Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La plurinationalité en Méditerranée occidentale

 | 
Delphine Perrin

Une binationalité « à la carte » ?

Pour une sociologie des usages publics de la « ressource binationale » : le cas des Franco-Tunisiens

Vincent Geisser

Résumé

Au-delà des approches juridiques et philosophiques, cet article a pour objectif de poser les jalons d’une analyse sociologique de la binationalité, en s’intéressant plus particulièrement à ses usages publics. À ‎partir d’une observation empirique conduite auprès de Franco-Tunisiens engagés sur les scènes publiques de l’Hexagone (la France) et du pays d’origine (la Tunisie), il tend à montrer l’émergence d’un nouveau rapport individuel et collectif à la binationalité qui n’est plus simplement contraint et subi mais aussi choisi et négocié. Une telle évolution oblige également les États à prendre en compte les aspirations pluralistes des binationaux et à réviser en profondeur leurs politique d’allégeance.

Beyond the legal and philosophical approaches, this article aims to lay the foundations for a sociological analysis of dual nationality, focusing particularly on its public uses. Based on an empirical observation conducted among Franco-Tunisian engaged in public spheres in France and in the country (Tunisia), the paper suggests the emergence of a new individual and collective relationship in which dual nationality is not merely constrained and suffered, but also chosen and negotiated. This evolution requires states to take into account the pluralistic aspirations of binationals and thoroughly review their policies of allegiance.

Texte intégral

  • 1 SAYAD A., 1999, p. 349.

« Les nations et les droits dont elles se sont pourvus en matière de nationalité n’aiment pas les conflits de nationalités. Toutes et tous travaillent à les prévenir ; toutes et tous aimeraient une appartenance nationale exclusive de toute autre forme d’allégeance à quelque autre puissance, même quand celle-ci n’est pas, à proprement parler, politique »1.

La binationalité en procès ici et là-bas

1Plus de cinquante ans après les indépendances maghrébines, qui aurait cru que la binationalité redevienne un objet de controverse publique sur les deux rives de la Méditerranée, soulevant émotions et passions, non seulement chez les leaders d’opinion (politiques, médias et intellectuels) mais aussi chez les citoyens ordinaires ?

  • 2 GEISSER V., KELFAOUI S., 2001, p. 27-35.
  • 3 HEBBA S., 2016.
  • 4 POUESSEL S., 2016.
  • 5 SAYAD A., 2006, p. 13-44.

2Du côté des sociétés d’origine, le nationalisme exclusif des nouveaux État‎s a progressivement cédé la place, au seuil des années 1990, à un « réalisme sociologique », les conduisant à reconnaître du bout des lèvres la binationalité des émigrés et de leurs enfants2. Or, depuis quelques années, nous observons un certain reflux, marqué par le retour en force d’une idéologie conservatrice dans l’espace public qui les incite à adopter des mesures de plus en plus restrictives cherchant à limiter la présence des binationaux dans les institutions d’État‎ et les mandats électifs. Sans retomber dans le « nationalisme sans concession » des premières années de l’indépendance, les sociétés du Maghreb connaissent la montée de tendances puristes, voire xénophobes, mettant en doute la sincérité de l’adhésion des binationaux à la nation d’origine. Les récentes polémiques autour des articles 51 et 73 du projet de révision constitutionnelle en Algérie3 ou de l’article 74 de la nouvelle constitution tunisienne4 ont été fortement médiatisées sur les deux rives de la Méditerranée. Ces « crispations constitutionnelles » cachent, en réalité, de véritables résistances politiques, sociétales et culturelles face à l’engagement de plus en plus visibles des binationaux dans les différentes sphères sociales du pays d’origine, ces derniers étant parfois considérés comme les « enfants illégitimes » de la mère-patrie5.

  • 6 Formule employée pour désigner les Alsaciens-Mosellans engagés de force dans l’armée allemande entr (...)
  • 7 WEIL P., 2015.
  • 8 GEISSER V., 2015, p. 11.

3Du côté de la société française, la publicisation polémique du débat sur la binationalité s’est produite dans le contexte fortement anxiogène de la recherche effrénée de réponses sécuritaires et judiciaires aux attentats djihadistes de janvier et novembre 2015. Les binationaux sont devenus malgré eux – on pourrait presque les qualifier de « malgré nous »6 - l’objet de surenchères nationalistes, favorisant un climat général de suspicion à leur égard, leur binationalité étant de plus en plus perçue comme un « facteur à risque ». Le projet de révision de la Constitution7 visant à déchoir de la nationalité française les personnes impliquées dans des actes de terrorisme a été perçue par nombre de Franco-maghrébins comme une mise en accusation de leur binationalité : « Car, c’est bien là le problème fondamental : il s’agit désormais d’ôter la nationalité à des Français de naissance, en les refoulant dans une nationalité d’origine qu’ils n’ont guère eu l’occasion de pratiquer. Une telle mesure induit implicitement l’idée qu’ils ne sont pas vraiment français ou, pire encore, que leur origine étrangère (algérienne, marocaine, tunisienne, turque, etc.) expliquerait leurs trajectoires criminelles et terroristes. En somme, le fond du débat ne porte pas tant sur le bienfondé de la décision de déchoir ceux qui commettent des actes terroristes […] que de tracer une distinction imaginaire entre ‘Français de naissance’ issus de familles immigrées et ‘Français de naissance’ issus de familles françaises dites ‘de souche’ »8.

4En somme, tantôt stigmatisée comme preuve d’un déficit de loyauté, tantôt valorisée comme vecteur d’enrichissement entre les pays d’origine et les sociétés d’accueil, la binationalité laisse rarement les acteurs sociaux indifférents, faisant l’objet de toutes sortes d’appropriation et d’instrumentalisation politiques, symboliques, géopolitiques, voire mercantiles. Ce n’est pas un hasard si le thème de la binationalité prend place désormais au cœur du débat public ici et là-bas, symptomatique de nos attentes, de nos angoisses et de nos peurs quant à notre destin collectif. Des deux côtés de la Méditerranée, la binationalité fait problème, dans la mesure où elle interroge sur un mode dialectique les valeurs centrales de cohésion de la société et les principes unificateurs de la nation : qu’est-ce qu’être Algérien, Marocain, Tunisien ou Français, à l’aube de ce XXIe siècle ?

  • 9 BANCEL N., Blanchard P., Boubekeur A., 2015.
  • 10 Sayad A., 1999.
  • 11 Le Maroc jusqu’à une date récente a adopté la position la plus radicale sur ce sujet. On rappellera (...)

5Dans ce bouillonnement des rhétoriques identitaires et des replis anxiogènes9, il y a pourtant un grand absent10 : les binationaux eux-mêmes. Ils sont parlés plus qu’ils ne parlent, davantage sujets qu’acteurs du débat public. Jusqu’à une époque récente, il était rare de voir des associations ou des groupes de pression de binationaux faire valoir leurs intérêts et leurs revendications sur les scènes publiques des sociétés d’origine et d’accueil. De même, les État‎s du Maghreb persistaient à les qualifier de « résidants à l’étranger », ignorant délibérément le fait binational11. Tels des fantômes hybrides ou des zombies multiculturels, les binationaux étaient condamnées à errer entre les deux rives : leur parole publique se réduisait généralement à répondre aux préjugés sur leur prétendu « malaise identitaire » ou leur « double culture » (perçue trop souvent comme une « double inculture ») ou, plus concrètement, à participer passivement à des formes de représentation purement symboliques dans les parlements nationaux ou au sein d’instances administratives sans réel pouvoir de décision. Les politiques d’allégeance pratiquées par les État‎s apparaissaient davantage comme des machines à nier et à broyer leur « binationalité », plus qu’à la mettre en valeur, comme s’il s’agissait d’une « scorie de l’Histoire » à cacher ou à éliminer.

  • 12 Beaugrand C., Geisser V., 2014 a et b, p. 3-16.

6Toutefois, ce tableau pessimiste sur la « position » des binationaux réduits à l’état d’ombres désincarnées planant sur la Méditerranée nous paraît à la fois caricatural et daté. Car, appréhendés sur le long terme, les attitudes et les comportements des binationaux ne se sont jamais cantonnés à la précarité identitaire et au silence total. Plus encore, au bénéfice des vagues protestataires et des mobilisations sociales qui ont traversé récemment les État‎s d’origine et la société d’accueil (2010-2015), les binationaux se sont affirmés comme des acteurs visibles et majeurs des scènes publiques. Au-delà des discours normatifs et des postures politiques, idéologiques et/ou philosophiques, l’objectif de cet article est d’analyser les usages publics concrets de la binationalité, en axant le regard sur le cas des Franco-Tunisiens. Outre une approche sur le temps long, il s’agit également de réfléchir sur l’hypothèse d’un « effet révolution » sur les positionnements et les stratégies déployés par les binationaux dans l’espace public de l’Hexagone comme dans celui de l’État‎ et/ou la région d’origine12. En ce sens, l’événement « révolution tunisienne » doit être moins traité comme producteur d’un nouveau rapport à la binationalité que comme un révélateur d’attitudes, de comportements et de représentations inscrits plus profondément dans les trajectoires individuelles et collectives des binationaux. Pour autant, on ne peut nier complètement le fait que la situation révolutionnaire et transitionnelle, que connaît la Tunisie depuis l’hiver 2010, a aussi ouvert aux binationaux de nouveaux horizons d’action et de représentation qui nous tenterons d’analyser.

  • 13 LABAT S., 2012, p. 77-94

7Cette contribution se fonde, d’une part, sur des matériaux d’enquêtes recueillis sur une longue période à partir de nos différents terrains en milieux franco-tunisiens (associations, collectifs, partis politiques en exil, mouvements de solidarité, etc.), et sur des données plus récentes récoltées lors de notre observation participante dans les mobilisations des binationaux durant la séquence révolutionnaire et transitionnelle (décembre 2010-juillet 2013). Pour éviter toute confusion ou mésinterprétation, nous partirons d’une définition extensive de la binationalité (le fait de jouir contemporainement de deux nationalités attesté par la possession simultanée de deux passeports et/ou cartes d’identité)13, avant de nous intéresser aux modalités pratiques et différenciées de son exercice qui, comme nous le verrons, dépendent à la fois des contextes socioculturels d’énonciation et d’action, la binationalité étant moins un héritage qu’une construction en perpétuel mouvement.

Émulation patriotique et mouvements protestataires : le « réveil politique » des binationaux

  • 14 Hadjab W., 2014.
  • 15 Barrada-Bousta H., 2012, p. 139-153.
  • 16 LIMAM W., 2015. Sur le même sujet : GEISSER V., 2012, p. 155-178.
  • 17 Sur la notion de « mobilisations improbables », Collovald A.MATHIEU L, 2009, p. 119-143. 

8Des travaux de recherche récents tendent à montrer que les mouvements protestataires de l’hiver 2010-2011 déclenchés dans les sociétés d’origine (Algérie14, Maroc15 et surtout Tunisie16) ont produit chez les binationaux résidant dans l’Hexagone des logiques inédites de mobilisation sociale et politique. Si en apparence, rien de commun ne semblait réunir ces différentes catégories d’acteurs protestataires aux statuts sociaux hétérogènes (binationaux issus de l’immigration économique, binationaux issus de l’immigration étudiante, primo-migrants, membres de l’intelligentsia franco-maghrébine, réfugiés politiques, etc.), il s’est dégagé une volonté forte de participer aux « bouleversements sociopolitiques » des pays d’origine, avec le sentiment de devoir jouer un rôle à la fois individuel et collectif. Pour cette raison, nous parlerons de « mobilisations improbables »17, motivées par des événements, certes, exceptionnels (la chute des présidents Ben Ali et Moubarak), mais, porteurs de significations durables.

1. Des mobilisations binationales unitaires mais révélatrices de profonds clivages socioculturels et politiques

  • 18 DUMONT A., 2011, p.47-66.
  • 19 Notons que l’emblème amazigh est de plus en plus visible dans les manifestations publiques en Franc (...)

9En France, les manifestations de solidarité avec les mouvements protestataires tunisiens (Sidi Bouzid, Kasserine et Thala) ont débuté dès la mi-décembre 2010 (suicide par immolation de Mohamed Bouazizi), se sont poursuivies après la chute du régime de Ben Ali, avec pour point culminant les manifestations de rue du 15 janvier 2011, c’est-à-dire juste le lendemain de la fuite du dictateur déchu en Arabie Saoudite. Toutefois, dès 2008, des manifestations très localisées avaient été organisées dans la ville de Nantes (présence d’une forte communauté tunisienne originaire de la région de Redeyef), exprimant leur solidarité avec le mouvement contestataire du bassin minier de Gafsa, anticipant en quelque sorte les mobilisations futures18. Une observation sociologique des mouvements tunisiens en 2011 dans l’Hexagone - notamment dans les trois grandes métropoles : Paris, Lyon et Marseille - révèle des mobilisations relativement inédites du point de vue de la composition sociale, générationnelle, de genre, régionale et politique : tous les classes d’âge, les milieux socioprofessionnels (étudiants, commerçants, ouvriers, professions libérales, intellectuels, etc.), les origines ethno-régionales (Tunisois, Sahéliens, Jerbiens, Fréchiches, Gafsiens, Nordistes, etc.) et les affiliations philosophico-politiques (laïques, islamistes, gauchistes, nationalistes arabes, féministes, apolitiques,…) ont manifesté pour la première fois en rangs serrés pour exprimer leur joie de la chute de la dictature et leur refus d’un retour à l’autoritarisme. Dans les premières semaines qui ont suivi le départ forcé du président Ben Ali prévalait un climat à la fois patriotique et unanimiste, les participants manifestant souvent autour du drapeau tunisien (le croissant et l’étoile sur fond rouge), entonnant l’hymne national (Humat al-Hima : « Ô Défenseurs de la Nation ! Donnons ses lettres de gloire à notre temps ! Dans nos veines, le sang a tonné : Mourons, Mourons pour que vive la Patrie ! »), et scandant des slogans en faveur de la démocratie (« Liberté et dignité »). À l’emblème national tunisien se mêlaient généralement des drapeaux français, des drapeaux rouges ou des emblèmes d’autres pays arabo-maghrébins (majoritairement algérien, marocain, égyptien et amazigh19). Il est intéressant de noter que les organisateurs de ces manifestations, généralement des binationaux (étudiants ou enfants issus de l’immigration économique), ont choisi comme lieux de rassemblement des endroits emblématiques des grandes causes de démocratie française, comme par exemple la place de la République ou la place du Châtelet à Paris, la place Bellecour à Lyon ou la place des « Mobiles » sur la Canebière à Marseille, qui accueillent habituellement les grandes manifestations populaires (associatives, partisanes ou syndicales). De même, ces mobilisations anti-dictature et pour la défense de la démocratie ont toujours été organisées en partenariat avec des partis politiques, des organisations des droits de l’Homme et des syndicats français, traduisant le double ancrage sociopolitique des binationaux ici et là-bas, reflétant leur volonté de faire de leur lutte contre l’autoritarisme un enjeu qui ne soit pas exclusivement nationaliste mais aussi à portée universaliste.

  • 20 Schiff C., 2016, 258 p.
  • 21 Pouessel S., 2014.

10Il convient cependant de ne pas trop idéaliser ces mobilisations démocratiques animées par les binationaux, en versant facilement dans une représentation romantique du « peuple uni » contre la dictature. D’une part, parce que le climat unanimiste des premiers temps des mobilisations s’est vite estompé au fil du temps, faisant rejaillir les clivages sociopolitiques (islamistes/sécularistes, démocrates/nationalistes, néo-marxistes/libéraux, etc.), socioéconomiques (immigration de travailleurs/enfants d’immigrés/migrants étudiants et intellectuels), régionalistes (capitale, Sahel/régions de l’intérieur), voire éthico-religieux (modernistes/traditionnalistes) ont fini par reprendre le dessus sur les tendances unitaires. D’autre part, parce que les espoirs de changements politiques ouverts par la révolution tunisienne ont été confrontés très rapidement au « principe de réalité » de la transition politique, le consensus du départ s’effritant progressivement. Mais de tous les clivages entre binationaux, c’est sans doute celui opposant les enfants de l’immigration économique aux migrants issus de la diaspora universitaire qui a été le plus saillant, au point de devenir un facteur de division et d’éclatement du mouvement. La binationalité communément partagée par les uns et par les autres va devenir au fil du temps un vecteur de surenchère nationaliste : les binationaux issus de l’immigration intellectuelle et universitaire accusant les enfants de l’immigration économique d’être de « mauvais Tunisiens », en raison d’un supposé déficit de maitrise de l’arabe littéraire et dialectal, et de leur inexpérience dans la société d’origine, tandis que les seconds traitent les anciens étudiants de « blédards » peu familiers de la « chose démocratique » et des arcanes de la société française20. La « fracture linguistique »21 au sein de la communauté des binationaux résidant en France se transforme rapidement en fracture culturelle et politique, et les arguments nationalistes sont à la fois instrumentalisés et retournés pour discréditer les « concurrents ». Toutefois, ces clivages n’empêchent pas de nombreuses rencontres inédites et la mise en œuvre de projets communs, où la référence binationale se trouve valorisée et revendiquée publiquement. De ce point de vue, la binationalité, au-delà des vécus disparates et des réalités sociales hétérogènes à laquelle elle renvoie, a été un vecteur de politisation pour de nombreux binationaux qui, jusqu’à très récemment, étaient restés à la marge des enjeux politiques du pays d’origine.

2. Sortir de l’ombre : la binationalité, une ressource valorisée et revendiquée publiquement

  • 22 HECKER M., 2012.
  • 23 JAULIN T., 2014.
  • 24 Parmi les organisations de binationaux et de résidents tunisiens à l’étranger crées aux lendemains (...)
  • 25 Perez D., 2014.
  • 26 DRIDI M., 2013.
  • 27 Il s’agit d’une estimation car il est difficile d’avoir des chiffres précis sur le nombre d’individ (...)

11Au regard des mobilisations observées dans l’espace public, il est clair que l’événement « Révolution » a produit un « effet accélérateur » de la politisation chez de nombreux individus issus de la diaspora tunisienne. À ‎la veille du 14 janvier 2011, la très grande majorité des Franco-Tunisiens résidant dans l’Hexagone n’entretenaient qu’un rapport très distant avec la vie publique de l’État‎ d’origine. Ils s’intéressaient parfois à l’histoire et à l’actualité politique du pays de leurs ancêtres mais sans vraiment s’y investir concrètement. Leur relation à la « politique au bled » se limitait généralement aux représentations médiatiques et aux anecdotes rapportées par les membres de la famille restés au pays d’origine. Seule la « cause palestinienne » semblait faire exception à la règle, puisqu’elle parvenait encore à mobiliser les « enfants de la diaspora »22 : l’engagement pour la Palestine venait compenser en quelque sorte leur absence d’engagement pour les autres « causes arabes ». Rares étaient ceux qui développaient véritablement une activité militante régulière en direction du pays d’origine, parce ça ne les intéressait pas (phénomène de distanciation existentielle) mais aussi par peur des représailles policières sur la famille proche vivant en Tunisie. Il est vrai que des régimes comme la Tunisie de Ben Ali, la Libye de Kadhafi ou la Syrie d’al-Assad conduisaient à l’égard de leur diaspora en Europe une politique d’encadrement à la fois culturelle et sécuritaire (présence de la police politique, les mukhabarat, opérant dans les communautés émigrées), dissuadant les migrants et leurs enfants de s’engager politiquement, surtout dans les mouvements d’opposition. Or, le « printemps arabe » a produit sur les membres des nouvelles générations tunisiennes en Europe un effet de conscientisation et de désinhibition qui s’est traduit par un désir individuel et collectif de « passage au politique » : présence dans les manifestations de rue en soutien au processus démocratique, création d’organisations binationales pour venir en aide aux populations du pays d’origine, participation aux différentes échéances électorales23, voire volonté d’exercer un mandat politique dans les nouvelles institutions représentatives de l’État‎ tunisien (Comité de Protection de la Révolution, Haute instance pour la réalisation des objectifs de la Révolution dite « Instance Ben Achour », Assemblée nationale constituante, etc.). Rien que pour la seule « communauté tunisienne » en Europe, nous avons pu recenser, après le 14 janvier 2011 (date du départ de Ben Ali), la création d’une centaine d’associations, d’ONG, de forums, de collectifs et de sites Internet traitant de la question de la participation directe des binationaux au processus de transition politique et économique dans le pays d’origine24. D’ailleurs aux premières élections libres en Tunisie, le 23 octobre 2011, une vingtaine de binationaux ont été élus au sein du nouveau Parlement25. Mais le fait le plus significatif est que les binationaux, qui n’avaient pas toujours vécu d’expériences militantes avant les révolutions arabes de 2011, se sont rapidement politisés et socialisés aux enjeux de pouvoir dans la société d’immigration comme dans l’État‎ d’origine. Sur ce plan, l’on peut conclure que l’événement « révolution(s) arabe(s) » a été à la fois un révélateur et un accélérateur de politisation « ici et là-bas ». Il a contribué à révéler une « nouvelle génération politique de binationaux », comme le relève Mohsen Dridi : « La révolution de 2010-2011 a été un formidable déclencheur d’une prise de conscience et un élan de solidarité des Tunisien-nes à l’étranger permettant une dynamisation sans précédent de la vie associative en France et ailleurs. Des dizaines voire des centaines d’associations se sont ainsi constituées dans les différents pays où résident les Tunisien-nes »26. Il s’agit, certes, d’un phénomène minoritaire qui ne concerne que quelques milliers d’activistes et de militants sur près d’environ un demi-million de binationaux27, mais dont la visibilité dans l’espace public est loin d’être négligeable, relançant ainsi un mouvement associatif franco-maghrébin qui avait tendance à s’essouffler ces dix dernières années.

3. Du prisme franco-tunisien à l’arabité symbolique : le retour des « grandes causes arabes » chez les binationaux ?

  • 28 Mamarbachi A., 2013.
  • 29 Béchir-Ayari M., 2009.
  • 30 LAMBLIN C., 2014. 
  • 31 Veille Internet conduite par l’auteur de l’article depuis 2011 auprès de plus de 3000 profils de bi (...)

12Au-delà des enjeux franco-tunisiens stricto sensu, les mouvements protestataires de 2011 ont contribué à recréer au sein des milieux binationaux un « espace arabe du politique », traversé par des émotions, des débats contradictoires et des controverses publiques. Nous évoquions précédemment la montée en puissance de la « cause palestinienne » dans l’espace public français, portée entre autres par des binationaux (notamment la campagne BDS appelant au boycott des produits israéliens)28. Mais, contrairement aux années 1960-1980, où les diasporas arabes étaient influencées par des puissants courants idéologiques qui structuraient leurs représentations, leurs actions et leurs mobilisations dans les sociétés d’immigration (nationalisme arabe, marxisme, tiers-mondisme, islamisme, etc.)29, les nouvelles générations de binationaux semblent davantage caractérisées par un rapport individualisé à la « chose politique », faisant leur choix personnel, en fonction des principes et des valeurs acquis au cours de leur socialisation dans la société d’accueil ou dans d’autres contextes socioculturels. Nous parlerons de phénomène de « nationalisme à la carte » ou d’« allégeance choisie », où les références nationales puisées dans les État‎s d’immigration (France, Belgique, Grande-Bretagne, Allemagne, etc.) se combinent aux références à la « culture politique » des nations d’origine (Algérie, Maroc, Tunisie, etc.), mais aussi à des références plus globales aux grandes « causes arabo-musulmanes » du moment (la Palestine occupée, la Tchétchénie meurtrie, le sort des musulmans de Birmanie, le conflit en Syrie, la question des réfugiés arabes en Méditerranée, le problème djihadiste, etc.). Nous avons pu ainsi observer l’engagement de nombreux Franco-Tunisiens dans les ONG humanitaires pour venir en aide aux Syriens fuyant le conflit, organisations qui sont généralement marquées par leur opposition au régime de Bachar al-Assad, tout en condamnent les opérations terroristes menées par les djihadistes (« Ni Bachar, ni Daesh, la Syrie vivra », peut-lire sur les pages Facebook de certains internautes binationaux). De même, la « question égyptienne » ne mobilise pas exclusivement des Egyptiens de France30 mais aussi des Franco-Algériens, des Franco-Marocains et des Franco-Tunisiens qui débattent régulièrement sur les réseaux sociaux de la dérive sécuritaire régime autoritaire du maréchal Sissi et sur ses effets de « contagion » possibles au reste du monde arabe31. Sur tous ces sujets (l’avenir politique de l’Egypte, la Syrie, la Libye, etc.), les positions des acteurs binationaux vivant en Europe sont loin d’être convergentes et les débats sont souvent passionnels, comme par exemple sur le conflit syrien (pro et anti-régime), la « légitimité » du coup d’État‎ militaire en Egypte ou la situation géopolitique en Libye. Ainsi, depuis les mouvements protestataires de 2011, la France est redevenue un lieu privilégié de débats où l’on cause ouvertement de la « politique arabe » et où les acteurs binationaux entendent participer pleinement à l’avenir politique de leurs État‎s d’origine et à celui du monde arabe en général, sans pour autant renier leurs attaches nationales avec la société d’immigration qui constitue leur principale espace de vie et d’action.

13Malgré ce processus d’individualisation de la relation à la nation d’origine (du « nationalisme total » des années 1960-1970 au « nationalisme à la carte » des années 2000), l’on ne peut passer sous silence la politique des État‎s, dont les actions publiques à l’égard des binationaux continuent à peser sur leur destin collectif.

La politique d’allégeance de l’État‎ tunisien à l’égard des binationaux : un nouveau paradigme ?

  • 32 DUFOIX S., 2010, p. 41.

14Dans une analyse comparative des politiques d’allégeance conduites par les État‎s à l’égard de leurs « communautés expatriées », Stéphane Dufoix observe que « de manière générale, les situations de transition démocratique favorisent également la prise en compte des émigrés. Le passage de la dictature à la démocratie crée une situation dans laquelle la restauration d’une unité nationale par le rétablissement de procédures pluralistes de désignation des représentants rencontre les préoccupations des émigrés (c’est le cas du Mexique ou de la Grèce notamment), voire des exilés quand le régime antérieur avait vu s’organiser une opposition politique depuis l’étranger, comme dans le cas du Chili »32. Cette observation est-elle corroborée dans le cas tunisien qui connait depuis la Révolution du 14 janvier un retour en force de la « question des binationaux » sur la scène publique ?

  • 33 Le fait de renoncer à sa religion de naissance (irtidâd en arabe).
  • 34 Enseignement des langues et cultures d’origine procédant d’accords bilatéraux entre l’État‎ françai (...)

15Il est vrai que les mouvements protestataires en Tunisie et dans le monde arabe, en général, ont très largement révélé les failles et les limites des politiques traditionnelles d’allégeance nationale pratiquées depuis plus de cinquante ans par les État‎s à l’égard de leurs diasporas et de leurs migrants. Car, jusqu’à une période récente, les recherches en sciences sociales se sont surtout attachées à rendre compte des registres autoritaire et « nationaliste exclusif » de ces politiques, les État‎s d’origine considérant leurs migrants et leurs enfants comme le prolongement naturel de la communauté nationale et donc comme des « sujets expatriés » soumis totalement à la « raison d’État‎ » et aux intérêts supérieurs de la mère-patrie. Pour cette raison, la majorité d’entre eux refusaient catégoriquement la binationalité et l’inscription de leur diaspora dans les enjeux citoyens et politiques des sociétés d’accueil. Pour les autorités politiques du pays d’origine, l’intégration et l’assimilation étaient synonymes de « trahison nationale » (connotation patriotique), voire d’apostasie33 (connotation religieuse). Les politiques d’allégeance faisaient appel à des registres multiples, dont la religion (l’islam) et la langue (les ELCO34), qui étaient des moyens pour les État‎s de maintenir un contrôle social sur les migrants à travers les réseaux consulaires et diplomatiques. Or, les processus d’ouverture politique et culturelle amorcés par les État‎s d’origine (politiques d’infitah), depuis la fin des années 1980, les ont progressivement contraints à accepter le principe de binationalité et une relative « démocratisation » dans leur gestion à distance des communautés migrantes et diasporiques. D’une certaine manière, l’on peut dire qu’ils n’avaient pas vraiment le choix, au risque de perdre toute influence sur leurs émigrés et expatriés de plus en plus rétifs à « l’autoritarisme de là-bas ». En ce sens, les politiques officielles d’allégeance ont dû intégrer une certaine dose de « pluralisme », même si les velléités autoritaires des État‎s ont perduré (le cas de la Tunisie est ici exemplaire), notamment en ce qui concerne la surveillance politique et policière de leurs communautés expatriées. Toutefois, l’évolution la plus marquante provient des descendants de migrants eux-mêmes (les binationaux nés et socialisés dans les sociétés d’accueil) qui ont développé des attitudes et des comportements de distanciation à l’égard des État‎s d’origine. En effet, les nouvelles générations issues de l’immigration ont contesté progressivement les modes d’allégeance autoritaires, privilégiant des formes d’allégeance librement consenties et négociées.

16Les printemps arabes ont sans doute contribué à accélérer ce processus d’émancipation des binationaux à l’égard des modes autoritaires de gestion des allégeances nationales. Pour autant, ces changements ne se sont pas accomplis du jour au lendemain. Ils procèdent d’une évolution sur le temps long qui est loin d’être linéaire et irréversible, dans la mesure où la « tentation autoritaire » reste très prégnante dans les État‎s d’origine. D’où la nécessité de faire un bref retour sur l’histoire de ces politiques d’allégeance.

1. Le poids de l’Histoire : une gestion autoritaire et paternaliste des allégeances nationales

  • 35 SAYAD A., 1999.
  • 36 Schaeffer F., 2001, p. 165-176.
  • 37 ABASSI D., 2005.

17Aux lendemains de son indépendance (1956), la Tunisie à l’instar de la plupart des État‎s de la région a déployé à l’égard de ses émigrés et de ses expatriés une politique de perpétuation des allégeances nationales qui fonctionnait sur un registre exclusiviste et unanimiste35. Il s’agissait de travailler les esprits migrants, afin qu’ils restent entièrement dévoués et fidèles à la mère-patrie et au régime bourguibien. Pour ces raisons, la politique officielle d’allégeance a souvent emprunté des modes autoritaire et paternaliste. Ainsi, les instances étatiques et paraétatiques avaient pour mission de contrôler et de surveiller les émigrés tunisiens en Europe, diffusant un « nationalisme officiel » qui n’autorisait aucune critique et dissidence. De manière pragmatique, l’État‎ tunisien s’appuyait sur un réseau d’organisations sociales et sécuritaires (« les amicales ») qui était directement reliées au parti unique (le Parti socialiste destourien créé par Bourguiba en 1934) ou aux instances gouvernementales (le ministère de l’Intérieur, le ministère des Affaires étrangères et le ministère des Affaires sociales). Ce « système d’amicales », implanté dans les principaux foyers d’émigration tunisienne en France (Paris, Lyon, Grenoble, Marseille, etc.) répondait moins à une visée philanthropique qu’à une volonté de maintenir chez les migrants une allégeance inconditionnelle à la nation d’origine. La principale mission de ces amicales était donc d’entretenir le « mythe du retour »36 et de combattre les influences politiques, idéologiques et syndicales de la société d’accueil, jugées néfastes et contraires à l’intérêt national tunisien. Selon une logique de mobilisation totale, l’allégeance au pays d’origine se confondait souvent avec la soumission au parti unique et au régime en place. Il est vrai, toutefois, que dans l’euphorie nationaliste des premières années de l’indépendance, les émigrés tunisiens ont souvent adhéré au « système amicaliste », parce qu’il répondait très largement au « projet bourguibien », fondé sur une vision romantique et exclusiviste de l’identité nationale37. Dans ce contexte d’émulation nationaliste postindépendance, la question de la binationalité n’avait pas lieu d’être : elle était mentalement inconcevable, perçue comme une « trahison identitaire » ou comme l’expression d’un « reniement national ». Le contexte postcolonial a sans doute contribué à légitimer cette conception exclusiviste de la nationalité : le principal pays d’immigration (la France) étant aussi l’ancienne puissance coloniale, l’intégration sociale des émigrés tunisiens était interprétée comme une insulte à la mémoire nationaliste et la binationalité comme une forme d’indignité nationale.

  • 38 Anderson B., 1998, p. 58-74.

18Avec le recul historique, quoique l’on pense de « l’efficacité sociale » de cette politique de perpétuation des allégeances nationales, elle a produit des effets bien réels en termes de conscientisation et de socialisation des émigrés tunisiens et de leurs enfants. Elle a contribué à inculquer une forme d’idéologie nationaliste en terre d’émigration, cultivant une conception nostalgique et romantique de l’attachement à l’État‎ d’origine. Ce « nationalisme à distance », selon la formule de Benedict Anderson38, n’a pas seulement eu des répercussions dans la sphère publique (action des amicales et des réseaux consulaires), il s’est aussi invité dans la sphère intime et familiale par la volonté des parents émigrés de délivrer à leur descendance une éducation nationaliste, leur transmettant l’amour de la patrie d’origine (al-watan) :

  • 39 Dieckhoff A., Jaffrelot C., 2004, p. 129-130.

« en outre, on peut émettre l’hypothèse selon laquelle la nostalgie de la mère patrie nourrit, chez ces migrants aux effectifs toujours plus massifs, le sentiment nationaliste, de sorte que les communautés déplacées seraient encore plus enclines à l’activité nationaliste que celles qui sont restées au pays »39.

19Toutefois, à partir du milieu des années 1980, les fondements de ce « nationalisme exclusif » ont commencé progressivement à s’effriter sous le double effet de la crise de légitimité du régime bourguibien (montée en puissance des contestations populaires) et du processus d’inclusion des émigrés tunisiens et de leurs enfants dans la société française.

2. Désenchantement national et perte d’influence du système amicaliste : la binationalité comme émancipation ?

  • 40 Kastoryano R., 2006, p. 544.
  • 41 BÉji H., 1982, p. 73.
  • 42 Weil P., 2003, p. 321-331. 
  • 43 Ponty J., 2003, p. 24-25.
  • 44 Wihtol de Wenden C., 1988.

20Dès la fin des années 1970, l’État‎ tunisien est confronté à une crise de légitimité multidimensionnelle (politique, sociale et économique) qui produit des conséquences directes sur la relation qu’il entretient avec ses émigrés et ses expatriés. Désormais, la gestion des allégeances se voit de plus en plus contestée par les migrants eux-mêmes et surtout par leur descendance socialisée dans l’Hexagone, qui remettent de plus en plus en cause les conceptions homogénéisantes de l’identité nationale40 et les modes de gouvernance autoritaires à l’intérieur comme à l’extérieur du pays d’origine. Ce processus de distanciation des migrants à l’égard de la mère-patrie et du nationalisme exclusif a été décrit avec force et pertinence par l’écrivaine tunisienne Héli Béji sous la formule de « désenchantement national » : « Élevée dans le culte de ce qu'on appelle un ‘pays neuf’ comme dans une demeure dont j'ai cru pouvoir bâtir peu à peu l'image dans la réalité, et vivant cette construction comme celle de mon être propre, je découvre que les concepts auxquels j'attribuais une valeur, comme progrès, histoire, raison, lumières, etc., sont comme des clous rigides qui tentent vainement de fixer une réalité de plus en plus impalpable et glissante ».41 Toutefois, ce phénomène de désenchantement national, qui touche une partie des émigrés tunisiens, à l’horizon des années 1980, constitue moins un acte d’opposition politique au régime bourguibien qu’une forme de distanciation existentielle (routinisée par les pratiques sociales), due à leur intégration objective dans les divers champs sociaux de la société d’accueil. En effet, les migrants tunisiens s’intègrent de plus en plus aux enjeux sociaux, politiques et citoyens des pays d’accueil, sensibles aux principes et aux valeurs démocratiques des État‎s européens, favorisant chez eux l’émergence d’un regard de plus en plus critique sur la gestion autoritaire de l’État‎ d’origine. A partir des années 1990, malgré le caractère relativement récent de l’immigration tunisienne dans l’Hexagone, certains migrants et leurs enfants décident même d’acquérir la nationalité française bénéficiant du jus soli (droit du sol pour les enfants nés en France) ou de procédures de naturalisation relativement libérales à l’époque42. De plus, l’assouplissement de la législation française (loi du 9 octobre 1981)43, qui permet aux étrangers des créer des associations sans autorisation préalable du ministère de l’Intérieur, favorise l’apparition au sein des populations issues de l’immigration maghrébine de nombreuses organisations citoyennes plus ou moins indépendantes à l’égard des État‎s d’origine : plusieurs centaines d’associations sont créées en l’espace de quelques années entre 1981 et 199044. Désormais, le système des amicales et des organisations officielles directement contrôlées par le régime en place se voit concurrencer par un mouvement associatif « autonome » qui ne dépend plus directement des autorités du pays d’origine (consulats et amicales).

21C’est donc dans ce contexte de crise profonde du système amicaliste et des modes de gouvernance autoritaire de la question de l’émigration, que le régime de Zine-el-Abidine Ben Ali tente de réorganiser et de redynamiser la politique d’allégeance à l’égard des expatriés et des binationaux.

3. L’héritage Ben Ali : entre normalisation sécuritaire et relance culturelle de la politique d’allégeance

  • 45 L'Office des Tunisiens à l'étranger (OTE) est créé en juin 1988 par l’article 14 de la loi n° 60-88 (...)

22Il est vrai qu'après la destitution de Habib Bourguiba et l'arrivée au pouvoir du président Ben Ali, en novembre 1987, les institutions représentatives des Tunisiens à l'étranger ont connu une certaine rénovation. Le pouvoir benaliste conscient de l'usure des anciennes structures a encouragé un renouvellement partiel des cadres de l'Amicale, en faisant appel à de nouvelles têtes dirigeantes. C’est précisément dans ce contexte, qu’est créé en 1988, une nouvelle organisation paragouvernementale, l’Office des Tunisiens à l’étranger (OTE), qui prend notamment en charge directement la question des binationaux45. Durant les vingt-trois ans du régime de Ben Ali (1987-2011), l’OTE a ainsi représenté l'institution centrale de la politique tunisienne en matière d’allégeance et de gestion socioculturelle de l'émigration. Elle bénéficie d’un double ancrage territorial dans le pays d'accueil et dans la société d'origine, où chaque représentation consulaire et gouvernorat tunisien dispose d'un « délégué-OTE ». Pour le régime de Ben Ali, il s'agit, d'une part, de prendre en charge l'émigration en France en favorisant le développement de structures socio-éducatives et, d'autre part, de superviser les retours périodiques au bled, conçus comme une forme de ressourcement culturel et patriotique (séjours et cours d’arabe gratuits pour les enfants et les adolescents). Pour ce faire, l'OTE entend assurer une continuité de son action à la fois dans le temps et dans l'espace : la protection et la promotion de la tunisianité des émigrés et de leurs enfants sont envisagées comme une œuvre quotidienne, susceptible de s'exercer en tout lieu, dans la société française, comme en Tunisie. Conscients que les nouvelles générations binationales s'intègrent inéluctablement aux sociétés d'accueil et que s’ils s’émancipent des instances de l’État‎ tunisien, les responsables de l'OTE ne ménageront pas leurs efforts pour encadrer les émigrés et leurs enfants dans les structures officielles.

  • 46 Couvre-chef traditionnel en laine dont la Tunisie est la principale productrice et exportatrice da (...)
  • 47 Horchani-Zamiti M., 1993, p. 790-796.

23Contrainte de gérer cette distanciation inéluctable des binationaux à l’égard de l’État‎ d’origine, l'OTE en vient à jouer sur deux registres complémentaires, celui du patriotisme hérité de la période Bourguiba et celui de l'exotisme tunisien (le jasmin, la chéchia46, l’image de Sidi Bousaïd ou désert tunisien, etc.) qui cherchent à présenter une vision valorisante du pays d’origine, à l’instar de celle qui est vendue aux touristes européens. Les campagnes de l'OTE, via la télévision nationale par satellite (la chaîne Canal 7 est reçue par de nombreuses familles tunisiennes en France), ressemblent de plus en plus à des publicités d'agence de voyage, où la Tunisie se trouve doublement promue comme « mère-patrie » et « pays exotique »47. Durant la période estivale, les chaînes publiques tunisiennes diffusent des émissions quotidiennes sur le retour temporaire des émigrés au bled. La plus connue d'entre elles a pour cadre le port de la Goulette dans la banlieue nord de Tunis: un journaliste, accompagné d'une assistante, réalisent des micros-trottoirs à la sortie du bateau, distribuant des jasmins et des chéchias en porte-clefs à l'emblème de la Tunisie (croissant et étoile blancs sur fond rouge). La question la plus fréquemment posée par le journaliste aux émigrés et binationaux est : « Est-ce que tu aimes la Tunisie ? ». Et la réponse des interviewés est indubitablement la même : « Qui n'aime pas son pays ? ». L'image du vieil instituteur bourguibien tapant à coups de règle sur les doigts des enfants émigrés n'arrivant pas à prononcer correctement un mot en arabe tend à disparaître au profit de celle du jeune instituteur dandy, à peine plus âgé que ses élèves, enseignant la langue d'origine avec le sourire et distribuant des bouquets de jasmin pour les récompenser de leur assiduité.

  • 48 Ce terme désigne en dialecte franco-tunisien les détenteurs de devises étrangères.

24Toutefois, ces campagnes officielles sur un registre mi-patriotique, mi-exotique, ne doivent pas faire oublier les dimensions à la fois politique et économique de l'action de l’État‎ tunisien en direction de ses émigrés et de ses binationaux : la course aux « devisards »48 et la perpétuation d'une logique de contrôle sécuritaire restent les principaux ressorts et objectifs de la politique d’allégeance. Le parti unique n’a d’ailleurs pas complètement disparu mais il a connu une mutation pour s’adapter aux réalités migratoires et binationales. C’est ainsi qu’en 1988 est créée le Rassemblement des Tunisiens en France (RTF), qui sous couvert d’association loi 1901, est en réalité une émanation directe du parti présidentiel, le Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD), lui-même héritier du Parti socialiste destourien (PSD) de Bourguiba. Dans les premières années du régime de Ben Ali, le RCD a d'ailleurs bien compris l'intérêt de récupérer ce mouvement de sympathie des binationaux à l'égard du nouveau régime en impulsant la création d'une instance sans véritable attribution : le Conseil supérieur des Tunisiens à l'étranger, placé « sous le patronage du président de la République », selon formule consacrée en Tunisie, sera en réalité une coquille vide.

  • 49 Comme par exemple, l'Association de défense des Tunisiens à l'étranger (ADTE), dont l’objectif prin (...)

25À ‎partir de 1991-1992, avec le verrouillage de l’espace public (répression policière contre les islamistes finissant par toucher toutes les formes d’opposition), les vieux réflexes sécuritaires reprennent progressivement le dessus dans la politique d’allégeance. Les espoirs suscités par le « Changement du 7 novembre » s’envolent chez de nombreux émigrés tunisiens et binationaux. L’enthousiasme des premières années du benalisme cède la place à un climat de peur et de résignation. Concernant les communautés tunisiennes à l’étranger, le rôle majeur est désormais dévolu aux attachés sociaux des consulats qui, sous des apparences de gestion sociale, représentent l’œil du régime. L'attaché social est l'homme à tout faire. En principe, c'est un fonctionnaire du ministère des Affaires sociales. En réalité, il est choisi en fonction de sa fidélité au régime. C'est aussi l'œil du parti qui ne laisse aucune autonomie aux autres initiatives. Les structures amicalistes connaissent une évolution similaire, consacrant le retour d'une logique d'encadrement politique et sécuritaire au détriment de l'action culturelle en milieu émigré. De plus, dans un contexte international où le régime tunisien fait de plus en plus l'objet d'attaques de la part des ONG des droits de l'Homme (Amnesty International, Fédération internationale des droits de l’homme, Reporters sans frontières, etc.), les institutions tunisiennes à l'étranger tendent à redevenir une pièce-maîtresse dans la politique la défense de l'image de l’État‎ tunisien face à la montée des critiques49. Les binationaux sont sommés d’adhérer à l’idéologie de « l’ère nouvelle » promue par les instances officielles : l’allégeance nationale se confond de plus en plus avec l’allégeance au système autoritaire et à la personne du président Ben Ali. Même si la plupart de ces organisations pro-régime font figure de coquilles vides sans véritables adhérents et militants, elles n'en remplissent pas moins une fonction de soutien au pouvoir en place, mobilisant ponctuellement les émigrés et les binationaux.

26À ‎la fin des années 1980, la Tunisie, à l’instar des autres pays du Maghreb (Algérie et Maroc), a donc été conduite de substituer à sa politique exclusiviste et rigide de gestion des allégeances nationales une nouvelle politique plus réaliste et pragmatique, prenant davantage en compte des aspirations pluralistes des émigrés et des binationaux. Dans cette perspective, le président Zine-el-Abidine Ben Ali a entamé au début de son règne une réforme en profondeur des institutions de la diaspora, en créant de nombreuses associations satellites et en favorisant des retours temporaires des migrants, via l’OTE, sous la forme de séjours linguistiques et culturels dans le pays d’origine. Les actions sociales au profit des Tunisiens de l’étranger et des binationaux (registre philanthropique) se sont ainsi combinées à des actions de surveillance (registre sécuritaire), dans le but de maintenir les émigrés et leurs enfants dans le giron du régime. Cependant, ces réformes tardives de la politique d’allégeance ont été impuissantes à enrayer le phénomène de désaffection à la fois culturelle, politique et sociétale des émigrés et des binationaux à l’égard de l’État‎. La contestation des modes autoritaires et paternalistes de gouvernance, qui a éclaté dans le pays d’origine, a très largement gagné les communautés tunisiennes à l’étranger. Si ces protestations ne se sont pas toujours exprimées de manière visible, elles ont été latentes : la « révolution silencieuse » du début des années 2000 a annoncé le ralliement des binationaux aux mouvements protestataires des années 2010-2011.

4. La politique d’allégeance nationale à l’épreuve de la Révolution et de la transition

  • 50 Perez D., 2014. Pouessel, S., 2016.
  • 51 LIMAM W., 2015.
  • 52 Selon les articles 53 et 54 de la nouvelle Constitution tunisienne, les binationaux sont électeurs (...)

27Comme nous l’avons vu précédemment, les binationaux ont très largement participé aux mouvements de protestation qui ont emporté le régime de Ben Ali. Avant et après le 14 janvier 2011, ils étaient visibles dans les manifestations publiques appelant à la chute de la dictature et à l’amorce d’une transition démocratique en Tunisie. Cet engagement, certes tardif, mais visible des binationaux dans les mouvements anti-dictature a sans doute contribué à la refondation du mythe national, la nation tunisienne n’étant plus exclusivement définie par à rapport à des frontières territoriales mais en référence à un peuple ancré à la fois dans le territoire national d’origine et les territoires d’émigration et d’exil. Ce mythe d’une identité nationale « transfrontalière » - à ne pas confondre avec le transnationalisme – a fonctionné pour un temps sur un mode unanimiste (référence à l’unité du peuple tunisien) et a produit des conséquences directes sur les manières de concevoir l’intégration nationale des binationaux : dès le début, ces derniers ont été appelés à participer aux nouvelles institutions de la démocratie tunisienne, que ce soit le Conseil de Protection de la Révolution, puis la Haute instance pour la réalisation des objectifs de la Révolution, de la réforme politique et de la transition démocratique (dite « Instance Ben Achour » du nom de son président) et à l’Assemblée nationale constituante, élue le 23 octobre 201150. Dès novembre 2001, le premier gouvernement de la transition démocratique décide de créer un Secrétariat d’État‎ aux migrations et aux Tunisiens à l’étranger (dont le titulaire, Hocine Jaziri, est père de binationaux) et relance simultanément le projet d’un Conseil représentatif des Tunisiens de l’étranger qui serait élargi aux binationaux qui n’ont jamais vécu dans le pays d’origine51. Dans toutes ces institutions transitionnelles, les binationaux ont été reconnus pleinement comme électeurs et éligibles, sans que cela fasse débat contradictoire52. Au contraire, dans les premiers mois de la Révolution, les binationaux ont même joui d’un statut symboliquement valorisé dans l’espace public tunisien, du fait que figuraient parmi eux de nombreux dissidents et opposants historiques à la dictature, comme par exemple les membres du parti islamiste réformiste Ennahda, qui ont connu l’exil forcé durant les vingt-trois années du régime de Ben Ali, ou encore les anciens militants d’extrême gauche qui avaient pris majoritairement la nationalité française. Dans ce contexte d’effervescence révolutionnaire et démocratique, la binationalité n’est plus vécue comme une « nationalité amputée » ou une « nationalité de papier » mais, comme l’expression d’un attachement encore plus profond à la nation d’origine que le temps et l’éloignement géographique ne sont pas parvenus à effacer.

28Toutefois cette euphorie démocratique à l’égard des binationaux présentés comme co-acteurs de la Révolution masque, en réalité, de nombreux non-dits et malentendus.

29D’une part, parce que la catégorie binationale recouvre des trajectoires migratoires et des statuts sociaux très hétérogènes. Au regard des premières données biographiques recueillies par les chercheurs, les binationaux qui ont véritablement « fait leur place » dans les nouvelles institutions de la transition sont ceux issus de l’émigration étudiante et intellectuelle, qui ont généralement vécu dans le pays d’origine jusqu’à leur majorité. Tandis que les enfants issus de l’émigration économique sont peu représentés, voire quasiment exclus des nouvelles instances. D’entrée, les descendants de travailleurs émigrés ont été frappés d’illégitimité, du fait d’une faible maitrise de la langue arabe dialectale (darija) et littéraire (fousha) mais aussi de nombreux préjugés culturalistes et misérabilistes véhiculés à leur encontre, les présentant comme des individus « entre deux cultures », incapables de s’intégrer ici et là-bas. En dépit de trajectoires de mobilité sociale ascendante, les enfants de l’émigration économique ont été frappés de « double illégitimité » évoquée par Abdelmalek Sayad, alors que ce sont précisément eux qui auraient pu apporter des compétences et des savoirs en matière de gouvernance démocratique.

  • 53 « La double nationalité provoque des cris et des jets de papiers à l'ANC », Business News, 20/01/20 (...)

30D’autre part, parce que la « ressource binationale » est profondément ambivalente et réversible. Valorisée dans les premiers temps de la Révolution sur le mode de la communion patriotique et du retour de tous les Tunisiens dans le giron national, très rapidement elle a fait l’objet d’accusation et de mise en suspicion, entretenant des visions complotistes, selon lesquelles les binationaux formeraient un « lobby » jouant contre l’intérêt national tunisien. La montée en visibilité des binationaux au sein des nouvelles instances parlementaires et gouvernementales a suscité de nombreuses « jalousies chauvines » et de controverses publiques, révélatrices de la prégnance de conceptions puristes de l’identité tunisienne, au point de faire des binationaux des boucs-émissaires des échecs de la transition politique, des problèmes économiques et de la menace djihadiste53.

31Pour toutes ces raisons, une analyse sociologique des usages publics de la binationalité doit s’efforcer de rendre compte de la diversité des contextes d’énonciation, de la multiplicité des stratégies des acteurs sociaux et surtout des processus de réversibilité. Dans la période actuelle, où nous vivons des crispations anxiogènes aussi bien dans les État‎s européens que maghrébins, se manifestant par des replis d’ordre identitaire et sécuritaire, la binationalité apparait pour ses porteurs comme une ressource précaire, voire risquée.

De quoi la binationalité est-elle le nom : post-nationalisme, transnationalisme, nationalisme à distance…?

  • 54 PARK R. E., cité par CUCHE D., 2009.
  • 55 ANDERSON B., 1988.
  • 56 Sheffer G., 2003.
  • 57 Glick Schiller N., Fouron G. E., 2001.
  • 58 Dufoix S., 2010.
  • 59 Kastoryano R., 2006.
  • 60 Kastoryano R., 2006, p. 539.

32Des recherches pionnières de Robert E. Park54 sur la double appartenance de l’individu-migrant aux études de référence de Benedict Anderson sur « le nationalisme à distance »55, en passant par les travaux plus récents de Gabriel Sheffer56, Nina Glick et Georges Eugen Fouron57, Denys Cuche, Stéphane Dufoix58 ou Riva Kastoryano59, tous soulignent la persistance des sentiments patriotiques chez les migrants et leurs descendants, y compris après plusieurs générations de résidence dans les sociétés d’immigration. Ces auteurs ont montré que, contrairement au nationalisme diasporique tel qu’il s’est incarné, par exemple, dans l’expérience historique du sionisme aux XIXe-XXe siècle, l’objet du « nationalisme à distance » n’est pas tant de créer un nouvel État‎ nation que de perpétuer au sein des sociétés d’immigration et d’exil un sentiment national à l’égard de l’État‎ d’origine. Pour cette raison, le « nationalisme à distance » ne constitue pas une invention ex-nihilo mais un prolongement du nationalisme de la patrie d’origine, qui n’exclue pas bien sûr des phénomènes de réappropriation et de réinterprétation critiques par rapport au nationalisme originel de la mère-patrie. Il ne se résume pas en une reproduction pure et parfaite du nationalisme du pays d’origine mais induit toujours une part d’innovation et de création, nourri et enrichi par l’expérience sociale de la migration et de l’exil : « le nationalisme reproduit et diffusé par les États d’origine des migrants se trouve réinterprété et réapproprié en situation d’immigration et de minorité, et, en retour, redéfinit le contenu du nationalisme du pays d’origine » 60.

  • 61 Souligné par l’auteur.
  • 62 Will K., 2004, p. 100.

33Toutefois, nous refusons de souscrire aux thèses « à la mode » du transnationalisme ou du postnationalisme, comme si le « nationalisme à distance » induisait nécessairement un dépassement du cadre de l’État‎-nation. Au contraire, et c’est l’une des conclusions principales de notre recherche, les mobilisations des binationaux véhiculent des enjeux et des logiques nationalistes totalement assumés qui, de manière paradoxale, réhabilitent doublement l’État‎-nation par une identification à la fois à l’État‎ de résidence (la France) et à l’État‎ d’origine (la Tunisie) : une binationalité affichée sans complexe mais, plus encore, un binationalisme revendiqué publiquement61. De ce fait, les revendications portées par les binationaux n’expriment pas une négation ou un dépassement de l’État‎-nation mais, au contraire, ils constituent la preuve vivante de sa résilience dans les imaginaires individuels et collectifs des migrants et de leurs descendants. Sur ce plan, nous partageons l’approche critique de Kymlicka Will qui réfute catégoriquement les théories en vogue du « postnational » qui conduisent, selon lui, à une impasse théorique : « C’est précisément en tant qu’éléments de la nation, nés et élevés dans la mère patrie, qu’ils affirment leur droit à participer à la vie politique de celle-ci. Ils sont même, bien souvent, plus nationalistes que leurs compatriotes restés au pays et œuvrent à défendre sa souveraineté nationale contre ce qu’ils perçoivent comme l’« ingérence étrangère » des organisations internationales. Il n’y a là rien de vraiment « postnational » : c’est au contraire de la politique nationaliste dans tous les sens du terme. Cela signifie que ni le fait de plus en plus fréquent chez les migrants d’avoir la double nationalité ni leur activité politique croissante ne constituent un dépassement de la communauté nationale territorialement définie. Ces migrants sont très littéralement des binationaux, non des postnationaux, et tout indique qu’ils sont aussi attachés que n’importe quel sédentaire à l’idée que la politique se déploie avant tout dans un cadre national »62.

  • 63 Beauzamy B., 2014, p.79.

34Certes, les phénomènes de mondialisation culturelle qui touchent aussi bien les pays d’immigration que les sociétés d’origine ont contribué à bouleverser la manière dont les binationaux conçoivent et vivent concrètement leurs identités nationales : celles-ci échappent de plus en plus aux interprétations exclusivistes et puristes et relèvent d’un processus d’hybridation. Mais la mondialisation n’a pas remis en cause fondamentalement les manifestations de nationalisme à distance63.

35En définitive, les revendications binationales se fondent sur un mouvement dialectique combinant, d’une part, l’héritage nationaliste passé à un processus de réinvention identitaire permanent et, d’autre part, une double inscription imaginaire à la fois dans l’espace national de l’État‎ d’immigration et dans celui de l’État‎ d’origine. Le référent national se retrouve doublement valorisé ici et là-bas. Comment ne pas penser, en effet, que la résilience des pulsions populistes et nationalistes observée dans la majorité des État‎s européens, dont le France, ne contribuent pas à réveiller chez les binationaux un puissant sentiment d’identification aux État‎s d’origine (Algérie, Maroc et Tunisie), bien que celui-ci se limite généralement à des formes d’expression symbolique ?

Bibliographie

ABASSI Driss, 2005, Entre Bourguiba et Hannibal. Identité tunisienne et histoire depuis l’indépendance, Paris : Karthala, coll. « Hommes et Sociétés ».

Anderson Benedict, 1988, « Long Distance Nationalism », The Spectre of Comparisons. Nationalism, Southeast Asia and the World, London: Verso, p. 58-74.

Bancel Nicolas, Blanchard Pascal, Boubekeur Ahmed, 2015 Le Grand Repli, Paris : La Découverte.

Barrada-Bousta Hayat, 2012, « Soulèvement au Maroc et engagement des Marocains en France », Migrations Société, vol. 24, n°143, septembre-octobre, 139-153

Beaugrand Claire, GEISSER Vincent (a), 2014, « Quand les révolutions arabes favorisent le retour au pays. Diasporas, migrants, exilés au cœur des transitions politiques », Orient XII, novembre : http://orientxxi.info/lu-vu-entendu/quand-les-revolutions-arabes-favorisent-le-retour-au-pays,0748

Beaugrand Claire, GEISSER Vincent (b), 2014, « Immigrés, exilés, réfugiés, binationaux, etc. : les ‘enfants illégitimes’ des révolutions et des transitions politiques ? », Migrations Société, vol. 26, n° 156, Paris : CIEMI, novembre-décembre 2014, p. 3-16.

Beauzamy Brigitte, 2012, « Les diasporas dans les conflits à l’épreuve des études sur la mondialisation », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 23 | 2012, p. 77-88.

Béchir-Ayari Michaël, 2009, S’engager en régime autoritaire. Gauchistes et islamistes dans la Tunisie indépendante, thèse de doctorat en science politique sous la direction de Michel Camau, Université Paul Cézanne/Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence.

BEJI Hélé, 1982, Désenchantement national. Essai sur la décolonisation, Paris : éditions François Maspéro, 1982.

Collovald Annie, Mathieu Lilian, 2009, « Mobilisations improbables et apprentissage d'un répertoire syndical. », Politix 2, n° 86, p. 119-143. 

CUCHE Denys, 2009, dans « L’homme marginal » : une tradition conceptuelle à revisiter pour penser l’individu en diaspora », Revue Européenne des Migrations Internationales [En ligne], vol. 25, n° 3 : https://remi.revues.org/4982

Dieckhoff Alain, Jaffrelot Christophe, 2004, « La résilience du nationalisme face aux régionalismes et à la mondialisation », Critique internationale 2, no 23, p. 129-130.

DRIDI Mohsen, 2013, « Les associations de Tunisien-nes à l’étranger : D’où vient-on ? Où va-t-on ? », septembre, consulté le 18 février 2016, http://menzelbourguiba-ex-ferryville.over-blog.fr/les-associations-de-tunisien-nes-%C3%A0-l%E2%80%99%C3%A9tranger-d%E2%80%99o%C3%B9-vient-on-o%C3%B9-va-t-on

DUMONT Antoine, 2011, « De Redeyef à Nantes : mobilisation sociale et migration internationale », Revue Tiers Monde, n° 5, p. 47-66.

DUFOIX Stéphane, 2010, « ‘Un pont par-dessus la porte’. Extraterritorialisation et transétatisation des identifications nationales, dans Stéphane Dufoix, Carine Guerassimoff et Anne de Tinguy, Loin des yeux, près du cœur, Paris : Presses de Sciences Po, coll. « Académique », p. 15-57.

GEISSER Vincent, KELFAOU, Schérazade, 2001 « La nation d'origine réinventée. La persistance du ‘mythe national’ chez les Français originaires du Maghreb », Confluences Méditerranée, 39 (4), p. 27-35.

GEISSER Vincent, 2012, « Quelle révolution pour les binationaux ? Le rôle des Franco-Tunisiens dans la chute de la dictature et dans la transition politique », Migrations Société, vol. 24, n° 143, septembre-octobre, p. 155-178.

GEISSER Vincent, 2015, « Déchoir de la nationalité des djihadistes ‘100 % made in France’ : qui cherche-t-on à punir ? », Migrations Société, vol. 27, n° 162, novembre décembre, p. 3-14.

Glick Schiller Nina, Fouron Georges Eugene, 2001, Georges Woke Up Laughing. Long Distance Nationalism and the Search for Hom, Durham NC: Duke University Press.

Hadjab Warda, 2014, « Alger-Paris, aller-retour : chemins d’une dissidence publique », communication au colloque international WAFAW « Diasporas, migrants et exilés : quels rôles dans les révolutions et les transitions politiques du monde arabe ? », Tunis, 16-17 octobre.

Hecker Marc, 2012, Intifada française ? De l’importation du conflit israélo-palestinien, Paris : Ellipses.

Horchani-Zamiti Malika, 1993, « Tunisie : des intérêts incompatibles », dans « Chronique des Maghrébins en Europe », Annuaire de l'Afrique du Nord, Paris : CNRS-Éditions, p. 790-796.

JAULIN Thibaut, 2014, « Géographie du vote à distance : l’élection tunisienne de 2011 à l’étranger », L'Espace Politique [En ligne], 23 | 2014-2, mis en ligne le 04 juillet 2014, consulté le 17 février 2016. URL : http://espacepolitique.revues.org/3099

Kastoryano Riva, 2006, « Vers un nationalisme transnational. Redéfinir la nation, le nationalisme et le territoire », Revue française de science politique, 4, vol. 56, p. 533-553.

LABAT Séverine, 2012, « Les binationaux franco-algériens : un nouveau rapport entre nationalité et territorialité », Critique internationale 3, n° 56, p. 77-94.

LAMBLIN Célia, 2014, « L’événement ‘Révolution’ comme point de bifurcation dans les parcours individuels des migrant-e-s égyptien-ne-s en France ? », colloque international WAFAW « Diasporas, migrants et exilés : quels rôles dans les révolutions et les transitions politiques du monde arabe ? », Tunis, 16-17 octobre 2014 

LIMAM Wajdi, 2015, Processus de transition politique tunisien. De la mutation du champ militant des Tunisiens en France à la production de nouvelles subjectivités diasporiques (2011-2013), mémoire de Master 2 mention « Etudes politiques », sous la direction de Hamit Borzaslan, EHESS, 116 p.

Mamarbachi Alexandre, 2013, « Comment traiter la question des émotions dans le cas des mobilisations en faveur de la cause palestinienne ? », communication au 12ième Congrès de l’Association française de science politique, Paris, 2013 : http://www.afsp.info/congres2013/ateliersdoctoraux/ad4mamarbachi.pdf

PARK Robert E, 1928, “Human Migration and the Marginal Man”, American Journal of Sociology, 37 (6), p. 881-893.

PEREZ Déborah, 2014, « Être député après l’exil : stratégies d’ancrage et de légitimation d’une élite militante revenue en Tunisie après le 14 avril », Colloque international du programme WAFAW : « Diasporas, migrants et exilés : quels rôles dans les révolutions et les transitions du monde arabe ? », Tunis, 15, 16 et 17 octobre 2014.

PONTY Jeanine, 2003, « Les étrangers et le droit d’association au XXe siècle », Matériaux pour l’histoire de notre temps, vol. 69, p. 24-25.

Pouessel Stéphanie, 2016, « Le national à distance. Les élus de la diaspora et la circulation de normes dans la réécriture de la Constitution tunisienne », L’Année du Maghreb 14, à paraître.

Sayad Abdelmalek, 1999, « La naturalisation », dans La double absence. Des illusions de l'émigré aux souffrances de l'immigré, Paris : Seuil, p. 163-169.

Sayad Abdelmalek, 2006, « Exister, c’est exister politiquement », L’immigration ou les paradoxes de l’altérité. 2 – Les enfants illégitimes, Paris : Raisons d’Agir, p. 13-44.

Schaeffer Fanny, 2001, « Mythe du retour et réalité de l’entre–deux. La retraite en France, ou au Maroc », Revue Européenne des Migrations Internationales, vol. 17, n°1, p. 165-176.

Schiff Claire, 2016, Beurs & Blédards. Les nouveaux arrivants face aux Français issus de l'immigration, Paris : éditions Le Bord de l’eau, 258 p.

SELIM Hebba, 2016 « La Constitution et les binationaux: Les articles 51 et 73 alignent l'Algérie sur un nombre restreint de pays », Huffpost Algérie, 23/01/2016 : http://www.huffpostmaghreb.com/2016/01/23/algerie-constitution-binationaux_n_9061784.html

Sheffer Gabriel, 2003, Diaspora politics. At Home Abroad, New York : Cambridge University Press.

WEIL Patrick, 2003, « Nationalité : l'originalité française », Études, 3 (Tome 398), p. 321-331. 

WEIL Patrick, 2015, « Des effets destructeurs pour la cohésion entre les Français », entretien, Libération, 3/12/2015 : http://www.liberation.fr/france/2015/12/03/patrick-weil-des-effets-destructeurs-pour-la-cohesion-entre-les-francais_1418150

Wihtol de Wenden Catherine, 1988, Les immigrés et la politique. Cent-cinquante ans d'évolution, Paris : Presses de la FNSP, 1988.

WILL Kymlicka, 2004, « Le mythe de la citoyenneté transnationale », Critique internationale, 2 n°23, p. 97-111.

Notes

1 SAYAD A., 1999, p. 349.

2 GEISSER V., KELFAOUI S., 2001, p. 27-35.

3 HEBBA S., 2016.

4 POUESSEL S., 2016.

5 SAYAD A., 2006, p. 13-44.

6 Formule employée pour désigner les Alsaciens-Mosellans engagés de force dans l’armée allemande entre 1940 et 1945 qui prend ici bien sûr à un tout autre sens.

7 WEIL P., 2015.

8 GEISSER V., 2015, p. 11.

9 BANCEL N., Blanchard P., Boubekeur A., 2015.

10 Sayad A., 1999.

11 Le Maroc jusqu’à une date récente a adopté la position la plus radicale sur ce sujet. On rappellera la déclaration publique du roi Hassan II en 1989 : « Je suis contre l'intégration, pour la simple raison que pour moi, il n'y pas des Marocains nés au Maroc, et des Marocains nés en France et élevés en France. Les deux sont électeurs éligibles. Et quand je dis aux Marocains "Marchez" [allusion à la "marche verte" au Sahara en 1975] et qu'ils ont marché, surtout quand je leur ai dit "Arrêtez-vous" et qu'ils se sont arrêtés...je suis contre l'intégration dans un sens ou dans l'autre », émission « L'Heure de Vérité », Antenne 2 (France 2), le 19 décembre 1989.

12 Beaugrand C., Geisser V., 2014 a et b, p. 3-16.

13 LABAT S., 2012, p. 77-94

14 Hadjab W., 2014.

15 Barrada-Bousta H., 2012, p. 139-153.

16 LIMAM W., 2015. Sur le même sujet : GEISSER V., 2012, p. 155-178.

17 Sur la notion de « mobilisations improbables », Collovald A.MATHIEU L, 2009, p. 119-143. 

18 DUMONT A., 2011, p.47-66.

19 Notons que l’emblème amazigh est de plus en plus visible dans les manifestations publiques en France, révélateur d’une montée des revendications berbéristes au sein des populations héritières de l’immigration maghrébine qui ne sont pas incompatibles avec l’expression d’un fort sentiment national algérien, marocain ou tunisien.

20 Schiff C., 2016, 258 p.

21 Pouessel S., 2014.

22 HECKER M., 2012.

23 JAULIN T., 2014.

24 Parmi les organisations de binationaux et de résidents tunisiens à l’étranger crées aux lendemains de la Révolution du 14 janvier, on peut citer entre autres: l’Union pour la Tunisie (UNIT, Paris), T2Rives (Paris), « Jasmin Tunisie : liberté et démocratie » (Toulouse), le Collectif rhônalpin pour la Liberté et la démocratie en Tunisie (Lyon), le Collectif de Solidarité active pour la Tunisie (COSA, Grenoble), « Tunisie Jasmin (Marseille), La Voix des Tunisiens en France (VTF, Nice), etc. Pour un recensement détaillé, cf. DRIDI M., 2013.

25 Perez D., 2014.

26 DRIDI M., 2013.

27 Il s’agit d’une estimation car il est difficile d’avoir des chiffres précis sur le nombre d’individus possédant à la fois un passeport tunisien et un passeport français (ou celui d’un autre pays européen), d’autant que de nombreux individus français issus des communautés juives tunisiennes sont aussi dans ce cas-là.

28 Mamarbachi A., 2013.

29 Béchir-Ayari M., 2009.

30 LAMBLIN C., 2014. 

31 Veille Internet conduite par l’auteur de l’article depuis 2011 auprès de plus de 3000 profils de binationaux inscrits sur le réseau social Facebook.

32 DUFOIX S., 2010, p. 41.

33 Le fait de renoncer à sa religion de naissance (irtidâd en arabe).

34 Enseignement des langues et cultures d’origine procédant d’accords bilatéraux entre l’État‎ français et les État‎s d’origine (Algérie, Maroc, Tunisie, Turquie, etc.).

35 SAYAD A., 1999.

36 Schaeffer F., 2001, p. 165-176.

37 ABASSI D., 2005.

38 Anderson B., 1998, p. 58-74.

39 Dieckhoff A., Jaffrelot C., 2004, p. 129-130.

40 Kastoryano R., 2006, p. 544.

41 BÉji H., 1982, p. 73.

42 Weil P., 2003, p. 321-331. 

43 Ponty J., 2003, p. 24-25.

44 Wihtol de Wenden C., 1988.

45 L'Office des Tunisiens à l'étranger (OTE) est créé en juin 1988 par l’article 14 de la loi n° 60-88 du 2 juin 1988, avec « pour mission générale de fournir au gouvernement les éléments et les données lui permettant de mettre en œuvre une politique d'encadrement et d'assistance aux Tunisiens résidents à l’étranger » : http://www.ote.nat.tn/index.php?id=68

46 Couvre-chef traditionnel en laine dont la Tunisie est la principale productrice et exportatrice dans le monde. Généralement, la chéchia est rouge, rappelant la couleur du drapeau tunisien.

47 Horchani-Zamiti M., 1993, p. 790-796.

48 Ce terme désigne en dialecte franco-tunisien les détenteurs de devises étrangères.

49 Comme par exemple, l'Association de défense des Tunisiens à l'étranger (ADTE), dont l’objectif principal n’est pas tant de défendre les intérêts des émigrés et de leurs enfants que de riposter aux attaques lancés par les milieux dissidents contre le régime de Ben Ali.

50 Perez D., 2014. Pouessel, S., 2016.

51 LIMAM W., 2015.

52 Selon les articles 53 et 54 de la nouvelle Constitution tunisienne, les binationaux sont électeurs et éligibles à l’Assemblée des représentants du peuple (chambre unique du parlement). En revanche, selon l’article 74, en cas d’élection à la magistrature suprême (la présidence de la République), ils doivent renoncer à leur deuxième nationalité. L’article de la Constitution est formulé ainsi : « La candidature à la présidence de la République est un droit pour toute électrice et pour tout électeur jouissant de la nationalité tunisienne par la naissance, et étant de confession musulmane. Le jour du dépôt de candidature, le candidat doit être âgé de 35 ans minimum. S’il est titulaire d’une autre nationalité que la nationalité tunisienne, il doit présenter dans le dossier de candidature un engagement stipulant l’abandon de l’autre nationalité à l’annonce de son élection en tant que Président de la République ». Source : http://majles.marsad.tn/fr/constitution/5/article/74

53 « La double nationalité provoque des cris et des jets de papiers à l'ANC », Business News, 20/01/2014 : http://www.businessnews.com.tn/la-double-nationalite-provoque-des-cris-et-des-jets-de-papiers-a-lanc-video,534,43690,3

54 PARK R. E., cité par CUCHE D., 2009.

55 ANDERSON B., 1988.

56 Sheffer G., 2003.

57 Glick Schiller N., Fouron G. E., 2001.

58 Dufoix S., 2010.

59 Kastoryano R., 2006.

60 Kastoryano R., 2006, p. 539.

61 Souligné par l’auteur.

62 Will K., 2004, p. 100.

63 Beauzamy B., 2014, p.79.

Auteur

IREMAM-CIEMI-WAFAW, Chargé de recherche au CNRS à l’IREMAM, président du Centre d’information et d’études sur les migrations internationales (CIEMI), membre du programme européen WAFAW (When Authoritarianism Fails in The Arab World).

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable