Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Propriété et société en Algérie contemporaine. Quelles approches ?

 | 
Didier Guignard

Le diptyque propriété et société en Algérie et ses retouches successives (xixe-xxie siècles)

Didier Guignard

Résumé

La propriété au sens large est une porte d’entrée privilégiée pour étudier les mutations sociales, culturelles ou spatiales de l’Algérie contemporaine. L’importance de la question n’a pas échappé aux chercheurs depuis le XIXe siècle. Dans des contextes scientifiques et idéologiques très différents, elle est même sans cesse remise sur le métier. Plusieurs disciplines – parmi lesquelles le droit, l’histoire et la géographie, la sociologie ou l’anthropologie – s’y sont penchées à tour de rôle, empruntant et se répondant les unes aux autres. Cette introduction vise à faire l’histoire de ces approches en constant renouvellement. L’ambition n’est pas de dresser la liste exhaustive de tous les travaux sur le thème retenu, plutôt de rendre compte des principales ruptures épistémologiques, remises dans leur contexte. Elles approfondissent souvent des voies ouvertes précédemment ou rompent, au contraire, avec elles. La richesse du matériau algérien peut suffire à les engendrer ; il n’est parfois qu’un terrain d’expérimentation pour des idées ou des méthodes venues d’ailleurs. L’exercice peut aider à mesurer le chemin parcouru, la part d’héritage ou d’originalité dans les propositions du présent ouvrage.

In every sense, property is a privileged entrance to study social, cultural and spatial changes in Contemporary Algeria. The significance of the question did not escape researchers since the xixth century. Within very different scientific or ideological contexts, it has been reworked incessantly. Several disciplines – among which law, history, geography, sociology or anthropology – addressed the issue one after the other, borrowing or answering each other. This introduction aims to tell the story of these approaches in constant replacement. The ambition is not to draw up the complete list of works in relation with that theme but rather to report main epistemological breaches in their context. They often deal with ways explored before in depth or split radically with them. The Algerian material wealth can be enough to create them; sometimes, it is only a testing field for ideas or methods coming from elsewhere. The exercise can help to determine the long way we have come, the share of legacy and innovation from present book’s proposals.

الملكية هي البوابة الأولى لدراسة التغيرات الاجتماعية والثقافية أو المكانية للجزائر المعاصرة. لم تغب أهمية موضوع الملكية عن أذهان الباحثين منذ القرن التاسع عشر. يجدر بالذكر أن الباحثين ما انفكوا يطرحون موضوعها في سياقات علمية إيديولوجية متعددة على تنوّع اختصاصاتهم ومشاربهم سواء أكانوا متخصصين في التاريخ أو الجغرافيا أو علم الاجتماع أو العلوم الإنسانية، فقد تناوبوا جميعاً على دراسة ومعالجة مسألة الملكية، تارة مستلهمين من كتابات من سبقوهم في هذا المجال وتارة مجيبين على تساؤلات طُرِحَت وكأنهم في حوار بحثي لا منته.

ليست دراستنا إلا تأريخاً لهذه المقاربات الدائمة التجدد لا نهدف منها وضع قائمة شاملة بكل الأعمال التي تمت حول الموضوع بل الإشارة إلى التصدعات المعرفية الكبرى وإعادة وضعها في سياقها. غالباً ما تؤدي البحوث الجديدة إلى تعميق الروابط بين الدراسات المقدمة سابقاً أو قطعها تماماً.

إن غنى المادة (بناء) الجزائرية كفيل بتوليد مسارات جديدة للبحث لتكون أرضية خبرات جديدة وأفكار ومناهج قادمة من الخارج. من شأن دراستنا أن تسلط الضوء على مدى الجهود المبذولة في هذا المجال وعلى تراث وأصالة (الملكية في الجزائر).

Texte intégral

  • 1 Griffiths J., 1986 ; Faron O. et Hubert E. (dir.), 1995 ; Colin J.-P., 2004. Voir aussi le « cadre (...)
  • 2 Hann C. M. (dir.), 1998.
  • 3 Le Roy E., 2011.

1Dans son acception libérale, la propriété désigne la plénitude des droits sur un bien qu’exerce une personne juridique, individu ou collectivité. Ce sens étroit s’est imposé à l’échelle mondiale, depuis le xixe siècle, en même temps que l’idéologie qui le porte. Mais il nous prive de la polysémie d’un mot qui, dans ses rapports à la société, embrasse bien davantage : des droits de propriété, formalisés ou non, souvent limités, superposés ou partagés pour un même objet et dont les conceptions se concurrencent parfois1 ; des relations de propriété qui façonnent l’ordre socio-économique, politique, mais aussi culturel2 ; plus largement des manières de s’approprier un espace, en le transformant selon sa pensée, ses besoins et ses techniques, en y vivant selon ses vœux3.

  • 4 Côte M., 1988, p. 105.

2De ce point de vue, la propriété est une porte d’entrée privilégiée pour appréhender les mutations de la société algérienne contemporaine. Dès les années 1830, la colonisation française est prise de possession des terres et des immeubles urbains. Elle provoque un large processus de dé-légitimation des droits autochtones au profit d’une requalification permettant le transfert légal et massif des biens immobiliers. Il en ressort un nouveau rapport à l’espace, une révolution dans la façon de s’y projeter, de l’exploiter, de s’y mouvoir. « Deux visions du monde, deux systèmes de valeurs, insiste le géographe Marc Côte : l’un [a] pour lui l’enracinement au terroir et la solidarité de groupe, l’autre la puissance économique, l’ouverture au monde, la foi dans le progrès4. » Cela ne va évidemment pas sans conflits ni bouleversements de toute nature. La ruée sur les biens des Algériens connaît certes des formes et des rythmes différents, selon les lieux et les périodes, mais l’accélération du processus dans le dernier tiers du xixe siècle se conjugue à une reprise de la croissance démographique autochtone. L’ensemble des immigrés européens n’en profite pas après l’échec de nombreuses implantations rurales et en raison d’une forte concentration de la propriété coloniale au début du xxe siècle. De leur côté, des Algériens parviennent à préserver ou à se constituer des patrimoines. Les rachats de terres aux colons marquent même la faiblesse du peuplement européen des campagnes, sans remettre en cause – radicalement – les situations acquises. C’est la guerre d’indépendance qui les sape avec ses déplacements forcés de population, l’ampleur des destructions et, au final, le départ des Européens.

  • 5 Brahiti A., 2013 ; Guignard D., 2015.
  • 6 Côte M., 1988, p. 253.

3Ainsi les droits et relations de propriété, comme les formes d’appropriation, constituent un héritage à plusieurs strates en 1962. Articulés à une nouvelle citoyenneté, leur redéfinition soulève des enjeux considérables et multiformes. L’État algérien y répond par une « réforme » puis une « révolution » agraire, c'est-à-dire par des mesures de nationalisation touchant les terres des Européens et des grands propriétaires autochtones. L’« autogestion » des anciens domaines coloniaux comme le mouvement « coopératif » ont bien du mal à masquer cette étatisation des espaces agricoles. L’emprise domaniale gagne aussi les villes mais se heurte à l’occupation spontanée des « biens [laissés] vacants » par les Européens à la suite d’un exode rural sans précédent. Dans le sillage du plan de Constantine (1959-1963), les autorités algériennes optent alors pour une industrialisation à marche forcée et pour la construction de grands ensembles (années 1970-1980). Mais cette planification socialiste permise par la rente pétrolière, que les habitants s’ingénient souvent à contourner, est loin d’atteindre ses objectifs de développement. Dès les années 1980-1990, des impératifs de productivité justifient des restitutions de biens nationalisés à leurs propriétaires algériens, tandis qu’un débat s’ouvre sur le devenir des anciennes terres colonisées, toujours rattachées au Domaine. En ville, les règles évoluent également vers une plus grande individualisation des droits, ce qui fait émerger de nouveaux acteurs et revendications. Le tout dans un contexte de forte croissance urbaine et de hantise des opérations cadastrales qu’accentuent les flux de réfugiés intérieurs de la « décennie noire ». La modification incessante des normes de reconnaissance de la propriété ne parvient donc pas à éteindre le contentieux immobilier5, pas plus que le sentiment des Algériens de se sentir « mal dans leur espace »6.

4Cette centralité du diptyque propriété et société n’a pas échappé aux chercheurs depuis le xixe siècle. Dans des contextes scientifiques et idéologiques différents, la question est même sans cesse remise sur le métier. Plusieurs disciplines – parmi lesquelles le droit, l’histoire et la géographie, l’économie, la sociologie ou l’anthropologie – s’y sont penchées à tour de rôle, empruntant et se répondant les unes aux autres. Depuis une trentaine d’années, cependant, les occasions de croiser les approches sur ce thème – et à propos de l’Algérie tout particulièrement – se font plus rares, sans que le besoin n’ait disparu pour autant. Ce constat partagé avec Isabelle Grangaud est à l’origine de cet ouvrage collectif, issu lui-même d’un colloque international tenu à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme d’Aix-en-Provence, les 20 et 21 mai 2014. Comme les auteurs poursuivent des interrogations et des approches en constant renouvellement depuis le xixe siècle, cette introduction vise à en faire l’histoire. L’ambition n’est pas de dresser la liste exhaustive de tous les travaux ayant exploré les rapports entre propriété et société dans l’Algérie contemporaine. Elle vise plutôt à rendre compte des principales ruptures épistémologiques, remises dans leur contexte. Celles-ci approfondissent des voies ouvertes précédemment ou rompent, au contraire, avec elles. La richesse du matériau algérien peut suffire à les engendrer ; il n’est parfois qu’un terrain d’expérimentation pour des idées ou des méthodes venues d’ailleurs. Cette généalogie de la recherche sur le thème retenu peut aider à mesurer le chemin parcouru, la part d’héritage ou d’originalité dans les propositions du présent ouvrage. On les retrouvera mentionnées sous cette forme, ainsi ajoutées aux branches de l’arbre.

Un savoir initial pour mettre en ordre (années 1840-1910)

5Ce sont des savants français qui posent les premiers jalons du savoir publié sur le sujet, mais avec l’idée de guider les conquérants et promoteurs de la colonisation en Algérie. Face au chaos généré par les débuts de l’occupation militaire et la fièvre affairiste consécutive, ils recherchent les moyens d’en sortir, tout en jetant les bases d’une implantation durable. Dans cette optique seulement, des juristes, linguistes ou apprentis ethnologues s’efforcent à comprendre les modes d’appropriation en Afrique du Nord dont ils ignorent à peu près tout jusqu’aux années 1830. En suivant les débats de la Commission de colonisation de 1842, François Dumasy revient sur ce moment crucial où la quête de savoir est étroitement subordonnée à des choix politiques. Comment « légitimer [en particulier] les atteintes à la propriété indigène sans remettre en cause la sacralité de la propriété » défendue en métropole ? Telle est en substance la question posée.

  • 7 Worms M.-G., 1846, p. I.
  • 8 Robe E., 1848, p. 11
  • 9 Besson E., 1894, p. 196-200.
  • 10 Pouyanne M., 1895, p. 90.
  • 11 Warnier A., 1841 ; Enfantin P., 1843 ; Urbain I., 2000 (1re éd. 1861) et 2002 (1re éd. 1862).
  • 12 Worms M.-G., 1846, p. 498.

6Le sentiment (ou la nécessité) d’appartenir à une civilisation « supérieure » conditionne la lecture de cet « état de la propriété » autochtone. Le médecin militaire Mayer-Goudchaux Worms estime en 1846 que son « état bizarre, [son] assiette incertaine et [son] origine inconnue » se dressent contre « toutes les tentatives de progrès et d’organisation durable »7. De son côté, l’avocat bônois Eugène Robe pointe du doigt « la théocratie et l’immobilité, […] caractères originaux de la propriété dans la Régence [ottomane d’Alger] »8. Cinquante ans plus tard, depuis son bureau parisien de la direction de l’Enregistrement, Emmanuel Besson pense enfin saisir l’origine de cette « physionomie si originale [du] régime foncier de nos sujets indigènes » où, selon lui, « toute appropriation privative » avait disparu. Il y voit la conséquence du « communisme agraire » instauré par les « hordes sauvages » (référence à la migration hilalienne du xie siècle) qu’auraient aggravé à partir du xvie siècle – « dans des proportions considérables » – les confiscations du pouvoir ottoman et l’inflation des fondations pieuses (waqf ou ḥubūs) opérées en réaction9. L’absence de publicité pour les contrats immobiliers, la suprématie de la preuve testimoniale sur l’acte écrit, le recours facultatif au cadi (« ministère assez peu sérieux d’ailleurs »), tout concourait à des « fraudes […] très faciles et très fréquentes ». C’est du moins ce que répète en 1895 après tant d’autres Maurice Pouyanne, juge de paix dans le Constantinois, dont l’ouvrage fait bientôt autorité10. En négatif se lit la valorisation d’un recours systématique à l’écrit pour un droit positif, laïcisé et uniforme, consacrant la propriété privée, pleine et aliénable des particuliers comme du Domaine. Ces érudits défendent ainsi une révolution juridique qui soit à la fois libérale et coloniale, version hybride de celle commencée en France à la fin du xviiie siècle. Ils en espèrent pareillement des « améliorations » pour la productivité agricole, industrielle ou commerciale ; pour les rentrées fiscales, l’investissement privé et le peuplement européen ; parfois même pour les « indigènes ». La « reconnaissance » à ces derniers de droits de propriété, aussi dévastatrices soient les réformes qui y conduisent, est un argument récurrent des mieux disposés à leur endroit, saint-simoniens en tête11. Mais les plus sévères consentent aussi à « une étude approfondie de la législation et de l’histoire des pays musulmans » avant d’énoncer leur verdict12.

  • 13 Forsyth J., 1992, p. 185 ; Weaver J., 2006 (1re éd. 2003), p. 159-161 et 188-205 ; Banner S., 2005.
  • 14 Worms M.-G., 1846, p. IV-V.

7Ce sont en effet les sources écrites de la science juridique islamique (fiqh), bien plus que des observations ethnographiques, qui interpellent le savant orientaliste ou le juriste. Elles leur interdisent une négation absolue des droits autochtones, comme cela se produit à la même époque dans d’autres colonies, moins densément peuplées à l’origine : de manière systématique en Australie, Sibérie ou Colombie britannique, de façon plus sporadique en Afrique du Sud13. En Algérie, au contraire, la francisation juridique des propriétés prend du temps et incite à redéfinir sans cesse le champ et la nature du « droit musulman ». L’urgence, vers 1840-1850, consiste donc à se plonger dans ces écrits méconnus pour cautionner l’édification d’un régime bicéphale (« français » / « musulman »), assimilable au droit métropolitain et apte à servir les intérêts coloniaux à la demande. Le discrédit jeté sur les informateurs autochtones participe à cette attention paradoxale portée aux sources du fiqh. « Après avoir longtemps songé aux moyens les plus efficaces, expose le docteur Worms, j’ai été amené à conclure que les enseignements sur [la propriété des indigènes] devaient être puisés à des sources écrites, authentiques par leur antiquité […]. Quand le temps m’eut familiarisé davantage avec leur langue écrite et permis ainsi de consulter, sans leur intermédiaire, quelques-uns des rares manuscrits de législation que leur prévoyance n’a pu réussir à nous soustraire, je fus frappé des nombreuses contradictions […] entre les renseignements fournis par eux à l’administration et ceux que je puisais dans l’étude de leur loi14. » Formulées ainsi, les « contradictions » n’incitent guère à penser le pluralisme juridique, l’écart toujours possible entre l’usage et la doctrine (du moins dans sa conception étroite et fautive), pas plus que les bouleversements ou la méfiance générés par la guerre de conquête et les premières dépossessions. Pour bâtir sa théorie en faveur d’un droit éminent de l’État sur l’ensemble des biens autochtones, Worms n’en livre pas moins sa lecture du Coran, de la Sunna, du consensus (ijmāʿ) des compagnons du Prophète et de la méthode de raisonnement par analogie (qiyās). Ses références aux manuels médiévaux de l’Égyptien Ḫalīl bin Isḥāk ou du Syrien Ibrahim al-Ḥalabī visent à rendre compte des rites malékite et hanafite en Algérie.

  • 15 Perron N., 1858, p. XIX.
  • 16 Hanoteau A. et Letourneux A., 2003 (1re éd. 1873).
  • 17 Morand M., 1913, p. 11-16.

8Le ministère de la Guerre lui emboîte le pas en commandant à Nicolas Perron une traduction de l’abrégé (muḫtaṣar) de « Sidi Khalil ». Membre de la Société asiatique de Paris et d’une commission d’exploration scientifique en Algérie (1839-1842), le linguiste bute longtemps sur le style sibyllin du traité doctrinal rédigé au Caire dans la première moitié du xive siècle. Aussi s’autorise-t-il à réordonnancer la matière et à y insérer des commentaires. L’enjeu est d’importance si, comme il le croit alors et pour la résolution pratique des litiges immobiliers entre Algériens notamment, « ce livre est […] le guide unique que reconnaissent les tribunaux et les mosquées en Barbarie »15. Certes des collections de coutumes berbères élargissent bientôt l’horizon, mais l’assemblage de ces listes de délits assortis de peines, auquel se livre le général Adolphe Hanoteau dans les années 1860, relève de motivations et d’une méthode similaires : privilégier les textes trouvés, quelle que soit leur nature, les fondre ensemble et les reclasser à la manière du code civil16. Il faut attendre le début du xxe siècle pour entendre enfin une voix critique sur la place véritable de ces écrits, avant comme après 1830. Le plus remarquable est qu’elle émane de Marcel Morand, officiellement chargé de l’avant-projet de codification du droit musulman algérien. Ne se référer qu’au muḫtaṣar, « vieux de cinq siècles », pour saisir l’application du rite malékite en Algérie est « une manière de voir tout à fait erronée », prévient-il d’emblée. Il connaît la réputation accordée par certains cadis algériens à des juristes postérieurs et plus accessibles, formés à Tunis ou à Grenade. Il sait l’importance, à côté des traités doctrinaux, des recueils d’avis juridiques (fatāwā) pour approcher une réalité maghrébine plus tangible. Surtout le droit est « en perpétuelle transformation, et si la loi écrite n’est pas modifiée et constamment adaptée aux rapports juridiques nouveaux […], il arrive fatalement un moment où le juge se trouve dans l’impossibilité […] de baser […] sa sentence sur cette loi écrite, et se voit contraint […] d’invoquer les usages, et d’admettre la coutume au nombre des sources du droit ». Il en veut pour preuve les différences constatées entre les contrats agricoles décrits par Ḫalīl bin Isḥāk et ceux employés dans l’Algérie de son temps17.

  • 18 Pouyanne M., 1900 (1re éd. 1895), p. 1057.

9La voie est ouverte pour une anthropologie du droit même si, depuis la fin du xixe siècle, les juristes de l’École d’Alger ne sont plus tout à fait insensibles aux réalités de terrain. En matière de droits d’usage ou de possession autochtones, ils ont beaucoup appris de l’application des réformes foncières (ordonnances de 1844-1846, sénatus-consulte de 1863, loi de 1873…) dont les archives sont des trésors ethnographiques. Mais, s’ils relèvent des discordances avec les catégories juridiques forgées hors-sol par leurs aînés, leur souci d’hommes de loi vise d’abord à « harmoniser » l’ensemble et à défendre le vaste transfert de biens opéré sur ces bases. Dans ses riches annexes, par exemple, Maurice Pouyanne cite un agent-délimitateur du cercle de Boghar (1890) : « Plus nous vivons parmi les indigènes et plus nous sommes convaincus qu’ils n’ont jamais rien compris à nos termes de melk et d’arch. » La remarque est savoureuse à propos de statuts légaux désignant, après 1863, des terres détenues par les autochtones à titre privatif et collectif. Ils sont censés correspondre à des réalités précoloniales bien qu’un tel étiquetage prépare surtout le cadastrage et la francisation juridique des propriétés dans les périmètres colonisables. Remettre leur existence en cause est donc de nature à fragiliser tout l’édifice. Maurice Pouyanne s’empresse alors d’amoindrir la portée de cette « réflexion personnelle à l’auteur du rapport »18. Son insertion n’en témoigne pas moins d’une certaine capacité critique.

  • 19 Robe E., 1885 et 1894 ; Pouyanne M., 1895 ; Mercier E., 1898 ; Larcher E., 1911, t. 3.
  • 20 Leroy-Beaulieu P., 1874, 1881 et 1887 ; Girault A., 1895 ; Terras J., 1899.
  • 21 Peyerhimoff H. (de), 1906.
  • 22 Larcher E., 1911, t. 3, p. 44, 55 et 64.

10Elle se vérifie dans le débat franco-français sur la colonisation légitime. Qu’autorise le « droit de conquête » en Algérie ? À quel rythme et sous quelle forme peut se faire la mainmise sur les terres ? Comment « indemniser » ou « associer » les autochtones ? Les protagonistes sont juristes, philosophes ou économistes, mais leur souci d’exposer la genèse du droit foncier colonial – en le comparant au besoin à celui produit ailleurs – les muent facilement en historiens. Ainsi la polémique sur le coût de la « colonisation officielle », planifiée et exécutée par l’État, refait surface dans les années 1870-1890. Sur fond de crise économique et d’expansion européenne à l’échelle mondiale, on déplore ou minimise son poids sur les finances publiques, la faiblesse du peuplement colonial qui en est issu, les atteintes par trop visibles aux droits autochtones. Ces vives discussions se répercutent dans la presse parisienne et au Parlement ; elles sont propices aux premières synthèses d’histoire du droit de propriété en Algérie depuis 183019 ou à des manuels de législation comparée d’une colonie ou d’un empire à l’autre20. Sommé de répondre aux attaques libérales, le directeur de la colonisation à Alger, Henri de Peyerimhoff, publie une enquête remarquable (1906) qui – bardée de statistiques, graphiques et cartes – est le premier essai de sociologie historique des centres européens21. Évidemment, la nature du débat et ceux qui l’animent limitent les champs d’investigation. Par exemple, Jennifer Sessions se demande pourquoi les licitations de Marc Jenoudet scandalisent une partie de l’opinion française après la révolte des Righas (1901). Cette arme juridique n’est ni la seule ni la plus employée pour exproprier les autochtones. Mais elle est devenue l’instrument d’hommes d’affaires avisés et peu scrupuleux, aux antipodes de la figure du colon paysan, « agent civilisateur ». C’est bien la justification de la colonisation de peuplement qui vacille. Aussi l’impact du déracinement se mesure généralement de plus loin et par grands ensembles : quelques dizaines de milliers d’hectares mentionnées ici ; les noms de quelques tribus dépossédées là. Quand le professeur de droit algérois Émile Larcher ose condamner les ordonnances de 1844-1846 (qui ont permis « de dépouiller les indigènes de leurs terres de parcours ») ou le caractère illégal des resserrements de tribus jusqu’à 1863 (qualifiés de « spoliation »), il plaide plus loin pour des « cantonnements à l’amiable » dans l’intérêt de la colonisation22.

  • 23 Bras J.-P., 2015, p. 8.
  • 24 Gros D., 2000.
  • 25 Guignard D., 2013, p. 76-79.

11Cette somme initiale vise surtout une mise en ordre opérationnelle des connaissances, sans y parvenir tout à fait tant les voix discordantes restent nombreuses. Bien sûr, « le principe même de la colonisation ne fait pas débat, les (vigoureux) désaccords n’intervenant que sur ses modalités »23. La place écrasante du droit est donc un impératif pour le succès de l’entreprise coloniale ; elle correspond aussi à un moment de l’histoire des sciences24. Une telle collusion (entre science et pouvoir) et prédominance (du droit parmi les sciences) alimentent autant qu’elles biaisent le savoir sur la propriété. Les rapports sociaux et la dimension culturelle y sont encore absents mais des pistes prometteuses sont ouvertes : en histoire ou en anthropologie du droit, dans l’approche comparée ou connectée des législations. Il faut souligner également la postérité de certains acquis de cette période quand les chercheurs de la deuxième moitié du xxe siècle reprennent à leur compte, sans vraiment les discuter, les résumés d’histoire commodes ou les catégories juridiques extraits de ces ouvrages25. Sans prétendre à une quelconque scientificité, les romans coloniaux du début du xxe siècle cautionnent à leur tour l’appropriation foncière. On y célèbre une « race nouvelle » de colons, seule apte à « mettre en valeur » la terre et à entretenir avec elle un lien sacré voire sensuel. La valeur documentaire de cette « littérature de la propriété inquiète » ne saurait être négligée, prévient Jean-Robert Henry. Elle croît cependant en devenant plus critique, à partir des années 1930, sous la plume d’instituteurs disséminés dans le « bled », au contact des déracinés.

Des travaux d’historiens engagés à partir d’archives (années 1920-1970)

  • 26 Febvre L., 1930, p. 156-157.
  • 27 Nouschi A., 1961, p. VII.

12Au même moment, les tenants de la géographie historique ou d’une histoire économique et sociale prennent le relai des juristes. Ce tournant correspond à l’émergence de l’école des Annales qui, via les mutations d’enseignants du secondaire, étend rapidement son influence de l’autre côté de la Méditerranée. Fernand Braudel figure parmi eux quand Lucien Febvre se charge lui-même du compte-rendu élogieux de La colonisation de la Mitidja, première monographie d’envergure sur l’Algérie due à Julien Franc (1928)26. Trente ans plus tard, André Nouschi reconnaît sa dette envers Marc Bloch pour son Enquête sur le niveau de vie des populations rurales constantinoises au xixe siècle27.

  • 28 Franc J., 1928, p. VII.
  • 29 Sari D., 1975, p. 6.
  • 30 Isnard H., s.d. [1948], p. 7.
  • 31 Y figurent le secrétaire général de la fédération de l’Éducation nationale, un professeur libéral d (...)
  • 32 Roseau H., s.d. [1948], p. 5.
  • 33 Préface à ces Mélanges d’histoire algérienne, Alger, Joyeux, s.d. [1948], p. 12.
  • 34 Nouschi A., 1961 ; Julien C.-A., 1964 ; Ageron C.-R., 1968 et 1979 ; Sari D., 1973 et 1975 ; Rey-Go (...)
  • 35 C’est le cas d’Hildebert Isnard dont la thèse (1954) est beaucoup moins critique, curieusement, que (...)

13Cette inspiration commune est d’autant plus remarquable que l’histoire devient un enjeu important du lent processus de décolonisation. Les positions des uns et des autres se lisent dans la place qu’ils accordent à l’impact social et culturel de l’appropriation coloniale : depuis la défense par Julien Franc de « l’œuvre française accomplie »28, à la veille des célébrations du « Centenaire », jusqu’au leitmotiv de « la dépossession massive et accélérée des fellahs pendant la période coloniale » repris par Djilali Sari en pleine « Révolution agraire »29. Le moment de bascule historiographique se situe après la répression sanglante de 1945. Malgré sa modération de ton, Hildebert Isnard ouvre une brèche en étudiant l’application de l’ordonnance de 1846 dans la Mitidja et le Sahel algérois. « La conquête, commence-t-il, place la terre sous le système juridique du vainqueur […] [qui] détermine un vaste transfert de la propriété […] des mains des indigènes dans celles des Européens. Il en résulte une rupture d’équilibre du genre de vie traditionnel des populations dépossédées, une modification profonde de leur démographie, de leur organisation sociale même30. » Or cette enquête rigoureuse et sans concession, la première du genre, est insérée dans des Mélanges soutenus par le Conseil général d’Alger (1948). Les discussions ont dû être houleuses au sein du jury chargé de sélectionner les deux recherches publiées31. Celle décapante du géographe niçois est en effet suivie d’une autre, beaucoup plus lisse, sur un village de colonisation, réalisée par un historien français local soucieux d’« honorer la mémoire de ceux qui l’ont créé »32. Préfaçant les deux, le président de la Société historique algérienne, Gustave Mercier, ne cache pas sa préférence, regrettant que « la présente génération, entraînée dans le tourbillon qui […] secoue tous les peuples du monde, a une tendance bien excusable à oublier l’œuvre des générations précédentes »33. Pourtant, au cours des trois décennies suivantes, les travaux les plus critiques34 continuent de côtoyer ceux qui, sans plus nier tout à fait les bouleversements générés par la dépossession foncière, insistent toujours sur les progrès économiques qui lui seraient dus35. Cette production fait écho aux débats franco-français de la guerre de libération entre anticolonialistes, plus ou moins favorables à l’indépendance, et partisans de l’Algérie française, avec ou sans réformes.

  • 36 Franc J., 1928, p. VIII.
  • 37 Isnard H., 1954, t. 1, p. 7.
  • 38 Sari D., 1973 ; Djerbal D., 1979, p. 352.
  • 39 Guignard D., 2015.

14 On ne saurait réduire cependant ces monographies ou grandes synthèses à l’état de pamphlets. Elles puisent au contraire leur force dans le dépouillement de corpus impressionnants, comme l’exige alors une thèse d’État. Avec le temps, la documentation devient accessible et Julien Franc peut consentir dès les années 1920 à « de patientes recherches dans les Archives du gouvernement général et dans celles de la préfecture à Alger, aux Archives nationales et aux Archives du ministère de la Guerre à Paris, dans les archives communales et […] privées, dans les innombrables ouvrages, brochures, revues, journaux qui ont trait plus ou moins directement à [son] sujet »36. Hildebert Isnard, Xavier Yacono, André Nouschi, Charles-Robert Ageron, Alain Sainte-Marie ou Annie Rey-Goldzeiguer fréquentent à leur tour ces lieux de conservation. Le premier remercie encore pour l’aide apportée et l’accès donné à des documents originaux : les professeurs de l’Institut agricole de Maison Carrée (El Harrach), les directeurs d’établissements bancaires, les représentants de sociétés agricoles. « Cependant, la partie la plus vivante de ma documentation, je l’ai puisée dans mes contacts répétés avec les négociants en vins et les viticulteurs37. » Beaucoup moins, pourrions-nous objecter, avec la masse des ouvriers agricoles placés sous leurs ordres. Vingt ans plus tard, Djilali Sari se débat toujours au milieu de quelque « 3 000 gros volumes poussiéreux » de la conservation foncière d’El Asnam (Chlef, ex Orléansville), quand Daho Djerbal accède aux archives de la direction régionale du cadastre d’Oran38. En prenant le relai de l’historiographie française, ces chercheurs algériens touchent du doigt une documentation féconde à l’échelle du pays pour saisir l’origine des propriétés, la nature des droits qui pèsent sur elles ou l’évolution des patrimoines39.

  • 40 Isnard H., 1960 et 1961 ; Ageron C.-R., 1979, p. 480-495.
  • 41 Yacono X., 1955, t. 1, p. 406-434.
  • 42 Tinthouin R., 1947 ; Isnard H., 1949, 1954, 1960 et 1961 ; Mollard G., 1950.
  • 43 Franc J., 1928 ; Larnaude M., s.d. [1936] ; Prenant A., 1953 ; Ageron C.-R., 1979, p. 469-479.
  • 44 Isnard H., 1954 ; Nouschi A., 1961.
  • 45 Isnard H., s.d. [1948], Yacono X., 1955 ; Ruedy J., 1967 ; Sainte-Marie A., 1969 et 1975 ; Rey-Gold (...)
  • 46 Guignard D., 2015.
  • 47 Yacono X., 1955, t. 1 p. 382-434 et t. 2 p. 9-64 et 191-263.
  • 48 Ibid., p. 64.

15L’analyse quantitative est une marque de fabrique commune à tous ces travaux, malgré leurs différences de sensibilité. Les statistiques d’institutions publiques ou privées sont passées au crible pour suivre : l’évolution de la taille et des bénéficiaires des propriétés40 ; les infrastructures qui les desservent41 ; les cultures et l’élevage pratiqués42 ; les migrations coloniales ou saisonnières43 ; les charges fiscales ou conditions de crédit comme les différents modes de faire-valoir44. En outre, la richesse documentaire des services de la colonisation permet de suivre les opérations de « reconnaissance » de la propriété aux « indigènes » et aux colons, l’ampleur de la domanialisation ou des concessions immobilières de l’État français45. Mais, remarque Jacques Budin, cette historiographie se départit rarement du bilan comptable pour approcher les « modalités et difficultés de mise en œuvre ». Il s’y emploie précisément ici en scrutant l’application des ordonnances de 1844-1846 dans la plaine de Bône (Annaba). C’est aussi un moment de confrontation des modes d’appropriation qui donne à comprendre certaines réactions des habitants. Il est vrai qu’une telle curiosité est généralement absente dans les écrits des historiens jusqu’aux années 1970. L’étude du marché immobilier et des transmissions de patrimoine est de même laissée de côté, soit parce que les données restent confidentielles, soit parce qu’elles se prêtent moins aisément à un traitement en série46. La géographie historique ajoute l’approche systémique, mais sans jamais recourir à l’anthropologie. Une combinaison de facteurs naturels et humains rend seulement compte des différences de configurations d’un lieu à l’autre. Xavier Yacono identifie et relie ainsi trois éléments qui conditionnent, selon lui, la colonisation des plaines du Cheliff entre 1850 et 1900 : la sécurité (quasiment acquise après la reddition d’Abdelkader), la salubrité (que les campagnes antipaludéennes font progresser lentement), les routes et le chemin de fer (déterminant l’emplacement des nouveaux villages). Ne manquent que le crédit mutuel et les barrages réservoirs qui, à partir des années 1920, décident des implantations définitives47. Il reste peu de place dans sa démonstration au paysan algérien, lequel « perd l’initiative parce que matériellement faible et moralement résigné »48.

  • 49 Le vécu d’un meunier italien (1875-1978) au cœur de l’Aurès permet aussi d’appréhender cette géogra (...)
  • 50 Parmi d’autres : Ginzburg C., 1980 ; Chenut H. et Voldman D., 1982 ; Guha R., 1983 ; Joutard P., 19 (...)

16Au-delà du jugement de valeur propre à cet auteur, les historiens du milieu du xxe siècle étudient rarement en soi les formes de réaction ou de consentement des colonisés. Même ceux qui soulignent, avec beaucoup plus de force, les conséquences sociales de la dépossession foncière en restent à une sociologie de groupes passifs face aux déclassements sociaux, à la dégradation des conditions de vie, à l’affaiblissement des structures d’encadrement tribal et aux flux migratoires. Antonin Plarier prend le contrepied d’une telle approche en rapprochant la montée du banditisme en Kabylie des dépossessions foncières et des restrictions d’usages forestiers à la fin du xixe siècle. Rejoindre une « bande » est moins la conséquence de l’appauvrissement que l’expression d’un refus et un moyen de préserver sa dignité. Car la résistance à l’appropriation coloniale se joue dès lors à un tout autre niveau : pour le contrôle d’un vaste territoire montagneux et de ses habitants solidaires. Or ce sont ici les bandits les maîtres auxquels des colons ou des gardes forestiers isolés préfèrent se rallier49. La répression ne fait qu’ajouter à l’aura légendaire des « héros » suscitant nombre de vocations sur la longue durée. Notons cependant que « la persistance d’une opposition souterraine » caractérise aussi des régions où l’emprise coloniale est plus forte. Christian Phéline le démontre dans la vallée du Cheliff chère à Xavier Yacono. Que ce soit sous « la forme éruptive et religieuse » du soulèvement de Margueritte (1901) ou en suivant, comme les Beni Dergoun (1895-1923), une « opiniâtre procédure judiciaire ». Dans les deux cas, l’événement crée l’archive, bien que l’historien puisse toujours interroger les biais ou silences des sources françaises et recourir à la mémoire locale. Seulement, il faut attendre le tournant des années 1970-1980 et l’essoufflement des approches quantitatives pour que des chercheurs italiens, indiens, français, espagnols, canadiens ou brésiliens commencent à s’intéresser à l’archive orale, aux traces écrites, et ainsi à la capacité d’action des subalternes50. Une telle évolution aurait pu se produire plus tôt en Algérie, dès les lendemains de l’indépendance. Des échanges fructueux étaient possibles avec une nouvelle génération de socio-anthropologues ou de géographes, habitués aux enquêtes de terrain. Mais cette connexion n’a pas vraiment eu lieu, à deux exceptions près.

  • 51 Berque J., 2001 (1re éd. 1958), p. 91-92 et 112.
  • 52 Charnay J.-P., 1965, p. 10.
  • 53 Ibid., p. 131-132
  • 54 Ibid., p. 141.
  • 55 Ibid., p. 136.
  • 56 Berque J., 1979 (1re éd. 1962), p. 25.

17Anthropologues de formation ou de sensibilité, Jacques Berque et Jean-Paul Charnay innovent dès cette époque dans leurs travaux d’historiens. Leur approche se veut avant tout qualitative et paraît même détachée du contexte politique immédiat. Né en Algérie, familier des sociétés du Haut-Atlas marocain comme des sources du fiqh à l’échelle du Maghreb, le premier approfondit considérablement la voie indiquée par Marcel Morand. L’intéressent en particulier ces « transactions entre le droit citadin et ceux "de la base", […] entre les normes canoniques et toute une écologie proprement maghrébine ». L’anthropologue peut alors pointer l’invention d’un « droit musulman algérien moderne » qui projette de « faire entrer la vieille norme dans les moules nouveaux » et rigides d’un véritable code. Il n’en invite pas moins à « feuilleter le Bulletin des arrêts de la chambre de Révision musulmane [de la cour d’Appel d’Alger (1892-1944)] pour voir à quel degré de concret ce droit a su atteindre […] [car], à travers la technicité, surgit la vie »51. Jean-Paul Charnay relève précisément le défi, sous sa direction. Bien avant l’émergence des Subaltern Studies et sans leur parti pris militant, ce filtre lui permet de saisir « [les] réactions et [les] comportements [des Algériens], leurs rêves et leurs intérêts »52. Dans un chapitre consacré à « la lutte pour la terre », il montre comment la logique du droit colonial (« musulman » inclus) peut servir les intérêts des fellahs contre leurs coreligionnaires, voire contre des Européens53. Il identifie une nouvelle strate d’acteurs autochtones parmi les descendants de notables déclassés, les auxiliaires de l’administration coloniale, les négociants intermédiaires entre petits producteurs et gros exportateurs. On les voit investir certains périmètres fonciers, tout en sachant défendre leurs droits auprès des tribunaux français. « Il n’en reste pas moins que cette introduction d’un réseau juridique nouveau réalise le démantèlement des relations préexistantes entre les indigènes et les terres. Démantèlement, mais non destruction : car il subsiste des pans entiers de ces relations54. » L’auteur sait s’affranchir du champ strictement juridique ou économique pour évoquer le vécu ou la hantise du déracinement. L’influence de Pierre Bourdieu et d’Abdelmalek Sayad est palpable quand il relève « [les] incertitudes […] [le] changement d’horizon, d’habitudes, de contacts, [la perte] de connaissance des sols, mais aussi des lieux de culte [et] des marabouts »55. Par voie de conséquence, souligne à son tour Jacques Berque avant Michel Launay ou Marc Côte, « le symbole le plus provoquant de l’époque coloniale au Maghreb est celui de la ferme au toit de tuiles, riante parmi les vignobles ». Mieux que l’institution bancaire, militaire ou scolaire, elle incarne à la fois « le résultat et l’agent d’un considérable processus d’appropriation […] mot [à entendre] dans les deux sens : mainmise et façonnement56 ».

  • 57 Berque J., 1978, p. 9-10.
  • 58 Ibid., p. 41.
  • 59 Cette approche est à nouveau encouragée aujourd’hui. Cf. Grangaud I. et Oualdi M., 2014.

18C’est encore lui qui montre la voie, dix ans plus tard, en s’immergeant dans une quinzaine de recueils de jurisprudence musulmane (nawāzil) des xve-xviiie siècles. Ces « documents [en arabe étaient] ignorés ou plus fréquemment méprisés » pour leurs informations ténues et discontinues, difficiles à lire et à contextualiser. Elles l’obligent à une quête indiciaire et à « une remise en perspective du texte dans les implications qui le lient, le conditionnent et même […] le "produisent" »57. À ce prix, les avis des juristes de Mazouna (Dahra) révèlent la fabrique de droits fonciers à une époque marquée par les défrichements et l’insécurité. Le puissant peut s’emparer de la terre, la faire cultiver par des fellahs ou des métayers (ḫammās) en s’appropriant la récolte. Mais l’initiative peut aussi revenir aux cultivateurs et aux bergers qui demandent sa protection ou s’associent pour résister à plus fort qu’eux. « Toutes les anomalies qu’offre en la matière la coutume par rapport à la loi [sont] admises l’une après l’autre, selon une curieuse gradation58. » Ainsi les écheveaux de droits sur un même espace traduisent, encore loin dans le xixe siècle, l’évolution des rapports de forces et des relations sociales. Plusieurs générations d’historiens médiévistes et modernistes seront séduites par cette historicisation subtile des formes d’appropriation. Au passage, Jacques Berque comme Jean-Paul Charnay invitent à repenser les cadres spatio-temporels, privilégiant tantôt le local, tantôt la dimension maghrébine, soulignant des éléments de continuité jusqu’à l’époque coloniale et tout au long de celle-ci59.

19Les années 1920-1970 sont ainsi celles des grands chantiers d’historiens plongés dans les archives écrites. La perméabilité de leur discipline avec la géographie ou la sociologie enrichit leurs travaux, même si la plupart restent éloignés du terrain et des acteurs algériens dont ils entendent pourtant décrire le destin collectif. La longue période de décolonisation dans laquelle ils s’inscrivent est un moteur plus qu’un frein à cette production scientifique. Et il serait dommage de la sous-estimer aujourd’hui pour ses prises de position datées, ne serait-ce que par l’ampleur des résultats accumulés. Parmi les historiens de cette époque, généralement convertis aux approches quantitative et systémique, Jacques Berque et Jean-Paul Charnay détonnent et innovent résolument. Un pied dans le passé, un autre sur le terrain, attentifs aux indices que les sources peuvent livrer sur les réactions des dominés, ils sont les seuls à faire le lien avec des chercheurs plus jeunes réorientant leurs travaux vers l’Algérie du temps présent.

Diagnostics de terrain et perspectives d’avenir (années 1960-1980)

20En effet, la guerre de libération et les défis de l’Algérie indépendante mobilisent une nouvelle génération de chercheurs sur le thème des relations de propriété ou des formes d’appropriation. Certains découvrent le pays comme appelés du contingent et / ou coopérants (Pierre Bourdieu, Michel Launay, Michel Cornaton, Marc Côte…) ; d’autres y ont grandi et figurent parmi les rares Européens à y demeurer (Claudine Chaulet et Fanny Colonna) ou parmi les premiers scientifiques algériens à publier (Abdelmalek Sayad, Nadir Marouf, Slimane Bedrani…). L’ampleur des mutations rurales et urbaines en cours suffisent à privilégier les sciences du présent. C’est l’âge d’or des socio-anthropologues, géographes, économistes ou agronomes. Plus ou moins critiques et distants face à l’État-FLN, ils partagent cette foi de pouvoir contribuer par la science au développement du pays.

  • 60 Cornaton M., 2013 (1re éd. 1967), p. 9.
  • 61 Launay M., 1963, p. 7 et 13.
  • 62 Bourdieu P. et Sayad A., 1964, p. 171-172.
  • 63 Chaulet C., 1971, p. 12.
  • 64 Chaulet C., 1984, t. 1, p. 25.
  • 65 Côte M., 1988, p. 253.

21Les enquêtes se concentrent d’abord sur l’impact des regroupements opérés par l’armée française : 2,3 millions d’Algériens sont concernés entre 1955 et 1961 ; 3,5 millions (41 % de la population autochtone) si l’on tient compte de tous les déplacés60. « Dépeindre la misère avec vérité, c’est déjà lutter contre elle », se convainc Michel Launay en 1963 qui souhaite contribuer à « réparer [ainsi et avec d’autres] les ravages » de la guerre61. Pierre Bourdieu et Abdelmalek Sayad sont sur la même ligne mais n’hésitent pas à interpeler le nouveau pouvoir dès 1964 : il ne suffit pas que le paysan algérien puisse à nouveau « fouler la terre du colon, la cultiver ou en récolter les fruits ». Le remède au « déracinement » suppose qu’il en prenne « vraiment possession », en lui redonnant « la liberté d’organiser souverainement tous les moments de l’activité agricole, depuis la production jusqu’à la commercialisation »62. Les chercheurs espèrent ainsi beaucoup de l’« autogestion » des anciennes fermes européennes, tout juste nationalisées, objets d’enquête privilégiés. Mais, quelques années plus tard, Claudine Chaulet est obligée de constater la « persistance de la misère et de la passivité » sur ces grandes exploitations. Elle souhaite en comprendre les raisons, tout en cherchant « les signes d’un avenir possible »63. Comme l’expansion du « secteur public agricole » dans les années 1970 aggrave plus qu’elle ne résout la dépendance alimentaire, la sociologue réoriente ses travaux vers les familles de petits propriétaires, fratries d’exploitants / salariés au dynamisme à toute épreuve. « Nous avons observé le monde rural dans l’espoir de participer à sa transformation, reconnaît-elle en 1984, nous interrogeant sur les modalités d’application de choix politiques auxquels nous adhérions dans leurs grandes lignes. Je ne renie pas cet engagement […] puisque les illusions que nous avons pu nous faire ne nous ont pas trop éloignés des analyses concrètes »64. Le géographe Marc Côte en est de même tout imprégné quand il conclut sur l’« espace forcé » par l’État socialiste après son « retournement » par l’État colonial. Dès lors, insiste-t-il, « l’avenir de l’Algérie passe par cette "récupération" d’elle-même, de son passé, de son identité, de son espace »65. Un autre militantisme, né cette fois des espoirs (déçus) de l’indépendance, conditionne la manière d’étudier les relations de propriété ou les formes d’appropriation jusque dans les années 1980.

  • 66 Planhol X. de, 1961.
  • 67 Launay M., 1963, p. 13, 77-78.

22Le primat donné à l’enquête de terrain sur l’archive écrite est une caractéristique forte de cette période. Sans partager le même engagement que Michel Launay, Pierre Bourdieu ou Michel Cornaton, le géographe Xavier de Planhol est le premier à sillonner les centres de regroupement de l’Atlas blidéen, du massif du Chenoua et de la Mitidja occidentale (1959). Il s’y emploie avec la bienveillance et le concours de l’armée française à qui il rend hommage. Cette proximité ne lui facilite sans doute pas les échanges avec les habitants, les grands absents de son étude66. Elle aurait même tendance à peser sur ses conclusions, dans un sens évidemment contraire à celles de Michel Launay, sympathisant de la cause indépendantiste. Ce dernier met à profit sa position de « 2e classe » au sein d’une Section administrative spécialisée (SAS) de la région d’Aïn Temouchent (1960-1961) pour observer, interviewer, prendre des notes. Chacun de ses déplacements est prétexte à rencontres, dans tous les milieux : avec le directeur d’un grand domaine, deux frères colons, un fellah aisé ou ruiné, plus souvent avec de « jeunes ouvriers agricoles montés sur [son] scooter au hasard de [ses] escapades »67. L’agrégé de lettres s’improvise alors sociologue et historien, composant un tableau vivant des relations de propriété dans ce petit royaume de la viticulture coloniale.

  • 68 Bourdieu P. et Sayad A., 1964 ; Goodman J. E. et Silverstein P. A., 2009, p. 14.
  • 69 Chaulet C., 1971, p. 13-15.
  • 70 Marouf N., 1981, p. 217-363.
  • 71 Marouf N., 1980.

23Mais les enquêtes prennent une tout autre dimension quand elles disposent de moyens plus conséquents. Enseignant à l’université d’Alger à la fin de la guerre, Pierre Bourdieu saisit l’opportunité de mesurer à sa façon l’impact des regroupements. L’initiative vient pourtant du gouvernement français qui espère faire taire les critiques sur les « camps de concentration » en confiant le travail à l’Association pour la recherche démographique, économique et sociale (ARDES). L’enquête échoie finalement au sociologue qui a toute latitude, avec son assistant Abdelmalek Sayad, pour recruter des disciples parmi leurs étudiants français et algériens, épaulés par de jeunes statisticiens de l’INSEE, fraîchement débarqués. La matière ainsi rassemblée dans l’Ouarsenis et la plaine de Collo, l’indépendance survenue entretemps, leur permettent d’échapper à l’instrumentalisation68. Dans un autre contexte, le Centre national de recherches en économie et sociologie rurales (CNRESR), créé à Alger en 1965, a vocation à guider le nouveau pouvoir en produisant les données qui lui manquent. Membre fondateur, Claudine Chaulet peut mobiliser à son tour une grosse équipe d’agronomes, de techniciens et d’étudiants qui multiplie les entretiens « semi-directifs » sur les domaines de la Mitidja « autogérée »69. Nadir Marouf participe dans l’ouest à ces grandes enquêtes qui se greffent généralement sur les périmètres d’application des réformes étatiques70. Mais leur utilité décroît à mesure que les politiques agraires se rigidifient sans aboutir aux résultats escomptés. L’anthropologue préfère alors prendre le large dans les années 1970 et parcourir seul (ou presque) les oasis du Touat et du Gourara. Il en rapporte un lexique et des traditions orales, l’ingéniosité d’aménagements et de mesures hydrauliques, une conception originale des relations de propriété71. Il revient dans sa présente contribution sur certains acquis de cette période, en particulier la marchandisation des droits attachés à l’eau et aux palmiers depuis le début du xxe siècle que ne remet pas vraiment en cause la « Révolution agraire ». Cette donnée structurelle engendre de nouveaux rapports sociaux et contractuels avec l’émergence de propriétaires absentéistes. Les anciens maîtres se retrouvent en position défensive alors que leurs dépendants (ḥarātīn) parviennent à se libérer d’une partie de leurs obligations, en devenant métayers ou fermiers. Cependant les « anciennes légitimations de pouvoir […] fondées sur la "race", l’ethnie, le lignage ou le modèle confrérique » continuent à peser localement.

  • 72 Launay M., 1963, p. 111-200 ; Chaulet C., 1971, p. 26-76, 96, 170-171, 223, 264-282, 290-291 ; Côte(...)
  • 73 Chaulet C., 1971, p. 41, 79-85, 281-291.
  • 74 Côte M., 1979, p. 29.
  • 75 Launay M., 1963, p. 61-67.
  • 76 Bedrani S., 1981 ; Bedrani S., Bourenane M. et Molina J., 1982 ; Nadir M. T., 1982.

24Bien que les échanges avec les historiens restent limités dans les années 1960-1980, la longue durée n’est donc pas absente des travaux de sociologie, d’anthropologie ou de géographie. Michel Launay déconstruit certains discours coloniaux – plus que jamais d’actualité à la fin de la guerre – en brandissant les archives et la mémoire des dépossessions régionales72. Claudine Chaulet souligne la difficulté à dépasser le modèle économique d’avant 1962 et livre les paroles d’ouvriers comparant volontiers leur expérience des domaines « autogérés » à celle des fermes coloniales73. Quant à Marc Côte et à Nadir Marouf, ils relèvent les mutations ou permanences d’espaces vécus sur plusieurs siècles ! En géographe, le premier considère notamment les hautes plaines du Constantinois « comme [un] livre ouvert, [où se lit] l’impact de différentes phases historiques, dont chacune a mis en place une forme d’exploitation qui s’est surajoutée aux précédentes sans les effacer, et qui a laissé sa marque dans le paysage »74. En outre, les disciplines à l’honneur sont gourmandes de statistiques, poursuivant et amplifiant l’approche quantitative initiée par les historiens (qui leur devaient d’ailleurs beaucoup). Même Pierre Bourdieu et Michel Launay, venus de la philosophie et de la littérature, se convertissent à l’emploi des statistiques pour les besoins de leurs enquêtes algériennes. Le second s’en excuserait presque dans une démonstration déjà longue de sept pages pour savoir « à qui appartient la terre » : « Dans un mémoire pour l’École des hautes études, j’ennuierai les lecteurs curieux et exigeants en les abreuvant [davantage] de chiffres et de critiques des statistiques75. » Mais, quelques années plus tard, l’obsession mathématique des planificateurs algériens finit par déteindre sur les observateurs, il est vrai dépendants de ce type de données, quand bien même leur analyse demeure critique76.

  • 77 Bourdieu P. et Sayad A., 1964, p. 76, 82-83, 85-92, 101, 118-132, 156.
  • 78 Lesbet D., 1979 ; Burgat F., Nancy M. et Ruf W., 1984.

25Au-delà de l’intérêt porté au passé et à la méthode quantitative, les enquêtes de terrains renouvellent en profondeur la lecture du diptyque propriété et société en Algérie. Car les « déracinés » sont nombreux à s’exprimer sur leurs traumatismes récents ou plus anciens. Une sociologie attentive aux mutations culturelles peut enfin capter leurs voix. Pierre Bourdieu et Abdelmalek Sayad l’ont en effet bien compris : en coupant le paysan de son champ, en le condamnant au salariat ou à l’inactivité, les regroupements renversent les valeurs rurales et familiales. L’autorité du père est remise en cause par ses fils, plus prompts à remplir la marmite s’ils décrochent un emploi extérieur. Gagnés par l’esprit de calcul, les plus débrouillards auraient même tendance à reléguer la droiture et la frugalité du chef de famille aux rangs de naïveté ou de sottise. Ils savent ne plus pouvoir autant compter sur la solidarité de groupe et découvrent, à l’échelle restreinte du ménage, de nouvelles façons de consommer. La promiscuité du camp nivelle les conditions et favorise l’anonymat ; elle fait se côtoyer le pur montagnard et le presque citadin ayant souvent bien du mal à se comprendre. Surtout, « dans une nouvelle organisation de l’espace qui dépouille la maison de toute protection », les femmes se voient contraintes à rester voilées ou cloîtrées. Il en résulte une « démoralisation profonde » que la résistance anticoloniale peine à surmonter77. Les travaux postérieurs sur les « villages socialistes » prolongent largement ces découvertes78.

  • 79 Chaulet C., 1971.
  • 80 Chaulet C., 1984.

26Après l’indépendance, une attention plus grande est également portée aux stratégies d’acteurs dont on attend qu’ils se réapproprient les lieux et les ressources du pays pour mieux s’extraire de la misère. En effet, bien que célébrée officiellement, l’« autogestion » reste largement une utopie, faute pour les salariés de pouvoir maîtriser les « intrants » et « sortants » des anciens domaines coloniaux. Claudine Chaulet le regrette au début des années 1970 en pointant du doigt le centralisme bureaucratique, une désorganisation durable des circuits bancaires et commerciaux, le manque de qualification pour la gestion comptable ou l’entretien du matériel. Si la solidarité persiste pour se partager les journées de travail, le favoritisme gangrène déjà les « comités d’autogestion ». Chacun ajuste ses efforts aux faibles rémunérations et les exploitations s’éloignent davantage des objectifs de production quand une partie de la récolte ou du matériel est détournée par les ouvriers pour mieux nourrir leurs familles79. La « Révolution agraire » qui suit ne fait qu’accentuer la déstructuration du monde rural, en inquiétant cette fois les propriétaires algériens, comme les locataires plus modestes de terres communales. La sociologue produit alors une vaste synthèse des travaux existants en montrant comment l’indivision familiale est réactivée par tous ceux qui parviennent à préserver un ancrage foncier. Elle prend la forme d’une association entre frères versant au pot commun des revenus d’origine diverse : ceux tirés du lopin familial restant, auxquels s’ajoutent désormais un traitement de fonctionnaire, la recette d’un petit commerce, le mandat-poste d’un émigré, quelques menus salaires provenant de la coopérative ou de l’usine. Une conjoncture défavorable, un désir d’émancipation, poussent parfois tel frère à réclamer sa part, au risque de fragiliser la structure familiale. Mais les fratries plus solides ou dynamiques réinvestissent dans la location de parcelles irriguées, à proximité des marchés urbains, ou dans l’achat de machines agricoles, louées ensuite à leurs voisins. Cette logique entrepreneuriale tient compte du poids de l’État, principal dispensateur de ressources, avec lequel des compromis restent indispensables. La libéralisation de l’économie, à partir des années 1980, facilite ces stratégies familiales, même si la prudence commande toujours à ne pas mettre ses œufs dans le même panier. Ainsi se maintiennent, adaptées au monde « moderne », des valeurs « traditionnelles »80.

  • 81 Côte M., 1988, p. 10.
  • 82 Ibid., p. 269, 276-286.
  • 83 Ibid., p. 18.
  • 84 Ibid., p. 137.
  • 85 Ibid., p. 54.
  • 86 Ibid., p. 273-300.

27Une entrée par l’espace offre une vision complémentaire des formes d’appropriation en profonde mutation. Marc Côte est alors en Algérie le chef de file d’un renouveau de la géographie historique. En effet, précise-t-il, « il est rare qu’en moins de deux siècles l’histoire fasse ainsi succéder sur le même cadre physique des espaces aussi différents avec des ruptures historiques aussi brutales. Cependant un espace n’efface pas intégralement le précédent, car interviennent des phénomènes d’inertie. Inertie dans la société elle-même : la colonisation n’a pu remodeler entièrement la société antérieure ; inertie de l’espace par rapport à la société : […] les vignobles et les fermes coloniales marquent le paysage actuel alors que la société qui les a portés a disparu »81. Cette lecture s’applique pareillement au remodelage voulu par l’État algérien : à l’« in-appropriation des grands ensembles » s’oppose l’« appropriation spontanée de l’auto-construction » et, de la même manière, l’impression de vide qui se dégage des vastes Domaines agricoles socialistes (DAS) contraste avec le fourmillement des périmètres de petite hydraulique paysanne où s’opère « une véritable réappropriation de l’espace »82. Homme de terrain et d’archives, Marc Côte repère ces différentes couches et pratiques, y compris celles à l’état de survivances ou de résurgences. Elles lui permettent de souligner la « forte intériorité » qui marquait les rapports à l’espace avant la pénétration française : « maison adossée à la rue, ville fermée sur la campagne, construction politique qui tourne le dos à la mer »83. Les politiques coloniales puis socialistes ont contribué puissamment à faire glisser les activités et les hommes vers les villes et plaines littorales, ont forcé l’ouverture de l’espace et du corps social à toutes les échelles. Mais « mille aménagements de détail » accompagnent toujours ces mutations, au niveau du bâti par exemple quand la surévaluation des murs protège des regards extérieurs84. Il rappelle encore les contraintes naturelles et les techniques rudimentaires qui incitaient depuis l’Antiquité à privilégier les sols légers, l’altitude et ses réserves d’eau. Elles autorisaient « l’exploitation privée des terres mais [obligeaient à] une gestion collective de l’espace » pour partager l’accès à des terroirs complémentaires85. Les interventions autoritaires des xixe-xxe siècles ont accéléré la dépossession et la spécialisation des espaces, détruit de fragiles équilibres par la surexploitation des ressources et l’urbanisation incontrôlée. Mais, remarque-t-il au milieu des années 1980, les paysans qui descendent en plaine faire du maraîchage conservent toujours leur champ de céréales sur les hauteurs et nombreux sont les jeunes actifs qui préfèrent les longues migrations pendulaires à une installation définitive en ville86.

  • 87 Que renouvelle également Omar Carlier dans son article sur « la révolution de l’espace-temps dans l (...)
  • 88 Colonna F., 1984, 1987, p. 34, 1995, p. 25-34.

28Bien que publié en 1995, les Versets de l’invincibilité de Fanny Colonna s’inscrivent aussi dans cette période propice aux réflexions sur l’espace et le temps87. L’ouvrage est le fruit de plusieurs enquêtes de sociologie rurale dans l’Aurès entre 1973 et 1981 que l’auteure met à profit pour y inclure de l’histoire locale et de l’anthropologie religieuse. Elle prend alors conscience de l’inadéquation du « concept de déracinement » quand il est appliqué à l’ensemble de la période coloniale et du territoire algérien, ne servant alors qu’à justifier les interventions étatiques en confortant l’image de paysans « sans culture ni passé »88. Or la saisie d’une mémoire toujours vivante et sa confrontation aux sources administratives et ethnographiques des xixe et début xxe siècles lui permettent de révéler la transformation endogène des pratiques religieuses avant la guerre d’indépendance. Le massif de l’Aurès n’apparaît pas pour autant replié sur lui-même. Du Moyen Âge jusqu’aux années 1930, les récits fondateurs de lignages saints le mettent en contact avec le nord, de culture arabe ; la formation des porteurs du Coran (ḥafiḍ) l’ouvre davantage vers le sud et l’est sahariens. Quant au « grand rituel ambulatoire » des affiliés d’une confrérie située au sud-est de la chaîne (les mṣamda de Tibermacine), il fait communiquer entre elles des vallées d’orientation méridienne. Les idées réformistes de l’entre-deux-guerres condamnent de telles croyances et circulations au profit d’un savoir puritain enseigné à Constantine. Mais ce sont encore les fils de familles aurésiennes, au patrimoine foncier préservé, qui font l’aller-retour en imposant sur place l’orthodoxie. Ces formes d’appropriation et d’interactions culturelles offrent de nouvelles perspectives en réfutant l’idée d’un « déracinement » ou d’un « retournement » généralisé de l’espace sous domination française.

29Ces différentes approches ont en commun de privilégier l’observation directe et le vécu des Algériens. La réappropriation qui intéresse alors les chercheurs – l’appelant explicitement de leurs vœux – s’applique aux domaines culturel, économique et spatial. Ses limites ou échecs sont scrutés à la loupe, douloureusement, par des intellectuels s’étant beaucoup investis dans la reconstruction du pays. L’interdisciplinarité de cette période porte néanmoins ses fruits, au point qu’il est difficile d’appréhender aujourd’hui le diptyque propriété et société sans faire à la fois un peu d’histoire, de géographie et de socio-anthropologie, sans combiner les données de terrain à la documentation écrite. Le militantisme initial a également donné une cohésion d’ensemble à ces travaux qui s’alimentaient mutuellement et orientaient largement les étudiants. Mais la foi chancelante des années 1980, contemporaine de l’arabisation des universités, met fin progressivement à cette dynamique.

Des approches renouvelées mais éparpillées (années 1980-2010)

30Si, depuis lors, l’intérêt porté aux relations de propriété et aux formes d’appropriation ne se dément pas, la recherche se fait désormais dans des cercles plus hermétiques les uns aux autres. C’est en partie le prix de l’affranchissement idéologique des sciences humaines et sociales. Sur la thématique retenue, les engagements coloniaux, anticoloniaux puis tiers-mondistes ont longtemps polarisé les juristes, historiens ou sociologues. Aujourd’hui, les évolutions de la société algérienne se pensent davantage comme la partie d’un tout ou se mesurent à l’aune d’expériences similaires, sous d’autres latitudes. Les outils d’analyse eux-mêmes proviennent plus fréquemment de travaux éloignés du Maghreb, une tendance que facilite l’internationalisation de la recherche. Il en résulte le dépérissement de quelques branches de la production scientifique quand d’autres connaissent une croissance inégalée. Il en est ainsi pour l’histoire ottomane et postcoloniale, la sociologie et la géographie urbaines, l’économie rurale plus récemment.

  • 89 Parmi les travaux représentatifs de ce renouvellement historiographique, citons : Friesen G., 1984  (...)
  • 90 Ruedy J., 1967 ; Prochaska D., 1990.
  • 91 Voir à ce sujet l’avant-propos de Jean-Claude Robert in Gentilcore L. (dir.), 1993.

31Les historiens de l’Algérie colonisée commencent pourtant par délaisser la thématique propriété et société au début des années 1980. C’est le moment où, en France, l’histoire économique et sérielle cède la place à celle des représentations tandis que le Centre national d’études historiques, créé à Alger en 1974, dispose d’un droit de veto sur les travaux en cours qui doivent surtout souligner la continuité nationale algérienne après 1830. Ce coup d’arrêt contraste avec la poursuite des travaux sur le thème de la ruée foncière en Amérique du Nord, Australie ou Afrique du Sud. De nouvelles approches l’enrichissent même considérablement par la déconstruction des discours de légitimation, la relativisation du rôle des frontières, le recours à l’anthropologie historique et aux productions d’atlas89. Mais, quand des historiens américains commencent à soumettre le cas algérien à leurs propres interrogations – telles la constitution du domaine privé de l’État ou la fabrique d’une société coloniale – leur initiative reste sans lendemain90. Sans doute parce que l’Algérie demeure un cas singulier de colonie de peuplement, dont l’indépendance a été suivie du départ précipité des Européens. D’une certaine manière, cette histoire n’est plus un enjeu de cohésion nationale de part et d’autre de la Méditerranée à la différence de ce qui se passe du Canada à la Nouvelle-Zélande, via l’Afrique du Sud, où les descendants de colons et de « déracinés » vivent toujours sur le même territoire et désormais en démocratie. La manière d’appréhender ce passé est à leurs yeux déterminante pour dessiner les contours d’un avenir commun91.

  • 92 Saïdouni N., 2013 (1re éd. 1986).
  • 93 Grangaud I., 2008 et 2009a.

32Aussi le renouvellement attendu des historiens de l’Algérie emprunte d’abord un autre chemin. C’est celui du retour aux sources, dans tous les sens du terme. L’intérêt porté à la documentation de langue arabe des xviie-xixe siècles peut en effet correspondre à une forme de réappropriation par les chercheurs algériens comme à une volonté de s’extraire de la gangue coloniale, davantage perceptible chez leurs collègues étrangers. Le contentieux relatif au « fonds ottoman », transféré en France à la veille de l’indépendance puis restitué à l’Algérie entre 1967 et 1981, non sans qu’une copie microfilmée ait été réalisée entretemps, retient l’attention en facilitant paradoxalement le travail. Car, malgré l’absence d’inventaire, il est désormais possible de consulter ces documents des deux côtés de la Méditerranée, ce qui est loin d’être le cas pour les archives de langue française des xixe-xxe siècles dispersées entre la France et l’Algérie. Les années 1970-1980 consacrent également le renouveau des études ottomanes et, en particulier, du regard porté sur les provinces arabes de l’Empire. Dans ce contexte, Nacereddine Saïdouni est le premier à explorer ce fonds d’archives prolixe sur les rapports entre propriété et société92. Il comprend des actes de fondation pieuse (waqfiyāt), des successions et inventaires d’entrepôts gérés par le Trésor (bayt al-māl), mais aussi des décisions de tribunaux religieux (mahakim šarʿiyya) à propos de transactions de biens immobiliers, de donations ou d’affranchissements d’esclaves. Cette documentation couvre surtout les villes et leurs banlieues rurales où intervenaient plus facilement les cadis et représentants de l’État (bāylik). Mais, contrairement aux apparences, il s’agit d’un fonds colonial plus qu’ottoman. Sa production s’est prolongée jusque dans les années 1850-1860 pour répondre aux besoins de l’administration française qui ont également dicté un tri sévère et le classement des documents, qu’ils soient contemporains ou plus anciens93.

  • 94 Hoexter M., 1984 ; Raymond A., 1987 ; Saïdouni N., 2001, 2013 (1re éd. 2009) ; Grangaud I., 2009.
  • 95 Hoexter M., 1998.
  • 96 Loualiche F., 2008 ; Zahra Z., 2012.

33L’historien qui se frotte à ces actes ou registres est immédiatement confronté à la technicité du langage et aux difficultés de déchiffrement d’une écriture souvent mal conservée. Elles l’incitent à proposer des modes d’emploi ou à recourir à la documentation française postérieure94. Sur les droits et relations de propriété, cependant, les découvertes sont majeures. Miriam Hoexter s’est penchée sur l’institution algéroise en charge des fondations pieuses au profit des villes saintes de l’islam (waqf al-ḥaramayn). À la suite de Jacques Berque, elle interroge les interactions entre doctrine musulmane et contexte local. Elle montre aussi comment – pour des biens en principe inaliénables – le choix des dévolutaires intermédiaires, la dissociation des droits sur un même espace, les possibilités d’échanges ou de baux à long terme (‘anā’), permettent de concilier des intérêts publics et privés, de maintenir sa fluidité au marché immobilier. Le patrimoine accumulé à la fin du xviiie siècle autorise de nombreuses activités « charitables ». Les administrateurs de ces biens (militaires et marchands plus que religieux) interviennent sur la morphologie et les services urbains par la construction de moulins et de fours à chaux, des travaux d’adduction d’eau, des prêts en numéraire ou la garde d’effets personnels. Finalement, seule une partie réduite des revenus de l’institution parvient chaque année à Médine et à La Mecque avec la caravane du pèlerinage95. Fatiha Loualiche et Zakia Zahra ont depuis complété ces connaissances en explorant d’autres corpus de waqfiyāt pour la ville d’Alger à l’époque moderne. L’accent est mis notamment sur la parenté et les alliances mobilisées dans la constitution de ces patrimoines, sur le rôle des différents métiers / fonctions attachés à leur gestion ou exploitation96.

  • 97 Grangaud I., 2002.
  • 98 Grangaud I., 2009b et 2015.

34De son côté, Isabelle Grangaud s’est intéressée à la ville de Constantine au tournant des xviiie-xixe siècles. Chaque type de sources est l’occasion d’une « mise en contexte » offrant un angle particulier dans la saisie des pratiques urbaines, individuelles ou collectives97. Cette approche lui permet de restituer des formes d’occupation et d’appropriation qui soulignent l’impact des relations sociales dans la construction de l’espace. Par exemple, l’identité et l’adresse des témoins pour les déclarations de décès de 1840-1841 rendent compte de « façons d’habiter la ville » antérieures à la conquête, en particulier l’importance donnée au voisinage dans la cour intérieure des grandes maisons (dār) où les co-habitants ne sont pas forcément apparentés, ni toujours issus du même milieu social ou professionnel. Quant aux fondations pieuses de l’entourage du gouverneur Sālah Bey (1771-1792), elles révèlent des stratégies d’intégration locale. Elles sont le moyen pour ces dignitaires d’origine turque, à l’enrichissement récent et à l’ancrage familial encore fragile, de protéger leurs descendants directs (dévolutaires intermédiaires) et de miser sur la « dette éternelle » envers tout constituant waqf. L’historienne déplace depuis son attention sur le terrain algérois où elle interroge d’autres institutions de la même époque, telles le quartier (ḥawma) ou le bayt al-māl qui lui permettent de préciser l’imbrication des droits de propriété et d’appartenance98.

  • 99 Sessions J., 2011.
  • 100 Davies D. K., 2012 (1re éd. 2007).
  • 101 Guignard D., 2013.

35Parallèlement, dans les années 2000, la greffe des études postcoloniales au terrain algérien commence à prendre. Celles-ci sont délestées du caractère militant qui caractérisait, vingt ans plus tôt, l’historiographie indienne ou la critique littéraire nord-américaine. L’emprunt est surtout méthodologique et consiste à relire les sources de l’époque coloniale pour cerner des discours d’appropriation et leur impact sur le terrain. Jennifer Sessions s’intéresse ainsi à la diffusion d’une culture politique, dans les années 1830-1840, visant à convaincre l’opinion française des bienfaits de la conquête et de la colonisation de l’Algérie. Les médiateurs représentent aussi bien la monarchie en place que son opposition ; ils sont élus ou fonctionnaires, intellectuels, peintres, metteurs en scène ou chansonniers. Chacun mobilise à sa manière le souvenir « glorieux » des campagnes napoléoniennes. Les libéraux insistent de leur côté sur les vertus morales et économiques d’une implantation de colons libres, exploitant eux-mêmes des concessions de taille modeste, à l’opposé des plantations esclavagistes de l’Ancien Régime. Des guides officiels et toute une littérature de colportage prennent le relai pour rassurer les familles de conscrits et inciter à émigrer en Afrique. Si l’entreprise connaît des succès mitigés avant 1848, elle dessine les contours d’un projet colonial de peuplement, bientôt repris par les républicains99. Il en est de même avec « la construction et les usages […] du déclin environnemental » sur près d’un siècle (1840-1930), mis en évidence par Diana K. Davies. Des savants, administrateurs, militaires ou colons français accusent le nomadisme arabe d’être à l’origine de la déforestation et du surpâturage au Maghreb. Quelques citations puisées dans la littérature classique ou médiévale et sorties de leur contexte suffisent à étayer cette thèse à la fin du xixe siècle : l’Afrique du Nord, « grenier à blé » de la Rome antique, est devenue le Pays de la soif. Si une telle croyance néglige les savoirs agropastoraux pour la conservation des sols, elle n’en cautionne pas moins toute une législation réduisant sévèrement les parcours, criminalisant l’écobuage et encourageant l’agriculture sédentaire sur le modèle européen. De quoi masquer le véritable impact environnemental des nouvelles techniques d’agriculture intensive qui se diffusent sur les propriétés coloniales au début du xxe siècle100. Même la « reconnaissance » de droits fonciers aux autochtones s’appuie sur des présupposés venus d’ailleurs. J’ai ainsi pu montrer ce que les catégories « melk » et « arch » du droit musulman algérien devaient à l’expérience révolutionnaire française, à une relecture saint-simonienne de la propriété dans la colonie et à la conscience de moyens limités avant d’y introduire le cadastre. Les commissaires de la réforme après 1863, les nouveaux ayant-droits, les juristes et les historiens participent au processus d’invention d’une tradition, soi-disant précoloniale, par intérêt puis par oubli du contexte initial101.

  • 102 Blais H., 2014, p. 23.
  • 103 Ibid., p. 292.
  • 104 Lacroix A., 2014.
  • 105 Mussard C., 2013.
  • 106 Bonin H., 2004 ; Gharbi M. L., 2005 ; Soudani Z., 2007 ; Guignard D., 2016.
  • 107 Lützelschwab C., 2006.
  • 108 Weaver J., 2006 (1re éd. 2003) ; Lützelschwab C., 2007 ; Guéno V. et Guignard D. (dir.), 2013.

36La déconstruction des discours articulée aux conditions de production du savoir et aux pratiques de terrain s’est focalisée, ces dernières années, sur la fabrique territoriale. En effet, souligne Hélène Blais, « dire que l’on ne savait rien [de l’espace algérien] avant l’arrivée des Français est une première forme d’appropriation »102. Sa mise en cartes, depuis la côte, répond d’abord aux besoins de la conquête, sous forme d’itinéraires militaires. Ceux-ci mobilisent un savoir vernaculaire mais le peu de crédit qui lui est accordé s’ajoute au peu d’empressement à renseigner. Les officiers topographes travaillent plus à leur aise dans les zones « pacifiées » en soignant les relevés géodésiques qui permettent le « rattachement mathématique » avec la métropole (1873) puis l’étirement de la couverture au 1/50 000e du nord vers le sud. Le projet colonial s’affirme alors dans la francisation des toponymes, le découpage de circonscriptions « familières » (départements, communes…), la fixation de frontières linéaires avec la Tunisie et le Maroc, l’incorporation enfin du Sahara. Mais cette cote de mailles s’ajuste mal aux pratiques spatiales des habitants. Le remplissage des cartes n’empêche pas les trous béants de la connaissance, des contentieux frontaliers toujours actifs, un « contraste entre l’ambition systématique et la réalité des accommodements locaux »103. Annick Lacroix l’expose, de façon complémentaire, en suivant la mise en réseaux de l’Algérie par l’administration des Postes, Télégraphes et Téléphones de 1850 à 1939. La toile se déploie par à-coups, servant en priorité des enjeux de domination : relier les points névralgiques de la colonie, puis celle-ci à la métropole et au reste de l’empire. L’asymétrie des connexions et l’importance des angles morts, vers 1900, révèlent une géographie des espaces privilégiés ou, au contraire, abandonnés en fonction des seules densités européennes. En conservant des modes de communication parallèles ou en s’empressant de couper des lignes avant chaque révolte, les autochtones en ont bien conscience. Mais ils finissent par s’approprier le bureau de poste et la cabine téléphonique, au début du xxe siècle, avec l’établissement de liaisons secondaires, la baisse du coût des transmissions et l’ampleur prise par l’émigration104. La carte, le réseau… mais aussi la circonscription vécue105, les acteurs du marché foncier106 ou l’entreprise de colonisation107. Les objets mobilisés par les historiens se diversifient pour rendre compte des modes d’appropriation à l’époque coloniale, des écarts fréquents entre les projets défendus (ou les idées reçues) et leurs applications concrètes. Les emprunts méthodologiques à la géographie et à la socio-anthropologie sont désormais courants ; le recours à l’histoire connectée ou comparée ajoute depuis peu une autre dimension108. À partir du cas d’un Algérien devenu citoyen français à qui l’adjoint d’un centre de colonisation refuse l’accès à la propriété (1934), Christine Mussard montre par exemple les limites de l’assimilation juridique quand celle-ci paraît ne plus réserver ce type d’espace à des Européens. Le fait cristallise l’ « angoisse de la submersion » au moment où le recul de l’implantation coloniale est patent. Dès lors la défense bruyante d’un entre soi supplée à certaines contradictions du droit français en Algérie pour mieux rappeler sa raison d’être aux autorités de tutelle.

  • 109 Belguidoum S. et Mouaziz N., 2010, p. 104.
  • 110 Belguidoum S., 1984.
  • 111 Belguidoum S., 1985 et 1994.
  • 112 Prenant A., 1953 ; Souiah S.-A. et Chanson-Jabeur C. (dir.), 2015.

37Depuis le milieu des années 1980, le renouveau vient aussi des sciences du présent et, en premier, de la sociologie ou de la géographie des villes. Car « la poursuite de l’exode rural, même atténué, la forte progression démographique, les décohabitations familiales, les créations d’emploi et de nouveaux services, provoquent un accroissement urbain considérable »109. Deux-tiers de la population vivent aujourd’hui en ville contre le tiers seulement en 1966. Une nouvelle génération de sociologues, géographes ou anthropologues algériens est interpelée par l’ampleur des mutations urbaines quand leurs formateurs l’avaient été plutôt par celles des campagnes. Exemplaire à ce sujet est le parcours de Saïd Belguidoum qui soutient une thèse de sociologie rurale en 1984 sur les politiques agraires et stratégies paysannes chez les Righas d’Aïn Oulmene, avant de réorienter complètement ses travaux sur le monde des villes110. Le virage se justifie cependant dans la mesure où il suit ses ruraux – parmi d’autres – vers les cités-logements ou bidonvilles de l’agglomération sétifienne111. Les modes d’appropriation des espaces urbains deviennent dès lors l’un des thèmes phares de la sociologie et de la géographie, marquées également par les travaux d’Abderrahim Hafiane, de Nora Semmoud, de Madani Safar Zitoun, d’Abdelkader Lakjaa, de Rachid Sidi Boumedine ou de Sid-Ahmed Souiah. Chemin faisant, ils comblent une importante lacune concernant l’histoire des villes de la période coloniale, en complétant les travaux d’André Prenant sur la ségrégation spatiale – renforcée par les années de guerre – et en faisant le lien avec les configurations urbaines plus récentes112. Une pierre supplémentaire est apportée ici par Claudine Piaton et Thierry Lochard qui remontent aux premières décennies de l’occupation française à Alger pour examiner la part prise par les propriétaires européens et autochtones dans la production d’un nouveau tissu urbain. Leur manière de croiser archives cadastrales et inventaire de terrain est inédite pour cette période. Elle révèle une redistribution plus nuancée de la propriété et des échanges de styles inattendus du fait de la radicalité des percées voulues par l’État colonial.

  • 113 Lesbet D., 2006.
  • 114 Safar Zitoun M., 1992; Lakjaa A., 1997, p. 77-103.
  • 115 Lakjaa A., 2009.
  • 116 Lesbet D., 1985 ; Cohen J.-L., Oulebsir N. et Kanoun Y., 2003 ; Dris N., 2005 ; Zerouala M. S. (dir (...)

38De même pour le suivi des mutations urbaines après 1962, le travail d’enquête et l’approche qualitative s’ajoutent désormais à l’emploi des statistiques. On perçoit mieux les manières d’« habiter l’indépendance », pour reprendre la belle formule de Djaffar Lesbet à propos de l’occupation des « biens vacants » à Alger113. Mais ce remplacement d’une population par une autre – attendant vingt ans la régularisation des droits qu’elle s’est créés – ne concerne qu’une faible proportion de néo-urbains. Les constructions de cités collectives (années 1970-1980) visent à absorber l’essentiel des flux venus du monde rural et du croît naturel en ville. Elles peinent à y parvenir, comme à résoudre cette autre difficulté : la taille et la forme des logements ne correspondent guère aux attentes des groupes familiaux, l’unité domestique toujours la plus répandue. Les socio-anthropologues scrutent alors les « transformations-modifications » des intérieurs et les « pratiques habitantes »114. Les ouvertures sont souvent obstruées, les pièces ré-agencées ou meublées de manière à soustraire les femmes aux regards extérieurs et à impressionner surtout le visiteur. À l’échelle de l’immeuble ou du quartier, des conflits fréquents renvoient à l’urbanisation anarchique et aux recompositions rapides du voisinage entre habitants de culture, d’origine et de niveau social différents. À terme, le lien social peut être renoué autrement115. Les chercheurs attirent également l’attention sur la valeur patrimoniale des centres-villes menacée par le manque d’entretien et les destructions116.

  • 117 Hafiane A., 1989 ; Safar Zitoun M., 2002 ; Prenant A., 2002 ; Sidi-Boumedine R., 2002 ; Souiah, S.- (...)
  • 118 Bendraoua F. et Souiah S.-A., 2008.
  • 119 Belguidoum S. et Mouaziz N., 2010, p. 112.

39La notion d’urbain informel peut englober ces diverses approches pour repenser ce qui est aujourd’hui au cœur de la fabrique des villes : les tensions entre le légal et le légitime ; des relations difficiles entre habitants, pouvoirs publics et promoteurs privés ; des formes et finalités concurrentes dans l’appropriation spatiale117. Cette crise urbaine prolongée se manifeste par exemple dans l’attribution clientéliste des lots à bâtir et des chantiers de construction, dans l’économie de rente issue du marché immobilier parallèle, dans la banalisation du recours à la violence pour régler les différends. Chacun y participe selon son capital social et économique, depuis la pose d’une cabane en tôles sur un bout de terrain instable, l’adaptation du garage d’une villa en local commercial (puis le rajout sans permis des 2e et 3e étages), jusqu’à l’obtention illégale d’une assiette foncière avant d’ériger tout un quartier pavillonnaire. L’État réprime, tolère ou régularise, selon l’intéressement de ses agents et l’évaluation locale des rapports de force. Il lui arrive même d’ordonner la construction sur ces bases118. Ainsi « "maîtrise"[-t-il] l’informel en tant que palliatif de son incapacité à tout prendre en charge »119.

40L’incertitude qui en résulte sur les droits de chacun, les opportunités qui en découlent, caractérisent pareillement le monde rural et agricole. Après une longue parenthèse, il suscite à nouveau l’intérêt des socio-anthropologues et des économistes, tant sur la question des droits fonciers, des relations de propriété que des formes d’appropriation. La quête de solutions pour sortir de la dépendance alimentaire reste d’actualité. Mais le contexte a évolué, depuis le début des années 2000, avec l’individualisation accrue des droits d’accès à l’eau et à la terre, l’amélioration des conditions de sécurité en milieu rural, une réorientation partielle des investissements vers l’agriculture. Il incite à une reprise des enquêtes empiriques sous l’impulsion de l’Institut national de recherche agronomique d’Algérie (INRAA), de l’École nationale supérieure d’agronomie (ENSA) et du Centre de recherche en économie appliquée pour le développement (CREAD). Ces institutions renouvellent leurs partenariats avec des centres de recherche étrangers pour aider à la formation des étudiants et confronter leurs résultats à ceux recueillis en Afrique, Asie du Sud ou Amérique latine.

  • 120 Daoudi A., 2010.
  • 121 Daoudi A. et Bedrani S., 2002 et 2008 ; Daoudi A. et Wampfler B., 2010.

41Le passage de témoin, à la tête du département d’économie rurale de l’ENSA, entre Slimane Bedrani et Ali Daoudi en est une bonne illustration. Le premier encadre le second pour une thèse novatrice consacrée au financement informel du secteur agricole120. Elle est codirigée par Betty Wampfler de l’Institut des régions chaudes, composante du Centre international d’études supérieures en sciences agronomiques (SupAgro) de Montpellier. Avant la soutenance, les trois publient ensemble des articles dévoilant les principaux enseignements de l’enquête réalisée en 2002 auprès de 400 agriculteurs des wilayat de Tlemcen, Blida, Djelfa et Constantine121. On y apprend l’importance des relations contractuelles et de proximité pour pallier à l’insuffisance des subventions publiques ou à la frilosité des banques face au risque climatique. L’association de production consiste par exemple à se répartir les charges et les bénéfices entre propriétaires et exploitants. Mais les quotes-parts varient selon l’investissement consenti et le degré de confiance, l’apport possible d’un tiers en argent, la rentabilité et l’évaluation du risque propre à chaque région ou production. L’enquête montre la vitalité de ce type de contrat aussi bien dans la céréaliculture et le maraîchage que dans l’élevage ovin ou avicole. Plus que les autres formes de financement – telles le prêt sans intérêt entre proches, le crédit accordé par les fournisseurs ou la vente sur pied préfinancée – l’association de production conditionne les relations de propriété. Mais l’interconnaissance reste essentielle à son existence si bien que les propriétaires absentéistes ont tendance à lui préférer la location et le volume de crédit agricole demeure globalement insuffisant.

  • 122 Daoudi A., Terranti S., Hammouda R. F. et Bedrani S., 2013.

42Ali Daoudi poursuit aujourd’hui l’encadrement de jeunes chercheurs et les enquêtes de terrain, en partenariat avec Jean-Philippe Colin de l’Institut de recherche pour le développement (IRD). Leur attention se focalise sur les régions steppiques et sahariennes marquées par la vulnérabilité accrue des petits agropasteurs (moins de 50 brebis) et par l’accès récent aux nappes fossiles. Dans le premier cas, exploiter gratuitement les propriétés familiales indivises, celles du domaine privé de l’État ou des voisins non-résidents ne suffit plus à reconstituer les pertes (en cheptel, semences) dues aux sécheresses prolongées. L’association de production en année « pluvieuse » et le gardiennage des troupeaux d’autrui sont les derniers palliatifs pour éviter l’exode122. Dans le deuxième cas, développé ici, l’émergence d’un marché des terres irrigables s’explique par l’effet conjugué des nouvelles techniques de forage et de la cession de droits de propriété individuels par l’État (sous certaines conditions). Mais la valorisation des terres concernées est telle que les transactions foncières précèdent généralement cette reconnaissance légale et débordent des périmètres officiels. Elles prennent alors le caractère informel de ventes ou de faire-valoir indirect au profit d’exploitants ou d’investisseurs disposant du savoir-faire et de moyens financiers suffisants. La dynamique profite plutôt à l’économie locale mais les risques de concentration foncière et d’impact environnemental sont réels. De ce point de vue, l’approche de Fatima Iberraken est complémentaire et originale. L’historienne décrypte à partir d’archives écrites et de témoignages les conditions du déguerpissement des occupants de l’ancien patrimoine des Ben Ali Cherif de Petite Kabylie. Celui-ci a été constitué pendant la période coloniale, nationalisé en 1963 mais restitué en 1998. La violence du processus en cours se lit à la lumière du changement incessant des règles d’attribution foncière depuis l’indépendance et de la pauvreté persistante des exploitants. Ils s’accrochent collectivement ou sont contraints de céder à l’intimidation d’hommes de mains employés par les propriétaires. Des ressorts clientélistes et mémoriels, remontant pour certains à l’époque coloniale, sont mobilisés pour forcer la décision ou se dresser contre elle.

  • 123 Belguidoum S., Cattedra R. et Iraki A., 2015 ; Dupret B. et Ben Hounet Y., 2015.

43Depuis une trentaine d’années, l’exploration du diptyque propriété et société semble donc emprunter une multitude de chemins, mais dans des cadres de discussion cloisonnés qui mettent à profit leurs bagages disciplinaires. La priorité est donnée à un questionnement toujours plus poussé sur les sources, du côté des historiens, à la saisie dans l’urgence des mutations en cours, chez les socio-anthropologues, géographes ou économistes. La dégradation des conditions de la recherche en Algérie ne facilite pas l’intercompréhension et les synergies au-delà des frontières, voire d’un département universitaire à l’autre. Cependant des partenariats récents contribuent au décloisonnement international et disciplinaire. Quatre mois avant le colloque d’Aix-en-Provence, celui organisé à Tlemcen sur la pression foncière périurbaine montrait bien le positionnement d’un tel objet au carrefour des sciences sociales et la nécessité de confronter le cas algérien à d’autres. Deux numéros parus en 2015 dans L’Année du Maghreb vont dans le même sens à propos des villes et urbanités, comme du rapport entre pratiques du droit et propriétés123. L’isolement de chaque « chapelle » est encore à relativiser du fait qu’elles restent ouvertes au renouvellement des questionnements et des approches qui leur sont propres. Les échanges se situent donc généralement à une autre échelle pour produire un langage et des manières de faire plus proches qu’il n’y paraît de prime abord. On les retrouve dans l’intérêt partagé pour les « pratiques habitantes » ou les « accommodements locaux », pour la déconstruction des discours d’appropriation confrontés au réel. Ces convergences sont de nature à faciliter des échanges plus directs entre les disciplines.

Conclusion

  • 124 Chaulet C., 1971, p. 19-44.

44Cette façon de sélectionner les travaux, de les relier ou de les opposer sur plus d’un siècle et demi, relève évidemment de partis pris et d’un regard sans doute biaisé par mes thématiques de recherche (principalement les formes d’appropriation foncière à l’époque coloniale). Certains regroupements n’échappent pas non plus à l’artificialité dans la mesure où la grille de lecture proposée ne hantait pas forcément les auteurs ainsi mis en boîte. Les uns pourraient se sentir trahis, asséchés, les autres négligés. Mais cette généalogie des travaux a permis d’identifier des ponts entre les divers moments de la production scientifique et entre les disciplines. Les chercheurs citent volontiers leurs aînés sur le terrain algérien quand, à l’évidence, ils ne partagent ni les mêmes engagements, ni les mêmes approches. Claudine Chaulet s’appuie par exemple sur les travaux de Julien Franc, d’Hildebert Isnard et de Xavier de Planhol pour brosser la préhistoire coloniale de l’« autogestion » dans la Mitidja124. Chaque rupture épistémologique conduit en effet à un élargissement des manières de faire plutôt qu’à leur substitution. Ainsi dépasse-t-on, au début du xxe siècle, la dimension strictement juridique de la propriété pour englober les rapports sociaux puis, à partir des années 1960, les pratiques spatiales, économiques ou culturelles qui leur sont associées.

  • 125 Besson E., 1894, p. 180-181.
  • 126 Chaulet C., 1984, t. 1, p. 272-273.

45Le terrain algérien n’est évidemment pas le seul à connaître une telle évolution dans l’appréhension du thème retenu et les échanges n’ont d’ailleurs pas manqué, sur cet axe particulier, entre les chercheurs s’intéressant à l’Algérie et les autres. Trois exemples espacés dans le temps suffisent à le démontrer. Membre de la Société de législation comparée, Emmanuel Besson fait référence dès 1894 aux travaux menés sur les communautés de l’Inde britannique et du monde slave pour étayer sa thèse en faveur du « communisme agraire » des tribus d’Algérie125. Claudine Chaulet note au début des années 1980 que le rôle important des familles dans un contexte d’agriculture collectivisée a déjà été souligné par des recherches conduites dans les pays d’Europe de l’Est, en Union soviétique ou en Chine126. Enfin, le « cadre conceptuel » présenté ici par Ali Daoudi et Jean-Philippe Colin se nourrit d’observations d’anthropologues ou d’économistes sur tous les continents depuis trente ans.

  • 127 Poncet J., 1961, p. 147-200 ; Bouderbala N., 1999.
  • 128 Buskens L. et Dupret B., 2012.
  • 129 Merle I., 1999.
  • 130 Gelez P., 2013, p. 121.
  • 131 Masoero A., 2013.

46Il est cependant des périodes où le savoir produit sur l’Algérie inspire au-delà de ses frontières. Les constructions savantes des juristes de l’École d’Alger ont ainsi pesé lourd dans la genèse du droit foncier tunisien puis marocain, quitte à s’adapter aux nouveaux contextes de domination et à admettre certaines « erreurs » de lecture dans la colonie de peuplement voisine127. D’autres terrains d’invention du « droit musulman » sont, il est vrai, antérieurs à 1830 : dans l’Inde britannique ou l’Indonésie néerlandaise notamment128. Mais des catégories juridiques / ethnographiques forgées en Algérie, comme les modalités de « reconnaissance » des droits de propriété qui en découlent, se diffusent largement à l’échelle impériale française129. Même les Autrichiens y regardent à deux fois après l’annexion de la Bosnie (1878)130, tout comme les Russes en quête de modèle pour s’implanter au Caucase et en Asie centrale (deuxième moitié du xixe siècle)131.

  • 132 Silverstein P., 2003.
  • 133 Chachoua K., 2012, p. 1.
  • 134 Leite Lopes J. S., 2003.
  • 135 Colonna F., 1989.
  • 136 Colonna F., 1989 ; Mahé A., 2001.

47Soixante ans plus tard, dans un contexte de décolonisation cette fois, la production scientifique sur le thème propriété et société en Algérie connaît un autre temps fort. L’ampleur des mutations qui s’enchaînent (regroupements des Algériens pendant la guerre, indépendance politique, départ des Européens, réformes agraires…), l’engagement consécutif d’une génération d’intellectuels sur ce terrain, sont à l’origine de travaux novateurs au rayonnement international. L’œuvre de Pierre Bourdieu dépasse certes l’Algérie et les questions de propriété. Mais c’est précisément son ampleur qui motive aujourd’hui un regard rétrospectif sur ses premières enquêtes algériennes. On y recherche le terreau de ses grands concepts sociologiques, la réalité de ses convictions anticoloniales, les filiations de la métaphore du déracinement en sciences sociales132. Il n’empêche que son travail réalisé avec Abdelmalek Sayad est traduit et lu en Allemagne, Italie, Espagne, au Proche-Orient ou aux États-Unis133. Il a même connu une postérité immédiate au Brésil, en contribuant au renouveau des enquêtes ethnographiques et sociologiques sur le système de plantation134. Si l’aura de Jacques Berque est comparable à celle de Pierre Bourdieu, il entretient avec l’Algérie et le Maghreb des liens plus anciens et de nature différente. Né en bordure des hauts-plateaux (1910), « sa véritable université [est] Sidi-Aïssa, au sud d’Alger, où il commence d’apprendre l’arabe et la vie bédouine »135. Ses travaux d’anthropologie juridique et sa parfaite connaissance du monde rural reposent ensuite sur vingt années d’observations comme administrateur colonial au Maroc (1934-1953). Rétif aux constructions théoriques, il impressionne surtout par son style, son érudition, sa capacité à se plonger dans les manuscrits d’époque médiévale ou moderne pour explorer « de manière très neuve moins les contenus que les formes du récit ou de la consultation juridique »136. Le magistère qu’il exerce des années 1950 aux années 1980 repose en outre sur les cours dispensés au Collège de France et sur ses activités d’encadrement à l’École pratique des hautes études. Plusieurs des chercheurs cités dans cette introduction l’ont eu comme directeur d’études ou se sont fortement inspirés de sa démarche : Jean-Paul Charnay, Nadir Marouf, Marc Côte, Fanny Colonna et Miriam Hoexter, notamment.

48Mais la production n’est pas moins riche quand elle se met à l’école des Annales (années 1920-1970) ou se nourrit des nouvelles approches disciplinaires à l’échelle internationale (années 1980-2010). Les contributions du présent ouvrage constituent, de ce point de vue, un échantillon représentatif. Les trois premiers chapitres (de François Dumasy, Jennifer Sessions et Jean-Robert Henry) s’attachent à déconstruire des discours d’appropriation qui firent cependant l’objet de débats au moment de leur élaboration avant de connaître d’importantes inflexions. Les quatre suivants (de Jacques Budin, Claudine Piaton et Thierry Lochard, Christine Mussard, Ali Daoudi et Jean-Philippe Colin) nous plongent au cœur des processus d’appropriation où les droits et formes qui émergent (ou déclinent) sont plutôt des coproductions entre acteurs locaux / centraux. L’impact sur les relations de propriété est souligné dans les quatre derniers chapitres (de Nadir Marouf, Antonin Plarier, Christian Phéline et Fatima Iberraken) qui donnent à voir des ruptures et des continuités inattendues au plan social, culturel, territorial ou chronologique. En somme, derrière les bouleversements bien connus des rapports entre propriété et société dans l’Algérie contemporaine, ils sont une invitation à regarder de plus près, différemment, sans idée préconçue.

Bibliographie

Ageron Charles-Robert, 2005 (1re éd. 1968), Les Algériens musulmans et la France, 1871-1919, Paris, Bouchène, 2 tomes.

Ageron Charles-Robert, 1979, Histoire de l’Algérie contemporaine, t. 2 : De l’insurrection de 1871 au déclenchement de la guerre de libération (1954), Paris, PUF.

Alderman Jeremy, 2002 (1re éd. 1994), Frontier Development. Land, Labour and Capital on the Wheatlands of Argentina and Canada, 1890-1914, Oxford, Clarendon Press.

Banner Stuart, 2005, « Why Terra Nullius? Anthropology and Property Law in Early Australia », Law and History Review, vol. 23, n° 1, p. 95-132.

Bedrani Slimane, 1981, L’agriculture algérienne depuis 1966. Étatisation ou privatisation ?, Alger, OPU.

Bedrani Slimane, Bourenane Mohamed, Molina Ignacio, s.d. [1982], Les politiques agraires en Algérie. Vers l’autonomie ou la dépendance ?, Alger, CREA.

Belguidoum Saïd, 1984, Les Righas d’Ain Oulmène. Politiques agraires et stratégies paysannes, Thèse de sociologie, Université Paris X.

Belguidoum Saïd, 1994, « Citadins en attente de ville. Logement et politique à Sétif », Maghreb-Machrek, 1er semestre, numéro spécial, p. 42-45.

Belguidoum Saïd et Millet Denis, 1985, « Détournements et retournements des modèles urbains et architecturaux à Sétif », in Haumont Nicole et Marie Alain (dir.), Politiques et pratiques urbaines dans les pays en voie de développement, Paris, L’Harmattan, t. 2, p. 228-247.

Belguidoum Saïd et Mouaziz Najet, 2010, « L’urbain informel et les paradoxes de la ville algérienne : politiques urbaines et légitimité sociale », Espaces et sociétés, n° 143, p. 101-116.

Belguidoum Saïd, Cattedra Raffaele et Iraki Aziz (dir.), 2015, « Dossier : Villes et urbanités au Maghreb », L’Année du Maghreb, n° 12.

Bendraoua F et Souiah Sidi-Ahmed, 2008, « Quand les pouvoirs publics produisent de nouvelles marginalités urbaines : les recasés de Nedjma à Oran en Algérie », Autrepart, n° 45, p. 173-190.

Bergh Johan et Visagie Jacob (dir.), 1985, The Eastern Cape frontier zone, 1660-1980. A Cartographic Guide for Historical Research, Durban, Butterworths.

Berque Jacques, 2001 (1re éd. 1958), « Droit des terres et intégration sociale au Maghreb », in Opera Minora. III – Sciences sociales et décolonisation, Paris, Bouchène, p. 85-117.

Berque Jacques, 1979 (1re éd. 1962), Le Maghreb entre deux guerres, Paris, Éditions du Seuil.

Berque Jacques, 1978, L’intérieur du Maghreb, xvie-xixe siècle, Paris, Gallimard.

Besson Emmanuel, 1894, La législation civile de l’Algérie. Étude sur la condition des personnes et sur le régime des biens en Algérie, Paris, Marescq Aîné.

Blais Hélène, 2014, Mirages de la carte. L’invention de l’Algérie coloniale, Paris, Fayard.

Bonin Hubert, 2004, Un Outre-mer bancaire méditerranéen. Histoire du Crédit foncier d’Algérie et de Tunisie (1880-1997), Paris, Publications de la Société française d’Outre-mer.

Bouderbala Négib, 1999, « Les systèmes de propriété foncière au Maghreb. Le cas du Maroc », in Jouve Anne-Marie et Bouderbala Négib (dir.), Politiques foncières et aménagement des structures agricoles dans les pays méditerranéens : à la mémoire de Pierre Coulomb, Montpellier, CIHEAM / Cahiers Options Méditerranéennes, n° 36.

Bourdieu Pierre et Sayad Abdelmalek, 1964, Le déracinement. La crise de l’agriculture traditionnelle en Algérie, Paris, Éditions de Minuit.

Brahiti Ali, 2013, Le régime foncier et domanial en Algérie : évolution et dispositif actuel. Situation actuelle en matière domaniale, cadastrale et d’immatriculation foncière, Alger, ITCIS Éditions.

Bras Jean-Philippe, 2015, « L’imperfection de la propriété indigène, lieu commun de la doctrine juridique coloniale en Afrique du Nord », in Bargaoui Sami, Cerutti Simona et Grangaud Isabelle (dir.), Appartenance locale et propriété au nord et au sud de la Méditerranée, Aix-en-Provence, IREMAM, édition en ligne consultée le 19/09/2016 : http://books.openedition.org/iremam/3441.

Burgat François, Nancy Michel et Ruf Werner, 1984, Les villages socialistes de la révolution agraire algérienne, Paris, CNRS.

Buskens Léon et Dupret Baudouin, 2012, « Qui a inventé le droit musulman ? Une histoire des études occidentales de la normativité islamique et leur diffusion en Orient », Maghreb et sciences sociales, décembre, p. 51-61.

Carlier Omar, 1996, « Horaires et réseaux. De la diligence à l’hydravion. Note sur la révolution de l’espace-temps dans l’Algérie coloniale (1830-1954) », in Chanson-Jabeur Chantal, Godard Xavier, Fakhfakh Mohamed et Semmoud Bouziane (dir.), Villes, transports et déplacements au Maghreb, Paris, L’Harmattan, p. 123-144.

Chachoua Kamel, 2012, « Pierre Bourdieu et l’Algérie : le savant et la politique », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, n° 131, p. 1-22.

Charnay Jean-Paul, 1965, La vie musulmane en Algérie d’après la jurisprudence de la première moitié du xxe siècle, Paris, PUF.

Chaulet Claudine, 1971, La Mitidja autogérée. Enquête sur les exploitations autogérées agricoles d’une région d’Algérie, 1968-1970, Alger, SNED.

Chaulet Claudine, 1984, La terre, les frères et l’argent. Stratégies familiales et production agricole en Algérie depuis 1962, Thèse de sociologie, Université Paris V, 4 tomes.

Chenut Helen et Voldman Danièle, 1984, « Éléments pour une bibliographie internationale d’histoire orale », Bulletin de l’IHTP, n° 17, p. 23-42.

Cohen Jean-Louis, Oulebsir Nabila et Kanoun Youcef (dir.), 2003, Alger : paysage urbain et architecture, 1800-2000, Besançon, Les éditions de l’imprimeur.

Colin Jean-Philippe, 2004, « Droits fonciers, pratiques foncières et relations intra-familiales : les bases conceptuelles et méthodologiques d’une approche compréhensive », Land Reform, Land Settlement and Cooperatives, n° 2, p. 55-67.

Colonna Fanny, 1984, « La ville au village. Transferts de savoirs et de modèles entre villes et campagnes en Algérie », in Colonna Fanny, Haddab Mustapha et al. (dir.), Méthodes d’approches du monde rural, Alger, OPU, p. 259-280.

Colonna Fanny, 1987, Savants paysans. Éléments d’histoire sociale sur l’Algérie rurale, Alger, OPU.

Colonna Fanny, 1989, « Le "Maghrébin" », Le Monde diplomatique, mars, p. 28.

Colonna Fanny, 1995, Les versets de l’invincibilité. Permanence et changements religieux dans l’Algérie contemporaine, Paris, Presses de Sciences Po.

Colonna Fanny, 2010, Le meunier, les moines et le bandit. Des vies quotidiennes dans l’Aurès (Algérie) du xxe siècle. Récits, Arles, Sindbad / Actes Sud.

Cornaton Michel, 1967, Les regroupements de la décolonisation en Algérie, Paris, Éditions ouvrières.

Côte Marc, 1979, Mutations rurales en Algérie. Le cas des hautes plaines de l’est, Alger / Paris, OPU / Éditions du CNRS.

Côte Marc, 1988, L’Algérie ou l’espace retourné, Paris, Flammarion.

Crosby Alfred, 1986, Ecological Imperialism. The Biological Expansion of Europe, 900-1900, Cambridge, Cambridge University Press.

Daoudi Ali, 2010, Les mécanismes de gestion des risques de défaillance dans les transactions de financement informel dans le secteur agricole en Algérie : entre contrat et convention, Thèse en sciences agronomiques, ENSA d’Alger.

Daoudi Ali et Bedrani Slimane, 2002, « Le financement non institutionnel dans l’agriculture : quelques résultats d’une enquête rapide », Recherche Agronomique / INRAA, n° 1, p. 77-89.

Daoudi Ali et Bedrani Slimane, 2008, « Le financement informel des exploitations agricoles en Algérie : un essai de caractérisation des principales pratiques », Cahiers du CREAD, n° 85-86, p. 109-134.

Daoudi Ali et Wampfler Betty, 2010, « Le financement informel dans l’agriculture algérienne : les principales pratiques et leurs déterminants », Cahiers Agricultures, vol. 19, n° 4, p. 243-248.

Daoudi Ali, Terranti Salima, Hammouda Rachid Fethi et Bedrani Slimane, 2013, « Adaptation à la sécheresse en steppe algérienne : le cas des stratégies productives des agropasteurs de Hadj Mechri », Cahiers Agricultures, vol. 22, n° 4, p. 1-8.

Davis Diana K., 2012 (1re éd. 2007), Les mythes environnementaux de la colonisation française au Maghreb, Seyssel, Champ Vallon.

Djerbal Daho, 1979, Processus de colonisation et évolution de la propriété foncière dans les plaines intérieures de l’Oranie (subdivisions de Mascara et de Sidi-bel-Abbès, 1850-1920), Thèse d’histoire, Paris VII.

Dris Nassima, « Habiter le patrimoine : monde en marge et identité urbaine. La Casbah d’Alger ou le refuge des exclus », in Gravari-Barbas Maria (dir.), Habiter le patrimoine. Enjeux, approches, vécu, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 93-104.

Dunlap Thomas, 1999, Nature and the English Diaspora. Environment and History in the United States, Canada, Australia and New Zealand, New York, Cambridge University Press.

Dupret Baudoin et Ben Hounet Yazid (dir.), 2015, « Pratique du droit et propriétés au Maghreb dans une perspective comparée », L’Année du Maghreb, n° 13.

Enfantin Prosper, 1843, Colonisation de l’Algérie, Paris, Bertrand.

Faron Olivier et Hubert Étienne (dir.), 1995, Le sol et l’immeuble. Les formes dissociées de propriété immobilière dans les villes de France et d’Italie (xiie-xixe siècles), Rome, École française de Rome.

Febvre Lucien, 1930, « Un chef d’œuvre de la colonisation française : la Mitidja », Annales d’histoire économique et sociale, vol. 2, n° 5, p. 156-157.

Forsyth James, 1992, A history of the Peoples of Siberia. Russia’s North Asian Colony, 1581-1990, Cambridge, Cambridge University Press.

Franc Julien, 1928, La colonisation de la Mitidja, Paris, Félix Alcan.

Friesen Gerald, 1984, The Canadian Prairies: A History, Toronto, University of Toronto Press.

Gelez Philippe, « Les contentieux fonciers en Bosnie-Herzégovine austro-hongroise (1878-1918) », in Guéno Vanessa et Guignard Didier (dir.), Les acteurs des transformations foncières autour de la Méditerranée au xixe siècle, Paris, Karthala / MMSH / IREMAM, p. 119-140.

Gentilcore Louis (dir.), 1993, Historical Atlas of Canada: vol. II – The Land Transformed, 1800-1891, Toronto, University of Toronto Press.

Gharbi Mohamed Lazhar, 2005, Crédit et discrédit de la Banque d’Algérie (seconde moitié du xixe siècle), Paris, L’Harmattan.

Ginzburg Carlo, 1980, « Signes, traces, pistes. Racines d’un paradigme de l’indice », Le Débat, n° 6, p. 3-44.

Girault Arthur, 1904 (1re éd. 1895), Principes de colonisation et de législation coloniale, Paris, Larose, 2 tomes.

Goodman Jane et Silverstein Paul (dir.), 2009, Bourdieu in Algeria: Colonial Politics, Ethographic Pratices, Theoretical Developments, Lincoln / Londres, University of Nebraska Press.

Grangaud Isabelle, 2002, La ville imprenable. Une histoire sociale de Constantine au xviiie siècle, Paris, EHESS.

Grangaud Isabelle, 2008, « Affrontarsi in archivo. Tra storia ottomana e storia coloniale (Algeri 1830) », Quaderni Storici, n° 129, p. 621-652.

Grangaud Isabelle, 2009a, « Prouver par l’écriture. Propriétaires algérois, conquérants français et historiens ottomanistes », Genèses, n° 74, p. 25-45.

Grangaud Isabelle, 2009b, « Masking and Unmasking the Historic Quarters of Algiers: The Reassessment of an Archive » in Celik Zeynep and Clancy-Smith Julia (dir.), Walls of Algiers: Peoples, Images, and Spaces of the Colonial and Postcolonial City, Los Angeles / Washington, Getty Research Institute / University of Washington Press, p. 179-192.

Grangaud Isabelle, 2015, « Le bayt al-māl, les héritiers et les étrangers. Droits de succession et droits d’appartenance à Alger à l’époque moderne », in Bargaoui Sami, Cerutti Simona et Grangaud Isabelle (dir.), Appartenance locale et propriété au nord et au sud de la Méditerranée, Aix-en-Provence, IREMAM, édition en ligne consultée le 19/09/2016 : http://books.openedition.org/iremam/3512.

Grangaud Isabelle et Oualdi Mʿhamed, « Tout est-il colonial dans le Maghreb ? Ce que les travaux des historiens modernistes peuvent apporter », L’Année du Maghreb, n° 10, p. 233-254.

Griffiths John, 1986, « What is Legal Pluralism », Journal of Legal Pluralism and Unofficial Law, n° 24, p. 1-55.

Gros Dominique, 2000, « La légitimation par le droit », in Baruch Marc-Olivier et Duclert Vincent (dir.), Serviteurs de l’État. Une histoire politique de l’administration française, 1875-1945, Paris, La Découverte, p. 19-35.

Gruzinski Serge, 1985, Les hommes-dieux du Mexique. Pouvoir indien et société coloniale (xvie-xviiie siècles), Paris, Éditions des archives contemporaines.

Guéno Vanessa et Guignard Didier (dir.), 2013, Les acteurs des transformations foncières autour de la Méditerranée au xixe siècle, Paris, Karthala / MMSH / IREMAM.

Guha Ranajit, 1983, Elementary Aspects of Peasant Insurgency in Colonial India, Delhi, Oxford University Press.

Guignard Didier, 2013, « Les inventeurs de la tradition "melk" et "arch" en Algérie », in Guéno Vanessa et Guignard Didier (dir.), Les acteurs des transformations foncières autour de la Méditerranée au xixe siècle, Paris, Karthala / MMSH / IREMAM, p. 49-93.

Guignard Didier, 2015, « Les archives vivantes des conservations foncières en Algérie », L’Année du Maghreb, n° 13, p. 79-108.

Guignard Didier, 2016, « Terre promise mais pas prise : les déboires de la colonisation de Maraman en Algérie (1834-1854) », in Dakhli Leyla et Lemire Vincent (dir.), Étudier en liberté les mondes méditerranéens. Mélanges offerts à Robert Ilbert, Paris, Publications de la Sorbonne, p. 413-424.

Hafiane Abderrahim, 1989, Les défis à l’urbanisme. L’exemple de l’habitat illégal à Constantine, Alger, OPU.

Hann Christopher M. (dir.), 1998, Property Relations: Renewing the Anthropological Tradition, Cambridge, Cambridge University Press.

Hanoteau Alphonse et Letourneux Aristide, 2003 (1re éd. 1873), La Kabylie et les coutumes kabyles, Paris, Bouchène, 3 tomes.

Henni Ahmed, 1982, La colonisation agraire et le sous-développement en Algérie, Alger, SNED.

Hoexter Miriam, 1984, « Le contrat de quasi-aliénation des awqāf à Alger à la fin de la domination turque : étude de deux documents d’ʿanā’ », Bulletin of Oriental and African Studies, vol. 47, n° 2, p. 243-259.

Hoexter Miriam, 1998, Endowments, Rulers and Community. Waqf al-Ḥaramayn in Ottoman Algiers, Leiden, Brill.

Isnard Hildebert, s.d. [1948], La réorganisation de la propriété rurale dans la Mitidja (Ordonnance royale du 21 juillet 1846 et Commission des Transactions et Partages, 1851-1867). Ses conséquences sur la vie indigène, Alger, Imprimerie Joyeux.

Isnard Hildebert, 1954, La vigne en Algérie. Étude géographique, Gap, Ophrys, 2 tomes.

Isnard Hildebert, 1960, « Structure de l’agriculture musulmane en Algérie à la veille de l’insurrection », Méditerranée, n° 2-3, p. 49-60, n° 4, p. 43-58.

Isnard Hildebert, 1961, « Les exploitations agricoles européennes en Algérie (essai de représentation cartographique) », Méditerranée, n° 1, p. 23-32.

Joutard Philippe, 1983, Ces voix qui nous viennent du passé, Paris, Hachette.

Karsten Peter, 2002, Between Law and Custom. “High and low Legal Cultures” in the Lands of the Bristish Diaspora: The United States, Canada, Australia and New Zealand, 1600-1900, Cambridge, Cambridge University Press.

Lacjance Gabrielle (dir.), 1987, Mémoires d’une époque. Un fonds d’archives orales au Québec, Institut québécois de recherche sur la culture.

Lacroix Annick, 2014, Une histoire sociale et spatiale de l’État dans l’Algérie colonisée. L’administration des Postes, Télégraphes et Téléphones du milieu du xixe siècle à la Seconde Guerre mondiale, Thèse d’histoire, ENS Cachan, 2 tomes.

Lakjaa Abdelkader, 1997, « L’habiter identitaire : éléments pour une problématique d’une urbanité en émergence », Insāniyāt, n° 2, p. 77-103.

Lakjaa Abdelkader, 2009, « Les périphéries oranaises : urbanité en émergence et refondation du lien social », Les Cahiers d’EMAM, n° 18, p. 29-43.

Larcher Émile, 1911, Traité élémentaire de la législation algérienne. Les biens. Les actes. Les tables, t. 3, Paris, Rousseau.

Larnaude M., s.d. [1936], Déplacements des travailleurs indigènes en Algérie, Alger, Société historique algérienne.

Launay Michel, 1963, Paysans algériens. La terre, la vigne et les hommes, Paris, Le Seuil.

Leipe Lopes José Sérgio, 2003, « Pierre Bourdieu et le renouveau des enquêtes ethnologiques et sociologiques au Brésil », Awal, n° 27-28, p. 169-177.

Leroy-Beaulieu Paul, 1874, De la colonisation chez les peuples modernes, Paris, Guillaumin.

Leroy-Beaulieu Paul, 1881, La politique française en Algérie, Paris, De Chaix.

Leroy-Beaulieu Paul, 1887, L’Algérie et la Tunisie, Paris, Guillaumin.

Le Roy Étienne, 2011, La terre de l’autre. Une anthropologie des régimes d’appropriation foncière, Paris, LGDJ.

Lesbet Djaffar, 1979, La politique des 1000 villages socialistes en Algérie, Thèse d’urbanisme, Université Paris VIII.

Lesbet Djaffar, 1985, La Casbah d’Alger : gestion urbaine et vide social, Alger, OPU.

Lesbet Djaffar, 2006, « Alger : habiter l’indépendance », La pensée de midi, n° 18, p. 21-30.

Loualiche Fatiha, 2008, La famille à Alger (xviie-xviiie siècles) : parenté, alliance et patrimoine, Thèse d’histoire, EHESS Paris.

Lützelschwab Claude, 2006, La Compagnie genevoise des colonies suisses de Sétif (1853-1956) : un cas de colonisation privée en Algérie, Berne, Peter Lang.

Lützelschwab Claude, 2007, « Populations et économies des colonies d’implantation européenne en Afrique (Afrique du Sud, Algérie, Kenya et Rhodésie du Sud) », Annales de géographie, n° 113, p. 33-58.

Mahé Alain, 2001, « Jacques Berque et l’anthropologie juridique du Maghreb », présentation au recueil d’articles de Jacques Berque, Opera Minora, Éditions Bouchène, vol. I, p. I-XXII.

Marouf Nadir, 1980, Lecture de l’espace oasien, Paris, Sindbad.

Marouf Nadir, 1981, Terroirs et villages algériens, Alger, OPU.

Marouf Nadir (dir.), 2015, « La pression foncière péri-urbaine en Méditerranée méridionale : L’exemple algérien », Revue internationale d’anthropologie cognitive, n° 2.

Masoero Alberto, 2013, « Territorial Colonization in Late Imperial Russia: Stages in the development of a Concept », Explorations in Russian and Eurasian History, vol. XIV, n° 1, p. 59-91.

Mercier Ernest, 1898, La propriété foncière musulmane en Algérie. Condition légale, situation antérieure, état actuel de la question, Alger, Jourdain.

Merle Isabelle, 1999, « La construction d’un droit foncier colonial. De la propriété collective à la constitution des réserves en Nouvelle-Calédonie », Enquête, n° 7, p. 97-126.

Mollard Ghislaine, 1950, L’évolution de la culture et de la production du blé en Algérie de 1830 à 1939, Paris / Alger, Larose / Imprimerie moderne.

Morand Marcel, 1913, Le droit musulman algérien (rite malékite). Ses origines, Alger, Jourdan.

Morgan Sharon, 1992, Land Settlement in Early Tasmania. Creating an Antipodean England, Cambridge, Cambridge University Press.

Mussard Christine, 2013, Archéologie d’un territoire de colonisation en Algérie. La commune mixte de La Calle, 1884-1957, Thèse d’histoire, Université d’Aix-Marseille.

Nadir Mohamed Tayeb, 1982, L’agriculture dans la planification en Algérie de 1967 à 1977, Alger, OPU.

Nouschi André, 1961, Enquête sur le niveau de vie des populations rurales constantinoises de la conquête jusqu’en 1919. Essai d’histoire économique et sociale, Paris, PUF.

Perron Nicolas, 1858, « Précis de jurisprudence musulmane ou principes de législation musulmane civile et religieuse selon le rite malékite par Khalîl Ibn-Ish’âk’ traduit de l’arabe par M. Perron, chevalier de la Légion d’honneur, membre de la Société asiatique de Paris, etc. », in Exploration scientifique de l’Algérie pendant les années 1840, 1841, 1842 publiée par ordre du gouvernement et avec le concours d’une commission académique. Sciences historiques et géographiques, t. X, Paris, Imprimerie nationale.

Peyerimhoff Henri (de), 1906, Enquête sur les résultats de la colonisation officielle de 1871 à 1895. Rapport à M. Jonnart, gouverneur général de l’Algérie, Algérie, Torrent, 2 tomes.

Poncet Jean, 1961, La colonisation et l’agriculture européenne en Tunisie depuis 1881. Étude de géographie historique et économique, Paris, Mouton.

Pouyanne Maurice, 1895, Droit romain. La propriété des fonds provinciaux. Droit français. La propriété foncière en Algérie. Thèse de doctorat, Paris, Duchemin.

Prenant André, 1953, « Facteurs du peuplement d’une ville de l’Algérie intérieure : Sétif », Annales de géographie, vol. 62, n° 334, p. 434-451.

Prenant André, 2002, « L’informel en Algérie », Cahiers du GREMAMO, n° 17, p. 71-93.

Prochaska David, 1990, Making Algeria French. Colonialism in Bône, 1870-1920, Cambridge, Cambridge University Press.

Raymond André, 1987, « Les caractéristiques d’une ville arabe "moyenne" au xviiie siècle. Le cas de Constantine », Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée, vol. 44, n° 1, p. 134-147.

Robe Eugène, 1848, Essai sur l’histoire de la propriété en Algérie, Bône, Dagand.

Robe Eugène, 1885, Origine, formation et état actuel de la propriété en Algérie, Paris, Challamel.

Roseau Henri, s.d. [1948], Histoire d’un village d’Algérie : Novi, colonie agricole de 1848, Alger, Imprimerie Joyeux.

Ruedy John, 1967, Land Policy in Colonial Algeria. The Origins of the Rural Public Domain, Los Angeles, University of California Press.

Saïdouni Nacereddine, 2013 (1re éd. 1986), Propriété et fiscalité en Algérie à l’époque ottomane, xviie-xixe siècles, Alger, El Bassair El Djadida.

Saïdouni Nacereddine, 2001, L’Algérois rural à la fin de la période ottomane (1791-1830), Beyrouth, Dar Al-Gharb Al-Islami.

Saïdouni Nacereddine, 2013 (1re éd. 2009), Le waqf en Algérie à l’époque ottomane, xiie-xixe siècles, Alger, El Bassair El Djadida.

Sainte-Marie Alain, 1969, L’application du sénatus-consulte du 22 avril 1863 dans la province d’Alger (1863-1870), Thèse d’histoire, Université de Nice.

Sainte-Marie Alain, 1975, « Législation foncière et société rurale. L’application de la loi du 26 juillet 1873 dans les douars de l’Algérois », Études rurales, n° 57, p. 61-87.

Safar Zitoun Madani, 1992, Stratégies sociales et appropriation de l’espace : le cas de la ville d’Alger, Thèse de sociologie, Université Paris VII.

Safar Zitoun Madani, 2002, « Villes algériennes, entre panne de projet et urbanisme de fait », Naqd, n° 16, p. 11-25.

Sari Djilali, 1973, « Le démantèlement de la propriété paysanne », Revue historique, vol. 249, n° 505, p. 47-76. 

Sari Djilali, 1975, La dépossession des fellahs (1830-1962), Alger, SNED.

Sessions Jennifer, 2011, By Sword and Plow. France and the Conquest of Algeria, Ithaca / Londres, Cornell University Press.

Sidi-Boumedine Rachid, 2002, « Désordres ou "des ordres" urbains », Naqd, n° 16, p. 27-44.

Silverstein Paul, 2003, « De l’enracinement et du déracinement. Habitus, domesticité et nostalgie structurelle kabyles », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 150, p. 27-42.

Soudani Zahia, 2007, Transactions foncières, marché foncier, patrimoine, Thèse de sociologie, Université de Constantine.

Souiah Sid-Ahmed, 2002, « Habitat populaire et activités informelles : les douars périurbains algériens », Cahiers du GREMAMO, n° 17, p. 103-115.

Souiah Sid-Ahmed et Chanson-Jabeur Chantal (dir.), 2015, Villes et métropoles algériennes. Hommage à André Prenant, Paris, L’Harmattan.

Spivak Gayatri Chakravorty, 1988, « Can the Subaltern Speak ? », in Nelson Carry et Grossberg Larry (dir.), Marxism and the interpretation of Culture, Chicago, University of Illinois Press, p. 66-111.

Terras Jean, 1899, Essai sur les biens habous en Algérie et en Tunisie. Étude de législation coloniale, Lyon, Imprimerie et lithographie du Salut public.

Tinthoin Robert, 1947, Colonisation et évolution des genres de vie dans la région ouest d’Oran de 1830 à 1885. Étude de géographie et d’histoire coloniales, Oran, Imprimerie Fouque.

Urbain Ismaÿl, 2000 (1re éd. 1860 sous le pseudonyme de Georges Voisin), L’Algérie pour les Algériens, Biarritz, Séguier.

Urbain Ismaÿl, 2000 (1re éd. 1861), L’Algérie française : indigènes et immigrants, Paris, Séguier.

Vilanova Mercedes et Borderias Cristina, 1983, « L’histoire orale et ses enseignements, un exemple en Catalogne », Bulletin de l’IHTP, n° 11, p. 22-34.

Warnier Auguste, 1841, Situation de la propriété dans la province de Constantine, rapport conservé aux Archives nationales d’Outre-Mer d’Aix-en-Provence (cote : F80/522).

Weaver John C., 2006 (1re éd. 2003), La ruée vers la terre et le façonnement du monde moderne, 1650-1900, Québec, Éditions Fides.

Worms Mayer-Goudchaux, 1846, Recherches sur la constitution de la propriété territoriale dans les pays musulmans, et subsidiairement en Algérie, Paris, Franck libraire-éditeur.

Yacono Xavier, 1955, La colonisation des plaines du Chélif (de Lavigerie au confluent de la Mina), Alger, Imprimerie Imbert, 2 tomes.

Zahra Zakia, 2012, D’Istanbul à Alger : la fondation de waqf des Subul al-Khayrāt et ses mosquées hanafites à l’époque ottomane (du début du xviiie siècle à la colonisation française), Thèse d’histoire, Université d’Aix-Marseille.

Zerouala Mohamed Salah (dir.), 2013, Méthode de réhabilitation d’un centre historique : diagnostic du quartier Ben M’hidi – Alger, Alger, Les Alternatives urbaines.

Zeys Ernest, 1885-1886, Traité élémentaire de droit musulman algérien (école malékite), Alger, Jourdan, 2 tomes.

Notes

1 Griffiths J., 1986 ; Faron O. et Hubert E. (dir.), 1995 ; Colin J.-P., 2004. Voir aussi le « cadre conceptuel » de la contribution d’Ali Daoudi et de Jean-Philippe Colin du présent ouvrage.

2 Hann C. M. (dir.), 1998.

3 Le Roy E., 2011.

4 Côte M., 1988, p. 105.

5 Brahiti A., 2013 ; Guignard D., 2015.

6 Côte M., 1988, p. 253.

7 Worms M.-G., 1846, p. I.

8 Robe E., 1848, p. 11

9 Besson E., 1894, p. 196-200.

10 Pouyanne M., 1895, p. 90.

11 Warnier A., 1841 ; Enfantin P., 1843 ; Urbain I., 2000 (1re éd. 1861) et 2002 (1re éd. 1862).

12 Worms M.-G., 1846, p. 498.

13 Forsyth J., 1992, p. 185 ; Weaver J., 2006 (1re éd. 2003), p. 159-161 et 188-205 ; Banner S., 2005.

14 Worms M.-G., 1846, p. IV-V.

15 Perron N., 1858, p. XIX.

16 Hanoteau A. et Letourneux A., 2003 (1re éd. 1873).

17 Morand M., 1913, p. 11-16.

18 Pouyanne M., 1900 (1re éd. 1895), p. 1057.

19 Robe E., 1885 et 1894 ; Pouyanne M., 1895 ; Mercier E., 1898 ; Larcher E., 1911, t. 3.

20 Leroy-Beaulieu P., 1874, 1881 et 1887 ; Girault A., 1895 ; Terras J., 1899.

21 Peyerhimoff H. (de), 1906.

22 Larcher E., 1911, t. 3, p. 44, 55 et 64.

23 Bras J.-P., 2015, p. 8.

24 Gros D., 2000.

25 Guignard D., 2013, p. 76-79.

26 Febvre L., 1930, p. 156-157.

27 Nouschi A., 1961, p. VII.

28 Franc J., 1928, p. VII.

29 Sari D., 1975, p. 6.

30 Isnard H., s.d. [1948], p. 7.

31 Y figurent le secrétaire général de la fédération de l’Éducation nationale, un professeur libéral de la faculté des Lettres d’Alger (Marcel Émerit), le doyen des journalistes algérois, le vice-président du Conseil général et l’archiviste en chef du département.

32 Roseau H., s.d. [1948], p. 5.

33 Préface à ces Mélanges d’histoire algérienne, Alger, Joyeux, s.d. [1948], p. 12.

34 Nouschi A., 1961 ; Julien C.-A., 1964 ; Ageron C.-R., 1968 et 1979 ; Sari D., 1973 et 1975 ; Rey-Goldzeiguer A., 1977 ; Djerbal D., 1979.

35 C’est le cas d’Hildebert Isnard dont la thèse (1954) est beaucoup moins critique, curieusement, que son étude de 1948. Il insiste en particulier sur l’amélioration du niveau de vie des Algériens, vers 1900, en liaison avec la masse salariale fournie par la viticulture européenne. Les autres représentants de ce « courant » sont surtout : Yacono X., 1955, et Sainte-Marie A., 1969.

36 Franc J., 1928, p. VIII.

37 Isnard H., 1954, t. 1, p. 7.

38 Sari D., 1973 ; Djerbal D., 1979, p. 352.

39 Guignard D., 2015.

40 Isnard H., 1960 et 1961 ; Ageron C.-R., 1979, p. 480-495.

41 Yacono X., 1955, t. 1, p. 406-434.

42 Tinthouin R., 1947 ; Isnard H., 1949, 1954, 1960 et 1961 ; Mollard G., 1950.

43 Franc J., 1928 ; Larnaude M., s.d. [1936] ; Prenant A., 1953 ; Ageron C.-R., 1979, p. 469-479.

44 Isnard H., 1954 ; Nouschi A., 1961.

45 Isnard H., s.d. [1948], Yacono X., 1955 ; Ruedy J., 1967 ; Sainte-Marie A., 1969 et 1975 ; Rey-Goldzeiguer A., 1977 ; Djerbal D., 1979.

46 Guignard D., 2015.

47 Yacono X., 1955, t. 1 p. 382-434 et t. 2 p. 9-64 et 191-263.

48 Ibid., p. 64.

49 Le vécu d’un meunier italien (1875-1978) au cœur de l’Aurès permet aussi d’appréhender cette géographie inversée où la perception de ce qui est central et périphérique n’a rien à voir avec celle d’un citadin algérois ou d’un colon oranais. Cf. Colonna F., 2010.

50 Parmi d’autres : Ginzburg C., 1980 ; Chenut H. et Voldman D., 1982 ; Guha R., 1983 ; Joutard P., 1983 ; Vilanova M. et Borderias C., 1983 ; Gruzinski S., 1985 ; Lacjance G. (dir.), 1987 ; Spivak G. C., 1988.

51 Berque J., 2001 (1re éd. 1958), p. 91-92 et 112.

52 Charnay J.-P., 1965, p. 10.

53 Ibid., p. 131-132

54 Ibid., p. 141.

55 Ibid., p. 136.

56 Berque J., 1979 (1re éd. 1962), p. 25.

57 Berque J., 1978, p. 9-10.

58 Ibid., p. 41.

59 Cette approche est à nouveau encouragée aujourd’hui. Cf. Grangaud I. et Oualdi M., 2014.

60 Cornaton M., 2013 (1re éd. 1967), p. 9.

61 Launay M., 1963, p. 7 et 13.

62 Bourdieu P. et Sayad A., 1964, p. 171-172.

63 Chaulet C., 1971, p. 12.

64 Chaulet C., 1984, t. 1, p. 25.

65 Côte M., 1988, p. 253.

66 Planhol X. de, 1961.

67 Launay M., 1963, p. 13, 77-78.

68 Bourdieu P. et Sayad A., 1964 ; Goodman J. E. et Silverstein P. A., 2009, p. 14.

69 Chaulet C., 1971, p. 13-15.

70 Marouf N., 1981, p. 217-363.

71 Marouf N., 1980.

72 Launay M., 1963, p. 111-200 ; Chaulet C., 1971, p. 26-76, 96, 170-171, 223, 264-282, 290-291 ; Côte M., 1977 et 1988 ; Marouf N., 1980 et 1981.

73 Chaulet C., 1971, p. 41, 79-85, 281-291.

74 Côte M., 1979, p. 29.

75 Launay M., 1963, p. 61-67.

76 Bedrani S., 1981 ; Bedrani S., Bourenane M. et Molina J., 1982 ; Nadir M. T., 1982.

77 Bourdieu P. et Sayad A., 1964, p. 76, 82-83, 85-92, 101, 118-132, 156.

78 Lesbet D., 1979 ; Burgat F., Nancy M. et Ruf W., 1984.

79 Chaulet C., 1971.

80 Chaulet C., 1984.

81 Côte M., 1988, p. 10.

82 Ibid., p. 269, 276-286.

83 Ibid., p. 18.

84 Ibid., p. 137.

85 Ibid., p. 54.

86 Ibid., p. 273-300.

87 Que renouvelle également Omar Carlier dans son article sur « la révolution de l’espace-temps dans l’Algérie coloniale » (1996).

88 Colonna F., 1984, 1987, p. 34, 1995, p. 25-34.

89 Parmi les travaux représentatifs de ce renouvellement historiographique, citons : Friesen G., 1984 ; Bergh J. et Visagie J. (dir.), 1985 ; Crosby A., 1986 ; Morgan S., 1992 ; Gentilcore L. (dir.), 1993 ; Alderman J., 2002 (1re éd. 1994) ; Dunlap T., 1999 ; Karsten P., 2002 ; Weaver J., 2006 (1re éd. 2003) ; Banner S., 2005.

90 Ruedy J., 1967 ; Prochaska D., 1990.

91 Voir à ce sujet l’avant-propos de Jean-Claude Robert in Gentilcore L. (dir.), 1993.

92 Saïdouni N., 2013 (1re éd. 1986).

93 Grangaud I., 2008 et 2009a.

94 Hoexter M., 1984 ; Raymond A., 1987 ; Saïdouni N., 2001, 2013 (1re éd. 2009) ; Grangaud I., 2009.

95 Hoexter M., 1998.

96 Loualiche F., 2008 ; Zahra Z., 2012.

97 Grangaud I., 2002.

98 Grangaud I., 2009b et 2015.

99 Sessions J., 2011.

100 Davies D. K., 2012 (1re éd. 2007).

101 Guignard D., 2013.

102 Blais H., 2014, p. 23.

103 Ibid., p. 292.

104 Lacroix A., 2014.

105 Mussard C., 2013.

106 Bonin H., 2004 ; Gharbi M. L., 2005 ; Soudani Z., 2007 ; Guignard D., 2016.

107 Lützelschwab C., 2006.

108 Weaver J., 2006 (1re éd. 2003) ; Lützelschwab C., 2007 ; Guéno V. et Guignard D. (dir.), 2013.

109 Belguidoum S. et Mouaziz N., 2010, p. 104.

110 Belguidoum S., 1984.

111 Belguidoum S., 1985 et 1994.

112 Prenant A., 1953 ; Souiah S.-A. et Chanson-Jabeur C. (dir.), 2015.

113 Lesbet D., 2006.

114 Safar Zitoun M., 1992; Lakjaa A., 1997, p. 77-103.

115 Lakjaa A., 2009.

116 Lesbet D., 1985 ; Cohen J.-L., Oulebsir N. et Kanoun Y., 2003 ; Dris N., 2005 ; Zerouala M. S. (dir.), 2013.

117 Hafiane A., 1989 ; Safar Zitoun M., 2002 ; Prenant A., 2002 ; Sidi-Boumedine R., 2002 ; Souiah, S.-A., 2002 ; Belguidoum S. et Mouaziz N., 2010.

118 Bendraoua F. et Souiah S.-A., 2008.

119 Belguidoum S. et Mouaziz N., 2010, p. 112.

120 Daoudi A., 2010.

121 Daoudi A. et Bedrani S., 2002 et 2008 ; Daoudi A. et Wampfler B., 2010.

122 Daoudi A., Terranti S., Hammouda R. F. et Bedrani S., 2013.

123 Belguidoum S., Cattedra R. et Iraki A., 2015 ; Dupret B. et Ben Hounet Y., 2015.

124 Chaulet C., 1971, p. 19-44.

125 Besson E., 1894, p. 180-181.

126 Chaulet C., 1984, t. 1, p. 272-273.

127 Poncet J., 1961, p. 147-200 ; Bouderbala N., 1999.

128 Buskens L. et Dupret B., 2012.

129 Merle I., 1999.

130 Gelez P., 2013, p. 121.

131 Masoero A., 2013.

132 Silverstein P., 2003.

133 Chachoua K., 2012, p. 1.

134 Leite Lopes J. S., 2003.

135 Colonna F., 1989.

136 Colonna F., 1989 ; Mahé A., 2001.

Auteur

Aix Marseille Univ, CNRS, IREMAM, Aix-en-Provence, France

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter