photographie de la situation qui prévalait dans les années 70 et qui perdurent encore. Elles servent de repère à l’appréciation que l’on peut avoir des problèmes d’hier et de leur traitement au cours des trente dernières années. Les réalités qui perdurent constituent les tendances lourdes, comme les modes d’établissement humain, d’accès aux ressources notamment la ressource hydraulique d’une part, et les stratégies paysannes à la fois de résistance au changement et d’incorporation des nouvelles techniques à leur propre rationalité d’autre part.

2Cet ensemble de réalités portant à la fois sur le substrat territorial, l’organisation de l’espace et les pratiques culturelles sont une constante chez les populations oasiennes depuis la nuit des temps. C’est donc à l’aune de cette perspective double – du changement et de la permanence – qu’il convient de capter l’évolution de la situation oasienne.

  • 1 ḥarâṭîn, pluriel de ḥarṭâni, signifie : « esclaves libérés ». En fait, il s’agit d’un changement de (...)

3Après la conquête coloniale, les ruptures majeures qu’ont connues les oasis occidentales tiennent à deux faits successifs. Le premier concerne la désaffection de la hiérarchie nobiliaire. Cette désaffection porte sur les statuts sociaux, voire contractuels, puisque les anciens serfs, appelés ḥarâṭîn1, ou du moins une partie d’entre eux, se libèrent du travail servile dans un contexte de ruine des propriétaires, soumis désormais à l’exaction fiscale coloniale (impôt per capita). Parmi ces paysans asservis (ḥarâṭîn), certains s’engagent dans l’armée française, d’autres émigrent vers les villes septentrionales du Maghreb. Plus tard, les plus chanceux reviennent au pays avec un modeste pécule, mais assez suffisant pour leur permettre de racheter des parts d’eau. En effet, la libéralisation de l’accès aux droits d’eau au profit des anciens ḥarâṭîn est rendu possible dans une conjoncture d’endettement des anciens propriétaires, soumis désormais à l’impôt colonial visé plus haut.

4Le paradoxe colonial aura ainsi consisté à libérer la main-d’œuvre servile de façon tout à fait involontaire (ce phénomène est indépendant des dispositions légales en matière d’abolition d’esclavage qui n’ont eu qu’un effet symbolique, par ailleurs, puisque le servage a persisté durant l’épopée coloniale et bien au-delà, notamment en milieu touareg). En effet, le projet colonial (dont l’avènement est tardif puisque l’armée campe dans la région à partir de 1902) consistait à appliquer une franchise monétaire s’appuyant sur la quantité de palmiers possédés et à contraindre indirectement les propriétaires à entrer dans une logique marchande pour obtenir des liquidités, notamment par la vente des droits d’eau et des dattes sur un marché plus élargi que l’ancien troc coutumier avec les groupes nomades. La seconde rupture, consécutive à la première (introduction de la monnaie comme modalité d’échange), tient à la mobilité sociale des Oasiens ḥarâṭîn, dont le statut servile est rompu avec les anciens maîtres, en dépit d’un résidu de pratiques « d’obligeance » se caractérisant, entre autres, par la prestation d’entretien des maisons de ces derniers.

5Ce paradoxe (lié au fait que l’administration militaire française n’avait nullement pour objectif de libéraliser les transactions au sein de la communauté oasienne) va prendre d’autres formes avec les réformes agraires successives que connaîtra la région oasienne. Nous n’évoquerons pas celles, relatées dans un précédent ouvrage, de la revivification des foggaras taries sur fonds municipal (1967), ni de la « Révolution agraire » (1971) qui a consisté à transposer les catégories normatives (« la terre à celui qui la travaille ») du nord dans le sud, où l’investissement humain se fait principalement en direction de la mise en valeur hydraulique (ce qui revient à corriger : « l’eau à celui qui la travaille ») et, par voie de conséquence, de la gestion privative de cette ressource et de sa reconnaissance comme « patrimoine », contrairement à la terre ès qualités qui est, a priori, perçue comme « res nullius ». En effet, les dispositions de la « Révolution agraire » n’ont pas été modifiées en ce qui concerne les terres sahariennes, sachant que la valeur des biens possédés concerne le patrimoine hydraulique et non pas le sol qui est accessible naturellement, ce qui a rendu l’application de cette « révolution » sans effet.

  • 2 Ce bilan se rapporte non seulement à la situation décrite plus haut mais également à la situation q (...)

6Tel est le bilan2 que l’on peut établir au terme de trente années d’enquêtes et de missions périodiques sur les Oasis du Touat et du Gourara. La situation présente sera développée en conclusion, mais il convient de suivre, dans une perspective théorique et critique, la réalité complexe d’une société où la confrontation coloniale a été pour le moins singulière, comparée au contexte global de l’Algérie septentrionale.

Profil d’une société en transition : Passé et présent

  • 3 Il s’agit en l’occurrence de la modification des rapports sociaux à l’intérieur de la communauté oa (...)

7Les modifications statutaires intervenues au sein de la communauté oasienne dans son ensemble, par le jeu des situations conjoncturelles dictées par les pouvoirs et agents périphériques au cours des siècles, ont toujours été accompagnées de modifications internes, singulièrement celles qui affectèrent le rapport entre maîtres et ḥarâṭîn. Mais, si le changement interne s’opérait de façon passive, subie de la part de ces derniers, le choc colonial, en tant que levier externe du changement, a introduit pour la première fois une différence qualitative dans la nature du changement interne3.

8La singularité actuelle de la formation sociale ksourienne est due à la superposition de plusieurs rapports de production, agissant chacun dans une sphère déterminée ; et, s’ils n’interviennent pas tous avec la même ampleur, ils cohabitent toujours suivant des combinaisons propres à chaque micro-région. Il en est ainsi, du mode d’accumulation primitive ou d’économie semi-ouverte, dont la sphère constitue un cercle sécant avec la sphère d’économie de subsistance et celle d’économie capitaliste. Tous ces rapports s’articulent au mode de production dominant. Ils se sont articulés hier au capitalisme monopoliste d’État ; et aujourd’hui à l’économie de marché.

  • 4 Il s’agit de l’impôt per capita qui oblige le propriétaire à modifier sa pratique économique, fondé (...)
  • 5 L’une entraîne l’autre de manière mécanique.
  • 6 Les unités de mesure de la quantité d’eau produite ou échangée sont comptabilisées par le moyen d’u (...)

9Le phénomène d’endettement et de gêne consécutifs à cette contrainte4 a eu pour effet une double désaffection touchant la main-d’œuvre et les biens : la première réside dans la constitution d’un marché libre du travail, la seconde dans l’apparition de ce qu’on pourrait appeler les épiphénomènes du système colonial : usuriers, démarcheurs et commerçants, se recrutant tout d’abord parmi les gens du cru pour élire domicile ensuite dans les chefs-lieux, pratiquent alors une forme de spéculation (par le nantissement, sorte de prêt hypothécaire) et le loyer de l’argent. Par le moyen de la première, on assiste à la concentration de la propriété des palmiers ; par le moyen de la seconde, on enregistre la concentration de la propriété hydraulique5. Car, avec la première, on a liquidé à bas prix les palmiers, tandis qu’avec la seconde, la liquidation partielle ou totale des parts d’eau détenues par les contribuables a facilité d’autant la spéculation. Et si la mainmise sur le palmier permet une ouverture sur le marché extérieur, le capital « eau » n’en constitue pas moins un placement sûr, sachant qu’une ḥabba (unité de mesure du débit) pouvait valoir, dans les années 1970, 10 000 dinars, et que la concession de quelques kirat (unité de base équivalent à 1/24e de la ḥabba) donne droit jusqu’à la moitié de la récolte6.

10Qu’on loue ou qu’on vende l’eau, l’opération est toujours rentable, et l’argent placé est fructifié mieux que dans n’importe quel autre placement (l’investissement sur les palmiers, en plus du fait qu’il occasionne des frais d’exploitation et de pré-conditionnement, est aléatoire en raison des caprices de la production). Enfin, ce double système de rente représente une couche de commerçants ou d’anciens propriétaires, les uns venant d’ailleurs, les autres issus du milieu, résidant cependant à Adrar, à Timimoun ou à In Salah, et faisant partie de ce qu’il est convenu d’appeler les propriétaires absentéistes.

  • 7 Contrairement à la communauté locale « indigène », ces nouveaux venus, attirés par la spéculation h (...)

11Quoique ce groupe à la fois rentier et marchand constitue une faible minorité, son influence sur la région est patente. En plus de son pouvoir économique local, il constitue le maillon central par lequel la communauté rurale des ksour s’insère dans les rapports marchands qui tendent à définir son statut. Ces rapports étaient, durant la période précoloniale, placés à la périphérie et n’intervenaient qu’indirectement dans le comportement économique de la communauté considérée ; ils se focalisent, avec la période coloniale, dans ses rouages les plus intimes7.

12Cependant, l’émergence de la nouvelle caste usuraire et marchande locale, produit d’une réalité fiscale particulière, s’insère de ce fait dans une totalité sociopolitique et économique : le rapport colonial en tant que rapport tributaire monétarisé. Ce rapport, s’articulant à son esquisse marchande au plan local, définit le mode de production des oasis coloniales. Cette double partition se vérifie également à l’intérieur du processus de production et des situations contractuelles qui lient les maîtres à leurs ḥarâṭîn : tout en poursuivant comme finalité la satisfaction des besoins primaires, ces deux agents se disputent de façon dynamique le surplus. La nouveauté des situations contractuelles, due à la situation ambiante précédemment décrite, mais renforcée surtout par la désaffection de la main-d’œuvre (émigration partielle), tient à la raréfaction du producteur direct, et à sa possibilité consécutive d’intervenir, à son avantage, dans les clauses du contrat : à ce titre, la situation conjoncturelle rend sinon possible, du moins permissif le rapport contractuel.

13L’existence de contrats de métayage tient aux conditions économiques objectives, quoiqu’ils ne soient pas encore régis en institution. La brèche qui s’ouvre dans le rapport tributaire, et la cohabitation à petite échelle, du contrat de métayage (qui est un contrat de fait) préludent à l’émergence de nouvelles stratifications internes, comme formes dominantes du rapport social dans la sphère de production. Mais le décalage entre la situation objective au plan économique et sa prise en charge institutionnelle, voire sa généralisation révolutionnaire, ne peut s’expliquer que par le halo idéologique des anciennes légitimations de pouvoir, qu’elles soient fondées sur la « race », l’ethnie, le lignage, ou le modèle confrérique. Ces phénomènes constituent l’élément principal de résistance au changement. Ils partagent cependant ce rôle avec le fait que le niveau atteint par les forces productives, comme la base matérielle des moyens de production, n’offre pas encore les conditions suffisantes à une décomposition radicale de la paysannerie, et, par suite, aux transformations économiques nécessaires à la liquidation des formes de domination archaïques.

L’après indépendance ou les pesanteurs du passé

14Enfin, depuis l’indépendance, la diffusion du capitalisme se poursuit sur fonds tributaire, ce qui nous amène à caractériser cette période par la dyade tributaire / capitaliste. En effet, nous avons toujours présentes les situations préexistantes : système d’autoconsommation s’articulant à un échange interne semi-monétarisé ; système d’usure et de rente foncière portant sur des biens dont l’appropriation progressive ou brutale se fait à distance, qui marque l’émergence d’une classe de propriétaires absentéistes, et qui reproduit pour la première fois dans cette région un système de rente foncière transporté du nord.

15Il faut ajouter toutefois que la politique fiscale de la France est tombée en désuétude, et le moins qu’on puisse dire est que le fait a primé sur le droit : ceux qui ne parvenaient plus à payer ne pouvaient tous être évincés sans que cela profite à ceux qui vivent des miettes de la politique coloniale. Aussi, usuriers et rentiers, agents parasitaires d’un système qui n’avait pas prévu leur existence, ont-ils connu des hauts et des bas : s’ils se sont développés et consolidés dans le sillage de la politique fiscale coloniale, c’était là, certes, une conjoncture favorable, mais l’administration militaire ne souhaitait pas particulièrement les voir prendre de l’importance dans une région où on espérait surtout développer l’économie agricole, organiser les marchés d’exportation et donner à la fiscalité enfin l’assise économique nécessaire. Or les usuriers plaçaient plus leur argent dans l’eau que dans le palmier. Celui-ci, souvent abandonné, a fini par ne plus fournir qu’une récolte de très basse qualité. Du reste, la région a perdu toute compétitivité en matière d’exportation des dattes, qui fut (et le reste jusqu’à l’heure actuelle) plutôt le fort des oasis orientales, d’Ouargla et de Biskra. La datte étant devenue un mauvais pion pour le marché extérieur, et, dans une certaine mesure, pour l’ouverture sur l’économie capitaliste, l’usure s’est concentrée alors sur un secteur névralgique de l’économie locale, qui, au lieu d’être dynamisé – et il en avait tant besoin, vu l’état des foggaras – ne servait en général que l’appétit d’une minorité qui, de surcroît, a perdu toute accointance avec les choses de l’agriculture... Pour de telles raisons, la politique coloniale n’eut aucune raison de favoriser cette classe qui, à l’inverse, dans les plaines céréalières du nord, a été la cheville ouvrière de la constitution du patrimoine foncier de colonisation. Ici, on n’avait pas de terres à coloniser, on n’avait pas plus besoin d’usuriers. La désuétude fiscale comme le blocage des rapports usuraires et marchands marque, depuis les années 30, un repli de l’économie oasienne sur elle-même. Plus que jamais, on s’accroche à l’autoconsommation, que renforcent à la fois la dé-monétarisation de l’échange interne (l’argent continue à jouer cependant un rôle formel de médiation pour le troc local) et la désaffection du commerce caravanier, entamé par le système colonial, et voué lui aussi au repli agro-pastoral. Telle était la fresque sociale oasienne au lendemain de l’indépendance algérienne.

Cycles et hiérarchies

16Plus que le statut économique de la région, la nature des rapports sociaux constitue la marque la plus significative, voire la plus décisive du changement : de même le rapport colonial a laissé place à une longue phase d’autarcie, de même l’insertion des oasis actuelles dans le marché mondial peut laisser place à une dé-monétarisation de l’économie. Car le sort de l’économie oasienne actuelle est lié à la loi de l’offre et de la demande.

17L’émergence d’un marché du travail, comme la frange des ḥarâṭîn qui est parvenue à entrer dans des rapports contractuels avec les anciens maîtres, devenus de simples propriétaires, est un fait acquis et irréversible. Ceux parmi ces ḥarâṭîn qui, à la faveur des pressions économiques, même conjoncturelles, ont pu déchirer le voile des vieux clivages en imposant leurs conditions de travail, ne sont pas prêts, même dans une oasis vouée à redevenir l’enclave des temps médiévaux, à reconnaître la condescendance des anciens maîtres, ni leur supériorité spirituelle ou lignagère. C’est historiquement impossible.

18L’aspiration de cette frange à la propriété de la terre et de l’eau est désormais légitime et réelle : alors que la noblesse des maîtres empêche ces derniers de s’abaisser à travailler, l’entraide paysanne chez les ḥarratîn a permis à ceux-ci d’assurer à la fois les tâches agricoles et les travaux rémunérateurs. Relayés par leurs enfants ou des membres de leurs familles, ils se libèrent occasionnellement des travaux des champs pour offrir leurs bras, d’abord aux services communaux et aux privés locaux, puis désormais, aux entreprises du bâtiment et aux chantiers pétroliers.

  • 8 Cette métaphore renvoie à la vision subjective qu’ont les Oasiens de l’espace plein, notamment la t (...)

19Ils ont patiemment et ardemment réuni la somme nécessaire pour acheter enfin le maigre filet d’eau qui leur était loué auparavant au prix d’une bonne partie de la récolte. Pour ceux qui ont franchi ce seuil, c’est « l’entrée au paradis »8, c’est un défi à l’histoire millénaire de leur servilité. Mais des vies entières ont été consacrées à la réalisation de cet acte fatidique : pour acheter 2 ḥabba en février 1971, un ḥarṭâni de Ûlad Saîd a travaillé pendant quarante ans à l’issue desquels il a économisé les deux millions (anciens) qui lui furent réclamés par le vendeur. Ces indices de mobilité et de promotion, cumulatifs et irréversibles, ne sauront être rangés dans la catégorie des péripéties qui font et défont l’économie ksourienne suivant les conjonctions nationales et internationales.

Trois paramètres structurants

20Ainsi, la multiplicité présente des situations contractuelles qui sont définies de façon dynamique par la combinaison de trois paramètres :

21Le premier est représenté par le marché libre du travail. D’abord périphérique, il va engendrer la réduction de la force de travail disponible, rendant ainsi permissif un marché libre du travail à l’intérieur de la communauté rurale : les mêmes raisons qui conduisent les ḥarâṭîn à une volonté contractuelle quant aux conditions de leur travail expliquent la disponibilité structurelle d’un patrimoine sur lequel les anciens maîtres n’arrivent plus à faire jouer contradictoirement le principe « pas de terre sans seigneur ». La terre et l’eau, menacées de désaffection, sont justiciables d’un processus d’appropriation qui n’est plus ordonné par la superstructure idéologique des clans ou des lignages, mais progressivement par les contraintes matérielles et financières. Les promus à la propriété comme les anciens serfs devenus métayers ou fermiers ne constituent cependant qu’une frange dont l’élargissement est freiné par le décalage structurel qui existe encore entre l’instance économique et l’instance idéologique : l’ensemble des ḥarâṭîn n’ont pas, en effet, une conscience claire de leur force. Cependant, dans leur majorité, leurs progénitures récusent le travail de la terre et choisissent des métiers dans le commerce, l’administration ou dans des activités liées au bâtiment et à l’industrie, notamment pétrolière.

22L’intervention de l’argent, second paramètre, dans les différents niveaux des échanges, constitue désormais un indicateur réel des nouvelles propensions à acquérir ou à vendre s’agissant de la force de travail, de l’appropriation des biens ou des marchandises. De même, elle règle les conduites collectives en matière de gestion et d’exploitation (nouveaux plans de culture, changement de l’échelle des temporalités, normes de décision et d’investissement pour contracter un emprunt, achat des engrais ou autres facteurs nouveaux, etc.), ainsi que la nouvelle dynamique des rapports sociaux.

23Enfin, troisième et dernier paramètre, la dysfonction entre l’instance idéologique et l’instance économique tend à contrecarrer ou à réguler les deux premiers paramètres, tout en freinant le processus d’éclatement des anciennes stratifications sociales.

24Les trois paramètres ainsi définis nous permettent de mieux cerner le champ combinatoire des situations contractuelles possibles : nous excluons les combinaisons théoriques, considérées comme telles du seul fait qu’elles n’ont pas été vérifiées sur le terrain. Par exemple, nous n’avons rencontré aucun ancien propriétaire qui soit devenu locataire sur son propre bien, hydraulique ou foncier. Généralement, par suite d’endettement ou de désaffection de la main-d’œuvre, l’ancien propriétaire a tendance à vendre une partie de ses parts d’eau, de ses palmiers ou de sa terre. Il s’appauvrit, mais ne mute pas dans le camp des locataires, dévolu aux ḥarâṭîn.

  • 9 Martin A.G.P., 1923.

25Autre remarque, la strate sociale des ḥarâṭîn est subdivisée statutairement en deux sous-ensembles : khammâs et kharrâs, c’est-à-dire, respectivement métayer et fermier. Cette subdivision est intéressante, parce qu’elle montre que le statut de kharrâs, inexistant il y a un demi-siècle (Alfred-Georges-Paul Martin et ses contemporains n’en ont jamais parlé9 ; d’ailleurs le caractère récent de ce statut est confirmé par les autochtones eux-mêmes), est, de loin, le plus dynamique. Enfin, les statuts sont définis en rapport avec la (non) propriété de la terre et / ou de l’eau. On est situé dans un degré plus ou moins haut de l’échelle statutaire en fonction du degré d’appropriation de la dyade terre / eau.

26Les anciens maîtres sont toujours propriétaires de l’eau ; et les plus prestigieux possèdent à la fois l’eau et la terre. Les khammâsa ne possèdent en général ni eau ni terre. Quant aux kharrâsa, ils sont en général locataires de l’eau et de la terre ; mais progressivement, ils peuvent également devenir locataires de l’eau et propriétaires de la terre, ou même propriétaires de l’eau et de la terre.

Le statut de maître

27Propriétaire d’eau et propriétaire de terre, le statut traditionnel de maître n’a rien d’original. C’est celui qui a prévalu depuis toujours. Il convient néanmoins de distinguer empiriquement deux procès de formation de la propriété foncière et hydraulique : le procès de « droit commun » et celui des « fidéicommis ».

28Le premier procès d’appropriation fonctionne dans le cadre ordinaire des associations familiales ou contractuelles de foggara. Les terres mises en valeur, exploitées privativement ou en indivision familiale, sont transférées par dévolution successorale. Elles sont, en principe, aliénables. Le second procès d’appropriation, plus représentatif du Touat que du Gourara, fonctionne suivant le modèle du premier procès, auquel se superpose toutefois une dévolution maraboutique ou confrérique. Nous avons affaire à deux dévolutaires, l’un successoral et bénéficiant de l’usufruit, l’autre légal et bénéficiant, à terme, de la nue-propriété. Ce dernier bénéfice est fictif tant que la terre considérée est exploitée par les héritiers testamentaires (puisqu’ils sont précisés sur l’acte de donation), il devient réel en cas d’aliénation ou de départ volontaire d’un tiers héritier. De fait, comme de droit, ces biens de mainmorte ne sont aliénables qu’au profit de la confrérie (zâwiya) ou fondation pieuse concernée.

  • 10 Circulaire de 1900 ayant pour effet de vérifier si les biens constitués ḥabûs ne sont pas gagés aup (...)
  • 11 Notre propos concerne la situation d’un certain nombre de ksour notamment dans le Touat. Nous avons (...)

29Alors que dans le nord du Maghreb, l’institution ḥabûs ressortit davantage à des dispositions individuelles (sauf au début de l’ère coloniale 1830-1900 où les Algériens « haboussaient » volontairement et massivement leurs biens, pour échapper au séquestre et à l’expulsion, tendance contrecarrée d’ailleurs par l’action paulienne10, vers 1900, qui dispose que les biens grevés d’hypothèques ne sauraient être « haboussés »). L’institution ḥabûs constitue, par contre, dans les oasis occidentales, le soubassement de ksour entiers, et opère une homogénéisation juridico-politique du terroir, dont on ne sait pas si elle provient, à l’origine, d’une concertation libre et volontaire des propriétaires-donataires, ou d’une pression confrérique exercée par le haut11 : à Zawiat-Kûnta, où toutes les terres sont biens ḥabûs, il semblerait que les dépositaires de la zâwiya, donc du patrimoine qui est dévolu à celle-ci en dernier ressort, ne sont pas de simples gérants (muqaddem) : héritiers du fondateur de la zâwiya, ou prétendus tels, ils constituent, au nom de leur primogéniture, le centre de la sphère nobiliaire et maraboutique du ksar. Ils sont nobles au premier degré.

30L’interprétation qui nous fut donnée par le cadi de Tamentit est que cette institution ḥabûs gèle les biens-fonds contre toute éventualité de vente de la part des héritiers. Les ancêtres, soucieux de voir préserver le patrimoine familial, voire le patrimoine communautaire à l’échelle du ksar entier, rendent la propriété inaliénable tout en consignant par écrit la liste des héritiers sur un registre des eaux (le zmâm). Ceux-ci seront autant que possible mâles afin que le patrimoine ne s’effrite pas par le jeu des alliances et des transferts matrimoniaux. Cette interprétation n’a rien d’original, puisqu’elle est affichée un peu partout au Maghreb rural comme mobile réel, le caractère mystico-religieux de la donation n’étant souvent qu’un prétexte.

31Il est vrai que pour exhéréder les femmes, les tenants de la coutume berbère, ne pouvant renier l’Islam sans renier ses dispositions canoniques (l’Islam intègre en effet la femme dans l’héritage : en tant qu’épouse, elle a le l/8e du mari ; en tant que fille, elle a droit à la moitié de la part du frère, en tant que ʿâṣib ou héritière ascendante ou collatérale, ses droits varient suivant le cas considéré et suivant les rites), ont eu tendance à déjouer les principes successoraux islamiques en s’autorisant un autre principe islamique : le ḥabûs (appelé plus généralement waqf comme en Tunisie et au Proche-Orient). Par ce procédé, ils pouvaient corriger, à leur guise, la liste des successeurs et les termes du partage (sorte d’acte testamentaire). Ils pouvaient prescrire aussi les modalités généalogiques (voire génétiques) de succession, à la mort des descendants directs : au cas où à la place du garçon prévu naît une fille, la part théoriquement dévolue à cette dernière est alors affectée à la fondation dévolutaire.

  • 12 Le zmâm est un registre dans lequel sont consignés tous les transferts successoraux portant sur une (...)
  • 13 L’obsession de la communauté oasienne face à l’aliénation de ses terres s’explique par une prédatio (...)

32À Zawiat-Kûnta, dans le Touat, l’institution ḥabûs montre, de façon plus nette que dans le nord du Maghreb, que le terme d’aliénation s’entendait plus comme un maléfice qui allait venir de l’extérieur saper les fondements de la communauté : l’intrusion étrangère s’est vue opposer ainsi un refus inscrit dans les mœurs et ratifié par le zmâm12. Les dépositaires de la zâwiya sont alors les dépositaires symboliques du refus13. Cependant, au fur et à mesure que les biens passent de la dévolution successorale à leur destinée confrérique, les dépositaires de la zâwiya se voient dotés d’un patrimoine de plus en plus important : à l’origine, les terres ainsi détenues par la zâwiya étaient exploitées par des ḥarâṭîn, suivant les mêmes modalités que celles qui définissent le rapport maître / serf. La reproduction, par l’institution ḥabûs, des rapports sociaux dominants est un phénomène généralisable à tout le nord de l’Algérie. Le produit des récoltes, comme nous l’avons dit par ailleurs, est dévolu aux pauvres et aux orphelins. Il est stocké pour faire face aux invités de passage, commerçants caravaniers surtout : la pièce annexe de la zâwiyabayt adh-dhiâf – sert alors de cantine populaire. Elle assure la prise en charge collective et d’obligation tacite des visiteurs et des hôtes. Elle est le lieu de la justice distributive et de l’investissement-prestige. À ce titre, elle est, tout à la fois, le lieu de l’ordre municipal et moral.

33Mais l’ordre municipal, depuis plusieurs décennies, est moins attesté que son corollaire. Les écoles coraniques viennent, de surcroît, d’être supplantées par les écoles laïques construites par l’État algérien. Ces dernières chôment beaucoup moins que les premières, et les instituteurs sont payés par la caisse du Trésor public. La zâwiya ou ses représentants voient leur fonction municipale, qui est une fonction d’autogestion, se réduire, par la force des choses, à une peau de chagrin. La trésorerie de la ḥukûma (État) remplace désormais le bayt adh-dhiâf et son fonds de redistribution... Et pourtant, l’ordre confrérique n’a pas perdu de son ancien prestige ni de son ancienne autorité, puisque la propriété ḥabûs est omniprésente dans les trois districts et constitue encore, dans le Touat, plus du tiers du patrimoine hydraulique et foncier. En définitive, le procès d’appropriation fidéicommissaire se superpose à une partie du patrimoine de droit commun.

34Faut-il préciser que le statut propriétaire de l’eau / non propriétaire de la terre est d’origine récente ? Il est représenté par quelques anciens roturiers qui, ayant amassé plus d’argent que d’autres dans le commerce avec les tribus nomades, se sont installés à Adrar ou à Timimoun, comme commerçants, tout en bénéficiant d’une rente sur les parts d’eau qu’ils détiennent encore, et qu’ils concèdent ou louent à des ḥarâṭîn. À ceux-là s’ajoute la catégorie des nouveaux venus dans la hiérarchie des propriétaires : ils ont racheté des parts d’eau à des propriétaires ruinés, et pratiquent la même rente hydraulique que les anciens roturiers.

Les khammâsa

35Le khammâsat et le kharrâsat ne sont pas deux modes de faire-valoir organiquement différents. Ils sont tous les deux régis par le mode de faire-valoir indirect, mais dans le premier cas, il s’agit de métayage, alors que dans le second, il s’agit plutôt de fermage, à location fixe.

36Le contrat de khammâsat, s’il consacre l’ère du métayage et de la rente foncière directe, ne recouvre pas toutes les situations que connaissent les ḥarâṭîn. Ceux qui subissent encore passivement les conditions d’exploitation imposées par le propriétaire n’ont rien du khammâs proprement dit. Celui-ci est censé négocier ou changer de propriétaire, alors que dans le cas du ḥarṭâni, la servilité est plus patente. Cependant, le passage de la forme servile à la forme contractuelle du mode de faire-valoir indirect se fait tacitement et de façon extrêmement dynamique, si bien que les deux cas ne sont justiciables d’aucune typologie : il s’agit de deux moments d’un même mouvement et d’une même mutation sociale et économique propre aux ḥarâṭîn dans leur ensemble.

37Le contrat de khammâsat évolue suivant les contractants, mais le principe de l’offre et de la demande contribue quelque peu à réduire les différences relatives aux modalités de rétribution. Il est bien évident que cette réduction n’est pas formelle, dans la mesure où l’on prend en considération le chiffre d’affaires et l’état de santé du patrimoine à gérer : un jardin abondamment fourni en eau est plus avantageux pour le khammâs qu’un jardin faiblement irrigué ; aussi le propriétaire du premier jardin aura-t-il tendance à minimaliser le pourcentage des récoltes attribuables au khammâs. C’est pourquoi les contrats de khammâsat varient généralement entre l/5e et la moitié des récoltes, et on comprend aisément que dans le deuxième cas (50 %), le khammâs ne soit pas forcément plus avantagé que dans le premier.

38La seule exception à la règle variable des pourcentages porte sur le palmier-dattier : les récoltes de dattes font l’objet d’un partage fixé une fois pour toutes entre le propriétaire et son khammâs. Les proportions du partage peuvent différer d’un propriétaire à l’autre, mais l’essentiel réside dans la constance inhérente à chaque type de contrat. La particularité du mode de rétribution propre aux dattes est significative de la désaffection relative à l’égard du palmier, mais aussi du caractère prévisible de sa production. Plus aléatoire est, par contre, la production de céréales et de toutes autres récoltes qui subissent de façon plus immédiate l’effet, lui-même aléatoire, du débit des foggaras.

39Payé en nature, le khammâs n’est pas incité à produire davantage, car sa part relative reste toujours assez faible. Essayant de s’en tirer avec le minimum, son comportement diverge souvent avec l’intérêt du propriétaire, qui le talonne sans arrêt en multipliant les contrôles (quasi quotidiens) et les menaces d’expulsion.

40Toutefois, depuis l’avènement de la contractualisation du travail, notamment du rapport entre propriétaire et métayer, à partir du milieu des années 1950 selon Jean Bisson, le khammâs est rétribué en argent. Cela implique une révision perpétuelle des proportions dans lesquelles se fait cette rétribution. Cela implique aussi, de la part du khammâs, un changement de comportement (dicté par la contrainte monétaire et l’obligation consécutive de recourir, pour ses dépenses, à des produits de substitution) tendant à s’aligner sur celui du kharrâs.

Les kharrâsa

  • 14 Bisson J., 1957.

41Déjà en 1957, Bisson14 notait la nette régression des khammâsa (pluriel de khammâs) : ils représentaient alors 25 % du personnel contractuel contre 70 % de kharrâsa (et 5 % de wakīl-s, sorte de gardiens de palmeraies de l’Erg occidental).

42Alors que le contrat des kharrâsa ressemble à celui des khammâsa en ce qui concerne le mode de rétribution relatif à la récolte des dattes, ce principe de fixation préalable du volume de répartition affecte, pour le kharrâs, l’ensemble des autres récoltes. Ce n’est donc plus en termes de pourcentage, mais en quantité de céréales fixée une fois pour toutes que s’entend le contrat des kharrâsa : son titulaire (côté exploitant) paie en nature le jardin et l’eau ainsi loués. C’est pourquoi on peut parler ici de contrat de fermage ou de location fixe. Juridiquement et techniquement, ce n’est pas le jardin qui est alloué mais l’eau qui lui est affectée : fiction juridique sans doute, elle permet en tout cas au propriétaire de s’appuyer sur un critère d’évaluation, d’abord traditionnel, ensuite plus opérationnel que celui de la superficie agricole. En tenant compte de ce critère, il semble bien que le pouvoir de négociation du kharrâs se soit consolidé.

43Bisson donne pour 1957 une moyenne locative de 2 à 3 q de céréales (suivant la quantité relative d’orge et de blé) par litre / seconde. En 1971, la ḥabba est louée en moyenne contre 4 à 10 kg de céréales (le cycle du contrat étant annuel). En réduisant à un dénominateur commun, cela veut dire que, en moyenne, si les 250 kg de céréales de 1957 constituaient la contrepartie dévolue au propriétaire, de 60 litres / minute alloués au kharrâs, celui-ci exige par contre en 1971 pas moins de 145 litres / minute (soit plus du double) contre la même quantité de céréales. Si le kharrâs est considéré comme un personnage plus exigeant, il est par contre, de l’aveu même du propriétaire, considéré comme plus indispensable que le khammâs (pourtant relativement docile...).

44Apparemment au moins, les intérêts du kharrâs et du propriétaire ne sont pas divergents : ils souhaitent tous deux obtenir le maximum de rendement avec le minimum de moyens investis. L’exploitant, qui fournit lui-même les semences et les outils de travail, est par contre plus directement intéressé par l’augmentation de la production que son propriétaire, dont l’intérêt évident est, somme toute, de se voir garantir la continuité et la stabilité de ses ressources agricoles. Avec un kharrâs, ses jours sont assurés, car, bon an mal an, il a sa part fixe. Si la récolte est bonne, tant mieux pour le kharrâs, ce qui n’empêchera pas le propriétaire de tenter quelque augmentation de sa quote-part ; si la récolte est mauvaise (ce qui est fréquent), le kharrâs se débrouillera d’une manière ou d’une autre pour honorer ses engagements. Il ira s’offrir provisoirement sur le marché du travail ou, de ksar en ksar, proposer ses services pour le curage des foggaras ou, à défaut, vendre une partie de ses biens ; s’il n’a pas de biens à vendre, il s’endettera.

45Les hauts et les bas de la production font que le kharrâs est surtout un personnage qui prend des risques, et pas seulement vis-à-vis de son propriétaire. C’est pourquoi il s’accroche, c’est pourquoi il se fait aussi plus exigeant. Là réside le secret de son dynamisme, voire de la dynamique sociale et de l’historicité dont il est le lieu.

  • 15 Propos recueillis à Ulâd Saîd par Étienne Bovet dans son rapport sur La vivification des foggaras s (...)
  • 16 Ibid.

46Que pensent les propriétaires des kharrâsa ? : « Si je trouvais un khammâs qui travaille bien, ce serait un grand rendement pour moi. » À la question : « Pourquoi n’essayez-vous pas de trouver un bon khammâs ? », on répond : « On n’en trouve pas, tout le monde est devenu malin ! »15. En somme, ce que désirent les propriétaires, c’est d’avoir à leur disposition quelqu’un qui ait l’esprit d’un khammâs et les bras d’un kharrâs, idéal jamais atteint... Que pensent, par contre, les kharrâsa de leur sort et de leurs propriétaires ? : «kharrâs, c’est plus tranquille, khammâs personne ne veut l’être, parce que le patron il emmerdait beaucoup ; kharrâs, c’est mieux : tout dans ma tête, et l’autre ne m’augmente rien ! »16.

  • 17 Ibid.

47Les désirs de promotion, comme la perspective d’être un jour propriétaire, animent les uns et réaniment les autres : la création, dès 1964, de chantiers de plein-emploi dans la région (revivification de foggaras communales) a provoqué la désertion massive des ḥarâṭîn. On trouve de moins en moins de khammâsa, et quand ils sont disponibles, ils réclament le statut de kharrâs, voulant par cette surenchère, favorisée par la baisse de l’offre intérieure de main-d’œuvre, s’aligner sur le modèle de consommation de leurs prédécesseurs. Ces derniers eux-mêmes tendent à abandonner le travail de la terre pour se procurer, grâce aux chantiers saisonniers, l’argent nécessaire pour revenir en force proposer le rachat de quelques parts d’eau et de jardins désaffectés. Se dessine alors un cycle de mobilité sociale et de promotion irréversible et surtout redoutable pour les anciens propriétaires. Mais si les vents semblent jusque-là favorables au kharrâs, son désir de mettre en valeur le jardin du propriétaire dans les conditions optimales se heurte bien souvent aux aléas d’un statut mal défini, à cela s’ajoutant le fait qu’il travaille sur la terre des autres, car les kharrâsa « ne semblent pas profiter très souvent de la liberté relative dont ils disposent ; qu’il s’agisse de construire un mur contre le vent de sable ou d’employer des engrais, ils renvoient au contraire souvent le problème dans l’irréel, par un "si j’avais un jardin à moi !" »17

48D’autres facteurs militent en leur défaveur : le marché de l’emploi (dans ces années 1970) ne fait que camoufler une situation chronique de sous-emploi, car la précarité de la main-d’œuvre journalière ou communale est à la mesure de son caractère saisonnier. On va au chantier après avoir quitté la terre, et il arrive qu’une fois sur deux on y retourne, faute de mieux. Ce climat d’instabilité, à la fois pour les propriétaires et pour les ḥarâṭîn, a contraint les premiers à faire violence à leurs principes moraux en travaillant eux-mêmes leurs terres. Ils ne sont pas légion, mais on en rencontre de plus en plus dans le Gourara.

49Cette revanche à l’égard de l’antique patron (bien timide certes) tempère néanmoins, là où elle tend à se produire, les possibilités d’intransigeance des kharrâsa. Il faut ajouter enfin que le risque pris par ces derniers devient particulièrement dangereux pour ceux parmi les kharrâsa qui se font trop vieux. Le kharrâsat n’est un risque à prendre que quand on jouit de la vigueur nécessaire pour conjurer la menace des sables, la parcimonie des foggaras et l’infortune des récoltes.

50Le kharrâs zélé et qui veut voir préserver son avantage relatif doit alors déjouer l’étau qui se resserre sur lui. Il lui faut sortir du piège de l’anonymat pour avoir, lui aussi, pignon sur rue. Les économies qu’il a pu faire grâce aux chantiers vont servir alors pour acquérir un terrain à proximité ou tout au moins en aval d’une foggara dont les parts sont, en partie ou en totalité, détenues par les spéculateurs absentéistes et surtout lointains (situation du propriétaire de l’eau / non propriétaire de la terre). Ce jardin est soit acheté à un autre propriétaire en quête d’argent, soit mis en valeur. D’une manière ou d’une autre, il est classé parmi les propriétaires, ce qui constitue une entorse à la coutume, qui ne reconnaît ce titre qu’aux titulaires de l’eau. Le premier palier de l’ascension est, pour le kharrâs, d’être propriétaire d’un terrain, fût-il encore locataire de l’eau. Il aura dissocié ainsi le patrimoine foncier de son archétype hydraulique. Dissociation sur le plan juridique, c’est-à-dire simulation, car il reconstitue aussitôt la dyade eau-terre de manière discontinue et en frappant à deux portes différentes.

  • 18 Bisson J., 1957.
  • 19 Recoupements à partir des chiffres de 1973 de l'APC d'Adrar et du recensement dans la Wilaya de la (...)

51Ce palier, qui représente le statut locataire de l’eau / propriétaire de la terre est certainement l’étape promotionnelle la plus représentative du kharrâs avant les dernières réformes foncières appliquées (partiellement en 1973). L’accession à la propriété reste cependant faible, quoiqu’elle ait sensiblement évolué depuis 1957 : « Dans le Deldûl, commune d’Aûghrût, rapporte Bisson, sur 800 exploitants noirs, 15 % possédaient une parcelle de terre, il y a une quinzaine d’années, 3 ‰ du total seulement pouvaient en vivre. »18 Or, si l’on prend pour échantillon Reggane, Sali et Tamentit (échantillon pour le Touat), l’accession à la propriété concerne au début des années 1970 : 35 % des ḥarâṭîn19. Dans ce total, sont toutefois confondus les propriétaires de jardins à l’exclusion de l’eau et les détenteurs des deux biens.

52Le dernier palier franchi par le kharrâs est celui de l’appropriation des parts d’eau, rachetées soit à l’ancien propriétaire, soit au spéculateur absentéiste. L’opération s’avérant trop coûteuse, quelques kharrâsa ont pu se cotiser pour installer une motopompe, dans le ksar de Gharmûli. Il s’agit là cependant d’un précédent rare, la formule du rachat étant encore considérée comme la plus courante.

53Mais le statut propriétaire de l’eau et de la terre conféré aux kharrâs compte lui-même quelques cas isolés. Ils constituent néanmoins la brèche par laquelle le ḥarṭâni parvient en haut de la cime, à égalité avec l’ancien maître : ainsi la grille génétique des statuts contractuels se définit comme une chaîne dynamique se terminant en boucle (en passant d’un propriétaire de l’eau et de la terre à un autre). Cette tendance à l’égalisation des fortunes reste cependant toute relative. Elle s’érige plus en principe acquis qu’en réalité économique : les rescapés du métayage et du fermage, pour ne pas dire du travail servile, sont arrivés à bout de souffle, et au prix de longues années d’effort, à se faire une place à côté des anciens maîtres. Mais ils ont pu tout au plus racheter quelques kirat, souvent inférieurs à la part louée antérieurement. La bourse des valeurs de l’eau échappe totalement à leur influence, et la cherté de ce bien précieux dresse des barrières à la véritable égalisation des fortunes. Pour avoir sauvé les meubles, les promus à la propriété totale n’en auront pas moins contribué à la parcellisation et à l’émiettement des tenures. La nationalisation de l’eau imposée par la réforme, et qui est entrée en vigueur en 1973 pour les territoires sahariens, n’a réglé elle-même qu’en partie le sort des ḥarâṭîn, encore que les plus directement concernés soient les kharrâsa propriétaires d’un jardin et locataires de l’eau.

Conclusion : d’une révolution agraire avortée à une libéralisation prédatrice

54Les oasis occidentales connaîtront, à partir des années 80, des transformations, qui modifieront drastiquement le paysage ; et ce, notamment à la suite de la promulgation d’une série de monuments juridiques dans le sens d’une libéralisation de l’économie en Algérie : privatisation du parc immobilier, restructuration des entreprises, mise en valeur des terres sahariennes. Alors que les textes consacrant la primauté de l’appropriation collective (autogestion) et coopérative (révolution agraire) étaient toujours en vigueur, le processus de libéralisation dans le Sud pouvait laisser entendre qu’au sein du même État souverain, deux logiques républicaines allaient se côtoyer.

55L’accès aux terres sahariennes concerne désormais les spéculateurs de tous bords, venant pour la majorité d’entre eux du nord du pays : commerçants, pharmaciens, avocats, officiers, etc., et tentant leur chance dans ce nouvel Eldorado céréalier. Jusque-là, l’eau provenait exclusivement des nappes phréatiques drainées par les foggaras séculaires. Avec les nouvelles formes de mise en valeur et le changement d’échelle – où les exploitations peuvent compter plusieurs centaines d’hectares –, la solution hydraulique passe par le forage et le pivot. Désormais, la maîtrise de l’écosystème est moins déterminante dans l’acquisition de l’eau, que celle des arcanes bureaucratiques. Les nouveaux acteurs, venus souvent d’ailleurs, jouissent d’un savoir-faire que les autochtones ne maîtrisent pas toujours. Ils savent monter un dossier pour financer un projet, ne lésinent pas sur les moyens technologiques, qu’il s’agisse de forage ou d’utilisation des pivots d’irrigation – jusque-là connus dans les paysages d’openfield des plaines d’Europe, d’Amérique ou d’Australie.

  • 20 Ce constat a été fait entre 1983 et 2002, date à laquelle nous avons réalisé un film documentaire s (...)

56Toutefois, le coût écologique du projet pourrait s’avérer rédhibitoire à long terme. La remontée des sels par capillarité connue depuis des siècles, depuis l’existence du système traditionnel d’irrigation (à savoir le système foggarien) risque de s’aggraver et pousser à des abandons successifs des exploitations faute de maîtriser les techniques de lessivage à une telle échelle qui n’est plus celle de la tenure des ksour. L’autre coût, plus lourd de conséquences, est d’ordre social. Nous assistons en effet à la coexistence d’une culture d’oasis et d’une culture capitaliste donnant lieu à l’abandon à terme de la première, et d’une prolétarisation progressive de paysans devenus « ouvriers agricoles », ce qui rappelle curieusement le processus de colonisation en Algérie au milieu du xixe siècle20.

57Comment conforter la grande exploitation pour nourrir le pays, tout en veillant à trouver des remèdes adéquats à la dégradation des sols et au maintien du système traditionnel fondé sur la foggara ? Beaucoup d’efforts ont été consentis pour renforcer l’infrastructure hydraulique foggarienne et la culture d’oasis. Mais beaucoup d’inconnues demeurent.

Bibliographie

Bisson Jean, 1957, Le Gourara : étude de géographie humaine, Paris, Éditions Lechevalier.

Marouf Nadir, 1980a, Terroirs et villages algériens, Office des Publications Universitaires, Alger.

Marouf Nadir, 1980b, Lecture de l’espace oasien, Paris, Sindbad.

Martin Alfred-Georges-Paul, 1923, Quatre siècles d’histoire marocaine : au Sahara de 1504 à 1902, au Maroc de 1894 à 1912 : d’après archives et documentations indigènes, Paris, Alcan.

Notes

1 ḥarâṭîn, pluriel de ḥarṭâni, signifie : « esclaves libérés ». En fait, il s’agit d’un changement de statut qui consiste à faire passer une partie des esclaves (ʿabid en arabe, iklan chez les Touaregs) au statut de serfs. Ces derniers sont désormais affectés au travail de la terre après avoir été soumis à des tâches domestiques (ramassage de bois, gardiennage du troupeau, corvée d’eau, etc.). L’une des différences principales entre les deux statuts est que, du point de vue résidentiel, les ʿabid sont attachés à la maison du maître (dépendances attenantes à celle-ci), tandis que les ḥarâṭîn résident loin de ces derniers. En milieu touareg, cette différentiation résidentielle entre paysans asservis (appelés iklan taousit équivalent de ḥarâṭîn) est encore plus nette. Cf. Marouf N., 1980a.

2 Ce bilan se rapporte non seulement à la situation décrite plus haut mais également à la situation qui a prévalu depuis la politique de mise en valeur des terres du Sud à partir de 1982 et qui fera l’objet de développements ultérieurs (cf. conclusion).

3 Il s’agit en l’occurrence de la modification des rapports sociaux à l’intérieur de la communauté oasienne engendrée par la présence coloniale.

4 Il s’agit de l’impôt per capita qui oblige le propriétaire à modifier sa pratique économique, fondée initialement sur le troc en intégrant l’usage de la monnaie pour payer ses dettes.

5 L’une entraîne l’autre de manière mécanique.

6 Les unités de mesure de la quantité d’eau produite ou échangée sont comptabilisées par le moyen d’une plaque en cuivre disposant de trous de diamètres variables. Le module de référence est le kirat. Il y a des multiples et des sous-multiples du kirat qui sont tous ordonnés par un rapport de proportionnalité constant. Notons que le kirat désigne non seulement une quantité d’eau mais aussi une valeur monétaire ou marchande puisque le terme est passé du grec à l’arabe ainsi qu’à d’autres langues (kirat vient de keraton, qui a donné également carat).

7 Contrairement à la communauté locale « indigène », ces nouveaux venus, attirés par la spéculation hydraulique (indissociable de la spéculation foncière), constituent le nouveau maillon qui met en relation cette communauté à son corps défendant avec l’ensemble du pays.

8 Cette métaphore renvoie à la vision subjective qu’ont les Oasiens de l’espace plein, notamment la tenure cultivée et complantée de palmiers. La tenure y est appelée en effet janna qui signifie « paradis » dans le corpus coranique et dans les parlers locaux du monde arabe.

9 Martin A.G.P., 1923.

10 Circulaire de 1900 ayant pour effet de vérifier si les biens constitués ḥabûs ne sont pas gagés auprès d’un tiers ou de l’État. Il s’agit surtout de ce qu’on appelle un ḥabûs privé, c’est-à-dire ayant pour objectif principal la préservation d’une option successorale dont les dévolutaires seront les enfants mâles jusqu’à extinction. Le dévolutaire final qui est une institution pieuse ne prend possession du bien « haboussé » qu’en cas de rupture des héritiers programmés.

11 Notre propos concerne la situation d’un certain nombre de ksour notamment dans le Touat. Nous avons effectué une enquête à Zawiat-Kûnta où nous avons fait un relevé cadastral au milieu des années 70. Cela nous a permis de faire les constats relatifs à la constitution du ḥabûs dans cette région. Cf. Marouf N., 1980b. Il est à noter que d’autres évolutions ont pu voir le jour ailleurs que dans le Touat.

12 Le zmâm est un registre dans lequel sont consignés tous les transferts successoraux portant sur une foggara. Il s’agit de droits d’eau détenus auprès d’un ascendant et répartis après la mort de ce dernier. Ce registre est tenu par un cadi (c’est le cas à Tamentit), quelquefois par un notable du ksar.

13 L’obsession de la communauté oasienne face à l’aliénation de ses terres s’explique par une prédation séculaire des nomades qui ont eu souvent l’occasion de menacer la libre gestion de son patrimoine. Il faut rappeler par ailleurs que l’écosystème oasien ne connait pas l’institution ‘arsh connue dans les régions septentrionales du Maghreb. En effet, le caractère inaliénable des terres est régi par l’ensemble de la communauté qui a pu résister au droit colonial même si les succès en furent modérés. Dans le milieu qui nous occupe, le seul garde-fou contre les aliénations est incarné par l’institution religieuse, confrérique en l’occurrence, ce qui explique tout le climat de vigilance contre l’intrus.

14 Bisson J., 1957.

15 Propos recueillis à Ulâd Saîd par Étienne Bovet dans son rapport sur La vivification des foggaras sur fonds publics (enquête réalisée en 1967 pour le compte de l’AARDES, la direction générale du Plan à Alger).

16 Ibid.

17 Ibid.

18 Bisson J., 1957.

19 Recoupements à partir des chiffres de 1973 de l'APC d'Adrar et du recensement dans la Wilaya de la Saoura préparatoire à la 2e phase de la « Révolution agraire ».

20 Ce constat a été fait entre 1983 et 2002, date à laquelle nous avons réalisé un film documentaire sur l’état des lieux. La différence de situation entre les débuts d’application des monuments juridiques pour la mise en valeur du Sud (1983) et la situation plus récente (2002) est sensible si l’on en juge par deux colloques que j’avais organisés, l’un en 1986, l’autre en 1996. Dans le premier cas, le caractère prédateur de l’exploitation des terres n’était pas remis en cause. Dix ans après, avec la remontée des sels par capillarité et l’abandon successif des grandes exploitations par les investisseurs venus du nord, une telle situation a donné lieu à un certain nombre de mesures conservatoires (notamment la revalorisation du système de foggara, là où elle peut être confortée).

Auteur

Université de Picardie, Amiens. Directeur de la Maison des Sciences de l’Homme, Tlemcen

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter